Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Note

L’expérience ordinaire de la méfiance

Ordinary experience of mistrust
Sébastien Schehr
p. 151-167

Résumés

Cet article propose une analyse de la méfiance centrée sur la question de ses sources et de ses éléments constitutifs dans la vie quotidienne. Nous précisons tout d’abord quels sont les principaux facteurs qui alimentent cette attitude et en facilitent l’émergence. Nous montrons ainsi que la méfiance trouve souvent sa source dans des expériences ordinaires voire familières. Il s’agit ensuite de caractériser la méfiance sur le plan sociologique et psychologique : nous insistons sur le fait que la méfiance peut être envisagée comme une compétence permettant l’ajustement à certaines situations sociales et que l’on ne peut seulement la définir comme le négatif de la confiance. Enfin, nous nous intéressons aux effets cognitifs et sociaux de la méfiance et interrogeons l’idée selon laquelle elle serait intrinsèquement délétère.

Haut de page

Texte intégral

1Au regard des travaux et des publications consacrés à la confiance, les recherches portant sur la méfiance apparaissent tout à la fois peu nombreuses et éparses. Même s’il existe bien quelques exceptions – notamment en langue anglaise (Gambetta éd., 1988 ; Hardin éd., 2004) –, ce constat peut laisser penser que cette notion n’aurait jamais vraiment suscité l’intérêt ou la curiosité des chercheurs en sciences sociales. Ce raisonnement reviendrait pourtant à se méprendre sur les véritables raisons de cette absence : si la méfiance n’a pas souvent fait l’objet d’investigations, si elle n’a pas bénéficié d’un traitement plus systématique ni été fréquemment mise à l’honneur des ouvrages et revues de sciences humaines, ce n’est sans doute pas seulement parce que l’on considérerait que son rôle serait négligeable ou secondaire dans la vie politique et sociale, mais bien plutôt parce que l’on a pris l’habitude d’appréhender cette notion comme un « négatif » de la confiance, qui ne peut donc être analysée que dans le cadre d’une réflexion plus générale portant sur celle-ci. La méfiance est en quelque sorte restée cantonnée dans l’ombre de la confiance : on a (presque) toujours fait comme s’il existait un continuum entre ces deux notions, comme s’il suffisait de saisir l’une (la confiance) pour comprendre l’autre, comme si elles ne relevaient pas de processus sociaux spécifiques. Ce sont justement ces différentes idées que nous entendons interroger ici, à partir d’une étude de l’expérience ordinaire de la méfiance.

2En mobilisant un certain nombre de travaux empiriques et théoriques ayant abordé cette notion, il s’agira donc de proposer une analyse de la méfiance centrée sur la question de ses sources et de ses éléments constitutifs dans la vie quotidienne. Nous commencerons par préciser quels sont les principaux facteurs qui alimentent cette attitude et en facilitent l’émergence, afin de montrer qu’elle trouve souvent sa source dans des expériences ordinaires ou familières et que l’on ne peut donc considérer que seules les situations nouvelles, inhabituelles ou « non familières » (Luhmann, 2000) en seraient au principe. En caractérisant ensuite la méfiance sur le plan sociologique et psychologique, nous verrons qu’il existe des dénominateurs communs entre les diverses formes de méfiance et quels sont les traits qui permettent de les distinguer. Si la méfiance peut être envisagée comme une compétence permettant l’ajustement à certaines situations sociales, et impliquant des opérations cognitives, des états émotionnels et des actions typiques, nous verrons également qu’elle engage toujours une certaine forme de confiance (notamment une confiance dans les cadres mobilisés pour définir et analyser les situations rencontrées) et que l’on ne saurait ainsi seulement la définir comme absence de confiance. Il s’agira d’ailleurs de mettre l’accent sur les similitudes structurelles qu’elle présente avec la confiance même si elle relève bien d’un processus spécifique. Nous nous intéresserons enfin aux effets cognitifs et sociaux de la méfiance : en examinant quelles sont ses conséquences sur l’action pratique et le lien social, nous reviendrons sur l’idée selon laquelle elle serait intrinsèquement délétère.

La méfiance en situations

3Afin de comprendre quel est le soubassement cognitif et social de la méfiance et de pouvoir déterminer quels sont les principaux éléments qui contribuent à son émergence et à son développement, nous prendrons ici délibérément appui sur des travaux ayant abordé cette question dans des contextes différents. Cela nous permettra de proposer une analyse de la méfiance qui ne soit pas indexée à un seul cadre social et d’être ainsi en mesure – puisqu’il s’agira de varier et de croiser les situations considérées – de monter quelque peu en généralité tout en ne perdant pas de vue les spécificités propres à chaque contexte d’action. Il ne s’agira donc pas de réduire à une forme-type les cas analysés mais plutôt de mettre en évidence les similitudes et les différences existant entre les modes de construction et d’expression de la méfiance. Quatre recherches retiendront particulièrement notre attention : la première porte sur les interactions entre habitants d’une ville de Colombie contrôlée par des groupes paramilitaires (Suarez-Bonilla, 2014) ; la deuxième concerne l’expérience de la trahison, abordée notamment à partir d’entretiens réalisés en France (Schehr, 2008) ; la troisième traite des rapports sociaux dans les quartiers défavorisés américains (Mirowsky et Ross, 1983 ; Ross et al., 2001) ; la quatrième, enfin, analyse la manière dont les agents administratifs allemands et français instruisent les dossiers de demande d’asile (Probst, 2012). Toutes ces recherches ont pour point commun de nous éclairer sur les diverses formes de la méfiance et les logiques qui les sous-tendent dans la vie quotidienne.

  • 1 Voir Picard et Marc (2008), Klinger et Schehr (à paraître).
  • 2 Pour Russell Hardin (éd., 2004), comme pour la plupart des chercheurs inscrivant leurs travaux dan (...)

