Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Autour de l’anthropologie linguistique de Charles Goodwin

L’organisation co-opérative et transformative de l’action et du savoir humains

The co-operative, transformative organization of human action and knowledge
Charles Goodwin
Traduction de Yaël Kreplak
p. 19-46

Texte intégral

Façonner l’action humaine

  • 1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « The co-operative, transformative organization of human actio (...)

1L’action joue un rôle central dans le langage humain et dans la socialité humaine (Enfield et Levinson éd., 2006 ; Levinson, 2012 ; Sacks et al., 1974)1. Dans l’interaction en face à face, l’organisation intrinsèquement dialogique du langage (Linell, 2009) peut être décrite comme un processus émergent et multipartite, qui apparaît dans la manière qu’ont les participants d’assembler leurs actions en agissant sur des matériaux sémiotiques hétérogènes, que chacun élabore en prenant en compte ses co-interactants (Charles Goodwin, 1979, 2000 ; Marjorie Goodwin, 1980 ; Iwasaki, 2011 ; Kaukomaa et al., 2013). Cet article a pour objet la façon dont les actions sont façonnées par des opérations qui sont réalisées de manière systématique sur un substrat public. Ce substrat rend disponible un grand nombre de ressources différentes, qui peuvent être réutilisées, décomposées et transformées. Dans la mesure où de tels processus préservent, en les modifiant, les structures disponibles dans l’environnement qui constituent le point de départ de nouvelles actions, ce processus est cumulatif : c’est là une caractéristique centrale et distinctive de l’organisation de la culture et de la société humaines. C’est par de tels processus cumulatifs que des contextes et des cultures variés, ainsi que des régimes distinctifs de connaissance et d’action sont créés et situés de manière endogène dans des communautés particulières. Les membres de ces communautés, en ce qu’ils participent à l’élaboration de l’action, sont donc amenés à former de nouveaux membres, qui doivent être en mesure de voir, de comprendre et d’agir dans le monde de manière pertinente.

Transformer un substrat public en préservant sa structure

  • 2 Voir Goodwin et Goodwin (1987b) pour une analyse plus détaillée de ce format consistant à lier deux (...)

2Les acteurs peuvent façonner une nouvelle action en réutilisant de manière sélective des ressources fournies par une action antérieure. La figure 1 offre un exemple de ce phénomène2.

  • 3 N.d.t. Nous avons fait le choix de reproduire, sans les traduire, les matériaux (transcriptions et (...)

Fig. 1. Façonner une nouvelle action en réutilisant et en transformant des ressources fournies par un substrat public3

Fig. 1. Façonner une nouvelle action en réutilisant et en transformant des ressources fournies par un substrat public3

3Chopper, à la ligne 2, utilise les mots de Tony en les retournant contre lui, en employant « make me » (fais-moi) pour intégrer le défi que lui a lancé Tony à un contre-défi qu’il lui lance en réponse.

4Chopper élabore son énoncé de la façon suivante : 1) en décomposant la structure linguistique fournie par Tony (soit en divisant l’énoncé de Tony en deux parties, afin de pouvoir insérer sa propre contribution entre les deux segments) ; 2) en ajoutant de nouveaux matériaux, afin de réaliser une action sensiblement différente – la sienne. Chopper élabore ainsi l’action suivante en traitant l’énoncé de Tony comme une structure sémiotique publique qui lui fournit des ressources susceptibles d’être réutilisées pour élaborer sa propre action. La production de nouveaux énoncés par la décomposition, la réutilisation et la transformation d’une structure linguistique fournie par un autre est au cœur d’une conception de la grammaire appréhendée comme une pratique publique et sociale.

  • 4 Les analystes de conversation ont relevé que les tours de parole qui ne sont pas supposés être comp (...)

5Ce processus […] est très général4. Je considère qu’il s’agit là d’une propriété constitutive de tous les types d’actions qui seront examinés dans cet article. À des fins de clarification, j’appellerai le matériau sur lequel ces opérations sont réalisées, comme le tour de parole de Tony à la ligne 1, un substrat.

6Deux caractéristiques de ce processus ont une importance particulière. Tout d’abord, l’acteur qui intervient à la suite d’un autre ne doit pas simplement répéter le substrat, il doit le réutiliser en le modifiant, pour le transformer en quelque chose de nouveau (cela peut bien sûr être le cas sans que les mots changent, comme on peut le voir par exemple avec les différents référents du pronom « tu », au gré de l’alternance des locuteurs dans une conversation). Ensuite, en dépit de la modification réalisée, les matériaux rendus disponibles par le substrat original doivent être préservés d’une manière pertinente et cohérente. Ce processus, qui consiste à préserver une structure fournie par les activités antérieures d’autres acteurs tout en la modifiant pour en faire quelque chose de nouveau, est une propriété centrale et distinctive de l’action humaine, qui rend possible l’accumulation systématique de la culture et du savoir humains. Isaac Newton par exemple a développé sa loi de la gravitation universelle en l’élaborant, par des généralisations et des transformations, à partir des lois de Kepler sur le mouvement des planètes – lesquelles avaient été rendues possibles parce que Kepler avait eu accès aux observations astronomiques de Tycho Brahe.

  • 5 Voir l’extraordinaire conférence de Harvey Sacks sur les techniques de liaison (1995, p. 716‑721).

7Un tel principe joue un rôle central dans la façon dont les participants saisissent la signification des tours de parole dans leur enchaînement séquentiel. Regardons par exemple le cas d’un tour de parole constitué uniquement du mot « non ». L’action accomplie par l’utilisation de ce terme est la formulation d’un désaccord, qui opère sur la structure publique produite par un autre participant : l’énoncé et l’action auxquels le « non » s’oppose. Le mot « non » ne saurait être compris comme une objection générale, élevée à l’encontre de n’importe quel fait dans le monde, mais bien comme une objection à ce qui précède immédiatement. « Non » ne fonctionne pas seul, comme une unité qui serait significative en elle-même. Le terme intègre, à l’inverse, de manière constitutive, ce qui a été dit par quelqu’un d’autre dans le tour précédent5. Si le substrat qui précède n’est pas pris en compte, l’action produite par le mot « non » ne peut être comprise correctement. Cette idée peut sembler totalement évidente, voire banale – et devrait l’être en effet, s’il s’agit bien de la manifestation d’un processus général et distinctif de l’action humaine.

8Examinons toutefois le cas d’une personne dont le vocabulaire tout entier se résume à des mots tels que « oui » et « non ». En 1979, alors que Chil avait 65 ans, un vaisseau sanguin a éclaté dans l’hémisphère gauche de son cerveau, ce qui a eu pour conséquence de paralyser totalement le côté droit de son corps et de limiter son vocabulaire à trois mots : « oui », « non » et « et ». Comme locuteur, Chil n’a, pour ainsi dire, plus de syntaxe. Il peut produire des arrangements limités de « oui » et de « non » (comme « non non », « non non non », « oui non », « oui et »), mais ce sont là les seules combinaisons de signes linguistiques dont il soit capable. […] Avec un lexique ainsi réduit, Chil peut sembler dépourvu de la capacité à produire les combinaisons riches et flexibles de signes qui sont la marque de fabrique du langage humain. Pourtant, en dépit de cette inaptitude, il reste un locuteur à part entière dans les échanges conversationnels. Comment est-ce possible ?

  • 6 Pour d’autres analyses récentes de la manière dont l’action s’élabore par l’utilisation simultanée (...)

