Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Avant-propos

Foreword
Yaël Kreplak et Christelle Rabier
p. 7-10

Texte intégral

1Qu’introduit-on lorsqu’on traduit les sciences humaines et sociales ? Des idées bien sûr, une langue, une personnalité scientifique quelquefois, mais aussi des façons de faire de la recherche, des formes de jugement, qui dépendent de considérations disciplinaires ou morales, inscrites dans une configuration temporelle et sociale. Traduire un texte de sciences humaines et sociales, c’est donc rendre accessibles ces textes scientifiques mais aussi déplacer et transformer leurs contextes académiques, qui leur donnent sens. C’est, de façon spéculaire, établir ce que ces textes nous donnent à comprendre de nos propres façons d’être universitaires ou politiques, des lignes de force, des débats, en dessinant un nouvel espace commun aux dialogues futurs.

2Pour la troisième année, Tracés invite au débat académique dans les pages de son hors-série. Si nous avons conservé la forme modulaire d’une traduction commentée, c’est pour explorer trois possibles de la traduction : la présentation pédagogique et critique d’une démarche universitaire ; l’analyse croisée d’une controverse étrangère ; l’exploration d’un débat théorique et politique italien. Nous souhaitions ainsi présenter en français des pensées originales susceptibles d’intéresser une communauté scientifique élargie. À cette première motivation s’est greffée la volonté d’introduire, auprès des auteurs que nous traduisions, des démarches originales francophones que le numéro donnait aussi l’opportunité de faire connaître. Les contributeurs et contributrices ne s’y sont pas trompés : en s’affranchissant de la gangue de l’entre-soi disciplinaire, les auteurs réunis ici ont réussi le périlleux exercice de rendre compte d’un ensemble d’enjeux épistémologiques et politiques par-delà les frontières hexagonales, esquissant ainsi une histoire des sciences sociales du temps présent.

3Dans la perspective ouverte par les précédents hors-séries, un premier dossier introduit l’anthropologie linguistique de Charles Goodwin et présente une partie de sa réception francophone – qui reste aujourd’hui encore assez discrète, éparse et principalement ancrée dans un espace scientifique anglophone. Si la variété des terrains d’enquête et des objets de Goodwin a conduit à la mobilisation de son travail en linguistique, en sociologie des sciences, en psychologie, en anthropologie cognitive, en sociologie du travail et des organisations, c’est précisément cette réception fragmentée, voire fragmentaire de ses travaux qui a motivé la constitution du dossier. La traduction d’un article paru dans Journal of Pragmatics en 2013 restitue ainsi l’originalité d’une démarche théorique – héritière de l’interactionnisme – et d’une pratique de recherche – fondée sur l’enregistrement vidéo et l’analyse détaillée des conduites verbales et corporelles –, et présente un programme scientifique entrepris il y a plus de quarante ans : l’étude des formes de coordination et de coopération dans l’interaction humaine. C’est aussi l’occasion d’introduire de nouvelles orientations de recherche, autour de la notion de « co-opération » comme principe distinctif de la socialité humaine. L’ensemble des commentaires explicite le double intérêt théorique et pratique de la démarche de Goodwin pour étudier l’organisation de l’activité humaine, en ce qu’elle a de cumulatif et de créatif : en revenant sur les concepts et les méthodes qui ont structuré le développement de sa pensée, le dossier offre des prises pour discuter de la fécondité de l’œuvre de Goodwin pour les sciences humaines et sociales, mais aussi pour le domaine artistique, autre champ de la pensée en action.

4Un deuxième dossier revient sur une querelle de méthodes en histoire économique, initiée par la publication en 2011 de The Poverty of Clio : Resurrecting Economic History. Son auteur, Francesco Boldizzoni, dénonce dans un brûlot les dérives de la « cliométrie » et propose de refonder l’histoire que pratiquent désormais les départements économiques anglo-saxons à partir de séries temporelles et de méthodes économétriques. En plein essor depuis les années 1960, la cliométrie a connu son apogée en 1993 lorsque Robert W. Fogel et Douglass C. North se sont vu décerner le prix Sveriges Riksbank Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel « pour avoir renouvelé la recherche en histoire économique en appliquant la théorie économique et les méthodes quantitatives pour expliquer le changement économique et institutionnel ». Vingt ans plus tard, Boldizzoni s’attaque à ces pères fondateurs dont il critique à la fois la méthodologie et les conclusions. De son ouvrage, nous traduisons le premier chapitre, qui revient sur deux siècles d’histoire économique et sur la naissance de la cliométrie au milieu du xxe siècle. Appelant à une « résurrection » disciplinaire, Boldizzoni invoque les mânes de Marc Bloch et de Fernand Braudel. Aussi nous at-il semblé utile d’entendre des chercheurs et des chercheuses de sa génération qui, sans se réclamer des Annales, pratiquent, lisent, écrivent l’histoire économique en France aujourd’hui.

5C’est à une autre pensée critique, celle de la prééminence des régimes de propriété privée qu’avaient contribué à construire les cliomètres, qu’introduit « Biens communs, beni comuni ». Le dossier souhaite rendre à César – aux Italiens – la centralité d’une pensée politique des communs ou biens communs qui émerge dans l’Europe du tournant du xxie siècle. Le dossier se compose principalement de contributions d’universitaires italiens qui restituent l’originalité d’une théorie des communs, élaborée par des juristes principalement, mais aussi par des philosophes, des politistes, des historiens et des géographes. Il montre ainsi une Italie où les foyers de contestation quant au destin des lieux culturels (comme le Teatro Valle à Rome) ou des moments politiques majeurs (comme l’instauration d’une commission parlementaire sur le statut des biens publics, le référendum sur l’eau en 2011) ont alimenté la publication d’un grand nombre de traités, d’essais, de manifestes, qui construisent un socle théorique et une ressource pour l’action. Les textes réunis ici font le point sur les transformations sociales en cours et sur la façon dont le droit tente de leur faire écho. Un contrepoint est offert par Pierre Dardot, qui présente une conception alternative des rapports entre droit et politique. Ce dossier reprend ainsi une des pistes ouvertes dans Penser avec le droit (Tracés, no 27), en apportant des contributions originales et inédites, en français, à l’histoire récente d’une théorie critique majeure de notre monde contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaël Kreplak et Christelle Rabier, « Avant-propos », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/6529

Haut de page

Auteurs

Yaël Kreplak

Articles du même auteur

Christelle Rabier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page