Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

« J’affirme un besoin déchirant de minorités alliées » : pensée et poétique du minoritaire chez Pasolini

« I assert a tormenting need for allied minorities ». Minority in Pasolini’s thought and poetics
Léa Passerone
p. 163-186

Résumés

En tant qu’artiste, homosexuel, antibourgeois qui fréquente et évoque Frioulans, sous-prolétaires romains, Juifs, Noirs, homosexuels, Pasolini est étroitement lié à la question minoritaire. Chez lui, celle-ci se pose d’emblée sous l’angle de l’expérience puisqu’elle est une réalité vécue et observée au quotidien. Tout au long de son œuvre, le poète-cinéaste s’attache à dire et à montrer les minorités, quelles qu’elles soient. L’article se propose de retracer le parcours de cette thématique centrale, quoique sous-jacente, et de mettre en évidence la pensée et la poétique qui s’en dégagent, dans leurs constantes et leurs évolutions. Pour Pasolini, les minorités se définissent avant tout par leur écart vis-à-vis des modèles dominants. À l’heure où les mouvements pour les droits civiques américains et le boom économique italien battent leur plein, le lyrisme évoquant l’exclusion inévitable du sujet minoritaire est contrebalancé par une ligne épique, qui appelle à une alliance combattive des minorités, et par une ligne polémique, qui dénonce toutes les formes de persécutions à leur égard.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous ne parlons pas ici du mot minoranza dans son sens numérique, qui est utilisé par Pasolini dès (...)
  • 2 Dans cet article, nous faisons référence à l’édition Meridiani Mondadori dirigée par Walter Siti, (...)

1Les premières occurrences du mot « minorité » – minoranza en italien – dans l’œuvre de Pier Paolo Pasolini remontent au milieu des années 19601. Malgré cette apparition tardive, l’ensemble de sa vie et de son œuvre peut être placé sous ce signe. La minorité, Pasolini l’éprouve d’abord à la première personne, dès sa jeunesse. Accusé de corruption de mineur et d’outrage public à la pudeur en octobre 1949, il est expulsé du Parti communiste italien, auquel il a adhéré un an plus tôt, pour « indignité morale et politique », avant d’être renvoyé de son poste d’enseignant au collège de Valvasone. Stigmatisé à cause de son homosexualité, il est contraint de quitter le Frioul pour Rome en janvier 1950. Son chemin croise alors très vite celui d’autres minorités : le sous-prolétariat des banlieues romaines ou encore les Afro-Américains lors de son premier séjour aux États-Unis en 1966. Ses différents voyages en Afrique et au Moyen-Orient sont également l’occasion de découvrir ce qu’il appelle les peuples du « Tiers Monde » et certaines de ses « tribus » (1999f, p. 207)2.

  • 3 Pasolini explique ce titre à la fin de l’article « Dal laboratorio (Appunti en poète per una lingu (...)
  • 4 Pour une analyse plus approfondie du titre, voir le premier chapitre de l’essai d’Hervé Joubert-La (...)

2La minorité n’est donc pas une notion abstraite, appréhendée de manière théorique. C’est une réalité concrète que Pasolini expérimente au quotidien, lui qui cultive une « passion pour la vie, pour la réalité qui [l’]entoure, réalité physique, sexuelle, objectale, existentielle » (Naldini, 1991, p. 235). Pasolini se définit d’ailleurs comme un « empiriste hérétique » dans l’ouvrage théorique publié en 1972, Empirismo eretico (1999v), publié sous le titre Expérience hérétique en français (1976a)3. Aux structuralistes qui ne connaissent la complexité du réel qu’intellectuellement, « dans sa projection géométrique », il oppose le poète qui « veut faire l’expérience directe du magma, en étant à l’intérieur, en vivant dans son intérieur » (ibid., p. 38) et le marxiste qui « rationalise » (Joubert-Laurencin, 1987, p. 74). L’empirisme hérétique, ou hétérodoxe, est donc une « expérimentation vitale » qui « se méfi[e] de toute structure “modèle” » pour « mettre l’accent sur le mouvement de la réalité » (ibid., p. 75)4.

3C’est donc sous l’angle de l’expérience, entendue à la fois comme fait vécu et fait observé, que Pasolini aborde la question minoritaire. Les minorités sont omniprésentes dans ses œuvres poétiques, romanesques, cinématographiques, théâtrales ou critiques. Elles s’y manifestent avant tout comme écart par rapport au modèle dominant. Leurs visages sont variés : le dialectophone, le Juif, le Noir, l’homosexuel… Ces figures sont souvent associées à d’autres, elles aussi distinctes de la norme prévalant dans la société occidentale, des marginaux des sociétés industrialisées aux peuples du « Tiers Monde ». Il faut distinguer toutefois deux sortes de minorités chez Pasolini : l’une se définit d’elle-même par des pratiques communes qui poussent à un vouloir-vivre ensemble ; l’autre est d’abord le résultat d’assignations extérieures, l’exclusion étant première dans le processus de prise de conscience de soi. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que Pasolini réserve à cette seconde catégorie le mot « minorité », qui se révèle intimement lié au fait d’être marginalisé, subordonné, voire persécuté.

  • 5 Les premiers textes de Pasolini ont un fort caractère autobiographique, en particulier les récits (...)

4La question minoritaire, quoique importante, reste largement sous-jacente dans son œuvre et nous nous proposons ici de la mettre en lumière et d’en retracer le parcours. Elle se pose dans un premier temps en termes individuels – le je vivant son homosexualité comme une faute5 – puis rapidement en termes collectifs. C’est en ce sens qu’on peut comprendre le recours de Pasolini au terme minoranza à partir du milieu des années 1960. Le mot devient récurrent et parcourt aussi bien le recueil Poesia in forma di rosa (2003f, 2015) que le scénario Porno-Teo-Kolossal, conçu entre 1967 et 1975 (2001a, 2013b), et les articles des années 1970 (1976b, 1999e, 1999h, 1999i, 2002). Il inclut le sens de ceux employés précédemment : diversità (« différence »), anormalità (« anormalité »), esclusione (« exclusion ») ; mais il les dépasse par sa dimension intrinsèquement collective. L’approche de l’écrivain-cinéaste se veut en effet toujours plus globale, en quête de solidarités et de convergences. Les minorités prises en considération sont de plus en plus nombreuses et elles sont mises en rapport pour faire émerger des constantes. Leurs points communs révèlent une transversalité de l’expérience minoritaire, censée déboucher sur une alliance en vue d’une lutte commune. Pasolini opère donc une distinction entre ce que les minorités sont, ce qu’elles vivent isolément au quotidien, et ce qu’elles peuvent faire pour ne pas être bafouées.

5Cette pensée en mouvement suit les aléas d’une histoire particulièrement complexe pour l’Italie. Elle commence en effet sous le fascisme, qui souhaite éradiquer toutes les minorités au nom d’une romanité idéale et d’une italianité hypothétique. La réflexion du jeune Pasolini se focalise alors sur le dialecte, particulièrement combattu par Mussolini qui cherche à unifier un pays fragmenté linguistiquement du fait de sa création tardive. Elle se poursuit et s’élargit dans l’après-guerre lors du long règne de la Démocratie chrétienne, marqué par un « boom économique » qui débute dans les années 1950 et s’accentue à la fin de la décennie. La brusque croissance bouleverse le visage de la péninsule : l’Italie, encore agricole et paysanne, s’industrialise et s’urbanise. Malgré les inégalités sociales et géographiques, les conditions matérielles d’une grande partie de la population s’améliorent, notamment avec l’accès aux produits de grande consommation. Il s’agit d’une véritable « révolution sociale » (Ginsborg, 1989, p. 286) qui va dans le sens d’une uniformisation de la population et, a fortiori, d’une disparition progressive des minorités et de leurs pratiques. Pasolini parle d’omologazione (« homologation ») à propos de cette standardisation socioculturelle, suivant une acception qui entre rapidement dans la langue courante italienne. Par ce terme, il dénonce une certaine forme de développement économique et culturel ainsi que le modèle de la petite bourgeoisie urbaine et consommatrice qu’il véhicule. À l’étranger, en revanche, les mouvements pour les droits civiques américains et les luttes pour la décolonisation gagnent du terrain. Cette période fonctionne comme un véritable pivot dans les réflexions de Pasolini sur les minorités, qu’il aborde désormais explicitement en ces termes. La fin des années 1960 marque un nouveau tournant. Face à la radicalité des changements historiques et au climat de violence des années de plomb, l’auteur adopte la posture du polémiste combattant ouvertement en faveur des minorités, quelles qu’elles soient. La polémique vient s’ajouter aux dimensions précédentes de son œuvre : linguistique, qui pose la langue comme donnée première pour rendre compte de la différence ; lyrique, qui revisite le topos romantique de la solitude du sujet exclu ; épique enfin, qui en appelle à une alliance combattive entre les minorités. L’articulation de ces poétiques, variable à travers le temps, fonde progressivement une pensée du minoritaire propre à Pasolini.

