Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La méfiance dans l’Italie des « années de plomb », entre peur et vigilance démocratique (1969-1981)

Mistrust in 1970s Italy : between fear and democratic vigilance (1969-1981)
Grégoire Le Quang
p. 67-85

Résumés

L’image de l’Italie des années 1970 reste attachée à celle des « années de plomb », du terrorisme d’extrême-droite aux homicides perpétrés par la lutte armée d’inspiration marxiste-léniniste. Ces violences politiques génèrent des réactions de méfiance à plus d’un titre : méfiance comme réponse affective, corollaire de la peur, aux lendemains d’attentats spectaculaires ; méfiance proche de la défiance envers un État accusé d’inertie face aux violences, voire d’y contribuer activement ; méfiance comme support d’un militantisme critique. La méfiance apparaît comme un objet hybride pour l’historien, à la croisée de l’étude des cultures politiques et de celle des émotions dites « collectives », avec la prudence méthodologique que cette approche impose. Objet palpable dans les sources et clé de lecture essentielle, la méfiance caractérise ce moment historique et perdure en Italie à l’égard du système politique, partisan et médiatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier les deux évaluateurs ou évaluatrices anonymes, ainsi que Marie-Anne Matard-Bo (...)

1La formule du philosophe Théodule Ribot placée en épigraphe met l’accent sur le rôle de l’imagination dans la prévention des risques1. La méfiance renvoie en effet en premier lieu à une capacité à imaginer le danger : classiquement définie comme une absence de confiance, elle caractérise, d’après la définition du Littré, la posture de celui qui « ne se fie pas ». La racine étymologique du terme est la fides latine, principe fondamental de respect de la parole donnée. Dans le dictionnaire de l’Académie de 1932 (6e édition) apparaît la notion de « soupçon de peu de fidélité, de peu de sincérité », et donc la crainte d’être trompé. La méfiance, fondée ou non, est l’exercice du doute, et l’étude de la méfiance implique donc l’analyse des représentations, socialement et historiquement construites, de ce qui inspire le soupçon.

  • 2 Les années 1970 ont été dans le même temps marquées par d’« extraordinaires progrès sociaux » (Pan (...)

2L’analyse de la méfiance dans l’Italie des années 1970 permet d’interroger ces représentations et leur impact politique dans une décennie qualifiée rétrospectivement d’« années de plomb ». Ce chrononyme, généralement critiqué par les historiens pour son caractère réducteur2, est ici précisément convoqué dans l’intention d’en interroger l’imaginaire implicite (Lettieri, 2008) que résume l’historienne Simona Colarizi par la formule d’« années de l’inquiétude » (2010, p. 127). Il renvoie à la multiplication d’actes de violences politiques : on assiste en effet, en particulier à partir de « l’automne chaud » (1969) qui marque le début de la période considérée, à la radicalisation d’une partie des mouvements contestataires qui ont concerné de larges secteurs de la société italienne à la suite de la mobilisation ouvrière et étudiante de la fin des années 1960. Dans un contexte d’intense politisation, des groupes de militants de la gauche extraparlementaire mais aussi d’une extrême-droite en pleine recomposition mettent en œuvre une violence démonstrative dirigée contre des cibles symboliques, des agressions entre tendances opposées, des heurts avec les forces de l’ordre, alimentant une violence diffuse dans les grands centres urbains de l’Italie centrale et septentrionale principalement (Crainz, 2003 ; Panvini, 2009). On recense en effet pas moins de 13 000 attentats en treize ans, de 1969 à 1982 (Della Porta et Rossi, 1984). À cette violence diffuse s’ajoute dans la seconde moitié de la décennie une croissance spectaculaire du nombre d’attentats ciblés, et singulièrement d’homicides (ibid., p. 17), liée notamment à une montée en puissance des groupes clandestins dont les Brigades rouges sont l’exemple le plus remarquable. Ces « années de plomb » constituent par conséquent un terrain propice pour analyser les conséquences d’un climat de violence et donc de méfiance exacerbée, voire de peur, sur la vie publique et politique du pays.

De l’ambivalence de la méfiance

3La notion de méfiance apparaît fondamentalement ambivalente ; d’un côté, elle renvoie à une capacité d’anticipation : « Méfiance est mère de sûreté », dit-on, reprenant une morale de La Fontaine. Le terrain de la méfiance s’étend donc au-delà de la simple remise en question de la confiance : elle est une qualité pour celui qui gouverne, mais également un devoir pour celui qui est gouverné, du moins dans un contexte démocratique où l’exercice du pouvoir ne peut se faire qu’au nom de la communauté des citoyens. Mais d’un autre côté, la méfiance apparaît comme allant de pair avec la peur, sentiment qui accompagne la prise de conscience d’un danger. La connotation du terme est alors davantage péjorative, renvoyant au « caractère affectif marqué » de la peur, un « sentiment élémentaire et pour ainsi dire infrapolitique » (Aron, 1967, p. 33). Comment distinguer une « saine » méfiance d’une crainte paranoïaque ? Une peur sincère d’une méfiance instrumentalisée à des fins politiques ? C’est précisément au croisement de ces considérations que se trouve l’ouvrage de la philosophe Victoria Camps (2011), qui montre à quel point les émotions représentent un enjeu intrinsèquement ambivalent. Les mêmes affects peuvent en effet connaître des utilisations paradoxales et contradictoires, être mobilisés en soutien du pouvoir ou contre lui, dans une logique d’accueil ou de rejet (d’où l’enjeu, selon l’auteure, d’une éducation aux émotions). Sans nous placer dans le champ qui est le sien, au croisement entre philosophie morale et politique, nous pouvons nous inspirer de son analyse pour penser le rapport de la méfiance au politique, entre vigilance démocratique d’un côté, et peur de l’autre.

4Précisons que le terme est souvent employé en synonyme de « défiance », malgré la précision du Littré qui indique : « La méfiance fait qu’on ne se fie pas du tout ; la défiance fait qu’on ne se fie qu’avec précaution. » La différence de gradation s’est toutefois amenuisée avec le temps, la défiance semblant plutôt dans l’usage caractériser l’exercice d’une méfiance active, une posture de retrait de la confiance telle que dans l’expression « motion de défiance ». La méfiance relèverait d’une réaction émotionnelle d’intensité variable, d’un sentiment d’insécurité ; la défiance au contraire, du calcul « rationnel », de la vigilance. Se retrouve du reste en italien la même ambiguïté de deux quasi-synonymes employés l’un pour l’autre : diffidenza, équivalent exact de « méfiance », très rarement employé, mais aussi sfiducia, qui traduit l’attitude de celui qui est également privé de « foi ».

