Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La prudence et le réseau. Permanence et rôle de la méfiance dans le fonctionnement de la régie Garavaque et Cusson de Smyrne (1759-1772)

Of prudence and networks. The persistence and role of mistrust in the workings of the Garavaque and Cusson trade firm in Smyrna
Sébastien Lupo
p. 129-148

Résumés

Au xviiie siècle, le commerce avec le Levant confronte les négociants marseillais à un environnement marqué par les incertitudes climatiques et politiques. En 1759, la riche maison Roux établit à Smyrne, la principale Échelle de l’Empire ottoman, une commandite à laquelle elle associe deux jeunes régisseurs familiers, conformément aux traditions. Au cours des douze années d’existence de la société, les relations entre commanditaires et complimentaires se distinguent par leur conflictualité et par une méfiance aussi manifeste que durable : l’ancienneté comme les bénéfices dégagés n’y changent rien. Cette attitude paradoxale se révèle particulièrement délétère en 1768. Le manque de confiance des Roux à propos d’une opération de grande envergure pour ravitailler Malte conduit la commandite au bord de la faillite. Saisir la logique de ce comportement mêlant paradoxalement soupçon et poursuite de la collaboration nécessite d’envisager autrement les rapports entre méfiance et confiance. Au lieu de contraires qui s’excluent, on peut les assimiler, avec Niklas Luhmann, à des équivalents fonctionnels qui permettent aux acteurs d’appréhender la complexité du réel. Cette approche, dans le cadre d’un réseau marchand, redéfinit ces agissements comme la manifestation de la prudence des négociants. Cette dernière subsume la confiance relative des majeurs pour leurs envoyés et leur méfiance à l’égard d’opérations qu’ils ne contrôlent pas directement. Cette prudence conventionnelle justifie, par son encastrement dans un jeu de relations sociales complexes, la coprésence pérenne, qui confine à la complémentarité, de la méfiance et de la confiance.

Haut de page

Texte intégral

1Au xviiie siècle, s’impliquer dans le commerce du Levant signifie pour les négociants marseillais évoluer dans un monde économique particulièrement incertain. Leurs arbitrages doivent tenir compte des risques induits aussi bien par des aléas physiques qu’humains. Dans le premier cas, les variations climatiques ont un impact sur les conditions de navigation, c’est-à-dire sur la vitesse de circulation des informations et des marchandises, comme sur la qualité des récoltes en Orient. Dans le second, il faut compter avec la bienveillance variable des autorités ottomanes, mais aussi avec l’efficacité des partenaires levantins. Leur choix constitue, d’ailleurs, l’unique outil de gestion des risques en possession des marchands métropolitains.

  • 1 « L’échelle est un centre commercial important de l’Empire ottoman, ville portuaire ou marché inté (...)
  • 2 Archives de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence (désormais ACCIMP) LIX/103 (...)
  • 3 Ibid. La convention précise que le ministre de la Marine permet l’établissement d’une maison de com (...)
  • 4 Les spécificités des commandites levantines, notamment la subordination des complimentaires, ont é (...)
  • 5 ACCIMP LIX/525, lettre de Paul Cusson du 7 février 1759 : « Je me lie avec toute confiance et mon (...)
  • 6 Sur les 584 lettres conservées pour Garavaque et Cusson, 93 signées de la main de Pierre-Paul-Gara (...)
  • 7 La correspondance de Paul Cusson, en son nom propre ou avec son beau-frère David, conservée dans l (...)
  • 8 « La confiance réduit la complexité sociale en ce qu’elle extrapole l’information disponible et gé (...)

2En 1759, Pierre-Honoré Roux et ses fils, puissants négociants de Marseille, nantis de l’autorisation adéquate, deviennent les majeurs d’une maison de commerce à Smyrne, la principale Échelle du Levant1. Il s’agit d’une commandite simple2 dont les régisseurs sont le Marseillais Pierre-Paul Garavaque et le Languedocien Guillaume Cusson3. Au Levant, les conditions imposées par la législation française singularisent les rapports entre commanditaires et complimentaires. Les Roux deviennent par là même les majeurs de « Garavaque et Cusson », ce qui signifie qu’ils « disposent des capitaux, assurent la haute direction, exercent une surveillance étroite » en plus d’assumer son cautionnement auprès de la chambre de commerce de Marseille (Carrière et Courdurié, 1984, p. 11). La responsabilité des commanditaires va au-delà du capital fourni4. Ils choisissent leurs régisseurs. Le premier, Pierre-Paul Garavaque, a longtemps travaillé dans le comptoir de Pierre-Honoré Roux au point de nouer des liens avec deux de ses fils5. Il entretient d’ailleurs avec ses « amis » une correspondance particulière suivie, distincte des lettres de la société6. Le second régisseur est le fils d’un marchand-fabricant drapier de Carcassonne, Paul Cusson, en affaires avec les Roux depuis 17287. Le choix stratégique opéré en 1759 d’accroître leur activité en Orient se concrétise par le recours à des partenaires à la fois familiers, soumis et a priori fiables, eu égard à l’ancienneté de leurs relations. Les majeurs restreignent de la sorte les incertitudes auxquelles le commerce de l’Échelle les expose. Cette recherche de la confiance s’inscrit donc dans une logique de réduction de la complexité et des risques auxquels ils sont confrontés8.

  • 9 ACCIMP LIX/1038, mémoire instructif du 2 avril 1759.
  • 10 ACCIMP LIX/737, lettre de Garavaque et Cusson (désormais GC) du 2 novembre 1761. « Lorsque nous vo (...)
  • 11 ACCIMP LIX/525, lettre de Paul Cusson du 7 février 1759.

3Les Roux intègrent plus largement la nouvelle société dans un ensemble de relations marchandes ou personnelles. Dans le mémoire instructif qu’ils rédigent à destination de leurs régisseurs, ils imposent comme correspondants à Constantinople Arnaud frères et Compagnie, indiquant qu’il y aura avec eux « une espece de fraternité »9. L’utilisation de l’indicatif, pour des sentiments entre des partenaires qui ne se connaissent pas et n’ont jamais traité ensemble, prouve le caractère assez rhétorique des précautions oratoires concernant la liberté des complimentaires. La régie ne parvient jamais à s’affranchir de ce partenariat imposé depuis le centre marseillais, pas même dans un domaine aussi anodin que celui du courrier. Les plis des Smyrniotes, lorsqu’ils empruntent la voie de Vienne (voie terrestre, par opposition à la « voie de mer », c’est-à-dire par les navires marchands effectuant la liaison Smyrne-Marseille) sont d’abord envoyés dans la capitale ottomane avant d’être réexpédiés vers la France. Estimant les tarifs d’Arnaud trop élevés, Garavaque et Cusson souhaite mettre fin à cette exclusivité10. D’ordinaire attentifs à la moindre source d’économie, les majeurs ne donnent aucune suite... Jean-Baptiste Arnaud, aîné du négociant constantinopolitain, est un de leurs partenaires marseillais privilégiés. Au moment de l’installation, Paul Cusson promet également de « procurer autant d’amis et de parents qu’il se pourra » pour adresser à Smyrne des draps11. Par ailleurs, les régisseurs ont la responsabilité, dans une certaine mesure, du choix de leurs partenaires au Levant, mais cette liberté se trouve corsetée dès lors qu’elle concerne les amis « métropolitains » ou assimilés. Ces relations contraintes dessinent une structure assimilable à un réseau, c’est-à-dire « une forme d’interaction sociale qui met des acteurs en contact » (Steiner, 2007, p. 71), dont la logique ne relève ni exclusivement du « marché (où l’action est décentralisée, non hiérarchique et où les acteurs sont supposés être tous mutuellement reliés) », ni « de l’entreprise (où la coordination est assurée par des relations hiérarchiques) » (ibid., p. 73).

  • 12 ACCIMP LIX/739, lettre de GC du 16 octobre 1764.
  • 13 « Une structure sociale est ici définie comme (1) un ensemble d’unités sociales (positions) qui di (...)
  • 14 « Les objets et les événements qui semblent posséder une valeur symptomatique acquièrent alors une (...)
  • 15 « Le problème de la confiance réside notamment dans le fait que l’avenir contient un nombre beauco (...)

