Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

« Continuum lesbien » et solidarités féminines : compétences (de) minoritaires en domesticité (Saint-Étienne, 1869)

Building minoritarian skills : paid domestic workers, female solidarity and the « lesbian continuum » in 19th century St Étienne, France
Margot Béal
p. 103-124

Résumés

Une affaire de vol domestique et complicité, jugée aux assises de la Loire en 1869, permet d’analyser une relation de domesticité, le lien intime noué entre les deux jeunes femmes accusées et les structures sociales qui les entourent. À quelles conditions et comment peuvent émerger des formes de solidarités puissantes entre individus minorisés ? Quels compétences et savoir-faire deux jeunes femmes en position d’infériorité sociale, juridique et politique peuvent-elles développer ? Nous examinons des archives judiciaires à l’aide d’outils critiques issus de la théorie féministe lesbienne, le « continuum lesbien » et la « contrainte à l’hétérosexualité », théorisés en 1980 par Adrienne Rich. Ces instruments, produits par un vécu et un regard minoritaire, éclairent d’une part l’expérience passée de ces deux jeunes femmes, et d’autre part le fonctionnement hétérosexuel d’une société spécifique, la France métropolitaine blanche en pleine industrialisation capitaliste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Acte d’accusation du 15 juin 1869, Affaire Bruyère et Roux, 4U175, Archives départementales de la (...)
  • 2 Interrogatoires de Marie Bruyère et de Marie Roux devant le juge d’instruction, juin 1869, 4U175, (...)

1Au printemps 1869 à Saint-Étienne, la domestique Marie Bruyère est arrêtée par la police au domicile de son employeur. Ce dernier, Michel Dulac, haut fonctionnaire, se plaint d’un vol d’argent d’environ 1 100 francs. La jeune fille a dissimulé une partie de cette somme, mais l’essentiel a été dépensé en cadeaux et achats pour elle-même et pour Marie Roux, une domestique célibataire travaillant pour un autre ménage1. Les deux femmes sont nées en 1851 et en 1852 dans les zones rurales proches de Saint-Étienne, où elles travaillent comme domestiques depuis un an environ lors de leur arrestation pour « vol domestique et complicité »2.

2Le dossier de procédure constitué avant le procès aux assises de Marie Roux et de Marie Bruyère contient la transcription des interrogatoires des deux domestiques, les dépositions des témoins (les employeurs et employeuses passé‑e‑s et présent‑e‑s de Marie Bruyère, les divers-es commerçant‑e‑s chez qui les deux jeunes femmes se sont rendues, ainsi que leurs familles respectives) et plusieurs pièces produites par la police et les magistrats stéphanois (listes des objets en leur possession, liste de jurés, réquisitoire et acte d’accusation). L’utilisation des archives judiciaires pour obtenir un accès, certes partiel, à l’expérience des groupes minoritaires, ici à la subjectivité des femmes membres des classes populaires, est une démarche habituelle en histoire moderne et contemporaine, malgré les limites de ces sources. Conçues pour s’insérer dans une réalité juridique historiquement située, ces pièces sont fabriquées par des magistrats pour répondre à des questions légales (préméditation ou effraction par exemple). Les acteurs et actrices concerné‑e‑s s’expriment dans un contexte que l’on imagine intimidant, où pèse pleinement leur statut social. De leurs réponses dépend parfois la destinée vitale et/ou économique des personnes entendues. Pourtant, ces archives judiciaires demeurent pour la période xviiie-xxe siècle une ressource incontournable, car elles contiennent les récits de vie de celles et ceux habituellement marginalisé‑e‑s et privé‑e‑s de parole (Régent et al., 2015), comme, ici, Marie Bruyère et Marie Roux.

  • 3 Ces compétences relationnelles sont, pour les femmes, considérées comme naturelles, et par conséqu (...)

3La domesticité a été généralement analysée comme une relation de pouvoir asymétrique entre les employé‑e‑s et leurs employeurs et employeuses, dépassant le strict cadre du travail, tant en histoire sociale (Hantzaroula, 2002) qu’en histoire coloniale (Granier, 2014) et en sociologie (Nakano-Glenn, 1992). Toutefois, la domesticité n’empêche pas les individus dominés, et, nous le verrons, minorisés, d’agir, de trouver des « marges d’autonomie » au sein des systèmes de domination dans lesquels elles et ils s’inscrivent (Avril, 2014). Ces dernières années, la littérature scientifique s’est penchée dans des contextes variés sur l’agency, la capacité d’agir des personnes et des collectifs, discutée notamment par Judith Butler (2005) et Saba Mahmood (2009). Pour notre part, nous nous référerons dans cet article aux savoir-faire et aux compétences développés par les domestiques ici étudiées. Ce vocabulaire des compétences, entendues généralement comme aptitudes, qualités, expertises, permet de positionner cette étude au sein du monde du travail, à la fois comme lieu privilégié de l’acquisition de ces savoir-faire et comme structure sociale principale de leur exercice. L’usage de la notion de « continuum lesbien » d’Adrienne Rich aide, dans ce contexte, à identifier comme compétences des pratiques relationnelles féminines ordinairement ignorées en histoire du travail3. Dès lors, il s’agit de s’intéresser à la manière dont les compétences de deux jeunes domestiques se manifestent et comment elles sont aussi produites à partir de leur expérience minoritaire des structures de pouvoir historiquement situées.

4Le dossier prévu pour le procès de Marie Bruyère et Marie Roux, en dépit de ses limites et lacunes, permet d’analyser sous plusieurs angles une relation de domesticité, le lien intime noué entre ces deux femmes des classes populaires et les structures sociales qui les entourent. Sous quelles conditions et comment peuvent émerger des formes de solidarités puissantes entre individus minorisés ? Quels savoirs et savoir-faire deux jeunes femmes en position d’infériorité sociale, juridique et politique peuvent-elles développer ? Nous examinons ces archives judiciaires à l’aide d’outils critiques issus de la théorie féministe lesbienne, le « continuum lesbien » et la « contrainte à l’hétérosexualité », théorisés en 1980 par Adrienne Rich. L’auteure étasunienne propose en effet une définition du lesbianisme qui va bien au-delà d’une simple « préférence sexuelle » (Rich, 2010, p. 59). L’expérience lesbienne est en effet une expérience de « minoritaires » à plus d’un titre : d’abord c’est une expérience de femmes, dont l’existence est soumise à des procédés d’incapacitation ; ensuite c’est une expérience de femmes entre elles dans des structures où la norme hétérosociale et hétérosexuelle domine, et où chaque femme est généralement associée à un ou plusieurs hommes. Rich illustre ce dernier point en prenant l’exemple de la mise en minorité sur le plan politique des lesbiennes au sein du mouvement féministe américain des années 1970. L’auteure étasunienne appelle alors à étudier le fonctionnement de l’hétérosexualité comme une institution politique au prisme du point de vue minoritaire constitué par l’existence lesbienne (ibid., p. 66).

5Les instruments d’analyse choisis dans cet article émergent d’un vécu et d’un regard minoritaire – ici une minorité sexuelle et genrée – et nous paraissent pertinents pour éclairer d’une part l’expérience passée d’autres groupes minoritaires, et d’autre part le fonctionnement hétéronormatif d’une société spécifique, la France métropolitaine blanche en pleine industrialisation capitaliste. Aussi, nous verrons d’abord comment la domesticité constitue un corps social spécifique minorisé sur le plan politique, légal, historiographique, avant de nous intéresser aux compétences développées par Marie Bruyère et Marie Roux dans ce contexte de triple minorisation.

Les domestiques, une catégorisée sociale minorisée

6Dans un article de 1985, Colette Guillaumin pose le couple notionnel majoritaire/minoritaire de part et d’autre d’une relation inégalitaire, d’un inégal accès aux ressources économiques, politiques, sociales. Le poids numérique n’importe finalement que peu (Guillaumin, 1985, p. 100). À cet égard, le groupe social des domestiques constitue donc bien une catégorie sociale minorisée.

