Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Tricoter sur Internet : le recadrage social et technique d’un loisir ordinaire

Knitting on the Internet: the social and technical framing of an ordinary leisure
Vinciane Zabban
p. 25-44

Résumés

Sur la base d’observations en ligne et d’entretiens avec des utilisatrices d’un site web dédié au tricot et au crochet, ce texte explore les renouvellements opérés récemment dans la structure informationnelle et matérielle de ces pratiques anciennes, aujourd’hui essentiellement considérées comme des loisirs. Il montre dans un premier temps comment la question de la matérialité émerge dans l’expérience sensible des tricoteuses. Dans un deuxième temps, il souligne le fait que l’information en ligne et ses formats – tout en représentant une sorte de dématérialisation – constituent une trame qui structure et contraint partiellement la pratique du tricot. Enfin, il insiste sur la manière dont les ressorts sociaux de l’engagement dans cette activité sont affectés par ces changements. L’expression créative, qui s’appuie sur cet espace partiellement contraint et qui est constitutive à la fois du jeu et du loisir, apparaît dans ce contexte comme une forme quotidienne et ordinaire de participation sociale.

Haut de page

Texte intégral

Quand je passe un long moment à jouer, je m’en veux toujours un peu parce que c’est du temps que je n’ai pas passé à m’occuper de la maison, ou de mon fils, même si j’aime vraiment bien ça.
— Et quand tu fais de l’origami ou de la couture ?
— Ah non ben là c’est pas pareil, je crée quelque chose, et puis ça reste.
Entretien avec Marie, 33 ans

  • 1 Le Whole Earth Catalog de Steve Brand, paru entre 1968 et 1972, présente par exemple des modèles d (...)

1Le jeu est ordinairement défini ou plutôt cadré par son caractère futile et improductif. L’autosuffisance de cette activité par l’engagement, le fun, l’amusement qu’elle suscite, souligne Erving Goffman (1961), est une condition nécessaire de son maintien. Ce cadrage particulier du jeu n’embrasse cependant pas l’ensemble des loisirs. Miroir du negotium, le domaine de l’otium, du « loisir sérieux », présente ainsi une vaste gamme d’activités quotidiennes qui reposent sur de délicats équilibres entre amusement libre et occupation utile. Dans la sphère domestique, les femmes en particulier ont occupé leur temps et leurs mains avec diverses « tâches » productives, dont les travaux d’aiguilles. Cette production a même pu constituer dans certains milieux et à certaines époques une activité économique à part entière (Coffin, 1996). Tricoter a notamment longtemps été considéré comme une activité domestique relevant d’un point de vue économique de l’ordre de l’utile, parfois du nécessaire. La diffusion du prêt-à-porter comme les mouvements féministes ont contribué un temps à la raréfaction de cette manière de garder les mains des filles occupées (Macdonald, 1988). Paradoxalement, c’est dans la lignée d’autres mouvements contemporains, et notamment dans la mouvance do-it-yourself1 de la contre-culture américaine que se diffuse, à partir des années 1970, une conception alternative de la pratique du tricot, qui s’est présentée jusqu’alors plus souvent comme une forme d’artisanat domestique que comme pur loisir ou pure expression créative. Cette manière de concevoir et de pratiquer le tricot s’appuie sur des savoirs et des représentations anciens tout en s’en démarquant sensiblement (White, 2007), et connaît aujourd’hui un essor notable grâce à Internet et plus largement aux techniques d’information et de communication (Le Deuff, 2011). Comme le jeu, cette forme renouvelée de la pratique fait la part belle au tricot comme loisir ordinaire, à l’engagement volontaire dans l’activité, au plaisir, à l’expérience sensible et à la sociabilité. Elle prend aussi appui sur un certain nombre d’évolutions matérielles : nouvelles qualités de laines et nouveaux modèles, nouveaux réseaux de distribution, nouveaux types d’aiguilles et nouvelles techniques. Les dimensions matérielle comme productive de la pratique du tricot, évidentes, comme celles de divers « bricolages domestiques », distinguent a priori ces pratiques des jeux. Pourtant le discours des tricoteuses contemporaines sur leur pratique est très proche de celui d’individus comme Marie, citée ici en exergue et interrogée sur sa pratique du jeu en ligne à la fin des années 2000 (Zabban, 2011b). On y retrouve notamment l’expression d’un sentiment d’ouverture et d’abondance, éprouvé au moment de leur découverte de l’activité, face aux ressources existant sur Internet. Le « tricot en ligne » nous apparaît ainsi comme un objet pertinent pour interroger dans une perspective sociologique les ressorts matériels et sociaux du jeu compris dans un sens large, proche de la définition qu’en donnait Johan Huizinga, c’est-à-dire avant tout comme une expression créative. Homo sapiens, Homo faber, Homo ludens : la créativité traduite dans le jeu s’inscrit pour l’historien comme l’une des expressions humaines premières (Huizinga, 1988 ; Rodriguez, 2006). La dimension créative du jeu est aussi soulignée par Erving Goffman (1961), à la suite de la réflexion de Georg Simmel (1999) sur cette forme de sociabilité pure : jouer, c’est avant tout créer un monde. Dans la continuité d’analyses précédentes portant sur le jeu en ligne, interroger les évolutions du tricot à l’heure du web implique d’accorder une attention particulière aux conditions matérielles et sociales de cette expression créative ordinaire, rendues particulièrement visibles par le numérique, et par l’extension consécutive des espaces sociaux et techniques de sa pratique. Nous nous inscrivons ainsi dans la lignée des travaux qui ont interrogé la dimension active des formes quotidiennes et populaires de réception (Certeau, 1990), mais aussi de ceux qui ont questionné les modalités du travail manuel et de la créativité en action (Sennett, 2010 ; Dewey, 2011) dans ses formes les plus ordinaires.