4Le travail de Natalia Suarez-Bonilla tout d’abord, centré sur une ville colombienne, insiste sur le rôle de l’incertitude et de la violence dans l’émergence puis la généralisation d’une attitude de méfiance. Mais contrairement à la plupart des enquêtes ayant trait aux situations conflictuelles – qui ont tendance à se focaliser sur le lien entre méfiance, violence et hostilité, toute dynamique conflictuelle générant hostilité et rapports de force entre adversaires, induisant de ce fait une méfiance réciproque1 – l’auteure montre que la population vivant dans les zones où dominent les groupes paramilitaires se trouve confrontée non seulement à la violence et à l’arbitraire de ces organisations, mais aussi à une forme forte d’incertitude, principale source d’une « méfiance généralisée ». Cette incertitude affecte plusieurs dimensions de l’expérience et porte notamment sur les relations à autrui : elle concerne à la fois le statut que toute personne occupe dans le conflit et le type de lien que chacun entretient avec les groupes armés : autrui est-il avec la guérilla ou les paramilitaires ? Bénéficie-t-il de soutiens ou d’appuis au sein de ces organisations ? Est-il un de leurs informateurs ? Mais elle a également trait aux motivations et aux raisons d’agir des individus rencontrés2 ainsi qu’à leur capacité de nuisance et à leur potentiel de violence supposés : quelles sont les véritables intentions d’autrui à mon égard ? Peut-il me causer du tort ou faire preuve contre moi de violence ? Suarez-Bonilla précise que, faute de pouvoir déterminer à qui ils ont affaire en réalité et d’être en mesure de réduire l’incertitude caractérisant toute entrée en relation, les habitants de ces zones de conflit ressentent une profonde inquiétude et tendent à adopter un comportement méfiant qui finit par devenir une habitude : afin d’éviter d’être victimes de la violence aveugle des groupes armés et de maintenir un minimum de vie sociale, ils ne s’engagent en conséquence qu’avec beaucoup de crainte et une extrême prudence dans les interactions avec autrui, notamment les plus banales.

  • 3 Nous avons ainsi recueilli dans le cadre d’une enquête qualitative le témoignage de 32 personnes d (...)
  • 4 Infidélité, mensonge, défection, espionnage, révélation d’un secret à un tiers, non-respect de la (...)
  • 5 Par exemple, l’un de nos interviewés nous précisa qu’après avoir été « trahi » par l’un de ses col (...)
  • 6 Nous détaillons plus spécifiquement ces pratiques dans la troisième partie de cet article.

5Si une forte incertitude apparaît comme une source possible de la méfiance, surtout lorsqu’elle affecte les échanges sociaux ordinaires, certaines expériences négatives, liées notamment aux violations des rapports de confiance et de loyauté, jouent également un rôle important dans l’émergence et la consolidation de cette attitude. Nos recherches sur la trahison – visant notamment à saisir les conditions de son expérience, à travers les réactions des intéressés3 – montrent en effet que cette forme d’entorse au lien social provoque un effet de surprise qui engendre systématiquement effroi, déception puis méfiance et suspicion chez la personne ou le groupe qui en est la victime (Schehr, 2008). Cela s’explique par le fait que la trahison est vécue – et ce, quelle que soit la pratique incriminée4 – comme une transgression aussi bien qu’une atteinte aux conventions et aux normes sous-tendant nombre de rapports sociaux (confiance minimale, loyauté, authenticité, bienveillance). La trahison est aussi ressentie comme une remise en cause brutale des représentations qui structuraient jusque-là le groupe ou la relation visés par la trahison : plusieurs de nos enquêtés ont ainsi témoigné d’un effondrement à la suite d’une trahison, de leurs croyances en l’unité groupale et de l’idée qu’ils se faisaient de la réciprocité, du respect ou de la confiance. L’expérience de la trahison se double de surcroît d’une désidentification (puisque l’ami, le proche s’avère au final un traître) qui conduit la personne trahie à interroger ses liens et, souvent, à douter des personnes avec lesquelles elle est en relation : c’est même parfois l’ensemble de l’entourage social qui peut ainsi devenir suspect par simple effet de contagion5. Le choc provoqué par la trahison, les émotions qu’elle suscite comme les diverses révélations qu’elle implique nécessairement (ces dernières étant relatives à l’acte lui-même ainsi qu’à la personnalité et aux motivations de son auteur) amènent donc celles et ceux qui en ont fait l’expérience à faire ensuite preuve de méfiance dans leurs engagements : toutes les personnes que nous avions interrogées dans notre enquête faisaient état de cette attitude à la suite d’une trahison et appliquaient en conséquence dans leur vie quotidienne des stratégies de prudence (tests de fiabilité, désinvestissement temporaire des liens, refus de certaines formes d’engagement dans une relation, etc.) censées les prémunir à l’avenir contre une telle épreuve et la déception (mêlée parfois de honte) qu’elle induit6. On ajoutera, pour être complet, que les représentations négatives de la trahison ainsi que les stéréotypes concernant les traîtres sont aussi constitutifs de cette attitude : quels que soient les contextes considérés ou les figures susceptibles de l’incarner, on se méfie en effet toujours de celui qui a trahi non seulement parce qu’il ne s’est pas révélé fiable mais surtout parce qu’on le croit capable de recommencer son forfait (comme s’il était prédisposé à trahir, comme si cette attitude était en fait constitutive de sa personnalité). Les réactions sociales à la trahison le montrent parfaitement : objet de mépris et de méfiance, celui qui a trahi est en général assigné à sa trahison, et se voit pour cette raison stigmatisé et condamné à une forme d’ostracisme ou de mort sociale (pensons au cas typique des « balances »). La méfiance se déploie donc dans le cas de la trahison sur la base de ces trois points d’appui que sont la connaissance (la confrontation à l’expérience de la trahison), l’émotion (l’effet de surprise et l’effroi suscité par la trahison) et la croyance (dans la propension à trahir du traître).

