Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

La genèse des valeurs : une affaire d’enquête

Alexandra Bidet
p. 217-228

Texte intégral

  • 1  Merci à Fabian Muniesa de nous avoir communiqué sa collection de textes de John Dewey On Valuation(...)
  • 2  Nous songeons au large usage de la notion de « buts » ; voir par exemple Kaptelinin, Nardi, 2006.
  • 3  Sur la rationalité pragmatiste comme critique du paradigme instrumental, voir Frega, 2006, p. 251- (...)

1Livrer dans ce numéro un extrait – « Fins et valeurs » et « Le continuum de la fin et des moyens » – de la Theory of valuation de John Dewey, encore inédite en français1, permet de documenter les apports de la tradition pragmatiste américaine à la sociologie contemporaine. Ils tiennent ici à son pouvoir de parasitage à l’égard d’une conception de l’agir héritée au siècle dernier de la prime économie et, au-delà, du « moment subjectiviste de la philosophie européenne » (Dewey, 1938, p. 92). La vulgarisation de la distinction opérée par Max Weber entre rationalité en valeur et rationalité en finalité, et la fortune du modèle de la « rationalité limitée » de Herbert A. Simon (1983), en sont encore aujourd’hui des relais majeurs en sociologie, où cet héritage se marque par la longue prégnance des postulats de l’agir instrumental : le caractère téléologique de l’action, l’individualité autonome du sujet agissant et la totale maîtrise de son corps (Joas, 1999). La tendance à établir une distinction tranchée entre moyens et fins, entre l’ordre du calcul et celui des valeurs, imprègne tout particulièrement la littérature sociologique sur le travail, l’activité économique, les objets dans l’action2… Elle la conduit à regarder la genèse des valeurs comme extrinsèque à l’agir et à la rationalité elle-même, qui ne déterminerait que les moyens les plus efficaces pour des fins données – en une dichotomie entre pensée et action, éthique et technique3.

  • 4  Ce second terme vise à rappeler le rôle décisif « des conditions culturelles et des institutions d (...)

2Dans les années quarante-cinquante, la Theory of valuation de Dewey se déploie toutefois aussi sur un autre front : il s’agit de combattre les conceptions dites « émotivistes » ou « non-cognitivistes » des valeurs, avancées dès les années trente par certains positivistes logiques (Garreta, 2008). Loin de rabattre, à leur suite, la valeur sur un élan émotionnel, Dewey propose de l’aborder comme un produit de l’activité intelligente, ouvert à l’éducation du regard et du jugement. Mais il n’entend pas ainsi la rapatrier d’une sphère vers une autre : la notion de valuation – procès par lequel un élément de l’expérience prend valeur, importance, pour l’organisme humain – récuse la coupure même entre affect et cognition, émotion et intelligence, valorisation (prizing) et appréciation (appraisal). À travers la critique du fossé entre langage « émotionnel » et langage « scientifique », Dewey appelle à passer d’une théorie a priori à une théorie empirique des valuations – faits concrets, et non plus objets de spéculation intellectuelle – et il en voit le prérequis dans une « sociologie » ou « anthropologie culturelle » des inter-actions entre l’organisme humain et ses conditions environnantes4.

Observer la genèse des valeurs

3Dewey pointe notre plus solide appui : l’observation des activités de valuation, dont les conditions et les conséquences sont observables. La Theory of valuation n’entend pas établir une théorie achevée, mais ses conditions et les contours du programme qui y mènera en se confrontant à l’émergence continuelle de nouvelles valeurs dans laquelle nous engagent nos activités. Tel est bien, à ses yeux, le talon d’Achille des théories existantes, incapables d’envisager les conditions d’émergence des désirs, des intérêts et des valeurs.

4Si Dewey écarte les deux principales figures de la valeur, qu’elles la renvoient à l’arbitraire d’une impulsion ou à l’absolu d’une « fin en soi », à l’émotion ou à la routine (tradition, convention ou coutume), c’est que l’émergence de valeurs a partie liée avec l’activité intelligente – et la valuation n’est pas l’enregistrement de valeurs existantes. Reconfigurer une situation amène à juger continûment de ce qui est bien, bon, adéquat, utile… : les valuations émergent de l’enquête que toute situation problématique initie, en entravant notre capacité à agir et à anticiper les conséquences. Que surviennent un doute, un trouble, des difficultés, et s’éclipse le feu vert garant de l’immédiateté de l’agir. Pour restaurer le continuum de l’expérience, reprendre l’activité, il faut alors interroger ce qui vaut, dans cette situation, et ce qui peut le faire advenir. L’intérêt est pour Dewey une « organisation de désirs ». Le désir désigne la relation active de l’organisme à ses conditions environnantes, projetant des fins comme autant de conséquences à atteindre, et l’« intérêt », une séquence organisée d’opérations devant reconfigurer un état de choses : « Un intérêt ne représente pas seulement un désir, mais un ensemble de désirs étroitement reliés, dont l’expérience a montré qu’ils produisaient, par leurs interrelations, un ordre défini propre à entretenir l’activité. » (p. 54)

