Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traduction

Organiser les mondes de loisir : la mobilisation des ressources

Mobilizing fun: provisioning resources in leisure worlds
Gary Alan Fine
Traduction de Samuel Coavoux
p. 157-182

Résumés

Si l’on a tendance à penser les activités de loisir en termes de préférences individuelles, il est également possible de les saisir par la capacité des organisations à mettre à disposition de leurs membres des ressources. Je m’appuie ici sur l’approche de la mobilisation des ressources, telle qu’elle est employée dans l’analyse des mouvements sociaux, pour proposer une perspective théorique sur le loisir, que j’intitule théorie de la mise à disposition. Elle tente d’expliquer comment les organisations de loisirs mobilisent des ressources pour attirer de nouveaux membres et les fidéliser. Pour perdurer et gagner en popularité, ces organisations doivent organiser le plaisir (fun) des membres. Je décris d’abord comment la théorie de la mise à disposition peut être appliquée à une sous-culture associative (la cueillette de champignons), puis j’examine deux cas particuliers de mise à disposition de ressources : les jeux qui sont « la propriété » d’une entreprise commerciale – ou du moins qui sont sous son contrôle (Donjons et Dragons) – et les activités sportives associatives caractérisées par une forte hiérarchie (le baseball des moins de 18 ans au sein de la Little League).

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La présente traduction et son introduction ont bénéficié de la relecture attentive de Yaël Kreplak (...)

Gary Alan Fine (né en 1950) est un sociologue états-unien, professeur à l’université Northwestern1. Dans les années 1980, il développe dans une série de travaux une approche résolument empirique des fondements organisationnels et matériels des cultures de loisir. Ces travaux méritent d’être relus aujourd’hui, alors que les études du jeu tendent à autonomiser leur objet du reste des loisirs et de la culture, et à privilégier l’étude essentialiste des contenus du jeu sur celle des activités de jeu. Nous proposons ici la traduction d’un texte de 1989, « Organiser les mondes de loisir », qui traite de la façon dont des organisations, associations ou entreprises permettent et facilitent les activités de loisir en distribuant les ressources nécessaires à leur bon déroulement.

  • 2 Gary Alan Fine et Gregory W. H. Smith éd., Erving Goffman, Londres, Sage, 2000.
  • 3 « The sad demise, mysterious disappearance, and glorious triumph of symbolic interactionism », Ann (...)
  • 4 Tiny Publics. A Theory of Group Action and Culture, New York, Russell Sage Foundation, 2012.

Les recherches de Gary Alan Fine s’inscrivent dans la continuité de l’école de Chicago. Docteur en psychologie sociale, marqué par l’œuvre d’Erving Goffman2, il occupe une position centrale dans le courant de l’interactionnisme symbolique contemporain, dont il défend l’influence sur la sociologie états-unienne des dernières décennies3. Ses travaux se caractérisent donc par l’attention portée au caractère situé de l’action, l’intérêt pour les interactions de face à face et la primauté du travail de terrain. Il se distingue cependant d’autres chercheurs de ce courant comme Herbert Blumer, Anselm Strauss et Howard Becker. En effet, il met l’accent sur la dimension symbolique de la vie sociale, alors que l’interaction prévaut souvent dans l’interactionnisme symbolique. Gary Alan Fine est d’abord un sociologue de la culture – des schèmes partagés d’action et de pensée – dont il interroge les processus de formation et la mobilisation dans l’activité des acteurs sociaux. Cette culture est saisie au niveau des « petits groupes », dont il propose une théorie dans son dernier ouvrage4.

  • 5 Kitchens. The Culture of Restaurant Work, Berkeley, University of California Press, 1996.
  • 6 Authors of the Storm. Meteorologists and the Culture of Prediction, Chicago, University of Chicago (...)
  • 7 Gary Alan Fine et Bill Ellis, The Global Grapevine. Why Rumors of Terrorism, Immigration, and Trad (...)

S’il est difficile de résumer une œuvre aussi abondante, on peut toutefois en dégager les axes principaux : l’étude des groupes de loisirs (sports, hobbys, jeux), des groupes professionnels (les cuisiniers de grands restaurants5 ; le travail de prédiction des météorologues6), mais aussi l’analyse de phénomènes sociaux comme la rumeur7 et la réputation. Ces travaux ont en commun de s’appuyer sur des enquêtes empiriques, parfois historiques, mais le plus souvent ethnographiques – l’exploration attentive d’un monde social par observation participante.

  • 8 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ? Paris, Seuil, 1962.
  • 9 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

La sociologie des loisirs a longtemps été une sociologie du temps libre, inscrite dans l’analyse des évolutions du rapport au travail : la diminution du temps moyen consacré au travail au cours du xxe siècle aurait amorcé une « civilisation du loisir »8. Évidemment, ces loisirs ne sont pas les mêmes pour tous, et les liens entre structure sociale et organisation des temps libres ont beaucoup été étudiés9. Tous ces travaux mettent l’accent sur les facteurs qui président au choix du loisir, plutôt que sur les activités de loisir à proprement parler. Ils étudient leur articulation à des groupes primaires, en particulier la famille, plutôt que l’émergence de groupes de loisirs électifs. En se penchant sur les organisations de loisirs, Fine se démarque de ces perspectives et contribue à rendre compte du loisir comme d’une activité sociale à part entière.

L’article « Organiser les mondes de loisir » mobilise trois enquêtes ethnographiques sur les loisirs. Elles portent sur Donjons et Dragons, un jeu de société créé dans les années 1970, et qui marque le début de la sous-culture du jeu de rôle ; sur les championnats de baseball des enfants et des adolescents de la principale fédération états-unienne, la Little League ; et sur les cueilleurs de champignons engagés dans des associations de mycologues. À partir de ces terrains, l’article décrit les appuis organisationnels des activités de loisir et développe une théorie de la mise à disposition des ressources. Pour qu’un loisir puisse être apprécié, un certain nombre de ressources sont nécessaires afin que chaque membre ait les moyens de tirer satisfaction de son engagement volontaire. Fine distingue trois principaux types de ressources : les connaissances, la sociabilité et les symboles identitaires. Celles-ci sont de nature apparemment intangible, mais reposent souvent sur un appui matériel – par exemple des ouvrages qui diffusent des connaissances expertes, des objets constituant des symboles identitaires, ou des locaux pour qu’une sociabilité se développe entre passionnés. Le succès des loisirs dépend donc du travail de mise à disposition de ces ressources aux participants du loisir, que ce travail soit effectué par des bénévoles, par une association hiérarchisée ou par une entreprise.

  • 10 John D. McCarthy et Mayer N. Zald, « Resource mobilization and social movements, a partial theory  (...)
  • 11 Citation extraite de l’article de Gary Alan Fine.
  • 12 Howard S. Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1976].

Cette perspective emprunte à la théorie de la mobilisation des ressources10, une approche développée pour l’étude des mouvements sociaux, qui « met de côté leur dimension morale pour examiner les ressources (humaines, financières, communicatives) auxquelles ces associations ont accès, et qui leur permettent d’agir dans leur environnement politique, social et institutionnel »11. Dans « Organiser les mondes de loisir », la mycologie est étudiée comme un modèle d’organisation d’activité de loisir ; du fait de son caractère traditionnel et de l’absence de règles formelles, elle n’a pas besoin d’autorité centrale. Les organisations sportives ont elles des hiérarchies rigides, tandis que les « sous-cultures propriétaires », sous le contrôle d’une entreprise commerciale comme dans le cas de nombreux jeux contemporains, connaissent des tensions entre participants du loisir et direction centrale de l’entreprise. Ces trois formes d’organisation diffèrent donc dans leur répartition du pouvoir entre les membres, mais remplissent le même rôle de distribution des ressources nécessaires aux loisirs. Fine mobilise ainsi la notion de « monde de loisir » en référence à celle de « monde social ». Howard S. Becker entendait par monde social « l’ensemble des personnes et des organisations dont l’activité est nécessaire à la production des événements et des objets caractéristiques de ce monde »12. Ce concept met en lumière l’autonomie des organisations de loisirs et rappelle que les loisirs sont le produit d’activités coordonnées d’une série d’acteurs : ils ne peuvent exister sans le travail des membres des organisations.

  • 13 Le courant des game studies a été jusqu’à tenter d’autonomiser l’étude des jeux vidéo, arguant de (...)
  • 14 « Sticky cultures : memory publics and communal pasts in competitive chess », Cultural Sociology, (...)

« Organiser les mondes de loisir » a été publié pour la première fois il y a vingt-cinq ans. Depuis, les recherches de sciences sociales sur le jeu ont connu deux évolutions desquelles l’article invitait à se prémunir. D’une part, l’étude du jeu s’est détachée de celle des loisirs et des pratiques culturelles13. Chez Fine, le jeu de rôle est traité comme une instance des mondes de loisir qui participe au même titre que d’autres à la démultiplication des « sous-cultures propriétaires », une classification qui fait écho aux enjeux de propriété intellectuelle liés à l’industrialisation des jeux de ces dernières décennies. D’autres jeux correspondent quant à eux aux organisations de loisirs traditionnels, comme les échecs, auxquels l’auteur a consacré une recherche récente14. Rapprocher le jeu d’autres formes de loisirs permet ainsi de mieux saisir leurs appuis matériels.