La question de la langue : des Frioulans aux sous-prolétaires des banlieues romaines

6On peut trouver chez Pasolini les premiers linéaments d’une pensée et d’une poétique du minoritaire dans son intérêt précoce pour les pratiques langagières. C’est sous ce prisme qu’il aborde les deux univers périphériques où il habite : le Frioul avec son dialecte frioulan ; les banlieues romaines avec le romanesco. Bien qu’il s’agisse de minorités linguistiques – la première étant officiellement reconnue comme telle, contrairement à la seconde qui possède pourtant une tradition littéraire –, celles-ci ne sont pas encore évoquées en ces termes dans les années 1940 et 1950.

La passion dialectale

  • 6 En ce qui concerne le rapport de Pasolini à la question dialectale, nous renvoyons aux articles «  (...)

7C’est un mot, rosada (« rosée »), qui fait naître la fascination du jeune Pasolini pour le frioulan. Un dialecte qui lui est étranger, puisqu’il naît et vit à Bologne dans une famille bourgeoise parlant italien. Le Frioul, d’où est originaire sa mère, est le lieu des vacances estivales puis le refuge où il passe quelques années afin d’échapper aux bombardements menaçant la capitale de l’Émilie-Romagne. L’amour inconditionnel qu’il éprouve pour cette région et pour ses habitants si différents de lui trouve ses racines dans la passion esthétique pour un langage encore jamais transcrit. Le frioulan, perçu comme naturel, essentiel, authentique et vivant, s’oppose, selon lui, à une langue nationale usée. Les essais de cette période témoignent de son désir de promouvoir ce dialecte oral, souvent abaissé au statut de modeste idiome du terroir, pour l’élever non seulement au rang de langue véritable, qui s’écrit, mais encore au rang de langue littéraire et poétique, dont la portée ne serait pas uniquement locale mais nationale6. La petite académie de langue frioulane (Academiuta di lenga furlana), qu’il fonde à Versuta avec quelques amis le 18 février 1945, ainsi que les revues qui lui sont rattachées, portent cette ambition.

  • 7 Pasolini évoque ce nouvel usage du dialecte dans la note finale de La meglio gioventù (2003a, p. 1 (...)

8La langue employée dans la première version des Poesie a Casarsa (Pasolini, 2003d) n’est toutefois pas celle que parlent les Frioulans, mais une langue inventée à partir du dictionnaire Pirona et des « Saggi Ladini » de Graziadio Isaia Ascoli (1873). Cette langue poétique s’inscrit dans une lignée hermétique et symboliste, et donne une image abstraite et mythique de cet univers minoritaire. « Pasolini, en somme, est pleinement conscient que son [dialecte] est avant tout un idiolecte, la parole non pas d’une communauté, mais d’une singularité » (Guglielmi, 2002, p. 6). Son approche devient ethnico-linguistique dans un second temps, en sorte que les textes frioulans de La meglio gioventù (Pasolini, 2003a, 2003c) recourent au dialecte réel et ultra-minoritaire de Casarsa et de ses alentours, et non à celui central et institutionnel d’Udine7.

9L’intérêt linguistique de Pasolini ne saurait toutefois se limiter à cette zone géographique du nord-est de l’Italie. Il s’étend à l’ensemble d’un pays constitué d’une mosaïque de dialectes parlés par la majorité de la population, là où l’italien standard – le florentin théorisé par Manzoni – est réservé à la bourgeoisie et essentiellement employé à l’écrit. Écrire en dialecte, « ce n’est pas seulement une évasion, une aventure, ou, en somme, une soustraction, même momentanée, à l’engagement moral de l’écriture en langue nationale ; cela répond à un profond besoin de différence » (Pasolini, 1999r, p. 259, nous soulignons). La différenciation linguistique, voilà ce qui lui permet d’unir les « Petites Patries de langue romanes », comme le Frioul, la Provence, la Catalogne et le canton des Grisons (1999m, p. 74), dans une sorte de préfiguration de l’idée – plus tardive – d’une transversalité propre aux minorités.

  • 8 L’Academiuta di lenga furlana peut être rapprochée du félibrige, association littéraire fondée en (...)
  • 9 Voir les articles de Pasolini : « Che cos’è dunque il Friuli ? » (« Qu’est-ce donc que le Frioul ? (...)
  • 10 L’AAF est fondée à la fin du mois de juillet 1945 par Tiziano Tessitori afin de défendre et de dif (...)
  • 11 Pour plus de précisions sur l’histoire de l’autonomisme frioulan, voir Di Giusto (1997, p. 453-464 (...)

10De ce « nouveau félibrige frioulan »8 (Mengaldo, 1981, p. 780, nous traduisons) dérive une ambition politique, car, dans le sillage d’Ascoli, Pasolini souhaite que la conscience linguistique débouche sur une revendication d’autonomie régionale9. Le 30 octobre 1945, il adhère à l’Association pour l’autonomie du Frioul (AAF) et, en janvier 1947, il fonde avec Gianfranco D’Aronco, Chino Ermacora et Alessandro Vigevani le Mouvement populaire frioulan (MPF)10. Sa défense d’un courant autonomiste de gauche, étranger à toute sécession nationale et à tout repli chauvin, l’isole néanmoins au sein du MPF et du Parti communiste italien. L’autonomie régionale est finalement obtenue en juin 1947, mais il s’agit d’une autonomie spéciale, motivée non par la spécificité frioulane mais par la présence d’une minorité slovène dans la région et par la proximité de la frontière yougoslave. De plus, ce statut est attribué à la région Frioul-Vénétie Julienne, qui réunit deux territoires distincts dont Pasolini souhaitait la séparation (1999a). Dès le mois d’octobre 1947, les polémiques provoquent la suspension du statut, qui ne sera réadopté qu’en janvier 196311.

La langue comme clé de l’expérience minoritaire

  • 12 Dans « I parlanti » (« Les locuteurs », 1998g), Pasolini dresse un constat qui est présenté comme (...)

11Une question taraude Pasolini : comment faire pour rendre compte fidèlement de la réalité frioulane ? Trois éléments lui semblent à ce titre indissociables : la population, le paysage, la langue. Ses voyages en train et à vélo à travers la région lui révèlent le lien indéfectible qui existe entre ces trois données, le passage d’un lieu à l’autre entraînant un changement aussi bien d’environnement que de langage et de physionomie humaine12. Pour l’écrivain, ces coïncidences font de la connaissance de la langue la condition indispensable pour appréhender, pénétrer et narrer tout nouvel univers, qui plus est minoritaire. Parler la langue des Frioulans, explique-t-il dans La poesia dialettale del Novecento (« La poésie dialectale du xxe siècle », 1999u), amène à saisir quelque chose de leur être qui sinon resterait hors d’atteinte : « […] c’était là son seul moyen de connaissance. […] Connaître équivalait à exprimer » (ibid., p. 856).

  • 13 La notion de plurilinguisme dantesque a été théorisée par le critique Gianfranco Contini (1970, p. (...)
  • 14 Giovanni Verga (1881), auteur vériste de la seconde moitié du xixe siècle, réactualise le mélange (...)
  • 15 Le plan INA-Casa est un vaste programme gouvernemental de rénovation urbaine qui s’étend de 1949 à (...)

12La connaissance et la pratique du dialecte permettent également de se tenir au plus près du sous-prolétariat romain. Pasolini, le « linguiste obsessionnel » (1998g, p. 185) qui explorait en bicyclette la campagne autour du Tagliamento, parcourt désormais les banlieues de la capitale, à pied ou à bord de sa voiture, à l’affût de la moindre expression en romanesco alors scrupuleusement notée dans un carnet. Sergio Citti, habitant des faubourgs, devient son dictionnaire vivant. Dans Ragazzi di vita (Pasolini, 1982, 1998e) et Una vita violenta (1961, 1998f), le dialecte ne se limite pas aux dialogues mais envahit les parties narratives, si bien que les voix du narrateur et du personnage se confondent dans le discours indirect libre adopté par l’auteur. L’article de 1965 consacré à ce sujet en donne la définition suivante : « un écrivain-narrateur » qui « plonge » dans son personnage « en narrant tout à travers lui ». Cette technique de la contamination, qui remonte au plurilinguisme de Dante13, et passe par Verga et Gadda14, a pour but de « rendre réellement objective la narration d’un monde objectivement […] différent de celui de l’auteur » (Pasolini, 1976a, p. 41 ; 1999v, p. 1347-1348). L’adoption « [des] habitudes, [du] caractère, [de] la psychologie, [de] la langue » du sujet minoritaire permet de décrire la réalité « comme vu[e] par » lui (1999w, p. 2304). C’est là la seule manière de dépasser la simple observation « sociologique ou scientifique » de la réalité « objectivée », pour toucher à la « réalité réelle, inaliénable et qui ne saurait se répéter dans d’autres situations » d’un individu – et, à travers lui, d’une classe –, « bref », pour rendre compte de « son expérience de vie, [de] son sentiment des choses » (1976a, p. 49 ; 1999v, p. 1357). Les romans romains ne sont donc pas qu’une simple découverte de faubourgs pauvres et excentrés, envahis par les barres d’immeubles modernes de l’INA-Casa15, ils sont une plongée dans la manière de voir, de penser et de vivre de jeunes banlieusards pris dans un quotidien d’oisiveté et de petits larcins. Dans le troisième chapitre de Ragazzi di vita, la misère est d’autant plus concrète qu’elle se dit avec les mots du personnage surnommé il Riccetto (« le petit Frisé) » :

— […] En tout cas, y m’reverront pas d’si tôt dans la carrée, ajouta-t-il en tirant les dernières bouffées de son mégot.
Une carrée ? Façon de parler. Crécher ou rester dehors, c’était du pareil au même. Croûter, par exemple, la croûte était jamais prête et pour se pager, autant un banc dans un jardin public. Une carrée ça ? (Pasolini, 1982, p. 76)

  • 16 Par ses choix stylistiques, Pasolini cherche à révéler la « grandeur épico-religieuse de ces perso (...)