5C’est comme pratiques, et non comme simples « états mentaux », que les désirs et intérêts orientent nos activités. Accessibles à l’enquête, dont ils incorporent les résultats, ils sont alors commensurables et révisables. Mais la détermination progressive de leur contenu n’emporte une valuation que lorsque se forme une « fin-en-vue ». Cette notion, en conceptualisant la redéfinition constante des fins à atteindre, des objets pris pour fins, signe une critique de la notion de « fin-en-soi » : non seulement une enquête sur la valeur des moyens préside à la formation des « fins-en-vue », mais celles-ci, en orientant l’activité, produisent à leur tour des « états de choses » propres à relancer leur exploration. Les passages traduits ci-après présentent, avec la détermination réciproque des fins et des moyens, le nœud de cette argumentation. Dans le continuum des fins et des moyens, la valorisation ( prize) n’est plus le privilège des fins, ni l’appréciation (appraisal ) celui des moyens : tour à tour, la « fin-en-vue » et les conditions à réunir pour l’atteindre sont valorisées et appréciées, c’est-à-dire valuées.

Quelques conséquences pour l’étude du travail

  • 5  Toutes les citations qui suivent sont issues de Dewey, 1975, en particulier du chapitre X, « Intér (...)
  • 6  Renvoyant les valeurs à un arbitraire culturel, il échoue lui aussi à documenter empiriquement leu (...)

6Illustrons à présent, en mobilisant aussi un autre texte de Dewey5, ce que la Theory of valuation peut faire faire à la sociologie. En reconfigurant la notion d’intérêt, Dewey ne nous affranchit pas seulement de l’économie politique d’un côté et du sociologisme des valeurs de l’autre6. Il éclaire aussi l’omniprésence des valeurs au sein de l’agir dit « instrumental », et invite ainsi la sociologie du travail à se pencher sur le « souci de l’effort » et le continuum entre jeu et travail.

7La Theory of valuation défait la « fausse conception de la relation de l’intérêt et du moi », qui regarde ce dernier comme « quelque chose de fixe antérieur à l’action », « une quantité fixe et, partant, isolée ». Le « développement de lignes d’intérêt actives » engage plutôt, suivant l’expression de G. Simondon, un processus d’individuation. On peut alors comprendre que les considérations d’optimalité, d’utilité et d’efficacité soient particulièrement riches en valeurs, comme l’illustrent les travaux sur la pratique d’ingénieur (Vatin, 2008) ou la technique (Latour, 2000) : ces considérations sont indissociables d’une transformation corrélative des personnes et du monde, associant un processus d’organisation de l’attention à un « cours d’événements dans lequel nous sommes engagés et dont le résultat nous affectera » (Dewey, 1975, p. 168). Dewey revenait ainsi à l’étymologie de la notion d’intérêt : « ce qui est entre, ce qui unit deux choses par ailleurs éloignées l’une de l’autre » (p. 160). Elle désigne moins un état qu’une « carrière », c’est-à-dire un effort de transformation dans lequel nous rapportons les choses à « une situation en développement continu » : « S’intéresser, c’est être absorbé, enthousiasmé, entraîné par un objet. Prendre intérêt, c’est être sur le qui-vive, vigilant, attentif. Nous disons d’une personne intéressée, à la fois qu’elle se perd dans une affaire et qu’elle s’y trouve. Les deux termes expriment l’absorption du moi dans un objet. » (p. 159) Celle-ci est bien au cœur des opérations de valuation.

8Cette perspective amène à revenir sur la dichotomie entre jeu et travail selon laquelle, dans le jeu, « l’activité est à elle-même sa propre fin, au lieu d’avoir un résultat extérieur ». Pour Dewey, ce n’est pas le plaisir, l’amusement ou le désœuvrement qui définissent le jeu, mais c’est le fait que la continuité de l’activité n’y fasse pas question tant son résultat est direct et immédiat. La distinction entre jeu et travail est ainsi toute temporelle : « Quand une activité prend du temps, quand de nombreux obstacles s’interposent entre son début et sa fin, il faut réfléchir et persévérer » ; en devenant plus complexes, en exigeant « une assez longue série d’adaptations successives », les activités deviennent alors peu à peu du travail ; « quand on escompte des résultats passablement lointains ayant un caractère déterminé et demandant des efforts constants, le jeu devient travail » (p. 244-248). Ce continuum opère un tour de force : il interdit le rabattement du travail sur la contrainte, qui se déploie chez les psychologues en une théorie de la sublimation, chez les économistes néoclassiques en une théorie du salaire, et qui habite encore la tradition sociologique (Bidet, 2007). L’écart, dans le travail, entre l’opération et son résultat n’exclut pas, pour Dewey, le plaisir. En dehors des « conditions économiques artificielles qui tendent à faire du jeu un amusement pour les nantis et du travail un pénible labeur pour les pauvres », on ne saurait en effet dissocier le produit du travail du cours de l'activité et de l’intérêt pris à l’activité elle-même. Les patrons, nous rappelle Dewey, ont bien compris cela : ils « n’embauchent pas des ouvriers qui ne s’intéressent pas à ce qu’ils vont faire » (Dewey, 1975, p. 163). A contrario, c’est parce que les économistes opèrent cette dissociation factice qu’ils ont besoin d’introduire dans leurs modèles « la stimulation que constitue la pensée de résultats n’ayant rien à faire avec l’action en cours », et soutiennent que « le travail implique la subordination d’une activité à un résultat matériel ultérieur » (Dewey, p. 247-248).

