Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

La revue de sciences humaines Tracés, éditée par ENS Éditions, réunit deux fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour d’un thème ou d’un problème commun traversant les sciences humaines. Parfois, il s’agit de rendre compte d’un débat ancien qui a pris un tour nouveau en raison de l’actualité éditoriale ou d’événements politiques. D’autres fois, l’ambition est de soumettre à une interrogation croisée une notion que les multiples traditions intellectuelles et disciplinaires abordent en ordre dispersé ou bien encore tenter des rapprochements plus spéculatifs autour d’un terme aux usages mal contrôlés. La conviction profonde de Tracés est que le dialogue interdisciplinaire est non seulement possible mais fécond.

Dernier numéro en ligne
27/2014
Penser avec le droit

Sous la direction de Guillaume Calafat, Arnaud Fossier et Pierre Thévenin

Volontiers entretenu par les juristes, le postulat de l’autonomie du droit et de son « isolement » absolu vis-à-vis du monde social, a longtemps dissuadé les sciences humaines d’appréhender la pensée juridique pour elle-même. Inversement, les facultés de droit – en France tout particulièrement – se montraient d’ordinaire réticentes à intégrer les apports de la sociologie, de l’anthropologie ou de l’historiographie dans leurs cursus. Depuis une vingtaine d’années environ, on assiste à de sensibles évolutions, qui voient les sciences sociales s’aventurer franchement sur le terrain du droit et prendre en charge des questions qui touchent aussi bien aux usages du droit qu’à son fonctionnement spécifique et technique.

En offrant un aperçu de cette reconfiguration actuelle des rapports entre droit et sciences sociales, ce numéro laisse entrevoir quelques dynamiques et chantiers de recherches prometteurs. Plusieurs contributions pointent la manière dont la pensée critique a pu s’enrichir en envisageant le droit non plus comme un simple instrument de domination, mais bien plutôt comme une ressource mobilisable pour qualifier, analyser et contester une situation. D’autres montrent que ce changement de perspective s’accompagne d’une meilleure maîtrise, par les sciences sociales, des opérations du droit (fiction, qualification, etc.) et des spécificités du raisonnement juridique.

Pour mieux saisir le droit, il semble dès lors utile, d’une part, de réconcilier ses usages politiques avec l’analyse de l’outillage technique et formalisé des juristes ; d’autre part, de mieux distinguer les différentes formes de normativité, autrement dit de faire l’histoire comparée du concept et des mutations du droit.