13Dans le texte italien (1998e, p. 582-583), les inflexions dialectales parsèment le discours direct (« E chi ce torna ppiù a casa ») et la narration, qui devient, au détour d’une phrase, un monologue intérieur. Confronté à ces expressions difficilement traduisibles, Claude Henry recourt dans sa traduction française à des tournures orales (« y m’reverront pas d’si tôt », « était jamais prête », « Une carrée ça ? », nous soulignons) et à un grand nombre de termes dialectaux : le verbe magnà, « manger » en romanesco, est traduit par « croûter », les mots italiens casa (« maison ») et andarci (« y aller ») donnent respectivement « carrée » et « crécher », quant à l’infinitif tronqué dormì (« dormir »), il se transforme en « pager ». Or, dire mangiare ou magnà, parler en italien standard ou en dialecte, ce n’est pas seulement évoquer la même chose avec des mots ou des tons différents. Pour Pasolini, deux signifiants renferment deux subjectivités, donc deux réalités différentes. Quelques années plus tard, face à la standardisation rapide de la langue des Italiens, l’écrivain déplorera la désuétude du discours indirect libre (1999v, p. 1254). Ce seront alors ses trois premiers films, Accattone (1961), Mamma Roma (1962) et La ricotta (1963), qui s’attacheront à montrer – et à sublimer16 – ces mêmes expériences minoritaires.

L’ébauche de la notion de minoranza

14Après les Frioulans et les sous-prolétaires romains, l’écrivain désormais cinéaste se tourne vers les minorités racisées, religieuses et sexuelles des sociétés occidentales ainsi que vers les populations de l’Afrique noire, notamment vers « certains petits peuples ou tribus » (Pasolini, 1999f, p. 212). L’approche se fait plus globale puisque le fait minoritaire est désormais appréhendé dans toute sa diversité.

15Un tel élargissement du regard pasolinien coïncide avec l’apparition, vers le milieu des années 1960, de la notion de minoranza. Outre les raisons personnelles, c’est le contexte sociopolitique qui pousse Pasolini à dire et à penser la minorité. Si en Italie les modes d’existence non majoritaires semblent menacés par le « miracle économique » qui uniformise la population, au contraire, ceux-ci s’affirment aux États-Unis avec mouvements pour les droits civiques. Les Noirs américains et les homosexuels, en particulier, luttent pour obtenir l’égalité des droits et la fin de la ségrégation et de la violence. Paradoxalement, Pasolini s’intéresse assez peu au mouvement LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels et/ou transgenres) qui émerge dans les années 1960, au point que sa réflexion sur l’absence de droits des homosexuels semble se limiter aux deux vers de la poésie 39 de L’hobby del sonetto : « et moi je suis sans / droit au regard de la société civile » (2003j, p. 1159 ; 2005, p. 85). Son soutien à la lutte des Afro-Américains est en revanche clairement exprimé dans un article de 1966, intitulé « Guerra civile » (« Guerre civile »). Il y analyse la situation sociopolitique américaine à la suite de son premier voyage à New York cette année-là : il dit voir dans les contestations de l’époque une nouvelle forme de résistance, qu’il ne cesse de comparer à la résistance européenne contre le nazisme et le fascisme. Il rappelle également les quelques heures passées avec « un jeune syndicaliste noir » d’Harlem luttant « contre le chômage des noirs » ainsi que sa rencontre furtive avec « un groupe de jeunes noirs […] [qui avaient] [s]ur leurs tee-shirts l’emblème de la panthère : un mouvement extrémiste [les Black Panthers] qui se prépare à une véritable lutte armée » (1976a, p. 109-110 ; 1999v, p. 1431). Leur slogan conclut d’ailleurs l’article et devient le nouveau mot d’ordre pasolinien :

Voici la nouvelle devise d’un engagement réel et non pas ennuyeusement moraliste : jeter son corps dans la lutte… Qui, en Italie, en Europe, écrit sous l’impulsion d’une capacité si grande et si désespérée de contestation ? Qui ressent la nécessité de s’opposer comme une nécessité originelle, sans précédents dans l’histoire, absolument significative, et chargée à la fois de mort et d’avenir ? (p. 116 ; p. 1438-1439, nous soulignons)

16À l’apathie des peuples européens, l’auteur oppose la vivacité de la lutte afro-américaine pour la justice sociale, qu’il associe au combat des peuples colonisés pour leur indépendance.

Différence, anormalité et exclusion

17Confronté à cette actualité, Pasolini semble réfléchir à la question minoritaire dont il donne une définition particulière, fondée non sur le nombre mais sur la norme : chez lui, en effet, les minorités sont d’abord caractérisées par leur distance vis-à-vis des normes idéales que se fixe chaque société. Les deux dimensions ont toutefois tendance à se recouper : peu sont ceux qui échappent aux modèles auxquels adhère la majorité. La minorité est donc synonyme d’« anormalité » – mot que Pasolini emploie au sens étymologique de « contraire à la règle » et auquel il ôte toute connotation péjorative (1976b, p. 254 ; 1999h, p. 490). C’est en ces termes qu’est évoquée l’histoire du peuple juif lors d’un entretien avec Jon Halliday en 1968 :

[…] j’ai toujours aimé les Juifs car ils ont été des exclus, car ils sont encore l’objet de haine raciale, car ils ont été contraints à rester étrangers à la société.
Mais une fois fondé leur propre État, ils ne sont plus des différents, ils ne sont plus une minorité, ils ne sont plus des exclus ; ils sont la majorité, ils sont les normaux. Et cela m’a un peu déçu, je ne saurais pas vraiment comment l’expliquer. Eux qui ont toujours été les paladins de la différence, du martyre, de la lutte de l’autre contre le normal, maintenant ils sont devenus la majorité, les normaux : c’est une chose que j’ai trouvée un peu difficile à digérer. (Pasolini, 1999j, p. 1330-1331, nous soulignons)

18À la lecture de ce passage, il apparaît clairement que « minorité » et « majorité » renvoient à deux positions dans la société (marginalité pour la première, domination pour la seconde), à deux façons de se rapporter aux autres (opprimé contre oppresseur), à deux manières d’être antagonistes (refus de l’étalon ou adhésion). Pasolini affirme son amour pour la première et son rejet de la seconde ainsi que son profond malaise de voir l’une se transformer en l’autre. Il opère ici un renversement hiérarchique en situant le pôle positif du côté du minoritaire, contrairement à la doxa qui perçoit un danger dans tout ce qui s’écarte des conventions et se situe aux marges.

19Dans son œuvre, la galerie des sujets minoritaires est vaste et à l’occasion complexe. Ainsi le protagoniste du drame Orgia est-il double : il se définit à la fois comme « homme normal », qui « a pris le parti du pouvoir », et comme « homme Différent », qui est une « négation de la norme » de par sa pratique sadomasochiste (1988b, p. 7-9, 2001c, p. 245-247). Tous les personnages des pièces rédigées par Pasolini à partir de 1966 ont une sexualité particulière, voire scandaleuse : de la simple masturbation dans Bestia da stile (1990c, 2001i) aux désirs incestueux d’Affabulazione (1988a, 2001f) et de Calderón (1990b, 2001h), en passant par la zoophilie de Porcile (1989, 2001g). Pylade, le protagoniste de la pièce qui porte son nom, incarne quant à lui la « véritable Différence / celle que nous ne comprenons pas, / comme une nature ne comprend pas une autre nature. / Une Différence qui fait scandale » (1990a, p. 24 ; 2001e, p. 384). Pour la ville d’Argos qui entre dans la modernité et l’opulence, Pylade est celui qui est tourné vers le passé, l’irrationalité et la pauvreté. De ce fait, il est banni et organise depuis l’extérieur la résistance au nouveau pouvoir d’Oreste au nom de tous les exclus de l’histoire. À ces personnages s’ajoutent également Œdipe (1967a) – l’incestueux et le parricide –, la sorcière Médée face à la rationalité de Jason (1969a), les peuples du « Tiers Monde » représentés dans Appunti per un film sull’India (« Notes pour un film sur l’Inde », 1968) et Appunti per un’Orestiade africana (« Carnet de notes pour une Orestie africaine », 1969b).

  • 17 Dans un article intitulé « Sviluppo e progresso » (« Développement et progrès »), Pasolini disting (...)
  • 18 Nous citons les propos tenus par Pasolini dans le documentaire de Jean-André Fieschi (1966) et la (...)