9Plutôt que de considérer le langage comme un système isolé, autonome, Chil élabore ses énoncés en combinant structurellement des ressources de types différents dans des configurations où elles s’élaborent mutuellement6 – c’est-à-dire dans une forme d’action co-opérative. En dépit de son lexique terriblement appauvri, Chil conserve une prosodie riche et fluide. J’ai décrit (2010b) une situation dans laquelle Chil essaie de faire faire quelque chose à son fils Chuck en pointant du doigt, à plusieurs reprises, d’abord un bol posé sur ses genoux, contenant les restes d’un pamplemousse qu’il vient de manger, puis face à lui. Il semble clairement vouloir que Chuck fasse quelque chose avec le pamplemousse. Pourtant, malgré une série de tentatives pour deviner de quoi il s’agit, Chuck ne parvient pas à comprendre quelle action est attendue de lui. Dans cette séquence, presque tous les énoncés de Chil ont, virtuellement, le même contenu lexical : des variations de « non non » par lesquelles Chil rejette les différentes propositions faites par Chuck (figure 2).

Fig. 2. Accomplir des actions différentes avec le même lexique

Fig. 2. Accomplir des actions différentes avec le même lexique

10Les énoncés de Chil transcrits dans la figure 2 constituent des opérations systématiques – essentiellement l’expression de formes fortes de désaccord – portant sur les propos de Chuck. Chaque « non non » de Chil incorpore, comme un composant essentiel dans la production de sa propre signification, le tour de parole qui précède immédiatement et auquel il est fait objection. Ainsi, à la ligne 11, l’action de Chil signifie à Chuck qu’il ne veut pas qu’il lui redonne du pamplemousse ; l’action de la ligne 14 est comprise comme signifiant que Chil ne veut pas que Chuck lui enlève le bol avec les restes de pamplemousse ; et à la ligne 17, Chil dit à Chuck qu’il ne devrait pas rapporter de ces pamplemousses [de Floride] chez lui [en Californie]. Avec quasiment le même contenu lexical, chacun de ces énoncés construit un type différent d’action, et, plus précisément, un type d’action qui est finement ajusté à l’environnement local au sein duquel il émerge. […] Si son lexique est pauvre, voire quasi inexistant, la sémantique des énoncés de Chil est riche, parce que ses propos s’élaborent dans des opérations qui préservent la structure du substrat créé par les autres tout en le transformant.

Les substrats comme ressources organisationnelles pour l’interaction humaine

11Pour clarifier mon propos, j’expliciterai les raisons qui m’ont conduit à utiliser le terme substrat pour décrire [cette] configuration publique et locale de l’action […]. En biochimie, un substrat est « une molécule utilisée comme réactif de départ dans une réaction chimique catalysée par une enzyme », processus en vertu duquel « les molécules libérées par l’enzyme après réaction des substrats sont appelées les produits »7. Ce processus de transformation s’apparente à celui qui m’intéresse ici. À l’origine, mon intérêt pour les substrats avait été suscité par la lecture de travaux défendant l’hypothèse que, durant les périodes d’intense activité volcanique aux premiers âges de la Terre, des radeaux de lave solidifiée auraient fourni les substrats permettant la formation chimique de la vie. Ces blocs flottants pouvaient concentrer et contribuer à la sélection de « la diversité des réactants chimiques nécessaires à la vie », tout en fournissant une sorte de récipient où ces réactions pouvaient avoir lieu (Brasier et al., 2011, p. 725). Une telle façon d’envisager un espace de concentration où différentes ressources sémiotiques peuvent être rassemblées et accumulées dans le temps, jusqu’à prendre la forme d’une configuration publique qui permet l’émergence de nouvelles actions, par la réalisation d’opérations précises et locales sur ce complexe, est tout à fait essentielle au propos développé dans cet article sur l’action humaine. La notion de substrat permet ainsi de se focaliser sur les configurations émergentes et locales de l’hétérogénéité sémiotique envisagées comme des sites de transformation.

12Dans un travail très intéressant, Tim Ingold (2011a, p. 10) utilise le terme de substrat pour décrire la surface vierge qui prend forme lorsqu’une structure lui est donnée par un acteur. Mon usage du terme est sensiblement différent, dans la mesure où je me focalise sur la façon dont le substrat, et les ressources qu’il fournit, rend possibles des formes spécifiques d’action ultérieure. […]

13Un substrat n’est donc pas simplement un contexte englobant, mais plutôt un paysage sémiotique immédiatement présent, offrant des ressources de différentes sortes, qui prend forme sous l’effet de séquences d’action transformative qui culminent, à ce moment-ci, dans l’action en cours. […] Comme ces radeaux de lave solidifiée qui concentrent un ensemble sélectif de produits chimiques dans un environnement contenu, le substrat rassemble et donne cohérence à l’ensemble des ressources limitées mais appropriées pour les actions spécifiques en cours. Les participants ne font pas que se servir de ces ressources […], mais ils les utilisent de manière active pour élaborer, de manière concertée, la signification et l’action qui émergent de ce qui précède et qui fourniront à leur tour le matériau pour l’élaboration de ce qui suivra.

L’organisation feuilletée de l’action humaine

14Les propos de Chil rapportés dans la figure 2 ne contiennent pas seulement des items lexicaux, ils attestent aussi une prosodie riche et variée. Dans un article de 2000, j’ai montré que les êtres humains façonnent leurs actions en assemblant différents types de signes, selon des media qui leur sont propres et qui jouent un rôle crucial dans leur organisation. Ainsi, dans la structure sémiotique fournie par une grille de marelle, les seules actions pertinentes sont celles qui s’inscrivent dans un medium qui permet à des corps, réels, pesants, de sauter dans ses cases. Chacune des contextures de ces formes sémiotiques particulières (structure lexicale, prosodie, agencement des corps) organisées dans un medium spécifique peut être appelé un champ sémiotique, et l’ensemble des champs sémiotiques auxquels les participants ont visiblement recours pour élaborer leur action du moment peut être appelé une configuration contextuelle. Cette hétérogénéité productive, cette capacité à élaborer l’action par l’usage simultané de différents types de matériaux, est au cœur de l’action humaine.

15À des fins de concision et de clarté, je me suis focalisé sur l’usage simultané par Chil des items lexicaux « non non » et de la prosodie, mais toute une série d’autres champs sémiotiques, tels que les gestes et l’orientation des corps, sont aussi essentiels à l’organisation des actions qu’il élabore ici (voir Goodwin, 2010b, 2011). J’utiliserai le terme « feuilletage » pour décrire cet ensemble de champs sémiotiques divers structuré en couches, ou strates, de ressources de différentes sortes. Bien qu’il y ait des limites à l’utilisation métaphorique du concept de feuilletage, je l’emploierai pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je trouve que la métaphore visuelle du feuilletage – un ensemble de couches organisées en référence les unes aux autres – offre une manière à la fois simple et expressive d’observer comment une variété de champs sémiotiques aux propriétés différentes travaillent de manière co-opérative à l’élaboration d’actions évanescentes. Celles-ci peuvent ne durer que quelques secondes, mais elles ont néanmoins une structure interne complexe, riche et analytiquement digne d’intérêt (voir la figure 2). En outre, utiliser la notion de feuilletage pour qualifier la manière d’organiser la présentation visuelle des données, comme dans la plupart des images de ce texte, autorise à passer d’une conception de la transcription comme pur enregistrement de mots prononcés à la recherche de ce que Wittgenstein appelle une « représentation synoptique » qui « procure la compréhension qui consiste à “voir les connexions” » (2004, § 122, p. 87). Cela invite ainsi à aborder les substrats d’une manière qui est à la fois simultanée et séquentielle, et à regarder en détail la façon dont des champs sémiotiques spécifiques contribuent aux pratiques signifiantes différenciées qui élaborent conjointement des actions particulières.