2Nous appuyons notre réflexion sur un ensemble de données empiriques recueillies par observation et entretiens. Le site ravelry.com a servi ici d’entrée sur la question des transformations de cette pratique à l’heure d’Internet. Créé en 2008 et essentiellement dédié au tricot, au crochet, il est à la fois un réseau social avec ses pages personnelles et ses forums, une base de données de modèles et de projets, et une plateforme d’échange marchand de modèles, mais aussi de matières premières. Il compte quelque 4 millions de comptes cette année, 8 000 environ sont localisés en France. Ravelry occupe une position centrale dans ce que l’on pourra appeler une « infrastructure informationnelle » (Bowker et al., 2009) pour la pratique. Il nous a permis d’une part de joindre un petit nombre (dix) de tricoteuses, avec qui de longs entretiens exploratoires semi-directifs (entre deux et trois heures) ont été réalisés. Ces entretiens, souvent menés à domicile, ont fourni des informations précieuses concernant tant l’expérience sensible du tricot que son inscription dans des environnements sociaux et familiaux ainsi que dans des trajectoires biographiques singulières. Ils ont également permis une analyse fine des usages du site Ravelry, associé à d’autres ressources, en ligne ou hors ligne. D’autre part, l’observation et l’étude du site en lui-même, couplées à ces récits et à l’immersion dans la pratique, offrent au chercheur la possibilité de développer une forme originale d’observation participante, de mesurer certaines caractéristiques des formes de la pratique qui sont rendues publiques et, enfin, de travailler sur la question des formats et de leurs effets sur ces activités.

3Faire varier les niveaux analytiques permet de comprendre les changements qu’apportent les nouvelles techniques de communication à la dimension matérielle de ces formes de loisir à la marge du jeu. Nous nous intéresserons dans un premier temps à l’expérience sensible de la pratique, en mettant en avant ce qui, dans le discours des personnes interrogées, relève du rapport à la matière et aux objets. Nous aborderons ensuite la constitution et l’influence des infrastructures matérielles et informationnelles qui soutiennent ces pratiques, avec un intérêt particulier pour la plateforme Ravelry. Nous questionnerons enfin l’expression créative, et insisterons sur son existence dans une modalité ordinaire de participation sociale.

