Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Friederike Schmitz / Sue Donaldson et Will Kymlicka

Introduction. La question animale

Introduction. The animal problem
Sonia Goldblum et Marc Lenormand
p. 107-115

Texte intégral

1L’exposition que le musée d’Orsay a consacrée au peintre Pierre Bonnard (Pierre Bonnard. Peindre l’Arcadie, du 17 mars au 19 juillet 2015) montre pléthore d’animaux – principalement des chats, des chiens. Ces derniers ne constituent presque jamais à proprement parler le sujet du tableau, mais on peut dire qu’ils l’habitent au sens où ils prennent part aux scènes quotidiennes que le peintre prend pour objet. En ce sens, la peinture de Bonnard donne à voir ce qu’interroge chacun des auteurs de ce dossier, à savoir la vie des humains avec les animaux et la place, les droits de ces derniers dans les sociétés humaines.

2Cette « question animale », dont on peut dire approximativement qu’elle a fait son apparition dans les sciences humaines et sociales à partir des années 1970, est devenue incontournable dans tous les domaines, qu’il s’agisse de droit, d’histoire ou de philosophie. Cependant, nous sommes partis de l’intuition que le traitement de cette question est différent selon les pays, qu’elle n’occupe pas la même place en France qu’en Allemagne ou dans le monde anglo-américain, où l’intérêt des chercheurs en sciences sociales pour les animaux se double de façon plus marquée d’une volonté d’agir concrètement sur la société et sur la manière dont les individus perçoivent et utilisent les animaux.

  • 1 On citera notamment une interview croisée avec le professeur de philosophie Herwig Grimm, parue da (...)

3Ce dossier s’articule donc autour de deux traductions. La première est l’introduction d’un recueil sur l’éthique animale publié par Friederike Schmitz en 2014 aux éditions Suhrkamp, qui, non contente d’exposer les approches théoriques représentées dans le recueil, constitue une défense du point de vue abolitionniste visant à faire cesser tout usage des animaux et des produits issus de leur exploitation. Bien plus que le simple avant-propos d’un recueil de textes philosophiques, elle constitue donc une prise de position, qui a par ailleurs été reçue comme telle, puisque l’auteure a donné des entretiens qui portaient plus sur ses propres prises de position que sur l’architecture de son recueil1. La seconde traduction, d’un article de Sue Donaldson et Will Kymlicka sur la question de la citoyenneté animale, prolonge le débat engagé par ces auteur-e-s à la suite de la publication en 2011 de leur ouvrage Zoopolis, qui nous engageait à repenser de façon radicale les catégories de la science politique traditionnelle, pour permettre d’y intégrer les animaux. Là encore, la volonté de nourrir un débat sur la démocratie et ses contours est patente.

4Ce qui ressort tout d’abord des textes de Schmitz et de Donaldson et Kymlicka, c’est la vitalité du champ des études animales. Les auteur-e-s font certes référence à des textes désormais canoniques, comme les travaux de Peter Singer (1975) et de Tom Regan (1983) que Schmitz présente et traduit dans son recueil, mais discutent aussi un large corpus d’ouvrages et d’articles récents, publiés au cours des quinze dernières années, qui ont notamment approfondi la réflexion sur les qualités sensibles, sociales, émotionnelles et psychologiques des animaux, en les ancrant dans les appareils d’enquête propres aux différentes disciplines des sciences sociales. Comme Nicolas Delon le souligne dans l’aperçu transatlantique du développement et de l’état des études animales qu’il propose dans la note que nous publions, c’est en effet à la fois la faiblesse institutionnelle et la richesse scientifique de ce champ que d’être à cheval sur un ensemble de disciplines. Delon met en évidence le caractère composite et pluriel du champ, et notamment la façon dont les traditions philosophiques dites « continentales » et « analytiques » sous-tendent des travaux aux orientations davantage historiques ou normatives. Cependant, outre un « tournant animal » par lequel les différentes disciplines en sont venues à s’approprier de manière singulière la question animale et à l’amarrer aux problématiques qui leur sont centrales, il s’agit bien d’un programme de recherche appuyé sur un nombre croissant d’institutions scientifiques – centres de recherche, publications, congrès.

