Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Le public chez Dewey : une union sociale plurielle

Joëlle Zask
p. 169-189

Résumés

La citoyenneté est une institution problématique. Au cours de l’histoire, le citoyen se voit tiraillé entre deux exigences : participer ou acquérir les compétences requises pour juger correctement des affaires communes. Le but de cet article est de montrer que seul un accord social fondé sur la pluralité des voix peut assurer une coordination entre ces deux exigences. On trouve dans la philosophie de John Dewey un bon exemple de combinaison entre le fait de prendre part et celui de développer une opinion publique véritable : le « public » est présenté comme une communauté d’enquêteurs. Afin d’insister sur l’originalité de cette conception, on distinguera le « public » des formes d’union fondées sur l’identité de leurs membres, tels la « masse » ou le « peuple ».

Haut de page

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, l’espoir qu’une démocratie participative pourrait pallier les défauts de la démocratie représentative s’est peu à peu répandu. Philosophes, politistes et sociologues multiplient les perspectives pour indiquer que les citoyens d’un État démocratique ne se bornent pas à voter une fois de temps en temps, mais qu’ils peuvent ou devraient contribuer à l’élaboration des questions d’intérêt public et aux débats qui s’en suivent. En philosophie, Benjamin Barber et Jürgen Habermas ont revitalisé l’idée que la participation des citoyens au gouvernement n’est pas seulement un droit, mais qu’elle est aussi la condition même de l’existence de ces institutions en tant que protectrices de ce droit.

2La contribution précoce de Dewey en faveur d’une démocratie participative a été remarquée d’abord aux États-Unis, notamment par Robert Westbrook (1991), puis en Allemagne et en France. Un certain scepticisme accueille en 1927 Le public et ses problèmes de Dewey (2003). Comme en témoigne la récente parution des actes du colloque Lippmann (Audier, 2008), l’heure est davantage à une réinterprétation du libéralisme classique qu’à une revitalisation de la tradition républicaine dont, aux États-Unis, le fondateur réputé est Jefferson. Aujourd’hui, on reconnaît généralement que Dewey a voué à la démocratisation des associations humaines un attachement indéfectible. À ce titre, les travaux actuels, qui parfois se réfèrent à ses thèses, en sont la continuation.

3Toutefois, il existe plusieurs aspects qui sont restés inaperçus. La démocratie participative aujourd’hui est une perspective largement orientée vers la restauration d’un dialogue entre publics et gouvernants. Conseiller, légitimer, rationaliser la décision politique, telle serait sa fonction essentielle. Comme le remarque Loïc Blondiaux (2004), la plupart des expériences de participation sont orchestrées, notamment en France, par les élus, qui cherchent, à travers des procédures de consultation, de concertation, de débats publics, à élargir la base de légitimité de leurs actions et restent attachés à l’idée que seul le représentant est apte à définir l’intérêt général.

4Or la priorité de Dewey est autre : la raison d’être d’un public n’est pas de critiquer ou, à l’inverse, de faciliter les décisions des gouvernants ; elle réside dans le repérage des conditions qui rendent nécessaire une réglementation de celles des activités sociales qui sont productrices d’un public. Cet angle d’analyse permet d’aborder la question de la compétence des citoyens à nouveaux frais : soit un public se constitue à travers l’acquisition par ses membres des compétences requises pour localiser, en toute indépendance, leurs intérêts partageables, soit il n’y a pas de public. Les aptitudes à former des jugements politiques ne sont pas des conditions antécédentes, mais dérivent d’activités à la fois sociales et cognitives. La socialisation de la science et le développement d’une science des changements sociaux sont deux facteurs qui, combinés entre eux, mènent à aborder le public non sous l’angle d’un consensus ou d’une unanimité, mais sous celui de la pluralité.

Entre droit de participation et compétence : la citoyenneté tiraillée

5Le public et ses problèmes est une réaction aux textes de Lippmann concernant le sens qu’il conviendrait de donner à la citoyenneté dans le contexte des démocraties libérales au début du xxe siècle. Le fil conducteur des textesde Lippmann est une critique de la croyance que le citoyen est un être « omnicompétent », un individu capable de former des jugements politiques informés et rationnels (Lippmann, 1925). Les démocraties libérales reposeraient sur une telle croyance, et leur dysfonctionnement proviendrait de la fausseté de leur prémisse. Selon Dewey, le problème est ainsi mal posé : les démocraties ne se fondent pas sur le postulat de l’omnicompétence, comme le prétend Lippmann, mais sur celui de la « participation » des individus à la réglementation des formes de leur propre existence. Au lieu de considérer la formation des jugements publics comme une condition préalable, il la subordonne à la participation.

6Ce débat n’est pas nouveau, pas plus qu’il n’est révolu : il témoigne d’une tension permanente à l’œuvre dans l’histoire des théories de la démocratie, depuis ses premières formulations jusqu’à aujourd’hui. Polarisée entre le droit naturel de chacun à diriger sa vie et l’exercice du jugement public, la citoyenneté est une institution dont le caractère problématique s’accroît au fur et à mesure que le monde que les citoyens jugent et dans lequel ils agissent devient de plus en plus complexe.

7Cette tension entre le droit de disposer de soi-même et les qualités intellectuelles requises pour se prononcer sur les affaires publiques est déjà présente dans la littérature politique du xviiie siècle. Par exemple, le projet formulé par Jefferson d’établir une « gradation de l’autorité » à chaque niveau du pays peut être abordé comme une solution pour réduire cette tension. Il importe que chacun prenne part au gouvernement, mais il importe aussi que chacun ne prenne part qu’au gouvernement des affaires qui lui sont familières. C’est pourquoi la division administrative du pays entre commune, comté, préfecture, État national, État fédéral, était pour Jefferson nécessaire. À chaque gouvernement de l’Union, du plan local au plan national, correspondrait un type d’affaire publique, un type de compétence et un type d’association (Jefferson, 1993). S’il s’agit du tracé d’une route, de la clôture d’un terrain, de l’ouverture d’une école ou du vote d’un impôt, personne n’est mieux placé que les membres de la localité pour en décider. Jefferson appuie ainsi le self-government sur le fait que les décisions que doivent prendre les citoyens portent principalement sur des affaires qui sont « placées sous leurs yeux ».