Un processus ancien de minorisation politico-juridique

7Dans la plupart des pays européens, à la profession de domestique correspond un statut légal spécifique, marqué par un accès restreint aux droits politiques et à la législation usuelle du travail. Les domestiques se retrouvent en effet en position de minorité au sens d’une « non-totale capacité juridique et coutumière » (ibid., p. 102). Cette fragilisation institutionnelle est attestée en France depuis l’Ancien Régime, lorsque le statut de domestique se distingue à la fois du statut de l’esclave et des autres formes de travail rémunéré (apprentissage, travail journalier, salariat ; Richard, 1906, p. 10-48).

  • 4 Cette dépendance a été réaffirmée jusqu’en 1945, quoique son contenu ait été renouvelé par des trad (...)
  • 5 En matière civile, les juges peuvent au début du xxe siècle révoquer les témoignages des domestiqu (...)

8Tout d’abord, les domestiques connaissent des restrictions concernant leurs droits politiques. Pendant la Révolution, l’accès au suffrage des domestiques hommes fait débat. Seule la Constitution de 1793, non appliquée, leur reconnaît le droit de participer à la vie électorale. Au même titre que les indigent‑e‑s, les domestiques sont réputé‑e‑s incapables de prendre un parti différent de celui de leurs maîtres (Sarti, 2005a, p. 27). La Constitution française de 1848 met fin à cette discrimination électorale spécifique mais les domestiques demeurent non éligibles (Guiral et Thuillier, 1978, p. 248). Les domestiques femmes sont toujours exclues des scrutins parce qu’elles sont femmes, et non parce que domestiques, sous le même prétexte de « dépendance »4. Les domestiques ne peuvent être jurés (Sarti, 2005b, p. 12), une disposition ancienne rappelée dans une loi de 1872, qui pour les juristes « se conçoit aisément, car il est nécessaire que le juré jouisse d’une entière indépendance et soit à l’abri de toute espèce d’influence » (Dubois, 1907, p. 131). Au pénal, les domestiques doivent avertir les juges et jurés de leur position spécifique5. Pour les actes notariés, leurs témoignages ne sont recevables que dans quelques cas particuliers (Richard, 1906, p. 177). Les domestiques sont considéré‑e‑s irresponsables en matière pénale pour les infractions et délits mineurs commis pendant leur activité professionnelle : d’après les articles 1383 et 1384 du Code civil, les dégâts attribués aux domestiques dans l’exercice de leur fonction sont imputables aux employeurs et employeuses (Celliez, 1836, p. 30). Pour Theresa McBride, ces dispositions légales ont pour conséquence que les domestiques « ont aux yeux de la loi le même statut qu’un enfant, protégé par l’autorité d’un parent/employeur mais soumis à son autorité » (1976, p. 15). Ce processus d’infantilisation ne concerne pas seulement l’existence juridique des domestiques mais affecte aussi leur place au sein de la relation de travail.

  • 6 A contrario des esclaves racisé‑e‑s, les domestiques blanc‑he‑s louent pour un temps limité leur f (...)
  • 7 Depuis la charte du 4 juin 1814, les lois métropolitaines ne sont pas applicables aux colonies (no (...)
  • 8 F 22 367, Archives nationales. Notons que cette impossibilité d’une visite de l’inspection du trav (...)

9Outre ces incapacités politiques et juridiques, les domestiques connaissent des discriminations comme travailleurs et travailleuses. Bien que les domestiques blanc‑he‑s s’envisagent comme des sujets libres6, elles et ils demeurent exclu‑e‑s du droit du travail et de protections légales mises en place à partir du milieu du xixe siècle. La domesticité n’est ainsi pas concernée par la réduction de temps de travail à douze heures pour les travailleurs et travailleuses français‑e‑s métropolitain‑e‑s7 en septembre 1848, ni par les dispositions des lois de 1874 et de 1892 relatives à l’inspection du travail (Stewart, 1989). Ainsi, le processus de minorisation légale et sociale des domestiques se déplace : des discriminations électorales et juridiques à de moindres capacités dans le champ du travail, par rapport à leurs patron‑ne‑s et par rapport au reste de la classe ouvrière. Les domestiques sont de plus exclu‑e‑s des prud’hommes, en dépit de la réorganisation de ces tribunaux en juin 1853 (Charle, 1991, p. 118). En cas de disputes sur le paiement de leurs gages, elles et ils doivent s’adresser à la justice de paix, non spécialisée dans les conflits liés au travail (Balois-Proyart, 2014, p. 35), ce qui renforce l’idée que la domesticité ne constitue pas un véritable emploi. Surtout, les juges de paix s’inscrivent dans le même tissu social que les employeurs et employeuses, habitant souvent les mêmes villages, ce qui renforce la dissymétrie des rapports de force entre employé‑e‑s et employeurs et employeuses. Si l’enjeu du conflit dépasse 50 francs, il faut de plus convaincre un avoué de rédiger la plainte et agir vite, le délai de prescription étant de six mois (Celliez, 1836, p. 28). Au début du xxe siècle, cette infériorité juridique des domestiques par rapport au reste de la classe ouvrière se maintient : malgré les protestations émises dans leurs journaux et les multiples missives envoyées au ministère du Travail, les domestiques sont exclu‑e‑s de la législation sur le repos hebdomadaire et de la loi de 1906 sur le repos dominical, car les inspecteurs du travail n’ont pas le mandat pour s’introduire dans les espaces privés8. Les domestiques paraissent donc nettement mis‑es dans une position minorisée, à la fois comme citoyen‑ne‑s et comme travailleurs et travailleuses.

Absence ou dépendance : une historiographie qui valide cette minorisation

  • 9 Seulement trois occurrences dans l’ouvrage classique de l’historien Edward P. Thompson, The Making (...)

10La localisation du travail des domestiques dans l’espace privé de leurs employeurs et employeuses est au cœur du processus de minorisation qui les affecte : dans l’étude du mouvement ouvrier, les domestiques ont également été marginalisé-e-s, car leur expérience se faisant dans la boîte noire des espaces intimes patronaux, elle a été réputée inaccessible et imperméable à l’organisation collective privilégiée par l’histoire du travail (McBride, 1976, p. 2). Les domestiques, en dépit de leur appartenance aux classes populaires et de leur nombre considérable au xixe siècle, sont donc absent‑e‑s des travaux sur la formation de la classe ouvrière (Noiriel, 2002)9, ou mentionné‑e‑s de manière marginale (Lequin, 1977). Pour Carolyn Steedman, la non-reconnaissance du travail domestique comme productif par Smith et Marx explique le désintérêt de la recherche marxiste, par opposition aux « vrais » ouvriers engagés dans les processus de fabrication explicitement capitalistes (Steedman, 2007, p. 73-74).

11Selon nous, ce désintérêt historiographique peut aussi s’expliquer par la composition sociale de la main-d’œuvre domestique au xixe siècle : en France, la domesticité « à la personne » est féminisée à plus de 80 %. Parmi ces femmes domestiques, 75 % sont célibataires, veuves ou divorcées (Charle, 1991, p. 318). Les rares auteur‑e‑s français‑e‑s à s’être intéressé‑e‑s à des femmes seules les ont constituées en figures de la soumission absolue à l’autorité patronale :

Croyant toute résistance impossible, ne se doutant même pas qu’elle est possible, elles se reconnaissent inférieures, incapables de toute initiative. […] Le travail machinal et ininterrompu auquel elles sont astreintes, les sèches paroles qu’on leur adresse les poussent dans un état de quasi-hébétude. (Guiral et Thuillier, 1978, p. 120)

  • 10 Notamment la nouvelle Un cœur simple de Gustave Flaubert (1877) et le roman Pot-Bouille d’Émile Zo (...)