L’expérience sensible

4Les utilisatrices du site Ravelry que j’ai interrogées présentent des profils variés, comme le montre le tableau synthétique suivant :

Prénom Âge Profession Profession du conjoint Profession du père Profession de la mère Enfants Résidence
Martine 51 Documentaliste Entretien de jardins Professeur en lycée Coiffeuse 1 : 26 ans Locataire Opéra
Anne 48 Bibliothécaire Ébéniste Routier international Vendeuse / Propriétaire Belleville
Cécile 43 Cadre commerciale Chef de service dans le bâtiment Employé (Sécurité sociale) Au foyer 2 : 14 et 8 ans Propriétaire Bry-sur-Marne
Tina 42 Assistante de formation AFPA Informaticien / Employée de banque 2 : 14 et 11 ans Locataire Gambetta
Célia 40 Assistante de formation Cadre supérieur grande entreprise Professeur en lycée Professeur en lycée 2 : 8 et 5 ans Locataire 11e
Joséphine 39 Archiviste Archiviste Chercheur (sciences dures) Professeur en lycée 2 : 3 ans et 10 mois Propriétaire porte de Pantin
Nathalie 32 Informaticienne Webdesigner freelance Électricien Vendeuse / Locataire Gambetta
Leslie 30 Économiste Statisticienne Game designer Éducateur spécialisé Assistante sociale / Locataire place des Fêtes
Sarah 27 Architecte Professeur en lycée Cadre dans la banque Coach / Locataire dans le 93
Denise 43 Assistante de formation Technicien Employé (La Poste) Au foyer 2 : 11 et 9 ans Locataire Nation
  • 2 La dimension genrée de la pratique est bien entendu très importante. Les travaux d’aiguilles sont, (...)

5Il ne s’agit que de femmes2. Âgées de 27 à 51 ans et d’origine souvent modeste, elles vivent presque toutes à Paris, et occupent pour la plupart des professions intermédiaires pour les plus âgées, des emplois de cadres pour les plus jeunes. Économiste statisticienne, architecte, documentaliste, archiviste, assistante de formation, elles sont généralement familières de l’informatique, du travail de documentation et « se débrouillent » en anglais. Certaines ont connu la pratique avant Internet, et d’autres ont appris à tricoter ou à crocheter « sur YouTube ». Un effet générationnel qui affecte les modalités de la pratique se dégage des entretiens. Il n’est pas cependant aussi univoque qu’on pourrait le penser.

6Richard Sennet relève le fait que, si les femmes ont longtemps été écartées des métiers et savoir-faire artisanaux, leur exposition à l’oisiveté a longtemps été considérée comme un risque de licence sexuelle, que les travaux d’aiguilles permettaient de limiter : « Ce préjugé engendra une pratique : il était possible de contrer la tentation féminine par un métier, celui de l’aiguille, qu’il s’agisse de tissage ou de broderie, et d’occuper ainsi tout le temps les mains des femmes » (2010, p. 83). Quelle que soit la raison sociale de cette inscription, ancrés dans les corps, et dans les mains qu’ils occupent, le tricot et le crochet constituent d’abord des expériences sensibles pour nos enquêtées, et c’est comme tels qu’ils font effectivement écho à cet extrait de l’essai sur le faire. Le premier contact avec ces techniques et leurs objets (fils, aiguilles) a souvent eu lieu lors de l’enfance, dans un cadre familial, souvent par le biais de la mère ou la grand-mère. Chez les plus âgées, la formule est explicite : « Il fallait que les petites filles aient toujours les mains occupées » (Martine). Les plus jeunes reprennent cette thématique, mais en l’exprimant de manière plus subjective : « Je ne peux pas rester à rien faire, il faut toujours que j’aie les mains occupées » (Sarah). La première expression de l’expérience physique de la pratique est ainsi liée, de façon très genrée, à la dimension « manuelle » de la pratique, elle-même articulée à l’idée de « faire » quelque chose. Dans le cadre de l’association intime du tricot aux activités domestiques et familiales, traditionnellement féminines, le tricot présente pour nos enquêtées des caractéristiques particulièrement pertinentes. Il est relativement peu encombrant ou envahissant par comparaison à d’autres « loisirs manuels » : « Je travaillais un peu le bois avec mon père, mais dans un appartement parisien, le tricot, c’est quand même plus pratique » (Leslie). Posé et repris facilement, ne nécessitant la plupart du temps comme matériel à disposition qu’une pelote de laine reliée à l’ouvrage en cours, il peut la plupart du temps être pratiqué de manière linéaire et « à la volée », avec des interruptions. À la différence par exemple de la couture ou du travail des perles qui requièrent un travail préparatoire important, et ne sont selon elles « pas très compatibles avec la vie de famille » (Denise), il ne nécessite pas une mise en place complexe. Ces caractéristiques permettent également l’articulation du tricot avec des activités d’extérieur, dans les transports par exemple, mais aussi dans tout espace où peuvent émerger des temps creux, d’attente, ou de sociabilité : « Quand je vais voir ma mère ou certaines amies, j’emporte un ouvrage, et j’avance pendant qu’on discute » (Célia). Martine et Anne quant à elles ne se déplacent jamais sans un livre et un « en-cours ».