8L’avantage majeur du self-government est qu’il autorise la combinaison entre deux formes de contact : un contact avec les problèmes collectifs qui se posent et un contact de chacun avec ses concitoyens. Le premier forge une compétence au jugement politique tandis que le second forge « l’esprit public » dont Tocqueville a fait ensuite la vertu cardinale des pays libres. Dans le premier cas, être affecté et concerné suffit à produire les lumières nécessaires ; dans le second, on apprend dans les assemblées communales ou dans les conseils à délibérer et à décider en commun. La citoyenneté est alors pleinement efficiente. Elle combine ce qui, depuis, a été largement séparé en politique : la raison scientifique et la raison pratique. On ne peut être habilité à juger d’un problème qu’à la double condition de s’y impliquer personnellement et de coordonner ses visées avec celles des autres. « L’usage public de la raison », qui est devenu privée chez Kant, n’aurait pas de sens dans ce contexte. Faire usage de sa raison implique de soumettre ses raisons à autrui afin qu’une discussion peaufine les résultats auxquels on parvient. Mais cette discussion sur les modalités et les règles de la vie commune n’est possible que dans une formation sociale où prédominent l’attention, l’écoute, la recherche des meilleurs arguments et le respect des tours de parole, et surtout, au-delà des procédures, une recherche interpersonnelle du commun. Une association, qu’elle soit politique ou civile, ne fait pas qu’engager les associés à combiner leurs efforts en vue de tel ou tel but préexistant ; plus fondamentalement, elle les engage à définir ensemble l’objet de leur combinaison. La justesse des décisions implique la justice des procédés par le biais desquels elles sont prises ; l’intelligence des propositions est inséparable de la qualité sociale des entreprises qui administrent le groupe, quelle que soit sa dimension.

9Cette combinaison entre l’implication personnelle dans la vie des groupes auxquels on est lié et l’acquisition d’un art de juger en commun est constitutive d’un accord fondé sur la pluralité : pluralité des engagements, pluralité des raisons et arguments, pluralité des procédures. C’est ainsi que « chacun compte pour un ». Le commun, à la définition duquel tous ont contribué, se différencie nettement du collectif, c’est-à-dire d’une formation sociale fondée sur l’identité des participants.

10Jefferson constitue cependant une exception ; la combinaison que sa pensée assure entre les droits de participation et le souci de la compétence – à laquelle l’éducation doit venir en aide – n’est généralement pas présente chez ses contemporains. Bien souvent, les arguments en faveur du gouvernement populaire et ceux qui concernent la compétence ne se connectent que malaisément. D’un côté, on trouve pléthore de textes mettant en cause la compétence publique du citoyen ordinaire : Montesquieu, par exemple, pense que les foules sont ignorantes et versatiles et que le plus habile, non le plus juste, peut facilement s’en emparer. Le « petit peuple », pour Jay ou pour Madison, est incapable de discerner ses intérêts. Ses passions l’emportent sur sa raison, il ne sait où donner la tête et suivra quiconque le flatte ou lui fait croire qu’il l’aime. Ponctuées d’arguments platoniciens, les diatribes contre les prétentions du « peuple » à gouverner se trouvent chez nombre d’auteurs que nous associons depuis au libéralisme politique.

11De l’autre côté se situent ceux qui envisagent la participation des citoyens au gouvernement dans des termes normatifs, souvent imprégnés de religion. Celle-ci est réputée un droit sacré, inaliénable, inhérent à la nature humaine : « Aucun homme, écrit Diderot, n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d’en jouir aussitôt qu’il jouit de la raison. » (1751-1772) Une approche semblable marque le préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, qui expose « les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme », ou la Déclaration d’indépendance rédigée par Jefferson en 1776 :

Nous considérons ces vérités comme évidentes ; que tous les hommes sont créés égaux ; qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables […] ; que, pour assurer ces droits, des gouvernements sont institués parmi les hommes et dérivent la légitimité de leurs pouvoirs du consentement des gouvernés.

12Ce droit de « disposer librement de soi-même et de ses biens » ressortit d’une juste considération de la nature humaine, ouvrage de Dieu qui ne peut se retourner contre lui-même (par exemple en abandonnant sa dignité ou le soin de sa conservation, voire sa vie) sans mettre en cause le dessein de son créateur.

13Ainsi, les arguments des partisans d’une participation sélective et ceux d’un régime résolument populaire ne se situent pas sur le même plan et par conséquent n’entrent pas réellement en dialogue. La dissociation entre les enjeux de la participation et ceux de la compétence mène à poser des formes d’unité sociale distinctes de celles qui aboutissent spécifiquement à un « public ».

Public, peuple, masse : des enjeux différents

14La mise en cause de la capacité des gens ordinaires à former des jugements politiques pertinents aboutit à aborder l’ensemble des gouvernés dans les termes d’une masse. En revanche, l’approche consistant à fonder la participation politique sur l’idée d’une liberté native et des droits fondamentaux qui la reconnaissent aboutit à penser la société dans les termes d’un peuple. Masse et peuple recouvrent la notion de « public », suivant un procédé qu’il faut présenter rapidement. Le but de cette présentation est de pointer que masse et peuple sont des formations impliquant sous une forme ou une autre l’identité de leurs membres, tandis que public suppose cet accord reposant sur la pluralité qui a été mentionné plus haut. Sous cet angle, masse et peuple entrent en conflit avec les principes de participation et d’individuation qui forment la base des convictions démocratiques.

15Considérons d’abord le recouvrement de la notion de public par celle de peuple. Celui-ci se produit quand les conditions relatives à l’union sont réputées spontanées ou immédiates. Ce qui rend possible l’union d’une multitude est une uniformité préalable. La notion de peuple suppose l’unité. Un peuple est concevable à travers une logique soit d’indifférenciation originelle, soit de réduction du multiple à l’un. Par exemple, « peuple » chez Hobbes se distingue de « multitude » par le fait qu’il est « un ». En conséquence du pacte social originel, le peuple forme un « corps » doté d’une volonté uniforme, pouvoir constituant dans l’État.

16L’unité dont il est question ici présente deux figures principales : la première, historique ou géographique, repose sur la référence à un territoire ou à un passé commun, forgeant une même sensibilité. Julien Freund affirme, avec des accents hégéliens, qu’un peuple est « une communauté raciale et linguistique qui a maintenu sa particularité existentielle et son esprit propre, malgré les bouleversements de l’Histoire » (Goyard-Fabre, 1990, p. 1924). La seconde figure repose sur la possession uniforme d’une même faculté (par exemple rationalité, sagesse naturelle, faculté de faire des promesses et de les tenir, autonomie de jugement) dont l’exercice permettrait de transcender les particularismes culturels et les particularités individuelles. Dans le premier cas, un peuple n’a pas besoin de se connaître lui-même ou d’identifier le processus historique de son apparition pour sentir son unité, sa force ou sa cohésion, au contraire. Comme le remarquait Ernest Renan, un peuple (ou dans ce cas une « nation ») se trouve une mémoire commune en grande partie imaginaire, ne serait-ce qu’en raison du fait que l’unité qu’il s’invente suppose « qu’il ait oublié beaucoup de choses » (Renan, 1919). Dans le second cas, c’est en agissant sous la seule influence de leur faculté commune que les individus reconnaissent leur unité et la revendiquent.