12Il faut également noter que cette minorisation se poursuit dans un portrait sordide des conditions de vie des domestiques au xixe siècle : viols patronaux, chambres insalubres, brimades, surexploitation apparaissent comme le lot quotidien de jeunes filles analphabètes et naïves fraîchement débarquées de province, que le moindre écart fait « chuter » dans la prostitution. Cette image est directement inspirée des sources littéraires abondamment utilisées par les auteur‑e‑s français‑e‑s10, complétées par des statistiques et des sources reflétant de manière exclusive la perspective patronale ou parisienne (Martin-Fugier, 1979).

13Les travaux d’Anne Martin-Fugier mentionnent néanmoins quelques stratégies mises en œuvre par les employées de maison (comme celles liées au détournement de petites quantités de nourriture), l’existence de sociétés de secours mutuels et de syndicats à la Belle Époque. Cependant, Martin-Fugier concentre son travail sur Paris et ignore la province (où les syndicats semblent inexistants avant 1920) et souligne le caractère ultra-minoritaire, la posture modérée et les tendances antisémites de ces organisations (ibid., p. 253-256). Sans comparaison entre la situation des domestiques et celle du reste des classes populaires, ces ouvrages se concentrent sur la « dépendance » des femmes jeunes et célibataires (Charle, 1991, p. 316), escamotant l’expérience des hommes domestiques ou celle du personnel qualifié ou plus âgé. Certes, ces travaux mentionnent aussi que les rémunérations des domestiques deviennent supérieures à celles des ouvriers et surtout des ouvrières peu qualifiées en comptant le logement et le couvert fournis. Les domestiques semblent également avoir accès, plus particulièrement dans les grandes maisons, à une nourriture meilleure, plus diversifiée, mais rares sont les comparaisons historiographiques entre les diverses formes de travail disponibles pour les jeunes membres des classes populaires. La conception de la domesticité dominante demeure encore celle d’une main-d’œuvre jeune, féminine, isolée et donc surexploitée.

  • 11 D’après un travail sur les échantillons de recensements pour la période 1886-1911 pour les villes (...)
  • 12 1F12-1F15, Archives municipales de Saint-Étienne.

14Dans la Loire et dans le Rhône, les recensements indiquent pourtant que les hommes représentent environ 30 % des domestiques « à la personne » et 50 % des domestiques agricoles. Près d’un tiers des domestiques ont 35 ans et plus dans la seconde moitié du xixe siècle11. La diversité des employeurs et employeuses rend également problématique un portrait univoque de la « bonne à tout faire » soumise et accablée de tâches irréalisables. Si l’écrasante majorité des domestiques ont un emploi du temps minuté et chargé, peut-on véritablement assimiler la charge de travail de Marthe Soucis et Joséphine Bied, au service de la seule et riche comtesse Tézenas du Montcel, à celle de Jeanne Brunelon qui la même année doit servir seule un ménage de sept personnes dont trois enfants, alors que toutes officient en 1876 à Saint-Étienne12 ? Le nombre de personnes (et surtout d’enfants en bas âge) à prendre en charge, la présence de collègues, la possibilité de travailler avec des membres de sa propre famille, le degré d’équipements des logements des employeurs et employeuses (accès à l’eau notamment) et le degré d’exigence de celles-ci et ceux-ci sont autant de paramètres qui rendent bien difficile l’établissement de généralités pour les conditions de vie et de travail des domestiques dans la seconde moitié du xixe siècle.

15Pour les historien‑ne‑s pourtant, les domestiques sont de manière collective des « parias » (Martin-Fugier, 1979, p. 2), sans reconnaissance sociale ni subjectivité propre. L’incapacité de l’historiographie française à concevoir cette catégorie professionnelle comme susceptible de développer des compétences et des savoirs spécifiques s’explique par la combinaison de plusieurs caractéristiques sociales que les domestiques sont réputé‑e‑s partager. Bien qu’une part significative des domestiques soient des hommes, que certain‑e‑s soient racisé‑e‑s et que les grands ménages apprécient également les couples mariés, les seules domestiques représentées dans l’historiographie française sont les jeunes femmes célibataires blanches. Ces travailleuses, parce qu’elles sont tout à la fois jeunes, femmes et célibataires, sont considérées comme particulièrement vulnérables. En outre, la coïncidence entre leur lieu de vie et leur lieu de travail, chez leurs patronnes et patrons, renforce cette image de dépendance. Selon nous, cette vulnérabilité spécifique doit être examinée dans le contexte de l’hétérosexualité qui organise la société de la seconde moitié du xixe siècle : le corps social des domestiques apparaît alors dans une position ambiguë par rapport aux normes matrimoniales et sexuelles blanches.

Jeunes femmes blanches et célibataires : des domestiques hors hétérosexualité ?

  • 13 Nous entendons par « économie hétérosociale et hétérosexuelle » l’ensemble des rapports de travail (...)

16Bien que très souvent blanc‑he‑s en métropole, la majorité des domestiques cumulent plusieurs traits sociaux dévalorisants et incapacitants : leur jeunesse, la féminité et leur célibat. Or l’obligation – informelle et partielle – du célibat des domestiques femmes ne peut se réduire à une minorisation incapacitante. La théorie lesbienne nous permet ainsi de réfléchir au positionnement des domestiques en tant que femmes seules dans l’économie hétérosociale et hétérosexuelle13. D’un côté, en tant que jeunes femmes, les domestiques sont sexuellement attirantes pour leurs patrons et leur entourage (fils de famille, visiteurs…). D’un autre côté, elles sont exclues du marché matrimonial, à la fois parce qu’elles travaillent chez leurs patrons et ne peuvent donc être appropriées pour le travail ménager par d’autres hommes, et parce qu’elles ont un statut social inférieur. Leur présence permanente au sein du foyer renforce l’impression d’intimité, alors même que les domestiques font partie d’un autre monde social, point sur lequel insistent les récits des travailleurs et travailleuses (Chabot, 1977). Hommes et femmes domestiques sont ainsi placé‑e‑s sur un plan ambigu en matière d’hétérosexualité, ce qui nous amène à considérer la théorie lesbienne comme pertinente pour analyser leur position sociale.

  • 14 Dans un contexte tout à fait différent, les États-Unis des années 1980, plusieurs domestiques amér (...)
  • 15 Les gages des domestiques paraissent légèrement supérieurs aux rémunérations des ouvrières, mais v (...)
  • 16 Par opposition à une appropriation à la fois légale et matérielle, largement pratiquée aux États-U (...)
  • 17 L’identification des femmes aux intérêts masculins est une caractéristique de l’hétérosexualité bl (...)

17D’abord, les femmes qui s’engagent comme domestiques travaillent en dehors du contrôle direct de leur père, ou de leur époux lorsqu’elles sont mariées. Leur gîte et leur couvert dépendent non du bon vouloir du travailleur rémunéré masculin sous la protection duquel elles se seraient placées, mais de leur propre force de travail. Elles troublent ainsi le modèle familialiste mis en avant par Joan W. Scott et Louise A. Tilly pour expliquer le fonctionnement de la France et de la Grande-Bretagne du xixe siècle (2002)14. De plus, contrairement aux autres formes de travail disponibles, dans l’agriculture ou le textile (Garrier, 1973 ; Plessy et Challet, 1987), la domesticité permet de gagner légalement de l’argent liquide de manière régulière, en dehors des variations saisonnières qui affectent ces deux autres secteurs pourvoyeurs d’emplois rémunérés alors accessibles aux femmes dans la région stéphanoise et lyonnaise. Gagnant leur vie de manière frugale mais indépendante15, ces femmes dans la domesticité échappent à ce que Rich appelle « l’impératif économique de l’hétérosexualité et du mariage […], l’économie politique de l’hétérosexualité obligatoire » (Rich, 2010, p. 60). L’autonomie financière des « sorcières, femmes seules résistant au mariage, […] autonomes et/ou lesbiennes » est ainsi au cœur de la non-collaboration hétérosexuelle (ibid., p. 63). Puisqu’elles ne sont pas mariées, les revenus de ces femmes ne peuvent être appropriés d’une manière partielle ou totale par un époux16. Par ailleurs, le rapport de classe qui oppose les domestiques à leurs patrons permet également à ces jeunes femmes de sortir de l’identification, habituelle en contexte hétérosexuel blanc17, de leurs propres intérêts avec ceux des hommes, qui sont ici leurs employeurs. Ceci se manifeste par exemple par d’abondants vols domestiques et autres formes de détournement régulier échappant à la comptabilité statistique (Beattie, 1975, p. 92 ; Chabot, 1977).

