Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Répondre en citoyen ordinaire. Pour une étude ethnopragmatique des engagements profanes1

Mathieu Berger
p. 191-208

Résumés

Nous traitons dans ce texte des capacités à s’engager en citoyen et en non-spécialiste dans une assemblée de « démocratie technique » (Callon, 2003) en la présence d’élus, de fonctionnaires, d’experts et d’autres citoyens. Nous introduisons parallèlement une méthode d’ethnographie analytique – associant pragmatique communicationnelle et filature ethnographique – susceptible d’améliorer la compréhension de ce que ces compétences profanes ont de plus spécifique. En esquissant une application de cette méthode à l’étude d’une situation banale, nous montrons les limites des approches strictement discursives de la concertation et faisons apparaître les espaces grammaticaux infradiscursifs – le rassemblement centré, le jeu interlocutoire, l’expérience collatérale et la menée collective – contribuant à régler les engagements en public des participants. Nous discutons enfin la portée critique des compétences de concertation non discursives ainsi mises au jour par l’ethnopragmatique.

Haut de page

Texte intégral

Remarques pour l’analyse grammaticale des discussions publiques

  • 1  Une version différente de ce texte a été présentée lors du colloque « Approches pragmatiques de l’ (...)

1L’existence des dispositifs de démocratie participative que nous connaissons en Belgique et en France dans les secteurs du développement urbain, de l’aide sociale ou de la santé se justifie a minima par l’aptitude supposée des personnes sollicitées (citoyens, habitants, usagers…) à trouver une place acceptable à la table des discussions aux côtés des représentants d’autorités politiques, administratives et techniques. Il est devenu habituel en sciences sociales de réduire cette capacité d’engagement en public et de participation à une capacité discursive de « délibération » (Blondiaux et Sintomer, 2002), à la faculté de produire un discours éclairé par des raisons publiques, de satisfaire aux principes d’une argumentation ou d’une critique articulant des formes de bien commun et engageant une désindexicalisation du propos, une « montée en généralité » (Boltanski & Thévenot, 1991). Plus récemment, en considérant le fait que les participants de ces assemblées ne se maintiennent pas d’un bout à l’autre de la séance dans un « régime de justice » – auquel cas ils seraient sans cesse occupés à interpeller, à critiquer, à argumenter, à motiver, à justifier –, certains auteurs ont proposé de considérer plus largement l’éventail des compétences et des incompétences grammaticales que peut manifester toute personne engageant la parole sur une scène plus ou moins publique (Cardon et al., 1995 ; Cefaï, 2002 ; Eliasoph, 2003). Nous nous plaçons dans le sillage de ces approches qui rappellent que tout engagement en public, même le plus ordinaire, fonctionne comme une mise à l’épreuve, actionne un test à l’issue duquel est reconduit ou non un consensus provisoire quant à la compétence et quant à la responsabilité de la personne. Le propre de ces approches grammaticales est de faire fortement coïncider compétences communicatives et compétences de contextualisation : pour l’individu intervenant dans une discussion publique, il existe une relation forte entre le fait de rendre ses propres propos reconnaissables – c’est-à-dire à la fois intelligibles, sur un plan cognitif, et acceptables, sur un plan normatif – et celui de reconnaître ce qui est en train de se passer, les règles contextuelles en vigueur au moment de son intervention. L’action compétente s’apparente alors à un influx de pertinence rendu possible par une prescience de la situation et de sa grammaire, c’est-à-dire l’« ensemble des règles à suivre pour agir d’une façon suffisamment correcte aux yeux des partenaires d’une interaction » (Lemieux, 2000, p. 110).

2Pour autant, évoquer simplement une « grammaire de la vie publique » reste un moyen peu dynamique, trop général et indifférencié de marquer l’importance du contexte et de la situation dans l’interprétation des prises de parole des citoyens en assemblée. Un travail d’observation mené ces dernières années à Bruxelles dans un dispositif de rénovation urbaine concertée, le contrat de quartier, nous a appris à distinguer systématiquement les prises de parole des citoyens comme des engagements adaptatifs, toujours produits « en réponse à », et à faire preuve de discernement dans l’étude des règles grammaticales déterminant la pertinence de ces engagements.

Suivre pour répondre

3La grammaire de l’action ne désigne pas seulement un ensemble de règles, mais, dans une perspective wittgensteinienne, des « règles à suivre », « dans le flux de la pensée et de la vie », pour agir, comme dit Lemieux, « d’une façon suffisamment correcte aux yeux des partenaires » (2000, p. 110). Une telle approche dynamiste et externaliste de la compétence par l’angle de la coordination et de l’accord rend à l’action en public toute son incertitude dans la mesure où sa pertinence dépend à la fois du déroulement des opérations et du jugement d’autrui. Elle accentue la vulnérabilité qui pèse sur les engagements en public, en même temps qu’une conception évolutive de l’ordre social. Pour les citoyens qui sont les invités des dispositifs de participation, agir et prendre la parole de manière compétente demande avant tout de rester branché sur l’activité ouverte et sur l’action en cours, de mettre à jour en continu son rapport à soi et aux autres, bref, de suivre, au sens le plus commun du terme. Le postulat associé – un postulat qui entend justifier une entrée microsociologique et observationnelle sur l’activité démocratique – est le suivant : les compétences de citoyens ordinaires et de non spécialistes à engager une parole ou un geste acceptable dans un espace de démocratie technique reposent principalement sur des « aptitudes attentionnelles » et sur l’état d’éveil de leurs « sens sociaux » (Conein, 2005). C’est qu’il faut avoir suivi pour donner suite correctement : il y a continuité entre le fait de « suivre » au sens d’être attentif à, et « suivre » au sens de venir après ou de succéder à. Car chronologiquement, dans le développement des réunions participatives auxquelles nous avons assisté, la prise de parole des habitants suit celle des élus locaux et celle des experts. En se rendant dans des dispositifs de concertation de l’action publique où sont rendus discutables des projets particuliers et des options générales de rénovation urbaine, ces participants sont, contrairement à leurs partenaires élus, experts et fonctionnaires spécialisés, continuellement maintenus dans un régime de réactivité (responsiveness) : répondre présent, écouter l’introduction du président de séance et les consignes pratiques livrées par l’animateur du programme, assister à l’exposé technique des urbanistes, y réagir en posant une question d’éclaircissement, en formulant une critique, en dénonçant une stratégie sous-jacente à une proposition, en imaginant une contre-proposition, en quittant la salle par ennui, etc. Dans une perspective qui remonte au pragmatisme de John Dewey et de George H. Mead, nos « unités élémentaires [...] sont des réponses qui trouvent leur sens et leur cohérence dans une syntaxe de conduites » (Joseph, 1998, p. 12).