17Si hétérogènes que soient les acceptions du mot « peuple », il reste qu’elless’agrègent en des configurations variables. Empiriquement, les peuples sont des formations à la fois matérielles et spirituelles, historiques et politiques : ils sont sous-tendus par des croyances héritées et représentent une force du fait même de leur union, les degrés de leur pouvoir étant indexés sur les degrés de conscience qu’ils ont de cette force. Un bon prince ne froisse pas le peuple ; en l’affrontant violemment, il lui fait sentir sa force. Avant la révolution, l’acception sociologique du peuple prévaut. On se méfie du peuple, soit parce qu’il est aveugle, comme pour Montesquieu qui affirme qu’un peuple n’agit que sous l’effet de la passion, soit parce qu’il est « bas » ou « petit » (en quoi il se confond avec la plèbe). La valorisation du peuple commence au temps de la révolution : le peuple (que de Jaucourt par exemple réduit aux laboureurs et ouvriers [1751-1772]) acquiert une conscience générale du fait qu’il se consacre à la production des biens les plus essentiels. Il est la partie la plus nécessaire et la plus nombreuse de la nation. Le travail de la terre, l’artisanat et l’industrie sont le terreau dont naît la sagesse populaire : aucun gouvernement ne pourrait durer sans le consentement du peuple, mais en même temps le peuple sait que « l’autorité et la protection du prince sont l’unique gage de sa sûreté et de son bien-être ». La quantité qu’il renferme étant propice au développement de l’intérêt général, il sait en outre porter au sommet les meilleurs gouvernants, tandis qu’en monarchie, ce sont souvent les pires qui y parviennent (Rousseau, 2001). Le labeur développe des vertus qui, sans être directement civiques, prédisposent à l’esprit public. Les gens du peuple sont réputés par de Jaucourt actifs, sobres, justes, honnêtes, fidèles, obéissants, religieux, innocents. C’est chez eux qu’on trouve le degré d’« amour public » le plus élevé.

18Le glissement du peuple ethnique au peuple politique est relativement aisé du fait qu’il se fonde sur une translation de l’identité immédiate à une identité éprouvée comme conscience universelle. Michelet, par exemple, montre dans son Tableau de la France (Michelet, 1861) que le chemin menant à la conscience du citoyen éclairé passe par l’ouverture des villages, des villes puis des provinces les uns aux autres grâce à des alliances, des conquêtes, des contacts et des échanges. L’esprit provincial est réputé étroit, matérialiste, fortement déterminé par les circonstances géographiques locales. Au fur et à mesure, il s’efface au profit d’un esprit qui va en se spiritualisant et en s’universalisant. L’« unification de la France » est progressive : il faut que les populations s’ouvrent les unes aux autres, se connaissent, se comprennent et s’aiment. Alors elles se sentent solidaires :

Ainsi s’est formé l’esprit général, universel, de la contrée. L’esprit local a disparu chaque jour ; l’influence du sol, du climat, de la race, a cédé à l’action sociale et politique. La fatalité des lieux a été vaincue, l’homme a échappé à la tyrannie des circonstances matérielles.

19Le rapport privilégié à la localité est dicté par des intérêts sociaux et matériels. Au fur et à mesure que l’esprit s’élargit, le social laisse place à la « patrie », et l’intérêt principal devient politique, « le général triomphe du particulier ». C’est ainsi qu’on atteint « la haute et abstraite unité de la patrie ». Enfin, si cette unité se produit, c’est en vertu d’une commune humanité, que Michelet appelle « la force propre qui est en l’homme », laquelle tend vers la « pure et noble généralisation de l’esprit moderne ». De l’idée de la patrie, les hommes, en vertu de leur spiritualité constitutive, parviendront, grâce à des efforts supplémentaires, « à l’idée de la patrie universelle, de la cité de la Providence ».

20Le glissement de public à masse provient d’un mécanisme différent. Un peuple est constitué de relations intimes mais qui ne sont pas réflexives. La sociabilité populaire ne s’accompagne d’aucun discernement particulier. La spontanéité de la solidarité se fonde sur un sentiment d’identité. L’union sociale de type populaire n’a donc besoin d’aucune médiation : ni représentants, ni informations, ni médium de connaissances. Une masse est au contraire privée d’interactions. Elle est le degré le plus bas de la sociabilité, étant formée d’individus qui ne communiquent pas entre eux, qui ne se voient rien de commun, ne partagent rien et n’envisagent pas l’avenir ensemble. Une masse est pourtant saturée de médiations en tous genres. Ce sont elles qui assurent la combinaison des sentiments, des volontés, des intérêts. Dans un peuple, ces volontés se coordonnent en un point commun qui les transcende ; dans une masse, elles s’agrègent sous l’effet d’une même influence. Là où prévalait un sentiment de contact immédiat, on voit se développer une uniformité de type statistique.

  • 1  Pour une analyse précoce des liens entre masses et propagande moderne, voir Lippmann (1965) ainsi (...)

21Les médiations entre les individus formant une masse ne lui appartiennent pas, elles lui sont au contraire extérieures. Ces médiations sont de toutes sortes, et il est clair que leur nombre n’a cessé de grandir depuis les années où l’on découvre l’art de la propagande. Les techniques de manipulation de l’opinion sont tenues pour un art que déjà les sophistes exerçaient. Toutefois, les masses apparaissent sous l’aspect qu’on leur connaît aujourd’hui depuis le début du vingtième siècle avec la communication de masse : d’un côté, des médias dotés de puissants moyens de diffusion, comme les émissions radiophoniques, les affiches, les tracts, la presse quotidienne, les discours amplifiés autant par l’électricité que par l’architecture des esplanades où ils ont lieu. De l’autre côté, des messages unilatéraux manipulant des symboles suffisamment vagues pour qu’un grand nombre de gens puissent se les approprier1. Le propre des masses est l’uniformité des réactions individuelles à des excitations extérieures. Cette uniformité ne dépend pas de relations sociales, mais est d’autant plus efficacement produite qu’elle se passe dans un vacuum social. Par conséquent, ce qui explique le comportement uniforme des masses est l’influence uniforme de messages sur des sentiments, des instincts, des réactions (au sens béhavioriste) qui se rencontrent en tous les individus et sont donc également uniformes. La réaction individuelle à l’excitation extérieure est indéfiniment reproductible. Alors qu’un peuple est un « corps » composé d’individus agissant de concert sous l’effet d’une volonté ou d’un sentiment constant et identique, une masse est un vaste agrégat dont les membres réagissent de manière uniforme à tel ou tel stimulus. Incapable d’initiative, essentiellement manipulable par qui en connaît les ressorts psychologiques, la masse témoigne du degré le plus bas de la conscience politique.

