Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Autour de l’anthropologie linguistique de Charles Goodwin

L’écologie sémiotique de Charles Goodwin

Charles Goodwin’s semiotic ecology
Louis Quéré
p. 47-60

Résumés

Cet article propose d’éclairer les apports des travaux de Charles Goodwin à l’analyse de l’action et de la cognition situées. Il revient tout d’abord sur les circonstances dans lesquelles ces travaux ont été importés en France dans les années 1980, dans un contexte proprement interdisciplinaire, associant linguistes, sociologues, ergonomes, ayant en partage un intérêt pour l’organisation située des activités ordinaires et professionnelles. Dans un deuxième temps, je retrace l’évolution des principaux concepts proposés par Goodwin (configuration contextuelle, champ sémiotique, ressource sémiotique…), en revenant sur quelques-unes de ses publications majeures, avant de me focaliser sur les travaux les plus récents et l’émergence d’un principe de « sérialité ». Enfin, j’esquisse les contours d’une discussion des limites d’une telle approche sémiotique, en dialogue avec d’autres approches comme celles d’Ingold ou du pragmatisme.

Haut de page

Texte intégral

1Comment des sociologues français, formés par l’enseignement universitaire de la sociologie dans les années 1970, ont-ils pu s’intéresser aux recherches en anthropologie linguistique de Charles Goodwin dans les années 1980 ? Le phénomène paraît étonnant, tant la sociologie française de l’époque était encore quadrillée d’un côté par les écrits du quatuor Boudon-Bourdieu-Crozier-Touraine, de l’autre par les approches issues du marxisme et notamment du structuralisme marxiste (Poulantzas, Castells…). Il s’explique finalement par l’entremêlement de trois « aventures intellectuelles » de l’époque : celle de la découverte de l’ethnométhodologie et de l’analyse de conversation par un groupe pluridisciplinaire à l’EHESS, dont je faisais partie ; celle du développement, autour d’Isaac Joseph, à l’université de Lyon 2 et au Plan urbain, d’une anthropologie urbaine fortement inspirée de l’œuvre d’Erving Goffman ; celle enfin du lancement, en 1985-1986, du réseau « Langage et travail », associant sociologues, linguistes, sociolinguistes et ergonomes dans l’étude des pratiques langagières au travail. Lorsque Isaac Joseph organise, avec Robert Castel et Jacques Cosnier, un colloque Goffman à Cerisy-la-Salle en juin 1987 (auquel participent plusieurs membres de ces trois groupes), il y invite Charles et Marjorie Goodwin, alors connus pour leurs travaux en analyse de conversation et en ethnographie urbaine. Je me souviens encore de l’émotion avec laquelle Charles a évoqué lors de la soirée d’ouverture de cette décade, dans le grenier du château, la mémoire de Goffman, dont l’influence (associée à celle de Harvey Sacks, Emanuel A. Schegloff et Gail Jefferson, ou encore celle de William Labov) a été importante dans l’apprentissage de la manière de penser et de travailler du couple. Quelques mois plus tard, Charles et Marjorie étaient de nouveau invités au colloque que nous organisions à l’EHESS sur « Analyse de l’action, analyse de la conversation ». L’année suivante, Michèle Lacoste et Claudine Dannequin réalisaient un long entretien avec le couple Goodwin, que la revue Langage et société a publié en 1989.

2Lorsque nous nous sommes lancés à l’EHESS, au milieu des années 1980, dans le recueil et l’analyse d’un corpus de conversations téléphoniques enregistrées dans des ménages, nous avons dû faire l’apprentissage des outils et de la méthode de travail de l’analyse de conversation et nous familiariser avec ses textes de référence, parmi lesquels figurait le livre de Goodwin Conversational Organization (1981). « L’analyse conversationnelle, expliquait-il à Michèle Lacoste et Claudine Dannequin, permet d’examiner des processus d’action dynamiques tout en conservant la temporalité comme composante essentielle, responsable des phénomènes que les participants eux-mêmes considèrent comme pertinents par rapport à leur activité effective » (Lacoste et Dannequin, 1989, p. 87). Quant à la démarche, elle consiste à découvrir des phénomènes analytiques intéressants dans les données, puis à les examiner de près à l’aide de transcriptions, cet examen détaillé conduisant le plus souvent à modifier les idées de départ et à reformuler ses concepts et ses distinctions conceptuelles.