7L’expérience sensible est par ailleurs perceptible dans le rapport exprimé aux techniques et aux outils. Les façons de faire, c’est-à-dire de tenir des aiguilles, un crochet, ou le fil, les mouvements réalisés pour exécuter les points, sont à la fois extrêmement nombreuses et profondément incorporées. Souvent liée à un apprentissage initial, la façon de tenir aiguilles et fil est un bon exemple. Deux méthodes sont explicitement décrites par la plupart des ressources : la méthode continentale, où l’aiguille vient chercher le fil tenu par la main gauche, au-dessus des aiguilles, et la méthode à l’anglaise, où le fil est enroulé par la main droite autour de l’aiguille. Mais de fait, il y a autant de variations ou presque que d’individus, ce qui peut rendre les échanges de connaissances complexes. Ainsi, Leslie tricote « comme une gauchère », passant l’ouvrage dans le sens inverse de la norme. Elle n’est pas gauchère, pas plus que sa mère qui lui a appris à tricoter de cette façon, ni que sa grand-mère qui l’a elle-même appris à sa mère. Cela lui pose des problèmes de compréhension lorsqu’on lui montre des techniques : « Je dois réfléchir deux fois plus, parce que je fais les choses dans le sens inverse. » Mais elle ne souhaite pas changer sa manière de faire : « Ça me paraît compliqué, et puis j’ai fait tellement de choses dans ce sens-là, je me vois pas changer maintenant. » Le confort et l’aisance, le flow, si l’on peut reprendre le terme de Mihaly Csikszentmihalyi (2006), soit le juste équilibre entre défi et compétence, acquis au fil de la pratique et liés à l’incorporation progressive des gestes, sont remis en cause par un changement de méthode. La bonne tension du fil, par exemple, dépend d’une position de la main assez précise : certains doigts permettent au fil de glisser librement pour ne pas ralentir le mouvement tandis que d’autres le bloquent pour qu’il soit suffisamment tendu. Le changement de main que suppose par exemple le passage de la méthode continentale à la méthode anglaise, considérée comme plus rapide, paraît souvent un investissement trop coûteux, car il est frustrant du point de vue de l’expérience. Par ailleurs, des éléments d’ordre affectif peuvent être associés à ces manières de faire : Leslie ajoute que cette méthode est le seul élément qu’elle sait partager avec sa grand-mère.