22Les distinctions proposées ici entre masse, peuple et public ne sont pas nécessairement conformes à l’usage. Par exemple, au xviiie siècle, on trouve souvent l’expression « la masse du peuple ». En outre ces termes ne désignent pas des réalités sociales, mais diverses manières de les concevoir. Ici, leur distinction vise seulement à faire ressortir les présupposés sur lesquels se fonde la critique des aptitudes des citoyens ordinaires. Alors que l’incompétence du peuple provient d’une mise en cause de sa sagesse et de son unité, l’incompétence de la masse est assignée par le biais de sa disposition psychologique à la manipulation. En revanche, estimer que la formation à laquelle les citoyens appartiennent correspond (ou devrait correspondre) à un public est une position qui permet un remaniement de la question de la compétence. Au problème de savoir quelle est la dotation naturelle de l’esprit humain se substitue celui de réfléchir aux conditions grâce auxquelles cet esprit pourra se former.

Définition du public selon J. Dewey

23Un public est l’ensemble des gens ayant un plein accès aux données concernant les affaires qui les concernent, formant des jugements communs quant à la conduite à tenir sur la base de ces données et jouissant de la possibilité de manifester ouvertement ses jugements. On doit lui reconnaître une autorité en la matière, un droit d’exercer son jugement et une grande liberté dans le choix des moyens nécessaires à le faire entendre : opinion publique, presse, Internet, associations, débats publics et ainsi de suite. L’autorité du public suppose donc une liberté d’enquête, une pleine information, une éducation appropriée pour acquérir la compétence d’évaluer les corpus documentaires, voire de les constituer, et des droits politiques garantis. L’ensemble de ces conditions est décliné dans Le public et ses problèmes.

24Aborder le problème de la formation d’un public à travers la question des savoirs et des pratiques requis suppose d’abandonner l’idée d’un accord ou d’une unité préalable. L’intérêt de la définition de Dewey vient du fait que l’accord n’est pas présupposé dans un public, mais éventuellement produit par lui. Un public est composé de publics au pluriel, et chaque public comprend des individus dont les rôles, les fonctions, le statut ou les places qu’ils occupent sont singuliers. Cette diversité est manifeste lors des premiers moments de l’apparition d’un public. Dewey explique qu’un public apparaît involontairement, par accident : il arrive que les activités des uns affectent incidemment celles des autres de manière à les neutraliser, à les empêcher, à en ruiner les possibilités de succès. Pour comprendre le public et, plus largement, le besoin de réglementation politique, il faut considérer les activités et leurs « conséquences ». Lorsque ces dernières n’affectent que les personnes directement engagées dans les activités qui les produisent, on peut considérer ces activités comme « privées ». En revanche, quand les conséquences affectent indirectement des personnes étrangères, alors les activités en jeu sont « publiques ». Quand les participants réglementent entre eux les effets de leurs activités, ils forment une société privée. Les résultats de leurs activités combinées sont perçus par eux et sont soit revendiqués, soit amendés, soit si contraires à ce qui était souhaité au départ que les fins poursuivies par le groupe sont rejetées.

25Mais quand les effets sont indirects, ceux qui en pâtissent ne disposent spontanément d’aucun moyen pour les évaluer et agir sur eux. Pour y parvenir, ils doivent également former une société afin de les réguler, pour les endiguer ou pour éviter qu’ils pervertissent leur existence. Cette société possède une qualité particulière du fait qu’elle n’est fondée sur aucune communauté d’expériences. Étant formée d’individus dont le seul point commun est qu’ils pâtissent tous, quoiqu’à divers titres, des effets d’activités menées par d’autres, elle rassemble des individus dont le statut, la classe sociale, la culture ou la nationalité peuvent être profondément hétérogènes. Dans bien des cas, le devenir public des conséquences des activités sociales mène à associer des individus qui ne le sont en aucune façon par ailleurs. La diversité absolue règne : certains peuvent être plus gravement affectés que d’autres, et personne ne l’est exactement pareil, du fait de la grande variété des fonctions, des fragilités ou des histoires de chacun. Public s’entend donc mieux au pluriel qu’au singulier.

26Cette société dévolue à réglementer les conséquences indirectes des activités sociales qui affectent gravement, durablement et largement des personnes qui n’y prennent pas part est une société politique. Elle se compose d’un public et d’un gouvernement, le premier se constituant à travers l’identification des troubles qui lui donnent naissance, c’est-à-dire de ses intérêts, le second étant chargé (dans l’idéal) d’agir en vue des intérêts publics. L’État est la réunion d’un public et du gouvernement qui est son mandataire.

27Défini comme l’ensemble des personnes affectées, un public est d’abord passif. Surmonter cette passivité est la tâche qui lui incombe avant toute autre. La disparité des éléments qui le constituent n’est surmontable qu’à travers une action effective et organisée. Cette disparité est d’autant plus importante qu’avec l’industrialisation, la guerre mondiale, un marché de plus en plus international, l’interdépendance des activités tend à devenir planétaire. Les conséquences dont se ressentent les individus jusque dans le détail de leur vie proviennent d’activités dont l’origine est aussi éloignée que confuse. Pour Dewey, l’opinion publique est un jugement du public portant sur les affaires publiques. Par l’entremise de cette opinion, les personnes concernées localisent leurs intérêts communs et en assurent la publicité de sorte que les activités qui leur portent préjudice soient réglementées par les institutions mandatées à cet effet. Or le public passif est si dispersé, si vaste et chaotique, ses membres sont affectés par des influences si variées qu’il lui devient impossible de « s’identifier lui-même ».

  • 2  Sur la « grande société », voir Wallas (1914) et Dewey (1983).

28C’est dans ce contexte de « grande société » que les contributions de John Dewey peuvent être abordées2. Sa position est doublement originale : d’une part, loin d’en revenir à l’angélisme des démocrates idéalistes, il assume la difficulté du public à « se connaître lui-même », c’est-à-dire à former des jugements pertinents sur sa propre condition ainsi que sur les solutions de sa détresse. D’autre part, il confère aux publics des démocraties modernes la fonction principale de définir leurs intérêts communs, désolidarisant par là même le public de l’idée d’unanimité sur laquelle il est courant de le fonder. Ce qui permet de faire le lien entre un public en quête de sa propre identité et un public dévolu en priorité à la découverte du commun est l’élargissement à tous les citoyens d’une démarche d’enquête. Pour être politiquement actif, un public doit s’instruire. Et pour que son instruction soit politiquement opératoire, il faut qu’il dégage des connaissances suivant une méthode qui le rende actif, et non spectateur. Cette méthode est l’expérimentation.