Éthique animale

5La mise en regard d’un côté du texte de Schmitz, et de l’autre de celui de Donaldson et Kymlicka, fait apparaître une série de points de convergence et de discussion. Les auteur-e-s sont ainsi uni-e-s dans une critique du dualisme humain-animal qui sous-tend les différentes branches de la tradition philosophique occidentale, de l’éthique à la politique en passant par l’épistémologie. Ce dualisme fonde le différentialisme défendu par ses promoteurs entre les obligations morales et politiques dues aux humains et celles dues aux animaux. Comme Schmitz le souligne, la tradition philosophique n’est pas pour autant univoque, et les empiristes et les utilitaristes ont, les premiers, souligné la considération dont les animaux devaient bénéficier en tant qu’êtres sensibles. C’est d’ailleurs sur un tel fondement empiriste et utilitariste que Singer, auteur en 1975 de l’ouvrage fondateur Animal Liberation, développe sa critique du « spécisme ».

6Une même réflexion est au cœur de l’analyse que Lucille Boisseau-Sowinski mène dans le texte de ce dossier qu’elle consacre à l’évolution du droit français en matière de protection des animaux. Elle part ici des hésitations d’une législation française qui, depuis février 2015, reconnaît que les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité mais ne les soustrait pas au régime des biens, puisque selon la division traditionnelle du droit, cela nécessiterait de les inscrire dans le régime des personnes. Dans un texte aux ambitions normatives fortes, Boisseau-Sowinski réfléchit aux conditions auxquelles il est possible de reconnaître des droits aux animaux, et les conséquences qu’une extension de ces droits aurait sur tout un ensemble de pratiques sociales et économiques qui se trouveraient dès lors davantage encadrées, limitées ou proprement interdites. Estimant cependant que les projets abolitionnistes ne sont ni réalistes ni souhaitables, l’auteure fait la proposition juridique originale de ce qu’elle nomme un « droit d’absumération », c’est-à-dire un droit fortement encadré, permettant à l’humain d’exercer sur l’animal un ensemble de prérogatives définies selon des critères de nécessité et de proportionnalité, et tenant compte des caractéristiques des animaux en tant qu’êtres sensibles, qui fondent en droit la protection dont ils bénéficient.

7Pour Schmitz cependant, c’est précisément parce que l’attention aux seules qualités sensibles des animaux contribue en définitive à limiter la portée de toute entreprise de protection, qu’il faut penser une éthique animale appuyée sur une remise en cause radicale du différentialisme humain-animal. Ce qui caractérise sa conception des animaux ainsi que celle avancée par Donaldson et Kymlicka, c’est une compréhension élargie des qualités sociales, morales et politiques qu’il est possible d’attribuer aux animaux. Pour mettre celles-ci en évidence, Donaldson et Kymlicka appuient leur propos sur une anecdote qui prend les airs d’une fable, à savoir l’histoire de deux bœufs, Bill et Lou, employés aux travaux des champs sur un campus américain. Ces deux bœufs étaient pleinement intégrés à la communauté de l’Université de Green Mountain, et les auteur-e-s en veulent pour preuve les dispositions sociales qu’ils manifestaient à l’égard des étudiant-e-s en contact avec eux, qu’ils étaient attentifs à ne jamais mettre en danger, en dépit de leur masse considérable. Les animaux domestiques sont donc socialisables et socialisés à divers degrés, et manifestent une attention aux aspirations et aux besoins des humains avec lesquels ils entretiennent des relations. En retour, Donaldson et Kymlicka soulignent l’obligation sociale et morale de prendre en compte les aspirations des animaux domestiques, que ceux-ci savent amplement manifester aux humains, et qu’un observateur attentif peut ainsi identifier. Bill et Lou n’ont pas bénéficié d’une telle compréhension, puisqu’ils ont été mis à mort après que le second s’est blessé et que le premier a refusé de poursuivre le travail sans son partenaire.

