Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’histoire économique est-elle morte ?

Pour une histoire interprétative

An appeal for an interpretive history
Francesco Boldizzoni
Traduction de Guillaume Calafat
p. 177-184

Résumés

Dans ses remarques conclusives, Francesco Boldizzoni discute les trois problèmes soulevés par les commentateurs et commentatrices, à savoir : la rationalité et la nature humaine ; les fondements sociaux et culturels du comportement économique ; et le problème de l’historicisation, ou des relations entre histoire et théorie. Il en appelle à une approche interprétative comme seule façon de surmonter les limites des analyses néopositivistes.

Haut de page

Texte intégral

1Les commentaires qui précèdent ces quelques pages abordent de nombreux thèmes présents dans mon livre. On peut les ramener essentiellement à trois sujets : la question de la nature humaine et de la rationalité (Rouchier) ; les fondements socioculturels du comportement économique (Lemercier) ; et, enfin, le problème de l’historicisation. Ce dernier aspect, central par rapport aux thèses que j’ai cherché à soutenir, pose la question des rapports entre histoire et sciences sociales et, plus particulièrement, celle du rôle de la théorie économique et de ses instruments formels (Dherbécourt et Monnet). Faute de place, je ne peux revenir que sur certaines des remarques qui ont été formulées ici.

2Les batailles menées à l’aide de livres ont ceci de positif qu’elles obligent les chercheurs à envisager ce qu’ils pensent sous un autre angle. Ceux qui ont déjà pris leur parti se laissent rarement convaincre de rejoindre le camp opposé, mais ils sont tout de même contraints d’affûter leurs arguments. Pour être aisément compréhensible, le message de ces livres doit être clair, au prix parfois de quelques simplifications nécessaires. Le paysage historiographique a changé depuis la parution de The Poverty of Clio il y a cinq ans de cela. Aux États-Unis, la « Grande Récession » alimente à nouveau la flamme du matérialisme historique, quasi éteinte, on le sait, depuis l’époque de la Red Scare, la « peur du Rouge » (Lipartito, 2016, p. 112 et suivantes). La « nouvelle histoire du capitalisme américain », une approche critique liée à des centres de recherche d’Harvard, de Cornell et de la New School, a rapidement étendu son influence, grâce à l’indéniable talent de certains de ses représentants qui parviennent à se tailler une place sur la scène médiatique (Schuessler, 2013). En Europe, les moyens précaires dont dispose la recherche dans les sciences humaines et la fragmentation de l’espace intellectuel semblent empêcher l’émergence d’initiatives de renouvellement radical. Toutefois, il est surprenant qu’un livre universitaire comme le mien ait pu susciter un tel intérêt, de la Norvège à l’Espagne, de l’Islande à la Hongrie. L’édition espagnole, sortie en 2013, est aujourd’hui lue et utilisée dans les cours des universités latino-américaines. Cela m’a conduit à élargir mes centres d’intérêt, et à considérer en effet que l’avenir de l’histoire économique se joue désormais à l’échelle globale (Boldizzoni et Hudson, 2016).

3Je ne suis pas du tout sûr que l’opposition entre « primitivisme » et « modernisme » soit devenue stérile ; certes, ces termes le sont sûrement. Le concept de primitivisme est, en soi, dépréciatif. L’idée qu’il existe une telle approche pour étudier les sociétés (du passé et du présent) a d’ailleurs été diffusée par ses détracteurs, à savoir les partisans du formalisme anthropologique, avant la Seconde Guerre mondiale et les grands débats sur la modernisation. Le « primitiviste » est coupable de croire que les sociétés évoluent dans le temps ; c’est-à-dire que deux sociétés ou plus peuvent présenter des caractéristiques diverses, en raison, entre autres, du stade de différenciation fonctionnelle dans lequel elles se trouvent. Je n’ai jamais affirmé – et je ne vois vraiment pas comment on peut l’inférer à partir de ce que j’ai écrit – que certains systèmes économiques seraient encastrés (embedded) dans la structure sociale qui les a produits, tandis que d’autres en seraient désencastrés (disembedded). L’encastrement (embeddedness) est un phénomène universel. Cela ne signifie pas pour autant que toutes les économies sont identiques. Ce qui change, bien évidemment, c’est la relation à des systèmes de valeurs différents, outre les diverses circonstances matérielles. Il est ainsi indéniable que, dans les sociétés occidentales des deux derniers siècles, l’activité économique a pris une importance sociale sans précédent. Aujourd’hui, les jeunes gens prometteurs qui souhaitent réussir s’inscrivent dans une école de commerce pour faire des affaires à la City ou à Singapour ; au xie siècle, ils seraient partis combattre avec les croisés pour se couvrir d’honneurs et de gloire à Jérusalem.