D’autre part, ces études ont privilégié l’analyse du jeu comme texte à celle de l’organisation de l’activité ludique. Fine s’oppose à l’idée selon laquelle on pourrait expliquer le succès ou le déclin d’un loisir par ses propriétés intrinsèques : il faut, pour lui, analyser les ressources de l’activité de loisir et en particulier leurs appuis matériels. Sa perspective met ainsi en lumière les nombreux acteurs qui s’engagent dans l’organisation du loisir. La théorie de la mise à disposition des ressources va donc à rebours de ces deux tendances. Le cadre analytique défini par Fine ne peut donc que stimuler la réflexion sur le rôle des formes de matérialité dans les activités de loisir.

Samuel Coavoux

 

  • 15 N.d.t. Ce texte est une traduction de « Mobilizing fun : provisioning resources in leisure worlds  (...)

1Aussi séduisante que soit l’idée selon laquelle les hommes façonnent le monde à leur gré, leurs comportements s’appuient sur des fondements institutionnels et matériels15. Peu importe que nos préférences théoriques soient phénoménologiques, subjectivistes ou interprétatives : la réalité résiste obstinément et contraint les actions possibles. Les travaux qui mettent en avant la dimension expressive et culturelle de l’activité humaine (en particulier ceux qui portent sur le sport et les loisirs) ont souvent laissé de côté ses dynamiques organisationnelles. Pour combler cette lacune, j’étudie dans cet article le caractère matériel et organisé des activités de loisir, pour comprendre comment des associations proposent à leurs membres des moyens de pratiquer ces activités. J’ai nommé cette perspective « théorie de la mise à disposition » (Provisioning Theory), afin de souligner le rôle des ressources dans la participation aux activités de loisir.

2L’activité bénévole, notamment sous sa forme associative, est caractéristique des sociétés industrielles occidentales. Les organisations associatives ont prospéré au xxe siècle, en particulier dans les communautés proches des centres industriels urbains (Warren, 1972). Dans sa comparaison entre une petite ville du sud de l’Utah et un village rural italien, Edward Banfield (1967) est frappé par la diversité et le nombre d’associations œuvrant pour l’intérêt général en Utah. S’il s’était intéressé aux groupes de loisirs organisés, il aurait fait le même constat. Il montre ainsi que les fondements de la communauté dans le village rural et dans la petite ville diffèrent. L’existence et la diversité d’associations extra-familiales sont cruciales en la matière. Les fondements de la communauté ne sont plus à chercher dans la parenté ou la proximité géographique, mais dans l’existence d’intérêts communs, dans une société où les choix de loisirs sont vastes. Avec les moyens qu’elles mettent à disposition de leurs usagers, les organisations de loisirs permettent d’établir des liens interpersonnels (Hoggett et Bishop, 1985). De telles organisations sont un moyen d’échapper à la fois aux liens prescrits – contraints par l’appartenance à des groupes traditionnels – et à l’individualisme radical. Dans les associations de loisir, on se découvre des intérêts partagés avec des personnes qui nous ressemblent, on produit une communauté de savoirs – une forme réduite des communautés de vie que Robert N. Bellah et ses collègues appellent des « enclaves de style de vie » (Bellah et al., 1985, p. 71-75).

3L’association est « un groupe formellement organisé dont la plupart des membres – qu’ils soient des individus ou des organisations – ne sont pas gratifiés financièrement pour leur participation » (Knoke, 1986, p. 2). Au-delà de ce critère formel, ces organisations ont une réalité socio-psychologique. Des personnes participent à la vie de ces associations, et considèrent que leur participation dit quelque chose de ce qu’elles sont, de leurs valeurs et de leurs intérêts. Ce critère est particulièrement important lorsque les liens prescrits du sang, de l’ethnicité, du genre et de la religion sont faibles. De telles associations peuvent être distinguées selon la nature de leur activité. Je me concentre dans ce texte sur celles dont l’activité principale est de permettre de s’adonner à des loisirs. J’entends par loisirs les activités récréatives comme les hobbies, les jeux et les sports.

  • 16 N.d.t. Fédération sportive qui organise un championnat international (mais principalement nord-amé (...)

4Comme je l’ai mentionné plus haut, un grand nombre d’activités de loisir, dans les sociétés occidentales, s’inscrivent dans des cadres organisationnels formels. Évidemment, cela ne concerne pas tous les loisirs, ni même la majorité d’entre eux, mais la situation est suffisamment fréquente pour que l’analyse des organisations de loisirs constitue un objet de recherche important. Afin de décrire ce phénomène, je généralise ici à partir de trois mondes de loisir au sein desquels j’ai mené des recherches ethnographiques, en procédant par observation participante et en réalisant des entretiens approfondis. Il s’agit des associations de mycologues (Fine, 1987a, 1988), des jeux de rôle fantastiques (Fine, 1983) et des équipes de baseball de Little League16 (Fine, 1987b).

  • 17 Je ne prétends pas que toutes les organisations de loisirs doivent être gérées comme des entrepris (...)

5Si j’insiste ici sur les fondements matériels des loisirs17, je ne nie pas que d’autres dimensions des mondes de loisir existent – la gratification autotélique, l’engagement dans la communauté, l’altruisme, etc. Mon objet, ici, est le comment du loisir et non son pourquoi.

Organisations de loisirs et ressources collectives

6Mon analyse s’appuie sur la théorie de la mobilisation des ressources, que je modifie pour l’appliquer aux organisations de loisirs. Bien que cette perspective ait eu une influence considérable dans les recherches sur les mouvements sociaux, et en particulier sur les associations de bénévoles, elle n’a jamais été appliquée à l’étude des loisirs. Son enjeu principal est de démystifier la production culturelle et idéologique en étudiant la manière dont les réalités organisationnelles, économiques et écologiques orientent les stratégies et déterminent l’efficacité des associations.

7La théorie de la mobilisation des ressources (Jenkins, 1983 ; McCarthy et Zald, 1977) met ainsi en cause la place prépondérante attribuée aux idées dans l’explication des mouvements sociaux. Bien que de nombreux participants de ces mouvements sociaux préfèrent avoir une image romantique de leur engagement, cette théorie aborde les associations militantes d’un point de vue fonctionnel, et montre qu’elles sont en cela comparables à n’importe quelle autre organisation. Elle met de côté leur dimension morale pour examiner les ressources (humaines, financières, communicatives) auxquelles ces associations ont accès, et qui leur permettent d’agir dans leur environnement politique, social et institutionnel. S’il faut se garder d’ignorer complètement le contenu de cette activité sociale et les motivations exprimées par les acteurs, la théorie de la mobilisation des ressources a démontré sa pertinence. Elle offre un contrepoids aux théories culturelles et psychologiques non généralisables des mouvements sociaux, centrées sur les dimensions idéologiques de ces mouvements. Cela ne signifie pas que le contenu, l’objectif des mobilisations, soit nié. Cependant, au lieu d’être considérées comme une variable autonome et indépendante, comme dans les théories classiques, les revendications deviennent une ressource rhétorique qui doit être gérée par l’organisation. Les sentiments que produit un mouvement social sont sincères et évoquent des enjeux sociaux de premier plan. Il est important de les analyser pour eux-mêmes, afin de comprendre la place des valeurs dans la vie contemporaine, mais une analyse qui se contente d’étudier les revendications passe à côté des manières de faire de l’organisation.

  • 18 On ne peut pas postuler qu’il existe une relation entre la longévité et la taille d’une part, et l (...)

8Les organisations de loisirs, comme les mouvements sociaux, sont des associations de bénévoles. Elles sont confrontées aux problèmes habituels pour ce type d’organisations : comment atteindre leurs objectifs en fédérant leurs membres au sein de la collectivité (Olson, 1971) – problème que les organisations obligatoires, comme le travail et l’école, ne connaissent pas ou peu. L’essentiel, pour qu’un mouvement social réussisse, n’est pas tant sa justesse ou la nature du phénomène qu’il prétend changer que la nature et le nombre des ressources auxquelles ses participants ont accès. On fait alors l’hypothèse que l’existence de telles ressources alimente l’engagement dans le mouvement et renforce l’efficacité de l’organisation. La question que pose la théorie de la mobilisation des ressources est donc la suivante : comment un mouvement social peut-il réussir, en termes pragmatiques ? Comment, dans son environnement, peut-il croître et gagner en efficacité18 ?

9En dépit de similarités, les mouvements sociaux et les organisations de loisirs doivent être analytiquement distingués. Il serait inapproprié de forcer l’application de la théorie de la mobilisation des ressources à un genre d’organisation substantiellement différent. Les mouvements sociaux visent des objectifs extérieurs qui peuvent changer les propriétés fondamentales des membres individuels (Smith et Pillemer, 1983), alors que les objectifs des organisations de loisirs sont moins ambitieux. Le « bien » que produisent les mouvements sociaux est le plus souvent concret et important pour la société dans son ensemble, alors que le bien produit par les activités de loisir est éphémère. Les organisations de loisirs ont pour objectif premier de fournir une satisfaction, un plaisir. Une activité de loisir qui ne procure pas de plaisir trouvera sans doute bien peu d’adhérents (Goffman, 1961). À l’inverse de nombreux mouvements sociaux, la majorité des ressources d’une organisation de loisir est destinée à ses membres. Leur emploi est interne plutôt qu’externe à l’organisation.

