Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Témoignages

Méfiance, persécution, paranoïa

Mistrust, persecution, paranoia
Benjamin Lévy
p. 197-217

Texte intégral

  • 1 Notons que, chez Lasègue, la persécution est mise au pluriel dans l’expression « délire de persécu (...)

Délire de persécutions : l’expression apparaît pour la première fois dans un article fondateur signé Ernest-Charles Lasègue (1852)1. Cet éminent aliéniste souhaitait renouveler, grâce à la description rigoureuse d’une telle maladie, le mode de classification des troubles mentaux jusqu’alors en vigueur. Il y parvint. Son texte fondateur est considéré, encore aujourd’hui, comme un brillant modèle de description nosographique. Lasègue, en effet, n’oublie aucun des symptômes majeurs du délire de persécution. Il souligne qu’une « période de doute » précède sa cristallisation et note que la désignation d’un persécuteur intervient dans un second temps (ibid., p. 134-138). Il spécifie que ce délire éclate généralement chez des patients d’âge moyen ou mûr (p. 142) et peut s’accompagner de rares hallucinations acoustiques. Enfin, il laisse deviner l’impossibilité dans laquelle se trouve le médecin de contredire, au moyen d’arguments rationnels, les convictions morbides qu’ont acquises les patients. Quoiqu’ils conservent l’exercice libre de leur intelligence, ces derniers se ferment au dialogue. Ils suivent le fil d’une logique délirante pour se perdre dans un dédale de croyances apparemment infondées autant qu’inébranlables.

L’introduction dans le champ médical de la catégorie psychiatrique nouvellement forgée par Lasègue entraîna un changement de paradigme (Lantéri-Laura, 1998). Adieu le temps où l’on parlait de « monomanies ». Bienvenue dans l’ère où l’on diagnostiquerait plutôt divers types de « délires ». Outre-Rhin, les psychiatres germanophones s’échineraient bientôt à résoudre l’énigme de ce qu’eux-mêmes nommaient la Paranoia. À la fin du xixe siècle, leur Paranoiafrage (question de la paranoïa) fit en effet l’objet d’innombrables publications et provoqua d’homériques controverses (voir par exemple Ziehen, 1892 ; Schneider, 1903). Occasion fut donnée aux avis les plus contradictoires de s’exprimer. Fallait-il voir dans la Paranoia un désordre de l’intellect ou un trouble des affects ? Les patients souffraient-ils d’une perturbation dans le processus d’association des idées ? Comment leurs croyances erronées naissaient-elles ? Pourquoi se changeaient-elles tout progressivement en ce qu’il fallait bien nommer un délire ?

  • 2 Je fais ici implicitement référence à Trélat (1861).

Semblables questions montrent combien la maladie du soupçon força les frontières de la science à bouger, les spécialistes à s’interroger. Si encore les « paranoïaques » et autres « persécutés » faisaient état de croyances invraisemblables, tout aurait été plus simple. Mais leur manière de penser semblait, et semble encore, en grande partie cohérente. Les « paranos » ont parfois raison. Ils peuvent rester lucides2 sur un grand nombre de questions. Et, dans le même temps, élaborer sur des prémisses erronées un système de croyances sans fondement.

Les médecins eux-mêmes se font donc philosophes. Ils s’interrogent, se demandent s’il faut considérer cette étonnante maladie de l’esprit comme une excroissance bizarrement pathologique de la raison – ou bien s’il s’agit plutôt d’un accident de l’esprit égaré. Le paranoïaque, lorsqu’il prétend savoir ce que d’autres ignorent, confond-il simplement ses propres paralogismes avec des certitudes bien fondées, bref, prend-il des vessies pour des lanternes, ou bien son discours contient-il, au contraire, un noyau de vérité devenu méconnaissable, parce que transfiguré par le délire ?

Les controverses portant sur ces thématiques, ouvertes depuis près de deux siècles, sont loin d’être closes. Elles continuent de conduire les psychiatres, mais aussi les psychanalystes ou les psychologues, à d’incessantes révisions de leurs propres croyances. Dans les classifications internationales, deux options, aujourd’hui, s’affrontent. Les auteurs de l’anglo-saxon Diagnostic and Statistical Manual (DSM) tendent à effacer entièrement le mot de paranoïa pour lui préférer le syntagme plus vague de delusional disorder ou « trouble délirant » (APA, 2013). Ce faisant, l’on semble pencher vers une mise en continuité de deux entités autrefois distinguées : la paranoïa et la schizophrénie.

Quoique allant globalement dans le même sens, la Classification internationale des maladies, publiée par l’Organisation mondiale de la santé, continue de faire figurer dans ses pages le syntagme d’état paranoïaque, entre autres (OMS, 2008). La science des maux de l’âme s’avère là tributaire d’un délicat choix de mots. Personne ne veut être qualifié de « paranoïaque ». Pourtant, n’arrive-t-il pas aux cliniciens de rencontrer certains patients pour lesquels ce diagnostic semble plus qu’adapté ?

Afin de permettre au lecteur de se faire une opinion par lui-même, et pour tenir compte de ce que la clinique nous enseigne, les pages qui suivent présentent les contributions de psychiatres, de psychologues et de psychanalystes, certains aguerris, d’autres en formation. La rédaction de la revue leur a demandé de réagir brièvement à deux questions : « Dans votre pratique professionnelle, quelle attitude adoptez-vous face à quelqu’un atteint de délire de persécution ? S’il vous est arrivé de vous retrouver dans la position du persécuteur, comment avez-vous réagi ? » Leurs réponses constituent autant de témoignages sur ce qu’est la rencontre du délire de persécution et attestent qu’il ne saurait exister de fait clinique sans discours théorique qui tente d’en rendre compte, d’une manière ou d’une autre.

Raphaël Benamouzig nous permet de découvrir l’effet de sidération qu’est susceptible de produire sur un jeune étudiant en médecine la rencontre du patient « parano ». Ce faisant, il laisse deviner le caractère inextricable de la situation potentiellement suscitée par cette rencontre. Comment se dépêtrer du délire sans, soi-même, céder à la suspicion ou la provoquer en retour ?

Dans la droite ligne de cette interrogation, Florent Gabarron-Garcia met en exergue l’impossibilité d’assigner au sujet paranoïaque une place dans le collectif. Sur les lieux de soin institutionnel, la question se pose en effet de savoir comment intégrer celui qui se présente comme radicalement non-intégrable aux groupes. Toute esquisse de solution paraît inévitablement aussi scandaleuse qu’iconoclaste.

Dans sa vignette clinique, Gérard Bazalgette vient à son tour nous rappeler combien il est délicat de passer d’un point de vue extérieur sur les symptômes d’une patiente à une compréhension des mécanismes de sa folie qui permettra l’instauration d’un lien de confiance. L’auteur interroge les conditions du dégagement, par le thérapeute, d’un espace de sens permettant la mise en route du processus thérapeutique.

Gérard Leibovici, à contre-pied, nous met en garde. Gare à la surenchère dans le champ du savoir ! S’il est vrai que chaque délire contient son noyau de vérité, il ne s’agit pas, pour autant, que le thérapeute en remontre à des patients eux-mêmes désireux de lui en remontrer. Sans quoi, ces derniers pourraient bien lui claquer la porte au nez.