20Au fil des textes et des films, la majorité apparaît toujours discriminante à l’égard des minorités. Il n’y a pas d’intégration harmonieuse possible. « Être pauvre, nègre, juif, homosexuel, c’est être exclu » (1981a, p. 81). C’est d’ailleurs sous le signe de l’exclusion que le poète place l’ensemble de sa vie et de son œuvre, lui, l’homosexuel qui a trahi sa classe et qui refuse un développement qui, dit-il, n’a rien à voir avec le progrès17. Toutefois, « ce sens de l’exclusion n’enlève pas l’amour de la vie, mais l’accroît »18 (1981b, p. 50). La douleur liée à la solitude n’aboutit jamais au désespoir, elle devient ab-gioia, « de joie », dès lors qu’elle revêt une portée créatrice ou contestataire. C’est le cas pour l’auteur, mais aussi pour le protagoniste d’Orgia qui, dans sa lutte « contre la normalité qui repousse aux marges, qui enferme dans le ghetto », se suicide par un geste de « protestation existentielle contre la normalité » (2001d, p. 327). L’exclusion n’est alors plus perçue comme un manque mais comme une force constructive paradoxale.

Collectivité et transversalité de l’expérience minoritaire

21Le mot « minorité » évacue l’idée d’isolement individuel propre aux termes « différent », « anormal », « exclu », en ajoutant une dimension collective qui fait écho aux mouvements de résistance contemporains. Mais de quel type de collectivité s’agit-il ? Elle peut résulter d’une aspiration à vivre ensemble qui coupe le groupe du reste de la société. Pasolini cite l’exemple des Peuls et des Touaregs qui refusent d’être intégrés à un État et qui vivent en autonomie (1999f, p. 208). La situation est semblable chez les Napolitains, assimilés à une « grande tribu » (1999g, p. 230). Ailleurs, la minorité peut être subie plus que voulue. C’est le cas notamment des banlieues romaines, sortes d’« enclave[s] rigoureusement clôturée[s] » (Micciché, 1999, p. 43, nous traduisons) où émigrent dans l’après-guerre les ouvriers et les paysans les plus pauvres.

  • 19 Nous renvoyons à l’analyse que Didier Éribon fait de Jean Genet, en particulier à la coda « Ma mor (...)
  • 20 Dans le chapitre « La Resistenza : antifascista e anticolonialista » de l’ouvrage qu’elle consacre (...)

22Au-delà de ces positions de repli, Pasolini en appelle à une association des minorités. Celle-ci est rendue possible par le partage de l’expérience de la différence, de l’exclusion. Se fait alors jour, comme chez Jean Genet19, l’idée d’une grande condition minoritaire transversale20. Elle s’exprime littérairement par la fréquente mise en rapport des différents groupes au sein d’une même phrase ou d’un même texte. Ainsi l’Homme d’Orgia place-t-il sur le même plan le Noir et le Juif, élevés au statut de catégorie par le singulier et la majuscule : « Et, chose importante, que doit faire celui qui est Différent ? / Noir, Juif, monstre, qu’es-tu donc tenu de faire? » (Pasolini, 1988b, p. 9 ; 2001c, p. 248). Le je lyrique du poème « La realtà » (« La réalité ») cherche, quant à lui, à rompre son isolement en s’associant à d’autres sujets minoritaires :

D’où, non moi mais celui qui parle par ma voix,
tire la conclusion désespérée
d’être le rejeté d’un groupe

d’autres : tous les hommes, sans distinction,
tous les normaux, à qui appartient cette vie.
Et je cherche des alliances qui n’ont d’autre raison

d’être, comme compensation, ou contrepartie
que différence, douceur et violence impuissante :
les Juifs… les Nègres… tous les parias de l’humanité… (1990d, p. 361 ; 2003f, p. 1116)

23Dans ce poème, l’opposition binaire entre le pronom singulier de la première strophe (« moi ») et les pluriels génériques de la seconde (« d’autres », « les hommes », « les normaux »), accentués par les adjectifs indéfinis (« tous » répété deux fois) et l’italique, met en scène une forme d’exclusion qui se dialectise grâce à la manifestation d’une autre forme de collectivité : ces minorités qu’invoque le je poétique et auxquelles il cherche à s’allier. Comme en témoigne la figure – récurrente chez le poète – de l’énumération, qui tisse un lien horizontal, non hiérarchique entre des minorités placées sur le même plan syntaxique, « les Juifs [,] les Nègres [,] tous les parias de l’humanité » forment la nouvelle antithèse de l’agrégat « sans distinction » de la majorité. Une telle transversalité minoritaire doit déboucher non pas sur une union, qui constituerait un ensemble homogène, mais sur une « alliance », c’est-à-dire sur un rapprochement qui lie sans identifier. C’est ce qu’exprime le verbe à la troisième personne du pluriel à la fin de la poésie « Monologo sugli ebrei » (« Monologue sur les juifs ») :

La vie commencera peut-être

quand les anges de la résignation
– les pauvres d’esprit, les doux, les blessés,
les malheureux, les Juifs, les Noirs,

les garçons, les prisonniers, les vierges,
les paysans, les peuples perdus
dans la candeur de la barbarie,

tous ceux qui vivent en se consacrant
à l’humiliante différence,
commettront une violence !

Alors la vie commencera ! (Pasolini, 2003h, p. 1345-1346 ; 2014, p. 171, 173, nous soulignons)

24Les multiples alliances suggérées ici dépassent les minorités au sens strict et regroupent toutes sortes d’opprimés. Ainsi, la marche sur l’Europe des peuples du Sud décrite dans la poésie « Profezia » (« Prophétie », 2003g ; 2014, p. 134-147) est non seulement le reflet, mais une part intégrante de la lutte des minorités.

  • 21 Nous traduisons ici les vers italiens extraits de la poésie « Progetto di opere future » (« Projet (...)

25Comme souvent dans le recueil Poesia in forma di rosa (2003f, 2015), l’exhortation à l’action se mue en appel à la violence. Relativement général dans les vers précédents, celui-ci est particulièrement virulent dans « La realtà ». Usant des figures d’amplification, le poète incite à « haï[r] » et à « déchire[r] le monde des hommes bien nés » dans une « mer de sang » (1990d, p. 368 ; 2003f, p. 1123). Ce « besoin déchirant / de minorités alliées »21 (Pasolini, 2003f, p. 1255, nous traduisons) peut se lire comme une réponse imaginée par le poète à la crise historique du schéma marxien. Le combat des minorités serait le nouveau visage de la lutte des classes. Malgré son admiration pour les protestations pacifiques, l’auteur admet la nécessité d’une certaine forme de violence, créatrice et non destructrice, face à la brutalité sociale. La dichotomie entre violence et non-violence se retrouve au sein même des mouvements noirs américains, opposant des figures comme Malcom X et Martin Luther King.

Le combat pasolinien pour la défense des minorités

26À partir de la fin des années 1960, l’approche pasolinienne connaît un nouveau revirement. La mutation de la société italienne lui apparaît désormais clairement et il en dresse un terrible constat. À l’uniformisation s’ajoutent une libéralisation progressive des mœurs – les années 1970 étant celles du vote du divorce et de l’avortement – et une plus grande tolérance sociale. Pasolini les juge, paradoxalement, dangereuses, car elles cacheraient une volonté insidieuse de liquidation des différentes formes minoritaires. Ses textes journalistiques, notamment ceux recueillis dans les Scritti corsari (Pasolini, 1976b, 1999h) et ceux regroupés dans les Lettere luterane (Pasolini, 1999i, 2002), deviennent alors de véritables pamphlets où il dépeint une majorité violente, qu’il condamne, tout en défendant avec une virulence nouvelle des minorités selon lui en danger.

L’homologation

27« Entre 1961 et 1975, quelque chose d’essentiel a changé : il y a eu un génocide. On a détruit culturellement une population », affirme de manière très radicale et polémique l’auteur des Lettere luterane (1999i, p. 676 ; 2002, p. 182). En quelques années, dit-il, la nouvelle société du bien-être, profitant d’une Église impuissante et d’une crise idéologique grandissante, a modifié les âmes, les corps, les comportements, les valeurs et le langage des Italiens. Avec ses infrastructures rapprochant centre et périphéries et ses systèmes d’information en plein essor, en premier lieu la télévision, elle diffuse le modèle du couple petit-bourgeois consommateur parlant un italien standard, au détriment d’une diversité socioculturelle jusqu’alors ancestrale. Par bourgeoisie, Pasolini entend moins une classe sociale économiquement déterminée qu’une manière d’être.

  • 22 Nous renvoyons aux articles des Scritti corsari, en particulier à « Acculturazione e acculturazion (...)