18Pourtant, la domesticité comme forme de travail est contrôlée par le pouvoir masculin hétéropatriarcal dans une large mesure : tentatives d’imposition de la sexualité patronale, direction du travail par les patrons, restriction de la liberté de mouvement des femmes sur des horaires de travail particulièrement extensifs. En effet, si la domesticité a pu être décrite comme une relation de pouvoir entre femmes (Rollins, 1987), les archives judiciaires examinées révèlent ainsi que dans la plupart des cas pour la France de la seconde moitié du xixe siècle, ce sont les chefs de ménage qui commandent. Les maîtresses de maison formulent une partie des ordres, mais ceux-ci découlent d’abord des intérêts bourgeois masculins. Les maris, systématiquement appelés chefs de ménage dans les recensements jusqu’en 1936, prennent les décisions les plus importantes, comme les embauches et les licenciements. Dans ce contexte d’exercice d’une très forte autorité masculine, bourgeoise et patriarcale, le travail domestique ne peut apparaître comme un choix professionnel de résistance à l’ordre économique hétérosexuel, en dépit de la rémunération qu’il procure.

19Pour menacer plus concrètement l’ordre domestique et sexuel en effet, il faut qu’en plus se manifeste une relation privilégiée entre deux femmes de la même classe sociale telle que celle entretenue par Marie Bruyère et Marie Roux. Leur relation et sa répression confirment ainsi l’hypothèse de Rich selon laquelle les femmes ayant fait le choix d’aimer d’autres femmes, comme « camarades ou amantes », voient leur choix « condamné à la clandestinité ou au mensonge » (Rich, 2010, p. 61), mais révèlent aussi que cette expérience lesbienne – entendue au sens large – est faite de solidarité et d’intimité partagées, aux répercussions matérielles déterminantes.

Marie Bruyère, Marie Roux : la coproduction de compétences spatiales, économiques et sociales de minoritaires

Face à l’atomisation des domestiques, la réalité d’une expérience lesbienne

  • 18 Le canton de Tournon, en Ardèche, pour Marie Bruyère et Marie Roux.
  • 19 1F12-15, AMSE.

20Beaucoup de domestiques vivent, en ville, dans les quartiers dévolus à la bourgeoisie qui les emploie. Elles et ils se retrouvent ainsi dans des territoires éloignés géographiquement des bastions de la classe ouvrière et de leur commune rurale d’origine18. À Saint-Étienne, dans le centre-ville, les ménages employeurs ont rarement plus de trois travailleuses à domicile, mais les recensements indiquent que seuls 30 % des domestiques hommes ou femmes n’ont pas de collègues sous le même toit en 1856 et 187619. En outre, même lorsque ces travailleurs et travailleuses sont les uniques employé‑e‑s d’un ménage, elles et ils se croisent dans les beaux quartiers, leur travail se déroulant en partie à l’extérieur des appartements patronaux, par exemple pour faire les courses ou porter des messages. Marie Bruyère et Marie Roux se rencontrent ainsi sur la place principale du centre-ville, alors qu’elles ont emmené les enfants de leurs employeurs et employeuses en promenade. Les domestiques, même en ne travaillant pas pour les mêmes ménages, savent se reconnaître et créer des liens affectifs forts, surtout lorsqu’elles et ils viennent des mêmes régions rurales. Dans le cas de Bruyère et de Roux, nous pensons que cette relation peut être considérée comme « lesbienne », d’après la définition large du « continuum lesbien » donnée par Rich : « un large registre […] d’expériences impliquant une identification aux femmes ; et pas seulement le fait qu’une femme a eu ou a consciemment désiré une expérience sexuelle génitale avec une autre femme ». Ce continuum recoupe donc « les multiples formes de rapports intenses et privilégiés entre femmes » instituant ainsi entre elles « un soutien pratique et politique » (Rich, 2010, p. 85).

21En effet, lorsque Marie Bruyère dérobe 1 100 francs aux Dulac, elle est en possession d’une somme équivalente à cinq ou six années de rémunération d’un labeur physiquement éprouvant, puisque en province, les domestiques non débutantes mais peu expérimentées peuvent espérer gagner autour de 200 francs annuellement. Elle aurait donc pu vouloir s’enfuir avec l’argent, s’essayer à une vie plus tranquille ailleurs. Dans une perspective hétérosexuelle, elle aurait également pu partager son butin avec l’apprenti boulanger avec qui on l’aurait aperçue quelques mois plus tôt. Eût-elle été une fille dévouée, elle aurait donné la somme à sa mère, une veuve d’excellente réputation travaillant elle aussi comme domestique à Saint-Étienne.

  • 20 Interrogatoire de Marie Bruyère du 2 mai 1869, 4U175, ADL.
  • 21 Interrogatoire de Marie Bruyère du 1er juin 1869, 4U175, ADL.

22Marie Bruyère ne fait rien de tout cela, d’après l’enquête de police et ses propres déclarations. Elle préfère partager le fruit du vol avec une autre femme, Marie Roux, ainsi qu’elle le déclare elle-même : « [L’argent] a été employé à faire diverses acquisitions de lingerie, toilette, de robes, qui ont été déposées chez ma camarade Marie Roux, il était convenu entre nous que nous partagerions par moitié toutes les acquisitions qui ont été faites. »20 Depuis leur rencontre quelques mois auparavant, les deux jeunes femmes se voient régulièrement, passant le plus clair de leur – rare – temps libre ensemble. Pour aller chercher son amie, Marie Roux se rend ainsi plusieurs fois chez les Dulac21. Elle rentre même à l’intérieur du domicile des riches employeurs et employeuses de sa camarade, et, c’est, dit-elle, par peur d’être découvertes ensemble dans le domicile patronal que les deux jeunes filles s’enferment un court moment dans les latrines. Outre le fait que les latrines constituent un espace classique d’interactions homosexuelles masculines, cet épisode révèle une grande intimité entre les deux amies, si l’on imagine l’étroitesse du lieu. Étant toutes deux domestiques, cet endroit, bien qu’inconfortable, est probablement le seul lieu clos qu’elles ont pu trouver en dehors de la chambre de Marie Roux, où sont stockées leurs acquisitions communes. Ainsi, les deux jeunes femmes manifestent leur capacité à maîtriser les espaces domestiques : les lieux où à la fois trouver de l’argent (Bruyère), cacher leurs achats (Roux) et avoir une interaction privée.

  • 22 Interrogatoire de Marie Bruyère du 1er juin 1869, 4U175, ADL.
  • 23 Déposition de Sophie Alexandre, commerçante, du 2 juin 1869, 4U175, ADL.
  • 24 Interrogatoire de Marie Roux, juin 1869, 4U175, ADL.
  • 25 Déposition de Marie Robert, commerçante, du 2 juin 1869, 4U175, ADL.