Benjamin Lévy, auteur de ces lignes, reprend la même idée, mais pour souligner l’importance d’une bienveillante neutralité dans la réponse donnée aux patients atteints de délire de persécution. Il mettra néanmoins en exergue l’indispensable traversée d’un « moment persécutif » pendant une cure, et son rôle de moteur.

Revenant vers des rivages plus théoriques, René Wulfman, après certains rappels nosographiques, évoque la potentielle dangerosité du patient paranoïaque et son manque de demande vis-à-vis du praticien. Comment faire le « tri » entre ce à quoi ce dernier peut avoir réponse, et ce pour quoi il s’avère impuissant ? Quelles sont les limites de la thérapie ?

Laurent Teuma rejoint ces questions grâce au récit d’épisodes dramatiques auxquels peut donner lieu la prise en charge de patients. Il signale la pluralité des sources de la méfiance pathologique, tout comme la variabilité de ses modes d’expression, et insiste sur la tâche délicate du médecin, qui incarne une figure potentiellement persécutrice.

Guillaume Delannoy nous ramène, pour finir, vers des interrogations sur le mode d’élaboration du délire. Si un postulat de départ donne lieu à certaines croyances autovalidées, dont l’adoption se répercute sur le mode d’interaction du sujet avec autrui, alors le mieux-être ne passe-t-il pas, pour le patient, par un second remodelage de ses relations à l’autre ?

Depuis l’approche systémique jusqu’à un abord psychanalytique en passant par la psychiatrie classique et les enjeux institutionnels, une large gamme de référentiels théoriques et de situations concrètes sera donc interrogée par les textes présentés dans les pages qui suivent. S’ils ne peuvent prétendre dire toute la vérité du délire de persécution, n’est-ce pas simplement parce que le délire est, seul, à même de construire une vérité totale et sans lacune à son propre sujet ?

Benjamin Lévy

*

Mon premier cas de méfiance paranoïaque

1La méfiance extrême, pas plus que la confiance extrême, n’est soluble dans la vie sociale.

2Étudiant en médecine, c’était mon tout premier « cas psychiatrique ». Aux urgences, un homme conduit par la police criait à pleins poumons. Il a fallu un certain nombre d’infirmiers pour le maîtriser et le contentionner dans une chambre isolée. On m’avait demandé de procéder à l’examen physique d’usage, dans ce cas plutôt sommaire, car le patient était « opposant », ou « peu compliant ». L’apparence de l’individu alors attaché à son lit et bientôt plus calme (et pour cause, il avait reçu une dose de médicaments) frappait par le contraste entre son visage fin et beau, avec des cheveux longs et un regard habité, et ses habits négligés, ainsi que son corps amaigri. Une telle disparité dans l’aspect extérieur semblait le reflet d’une scission qui se retrouve dans la personnalité même du paranoïaque. Tandis qu’une partie de l’être demeure égale à elle-même, l’autre est dévorée par le soupçon et la méfiance, et devient, au fil du temps, méconnaissable.

3Ce patient était un ancien cinéaste. Il avait eu un certain succès artistique et social. Il était au début de sa cinquantaine, il avait une femme, des enfants. Pourtant, sa vie s’était délitée jusqu’à l’isolement le plus complet. Désormais, il vivait replié dans sa chambre où sa femme lui déposait un repas à sa porte.

4Autour de la personne touchée, le vide se fait. Les amis craignent de venir ou, s’ils le font, c’est par fidélité, par pitié… Chaque crise de violence éloigne davantage les proches, qui sont chacun à leur tour soupçonnés des intentions les plus noires. La famille n’est presque jamais épargnée, au contraire. Ainsi de la femme du cinéaste, qu’il pensait de mèche avec le juge du procès, avec les médecins qui désiraient l’enfermer, avec les enfants au sujet de l’héritage… C’était dans sa chambre que les pompiers avaient trouvé l’homme, entouré de déchets et de caisses de livres. Il refusait depuis peu de se nourrir, de peur de consommer des produits empoisonnés.

5La pathologie paranoïaque est réputée une des plus terribles, en psychiatrie. Dans ses formes les plus critiques, elle détruit une personne sans lui retirer ni sa conscience ni son jugement : elle la dévore par un bout, en quelque sorte. Elle touche des personnes de toute condition sociale ou familiale, de toute origine géographique. La maladie ne se contente pas de toucher le malade. Bien souvent, elle détruit aussi son entourage. Les délires paranoïaques les plus sévères sont ceux qui s’aggravent sans retour à l’état antérieur. À ce naufrage s’ajoute, pour les proches, l’immense tristesse de reconnaître chez le malade la personne qu’ils connaissaient, et qui demeure la même à bien des égards.

6C’est une des situations les plus difficiles aussi pour les soignants. Un patient paranoïaque se méfiera évidemment de qui lui propose des traitements, une hospitalisation, et même tout simplement de quiconque voudra l’aider.

7L’irrationalité de la méfiance extrême utilise la rationalité poussée à bout : interprétations perpétuelles, suppositions délirantes à partir de faits que n’importe qui laisserait in-interprétés (« s’il regarde son téléphone, c’est qu’il appelle le juge »). Son délire n’empêche d’ailleurs pas un patient paranoïaque d’avoir raison. Un paranoïaque jaloux peut être cocu.

8En fait, en supposant par avance que l’autre peut nous vouloir du mal, on risque vite de le tourner contre nous. Ce qui était imaginaire devient vrai, au moins en partie. Et la méfiance se nourrit de ce cercle vicieux. C’est ce processus qu’il faut essayer d’enrayer. Le soignant doit être à la fois bien disposé (pour s’attirer en partie la confiance du patient) et méfiant (sous peine d’être manipulé par un discours souvent très convaincant). Le paranoïaque redessine souvent toute son histoire selon des fantasmes de revendication qui semblent parfois d’une cohérence sans faille : sans méfiance préalable, il est impossible de retrouver derrière son discours quelque chose de plus proche des faits.

9Ainsi le soignant, pour comprendre la situation, doit s’appuyer sur le témoignage des proches. Comme le patient pense souvent que ses proches lui veulent du mal, le soignant préfère les contacter en secret. Il est amené à cacher des choses au patient, justifiant en partie les craintes de ce dernier. La situation la plus difficile est peut-être celle où une hospitalisation sous contrainte est jugée nécessaire, et pour laquelle il faut la signature d’un tiers qui l’avalise… Faut-il laisser cette responsabilité à un proche du patient, alors même que celui-ci s’en méfie déjà ? Dans le cas que je restitue ici, il était hors de question pour moi d’ajouter des éléments au contentieux conjugal, en faisant signer la femme du patient (« elle est de mèche avec le juge », « elle en veut à mon argent », « c’est pour cela qu’elle veut m’enfermer »)… Mais s’est présenté son fils, qui semblait préservé, et dont l’opinion semblait respectée par le patient. C’est lui qui a signé. Dans un contexte d’urgence, le choix est limité. La loi prévoit ces situations, et c’est notamment en vue de tels patients qu’existe la possibilité d’hospitaliser sans la signature d’un tiers de la famille.