29Il est important de remarquer ici que la dissociation opérée par Dewey entre une visée d’unité et le public est la base sur laquelle la question de la compétence au jugement politique est remaniée. Si un public repose sur une unité préalable, alors il faut qu’il puise dans ses constituants prépolitiques les moyens de former des jugements publics. La compétence dépend alors de qualités ou de facultés antécédentes (telles la sagesse naturelle, la rationalité, le bon sens). En désignant par public un résultat et non une condition préalable, Dewey parvient à cerner la similitude entre la logique du développement des compétences et celle de la production d’un accord. L’art de juger et l’art de former une communauté sont solidarisés. Pas de connaissance sans production d’un commun, et pas de communauté sans le développement de connaissances partagées. L’enjeu épistémologique de la formation du jugement public est inséparable de l’enjeu pratique (social et politique) que représente le fait de parvenir à un accord sur ce qui est commun ou ce qui ne l’est pas.

Publics modernes et appel aux enquêtes sociales

30Cette emphase sur les modalités intellectuelles de la formation des publics modernes peut se décliner en plusieurs temps.

31Tout d’abord, comme on l’a vu, un public ne peut parvenir spontanément à la connaissance des conditions qui le font naître. Dans le cadre d’une société complexe, ces conditions se dérobent aux perceptions habituelles à partir desquelles s’organisent les expériences quotidiennes. Si par exemple je bute sur un obstacle, je perçois non seulement le trouble qui m’affecte, mais aussi, la plupart du temps, je perçois les conditions sur lesquelles agir pour reprendre mon cheminement. Résoudre un problème – Dewey (1939) y insiste aussi bien dans sa Logique que dans les nombreux textes qu’il consacre à l’éducation – signifie toujours utiliser les conditions réellement existantes comme des moyens pour produire des changements, donc pour transformer la situation. « Connaître est faire » dans la mesure où connaître signifie produire du connu, le connu étant toujours relatif à nos opérations d’enquête. Or, dans le cas des problèmes publics, cette production du connu se heurte à de nombreux obstacles. Un public au sens passif ne peut devenir actif que dans la mesure où il parvient à transformer les conditions qui l’affectent. Mais repérer quelles sont ces conditions est justement le problème le plus cuisant. C’est à ce niveau qu’une démarche d’enquête est requise. Un public moderne est, ou devrait être, un public d’enquêteurs.

  • 3  Sur ce point et les suivants, je me permets de renvoyer à mon ouvrage (Zask, 2000), notamment les (...)

32Mais qu’est ce qu’une « enquête » ? Une enquête, explique Dewey, est la méthode dont disposent les hommes pour restaurer le continuum de leurs expériences quand celui-ci est interrompu3. Elle désigne la phase volontaire de l’expérience. Faire une expérience signifie connecter un cours d’action à quelque chose qui nous affecte. Cette connexion peut être irréfléchie ou spontanée, comme quand nous tournons la tête vers la source d’un bruit inhabituel. Une enquête suppose un effort supplémentaire. Elle est nécessaire dans les cas où la réaction immédiate à ce qui nous affecte n’est pas appropriée, voire dans les cas où il n’y a aucune réaction (la question de l’apathie étant cruciale en politique). De l’habitude à l’enquête, en passant par les expériences ordinaires, il n’y a aucun saut ontologique : l’interaction entre un individu et son environnement assure en même temps la continuité de l’existence, l’adaptation du sujet aux situations qu’il rencontre et l’exercice d’une influence sur ces situations de sorte qu’il puisse rétablir sa conduite. Enquêter est une posture coexistante à la vie, qui suppose une interaction (ou une influence réciproque) entre l’enquêteur et la situation problématique. On enquête non pour atteindre des vérités ou des objets prétendument indépendants de nos expériences, mais pour intégrer les objets à ces dernières. Un objet inexpérimentable est soit indifférent (auquel cas il n’est pas utile de le considérer), soit hostile, douteux ou problématique. Le seul moyen de surmonter les situations qui nous entravent est de les modifier de sorte qu’elles se prêtent à la poursuite de nos expériences. Une enquête apparaît donc comme un moment de réorganisation de la conduite en fonction des obstacles (intellectuels ou matériels) auxquels elle se heurte. Ce qu’on peut opposer à l’enquête n’est pas une autre forme de connaissance, mais d’un côté les habitudes – qui sont des conduites ayant été adaptées aux conditions données dans le passé, formes d’enquêtes incorporées quand ces conditions sont stables et récurrentes –, et de l’autre les impasses, ou les apories – lesquelles proviennent de l’absence de connexion entre les moyens envisagés et les conditions réellement existantes.

33Ces remarques permettent de mieux approcher les enjeux des enquêtes publiques. Quel est d’abord leur objet ? La philosophie sociale de Dewey répond à cette question. Chaque expérience met en présence un individu et un environnement particulier. Le principe de continuité de l’expérience (présent aussi chez Peirce) rend compte de la pluralité des conduites et des fins poursuivies. Une expérience se « continue » non en étant dupliquée ou réitérée, mais quand elle est de nature à présenter des conditions utilisables pour des expériences ultérieures. D’abord une « fin en vue », au sens où la complétude d’une expérience tronquée est le but en fonction duquel s’organise la sélection des moyens pour y parvenir, une expérience présente des aspects qui, quand ils sont connus, peuvent être à leur tour convertis en moyens pour d’autres fins (Dewey, 1938b). Sauf dans le cas de l’expérience esthétique (une expérience pleinement achevée), l’un des critères grâce auquel on peut déterminer le caractère conclusif d’une enquête est que l’objet auquel elle aboutit puisse être une ressource pour entreprendre une enquête ultérieure. Un objet est conclusif dans la mesure où il contribue à « maintenir ouverte la voie de l’enquête » (Peirce). Un objet qui, au contraire, clôt l’enquête ou se dérobe à toute entreprise d’exploration (tels les objets posés par un dogmatisme ou une croyance religieuse) ne peut qu’être autoritaire. De cette sorte d’objet, on ne discute pas et tout débat est vain à son sujet.

34Il est ainsi compréhensible qu’il existe autant de domaines d’enquêtes que de curiosités ou d’expériences. Les enquêtes en neurobiologie dégénérative, par exemple, sont intrinsèquement valables du moment que les expériences qu’elles mobilisent sont de nature à approfondir la connaissance des processus en jeu. Que les résultats atteints soient aussi utilisables dans d’autres domaines (par exemple dans celui de la médecine ou de la pharmacologie) est optionnel. Chaque domaine d’investigation donne lieu à une série d’enquêtes et est constitué de sorte que les problèmes rencontrés soient identifiables grâce aux méthodes, aux lois ou aux objets propres à ce domaine.

  • 4  Voir par exemple Dewey (1929).