16D’autre part, alors que je suivais ses cours à l’Université de Pennsylvanie, Goffman travaillait à sa déconstruction de la figure du locuteur, ce qu’il publia ensuite dans « La position » (1987 [1981]). Il faisait fréquemment référence à l’organisation feuilletée, stratifiée, à la fois des actions et des participants dans l’interaction humaine. Il entendait par là que leur organisation englobait des couches de différents types de phénomènes (un même énoncé pouvait par exemple faire entendre différentes voix : celle d’une personne citée et celle du locuteur citant, rendant sensible son point de vue ou formulant un commentaire). Bien que je n’applique pas le modèle développé par Goffman, qui concerne exclusivement le locuteur, je continue à trouver la notion de feuilletage très productive pour distinguer analytiquement les différents types de structure sur lesquels les participants s’appuient pour élaborer leurs actions de manière collaborative.

Déstratifier la parole et l’action fournies par d’autres

17La structure feuilletée de l’action, qui se compose de couches de différents types de matériaux sémiotiques, est quelque chose que les participants peuvent, dans leur interaction, désassembler et recomposer pour élaborer leurs actions ultérieures. Sur ce point, Chil peut à nouveau fournir un exemple.

18La capacité de Chil à utiliser cette structure stratifiée pour élaborer ses propres actions avec créativité ne se limite pas à son vocabulaire très appauvri. Il peut aussi attacher une prosodie riche et expressive au contenu lexical et sémantique de propos tenus par d’autres, et utiliser ainsi leurs propres mots et capacité linguistique pour formuler quelque chose qu’il ne pourrait pas dire indépendamment de ces ressources. La figure 3 en donne un exemple.

Fig. 3. S’approprier les aptitudes langagières d’autres participants

Fig. 3. S’approprier les aptitudes langagières d’autres participants

19Le fils de Chil, Chuck, qui vit en Californie, lui rend visite dans sa maison du New Jersey. Dans cette séquence, on peut observer une distribution du savoir nette entre d’un côté Chuck, le destinataire principal des propos de Chil, et de l’autre, Chil et Pat – qui est la fille de ce dernier et vit à proximité, dans la région de New York. Tous trois sont, à ce moment de la conversation, en train de discuter d’un ami de Chil. Chuck voit de qui il s’agit, mais Pat, quant à elle, le connaît bien. La séquence que nous allons regarder plus en détail intervient donc dans une écologie épistémique où Chuck est un Destinataire Ignorant, tandis que Pat et Chil sont des Destinataires Connaissants (Goodwin, 1981).

20Chuck demande, à la ligne 1, si l’ami dont ils sont en train de parler est bien radiologue. Pat répond, lignes 7-8, qu’il était le chef du service de radiologie d’un hôpital prestigieux, le Columbia Presbyterian Medical Center. Pat fait cette réponse à Chuck sans insistance prosodique particulière. Par contre, Chil, qui prend la parole pendant le tour de Pat, produit en chevauchement une série de syllabes caractérisées par un contour prosodique remarquable, ce qui lui permet de manifester de manière très évidente son appréciation du tour de Pat. Pour le formuler autrement, il décompose les différentes strates de l’énoncé de Pat, en remplaçant la prosodie de cette dernière par la sienne, tout en conservant et en utilisant à ses propres fins le lexique et la structure grammaticale de son tour. […]

21Chil ne fait pas que s’affilier à ce que dit Pat, mais il évalue l’information dont elle fait part à Chuck, en transformant ce qui était la simple mention de la profession de quelqu’un en une caractérisation de cette personne comme occupant une position particulière, importante. Le fait que les participants eux-mêmes reconnaissent qu’il s’agit bien là d’une évaluation par Chil est visible dans le « Wow » prononcé par Chuck en ligne 14. […]

22Par sa prosodie, Chil dit quelque chose que Pat, elle, ne disait pas, tout en utilisant le contenu de son tour pour le faire. Il agit ainsi comme un locuteur indépendant à part entière, plutôt que comme un locuteur qui ne ferait que s’affilier aux propos et actions de Pat.

  • 8 Levinson soutient ainsi que l’action accomplie par un tour est « révélée par la réponse du locuteur (...)

23La capacité de Chil à transformer l’action de Pat […] permet de montrer comment l’action se construit dans l’échange dynamique et l’élaboration mutuelle de différents champs sémiotiques. Bien que les mots utilisés dans l’un et l’autre de ces tours soient, littéralement, identiques (puisque produits par Pat), les actions élaborées par Chil et Pat sont sensiblement différentes, du fait du recours à la prosodie pour distinguer différents points de vue sur la base d’une même structure linguistique. Chil construit son action en utilisant une prosodie riche, qui lui permet de réaliser des opérations simultanées de transformation du substrat fourni par Pat. La plupart des analyses de la façon dont l’action s’élabore et dont la compréhension est manifestée en interaction se sont focalisées sur l’organisation séquentielle, en montrant par exemple comment la compréhension d’un énoncé est révélée par la réponse qui y est apportée au tour suivant8. Mon analyse montre que l’organisation simultanée, concomitante, de l’action est tout aussi importante. En mettant à disposition différents types de matériaux sémiotiques, les acteurs qui occupent des positions structurellement différentes (par exemple, locuteur et destinataire, narrateur et personnage principal, etc.) peuvent contribuer de manière significative à l’organisation d’une même action (Marjorie Goodwin, 1980 ; Charles Goodwin, 1984 ; Goodwin et Goodwin, 1987a ; Iwasaki, 2011).

24Ceci a de nombreuses conséquences théoriques. Pour Chil – mais je considère que cela vaut en général pour tous les locuteurs –, l’énoncé et son énonciateur ont une existence distribuée. Un composant qui joue un rôle essentiel dans la compréhension des tours de Chil est en effet produit par quelqu’un d’autre, à savoir son interlocutrice. Son action est intrinsèquement co-opérative (différents participants produisent des matériaux variés pour les actions qu’il élabore ici) et profondément sociale, en ce sens qu’il agit de manière signifiante en réalisant des opérations systématiques sur des structures linguistiques fournies par d’autres. Pour reprendre les distinctions proposées par Goffman dans sa déconstruction de la figure du locuteur (1987), Chil agit comme le responsable des propositions qu’il avance et des formes spécifiques d’actions qu’il accomplit. Pourtant, l’auteur de la plupart de ses propos, soit la personne qui construit la structure linguistique nécessaire à l’intelligibilité de ses propos, est quelqu’un d’autre – et il serait impossible pour Chil qu’il en soit autrement. […]

25Ce qui se passe ici fournit donc un exemple particulièrement parlant de l’argument avancé par Bakhtine :

Les mots dans le langage appartiennent toujours en partie à quelqu’un d’autre. Ils ne deviennent nos propres mots que quand un locuteur leur confère sa propre intention, son accent, quand il se les approprie et les adapte à sa propre sémantique et à son intention expressive. Avant cette appropriation, le mot n’existe pour autant pas dans un langage neutre et impersonnel (après tout, ce n’est pas du dictionnaire qu’un locuteur tire son vocabulaire !), mais il existe dans la bouche de quelqu’un d’autre, dans le contexte concret de cette personne, servant ses intentions : c’est là qu’on doit prendre nos mots pour les faire nôtres. (Bakhtine, 1981, p. 293-294)

  • 9 N.d.t. On définit la réparation en analyse conversationnelle comme un procédé qui consiste à régler (...)