8L’expérience sensible est enfin celle du rapport aux matières. Celui-ci est crucial, et relève d’un apprentissage progressif qui n’est pas seulement technique. Les changements intervenus dans la pratique du tricot ces dernières années sont étroitement associés au développement et à l’ouverture de nouveaux marchés de la laine. Ces nouveaux marchés se positionnent en mettant en avant principalement des matières naturelles (pure laine, coton, soie, lin, bambou), des qualités singulières (mérinos, cachemire, alpaga, angora), et un renouvellement des teintes et des techniques de teinture (teintes naturelles, teintures à la main). Ces nouveaux types de fils sont perçus comme des « découvertes » par les tricoteuses les plus âgées que nous avons rencontrées. Anne et Martine disent avoir été limitées auparavant par l’offre existante, essentiellement tournée vers des matériaux « pratiques » et synthétiques, résistants au lavage et peu onéreux, et de plus proposée par un nombre limité de fournisseurs. Pourtant, le rapport à la matière est affirmé comme essentiel : « Ce que j’aime c’est les fils et le contact avec la laine […]. C’est un vrai plaisir, en dehors du plaisir de faire quelque chose. Le toucher, les couleurs, la diversité de la matière, j’aime beaucoup ça, c’est très physique en fait » (Anne). La verbalisation de cette sensation née du contact laisse apparaître une rhétorique du goût et du dégoût. Celle-ci renvoie clairement aux questionnements sur une construction sociale et dynamique du goût dont les consommateurs sont des acteurs, aux formes d’attachements et de médiations que l’on peut trouver chez les amateurs (Hennion, 2009), mais elle révèle dans le même temps des formes de distinction explicites : les matières charrient des marquages sociaux. Certaines matières sont a fortiori plus nobles que d’autres, et on peut aussi entendre dire : « Moi, j’ai pas les moyens de mettre 30 euros dans 400 mètres de fil. » Certaines marques, qui ont été particulièrement présentes à une époque, concentrent ce type de positionnement, comme l’exprime Leslie : « Moi les fils Phildar me parlent vraiment pas. Quand je les touche, ça me donne vraiment pas envie. » Une interprétation nous est donnée par Cécile, qui note une évolution de ce rapport à la matière au fil du temps : « Je pense que plus on avance techniquement, plus on a tendance à aller vers la matière naturelle. Parce qu’il y a un rapport avec la matière naturelle qui est quand même différent des autres. C’est le toucher, y’a quand même un contact presque sensuel. » D’autres enquêtées, comme Leslie, décrivent un apprentissage progressif et une sélection des différents types de fils selon leurs qualités respectives :

Y’avait un peu cette perplexité au début : « Mais pourquoi y’a autant de fils différents, qu’est-ce que ça veut dire ? » […] Et puis finalement, c’est au fil des rencontres, des lectures sur Internet, et puis de la pratique : acheter de la laine, la tricoter, voir les différents fils et ressentir les matières différentes, que c’est devenu important. Et j’ai plus d’acrylique dans mes fils quasiment.

9La connaissance, l’expérience des matières, et l’incorporation d’un goût en matière de fil, s’acquièrent ainsi pour la plupart de nos enquêtées avec le temps. Elles ne sont pas seulement fondées sur des critères techniques, pas plus qu’elles ne constituent un cheminement solitaire. Sur ce point, comme on va le développer, l’accès via Internet et des bases de données telles que Ravelry à une variété importante de matériaux et de métriques, dans un double mouvement de mise en relation des informations et d’ouverture à des profils et des activités hétérogènes, autorise à construire un rapport à la fois personnel et partagé à la matière.

Les infrastructures informationnelles et matérielles

Prendre une photo et mettre un projet sur Ravelry, c’est aussi une manière de vraiment bien le finir. […] Je me suis mise un peu à la couture […], l’autre jour, j’ai fini une couverture, et puis je me suis sentie bête, je savais pas quoi faire, je pouvais pas le partager, parce qu’il n’y a pas de catégorie « couture » dans Ravelry.
Joséphine, 39 ans