  • 3 Certains vont jusqu’à parler d’un emotional turn (Deluermoz et al., 2013, les auteurs présentant c (...)

5Un renouveau épistémologique concernant non seulement l’histoire, mais l’ensemble des sciences sociales, invite pourtant à remettre en question la séparation traditionnelle entre « raison » et « émotion » (Sommier, 2010). En sociologie politique, notamment, la mise en valeur du rôle des émotions dans les mouvements collectifs enrichit la compréhension des motifs de l’engagement : « émotion » partage d’ailleurs la même racine qu’esmouvoir, « mettre en mouvement » (ibid., p. 185). En histoire, de la même manière, en partie grâce aux avancées dans la connaissance du fonctionnement psychique3, les émotions ne sont plus considérées en termes de « passions » inconnaissables, double inversé de la « raison », seul objet légitime d’investigations, mais comme des éléments constitutifs des imaginaires sociaux et des productions culturelles, et, à ce titre, objets d’histoire. « Loin d’être des parasites de la rationalité, les émotions en sont les sentinelles » (Boquet et Nagy, 2011, p. 7). Ce changement de paradigme permet donc d’interroger les émotions et leurs manifestations comme des construits sociaux et politiques. De nombreux travaux tendent ainsi à montrer la manière dont les émotions entrent en résonance avec les contextes politiques, sont une composante essentielle des cultures politiques et un ressort des mobilisations.

6Deux ouvrages récents en témoignent. Le premier est celui que Patrick Boucheron (2013) a consacré à la fresque dite « du bon gouvernement » peinte par Ambrogio Lorenzetti au palais communal de Sienne. Achevée en 1338, cette représentation sert, selon l’auteur, moins à représenter les effets d’un gouvernement éclairé qu’à aiguiser la vigilance des représentants de la vie publique. La République est alors menacée par le péril de la seigneurie, « monstre cornu sorti des entrailles des Enfers » (Boucheron, 2013, p. 22). La mise en image de cette menace sert à aiguiser un imaginaire de la peur, dans le but de la conjurer par une salutaire méfiance : c’est bien l’aspect « pédagogique » de la méfiance qui apparaît ici en tant que vertu civique. Cette méfiance est présentée comme un dernier recours face à un risque politique imminent, tant il est vrai que « les émotions négatives permettent de répondre aux menaces dans le court terme », selon la psychiatre américaine Barbara Friedrickson (citée par Janssen, 2011, p. 93). Au contraire, la méfiance peut servir de ciment à des cultures politiques instrumentalisant des sentiments de peur plus ou moins contrôlée : c’est l’objet du livre du politiste Corey Robin (2006), qui montre la tendance des cultures politiques de la droite conservatrice à se servir des émotions comme d’une ressource politique. La méfiance, c’est aussi le réflexe de repli qu’engendre le besoin de sécurité. Mais les effets de la méfiance sur le pouvoir politique en place sont ambivalents : ils peuvent légitimer un pouvoir qui se montre fort, mais aussi s’exercer contre un pouvoir jugé incapable de protéger. « Conjurer la peur », selon la formule de Patrick Boucheron, c’est contrôler les peurs, les tenir sous contrôle – sinon la méfiance se transforme en défiance, aux dépens de l’État, des partis et des hommes qui le représentent.

  • 4 Quentin Deluermoz et al. (2013) soulignent que la nouveauté de l’histoire des émotions réside moin (...)
  • 5 La télévision publique a été laissée de côté en raison de la difficulté d’accès aux archives. Pour (...)

7Ce renouveau historiographique n’incite pas nécessairement à la découverte de nouvelles sources, mais plutôt à la relecture de documents de diverse nature4. Si l’accès aux sources dites du « for privé » est encore limité, la problématique de la méfiance dans l’Italie contemporaine peut être nourrie par l’analyse de sources médiatiques (presse nationale5), politiques (discours, tracts), des sources administratives (notamment les rapports de préfets, envoyés périodiquement au ministère de l’Intérieur, que leur caractère générique a protégés de la censure), mais aussi des productions culturelles et artistiques. Ces sources permettent de questionner les rapports entre les conséquences de ces violences et la construction des émotions dites « collectives », dans une tension pour « faire l’opinion » qui engage un ensemble de paroles publiques à toutes les échelles, de l’individu aux sphères médiatique et politique (Tolomelli, 2007, p. 16).

Les « années de plomb » italiennes, une ère du soupçon ?

La méfiance dans un contexte de guerre froide

  • 6 Archivio Centrale dello Stato (ACS), Ministero dell’Interno (MI), Gabinetto (GAB), rapports préfec (...)
  • 7 Ibid., b. no 16. Ferrara, décembre 1969 - mars 1970.

8La vitalité des mouvements contestataires en Italie et la conflictualité croissante qui les accompagne contribuent à renouveler, dans une partie du monde politique italien, du patronat, de l’Église catholique, des forces de l’ordre, un sentiment d’anticommunisme viscéral (Scoppola, 2006), dans un contexte de durcissement des relations internationales, au sein duquel l’Italie est régulièrement évoquée comme étant dans une position de dangereuse « frontière » (Tranfaglia, 1997). Les protestations étudiantes et ouvrières sont lues, dans ce cadre, comme les symptômes d’une crise politique aiguë. Bien qu’ils ne soient pas homogènes, les rapports des préfets envoyés au ministre de l’Intérieur témoignent de ce climat de suspicion envers les mouvements contestataires décrits comme participant à une guerre civile larvée. Le préfet de Parme parle par exemple, en avril 1969, d’un « plan prémédité d’agression de la légalité démocratique de la part des partis d’extrême gauche »6. Dans le même registre, le préfet de Ferrare, en avril 1970, note qu’« on enregistre des inquiétudes à propos de la situation observée dans les secteurs industriels après les grèves de l’automne dernier et une crainte que puisse dans le futur s’accroître le poids de l’extrême gauche »7. Alors que la violence attribuée aux néofascistes est bien supérieure en nombre d’agressions et de dégradations (Della Porta et Rossi, 1984, p. 25), à l’orée des années 1970 c’est bien la peur de la contestation de gauche, héritée des années d’après-guerre marquées par la prégnance de la menace communiste, qui sature les rapports des fonctionnaires chargés du maintien de l’ordre public. La méfiance apparaît donc en partie comme consubstantielle aux mécanismes de surveillance : il s’agit de démasquer, derrière les apparences de la légalité ou de la contestation juvénile, les germes de la subversion.