  • 7  « L’activité pour l’activité ne constitue pas l’expérience » (Dewey, 1975, p. 173).

9La Theory of valuation invite à frayer une autre voie : celle d’une normativité immanente à l’agir. L’activité ne devient pas pour autant une fin en soi7. Si une fin en soi persiste chez Dewey, il s’agit plutôt du « processus éducatif » (p. 73) : dans tout agir créateur de valeurs ou d’habitudes, nous sommes en effet aussi créateurs de nous-mêmes.

Haut de page

Bibliographie

Bidet Alexandra, 2007, « La sociologie du travail face au salariat. Paradoxes d’une métrologie salariale », Le salariat. Théorie, histoire et formes, F. Vatin éd., Paris, La Dispute, p. 129-144.

Dewey John, 1975 [1916], Démocratie et éducation. Introduction à la philosophie de l’éducation, Paris, Armand Colin.

— 1993 [1938], Logique. Théorie de l’enquête, Paris, PUF.

Frega Roberto, 2006, John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, Paris, L’Harmattan.

Garreta Guillaume, 2004, «Enquête et observation. Dewey et les ressources de l’observable », La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, I. Joseph, B. Karsenti et L. Quéré éd., Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 15), p. 111-139.

— 2008, « De quoi parlent les jugements de valeur ? Dewey face à l’émotivisme », Les affections sociales, F. Brahami éd., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 269-308.

Joas Hans, 1999 [1997], La créativité de l’agir, Paris, Le Cerf.

Joseph Isaac, 2002, « Pluralisme et contiguïtés », L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves du civisme, D. Cefaï et I. Joseph éd., La Tour d’Aigues, L’Aube, p. 83-105.

Kaptelinin Victor et Nardi Bonnie A., 2006, Acting with Technology. Activity Theory and Interaction Design, Cambridge, The MIT Press.

Latour Bruno, 2000, « La fin des moyens », Réseaux, n° 100, p. 39-58.

Simon Herbert A., 1983, Reason in Human Affairs, Stanford, Stanford University Press.

Simondon Gilbert, 1989, « Valeurs et recherche d’objectivité », L’individuation psychique et collective, Paris, Aubier.

Vatin François, 2008, « L’esprit d’ingénieur : pensée calculatoire et éthique économique », Revue française de Socio-économie, n° 1, p. 131-152.

Weber Max, 1995 [1922], Économie et société, t. I, chap. I, « Les catégories de la sociologie », Paris, Pocket, p. 27-52.

Haut de page

Notes

1  Merci à Fabian Muniesa de nous avoir communiqué sa collection de textes de John Dewey On Valuation et à Julien Douçot pour sa lecture. Le texte « Theory of valuation » est disponible dans J. A. Boydston éd., The Collected Works of John Dewey, LW, The Later Works, 1925-1953, vol. XIII, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1981-1991, p. 189-252 (édition originale : International Encyclopedia of Unified Science, vol. II, n° 4, Chicago, The University of Chicago Press, 1939, p. 1-67).

2  Nous songeons au large usage de la notion de « buts » ; voir par exemple Kaptelinin, Nardi, 2006.

3  Sur la rationalité pragmatiste comme critique du paradigme instrumental, voir Frega, 2006, p. 251-284.

4  Ce second terme vise à rappeler le rôle décisif « des conditions culturelles et des institutions dans le façonnement des désirs et des fins, et ainsi des valuations » (1939, p. 64), systématiquement ignorées par les théories « émotivistes ». La section conclusive du texte (VIII) a pour titre : « Valuation and the conditions of social theory ».

5  Toutes les citations qui suivent sont issues de Dewey, 1975, en particulier du chapitre X, « Intérêt et discipline ».

6  Renvoyant les valeurs à un arbitraire culturel, il échoue lui aussi à documenter empiriquement leur genèse.

7  « L’activité pour l’activité ne constitue pas l’expérience » (Dewey, 1975, p. 173).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Bidet, « La genèse des valeurs : une affaire d’enquête », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/813 ; DOI : 10.4000/traces.813

Haut de page

Auteur

Alexandra Bidet

Chargée de recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs (CMH, CNRS, EHESS, ENS LSH, Université de Caen).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page