10On se rend compte de la dureté de cette maladie paranoïaque, qui, même quand le patient s’améliore, met à mal, parfois tragiquement, les relations les plus intimes. On a vu que le soignant lui-même doit s’armer de méfiance pour tenter de discerner le vrai du faux dans le discours du paranoïaque. En fait, la méfiance extrême de ce dernier nourrit celle de tous ceux qui l’écoutent.

Raphaël Benamouzig
Étudiant en médecine

Une histoire de psychothérapie institutionnelle avec un paranoïaque

11Un jeune psychanalyste vient de prendre la direction d’une structure orientée par la psychothérapie institutionnelle où les patients adultes (essentiellement des schizophrènes), organisés en collectif (Oury, 2005) avec les soignants, participent à la vie quotidienne et ses tâches. Parmi ces patients, il s’en trouve un particulièrement difficile qui à la fois est mutique, depuis plusieurs années, et présente un délire paranoïaque peu accessible. L’un des premiers problèmes pratiques auquel se trouve confronté ce jeune responsable (pas très assuré) est le suivant : l’un des pensionnaires, qui avait la fonction de « dame pipi » (il s’occupait des toilettes et des communs), quitte l’institution, car il est « guéri ». La question épineuse de son remplacement se pose alors au cours d’une réunion paritaire soignants/soignés. Il n’y a aucun volontaire, ni parmi les patients ni parmi le personnel soignant. Prenant son courage à deux mains, le jeune directeur se lance et se propose d’accomplir lui-même cette fonction. L’assemblée s’étonne et s’ébroue à cette annonce peu commune, mais la voilà bientôt stupéfaite, car le paranoïaque tant redouté et d’habitude si silencieux lève la main pour prendre la parole et déclarer que « dans ces conditions », il veut bien accomplir cette « tâche ingrate » avec le nouveau directeur.

  • 3 Dans cette perspective l’investigation psychanalytique et sa pratique, loin de se limiter à l’Œdip (...)
  • 4 Composante du développement infantile particulièrement présente dans la paranoïa, qui, en rapport (...)

12La problématique guattarienne de la transformation des groupes-assujettis en groupes-sujets et la requalification de l’approche psychanalytique comme transversale trouve ici une illustration (Guattari, 2003, p. 89)3. En effet, à partir de ce moment, un travail s’engage entre le jeune directeur et le patient autour de ladite tâche et plus généralement autour des questions qui touchent l’analité4. Petit à petit, le patient va aller mieux et il va arriver à s’inscrire dans le collectif. Enfin, son délire va diminuer jusqu’à cesser, au bout de quelques années. De son côté, le jeune directeur apprend son métier des patients (et en particulier de celui-là) et, à cette occasion, progresse de manière fulgurante dans son analyse personnelle. Il finit également par trouver son style en tant qu’analyste en institution. Tout travail clinique en institution relève d’abord d’un processus de production dans lequel le clinicien est lui-même pris, et qui illustre le rapport complexe entre le désir et l’institution, des groupes et des sujets, et les devenirs de ce rapport. Les déterminations inconscientes du sujet n’ont pas à être constitutivement appendues à des formations fantasmatiques, car elles existent à même la réalité sociale. Ici, le responsable de l’institution, en se décalant de sa place socialement assignée, ne fait pas que subvertir politiquement la machine sociale psychiatrique. Son geste permet également de déplacer des représentations imaginaires, symboliques et réelles. Un frayage clinique inédit devient possible.

Florent Gabarron-Garcia
Psychanalyste, chercheur associé à ERRAPHIS, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

Méfiance et paranoïa

  • 5 Voir par exemple Kant (1990).

13Dans le cadre d’une réflexion générale sur la méfiance et son concept, en l’abordant tant d’un point de vue individuel que collectif, quelle place et quelle signification faut-il accorder à cette méfiance bien particulière qu’est la méfiance paranoïaque, éventuellement accompagnée par le délire de persécution ? Le caractère extraordinaire de cette sorte de « méfiance » pourrait nous conduire d’abord à n’y voir qu’une sorte d’aberration singulière sans continuité véritablement pensable avec la méfiance commune, individuelle et sociale, qui nous est si familière. Dans un tel cas, cette folie serait un hors-champ de la pensée, et ce sera bien la conclusion de nombre de philosophes5. Mais l’on peut aussi s’interroger sur le type de continuité profonde et intrinsèque qui existe entre la méfiance commune et le délire qui peut l’exacerber au plus haut point. Il suffit d’examiner le petit conspirationnisme, ainsi que les délires collectifs dévastateurs qu’ont connus et que connaissent nos sociétés pour apercevoir des voies de passage.

14Mme V. vient me consulter. Elle est traquée, me dit-elle, par une horde anonyme d’individus malfaisants, dealers, maquereaux, trafiquants de femmes, qui veulent se saisir d’elle pour lui faire subir mille sévices. Elle a consulté la police et de nombreux médecins pour demander une protection, mais elle a « constaté » rapidement que la police et les médecins faisaient partie du complot. Il ne lui restait plus alors qu’à se claquemurer chez elle et à ne sortir que furtivement, armée d’un couteau. Il faut bien entendre ici l’angoisse absolument effroyable qui faisait son quotidien.

15Que s’est-il passé pour elle ? Clairement, le monde interne fantasmatique de Mme V. ne pouvait être admis par elle tout simplement parce qu’il renvoyait à sa destruction. Les représentations fantasmatiques de Mme V. sont en effet immédiatement incompatibles avec la vie et se traduisent seulement, hors de toute représentation, en une sensation hallucinée et persécutive : celle d’« avoir des lames de rasoir dans la tête ». L’angoisse d’une destruction psychocorporelle imminente est alors extrême. Et c’est là que survient la projection. La réalité menaçante n’est plus interne, mais externe. La persécution n’est plus psychique, mais extérieure (les dealers, maquereaux, etc.), ce qui permet à la fois de s’en défendre, comme on peut le faire par rapport à un danger externe, et de le rappeler constamment comme une vérité incontournable.

  • 6 Pour ces questions, voir Bazalgette (2016).
  • 7 La guérison, dans ces cas, est certes souvent fragile. Les effets du travail psychanalytique, avec (...)

16Sans entrer dans le contenu complexe de la longue psychothérapie psychanalytique qui ouvrira une issue favorable6, on peut au moins effectuer un repérage général de ce qui est fondamentalement en cause, c’est-à-dire le rapport en impasse à l’Autre, considéré comme un repère sur lequel on peut s’appuyer avec confiance pour avancer dans la vie. Et ma possibilité thérapeutique auprès de Mme V. s’est bien appuyée sur la fragile confiance que j’ai pu susciter en elle. Même si, souvent, j’ai pu moi-même devenir un persécuteur à ses yeux, j’étais sûrement la seule personne au monde, et c’est souvent le cas, porteuse d’un peu d’espoir. De là, il nous deviendra possible de reconstituer les conditions historiques et psychiques du déclenchement des hallucinations délirantes. Et il lui deviendra possible de les tenir à l’écart7.

