Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Autour de l’anthropologie linguistique de Charles Goodwin

L’action en perspectives

Introduction
Introduction. Action in perspective
Yaël Kreplak
p. 13-18

Texte intégral

  • 1 Je remercie Natalia La Valle pour son aide précieuse dans la préparation de ce dossier.
  • 2 Université où Marjorie, quant à elle, est professeure d’anthropologie, enseigne l’anthropologie lin (...)
  • 3 Voir sa page personnelle, qui donne un bon aperçu de la façon dont Goodwin lui-même conçoit l’archi (...)

1« Ces contacts établis [avec Charles et Marjorie Goodwin] sont déjà appréciables si l’on songe à notre traditionnel retard à inviter des chercheurs étrangers – y compris américains – et à les traduire. Ils restent toutefois insuffisants à l’égard d’une œuvre abondante […] et qui occupe une place originale à l’intersection de différentes orientations de recherche » : c’est avec ces mots que Michèle Lacoste introduisait, dans la revue Langage et société en 1989 (p. 81), deux entretiens réalisés respectivement avec Charles et Marjorie Goodwin, alors tous deux professeurs d’anthropologie à l’Université de Caroline du Sud1. Aujourd’hui professeur au département des communication studies à l’Université de Californie à Los Angeles2, Charles Goodwin est une figure mondialement reconnue de l’anthropologie linguistique, spécialiste de l’analyse de l’interaction et auteur d’un vaste ensemble de publications qui révèlent la consistance de ses préoccupations pour la coordination interactive des comportements sociaux – de ses premiers travaux sur l’organisation de la participation entre locuteur et auditeur dans la conversation (1981) aux travaux plus récents sur la co-opération comme principe distinctif de la socialité humaine3.

  • 4 Grâce à des traductions comme celle parue en 1987 dans les Cahiers de praxématique, par Jeanne-Mar (...)
  • 5 Notamment les travaux les plus récents, qui donneront lieu prochainement à une monographie, Co-oper (...)

2Près de trente ans se sont écoulés depuis cette introduction et, si le nom de (des) Goodwin n’est pas inconnu4, force est de constater que, dans l’espace scientifique francophone, il circule dans une communauté à la fois relativement restreinte (sur un plan numérique), plutôt éparse (en termes d’ancrage disciplinaire) et, surtout, encore assez marginale (au sens où elle se constitue dans un espace international qui échange principalement en anglais). Ce qui a motivé ce dossier est donc cette impression d’une réception fragmentée et fragmentaire de ces travaux5, qui s’explique probablement par l’ampleur du spectre des problématiques abordées par Goodwin et la singularité de ses méthodes de travail – lesquelles invitent à s’interroger, par contraste, sur les formes de cloisonnement qui structurent notre paysage académique et sur les modalités d’implantation plus ou moins sélectives de certains courants de recherche. Or à une époque où l’intérêt pour le corps, pour la culture matérielle, pour l’action « en train de se faire », ou encore pour le renouvellement des méthodes d’enquête ethnographique est revendiqué par une large part des sciences sociales francophones, il semble pertinent de faire un état des propositions faites par Goodwin sur ces différents sujets pour les rendre discutables.

  • 6 Le Xerox Parc (Palo Alto Research Center) est célèbre pour avoir été un des principaux lieux de rec (...)

3Pour donner une idée, en quelques lignes, d’une carrière commencée dans les années 1970, rappelons que Goodwin fut un étudiant d’Erving Goffman et de William Labov, dont la sociolinguistique variationniste fut introduite en France notamment par les travaux de Pierre Bourdieu et Pierre Encrevé. Il travailla aussi avec l’équipe de Gregory Bateson sur des enregistrements vidéo de thérapie familiale, ou encore avec Lucy Suchman au Xerox Parc6, terreau de ce qui se développa ensuite sous les formes de l’action située et des workplace studies. Parmi les principales sources d’inspiration de son travail, il faut mentionner le rôle particulier de Gail Jefferson, et de Harvey Sacks et Emanuel A. Schegloff (fondateurs de l’analyse conversationnelle d’inspiration ethnométhodologique), ainsi que, plus tardivement, celui de Edwin Hutchins et de Don Favareau.

  • 7 On parle même à présent d’un embodied turn dans l’analyse des interactions (voir Streeck et al. éd. (...)
  • 8 La notion de « vision professionnelle », à laquelle est consacré son article (1994) probablement le (...)