23Les deux jeunes femmes partagent de surcroît de l’argent, possession offrant un rare pouvoir économique. En province, l’argent liquide ne circule pas encore en 1869 en grande quantité entre membres des classes populaires, surtout dans le monde rural dont les deux jeunes filles sont issues (Weber, 1976, p. 35). Contrairement aux ouvrières payées à la journée, les domestiques ne touchent en théorie leurs gages qu’une fois l’an. Pour leurs dépenses personnelles, il faut demander aux employeurs et employeuses des avances, qui peuvent être refusées, et formuler un bon motif de dépense. Lorsque Marie Bruyère s’empare des pièces d’or des Dulac, c’est avec – et pour – Marie Roux qu’elle les dépense. Elles achètent ensemble des vêtements, des robes, des foulards. Marie Bruyère emmène également son amie chercher des draps coûteux, les deux choisissant le même tissu. Elles s’offrent aussi des chocolats, des bijoux, insistant pour qu’ils soient assortis, et les rapportent ensemble (« ma camarade et moi avons transporté tous ces objets chez [Marie Roux] »)22. Auprès de commerçant‑e‑s intrigué‑e‑s, Roux et Bruyère disent être sœurs, réclamant à ce titre des articles identiques23. Par ailleurs, Marie Bruyère fait aussi des acquisitions supplémentaires, choisissant de nouveaux cadeaux pour son amie : entre autres, une robe sur mesure24 et une parure25.

  • 26 Interrogatoire de Marie Bruyère du 1er juin 1869, 4U175, ADL.

24En outre, ce lien fort entre les deux jeunes domestiques va au-delà du partage de l’intimité de toilettes, de rires échangés, du plaisir de faire des achats et d’essayer de beaux vêtements, normalement inaccessibles aux travailleuses de leur condition. Marie Bruyère et Marie Roux se protègent mutuellement quand la justice intervient. Arrêtée, la première résiste aux pressions des forces de l’ordre qui veulent lui faire reconnaître la complicité de la seconde, et ce malgré plusieurs interrogatoires. Bruyère maintient tout au long de la procédure que son amie ignore l’origine illégale de l’argent : « Ma camarade ne savait d’où venait l’argent, je ne lui ai jamais dit. »26 Roux s’en tient elle aussi à sa version : l’argent venant d’une mystérieuse tante Bruyère, elle n’a jamais demandé de précisions. La constance paye : Roux est acquittée ; Bruyère écope de deux ans de prison, une peine plutôt légère vu le montant dérobé. Ainsi émergent deux compétences de solidarité face aux forces de l’ordre. De la part de Marie Bruyère, la prise de responsabilité pour l’ensemble des actes malhonnêtes commis et la mise en avant de son repentir atténuent (probablement) sa peine tout en préservant Marie Roux. De la part de cette dernière, le jeu sur le préjugé de l’ignorance généralement attribuée aux femmes issues du monde rural participe de son acquittement.

  • 27 Dans un article plus récent (2006), Sharon Marcus propose une distinction entre amitiés et amours (...)

25Comment interpréter la proximité évidente de ces deux femmes ? Offrir des bijoux, du chocolat et des vêtements sont des pratiques de séduction communes. Si Marie Bruyère avait été un homme, la plupart des historien‑ne‑s auraient conclu à un intérêt amoureux, notamment parce qu’elle choisit des produits de la meilleure qualité pour ses présents. D’un autre côté, le jeu sur un lien familial, la volonté d’avoir des vêtements et accessoires identiques pourrait nous mettre sur la voie non d’un intérêt romantique mais d’une relation amicale très forte entre deux jeunes filles à peine sorties de l’adolescence. La notion de « continuum lesbien » de Rich nous aide ici à dépasser la question de la nature sexuelle de leur relation en accordant la même valeur aux deux hypothèses (amicale ou amoureuse), c’est-à-dire la reconnaissance d’un lien fort et précieux entre femmes27. Nous pouvons ainsi réévaluer la complicité entre Marie Bruyère et Marie Roux, fondée sur un soutien mutuel dans le cadre d’une exploitation salariale et d’une procédure criminelle en mettant en valeur des pratiques féminines de partage de compétences dévaluées – tout particulièrement la connaissance de l’espace public et domestique – et d’une prise de soin réciproque : l’objectif de Marie Bruyère est bien d’assurer plaisir, bien-être et sécurité – face à la justice – d’une autre femme, Marie Roux. Nous soutenons que ces pratiques de partage sont politiques, car elles prennent place dans une situation de minorisation. Par leur action, Bruyère et Roux combattent, ou plutôt limitent, le poids de cette domination sur leur vie, leur destin professionnel et carcéral.

La maîtrise de l’hétérosexualité sociale : les contours de l’homo-socialité féminine acceptable

26L’expérience minoritaire donne un savoir spécifique, situé et décisif, sur les structures dominantes. Ici, l’usage du « continuum lesbien » comme clef d’interprétation des actions de Marie Bruyère et de Marie Roux permet, de plus, d’appréhender le fonctionnement du système hétéronormatif de la domesticité et de la société française du second xixe siècle. En effet, Rich donne à voir plusieurs aspects du système normatif, à la fois subtil et évident, qu’elle appelle « hétérosexualité obligatoire », comme les arrangements économiques qui privent les femmes d’autonomie hors du mariage hétérosexuel et les sanctions imposées aux femmes célibataires, veuves ou divorcées. Dans leurs interactions femme à femme, Bruyère et Roux savent comment échapper aux prescriptions à l’hétérosexualité parce qu’elles en connaissent les contours. Ici, il s’agit de voir quels types d’interactions sont acceptés ou sanctionnés entre ces femmes, dans quels cadres et dans quels espaces.

27Avant l’arrestation de Marie Bruyère, la relation entre les deux jeunes femmes, certes remarquée, n’a pas donné lieu à des commentaires explicitement désapprobateurs. En effet, elles ont su respecter certaines prescriptions régulant les relations entre filles célibataires de leur âge et de leur classe sociale. Il s’agit alors de passer inaperçues, un savoir dont le développement est souvent une condition de survie pour les minoritaires des normes sexuelles (Sautman, 1996, p. 177).

  • 28 Interrogatoire de Marie Roux juin 1869, 4U175, ADL.
  • 29 Interrogatoire de Marie Bruyère, juin 1869, 4U175, ADL.

28Les deux femmes se sont d’abord rencontrées sur une place publique : « J’ai fait sa connaissance il y a quelques mois, […] place de l’Hôtel de ville où elle promenait les petits enfants de ses maîtres. »28 C’est un lieu acceptable pour démarrer une interaction au sein des classes populaires dans le Saint-Étienne de 1869. Ensuite, elles passent le plus clair de leur temps libre ensemble à l’extérieur, dans l’espace public, à faire des emplettes et à se promener dans les rues du centre-ville. Le caractère public de ces rencontres garantit leur décence. Marie Bruyère et Marie Roux prennent grand soin d’afficher une pratique de loisirs considérée comme féminine – faire les magasins – et un lien familial – en se présentant comme sœurs – pour justifier le temps passé ensemble aux yeux du monde extérieur. L’aptitude à utiliser le registre familial quand cela est possible nous paraît ici particulièrement intéressant comme compétence de minoritaires : non seulement elles prétendent être sœurs, mais elles affirment en plus que Marie Bruyère – qui paie leurs achats communs – est mariée, ou sur le point de l’être. Le mariage hétérosexuel est socialement admis comme l’entrée dans la norme majoritaire de la respectabilité, et donc donne accès à des capacités supplémentaires, c’est-à-dire la possibilité pour une femme de circuler dans la ville sans susciter le soupçon d’une trop grande liberté sexuelle et la réprobation générale. Prétendre une appartenance à l’ordre sexuel établi fonctionne comme un passeport vers le monde majoritaire pour Marie Bruyère : en 1869, en province, le mariage rapproche du pouvoir masculin de dépenser de l’argent librement. Le contrôle de la consommation de la part de l’ensemble du corps social, sans disparaître totalement pour autant, se fait moindre quand une femme est mariée. C’est ainsi que Marie Bruyère perçoit la situation lorsque le juge lui demande pourquoi elle a prétendu être mariée ; elle répond : « C’était pour expliquer les acquisitions que je faisais et par lesquelles je craignais d’être compromise. Je persiste à dire que ma camarade n’a rien su de mes vols, du moins par moi. »29 Pour deux jeunes filles « lesbiennes » au sens de Rich, ce passeport que donne l’excuse du mariage justifie aussi des dépenses inhabituelles faites à deux en désamorçant par anticipation tout soupçon d’une relation inhabituelle, ou inacceptable, entre elles. Bien que le lesbianisme soit largement invisibilisé au xixe siècle, il peut être convoqué dans l’imaginaire hétérosexuel pour expliquer des situations de déviance des femmes des classes populaires. En effet, la consommation d’articles de luxe par deux jeunes femmes ensemble et non accompagnées d’un homme attise la suspicion : leur argent ne peut avoir été acquis que d’une manière que la morale réprouve, par le vol ou plus probablement encore la prostitution. Nous faisons l’hypothèse que cette double origine déviante et sexuelle de l’argent introduirait le soupçon du lesbianisme chez les commerçant‑e‑s. L’association entre prostitution et pratiques homosexuelles féminines découle d’une part de l’idée que les prostituées auraient une sexualité déviante inextinguible, au point de séduire même des femmes, dans un imaginaire de femmes entre elles en maison close, et d’autre part des pratiques de triolisme parfois pratiquées en maison close.