3Notre groupe comprenait des sociologues, des linguistes et des sociolinguistes : Bernard Conein, Renaud Dulong, Michel de Fornel, Bernard Fradin, Jean-Marie Marandin, Patrick Pharo et moi-même. Michel de Fornel s’intéressait plus particulièrement à un thème qui occupait une place importante dans les recherches de Goodwin (par exemple, Fornel, 1987) : les gestes comme ressources pour l’organisation de l’orientation mutuelle, pour reprendre le titre d’un de ses articles (Goodwin, 1986). Cette prise en compte des gestes, et plus largement du comportement non verbal (la gestion du regard en particulier : orientation, captation, évitement, contact oculaire, etc.), nous paraissait importante, car elle réintroduisait le corps agissant et le corps visible dans l’étude de la communication et permettait d’éviter de se focaliser sur les seuls échanges verbaux. Par la suite, Fornel recueillait un corpus de conversations visiophoniques, pour l’analyse duquel les méthodes mises au point par Goodwin (parallèlement à Christian Heath, voir par exemple son ouvrage de 1986) destinées à l’usage et au traitement d’enregistrements vidéo de conversations naturelles paraissaient incontournables. Un peu plus tard, Marc Relieu (1994) allait aussi s’en servir dans son enquête sur l’apprentissage des espaces publics urbains par des personnes malvoyantes.

4Pour ma part, je me suis intéressé, au début des années 1990, à l’analyse par le couple Goodwin de l’organisation interactive des évaluations (Goodwin et Goodwin, 1987, 1992 ; Quéré, 1995). Mais ce qui m’attirait le plus dans l’approche de Charles, c’était à la fois son ouverture d’esprit (par exemple, il ne semblait pas partager les préventions de nombre d’analystes de conversation vis-à-vis de Goffman) et la manière dont il insérait l’analyse de conversation dans une analyse de l’action et de l’interaction, en prenant notamment en compte les types d’activité (suivant la recommandation de Levinson, 1979). Sociologue issu de l’école tourainienne, je m’intéressais au premier chef à l’analyse de l’action, et, n’étant ni linguiste ni sociolinguiste, je n’avais aucune envie de devenir un spécialiste de l’analyse de conversation. L’approche de Goodwin ne rendait pas incongru un questionnement sociologique plus large, fortement marqué chez moi à l’époque par la lecture des Studies in Ethnomethodology (Garfinkel, 1967).

5En 1987 paraissait Plans and Situated Action de Lucy Suchman. Ce livre ouvrait, dans le sillage de l’ethnométhodologie et de l’analyse de conversation, d’un côté, de la critique phénoménologique de l’intelligence artificielle par Hubert Dreyfus, de l’autre, de nouvelles perspectives pour l’analyse de l’action et de la cognition, dans un contexte intellectuel marqué par la montée en puissance des sciences cognitives, dominées par une forme de néo-cartésianisme. Pour ma part, j’adhérais pleinement à ces perspectives anti-cartésiennes. Les travaux de Goodwin sur la visibilité des corps, sur la perception, sur l’organisation interactive du regard, sur la classification des couleurs, sur le travail des scientifiques et des experts, sur les émotions dans les activités situées, permettaient de les concrétiser dans des analyses empiriques très fouillées. J’y voyais aussi une validation et une démonstration empiriques de certaines intuitions de George H. Mead sur le caractère dynamique des transactions existant entre le corps agissant, les gestes et mouvements, la perception (toujours prise dans une activité déterminée) et l’environnement. Mais les intuitions de Mead étaient restées théoriques, et manquaient de validation empirique. À noter que toutes empiriques qu’elles fussent, les analyses de Goodwin n’étaient pas dépourvues d’idées théoriques : sur le contexte, sur les structures d’activité, sur les rôles, les formats et les statuts de participation, sur les modulations de l’engagement et de l’implication, ou sur la nature sociale de la cognition.

Une contribution originale à l’étude de l’action et de la cognition situées

6Je voudrais d’abord esquisser une évaluation de l’apport propre de Goodwin à l’étude de l’action et de la cognition. Son approche s’est complexifiée au fil du temps. Les articles récents de Goodwin vont bien au-delà de l’anthropologie linguistique, de la linguistique appliquée et de l’analyse de conversation. Ils s’attachent à comprendre les modalités spécifiques de la coopération dans l’action humaine. C’est une coopération médiatisée non seulement par des ressources sémiotiques, mais aussi par des objets, des outils et plus largement par un environnement matériel. L’analyse de l’action qu’il propose « prend en compte simultanément les détails de l’usage du langage, la structure sémiotique fournie par le monde matériel historiquement construit, le corps comme lieu évolutif pour faire voir le sens et l’action, et l’organisation, déployée dans le temps, de la conversation dans l’interaction » (Goodwin, 2000a, p. 1517 ; toutes les traductions sont de moi, sauf celle de « Seeing as a situated activity »). La préoccupation écologique s’est manifestement renforcée dans la pensée de Goodwin. Il s’est notamment penché sur les « écologies cognitives », et dans ses textes récents, il se réfère à l’anthropologie écologique de Tim Ingold. Il a aussi intégré les acquis des recherches sur les « communautés épistémiques » et les « communautés de pratiques ». C’est dans les années 1990 que Goodwin développe son cadre analytique propre, présenté dans des articles tels que « Professional vision » (1994), « Seeing in depth » (1995), « Transparent vision » (1996), « Seeing as a situated activity » (1997, avec Marjorie), « Practices of seeing » (2000b), « Action and embodiment within situated human interaction » (2000a), « Emotion within situated activity » (2000, avec Marjorie). L’article publié en 2013, traduit dans ce volume, « The co-operative, transformative organization of human action and knowledge », nous donne une idée précise de ce à quoi a abouti la complexification de sa pensée.