10La question de la matérialité dans la pratique ordinaire du tricot et dans d’autres travaux d’aiguilles ne s’exprime pas uniquement au niveau de l’expérience sensible, mais aussi dans l’existence et le déploiement d’infrastructures pour la pratique, qu’il s’agisse d’infrastructures physiques ou informationnelles. Nous employons le concept d’infrastructure ici d’abord pour tenir compte des appuis explicitement matériels et économiques de cette pratique (existence d’un secteur de production des fils et du matériel de tricot, existence de distributeurs, d’éditeurs et d’intermédiaires sur les marchés des travaux d’aiguilles), mais aussi et surtout pour analyser la manière dont les relations entre ces éléments ont pu évoluer avec l’essor des techniques d’information et de communication (TIC) et des médiations offertes par Internet en particulier. Nous relevons ainsi l’existence pour le tricot d’une « infrastructure informationnelle » et son influence sur les modalités de la pratique. Ce concept est saisi tel qu’il a été proposé pour comprendre l’évolution des formes sociales et techniques de la construction du savoir (Bowker et al., 2009). Il renvoie plus spécifiquement aux travaux conduits sur les bases de données par Lorna Heaton et Florence Millerand. Dans un contexte scientifique, elles mettent en lumière le processus par lequel la transformation en données des éléments matériels tend in fine à constituer « des infrastructures invisibles faites de standards, de catégories, de conventions ». Ces infrastructures contraignent ces éléments matériels dans le même temps qu’elles autorisent leur circulation (Heaton et Millerand, 2013, p. 888). Nous nous référons également ici au travail d’analyse réalisé par Éric Dagiral et Ashveen Peerbaye sur le processus complexe et négocié d’élaboration de « vues » faisant sens pour les utilisateurs de bases de données. Ce processus requiert selon eux « un travail de formalisation et de spécification, qui passe par des “mises à plat”, des négociations, et la co-construction de théories d’usage qui traduisent et matérialisent, dans la forme sociotechnique de vues toujours particulières, une forme d’organisation (la distribution des activités) et une ontologie (la distribution des identités) spécifiques » (Dagiral et Peerbaye, 2013, p. 191). Dans la continuité de ces approches, il nous semble que les bases de données, au sein d’une infrastructure informationnelle plus vaste, constituent un élément essentiel pour comprendre la façon dont les TIC peuvent avoir un impact sur l’évolution du cadrage social de certaines pratiques. Le cas du tricot dialogue ici encore une fois avec les observations réalisées sur les jeux en ligne. Pour les jeux, des joueurs construisent aussi des bases de données sur Internet pour indexer tout ce que l’univers de jeu contient. Ce faisant, ils se réapproprient un contenu immatériel et construisent le reflet exhaustif d’un monde de données conçu et contrôlé de manière intégrale par des développeurs. Ravelry se définit davantage pour sa part comme le résultat d’un processus de « dématérialisation » et de mise en données de mondes matériels existants. Dans les deux cas, cependant, la base de données constitue une réponse aux problèmes posés par une hétérogénéité importante des activités et des profils, en proposant un cadre partiellement contraint (Malaby, 2007) à l’échelle globale, mais qui laisse malgré tout du « jeu » au sens mécanique du terme pour les situations particulières et les interprétations locales (Zabban, 2011a).

11Effectivement, le site est avant tout structuré comme une base de données relationnelle, proposant un nombre important d’entrées et donc d’activités. Les principales entrées de consultation de cette base sont les utilisateurs (people), les modèles (patterns), les projets (projects), et les types de laines (yarns), on peut aussi consulter le site par ses forums et par ses groupes associés.

 

12Décrire une session d’activité sur le site, issue de notre propre expérience, est peut-être la meilleure manière de rendre compte de son usage :