4Le triptyque réciprocité-redistribution-échange dont parle Karl Polanyi fonctionne aussi bien à notre époque que dans l’Europe du Moyen Âge. En revanche, la place de tel ou tel aspect diffère radicalement en fonction des périodes. Quelle partie de la richesse produite est échangée sur les marchés ? Quelle part est en revanche distribuée d’une autre manière ? L’existence de marchés ne suffit pas pour parler d’une économie de marché. Ces marchés doivent former un système ; ils doivent être partie intégrante d’un mode de production : le capitalisme moderne. Il convient d’ajouter « moderne », car « capitalisme » n’est pas une catégorie statique. Excepté le principe d’accumulation, en effet, le capitalisme industriel et le capitalisme postindustriel ont peu de choses en commun avec le capitalisme des marchands d’épices de Gênes et de Bruges. Certes, on peut trouver d’apparentes similarités entre les époques. On observe aujourd’hui comme au Moyen Âge, par exemple, des résistances (de plus en plus faibles en réalité) qui empêchent de traiter le travail comme s’il s’agissait d’une simple marchandise. Or, il est important d’observer les différences : ces résistances sont-elles dues à des liens féodaux ou bien à des mécanismes de protection syndicale ? Huit siècles de changement social ne sont pas sans laisser des traces.

5La « nouvelle sociologie économique » a raison de montrer, aux États-Unis comme en France, que les prix et les salaires sont des constructions sociales, de même que le sont les incitations monétaires et non monétaires. Les choix économiques ne sont pas conditionnés par des réflexes pavloviens. Il est cependant tout aussi important d’admettre que tous les processus sociaux sont des processus historiques. En d’autres termes, la rationalité humaine, au-delà de ses nombreuses limites et imperfections de nature cognitive, s’exprime de manière variée en fonction des coordonnées culturelles de chaque lieu et de chaque espace. C’est un point que l’école durkheimienne avait clairement en tête ; et ce n’est pas un hasard si la sociologie et l’anthropologie ont quasi fusionné sous la splendide plume de Marcel Mauss. Dans ce domaine également, on peut sans doute tirer des leçons du passé.

6J’espère, à ce stade, avoir levé les doutes sur le fait que ma conception de l’histoire est une conception dynamique. Comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement pour une discipline qui a précisément pour objet le temps, le temps social ? L’étude du changement – lent mais inexorable – est aussi importante que celle de la continuité dans la durée. L’erreur consiste plutôt à réduire la dynamique historique à la « performance ». Il s’agit d’un problème crucial, étroitement lié à la question de la comparaison. Il me semble qu’il est trompeur d’affirmer la nécessité de trouver une unité de mesure commune pour comparer des réalités différentes. Nous devrions nous demander d’abord pourquoi nous voulons comparer le PIB ou les niveaux de vie d’économies lointaines dans le temps et l’espace, avant de réfléchir à la faisabilité même de cet exercice. Autrement dit, quel est l’enjeu de la comparaison ? Certes, nous pouvons vouloir comprendre les causes du développement ou les raisons d’un supposé « retard ». Mais sommes-nous certains que toutes les sociétés partagent la même conception du développement ? Et sommes-nous sûrs que cela ait du sens d’étudier ce processus comme s’il s’agissait d’une espèce de concours où il faut arriver en tête ? Pour Marc Bloch, la comparaison requiert « une certaine similitude entre les faits observés » et « une certaine dissemblance entre les milieux où ils se sont produits » (1928, p. 17). Comparons-nous des phénomènes qui sont identiques selon nos propres critères ou qui le sont aux yeux des sociétés qui les éprouvent ? Pour éviter de procéder à un exercice arbitraire et mal construit, la comparaison ne peut se faire qu’après avoir accompli un acte interprétatif préliminaire destiné à saisir la signification que les actions et les processus historiques revêtent pour les acteurs, plutôt que pour l’observateur extérieur. On ne peut donc pas comparer l’incomparable.