6L’enquête réalisée par Johanna Probst (2012) sur l’instruction des demandes d’asile en Allemagne et en France nous éclaire quant à elle sur le rôle joué par la socialisation professionnelle dans la constitution de cette attitude. Cette recherche nous montre que la méfiance peut être suscitée par la nature de l’activité et son accomplissement ordinaire et qu’elle peut dans ce cadre faire l’objet d’une valorisation et d’une certaine routinisation (la méfiance comme compétence professionnelle). Selon Probst, les agents chargés d’instruire les demandes d’asile sont ainsi amenés à faire régulièrement l’expérience de la méfiance et à prendre rapidement la mesure de son importance dans l’exercice de ce métier : la tâche consistant à apprécier la crédibilité des récits des réfugiés, à décider du bien-fondé de leur demande et à empêcher tout détournement de la procédure requiert en effet nécessairement de la part des agents de faire preuve à leur égard d’un certain degré de méfiance et de suspicion. La nature même du travail – qui suppose d’effectuer quotidiennement des opérations d’évaluation, de vérification et de contrôle – fait donc de ces attitudes une composante essentielle de cette activité, et ce d’autant plus que les institutions qui les emploient les encouragent à les développer (afin de limiter au maximum les abus). De surcroît, ce travail d’évaluation se révèle en pratique extrêmement délicat à réaliser puisqu’il s’accomplit parfois en l’absence de preuves matérielles, donc sans qu’il soit systématiquement possible pour les agents de déterminer avec précision la véracité des faits allégués par les demandeurs d’asile. Cette incertitude, précise l’auteure, se répercute sur la méfiance qui se trouve alors justifiée et renforcée par le flou d’une telle situation : faute de pouvoir vérifier certaines informations, les agents doivent rester constamment sur leurs gardes et ne jamais faire spontanément confiance aux récits de leurs interlocuteurs. Néanmoins, en s’appuyant sur leurs connaissances géopolitiques et socioculturelles, en mobilisant leur expérience professionnelle ainsi que leur esprit critique voire leur intuition, ceux-ci estiment généralement être en mesure de réduire cette incertitude et surtout de déterminer le caractère inauthentique, contradictoire voire mensonger du récit de certains réfugiés (Probst, 2012, p. 313). Or la confrontation aux mensonges et aux récits parfois inventés de toutes pièces, surtout lorsqu’elle devient récurrente (ce qui est inéluctable au fil des cas traités), porte à conséquence : elle se traduit chez de nombreux agents par une méfiance et un scepticisme radical, qui – ajoutés au sentiment d’avoir fait l’objet de tentatives de tromperies – finissent par se routiniser et se banaliser mais aussi par se muer, comme nous le verrons par la suite, en véritables préjugés affectant leur travail d’évaluation. Leur méfiance est donc tout autant le résultat d’« une éducation professionnelle à la non-crédulité » que celui de « l’expérience répétée du récit inventé ou mensonger » (ibid., p. 374).

7Enfin, le travail de John Mirowsky et de Catherine Ross sur les quartiers défavorisés américains nous donne d’autres indications sur le soubassement social de la méfiance. À partir de deux études quantitatives et qualitatives réalisées dans plusieurs villes américaines à douze ans d’intervalle (Mirowsky et Ross, 1983 ; Mirowsky et al., 2001), ces chercheurs montrent que la méfiance est la conséquence d’une interaction entre une personne et une configuration sociale spécifique, où interviennent tout à la fois des éléments liés aux conditions d’existence, aux expériences vécues, aux représentations du monde, aux sentiments et aux ressources personnelles. Plus précisément, à un premier niveau joueraient essentiellement des facteurs contextuels et expérientiels : en l’occurrence, un environnement perçu comme menaçant – c’est-à-dire, pour les cas étudiés, dans des quartiers où l’expérience du désordre, des nuisances et des incivilités de toutes sortes fait partie intégrante de la vie quotidienne et où tout un chacun est, et peut être, la victime de divers préjudices (abus de confiance, harcèlement, actes délictueux, violence, etc.) – constitue un milieu extrêmement favorable à l’émergence de la méfiance. Néanmoins, si ces expériences négatives et ces éléments contextuels apparaissent bien comme des facteurs importants, d’autres entrent aussi en jeu, les habitants de ces quartiers étant inégalement méfiants : ainsi, leurs ressources, tout comme leurs aptitudes sociales, leurs affects et leurs représentations du monde, semblent jouer un rôle tout aussi déterminant. Les auteurs précisent que les individus les plus enclins à la méfiance sont ceux qui disposent de faibles moyens (qui ne peuvent donc compenser les pertes liées à un préjudice et donc se permettre de mal placer leur confiance ou d’être dépossédés) et/ou qui se sentent vulnérables et impuissants face aux menaces (notamment parce qu’ils ne maîtrisent pas certaines compétences qui leur permettraient de les éviter ou de les gérer au mieux : la ruse, la violence, la capacité à anticiper les situations, le capital social, etc.). Ils partagent par ailleurs très souvent une même représentation binaire et duale de la réalité – une vision du monde où prévalent antagonismes et rapports de domination entre « forts » et « faibles », « gagnants » et « perdants » – qui aurait pour effet d’ancrer et de renforcer considérablement cette attitude et les comportements qu’elle induit, tels que la distanciation, l’évitement, la prudence, la ruse, etc.

La méfiance est-elle le négatif de la confiance ?

  • 7 Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de dimension de croyance dans la méfiance comme nous le verr (...)