10Ainsi, le phénomène bien connu des mouvements sociaux, dit du passager clandestin, ne concerne pas les organisations de loisirs. Le problème est le suivant : pourquoi un individu dépenserait-il ses ressources personnelles alors qu’il ne retirera rien de plus que celui qui n’aurait pas participé, les bénéfices de la mobilisation valant pour tous, participants comme non-participants ? Ce phénomène entrerait directement en contradiction avec l’objectif des organisations de loisirs. La satisfaction de ses membres est la première priorité d’une organisation. Les bénéfices pour la communauté, par exemple la construction de meilleures infrastructures sportives ou une protection environnementale plus efficace, ne sont qu’une préoccupation secondaire des organisations de loisirs.

11De nos jours, aux États-Unis, un recensement approximatif des possibilités de loisirs révèle qu’il existe bien plus d’associations qu’un individu ne peut en rejoindre, et qu’il existe encore plus de formes de loisirs qu’il n’y a d’organisations. De plus, chaque organisation connaît une fortune différente. Certaines se développent et s’étendent, quand d’autres disparaissent (Hoggett et Bishop, 1985). La croissance rapide des jeux de rôle fantastiques à la fin des années 1970 et au début des années 1980 est un exemple frappant de développement. La hausse de popularité du football et le déclin du baseball chez les jeunes illustrent également les mutations des activités de loisir (il faut alors tenir compte de ce que le matériel du football est plus facile à se procurer, et que ce sport offre un niveau d’activité physique plus important). La disparition quasi totale du mah-jong ou de la canasta, qui furent des jeux populaires, suggèrent que les groupes de loisirs déclinent lorsqu’ils sont perçus comme trop spécialisés ou passés de mode.

12Les activités de loisir trop étroitement associées aux cultures traditionnelles peuvent être menacées par les périodes de modernisation ou d’affaiblissement des sous-cultures ethniques ou nationales. Tandis que la pratique du shinty, un sport écossais traditionnel quelque peu ésotérique, a décliné durant ces dernières décennies, des sports « nationaux » à l’implantation géographique plus large comme le rugby ont connu une croissance importante (Whitson, 1983). Les activités de loisir associées à des communautés périphériques sont particulièrement vulnérables au manque de ressources stables et sûres ; l’organisation des ressources est plus aisée pour les groupes de loisirs appartenant à la culture centrale.

Théorie de la mise à disposition

13Afin de prendre en compte de manière conjointe les propriétés des organisations de loisirs et l’importance des structures mise en lumière par la théorie de la mobilisation des ressources, il me paraît utile de développer une perspective qui mette explicitement au cœur de l’analyse des possibilités de loisir les ressources des organisations. La théorie de la mise à disposition reconnaît que les mondes de loisir dépendent, pour exister et s’adapter, de la présence d’une infrastructure sociale et de leur capacité à distribuer les ressources que leurs membres désirent. Ces ressources peuvent prendre plusieurs formes, dont la connaissance, les interactions interpersonnelles et le soutien identitaire ; il ne s’agit pas nécessairement de ressources matérielles.

  • 19 L’existence de la Société mycologique du Minnesota, dans la région de Minneapolis - Saint Paul, fa (...)

14Je veux me départir d’un modèle volontariste des sous-cultures de loisir, où les préférences personnelles sont au premier plan, et où les individus s’adonnent aux activités qu’ils préfèrent, ou à celles qui servent le mieux leurs intérêts. Je préfère à ce modèle une perspective structurelle, attentive aux appuis organisationnels de l’action, dans laquelle les individus se livrent aux activités les plus disponibles, et qui ont la réputation d’être agréables. Le plaisir, dans cette perspective, est un produit social plutôt que psychologique. Les gens sont libres de se livrer à un nombre théoriquement illimité d’activités de loisir, mais cette liberté est possible parce que d’autres ont posé les fondements organisationnels qui facilitent de tels choix. Symétriquement, le manque de possibilités organisationnelles contraint les possibilités de loisir. Les possibilités de loisir ne découlent pas naturellement d’intérêts communs ; une structure oriente et promeut le loisir19.

15Je veux proposer, plus spécifiquement, un ensemble d’hypothèses qui sous-tendent cette approche. Je ne testerai ici aucune de ces hypothèses, mais je m’appuierai sur elles pour présenter mon approche des organisations de loisirs, dont je concède qu’elle est tracée à grands traits. Certaines de ces hypothèses sont falsifiables, et il est souhaitable que les recherches à venir effectuent de tels tests.

161. Les organisations les mieux dotées en ressources auront plus de succès.
2. L’étendue de la participation dans les organisations de loisirs dépend de leur capacité à fournir à leurs membres les ressources qu’ils désirent.
3. Les organisations qui offrent le plus de ressources à leurs membres réussiront.
4. Les organisations de loisirs sont en compétition sur un marché, et les plus efficaces dans la mise à disposition de ressources survivront mieux que les autres.
5. Les organisations de loisirs doivent diffuser leur activité auprès du grand public ; celles dont la publicité est la plus efficace survivront. Les organisations de loisirs efficaces étendent leurs liens avec les médias et dans des réseaux de recrutement interpersonnels.
6. Les individus qui participent à des activités de loisir doivent avoir accès à des informations crédibles. Les organisations qui peuvent le mieux fournir de telles informations survivront.
7. Les individus qui participent à des activités de loisir doivent prendre plaisir à leurs relations avec les autres participants. Les organisations qui facilitent le mieux la sociabilité survivront.
8. Les individus qui participent à des activités de loisir ont besoin de valider leur identité personnelle.
9. Les organisations les mieux à même de fournir une validation de l’identité survivront.

17Ces hypothèses sont fondées sur le principe suivant : la plupart des organisations de loisirs ont le désir de s’agrandir, ou du moins de se maintenir dans une situation stable. Chaque association envisage différemment ces questions de croissance et de recrutement. Certaines organisations restreignent délibérément leur croissance en limitant leur équipement ou en imposant des critères de recrutement. Une organisation limitée peut réussir si ses ressources sont stables. En effet, certains participants – un nombre restreint, je suppose, étant donné la tendance des structures organisationnelles à se sédimenter – peuvent voir le groupe comme temporaire et ne pas exprimer de regrets à sa dissolution. Cependant, même dans un tel cas, les organisations doivent distribuer des ressources si elles souhaitent encourager et permettre la pratique de leurs loisirs.

Les ressources des organisations de loisirs

18Que doit fournir une sous-culture de loisir à ses membres pour atteindre son objectif ? Que cherchent les gens dans les mondes de loisir ? Trois éléments semblent essentiels : (a) la distribution de savoirs sur l’activité de loisir, (b) les occasions de sociabilité, et (c) l’accès à des symboles identitaires.

19Ces composantes de l’activité de loisir sont évidentes dans le cas de la cueillette de champignons, un monde qui, à première vue, semble peu exigeant en matière de biens et de services. D’une certaine manière, un simple seau suffit à la cueillette de champignons ; cependant, il ne suffit pas à la pratique de la mycologie. Bien entendu toutes les ressources citées plus haut peuvent également être disponibles dans un réseau informel, bien que ce soit plus difficile.

Savoirs

  • 20 L’étendue et la formalité de ce savoir varient d’un loisir à l’autre. Certains, par exemple la myc (...)

20La participation à un monde de loisir suppose de disposer d’un ensemble de connaissances – autant d’informations nécessaires à la réalisation compétente de l’activité20. Mais d’où vient ce savoir ? Un grand nombre d’informations circulent dans la société, et quelques informations sur les loisirs sont largement connues. Bien que la plupart des Américains ne soient pas mycologues, nombre d’entre eux voient la mycologie comme un passe-temps honnête. Grâce aux journaux et aux magazines, les gens savent qu’il existe des associations dédiées à ce passe-temps. Presque tout le monde sait que certains champignons sont vénéneux ; les gourmets savent que les morilles et les girolles sont délicieuses, etc. On apprend cela dans les réseaux de sociabilité, dans les médias ou les conversations quotidiennes. Ce qui caractérise une passion relève d’un savoir public, même si ce savoir est lacunaire, stéréotypé ou erroné.

21L’individu qui se lance dans un hobby a accumulé un savoir sur cette activité tout au long de sa vie. Ce savoir peut être nécessaire pour commencer l’activité, mais il n’est souvent pas suffisant et, surtout, n’est pas perçu comme suffisant. Le nouveau venu ne dispose pas des « connaissances spécialisées » fondamentales qui permettent de réaliser l’activité de manière compétente, selon les critères en vigueur dans la sous-culture. La plupart du temps, il ne dispose pas d’un savoir formel minimum pour agir en toute sécurité. Le défi que doit relever l’organisation de loisirs est d’équiper le novice de ces deux ensembles de connaissances, pour qu’il puisse participer à l’activité avec le niveau de compétence souhaité. Idéalement, cette information sera transmise sur le tas, d’une manière émotionnellement satisfaisante, afin que la nouvelle recrue apprenne ce qu’il est nécessaire de savoir et sente qu’elle appartient à ce groupe.