4Au demeurant, le lien social qui unit les majeurs à leurs régisseurs présente des caractéristiques concrètes étonnantes. Mark Granovetter a défini la force d’un lien par la combinaison « de la quantité de temps, de l’intensité émotionnelle, de l’intimité (la confiance mutuelle) et des services réciproques qui [le] caractérisent » (2000, p. 46-47). Or, la familiarité entre les protagonistes pose question. Par exemple, en 1764, après cinq années de fonctionnement de la régie, sa correspondance passive, c’est-à-dire les lettres qu’elle envoie à Marseille, fait état d’un litige portant sur l’absence d’une bonification dans un compte de vente de cochenille à Salonique. Pierre-Paul Garavaque note alors que les majeurs ont « eté mal informés » et qu’ils auraient pu « lui rendre la justice de croire » que si sa société avait bénéficié d’un pareil avantage, ils en auraient évidemment profité12. L’accusation de tromperie et le recours, avant toute explication, à l’avis d’un autre négociant marseillais prouvent la méfiance des Roux à l’égard de leurs envoyés. Ce cas symptomatique du fonctionnement de la structure sociale13 formée par la maison marseillaise et sa régie smyrniote atteste la coprésence de deux attitudes opposées : les Roux maintiennent en poste les deux complimentaires treize années durant sans se priver de manifester très régulièrement leurs suspicions. Si l’on s’en tient à une conception du rapport entre méfiance et confiance limitée à l’antonymie, la situation paraît incompréhensible. Pour sortir de cette impasse, les distinctions de Niklas Luhmann semblent offrir une clé de compréhension. La méfiance ne serait plus « le contraire de la confiance », mais son « équivalent fonctionnel » (Luhmann, 2006, p. 83). Ces deux postures seraient des formes d’« engagement en une certaine attitude par rapport à l’avenir », conditionnées par la familiarité des acteurs avec « la complexité des possibilités de ce monde » (ibid., p. 21). En fonction de leurs intentions et de leurs intérêts, ils en appréhendent des « aspects choisis » et se déterminent selon des seuils établis à partir de la prise en compte subjective des objets et des événements14. En somme, confiance et méfiance correspondraient à des moyens de réduire la complexité sociale, en limitant l’information à traiter15. Pareille conception, assimilant ces deux postures à des équivalents fonctionnels, rend-elle compte des rapports sociaux entre les marchands du xviiie siècle étudiés ici, centrés sur des transactions à longue distance qui s’inscrivent dans une configuration marquée par l’incertitude des informations ? Les péripéties occasionnées par une spéculation d’envergure portant sur du blé vendu à Malte prouvent la prégnance de la méfiance des majeurs à l’égard de leurs régisseurs, sans que l’on puisse pour autant évacuer l’existence de liens de confiance à l’intérieur de la structure sociale Roux-Garavaque. Une approche réticulaire permet, en définitive, d’envisager l’intégration simultanée et pérenne de ces deux attitudes au fonctionnement de la régie.

Une méfiance cardinale

5Les rapports entre majeurs et régisseurs s’avèrent complexes à plus d’un titre. Ils relèvent à la fois de l’amitié, nouée au cours des années d’apprentissage précédant l’installation levantine, de l’association, puisque chaque protagoniste détient un tiers du capital social de la société, et de la hiérarchie. Or, cette structure hybride ne se départ jamais d’une certaine conflictualité.

  • 16 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 4 novembre 1762.
  • 17 ACCIMP LIX/740, lettre de GC du 29 mars 1766.
  • 18 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 19 novembre 1768.
  • 19 ACCIMP LIX/743, lettre de GC du 3 avril 1769.

6Les majeurs marseillais mettent régulièrement en doute la probité comme la compétence de leurs associés-subordonnés. Un partenaire constantinopolitain éprouve des difficultés dans l’exportation de dix balles de coton en laine ? La faute revient aux régisseurs qui n’étaient pourtant pas partie prenante et ne peuvent que se plaindre qu’on leur donne « bien souvent tort »16. Les cotons expédiés à Marseille présentent une trop forte humidité ? Les Smyrniotes doivent faire face à « l’humeur » de leurs majeurs qui leur attribuent la « seule faute ». Nulle demande d’explication préalable. Ils ne reçoivent que « reproches amers » ne leur occasionnant que mortification17. Garavaque et Cusson se charge à contretemps d’une commission de cotons pour la maison Seyde Rogiers ? Les Roux dénoncent aussitôt une attitude particulièrement « ireguliere » de leurs envoyés alors que cet ami, momentanément lésé, a été peu « indispose » et a écrit à ce sujet « une lettre tres raisonable »18. Le marché des changes levantin sinistré par le conflit russo-turc ralentit le rythme des remises en lettre de change vers Marseille ? La régie ne peut qu’exciper sa nécessaire prudence face aux « reproches continuels » de ses commanditaires exigeants19. L’absence de périodicité dans l’apparition de ces griefs dénote bien une caractéristique consubstantielle à la relation entre majeurs et régisseurs.

  • 20 ACCIMP LIX/737, lettre de GC du 1er décembre 1760.
  • 21 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 16 avril 1762.
  • 22 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 3 octobre 1763.

7Il en va de même avec les partenaires constantinopolitains. La famille Arnaud se signale plus particulièrement par son âpreté, voire son acrimonie... à l’opposé de la fraternité évoquée tantôt. La régie précise dès le mois de décembre 1760 que sa correspondance se révèle « aigre et impérieuse »20. En 1762, elle dénonce les « propos indecents »21 de Jean-Baptiste Arnaud à propos de menaces de procès et, en 1763, l’emploi de « qques termes aussy indecents que choquants » relatifs à un nouveau litige portant sur du coton22. À la violence du verbe fait écho la partialité des procédés qui confine à la malhonnêteté :

  • 23 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 1er mars 1762.

Nous sommes surpris que Mr arnaud freres et compe de Coñstple vous aient fait des pleintes contre nous tandis que ils nous avoient recommandé pleusieurs fois de ne pas vous marquer les petites difficultés que nous pourrions avoir Ensemble qui s’accomoderoient toujours entre nous.23

8Le revirement des Arnaud a tout d’une manœuvre retorse. Les Constantinopolitains ne traitent pas directement, en temps normal, avec les Smyrniotes, ni avant ni après cette affaire de 1762. Toutefois, les communications entre le port lydien et Marseille font preuve d’une plus grande célérité que leurs équivalents depuis la capitale ottomane. Pour priver Garavaque et Cusson de cet avantage dans le cas de ce litige, Arnaud frères opte pour la proposition dilatoire de le régler entre Levantins. La qualité de leurs relations bien considérée, on saisit aisément la volonté des Arnaud de présenter en premier (et sous un jour qui leur soit favorable) leurs griefs aux Roux.

9Ces précautions supplémentaires interviennent dans le cadre d’un contentieux mettant en cause non seulement l’honnêteté des complimentaires mais aussi leurs compétences. La source du problème réside dans la mécanique même des échanges. Les Constantinopolitains accusent leurs partenaires de manquer de réactivité, là où la régie smyrniote se dit victime de palinodies intéressées :

  • 24 Ibid.

Ils se plaignent en second Lieû de ce que nous ne leur avons pas expedié par Grasset les 15 bles cotton que nous avons revendûes ici, nous trouvons cette pleinte si extraordinaire qu’ils ont Eté dans le tems charmés de la revante que nous leur fimes de ces cottons sur les ordres reiterés qu’ils nous en donnerent, nous sommes d’autant plus surpris de leurs pleintes d’aujourdhuy, qu’ils ne vouloient pas avoir une Blle de risque sur le Batiment de Grasset […] jugés par la Messieurs de la justice de cette pleinte.24

10L’exemple excède les vétilles sur telle ou telle commission ou bonification. S’agit-il d’une présentation partiale qui biaiserait la compréhension des faits ? Cette hypothèse ne tient pas, car ce grief n’apparaît plus par la suite. L’opportunisme patent d’Arnaud frères de Constantinople a dû permettre d’éteindre leurs revendications en Provence. Cependant, les Roux persistent à mener des opérations communes avec cette famille de négociants d’origine marseillaise sans tenir compte des plaintes de leurs régisseurs : satisfaire leurs amis provençaux importe plus qu’apaiser leurs associés-subordonnés smyrniotes ou faciliter leurs activités.