8Nous voyons donc qu’au fil des enquêtes, des pistes nous permettant de caractériser la méfiance se dégagent : tout d’abord, on notera que la méfiance semble chaque fois nécessiter plusieurs points d’appui pour se développer, aussi divers soient-ils. Elle n’est jamais, du moins dans les exemples considérés, la résultante d’un facteur unique. Pour autant, elle n’en demeure pas moins à dominante cognitive : dans tous les cas que nous avons mobilisés interviennent de manière prépondérante – mais non exclusive – savoirs (tirés notamment de l’expérience pratique) et non-savoirs (degré d’incertitude caractérisant situations et interactions), et ce, quelles que soient les différences entre les situations ou les enjeux propres aux contextes d’action analysés : survivre en situation de guerre civile, éviter d’être victime d’un préjudice dans un quartier difficile, limiter la fraude dans le cadre d’un travail administratif, se prémunir contre la trahison d’un proche. Cependant, cela ne veut pas dire que la méfiance et les réactions qu’elle induit seraient chaque fois le fruit d’une décision rationnelle prise sur la base des informations ou du stock de connaissances que possède l’acteur : elle apparaît plutôt ici comme étant la conséquence d’une évaluation plus ou moins tacite et d’un apprentissage cognitif, émotionnel et pratique (développement de compétences ad hoc) liés à la confrontation récurrente à certains environnements ou à certaines expériences7. Nos exemples montrent ainsi que les situations où l’incertitude sur ce qui « se passe » et sur ce qui risque d’advenir est forte, et donc où elle constitue une donnée intrinsèque de l’action, sont des terrains particulièrement propices au déploiement de la méfiance, tout comme d’ailleurs celles qui impliquent la réitération d’expériences que nous avons sommairement qualifiées de négatives (mensonges, actes malveillants) ou qui génèrent un effet de surprise déstabilisateur (trahison). Ces situations, notons-le, relèvent souvent de l’ordinaire ou du quotidien des acteurs concernés (sociabilités, travail, voisinage), elles sont sources d’affects (peur, inquiétude, crainte) et peuvent mettre en jeu des liens « forts », c’est-à-dire des relations fondées sur une solide interconnaissance et où prévalent habituellement bienveillance et rapports de confiance ou de loyauté : les cas évoqués nous rappellent en tout cas que l’on ne saurait seulement faire des situations nouvelles, inhabituelles, peu lisibles ou « non familières » (Luhmann, 2000) les racines exclusives de la méfiance.

9Les enquêtes sur lesquelles nous nous sommes appuyé nous permettent d’ailleurs d’insister sur un autre point important : elles illustrent le fait que la méfiance n’est pas réductible à un seul mode d’expression. Elle peut donc prendre une forme différente selon le contexte pris en compte, les enjeux sous-tendant la situation et les acteurs impliqués. La méfiance est ainsi susceptible de connaître une certaine gradation dans son intensité comme dans son déploiement ou dans sa temporalité, elle peut être de l’ordre de l’attitude comme elle peut aussi relever de la stratégie : dans le cas des habitants des zones soumises à la violence des groupes armés, elle apparaît comme une attitude largement partagée, commune, systématique et banalisée, affectant plusieurs dimensions de l’expérience du sujet. L’étude de Mirowsky et Ross sur les quartiers populaires américains révèle une forme assez proche : si tous les résidents ne font pas preuve de méfiance, elle n’en reste pas moins un comportement très répandu, ayant généralement le trait d’une habitude. Mais elle peut aussi parfois prendre une tournure plus radicale chez les personnes particulièrement vulnérables et tendre alors vers des formes pathologiques. Au contraire, nos recherches sur la trahison montrent que la méfiance peut connaître une expression plus stratégique et circonstancielle tout en étant particulièrement intense et prégnante durant ce laps de temps, affectant ainsi ponctuellement l’ensemble des rapports à autrui. Enfin, l’enquête portant sur les agents chargés de l’instruction des demandes d’asile illustre le fait qu’elle peut devenir une routine (en l’occurrence professionnelle), un comportement banal et légitime mais qui reste cantonné à un seul cadre d’action.

  • 8 Ces indices révélateurs varient évidemment en fonction des situations : dans le cas des agents adm (...)

10Ces exemples nous montrent donc que la méfiance peut se décliner de diverses manières et qu’elle est toujours indexée à un contexte donné. Mais ils révèlent aussi que, même lorsqu’elle apparaît radicale ou qu’elle tend à se systématiser, elle ne peut pour autant devenir absolue. Elle engage en effet toujours dans les cas étudiés une forme minimale de confiance, ce qui est d’ailleurs congruent avec ce qu’avancent Anthony Giddens (1994) et Niklas Luhmann (2000) en distinguant le concept de confidence de celui de trust : c’est bien parce qu’ils font confiance à leurs capacités de cadrage et à des éléments d’information qu’ils considèrent comme étant des indicateurs fiables de la présence ou de la survenue probable d’un danger, d’une menace ou de tout autre événement préjudiciable (qu’il s’agisse d’un acte de violence, d’une trahison, d’un mensonge ou d’un acte malveillant), que ces personnes adoptent une telle attitude et les pratiques qui en découlent. Ces éléments d’informations – qui sont principalement tirés de l’expérience ordinaire dans les enquêtes mobilisées8 – font en quelque sorte office de signaux d’alerte qui, lorsqu’ils se multiplient, se réitèrent et s’accompagnent de certains affects (peur, inquiétude, crainte), finissent par la routiniser et l’ancrer durablement (ce que nous avons qualifié d’apprentissage cognitif et émotionnel de la méfiance). Par ailleurs, on rappellera utilement avec certains auteurs que notre expérience ordinaire du monde et de notre environnement n’est pas organisée – sauf en de rares exceptions – sur la base du doute ou de la méfiance (Garfinkel, 2007 ; Quéré, 2001 ; Watier, 2009). Notre vie quotidienne repose en effet pour une large part sur une confiance passive et sur une sorte d’adhésion tacite aux choses et aux apparences, cette attitude n’étant jamais complètement ou définitivement altérée par les épreuves et les situations suscitant la méfiance.

  • 9 Dans le cas colombien, le doute porte sur le statut d’autrui dans le conflit armé et non sur son o (...)
  • 10 Comme nous allons le voir, la méfiance peut être considérée comme une manière de se mettre en sécu (...)