22Chez un mycologue, un manque de connaissances peut s’avérer dangereux. Cet argument justifie souvent l’adhésion à une organisation : il s’agit d’acquérir un savoir pour se protéger. Il serait peu judicieux de s’aventurer dans les bois ou dans une cuisine sans savoir quels champignons on peut consommer en toute sécurité. Si cela peut s’apprendre d’un parent ou d’un ami, les mycologues sérieux considèrent qu’il est nécessaire de s’appuyer sur un savoir expert, fiable, et spécialisé.

23De nombreux mycologues suivent des cours pour acquérir un savoir sur les champignons, cours souvent donnés par des experts autoproclamés, qui n’ont pas de diplômes de mycologie, mais disposent d’une grande expérience. Le plus souvent, ces cours ne sont pas à l’initiative du seul professeur, mais sont commandités par une organisation – une société de mycologie, une école, une collectivité locale ou une entreprise. Ils peuvent prendre des formes diverses et avoir des orientations variées. Certains ne durent que quelques heures, d’autres demandent d’être suivis plusieurs heures par semaine, et certains occupent leurs élèves pendant des jours, des semaines, voire des mois, dans un même lieu. Certains sont dispensés par un enseignant unique, et d’autres par une équipe pédagogique.

24Le numéro de l’automne 1988 du magazine Mushroom diffuse cette publicité pour le congrès du champignon sauvage à Breitenbush Hot Springs, en Oregon, qui révèle la complexité de certains de ces rassemblements :

Le congrès est dédié aux mycologues qui souhaitent accroître leur compétence d’identification et leur compréhension de la taxonomie, de la culture, de la chimie et de l’écologie des champignons. L’accent sera mis sur les espèces comestibles, toxiques et psychoactives. Des cours complets sur les pratiques contemporaines de culture des champignons, commerciale et de petite taille, dont les shiitakés, les pleurotes, et les strophaires à anneau rugueux. Les ateliers valorisent la pratique des participants. Parmi les autres sujets abordés : les champignons dans l’histoire et les cultures, la photographie et les représentations artistiques des champignons, les usages médicinaux. De nombreux champignons fraîchement cueillis lors d’expéditions dans les forêts et les champs de Breitenbush seront disponibles. Sans compter le barbecue et la soirée dansante annuels ! Parmi les spécialistes, on trouvera David Arora, Paul Przybylowicz, J. Q. Jacobs, Paul Starnets, Gary Lincoff, Mike Wells, Kent Polowski, Dr. Cal Seeba, Tom O’Dell et bien d’autres savants, cultivateurs, et passionnés.

25Le coût de cette expérience fongique est de 145 dollars par personne. Cette formation est certes particulièrement élaborée, mais révèle plusieurs caractéristiques de l’organisation des loisirs. Premièrement, elle est soutenue par une organisation établie, un hôtel. Deuxièmement, une équipe d’experts a été recrutée, dont plusieurs sont reconnus dans la communauté mycologique. Ils incarnent, par leur présence, le savoir spécialisé. Troisièmement, le congrès a pour objectif de former les mycologues, de renforcer leurs compétences techniques, dans un but instrumental. Enfin, l’expérience de formation est inscrite dans une activité de loisir, et combine plaisir et acquisition de connaissances : le besoin instrumental et le besoin expressif se confondent. Dans les mondes de loisir, l’éducation n’est pas une fin en soi, mais un moyen d’accroître la satisfaction. L’activité doit rapprocher les membres de leur passion.

  • 21 N.d.t. Les jeux dits fantasy sports (fantasy baseball, fantasy football – football américain –, et (...)

26Ces formations n’apparaissent pas toutes seules : elles sont produites par des organisations entrepreneuriales. Les ressources (du capital, une infrastructure organisationnelle suffisante pour planifier, communiquer, et embaucher du personnel) et la crédibilité que l’organisation apporte au projet sont cruciales. L’existence de tels moments de formation dans de nombreux mondes de loisir témoigne du désir d’un savoir expert. Les cours d’aérobic, les stages de fantasy baseball21 (Brandmeyer et Alexander, 1986), les stages de hockey ou les colloques d’ornithologie sont des exemples du même phénomène. Les étudiants arrivent avec une connaissance modeste, qui devient, grâce à la formation, une « expertise » associée à une satisfaction personnelle. L’organisation opère la transformation de codes restreints en codes élaborés (Bernstein, 1971).

27La coprésence physique n’est pas la seule manière d’apprendre. Les ressources écrites sont tout aussi importantes dans les communautés de loisir. Le nombre impressionnant d’ouvrages consacrés aux hobbies dans les rayons de n’importe quelle librairie en témoigne. Les librairies spécialisées, les catalogues de vente par correspondance accroissent encore cette offre. Des guides de mycologie sont édités tous les ans, et le trimestriel Mushroom publie des articles sur de célèbres amateurs, des expéditions, la météo, des critiques de guides ou d’autres sujets d’intérêt pour les amateurs. Parmi les livres dont parle un numéro récent de Mushroom (automne 1988) figurent Dictionnaire mycologique multilingue, À la recherche du champignon sauvage, Champignons comestibles. Le guide du gourmet, Mille champignons américains, Guide de terrain Audubon : champignons nord-américains et Le cultivateur de champignons. Les amateurs achètent souvent plusieurs livres par an, certains pour un budget annuel de 100 dollars. L’existence d’un marché identifiable et accessible, et le succès de certains ouvrages, encourage les éditeurs à publier ce type de livres.

28Chaque monde de loisir dispose de sa propre structure de ressources. Le besoin d’information doit être adapté à différents mondes de loisir. Si certaines différences peuvent être attribuées aux spécificités d’un loisir particulier, la plupart résultent des ressources auxquelles les groupes de loisirs ont accès, et de la structure organisationnelle qui permet le partage de ces ressources. Une passion solidement établie, comme l’ornithologie, dispose de davantage de ressources et d’une structure plus efficace qu’une passion plus récente ou plus confidentielle, comme l’observation de serpents sauvages. La première n’est pas plus intéressante que la seconde : la différence fondamentale est à chercher dans leurs fondements organisationnels.

Sociabilité

29Tout individu qui se livre à une activité de loisir n’appartient pas à une organisation. Néanmoins, l’absence de structure est souvent perçue comme un manque (Mitchell, 1983 ; Stebbins, 1979). L’appartenance à une association est source de satisfaction. Les mycologues peuvent par exemple rejoindre l’Association nord-américaine de mycologie, une organisation qui a trente ans, rassemble environ 1 500 membres dans 49 États, et est affiliée à 60 organisations au niveau local ou provincial.

30Bien que la raison d’être de ces organisations soit de fournir une information aux mycologues amateurs, et d’organiser des expéditions de cueillette de champignons, elles peuvent avoir un autre objectif, en particulier dans les clubs locaux : organiser des moments de sociabilité. Elles apportent à l’individu un bien qu’il est difficile d’acquérir autrement : une communauté à laquelle appartenir. Les organisations de loisirs sont des organisations fraternelles électives. Comme d’autres passionnés, les mycologues aiment être associés à ceux qui partagent leurs intérêts. Ils échangent des histoires, se racontent leurs expériences mémorables, plaisantent aux dépens des non-initiés, et aiment participer à une « communauté personnelle » (Burch, 1969). Les organisations de loisirs sont, selon les termes de Howard E. Aldrich (1971), suivant Georg Simmel, des « organisations sociables » – des organisations dont l’un des buts est de fournir des possibilités de sociabilité.

31Pour réussir, une organisation doit faciliter les interactions et, par là, l’émergence de relations amicales (Fine, 1981). Cela passe notamment par la mise à disposition de lieux de rencontres. Des rencontres régulières sont essentielles pour lier les membres à l’organisation et à l’activité concernée. L’engagement public dans une activité constitue une motivation puissante pour poursuivre sa participation. La structure organisationnelle et la mise à disposition d’un lieu permettent d’établir une allégeance socio-psychologique.

32La Société mycologique du Minnesota tient des réunions hebdomadaires quatre fois par an, dans une salle communale. Lorsqu’une organisation de bénévoles rassemble des individus venant de plus ou moins loin, le choix du lieu peut prêter à débat, car il détermine le « coût » de la participation. Chaque lieu favorise la participation de certains membres et en décourage d’autres. Une année, les membres du club envisagèrent la possibilité de changer leur lieu de réunion habituel, quelque peu excentré, en faveur du musée d’histoire naturelle du campus de l’université du Minnesota. Mais ce projet fut rejeté lorsqu’il apparut qu’il n’y aurait pas de parking gratuit à disposition. Les avantages du lieu ne semblaient pas couvrir ses coûts, du moins pour ceux qui se réunissaient dans l’ancienne salle.

33Le fait qu’une part importante du temps de réunion soit réservée aux conversations informelles est essentiel à la satisfaction des membres. Les réunions commencent rarement à l’heure et les lumières restent allumées longtemps après la fin officielle de la réunion. Celles de la Société mycologique du Minnesota ne commencent que quinze à vingt minutes après l’horaire annoncé pour laisser aux membres le temps de discuter ; après la réunion, les membres restent discuter entre eux. Pendant des années, la réunion se poursuivait dans un McDonald’s local où les membres les plus centraux échangeaient les derniers potins, plaisantaient ou évoquaient de manière informelle les affaires du club. Ces rassemblements duraient en général aussi longtemps que les réunions officielles.