26On pourrait considérer que ce que fait Chil dans ces extraits est spécial, idiosyncrasique, que c’est sa manière, certes créative mais non usuelle, de s’adapter pour résoudre le problème de son inaptitude à produire des structures linguistiques lui-même. Mais c’est un processus que l’on retrouve aussi avec des locuteurs parfaitement compétents, qui, dans les conversations ordinaires, élaborent aussi leurs actions en décomposant les couches des champs sémiotiques utilisés par les autres pour construire leurs énoncés. Un autre article (Goodwin et Goodwin, 1992) décrit une interaction enregistrée en vidéo, dans laquelle un locuteur raconte une histoire en faisant des gestes des deux mains pour en décrire les différentes étapes. Ces mêmes gestes sont repris ensuite par un de ses co-interactants, qui les attache à d’autres mots – une comptine, « Little bunny fou fou » –, tout en sollicitant l’avis d’un autre participant à propos de sa parodie. Plus largement, des phénomènes comme l’initiation d’une réparation au tour suivant (Schegloff et al., 1977) et la correction aggravée (Marjorie Goodwin, 1983)9, sont fréquemment construits par la répétition d’une partie du tour précédent, en modifiant la prosodie originale avec une intonation manifestant le doute ou l’opposition. Les participants eux-mêmes ne se contentent pas de traiter les énoncés comme des structures complexes assemblant des couches de phénomènes sémiotiques hétérogènes (parole, prosodie, geste), mais ils sont capables de décomposer ces structures et d’en réutiliser une partie, tout en changeant le statut de ce qui a été ainsi approprié en l’intégrant dans une nouvelle configuration contextuelle (Goodwin, 2000).

[…]

27Plutôt que d’adopter un modèle du locuteur qui se focaliserait sur les phénomènes mentaux d’un acteur individuel, nous voyons ici comment le statut de locuteur se constitue par la capacité à participer de manière appropriée et singulière à une action interactive reposant sur l’organisation publique du langage (ce que Linell, 2009, décrit comme la structure intrinsèquement dialogique de l’action et du langage humains).

28La vie cognitive et émotionnelle de Chil en tant qu’individu – soit comme quelqu’un ayant son propre point de vue sur les événements rapportés – ne disparaît pas du tout de ce processus : au contraire, elle apparaît comme un phénomène public, signifiant, vivant et souple. On peut dire la même chose de son agentivité. Une question qui s’est posée dans l’étude de l’agentivité est la différence entre l’agentivité individuelle et l’agentivité « sociale », cette dernière étant généralement abordée au sein d’un groupe ou d’une collectivité, plutôt qu’à l’échelle d’un individu. Dans la mesure où l’agentivité de Chil s’organise dans des processus continus de sémiose co-opérative (comme l’appropriation de signes construits par d’autres), elle est de part en part sociale. […] Pourtant, ce qui découle de ce processus n’est pas la dissolution totale de son agentivité dans ce qui serait celle d’un groupe social, mais au contraire, il en résulte une reconnaissance, par ses interlocuteurs, de l’agentivité individuelle de Chil – celle d’un individu qui, par exemple, a quelque chose d’unique à dire.

29Dans le cadre de la position défendue plus largement dans cet article, on considérera donc que les actions émergent dans des environnements qui sont constitués par la présence manifeste, publique, de différentes ressources sémiotiques. L’action est en partie façonnée par les opérations réalisées sur ce substrat. Ce processus combinatoire permet aux acteurs d’incorporer de manière systématique les structures et les significations élaborées par d’autres dans l’organisation interne de leur propre action. Ce faisant, ils peuvent revendiquer différentes formes de savoir qui leur seraient inaccessibles en tant qu’individus isolés. Les êtres humains se logent dans les actions des uns et des autres.

Le pouvoir cumulatif de la structure feuilletée de l’action humaine

[…]

30Les gestes couplés à l’environnement (Goodwin, 2007) utilisent le pointage pour attacher à une expression linguistique des phénomènes spécifiques de l’environnement. Dans ce cas, l’action se construit encore une fois par la stratification de différents types de ressources sémiotiques. La figure 4 fournit une représentation diagrammatique simplifiée de la façon dont les actions s’élaborent par la combinaison de champs sémiotiques séparés, chacun d’entre eux contribuant de manière distincte à l’intelligibilité et à l’organisation de l’action en cours [voir Goodwin, 2010a].

Fig. 4. La structure feuilletée de l’action humaine

Fig. 4. La structure feuilletée de l’action humaine

31Dans l’action représentée sur la gauche, une archéologue confirmée est en train de montrer à une étudiante comment reconnaître une anomalie dans la terre du site qu’elles cartographient. Une anomalie renvoie, dans ce contexte, à toute action postérieure qui a modifié le phénomène archéologique étudié. Dans ce cas, une charrue du xixe siècle a déplacé de la terre dans les traces laissées par un poteau soutenant une construction dans un village amérindien du xvie siècle. La professeure, qui se trouve à gauche, fait voir cette anomalie à l’étudiante en bougeant sa main au-dessus de la bande colorée dans la poussière qui indique le passage de la charrue, et en utilisant son pouce et un de ses doigts pour montrer sa largeur [voir Goodwin, 2007].

32Dans l’action représentée sur la droite, deux jeunes archéologues s’occupent de décrire de manière systématique la couleur de la terre qu’ils sont en train de fouiller. Pour cela, ils utilisent un nuancier de Munsell – c’est-à-dire une grille de teintes que les scientifiques ont mise au point pour repérer des variations colorimétriques. À côté de chaque échantillon de couleur se trouve un petit trou. On place un échantillon de terre à coder au bout d’une truelle, on le met sous le nuancier et on le fait passer d’un trou à l’autre, de façon à avoir simultanément, dans son champ visuel, la terre à coder et une référence couleur spécifique. Quand la meilleure correspondance est trouvée, on reporte la couleur sur une feuille de codage avec ses coordonnées et un nom standardisé (Goodwin, 2000). Sue suggère une référence couleur particulière, en pointant dans sa direction tout en disant « c’est celle-là », ce à quoi Jeff répond en déplaçant la truelle avec la terre jusqu’au trou correspondant sur la grille.

33Notez que dans ces deux exemples, les gestes couplés à l’environnement sont liés à un élément de l’environnement qui fait l’objet d’un examen soutenu par les participants. Dans les deux cas, les participants élaborent leur action en articulant différentes ressources signifiantes. Les champs sémiotiques impliqués de manière complémentaire sont : 1) l’orientation mutuelle des corps des participants les uns vers les autres et vers les matériaux avec lesquels ils travaillent, ce qui contribue à la création d’un focus d’attention public et à la constitution d’un espace de travail partagé ; 2) le langage, qui mobilise des termes déictiques pertinents, organisés en séquences d’action dans l’interaction humaine ; 3) les mains, qui font des gestes couplés à l’environnement ; 4) les phénomènes qui deviennent significatifs dans l’environnement qui fait l’objet de l’attention soutenue des participants, dans le contexte du travail qu’ils sont en train de réaliser ensemble. Ici, l’objet d’étude est la terre qui est ainsi transformée en donnée archéologique.

[…]

34[Parmi les champs sémiotiques présents] [l]e nuancier de Munsell est, en lui-même, le produit cumulatif d’une histoire au cours de laquelle des cadres ont été inventés pour faciliter l’étude du monde telle qu’elle se fait sur le terrain, en articulant des matériaux divers à des propriétés complémentaires pour les intégrer dans des configurations matérielles durables, qui fournissent ainsi une architecture perceptuelle. La structure du nuancier de Munsell inclut ainsi les échantillons de couleur auxquels on peut se référer pour les comparer visuellement avec la poussière étudiée, une grille qui rend possible l’identification de n’importe quel échantillon de couleur comme un ensemble de coordonnées standardisées, les noms des couleurs, et les propriétés physiques spécifiques de son medium, le papier, qui permet de faire des trous et donc de créer cette architecture de la perception qu’utilisent les archéologues pour comparer la poussière qu’ils cherchent à classifier avec des nuances de couleurs existantes.