7« Seeing as a situated activity » donnait une bonne idée de ce que pouvait être une étude du travail dans une perspective ethnométhodologique, c’est-à-dire une étude portant sur des cours d’action réels en situation et sur les opérations concrètes qui y sont réalisées. L’article était consacré à l’analyse d’une activité spécifique – regarder/voir – dans un contexte professionnel particulier : la coordination des opérations au sol dans un aéroport. Les Goodwin y empruntaient leurs outils d’analyse non seulement à l’analyse de conversation, mais aussi à Erving Goffman (cadres de participation), à Edwin Hutchins (cognition distribuée), à la théorie de l’activité inspirée des théoriciens et psychologues soviétiques Alexis Leontiev et Lev Vygotsky, et à l’ethnographie des sciences. Dans leurs remerciements, ils disaient leur dette particulière à l’égard de Lucy Suchman, qui leur avait montré l’importance d’inclure les contextes matériels dans l’étude de l’action et de la cognition situées, et avec qui Charles a passé deux ans à Xerox Parc.

  • 1 Cette notion est elle-même empruntée aux travaux phénoménologiques d’Aron Gurwitsch (1957), sources (...)

8L’argument de « Seeing as a situated activity » était non seulement que la perception et, plus largement, les opérations cognitives prennent place dans un cours d’action plus large, médiatisé par une organisation sociale et par des dispositifs techniques, et sont informées par lui, mais aussi qu’elles sont le produit d’un « cours d’action local », qui génère temporellement des « configurations participant-outil-perspective-objet », garantes notamment d’une vision pertinente, et évolutive, de l’objet qui retient l’attention (Goodwin et Goodwin, 1997, p. 156). Goodwin introduira plus tard la notion de « configuration contextuelle », qui n’est pas sans évoquer les gestalt-contextures de Lawrence Wieder1 dans « Telling the code » (1974). Ce que l’analyse détaillée des données révèle, c’est que les « processus cognitifs, l’utilisation d’outils et l’organisation sociale » sont interdépendants (Goodwin et Goodwin, 1997, p. 155). Les auteurs soulignent en particulier la nécessité pour les opérateurs au sol de l’aéroport, pour accomplir leur travail, d’un côté, de juxtaposer des « perspectives pertinentes multiples », de l’autre, de suivre les changements de l’objet visé au fur et à mesure du déroulement, plus ou moins contingent, de l’activité, et de s’y ajuster. Cette approche avait déjà été esquissée dans « Professional vision », qui défendait l’idée que « voir » est un ensemble de pratiques situées, socialement organisées et historiquement constituées, notamment dans le cadre d’une profession, c’est-à-dire d’une « communauté de praticiens compétents », habilités à voir et à constituer de façon légitime certaines sortes d’événements (Goodwin, 1994).

9Écrit en 1998-1999, « Action and embodiment within situated human interaction » est un article plus théorique, quoique basé sur l’analyse de données empiriques. En proposant de considérer l’action en termes de « configurations contextuelles », composées d’un ensemble évolutif de « champs sémiotiques », Goodwin introduit des notions qui n’ont pas cours dans l’analyse de conversation. Les échanges verbaux sont abordés en tant que relevant d’activités conjointes plus larges, insérées dans leur environnement. La réalisation de ces activités requiert la juxtaposition d’une grande variété de « ressources sémiotiques », appartenant à des « champs sémiotiques » différents qui s’élaborent mutuellement dans le cours d’une interaction. Les « ressources sémiotiques » sont des signes, et les « champs sémiotiques » sont des systèmes de signes. Goodwin insiste sur la multiplicité de ces systèmes, y compris à l’intérieur du langage. Le corps lui-même est un champ sémiotique différencié, qui joue un rôle essentiel dans la détermination des cadres de participation et dans l’alignement des participants. Goodwin accentue ici son tournant à la fois sémiotique et écologique : il traite la structuration de l’environnement matériel lui-même comme un champ sémiotique, c’est-à-dire comme offrant plusieurs ressources sémiotiques publiquement accessibles. L’organisation séquentielle de l’interaction devient elle-même un « phénomène sémiotique ».