  • 8 À propos de ce colloque, se reporter au texte intégral, que nous ne pouvons analyser en détail [en (...)
  • 9 Enrico de Boccard, « Lineamenti ed interpretazione storica della guerra rivoluzionaria » [en ligne] (...)

9Les milieux les plus anticommunistes voient dans cette agitation les signes d’une « guerre révolutionnaire » mise en œuvre par les communistes à l’échelle mondiale. En témoigne la tenue d’un colloque organisé à Rome par l’Institut Pollio en 1965 et publié la même année8, rassemblant militaires, journalistes néofascistes et hommes politiques engagés dans le combat anticommuniste (Rayner, 2010, p. 42 ; Dondi, 2015, p. 64 et suivantes). Les intervenants s’accordent en effet sur l’imminence du péril représenté par une menace communiste d’autant plus dangereuse qu’elle avance masquée. Il s’agit d’éviter de se fier aux apparences : en témoignerait l’instrumentalisation du terme de « paix » par les communistes, dont « ils [se] servent comme les anciens pirates qui arboraient des drapeaux conventionnels et ne découvraient leur emblème à tête de mort qu’au moment décisif de l’abordage »9. La plupart des participants jugent l’usage de la violence inévitable, sur le modèle de l’OAS, explicitement convoqué, si bien que cette rencontre est considérée comme une étape décisive de l’instrumentalisation de la terreur à des fins politiques en Italie. Les trois tentatives de coups d’État (en 1964, révélé en 1967, en 1970, puis en 1974), dans un contexte international marqué par la succession de putschs militaires (en Grèce en 1967, au Chili en 1973), s’inscrivent dans cette stratégie.

10Ces manœuvres intimidatrices ont pour conséquence la diffusion de la thématique de la méfiance envers l’État au sein de toute la gauche italienne : Guido Panvini montre par exemple l’importance du thème de la peur du coup d’État dans les discussions internes du PCI (2009, p. 61). La gauche extraparlementaire amplifie ces craintes, en étendant le spectre de la défiance à l’État tout entier, accusé de couver des dérives fascistes et terroristes. En témoigne par exemple la publication en 1968 du pamphlet Persiste la minaccia di un colpo di Stato in Italia ! (La menace d’un coup d’État en Italie persiste), par le riche éditeur Giangiacomo Feltrinelli, qui a embrassé la cause révolutionnaire. L’ouvrage porte trace de la méfiance de Feltrinelli qui, dès avant le premier massacre, le conduit à la dénonciation publique du danger d’un retour du fascisme. Enfin, la « stratégie de la tension », qui ne renvoie pas à un dessein politique homogène, ne se limite pas aux tentatives ou aux mises en scène de coups d’État, mais s’incarne surtout dans une série d’attentats à la bombe qualifiés de massacres (stragi), perpétrés par des militants néofascistes dans le but de « déstabiliser pour stabiliser » (Rayner, 2010, p. 43), avec la complicité parfois active de membres des services secrets italiens, ce qui montre la possible intégration de l’usage d’une violence intimidatrice dans les techniques de gouvernement, dès la seconde moitié des années 1960 (Dondi, 2015).

Méfiance et « contre-information »

11L’attentat de la Piazza Fontana à Milan le 12 décembre 1969, même s’il s’intègre dans un contexte de violences politiques réitérées, a été déterminant. Une bombe explose dans une banque à l’heure de la fermeture, 17 personnes sont tuées, 88 blessées, souvent de façon spectaculaire. L’attentat n’est pas revendiqué. À la chasse aux militants anarchistes et révolutionnaires pointés du doigt par la plupart des grands médias, comme le quotidien romain Il Messaggero, s’oppose une voix minoritaire qui se définit elle-même comme « contre-information ». Elle est qualifiée de « contenu générique d’opposition » (Eco et Violi, 1976, p. 99), désignant ainsi une information alternative produite par des supports variés (journaux, tracts, affiches, bandes dessinées, documentaires, théâtre de rue...). Ces moyens de diffusion, ainsi que leur contenu militant, sont pensés comme un exercice systématique de la méfiance face aux mécanismes de conditionnement attribués aux médias dominants accusés de relayer une vérité officielle. Un ouvrage capital est le point de départ de cette stratégie de lutte : le petit opuscule anonyme La Strage di Stato, paru en juin 1970, six mois seulement après l’attentat – traduit en français l’année suivante sous le titre L’État massacre (Anonyme, 1971). Le titre résume le propos : ce sont les plus hautes autorités de l’État, et notamment les hommes de la Démocratie chrétienne, qui auraient armé et instrumentalisé les militants néofascistes, véritables auteurs d’un « massacre » organisé dans le but de bloquer l’avancée de la gauche. Le livre popularise une formule du correspondant Leslie Finer de l’hebdomadaire anglais The Observer, utilisée dès le 16 décembre 1969 et reprise ensuite en Italie avec un grand succès : la « stratégie de la tension », qui met en cause un « parti américain » regroupant l’aile droite de la Démocratie chrétienne, des milieux néofascistes, une partie du patronat et de l’armée et des services secrets. La Strage di Stato s’attache enfin à déconstruire la version que la police donne de la mort de l’anarchiste Giuseppe Pinelli, suspecté d’avoir participé à l’attentat du 12 décembre, défenestré dans la nuit du 15 au 16 décembre 1969 au commissariat de Milan, mort présentée d’abord comme un suicide (et donc comme une preuve de culpabilité), puis comme un accident.

12Les méthodes de cette « contre-information » se traduisent par une contre-enquête placée sous le signe du dévoilement d’éléments volontairement occultés : l’ouvrage relit ainsi les enquêtes policières et les interrogatoires judiciaires pour critiquer leur partialité. Ces méthodes sont inspirées de celles du journalisme d’enquête qui émerge en Italie sur le modèle américain, et dont témoigne notamment la création de L’Espresso en 1954. Ce journal est spécialisé dans la dénonciation de scandales politiques, et notamment des projets de coups d’État, comme celui de 1964 rendu public par deux articles de Lino Januzzi en 1967, suivis d’un retentissant procès. Il faut préciser que nombre de ces conclusions ont été confirmées par la justice au terme de longs procès, en particulier concernant la matrice néofasciste des massacres et les protections et dépistages réalisés par une partie des services secrets italiens, probablement liés aux services secrets américains, dans une optique de lutte anticommuniste (Franzinelli, 2008).