35Le travail de nos prédécesseurs nous est transmis dans des formes qui structurent la façon dont nous travaillons aujourd’hui, comme lorsqu’on utilise le nuancier de Munsell pour coder les couleurs de la poussière ou une carte pour déterminer où des océanographes ont prélevé leurs échantillons (Goodwin, 1995), ou encore lorsque nous déterminons ce qui compte, au sein d’un système juridique, comme un crime (Goodwin, 1994). Ces modalités façonnent, jusque dans leurs moindres détails, les activités épistémiques accomplies par des communautés diverses. En effet, ces pratiques cumulatives rendent possibles des formes particulières d’action, telles que juger de la culpabilité de quelqu’un, lire une recette, ou fabriquer une carte, qui sont propres à des communautés ou des activités particulières (Knorr-Cetina, 1999). Ces activités ont généralement lieu dans des environnements spécifiques, tels qu’une cuisine, un laboratoire scientifique ou une cour de justice, où les ressources nécessaires à l’accomplissement de ces actions, qui requièrent des équipements épistémiques particuliers, se trouvent rassemblées et fournissent ainsi l’infrastructure qui les rend possibles. Ces ensembles, qui ne recouvrent pas que les acteurs présents mais aussi les générations successives ainsi qu’une variété de matériaux sémiotiques, sont essentiels à la façon dont le savoir humain s’organise dans différentes formes d’action.

36En tant que produit sédimenté de cette longue histoire du travail accompli par d’autres pour résoudre la question de la classification systématique des couleurs, le nuancier de Munsell n’apparaît pas de manière soudaine au moment où les participants en ont besoin : ils l’apportent avec eux sur le site archéologique, dans la boîte à outils utilisée pour ces fouilles. L’action particulière représentée sur la droite de la figure 4 incorpore ainsi de manière réflexive les propriétés systématiques du contexte dans lequel cette activité se déroule (avec la boîte à outils qui organise le travail sur un site de fouilles), ainsi que l’histoire du travail accompli par des prédécesseurs anonymes. Ces histoires cumulées favorisent la sédimentation des formes de savoir qui font la signature de communautés particulières (Goodwin, 1994 ; Hutchins, 1995). Elles sont intégrées à l’organisation épistémique d’actions particulières et locales. Avec une telle conception stratifiée de l’action, il apparaît que la richesse de ces pratiques de catégorisation qui sont le fait d’un sous-groupe, comme celui qui utilise le nuancier de Munsell pour classifier les couleurs, s’apparente à des activités plus génériques, comme recueillir de la terre ou d’autres objets, faire des comparaisons, etc. L’action humaine se laisse alors moins décrire dans les termes d’une typologie universelle de genres d’action fermement établis et distincts les uns des autres, que comme un ensemble d’enchevêtrements (Ingold, 2011b) qui invoquent, et accumulent dans le temps, des nœuds localement pertinents de relations sémiotiques et sociales.

[…]

37Ce qu’il y a d’unique, de génératif et de créatif dans les communautés humaines […], c’est la richesse et la diversité de nouvelles formes d’action, de cognition et de production de savoir sur le monde […] qui émergent lorsque les hommes s’emparent des possibilités cumulées que leur fournissent les matériaux hérités de leurs prédécesseurs pour créer des formes nouvelles d’action, localement pertinentes, le plus souvent dans de nouveaux environnements […] qui sont liés à ces actions de manière réflexive. […] Les travaux des phénoménologues ont montré l’importance théorique d’une telle attention à la structure et aux possibilités d’action offertes par un environnement particulier. Ainsi, selon Husserl, le « monde de la vie » est « le tout des choses, des choses réparties dans la forme mondaine qu’est la spatio-temporalité », il est « toujours déjà là », et il est « le terrain pour toute praxis » et le socle de toute expérience humaine partagée (1976, p. 161-162).

Des zones de transformation co-opérative

[…]

38Toutes les actions que nous avons examinées jusqu’à présent fournissent des exemples de zones de transformation co-opérative, qui décomposent et réutilisent des ressources disponibles pour créer quelque chose d’autre. Dans la figure 1, Chopper utilise les mots de Tony pour riposter à ce qui vient d’être dit. Dans la figure 2, le « non » de Chil incorpore de manière indexicale ce que Chuck vient de dire pour simultanément rejeter ce qui a été proposé et, grâce à la prosodie, caractériser les actions de Chuck comme inappropriées et révélatrices de son incompréhension des visées de Chil. En modifiant la prosodie des termes prononcés par Pat, dans la figure 3, Chil transforme sa description neutre en une formulation évaluative qui initie une nouvelle séquence.

  • 10 Voir la discussion sur les chaînes d’inscriptions dans Latour et Woolgar (1993).

39Les deux actions accomplies par les archéologues dans la figure 4 fournissent des zones de co-opération qui jouent un rôle central pour l’accomplissement de leur travail. Par la réalisation d’opérations de transformation préservant la structure du substrat (en l’occurrence, de multiples substrats, du fait de la présence du nuancier de Munsell), la terre, qui fait l’objet de l’attention des professionnels, est transformée en une série de catégories, comme celle de l’anomalie ou de la couleur dans sa description scientifique. Ces catégories façonnent la pratique archéologique – à savoir la façon dont le site va être cartographié et décrit. C’est précisément ici que la « nature » (la terre elle-même) est transformée en un phénomène culturel qui anime le travail et le discours de l’archéologie comme profession. En outre, ce qui se passe ici n’est qu’une étape dans une séquence d’action ouverte, qui progressera par d’autres transformations préservant la structure du substrat dont l’existence a été révélée par le travail en question. La catégorisation de la couleur rendue possible par le nuancier de Munsell sera ensuite reportée sur un document d’encodage. Les catégories de phénomènes tels que l’anomalie localisée permettront de délimiter le phénomène archéologique que l’étudiante trace dans le sable avec sa truelle ; la forme qui émerge ainsi de ce processus sera ensuite reproduite sur une carte archéologique. Les cartes et les documents d’encodage seront rapportés au laboratoire à la fin du chantier, où ils subiront d’autres transformations cumulatives, pour culminer peut-être sous la forme d’une publication10.

40L’action utilise comme input la structure et les ressources d’un substrat présent et produit comme output un nouveau substrat transformé, qui constituera le point de départ pour l’action suivante, et ainsi de suite. Même les énoncés isolés prononcés par un seul locuteur témoignent de cette organisation cumulative : les éléments qui émergent dans une phrase n’existent en effet pas de manière autonome, mais nécessitent le substrat fourni par des segments antérieurs de cette même phrase pour pouvoir être compris. Dans le cours d’un tour de parole, de nouvelles unités peuvent transformer la signification pragmatique de ce qui a été dit précédemment (Goodwin, 1979). L’existence de ces zones de transformation co-opérative qui sont constituées au cours d’une action est un phénomène central dans l’organisation cumulative de la culture, du savoir et de la vie sociale.

Les outils humains

41On retrouve, dans les outils humains, le même type d’organisation co-opérative et combinatoire qui vient d’être décrit pour l’usage du langage. J’inclus donc les outils dans ma réflexion, pour montrer que les phénomènes étudiés ici […] ne sont pas spécifiques à la parole, mais sont, au contraire, les manifestations de phénomènes généraux qui participent à l’organisation de l’activité humaine. Comme cela a été démontré précédemment avec l’exemple de l’archéologie, les outils sont essentiels à l’organisation stratifiée de l’action par laquelle le savoir est constitué au sein d’une communauté.

Fig. 5. L’organisation combinatoire des outils humains

Fig. 5. L’organisation combinatoire des outils humains

42Selon une tradition qui remonte au moins à Aristote, les humains se distinguent des animaux par leur recours à des outils. Pourtant, on sait depuis plusieurs décennies à présent que les animaux en utilisent également. Dans la figure 5, l’image A montre un chimpanzé utilisant un bâton pour faire sortir des termites d’un arbre. L’image B montre un pinson des Galápagos se servant lui aussi d’un bâton pour attraper des insectes. Dans ces deux cas, l’outil utilisé par les animaux est un simple bâton. Ces deux exemples (ainsi que celui des loutres de mer qui utilisent des pierres pour ouvrir des coquillages) correspondent à la définition qu’a donnée Fitch des outils comme des « objets détachés, qui sont portés, ou tenus, en vue d’un usage finalisé » (2010, p. 154). Cette définition est importante pour ce qui suit, car elle exclut des phénomènes comme les nids de termite, les ruches et les barrages de castor, qui sont construits par l’arrangement complexe (bien qu’en partie stéréotypé) de différents éléments, mais se déploient sur une échelle temporelle sensiblement différente de celle de l’action locale et émergente.