34Outre les réunions régulières, d’autres événements sont prévus à des fins de célébration : leur dimension festive et collective crée un sentiment de communauté (Lavanda, 1988). La Société mycologique du Minnesota organise un banquet tous les hivers. Les banquets les plus « réussis » ont lieu dans des hôtels ou des restaurants qui mettent à disposition du club une salle privée, servent des plats d’accompagnement bon marché, et autorisent les membres à apporter leurs propres plats de champignons. Lorsqu’une année, l’hôtel où se tenait le banquet refusa de laisser entrer des plats cuisinés à l’extérieur (en particulier les champignons) pour des raisons d’hygiène, le banquet fut un échec et ne permit pas d’accroître la sociabilité des membres.

35Les expéditions de cueillette sont également essentielles à la satisfaction des membres. Pour beaucoup, ces expéditions sont le moment phare de l’année. Chaque année, le club organise une demi-douzaine d’expéditions de trois à cinq heures, les samedis, et une ou deux expéditions durant tout un week-end. Lors de ces expéditions, les membres cueillent des champignons par petits groupes et, après quelques heures, se retrouvent pour identifier collectivement les spécimens récoltés. Ces événements nécessitent une bonne organisation. Un membre du club, le responsable d’expédition, sélectionne les lieux de sorties, détermine si et quand les champignons doivent pousser, obtient les permissions nécessaires, oriente les participants, et assure la communication de l’événement. Si l’expédition dure un week-end, son prix doit rester raisonnable ; les possibilités d’hébergement et l’équipement de cuisine doivent être adaptés. Pour que les membres puissent aller aux champignons et s’amuser, il faut que quelqu’un dans l’organisation accomplisse ce travail de préparation.

36Les individus attendent des organisations qu’elles leur offrent des occasions de profiter de la présence des autres et de ce qui les réunit. Ils veulent des sociabilités spécifiques. La sociabilité ne se réduit pas à l’amitié, celle-ci émerge plutôt parce que les participants ont quelque chose en commun qui leur permet de comprendre qu’ils pourraient devenir amis.

Symboles identitaires

37Un monde de loisir se caractérise également par des styles et des modes qui fonctionnent comme autant de marqueurs d’identité (Hebdige, 1979). Ceux qui pratiquent l’activité et appartiennent au monde en question, ceux qui se situent à ses marges, ceux qui lui sont extérieurs : chacun renvoie des signes, emploie des symboles qui expriment la manière dont il veut être perçu et reconnu. Pour être employés largement, ces symboles doivent se conforter eux-mêmes.

38Les symboles identitaires des mondes de loisir ont des marchés très inégaux. Certains peuvent être, en pratique sinon en fait, limités aux membres d’un monde de loisir donné. Qui d’autre qu’un mycologue mettrait sur sa voiture un autocollant « champignon à bord » ou porterait un T-shirt représentant deux morilles ? D’autres objets peuvent séduire une clientèle plus large : bottes, chemise de bricolage, couteaux, paniers ou sifflets. Je fais l’hypothèse que, plus un article a un marché limité, et plus les membres d’un monde de loisir sont susceptibles de le considérer comme important pour leur identité. Certains articles de qualité qui se vendent sur un marché large (par exemple, certains couteaux) peuvent également avoir un certain statut dans le monde du loisir, mais leur propriétaire ne se sentira pas plus mycologue pour autant.

39Les accessoires stylistiques peuvent être fournis de plusieurs manières. On peut distinguer analytiquement trois types de fournisseurs d’articles pour passionnés : les organisations de loisirs elles-mêmes, des passionnés agissant à titre individuel, et des entrepreneurs extérieurs.

40Fournisseurs au sein de l’organisation. Les organisations de loisirs peuvent fournir elles-mêmes des symboles identitaires, bien que, la plupart du temps, elles n’en soient pas les fabricantes. Elles font appel à des entreprises pour produire des objets, dont elles assurent ensuite la distribution. L’organisation est alors un intermédiaire. Par exemple, de nombreuses sociétés de mycologues publient des livres de recettes, dont l’édition est assurée par des imprimeurs. Les clubs conçoivent et vendent des T-shirts, des bandanas, des pull-overs, des casquettes. Ils ne créent pas ces objets, mais les fournissent à la communauté grâce à leurs liens avec d’autres organisations.

41Fournisseurs extérieurs. Les symboles identitaires peuvent être vendus par des individus ou des groupes très proches de la sous-culture de loisir. Dans les activités de loisir dont les membres disposent de forts revenus, de petites entreprises naissent en périphérie de la sous-culture pour satisfaire les besoins des participants ; ces entreprises ne sont pas toujours approuvées par l’organisation centrale. La plupart de leurs propriétaires ont des liens étroits avec le loisir en question, dont ils sont souvent des praticiens connus. La réussite de leur entreprise accroît d’ailleurs leur statut dans le monde de loisir.

  • 22 Bien entendu, ces services peuvent n’être pas seulement des symboles identitaires, mais inclure ég (...)

42Dans le monde des mycologues, des individus et des groupes d’individus vendent des livres, des cartes postales, de la papeterie, des autocollants ou des vêtements, et organisent des voyages22. Par exemple, l’ancien président de la Société mycologique du Minnesota a publié un méta-guide (un guide des guides cataloguant les champignons) qu’il a diffusé par courrier dans l’organisation nationale et les clubs locaux. Une ancienne lauréate du concours de photographie de l’Association nord-américaine de mycologie a tiré de ses photographies des cartes postales qu’elle vend à l’occasion des expéditions, ainsi que dans le magazine Mushroom. Plusieurs mycologues respectés organisent des expéditions à l’étranger pour leurs camarades. Ces individus gagnent de l’argent, souvent en petite quantité, grâce à leurs amis et leurs connaissances, qui sont quant à elles ravies de les aider. Leur activité marchande est perçue comme sincère plutôt qu’avide.

43Fournisseurs de masse. La troisième catégorie de pourvoyeurs de biens et de services comprend les entreprises étrangères à la communauté de loisir. La majeure partie de ce que les participants achètent est disponible dans des lieux ouverts à tous. Bien que certains produits soient spécifiquement conçus pour les membres de la communauté (comme les catalogues de champignons), la plupart sont également vendus à d’autres clients. De solides bottes de caoutchouc sont employées par les biologistes et les pêcheurs aussi bien que par les mycologues. Un panier en osier peut contenir de la laine, des baies, un pique-nique, ou être une simple « chose en soi ».

44Les fabricants et les distributeurs peuvent viser toutes les tailles de marché. Les producteurs de marchandises non spécialisées sont désavantagés, car ils ne sont pas en relation directe avec leur clientèle et ignorent ses besoins spécifiques (par exemple, des paniers munis de compartiments pour le couteau et les gants). Ils ne peuvent pas non plus bénéficier d’une fidélité fondée sur une identité commune. Cependant, ces entrepreneurs ont pour avantage de bénéficier d’économies d’échelles et de modes de production sophistiqués qui peuvent faire défaut à des entreprises plus petites et plus spécialisées.

45Aux marges et au sein de chaque monde de loisir suffisamment développé, des vendeurs fournissent des symboles identitaires – des objets qui comptent pour les participants, qu’ils considèrent importants pour leur activité et pour leur image de soi dans cette activité. La mise à disposition de ces symboles est particulièrement importante dans les activités de loisir « moralement controversées » (Olmstead, 1988), dans lesquelles la question de la publicité de l’identité pose plus de problèmes. Par exemple, la passion pour les armes à feu est si controversée que les symboles identitaires ne sont parfois disponibles que dans des lieux spécialisés, liés directement, le plus souvent, à des vendeurs de l’organisation ou à des vendeurs périphériques.

Sous-cultures propriétaires

46J’ai examiné jusqu’à présent la mise à disposition de biens et d’activités dans le cadre d’un monde de loisir librement établi – autochtone. Je voudrais maintenant analyser un cas particulier de la théorie de la mise à disposition : l’organisation des activités de loisir dans un monde social produit par des entreprises – ce que Daniel Dayan (1986) a nommé des « sous-cultures propriétaires » (copyrighted subcultures), dont la propriété peut être protégée par le droit d’auteur ou par des brevets.

47Certains espaces de loisirs sont organisés, c’est-à-dire créés, par des individus qui espèrent en retirer un profit. Non que ces individus soient cyniques ou avides. Ils ne se considèrent souvent pas comme des marchands, du moins pas au début (Fine, 1983). Ils préfèrent se voir comme des facilitateurs de loisir : des individus dont le but est de rendre les autres heureux. Ils sont cependant attachés au capitalisme, dans la mesure où ils ont créé un monde de loisir, parce que les ressources nécessaires pour y participer leur « appartiennent » (en termes de propriété intellectuelle), et parce qu’ils vendent des « licences » sur ces ressources aux participants. Si les limites du contrôle qu’ils exercent sur ces produits ne sont pas toujours très claires, ni en fait ni en droit, il est admis qu’ils seront rémunérés, étant donné leur statut légal.