35Il existe cependant chez Dewey une distinction de portée générale entre les domaines d’investigation spéciale (sciences, techniques, arts) et le domaine des effets sociaux des découvertes dans les domaines spécialisés4. Par exemple, la progression de la compréhension des processus responsables de la dégénérescence neuronale peut influer sur nos manières d’aborder la vieillesse et les conditions de vie des personnes âgées. L’impact social équivaut aux effets indirects des inventions sur les modes de vie, sur les valeurs et les formes de « valuation », sur l’organisation du travail et de la production et ainsi de suite. Les effets sociaux et les effets spécialisés sont de nature différente. Les premiers sont indirects tandis que les seconds sont directs. Mais ils sont aussi déconnectés. Une bonne société serait organisée de manière à pouvoir intégrer les premiers dans l’expérience sociale, de la même manière que les seconds sont intégrés dans les domaines spécialisés. Or tel n’est pas le cas, bien au contraire : la société moderne est marquée par une disparité considérable entre les effets ressentis et les moyens de les objectiver. Alors que les effets matériels des productions industrielles, de l’économie de marché ou des inventions techniques envahissent jusqu’au moindre détail de la vie quotidienne des individus, ces derniers poursuivent des finalités d’après des valeurs ou des croyances qui ne se connectent d’aucune manière aux conditions concrètes de leur vie, étant d’une autre époque. Le sentiment d’impuissance, d’exclusion et de perte, ainsi que toutes sortes de patho-logies, viennent de là.

36On comprend alors l’intérêt de Dewey pour les sciences sociales : en effet, ses appels réitérés à la « reconstruction » de la philosophie sociale sont enracinés dans le projet de doter les citoyens de méthodes d’enquêtes aussi efficaces que celles qui sont établies dans les sciences physiques. De fait, la « logique de l’enquête », de même que tous les textes que Dewey consacre à la description et à la promotion des méthodes expérimentales, sont destinés aux citoyens (et non aux scientifiques, qui n’en ont aucun besoin). Les objets des enquêtes sociales sont les effets sociaux des pratiques et des productions de connaissances dont la logique et les conditions de succès sont indépendantes, du moins relativement. Et l’objet d’une science sociale n’est pas la question de savoir comment, pourquoi, des individus en arrivent à s’associer, s’ils le sont artificiellement ou naturellement, si les institutions de base d’une société sont historiques ou universelles. Son objet est d’identifier la portée sociale des activités dont la finalité n’est pas en priorité de promouvoir des formes de sociabilité meilleures. « Social » ne désigne donc pas un type particulier d’activités, mais les effets d’activités quelconques sur les manières d’être ensemble. De même, « social » ne s’oppose pas à « individuel », chaque individu ne se développant qu’en bénéficiant des ressources de sa société et réciproquement, une société étant constituée des individualités qui, en y participant, y réalisent leurs potentialités.

37Afin d’être plus précis, il faut ajouter ici quelques mots sur la distinction entre société et communauté. Dans Le public et ses problèmes, Dewey écrit que le fait d’être associé est universel et en rien mystérieux. La question pertinente n’est donc pas comment les individus humains en arrivent à s’associer, mais quels sont les caractères distinctifs d’une société humaine par rapport à d’autres qui ne le sont pas. Ces caractères sont ceux d’une « communauté ». Une société n’est véritablement humaine que lorsque ses membres peuvent s’y accomplir, lorsqu’ils disposent des moyens (qui sont toujours sociaux, relatifs à une distribution sociale) leur permettant d’atteindre leurs fins (qui sont également forgées en relation avec leur culture ou en fonction des opportunités dont leur société leur donne l’idée). Une communauté ne se définit pas dans les termes d’une fusion organique ou d’une immersion spontanée des individus dans un tout dont ils dériveraient le sens de leur identité, leurs valeurs et leurs buts. Communauté signifie pour Dewey communication, « give and take », échanges, coopération, transaction. Afin de communiquer, il faut certes une langue commune, mais aussi une contribution individuelle au commun : d’un côté, chacun développe des « fins-en-vue » relatives au fait même de leur association avec d’autres. De l’autre, ces fins ne sont pas posées de manière extérieure. Elles ne préexistent pas à l’engagement des personnes concernées, mais naissent du point auquel leurs engagements respectifs se coordonnent. Dans une communauté, le commun est donc le fruit de la contribution individuelle de toutes les personnes concernées, et non la condition préalable de leur coordination. Un accord de type communautaire repose sur la convergence des activités présentes et envisagées des individus, non sur l’obéissance, l’alignement ou l’allégeance à des buts que les intéressés n’auraient pas intégrés dans leurs propres expériences d’être ensemble.

38Or cette conception du commun, qui est toujours à découvrir et jamais antécédent, correspond au principe le plus constitutif de l’idée démocratique. Si, dans une démocratie, « chacun compte pour un », c’est en raison de l’importance de l’individualité humaine. Participer au gouvernement ou aux associations dont on est membre signifie contribuer à fixer les conditions de la vie commune. Dewey précise que cette nécessité sociale et anthropologique de la participation peut être convertie en un droit dès lors qu’il est admis que quiconque est affecté par les activités des uns doit bénéficier du droit d’agir sur ces activités, d’avoir une voix au chapitre.

39Reconnaissance de la spécificité des faits sociaux, communication et abandon d’une « quête de la certitude » au profit de la « méthode expérimentale », tels sont les ingrédients qui forment la configuration dans laquelle l’appel à l’enquête sociale prend tout son sens. Dewey, à la fin de son livre sur le public, rêve que la « grande société » se convertisse en une « grande communauté ».

L’enquête comme « mode de vie démocratique »

40C’est dire que la dimension épistémologique d’une enquête est étroitement corrélée à des considérations sociologiques et politiques. Une enquête n’est pas réductible à une « méthode ». La méthode est sélectionnée en fonction du rôle qu’elle joue dans le champ politique de la participation des citoyens comme dans le champ social de la répartition égale des opportunités d’individuation. On peut aborder les aspects logiques, sociologiques et politiques des textes de Dewey comme les phases d’un même processus souhaitable : comment restaurer la participation des individus au choix des conditions de leur propre vie, dans un contexte qui tend à les en exclure de plus en plus ?

  • 5  Sur l’enquête sociale, je me permets de renvoyer à Zask (2004).

41Il existe quantité de pistes à suivre pour montrer la convergence entre les approches en jeu5. Ici, la plus importante est celle qui présente l’enquête comme une expérience de pluralité. Une enquête sociale est conclusive dans la mesure où elle mène à restaurer une communauté, au sens défini plus haut. L’activité publique est repérable à divers niveaux : celui de l’identification des « problèmes publics », celui de la désignation des mandataires pour qu’ils réglementent les activités sociales dans le bon sens, et éventuellement celui de la critique ou du contrôle de ces mandataires s’ils ne jouent pas correctement le rôle pour lequel ils ont été désignés.