8Plus encore, la direction de l’université a fondé la mise à mort des bœufs, et son projet initial de les servir sous forme de burgers à la cantine, sur l’argument de l’agriculture durable qui ne tolérerait pas que les bœufs continuent de produire des déchets organiques sans contribuer aux travaux des champs. On voit ici comment des projets défendus au nom de la protection de l’environnement ou du développement durable peuvent se révéler contraires aux intérêts d’animaux réduits à des variables d’ajustement dans les bilans carbone des entreprises et des institutions. Schmitz se fait également la critique vigoureuse des ambitions affichées par les divers labels bios, et de la satisfaction que les consommateurs et les consommatrices peuvent éprouver à acheter des produits animaux issus de l’élevage biologique. La seule chose qui différencie un produit bio d’un produit de l’élevage conventionnel, c’est le périmètre réduit dont dispose la poule ou le cochon pour s’ébattre. Cette différence contribue certes à l’amélioration des conditions de vie des animaux d’élevage, mais ne remet pas en cause fondamentalement le rapport à l’égard des animaux que constituent la production et la consommation de produits animaux.

9C’est pourquoi Schmitz qualifie une éthique animale qui se soucie d’une simple réforme des conditions d’élevage des animaux, d’« éthique de la cage » (Käfigethik). Sous ce dénominateur, elle rassemble une bonne partie des travaux contemporains en éthique animale, qui prennent argument de la nécessité pour l’éthique de formuler des propositions concrètes, pour se contenter de perspectives d’amélioration graduelles et limitées des conditions de vie des animaux, seules jugées réalistes. L’éthique de la cage est donc aussi une éthique enferrée dans les impératifs du système existant de production agroalimentaire, qui se refuse à penser les conséquences d’une transformation plus radicale des relations entre humains et animaux. Prenant le contrepied d’une telle approche, Schmitz défend l’idée qu’une éthique peut tout autant proposer des applications concrètes à partir de postulats plus radicaux. Elle esquisse ainsi tout un ensemble de transformations tant sur le plan des pratiques individuelles, par l’adoption d’un véganisme éthique, que sur le plan collectif, où elle pointe la nécessité de mouvements portant une critique large du soutien apporté par l’État à l’industrie animalière et de la participation de celle-ci aux relations capitalistes de production.

Politiques animales

10Ce qui est frappant dans les deux textes que nous traduisons, c’est la façon dont les auteur-e-s relient constamment la question animale à des discussions qui l’excèdent. Schmitz adosse sa critique de la situation des animaux à une critique anticapitaliste des mécanismes de production de la nourriture. Plutôt que d’y voir le produit d’inquiétudes contemporaines ou d’une soudaine remise en cause de l’humanisme, elle ancre sa dénonciation de la domination exercée par les humains sur les animaux dans une longue tradition socialiste de réflexion sur les conditions de l’émancipation des opprimé-e-s. Passant en revue les intuitions et les positionnements d’auteur-e-s qui, de Marx à l’école de Francfort de l’après-guerre, en passant par les socialistes anglais, ont mis en évidence l’imbrication des dominations, Schmitz positionne sa politique animale clairement à gauche du spectre politique, du côté de la transformation révolutionnaire des rapports entre humains et animaux.