Suivre sur plusieurs tableaux

  • 2  Notons que nos développements sur Goffman et la fécondité de la microsociologie goffmanienne pour (...)

4Une seconde remarque et le postulat qui l’accompagne ne visent plus à dynamiser les notions de « grammaire » et de « compétence grammaticale », mais à les pluraliser. Il n’y a pas seulement pluralité de règles, mais pluralité des espaces grammaticaux. Une référence à Erving Goffman s’impose2. Nous lisons ses différents ouvrages comme les fragments d’une vaste « théorie cognitivo-pratique » (Ogien, 2007a) articulant, en définitive, quelques-unes des principales dimensions contextuelles de l’engagement individuel en situation. Les déplacements opérés par ses différents livres dans l’épaisseur normative des situations font apparaître le contexte comme autre chose qu’« une catégorie résiduelle, quelque chose d’indifférencié et de global ». Être sensible au projet de Goffman, c’est refuser tout recours vague à une grammaire de la discussion publique, à « la simple affirmation que le contexte compte » (Goffman, 1987, p. 81). C’est au contraire essayer de démêler les « liens pragmatiques » que les engagements de parole « tissent entre les textes et leur contexte » (Terzi, 2005, p. 446) ; des liens toujours multiples, même si entortillés dans l’action. La notion d’« analyse in situ », parfois utilisée à titre rhétorique pour labéliser toute étude présentant des éléments d’observation, est ici employée dans ce que nous imaginons comme sa version forte : les éléments d’observation récoltés dans la situation sont mis au service d’une analyse de la situation. Quels sont ces espaces grammaticaux intriqués qui, ensemble, organisent les situations sociales et guident les engagements de parole ?

5Il y a premièrement ce que Goffman a appelé l’« occasion sociale » ou le « cadre primaire », et que nous appellerons ici l’activité. Nous partons du principe que tout participant en réunion est d’abord soucieux d’appréhender correctement l’activité dans laquelle il met les pieds (par exemple, un débat) ; qu’il doit pour cela répondre en pratique et de manière satisfaisante à la question « Que se passe-t-il ici ? » en faisant preuve d’une justesse topique (portant sur les lieux et mondes possibles du débat), participationnelle (portant sur son rôle et celui de ses partenaires dans le débat) et langagière (portant sur l’empaquetage et la livraison de l’énoncé) ; qu’il doit le cas échéant pouvoir offrir d’autres réponses, et commuter de format de saisie quand l’activité vient à se transformer. L’activité est donc la médiation symbolico-institutionnelle, le « modèle réactif commun » nécessaire à l’inter-action des participants. La plupart des approches dites grammaticales, sans se référer pour autant aux « cadres » de Goffman, se cantonnent à cette première grammaire officielle de l’activité, qui a dès lors tendance à passer pour la grammaire.

6L’œuvre de Goffman nous permet de penser le couplage de cette première grammaire de l’activité à une grammaire de surface, qu’il a appelée l’« ordre de l’interaction » (1983), et qui est relative à la coordination microspatiale et microtemporelle de l’action conjointe. Cet « ordre de l’interaction » articule ainsi les ensembles de règles du rassemblement centré et du jeu interlocutoire : prise sous l’angle microspatial de la coprésence et de la co-orientation des participants, la situation sociale est définie par Goffman comme « une niche écologique de perception mutuelle » (1963, p. 95) ; envisagée du point de vue microtemporel de l’échange (interchange), de l’alternance des actes inter-locutoires, la situation désigne la « position d’un acteur » dans une séquence conversationnelle (1987, p. 11-84), rituelle (1973, p. 73-180) ou agonistique (1969). Dans une perspective goffmanienne, le rapport d’un participant à la situation comme activité est possible par une prise sensible sur la situation comme écologie dynamique, comme environnement spatio-temporel immédiat. C’est pris dans cette écologie dynamique que l’acteur se documente sur l’activité et saisit les indices de sa transformation.

  • 3  Laurent Thévenot parle de menée pour qualifier « une séquence d’interventions qui a un horizon tem (...)

7Enfin, si la détermination de l’activité s’appuie sur le « contexte étroit » de la coordination microlocale de l’action, elle se fait aussi par une maîtrise des extensions temporelles et spatiales de la situation et de son ancrage à un « contexte plus large » (Cicourel, 1981). Dans « Les cadres de la conversation », où il traite des moments de bavardage où sont constamment rejoués des événements et rapportés des propos de locuteurs absents, Goffman (1991, p. 490) historicise la situation en la définissant comme le contexte dans lequel on rapporte par opposition au contexte auquel on (se) rapporte. Sous cet angle, agir en situation ne signifie plus agir dans l’instant, mais agir en relation à un matériel expérientiel qui déborde la situation et à la grammaire plus profonde qui l’organise. Ainsi, dans les processus de concertation que nous étudions, chaque situation est un certain présent dans le flot et le flou de l’expérience collatérale des participants, au cours de laquelle se sont laissés accrocher au passage certains des éléments documentant actuellement l’activité (propos entendus et notés, images vues, documents distribués, vocabulaires sédimentés…). Selon la distinction fameuse de John Dewey (2005) entre l’expérience et une expérience, la situation peut aussi voir émerger la conscience d’une expérience. Elle devient dans ce cas « resituation » : le « maintenant daté » et l’« ici localisé » (Ricœur, 1990, p. 70) d’une menée collective3 qui a son unité et sa structure d’intrigue.