11Ainsi, les exemples considérés nous montrent que même la personne méfiante continue de se fier à des attentes et à un savoir qu’elle croit partagés ; elle compte sur le fait que ses actions se passeront à l’avenir comme elles se passent habituellement ; elle fait encore confiance aux formes de présentation de soi de certains de ses interlocuteurs lorsqu’ils prétendent être qui ils sont ou manifestent telle ou telle attitude, etc. Ce dernier point nous semble particulièrement révélateur : le doute et la suspicion à propos de l’identité d’autrui apparaissent presque toujours orientés ou ciblés dans les enquêtes que nous avons mobilisées, puisque ces attitudes ne visent en effet ni l’ensemble des personnes qui se trouvent en interaction avec l’acteur méfiant ni la totalité des attributs de leur identité9. La méfiance, y compris lorsqu’elle se généralise et s’enracine durablement, n’est donc pas incompatible avec la confiance – du moins certaines de ses formes – et l’on ne saurait en conséquence la caractériser par l’absence de celle-ci. On ne peut dès lors qu’être d’accord avec Casimiro Balsa (2005) lorsqu’il avance que la méfiance est bien plus que la « non-confiance » et que ces deux notions, si elles sont bel et bien articulées, ne relèvent pas pour autant d’un continuum ou d’un processus communs (la méfiance comme pôle opposé à la confiance). Selon Giddens (1994), l’inverse de la confiance n’est d’ailleurs pas la méfiance mais bien « l’angoisse », la confiance impliquant un sentiment de sécurité10.

12Si la méfiance est une attitude spécifique, induisant comme nous le verrons des modes d’être et d’agir typiques, elle présente néanmoins certaines similitudes structurelles et fonctionnelles avec la confiance. Comme nous l’avons vu précédemment, elle suppose, à l’instar de la confiance, des points d’appui pour se développer (des informations, des expériences, etc.). On peut aussi remarquer que toutes les formes de méfiance que nous avons évoquées impliquent une attente, tout comme elles comportent également une dimension de croyance : sur la base de son expérience et de la situation qu’il affronte, celui qui se méfie s’attend à être la victime d’un préjudice ou à être exposé à un danger, il croit à la non-fiabilité d’autrui ou à ses intentions malveillantes (Bajoit, 2005). La méfiance est donc aussi une extrapolation : elle se développe à partir d’informations imparfaites ou fragmentaires dont l’individu dispose sur la base de l’expérience (Luhmann, 2000). Elle engage ainsi, comme la confiance, un certain rapport au futur : en cherchant à déterminer les conséquences possibles de son action ou de son engagement, celui qui se méfie anticipe l’avenir, isole des scénarios et fait comme s’il était en quelque sorte certain de leur réalisation (ou du moins, il fait comme s’il était hautement probable qu’ils se réalisent).

  • 11 Il ne s’agit pas ici d’essentialiser cette attitude ou d’en faire une disposition durable : la « p (...)

13Si l’on s’en tient à cette rapide caractérisation psychosociologique, la différenciation entre confiance et méfiance se jouerait donc en partie sur le type de possible anticipé par l’acteur en fonction de son activité de cadrage et de son expérience (bienveillance/malveillance ; sécurité/danger) et sur les formes d’émotions qui l’accompagnent (assurance/inquiétude, crainte). Schématiquement, il en découle alors deux attitudes opposées : si la « personne confiante »11 suspend le doute à propos d’autrui et s’en remet à lui, qu’elle met entre parenthèses le risque propre à la relation ou à la situation dans laquelle elle se trouve engagée et accepte cet état d’abandon, au contraire la « personne méfiante » ne peut – en raison de son expérience pratique (passée et présente), de sa perception de la situation, de ses compétences, mais aussi de ses croyances et de son état émotionnel (inquiétude, crainte) – faire abstraction du risque qu’elle encourt et de l’incertitude qui caractérise son contexte d’action. Elle refuse en conséquence certaines formes de délégation de soi ainsi que l’état de vulnérabilité et de dépendance qui en résulte (Watier, 2009). Mais à l’encontre de ce qui est souvent avancé sur cette question, cela ne veut pas dire pour autant que la méfiance tendrait nécessairement à paralyser l’action ou à rendre impossible toute relation ou toute coopération. Comme nous allons le voir à partir des différents exemples que nous avons mobilisés, même si elle s’accompagne toujours de conséquences négatives, elle permet néanmoins aux individus concernés d’engager l’action dans les contextes particuliers où ils évoluent et de faire face à certaines situations auxquelles ils se trouvent confrontés dans leur vie quotidienne – elle est même nécessaire à l’action dans certaines circonstances.

Les effets ambivalents de la méfiance

14Ces exemples plaident donc pour un examen plus détaillé des effets psychologiques et sociaux de la méfiance. Il apparaît d’ailleurs d’autant plus nécessaire que l’on considère habituellement que seule la confiance serait fonctionnelle et vertueuse socialement (Simmel, 1999 ; Luhmann, 2000 ; Quéré, 2001 ; Hardin éd., 2004). Or si l’on reprend à cette fin les enquêtes sur lesquelles nous nous sommes appuyé, plusieurs choses peuvent être soulignées. Le travail de Suarez-Bonilla tout d’abord nous montre que la méfiance a de multiples répercussions sur les modes d’être et d’agir ainsi que sur la vie sociale dans son ensemble. En l’occurrence, elle se traduit chez les personnes vivant dans les zones contrôlées par les paramilitaires par une attitude d’extrême prudence, qui se donne notamment à voir lors des rencontres et des échanges avec autrui : ces personnes doivent ainsi tout à la fois faire preuve de discrétion et de retenue dans les conversations et les interactions (faire profil bas, ne pas fixer dans les yeux), choisir avec discernement les mots à employer dans leurs échanges pour ne pas offenser et surtout manier à la perfection les registres de l’implicite et du faux-semblant afin de ne jamais s’attirer inutilement l’inimitié des paramilitaires ou de leurs soutiens potentiels. Mais leur méfiance se manifeste aussi par une réflexivité permanente (car il s’agit d’anticiper constamment les conséquences des engagements et de prendre des mesures de protection idoines : soutiens, fuite, etc.), une attention aux détails (puisqu’il s’agit de recueillir, au cours de l’action, un large spectre d’indices sur la situation et les acteurs en présence) et une frénétique volonté de savoir (qui étend la recherche d’informations non seulement aux données tirées de l’expérience mais aussi aux rumeurs et aux ragots). Cette vigilance de tous les instants permet ainsi aux résidents de ces zones de conflit tout à la fois de limiter les erreurs de cadrage et de ne pas se méprendre sur le sens de ce qui se passe, d’évaluer avec précision le degré de menace que peut représenter autrui en découvrant des indices de son statut réel dans le conflit et les ressources dont il dispose, d’éviter certains dangers, d’ajuster au mieux leurs engagements et leurs actions en se coulant dans la situation sans se faire remarquer, mais aussi de maintenir un minimum de sociabilités dans un tel contexte, puisque les relations sociales sont rendues possibles par cet ensemble d’attitudes, bien que sous une forme contrainte. Pour autant, les effets de la méfiance n’en demeurent pas moins négatifs selon l’auteure : si elle suscite indiscutablement une réflexivité et des compétences qui permettent à ces populations de s’adapter et de survivre dans un milieu où prédominent violence et rapports de force, elle engendre aussi une tension psychique et un stress très important et contribue surtout plus globalement à fragiliser la cohésion sociale et à perpétuer de ce fait la domination politique des groupes armés : elle ferait donc « indirectement de chacun un garant involontaire de l’ordre paramilitaire » (Suarez-Bonilla, 2014, p. 103).