10Pourquoi cette sémiotisation de l’analyse de l’action et de la conversation ? Elle n’est pas due au seul fait que la linguistique est la discipline de rattachement de Goodwin. La raison en est plus fondamentale, et est à la base aussi bien de l’approche ethnométhodologique que de la microsociologie de Goffman : elle tient à la nécessité, lors d’une interaction en face à face, d’une manifesteté mutuelle du type d’activité engagé, des cadres et des statuts de participation, ainsi que des orientations respectives des participants. Il faut que ces paramètres de l’action engagée, qui évoluent au cours de l’interaction, soient produits conjointement, aient une visibilité publique et soient reconnaissables par chacun, et cela sans l’intervention de formulations discursives – on n’a affaire qu’à des embodied actions, qui ont une visibilité publique. De plus, dans une interaction, à chaque moment, les participants se montrent, ou se rendent sensibles les uns aux autres, les phénomènes pertinents pour l’organisation du cours d’action conjoint.

11Une telle visibilité publique des composantes d’un cours d’action procède, selon Goodwin, d’une lecture de signes. Ces signes, qui véhiculent des indications ou des informations, sont portés par des media, qui ont, chacun, leurs propriétés spécifiques. Goodwin les appelle des « champs sémiotiques ». Le langage en est un, le corps, un autre, l’environnement matériel encore un autre. Dans l’interaction, ces champs sémiotiques, qui sont différenciés (par exemple dans le cas du corps, entrent en jeu les regards, les gestes, les postures, les orientations, les rythmes, les sensations, les expressions d’affects), s’élaborent mutuellement.

12Les descriptions par Goodwin du dialogue tacite des corps dans l’interaction donnent un accès concret à ce qu’il entend par embodied action. Un de ses exemples est une dispute entre deux fillettes, Carla et Diana, qui jouent à la marelle, la première reprochant un saut incorrect à la seconde. Cette dispute n’est pas seulement verbale : les gestes et les postures y contribuent tout autant que le discours et ses modalisations (intonation, rythme, etc.). Les uns et les autres dessinent une configuration dont les éléments s’élaborent mutuellement :

À la différence de la parole, les gestes ne peuvent pas être entendus. En examinant les données, nous découvrons que Carla s’efforce de positionner les gestes de sa main pour qu’ils soient perçus par Diana. […] En poussant sa main, et le geste qu’elle fait, vers la figure de Diana, Carla tord son corps dans une configuration dans laquelle sa main, son bras et la partie supérieure de son torse sont réellement inclinés vers Diana. Le geste de Carla est ainsi organisé en référence à une configuration incarnée spécifique, qui inclut non seulement son propre corps mais aussi celui de sa destinataire. (Goodwin, 2000a, p. 1498)

13Ce sont les gestes, postures et mouvements corporels de Carla qui contribuent à faire de son intervention une expression d’indignation et une contestation de l’action précédente de sa camarade de jeu. De même, ce sont les mouvements corporels de Diana sur la grille dessinée au sol, et l’emplacement de ses pieds lors de l’atterrissage du saut, qui permettent de déterminer si elle suit ou pas les règles du jeu.

14Cet exemple nous permet aussi de comprendre ce qui conduit Goodwin à considérer l’environnement matériel comme un champ sémiotique. En effet, pour jouer à la marelle, il faut disposer d’une grille durable tracée sur le sol. Cette matérialité et cette stabilité visibles de la grille sont des éléments constitutifs du jeu, de même que la nature du sol. Elles sont nécessaires pour produire des comportements pertinents et dotés de sens, ainsi que pour évaluer ce qui compte pour des coups corrects et incorrects dans le jeu, ou encore pour catégoriser les événements qui s’y produisent. Entre notamment en ligne de compte la nature du support – le sol résistant comme medium –, qui permet de sauter d’une certaine façon (on ne saute pas sur le sol comme sur un trampoline). Goodwin insiste sur le fait que la grille tracée sur le sol constitue une « structure sémiotique » incorporée à un medium sur lequel on peut sauter : en effet, cette grille « fournit un cadre public pour la constitution de diverses classes d’action pertinentes dans le jeu (ratés, sauts réussis, etc.). Qui plus est, le medium dans lequel elle existe est crucial pour les types d’action spécifiques que les joueurs effectuent, tels que sauter d’une case à l’autre ou examiner visuellement les pieds du partenaire pour voir s’il n’a pas empiété sur une ligne » (ibid., p. 1505). La grille est à la fois un objet matériel, un outil perceptuel et un outil conceptuel.