13L’impact de La Strage di Stato est immédiat. Trois rééditions en deux mois, 100 000 exemplaires vendus en deux ans, peut-être 500 000 en tout (Giannuli, 2008, p. 47). La référence à Pinelli, en particulier, devient partie intégrante d’une culture alternative de référence pour toute la gauche extraparlementaire, un acte d’accusation contre la police, la justice et le système politique accusés de couvrir un mensonge. Piazza Fontana et le meurtre de Pinelli apparaissent donc comme un moment de rupture fondamentale installant une méfiance envers l’État, bien représentée dans la culture de gauche militante : la chanson La Ballata del Pinelli est chantée, parmi d’autres, par Claudio Lolli ; les œuvres de Dario Fo également contestent la version du suicide ou de l’accident. Toutes popularisent le thème de strage di Stato, qui devient peu à peu une clé de lecture partagée, bien au-delà des milieux de la gauche radicale. Emblématiques de cette persistance d’une culture de la méfiance, au-delà d’une gauche extraparlementaire à l’audience limitée, sont également les tribunes de Pier Paolo Pasolini, dont le fameux éditorial « Cos’è questo golpe ? » (Qu’est-ce que ce coup d’État ?) publié dans le Corriere della Sera du 14 novembre 1974, où le poète affirme notamment, dans une formidable définition du soupçon : « Je connais les noms mais je n’ai pas de preuves. » Ces représentations parcourent enfin tout un pan du cinéma italien, à commencer par Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon d’Elio Petri (1970), qui met en abyme, derrière le policier insoupçonnable, la figure des autorités qui l’utilisent à des fins criminelles et politiques. Les mêmes thèmes apparaissent, avec de grandes variétés de style, dans des comédies comme celle de Mario Monicelli Nous voulons les colonels (1973) et dans les films-enquêtes de Francesco Rosi (Rayner, 2008, p. 170).

14Signe aussi d’une méfiance très largement partagée, la réaction spectaculaire de la foule venue rendre hommage aux morts de l’attentat de la Piazza della Loggia à Brescia, le 28 mai 1974 (une bombe explose pendant une manifestation politique et syndicale, causant la mort de huit personnes et blessant 102 autres). Lors de la cérémonie funéraire, les autorités de l’État sont huées, signe d’une véritable « crise institutionnelle » (Crainz, 2003, p. 489), et marque d’une vertigineuse perte de confiance envers la classe politique accusée de faire obstacle à l’émergence de la vérité, entretenue ensuite par les associations de victimes du terrorisme.

Une méfiance dans des situations du quotidien

  • 10 « Sgomento in città », Il Corriere della Sera, 14 décembre 1969.

15La méfiance, enfin, apparaît comme conséquence de la violence terroriste. Au-delà de la terreur dont les signes sont décelables dans les jours qui suivent les attentats à la bombe, avec son lot de suspicion (colis suspects, cinémas et lieux publics désertés, mesures de vigilance à effet ambivalent10), la méfiance apparaît à la fois comme corollaire d’une peur durable, et comme une stratégie qui se marque en creux dans les sources, comme on le voit avec l’adaptation des comportements, donnant corps à ce qu’on pourrait appeler, bien que de manière insatisfaisante, un « climat de méfiance ». C’est notamment le cas au sein de certains milieux professionnels particulièrement ciblés par les groupes armés se réclamant du marxisme-léninisme, qui, précisément parce qu’ils sont particulièrement exposés, se retrouvent face à la nécessité de s’adapter à la fois à la peur et à la menace.

  • 11 ACS, MI, GAB, Ordine e sicurezza pubblica (OP), 1971-1975, b. no 7.
  • 12 Archives privées du groupe Fiat, Turin.
  • 13 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 21.

16L’usine est le premier lieu où se fabrique la méfiance. Les Brigades rouges, notamment, qui se constituent formellement en 1970, se donnent comme objectif premier l’action dans les usines, avec des actions qui ciblent les cadres responsables de la production à une échelle intermédiaire. Un télégramme11 envoyé au ministère de l’Intérieur le 29 juin 1973 pour protester contre l’agression d’un cadre d’Alfa Romeo, Michele Mincuzzi, témoigne du climat de méfiance consécutif aux violences de plus en plus fréquentes organisées contre les dirigeants d’entreprise. Il est émis par l’organe représentatif des chefs d’entreprise (affilié à la Confindustria) et demande, au nom de « tous les dirigeants italiens », une intervention politique pour « garantir la sécurité des employeurs ». Une publication interne de Fiat destinée aux cadres de l’entreprise, Il Giornale dei capi12, fait également état de la méfiance qui s’installe à l’usine. Une lettre publiée dans le numéro de décembre 1979 revient sur la difficulté de ne pas céder à la peur quand les seules conséquences des agressions sont « des paroles de solidarité pour la victime et de dénonciation des agresseurs ». Au-delà de Fiat, d’autres documents témoignent de la méfiance des patrons italiens et étrangers, ces derniers étant ainsi tentés de quitter l’Italie, comme le souligne un télégramme du 26 mars 197613 adressé par le ministre de l’Industrie Carlo Donat-Cattin au ministre de l’Intérieur, demandant lui aussi des mesures de protection.

  • 14 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 65.

17Le monde judiciaire apparaît également comme une cible privilégiée d’intimidation. Une multitude d’exemples en témoignent, comme les menaces reçues par l’avocat ayant accepté de défendre les agresseurs de Michele Micuzzi lors du procès de juillet 1976. Des graffitis sont retrouvés sur les murs de son habitation : « En frapper un pour en éduquer cent », slogan brigadiste classique, mais aussi « On ne se trompe qu’une fois », ou, plus explicite, « Attention, on pourrait bien te descendre ». Une réunion extraordinaire qui rassemble, le 27 septembre 1979 à Rome, les préfets des grandes agglomérations, les chefs de la police et de l’armée et le ministre de l’Intérieur14 confirme que les magistrats ont peur d’être tués, notamment après l’assassinat spectaculaire du juge Alessandrini par Prima Linea le 19 janvier 1979. Le préfet de Gênes, le général Palombi, suggère le recours à des cours d’assises militaires, « puisque les juges ordinaires démontrent désormais qu’ils ont peur ».

  • 15 Des études de cas sur les journalistes, les universitaires, les policiers pourraient enrichir ce t (...)
  • 16 ACS, MI, GAB, rapports préfectoraux, 1976-1980, b. no 381.
  • 17 Le nombre de demandes de port d’armes passe de 80 000 en 1972 à 150 000 en 1974 et le nombre de ga (...)
  • 18 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 84.
  • 19 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 65.
  • 20 MI, GAB, Segreteria speciale, Raccolte speciali : caso Moro, b. no 8.