43J’ai mentionné plus haut que Chil et les humains en général construisent leurs énoncés en combinant de manière flexible différents types de matériaux – des items lexicaux et prosodiques, par exemple – dans un nouvel ensemble. L’image C est un extrait de la figure 2, où Chil accomplit une série d’actions distinctes en utilisant les mêmes mots, « non non », dont il fait varier les contours prosodiques. Les propriétés uniques de chaque matériau contribuent de manière particulière et distincte à l’énoncé et à l’action considérée dans son ensemble. Il en résulte non pas une « chose » singulière ou indivisible, une action monolithique, mais plutôt des contextures changeantes de phénomènes qui s’élaborent mutuellement et qui sont organisés en réseaux de relations (Ingold, 2011b, p. 100). […]

  • 11 Voir toutefois ce qu’a montré Anne E. Russon dans son remarquable travail sur la libération d’orang (...)

44Les outils utilisés par les animaux dans la figure 5, typiquement, ne procèdent pas d’une telle organisation cumulative et combinatoire11 – à l’inverse, comme l’a bien montré Reynolds (1993), des outils humains. […]

45L’image D de la figure 5 est une hache construite avec trois matériaux différents : 1) une grande pierre, 2) du bois souple enroulé autour de la pierre pour former une poignée, 3) et des lanières en cuir qui attachent fermement la poignée à la pierre afin de pouvoir la tenir. Si la hache est désassemblée, on ne peut la retrouver dans aucun de ses composants pris isolément. Sans le réseau de relations qui lient ces différents éléments les uns aux autres pour former un tout cohérent, on ne trouve alors qu’une pierre ou une bande de cuir.

46Les propriétés formelles de l’organisation de l’action et des outils mises en évidence ici créent un espace qui permet le changement systématique dans un cadre qui facilite l’accumulation structurelle dans le temps. Par exemple, il existe de nombreuses façons d’attacher la tête, la surface contondante de la hache, à sa poignée : du bois pliant attaché avec une lanière en cuir, comme dans la figure 5, des cordes, des adhésifs, etc. Le fait de devoir joindre la tête et la poignée ouvre un espace pour l’expérimentation par la variation systématique. Pour autant, cette expérimentation ne nécessite pas que la complexité de la hache (ou de toute autre action) soit abordée comme un ensemble complexe. Au contraire, les éléments considérés comme constants, tels que la poignée et la tête, par exemple, constituent une matrice qui peut rester stable tandis que des variations sont opérées au niveau des parties singulières. L’arrangement formel des parties qui constituent l’outil reste en place, même si des modifications sont faites sur cette structure. Le changement progressif des outils s’effectue dans le contexte de stabilité accumulée que leur offre cette propriété centrale de l’action humaine, à savoir cette organisation qui rend possibles des zones de transformation co-opérative. Il en va de même pour les structures du langage. […]

47Dans la figure 3, nous avons vu que Chil pouvait réaliser une action singulière en attachant sa prosodie à la riche structure lexico-syntaxique construite par un autre. Plus généralement, les énoncés et les tours de parole sont construits par la co-opération des locuteurs, qui parlent, et des auditeurs, qui agissent également, de manière visible, sur cette parole à travers leurs comportements corporels et leurs manières d’écouter. De la même façon, lorsque des outils sont construits par l’assemblage de différentes parties, leur production sociale collaborative par des acteurs occupant différentes positions (des designers en Californie et des ouvriers en Chine par exemple) devient possible.

48Les énoncés et les haches semblent être des phénomènes de nature totalement différente et incommensurable : ils sont d’ailleurs étudiés par des disciplines distinctes des sciences humaines et sociales. Pourtant, si on les aborde comme des formes sociales d’action humaine, il apparaît alors qu’ils partagent, sur un plan formel, un même mode d’organisation. Les énoncés, de même que les haches, sont en effet élaborés par la combinaison de différents matériaux. Cela rend possibles des formes distinctes d’organisation sociale collaborative, qui se construisent par des actions co-opératives. Ces dernières sont accomplies par des participants occupant des positions structurellement différentes, comme le locuteur et l’auditeur, ou des partenaires commerciaux, qui contribuent aux différentes parties de l’arrangement combinatoire requis pour produire un énoncé, un tour de parole, un outil ou un objet. Ces énoncés et/ou ces objets constituent ainsi les liens dans des réseaux étendus et durables de relations sociales, et des sites pour un changement procédant par accumulation.

Former des acteurs compétents sur un plan épistémique par l’action co-opérative

49Pour agir de manière co-opérative, les participants doivent se connaître et se comprendre les uns les autres, ainsi que les activités qu’ils accomplissent ensemble, de façon à pouvoir poursuivre ces activités. Non seulement le fait que le savoir soit distribué entre les participants est un principe structurant de nombreuses formes d’action humaine, mais ces modalités de distribution changent, ce qui a des conséquences sur la manière dont l’action se développe (Goodwin, 1979 ; Heritage, 2012). Dans l’organisation de l’action humaine, les formes de la connaissance s’inscrivent dans une écologie dynamique. Comme évoqué précédemment au sujet du nuancier de Munsell, cette écologie inclut la sédimentation historique des formes de connaissance développées par nos prédécesseurs. Cela façonne à la fois la manière dont des communautés diverses connaissent le monde sur lequel elles agissent de multiples façons, et les types d’action qui peuvent être réalisés alors que de nouvelles manières d’agir émergent (comme classer les couleurs en utilisant le nuancier de Munsell).

50Pour pouvoir créer, par la pratique, les actions signifiantes et les objets qui animent le travail, le savoir et le discours au sein de communautés spécifiques, il faut être un membre compétent de cette communauté. La zone de transformation co-opérative où le nuancier de Munsell est utilisé comme un élément d’une pratique professionnelle n’est pas seulement un espace où la terre fouillée est transformée en donnée archéologique. C’est aussi un espace où le fait de participer à l’activité permet à l’étudiant de devenir un archéologue qualifié et compétent (Mogk et Goodwin, 2012), qui maîtrise l’infrastructure de la pratique qualifiée, l’habitus (Bourdieu, 1972) nécessaire pour accomplir les actions qui font le socle de cette communauté. L’apprentissage par la socialisation, ou, plus spécifiquement, la pédagogie, est une adaptation proprement humaine, de même que le langage et l’usage d’outils complexes (Cisbra et Gergely, 2011). À de très rares exceptions près, les autres animaux n’enseignent, à proprement parler, rien à leurs petits, tandis que les communautés humaines, quant à elles, sont constamment confrontées au défi de former de nouveaux membres compétents.

Calibrer la vision professionnelle

51L’apprentissage par calibration co-opérative fournit des ressources non seulement pour organiser socialement les actions accomplies par les participants, mais aussi pour former des acteurs qualifiés auxquels on va pouvoir se fier pour voir, catégoriser et agir sur le monde de la manière requise dans une communauté professionnelle. La figure 6 en fournit un exemple [voir Goodwin, 2010c].