15Dans « structure sémiotique » il y a structure. Pourquoi parler de structure ? Parce que, dans le jeu de la marelle par exemple, la grille au sol a bien, littéralement, une structure, donnée à la fois par le dessin et par le principe du jeu : elle est faite d’une série de petits carrés à parcourir dans un certain ordre. De ce fait, elle contribue à structurer et à ordonner l’activité du jeu, ce qui est impossible sans elle. Goodwin généralise l’argument : lorsqu’ils agissent et interagissent, « les participants utilisent un environnement construit, structuré sémiotiquement, comme composante constitutive des actions en cours » (p. 1508). Cependant, les ressources sémiotiques visibles ne sont pas des représentations, au sens où la grille de la marelle est bien « un espace vécu habité par des acteurs qui se meuvent en lui tout en utilisant la structure qu’il fournit pour accomplir les actions distinctives qui constituent le monde vécu de leur situation » (p. 1517).

16Il reste à expliquer ce que sont les « configurations contextuelles » invoquées par Goodwin. Le propre d’une configuration est que les éléments qui la constituent non seulement sont interdépendants, mais aussi s’élaborent les uns les autres dans le cadre d’une totalité changeante. Quels sont ces éléments ? Ce sont les champs sémiotiques, qui sont des systèmes de signes organisés dans un medium propre : l’échange verbal, le corps publiquement visible, la structure fournie par l’environnement matériel (ou par des artefacts cognitifs, tel le nuancier de Munsell utilisé par les archéologues), des systèmes d’activité façonnés historiquement (jouer à la marelle, préparer ou accueillir un vol d’avion, procéder à une recherche archéologique, etc.). Bref, les configurations contextuelles sont les ensembles diversifiés de signes auxquels les participants accordent leur attention pour faire ce qu’ils ont à faire dans la situation.

17Dans ces configurations Goodwin attribue un statut spécial au corps : il est « un champ dynamique, se déployant temporellement, qui manifeste une posture réflexive à l’égard des autres participants, de la conversation en cours et de l’action qui se déroule » (p. 1519). Il est aussi un champ sémiotique hétérogène, au sens où les gestes, les mouvements, les postures, les mimiques, les orientations, le rythme, etc., sont des signes ayant chacun leur spécificité. Il en va de même pour le contexte. Goodwin le conçoit comme « un processus dynamique, se déployant dans le temps », un processus « accompli à travers le réarrangement continu de structures dans la conversation, les corps des participants, les artefacts pertinents, les espaces, et les traits de l’environnement matériel qui retiennent l’attention des participants » (ibid.).

La sérialité comme dimension de la séquentialité

18« The co-operative, transformative organization of human action and knowledge » (Goodwin, 2013, traduit dans ce volume) se penche sur un phénomène particulier, peu abordé jusque-là : la reprise et la modification, pour accomplir une nouvelle action, d’un « substrat » public produit par des activités précédentes, c’est-à-dire, en termes plus généraux, la réutilisation, en les transformant, de ressources publiquement disponibles dans l’environnement, notamment celles produites par des actions et des acteurs antérieurs. Pour Goodwin, cette reprise transformatrice d’un « substrat » disponible est un trait distinctif de l’action humaine, permettant à la culture et à la connaissance d’être cumulatives. C’est un phénomène qui a lieu dans la conversation, lorsqu’un interlocuteur effectue des opérations transformatrices, par de simples modulations prosodiques, par exemple, sur un énoncé précédent émis par un autre (voir par exemple le « non » d’objection à ce qui a été dit dans un tour précédent ; voir aussi l’analyse de la capacité d’un quasi-aphasique de participer à une conversation). Mais le phénomène n’est pas limité à la conversation. En effet, on retrouve les mêmes opérations dans le travail d’archéologues qui convertissent, par des opérations successives appropriées, une différence de couleur dans le sol en données archéologiques, voire en objet d’une publication scientifique.

  • 2 La séquentialité renvoie à un principe fondamental de l’analyse de conversation, celui de la prise (...)

19On pourrait dire que Goodwin découvre une dimension nouvelle de la séquentialité2, que l’on peut appeler « sérielle ». Une série est plus qu’une simple succession ou qu’un enchaînement régi par la « pertinence conditionnelle » de l’analyse de conversation : dans une série, l’action est cumulative ; une action sort d’une autre et conduit par accumulation et transformation à une nouvelle action. Dans les termes de Goodwin : « L’action utilise comme input la structure et les ressources d’un substrat présent et produit comme output un nouveau substrat transformé, qui constituera le point de départ pour l’action suivante, et ainsi de suite » (supra, p. 35). Ce phénomène est bien sûr manifeste dans les interactions. Mais il l’est aussi dans la reprise et la transformation d’un substrat hérité d’actions et d’acteurs antérieurs. Ce substrat a pu être sédimenté historiquement ; il a pu être constitué par le travail de prédécesseurs et de générations antérieures. Par exemple, le nuancier de Munsell est lui-même le produit d’une histoire, celle de la production d’outils de classification systématique des couleurs. Utilisé comme outil par les archéologues, il rend possible le type d’activité auquel ils se livrent dans leur communauté de pratiques. Un archéologue pourra ainsi voir dans une différence de coloration du sol la trace d’un poteau soutenant une construction ancienne, notamment parce qu’il aura acquis l’« infrastructure » de pratiques et de savoir-faire (incluant l’usage d’outils spécialisés) propres à une communauté de spécialistes.