18Enfin, des indices permettent de penser que se diffuse un climat de peur au-delà des individus potentiellement ciblés15 par les groupes armés. Les rapports des préfets de la fin de la décennie portent en effet la trace de cette contagion, comme le note par exemple le préfet de Campanie en décembre 197916 : « La longue série d’attentats contre des hommes politiques, des magistrats, des journalistes, des syndicalistes et des représentants des forces de l’ordre a provoqué dans l’opinion publique un état de peur ; la montée en puissance de la criminalité politique est telle que chaque citoyen se considère comme potentielle victime du terrorisme. » S’il ne faut certes pas généraliser ni considérer cette « opinion publique » comme un tout homogène, des signes de comportements spécifiques témoignent de la volonté d’anticiper le danger : l’augmentation du nombre de demandes de port d’armes, ou du recours aux services de sociétés de sécurité privées17. Dans un discours au Lions Club de Rome, le président du club se lamente ainsi, le 14 janvier 1976, sur la difficulté de plus en plus grande d’obtenir un permis de port d’armes, ajoutant que « cela ne compte pas que, désormais, chaque citoyen soit exposé au danger »18. En définitive, même si les dimensions affectives et rationnelles ne se distinguent pas clairement, la peur se rapporte à une réaction affective accompagnant la prise de conscience d’un danger et la méfiance paraît caractériser les tentatives pour y échapper. Ce climat de méfiance se traduit ainsi par une suspicion croissante, parfois encouragée par les autorités ou les médias. En témoigne ce questionnaire distribué par la Région piémontaise en septembre 197919, dans lequel était demandé aux citoyens de collaborer dans le cadre général de la lutte contre le terrorisme, en procédant à d’éventuels signalements. Cet appel à peine voilé à la délation fait écho aux signalements extrêmement nombreux (mais dont aucun n’a permis à l’enquête de progresser) parvenus à la police lors de l’enlèvement d’Aldo Moro, à la suite de la diffusion de certains portraits-robots par la police20, indices d’un sentiment de méfiance de plus en plus partagé, en particulier à Rome. Signalons enfin que la méfiance est également le quotidien des groupes clandestins, dont les pratiques de dissimulation conditionnent en grande partie la pratique : compartimentation, recours à des noms de guerre et peur permanente des indics infiltrés (Franceschini et Fasanella, 2005, p. 65).

19La méfiance apparaît donc comme un objet d’histoire protéiforme, conséquence de la manifestation spectaculaire d’actes de violence. Au-delà de la variété des sentiments de peur qui les accompagnent, des réactions de méfiance sont décelables dans des situations particulières de menace, envers les institutions ou les adversaires politiques, dans des formes qui dépendent de la situation historique, du contexte social ou de la politisation des acteurs.

Les conséquences politiques de la méfiance

20Un aspect particulier mérite approfondissement : les effets politiques de l’extension de la méfiance au-delà des milieux professionnels directement exposés aux violences.

Violences politiques et perte de confiance

21Les discours médiatiques mettent en scène un climat d’insécurité qui nourrit une méfiance généralisée. En témoigne ainsi cet article tiré du journal communiste L’Unità, qui fait le lien entre entreprise de destruction de la confiance et projet politique antidémocratique porté par la violence, en rapportant les paroles du député Ingrao à l’Assemblée (le 14 décembre 1969) :

« L’horreur que nous ressentons n’est pas due seulement aux terribles, aux tragiques conséquences de ces attentats criminels, mais aussi à une sensation précise qu’à travers ces bombes, ces attentats et ces victimes, on a voulu susciter une alarme et un désespoir, une exaspération qui porte à une crise et à un écroulement des institutions démocratiques. Nous comprenons que ceux qui ont posé ces bombes, ceux qui ont calculé froidement, cyniquement ces morts, ce sang, ces victimes, voulaient, chers collègues, diffuser la méfiance envers notre régime de liberté, détruire notre confiance en notre capacité de vivre et de transformer ce pays dans la liberté et dans la tolérance. »

22Ce discours pointe l’effet de seuil majeur que marque l’usage d’une violence massive et spectaculaire contre des personnes non combattantes, alors même que cette fin d’année 1969 est marquée par la montée en puissance de la violence néofasciste (Panvini, 2009, p. 77). Au-delà de l’effet de terreur, de sidération consécutif à l’actualisation d’un potentiel de destruction, la force de la stratégie terroriste est bien de tendre à « détruire la confiance », et donc de miner le projet démocratique lui-même. Le besoin de protection qui en résulte contribue donc, comme le souligne Pietro Ingrao, à discréditer les réponses démocratiques qui paraissent moins efficaces face aux solutions sécuritaires restreignant l’espace public et les droits politiques.

  • 21 ACS, MI, GAB, rapports préfectoraux, 1971-1975, fasc. 15800/1-11.
  • 22 ACS, MI, GAB, rapports préfectoraux, 1976-1980, b. 378.

23Dans son rapport trimestriel envoyé au ministère de l’intérieur, le préfet de Potenza indique, en mars 1971, qu’« on a relevé, en de multiples occasions, des manifestations de méfiance et de préoccupation à cause des conditions générales de l’ordre public »21. On note du reste une corrélation entre la fréquence des références à la méfiance et le nombre d’actes de violences spectaculaires, qui se multiplient à partir de 1976. La violence diffuse qui apparaît en particulier dans les trois dernières années de la décennie dans les métropoles du centre et du nord de l’Italie est accompagnée par la multiplication de formules génériques décrivant par exemple, dans le cas de Bologne, à l’issue du premier semestre 1979, « un climat de méfiance et d’épuisement qu’accompagne la sensation dangereuse que les forces de l’ordre ne sont pas en état d’affronter la situation »22. Les références à la méfiance sont d’ailleurs présentes aussi bien dans les provinces directement touchées par la violence politique que dans celles qui restent à l’écart (notamment le Sud et les îles), indice d’une homogénéisation des représentations par le biais des moyens d’information nationaux, confirmant l’importance de la médiatisation dans la diffusion des émotions (Tétu, 2004).

  • 23 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. 42.

24L’image de l’« opinion publique » reflétée par ces rapports apparaît toutefois excessivement homogène, mise en forme à des fins de communication interne et politique. De nombreux courriers adressés spontanément à différentes institutions confortent l’impression de défiance, elle-même renforcée par la multiplication des actes de violence politique, sans qu’il soit cependant possible de généraliser. En témoigne cette lettre, adressée le 21 avril 1977 par une habitante de Rome directement au ministre de l’Intérieur Francesco Cossiga, à la suite du décès d’un agent de police lors d’affrontements à Rome entre manifestants et forces de l’ordre. L’auteure de la lettre déplore, d’un ton exaspéré, de n’être pas en situation de pouvoir « restituer la couronne de fleurs que vous et bien d’autres personnages certainement très, très importants enverront à l’enterrement du glorieux jeune homme qui est mort pour nous citoyens et non pour vous », accusant la classe politique d’inertie et de laxisme. « Je suis véritablement dégoûtée et écœurée »23, conclut-elle. Le lien devient palpable entre événements de violence politique médiatisés et méfiance envers ceux qui incarnent le pouvoir et sont désignés in fine comme les responsables du désordre public.