29Par ailleurs, Marie Bruyère explique aux commerçant‑e‑s tenir son argent liquide de son fiancé ou de son époux, mais tient un autre discours à Marie Roux : l’argent ne viendrait pas d’un homme mais d’une tante éloignée. Elle affirme à sa partenaire qu’elle n’a aucun fiancé ou « galant », et qu’elle l’a bien inventé pour éloigner les soupçons. Outre ce que cette invention peut impliquer de la relation qui unit les deux jeunes femmes (Marie Bruyère aurait-elle voulu éviter la jalousie de Marie Roux ?), ce stratagème montre une connaissance précise des codes sociaux et des avantages liés au mariage de la part d’une personne que la profession assimile au célibat. L’appareil critique de Rich nous permet de mettre en lumière et de considérer comme telles les compétences analytiques déployées par Bruyère et Roux.

  • 30 Interrogatoire de Marie Roux, juin 1869, 4U175, ADL.
  • 31 Déposition de Michel Dulac du 4 juin 1869, 4U175, ADL.

30Si Marie Bruyère sait qu’elle doit prétendre être mariée et liée « par le sang » à Marie Roux, elle sait aussi que son amie ne doit pas être vue avec elle sur son lieu de travail. Bien que Roux ne travaille pas pour le même ménage, les soupçons des Dulac seraient attisés : les domestiques ne doivent pas introduire d’étrangers ou d’étrangères dans le foyer sans autorisation patronale, une interdiction répétée dans l’ensemble de la littérature prescriptive du xixe siècle. Présenter Marie Roux comme une sœur serait voué à l’échec : les Dulac connaissent Rose, la mère de Marie Bruyère. De plus, l’idée d’une autre domestique chez eux pourrait fort bien être perçue par les Dulac comme une tentative de conspirer contre eux : « Nous sommes enfermées dans les lieux parce que Marie Bruyère m’avait dit que si sa maîtresse la voyait avec moi, elle la gronderait. Marie dit que c’est exact. »30 Cette vigilance de la part des deux jeunes femmes sur la perception par les employeurs et employeuses de leurs allées et venues souligne à quel point les circulations spatiales des domestiques sont soumises à un contrôle étroit, de même que leurs interactions sociales. C’est parce que la présence d’ami‑e‑s des domestiques chez les patron‑ne‑s cause de tels problèmes que les deux jeunes femmes doivent se cacher et que cette dissimulation est rapportée à la police par le voisin. Plusieurs années plus tard à Paris, les époux Chabot, domestiques récemment mariés, ne peuvent se voir facilement aux domiciles respectifs de leurs patronnes et patrons (Chabot, 1977). Dans l’affaire qui nous intéresse ici, il est également notable que la police prenne le temps d’enregistrer la déposition du voisin ayant entendu les deux jeunes femmes avoir une « discussion animée » dans les toilettes des semaines auparavant31, alors même que les forces de l’ordre enquêtent sur un vol important bien postérieur à cette discussion. Cette relation entre les deux femmes pose ainsi un problème dans l’ordre domestique et social à partir du moment où elle se déroule dans un lieu inapproprié – chez les patron‑ne‑s de l’une d’entre elles – et d’une manière inappropriée – une vive discussion dans des latrines.

31Outre les circulations spatiales, il s’agit également de contrôler le devenir érotique et sexuel des domestiques. L’inclusion dans l’évaluation du travail de la personnalité et de la sexualité est une caractéristique du comportement des employeurs et employeuses de domestiques, qui se vérifie à plusieurs occasions dans une multitude de sources. Toutes les marques d’indépendance sexuelle des femmes, comme une grossesse – même légitime –, constitue un motif de renvoi recevable jusqu’en 1909, licenciement pratiqué presque systématiquement dans les archives dépouillées pour la Loire et le Rhône de la seconde moitié du xixe siècle.

  • 32 Lettre de Benoîte Nicolas de 1872 à Marie Hutter, fonds Thomas Hutter, 45J65, ADL.
  • 33 Ibid., ADL.

32Les manifestations d’indépendance érotico-sexuelle féminine n’ayant aucun impact sur la quantité de travail domestique fourni sont aussi réprimées : en 1870, la nourrice et la cuisinière de la riche famille Tézenas du Montcel sont renvoyées. Elles ont en effet été surprises travesties, vêtues des habits chics de Madame et de Monsieur32. Est-ce le travestissement de classe – des prolétaires en aristocrates – ou le travestissement de genre – une des deux femmes revêtant un habit masculin – ou encore la rupture des limites de l’intimité des employeurs – avoir ses effets personnels portés par des membres des classes populaires – ou enfin l’imaginaire homoérotique lié au travestissement, qui rend Mme Tézenas du Montcel furieuse ? Il est probable que la combinaison de tous ces éléments ait conduit au renvoi de Benoîte Nicolas et de sa collègue33. Même pour une riche famille comme les Tézenas, renvoyer des domestiques qualifiées n’est pas anodin : une nourrice, surtout, doit être vite recrutée, dans une période où la demande de domesticité excède l’offre dans la région. Ce renvoi marque donc une volonté de punir une expérience féminine subversive, d’un caractère potentiellement érotique, et peut-être contestant l’assignation genrée des personnes.

  • 34 Notons ici que les ouvrières de l’industrie et de l’agriculture sont soumises à la même vigilance, (...)
  • 35 Déposition de M. Montagnon, commerçant, du 2 juin 1869, 4U175, ADL.

33Enfin, la répression touche aussi au caractère économique des compétences développées par Marie Roux et Marie Bruyère et leur dépassement du cadre acceptable, hétérosocial, de consommation en province. Si nous avons mentionné précédemment l’accès à une rémunération dans le cadre de la domesticité, il faut préciser que les sommes de liquides sont, avant la fin d’une année complète de travail, distribuées généralement sous forme d’avances négociées. Les dépenses faites par les membres des classes populaires sont en plus soumises à l’examen scrupuleux du reste de la société au xixe siècle34 : en seulement deux jours d’investigation, la police de Saint-Étienne retrouve et interroge l’ensemble des commerçant‑e‑s chez qui Marie Bruyère et Marie Roux ont fait des emplettes, et ces boutiquiers se souviennent très précisément des deux jeunes femmes, venues pourtant quelques semaines auparavant35. Dépenser de l’argent liquide en province en 1869 pour des jeunes femmes sans partenaire masculin identifié s’effectue donc sous haute surveillance, comme nous l’avons vu plus haut. L’attention aux circuits économiques nous permet aussi de réaffirmer la force du lien qui unit les deux jeunes femmes : alors que l’argent liquide est rare, difficile à obtenir comme à dépenser, son partage entre Marie Bruyère et Marie Roux paraît comme d’autant plus significatif de l’intensité de leurs liens.