  • 25 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 15 septembre 1768.
  • 26 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 22 novembre 1768. « Les deffenses de la Porte pour la sortie des b (...)
  • 27 « Le fait que les Occidentaux avaient tendance à étiqueter ces arrangements comme avanies ne doit (...)
  • 28 Cette méthode consistant à déposer auprès des services consulaires français un contrat, alors que (...)
  • 29 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 15 septembre 1768.

11Or, cette hiérarchie des priorités, dans un contexte marqué par d’incessants litiges sur les commissions, les frais de fonctionnement de la régie ou l’issue malheureuse d’une spéculation, autant d’anicroches banales, se manifeste de manière paroxystique lors d’une crise en 1768. Les motivations des majeurs révèlent des tendances qui dépassent la simple défense de leurs intérêts particuliers. Cette année-là, les autorités de Malte mobilisent leurs réseaux pour faire face à une crise alimentaire. La faiblesse des disponibilités agricoles locales a été aggravée par de mauvaises récoltes en Italie. À ce titre, le chevalier des Pennes, représentant du roi de France dans l’archipel, sollicite Pierre-Paul Garavaque avec qui il a eu par le passé « quelque liaison »25. Il s’agit d’une affaire d’envergure qui nécessite une logistique inédite : expédier promptement et discrètement plus de 80 000 « quilots de blé », soit autant que tous les chargements de céréales traités par la régie depuis 1759. Or une interdiction formelle frappe alors les exportations de denrées depuis les terres du sultan en raison de la guerre contre l’Empire russe26. Aussi les commanditaires maltais ne doivent-ils apparaître sur aucun document. Si la matière est sensible diplomatiquement, les marchands ont l’habitude de braver ces défenses avec la complicité des potentats ottomans locaux, les agas. Les interdictions, en définitive, ne font que renchérir le prix des denrées et le montant des avanies, c’est-à-dire des pots-de-vin, à verser aux représentants de la Sublime Porte en cas d’arrestation27. Garavaque et Cusson dépose de faux contrats en chancellerie pour expédier supposément le blé à Marseille, Gênes ou Livourne28. Les capitaines reçoivent ordre d’accoster à Malte. Là, les autorités doivent préempter les chargements au nom du nécessaire approvisionnement de l’archipel. À Marseille, les majeurs ont à effectuer les protestations d’usage auprès du receveur de l’Ordre de Malte, le commandeur de Cabre Roquevaire, afin d’obtenir le dédommagement, ou plutôt le paiement des blés. Les régisseurs considèrent cette opération comme une « affaire considérable et gracieuse », et pour cause, les Maltais se sont engagés à payer à plein les commissions et à rémunérer les avances29.

12Forts de ces conditions, les complimentaires ont anticipé l’accord marseillais et commencé à tirer des lettres de change pour s’attacher les services de plusieurs capitaines et se pourvoir en céréales auprès des agas de la côte anatolienne. Alors que les premiers chargements quittent le Levant, non sans avoir affronté les vicissitudes traditionnelles, des retards de livraison à la cupidité des marins en passant par les avanies des autorités ottomanes, un incident autrement plus grave survient en Occident. En décembre 1768, les régisseurs, après avoir accusé la réception de deux missives en provenance de Marseille datées des 22 et 26 octobre, écrivent aux Roux :

  • 30 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.

Nous voyons que vous etant portés chez M. le Commandeur De Cabre pour luy communiquer le pouvoir dont nous etions revetu pour l’aprovisionnement de Malte, et le crédit que l’acte des Jurats nous donnait sur luy, ce commandeur vous avait repondû qu’il n’avait ni avis de cette affaire, ni fond pour vous remettre en contrevaleur de nos traites et qu’en consequence vous aviés laissé protester fautte d’acceptation celles qui avaient été presentées montant a L. 23360.3.7.30

  • 31 Les majeurs partagent cette idée. Voir ACCIMP LIX/1038, mémoire instructif du 2 avril 1759 : « La (...)

13Ainsi, la communication ne semble pas fonctionner entre Malte et son représentant marseillais, tandis que les Roux n’accordent aucune confiance à la solidité de l’opération entreprise à Smyrne en dépit des documents déjà transmis. Laisser protester les lettres de change tirées par la régie, c’est-à-dire refuser de payer le montant dû au porteur, s’apparente à une mise au pilori du négociant, et ce d’autant plus que leur montant excède les 314 000 livres, cinq fois son capital social. Au xviiie siècle, la réputation constitue « un des attributs les plus précieux de tout homme qui veut obtenir du crédit » (Fontaine, 2008, p. 284)31, et a fortiori pour un marchand. Le crédit se montre aussi nécessaire que consubstantiel à son activité à l’époque moderne (Gervais, 2012, p. 1038). La réputation d’une maison fonde la valeur de sa signature, de son endossement et donc des lettres de change qu’elle émet. Comme l’a expliqué Charles Carrière, « on n’accepte que le bon papier et la main qui le transmet confirme cette garantie » (Carrière et al., 1976, p. 147). Si la signature d’une maison n’apparaît pas solide, elle voit se fermer l’accès au marché financier. Or, les lettres de change constituent un outil « nécessaire […] comme moyen de paiement et véhicule des valeurs » (ibid., p. 145). Dans le meilleur des cas, les autres sociétés n’accepteront ces lettres qu’après une substantielle ristourne par rapport au cours des changes de la place. Dans le pire des cas, ce papier ne trouvera aucun preneur.

  • 32 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.
  • 33 ACCIMP LIX/742, pièce jointe à la lettre de GC du 3 décembre 1768.

14La promptitude et la sévérité de la décision des majeurs ne laissent pas de place au doute. Les régisseurs auraient été coupables d’avoir agi légèrement, de « donner au hazard » leur fortune et de « sacrifier » les biens confiés par leurs amis. Rien n’atténue la faute, pas même les « effets de consequence » détenus par les Roux pour le compte de la régie, ceux qui sont encore en transit ou les sommes que doivent reverser leurs partenaires livournais32. Les Smyrniotes répondent immédiatement par une copie de la lettre signée des jurats de Malte en date du 19 octobre 1768 expliquant les difficultés rencontrées pour expédier au commandeur de Cabre les fonds nécessaires au paiement des Roux33 et par une autre du chevalier des Pennes du 21 octobre qui offre toutes les assurances :

  • 34 ACCIMP LIX/742, copie de la lettre du chevalier des Pennes datée du 21 octobre 1768.

Pour ce qui concerne les ordres de Ms. du Tresor envers M. le commandeur De Cabre leur receveur à Marseille, soyés tranquille, j’ay dressé moi meme cette lettre et je l’envois sous mon plit à ce commdr qui est mon ami particulier et auquel je recommande vos interests. Le receveur de Paris recevra ordre par la meme occasion d’y faire passer tous ses fonds mais quand cela ne suffirait pas pour acquitter toutes vos traites sur vos majeurs, n’en ayés nulle inquietude parce qu’avec les papiers de la Relligion, ils feraient leurs affaires comme avec du comptant.34

  • 35 Voir Jardin et Guyard (2002, p. 194).
  • 36 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.

15Le représentant du roi à Malte qui donne de sa personne et mobilise son réseau de connaissances, la puissance financière des Hospitaliers, « le plus florissant des ordres militaires » au xviiie siècle (Seward, 2008, p. 291), qui tirent les deux tiers de leurs ressources de leurs prieurés français35, en couverture... On admet aisément que les régisseurs récusent les accusations de légèreté36.