17Comment le sujet humain entre-t-il dans le sens, c’est-à-dire dans cette voie d’adaptation au réel spécifique de l’humain qui passe par la symbolisation ? Ce n’est pas ici le lieu de développer les rapports que cette capacité symbolique va entretenir avec la création du désir sexuel propre à l’humain, mais c’est bien de cela qu’il s’agit pourtant, de ce processus qui sera entravé chez Mme V. et chez d’autres, et les conduira à la catastrophe. Quelles sont la place et la fonction de l’Autre dans ce mouvement ? Disons simplement que l’Autre humain, et déjà l’Autre parental, sera à la fois celui qui va activer et faire traverser les passions infantiles et celui qui va, dans le meilleur des cas, en rendre possible un dépassement qui permettra au sujet de réinventer le symbole et d’orienter son désir de façon viable dans le réel. Cette double place rend compte de l’ambivalence profonde du sujet au regard de l’Autre. Cet Autre sera en effet – et en même temps – celui qui ouvre un espace de liberté pour le sujet et celui qui pourrait bien le maintenir aliéné dans les passions qu’il aura suscitées. La méfiance viendra donc toujours faire pièce à la confiance, et si l’Autre n’a pu offrir des conditions minimales de viabilité, cette méfiance pourra aller régressivement jusqu’à la persécution hallucinatoire.

18Il faut bien apercevoir la fragilité du système de symbolisation humain. Pour que le sujet demeure dans la sorte de réalité qu’il lui offre, il faudra que ce système soit viable et fiable. Or, certaines conditions dans l’Autre pourront conduire le sujet à la conclusion qu’il ne l’est pas. Ce sera le cas lorsque la loi de l’Autre, parentale ou institutionnelle, est mise au service d’une volonté d’aliénation, consciente ou inconsciente. Le sujet est alors asservi aux pulsions sexuelles et meurtrières de l’Autre. Il ne peut exister.

19Pensons à certains désastres intimes ou collectifs ! Il n’y a plus alors de confiance possible en quoi que ce soit. L’amour, les mots, le désir, tout cela ne veut plus rien dire. Le sujet sombre dans la mélancolie, éventuellement jusqu’à la mort (celles de Primo Levi, de Bruno Bettelheim…), ou bien, et ce sera la solution persécutive, il réinvente un autre monde où le persécuteur projeté dans la réalité sera la cause du malheur dont il est accablé.

20On est là bien loin de la méfiance ordinaire, certes, mais au cœur, me semble-t-il, de ses conditions de naissance.

Gérard Bazalgette
Psychanalyste, membre et ancien président du Quatrième Groupe

Communication improbable

21Rencontrer des personnes méfiantes, voire soupçonneuses, surtout dans une pratique médicale et en particulier psychiatrique, n’a rien d’extraordinaire en soi. À la grande époque de la caractérologie, où les descriptions l’emportaient sur les mécanismes psychopathologiques, la notion de « personnalité paranoïaque » était relativement admise. Ce n’est aujourd’hui plus le cas.

22L’appellation « délire paranoïaque » repose sur un concept très différent. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un délire, et l’objet de ce délire est, dans l’expérience immédiate, totalement infondé. Toutefois, sans en passer par les arguments psychopathologiques traditionnels et déterministes quant à la genèse des troubles, il y a très souvent une part de vérité dans les propos délirants, et rien n’est jamais totalement infondé.

23Il peut être intéressant de repérer ce que l’on ressent en face d’un sujet persécuté délirant, a fortiori si l’on est soi-même vécu comme persécuteur. En pratique libérale, le patient venant en général – consciemment tout au moins – de sa propre initiative, le psychiatre n’est pas au départ un persécuteur potentiel ; mais il peut, et va très souvent, le devenir. J’ai ainsi souvenir, lors des premières années de mon installation, d’un entretien qui s’est plutôt mal terminé, mais dont l’issue était quelque part annoncée.

24Un de mes patients, déjà d’un certain âge, consultait régulièrement, une fois tous les dix jours, pour un mal-être général nécessitant, selon ses dires, un accompagnement. Cela faisait environ une année qu’il venait me voir et, pour le dire vite, son histoire était faite d’événements assez heurtés et plutôt conflictuels avec son entourage. Il avait fui avec ses parents, alors qu’il était très jeune, la guerre d’Espagne, et vivait dans un milieu de réfugiés politiques. De plus, il venait de divorcer, ce qui renforçait la perception d’une conduite d’échec récurrente ; du moins, est-ce ainsi qu’il le vivait.

25Or, pendant une séance (qui fut la dernière), le patient me sembla très différent, par son attitude, des séances précédentes. D’habitude relativement jovial et souriant, il était tendu, plutôt en retrait, le regard sévère. Dès le début, je sentis que quelque chose n’allait pas. Je pris donc la décision d’intervenir le moins possible, de le laisser parler et plutôt d’approuver discrètement. La fin de la séance arriva, et le patient se leva et me dit : « Je ne pourrai pas venir avant un mois, car je dois aller voir de la famille en Espagne. » Je me suis alors entendu lui répondre de façon inopportune : « Dans quel endroit d’Espagne allez-vous ? » À ce moment-là, fronçant les sourcils, il répondit : « À Murcia. » Je compris tout de suite que j’avais commis une erreur en lui demandant ces précisions, et voulant me rattraper, j’aggravai mon cas en ajoutant : « Ah oui ! Je connais Murcia, c’est une très belle ville où il y a la plus belle palmeraie d’Europe. » C’en était trop. Il partit sans même me saluer. Une heure plus tard, je reçus un appel téléphonique de sa part, chargé des propos suivants : « J’ai bien compris par vos propos ce que vous pensez ; je suis un étranger qui n’a rien à faire en France, ainsi ne vous inquiétez pas, vous ne me reverrez plus, car j’irai voir un autre psychiatre. » Il raccrocha. Je n’ai plus jamais entendu parler de lui.

26J’ai beaucoup réfléchi, par la suite, à cet entretien. Alors que je savais qu’il fallait rester très neutre, je n’ai pu m’empêcher de faire cette réflexion sur Murcia. Ma première idée était que j’allais ajouter un peu d’empathie, voire de sympathie (c’était son lieu), en montrant que je connaissais cette ville et que je la trouvais belle. En réalité, j’y étais allé il y avait plus de vingt ans, et je n’en avais gardé que de vagues souvenirs. Par la suite, j’ai aussi compris que cette réflexion s’inscrivait sans doute dans le besoin de montrer que rien ne m’était inconnu, et que mon savoir n’avait pas de limites, ce que d’aucuns pourraient qualifier de désir de dominer son interlocuteur. Ce qui se passe d’inconscient à inconscient est redoutable. En fait, ce patient n’avait peut-être pas eu si tort que cela de m’en vouloir.

27Il est très difficile d’avoir une attitude adéquate face à un patient en phase persécutoire, car il est presque obligatoire de choisir son camp : soit on est avec le sujet et on participe au délire, soit on s’y oppose, même avec la plus grande modération, et on entre dans le camp des persécuteurs. La neutralité ou la modération peuvent aussi être vécues comme de l’indifférence ou du mépris. Cela montre enfin que, dans tous les cas, un psychiatre a presque toujours intérêt à en dire le moins possible et, en corollaire de cela, il semblerait que moins on parle, moins on risque de dire des inepties.