28Dans les faits, patois et dialectes sont de moins en moins parlés. Pasolini le rappelle lors de la conférence-débat sur les langues et les cultures subalternes qu’il donne dans une école de Lecce le 21 octobre 1971 sous le titre de « Volgar’eloquio » (« La langue vulgaire »). Il y évoque la portée désormais « révolutionnair[e] » des « phénomènes dialectaux » (1999y, p. 2862 ; 2013a, p. 57). C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’il réécrit en 1975 les vers frioulans de La meglio gioventù, désormais intitulés La nuova gioventù (2003b, 2003i). Le dialecte de cette deuxième version est parcouru d’italianismes. Il sert à renverser les images idylliques d’une campagne frioulane transformée, tout en véhiculant un message de dénonciation et de résistance. Outre le langage, ce sont les désirs qui s’uniformisent – une maison confortable, le pouvoir d’achat – et les apparences qui se conforment aux images publicitaires. Cette « homologation », qui rend difficile la distinction entre hommes du peuple et élites, amène Pasolini à parler de « révolution anthropologique » et d’« embourgeoisement » du peuple italien22. Le père et le fils du court-métrage La terra vista dalla luna (La terre vue de la lune, 1967b) en sont la preuve évidente. Les préoccupations de ces banlieusards (trouver une épouse pour tenir la maison, avoir une belle demeure) ainsi que leur physique – cheveux teintés, coupe banane et pull bleu New York City pour le jeune Baciù, calvitie et costume sobre pour le vieux Ciancicato Miao – sont typiques de la classe moyenne de l’époque.

29Pasolini est l’un des premiers à parler de cette société de masse dans la péninsule. Sa critique est parmi les plus virulentes puisqu’il l’assimile à un nouveau fascisme, beaucoup plus dangereux que le premier, en tant qu’il parvient à affaiblir considérablement les minorités, que ce soit en les assimilant (minorités linguistiques), en les stigmatisant, ou en leur faisant miroiter une fausse tolérance qui cache une volonté d’assimilation (minorités racisées et sexuelles).

La fausse tolérance

30« C’est vrai : en paroles, le nouveau pouvoir étend sa fausse tolérance même aux minorités. » La tolérance n’est pour Pasolini qu’un mot creux, car, « en réalité, jamais aucun homme n’a dû être aussi normal et conformiste que le consommateur » (Pasolini, 1976b, p. 78, 146 ; 1999h, p. 314, 374). De plus, il voit dans l’expression « tolérance réelle » un oxymore, dans la mesure où tolérer ne signifie pas accepter pleinement, de manière égalitaire et sans jugement. « Aucune majorité ne pourra jamais effacer de sa conscience le sentiment de la “différence” des minorités » (Pasolini, 1999i, p. 557 ; 2002, p. 30). Tolérer quelqu’un équivaudrait à le stigmatiser implicitement. C’est, dit-il, parce que le protagoniste du Livre blanc de Jean Cocteau « avait compris qu’il était intolérable pour un homme d’être toléré » qu’il finit par se suicider (Pasolini, 1976b, p. 259 ; 1999h, p. 494).

31Dans le scénario Porno-Teo-Kolossal, rédigé en 1975 (Pasolini, 2001a, 2013b), le cinéaste transpose en fiction ce principe de tolérance, incarné par la ville de Sodome où la norme est l’homosexualité. Le schéma habituel est inversé puisque ce sont les hétérosexuels qui y sont minoritaires – dans la ville de Gomorrhe, au contraire, ils constitueront la majorité. Cette réversibilité de position révèle que la minorité et la majorité se définissent moins par un contenu (homosexualité ou hétérosexualité) que par une certaine position structurale (dominant ou dominé). En imaginant un groupe minoritaire dans la réalité devenir majoritaire dans la ville fictive de Sodome, Pasolini dessine une dystopie : les acteurs changent, le cycle de la persécution, lui, se perpétue et se cache derrière le mot « tolérance ».

À Sodome, la tolérance est réelle, la douceur est réelle, la compréhension des autres est réelle ; et le tout est fondé sur un sens réel de la démocratie. Dans le monde de Sodome, des minorités de tous types trouvent encore leur place. Non seulement des minorités hétérosexuelles, mais aussi des minorités noires, des minorités juives, des minorités tziganes, qui vivent ici dans la liberté la plus absolue, y compris intérieure. (Pasolini, 2001a, p. 2713 ; 2013b, p. 95)

32Au fil des pages, l’auteur dévoile la vérité qui se cache derrière les discours officiels. Dans cette ville qui prône la tolérance, les hétérosexuels ne peuvent avoir une sexualité libre et épanouie. Enfermés dans un ghetto, ils sont victimes de la haine des citoyens « normaux » qui les agressent gratuitement. La violence à leur égard est également institutionnalisée, car, lorsqu’ils s’aiment hors de la zone qui leur est réservée, ils sont humiliés publiquement. Sur la pelouse d’un stade bondé de spectateurs, les deux coupables – une fille et un garçon – se font violer l’un après l’autre, la première par trois femmes, le second par trois hommes. La punition prend la forme d’une « fête » ritualisée (ibid., p. 2714 ; ibid., p. 96) et est qualifiée de « douce ». Bien qu’elle n’entraîne pas la mort, elle force les « déviants » à adopter le type de sexualité dominant : la « tolérance réelle » est démasquée et révèle sa profonde intolérance.

  • 23 Acronyme de Fronte unitario omosessuale rivoluzionario italiano, littéralement « Front unitaire ho (...)

33Au cours d’un traité pédagogique destiné à un adolescent hypothétique, Gennariello, Pasolini dénonce le fait que le sujet minoritaire doive nécessairement adopter le point de vue majoritaire en société. En effet, si ce dernier porte sur les événements un regard lié à sa singularité, il fait l’objet de critiques virulentes. Cela même qui arrive à Pasolini à propos de la question de l’avortement. Les Italiens, dit-il, n’ont pas supporté son point de vue minoritaire sur un problème majoritaire (Pasolini, 1999i, p. 557-560 ; 2002, p. 29-32) : loin de voir un progrès social dans l’interruption volontaire de grossesse, Pasolini dénonce une manière d’accroître la domination du couple hétérosexuel et de faire de l’hétérosexualité une obligation sociale. Autoriser l’avortement revient, selon lui, à donner davantage de liberté à une certaine forme de sexualité aux dépens d’autres, qui demeurent prohibées. Le souci de profiter des libertés octroyées par les institutions transformerait, paradoxalement, la permissivité en obligation, incitant les jeunes garçons et les jeunes filles à se tourner vers ceux de l’autre sexe. La répression serait d’autant plus efficace qu’elle serait insidieuse, car « [d]ans une société où tout est interdit, on peut tout faire ; dans une société où quelque chose est permis, on ne peut faire que ce quelque chose » (Pasolini, 1976b, p. 174-175 ; 1999h, p. 399). Cette position va à l’encontre de celle du mouvement de libération sexuelle et des groupes LGBT, qui y voient un signe d’ouverture et d’espoir. Pasolini s’attire les foudres du collectif FUORI23 dans un article du Re Nudo de mars 1975 intitulé : « Caro Pasolini, non ci siamo proprio » (« Cher Pasolini, nous n’y sommes pas du tout »). Alors que la polémique enfle autour de son texte contre l’avortement « Il coito, l’aborto, la falsa tolleranza del potere, il conformismo dei progressisti » (« Le coït, l’avortement, la fausse tolérance du pouvoir, le conformisme des progressistes », 1976b, p. 143-151 ; 1999h, p. 372-379), Pasolini répond aux accusations dans deux articles sous forme de lettre, « Sacer » (p. 152-157 ; p. 380-384) et « Thalassa » (p. 158-163 ; p. 385-389). Il explique qu’il ne condamne pas moralement ceux qui recourent ou sont favorables à l’avortement – car cela ne regarde qu’eux –, mais qu’il s’oppose à une légalisation totale, pour lui synonyme de « légalisation de l’homicide » (p. 144 ; p. 372). Il exhorte plutôt à la « prévention », fondée « sur la diffusion de la connaissance » des moyens contraceptifs et « sur leur acceptation morale », l’avortement ne devant intervenir qu’en ultime recours et dans « quelques cas “responsablement appréciés” » (p. 155-156 ; p. 382-384).

La persécution

34L’autre visage de la tolérance est la persécution. En ce sens, les premières villes que visitent les protagonistes de Porno-Teo-Kolossal sont bien les deux faces d’une même médaille et sont vouées, de ce fait, à la destruction. À la fausse douceur de Sodome succède la violence excessive de Gomorrhe, où l’on réprime toute expérience minoritaire par la torture et la mort.

[…] la chose la plus terrible qui puisse arriver à Gomorrhe est le fait d’être une « tapette » : le fait de s’aimer entre hommes. C’est une chose que les habitants de Gomorrhe ne tolèrent aucunement, comme du reste ils ne tolèrent aucune différence, aucune minorité, aucune exception.
[…] Gomorrhe – dans notre histoire – est le type même de la ville italienne (ou peut-être européenne, si ce n’est mondiale) des années 1975-1976 : avec la violence d’une génération qui a complètement perdu ses anciennes valeurs, qui vit une fausse tolérance (c’est pourquoi, en réalité, on tolère seulement la liberté de la majorité et non celle des minorités), etc. etc. (Pasolini, 2001a, p. 2724-2725)

35Ainsi, lorsque le peuple de Gomorrhe découvre deux hommes en plein acte sexuel, il les condamne à mort. L’exécution a lieu sur la place principale : l’un est enterré vivant tandis que l’autre est attaché à un hélicoptère et fusillé en plein vol, couvrant la foule de son sang.