  • 37 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 7 décembre 1768.
  • 38 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.
  • 39 ACCIMP LIX/743, lettre de GC du 7 janvier 1769.
  • 40 ACCIMP LIX/743, lettre de GC du 30 janvier 1769.
  • 41 Le fonds ne contient aucun bilan comptable précis.
  • 42 ACCIMP LIX/739, lettre de GC du 18 mars 1765.

16La suite des événements leur donne d’ailleurs raison. Dès décembre 1768, les Roux avertissent leurs complimentaires des paiements du commandeur de Cabre37. Le retard dans la transmission des ordres dû aux Maltais et la réaction des majeurs couvrent la régie de « honte, de discrédit et d’ignominie »38. En effet, les maisons Rolland Fraisse et la Flèche de Constantinople retournent leurs lettres protestées. La société manque de liquidités et craint de devoir présenter une « figure déshonorante » et en appelle à ses commanditaires. Pour « detromper entièrement » le public sur la signification de leur refus et restaurer son crédit, elle requiert des envois immédiats de fonds et de marchandises39. Les paiements de l’Ordre aidant, les régisseurs surmontent leurs déconvenues et échafaudent, dès janvier 1769, les modalités permettant d’envisager une nouvelle opération de ravitaillement de Malte40. En dépit des frais, des désagréments ou des capitaines frondeurs, leur attitude atteste la rentabilité de cette première affaire maltaise41, ce qui montre a posteriori que les majeurs ont eu tort de leur retirer leur confiance. Les agissements des régisseurs méritaient davantage de crédit. La hâte des Roux à les abandonner et à condamner la société de Smyrne donne une cohérence et un visage nouveaux aux autres désaccords porteurs d’enjeux moindres. Elle montrerait l’inanité ici de la confiance, qu’elle soit relationnelle, c’est-à-dire le fruit des « échanges passés entre les partenaires », ou « intuitu personae », attachée aux « caractéristiques propres des individus » (Mangematin, 1998, p. 7). Les bénéfices dégagés par la régie42 et l’appartenance au même groupe social pèsent peu. La méfiance s’apparente alors à l’attitude rectrice des relations étudiées.

La confiance, impossible absente

17Les péripéties de l’affaire maltaise mise en œuvre, une fois n’est pas coutume, sans l’accord préalable des majeurs, ainsi que le recoupement systématique auprès de tiers des informations données par Garavaque et Cusson illustrent le peu d’autonomie de la régie. Les Roux se fient peu ou mal à leurs subordonnés, de telle sorte que leurs rapports sont normés par un soupçon pérenne de basse intensité. Cette méfiance, dans son acception étymologique d’une attitude qui consiste à se fier mal à autrui, n’apparaît plus comme une posture issue d’une difficulté temporaire atténuant la confiance réciproque des protagonistes, elle s’y substituerait au point de devenir l’attitude normale. À une confiance illusoire s’opposerait une méfiance concrète. Dès lors, un ensemble de calculs, plutôt qu’un sentiment, conditionnerait le passage à l’action des négociants.

  • 43 ACCIMP LIX/972.

18L’affaire maltaise s’éclaire ainsi d’un jour nouveau. Les Roux doivent honorer des traites pour lesquelles ils n’ont ni contre-valeurs du commandeur de Cabre, ni suffisamment de biens appartenant à la régie en couverture. L’opération relève de l’économie grise, l’extraction de blé depuis le Levant étant interdite. De plus, de faux contrats ont été déposés en chancellerie. Les recours légaux pour contraindre les Maltais à payer semblent faibles en cas d’équivoque. Les majeurs marseillais comme leurs associés smyrniotes ne peuvent compter sur aucune garantie institutionnelle. En outre, les Roux ne connaissent pas le chevalier des Pennes et les lettres avec leurs propres correspondants maltais ne font jamais état de contacts avec les autorités de l’archipel43. L’analyse du contexte légal et les informations en leur possession font saisir leur logique : les incertitudes qui pèsent sur l’opération paraissent démesurées au regard des montants concernés. Dans une certaine mesure, le calcul justifiant l’abandon de la régie s’avère compréhensible. La notion de confiance apparaît alors superflue, comme dans la grille d’analyse établie par Timothy Guinnane (2010) à propos des problèmes de crédit. Selon lui, les acteurs procèdent à un calcul rationnel pour évaluer ce qu’ils peuvent attendre de leurs partenaires, calcul qui intègre la connaissance des agents et le cadre de sanctions mobilisables en cas de manquement aux engagements pris (ibid., p. 9). Dans cette perspective, « la confiance n’est pas un attribut personnel et moral, mais bien celui d’un contexte social, légal et économique » (p. 22). Partant, la méfiance des Roux envers leurs régisseurs ou leurs amis à Malte et l’absence d’institution apte à garantir l’engagement officieux de ces derniers expliqueraient et justifieraient la sanction contre Garavaque et Cusson. Ce faisant, on oublie que majeurs et régisseurs ne sont pas des acteurs indépendants mais des membres d’un réseau. Les Roux se sont directement engagés à Smyrne au lieu de faire des opérations en commission avec des sociétés tierces comme à Cadix, autre lieu névralgique de leurs activités. Ils ont choisi et confirmé à leurs postes leurs partenaires-subordonnés. Le calcul rationnel analysant le contexte se trouve donc contraint par ces liens d’interdépendance. La coprésence de la méfiance et de la confiance ne peut se comprendre lorsque leur champ d’application est ainsi dissocié.

19Cependant, si l’on replace l’action des Roux dans le contexte du commerce smyrniote, on constate qu’ils sont aux prises avec un marché où les informations sont incertaines et à la disponibilité aléatoire. En outre, leur attitude montre qu’ils présupposent presque systématiquement que leurs partenaires au Levant cherchent à tirer du profit par la tromperie. La confiance apparaît insaisissable, la méfiance omniprésente. Pourtant les Roux passent à l’action, installent une régie et lui expédient des marchandises.

  • 44 « Par opportunisme, j’entends une recherche d’un intérêt personnel qui comporte la notion de tromp (...)
  • 45 « La rationalité limitée est l’hypothèse cognitive sur laquelle est fondée l’économie des coûts de (...)
  • 46 En cela, Williamson reprend à son compte la définition de la confiance élaborée par Diego Gambetta (...)
  • 47 L’auteur emploie la définition de Kenneth Arrow pour qui les coûts de transaction sont « les coûts (...)
  • 48 ACCIMP LIX/737, lettre de GC du 15 mars 1760. Les Roux se plaignent du montant des intérêts sur le (...)
  • 49 ACCIMP LIX/739, lettre particulière de Pierre-Paul Garavaque du 24 novembre 1764 : « J’ai vu que v (...)
  • 50 ACCIMP LIX/785. Lettres de Pierre-Paul Garavaque depuis la Calle. Sur les trois missives conservée (...)

20Oliver Williamson (1993) propose la notion de calculabilité pour intégrer les conséquences de l’opportunisme44 et de la rationalité limitée45 dans les choix des acteurs économiques. Dans ce cas, le rapport entre confiance et méfiance ne relèverait plus de l’équivalence fonctionnelle. La calculabilité subsumerait ces différentes attitudes, réduites à la prise en compte subjective de la probabilité que le partenaire agira ou non conformément à ses engagements46. Une telle conception s’inscrit dans une logique d’économie des coûts de transaction47. La justice royale, coûteuse, longue et nuisible à la réputation n’apparaît pas comme un recours souhaitable : on a tôt fait de paraître, auprès de ses pairs, procédurier ou léger dans ses prises de décision et ses choix de partenaires. La décision de confier la régie à un familier, formé au comptoir même de majeurs à qui il doit sa mise initiale et donc son futur avancement, permet d’envisager avec quelque certitude la loyauté de Pierre-Paul Garavaque. Cependant, les marques de suspicion abondent dès l’installation de la régie48. La familiarité entre commanditaires et complimentaires devient même un instrument de pression, les Roux n’hésitant pas à manipuler la mère de leur premier régisseur pour faire baisser ses prétentions en matière de frais de fonctionnement49. Après douze années de relations tumultueuses, les majeurs investissent pourtant dans la nouvelle société de Pierre-Paul Garavaque à Marseille et les archives gardent la trace d’une correspondance particulière postérieure, au contenu très éloigné des considérations commerciales, alors que l’ancien régisseur est devenu directeur des concessions de la Compagnie royale d’Afrique à la fin des années 177050. Comment investir dans l’entreprise de quelqu’un que vous avez aussi longtemps suspecté de chercher à vous tromper ? Comment faire abstraction de cela et maintenir des relations amicales dans ce contexte ?