Gérard Leibovici
Psychiatre

La persécution dans la pratique thérapeutique

28Je vais tenter de répondre aux deux questions que vous avez posées, et qui touchent au cœur de la clinique : « Dans votre pratique professionnelle, quelle attitude adoptez-vous face à quelqu’un atteint de délire de persécution ? S’il vous est arrivé de vous retrouver dans la position de persécuteur, comment avez-vous réagi ? » Pour commencer, je vais prendre une voie légèrement détournée et souligner mon désaccord avec deux des termes que vous employez. Les raisons pour lesquelles je procède ainsi vont s’éclairer d’elles-mêmes.

29Tout d’abord, vous me demandez comment j’ai pu « réagir » au fait de me retrouver dans la position de persécuteur. Or, j’ai déjà été dans cette position, et il vaut mieux comprendre que, dans ces circonstances, on peut agir, mais pas trop « réagir ». C’est capital. En effet, le patient qui nous place dans une position de persécuteur n’attend qu’une chose : que nous réagissions à lui. Il vaut mieux anticiper cela, et ne pas répondre à sa demande, c’est-à-dire se décaler ou se décentrer par rapport à elle. C’est seulement à partir de notre lacune de réaction, de son manque, que l’on peut commencer – ou continuer – à travailler.

30De manière assez intuitive, en effet, vous pouvez bien imaginer qu’un thérapeute (qu’il soit psychiatre, psychologue, psychanalyste, etc.) qui se risquerait à réagir à ce qu’il percevrait peut-être comme une attaque, ou comme une menace, ou même comme une vague accusation à teneur persécutive de la part de son patient, quitterait le terrain de la relation thérapeutique. Il provoquerait alors potentiellement une contre-attaque. Il y aurait un germe d’affrontement. Dans l’idéal, donc, on réagit aussi peu que possible au fait d’être mis en position de persécuteur. On laisse passer. De la même manière, je récuserais volontiers l’idée qu’il faille adopter une quelconque « attitude » face à un patient atteint de délire de persécution. Ou alors, paradoxalement, il faudrait adopter l’attitude qui consiste à adopter aussi peu d’attitude que possible. Mais quand je dis cela, je ne fais que répéter l’idée précédente, voulant qu’il ne faille pas réagir. Il importe de rester aussi neutre que possible – Freud parlait précisément de neutralité bienveillante à l’égard du patient, expression qui résume assez bien mon propos.

  • 8 En témoigne notamment Searle (1977).

31Pour entrer maintenant dans le vif du sujet, j’assure depuis cinq ans le suivi d’un patient qui est atteint d’une pathologie délirante. Il ne s’agit pas exactement d’un délire paranoïaque de persécution, plutôt d’une forme paranoïde de schizophrénie. Et il faut bien dire que cela simplifie grandement les choses. Les patients paranoïaques, au sens strict du terme, font difficilement l’objet d’un suivi aussi long, sauf s’ils consultent pour des symptômes associés. Et pour en revenir à ce patient, qui n’est pas vraiment paranoïaque, plutôt schizophrène, il faut bien dire que je m’efforce d’être avec lui aussi persécutif que possible. C’est-à-dire que je n’évite pas de le persécuter, j’essaie plutôt de le faire. Ce n’est pas toujours facile, parce que c’est assez fatigant (il faut beaucoup de force et d’énergie pour réussir à persécuter quelqu’un8). Mais enfin, ça lui convient. Je ne dis certainement pas que cela marcherait avec tout autre patient, et surtout pas avec un paranoïaque. Pour lui, en tous les cas, se sentir légèrement persécuté par moi – c’est-à-dire, identifier en moi la source de son mal-être – est plutôt positif. On appelle cela « paranoïser » un patient schizophrène. C’est assez classique.

32D’autre part, et cette fois en sens inverse, quel que soit le patient, il y a toujours un moment où l’on est surpris par le caractère passionnel – véritablement persécutif – que prend le transfert. C’est-à-dire que n’importe quel patient, à un moment, vous persécute. Cela peut arriver très rapidement ou après plusieurs mois, voire des années. Et c’est toujours un moment important, parce qu’il faut laisser toute marge de manœuvre au patient pour exprimer la haine qu’il ressent pour vous. Notez bien ceci, toutefois : je n’ai pas dit que les patients développaient un délire de persécution. J’ai simplement souligné qu’à un moment ou à un autre, ils devenaient persécutifs. S’ils ne le font pas, c’est mauvais signe – cela veut dire qu’on n’a pas su leur donner l’occasion d’analyser certaines tendances sadiques qui reposent en eux.

33Pour résumer et conclure, chaque patient est susceptible de devenir un tant soit peu persécutif et, dans le même temps, de vous désigner comme son persécuteur. Ce qui est difficile, avec un patient paranoïaque atteint d’un authentique délire de persécution, c’est de se décaler par rapport à cette position. Mais même dans ce cas-là, et a fortiori dans les autres, on peut essayer de percevoir ces motions persécutives comme des manières qu’a le patient d’exprimer certaines pulsions sadiques. Inutile d’y réagir, de s’y confronter, il vaut mieux prendre les choses de biais. À la longue, aussi étonnant que cela paraisse, il arrive que lesdites pulsions sadiques s’humanisent un peu.

Benjamin Lévy
Psychologue clinicien

Comment être paranoïaque en 2016

34« Désormais, lorsque je reçois l’appel téléphonique d’un usager, je dois le prévenir que son appel va être enregistré. Je suis paranoïaque moi-même, c’est épouvantable de dire que j’espionne », me raconte une patiente, habituée des forums « complotistes ». Dans la psychiatrie européenne classique, la paranoïa était un morceau de bravoure. On distingue la personnalité paranoïaque avec ses traits immuables : orgueil, méfiance, fausseté du jugement qui s’accompagne d’interprétations. La dimension pathologique est le délire, qui apparaît lorsque le système de pensée devient exclusif. Il prend alors des formes définies : délires de persécution et d’interprétation, délire passionnel et délire sensitif de relation, surnommé « délire des vieilles filles ». La paranoïa se distinguait des autres délires par la conservation des capacités cognitives, à l’inverse des délires aigus dus à l’ingestion de stupéfiants ou au délire désorganisé dit paranoïde.

35Du président Schreber, cher à Freud, au cas Aimée, érotomane meurtrière, héroïne de la thèse de Lacan, la psychiatrie européenne s’enorgueillissait de la finesse de ses descriptions cliniques. Elles n’étaient pas si absurdes, car elles se préoccupaient de la responsabilité juridique et de la dangerosité éventuelle. Les délires paranoïaques se soignent mal par les médicaments, ce qui les a relégués en bas de page dans les nosographies modernes. La prise en charge et le traitement éventuel des paranoïaques demeurent essentiellement relationnels. La difficulté consiste à établir une relation avec un patient qui ne formule pas de demande de soins.