20Comme Goodwin l’explique, l’organisation de l’action procède par feuilletage ou stratification, ce qu’il appelle lamination : l’action « se compose de couches de différents types de matériaux sémiotiques » (supra, p. 26), que les participants peuvent réorganiser pour construire les actions subséquentes. C’est ce qui fait le caractère coopératif de l’action humaine : chacun reprend et transforme des matériaux produits par les autres, notamment des signes. À ce sujet Goodwin se réfère à Bakhtine, pour qui l’usage du langage est une appropriation personnelle de mots qui sont ceux des autres. L’approche de la « sérialité » de Goodwin confère ainsi une épaisseur historique à la perspective interactionniste, souvent critiquée pour en être dépourvue – il faudrait toutefois discuter plus en détail ses apports distinctifs par rapport à ceux d’autres perspectives, sensibles également à l’historicité des matériaux, des objets techniques et des signes.

Les limites d’une approche sémiotique de l’environnement

21Dans cet article de 2013, Goodwin reprend et développe sa conception sémiotique de l’environnement : celui-ci est un substrat constitué de multiples couches de signes publiquement accessibles, sur lesquelles les acteurs effectuent des opérations diverses et variées d’appropriation et de transformation. Il reprend à son compte certains apports de l’anthropologie écologique d’Ingold. Mais on peut penser qu’Ingold serait très réservé face à une telle sémiotisation de l’environnement, notamment parce qu’elle conduit à concevoir les objets comme inertes et à sous-estimer la contribution active de l’environnement à l’action et l’interaction. Dans un article intitulé « Toward an ecology of materials » (2012), Ingold soutient qu’il ne faut pas considérer les objets comme achevés une fois pour toutes, donc comme inertes. Ils sont un devenir, et il faut rendre compte de leur ontogenèse (il se réfère notamment à l’analyse des objets techniques par Gilbert Simondon) :

Nous ne devrions pas concevoir les propriétés des matériaux en termes d’attributs. Elles sont plutôt des histoires […]. Comprendre les matériaux c’est être capable de raconter leurs histoires – ce qu’ils font, et ce qui leur arrive, quand ils sont traités de différentes façons, dans la pratique même de travailler avec eux. […] « La matière est toujours déjà une historicité en cours. » […] Dans le monde phénoménal, chaque matériau est un devenir. (Ingold, 2012, p. 434-435)

22C’est précisément sur ce point que Tim Ingold critique Bruno Latour : les objets de ce dernier sont inanimés ou inertes ; ils sont dépourvus de devenir ; ils ne sont pas considérés en tant que choses qui adviennent dans des processus, des flux et des transformations. « Ce qui les met ensemble [dans le modèle de Latour] ce ne sont pas des mouvements ou un développement, ou des séquences de perception et de réponse, mais des effets interactifs dans un réseau d’effets qui s’étend à tout le champ d’action » (ibid., p. 436). C’est pourquoi l’écologie de Latour est en fait dépourvue d’énergies et de matériaux. Elle fait finalement abstraction de la matérialité des objets, et notamment de leur capacité à répondre d’une certaine manière, en fonction de leur structure, à ce qu’on leur fait ou fait avec eux.

23Le même reproche vaut-il pour Goodwin ? A priori non, car Goodwin est très attentif à la matérialité des choses et au façonnement des objets dans l’activité, mais il s’intéresse sans doute plus à la matérialité des signes qu’à celle des objets. On peut aussi penser qu’en traitant l’environnement comme un champ sémiotique, il privilégie les opérations d’indication et d’information, et il ne peut pas prendre en considération d’autres types d’opérations effectuées par l’environnement lui-même, ni la distribution des opérations et des énergies constitutives de l’action humaine sur l’organisme et l’environnement (Quéré, 2015).