7À ce titre, il faut souligner le rôle fondateur des études sur la culture dans les sciences de l’homme. Comme l’écrit Clifford Geertz, « l’homme est un animal suspendu dans des toiles de signification qu’il a lui-même tissées ». Pour autant, l’analyse historique et sociale ne devrait pas être une « science expérimentale en quête de loi mais […] une science interprétative en quête de sens » (1998, § 5). De ce point de vue, en lisant l’histoire des sociétés à la lumière de leur système de valeurs, il apparaît clairement que l’absence d’une croissance économique soutenue n’indique pas toujours un « échec » ; que développement, industrialisation et modernisation suivent des trajectoires plurielles et diversifiées ; et que, pour certains groupes humains, avant l’arrivée des colonisateurs, l’adaptation optimale à l’écosystème avait rendu superflues certaines de ces transitions. En somme, bien que les processus historiques possèdent une logique propre, les catégories mises au point par la théorie économique et sociale occidentale durant les deux derniers siècles ne sont ni objectives ni véritablement universelles (Latour, 1991 ; Connell, 2007).

8Quel rôle peuvent alors jouer la statistique, l’économétrie et les mathématiques pour une science sociohistorique en quête de sens et non de lois ? La réponse est simple : un rôle complémentaire, auxiliaire ; mais jamais un rôle explicatif. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’arriver à un rejet total des régularités statistiques, comme un courant de la microhistoire paraît avoir voulu le faire il y a trente ans, abandonnant d’ailleurs l’histoire économique à son sort. Le « paradigme indiciaire » de Carlo Ginzburg (1980), avec ses « signes » et ses « traces » à déchiffrer avec patience, ne permet de saisir qu’un aspect de ce que devrait être le travail historiographique. À mes yeux, l’interprétation est une étape essentielle pour formuler correctement les problèmes historiques. Or, dans de nombreux cas, surtout lorsque nous ne travaillons pas sur l’histoire des idées, la dimension quantitative des phénomènes et leur récurrence ont également leur importance.

  • 1 L’esprit de ces années est très bien saisi dans l’excellent volume de George Steinmetz (éd., 2005)

9Certes, l’économétrie se fonde sur la statistique, mais elle n’est pas la statistique. La statistique nous enseigne à repérer des tendances, à calculer une fréquence ou à effectuer un échantillonnage. Bien entendu, aucune de ces opérations, qui visent à la description ou à l’inférence, n’est complètement neutre. Même s’il y a toujours une marge d’arbitraire de la part du chercheur, celle-ci est généralement réduite. On peut choisir d’interpoler une série de données avec une droite ou une polynomiale et, dans ce dernier cas, il faudra décider quel type de fonction utiliser. Mais les données de départ ne changeront pas. Une série de prix du blé sera toujours là : personne ne l’aura altérée. La marge de manœuvre laissée au chercheur concerne uniquement le moyen le plus efficace de faire apparaître certaines caractéristiques. Avec l’économétrie, en revanche, on entre dans un champ complètement différent. Le chercheur renonce à interpréter les données et se fie plutôt au résultat d’une régression. À certains égards, il s’agit du triomphe d’un idéal que je qualifierais volontiers de « néopositiviste ». Pour les positivistes du xixe siècle, la réalité était un phénomène extérieur au chercheur, dotée d’une existence objective, qu’il fallait traiter avec une certaine distance voire une certaine froideur. Pour leurs héritiers contemporains, en revanche, il faut soigneusement éviter de la comprendre et s’en remettre à la technique pour l’expliquer. La technique fait tout. En ce sens, l’économétrie se marie bien avec l’empirisme de tradition anglo-américaine. Il n’est dès lors guère surprenant – alors qu’il s’agit pourtant d’un produit d’importation – que l’économétrie ait atteint son apogée aux États-Unis dans la période de l’après-guerre1.

10L’économétrie peut être utile à deux conditions : a) utiliser de « vraies » données, ce qui n’est pas courant ; b) aborder des questions bien circonscrites. Par exemple, nous sommes déjà raisonnablement certains qu’un phénomène particulier (par exemple, l’augmentation du taux de chômage sur un trimestre) est explicable par les facteurs x1, x2, x3 ; mais nous ne savons pas dans quelle proportion. Si l’on dispose de données relatives à x1, x2, x3, il est possible, en appliquant certaines techniques statistiques, d’avoir une idée plus précise à leur sujet. En théorie, nous devrions également nous rendre compte, à partir de ces résultats, si nous avons oublié de considérer quelques explications alternatives.