 

34Pour conclure, si l’étude des vols domestiques et de leurs mobiles mériterait un examen plus approfondi, nous pensons que l’influence politique, économique et sociale du fonctionnement hétérosexuel de nos sociétés doit être repensée en sciences sociales, d’une part pour mieux mettre en valeur les compétences minoritaires et d’autre part pour rendre visible un pilier de la domination sociale peu analysé en histoire.

  • 36 Le terme de « transgression », souvent galvaudé par une littérature exotisant les pratiques des cl (...)

35Dans le cas étudié ici, il est ainsi intéressant d’articuler plusieurs niveaux de « transgression » sociale et économique36 : le lesbianisme de Marie Bruyère et de Marie Roux et le vol domestique commis. La coïncidence des deux permet de rendre visibles les compétences développées individuellement et conjointement par des jeunes femmes des classes populaires. D’après Rich, l’expérience lesbienne est à la fois une transgression en soi et le rejet du mode de vie imposé comme obligatoire (2010, p. 85). De la même manière, le vol domestique va à l’encontre des règles de la domesticité et son produit – l’argent dérobé – est utilisé de manière à rejeter le mode de vie « obligatoire » pour les femmes des classes populaires de Saint-Étienne : un travail long et pénible, sous surveillance, peu de loisirs, une toilette sobre et peu ornée – choisie par les patronnes et patrons – et un isolement relationnel en dehors des relations hétérosexuelles familiales. Pour Marie Bruyère, si tant est que nous pouvons reconstituer le mobile de son vol, il s’agit d’offrir à son amie et à elle-même une expérience inatteignable autrement. La mise en minorité politique, économique et juridique liée à la domesticité féminine rencontre alors une mise en minorité sociale, celle d’une relation lesbienne, faisant émerger à la fois chez les protagonistes des compétences spécifiques – vol, dissimulations – et chez les forces de l’ordre une nécessité forte de rétablir l’ordre majoritaire, d’un point de vue économique, social et sexuel.

36Enfin, notre démonstration a souligné l’importance de l’usage des savoirs minoritaires contemporains comme méthodes pour analyser des rapports de pouvoir. L’usage du « continuum lesbien » de Rich permet de réévaluer et d’affirmer la profondeur et l’intensité d’une relation entre femmes, alors que celles-ci sont systématiquement dévaluées sur le plan historique. Ce concept insiste sur le fonctionnement des rapports économiques entre femmes et rend ici visibles les liens entre circuits affectifs et circuits monétaires. Les liens émotionnels entre membres des classes populaires et surtout entre femmes ont rarement laissé de traces dans les archives écrites, d’où la difficulté de généraliser à partir de cette étude, tant les formes de soutien pratique et politique doivent échapper au regard des employeurs et employeuses et de la justice. Le contexte de la domesticité ne permet pas à ces jeunes femmes des pratiques de transmission patrimoniale ou de vie maritale, considérées par Sharon Marcus comme les signes primordiaux d’une relation lesbienne (2006). Par conséquent mettre en lumière ces liens affectifs forts entre femmes des classes populaires nécessite le concours des expériences minoritaires et des savoirs qu’elles ont pu produire, notamment celle d’Adrienne Rich. Ces savoirs minoritaires peuvent être tout autant théorisés que les outils produits par les détenteurs du pouvoir et des savoirs majoritaires – « la majorité » des universitaires blancs, hétérosexuels, hommes cisgenres valides – et donc constituer des prismes d’analyse pertinents, en sociologie comme en histoire. Cette contestation d’une institution aussi envahissante que l’hétérosexualité dans les sociétés contemporaines par l’expérience minoritaire permet également de mieux comprendre le fonctionnement d’autres formes d’institutions oppressantes. Rich suggère ainsi que le racisme des femmes blanches s’explique en partie par la nécessaire identification avec les intérêts masculins blancs dans le contexte hétérosexuel américain des années 1970-1980. Ainsi, la réflexion sur l’hétérosexualité comme institution politique trouve pleinement sa place dans une vision véritablement intersectionnelle des rapports sociaux et politiques, qui, comme le concept de blanchité, manque encore trop souvent à l’historiographie française actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Avril Christelle, 2006, « Le travail des aides à domicile pour personnages âgées. Contraintes et savoir-faire », Le Mouvement social, no 216, p. 87-99.

— 2014, Les aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute.

Balois-Proyart Jean-Christophe, 2014, « Anatomie du procès-verbal : les justices de paix, une source pour l’histoire du travail (Paris, années 1790 - années 1830) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 61-4/4 bis, p. 32-64.

Beattie John M., 1975, « The criminality of women in eighteenth-century England », Journal of Social History, vol. 8, no 4, p. 80-116.

Butler Judith, 2005 [1990], Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte.

Celliez Henry, 1836, Code des maîtres et des domestiques, Paris, Marchant.

Chabot Michel et Chabot Paul, 1977, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, Paris, Téméa.

Charle Christophe, 1991, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil.

Delphy Christine, 1999, L’ennemi principal, t. 1, Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse.

Dubois Rémy, 1907, De la condition juridique des domestiques, thèse de doctorat, Lille.

Flaubert Gustave, 1877, « Un cœur simple », Trois contes, Paris, Charpentier.

Garrier Gilbert, 1973, Les paysans de l’Ouest lyonnais et du Beaujolais à l’époque contemporaine, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Granier Solène, 2014, Domestiques indochinois, Paris, Vendémiaire.

Guillaumin Colette, 1985, « Sur la notion de minorité », L’homme et la société, no 77-78, p. 101-109.

Guiral Pierre et Thuillier Guy, 1978, La vie quotidienne des domestiques au xixsiècle, Paris, Hachette.

Hantzaroula Pothiti, 2002, The Making of Subordination : Domestic Servants in Greece, 1920-1945, thèse de doctorat, Institut universitaire européen de Florence.

Lequin Yves, 1977, Les ouvriers de la région lyonnaise, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Liauzu Claude éd., 2007, Dictionnaire de la colonisation, Paris, Larousse.

MacKinnon Catharine A., 1979, Sexual Harassment of Working Women : A Case of Sex Discrimination, New Haven, Yale University Press.

Mahmood Saba, 2009, Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique, Paris, La Découverte.

Martin-Fugier Anne, 1979, La place des bonnes. Domesticité à Paris en 1900, Paris, Grasset.

Marcus Sharon, 2006, « Entre femmes : l’amitié et le jeu du système dans l’Angleterre victorienne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 53-54, p. 32-52.

McBride Theresa, 1976, The Domestic Revolution. The Modernisation of Household Service in England and France 1820-1920, Londres, Croom Helm.

Nakano-Glenn Evelyn, 1986, Issei, Nisei, Warbrides :Three Generations of Japanese American Women in Domestic Service, Philadelphie, Temple University Press.

 1992, « From servitude to service work : historical continuities of racial division of paid reproductive work », Signs, vol. 18, no 1, p. 1-43.

Noiriel Gérard, 2002, Les ouvriers dans la société française, Paris, Seuil.

Plessy Bernard et Challet Louis, 1987, La vie quotidienne des canuts, passementières et moulinières au xixe siècle, Paris, Hachette.

Régent Frédéric, Confier Gilda et Maillard Bruno, 2015, Libres et sans fers : paroles d’esclaves français, Paris, Fayard.

Rich Adrienne, 2010 [1980], La contrainte à l’hétérosexualité et autres essais, Genève-Lausanne, Mamamélis - Nouvelles Questions Féministes.

Richard Henri, 1906, Du louage des services domestiques en droit français, thèse de doctorat, Angers.

Rollins Judith, 1987, Between Women. Domestics and their Employers, Philadelphie, Temple University Press.