36Cette peur du lynchage est aussi celle de l’homme Pasolini. Dans la poésie « Una disperata vitalità » (« Une vitalité désespérée »), le je lyrique évoque un martyre inhumain et déshumanisé en se comparant à un « chat brûlé vif », « écrasé » et « pendu », à « un serpent réduit en bouillie sanglante » et à « une anguille à moitié mangée » (1990d, p. 409 ; 2003f, p. 1183). Autant d’images tragiquement annonciatrices, quand on sait que l’artiste a trouvé la mort sur une plage d’Ostie, la nuit du 1er au 2 novembre 1975, rué de coups et écrasé par les pneus d’une voiture. Un massacre – représentant un cas judiciaire encore irrésolu – accompli aux cris de « pédé » et de « sale communiste ».

37Pour l’intellectuel italien, les termes de l’équation s’inversent : plus le pouvoir et ses élites se montrent tolérants, plus « l’énorme majorité (la masse : cinquante millions d’Italiens) » devient d’une intolérance « vulgaire, violente et infâme » (1976b, p. 146 ; 1999h, p. 374). Il s’érige contre ces persécutions à l’égard des minoritaires, comme le suggère doublement le titre des Lettere luterane (« Lettres luthériennes ») : celui-ci fait écho à Martin Luther, moine allemand excommunié en 1521 par le pape et mis au ban par Charles Quint pour avoir fondé le protestantisme – religion dont les fidèles seront persécutés à maintes reprises dans les pays à majorité catholique –, mais il évoque aussi Martin Luther King, pasteur américain et militant pacifiste pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis. Nombreux sont les articles desdites Lettere et des Scritti corsari où Pasolini dénonce le racisme et la haine d’une société explicitement comparée à celle d’Himmler (1976b, p. 153 ; 1999h, p. 380). Ce rapprochement analogique se retrouve dans un texte inédit, rédigé en 1969 à la suite de l’enlèvement et de l’assassinat du jeune Ermanno Lavorini à Viareggio, et aux déversements de haine contre des coupables supposés qui se sont ensuivis. Ce fait divers est présenté comme emblématique d’un climat de violence exacerbée à l’égard des sujets minoritaires : « Dorénavant, les différents pourront être crucifiés tranquillement » (1999e, p. 185). Journaux et lecteurs sont accusés d’avoir espéré que le coupable soit noir. En polémiste, Pasolini les imagine, eux et leurs propos racistes, qu’il retranscrit au discours indirect libre :

Ils sont restés bouche bée, en voyant
le noir devenir blanc alors qu’ils allaient le pendre ;
et ce par trois fois.
Une nation tout entière désabusée !
Noir inopportun, pourquoi n’es-tu pas resté noir ?
Ainsi, ils auraient pu te lyncher en paix, peut-être même en récitant un Requiem :
tu es ABJECT, SORDIDE, LOUCHE, et dans le meilleur des cas MAUVAIS,
pourquoi alors t’obstines-tu à vivre ? (Ibid., p. 181-182)

38À la suite de cette première hypothèse, c’est au tour des homosexuels d’être injustement suspectés et calomniés par la presse. « Les Juifs, pour le moment, sont à l’abri ; les Noirs il n’y en a pas ; quant aux Méridionaux / la chose commence à sembler (mon Dieu) inopportune » (p. 185). La violence s’exerce désormais à tous les niveaux : depuis le simple citoyen, en passant par les médias, jusqu’aux plus hautes institutions étatiques.

 

  • 24 C’est bien sur le « désespoir politique de Pasolini en 1975 » qu’insiste Georges Didi-Huberman dan (...)

39Il faut cependant nuancer le profond pessimisme pasolinien des dernières années24. Le constat de quelques « survivances », voire de quelques « résistances » (1976b, p. 87 ; 1999h, p. 322), empêche toute résignation. S’il travaille encore, explique-t-il, « c’est [qu’il] ne désespère pas » (p. 92 ; p. 327). Ce refus de s’abandonner au désespoir s’explique en d’autres termes dans la dernière intervention qu’il aurait dû prononcer à l’occasion du congrès du Parti radical le 4 novembre 1975. On peut y lire : « Il y a une altérité en rapport avec la majorité et une altérité en rapport avec les minorités » (1999i, p. 713 ; 2002, p. 230). Le concept d’altérité est vague mais semble faire allusion à une réalité nouvelle, qui ne serait pas la même en fonction des groupes pris en considération. L’altérité de la majorité correspondrait ainsi aux nouveaux droits acquis par cette dernière ; l’altérité dont seraient porteuses les minorités serait, en revanche, proprement « révolutionnaire ». Elle reste néanmoins toute à définir, car Pasolini n’en dit pas plus. René Schérer y voit une résonance avec le « devenir-minoritaire » deleuzo-guattarien (Schérer, 2006). Non plus la « “minorité” comme ensemble ou état » (Deleuze et Guattari, 1980, p. 356), c’est-à-dire comme condition historique subie et synonyme d’exclusion, mais la minorité comme volonté et comme pratique de libération des normes dictées par les pouvoirs, dont le but ne serait pas de souscrire à la majorité mais de créer autre chose, qui aurait sans doute à voir avec l’hospitalité. C’est peut-être cela qu’annonce Epifanio, le roi mage de Porno-Teo-Kolossal, lorsqu’il conclut en disant : « La fin n’existe pas. Attendons. Quelque chose arrivera » (Pasolini, 2001a, p. 2753).

Haut de page

Bibliographie

Ascoli Graziadio Isaia, 1873, « Saggi Ladini », Archivio glottologico italiano, vol. 1, Turin, Ermanno Loescher, p. 1-556.

Contini Gianfranco, 1970, Varianti e altra linguistica, una raccolta di saggi (1938-1968), Turin, Einaudi.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, 1980, Mille plateaux, Paris, Minuit.

Didi-Huberman Georges, 2009, Survivance des lucioles, Paris, Minuit.

Di Giusto Stefano, 1997, « L’autonomismo friulano 1945-1964 », Friuli e Venezia Giulia : storia del ‘900, Istituto regionale per la storia del movimento di liberazione nel Friuli-Venezia Giulia, Gorizia, Libreria editrice Goriziana, p. 453-464.

Éribon Didier, 2001, Une morale du minoritaire : variations sur un thème de Jean Genet, Paris, Fayard.

Gadda Carlo Emilio, 1957, Quer pasticciaccio brutto de via Merulana, Milan, Garzanti.

Ginsborg Paul, 1989, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi : società e politica, 1943-1988, Turin, Einaudi.

Guglielmi Guido, 2002, « Prefazione », La lingua dei desideri : il dialetto secondo Pier Paolo Pasolini, Francesca Cadel, Lecce, Manni, p. 5-6.

Joubert-Laurencin Hervé, 1987, « Genèse d’un penseur hérétique », Pier Paolo Pasolini. Écrits sur le cinéma, Joubert-Laurencin H. éd., Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 11-95.

Mengaldo Pier Vincenzo, 1981 [1978], « Pier Paolo Pasolini », Poeti italiani del Novecento, Milan, Mondadori, p. 777-815.

Micciché Lino, 1999, Pasolini nella città del cinema, Venise, Marsilio.

Naldini Nico, 1991 [1989], Pasolini, biographie, trad. R. de Ceccatty, Paris, Gallimard.

Pasolini Pier Paolo, 1961 [1959], Une vie violente, trad. M. Breitman, Paris, Buchet-Chastel.

— 1976a [1972], L’expérience hérétique : langue et cinéma, trad. A. Rocchi Pullberg, Paris, Payot.

— 1976b [1975], Écrits corsaires, trad. P. Guilhon, Paris, Flammarion.

— 1981a [1970], Les dernières paroles d’un impie : entretiens avec Jean Duflot, Paris, Belfond.

— 1981b, « Pasolini l’enragé », Pasolini cinéaste, A. Bergala et J. Narboni éd., Paris, Éditions de l’Étoile, p. 43-53.

— 1982 [1955], Les ragazzi, trad. C. Henry et G.-G. Lemaire, Paris, Union générale d’éditions.

— 1983a [1982], Actes impurs, Actes impurs, suivi d’Amado mio, trad. R. de Ceccatty, Paris, Gallimard, p. 9-142.

— 1983b [1982], Actes impurs, suivi d’Amado mio, trad. R. de Ceccatty, Paris, Gallimard, p. 143-221.

— 1988a [1969], Affabulazione : régicides, trad. M. Fabien et T. Maselli, Arles-Paris, Actes Sud-Papiers.

— 1988b [1979], Orgie, trad. D. Sallenave, Arles-Paris, Actes Sud-Papiers.

— 1989 [1979], Porcherie, trad. A. Spinette, Arles-Paris, Actes Sud-Papiers.

— 1990a [1967], Pylade, trad. M. Fabien et T. Maselli, Arles-Paris, Actes Sud-Papiers.

— 1990b [1973], Calderón, trad. M. Fabien, Arles-Paris, Actes Sud-Papiers.

— 1990c [1979], Bête de style, trad. A. Spinette, Arles-Paris, Actes Sud-Papiers.

— 1990d, Poésies, 1943-1970, trad. N. Castagné, R. de Ceccatty, J. Guidi et J.-C. Vegliante, Paris, Gallimard.

— 1998a [1982], Atti impuri, Romanzi e racconti, t. 1, Milan, Mondadori, p. 3-128.

— 1998b, « Dai Quaderni rossi », Romanzi e racconti, t. 1, Milan, Mondadori, p. 131-157.