11Par contraste, le texte de Donaldson et Kymlicka propose une approche clairement réformiste, ce qui n’enlève rien à la radicalité des conclusions que les auteur-e-s nous incitent à en tirer. Kymlicka étant un des principaux représentants de la tradition philosophique libérale nord-américaine, auteur d’un des ouvrages de référence sur la citoyenneté multiculturelle (1995), on n’est pas surpris que l’interrogation centrale de Zoopolis, et du texte que nous traduisons, porte sur les conditions du vivre-ensemble des humains et des animaux. Donaldson et Kymlicka partent d’une série de constats concernant différentes catégories d’animaux : il y a les animaux sauvages que nous pouvons détruire mais pas espérer contrôler ; les animaux liminaires qui se sont introduits, à notre insu, dans les interstices des sociétés humaines et que nous ne pouvons pas raisonnablement espérer en chasser ; enfin les animaux que nous avons de fait intégrés à nos sociétés en les domestiquant, avec lesquels se sont établies des relations d’interdépendance réciproques. On notera que la distinction entre animaux sauvages et animaux domestiques est structurante pour la manière dont le droit réprime la cruauté envers les animaux. Toutefois, Olivier Dubos et Jean-Pierre Marguénaud (2009, p. 115) signalent que ce que Donaldson et Kymlicka appellent les animaux liminaires constitue un des points aveugles de ces législations.

  • 2 On signalera néanmoins que le droit international animalier n’est doté d’aucun moyen de répression (...)

12Il importe ici de rappeler que la question animale ne relève pas seulement du droit des États, mais également du droit international et, pour l’Europe, du droit communautaire. Ce droit prime sur le droit des États, ce qui signifie qu’un changement de législation concernant les animaux n’est pas pensable à la seule échelle de ces derniers2. Le droit communautaire a au fil des années intégré de plus en plus de lois prenant en compte la capacité des animaux à souffrir : cette fixation sur la souffrance animale, qui occulte la mise en question de la légitimité de leur mort, est caractéristique de tout un pan de cette législation, puisque les modalités de leur mise à mort sont incluses dans les dispositions visant à régir leur bien-être (ibid., p. 114 et 121). Toutefois Dubos et Marguénaud soulignent que les animaux sauvages font l’objet d’une législation tout à fait différente, que tend à occulter le scandale que constitue le traitement des animaux d’élevage dans les systèmes d’exploitation capitaliste. En effet, elle comprend deux tendances opposées, mais qui cohabitent : les « traités qui permettent l’éradication des animaux envahissants » et les « textes protecteurs des espèces en danger » (p. 115). Dans les deux cas, ce ne sont pas les animaux en tant que tels qui sont visés, mais plutôt les écosystèmes ou la biodiversité, qui font l’objet de mesures de protection, incluant l’animal, comme une partie intégrante d’un environnement, dont l’équilibre doit être conservé.

13À l’inverse de la position abolitionniste de Schmitz, Donaldson et Kymlicka prennent acte des multiples relations qui existent entre humains et animaux domestiqués, et entendent non pas les remettre fondamentalement en cause, mais penser leur évolution dans une direction qui prenne également en compte les qualités sociales et morales, et les aspirations des animaux. C’est pourquoi Donaldson et Kymlicka font la proposition politique d’étendre la citoyenneté aux animaux domestiques, c’est-à-dire de leur accorder les droits garantis aux membres à part entière d’une société démocratique. Il ne faut pas prendre ici la notion de citoyenneté au sens réducteur d’un éventuel droit de vote, mais au contraire comme l’attribution d’un ensemble de droits civiques, politiques et sociaux (Marshall, 1950). Puisqu’un grand nombre des animaux domestiqués l’ont été afin d’accomplir des travaux au service de la société, les auteur-e-s soulignent notamment la nécessité de penser une extension aux animaux des droits liés au travail, depuis la prise en compte des conditions de travail jusqu’à la protection contre la maladie et la possibilité de jouir d’une retraite paisible.

14Ce double mouvement, de reconnaissance de l’appartenance pleine et entière des animaux aux sociétés que nous formons avec eux, et d’extension de la sphère démocratique des droits, possède une charge critique forte à l’égard d’une série de conceptions élitistes de la démocratie. En effet, un argument traditionnel contre l’exclusion des animaux de la sphère de la citoyenneté est que celle-ci serait l’apanage d’êtres doués de raison. Ici, Donaldson et Kymlicka s’appuient sur les travaux et l’activisme des militants de la cause des enfants et des personnes handicapées, qu’une définition restrictive de la citoyenneté, fondée sur la pleine possession de ses capacités réflexives, exclurait de toute participation pleine et entière à la vie sociale et politique de nos sociétés. De ce point de vue, Donaldson et Kymlicka inscrivent leur réflexion sur la question animale dans une tradition politique progressiste qui n’a cessé de contester, depuis ses marges, les contours restreints d’une démocratie élitaire.