36À l’hôpital, les patients viennent sous contrainte après un passage à l’acte plus ou moins dangereux. L’expérience permet d’établir un modus vivendi : après quelques jours d’observation et un traitement sédatif, il suffit d’évaluer non l’illusoire critique du délire mais d’observer un minimum d’adaptation au monde réel pour permettre au malade de rentrer chez lui. Lorsqu’un paranoïaque vient consulter de lui-même, ce qui n’est pas si rare, deux attitudes sont possibles : refuser de le prendre en charge, attitude très saine qui protège le thérapeute, ou bien, de temps en temps, en sachant se tenir à bonne distance, tenter de le suivre pendant un temps limité. Deux conditions cependant : il doit s’agir d’une personnalité paranoïaque et non d’un délire structuré, et il doit exister un minimum de sens de l’humour, signe d’une possibilité de recul sur lui-même, indispensable. La présence de masques et de statues vaudous dans ma salle d’attente permet d’effectuer ce premier tri.

37Au début du travail thérapeutique, le thérapeute doit avoir à l’esprit certains éléments : sa technique et ses références théoriques n’ont guère d’importance, seule sa personnalité importe, et son travail n’a qu’un horizon limité. Dès que le patient sera rassuré, il repartira allant mieux, objectif atteint, ou bien la relation qui s’est établie deviendra importante, donc dangereuse, et le patient s’en ira pour se protéger et protéger le thérapeute. L’orientation psychanalytique demeure la voie de salut pour le thérapeute, car elle lui permet d’évaluer son transfert et son contre-transfert.

38Les délires paranoïaques sont chroniques, les péripéties plus souvent anodines deviennent signifiantes pour le patient. Le rôle des événements extérieurs ne peut être négligé. Ainsi, lors des conflits, le nombre de malades mentaux diminue. Il m’est apparu important dans ma pratique personnelle de les étudier. Avec l’accord d’un groupe de délirants persécutés, nous avons organisé ensemble une visualisation des images des attentats du 11 septembre 2001, peu de temps après les faits, qui les avaient bouleversés. Puis nous avons ensemble discuté des théories du complot. Leur accord fut unanime : ils ne mettaient pas en doute ce qu’ils avaient vu, les images étaient bouleversantes. Elles n’avaient cependant rien à voir avec leur propre réalité mentale.

39J’ai continué à travailler cette piste, de plus en plus motivé par l’émergence de délires paranoïaques transitoires, dans les syndromes post-traumatiques (conflits professionnels, etc.). Voici un exemple significatif d’échanges :

— Docteur, ils ont des caméras et ils m’espionnent.
— En effet, j’ai un Smartphone, vous aussi, je pourrais l’ouvrir et vous enregistrer. De toute manière la NSA peut nous écouter sur nos téléphones et nos ordinateurs. Être espionné devient chaque jour plus vraisemblable.
— Non, docteur, ce ne sont pas ces appareils-là, ILS ont des instruments spéciaux.
— Pourquoi vous espionneraient-ils ?
— J’ai des secrets, j’ai des pouvoirs ; je sais que vous ne me croyez pas.
— En effet, je ne suis pas là pour croire ou ne pas croire mais pour discuter ensemble. À la semaine prochaine.
— À la semaine prochaine.

40Ne pas adhérer au délire, ne pas rejeter les symptômes, manifester une qualité d’écoute. Il faut maintenir des objectifs limités : ne pas vouloir guérir un délire mais soigner une personne, et surtout ne pas se mettre en danger soi-même. On ne peut aider un paranoïaque que par la prise en compte des limites de la thérapie.

René Wulfman
Psychiatre

« Ce qu’il souhaite, c’est qu’on s’occupe de lui »

41La persécution, la méfiance sont des symptômes clés en psychiatrie. Ils sont très présents à l’hôpital psychiatrique, où j’ai exercé pendant neuf ans, et c’est à mon sens une très grande différence avec la pratique libérale. En cabinet, les patients qui viennent nous voir sont généralement consentants, moteurs même. Ils présentent donc moins de méfiance vis-à-vis de nous. Au contraire, à l’hôpital, il y a beaucoup d’hospitalisations sous contrainte, à la demande d’un tiers. Ne serait-ce que pour cela, la méfiance et la persécution sont extrêmement présentes. Souvent, nous avons affaire à des patients qui sont malades, qui ne s’en rendent pas compte et qui ne veulent pas qu’on les soigne.

42Par-delà cette dimension constitutive, la méfiance et la persécution peuvent prendre des visages très différents selon les types de pathologie. Certains patients déprimés vont développer un sentiment de persécution sans nécessairement qu’il y ait une pathologie délirante. Le patient va mal et sa méfiance est essentiellement une traduction de son inquiétude. Dans les cas de mélancolie, la forme la plus grave de dépression, cette inquiétude s’accompagne de délires de ruine et de culpabilité qui sont compliqués à soigner. La schizophrénie, elle, s’accompagne souvent de délires persécutoires qui peuvent être désorganisés, mais qui sont extrêmement présents et que l’on identifie rapidement. La situation est différente dans le cas de paranoïaques qui peuvent avoir un délire de persécution très construit, très systématisé – à tel point que l’on ne repère pas d’emblée le délire. La méfiance prend donc des visages différents suivant les pathologies et les patients. Le contenu de la persécution et des délires a aussi une forme d’historicité : par exemple, on n’a plus de délires sur Jésus comme il y en avait il y a encore quarante ans. Aujourd’hui, Jésus a été remplacé dans une certaine mesure par l’hypervisibilité, par l’hypertraçabilité contemporaine : cela a commencé avec la carte bancaire et s’est renforcé avec les réseaux sociaux. Chaque délire reste toutefois singulier dans sa construction.

43Malgré cette diversité, il y a un point commun dans toutes ces manifestations de méfiance : elles permettent une accroche thérapeutique qui est souvent primordiale. Quand un patient « se persécute » comme on dit dans le langage hospitalier, il projette sur l’équipe soignante des émotions qui vont être utiles à la thérapie. Il s’agit alors d’utiliser le sentiment de persécution, non pas pour y répondre – il ne faut pas se mettre en miroir de ce sentiment – mais pour comprendre ce qui se joue pour le patient. Dans le cas de patients dépressifs, une fois passée la période des insultes – que ce soit deux ou quinze jours – le patient se calme généralement, et c’est à ce moment-là qu’on peut vraiment l’aider. Dans le cas de patients paranoïaques ou schizophrènes, c’est plus compliqué – précisément parce que le malade pense vraiment qu’on lui veut du mal. Cela suppose de la part de l’équipe soignante une méfiance en retour, car le passage à l’acte est toujours possible. D’où l’importance de rappeler à ces patients le cadre institutionnel : à partir du moment où ils sont dans un cadre solide et rassurant, ils vont se calmer. Rappeler la loi permet d’évacuer le danger.

44Le positionnement collectif de l’équipe soignante vis-à-vis de la méfiance est essentiel. L’usage utile de la méfiance ne peut se faire que dans un cadre institutionnel fort, robuste et stable, où les rôles sont clairement distribués et sécurisés. Pour les patients hospitalisés sous contrainte, le médecin est généralement vu comme un persécuteur. La richesse du travail en équipe tient précisément à la possibilité pour le médecin d’endosser son rôle de persécuteur. Il faut qu’il y ait un mauvais objet dans l’équipe pour que les patients puissent se persécuter contre lui et pour permettre ainsi au reste de l’équipe de mieux s’en occuper. Dans un cadre thérapeutique, on utilise la fonction du mauvais objet et du persécuteur, toute la question étant de réussir à le faire dans un environnement suffisamment contenant et rassurant pour que dans la réalité, les patients ne puissent pas s’attaquer au persécuteur. C’est à ça que servent l’hôpital et son fonctionnement institutionnel. Quand un médecin rencontre un patient qui se persécute contre lui, le chef de service va pouvoir intervenir, faire entrer la loi et le cadre institutionnel et donc dépersonnaliser la persécution et son objet.