Comment suivre les acteurs se suivre ?

8Évoquer ces multiples « compétences à suivre » est l’occasion de rapprocher les défis posés aux voix ordinaires en réunion publique de ceux que doit relever l’enquête sociologique, comme « suivi de second degré ». Quels moyens se donner pour suivre les acteurs se suivre ? Nous voulons présenter ici une méthode d’enquête misant à la fois sur l’observation et la description naturalistes de cours d’action en situation et sur la filature des acteurs dans des cours d’action plus larges, parcourant une multiplicité de lieux et de moments. Gourmandes en temps, l’analyse de situation et la filature sont rarement prises au sérieux, ou rarement menées au bout. Or, seule la combinaison de ces techniques d’enquête ouvre sur des grammaires à la fois plus superficielles (le rassemblement centré, le jeu interlocutoire) et plus profondes (l’expérience collatérale, la menée collective) que la grammaire officielle de l’activité, et nous permet de rendre compte de l’éventail des compétences en partie « infradiscursives » et « présymboliques » (Ferry, 2007) sur lesquelles s’appuient les participants citoyens et non spécialistes pour signifier leurs engagements dans l’arène publique (Berger, 2008).

  • 4  La très bonne expression « interactionnisme non symbolique », mettant fin à l’assimilation encore (...)

9La grammaire la plus superficielle, celle de l’« écologie dynamique » du rassemblement et de l’interlocution, invite aux activités d’observation naturaliste sur lesquelles se fondent l’interactionnisme « non symbolique » d’Erving Goffman4 et l’analyse de conversation de Harvey Sacks et Emmanuel Schegloff. Mais en vue de tenir compte des grammaires plus profondes de l’action conjointe, et à la différence de la plupart des travaux d’inspiration goffmanienne ou ethnométhodologique, les analyses que nous visons cherchent à intégrer un matériel expérientiel et des totalités temporelles et spatiales qui excèdent les parenthèses de la situation. Concrètement, dans un processus de concertation, les acteurs que nous observons prennent toujours la parole à un certain moment d’une certaine réunion, organisée à l’intérieur d’une certaine phase du processus de projet, et cela sur une certaine « scène » parmi d’autres. L’ethnographie à laquelle nous pensons n’est donc pas seulement combinatoire (au sens de combiner les canaux de description et les angles d’approche de la situation – Dodier & Baszanger, 1997), elle est aussi ambulatoire.

10Un exemple intéressant de ce type d’approche est proposé par l’anthropologue de la communication Alessandro Duranti dans From grammar to politics (1994). Sur la base d’enregistrements et d’observations, le linguiste américain étudie les connexions pragmatiques unissant des énonciations à leur contexte d’activité et d’interaction (une cérémonie politique villageoise samoane, le fono), et établit les contours de ce qu’il appelle « une grammaire du blâme et de la louange ». Élucider la spécificité d’un geste, évaluer la force illocutoire d’un acte de langage demandent à l’auteur de confronter les données conversationnelles enregistrées et ses notes d’observation sur l’ordonnancement spatial et temporel de la réunion, mais également de sortir des « parenthèses » de la cérémonie pour considérer la vaste gamme des activités publiques ordinaires et des environnements routiniers dans lesquels se trouvent pris ces mêmes acteurs. La voie ouverte est celle d’une « ethno-pragmatique » du politique (ibid., 1994, p. 169). À la rigueur de la description naturaliste des conduites devrait ainsi correspondre le souci de rendre compte avec netteté des éléments d’arrière-plan embarqués par les acteurs dans la situation. Pour resituer ses descriptions serrées, l’analyste ne doit pas s’exiler de la situation, mais plus que jamais « suivre les acteurs se suivre » et s’indiquer les uns aux autres le contexte non strictement local de leurs énoncés. Le « situationnisme méthodologique » (Trom, 2003) que nous défendons ne désigne donc pas une approche qui, partant de l’étude d’une situation, abandonne ensuite un langage de description pour dévoiler les éléments culturels, sociaux et historiques nécessaires à son interprétation, mais une perspective pour laquelle l’analyse d’une situation appelle la prise en compte des situations du passé qui s’y trouvent enchâssées d’une manière ou d’une autre.

11Sur un plan sémiotique, la pluralité des grammaires étudiées demande à l’ethnopragmatiste de rester attentif à l’hétérogénéité des régimes de signes mobilisés dans les interventions et les engagements des participants d’une réunion : symboles, indices et icônes (Peirce, 1978). La « grammaire officielle » de l’activité est celle des symboles et des propositions discursives (Ferry, 2007). L’environnement spatio-temporel immédiat, l’« écologie dynamique » de l’interaction est par excellence un royaume d’indices et de signaux. Au niveau de la grammaire plus profonde de la mémoire, si la resituation dans une « menée collective » demande elle aussi la mobilisation d’indices (dates, lieux, connecteurs…), la référence à l’« expérience collatérale » des participants – le plus souvent par allusion ou par évocation – est signifiée par des icônes. Pris par sa relation au rassemblement centré, au jeu interlocutoire, à l’expérience collatérale et à la menée collective, le participant engageant la parole dans une réunion traduit dans une grammaire symbolique et discursive un texte structuré en partie par d’autres grammaires présymboliques et infradiscursives : une « grammaire indiciaire » qui associe le signe et son objet par contiguïté, et une « grammaire iconique » qui les associe en vertu d’une ressemblance (Ferry, 2007, p. 24).

Enquêter sur les grammaires infradiscursives de la concertation

  • 5  Les conversations des quinze réunions publiques les plus officielles de ce processus furent enregi (...)