  • 23 N.d.t. Donjons et Dragons est l’un des premiers jeux de rôle sur table, créé dans les années 1970. (...)
  • 24 N.d.t. Le fantasy baseball de la rôtisserie est la première version connue du jeu de fantasy baseb (...)

48Les jeux sont entourés de nombreuses sous-cultures propriétaires. Les règles sont l’élément le plus important que fournissent les entrepreneurs. À la différence de la plupart des passe-temps, les règles structurent les jeux – elles sont ce qui en font des jeux à proprement parler. Ses imposants ouvrages de règles font de Donjons et Dragons23 un exemple typique, mais d’autres mondes de loisir se sont également développés autour de jeux comme le Monopoly, le Scrabble, Diplomatie, le fantasy baseball de la rôtisserie24, ou encore le Trivial Pursuit. Pour qu’une partie soit possible, il faut que les joueurs soient d’accord sur les règles. Nombre de jeux ont certes des règles traditionnelles (par exemple les billes, les échecs, le baseball), mais même dans ce cas, des organisations (la Fédération états-unienne d’échecs, la Little League) doivent préciser ces règles, résoudre les conflits qui apparaissent, organiser des tournois et modifier les règles officielles si elles sont contestées. Ces organisations semblent avoir plus de pouvoir et de ressources que celles qui se consacrent à des activités de loisir fondées sur le simple intérêt.

49Cependant, l’organisation centrale ne dispose pas d’un contrôle total. Des groupes de joueurs peuvent changer les règles. Les participants peuvent considérer que le jeu leur appartient, ce qui peut produire des rapports tendus avec ceux qui cherchent à protéger les droits juridiques et économiques de l’organisation. La liberté d’expression du joueur entre en conflit avec le fait qu’une manière correcte de jouer a été arrêtée par d’autres et formalisée par des règles.

  • 25 Ce nouveau recueil de règles avait également un objectif juridique. Le premier recueil, un ensembl (...)

50Les tensions autour du contrôle du jeu sont particulièrement sensibles lorsque les créateurs originaux modifient le jeu. Cinq ans après la première édition du livre de règles de Donjons et Dragons (D&D) en 1973, l’entreprise (TSR Hobbies) édita une nouvelle version. Bien que les nouvelles règles fussent plus claires, plus logiques, mieux organisées et plus accessibles, cette réédition imposait à ceux qui voulaient jouer de racheter les règles25. En les modifiant, et en imposant ces modifications dans la réalité du jeu, le créateur affirmait son pouvoir et renouvelait la demande pour son produit.

51La modification des règles était inévitable, non seulement par désir de contrôle, mais aussi du fait de l’évolution du public. Dans les premières années, les créateurs de sous-cultures propriétaires n’ont aucune idée du succès qu’ils vont rencontrer. Ainsi, la version originale du jeu s’est avérée inadéquate à mesure que le public grandissait. E. Gary Gygax et David Arneson appartenaient à la sous-culture du jeu de figurines lorsqu’ils ont créé D&D. Ils pensaient alors à un public de joueurs confirmés capable de manier un ensemble de règles flexibles et complexes (Fine, 1983). Mais à mesure que le jeu s’est diffusé auprès d’un public plus jeune, moins diplômé, et sans expérience du jeu de figurines, la confusion s’est accrue et a imposé une révision des règles.

52Les producteurs ne font pas que vendre des règles et le droit de les utiliser ; ils fournissent aussi un ensemble d’accessoires qui deviennent populaires grâce à la fidélité des consommateurs envers leur jeu et de l’imprimatur de ses créateurs. Dans la mesure où ces mondes de loisir sont structurés comme des industries, il est facile de diversifier la gamme de produits. Dans le cas des jeux de rôle fantastiques, TSR Hobbies est allé largement au-delà de la production de règles. La société publie un magazine mensuel (The Dragon), des modules de jeux pour aider les joueurs à donner forme à leurs aventures fantastiques et des logiciels. L’entreprise finance également un congrès annuel (GenCon) où les amateurs se retrouvent durant plusieurs jours, pour jouer, participer à des tournois, assister à des conférences, et bien sûr acheter les nouveautés de TSR Hobbies et d’autres entreprises. Les producteurs lancent souvent leurs nouveaux produits durant ces congrès, où ils n’ont pas besoin d’intermédiaires, qui leur permettent d’accroître leurs profits, de communiquer directement avec les meneurs d’opinion dans la communauté des fans, et de profiter de la pression sociale pour vendre plus.

  • 26 Dans le cas de Donjons et Dragons, de nombreux joueurs considèrent que Gygax et son équipe de TSR (...)

53Les sous-cultures propriétaires représentent un cas particulier de la théorie de la mise à disposition des ressources. S’il y a des similarités avec les loisirs autochtones comme la mycologie, deux différences majeures distinguent les sous-cultures propriétaires. Premièrement, les règles, les procédures, et les normes des sous-cultures propriétaires sont plus codifiées et mieux organisées. Dans les sous-cultures propriétaires, les connaissances sur l’activité viennent d’une source identifiable et reconnue ; dans les sous-cultures autochtones, il est explicite que l’activité est discutable. Même si la voix de l’autorité n’est pas toujours écoutée, il faut en tenir compte26. Deuxièmement, la structure des sous-cultures propriétaires est fondée sur des biens matériels – ce sont des mondes économiques autant que des mondes sociaux. Cette réalité oriente les réactions des entrepreneurs face à ceux qu’ils considèrent comme empiétant sur leur propriété. Ces considérations matérialistes irritent ceux qui insistent sur la nature partagée du jeu. Contrairement aux loisirs autochtones, où l’autorité est partagée, elle dépend de droits de propriété dans les sous-cultures propriétaires. Le système juridique renforce la légitimité du contrôle économique et donne les moyens nécessaires pour la faire respecter.

Les ressources du sport

54Le sport amateur constitue un autre cas particulier pour la théorie de la mise à disposition. Comme dans les loisirs en général, les différences entre les sports peuvent sembler plus importantes que leurs points communs. Le golf, un sport qui peut être joué seul, contraste singulièrement avec le football américain, un sport qui demande une coordination importante. L’organisation des ressources peut prendre des formes très variées dans le sport, et les sports d’équipe sont ceux qui demandent la coordination la plus importante.

55Si des passions comme la mycologie peuvent être rangées dans la classe des activités traditionnelles ne demandant pas une grande coordination technique – chacun peut plus ou moins faire tout ce qui est requis – et si les jeux comme Donjons et Dragons demandent au contraire un respect strict des règles, la plupart des sports sont à la fois traditionnels et dépendants de règles. La pratique du baseball sans règles partagées est impensable, mais le respect de ces règles et la fermeté de leur application sont, en situation, négociés entre les participants.

56Le baseball, en particulier pour les plus jeunes, peut être pratiqué par quiconque dispose d’un terrain et de quelques équipements. Les bases peuvent être faites de pierres, des bâtons de bois peuvent servir de battes, les gants ne sont pas nécessaires et les balles sont bon marché. Les enfants peuvent jouer au baseball sans être surveillés par un adulte, et dans ce cas, la question de l’organisation des ressources ne paraît pas être un problème tant que les emplois du temps des participants concordent, qu’ils sont capables de prendre des décisions ensemble, et qu’ils disposent d’un terrain. La création de la Little League en 1939 (Fine, 1987b) est partie du constat que ces besoins apparemment simples n’étaient pourtant pas faciles à satisfaire. La capacité à atteindre un nombre suffisant de participants dépend de la démographie et de l’écologie du quartier ; les enfants se chamaillent ; les espaces ouverts disponibles sont de moins en moins nombreux, et leur ouverture même les rend dangereux. En outre, il existe des avantages matériels à la mise à disposition organisée de ressources, en particulier en ce qui concerne les symboles identitaires. Seule une organisation disposant de ressources peut fournir des tenues assorties, des terrains entretenus, des boissons et un système de sonorisation. Si les enfants sont doués pour créer leurs propres symboles identitaires, ceux-ci ne sont pas reconnus en dehors du groupe. La Little League, grâce à sa légitimité et à son accès à des symboles publiquement reconnus, permet d’entretenir ce qu’un match de terrain vague interdit – le fantasme du baseball professionnel.

57Depuis sa création il y a un demi-siècle, la Little League a parfaitement joué son rôle de pourvoyeuse de ressources. L’espace, le personnel, la formation et l’équipement qu’elle fournit sont ses raisons d’être. Jouer au baseball est simple ; jouer au baseball dans la Little League demande une organisation complexe, opérant à plusieurs niveaux, national (l’entreprise Little League Baseball), communautaire (Little League de Beanville) et à l’échelle de petits groupes (les Rangers de Beanville). Évidemment, le sport organisé n’a pas nécessairement besoin de ces divers niveaux, mais chacun joue un rôle dans l’organisation du sport, et c’est le caractère hiérarchisé de la structure qui distingue les organisations sportives de beaucoup d’autres groupes de loisirs. En général, les niveaux les plus hauts (les plus proches de l’organisation centrale) s’occupent plus spécifiquement des ressources organisationnelles, alors que les niveaux les plus bas (les plus proches des participants) s’attachent à promouvoir l’identité et la sociabilité. La difficulté que rencontrent ces organisations est de parvenir à diriger et à motiver les bénévoles afin qu’ils agissent comme les représentants de l’administration centrale au niveau local. Il peut exister une tension entre la mise à disposition efficace de ressources et la gestion concrète des relations de sociabilité : l’organisation centrale la résout le plus souvent en laissant les groupes locaux s’organiser eux-mêmes tant qu’il n’y a pas de problèmes.