21L’équation de cette proximité qui préexiste et survit au fonctionnement heurté de la régie de 1759 à 1772 apparaît insoluble. Choisir un proche pour en faire un régisseur suspecté et surveillé signifierait que les Roux souhaitent léser leur amitié à l’endroit de Pierre-Paul Garavaque. Cette dernière implique autre chose que du calcul. D’ailleurs, Williamson admet l’existence d’une confiance personnelle, envisagée comme une « passion humaine » et caractérisée par « l’absence de surveillance, un a priori favorable et une prédilection pour le pardon, ainsi que l’exceptionnalité » (1993, p. 484). Au surplus, si cette entreprise procède d’un calcul de réduction des coûts de transactions, il se révèle assez mauvais puisqu’il revient à engager des frais fixes importants, inhérents au fonctionnement de la régie, pour un commerce labile. La valeur ajoutée de Garavaque et Cusson en lieu et place d’une autre maison négociante marseillaise installée à Smyrne ne paraît pas non plus significative. L’opportunisme d’un tiers pouvait, dans une certaine mesure, se contrôler par les mécanismes de la réputation au sein de la nation française, et ce d’autant plus que les Roux ont pignon sur rue.

  • 51 On peut considérer qu’une « action instrumentale », motivée par la recherche et l’obtention de res (...)
  • 52 Nous comprenons dès lors les efforts de théorisation de Williamson sous un jour nouveau : la décou (...)

22Ainsi, les conceptions qui aboutissent à l’élimination de la confiance au profit d’une forme de méfiance modulée par le calcul, ou, à tout le moins, par des mécanismes de vérification censément rationnels, ne fournissent pas un cadre efficace de compréhension des relations sociales entre majeurs et régisseurs. On ne saurait les limiter à une série d’échanges commerciaux guidée par la seule logique instrumentale51 ou par une forme d’utilitarisme latent pour lequel « l’équilibre social est déterminé par les choix simultanés d’individus égoïstes et calculateurs et peut être garanti sans faire appel à la confiance », si l’on reprend la définition de Barbara Misztal (1996, p. 33)52.

23La coprésence de la confiance et de la méfiance, établie dès les prémisses de l’analyse, ne proviendrait pas d’une erreur de perspective. L’apparente contradiction relèverait d’une mauvaise appréhension de la réalité, ce qui implique une redéfinition de ces attitudes et de leurs rapports. La calculabilité repose sur la certitude d’une maîtrise possible du réel par la rationalité. Or, penser la rationalité limitée revient à introduire une part d’indétermination et donc des éléments incalculables. L’action implique l’exposition au risque et celui-ci provient, selon Misztal, de « notre incapacité à surveiller le comportement d’autrui, de notre incapacité d’avoir une connaissance complète à propos des motivations des autres et plus généralement de la contingence de la réalité sociale » (ibid., p. 18). Dans le cas du commerce entre Marseille et Smyrne, la distance entre les places, l’instabilité de la situation levantine et les difficultés de communication, liées à la lenteur ou à la perte des courriers, accentuent ces caractéristiques. Cela est d’autant plus grave que les négociants doivent constamment anticiper les évolutions du marché. Leurs calculs prospectifs doivent intégrer une incertitude aussi bien liée à des problèmes de délais qu’au respect d’obligations mutuelles. Relever une telle gageure et poursuivre l’activité de négociant imposent de se fier à des tiers et d’accepter la possibilité de l’échec. L’acteur est ainsi conduit à ne pas lier seulement ses décisions à la mise en perspective d’éléments connus et maîtrisables. Pour le dire avec Luhmann, « la capacité d’opération limitée de ces techniques de décision donnent naissance à un besoin de confiance en tant que forme complémentaire d’absorption de l’incertitude » (2006, p. 104). On peut ainsi comprendre les modalités de fonctionnement de la régie Garavaque et Cusson. Pour cette dernière, les Roux ont recours à des personnes de confiance, moins susceptibles de les tromper, mais continuent à manifester leurs doutes par des calculs ou des contre-vérifications, car le contexte invite à la méfiance.

Les deux visages de la prudence

  • 53 L’ancienne forme desfier voulait dire « renier », « abandonner » (Rey éd., 1998, p. 843).

24Peut-on appréhender la coprésence de deux postures apparemment contradictoires par le biais d’une distinction d’échelles ? Les Roux font bien face à des incertitudes de différentes natures : celles ayant trait aux relations avec d’autres négociants et celles liées au marché du Levant. Si, globalement, les majeurs ne se départent jamais de leur méfiance à l’égard des vicissitudes des affaires méditerranéennes, le refus du commandeur de Cabre anéantit la confiance qu’ils portent à leurs associés. Comme le propose Luhmann (1988, p. 97), on peut distinguer une confiance dans les relations interpersonnelles, trust, traduite par Louis Quéré en « confiance décidée », et une autre envers les systèmes économiques, dont on ne peut s’affranchir, confidence ou « confiance assurée » (Ogien et Quéré éd., 2006, p. 9). Cependant, ce dernier qualificatif convient bien mal. Le terme fiance paraît plus adapté à un objet échappant totalement au contrôle des acteurs, l’horizon est davantage celui de l’espérance. Or, le monde dans lequel évoluent nos négociants, défini par son incertitude, suscite naturellement le doute, la « mé-fiance ». Le refus d’agir, ici de payer les lettres de change, ou l’arrêt de l’activité à Smyrne, conséquence prévisible de cette décision par la faillite de Garavaque et Cusson, ne relève plus de la méfiance mais d’une authentique défiance, d’un abandon, d’un reniement53. Ainsi, l’attitude des Roux manifestant à la fois confiance et méfiance à l’égard de leur commandite levantine gagne en cohérence. Il ne s’agit plus d’un comportement paradoxal dû à une lubie particulière. Ces deux postures s’avèrent complémentaires et servent le même objectif : permettre aux acteurs de se déterminer et d’œuvrer dans un environnement très incertain.

  • 54 Lieutaud n’a d’ailleurs rien d’un simple commis subalterne. Voir ACCIMP LIX/1038, mémoire instruct (...)
  • 55 Les régisseurs emploient ce terme pour désigner les crises ou les brusques changements de conjonct (...)

25La structure particulière de Garavaque et Cusson invite cependant à explorer plus avant le rapport entre confiance et méfiance. Les relations entre majeurs et complimentaires ne constituent pas une monade. Elles s’insèrent dans un jeu de relations personnelles et marchandes qui excèdent largement le niveau d’un simple jeu à deux. En outre, le contexte peut influer sur leurs perceptions par leurs partenaires. Un négociant longtemps installé dans le Levant ne deviendrait-il pas suspect aux yeux de ses compatriotes établis en métropole ? Ainsi, confiance et fiance, ou plutôt méfiance, s’articulent, elles ne s’additionnent ou ne se soustraient pas. Il serait sot d’envisager que les majeurs éprouvent une confiance absolue en leurs envoyés et une méfiance inaltérable à l’égard du marché levantin. Preuve en est la désignation en 1759 d’un commis ayant l’expérience de l’Échelle, Jean-Joseph Lieutaud, pour chaperonner les deux régisseurs54 : un ami peut être honnête et dévoué sans avoir immédiatement toutes les compétences pour affronter les « révolutions » de l’Orient55.

  • 56 « Lorsque les économistes se sont intéressés aux “influences sociales”, ils y ont vu des processus (...)