24Une approche sémiotique fait des acteurs des producteurs et des lecteurs de signes. Mais la production et la lecture de signes ne sont finalement possibles que par leur association à un environnement non sémiotique. En eux-mêmes les signes sont impotents, et cela du fait de leur vague ou de leur généralité. Ce n’est que couplés à une expérience concrète, non sémiotique, qu’ils sont indicatifs ou informatifs. C’est ce que soulignait Charles S. Peirce concernant le langage :

Deux hommes se rencontrent sur une route de campagne. L’un dit à l’autre : « Cette maison est en feu. – Quelle maison ? – Eh bien, la maison à un mille à ma droite. » […] Le langage lui-même ne spécifie pas la maison. Mais la personne à qui l’on s’adresse voit où se tient le locuteur, reconnaît sa droite […], estime un mille […] et, regardant là, voit la maison […]. Ce n’est pas le langage seul, avec ses seules associations de similarité, mais le langage pris en connexion avec les associations expérientielles de contiguïté de l’auditeur, qui détermine pour lui de quelle maison on parle. Il est donc nécessaire, pour montrer ce dont nous parlons ou ce sur quoi nous écrivons, de mettre l’esprit de l’auditeur ou du lecteur en connexion réelle et active avec la concaténation de l’expérience […] dont nous nous occupons, et ensuite d’attirer son attention sur un certain nombre de points particuliers de cette concaténation et de les identifier. (Peirce cité dans Chauviré, 1995, p. 134)

25D’une certaine manière, l’accent mis par Goodwin sur l’élaboration réciproque des ressources sémiotiques dans une configuration contextuelle correspond à cette observation de Peirce. Mais celui-ci a davantage insisté sur les limites du pouvoir informationnel et cognitif des signes : ils ne font qu’apporter « un supplément d’information sur des objets déjà connus d’une autre façon » (Peirce, ibid., p. 137), à savoir par expérience ou par connaissance collatérales, « indépendantes de la sémiosis et antérieures à elle » (p. 138). « Par exemple je désigne du doigt ce dont je veux parler. Mais je ne peux faire que mon compagnon voie ce que je veux dire s’il ne peut le voir ou si l’objet, même vu de lui, ne se distingue pas pour son esprit des objets qui l’entourent dans son champ de vision » (ibid.).

26On peut dire aussi que les signes n’opèrent comme indications que dans des usages établis reposant sur des habitudes, un savoir-faire, la maîtrise de techniques ou d’un code culturel. Une girouette n’indique la direction du vent, ou un thermomètre les variations de température, que pour quelqu’un qui est familiarisé avec l’usage, culturel, de ce genre d’objet. La grille de la marelle n’a de sens défini que pour quelqu’un qui connaît l’existence du jeu, et elle a un sens différent pour celui qui sait simplement que c’est un support d’un jeu, pour celui qui sait jouer et pour celui qui est engagé dans le jeu. Les signes opèrent donc à travers des habitudes, et vice versa, tout simplement parce qu’ils sont déjà intégrés en elles et qu’elles sont intégrées en eux. Plus précisément, ils ne contribuent à l’organisation de l’action que pour autant qu’ils sont associés à d’autres éléments (informations, connaissances, engagements corporels, outils, etc.) dans des agencements déterminés, avec des « connexions réelles et actives ». D’une certaine manière il en va pour les signes comme pour les outils : ils ne sont des moyens réels de l’action et de l’interaction que pour autant qu’ils sont employés dans un faire effectif, où ils entrent en conjonction avec des regards, des gestes, des mouvements, des postures, des rythmes, des connaissances collatérales, et surtout des habitudes ; sinon ils ne sont que des moyens potentiels. En effet, comme l’explique John Dewey dans Human Nature and Conduct (1922), dans un faire effectif, les outils coopèrent, dans un agencement déterminé, avec des matériaux externes, qui ont une certaine texture, toujours singulière, et un certain mode de comportement en réponse à ce qu’on leur fait, ainsi qu’avec des énergies, des techniques, des connaissances, un savoir-faire et des habiletés gestuelles, pour produire un certain résultat visé. C’est cette « conjonction coordonnée » de choses hétérogènes qui, une fois mise au point et routinisée, forme l’art d’un professionnel. On peut penser que cela vaut aussi pour les signes.

27Ces réserves concernant la propension à tout sémiotiser mises à part (après tout Goodwin est linguiste !), je considère qu’il fait partie de ceux qui ont le plus et le mieux contribué à « instrumenter » l’analyse de l’action et de la cognition situées, et à lui donner les moyens lui permettant d’être empirique et pas seulement spéculative ou conceptuelle.

Haut de page

Bibliographie

Chauviré Christiane, 1995, Peirce et la signification, Paris, Presses universitaires de France.

Dewey John, 1922, Human Nature and Conduct, New York, Carlton House.

Fornel Michel de, 1987, « Sémantique et pragmatique du geste métaphorique », Cahiers de linguistique française, no 14, p. 247-253.

Garfinkel Harold, 1967, Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs (New Jersey), Prentice-Hall (Recherches en ethnométhodologie, traduction coordonnée par M. Barthélémy et L. Quéré, Paris, PUF, 2007).