Fig. 6. Calibrer par les gestes et le corps

Fig. 6. Calibrer par les gestes et le corps

52Sue, une jeune étudiante de troisième cycle qui pratique pour la première fois ou presque la fouille archéologique, est en train de faire apparaître les contours du moulage d’un poteau ancien, que révèlent de subtiles différences de coloration dans la terre sur laquelle elle travaille, de sorte que sa forme peut être reportée sur une carte. Elle le fait sous la supervision d’Ann, archéologue confirmée qui dirige le chantier. Sue utilise sa truelle pour dessiner, dans la poussière, les contours de la forme qu’elle est en train de faire émerger. C’est à ce moment qu’Ann dessine très délicatement du doigt une seconde ligne, juste à l’extérieur de celle de Sue, tout en disant : « Je le mettrais un petit peu plus par là. » La calibration de la forme exacte qui devra être reportée sur la carte est rendue possible par la façon dont Sue rend publiques, de manière précise, les propriétés de ce qu’elle voit. Son inscription publique fournit à Ann un substrat sur lequel elle peut agir en dessinant une autre ligne, ce qui ne constitue pas une action entièrement nouvelle, mais bien une interprétation de l’acte de Sue. Ce processus permet non seulement de calibrer les actions et les objets que les actions élaborent, à savoir la ligne qui représente de la façon la plus juste possible la forme du poteau, mais aussi, et ce de manière extrêmement fine, la compétence et la vision professionnelle que doit acquérir une jeune archéologue pour que ses pairs puissent se fier à son travail.

Fig. 7. La constitution réciproque, par calibration co-opérative, des choses, des acteurs et des communautés

Fig. 7. La constitution réciproque, par calibration co-opérative, des choses, des acteurs et des communautés

53Décrite plus en détail dans un autre texte (2010c), la figure 7 représente quelques-uns des phénomènes qui surviennent ordinairement lorsque des actions sont élaborées au sein d’une écologie épistémique locale. Ce qui émerge ainsi, à travers des processus récursifs d’élaboration mutuelle qui relient la pratique située à un vaste ensemble d’autres phénomènes sémiotiques, est la calibration co-opérative des acteurs, des pratiques et des communautés, et l’intelligibilité du monde qu’ils étudient. Cela est rendu possible par la façon dont l’action se façonne par l’entrelacement de différentes ressources qui permettent à des acteurs occupant des positions distinctes de participer conjointement à la construction et à la calibration de l’action. Les écologies épistémiques ne font pas qu’organiser les formes de connaissance qui ont des effets sur les activités spécifiques d’une communauté, ou façonner les documents, comme les cartes, qui montrent comment une communauté spécifique connaît le monde et agit sur lui. Elles fournissent aussi, dans le cours même de l’action ordinaire, les pratiques co-opératives nécessaires pour mettre en œuvre l’écologie épistémique de la communauté comme pratique située grâce aux compétences acquises par les nouveaux membres. L’acquisition des pratiques requises pour élaborer une carte construit en même temps l’architecture cognitive pertinente des archéologues qui utilisent des cartes pour faire leur travail.

Conclusion

54L’action est un processus riche, qui se développe dans le temps. Les actions individuelles émergent d’un passé façonné par des chaînes d’actions antérieures. Ce passé fournit un environnement présent et dense, qui contient de nombreux types de ressources différentes. Ces dernières peuvent être décomposées, réutilisées ou transformées de manière sélective, afin d’élaborer les actions suivantes et d’organiser le futur. Les êtres humains construisent ainsi leurs actions par la combinaison de différentes ressources (les structures du langage, les catégories, la prosodie, les postures et les agencements des corps, les manières de se comporter en interaction, les outils…), qui leur permettent de réaliser des opérations, à la fois simultanées et séquentielles, qui transforment le substrat sémiotique local, public – ce dernier étant le résultat d’un ensemble de processus intervenant à différentes échelles temporelles (d’un tour immédiatement antérieur à la sédimentation progressive de structures dans des outils, des langues et des environnements). Pour façonner leur action, les participants doivent savoir dans le détail ce que chacun est en train de faire, les connaissances dont ils sont en droit de supposer que leurs co-interactants les possèdent, et les propriétés pertinentes des matériaux (structures linguistiques, artefacts ou environnements matériels) qui contribuent à l’organisation de l’action en cours. La manière dont une action singulière fait appel à différents types de ressources rend possibles : 1) des formes distinctives d’organisation sociale, lorsque des acteurs qui occupent des positions structurellement différentes apportent leurs contributions singulières à une action commune (par exemple, la parole d’un locuteur et les manifestations silencieuses mais visibles de son auditeur se combinent pour élaborer un tour de parole et les énoncés qui en émergent) ; 2) l’accumulation et la transformation dans le temps, dans des zones de transformation co-opérative, de substrats denses, qui créent ainsi une multiplicité d’environnements pour l’action. Chacun de ces environnements doit être investi par des membres compétents, qui maîtrisent les pratiques culturelles spécifiques requises pour les activités qui font le monde vécu d’une communauté particulière. Par le développement progressif de ces écologies épistémiques et par leur apprentissage, ces communautés confèrent à leurs membres les ressources nécessaires pour favoriser ce type de compréhension mutuelle qui rend possible l’accomplissement des actions situées.

Haut de page

Bibliographie

Agha Asif, 2007, Language and Social Relations, Cambridge, Cambridge University Press.

Bakhtine Mikhaïl, 1981, The Dialogic Imagination : Four Essays, M. Holquist éd., trad. C. Emerson et M. Holquist, Austin, University of Texas.

Barth-Weingarten Dagmar, Reber Elisabeth et Selting Margaret éd., 2010, Prosody in Interaction, Amsterdam, John Benjamins.

Bourdieu Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris-Genève, Droz.

Brasier Martin D., Matthewman Richard, McMahon Sean et David Wacey, 2011, « Pumice as a remarkable substrate for the origin of life », Astrobiology, vol. 11, no 7, p. 725-735.

Cisbra Gergely et Gergely György, 2011, « Natural pedagogy as evolutionary adaptation », Philosophical Transactions of the Royal Society B, no 366, p. 1149‑1157.

DuBois John W., 2014, « Towards a dialogic syntax », Cognitive Linguistics, vol. 25, no 3, p. 359-410.

Enfield Nick J., 2009, The Anatomy of Meaning : Speech, Gesture and Composite Utterances, Cambridge, Cambridge University Press.

Enfield Nick J. et Levinson Stephen éd., 2006, Roots of Human Sociality, Londres, Berg Press.

Fitch William T., 2010, The Evolution of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Goffman Erving, 1987 [1981], « La position », Façons de parler, trad. A. Kihm, Paris, Minuit, p. 133-166.

Goodwin Charles, 1979, « The interactive construction of a sentence in natural conversation », Everyday Language : Studies in Ethnomethodology, G. Psathas éd., New York, Irvington Publishers, p. 97-121.

— 1981, Conversational Organization : Interaction Between Speakers and Hearers, New York, Academic Press.

— 1984, « Notes on story structure and the organization of participation », Structures of Social Action, M. Atkinson et J. Heritage éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 225-246.

— 1994, « Professional vision », American Anthropologist, vol. 96, no 3, p. 606-633.

— 1995, « Seeing in depth », Social Studies of Science, no 25, p. 237-274.

— 2000, « Action and embodiment within situated human interaction », Journal of Pragmatics, no 32, p. 1489-1522.

— 2007, « Environmentally coupled gestures », Gesture and the Dynamic Dimensions of Language, S. Duncan, J. Cassell et E. Levy éd., Amsterdam-Philadelphie, John Benjamins, p. 195-212.

— 2010a, « Building action in public environments with diverse semiotic resource », Versus, no 112-113, The External Mind : Perspectives on Semiosis, Distribution and Situation in Cognition, R. Fusaroli, T. Granelli et C. Paolucci éd., p. 165-178.

— 2010b, « Constructing meaning through prosody in aphasia », Prosody in Interaction, D. Barth-Weingarften, E. Reber et M. Selting éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 373-394.

— 2010c, « Things and their embodied environments », The Cognitive Life of Things : Recasting the Boundaries of the Mind, L. Malafouris et C. Renfrew éd., Cambridge, McDonald Institute for Archeological Research, p. 103-120.

— 2011, « Contextures of action », Embodied Interaction : Language and Body in the Material World, J. Streeck, C. Goodwin et C. Lebaron éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 182-193.