La méfiance, arme du contrôle démocratique ?

25La méfiance peut donc être comprise comme une réaction à une série des violences, et elle se transforme alors en véritable défiance. Celle-ci peut dès lors se prolonger en force active nourrissant un discours et une action militants. À partir de 1975, la violence politique gagne en intensité avec l’augmentation du nombre d’attentats ciblés et la montée en puissance de la lutte armée se revendiquant du marxisme-léninisme, qui s’accompagne également d’une forte visibilité médiatique. De 1976 à 1979, la situation est perçue comme exceptionnelle, et y répond une série de lois dites « d’urgence », à partir du tournant législatif marqué par la loi Reale, votée en mai 1975, qui élargit les possibilités de détention préventive (deux fois 48 heures avant un contrôle judiciaire) et assouplit les conditions d’utilisation d’armes à feu pour la police. Une série de lois dites « spéciales » durcissent encore la répression de 1977 à 1981. Alors que ces lois répressives sont menées avec l’appui du PCI (qui vote contre la loi Reale mais approuve toutes les lois successives), seul le petit Parti radical mène l’opposition. Né d’une scission à gauche du Parti libéral, il entre au Parlement en 1976 avec un programme comprenant la défense des libertés individuelles et la lutte contre les excès d’un État policier, qui porte en italien le nom de garantismo, « garantisme ». Or le fil conducteur de ces politiques « garantistes » se trouve dans une méfiance à l’encontre des dérives sécuritaires, qui, sous couvert d’efficacité, dénatureraient la démocratie italienne et aboutiraient paradoxalement à une victoire des terrorismes : une dissolution de la démocratie.

  • 24 Ibid.

26Ce parti est à l’origine d’une intense obstruction parlementaire pendant le vote des lois, puis organise des campagnes médiatiques et politiques reposant sur une méfiance érigée en vertu démocratique. Un exemple de ces mobilisations est donné par les campagnes pour organiser des référendums abrogatifs, procédure prévue par la Constitution depuis 1970, qui prévoit qu’à la demande d’au moins 500 000 citoyens, un référendum peut être organisé pour abroger une loi. Deux consultations sont organisées à l’initiative du Parti radical, en juin 1978 (contre la loi Reale), puis en mai 1981 (contre la loi Cossiga). Si ces actions sont des échecs, le parti gagne une grande visibilité et le « garantisme » devient un terme de référence dans le débat public, souvent critiqué (par exemple dans les rapports de préfet, où il est accusé de saboter l’efficacité des lois), mais aussi symbole d’une vigilance démocratique. Un exemple graphique de cette méfiance peut se retrouver dans les affiches et les tracts que le mouvement distribue pour promouvoir la campagne de signatures pour la tenue du référendum contre la loi Reale24, comme en témoigne l'affiche ci-dessous datant de 1976.

Se méfier de la police. Tract du Parti radical, 1976, Archivio Centrale dello Stato, Rome, publication autorisée par le ministère des Affaires culturelles (no 1403/2016)

Se méfier de la police. Tract du Parti radical, 1976, Archivio Centrale dello Stato, Rome, publication autorisée par le ministère des Affaires culturelles (no 1403/2016)

27La légende est sans équivoque : « Signe contre la loi Reale... et les autres dispositions fascistes, cléricales, militaristes et démocrates-chrétiennes. La prochaine fois, cela pourrait t’arriver. » L’image du policier armé tirant sur le lecteur est particulièrement suggestive (et agressive) : elle démontre en peu de mots le danger représenté par ce qui est défini ailleurs comme un « permis de tuer », le Parti radical ayant d’ailleurs tenu une comptabilité des bavures attribuées aux dispositions de la loi Reale. La figure du policier se confond graphiquement avec celle d’un malfrat, dessinant les contours d’une autorité menaçante dont il faut encadrer les pulsions homicides. Le but de ces campagnes médiatiques est donc de réveiller la méfiance des citoyens face aux dérives d’un ordre sécuritaire mettant à mal la sûreté des personnes et l’État de droit, un État dans lequel la puissance publique, et en particulier l’usage de la « violence légitime » jugée nécessaire en cas de répression, est encadrée par des normes juridiques et des garanties constitutionnelles.

La persistance de la méfiance dans la mémoire et l’histoire

28La méfiance marque donc de son empreinte l’histoire des « années de plomb », comme conséquence de la multiplication des actes de violence politique, puis comme défiance face à un État jugé compromis dans la gestion ou la répression de ces violences. Mais cette défiance déborde la fin de la décennie et persiste après la fin de l’urgence, jusqu’à rester visible dans la mémoire, et même dans le tissu urbain actuel. C’est le cas à Milan, où deux plaques coexistent pour commémorer la disparition de l’anarchiste Giuseppe Pinelli. La première est une reproduction à l’identique de la stèle posée par les camarades de Pinelli en 1970, qui prend fait et cause pour la version de l’homicide (ucciso : tué), original qui avait été remplacé par le maire de Milan Gabriele Albertini (membre du parti de Silvio Berlusconi, Forza Italia) en 2006 par une nouvelle stèle portant un générique plus neutre : « innocent mort tragiquement ». Immédiatement, une réplique de la plaque d’origine a été placée à côté de la plaque officielle, et non en remplacement. Il s’agit d’un remarquable télescopage de mémoires concurrentes qui matérialisent la méfiance vis-à-vis d’une vérité officielle accusée de travestir la réalité pour des motifs politiques, mais aussi de vouloir en effacer les signes mémoriels et de réécrire l’histoire. La juxtaposition de ces deux plaques démontre qu’il n’existe toujours pas de vérité judiciaire ni de récit mémoriel capable de faire consensus, donc de mettre fin à la méfiance.

  • 25 Cette vulgate est critiquée efficacement par Giovanni Sabbatucci (1999) qui objecte notamment que (...)
  • 26 Les procès-verbaux de la Commissione parlamentare d’inchiesta sulla strage di via Fani, sul seques (...)