— 1998c, Douce, Romanzi e racconti, t. 1, Milan, Mondadori, p. 158-185.

— 1998d [1982], Amado mio, Romanzi e racconti, t. 1, Milan, Mondadori, p. 195-265.

— 1998e [1955], Ragazzi di vita, Romanzi e racconti, t. 1, Milan, Mondadori, p. 521-771.

— 1998f [1959], Una vita violenta, Romanzi e racconti, t. 1, Milan, Mondadori, p. 817-1193.

— 1998g [1951], « I parlanti », Romanzi e racconti, t. 2, Milan, Mondadori, p. 163-196.

— 1998h [1994], Romans, Romanzi e racconti, t. 2, Milan, Mondadori, p. 197-263.

— 1999a [1946], « Che cos’è dunque il Friuli ? », Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 33-36. 

— 1999b [1947], « Sulle aspirazioni friulane », Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 37-40.

— 1999c [1947], « Il Friuli autonomo », Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 41-49.

— 1999d [1948], « Il Friuli e il MpF », Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 65-68.

— 1999e, « Diario del “caso Lavorini” », Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 181-197.

— 1999f [1970], « Nell’Africa nera resta un vuoto fra i millenni », Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 207-212.

— 1999g [1976], « La Napoletanità », Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 230-231.

— 1999h [1975], Scritti corsari, Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 265-535.

— 1999i [1976], Lettere luterane, Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 537-721.

— 1999j [1969], Pasolini su Pasolini : conversazioni con Jon Halliday, trad. C. Salmaggi, Saggi sulla politica e sulla società, Milan, Mondadori, p. 1283-1399.

— 1999k [1944], « Dialet, lenga et stil », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 61-67.

— 1999l [1945], « Suggestioni onomasiologiche nel Casarsese », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 71-73.

— 1999m [1945], « Academiuta di lenga furlana », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 74-76.

— 1999n [1946], « Al lettore friulano », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 157-158.

— 1999o [1946], « Volontà poetica ed evoluzione della lingua », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 159-161.

— 1999p [1946], « Presentazione dell’ultimo Stroligut », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 162-166.

— 1999q [1946], « Lettera dal Friuli », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 172-175.

— 1999r [1947], « Sulla poesia dialettale », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 244-259.

— 1999s [1947], « Dalla lingua al friulano », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 282-285.

— 1999t [1948], « Ragioni del friulano », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 298-301.

— 1999u [1952], La poesia dialettale del Novecento, Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 713-860.

— 1999v [1972], Empirismo eretico, Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 1, Milan, Mondadori, p. 1241-1639.

— 1999w [1961], « La noia », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 2, Milan, Mondadori, p. 2304-2310.

— 1999x [1961], « La Resistenza negra », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 2, Milan, Mondadori, p. 2344-2355.

— 1999y [1976], « Volgar’eloquio », Saggi sulla letteratura e sull’arte, t. 2, Milan, Mondadori, p. 2825-2862.

— 2000a [1998], « (Extraits des Cahiers rouges) », Douce et autres textes, trad. M. Pozzoli, Arles, Actes Sud, p. 13-46.

— 2000b [1998], Douce, Douce et autres textes, trad. M. Pozzoli, Arles, Actes Sud, 2000, p. 47-82.

— 2000c [1994], Romans, Douce et autres textes, trad. M. Pozzoli, Arles, Actes Sud, p. 83-232.

— 2001a [1989], Porno-Teo-Kolossal, Per il cinema, t. 2, Milan, Mondadori, p. 2695-2753.

— 2001b [1964], « Una visione del mondo epico-religiosa », Per il cinema, t. 2, Milan, Mondadori, p. 2844-2879.

— 2001c [1979], Orgia, Teatro, Milan, Mondadori, p. 243-312.

— 2001d, « Dibattito al teatro Gobetti », Teatro, Milan, Mondadori, p. 322-346.

— 2001e [1967], Pilade, Teatro, Milan, Mondadori, p. 357-458.

— 2001f [1969], Affabulazione, Teatro, Milan, Mondadori, p. 467-550.

— 2001g [1979], Porcile, Teatro, Milan, Mondadori, p. 575-643.

— 2001h [1973], Calderón, Teatro, Milan, Mondadori, p. 659-758.

— 2001i [1979], Bestia da stile, Teatro, Milan, Mondadori, p. 759-853.

— 2002 [1976], Lettres luthériennes : petit traité pédagogique, trad. A. Rocchi Pullberg, Paris, Seuil.

— 2003a [1954], La meilleure jeunesse, La nouvelle jeunesse : poèmes frioulans, 1941-1974, trad. P. di Meo, Paris, Gallimard, p. 11-180.

— 2003b [1975], Seconde forme de « La meilleure jeunesse », La nouvelle jeunesse : poèmes frioulans, 1941-1974, trad. P. di Meo, Paris, Gallimard, p. 181-302.

— 2003c [1954], La meglio gioventù, Tutte le poesie, t. 1, Milan, Mondadori, p. 1-159.

— 2003d [1942], Poesie a Casarsa, Tutte le poesie, t. 1, Milan, Mondadori, p. 165-193.

— 2003e [1993], « La diversità che mi fece stupendo », Tutte le poesie, t. 1, Milan, Mondadori, p. 745.

— 2003f [1964], Poesia in forma di rosa, Tutte le poesie, t. 1, Milan, Mondadori, p. 1079-1270.

— 2003g [1965],« Profezia », Tutte le poesie, t. 1, Milan, Mondadori, p. 1285-1291.

— 2003h [1963],« Monologo sugli ebrei », Tutte le poesie, t. 1, Milan, Mondadori, p. 1338-1346.

— 2003i [1975], La nuova gioventù, Tutte le poesie, t. 2, Milan, Mondadori, p. 391-520.

— 2003j, L’hobby del sonetto, Tutte le poesie, t. 2, Milan, Mondadori, p. 1117-1232.

— 2005 [2003], Le dada du sonnet, trad. H. Joubert-Laurencin, Besançon, Les Solitaires Intempestifs.

— 2013a [1976], La langue vulgaire, trad. F. Ricci, Paris, La Lenteur.

— 2013b [1989], « Porno-Teo-Kolossal, chap. 1 Sodome », trad. H. Joubert-Laurencin, Cahiers du cinéma, no 691, p. 92-97.

— 2014, La persécution : une anthologie, 1954-1970, trad. R. de Ceccatty, Paris, Points.

— 2015 [1964], Poésie en forme de rose, trad. R. de Ceccatty, Paris, Payot & Rivages.

Rizzolatti Piera, 1997, « Il percorso friulano di Pier Paolo Pasolini », Pasolini tra friulano e romanesco, M. Teodonio éd., Rome, Colombo, p. 9-18.

Schérer René, 2006, « Langues et politique mineures », Passages pasoliniens, G. Passerone et R. Schérer éd., Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 53-80.

Trento Giovanna, 2010, Pasolini e l’Africa, l’Africa di Pasolini : panmeridionalismo e rappresentazioni dell’Africa postcoloniale, Milan, Mimésis.

Verga Giovanni, 1881, I malavoglia, Milan, Treves.

Filmographie

Fieschi Jean-André, 1966, Pasolini l’enragé.

Pasolini Pier Paolo, 1961, Accattone.

— 1962, Mamma Roma.

— 1963, La ricotta.

— 1967a, Edipo re.

— 1967b, La terra vista dalla luna.

— 1968, Appunti per un film sull’India.

— 1969a, Medea.

— 1969b, Appunti per un’Orestiade africana.

Haut de page

Notes

1 Nous ne parlons pas ici du mot minoranza dans son sens numérique, qui est utilisé par Pasolini dès ses débuts, mais d’une « notion de minorité proche de celle » qui se développe dans le « monde anglo-saxon » au xxe siècle (Trento, 2010, p. 111, nous traduisons les citations tirées de cet ouvrage), à savoir les minorities comme catégorie juridico-sociologique.

2 Dans cet article, nous faisons référence à l’édition Meridiani Mondadori dirigée par Walter Siti, qui consacre dix volumes aux œuvres de Pasolini, dont nous donnons les titres italiens, mais également aux traductions françaises lorsqu’elles existent. En ce qui concerne les citations, nous recourons en premier lieu aux traductions françaises tout en indiquant – en plus de la référence française utilisée – la référence italienne correspondante des volumes édités par Meridiani Mondadori. Dans le cas de textes non traduits, nous proposons une traduction.

3 Pasolini explique ce titre à la fin de l’article « Dal laboratorio (Appunti en poète per una linguistica marxista) » (1999v, p. 1307-1342 ; « Hypothèses de laboratoire (Note en poète pour une linguistique marxiste) », 1976a, p. 9-38).

4 Pour une analyse plus approfondie du titre, voir le premier chapitre de l’essai d’Hervé Joubert-Laurencin (« Du titre », 1987, p. 74-77).