  • 27 L’organisation nationale Little League, si elle ne dispose pas du monopole de l’organisation du ba (...)

58Chaque ligue locale reverse à l’organisation nationale une partie des frais d’inscription qu’elle collecte auprès des participants27. En retour, l’organisation nationale fournit les règles et les procédures, ainsi que des conseils de communication. L’entreprise Little League Baseball donne des orientations de politique générale, mais a peu de prise sur les décisions opérationnelles locales. De manière plus importante encore, l’organisation nationale autorise l’usage de son nom, ce qui permet au groupe local de s’assurer la confiance des autorités, des écoles, des entreprises et des parents.

59Les ligues locales doivent fournir l’équipement et le personnel (Fine, 1987b, p. 15-19). Elles doivent trouver des terrains de jeu et s’assurer de leur qualité, car ils seront critiqués par les participants. Elle fournit également les tenues, l’équipement, et l’assurance. La plupart des ligues vendent aussi des boissons, et sont responsables de l’entretien des toilettes et des tableaux d’affichage des scores.

  • 28 Au Minnesota, ce problème est particulièrement épineux pour le hockey des jeunes. Il n’y a pas suf (...)

60Les ligues locales sont également responsables de l’organisation temporelle du championnat : quelqu’un doit organiser l’emploi du temps des équipes, dégager du temps pour les entraînements, et s’assurer que les équipes sont traitées équitablement. Il est essentiel dans les sports d’équipe d’équilibrer l’accès de chaque équipe au terrain de jeu28. Chaque équipe doit rencontrer toutes les autres le même nombre de fois, et chaque équipe doit jouer autant que les autres chaque semaine. Nulle ne doit être privilégiée en bénéficiant toujours des horaires les plus avantageux. Enfin, le personnel, joueurs et entraîneurs, doit être équitablement réparti entre les équipes – d’une manière juste, et qui a les apparences de la justice. Les recrutements sont essentiels pour assurer l’équilibre entre entraîneurs et joueurs. Sans entraîneurs adultes, le sport organisé des jeunes ne pourrait pas exister. En outre, la ligue doit recruter, et souvent payer, des arbitres pour assurer cette tâche ingrate.

61Chaque équipe répartit le temps de jeu entre les joueurs de la manière la plus juste possible. Le rôle de l’équipe est peut-être finalement moins d’attribuer, de manière technique, les postes et les places aux joueurs que d’alimenter la sociabilité. Si les joueurs ne sont pas heureux, l’équipe a échoué, quels que soient ses résultats sportifs. L’entraîneur joue un rôle central dans la satisfaction des joueurs, parfois en fournissant des symboles identitaires. Un entraîneur équipe ses joueurs de bracelets rouge, blanc et bleu ; d’autres apportent gâteaux et en-cas ; d’autres encore apportent du matériel de baseball non fourni par la ligue, comme des porte-balles permettant d’entraîner les batteurs. Le plaisir des enfants dépend des ressources fournies par les adultes.

62Le sport organisé partage avec les hobbies le fait que son existence n’est pas soumise aux lois de propriété intellectuelle. Le sport n’appartient à personne, et les organisations sportives affichent ostensiblement leur objectif non lucratif. Cependant, parce que le sport organisé nécessite une structure de règles consensuelle et une organisation spatiale et temporelle stricte, il partage certaines des caractéristiques des sous-cultures propriétaires. Les équipes de sport organisées oscillent entre le hobby et le jeu dans leur manière de fournir des ressources à leurs participants.

 

63Tous les mondes de loisir sont des mondes matériels. Pour s’investir dans n’importe quelle activité de loisir (le rêve éveillé est peut-être l’exception qui confirme la règle), il faut gérer une grande diversité de ressources – spatiales, temporelles, affectives, et matérielles. Le plaisir et l’accès aux ressources sont liés, même dans les activités de loisir qui ne dépendent pas d’organisations. Les organisations apparaissent cependant comme un moyen efficace de mise à disposition des ressources nécessaires aux participants pour leur activité. Les organisations de loisirs, dont le but est de satisfaire leurs membres, évitent ainsi la plupart des difficultés liées au choix d’allocation des ressources entre leurs besoins internes et leurs besoins externes. Les besoins externes de l’organisation de loisirs (comme la publicité) sont explicitement liés à la permanence du groupe, qui relève de l’objectif interne.

64Les organisations peuvent être formelles ou informelles : la Société mycologique du Minnesota a des statuts et une identité juridique ; TSR Hobbies est une entreprise. Mais un groupe d’adolescents peut jouer tous les vendredis soir, trouver un lieu pour cette activité (peut-être une salle de jeu), et rassembler un peu d’argent pour acheter des boissons, de nouveaux jeux et des équipements, voire des drogues « récréatives ». L’essentiel est que les ressources fondamentales (l’équipement, le lieu, les personnes) soient disponibles : le groupe trouve là son sens et sa nécessité.

  • 29 L’idée selon laquelle les individus dont le revenu disponible est plus important sont plus suscept (...)

65Dans cet article, j’ai simplement présenté certaines idées qui peuvent permettre de comprendre les mondes du sport et du loisir. Je n’ai pas testé de manière systématique les hypothèses que j’ai avancées, et cette étape est nécessaire pour que mon approche soit crédible. Je considère que les goûts en matière de loisirs sont déterminés pragmatiquement – ils dépendent des opportunités29 plutôt que des personnalités – et que l’écologie des organisations de loisirs opère la « survie du plus apte » (Freeman et Hannan, 1983) : celles qui ont le plus de ressources, qui en ont l’usage le plus efficace et la meilleure publicité survivent. L’acquisition et la distribution de ressources contribuent à établir un sentiment d’appartenance à une communauté dans une société où la communauté disparaît souvent derrière les préférences individuelles.

66Je pense que la théorie de la mise à disposition est utile pour l’étude du loisir, comme la théorie de la mobilisation des ressources l’a été pour raviver l’étude des mouvements sociaux. La théorie de la mise à disposition nous contraint à analyser la forme et l’activité de l’organisation plutôt que son contenu. En transformant un objet souvent rattaché à la psychologie sociale en un terrain où des forces organisationnelles entrent en jeu, cette approche peut créer un lien entre les perspectives macro et micro.

67J’ai évité d’aborder ce que beaucoup de gens considèrent comme le cœur de l’activité de loisir, à savoir les significations et les actions qui rendent certaines formes de loisir plaisantes, pour me concentrer sur les caractéristiques externes qui entourent l’activité : la zone d’ombre du loisir. La réussite d’une organisation peut se mesurer à autre chose qu’à sa survie, et le discours organisationnel n’épuise pas les manières d’aborder le loisir.

68Pourtant, chaque monde social a un fondement matériel, même ceux qui paraissent, à première vue, les plus éthérés. Le loisir n’est pas séparé du monde réel ; il est le monde réel.

Haut de page

Bibliographie

Aldrich Howard E., 1971, « The sociable organization : a case study of Mensa and some propositions », Sociology and Social Research, vol. 55, p. 429-441.

Banfield Edward, 1967, The Moral Basis of a Backward Society, Glencoe, Free Press.

Bellah Robert N. et al., 1985, Habits of the Heart. Individualism and Commitment in American Life, Berkeley, University of California Press.

Bernstein Basil, 1971, Class, Codes and Control, New York, Schocken.

Brandmeyer Gerard A. et Alexander Luella K., 1986, « “I caught the dream” : the adult baseball camp as fantasy leisure », Journal of Leisure Behavior, vol. 18, no 1, p. 16-39.

Burch William R., 1969, « The social circles of leisure : competing explanations », Journal of Leisure Research, vol. 1, p. 125-147.

Dayan Daniel, 1986, « Copyrighted subcultures », American Journal of Sociology, vol. 91, p. 1219-1228.

Fine Gary Alan, 1981,« Friends, impression management, and preadolescent behavior », The Development of Children’s Friendships, S. R. Asher et J. M. Gottman éd., New York, Cambridge University Press, p. 29-52.

— 1983, Shared Fantasy. Role-playing Games as Social Worlds, Chicago, University of Chicago Press.

— 1987a, « Community and boundary : personal experience stories of mushroom collectors », Journal of Folklore Research, vol. 24, p. 223-240.

— 1987b, With the Boys. Little League Baseball and Preadolescent Culture, Chicago, University of Chicago Press.

— 1988, « Dying for a laugh : negotiating risk and creating personas in the humor of mushroom collectors », Western Folklore, vol. 47, p. 177-194.

Freeman John et Hannan Michael, 1983, « Niche width and the dynamics of organizational populations », American Journal of Sociology, vol. 88, p. 1116-1145.

Goffman Erving, 1961, « Fun in games », Encounters, Indianapolis, Bobbs-Merrill, p. 15-81.