12Après avoir développé les éléments d’une théorie des « compétences à suivre », après avoir précisé les techniques d’enquête et les catégories sémiotiques dont nous disposons pour les suivre et les analyser, il est temps de présenter notre matériel et de nous essayer à l’analyse. Dans le cadre d’une enquête sur différents dispositifs de démocratie participative existant en Belgique, notre principale étude de cas nous amena à suivre – sur dix-huit mois (janvier 2004 à octobre 2005) et trente-deux réunions5 – les évolutions du processus de concertation développé autour du contrat de quartier Malibran à Bruxelles. Un contrat de quartier est un dispositif de revitalisation urbaine concertée financé par le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, à l’occasion duquel les habitants d’un quartier (ici, le quartier Malibran) sont invités à se concerter avec des élus locaux, des experts urbanistes et des fonctionnaires spécialisés sur un programme de « développement intégré » pour le quartier et sur l’usage qui sera fait de l’enveloppe de dix millions d’euros dont dispose la commune pour mener à bien ce programme. Un contrat de quartier dure quatre ans, la première année étant entièrement consacrée à l’élaboration concertée de ce « programme de base ». À Malibran, le processus de concertation s’avéra particulièrement tendu, montrant des habitants déterminés à négocier farouchement les éléments de contenu du programme de base, à la suite des propositions formulées initialement par l’équipe communale et le bureau d’experts urbanistes recruté pour l’occasion. Sur la base d’un exemple, nous voudrions montrer comment les compétences manifestées par certains des habitants sont décelables dans des engagements énonciatifs élémentaires ne se confondant pas avec des « propositions », au sens ordinaire du terme, ou des « discours ».

Compétences discursives

13Comme nous l’avons signalé, les analyses grammaticales des engagements de parole en public tendent à se limiter au niveau symbolico-institutionnel de l’activité et à des études de type « analyse du discours ». Or, si l’analyste en reste à ce premier niveau grammatical, dans le cas du contrat de quartier « Malibran », il ne pourra qu’être déçu. À moins qu’il lui importe plutôt de mettre en évidence les incompétences discursives et les infractions à la grammaire symbolico-institutionnelle de la réunion ! Non que les habitants du quartier ne soient détenteurs dans l’absolu de capacités à discourir ou à proposer ; simplement, leurs partenaires n’attestent généralement pas ces capacités et ne leur reconnaissent donc pas une compétence de cet ordre. Dans l’environnement technocratique de ces commissions, où les titres de spécialistes ont déjà été décernés à l’élu, au chef de projet, à l’expert urbaniste, au fonctionnaire spécialisé, il est particulièrement difficile pour des participants identifiés comme citoyens ordinaires d’investir l’espace spécialisé des symboles, de faire agir une parole au sens où l’entend la théorie des « actes de discours ». Les propositions discursives des habitants sont systématiquement invalidées pour leur absence de pertinence topique (ils ne réfèrent pas à des objets ou à des thèmes légitimes), participationnelle (ils assument un rôle que les partenaires ne sont pas prêts à leur reconnaître) ou linguistique (ils intègrent leur proposition dans un langage qu’ils ne possèdent pas). Privilégier une approche discursive dans l’analyse des matériaux semble conduire l’analyste à répéter continuellement le constat de l’incompétence des participants citoyens, et à accréditer une sociologie immédiatement critique de ces dispositifs de démocratie participative. Il serait faux de dire que les participants citoyens du contrat de quartier ne maîtrisent pas les codes logiques de la grammaire symbolico-institutionnelle de l’activité. Mais il est important pour notre propos d’affirmer que quand ils manifestent cette compétence officielle et discursive, ils le font plutôt négativement, en évitant de faire un usage proprement discursif de leurs engagements de parole. Ces participants apprennent par-là à « répondre en citoyen ordinaire », à mettre discrètement les pieds dans une activité de discussion, à ordinariser leur parole en la dépouillant de sa teneur discursive.

14Examinons une situation. Le 9 novembre 2004, dans le cadre d’une réunion publique du contrat de quartier Malibran, en fin de séance, s’ouvre un moment consacré aux questions d’éclaircissement à l’occasion duquel plusieurs participants évoquent un projet particulier figurant dans le programme de base : la construction d’un ascenseur urbain et l’aménagement d’un petit parc à proximité directe. Après une intervention par une habitante du quartier interrogeant la budgétisation générale de ce projet, une participante, elle aussi présente en commission au titre de déléguée des habitants, prend la parole : « Oui, j’aurais voulu revenir sur un point, suite à ce que dit Iseut, c’est sur cette histoire de mur de soutènement, si je me souviens bien, ce serait à la charge du contrat de quartier… »

15Il s’agit ici d’un énoncé certes banal, comme il y en a des dizaines au cours d’un processus de concertation de douze mois. Ce qui importe, c’est qu’un énoncé comme celui-ci permet à une personne inscrite dans le dispositif au titre de déléguée des habitants de mettre les pieds de manière appropriée dans une activité de discussion collective ; d’adopter une posture grammaticalement correcte en regard des caractéristiques de l’activité en cours. Goffman avait cette formule maintes fois citée : « Nous sommes les locataires de nos convictions. » Nous pourrions reprendre celle-ci à notre tour et affirmer, plus largement, que les individus ne sont que les locataires de leurs « postures » (footing), de leurs relations aux autres, à eux-mêmes et aux activités réglées dans lesquelles ils se trouvent pris. En effet, ce « j’aurais voulu revenir sur un point » résonne dans tous les « j’aurais simplement voulu savoir si », « je voudrais peut-être attirer l’attention sur », « je voulais aborder la question de » […] entendus au cours d’un processus de concertation, et qui constituent pour des citoyens ordinaires des modes standard pour introduire une prise de parole en public.