26Ce faisant, les majeurs semblent sciemment éviter deux écueils. Dans un contexte de fiance faible où les sanctions sont coûteuses ou nuisibles, s’en remettre à de strictes logiques de marché où les acteurs échangeraient sans contact humain ou social prolongé, c’est-à-dire entre des agents atomisés, selon ce que Granovetter appelle une conception « sous-socialisée de l’action humaine » (2000, p. 78), s’avérerait très périlleux, ou du moins accroîtrait leur exposition aux risques d’opportunisme. De même, estimer que l’identité du partenaire et son appartenance au monde négociant français suffisent à garantir son sens moral ou prévoir son comportement, selon une sorte de vision maximale de la confiance intuitu personae ou une idée « sursocialisée » de l’action56, reviendrait à faire preuve d’une naïveté bien surprenante de la part de négociants aguerris. L’articulation entre confiance et méfiance, attestée par le comportement des Roux, est solidaire d’une action « socialement située », « encastrée dans des réseaux continus de relations personnelles » (This Saint-Jean, 2005, p. 315).

  • 57 Pierre Mercklé définit l’homophilie comme une tendance à former des liens entre des « personnes po (...)
  • 58 « La dépendance de sentier n’est pas une “inertie”, mais plutôt un ensemble de contraintes imposée (...)

27L’étude de cet encastrement pour Garavaque et Cusson, société dirigée par des « amis », dessine une structure oblique. Les relations entre majeurs et régisseurs présentent des éléments d’ordre homophile57 : les protagonistes appartiennent au monde négociant français et se connaissent depuis longtemps, aussi partagent-ils des représentations et un style de vie communs. On distingue également des aspects d’ordre hétérophile, dans la mesure où les commanditaires ont des moyens financiers et légaux nettement supérieurs aux régisseurs (Lin, 2002, p. 47). Cette double interaction subit donc de vives tensions : la volonté de contrôle couplée à celle de maximiser les profits produit des exigences inédites auprès de négociants non interchangeables aisément. Les rapports entre les majeurs et la régie confirment l’analyse de Nan Lin (ibid.) portant sur le coût social de chaque type d’interaction, à savoir que l’hétérophilie requiert plus d’efforts. Cela explique les accrochages fréquents entre partenaires, éléments symptomatiques de leur méfiance, alors que la dimension homophile, voire amicale, survit bien au-delà des considérations commerciales. Garavaque demeure dans l’orbite de ses majeurs tandis que ces derniers poursuivent leurs expéditions de marchandises ou d’argent, autant d’actes de confiance. Nous pourrions nous contenter d’arguer que, d’une part, l’intérêt instrumental justifie un tel maintien : les régisseurs, en quête d’ascension sociale, profitent de la proximité et du prestige d’une des plus riches familles négociantes marseillaises, tandis que, d’autre part, les Roux, en entretenant la tradition de présence effective des marchands marseillais dans les Échelles ou en offrant à leurs partenaires métropolitains les services de leur régie, affichent et maintiennent leur « standing » dans une logique expressive (Lin, 2002, p. 45), tributaire d’une forme de « dépendance de sentier »58.

  • 59 Nous entendons par « ressources sociales » tout ce qui procède de la réputation ou du prestige des (...)

28Dans le même temps, les soupçons délétères entre partenaires n’affectent pas la pérennité de leurs relations, comme s’ils avaient intégré dans leur mode d’être social les principes du capitalisme déterminés par Fernand Braudel, à savoir « l’insertion du capital dans l’incessant processus de production […] pour des fins peu altruistes », y compris en contournant les réglementations du marché (2008, p. 52-56). Le présupposé de l’opportunisme s’apparente alors à une règle du jeu comprise par tous les intervenants, en dépit des remarques outragées, mais sans doute rhétoriques, à propos de leur honneur bafoué. Ainsi, les contre-vérifications vétilleuses des Roux s’apparentent plus à de la prudence, visant à se prémunir de toute dérive fâcheuse qui aboutirait à des pertes de ressources matérielles ou sociales59, qu’à une défiance en devenir, c’est-à-dire à des mesures de rétorsion préalables à une rupture. Cette distinction donne une signification spécifique à la méfiance qui irradie de la correspondance marchande et qui n’exclut pas l’existence d’une confiance personnelle entre acteurs. Ces derniers tolèrent un tel état de fait à défaut de bien le vivre. Dès lors, peut-être même le concept d’opportunisme ne convient-il pas exactement à cette situation, tant la tromperie, une de ses composantes essentielles, s’avère, en partie, présupposée par les partenaires et intégrée à leurs modes d’organisation et de fonctionnement. La prudence justifie alors la précarité apparente de la confiance portée par les majeurs à leurs régisseurs (et vice versa dans une certaine mesure).

  • 60 Francesca Trivellato aboutit également à la prégnance de certaines formes de conventions dans son (...)

29En effet, ces acteurs évoluent dans un contexte de fiance faible. Au-delà des aspects macro-économiques ou des incertitudes environnementales, toute remédiation extérieure, judiciaire ou arbitrale, engendre des frais et lèse la réputation des plaignants comme des incriminés. Aussi, la confiance nécessaire à l’action requiert plus d’effort pour les entrepreneurs même s’ils peuvent exercer un contrôle accru sur leurs envoyés, par ailleurs familiers. Ils connaissent les ressorts, parfois divergents, d’une relation également hétérophile. Si l’on admet la définition de Luhmann (2006, p. 111), on comprend l’inextinguible caractère labile de la confiance qui ne peut se muer en blanc-seing. Elle réside dans un rapport au réel combinant conjecture rationnelle et appréhension subjective, c’est-à-dire aussi bien l’expression d’un savoir-faire que d’une prudence socialement située dans une hiérarchie d’acteurs identifiés. Les négociants, conscients de la structure sociale à laquelle ils appartiennent, en ont intériorisé les enjeux dans des formes de conventions60 dont l’application fait l’objet d’incessants débats au niveau des interactions dyadiques. Ils conçoivent et admettent, non sans récriminations réflexes ou dilatoires, que la dialectique entre confiance et méfiance procède principalement d’une prudence subjective et donc relative, une prudence encastrée dans des relations sociales complexes.

30Le négociant n’étant pas un joueur (Carrière et al., 1976, p. 152), nous comprenons qu’en dépit de toutes les vicissitudes décrites, le prestige des Roux demeure intact : leur attitude surprenante devient vertu. La prudence encastrée, manifeste dans leur comportement, permet, par conséquent, de concevoir la coprésence de la confiance et de la méfiance. Elle les assimile à des équivalents fonctionnels, à des formes d’appréhension de la complexité du réel qui ne se limitent pas au calcul. Cette conception rend cohérent le choix d’implanter une régie à Smyrne ou de recourir à des amis pour la diriger, le traitement spécifique et, a priori, incongru qui leur est réservé, ainsi que la pérennité des relations personnelles en dépit des dissensions commerciales. La ductilité et la labilité des liens entre les Roux et leurs amis permettent de considérer la méfiance et le conflit latent qu’elles supposent comme « une modalité naturelle du rapport social » (Thuderoz, 2001, p. 105), au même titre que la confiance. Dans un contexte institutionnel de fiance faible, la pratique de la méfiance permet de maintenir les liens de confiance nécessaires à la poursuite des échanges.

Haut de page

Bibliographie

Bély Lucien éd., 2003, Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France.

Braudel Fernand, 2008 [1985], La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion.

Carrière Charles, 1973, Négociants marseillais au xviiie siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, Institut historique de Provence.

Carrière Charles et Courdurié Marcel, 1984, « Un sophisme économique. Marseille s’enrichit en achetant plus qu’elle ne vend (réflexions sur les mécanismes commerciaux levantins au xviiie siècle) », Histoire, Économie et Société, vol. 3, no 1, p. 7-51.

Carrière Charles, Courdurié Marcel, Gutsatz Michel et Squarzoni René, 1976, Banque et capitalisme commercial. La lettre de change au xviiie siècle, Marseille, Institut historique de Provence.

Fontaine Laurence, 2008, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard.

Gambetta Diego, 1988, « Can we trust trust ? », Trust : Making and Breaking Cooperative Relations, D. Gambetta éd., New York, Basil Blackwell, p. 213-237.

Gervais Pierre, 2012, « Crédit et filières marchandes au xviiie siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 67, no 4, p. 1011-1048.