15Cet exemple pose finalement la question du caractère possiblement contre-productif de la méfiance et met en évidence les dynamiques qu’elle génère au niveau macrosocial. Ce point est d’ailleurs au cœur de l’analyse de Mirowsky et de Ross sur les quartiers défavorisés américains : ils défendent ainsi l’idée que la méfiance est un comportement rationnel qui fait sens et peut s’avérer pertinent et bénéfique dans certains contextes ou situations, mais qui s’accompagne néanmoins toujours d’effets psychologiques et sociaux délétères lorsqu’elle devient une habitude cognitive. Si la méfiance permet en effet aux habitants de ces quartiers d’agir avec prudence dans un contexte où la probabilité d’être victime d’un préjudice est importante, mais aussi de garder leurs distances avec des individus qu’ils estiment malveillants et de minimiser le risque de mal placer leur confiance (ce qui implique pour eux de ne jamais relâcher leur attention, de faire preuve de réactivité dans les situations et d’adopter des stratégies d’évitement de certains lieux ou de certaines personnes), elle peut également – lorsqu’elle prend un tour plus systématique – se muer en suspicion généralisée, voire en paranoïa lorsqu’elle se combine à l’idée qu’ils seraient persécutés ou l’objet d’un complot (Mirowsky et Ross, 1983, p. 229). Mais, surtout, ces auteurs précisent qu’en raison de leur méfiance et de leur volonté d’éviter toute mauvaise surprise, les habitants de ces quartiers finissent par ne plus être capables de tisser des liens, d’entretenir des réseaux relationnels et de se faire des alliés, ce qui les isolerait peu à peu et en ferait ainsi des cibles faciles à exploiter et à utiliser par les réseaux criminels. La méfiance – du moins lorsqu’elle n’est plus seulement circonstancielle – se révélerait donc tout à fait contre-productive dans un tel contexte : à la fois incapacitante, car elle dégrade l’aptitude sociale à créer et mobiliser liens et ressources collectives, et auto-amplifiante, car elle produit les conditions de sa propre perpétuation et intensification. L’incapacité des habitants méfiants à entretenir des liens favorise l’anomie et la désaffiliation, situation qui engendre un degré supplémentaire de méfiance et de désarroi. In fine, la méfiance ne ferait qu’alimenter les dynamiques sociales négatives qui affectent ces quartiers (relégation, exclusion, criminalité, etc.).

  • 12 Cela ne concerne que la confiance interpersonnelle : le trahi continue en effet de se fier à ses a (...)

16De surcroît, puisqu’il s’agit ici d’interroger la fonctionnalité de la méfiance et ses incidences psychosociales, nos recherches sur la trahison tout comme le travail de Probst sur l’instruction des demandes d’asile tendent à montrer qu’elle suscite inéluctablement des biais cognitifs et des comportements qui peuvent à terme s’avérer lourds de conséquences sur les manières de penser et d’agir des personnes concernées. Ainsi l’expérience de la trahison conduit certains trahis, encore sous le coup de la colère et de la déception, à s’enfermer dans une attitude de méfiance et de suspicion généralisée : ceux-ci en viennent, ne serait-ce que pour un temps, à douter a priori d’autrui et à ne considérer toute personne que comme un traître en puissance dont il s’agit désormais de se garder par divers moyens. Elle se traduit aussi par une hausse des attentes relatives au lien social et aux formes d’échanges : le trahi en effet, fort de son expérience, exige dorénavant d’autrui une loyauté sans faille et des démonstrations permanentes de fidélité (attentions diverses, engagements solennels, sacrifices, preuves d’amour ou d’amitié, etc.). Il procède par ailleurs invariablement à des stratégies de prudence, telles qu’effectuer des tests visant à déterminer la fiabilité ou l’authenticité d’autrui, rechercher toute dissonance ou contradiction dans son comportement ou son discours, ne se dévoiler désormais que sur un mode très progressif, compartimenter ses relations sociales, se replier sur lui-même et désinvestir certains liens jugés trop risqués. Il met aussi en œuvre des formes de contrôle d’autrui, comme la mise en place d’une surveillance discrète, la vérification et le recoupement systématique des informations ayant trait à ce qu’autrui avance ou prétend faire. Ces procédés rendent à nouveau possible l’établissement de relations mais finissent aussi très souvent par transformer celles-ci en rapports de force ou par les vider de leur contenu affectif. En cherchant à se protéger contre tout risque de trahison, les personnes que nous avons interrogées – en raison de leurs exigences et de leur grande méfiance – tendaient finalement à se fermer aux liens et aux échanges et donc aussi à exclure, ne serait-ce que provisoirement, tout véritable rapport de confiance (Schehr, 2008)12. La méfiance suscitée par la trahison a donc un effet ambivalent : si elle permet certaines formes minimales d’engagement, elle sape néanmoins chez le trahi sa capacité à alimenter et à déployer son réseau relationnel. Le trahi se condamne donc inéluctablement – du moins tant que la méfiance perdure – à un certain isolement social.