16La maîtrise négative des codes logiques de l’activité de discussion se produit d’abord dans l’usage de modalités virtualisantes (« vouloir ») et irréalisantes (forme conditionnelle + « si je me souviens bien »). Ces préfaces fonctionnent premièrement comme des formes d’atténuation de la proposition, « irréaliser une proposition reven[ant] à atténuer sa force illocutoire » (Gaik, 1992, p. 277). Mais comme le montre Frank Gaik, les irrealis ne font pas qu’atténuer la fonction pragmatique d’une proposition, ils sont eux-mêmes dotés d’une fonction pragmatique positive et propre. En ce sens, on peut également les approcher comme des invitations discrètes à entrevoir des « mondes possibles » qui n’engagent pas assertativement la responsabilité du locuteur (ibid., 1992, p. 271). En évitant de symboliser et donc d’affirmer, la locutrice s’appuie positivement sur une capacité d’ordre iconique lui permettant d’évoquer une possibilité. Sa façon de faire allusion à un objet technique en profane, en le gardant à distance (« cette histoire de mur de soutènement ») est une autre marque de l’iconicité de son énoncé.

17De même, alors que la locutrice s’engage manifestement dans un jeu d’équipe avec « Iseut », elle veille à ne pas officialiser cette alliance. Elle ne dit pas « Iseut et moi, nous pensons qu’il est inacceptable que le mur de soutènement soit à la charge du contrat de quartier », ni même « Iseut a raison ». Les représentants communaux en charge de la concertation acceptent difficilement de telles coalitions d’habitants. Elle charge au contraire sa solidarité d’une forte indexicalité en indiquant qu’elle « voudrait rebondir sur » le propos de la locutrice précédente, d’ailleurs assise derrière elle sur sa gauche, et qui vient de lui passer le micro. En n’ayant pas le loisir de manipuler positivement les codes logiques du « cadre primaire », de l’activité générale de concertation, les participants identifiés comme citoyens ordinaires doivent pouvoir s’appuyer sur de telles structures de surface et reconnaître l’activité dans toute sa particularité. Ils doivent montrer une compétence à utiliser ce qui est directement « sous leur nez », à manipuler les « cadres secondaires » d’une activité continûment mise à jour, transformée, modalisée, particularisée. En mobilisant toujours l’exemple cité, nous allons parcourir rapidement ces espaces grammaticaux infradiscursifs sur lesquels s’appuient « positivement » les participants profanes, en commençant par l’espace grammatical de surface du rassemblement centré et du jeu interlocutoire, et en finissant par la grammaire plus profonde de l’expérience collatérale et de la menée collective.

Compétences de rassemblement 6

  • 6  Nous empruntons la notion de « compétences de rassemblement » à I. Joseph (1998).

18La question des « cadres secondaires » nous montre comment la situation abordée comme cadre d’activité devient indissociable de la situation entendue comme configuration sensible, comme niche écologique et de perception mutuelle. Pour rester dans le cadre de l’activité, pour suivre ses transformations, la locutrice a besoin de prises et d’indices disponibles dans un environnement direct. Les salles de réunion sont des dispositifs dont le programme propre consiste à favoriser des rassemblements centrés, à organiser la pleine coprésence de dizaines de participants en un espace de visibilité et d’audition mutuelle, de telle manière que tout participant suivant une activité et sa transformation le fait par l’exercice de ses sens nus, en captant les gestes et les paroles d’autrui, en tendant l’oreille, en suivant du regard l’alternance des locuteurs et les déplacements d’un foyer d’attention conjointe à l’intérieur de l’espace commun. Le rassemblement centré a sa grammaire et ses règles élémentaires : focalisation, mutualisation, engagement.

19La réunion de concertation unissant les participants est un espace focalisé. Par la coorientation des corps et des regards, les participants du rassemblement établissent et maintiennent un « foyer d’attention conjointe » qui se détache d’un arrière-plan et autour duquel s’organise la communication dominante. La locutrice de notre exemple, pour faire agir son énoncé, doit être le centre de l’attention au moment où elle le produit. Le microphone sans fil qu’elle utilise fonctionne ici comme un marqueur. Le moment où Iseut le lui transmet de main en main ouvre pour elle un « état de parole » provisoire. L’augmentation du volume sonore de la voix que permet l’usage du microphone permet en outre à l’audience de détacher plus clairement sa voix de communications secondaires ou d’un brouhaha ambiant. En produisant son énoncé, la locutrice joue de sa capacité de focalisation et compte sur celle de son audience pour distinguer une figure d’un fond, à partir de déictiques et d’expressions indexicales. Pour les personnes présentes, la correction du propos que la déléguée des habitants tient à la chef de projet au sujet du mur de soutènement peut en effet s’interpréter tant au niveau de la grammaire discursive de l’activité (pertinence topique, pertinence participationnelle, pertinence linguistique) qu’au niveau de la « grammaire indiciaire » du rassemblement centré. Simplement, le fait qu’elle lui parle ainsi de cela est jugé suffisamment correct.

20L’attention conjointe qui s’organise dans l’espace de réunion s’accompagne de possibilités d’attention mutuelle. La locutrice est prise au moment de son intervention dans un face-à-face avec la destinataire indiquée de son énoncé, à savoir la chef de projet du contrat de quartier, qui lui accorde son attention, à laquelle elle accorde son attention et par rapport à laquelle elle ajuste sa conduite dans cette forme de réciprocité pure que permet un contact « d’œil à œil » (Goffman, 1963, p. 93). Ce face-à-face étant un face-à-face en public, la relation établie entre la locutrice et la chef de projet n’est pas dyadique, mais triadique. L’une et l’autre peuvent, par des regards de côté, rester attentives et disponibles à d’autres participants, ou chercher à les impliquer, comme lorsque la locutrice accorde un regard rapide à Iseut, peut-être pour guetter son approbation et valider le « jeu d’équipe » dans lequel elle l’embarque. Plus généralement, l’espace du rassemblement, certes focalisé en un point, demeure l’espace d’une perception mutuelle diffuse, où tout participant présent et visible est exposé au monitoring général de ses coparticipants.