29Au-delà de cet élément particulier, la permanence de théories du complot pour expliquer les violences politiques et les actes de terrorisme qui ont constellé les années 1970 en Italie est un phénomène particulièrement marquant de leur mémoire et de leur historiographie, même si celle-ci est souvent le fait de journalistes ou d’anciens juges plus que d’historiens. Ce qu’on nomme la « diétrologie » (dietrologia, de dietro : derrière) est la tentation de recourir à des explications cachées qui, seules, permettraient de mettre en cohérence et d’expliquer les faits (Ceci, 2013, p. 21 ; Rayner, 2008). S’il faut préciser que toutes les zones d’ombre n’ont pas été levées, et que bien des collusions entre membres des services secrets et poseurs de bombe ont été effectivement prouvées, la spécificité de cette « diétrologie » est de rassembler les « mystères » dans une explication unique, attribuant notamment à « l’État » un caractère monolithique et une seule volonté politique (en général celle, sous l’influence de la CIA, d’arrêter l’avancée électorale du PCI25). Ces éléments, très présents dans la mémoire et dans une partie de l’historiographie des « années de plomb » italiennes, apparaissent comme des prolongements des interrogations déjà soulevées par les observateurs de l’époque. Le lien présumé des Brigades rouges à des services secrets étrangers était par exemple un des sujets privilégiés des premiers interrogatoires menés par la Commission d’enquête parlementaire26 chargée de faire toute la lumière sur « l’affaire », qui ont principalement porté sur la recherche des « commanditaires » (i mandanti).

*

  • 27 Ces éléments sont souvent présentés comme caractéristiques d’une « anomalie italienne » caractéris (...)

30Si la démocratie italienne a résisté au défi terroriste, c’est au prix d’une méfiance qui perdure jusqu’à aujourd’hui. L’image de l’État, en particulier, dégradée par les collusions prouvées et non prouvées avec les terroristes, par le retard et parfois l’impossibilité d’éliminer toutes les zones d’ombre, reste victime d’une méfiance dont les traces sont bien visibles dans la mémoire comme dans l’historiographie. Les théories du complot continuent de contaminer l’interprétation des phénomènes de violences politiques des années 1970, qui apparaissent comme une matrice particulièrement importante dans la déstabilisation de l’État et de ses institutions. On observe un « pic de délégitimation » (Tolomelli, 2007, p. 250) dont l’importance n’est pas toujours soulignée : en effet, la désintégration des grands partis au début des années 1990, le caractère massif des affaires de corruption, ou la permanence du phénomène mafieux sont souvent privilégiés comme facteurs explicatifs27. La question de la légitimité de l’État rejoint celle, controversée, de « l’exception italienne », qui consisterait précisément en une carence de légitimité du pouvoir étatique, une virulence des oppositions politiques, et des « problèmes de légitimation à l’intérieur du système politique » (Di Nucci et Galli della Loggia, 2003, p. 10), au moins depuis l’Unité italienne. Or, si cette prétendue carence de légitimité propre au système politique italien a souvent été désignée comme facteur explicatif des violences politiques dans le pays (Ceci, 2013, p. 120), on doit souligner que les « années de plomb » ont été lourdes de conséquences. Une fois estompé le moment de la peur et de la vigilance, l’urgence liée à la prégnance de la menace terroriste laisse place au déclin des mouvements collectifs et à une délégitimation des utopies révolutionnaires, sans assécher pour autant les sources de la méfiance à l’égard du monde politique italien, qui nourrit toujours une partie des dynamiques politiques contemporaines, des rhétoriques du « renouveau » à « l’antipolitique » (Lupo, 2013). Le Movimento 5 Stelle se revendique par exemple comme un « non-parti » à l’écart des médias de masse, modèle de démocratie directe transparente, construit à partir de la méfiance à l’égard du système politique, partisan et médiatique.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1971, L’État massacre... [La Strage di Stato], Paris, Éditions Champ libre.

Aron Raymond, 1967, Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard.

Boquet Damien et Nagy Piroska, 2011, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales. Langues, Textes, Histoire, vol. 61, p. 5-24.

Boucheron Patrick, 2013, Conjurer la peur : Sienne, 1338, Paris, Seuil.

Briquet Jean-Louis, 1997, « La fin de l’anomalie italienne ? », Politique à l’italienne, I. Diamanti et M. Lazar éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 31-42.

Camps Victoria, 2011, El gobierno de las emociones, Barcelone, Herder.

Ceci Giovanni Mario, 2013, Il terrorismo italiano : storia di un dibattito, Rome, Carocci editore.

Colarizi Simona, 2010, « Une introduction aux années de l’inquiétude », L’Italie des années de plomb : le terrorisme entre histoire et mémoire, M. Lazar et M.-A. Matard-Bonucci éd., Paris, Autrement, p. 127-131.

Crainz Guido, 2003, Il paese mancato : dal miracolo economico agli anni ottanta, Rome, Donzelli.

Della Porta Donatella et Rossi Maurizio, 1984, Cifre crudeli : bilancio dei terrorismi italiani, Bologne, Istituto di studi e ricerche Carlo Cattaneo.

Deluermoz Quentin, Fureix Emmanuel, Mazurel Hervé et Oualdi M’hamed, 2013, « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’histoire du xixe siècle, vol. 47, no 2, p. 155-189.

Di Nucci Loreto et Galli della Loggia Ernesto, 2003, Due nazioni : legittimazione e delegittimazione nella storia dell’Italia contemporanea, Bologne, Il Mulino.

Dondi Mirco, 2015, L’eco del boato : storia della strategia della tensione, 1965-1974, Rome-Bari, Laterza.

Eco Umberto et Violi Patrizia, 1976, « La controinformazione », La stampa italiana del neocapitalismo, N. Tranfaglia et V. Castronovo éd., Rome-Bari, Laterza, p. 97‑172.

Franceschini Alberto et Fasanella Giovanni, 2005 [2004], Brigades Rouges : l’histoire secrète des BR racontée par leur fondateur, Paris, Éditions du Panama.

Franzinelli Mimmo, 2008, La sottile linea nera : neofascismo e servizi segreti da piazza Fontana a piazza della Loggia, Milan, Rizzoli.

Giannuli Aldo, 2008, Bombe a inchiostro, Milan, Rizzoli.

Janssen Thierry, 2011, Le défi positif, Paris, Les liens qui libèrent.

Lettieri Carmela, 2008, « L’Italie et ses Années de plomb. Usages sociaux et significations politiques d’une dénomination temporelle », Mots. Les langages du politique, no 87, p. 43-55.

Lupo Salvatore, 2013, Antipartiti : il mito della nuova politica nella storia della Repubblica (prima, seconda e terza), Rome, Donzelli.

Panvini Guido, 2009, Ordine nero, guerriglia rossa : la violenza politica nell’Italia degli anni Sessanta e Settanta, 1966-1975, Turin, Einaudi.