42L’enquête est l’activité grâce à laquelle les publics passifs peuvent retrouver une capacité d’influence sur les conditions de leur existence. L’aboutissement désirable d’une enquête est de deux sortes : il y a d’abord celui qui permet au public d’articuler ses intérêts et, sur cette base, de se doter d’une organisation (porte-parole, groupes de pression, syndicats, associations, groupe d’opinion, etc.). Ensuite, une fois l’organisation atteinte, les intérêts dégagés sont fixés par des lois, des règlements, des dispositions institutionnelles, ce qui constitue le travail du gouvernement en tant que celui-ci est mandataire du public. La vérification du bien fondé de la mesure prise au bénéfice de l’intérêt dégagé par le public dépend cette fois de l’examen du degré d’autonomie et d’initiative reconquises par les membres du public. Ainsi, dans le premier cas, les enquêtes aboutissent à des propositions dont la validité est fonction du degré de cohésion des intérêts publics atteints. Les pratiques scientifiques à l’œuvre sont alors accompagnées de l’apparition d’une association publique. Lors de la seconde phase (la régulation gouvernementale), la vérification de la pertinence des mesures gouvernementales réside dans le degré auquel les personnes concernées peuvent reprendre individuellement le cours de leurs activités, et ce dans une direction qui n’est plus exclusivement politique mais qui peut être professionnelle, consommatrice, culturelle, éducative et ainsi de suite. Les activités proprement politiques sont donc les phases d’un processus beaucoup plus global de reconquête de l’individualité, d’une liberté d’initiative comme d’une égalité d’opportunité.

43Les publics étant dispersés et chaotiques, il faut donc dans un premier temps qu’ils parviennent à cerner les causes de leur détresse et les intérêts de réglementation qu’ils estimeront les plus aptes à la soulager. C’est ainsi qu’ils émergent. Une opinion du public sur les affaires publiques n’est pas une opinion « éclairée », mais une opinion informée. Partant, il appartient au public sinon de collecter les données nécessaires à clarifier sa situation (un travail qui peut être confié aux spécialistes, notamment ceux des sciences sociales), du moins d’avoir un plein accès aux bases documentaires et de former des jugements sur cette base. C’est la raison pour laquelle la liberté d’enquête et la large diffusion de ses résultats sont pour Dewey fondamentales : aucun jugement public pertinent n’est possible si aucune enquête n’a lieu, si les faits sont dissimulés (qu’ils le soient par les entreprises privées ou au nom de la raison d’État) ou encore si les propositions sont avancées sans être accompagnées d’un dispositif de discussion publique.

  • 6  Sur la critique de l’absolutisme, voir par exemple Dewey (1938a).

44Un jugement public relevant de l’opinion publique, de même que celui qui mène à l’adoption d’une mesure, n’est pas « final ». Il équivaut à une hypothèse que seul l’examen de l’état des relations sociales obtenu permet de vérifier. Il est donc capital, en matière de politique publique, de penser et d’agir en toute indépendance à l’égard de conceptions non expérimentales du changement social. De telles conceptions – c’est ce que Dewey reproche par exemple à Marx ou à Trotsky – se fondent sur l’idée que le développement de l’histoire étant orienté dans un sens « déterminé », il n’existe qu’une seule sorte de moyen pour atteindre les fins du développement historique de l’humanité. Les partisans du libéralisme économique tombent dans le même travers. Les solutions sont considérées comme étant inhérentes à la logique d’un processus autonome, indépendant des choix, des orientations, des volontés, des individus. Il découle de ces croyances ce que Dewey appelle un « absolutisme », entendant par là la croyance que ceux qui font les lois doivent, pour exceller dans leur tâche, faire coïncider leur volonté et leur entendement avec l’ordre sous-jacent et intangible de processus historiques pensés comme « inévitables ». Qu’un tel ordre existe est précisément ce que combat le pragmatisme. Substituer l’expérimentalisme à l’absolutisme est la priorité fondamentale de la philosophie de Dewey6.

45À cet égard, la parenté entre l’appel à l’enquête et l’appel à la démocratie est saillante. Alors que « l’absolutisme » émet des vérités indiscutables par l’entremise de personnes prétendument autorisées, l’expérimentalisme émet des hypothèses dont la vérification passe par l’épreuve existentielle des personnes concernées : un public devient sujet dans la mesure où il se constitue lui-même comme objet. Une enquête sociale est ce par quoi des individus d’abord dispersés parviennent à former un public et à obtenir une existence politique. C’est en objectivant ses conditions de passivité que le public peut reconquérir les moyens de son activité. Le cadre général à l’intérieur duquel l’action publique peut se développer n’en est pas pour autant celui d’une « démocratie directe ». La fonction essentielle du public est d’identifier ses besoins de réglementation politique. En tant qu’il participe à la réglementation elle-même, il laisse place à l’institution de la citoyenneté et peut désigner à ce titre des représentants. Mais il ne peut abandonner sa fonction principale sans qu’en même temps les membres qui le constituent abandonnent toute chance de restaurer le continuum de leurs expériences. Parmi tous les droits, celui d’enquêter est le plus inaliénable.

  • 7  Sur l’idée qu’en un public il devrait y avoir autant d’opinions que d’individus, voir C. Wright Mi (...)
  • 8  Cet aspect est abordé dans Zask (2004).

46Il reste à envisager sous cet angle la possibilité d’une communauté démocratique. On a vu que cette communauté s’oppose point par point aux figures d’accord reposant sur l’identité ou sur l’unanimité. Dans une communauté, chaque individu développe, du moins en théorie, une opinion et une position personnelles7. L’engagement politique des membres d’une société civile étant de restaurer leur capacité d’agir librement (capacité que les effets de l’interdépendance entament), alors une communauté n’a d’autre fonction que de favoriser, quand elle est menacée, l’individuation de chacun. De même, John Stuart Mill avait vu dans le gouvernement démocratique le meilleur garant de l’individualité de tous et la meilleure raison de le préférer à tout autre régime. Tocqueville, en mettant l’accent sur « l’art de s’associer avec les autres », y avait discerné des avantages similaires. L’intérêt de Dewey est d’élargir les vertus individuantes de l’être ensemble démocratique à la pratique des enquêtes sociales. Le développement d’un esprit public qui serait lié au souci de l’intérêt d’autrui comme chez Tocqueville, ou à celui de l’excellence ou de la réputation comme chez Mill, y est moins fondamental que le développement d’un esprit d’enquête. Et ce pour au moins deux raisons : d’abord, l’enquête est logiquement le pôle de convergence entre des points de vue différents. Comme en témoigne également l’interactionnisme développé par les sociologues de l’école de Chicago, une enquête ne peut aboutir qu’à la condition qu’une situation de contact s’établisse entre l’enquêteur et l’enquêté8. D’un côté, l’enquêté doit pouvoir reconnaître dans le discours de l’enquêteur un compte rendu crédible, utile ou éclairant à l’égard de sa propre situation. De l’autre, l’enquêteur, à moins d’être indifférent au risque d’imposition de problématique ou de distorsion relative à ses cadres habituels d’analyses, vérifie la justesse de son point de vue en le confrontant aux éléments de la situation qu’il étudie, ce qui inclut le point de vue de l’enquêté. Une enquête se présente donc grossièrement comme une rencontre et une stratification non entre des acteurs différents (du moins pas nécessairement, le public étant à la fois enquêteur et enquêté), mais entre, d’un côté, un projet d’objectivation de type scientifique et, de l’autre, un vouloir exister différemment en portant les représentations qu’on se fait de notre monde au niveau d’un discours théorique.