21Ceci nous amène à une troisième règle fondamentale : les participants sont tenus de demeurer engagés, à des degrés différents selon leur position par rapport à l’action. Ainsi, si la locutrice et ses interlocuteurs directs peuvent manifester une forme d’absorption, l’engagement peut perdre de son intensité par-delà les contours de cette région. Un engagement minimal reste cependant exigé : il est requis pour l’ensemble des participants « toujours en jeu » de montrer un certain maintien de soi, une certaine disponibilité, d’afficher un minimum de « tonus interactionnel » (Goffman, 1963, p. 25-30). L’ordre de l’interaction oblige à un engagement partagé, interdit en tout cas un désengagement total de l’une des parties. Ajoutons enfin que si l’absence d’engagement constitue une infraction à l’ordre de l’interaction, l’« hyper-engagement » (ibid., 1963, p. 51) par lequel un participant se rend trop présent, trop disponible, en est une autre.

Compétences d’interlocution

22En nous appuyant largement sur un texte éclairant de Patrick Pharo (1991, p. 61-92), il faudrait dire quelques mots de la manière dont l’activité se temporalise dans l’alternance des répliques d’un « jeu interlocutoire ». Comme nous le posions précédemment, sous l’angle de la dynamique interlocutoire, agir en situation revient à occuper une position dans un échange ou une séquence d'actes. Nous serons courts sur ce point, dans la mesure où un pan entier de l’ethnométhodologie s’est structuré autour de la formulation d’une grammaire-pour-la-conversation. Insistons simplement sur le fait que l’environnement immédiat dans lequel un participant trouve les indices et les prises qui lui permettent de prendre part à l’activité ne se réduit pas à cet espace visible au-devant de lui et à ces objets saisissables qui l’entourent (un carnet, un microphone, un dossier, un plan…), mais s’étend également aux verbalisations des tours conversationnels précédant son intervention, et qui, pour ainsi dire, résonnent encore dans l’espace de réunion. Les actes interlocutoires successifs, les « coups » déjà joués par les partenaires posent une contrainte à honorer, un environnement normatif changeant, en même temps qu’ils habilitent tout nouvel engagement de parole en offrant des prises, quelque chose à accrocher au passage. C’est le cas quand la locutrice de notre exemple profite de la récente allusion d’Iseut au mur de soutènement pour « rebondir » et inviter les partenaires de l’interaction à y « revenir » : si elle ne le fait pas maintenant, cet objet sera peut-être bien vite balayé par la dynamique des conversations. Se montrer compétent dans l’inter-locution dépend en effet d’une aptitude à prendre la mesure de la « pression normative à double sens qu’exercent les unes sur les autres les répliques successives » (ibid., 1991, p. 64) : la pression normative posée par les répliques précédentes et celle qu’exercent, par anticipation, les répliques à venir. Dans notre exemple, cela nous demande de comprendre la manière dont la réplique de la locutrice coopère avec une réplique directement antérieure tout en montrant une attention aux répliques à venir – attention marquée notamment par la brièveté de son intervention. La pression normative que sont censées exercer les répliques nous demande également de vérifier les conséquences pratiques de l’invitation faite par la locutrice. Dans nos données, nous constatons que les participants de l’assemblée répondent à l’invitation de la locutrice en revenant effectivement sur « cette histoire de mur de soutènement » pendant quelques minutes, une dizaine de tours de parole. Mais nous pourrions repérer de nombreux exemples dans lesquels les partenaires de l’interaction ne cèdent pas à la pression posée par une invitation à « revenir sur », et reprennent un cours d’action là où ils l’avaient laissé au moment de ce qui apparaîtra alors comme une « interruption ».

Compétences d’évocation et de resituation

23Comme nous l’avons déjà suggéré, la locutrice, en évitant l’intégration discursive d’une proposition, s’appuie sur un agencement d’indices et d’icônes. Elle ne fait pas qu’indiquer, elle évoque et fait allusion. Cette distinction que présente la sémiotique peircienne permet d’étendre le domaine des « aptitudes attentionnelles » et des « sens sociaux » (Conein, 2005) aux capacités à puiser dans l’expérience et à se resituer dans une expérience. Les règles civiles élémentaires que doivent suivre les participants au niveau microspatial et micro-temporel de l’« ordre de l’interaction » se prolongent d’obligations de mémoire.

  • 7  Goffman, comme Peirce d’ailleurs, parle d’acquaintance pour nommer l’expérience collatérale (Goffm (...)

24La mémoire, certes à très court terme, est déjà sollicitée dans la micro-temporalité du jeu interlocutoire quand la locutrice reproduit la référence au mur de soutènement produite initialement par la partenaire Iseut. Mais bien au-delà, sa référence au mur de soutènement fait surtout écho, à travers un « réseau d’interlocutions » (Pharo, 1991) beaucoup plus large, à toutes les occurrences de l’objet « mur de soutènement » dans les discussions publiques des mois précédents, et lors desquelles les experts urbanistes parlèrent à plusieurs reprises de la possibilité que le coût de ce mur soit pris en charge par le budget du contrat de quartier. L’icône « mur de soutènement » ne renvoie dès lors pas seulement à elle-même, mais se répercute sur un objet qui lui est associé : le projet d’aménagement d’un ascenseur urbain et d’un parc public au cœur du quartier ; un projet dont la pertinence fut mise en doute par les délégués des habitants dès le début du contrat de quartier, et dans lequel la construction d’un mur de soutènement trouve sa fonction technique. Ainsi, quand la locutrice fait savoir sa préoccupation concernant cette « histoire de mur de soutènement », elle évoque aussi les nombreuses fois où des habitants ont mentionné avec méfiance « cette histoire d’ascenseur » et « cette histoire de parc ». S’il est possible à son énoncé d’avoir cet effet évocateur, c’est qu’il s’appuie sur une série d’éléments déjà connus de tous, sur l’expérience collatérale7 des participants du contrat de quartier.

  • 8  Il est certain que cette analyse rapide n’honore pas suffisamment les principes de l’enquête ethno (...)