Rayner Hervé, 2008, « Les théories du complot dans les interprétations du terrorisme en Italie : la prégnance du point de vue cryptologique », Terrorismes : l’Italie et l’Allemagne à l’épreuve des années de plomb (1970-1980), réalités et représentations du terrorisme, G. Gargiulo et O. Seul éd., Paris, Michel Houdiard, p. 162-193.

— 2010, « Protéger, subir et réprimer : la délicate “gestion” du terrorisme par l’État italien durant les “années de plomb” », L’Italie des années de plomb : le terrorisme entre histoire et mémoire, M. Lazar et M.-A. Matard-Bonucci éd., Paris, Autrement, p. 36-49.

Ribot Théodule, 1896, La psychologie des sentiments, Paris, Félix Alcan.

Robin Corey, 2006, La peur : histoire d’une idée politique, Paris, Armand Colin.

Sabbatucci Giovanni, 1999, « Il golpe in agguato e il doppio Stato », Miti e storia dell’Italia unita, G. Belardelli, L. Cafagna, E. Galli della Logga et G. Sabbatucci, Bologne, Il Mulino, p. 203-216.

Scoppola Pietro, 2006, « Aspetti e momenti dell’anticomunismo », L’ossessione del nemico : memorie divise nella storia della Repubblica, A. Ventrone éd., Rome, Donzelli, p. 71-78.

Sommier Isabelle, 2010, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux », Penser les mouvements sociaux, O. Fillieule, I. Sommier et É. Agrikoliansky éd., Paris, La Découverte, p. 185-202.

Tétu Jean-François, 2004, « L’émotion dans les médias : dispositifs, formes et figures », Mots. Les langages du politique, no 75, p. 9‑20.

Tolomelli Marica, 2007, Terrorismo e società : il pubblico dibattito in Italia e in Germania negli anni Settanta, Bologne, Il Mulino.

Tranfaglia Nicola, 1997, « Un capitolo del doppio stato. La stagione delle stragi e dei terrorismi », Storia dell’Italia Repubblicana. L’Italia nella crisi mondiale : l’ultimo ventennio, F. Barbagallo éd., Turin, Einaudi, p. 5-80.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier les deux évaluateurs ou évaluatrices anonymes, ainsi que Marie-Anne Matard-Bonucci, pour leur lecture exigeante.

2 Les années 1970 ont été dans le même temps marquées par d’« extraordinaires progrès sociaux » (Panvini, 2009, p. 5).

3 Certains vont jusqu’à parler d’un emotional turn (Deluermoz et al., 2013, les auteurs présentant cette expression comme largement exagérée).

4 Quentin Deluermoz et al. (2013) soulignent que la nouveauté de l’histoire des émotions réside moins dans un renouvellement des sources que dans un renouvellement des problématiques.

5 La télévision publique a été laissée de côté en raison de la difficulté d’accès aux archives. Pour les émissions antérieures à 1980, les matériaux ne sont ni numérisés ni accessibles dans les succursales italiennes de la RAI.

6 Archivio Centrale dello Stato (ACS), Ministero dell’Interno (MI), Gabinetto (GAB), rapports préfectoraux, 1969-1970, b. no 420.

7 Ibid., b. no 16. Ferrara, décembre 1969 - mars 1970.

8 À propos de ce colloque, se reporter au texte intégral, que nous ne pouvons analyser en détail [en ligne], [URL : http://www.stragi.it/la_guerra_rivoluzionaria/index.htm], consulté le 12 juin 2016.

9 Enrico de Boccard, « Lineamenti ed interpretazione storica della guerra rivoluzionaria » [en ligne], [URL : http://www.stragi.it/la_guerra_rivoluzionaria/01.htm#Lineamenti%20ed%20interpretazione%20storica%20della%20guerra%20rivoluzionaria], consulté le 12 juin 2016.

10 « Sgomento in città », Il Corriere della Sera, 14 décembre 1969.

11 ACS, MI, GAB, Ordine e sicurezza pubblica (OP), 1971-1975, b. no 7.

12 Archives privées du groupe Fiat, Turin.

13 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 21.

14 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 65.

15 Des études de cas sur les journalistes, les universitaires, les policiers pourraient enrichir ce tableau, mais les monographies précisant les conséquences sociales concrètes de la terreur manquent (Ceci, 2013, p. 327).

16 ACS, MI, GAB, rapports préfectoraux, 1976-1980, b. no 381.

17 Le nombre de demandes de port d’armes passe de 80 000 en 1972 à 150 000 en 1974 et le nombre de gardes employés par des sociétés de sécurité augmente de 15 000 à 27 000 entre les mêmes dates selon un article du quotidien Il Secolo XIX du 17 avril 1977, « Democrazia anti crimine ».

18 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 84.

19 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. no 65.

20 MI, GAB, Segreteria speciale, Raccolte speciali : caso Moro, b. no 8.

21 ACS, MI, GAB, rapports préfectoraux, 1971-1975, fasc. 15800/1-11.

22 ACS, MI, GAB, rapports préfectoraux, 1976-1980, b. 378.

23 ACS, MI, GAB, OP, 1976-1980, b. 42.

24 Ibid.

25 Cette vulgate est critiquée efficacement par Giovanni Sabbatucci (1999) qui objecte notamment que l’élimination de Moro ne pouvait avoir pour effet d’arrêter le processus d’association du PCI au pouvoir. Au contraire, le gouvernement d’Andreotti a obtenu le vote de confiance des communistes le jour même de l’enlèvement de Moro.

26 Les procès-verbaux de la Commissione parlamentare d’inchiesta sulla strage di via Fani, sul sequestro e l’assassinio di Aldo Moro e sul terrorismo in Italia sont depuis peu accessibles en ligne : [URL : http://www.fontitaliarepubblicana.it/DocTrace/#home?q=%20projectid:13&page=1&per_page=10], consulté le 12 juin 2016.

27 Ces éléments sont souvent présentés comme caractéristiques d’une « anomalie italienne » caractérisant le rapport au politique en Italie, même si cette notion elle-même peut être critiquée (Briquet, 1997).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Se méfier de la police. Tract du Parti radical, 1976, Archivio Centrale dello Stato, Rome, publication autorisée par le ministère des Affaires culturelles (no 1403/2016)
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire Le Quang, « La méfiance dans l’Italie des « années de plomb », entre peur et vigilance démocratique (1969-1981) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 31 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/6706 ; DOI : 10.4000/traces.6706

Haut de page

Auteur

Grégoire Le Quang

Doctorant, EA 1571 Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés, Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page