Granovetter Mark, 2000, Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer.

— 2008, Sociologie économique, Paris, Seuil.

Guinnane Timothy, 2010, « Les économistes, le crédit et la confiance », Genèses, no 79, p. 6-25.

Jardin Prosper et Guyard Philippe, 2002, Les chevaliers de Malte, Paris, Perrin.

Lin Nan, 2002, Social Capital : A Theory of Social Structure and Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Luhmann Niklas, 1988, « Familiarity, confidence, trust : problems and alternatives », Trust : Making and Breaking Cooperative Relations, D. Gambetta éd., New York, Basil Blackwell, p. 94-107.

— 2006 [1968], La confiance : un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica.

Lupo Sébastien, 2010, « Vous m’avés si fort imposer de ne pas répliquer… Réseau et hiérarchie dans une commandite marseillaise à Smyrne au xviiie siècle », The Historical Review - La Revue historique, vol. 7, p. 37-55.

Mangematin Vincent, 1998, « La confiance : un mode de coordination dont l’utilisation dépend de ses conditions de production » [en ligne], Confiance et entreprise, D. Harrisson, V. Mangematin et C. Thuderoz éd., Paris, Gaëtan Morin Éditeur, [URL : http://hal.grenoble-em.com/hal-00424495/document], consulté le 6 octobre 2015.

Mercklé Pierre, 2004, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte.

Misztal Barbara, 1996, Trust in Modern Societies : The Search for the Bases of Social Order, Cambridge, Polity Press.

North Douglass, 2005 [2004], Le processus du développement économique, Paris, Éditions d’Organisation.

Ogien Albert et Quéré Louis éd., 2006, Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, Paris, Economica.

Rey Alain éd., 1998, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Seward Desmond, 2008, Les chevaliers de Dieu. Les ordres religieux militaires du Moyen Âge à nos jours, Paris, Perrin.

Steiner Philippe, 2007, La sociologie économique, Paris, La Découverte.

This Saint-Jean Isabelle, 2005, « Peut-on définir la sociologie économique ? », L’Année sociologique, vol. 55, no 2, p. 307-326.

Thuderoz Christian, 2001, « Quelques remarques à propos de la notion de confiance », Cahiers Ramau, no 2, p. 95-106.

Trivellato Francesca, 2009, The Familiarity of Strangers : The Sephardic Diaspora, Livorno and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven - Londres, Yale University Press (Corail contre diamants. Réseaux marchands, diaspora sépharade et commerce lointain, trad. G. Calafat, Paris, Seuil, 2016).

Van den Boogert Maurits, 2005, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Perception, Theory, and Practice in the 18th Century, Leyde, Brill.

Williamson Oliver, 1993, « Calculativeness, trust, and economic organization », Journal of Law & Economics, vol. 36, no 1, p. 453-486.

— 1994 [1985], Les institutions de l’économie, Paris, InterÉditions.

Haut de page

Notes

1 « L’échelle est un centre commercial important de l’Empire ottoman, ville portuaire ou marché intérieur, où résident en permanence des négociants européens » (Bély éd., 2003, p. 456).

2 Archives de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence (désormais ACCIMP) LIX/1038, convention de société du 2 mars 1759. « 3o le Siege de cette societe sera a Smirne ou les deux associés se rendront pour y Exploiter leur Commerce sous la raison de Garavaque & Cusson. Ils signeront tous les deux le nom de lade Raison dont ils donneront connoissance a leurs correspondants. L’interest dudt Sr Pierre Paul Garavaque dans cette Societé sera dun tiers, cellui dudt Sieur Gme Cusson pour un tiers et lesdts Srs Pre honoré Roux et fils y entreront pour le tiers Restant en comandite. »

3 Ibid. La convention précise que le ministre de la Marine permet l’établissement d’une maison de commerce « sous la régie » des associés envoyés au Levant. Aussi, les négociants emploient souvent ce terme dans la correspondance pour désigner la commandite smyrniote, et celui de « régisseurs » pour les complimentaires.

4 Les spécificités des commandites levantines, notamment la subordination des complimentaires, ont été étudiées par Charles Carrière (1973, p. 886-890).

5 ACCIMP LIX/525, lettre de Paul Cusson du 7 février 1759 : « Je me lie avec toute confiance et mon fils aussi en me liant avec vous et Ms Garavaque que j’ai lhonneur de connoitre et que vous connoisser encore plus particulierement etant chez vous depuis un Tems infini, et camarade de porte feuille de Ms votre fils ainé. » Également ACCIMP LIX/785, lettre de Pierre-Paul Garavaque du 16 novembre 1778 : « L’honneur que j’avais d’etre allié a monsieur votre frere Jacques et nos anciennes liaisons d’amitiés avec luy et avec vous messieurs, ne m’ont pas permis d’apprendre sans le chagrin le plus vif la perte de ce bon ami. » Si le thème de l’amitié entre Garavaque et les Roux parsème la correspondance et constitue un lieu commun des échanges épistolaires entre négociants, l’effusion, plus marquée ici, dépasse la simple convention, signe sans doute d’une plus grande authenticité.

6 Sur les 584 lettres conservées pour Garavaque et Cusson, 93 signées de la main de Pierre-Paul-Garavaque ressortissent à la catégorie des lettres particulières, soit le triple de son associé dont les missives s’avèrent beaucoup plus courtes et souvent formelles, se limitant souvent à l’expression des vœux pour la nouvelle année. Quant au premier régisseur, il peut laisser libre cours à des discussions sur l’horticulture, une passion partagée avec ses commanditaires. Voir Lupo (2010).

7 La correspondance de Paul Cusson, en son nom propre ou avec son beau-frère David, conservée dans le fonds Roux représente six liasses, abondamment pourvues, couvrant la période de 1728 à 1771.

8 « La confiance réduit la complexité sociale en ce qu’elle extrapole l’information disponible et généralise des attentes comportementales, dans la mesure où elle remplace l’information manquante par une assurance intérieure garantie » (Luhmann, 2006, p. 111).

9 ACCIMP LIX/1038, mémoire instructif du 2 avril 1759.

10 ACCIMP LIX/737, lettre de Garavaque et Cusson (désormais GC) du 2 novembre 1761. « Lorsque nous vous ecrirons voie de Vienne, nous le fairons alternativement par le canal de ces deux maisons [Conte et Arnaud], nous etions presque deçidés a ne plus nous en servir, ces Mrs faisant paier trop cher le besoin que l’on a d’eux. Ils font paier une piastre pour chaque afranchissage de lettre simple tandis que la maison de M. Hubs a Constple ne prend pour cella que ½ pa. »

11 ACCIMP LIX/525, lettre de Paul Cusson du 7 février 1759.

12 ACCIMP LIX/739, lettre de GC du 16 octobre 1764.

13 « Une structure sociale est ici définie comme (1) un ensemble d’unités sociales (positions) qui disposent de quantités différentes d’une ou de plusieurs ressources reconnues et (2) appartiennent à une hiérarchie d’autorité (régissant le contrôle et l’accès aux ressources), (3) qui partagent certaines règles et procédures relatives à l’utilisation des ressources, et (4) qui sont attribuées à des occupants (agents), qui agissent sur ces règles et procédures » (Lin, 2002, p. 33).

14 « Les objets et les événements qui semblent posséder une valeur symptomatique acquièrent alors une importance particulière et dominent l’interprétation des autres situations …. Elles deviennent des “raisons”, des preuves que la confiance ou la méfiance est justifiée » (Luhmann, 2006, p. 88).

15 « Le problème de la confiance réside notamment dans le fait que l’avenir contient un nombre beaucoup plus élevé de possibilités que celles qui peuvent être actualisées dans le présent et qui, de ce fait, peuvent être transférées dans le passé. […] L’avenir surcharge le potentiel de présentification de l’être humain. Et pourtant l’humain doit vivre dans le présent avec un avenir toujours hypercomplexe. Il doit donc constamment découper son futur à l’aune de son présent, c’est-à-dire réduire la complexité » (ibid., p. 13).