Goodwin Charles, 1981, Conversational Organization : Interaction Between Speakers and Hearers, New York, Academic Press.

— 1986, « Gesture as a resource for organization of mutual orientation », Semiotica, vol. 62, no 1-2, p. 29-49.

— 1994, « Professional vision », American Anthropologist, vol. 96, no 3, p. 606-633.

— 1995, « Seeing in depth », Social Studies of Science, no 25, p. 237-274.

— 1996, « Transparent vision », Interaction and Grammar, E. Ochs, E. A. Schegloff et S. Thompson éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 370-404.

— 2000a, « Action and embodiment within situated human interaction », Journal of Pragmatics, no 32, p. 1489-1522.

— 2000b, « Practices of seeing. Visual analysis : an ethnomethodological approach », Handbook of Visual Analysis, T. Van Leeuwen et C. Jewitt éd., Londres, Sage, p. 157-182.

— 2013, « The co-operative, transformative organization of human action and knowledge », Journal of Pragmatics, no 46, p. 8-23.

Goodwin Charles et Goodwin Marjorie Harness, 1987, « Concurrent operations on talk : Notes on the interactive organization of assessments », IPrA Papers in Pragmatics, vol. 1, no 1, p. 1-52.

— 1992, « Assessments and the construction of context », Rethinking Context, A. Duranti et C. Goodwin éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 147-189.

— 1997, « La coopération au travail dans un aéroport », Réseaux, no 85, p. 129-162 (traduction par Pascale Joseph de « Seeing as a situated activity : Formulating planes » ; reprise sous le titre « Voir comme activité située : formuler des avions » dans Regards en action, J.-P. Thibaud éd., Grenoble, À la croisée, 2002, p. 113-156).

— 2000, « Emotion within situated activity », Linguistic Anthropology : A Reader, A. Duranti éd., Malden (MA), Blackwell, p. 239-257.

Gurwitsch Aron, 1957, Théorie du champ de la conscience, trad. M. Butor, Paris, Desclées.

Heath Christian, 1986, Body Movement and Speech in Medical Interaction, Cambridge, Cambridge University Press.

Ingold Tim, 2012, « Toward an ecology of materials », Annual Review of Anthropology, no 41, p. 427-442.

Lacoste Michèle et Dannequin Claudine, 1989, « Travaux en analyse de conversation. Entretiens avec Charles et Marjorie Goodwin », Langage et société, no 48, p. 81-102.

Levinson Stephen, 1979, « Activity types and language », Linguistics, no 17, p. 356‑399.

Quéré Louis, 1995, « L’opinion comme événement interactionnel », Modèles de l’interaction verbale, D. Véronique et R. Vion éd., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 23-44.

— 2015, « Retour sur l’agentivité des objets » [en ligne], Occasional Papers du CEMS, no 25, [URL : http://cems.ehess.fr/index.php?3534], consulté le 11 avril 2016.

Relieu Marc, 1994, « Les catégories dans l’action. L’apprentissage des traversées de rues par des non-voyants », L’enquête sur les catégories, B. Fradin, L. Quéré et J. Widmer éd., Paris, Éditions de l’EHESS (Raisons pratiques, no 5), p. 185-218.

Suchman Lucy, 1987, Plans and Situated Actions, New York, Cambridge University Press.

Wieder Lawrence, 1974, « Telling the code », Ethnomethodology, R. Turner éd., Baltimore, Penguin Books ( « Dire le code du détenu. Enquêter sur l’organisation normative d’une institution carcérale », trad. C. Terzi, L’engagement ethnographique, D. Cefaï éd., Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, p. 183-215).

Haut de page

Notes

1 Cette notion est elle-même empruntée aux travaux phénoménologiques d’Aron Gurwitsch (1957), sources d’inspiration majeure de l’ethnométhodologie.

2 La séquentialité renvoie à un principe fondamental de l’analyse de conversation, celui de la prise en compte du rôle constitutif de la temporalité dans l’organisation des échanges. En vertu de ce principe, chaque tour de parole exerce prospectivement sur le ou les tours suivants une contrainte normative, et se construit visiblement en relation avec le ou les tours précédents, en manifestant rétrospectivement l’interprétation qui en a été faite. Loin d’être réductible à une conception linéaire du flux conversationnel, la séquentialité permet de montrer en quoi la compréhension, dans la conversation, s’appuie sur et rend manifeste la structure publique de l’intersubjectivité façonnée localement et temporellement par les participants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Quéré, « L’écologie sémiotique de Charles Goodwin », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/6534 ; DOI : 10.4000/traces.6534

Haut de page

Auteur

Louis Quéré

Directeur de recherche émérite, IMM-CEMS, CNRS-EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page