5 Les premiers textes de Pasolini ont un fort caractère autobiographique, en particulier les récits qu’il rédige entre 1947 et 1950 : Douce (1998c, 2000b), qui est une réécriture du journal intime intitulé Quaderni rossi (1998b, 2000a) ; Atti impuri (1983a, 1998a) ; Amado mio (1983b, 1998d) ; Romans (1998h, 2000c). Publiés de manière posthume, ils oscillent entre la première et la troisième personne du singulier. L’homosexualité y est qualifiée de « péché », signe d’une intériorisation de la norme de la part du sujet minoritaire qui se perçoit lui-même comme déviant. L’homosexualité va néanmoins vite apparaître de manière plus ambiguë puisque, derrière ce prétendu « mal », se cache le « sublime » : « la diversité qui me rendit sublime », lit-on dans un poème de 1951-1952 (2003e). Ce n’est que plus tard que Pasolini assumera et revendiquera cette orientation.

6 En ce qui concerne le rapport de Pasolini à la question dialectale, nous renvoyons aux articles « Dialet, lenga e stil » (« Dialecte, langue et style », 1999k), « Suggestioni onomasiologiche nel Casarsese » (« Suggestions onomasiologique dans le territoire de Casarsa », 1999l), « Academiuta di lenga furlana » (« La petite Académie de langue frioulane », 1999m), « Al lettore friulano » (« Au lecteur frioulan », 1999n), « Volontà poetica ed evoluzione della lingua » (« Volonté poétique et évolution de la langue », 1999o), « Presentazione dell’ultimo Stroligut » (« Présentation du dernier Stroligut », 1999p), « Lettera dal Friuli » (« Lettre du Frioul », 1999q), « Sulla poesia dialettale » (« Sur la poésie dialectale », 1999r), « Dalla lingua al friulano » (« De la langue au frioulan », 1999s), « Ragioni del friulano » (« Raisons du frioulan », 1999t).

7 Pasolini évoque ce nouvel usage du dialecte dans la note finale de La meglio gioventù (2003a, p. 179-180 ; 2003c, p. 159). Piera Rizzolatti parle du passage d’une « langue inventée » à une, voire plusieurs « langues apprises » (1997, p. 16, nous traduisons).

8 L’Academiuta di lenga furlana peut être rapprochée du félibrige, association littéraire fondée en 1854 par des poètes de la région avignonnaise, dont l’objectif était de promouvoir la langue et la culture provençales.

9 Voir les articles de Pasolini : « Che cos’è dunque il Friuli ? » (« Qu’est-ce donc que le Frioul ? », 1999a), « Sulle aspirazioni friulane » (« Sur les aspirations frioulanes », 1999b), « Il Friuli autonomo » (« Le Frioul autonome », 1999c), « Il Friuli e il MpF » (« Le Frioul et le MpF », 1999d).

10 L’AAF est fondée à la fin du mois de juillet 1945 par Tiziano Tessitori afin de défendre et de diffuser un projet d’autonomie régionale. Sa position modérée et ses actions limitées poussent une partie de ses membres à fonder un nouveau groupe autonomiste au début de l’année 1947, le MPF. Défenseur d’un statut spécial, garant à ses yeux d’une autonomie réelle, ce dernier est affaibli par des divisions internes dès 1948, année où Pasolini quitte le mouvement, et est dissous en 1953.

11 Pour plus de précisions sur l’histoire de l’autonomisme frioulan, voir Di Giusto (1997, p. 453-464).

12 Dans « I parlanti » (« Les locuteurs », 1998g), Pasolini dresse un constat qui est présenté comme le fruit de ses observations : les corps se ressemblent au sein d’une même aire linguistique et diffèrent dès que l’on en sort, comme si l’environnement, le langage et le corps se déterminaient respectivement.

13 La notion de plurilinguisme dantesque a été théorisée par le critique Gianfranco Contini (1970, p. 169-192), l’un des « maîtres » de Pasolini. Au mélange de style bas et sublime propre à la Divine comédie, il oppose le monolinguisme de Pétrarque.

14 Giovanni Verga (1881), auteur vériste de la seconde moitié du xixe siècle, réactualise le mélange de styles opéré par Dante, en recourant à un discours indirect libre qui contamine l’italien avec la syntaxe sicilienne propre aux mondes populaires mis en scène. Carlo Emilio Gadda (1957), contemporain de Pasolini, poursuit de manière singulière l’opération verghienne à travers une expérimentation linguistique foisonnante, qui mêle italien, langues étrangères, dialectes, termes argotiques et techniques, et qui se veut, quant à elle, étrangère à toute mimésis objective.

15 Le plan INA-Casa est un vaste programme gouvernemental de rénovation urbaine qui s’étend de 1949 à 1963. Il a notamment pour objectif de garantir à une population citadine de plus en plus nombreuse et souvent très pauvre un logement décent, moderne et économique. Pasolini critique durement ces nouveaux bâtiments qui détonnent avec le paysage environnant et qui détruisent des univers sous-prolétaires à ses yeux fascinants malgré leur pauvreté.

16 Par ses choix stylistiques, Pasolini cherche à révéler la « grandeur épico-religieuse de ces personnages misérables » (2001b, p. 2868). Les gros plans, les panoramiques, les lents mouvements de caméra, la réitération des images, l’usage du contre-jour et des objectifs de 50 et 75 millimètres, qui accentuent le clair-obscur et la grossièreté de l’image, confèrent une sacralité à ce monde humble d’ordinaire déprécié, tout comme les musiques extradiégétiques de Jean-Sébastien Bach dans Accattone, d’Antonio Vivaldi dans Mamma Roma et de Tommaso da Celano dans La ricotta.

17 Dans un article intitulé « Sviluppo e progresso » (« Développement et progrès »), Pasolini distingue les deux notions en les opposant radicalement : « Le “progrès” est […] une notion idéale (sociale et politique), alors que le “développement” est un fait pragmatique et économique. » Le premier, dit-il, est voulu par le peuple tandis que le second est voulu par les industriels. Pasolini condamne « ce “développement” », celui de la nouvelle société de consommation qui aliène les individus en les exhortant sans cesse à acheter des biens superflus (1976b, p. 226-227 ; 1999h, p. 456-457).

18 Nous citons les propos tenus par Pasolini dans le documentaire de Jean-André Fieschi (1966) et la traduction qui en est donnée dans Les Cahiers du cinéma (Pasolini, 1981b).

19 Nous renvoyons à l’analyse que Didier Éribon fait de Jean Genet, en particulier à la coda « Ma morale est une folle » (Éribon, 2001, p. 319-327).

20 Dans le chapitre « La Resistenza : antifascista e anticolonialista » de l’ouvrage qu’elle consacre à Pasolini et l’Afrique, Giovanna Trento parle de sa « propension panméridionaliste à créer des parallélismes transversaux entre des situations et des lieux différents de l’univers subalterne » (2010, p. 36). Ce « panméridionalisme » est associé au « concept Afrique » que Pasolini élabore dans « La Resistenza negra » (1999x). Il renverrait à une condition sous-prolétaire vaste et complexe. Dans le chapitre « Io “Negro”, Io “Ebreo” », Trento insiste également sur la « condition d’exclusion, de différence et de marginalité » qui rend possible ce rapprochement et qui pousse l’écrivain à s’identifier aux Noirs et aux Juifs (2010, p. 104).

21 Nous traduisons ici les vers italiens extraits de la poésie « Progetto di opere future » (« Projet d’œuvres futures », 2003f, p. 1245-1256) : « accerto un bisogno struggente / di minoranze alleate ». Le verbe accertare pose un problème de traduction, puisqu’il signifie à la fois vérifier quelque chose, le reconnaître comme certain, le donner pour vrai en le déclarant avec certitude. Son sens oscille donc entre « constater » et « affirmer ». C’est ce dernier que nous avons choisi pour le titre de notre article. René de Ceccatty opte, quant à lui, pour la première option : « j’identifie un besoin brûlant / de minorités alliées » (Pasolini, 2015, p. 413).

22 Nous renvoyons aux articles des Scritti corsari, en particulier à « Acculturazione e acculturazione » (« Acculturation et acculturation », Pasolini, 1976b, p. 48-52 ; 1999h, p. 290-293), « Studio sulla rivoluzione antropologica in Italia » (« Étude sur la révolution anthropologique en Italie », p. 69-75 ; p. 307-312), « L’articolo delle lucciole » (« L’article des Lucioles », p. 180-189 ; p. 404-411), « Il genocidio » (« Le génocide », p. 260-266 ; p. 511-517).

23 Acronyme de Fronte unitario omosessuale rivoluzionario italiano, littéralement « Front unitaire homosexuel révolutionnaire italien ». Née en 1971, il s’agit de l’une des premières et des plus grandes associations homosexuelles italiennes.

24 C’est bien sur le « désespoir politique de Pasolini en 1975 » qu’insiste Georges Didi-Huberman dans son essai Survivance des lucioles (2009, p. 49). En partant de l’article du 1er février 1975 intitulé « Le vide du pouvoir en Italie », le critique décrit un Pasolini apocalyptique, qui ne fait que constater, via la métaphore de la disparition des lucioles, la fin des mondes populaires et minoritaires dont il ne perçoit plus les survivances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Passerone, « « J’affirme un besoin déchirant de minorités alliées » : pensée et poétique du minoritaire chez Pasolini », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/6469 ; DOI : 10.4000/traces.6469

Haut de page

Auteur

Léa Passerone

doctorante contractuelle à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, Centre interlangues : Texte image langage (EA 4182)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page