Sarti Raffaella, 2005a, « Freedom and citizenship ? The legal status of servants and domestic workers in a comparative perspective (16th-21st centuries) », Proceedings of the Servant Project, S. Pasleau, I. Schopp et R. Sarti éd., Liège, Éditions de l’Université de Liège, vol. III, p. 127-164.

 2005b, « Conclusion. Domestic service and the European identity », Proceedings of the Servant Project, S. Pasleau, I. Schopp et R. Sarti éd., Liège, Éditions de l’Université de Liège, vol. V, p. 195-284.

Sautman Canadé Francesca , 1996, « Invisible women : lesbian working-class culture in France, 1880-1930 », Homosexuality in Modern France, J. Merrick et B. Ragan éd., Oxford, Oxford University Press, p. 177-201.

Scott Joan W. et Tilly Louise A., 2002, Les femmes, le travail et la famille, Paris, Payot.

Steedman Carolyn, 2007, Master and Servant. Love and Labour in the English Industrial Age,Cambridge, Cambridge University Press.

Stewart Mary L., 1989, Women, Work and the French State. Labour Protection and Social Patriarchy, 1879-1919, Montréal, McGill Queens University Press.

Thompson Edward P., 1963, The Making of the English Working-Class, Londres, Penguin Books.

Weber Eugen, 1976, Peasants into Frenchmen, Stanford, Stanford University Press.

Zelizer Viviana, 2005, The Purchase of Intimacy, Princeton, Princeton University Press.

Zola Émile, 1882, Pot-Bouille, Paris, Charpentier.

Haut de page

Notes

1 Acte d’accusation du 15 juin 1869, Affaire Bruyère et Roux, 4U175, Archives départementales de la Loire (ADL).

2 Interrogatoires de Marie Bruyère et de Marie Roux devant le juge d’instruction, juin 1869, 4U175, ADL.

3 Ces compétences relationnelles sont, pour les femmes, considérées comme naturelles, et par conséquent ne sont pas traitées comme des compétences de travail par les contemporains (d’où leur absence dans les archives). La sociologie du travail de care s’est intéressée à ce type de compétences. Voir notamment Avril (2006, 2014).

4 Cette dépendance a été réaffirmée jusqu’en 1945, quoique son contenu ait été renouvelé par des traditions politiques différentes : dépendance à l’égard de pères, maris, prêtres, ou eu égard à leur faible nature.

5 En matière civile, les juges peuvent au début du xxe siècle révoquer les témoignages des domestiques (Richard, 1906, p. 174-177).

6 A contrario des esclaves racisé‑e‑s, les domestiques blanc‑he‑s louent pour un temps limité leur force de travail et bénéficient généralement d’une rémunération.

7 Depuis la charte du 4 juin 1814, les lois métropolitaines ne sont pas applicables aux colonies (notice « droit et colonisation », Liauzu éd., 2007, p. 251-252).

8 F 22 367, Archives nationales. Notons que cette impossibilité d’une visite de l’inspection du travail chez des particuliers existe encore aujourd’hui.

9 Seulement trois occurrences dans l’ouvrage classique de l’historien Edward P. Thompson, The Making of the English Working-Class (1963).

10 Notamment la nouvelle Un cœur simple de Gustave Flaubert (1877) et le roman Pot-Bouille d’Émile Zola (1882).

11 D’après un travail sur les échantillons de recensements pour la période 1886-1911 pour les villes de Lyon, Saint-Étienne, Roanne et les communes rurales de La Pacaudière (Loire) et de Lamure-sur-Azergues (Rhône).

12 1F12-1F15, Archives municipales de Saint-Étienne.

13 Nous entendons par « économie hétérosociale et hétérosexuelle » l’ensemble des rapports de travail et d’échanges matériels et immatériels entre hommes et femmes qui organisent les sociétés occidentales contemporaines, caractérisées par une norme hétérosexuelle et hétéromaritale qui permet l’appropriation du travail gratuit de la classe des femmes par la classe des hommes, à travers la famille, le mariage ou la cohabitation. Nous nous référons ici aux travaux du féminisme matérialiste (Delphy, 1999).

14 Dans un contexte tout à fait différent, les États-Unis des années 1980, plusieurs domestiques américano-japonaises cachent ainsi le montant de leurs revenus à leur époux (Nakano-Glenn, 1986, p. 140).

15 Les gages des domestiques paraissent légèrement supérieurs aux rémunérations des ouvrières, mais variables : d’environ 60 francs dans les cantons ruraux de la Loire à 200 francs annuels pour Saint-Étienne d’après l’Enquête agricole de 1862 (ADL).

16 Par opposition à une appropriation à la fois légale et matérielle, largement pratiquée aux États-Unis (Zelizer, 2005, p. 219-225).

17 L’identification des femmes aux intérêts masculins est une caractéristique de l’hétérosexualité blanche analysée par Rich (2010, p. 78-80), qui s’appuie notamment sur le travail de Catharine A. MacKinnon (1979).

18 Le canton de Tournon, en Ardèche, pour Marie Bruyère et Marie Roux.

19 1F12-15, AMSE.

20 Interrogatoire de Marie Bruyère du 2 mai 1869, 4U175, ADL.

21 Interrogatoire de Marie Bruyère du 1er juin 1869, 4U175, ADL.

22 Interrogatoire de Marie Bruyère du 1er juin 1869, 4U175, ADL.

23 Déposition de Sophie Alexandre, commerçante, du 2 juin 1869, 4U175, ADL.

24 Interrogatoire de Marie Roux, juin 1869, 4U175, ADL.

25 Déposition de Marie Robert, commerçante, du 2 juin 1869, 4U175, ADL.

26 Interrogatoire de Marie Bruyère du 1er juin 1869, 4U175, ADL.

27 Dans un article plus récent (2006), Sharon Marcus propose une distinction entre amitiés et amours féminines, qui se fonde sur une définition des relations amoureuses restreinte aux pratiques bourgeoises et reproduisant – au moins partiellement – les habitudes hétérosexuelles maritales (patrimoine commun, cohabitation et exclusivité sexuelle). Ces limites dans la définition même de l’amour entre femmes ont l’inconvénient, selon nous et par opposition à la définition de Rich, de fermer plus de perspectives heuristiques qu’elles n’en ouvrent puisque seules les personnes partageant un patrimoine matériel et cohabitant accèdent, pour Marcus, au statut de « couple amoureux », ce qui relègue les autres modalités de relations à une amitié légèrement dépréciée. Par ailleurs, Marcus ne situe pas non plus ces amours/amitiés entre femmes par rapport à la norme hétérosexuelle : quelles formes relationnelles peuvent être construites, ou peuvent être rendues visibles ou invisibles, par des femmes qui s’affranchissent des normes sociales dominantes ? Quelle est l’influence de leurs désobéissances normatives sur leurs relations ?

28 Interrogatoire de Marie Roux juin 1869, 4U175, ADL.

29 Interrogatoire de Marie Bruyère, juin 1869, 4U175, ADL.

30 Interrogatoire de Marie Roux, juin 1869, 4U175, ADL.

31 Déposition de Michel Dulac du 4 juin 1869, 4U175, ADL.

32 Lettre de Benoîte Nicolas de 1872 à Marie Hutter, fonds Thomas Hutter, 45J65, ADL.

33 Ibid., ADL.

34 Notons ici que les ouvrières de l’industrie et de l’agriculture sont soumises à la même vigilance, qui n’est pas spécifique à la seule domesticité.

35 Déposition de M. Montagnon, commerçant, du 2 juin 1869, 4U175, ADL.

36 Le terme de « transgression », souvent galvaudé par une littérature exotisant les pratiques des classes populaires, n’est utilisé ici qu’à défaut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Béal, « « Continuum lesbien » et solidarités féminines : compétences (de) minoritaires en domesticité (Saint-Étienne, 1869) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://traces.revues.org/6436 ; DOI : 10.4000/traces.6436

Haut de page

Auteur

Margot Béal

doctorante à l’Institut universitaire européen de Florence

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page