4Forts de ces influences, ses travaux se structurent autour d’une thématique intégratrice : l’analyse des phénomènes de coordination et de coopération dans l’interaction. Ce programme prend corps autant par l’étude de la conversation (un des lieux les plus évidents de la manifestation d’une coordination intersubjective) que par l’étude de la gestualité (gesture studies), de la manière dont s’incarnent les actions, dont s’agencent les corps (autour du concept d’embodiment)7, et dont la matérialité du monde est transformée en ressource sémiotique pour l’(inter)action. Cette préoccupation transversale pour les modalités pratiques et observables de la socialité l’a conduit, entre autres, à travailler auprès d’archéologues en fouille ou d’océanographes en mer, à observer des opérations de coordination dans un aéroport, ou bien à s’intéresser à des conversations familiales ordinaires et à des échanges incluant des personnes aphasiques : autant de terrains d’enquête qui valent à Goodwin d’être lu, de manière plus ou moins sélective8, en sociologie et anthropologie des sciences, en linguistique interactionnelle, dans la recherche sur les pathologies du langage, en anthropologie cognitive, en sociologie du travail et des organisations, etc.

  • 9 Ouvrant ainsi la voie à des recherches novatrices du point de vue de la méthodologie de constitutio (...)

5Ces différents terrains sont toujours abordés avec une méthodologie caractéristique : celle de la vidéo-ethnographie, qu’il a contribué à mettre au point et à diffuser9. Les enregistrements vidéo et les transcriptions détaillées des échanges verbaux et des comportements corporels qui en sont faites constituent ainsi les matériaux d’une analyse caractérisée par un degré de granularité très fin, radicalement empirico-inductive, qui part de micro-phénomènes pour décrire des procédés systématiques tenus pour structurants de l’organisation des activités. Ces matériaux font souvent l’objet d’analyses collectives, par le biais de séances d’écoute, de visionnage et de discussion (data sessions) – selon, là encore, une manière bien particulière de pratiquer la recherche, mais aussi de l’écrire, de la mettre en forme et de la publier, et qui reste, en général, difficile à mettre en œuvre dans le format habituel des publications scientifiques.

6L’article traduit dans ce dossier, paru en 2013 dans Journal of Pragmatics, est représentatif des principales orientations de ce travail et atteste la continuité établie et revendiquée par Goodwin de ses différentes préoccupations. On y trouve des extraits (voire des participants, comme Chil, ou Ann et Sue, les archéologues) qui seront familiers à ses lecteurs, ainsi que la reprise d’analyses développées ailleurs, sur les enjeux épistémiques de la production d’évaluation dans le cours d’une conversation ou sur l’apprentissage des compétences structurantes d’une communauté de pratiques professionnelles. Mais ces dernières sont remises en perspective au sein de ce qui se dessine aujourd’hui comme un projet anthropologique plus large, autour de la notion de co-opération. Cette notion est proposée par Goodwin pour penser le continuum entre des phénomènes a priori hétérogènes, tels que l’organisation des tours de parole, la structuration des activités professionnelles ou encore la stabilisation, par la sédimentation des usages, d’outils, qui témoignent d’un même principe d’accumulation et de transformation. Pour reprendre ses termes, l’enjeu est désormais, par comparaison et généralisation, de comprendre comment « nous habitons le monde » – comment nous le façonnons dans l’interaction, dans le temps, à différentes échelles : dans nos échanges langagiers, dans nos actions conjointes, dans la culture matérielle. De la coopération à la co-opération, de l’interaction en face à face aux processus de la transmission culturelle, c’est donc un nouveau programme qui s’ouvre, qui nous a semblé inviter à (r)ouvrir la discussion.

7Les contributions rassemblées ici proposent chacune une lecture de ce travail et mettent en lumière des points d’articulation et de débat entre des traditions de recherche connexes, mais pas toujours en dialogue. Louis Quéré revient sur l’introduction des travaux de Goodwin en France dans les années 1980 et leur influence sur le développement de la sociologie de l’action, auxquelles il a directement contribué, avant d’engager une discussion plus critique, à la lueur de travaux comme ceux de Tim Ingold ou les recherches pragmatistes. En s’intéressant à ce qu’elle présente comme un élargissement progressif de la focale de Goodwin, visible dans l’évolution même des pratiques de transcription qui intègrent progressivement d’autres dimensions à ce qui se présentait initialement comme une analyse linguistique, Chloé Mondémé engage une réflexion sur les différentes acceptions du « social » qui se jouent dans les partitions entre sciences humaines et sociales, sciences cognitives et sciences de la vie. Maria Giulia Dondero, quant à elle, propose également une lecture des transcriptions de Goodwin (ou « notations », pour reprendre sa terminologie), qu’elle étudie dans une perspective proprement sémiotique. En rapprochant, sur différents points, la démarche de Goodwin des nouvelles orientations développées en sémiotique contemporaine, elle ouvre un espace de discussion de ces travaux qui articule analyse visuelle, analyse énonciative et analyse des pratiques scientifiques autour de la notion de « raisonnement diagrammatique ». Enfin, Luca Greco opère lui aussi une ouverture, en proposant de lire les travaux de Goodwin à l’aune des recherches conduites dans le domaine des performance studies – qu’il contribue par là même à introduire dans ses connexions avec l’histoire de l’interactionnisme. Par ce qu’il présente comme une opération de « traduction culturelle », il met ainsi en valeur d’autres formes de continuité – notamment entre co-opération et créativité, entre pratiques ordinaires, scientifiques et artistiques. Goodwin revient sur ces différentes analyses, sous la forme d’un commentaire publié en ligne10.