25Faire preuve de mémoire, ce n’est pas seulement suivre les règles d’une grammaire de l’évocation, mais aussi, et simultanément, celles d’une grammaire de la resituation selon laquelle la situation est un « ici localisé » et un « maintenant daté ». Il est clair que la locutrice de notre exemple s’appuie sur des repères spatio-temporels qui dépassent la situation de coprésence et la réunion du jour. La discussion sur le mur de soutènement qu’elle appelle de ses vœux n’est qu’une « vague » dans la réunion du jour, qui elle-même propose une « avancée » dans la menée collective d’ensemble que représente le processus de concertation tenant en haleine, depuis dix mois, et pour encore deux mois, les différents acteurs du contrat de quartier. Agir en situation, pour elle, c’est donc aussi s’avancer dans un présent ouvrant sur « des horizons de mémoire et d’anticipation » ; c’est formuler sa resituation dans des « faisceaux d’activités », des « archipels de rassemblements » et des « réseaux d’interlocutions » (Cefaï, 2002 ; Pharo, 1991). À la date de la réunion du 9 novembre 2004, le processus de concertation est arrivé à une certaine phase après laquelle certaines options prises deviennent des décisions irréversibles. Il peut apparaître à la locutrice désormais pressant de tirer au clair « cette histoire de mur de soutènement »8.

Conclusion : vulnérabilité et portée critique des engagements profanes

26Dans cet article, nous avons distingué les différents espaces grammaticaux organisant la concertation publique et donné un aperçu de l’ampleur du travail de signification fourni, dans leurs engagements de parole, par les acteurs de ces assemblées. Nous avons précisé que, dans le cas des participants citoyens maintenus dans un régime de réaction, ce travail engageait des compétences de situation d’un type particulier : des « dispositions à répondre » (Genard, 1999), des « compétences à suivre ». Sur la base d’un exemple présentant une forme commune d’engagement pour un profane en assemblée, nous avons cherché à rendre compte dans leur dynamique et leur multiplicité de ces compétences ordinaires à se maintenir dans l’activité, à se raccrocher à des indices sensibles dans l’espace du rassemblement, à se loger dans un jeu interlocutoire, à évoquer une expérience collatérale, à se resituer dans une menée collective.

27Nous voulons croire que le travail présenté sur les situations de concertation et leur épaisseur ouvre une piste encore inexplorée pour saisir ce que les compétences citoyennes manifestées au cœur de ces assemblées ont de plus singulier. Cette piste est la suivante. Contrairement aux élus et aux experts, qui peuvent jouer des grammaires officielles et discursives de l’activité tout en faisant occasionnellement infraction aux civilités élémentaires, aux grammaires subliminales et infradiscursives du rassemblement, de l’interlocution et de la resituation, les participants citoyens sont tenus en toute occasion de manifester publiquement l’ensemble des « compétences à suivre » et des « aptitudes attentionnelles » que nous avons présentées. Il pèse ainsi sur leurs engagements une vulnérabilité considérable et toute particulière. Comme nous l’indiquions déjà plus haut, ils sont davantage que les autres dépendants du bon exercice de leurs « sens sociaux ».

28Ceci étant dit, si les « sens sociaux » des participants profanes sont suffisamment aiguisés, s’ils ont appris à s’appuyer sur ces grammaires infra-discursives de la concertation, leurs engagements de parole peuvent développer une portée critique spécifique. Car l’ordre interactionnel des civilités et l’ordre officiel des légitimités sont liés par une sorte de « couplage flou » (Goffman, 1983). La compétence, dans ces conditions, peut alors être abordée non seulement comme « la capacité à reconnaître la pluralité des champs normatifs », mais aussi comme la « faculté [...] de se glisser dans les espaces interstitiels que les univers de règles ménagent entre eux » (Lepetit, 1995, p. 20). Dans les assemblées du contrat de quartier Malibran, tout s’est passé comme si les citoyens invités, particulièrement obligés par les grammaires subliminales de la civilité ordinaire, dépendant particulièrement de leurs aptitudes attentionnelles et de leurs « sens sociaux », de leurs compétences indiciaires et iconiques, s’en étaient fait une spécialité propre. Le cas Malibran nous invite alors à formuler une hypothèse originale concernant ces nouvelles formes d’expertise citoyenne dont on parle tant actuellement. Cette expertise profane porterait sur la question des civilités ordinaires dans l’interaction, sur une éthique de l’être-ensemble et du mener-quelque-chose-ensemble. Les citoyens qui se font entendre et qui durent dans ces assemblées participatives ne sont pas ceux qui cherchent à discourir, à représenter, à symboliser, à affirmer, mais ceux qui parviennent à suivre et à montrer qu’ils suivent. Ceux qui tiennent des notes, épluchent les procès-verbaux des réunions, mettent en question la continuité ou la cohérence du processus. Ceux qui se font les gardiens de la mémoire du contrat de quartier en signalant, en évoquant, en ramenant à l’avant-plan certains objets en passe d’être oubliés. Ceux qui assistent à l’ensemble des réunions, qui attendent leur tour, qui parlent dans le micro, qui jouent le jeu. Ou encore ceux qui relèvent chez d’autres l’« absence répétée », l’« inattention », l’« impolitesse », le « manque d’engagement », la « posture nonchalante » ou l’« attitude méprisante ». Ceux qui, en publiant des indices et des formes de preuves sur l’état de la relation, accèdent par un chemin inattendu à un régime d’objectivité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berger Mathieu, 2008 (en cours), Répondre en citoyen ordinaire. Une ethnographie des compétences citoyennes dans un dispositif de concertation bruxellois, thèse de doctorat en sociologie, Université libre de Bruxelles.

Blondiaux Loïc et Sintomer Yves, 2002, « L’impératif délibératif », Politix, n° 57, p. 17-35.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Callon Michel, 2003, « Quel espace public pour la démocratie technique ? », Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, D. Céfaï et D. Pasquier éd., Paris, PUF, p. 197-221.