Hebdige Dick, 1979, Subcultures. The Meaning of Style, Londres, Methuen.

Hoggett Paul et Bishop Jeff, 1985, « Leisure beyond the individual consumer », Leisure Studies, vol. 4, no 1, p. 21-35.

Jenkins J. Craig, 1983, « Resource mobilization theory and the study of social movements », Annual Review of Sociology, vol. 9, p. 527-553.

Knoke David, 1986, « Associations and interest groups », Annual Review of Sociology, vol. 10, p. 1-21.

Lavanda Robert, 1988, « Minnesota queen pageants : play, fun, and dead seriousness in a festive mode », Journal of American Folklore, vol. 101, p. 168-175.

McCarthy John D. et Zald Mayer N., 1977, « Resource mobilization and social movements : a partial theory », American Journal of Sociology, vol. 82, p. 1212-1241.

Mitchell Richard, 1983, Mountain Experience, Chicago, University of Chicago Press.

Olmstead A. D., 1988, « Morally controversial leisure : the social world of gun collectors », Symbolic Interaction, vol. 11, p. 277-287.

Olson Mancur, 1971, The Logic of Collective Action, Cambridge, Harvard University Press.

Smith David H. et Pillemer Karl, 1983, « Self-help and groups as social movement organizations : social structure and social change », Research in Social Movements, Conflicts, and Change, vol. 5, L. Kriesberg éd., Greenwich, JAI Press, p. 203-233.

Stebbins Robert, 1979, Amateurs, Beverly Hills, Sage.

Warren Roland Jr., 1972, The Community in America, Chicago, Rand McNall.

Whitson David, 1983, « Pressures on regional games in a dominant metropolitan culture : the case of shinty », Leisure Studies, vol. 2, no 2, p. 139-154.

Haut de page

Notes

1 La présente traduction et son introduction ont bénéficié de la relecture attentive de Yaël Kreplak et Bruno Vétel.

2 Gary Alan Fine et Gregory W. H. Smith éd., Erving Goffman, Londres, Sage, 2000.

3 « The sad demise, mysterious disappearance, and glorious triumph of symbolic interactionism », Annual Review of Sociology, vol. 19, 1993, p. 61-87.

4 Tiny Publics. A Theory of Group Action and Culture, New York, Russell Sage Foundation, 2012.

5 Kitchens. The Culture of Restaurant Work, Berkeley, University of California Press, 1996.

6 Authors of the Storm. Meteorologists and the Culture of Prediction, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

7 Gary Alan Fine et Bill Ellis, The Global Grapevine. Why Rumors of Terrorism, Immigration, and Trade Matter, Oxford, Oxford University Press, 2010.

8 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ? Paris, Seuil, 1962.

9 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

10 John D. McCarthy et Mayer N. Zald, « Resource mobilization and social movements, a partial theory », American Journal of Sociology, vol. 82, no 6, 1977, p. 1212-1241.

11 Citation extraite de l’article de Gary Alan Fine.

12 Howard S. Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 [1976].

13 Le courant des game studies a été jusqu’à tenter d’autonomiser l’étude des jeux vidéo, arguant de sa spécificité numérique, alors qu’un nombre croissant de loisirs avec une composante numérique ne relèvent pas de cette catégorisation.

14 « Sticky cultures : memory publics and communal pasts in competitive chess », Cultural Sociology, vol. 7, no 4, 2013, p. 395-414.

15 N.d.t. Ce texte est une traduction de « Mobilizing fun : provisioning resources in leisure worlds », Sociology of Sport Journal, vol. 6, no 4, p. 319-334. Nous publions cette traduction avec l’autorisation de l’éditeur Human Kinetics.

16 N.d.t. Fédération sportive qui organise un championnat international (mais principalement nord-américain) de baseball pour enfants et adolescents.

17 Je ne prétends pas que toutes les organisations de loisirs doivent être gérées comme des entreprises soucieuses de leurs profits. Certaines associations atteignent leurs buts avec des ressources limitées. Cependant, toutes les organisations de loisirs doivent fournir des ressources telles que le temps, l’espace, la coordination sociale, et les objets matériels nécessaires à l’activité donnée.

18 On ne peut pas postuler qu’il existe une relation entre la longévité et la taille d’une part, et la « réussite » d’un mouvement en termes moraux, d’autre part. Mais si l’on définit la « réussite » en termes d’organisation et d’évolution, alors une telle relation existe par définition.

19 L’existence de la Société mycologique du Minnesota, dans la région de Minneapolis - Saint Paul, favorise la participation des individus à la cueillette et l’étude des champignons. Le club est présent dans les médias et soutient des expositions au musée d’histoire naturelle local. Ce succès contraste avec le mauvais état de la collecte de papillons. Il n’existe pas de société lépidoptériste au Minnesota, et les médias ne parlent donc pas de ce loisir. Les habitants du Minnesota sont moins présents parmi les membres de la Société des lépidoptéristes d’Amérique, et plus présents parmi ceux de l’Association nord-américaine de mycologie, proportionnellement à leur part dans la population états-unienne. Il n’est certes pas possible d’attribuer définitivement la proportion locale de passionnés à l’existence d’une organisation locale ou à la couverture médiatique, mais ces chiffres sont, au premier abord, un indice de cette possibilité.

20 L’étendue et la formalité de ce savoir varient d’un loisir à l’autre. Certains, par exemple la mycologie et le jeu de rôle fantastique, demandent des connaissances importantes, d’autres non. Cependant, comme tous les loisirs constituent une sphère d’activité spécialisée, un certain degré de savoirs spécialisés est inévitable.

21 N.d.t. Les jeux dits fantasy sports (fantasy baseball, fantasy football – football américain –, etc.) sont des jeux de simulation sportive populaires aux États-Unis parmi les amateurs de sport. Les joueurs forment des équipes imaginaires composées de sportifs réels ; ces équipes s’affrontent en respectant le calendrier des ligues réelles. L’issue de chaque match est déterminée par les performances réelles des sportifs sélectionnés. Le jeu mesure donc la connaissance du sport, comme la capacité à repérer des sportifs sous-estimés et prometteurs, ainsi que les capacités de pronostic des amateurs.

22 Bien entendu, ces services peuvent n’être pas seulement des symboles identitaires, mais inclure également des connaissances et des occasions de sociabilité.

23 N.d.t. Donjons et Dragons est l’un des premiers jeux de rôle sur table, créé dans les années 1970. Chaque joueur contrôle un aventurier évoluant dans un monde fantastique, en énonçant les actions qu’il souhaite voir ce personnage réaliser. Un joueur, le maître du jeu, applique les règles qui déterminent le succès ou l’échec des actions des personnages, et définit les défis auxquels ceux-ci vont être confrontés.

24 N.d.t. Le fantasy baseball de la rôtisserie est la première version connue du jeu de fantasy baseball, du nom du restaurant new-yorkais où se réunissaient les journalistes qui l’ont inventé.

25 Ce nouveau recueil de règles avait également un objectif juridique. Le premier recueil, un ensemble de trois manuels, était écrit par E. Gary Gygax et son partenaire d’alors, David Arneson. Cependant, les deux hommes n’étaient pas d’accord sur la propriété du jeu, et le second manuel fut écrit par le seul Gygax (Fine, 1983).

26 Dans le cas de Donjons et Dragons, de nombreux joueurs considèrent que Gygax et son équipe de TSR Hobbies ont un accès secret au monde du jeu, et lui posent donc toutes sortes de questions à son propos. Gygax raconte avec un brin d’ironie qu’il a un jour reçu une lettre lui demandant combien d’œufs pondait un hippogriffe [N.d.t. créature imaginaire mi-aigle, mi-cheval] (Fine, 1983, p. 23). Le créateur est considéré comme l’expert capable de répondre à toutes les questions sur son jeu, y compris celles qui ont le moins de rapport avec les règles.

27 L’organisation nationale Little League, si elle ne dispose pas du monopole de l’organisation du baseball chez les jeunes, est une organisation importante. En 1983, l’entreprise Little League Baseball déclarait un actif de plus de 10,2 millions de dollars, et des dépenses totales, dans l’année, de 3,9 millions.

28 Au Minnesota, ce problème est particulièrement épineux pour le hockey des jeunes. Il n’y a pas suffisamment de patinoires, et le sport est très populaire. Certains enfants doivent donc s’entraîner tard le soir, ou très tôt le matin. Cette situation n’empêche pas le sport de fonctionner, parce qu’il dispose d’un statut prestigieux, et que les ligues ont des ressources considérables.

29 L’idée selon laquelle les individus dont le revenu disponible est plus important sont plus susceptibles d’adhérer à des organisations de loisirs (comme cela a été suggéré pour les mouvements sociaux) est une des hypothèses testables. Au niveau de la société, on peut s’attendre à ce que plus d’organisations de loisirs existent, et qu’elles rassemblent plus de personnes, dans les périodes de croissance économique, lorsque plus de revenus sont disponibles (Douglas Macadam, communication personnelle, 1989).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gary Alan Fine, « Organiser les mondes de loisir : la mobilisation des ressources », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/6222 ; DOI : 10.4000/traces.6222

Haut de page

Auteur

Gary Alan Fine

Professeur de sociologie à Northwestern University

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page