15C’est d’ailleurs une caractéristique notable des études animales critiques, telles que Schmitz comme Donaldson et Kymlicka les représentent pourtant de manière très différente, que de confronter son lectorat potentiellement rétif à des analogies saisissantes. Pour donner à comprendre la nécessité d’une rupture radicale avec l’organisation socioéconomique actuelle dans laquelle les animaux sont pris, Schmitz pose, brutalement, la question de savoir si un esclavage adouci ou réformé est acceptable, ou si seule la perspective de l’abolition de l’esclavage est politiquement et moralement tenable. L’argumentaire de Donaldson et Kymlicka fait pareillement écho aux débats qui ont traversé l’histoire nord-américaine sur l’accession, à quelles conditions et avec quel statut, de la minorité noire à la pleine citoyenneté aux États-Unis. Cette analogie possède une fonction critique claire de déstabilisation d’un ordre épistémologique et politique qui vise à garantir la domination des humains sur les animaux, et le droit de vie et de mort exercé sur ces derniers. Elle reflète néanmoins aussi la porosité entre les études animales et les études portant sur d’autres domaines de la vie sociale, ainsi que les connexions, idéologiques et pratiques, entre le mouvement en faveur des animaux et ceux en faveur de divers groupes humains dominés. Le terme « anti-spécisme » fait écho aux termes d’anti-sexiste ou d’antiracisme, de même que le mot d’ordre d’émancipation animale (animal liberation), derrière lequel se range depuis plusieurs décennies le mouvement animaliste, a émergé sous l’inspiration des mouvements pour l’émancipation des femmes, des Noir-e-s et des peuples colonisés. Les programmes politiques animalistes sont ainsi le produit de leur contexte politique et idéologique, et des échanges et transferts de militant-e-s entre les différentes causes et organisations du mouvement social.

Penser les rapports entre humains et animaux

16Ces transferts et analogies, en partie incontrôlés, sont soumis à la critique dans la note que Pierre Charbonnier consacre aux propositions formulées par Donaldson et Kymlicka dans Zoopolis et dans les textes qui, à l’instar de celui que nous traduisons, ont fait suite à sa publication. Pour Charbonnier, le programme esquissé par Donaldson et Kymlicka tient du tour de force, avant tout au sens où les auteur-e-s cherchent à faire entrer de force les animaux dans le cadre et les catégories de la philosophie politique traditionnelle. Or ces catégories, qu’il s’agisse de la souveraineté, du droit de résidence ou de la citoyenneté, sont mal ajustées pour penser de manière satisfaisante et efficace les rapports entre humains et animaux. Indépendamment des transformations réelles qu’il est susceptible d’engendrer, le geste politique d’attribution de qualités et de droits aux animaux réalisé par Donaldson et Kymlicka demeure un geste abstrait. Les modes de vie et les aspirations des animaux ne peuvent être véritablement pris en compte, et pris au sérieux, par une simple extension des catégories qui ont permis historiquement de penser et d’établir les fondements sociaux et politiques des sociétés humaines.

17Contre l’extension indéfinie du modèle de la citoyenneté libérale, Charbonnier s’appuie sur l’anthropologie pour mettre en évidence d’autres modèles qui, comme l’animisme, conceptualisent de manière radicalement différente les rapports entre communautés humaines et communautés animales. Il ne s’agit pas de jouer l’animisme contre le libéralisme, mais de remettre en cause l’évidence selon laquelle une transformation des rapports entre humains et animaux devrait partir des présupposés et catégories de la philosophie politique occidentale. L’erreur de Donaldson et Kymlicka, selon Charbonnier, est de refuser de penser politiquement l’asymétrie entre humains et animaux, là où il faudrait au contraire prendre en charge la spécificité des modes de vie, points de vue et raisonnements propres aux animaux. C’est seulement si l’on prend en charge l’asymétrie et la différence entre humains et animaux, ainsi que la multiplicité des médiations et relations réciproques déjà tissées entre eux, qu’on peut esquisser un programme politique qui ne se réduit pas à l’imposition d’un cadre préexistant.