Cantelli Fabrizio, Pattaroni Luca, Roca Marta et Stavo-Debauge Joan, 2008 (à paraître), Sensibilités pragmatistes, Genève, Peter Lang.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cardon Dominique, Heurtin Jean-Philippe et Lemieux Cyril, 1995, « Parler en public », Politix, n° 31, p. 5-19.
DOI : 10.3406/polix.1995.1916

Cefaï Daniel, 2002, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste », L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, D. Cefaï et I. Joseph éd., La Tour d’Aigues, L’Aube, p. 51-81.

— 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

Cicourel Aaron V., 1981, « Notes on the integration of micro- and macro-levels of analysis », Advances in social theory and methodology : toward an integration of micro-and macro-sociologies, K. Knorr-Cetina et A. V. Cicourel éd., Boston, Routledge, p. 51-80.

Conein Bernard, 2005, Les sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris, Economica.

Dewey John, 2005 [1934], « Vivre une expérience », L’art comme expérience, trad. J. Zask, Pau, Farrago / Léo Scherrer, p. 59-83.

Dodier Nicolas et Baszanger Isabelle, 1997, « Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique », Revue française de sociologie, n° 38, p. 37-67.

Duranti Alessandro, 1994, From Grammar to Politics. Linguistic Anthropology in a Western Samoan Village, Berkeley, University of California Press.

Eliasoph Nina, 2003, « Publics fragiles : une ethnographie de la citoyenneté dans la vie associative », Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, D. Cefaï et D. Pasquier éd., Paris, PUF, p. 225-268.

Ferry Jean-Marc, 2007, Les grammaires de l’intelligence, Paris, Le Cerf.

Gaik Frank, 1992, « Radio talk-show and the pragmatics of possible worlds », Rethinking Context. Language as an Interactive Phenomenon, A. Duranti et C. Goodwyn éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 271-289.

Genard Jean-Louis, 1999, La grammaire de la responsabilité, Paris, Le Cerf.

Goffman Erving, 1963, Behavior in Public Places. Notes on the Social Organization of Gatherings, New York, Free Press.

— 1969, Strategic Interaction, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

— 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, t. II, Les relations en public, Paris, Minuit.

— 1983, « The interaction order », American Sociological Review, n° 48, p. 1-17.

— 1987, Façons de parler, Paris, Minuit.

— 1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Joseph Isaac, 1998, La ville sans qualités, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Lemieux Cyril, 2000, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métaillié.

Lepetit Bernard éd., 1995, Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

Ogien Albert, 2007a, Les règles de la pratique sociologique, Paris, PUF.

— 2007b, Les formes sociales de la pensée. La sociologie après Wittgenstein, Paris, Armand Colin.

Peirce Charles S., 1978, Écrits sur le signe, textes réunis et traduits par G. Deledalle, Paris, Le Seuil.

Pharo Patrick, 1991, « Les structures interlocutoires de l’ordre politique », Politique et savoir-vivre. Enquêtes sur les fondements du lien civil, Paris, L’Harmattan, p. 61-92.

Ricœur Paul, 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil.

Terzi Cédric, 2005, Qu’avez-vous fait de l’argent des Juifs ? Problématisation et publicisation de la question « des fonds juifs et de l’or nazi » par la presse suisse (1995-1998), thèse de doctorat, Université de Fribourg.

Thévenot Laurent, 1996, « Stratégies, intérêts et justification : à propos d’une comparaison France - États-Unis de conflits d’aménagement », Techniques, territoires et sociétés, n° 31, p. 127-149.

Trom Danny, 2003, « Situationnisme et historicité de l’action. Une approche par induction triangulaire », Historicités de l’action publique, P. Laborier et D. Trom éd., Paris, PUF, p. 463-483.

Haut de page

Notes

1  Une version différente de ce texte a été présentée lors du colloque « Approches pragmatiques de l’action publique » tenu en novembre 2007 à Bruxelles. Merci à Daniel Cefaï, à Jean-Louis Genard, à Pierre Lannoy, à Guy Lebeer et à Joan Stavo-Debauge pour leur lecture attentive et leurs commentaires critiques. Merci également aux membres du comité de lecture de Tracés qui m’ont aidé à améliorer cet article.

2  Notons que nos développements sur Goffman et la fécondité de la microsociologie goffmanienne pour une sociologie du politique et de l’action collective doivent beaucoup à Daniel Cefaï, et notamment aux lectures de l’œuvre qu’il propose dans son plus récent ouvrage (Cefaï, 2007, p. 548-701).

3  Laurent Thévenot parle de menée pour qualifier « une séquence d’interventions qui a un horizon temporel relativement long [...] et déborde le cadre d’une action particulière »  (1996, p. 128).

4  La très bonne expression « interactionnisme non symbolique », mettant fin à l’assimilation encore fréquente de l’œuvre de Goffman au courant de l’interactionnisme symbolique, est d’Albert Ogien (2007b).

5  Les conversations des quinze réunions publiques les plus officielles de ce processus furent enregistrées sur cassettes et retranscrites intégralement par le secrétaire du contrat de quartier, nous offrant un corpus de 460 pages.

6  Nous empruntons la notion de « compétences de rassemblement » à I. Joseph (1998).

7  Goffman, comme Peirce d’ailleurs, parle d’acquaintance pour nommer l’expérience collatérale (Goffman, 1963, p. 112-123).

8  Il est certain que cette analyse rapide n’honore pas suffisamment les principes de l’enquête ethnopragmatique présentés précédemment. Pour bien faire, nous aurions dû explorer rigoureusement, en amont de la situation présentée, les épisodes où les questions techniques et budgétaires concernant la construction du mur de soutènement et le projet d’aménagement dans son ensemble qui ont été annoncées puis débattues par les participants. Pour une application plus extensive de l’enquête ethnopragmatique au cas du contrat de quartier Malibran, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre thèse de doctorat (Berger, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Berger, « Répondre en citoyen ordinaire. Pour une étude ethnopragmatique des engagements profanes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://traces.revues.org/773 ; DOI : 10.4000/traces.773

Haut de page

Auteur

Mathieu Berger

Doctorant en sociologie, Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page