17Enfin, l’enquête réalisée par Probst illustre la façon dont la méfiance affecte les modes de raisonnement. Comme nous l’avons précisé antérieurement, à force d’être confrontés tout au long de leur carrière à des récits mensongers ou inventés, certains agents chargés d’instruire les demandes d’asile finissent par devenir extrêmement méfiants et par considérer toute demande d’asile comme étant a priori suspecte et non fondée. Leur méfiance se traduirait ainsi par un préjugé qui induirait un sérieux biais dans l’évaluation qu’ils font des dossiers :

La présomption de mensonge agit ici comme une prophétie auto-réalisatrice : le codage d’un énoncé comme probablement faux est difficilement réversible, la détection d’un énoncé mensonger dans le récit d’un demandeur contribue à son tour à entacher sa crédibilité globale […], c’est ainsi que l’instructeur particulièrement méfiant et « sur ses gardes » entre dans un cercle vicieux où la présomption de mensonge entrave la perception du non-mensonge. (Probst, 2012, p. 405)

18Si une certaine dose de méfiance et d’incrédulité apparaît nécessaire à l’exercice du métier (afin de pouvoir se prononcer sur la légitimité des demandes et de limiter les abus), la systématisation de cette attitude générerait en fin de compte un processus de surenchère qui aurait pour conséquence pratique de routiniser les rejets : selon Probst, ces agents tendraient à élever considérablement leurs exigences en matière de preuves et de gravité des faits rapportés par les demandeurs d’asile et soumettraient ces derniers à un questionnement plus pointilleux et plus sévère, ce qui augmenterait la probabilité que leurs déclarations apparaissent incohérentes ou mensongères et aboutirait au rejet de leur demande. De surcroît, si cette méfiance affecte leur travail d’évaluation et leur disposition à faire confiance dans le cadre de leur activité, c’est aussi parce qu’elle se répercuterait sur le plan émotionnel : la méfiance et la suspicion généralisée induiraient en effet une distanciation qui finirait à la fois par altérer leur capacité à faire preuve d’empathie et par être source d’amertume, de dureté, voire de cynisme (certains agents percevant leur activité comme une sorte de jeu « du chat et de la souris » ou comme une « chasse » aux fraudeurs).

Refaire confiance ?

  • 13 Comme dans la fable de La Fontaine « Le chat et un vieux rat ».

19En examinant quelques enquêtes ayant abordé la question de la méfiance dans des contextes différents et en croisant les situations analysées, on se rend ainsi compte que certaines évidences doivent être remises en cause : nous avons insisté sur le fait que la méfiance pouvait souvent trouver sa source dans des expériences ordinaires ou familières ; qu’on ne saurait simplement la caractériser comme le négatif de la confiance ; qu’elle relevait bien d’un processus spécifique même si ces deux notions étaient articulées et qu’elle suscitait des effets cognitifs et sociaux ambivalents. Concernant ce dernier point, on retiendra surtout que la méfiance peut être une compétence essentielle en certaines circonstances, dont il s’agit de ne pas minimiser le rôle dans la vie sociale : elle permet aux acteurs sociaux – en raison de l’agir (prudence) et de l’acuité cognitive (implication dans le cours des choses, attention aux détails, réflexivité, volonté de savoir) qu’elle induit – d’engager l’action dans des contextes caractérisés par une forte incertitude et de gérer favorablement certaines situations délicates auxquelles ils se trouvent parfois confrontés dans leur vie quotidienne (éviter un péril, évoluer en terrain inconnu ou hostile, faire face à la violence, déjouer mensonges ou trahisons, se préserver de la domination ou de l’exploitation, etc.). De ce point de vue, elle apparaît donc comme un comportement rationnel et un mode d’organisation de l’expérience et de l’action pratique parfaitement adaptés à certaines situations, confirmant en quelque sorte l’adage selon lequel elle serait « mère de sûreté »13.

20Cependant, à partir du moment où elle se systématise et tend à devenir une habitude, elle semble alors toujours s’accompagner d’effets délétères, et ce, quel que soit le niveau d’analyse considéré : la méfiance est source de biais cognitifs et affecte les modes de raisonnement (préjugés, croyances) ; elle génère tension psychique, stress permanent et émotions négatives (inquiétude, crainte, peur) ; elle diminue l’aptitude à entretenir et à mobiliser des liens ; elle fragilise la cohésion sociale ; elle peut même parfois évoluer vers des formes pathologiques. La méfiance est donc une compétence qui se révèle aussi incapacitante à plus d’un titre. Cela pose en fin de compte la question – qui constitue d’ailleurs un enjeu majeur pour les acteurs et les groupes sociaux concernés – du dépassement possible de cette attitude et celle, corrélative, de la restauration de la capacité à faire (ou refaire) confiance. Bien que cette dernière ne soit jamais complètement altérée par la méfiance (puisqu’elle engage toujours une forme minimale de confiance), les exemples que nous avons mobilisés tendent à montrer que la « lutte contre la méfiance » (Bajoit, 2005) ne se fait pas à armes égales et dépend beaucoup des situations considérées : même si ce thème reste à explorer et demanderait d’autres développements, on peut néanmoins avancer que la réitération des expériences négatives, le caractère systématique des menaces, la non-maîtrise de certaines compétences, l’omniprésence de l’incertitude ou des périls constituent des éléments essentiels pour comprendre non seulement comment la méfiance s’enracine et se généralise mais aussi pourquoi elle finit parfois par inhiber d’autres capacités psychosociales.