11En réalité – et en particulier dans le travail historique – nous ne nous trouvons jamais face à des problèmes aussi simples. Nous voudrions, par exemple, savoir quelle est la relation entre éthique protestante et révolution industrielle. Il s’agit de questions de nature qualitative, qu’il est absurde de prétendre vouloir « opérationnaliser ». Comment les cliomètres font-ils donc pour traduire en termes quantitatifs un problème de ce genre ? Ils le font en recourant à ce que l’on appelle les proxy variables (variables d’approximation). On cherche ainsi des « synonymes quantitatifs » à substituer aux variables « éthique protestante » et « révolution industrielle », comme, par exemple, le nombre d’églises réformées ou le nombre de fidèles, d’un côté, et le taux de croissance du produit brut de l’autre. Malheureusement, les gouvernements du xviiie siècle n’avaient pas l’habitude de calculer leur produit brut. On ne dispose donc pas de données précises. Nos chercheurs devront donc soit fabriquer eux-mêmes les estimations sur la richesse nationale (dans le meilleur des cas, en partant d’informations statistiques très fragmentaires ; dans le pire des cas, au moyen de techniques de projection régressive), soit remplacer cette variable d’approximation par une approximation encore plus indirecte. On a ainsi pensé utiliser les données sur la population urbaine en partant du principe que la croissance démographique reflète la croissance économique. Comme on le sait, cependant, il s’agit d’un principe tout à fait discutable ; et dans certains cas, absolument faux. En fin de compte, les données sur lesquelles se fonde la régression auront peu ou rien à voir avec la question de départ. Le choix sera, à ce titre, complètement arbitraire. La régression pourra même s’avérer techniquement parfaite. Un coefficient nous dira que le phénomène « révolution industrielle » est expliqué à 99,9 % et qu’il n’est pas nécessaire de mobiliser d’autres variables. Mais quelle est la validité intellectuelle d’un tel exercice ?

  • 2 Voir sur ce point Boldizzoni (2015).

12L’économétrie se révèle donc être un instrument puissant, dès lors qu’il s’agit de répondre à des questions qui intéressent somme toute assez peu l’historien ; mais elle devient souvent complètement inutile dès qu’il s’agit de penser de manière intéressante et complexe les problèmes historiques que nous tâchons d’aborder. Quant à la théorie des jeux, appliquée surtout pour l’analyse institutionnelle, elle représente en soi un champ particulier. Cet usage des mathématiques – une mathématique purement qualitative d’ailleurs – est axiomatique et conduit à affirmer des vérités de principe. Par exemple, on dit qu’une société fondée sur l’individualisme est plus efficace qu’une société de type collectiviste. Ce recours à la logique formelle a, sans conteste, de l’élégance, et je comprends qu’il puisse susciter de la curiosité et de l’intérêt dans la patrie de Descartes. Mais il est privé de tout fondement empirique (il invoque l’existence de covering laws à la Hempel) et trahit une conception naturaliste des systèmes économiques et sociaux. Pourquoi a-t-il tant de succès ? Est-ce en raison de l’absence proverbiale de sens historique chez les spécialistes de sciences sociales américains ? Pas seulement. Comme l’économétrie, la théorie des jeux se prête elle aussi à un usage idéologique. L’apparente objectivité mathématique et la précision feinte rendent inattaquable cette idéologie en lui conférant un vernis d’objectivité. La charge antimusulmane d’Avner Greif (2006) serait beaucoup moins efficace, du point de vue rhétorique, si elle ne se retranchait pas derrière la force d’un théorème mathématique. La défense que Daron Acemoglu et James A. Robinson (2012) font de l’ordre atlantique et de ses « institutions inclusives », au moment même où la stratégie géopolitique de Washington se trouve en crise, jouirait d’un crédit sans doute mineur si elle n’émanait pas de deux spécialistes de la régression, convaincus que la société est une espèce de laboratoire de chimie2. C’est là le message principal de mon livre, un message qui risque d’être brouillé si l’on ne se focalise que sur tel ou tel détail.

