Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Avant-propos

Foreword
Pierre Charbonnier et Yaël Kreplak
p. 7-9

Texte intégral

1Ce numéro de Tracés est le deuxième de la série Traduire et introduire, initiée en 2014, qui se donne pour objectif de faire connaître des travaux et des champs de réflexion qui nous semblent avoir fait l’objet d’une réception partielle ou insuffisante dans l’espace scientifique français. Comme le volume précédent, ce numéro est construit autour de la traduction de textes de chercheurs étrangers, sélectionnés par la revue pour leur caractère emblématique de ces réceptions manquées. Chacun des deux dossiers qui suivent accompagne ces traductions d’un ensemble d’articles originaux qui les contextualisent et en explicitent les enjeux. C’est ainsi l’occasion non seulement de porter un éclairage sur les questions soulevées par ces textes et les traditions intellectuelles dans lesquelles ils s’inscrivent, mais aussi de mener une démarche réflexive sur les passerelles entre ces traditions. En ce sens, il s’agit de contribuer à la mise en relation de travaux et de chercheurs, en offrant toutefois un espace de discussion qui ne soit pas contraint par la nécessité de suivre l’actualité des parutions ou de répondre à une exigence thématique.

  • 1 Voir notamment, sur notre carnet de recherche, le tour d’horizon des initiatives et parutions réce (...)

2Nous concevons la série Traduire et introduire comme une occasion de s’engager dans une réflexion plus générale sur les institutions qui organisent la circulation des idées dans le monde de la recherche et sur les modes de structuration de ce dernier. De ce point de vue, nous entendons participer à un ensemble d’initiatives qui interrogent les enjeux de la traduction en sciences humaines et sociales, et qui cherchent à mettre en lumière ses modes de fonctionnement, ses multiples acteurs et les difficultés rencontrées dans ces projets1. À la question de savoir pourquoi continuer à traduire, que nous formulions en introduction de notre premier volume, doit s’adjoindre la question de savoir comment traduire : quels sont les biais de l’évaluation et de la sélection des textes, quels sont les obstacles qui peuvent entraver la circulation de certains travaux d’un espace à un autre, comment élargir le spectre des textes susceptibles d’être traduits, quelles compétences sont impliquées, quels sont les coûts de ces démarches, quels gains peut-on en espérer.

3Au-delà de la simple question de la langue d’origine des textes, nous entendons par « traduction » une opération de dépaysement intellectuel, qui conduit à prendre acte des discontinuités entre les contextes théoriques et politiques qui donnent leur sens aux sciences sociales. Nous savons aujourd’hui que la globalisation ne signifie pas l’uniformisation des modes d’existence et de pensée : elle sert ici de levier pour faire entrer en contact – et en tension – différents espaces. C’est la raison pour laquelle le passage des sciences sociales à l’âge global correspond à ce que l’on pourrait appeler la provincialisation de nos savoirs : les démarches descriptives, normatives, critiques étant attachées à des mondes sociaux, leur circulation ne peut se faire qu’à partir d’une réflexion sur ses conditions.

4À l’instar de notre précédente série À quoi servent les sciences humaines (2009-2012), et parallèlement au travail réalisé dans nos numéros thématiques, ces volumes sont donc aussi l’occasion de réfléchir aux missions que nous nous fixons en tant que revue scientifique, réflexion qui se prolongera et s’élaborera au fil des différents volumes à venir.

*

5Ce numéro est structuré en deux dossiers, l’un portant sur les pratiques religieuses des femmes musulmanes, l’autre sur les droits des animaux. En dépit du grand écart évident qui sépare ces deux thématiques, elles expriment chacune à leur manière le problème des circulations intellectuelles : il s’agit dans un cas comme dans l’autre de questions faisant l’objet de fortes réticences, ici en France, pour des raisons qu’il est utile d’expliquer, ce qui invite notamment à réfléchir aux différentes modalités d’ancrage social et d’implication politique des travaux qui abordent ces questions.

6Le premier dossier, coordonné par Anaïs Albert et Fanny Gallot, est consacré au travail de Saba Mahmood, anthropologue d’origine pakistanaise et professeure à l’Université de Californie à Berkeley. Le dossier porte plus particulièrement sur le travail qu’elle a réalisé sur les mouvements religieux féminins en Égypte dans les années 1990, et s’ouvre avec la traduction d’une préface inédite, rédigée en 2011 à l’occasion de la réédition de Politics of Piety (2005). Si ce travail n’est pas méconnu en France – Politique de la piété a été traduit en 2009 par Nadia Marzouki, également contributrice dans ces pages –, ce dossier entend réévaluer la portée des propositions avancées par Mahmood pour redéfinir les rapports entre le féminisme et l’islam. Trois textes – de Nadia Marzouki, d’Alessandra Fiorentini et Gianfranco Rebucini, et de Sylvia Faure –, ainsi qu’un entretien avec Zahra Ali et Amélie Le Renard, reviennent sur différents aspects de ce travail à la croisée des études de genre et du fait religieux. Le dialogue se fait alors à trois : entre les femmes égyptiennes, l’anthropologie américaine et la réception française. Les malentendus profonds liés à la signification de la sécularisation et à la valeur politique des cultes religieux dans les sociétés modernes, qui sont brutalement revenus sur le devant de la scène intellectuelle et politique, sont donc au cœur de cette section.

7Le second dossier, coordonné par Sonia Goldblum et Marc Lenormand, porte quant à lui non pas sur le travail d’un auteur en particulier, mais sur une question : celle des droits des animaux. Cet ensemble s’organise autour de deux traductions. Un texte de Friederike Schmitz, philosophe et militante des droits des animaux, offre d’abord une introduction à ces questions en soumettant à la discussion une série de prises de position radicales sur la souffrance animale, qui ont bénéficié d’un large écho en Allemagne. La traduction du texte de Will Kymlicka et Sue Donaldson, conçu comme une réponse aux critiques qui ont été adressées à leur ouvrage Zoopolis (2011), aborde ensuite la question de l’extension de la citoyenneté aux animaux domestiques et offre une perspective sur l’ancrage nord-américain de ces réflexions. À ces deux textes sont adjointes trois contributions inédites : une critique des fondements philosophiques de la politique des animaux (Pierre Charbonnier), une vue comparative sur l’implantation des animal studies en France et aux États-Unis (Nicolas Delon) et une analyse du traitement juridique de ces enjeux en France (Lucille Boisseau-Sowinski). Chacun de ces textes illustre la façon dont la question animale met au travail les catégories essentielles de la pensée politique, juridique et morale. L’héritage républicain, qui tend à sacraliser la communauté des êtres de raison, est ainsi mis à l’épreuve par un modèle de société où des êtres vulnérables, humains ou non humains, sont en quête de droits.

Pierre Charbonnier et Yaël Kreplak, pour le comité de rédaction de Tracés

Haut de page

Notes

1 Voir notamment, sur notre carnet de recherche, le tour d’horizon des initiatives et parutions récentes proposé par Sonia Goldblum [en ligne], [URL : http://traces.hypotheses.org/1301], consulté le 28 avril 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Charbonnier et Yaël Kreplak, « Avant-propos », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #15 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 février 2017. URL : http://traces.revues.org/6249

Haut de page

Auteurs

Pierre Charbonnier

Articles du même auteur

Yaël Kreplak

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page