*

18Ce qui, en dernière analyse, fait l’unité et la cohérence des textes rassemblés dans ce dossier, en dépit de leurs désaccords politiques et méthodologiques profonds, c’est la reconnaissance de la centralité de la question animale pour nos sociétés. Il ne s’agit pas de mettre celle-ci en concurrence avec la question sociale, ou encore avec les questions du sexe et de la race, mais plutôt de voir comment la question animale contribue elle aussi à interroger les choix individuels, les pratiques sociales, les processus politiques, l’ordre juridique et la division entre nature et culture. La question animale possède ainsi une portée critique et des enjeux normatifs forts, que reflètent les débats qui traversent non seulement le champ des études animales, mais plus largement l’ensemble des champs du savoir qu’elle affecte inévitablement. Ces débats scientifiques reflètent, en même temps qu’ils l’enrichissent, un débat public encouragé par l’activisme du mouvement animaliste. Celui-ci est composite et divisé entre abolitionnistes et partisans de la protection des animaux, mais a produit des effets clairs en matière d’évolution de la législation et de transformation des pratiques quotidiennes. Pour les personnes et les communautés qui s’efforcent de le faire, prendre au sérieux les animaux est une entreprise qui déplace les catégories traditionnelles d’appréhension du monde et de la société, ce que donne à voir la radicalité des positionnements présentés ici. En ce sens, ce dossier ne constitue pas un manifeste, puisque la diversité même des thèses soutenues montre la difficulté qu’il y aurait à dégager des normes d’action homogènes et cohérentes.

Haut de page

Bibliographie

Donaldson Sue et Kymlicka Will, 2011, Zoopolis. A Political Theory of Animal Rights, Oxford, Oxford University Press.

Dubos Olivier et Marguénaud Jean-Pierre, 2009, « La protection internationale et européenne des animaux », Pouvoirs, vol. 4, no 131, p. 113-126.

Kymlicka Will, 1995, Multicultural Citizenship. A Liberal Theory of Minority Rights, Oxford, Oxford University Press.

Marshall Thomas H., 1950, Citizenship and Social Class, Cambridge, Cambridge University Press.

Regan Tom, 1983, The Case for Animal Rights, Berkeley, University of California Press.

Singer Peter, 1975, Animal Liberation. A New Ethics for our Treatment of Animals, New York, HarperCollins.

Haut de page

Notes

1 On citera notamment une interview croisée avec le professeur de philosophie Herwig Grimm, parue dans l’hebdomadaire allemand Die Zeit, le 19 mai 2014 [en ligne], [URL : http://www.zeit.de/2014/21/tierrechte-nutztiere-fleisch-essen], consulté le 28 avril 2015. Friedrike Schmitz a également depuis la fin de l’année 2014 une tribune dans la version allemande du Huffington Post [en ligne], [URL : http://www.huffingtonpost.de/friederike-schmitz/], consulté le 28 avril 2015.

2 On signalera néanmoins que le droit international animalier n’est doté d’aucun moyen de répression, si sa législation n’est pas appliquée, ce qui limite de beaucoup son efficacité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Goldblum et Marc Lenormand, « Introduction. La question animale », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #15 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/6267

Haut de page

Auteurs

Sonia Goldblum

Maître de conférences en études germaniques à l’Université de Haute-Alsace, Mulhouse, laboratoire ILLE (EA4363)

Articles du même auteur

Marc Lenormand

Maître de conférences en études anglophones à l’Université Paul-Valéry Montpellier, laboratoire EMMA (EA741)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page