45À mon sens, il est important que ce soient les médecins eux-mêmes qui endossent le rôle de persécuteur, sans quoi le sentiment de persécution risque de se reporter sur quelqu’un d’autre dans l’équipe. En effet, nous avons davantage de moyens de gérer et de contenir les choses institutionnellement si nous sommes l’objet de la persécution. La situation reste compliquée, parce que ce rôle n’est souvent pas facile à endosser. Les internes, par exemple, peuvent être dans une position institutionnelle plus fragile que les médecins qui ont davantage d’ancienneté. Autre exemple, les patients ont parfois « besoin » d’un persécuteur masculin : si le psychiatre est une femme, quelle que soit sa compétence, la fonction de persécuteur peut se reporter sur quelqu’un d’autre. Il est dans ce cas nécessaire d’être vigilant à l’égard de qui revêt la fonction persécutrice.

46Pour moi, la force de ce cadre institutionnel, quasi juridique, est essentielle. J’ai quitté l’hôpital à la suite d’un événement qui m’a laissé penser que ce cadre n’était plus assuré. J’avais un patient d’une quinzaine d’années dont la mère avait arrêté le traitement parce qu’elle refusait d’entendre qu’il était malade. L’adolescent s’est clairement persécuté contre moi au point de me dire, les yeux dans les yeux : « Toi, je vais te tuer. » J’ai décidé de porter plainte, et ni le chef de service ni le chef de pôle ne se sont déplacés. L’Institution ne m’a pas aidé à gérer ce moment de crise avec l’équipe. Deux jours après, j’ai revu le patient avec sa mère – seul là encore, sans appui hiérarchique pour désamorcer la situation. J’y vois une marque de la déshérence de l’hôpital : il n’y a plus suffisamment de moyens pour faire face à ce genre de situations – a fortiori, quand je la compare avec une situation qui s’était produite quand j’étais interne.

47Un soir, j’étais interne de garde aux urgences psychiatriques, quand un patient nous a été amené dans un coffre de voiture, ligoté par ses frères. Il s’était porté des coups de couteau dans le thorax. Le patient a été détaché, j’étais seul médecin de garde et je me suis retrouvé face à face avec le patient pendant que ses frères m’expliquaient ce qui s’était passé. Il était très méfiant, agité, et surtout je ne savais pas où était le couteau ! J’ai eu très peur ce jour-là. Heureusement, à l’époque, les urgences fonctionnaient plutôt bien, et on a rapidement appelé les renforts : on s’est retrouvés à plus de dix personnes pour le maîtriser. Là, il m’avait dit, droit dans les yeux, qu’il me retrouverait et qu’il me tuerait. Six mois plus tard, j’arrive dans un nouveau service en tant qu’interne et je tombe sur ce patient qui était hospitalisé. J’étais inquiet – alors que le patient, lui, était très content de me revoir et il est venu me parler. Finalement, je me suis occupé de lui dans le service. La nuit des urgences, j’étais son persécuteur désigné, et il me l’a clairement exprimé ! Mais au final, c’était un schizophrène en état de crise et envahi par ses angoisses. Dans ce cas, la persécution est un symptôme et un point d’accroche intéressant pour peu qu’on ait les moyens de rassurer le patient et d’éviter les débordements. Dans un service désorganisé, ce type de patient serait beaucoup moins rassuré, et pourrait se montrer violent, alors qu’au fond, ce qu’il souhaite, c’est qu’on s’occupe de lui.

Laurent Teuma
Psychiatre

Vous n’avez vraiment aucune raison de vous méfier…

Quelqu’un suppose, pour une raison quelconque, qu’on ne le respecte pas ; et il a, à cause de cette supposition, un comportement tellement hostile et méfiant, et il manifeste une telle hypersensibilité qu’il provoque chez les autres un sentiment de mépris qui lui « prouve » sans cesse que sa profonde conviction est vraie.

  • 9 Cette vision considère nos constructions intellectuelles comme la résultante de nos interactions a (...)
  • 10 À noter que l’on peut se méfier aussi de soi-même ou du monde en général.
  • 11 À ce sujet, voir notamment Wittezaele et Nardone (2016).

48Cette citation de Paul Watzlawick, tirée de L’invention de la réalité (1988, p. 109), illustre parfaitement le regard à la fois constructiviste et cybernétique9 que nous portons sur les processus parfois « dysfonctionnels » engendrés par une méfiance excessive à l’égard des autres10. Ainsi, bien souvent, dans un processus de prophétie auto-réalisatrice, une fois que le postulat est posé, la personne a tendance à se comporter de façon à confirmer sa croyance par sa manière d’entrer en relation avec les autres. Rapidement, elle se retrouvera bel et bien entourée d’ennemis (logique de validation de croyance11). Et le « délire » de persécution de devenir « réalité »…

49La question qui se pose alors est de savoir comment entrer en relation avec une personne qui a développé une tendance à se méfier quasi systématiquement des autres êtres humains, et cela de façon à lui permettre d’apprendre à entrer en relation d’une façon moins « rigide » ou moins « problématique » avec ses semblables. Si l’on adopte une perspective systémique, c’est-à-dire si l’on s’intéresse aux processus de communication entre la personne « méfiante » et ses proches, on aura vite fait de repérer certaines grandes tendances qui pourront nous aider à mieux nous calibrer dans la relation. Car, de façon quasi générale, les autres essaient de raisonner la personne, de la rassurer, de lui dire qu’elle n’a rien à craindre, qu’elle n’a aucune raison de se méfier ainsi, et que c’est elle qui « exagère » les choses, qui est trop « sur la défensive ». Autant de tentatives d’apaiser l’autre qui, si elles sont relativement courantes, n’en sont pas moins la plupart du temps inefficaces…

50Dans le meilleur des cas, la personne « méfiante » ne se sentira tout simplement pas comprise par ses proches, ayant elle-même fait l’expérience de la dangerosité de ses congénères à de nombreuses reprises – à force de se défendre face à la violence qu’elle perçoit de leur part. Dans le pire des cas, elle trouvera même dans tous ces messages qui se veulent rassurants autant de raisons de se méfier davantage. Ainsi ce patient persuadé d’être sur écoute et menacé par un système technologique très sophistiqué qui pouvait entendre toutes ses pensées et à qui ses parents disaient : « Mais arrête, tu délires, ça n’existe pas tout ça ! », lui prouvant par là même que le système de surveillance avait pris le contrôle du cerveau de ses proches… Ainsi, la croyance une fois posée, tous les nouveaux éléments qui apparaissent dans le processus ne font que la valider. C’est également le cas de cet autre patient qui, commençant à se sentir menacé par les autres d’une façon qui lui semblait pathologique, s’était fait prescrire des médicaments psychotropes pour soigner ces pensées « paranoïaques », et qui nous expliqua : « Lorsque j’ai commencé à prendre ces médicaments, mes sensations de persécutions n’ont pas disparu… et c’est à ce moment-là que j’ai su que c’était vrai, que j’étais effectivement menacé ! »