Haut de page

Bibliographie

Bajoit Guy, 2005, « La place de la confiance dans la formation de l’identité et du lien social », Confiance et lien social, C. Balsa éd., Fribourg, Academic Press Fribourg, p. 73-89.

Balsa Casimiro, 2005, « Rapports de confiance et reconfiguration du lien social », Confiance et lien social, C. Balsa éd., Fribourg, Academic Press Fribourg, p. 13-28.

Gambetta Diego éd., 1988, Trust : Making and Breaking Cooperative Relations, Oxford, Basil Blackwell.

Garfinkel Harold, 2007 [1967], Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

Giddens Anthony, 1994 [1990], Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Hardin Russell éd., 2004, Distrust, New York, Russell Sage Foundation.

Klinger Myriam et Schehr Sébastien, à paraître, « Conflit », Dictionnaire de la guerre et de la paix, B. Durieux, J.-B. Jeangène-Vilmer et F. Ramel éd., Paris, Presses universitaires de France.

Luhmann Niklas, 2000 [1979], La confiance, Paris, Economica.

Mirowsky John et Ross Catherine E., 1983, « Paranoia and the structure of powerlessness », American Sociological Review, vol. 48, no 2, p. 228-239.

Picard Dominique et Marc Edmond, 2008, Les conflits relationnels, Paris, Presses universitaires de France.

Probst Johanna, 2012, Instruire la demande d’asile. Étude comparative du processus décisionnel au sein de l’administration allemande et française, thèse de sociologie, Université de Strasbourg.

Quéré Louis, 2001, « La structure cognitive et normative de la confiance », Réseaux, vol. 4, no 108, p. 125-152.

Ross Catherine E., Mirowsky John et Pribesh Shana, 2001, « Powerlessness and the amplification of threat : neighborhood disadvantage, disorder and mistrust », American Sociological Review, vol. 66, no 4, p. 568-591.

Schehr Sébastien, 2008, Traîtres et trahisons de l’Antiquité à nos jours, Paris, Berg International.

Simmel Georg, 1999 [1908], Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France.

Suarez-Bonilla Natalia, 2014, « Vivre sous la violence paramilitaire : le cas de la Colombie », Les dynamiques sociales et leurs conflits : mobilisations, régulations, représentations, M. Klinger et S. Schehr éd., Chambéry, Presses de l’Université de Savoie, p. 91-104.

Watier Patrick, 2009, Éloge de la confiance, Paris, Belin.

Haut de page

Notes

1 Voir Picard et Marc (2008), Klinger et Schehr (à paraître).

2 Pour Russell Hardin (éd., 2004), comme pour la plupart des chercheurs inscrivant leurs travaux dans le cadre de la théorie du choix rationnel (Diego Gambetta par exemple), le fait de ne pouvoir saisir avec précision les motivations d’autrui constituerait l’une des principales sources de la méfiance.

3 Nous avons ainsi recueilli dans le cadre d’une enquête qualitative le témoignage de 32 personnes de tous âges et de divers statuts (employés, cadres, chômeurs, jeunes en formation) sur leurs expériences de la trahison et analysé divers documents (monographies, ouvrages savants, biographies, thèses) ayant trait à l’une de ses expressions et/ou relatifs aux réactions sociales qu’elle engendre dans un contexte donné (voir Schehr, 2008).

4 Infidélité, mensonge, défection, espionnage, révélation d’un secret à un tiers, non-respect de la parole donnée, abandon, etc.

5 Par exemple, l’un de nos interviewés nous précisa qu’après avoir été « trahi » par l’un de ses collègues de travail, il se méfia pour un temps de l’ensemble des personnes composant son équipe.

6 Nous détaillons plus spécifiquement ces pratiques dans la troisième partie de cet article.

7 Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de dimension de croyance dans la méfiance comme nous le verrons par la suite mais que celle-ci s’avère peu prégnante dans les cas étudiés. Bien que nous manquions ici d’éléments pour trancher, on peut donc se demander si cela ne constitue pas un critère de différenciation entre méfiance et confiance.

8 Ces indices révélateurs varient évidemment en fonction des situations : dans le cas des agents administratifs chargés d’instruire les demandes d’asile par exemple, les lacunes, les mensonges, les incohérences et les contradictions dans les récits des demandeurs constituent autant d’éléments déclencheurs de la méfiance. Dans le cas des zones contrôlées par les groupes paramilitaires, les habitants se fient à certains signes pour repérer la présence d’un paramilitaire dans leur voisinage et adopter en conséquence une attitude méfiante à son égard : ce seraient notamment les activités qui se déroulent à son domicile lorsqu’il rentre du travail qui révéleraient son véritable statut (fêtes, suspension des activités familiales habituelles, etc.).

9 Dans le cas colombien, le doute porte sur le statut d’autrui dans le conflit armé et non sur son origine sociale, son état civil ou son genre ; dans le cas des agents administratifs chargés d’instruire les demandes d’asile, si la suspicion dont ils font preuve peut parfois concerner plusieurs aspects de l’identité des réfugiés – l’état civil, l’appartenance confessionnelle et/ou politique –, elle ne vise en revanche que ces derniers et non les autres relations sociales des agents.

10 Comme nous allons le voir, la méfiance peut être considérée comme une manière de se mettre en sécurité ou de rechercher un état de sécurité.

11 Il ne s’agit pas ici d’essentialiser cette attitude ou d’en faire une disposition durable : la « personne confiante » peut ne l’être que de manière circonstancielle ou provisoire.

12 Cela ne concerne que la confiance interpersonnelle : le trahi continue en effet de se fier à ses attentes et à ses croyances.

13 Comme dans la fable de La Fontaine « Le chat et un vieux rat ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Schehr, « L’expérience ordinaire de la méfiance », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/6743 ; DOI : 10.4000/traces.6743

Haut de page

Auteur

Sébastien Schehr

Professeur de sociologie, Université Savoie Mont-Blanc

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page