8L’ensemble du dossier vise ainsi non seulement à faire mieux connaître ce travail – voire à le faire découvrir –, mais aussi à faire entrevoir la diversité des travaux qui s’en revendiquent et s’en inspirent : en vertu du principe d’accumulation et de transformation, il s’envisage donc comme une strate, prenant appui sur ce qui l’a précédé et disponible pour quiconque voudra s’en saisir.

Haut de page

Bibliographie

Goodwin Charles, 1981, Conversational Organization : Interaction Between Speakers and Hearers, New York, Academic Press.

— 1987, « La référence exophorique comme procédé interactif », trad. J.-M. Barbéris, Cahiers de praxématique, no 9, p. 9-22.

— 1994, « Professional vision », American Anthropologist, vol. 96, no 3, p. 606-633.

Goodwin Charles et Goodwin Marjorie Harness, 1997, « La coopération au travail dans un aéroport », Réseaux, no 85, p. 129-162 (traduction par Pascale Joseph de « Seeing as a situated activity : Formulating planes » ; reprise, sous le titre « Voir comme activité située : formuler des avions », dans Regards en action, J.-P. Thibaud éd., Grenoble, À la croisée, 2002, p. 113-156).

Lacoste Michèle et Dannequin Claudine, 1989, « Travaux en analyse de conversation. Entretiens avec Charles et Marjorie Goodwin », Langage et société, no 48, p. 81-102.

Streeck Jürgen, Goodwin Charles et LeBaron Curtis éd., 2011, Embodied Interaction : Language and the Body in the Material World, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Natalia La Valle pour son aide précieuse dans la préparation de ce dossier.

2 Université où Marjorie, quant à elle, est professeure d’anthropologie, enseigne l’anthropologie linguistique, et poursuit ses travaux sur les interactions familiales.

3 Voir sa page personnelle, qui donne un bon aperçu de la façon dont Goodwin lui-même conçoit l’architecture d’ensemble de ses travaux : [URL : http://www.sscnet.ucla.edu/clic/cgoodwin/], consulté le 26 avril 2016.

4 Grâce à des traductions comme celle parue en 1987 dans les Cahiers de praxématique, par Jeanne-Marie Barbéris, ou dans Réseaux en 1997, par Pascale Joseph, republiée en 2002, et, plus largement, grâce aux nombreuses références qui y ont été faites dans différents champs de recherche (linguistique interactionnelle, sociologie de l’action et sociologie du travail, notamment).

5 Notamment les travaux les plus récents, qui donneront lieu prochainement à une monographie, Co-operative Action, dont l’introduction est une version remaniée du texte traduit ici.

6 Le Xerox Parc (Palo Alto Research Center) est célèbre pour avoir été un des principaux lieux de recherche en informatique dans les années 1970, mais aussi pour avoir accueilli des travaux pionniers en sciences sociales sur les innovations technologiques et sur les interactions homme-machine, dont ceux de Lucy Suchman, qui y fit sa thèse.

7 On parle même à présent d’un embodied turn dans l’analyse des interactions (voir Streeck et al. éd., 2011) – terminologie qui constitue d’ailleurs une gageure à traduire en français, le lexique de l’incarnation ou de l’incorporation induisant des connotations qui semblent absentes de la terminologie originale.

8 La notion de « vision professionnelle », à laquelle est consacré son article (1994) probablement le plus célèbre, écrit en réaction à l’affaire Rodney King, a ainsi largement circulé pour qualifier les pratiques d’autres communautés professionnelles, mais avec une lecture qui, souvent, tend à la postuler plutôt qu’à la décrire – soit un usage qui tend à perdre le phénomène tout en sédimentant le concept.

9 Ouvrant ainsi la voie à des recherches novatrices du point de vue de la méthodologie de constitution et d’analyse des corpus – voir, notamment, les travaux de Christian Heath et son équipe (King’s College, Londres), de Lorenza Mondada (Université de Bâle), de Aug Nishizaka (Chiba University, Japon) ou de Jürgen Streeck (Université du Texas à Austin).

10 Le texte sera consultable à l’adresse suivante : [URL : http://traces.hypotheses.org/1674].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaël Kreplak, « L’action en perspectives », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/6530

Haut de page

Auteur

Yaël Kreplak

postdoctorante, membre associée à l’IMM-CEMS (EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page