51Dans les formations que nous proposons aux professionnels de la relation d’aide qui travaillent avec des personnes ayant développé une tendance à alimenter – par leurs réflexions et leurs interactions avec les autres – des processus de ce type, nous insistons sur le fait qu’il est très important de ne surtout pas chercher à les détromper directement, ou à essayer de les raisonner : ce type de tentative a toutes les chances d’être « neutralisé » de la façon décrite ci-dessus. Bien au contraire, nous aurons tendance à encourager la méfiance, même celle qui pourrait s’exprimer à notre égard, et cela afin d’éviter d’être pris au piège du processus « plus je me méfie - plus tu me rassures - plus je me méfie, etc. » On pourra ainsi déclarer que la méfiance exprimée par la personne sera très utile dans le processus thérapeutique, et qu’il est dès lors très important qu’elle reste sur ses gardes, son esprit critique étant une ressource essentielle pour que la thérapie se déroule au mieux. Cette façon d’utiliser la résistance permet de s’appuyer sur le potentiel de la situation pour le recadrer d’une façon constructive pour la personne.

52À la suite d’Erickson, nous considérons qu’il vaut mieux « ne pas essayer de contraindre l’être humain à modifier sa manière de penser ; il est préférable de créer des situations dans lesquelles l’individu modifiera lui-même volontairement sa façon de penser » (Wittezaele et García-Rivera, 1992, p. 214). Bien souvent, nos propositions à ces personnes iront donc dans le sens de leur proposer des « armes » pour les aider à « mieux se défendre contre leurs ennemis », ces « armes » étant généralement des stratégies relationnelles susceptibles d’induire des réactions différentes de la part de leur entourage, et de modifier ainsi la perception que nos patients ont de ces prétendus ennemis.

Guillaume Delannoy
Thérapeute, responsable de l’antenne suisse de l’Institut Gregory Bateson12

Haut de page

Bibliographie

APA [American Psychiatric Association], 2013, Diagnostic and Statistical Manual, Mental Disorders, 5e édition, Washington, American Psychiatric Association.

Bazalgette Gérard, 2016, La folie et la psychanalyse, Paris, Campagne Première.

Brunet Jean, 1988, « Bateson : la science et le politique », Bateson : premier état d’un héritage, Y. Winkin éd., Paris, Seuil, p. 227-245.

Gabarron-Garcia Florent, 2016, « Le psychiatre, l’infirmier, le fou et la psychanalyse. Pour une histoire populaire de la psychanalyse 2 », Actuel Marx, no 59, p. 26-41.

Guattari Félix, 2003, Psychanalyse et transversalité, Paris, La Découverte.

Kant Emmanuel, 1990 [1764], Essai sur les maladies de la tête. Observation sur le sentiment du beau et du sublime, Paris, Flammarion.

Lantéri-Laura Georges, 1998, Essai sur les paradigmes de la psychiatrie moderne, Paris, Éditions du Temps.

Lasègue Ernest-Charles, 1852, « Du délire de persécutions », Archives générales de médecine, vol. 28, p. 129-150.

Nardone Giorgio, 1999, Psychosolutions. Comment résoudre rapidement les problèmes humains complexes, Bordeaux, L’Esprit du temps.

OMS [Organisation mondiale de la santé], Classification internationale des maladies, 10e version (CIM-10) [en ligne], [URL : http://apps.who.int/classifications/icd10/browse/2008/fr], consulté le 16 juillet 2016.

Oury Jean, 2005, Le collectif, Paris, Champ social.

Schneider H., 1903, « Beitrag zur Lehre von der Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie und psychisch-gerichtliche Medizin, vol. 60, p. 65.

Searle Harold, 1977, L’effort pour rendre l’autre fou, Paris, Gallimard.

Trélat Ulysse, 1861, La folie lucide : étudiée et considérée au point de vue de la famille et de la société, Paris, Delahaye.

Watzlawick Paul éd., 1988 [1984], L’invention de la réalité, Paris, Seuil.

Wittezaele Jean-Jacques et García-Rivera Teresa, 1992, À la recherche de l’école de Palo Alto, Paris, Seuil.

Wittezaele Jean-Jacques et Nardone Giorgio, 2016, Une logique des troubles mentaux, Paris, Seuil.

Ziehen Theodor, 1892, « Über Störungen des Vorstellungsablaufes bei Paranoia », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, vol. 24, p. 112-154 et p. 365-402.

Haut de page

Notes

1 Notons que, chez Lasègue, la persécution est mise au pluriel dans l’expression « délire de persécutions ». La plupart de ses successeurs optèrent pour le singulier et c’est sous cette forme que l’expression est passée dans la langue. Nous n’utilisons le pluriel que pour citer Lasègue ou nous référer à ses travaux.

2 Je fais ici implicitement référence à Trélat (1861).

3 Dans cette perspective l’investigation psychanalytique et sa pratique, loin de se limiter à l’Œdipe et au dispositif du divan, s’étendent à l’ensemble de l’institution et ses membres. Pour approfondir ces enjeux, voir Gabarron-Garcia (2016).

4 Composante du développement infantile particulièrement présente dans la paranoïa, qui, en rapport à la « sphinctérisation » (correspondant à l’action volontaire des sphincters), met au travail les notions de contrôle et de maîtrise.

5 Voir par exemple Kant (1990).

6 Pour ces questions, voir Bazalgette (2016).

7 La guérison, dans ces cas, est certes souvent fragile. Les effets du travail psychanalytique, avec un appui pharmacologique éventuel, sont néanmoins incontestables. Encore faut-il que ces patients soient en mesure de rencontrer un psychanalyste, ce qui est loin d’être le cas dans nombre de délires individuels… ou collectifs.

8 En témoigne notamment Searle (1977).

9 Cette vision considère nos constructions intellectuelles comme la résultante de nos interactions avec l’environnement. Piaget souligne que ces constructions doivent à la fois nous permettre de nous adapter à cet environnement, toujours en évolution, et éviter les contradictions internes. Les situations « pathologiques » ou « problématiques » étant le fait de « personnes bloquées, ou prises au piège de leurs propres constructions de la réalité » (Nardone, 1999, p. 128). Comme le souligne Jean Brunet, à la suite de Bateson, « la survie n’est possible que s’il y a régulation entre deux processus contraires, soit : la cohérence interne et l’adaptation à l’externe [...] il y aura désuétude chaque fois que [...] l’un ou l’autre de ces pôles l’emportera sur l’autre » (Brunet, 1988, p. 242).

10 À noter que l’on peut se méfier aussi de soi-même ou du monde en général.

11 À ce sujet, voir notamment Wittezaele et Nardone (2016).

12 Voir [en ligne], [URL : http://www.igb-mri.com], consulté le 14 juillet 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Lévy, « Méfiance, persécution, paranoïa », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 22 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/6754 ; DOI : 10.4000/traces.6754

Haut de page

Auteur

Benjamin Lévy

Psychologue clinicien

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page