Goodwin Marjorie Harness, 1980, « Processes of mutual monitoring implicated in the production of description sequences », Sociological Inquiry, no 50, p. 303-317.

— 1983, « Aggravated correction and disagreement in children’s conversations », Journal of Pragmatics, no 7, p. 657-677.

Goodwin Charles et Goodwin Marjorie Harness, 1987a, « Concurrent operations on talk : Notes on the interactive organization of assessments », IPrA Papers in Pragmatics, vol. 1, no 1, p. 1-52.

— 1987b, « Children’s arguing », Language, Gender and Sex in Comparative Perspective, S. Philips, S. Steele et C. Tanz éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 200-248.

— 1992, « Context, activity and participation », The Contextualization of Language, P. Auer et A. di Luzio éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 77-99.

Heath Christian, Hindmarsh Jon et Luff Paul, 2010, Video in Qualitative Research : Analysing Social Interaction in Everyday Life, Los Angeles, Sage.

Heritage John, 2012, « Epistemics in action : action formation and territories of knowledge », Research on Language and Social Interaction, vol. 45, no 1, p. 1-29.

Hindmarsh Jon et Pilnick Alison, 2007, « Knowing bodies at work : embodiment and ephemeral teamwork in anaesthesia », Organization Studies, vol. 28, no 9, p. 1395‑1416.

Husserl Edmund, 1976 [1936], La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, trad. G. Granel, Paris, Gallimard.

Hutchins Edwin, 1995, Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press.

Ingold Tim, 2011a, Being Alive : Essays on Movement, Knowledge and Description, New York, Routledge.

— 2011b [2007], Une brève histoire des lignes, trad. S. Renaut, Bruxelles, Zones sensibles.

Iwasaki Shimako, 2011, « The multimodal mechanics of collaborative unit construction in Japanese conversation », Embodied Interaction : Language and Body in the Material World, J. Streeck, C. Goodwin et C. Lebaron éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 106-120.

Kaukomaa Timo, Peräkylä Anssi et Ruusuvuori Johanna, 2013, « Turn-Opening smiles : facial expression constructing emotional transition in conversation, Journal of Pragmatics, vol. 55, p. 21-42.

Kendon Adam, 2009, « Language’s matrix », Gesture, vol. 9, p. 355-372.

Knorr-Cetina Karin, 1999, Epistemic Cultures : How the Sciences Make Knowledge, Cambridge, Harvard University Press.

Latour Bruno et Woolgar Steve, 1993 [1979], La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, trad. M. Biezunski, Paris, La Découverte.

Levinson Stephen, 2012, « Action formation and ascription », The Handbook of Conversation Analysis, J. Sidnell et T. Stivers éd., Chichester, Wiley-Blackwell, p. 103-130.

Linell Per, 2009, Rethinking Language, Mind, and World Dialogically, Charlotte, Information Age Publishing.

Mogk David K. et Goodwin Charles, 2012, « Learning in the field : Synthesis of research on thinking and learning in the geosciences », Geological Society of America Special Paper, no 486, p. 131-163.

Mondada Lorenza, 2009, « Emergent focused interactions in public places : a systematic analysis of the multimodal achievement of a common interactional space », Journal of Pragmatics, no 41, p. 1977-1997.

Reynolds Peter C., 1993, « The complementary theory of language and tool use », Tools, Language and Cognition in Human Evolution, P. C. Gibson et T. Ingold éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 407-428.

Russon Anne E., 2004, Orangutans : Wizards of the Rain Forest, Buffalo, Firefly Books.

Sacks Harvey, 1995, Lectures on Conversation, vol. I, Cambridge, Blackwell.

Sacks Harvey, Schegloff Emanuel A. et Jefferson Gail, 1974, « A simplest systematics for the organization of turn-taking for conversation », Language, no 50, p. 696-735.

Schegloff Emanuel A. et Sacks Harvey, 1973, « Opening up closings », Semiotica, no 8, p. 289-327.

Schegloff Emanuel A., Jefferson Gail et Sacks Harvey, 1977, « The preference for self-correction in the organization of repair in conversation », Language, no 53, p. 361-382.

Streeck Jürgen, Gooodwin Charles et LeBaron Curtis éd., 2011, Embodied Interaction : Language and the Body in the Material World, Cambridge, Cambridge University Press.

Wittgenstein Ludwig, 2004 [1953], Recherches philosophiques, trad. F. Dastur, M. Élie, J.-L. Gautero, D. Janicaud et É. Rigal, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « The co-operative, transformative organization of human action and knowledge », paru dans Journal of Pragmatics, no 46, 2013, p. 8-23. Pour des questions de volume, un certain nombre de coupes ont été opérées : je renvoie donc les lecteurs intéressés à la version originale et aux autres publications de l’auteur auxquelles il est fait référence dans le texte. Je remercie vivement Marc Lenormand et Christelle Rabier pour leur relecture attentive.

2 Voir Goodwin et Goodwin (1987b) pour une analyse plus détaillée de ce format consistant à lier deux tours. Voir aussi Du Bois (2014) pour une analyse de la syntaxe dialogique.

3 N.d.t. Nous avons fait le choix de reproduire, sans les traduire, les matériaux (transcriptions et images) figurant dans l’article original, afin de respecter la mise en forme de l’auteur.

4 Les analystes de conversation ont relevé que les tours de parole qui ne sont pas supposés être compris comme liés à l’énoncé qu’ils suivent (c’est-à-dire, dans la perspective de notre argument, qui ne sont pas supposés être compris comme effectuant des opérations sur le substrat local disponible à ce moment) commencent en général par un marqueur explicite de mauvais placement. Voir Schegloff et Sacks (1973).

5 Voir l’extraordinaire conférence de Harvey Sacks sur les techniques de liaison (1995, p. 716‑721).

6 Pour d’autres analyses récentes de la manière dont l’action s’élabore par l’utilisation simultanée de différents types de ressources sémiotiques, voir Agha (2007), Barth-Weingarten et al. (éd., 2010), Enfield (2009), Heath et al. (2010), Hindmarsh et Pilnick (2007), Kendon (2009), Mondada (2009) et les articles rassemblés dans Streeck et al. (éd., 2011).

7 D’après Wikipédia, article « Substrat », [URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/Substrat], consulté le 29 avril 2016.

8 Levinson soutient ainsi que l’action accomplie par un tour est « révélée par la réponse du locuteur suivant » (2012).

9 N.d.t. On définit la réparation en analyse conversationnelle comme un procédé qui consiste à régler des troubles survenus dans le cours de l’échange, liés par exemple à des problèmes de compréhension. La « correction aggravée » a été étudiée par Marjorie Goodwin dans le cadre des disputes entre enfants, dont elle a montré le rôle dans la gestion séquentielle des désaccords.

10 Voir la discussion sur les chaînes d’inscriptions dans Latour et Woolgar (1993).

11 Voir toutefois ce qu’a montré Anne E. Russon dans son remarquable travail sur la libération d’orangs-outans anciennement captifs, où elle a observé des phénomènes comme des outils composites (2004).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Façonner une nouvelle action en réutilisant et en transformant des ressources fournies par un substrat public3
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 2. Accomplir des actions différentes avec le même lexique
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 3. S’approprier les aptitudes langagières d’autres participants
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 4. La structure feuilletée de l’action humaine
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 5. L’organisation combinatoire des outils humains
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 6. Calibrer par les gestes et le corps
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 7. La constitution réciproque, par calibration co-opérative, des choses, des acteurs et des communautés
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6531/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Goodwin, « L’organisation co-opérative et transformative de l’action et du savoir humains », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/6531 ; DOI : 10.4000/traces.6531

Haut de page

Auteur

Charles Goodwin

Professeur de linguistique appliquée, University of California at Los Angeles (UCLA)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page