47En outre, la réussite d’une enquête ne dépend pas de la production d’une coïncidence parfaite entre les points de vue en jeu, au contraire. Un argument imposé à l’autre en vertu d’un statut socialement valorisé (tel celui de l’expert), au nom duquel on réclamerait l’allégeance des ignorants, ou à l’inverse un enquêteur qui « vire indigène », c’est-à-dire qui sacrifie son exigence scientifique au profit d’une conversion au discours de l’autre, sont deux positions contraires à l’esprit de l’enquête (Olivier de Sardan, 1995). Ainsi, une enquête, loin de reposer sur l’identité des points de vue, a pour but de faire émerger un accord entre des perspectives, des visées, des existences différentes. Le milieu de l’enquête est la pluralité. Enfin, comme la finalité des enquêtes est que les participants puissent recouvrir des possibilités individuelles d’initiatives et d’expériences, alors une enquête « qui marche » est de nature à approfondir les opportunités d’individuation de chacun.

48La justification de l’enquête comme expérience et celle de la démocratie comme communauté d’expériences ne font qu’une. De même qu’il n’y a pas d’enquête sans la participation active de l’enquêteur aux conditions et au cadre de ses observations, il n’y a pas de démocratie sans la participation active des membres des publics à la fixation de leurs conditions personnelles d’existence. Que les moyens en jeu soient épistémologiques ou politiques ne crée pas une disparité entre le plan de la science et celui du vivre ensemble. La démocratie est nécessairement expérimentale dans la mesure où la participation est le seul moyen dont chacun dispose de développer son existence. Et l’enquête est nécessairement démocratique du fait qu’elle impose l’établissement d’un échange, d’un dialogue ou encore d’une coopération entre des individualités différentes.

Haut de page

Bibliographie

Audier Serge, 2008, Le colloque Lippmann. Aux origines du néolibéralisme, Latresne, le Bord de l’eau.

Blondiaux Loïc, 2004, « Démocratie délibérative et démocratie participative : une lecture critique », Conférences de la Chaire MCD, http://www.chaire-cd.ca

Dewey John, 2003, Le public et ses problèmes, trad. et introd. J. Zask, Pau : Farrago / Léo Scheer.

— 1929, « Philosophy », The Later Works, vol. V, Carbondale, Southern Illinois University Press.

— 1938a, « From absolutism to experimentalism », The Later Works, vol. V, Carbondale, Southern Illinois University Press.

— 1938b, « Means and ends », The Later Works, vol. XIII, Carbondale, Southern Illinois University Press.

— 1939, « Logic : the theory of inquiry », The Later Works, vol. XII, Carbondale, Southern Illinois University Press.

— 1983, « Liberalism and social action », The Later Works, vol. XI, Carbondale, Southern Illinois University Press.

Diderot Denis, 1751-1772,  article « Autorité politique », Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

Goyard-Fabre Simone, 1990, article « Peuple », Encyclopédie philosophique universelle, Paris, PUF, p. 1924.

Habermas Jürgen, 1993, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, trad. M. B. de Launay, Paris, Payot.

Jaucourt Louis (de), 1751-1772, article « Peuple », Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

Jefferson Thomas, 1993, « Lettre à Joseph C. Cabell du 2 février 1816 », The Life and Selected Writings of Thomas Jefferson (1944), New York, Random House, p. 603.

Lippmann Walter, 1925, The Phantom Public, New York, Harcourt, Brace and Cie.

— 1965, Public Opinion, New York, The Free Press.

Michelet Jules, 1861, « Tableau de la France », Histoire de la France, vol. II, Paris, Flammarion.

Olivierde Sardan Jean-Pierre, 1995, « La politique du terrain », Enquête, n° 1, p. 71-109.

Renan Ernest, 1919 [1882], « Qu’est-ce qu’une nation ? », conférence de 1882 reprise dans Discours et conférences, Paris, Calmann-Lévy.

Rousseau Jean-Jacques, 2001, « De la monarchie », chap. 3.6., Le contrat social, Paris, Flammarion.

Wallas Graham, 1914, The Great Society: A Psychological Analysis, New York, Macmillan.

Westbrook Robert B., 1991, John Dewey and American Democracy, Ithaca, Londres, Cornell University Press.

Wright Mills Charles, 1956, The Power Elite, Oxford, Oxford University Press.

Zask Joëlle, 2000, L’opinion publique et son double, 2 vol., livre II : John Dewey, philosophe du public, Paris, L’Harmattan (La philosophie en commun).

— 2004, « L’enquête sociale comme inter-objectivation », La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 15), p. 141-165.

Haut de page

Notes

1  Pour une analyse précoce des liens entre masses et propagande moderne, voir Lippmann (1965) ainsi que Habermas (1993).

2  Sur la « grande société », voir Wallas (1914) et Dewey (1983).

3  Sur ce point et les suivants, je me permets de renvoyer à mon ouvrage (Zask, 2000), notamment les premier et dernier chapitres.

4  Voir par exemple Dewey (1929).

5  Sur l’enquête sociale, je me permets de renvoyer à Zask (2004).

6  Sur la critique de l’absolutisme, voir par exemple Dewey (1938a).

7  Sur l’idée qu’en un public il devrait y avoir autant d’opinions que d’individus, voir C. Wright Mills (1956).

8  Cet aspect est abordé dans Zask (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Zask, « Le public chez Dewey : une union sociale plurielle », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/753 ; DOI : 10.4000/traces.753

Haut de page

Auteur

Joëlle Zask

Maître de conférences en philosophie, Université de Provence – Aix-Marseille 1, Centre d’épistémologie et d’ergologie comparatives (CNRS, Université de Provence).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page