13Pour conclure, j’aimerais demander aux plus sceptiques de mes commentateurs : pensez-vous vraiment que rechercher une voie médiane ou tenter de nouer un dialogue avec un paradigme né du scientisme de l’après-guerre et désormais largement compromis dans le néolibéralisme puisse permettre de renouveler l’histoire économique ? Vous me demandez pour quelles raisons j’ai choisi d’accorder tant de place au courant des Annales, des années 1950 aux années 1970. Je mentionnais, au début de ce texte, la nécessité d’adresser un message clair à un lectorat international. Tout le monde connaît l’école des Annales. Or, aujourd’hui, à Paris, on s’attache plutôt à discuter les thèses de Greif et d’Acemoglu – certes de manière très critique et subtile. Les travaux des économistes parisiens sont très sophistiqués, à la fois pleins de prudence et de nuances. Toutefois si, en 2016, vous demandez à un chercheur chinois ou indien quels sont les principaux apports des sciences sociales françaises, que pensez-vous qu’il vous répondra ?

14Il est vrai que le monde a changé. Après la fin de la guerre froide, l’hégémonie culturelle américaine est devenue de plus en plus prégnante : il n’est pas facile de se faire entendre dans un monde qui parle anglais si l’on n’adopte pas la langue du pouvoir. Ceux qui ont tenté d’emprunter une voie originale, à l’instar de l’école de la régulation (Aglietta, 1997), ont inévitablement été qualifiés d’hétérodoxes. Thomas Piketty a eu plus de succès, mais surtout parce qu’il écrit sur un thème – l’inégalité – qui est d’une dramatique actualité aux États-Unis. Il n’existe aucune solution simple au problème des rapports de force internationaux dans le domaine de la production intellectuelle. Je crois néanmoins qu’il ne faut pas se contenter de gloser, ni renoncer à produire des paradigmes pour adapter et perfectionner des idées ou outils analytiques importés d’outre-Atlantique. Pierre Nora a récemment évoqué une « provincialisation nationale » de la vie intellectuelle française (Le Figaro, 26 mai 2015). C’est comme si vingt ans en arrière, avec la mort de celui qui fut sans doute son ultime monarque, la France avait enterré toute ambition de mener une véritable politique culturelle. C’est une situation qui ne peut que préoccuper et attrister le voisin bienveillant que je suis.

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu Daron et Robinson James A., 2012, Why Nations Fail : The Origins of Power, Prosperity, and Poverty, New York, Crown Publishers.

Aglietta Michel, 1997 [1976], Régulation et crises du capitalisme, Paris, Odile Jacob.

Bloch Marc, 1928, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, vol. 46, p. 15-50.

Boldizzoni Francesco, 2015, « Politics and the neutralization of history : A reply », Journal of the Philosophy of History, vol. 9, no 1, p. 41-50.

Boldizzoni Francesco et Hudson Pat, 2016, « Global economic history : Towards an interpretive turn », Routledge Handbook of Global Economic History, F. Boldizzoni et P. Hudson éd., Londres, Routledge, p. 1-14.

Connell Raewyn, 2007, Southern Theory : The Global Dynamics of Knowledge in Social Science, Cambridge, Polity Press.

Geertz Clifford, 1998, « La description dense » [en ligne], Enquête, vol. 6, [URL : http://enquete.revues.org/1443], consulté le 24 mars 2016.

Ginzburg Carlo, 1980, « Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, no 6, p. 3-44.

Greif Avner, 2006, Institutions and the Path to the Modern Economy : Lessons from Medieval Trade, New York, Cambridge University Press.

Latour Bruno, 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Lipartito Kenneth, 2016, « Reassembling the economic : New departures in historical materialism », American Historical Review, vol. 121, no 1, p. 101-39.

Schuessler Jennifer, 2013, « In history class, capitalism sees its stock soar », New York Times, 7 avril, p. A1.

Steinmetz George éd., 2005, The Politics of Method in the Human Sciences : Positivism and Its Epistemological Others, Durham, Duke University Press.

Haut de page

Notes

1 L’esprit de ces années est très bien saisi dans l’excellent volume de George Steinmetz (éd., 2005).

2 Voir sur ce point Boldizzoni (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Boldizzoni, « Pour une histoire interprétative », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 27 février 2017. URL : http://traces.revues.org/6610 ; DOI : 10.4000/traces.6610

Haut de page

Auteur

Francesco Boldizzoni

Chercheur en histoire économique à l’Université de Turin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page