16 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 4 novembre 1762.

17 ACCIMP LIX/740, lettre de GC du 29 mars 1766.

18 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 19 novembre 1768.

19 ACCIMP LIX/743, lettre de GC du 3 avril 1769.

20 ACCIMP LIX/737, lettre de GC du 1er décembre 1760.

21 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 16 avril 1762.

22 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 3 octobre 1763.

23 ACCIMP LIX/738, lettre de GC du 1er mars 1762.

24 Ibid.

25 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 15 septembre 1768.

26 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 22 novembre 1768. « Les deffenses de la Porte pour la sortie des blés ont été a la verité plus rigoureuse cette année ci que les precedentes a cause des preparatifs de guerre. »

27 « Le fait que les Occidentaux avaient tendance à étiqueter ces arrangements comme avanies ne doit pas nous empêcher d’assimiler ces soultes à une méthode pragmatique de résolution des différends entre les Ottomans et les Européens qui était plus fréquente dans cette période que de nombreux Européens ne voulaient l’admettre » (Van den Boogert, 2005, p. 157).

28 Cette méthode consistant à déposer auprès des services consulaires français un contrat, alors que l’activité qui y est consignée a été rendue illégale par les autorités ottomanes, prouve le peu de cas qui est fait a priori de leurs injonctions. L’absence de toute référence aux Maltais dans ces actes semble essentiellement destinée à les disculper d’éventuelles accusations de préméditation.

29 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 15 septembre 1768.

30 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.

31 Les majeurs partagent cette idée. Voir ACCIMP LIX/1038, mémoire instructif du 2 avril 1759 : « La Bonne Reputation est un Tresor. »

32 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.

33 ACCIMP LIX/742, pièce jointe à la lettre de GC du 3 décembre 1768.

34 ACCIMP LIX/742, copie de la lettre du chevalier des Pennes datée du 21 octobre 1768.

35 Voir Jardin et Guyard (2002, p. 194).

36 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.

37 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 7 décembre 1768.

38 ACCIMP LIX/742, lettre de GC du 3 décembre 1768.

39 ACCIMP LIX/743, lettre de GC du 7 janvier 1769.

40 ACCIMP LIX/743, lettre de GC du 30 janvier 1769.

41 Le fonds ne contient aucun bilan comptable précis.

42 ACCIMP LIX/739, lettre de GC du 18 mars 1765.

43 ACCIMP LIX/972.

44 « Par opportunisme, j’entends une recherche d’un intérêt personnel qui comporte la notion de tromperie » (Williamson, 1994, p. 70).

45 « La rationalité limitée est l’hypothèse cognitive sur laquelle est fondée l’économie des coûts de transaction. Celle-ci représente le degré intermédiaire de rationalité dans lequel les agents économiques sont supposés être “intentionnels rationnels, mais seulement de façon limitée” » (ibid., p. 69).

46 En cela, Williamson reprend à son compte la définition de la confiance élaborée par Diego Gambetta (éd., 1988, p. 217) : « La confiance (ou, symétriquement, la méfiance) correspond à un niveau particulier de probabilité subjectivement établie avec lequel un acteur estime qu’un autre acteur ou groupe d’acteurs accomplira une action particulière, avant qu’il puisse contrôler cette action (ou indépendamment de sa capacité à pouvoir la contrôler un jour) et dans un contexte où elle interfère avec ses propres agissements. »

47 L’auteur emploie la définition de Kenneth Arrow pour qui les coûts de transaction sont « les coûts de fonctionnement du système économique » (Williamson, 1994, p. 38).

48 ACCIMP LIX/737, lettre de GC du 15 mars 1760. Les Roux se plaignent du montant des intérêts sur les avances faites par la régie, trop semblables « à ceux que d’autres maisons [de Smyrne] passent ».

49 ACCIMP LIX/739, lettre particulière de Pierre-Paul Garavaque du 24 novembre 1764 : « J’ai vu que vous aviés fait part à ma mère de la lettre que je vous avais écrite, où je vous parlais des dépenses qu’il nous fallait faire pour la maison et que les ayant trouvées exhorbitantes, elle pensait comme vous qu’il fallait absolument les réduire, son opinion dans cette occasion ne peut servir de rien, attendu qu’elle ne sait ni ne connaît la position d’une maison de commerce à Smirne, ainsy tout cela ne fait que la chagriner […]. Comme je connais sa sensibilité, je vous prie de luy cacher ce qui se passe entre nous attendu qu’elle ne peut savoir les véritables griefs que vous avés contre moy. »

50 ACCIMP LIX/785. Lettres de Pierre-Paul Garavaque depuis la Calle. Sur les trois missives conservées, la plus longue, en date du 16 novembre 1778, se concentre surtout sur son enfant et leurs amis communs.

51 On peut considérer qu’une « action instrumentale », motivée par la recherche et l’obtention de ressources valorisées supplémentaires, « consiste à provoquer des actions et des réactions d’autres acteurs afin que plus de ressources soient octroyées à ego » (Lin, 2002, p. 46).

52 Nous comprenons dès lors les efforts de théorisation de Williamson sous un jour nouveau : la découverte de l’opportunisme ruinant la théorie instrumentale, la calculabilité sauve d’une certaine manière le choix rationnel. À propos du rapport entre cet auteur et la théorie instrumentale, voir Granovetter (2008, p. 229).

53 L’ancienne forme desfier voulait dire « renier », « abandonner » (Rey éd., 1998, p. 843).

54 Lieutaud n’a d’ailleurs rien d’un simple commis subalterne. Voir ACCIMP LIX/1038, mémoire instructif du 2 avril 1759 : « Ils [les régisseurs] auront plus de consideration pour le Sr Lieutaud qui doit Travailler avec eux, qu’avec un commis ordinaire et eu Egard aux conditions convenues avec luy, ils pourront dire au dehors qu’il est intéressé aux affaires de la maison, pour luy donner plus de Relief Dans le paÿs. Cependant il devra étre Soumis a Leurs ordres qu’il ne faut pas luy Donner d’un ton imperieux affin qu’il agisse de cœur et D’affection. »

55 Les régisseurs emploient ce terme pour désigner les crises ou les brusques changements de conjoncture économique.

56 « Lorsque les économistes se sont intéressés aux “influences sociales”, ils y ont vu des processus par lesquels les acteurs acquièrent des coutumes, des habitudes ou des normes, qu’ils suivent alors mécaniquement et automatiquement, indépendamment de ce que leur dicterait un choix rationnel. Cette conception [est] proche de celle que Wong qualifie de “sursocialisée” » (Granovetter, 2000, p. 80).

57 Pierre Mercklé définit l’homophilie comme une tendance à former des liens entre des « personnes possédant des caractéristiques similaires » (2004, p. 49). Nan Lin la définit quant à lui comme la caractéristique de « relations entre deux acteurs qui disposent de ressources similaires, ce qui peut inclure la richesse, la réputation, le pouvoir et le mode de vie » (2002, p. 47).

58 « La dépendance de sentier n’est pas une “inertie”, mais plutôt un ensemble de contraintes imposées aux possibilités de choix du présent à cause des expériences historiques du passé » (North, 2005, p. 78).

59 Nous entendons par « ressources sociales » tout ce qui procède de la réputation ou du prestige des acteurs.

60 Francesca Trivellato aboutit également à la prégnance de certaines formes de conventions dans son étude de la maison juive livournaise Ergas et Silvera qui noue des liens avec des marchands hindous de Goa pour échanger des coraux méditerranéens contre des diamants bruts : « Pourtant, afin d’inciter leurs partenaires à se conformer à leurs instructions, ils comptaient plus sur les conventions en vigueur à propos de la conduite du commerce […] que sur les menaces judiciaires » (Trivellato, 2009, p. 273).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lupo, « La prudence et le réseau. Permanence et rôle de la méfiance dans le fonctionnement de la régie Garavaque et Cusson de Smyrne (1759-1772) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 22 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/6732 ; DOI : 10.4000/traces.6732

Haut de page

Auteur

Sébastien Lupo

AMU-CNRS, TELEMME

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page