Un ami généreux m’a offert une grande quantité d’une jolie laine, et je recherche un modèle de vêtement que je pourrai réaliser avec. Je suppose qu’il s’agit d’une quantité suffisante pour réaliser un pull. Je me connecte donc sur Ravelry et accède par le menu à la page des modèles, sur laquelle je sélectionne la catégorie « pull-over ». Une liste de modèles apparaît, accompagnée d’un certain nombre d’informations : une photo, le nom du modèle, celui du designer, l’échantillon requis (le nombre de mailles et de rangs par inch), le nombre de « projets » réalisés par les utilisateurs du site à partir de ce modèle et la manière dont il a été évalué. Je me rends compte alors que le site propose plus de 38 000 modèles de pull-over. Une large gamme de critères me permet cependant d’opérer un nouveau tri. Je précise donc que je dispose de 1 500 à 1 800 mètres d’une laine de type « fingering/4ply » et, dans la catégorie « construction », que je souhaiterais trouver un modèle « top-down », qui se tricote d’une pièce, de haut en bas. La recherche limite le nombre de résultats à 146 et, après quelques consultations, un modèle en particulier attire mon attention. Je clique sur la vignette et obtiens de plus amples informations : la quantité précise de laine et la marque utilisée par le designer, le type d’aiguilles et de techniques requises, un commentaire du designer et davantage de photos.

Le modèle coûte 7 dollars et, même si je suis prête à le payer (j’aurais pu ajouter « free (gratuit) » à mes critères de sélection), je le trouve relativement cher. Je suis un peu hésitante, je décide donc de consulter les pages « projets » du modèle – il en comporte 184 – pour prendre connaissance des résultats obtenus par d’autres utilisateurs et de leurs commentaires.

Les projets montrent des images plutôt attractives de modèles réalisés avec différentes laines, et les commentaires sont dans l’ensemble positifs, tout en donnant quelques astuces pour améliorer certains aspects. Après quelques jours de réflexion, je décide d’acheter ce modèle et le paye sur le site directement via un compte PayPal. Je reçois en échange du versement un document en format PDF comportant les instructions nécessaires, et qui est consultable dans la « librairie » de mon compte. Quelques jours après avoir commencé à tricoter le modèle, je prends une photo de mon avancée et crée une page « projet » que je relie à la page du modèle, en indiquant dans la partie « note » mes avancées, ainsi que les modifications que j’ai dû effectuer en raison du type de laine que j’ai utilisé. Cette page projet, associée à mon compte utilisateur, peut recevoir des appréciations ou commentaires d’autres utilisateurs. Sa création comme son actualisation restent à ma discrétion.

13Les utilisatrices de Ravelry que nous avons rencontrées font des usages variés du site, souvent plus complets que le nôtre. Certaines s’en servent pour opérer une veille quotidienne sur les nouveaux modèles et accumulent des projets dans leur liste d’envies, qui leur sert ainsi d’archivage ou de panier à idées. D’autres en ont un usage très « social », en veillant cette fois sur l’activité de leurs « amis » lorsqu’elle est fréquemment mise à jour : qui a commencé ou avancé sur tel châle, couverture ? D’autres encore participent assidûment aux forums des groupes. Mais toutes connaissent l’usage décrit plus haut, et soulignent que l’un des intérêts principaux du site est la possibilité de consulter les pages « projets », autrement dit, une variété de réalisations partant d’un seul modèle. Actuellement, pour 450 000 modèles, environ 11 millions de pages projets peuvent être consultées.

 

14Cet exemple permet de souligner différents points des pratiques qui sont influencés par le passage par un dispositif tel que Ravelry, c’est-à-dire par un ensemble de transformations de la structure et des formats de l’information. Cette modalité particulière de « mise en base » influe sur la circulation de l’information, mais aussi sur celle des matériaux et des techniques. Elle prend appui sur des standards qui rendent possible la constitution de bases de données. La dissociation des modèles et des fils et, parallèlement, le travail de standardisation des métriques et des qualifications des matériaux sont indispensables à la création de ce type de base de données. Avant les années 1970 et 1980, un modèle de distribution s’est imposé comme dominant : l’éditeur-distributeur (Bergère de France, Pingouin, Phildar). Les modèles de tricot édités sont vendus en associant une laine de même marque, dont les caractéristiques ne sont pas renseignées. On sait simplement qu’il faut acheter huit ou dix pelotes de la qualité « x » de marque « z » pour faire le modèle de pull « y » de la marque « z ». Ce modèle, qui a pu être a posteriori décrit comme « propriétaire », dans un parallèle avec la culture informatique, est dénoncé à partir de la fin des années 1960. Cette dénonciation existe dans même milieu intellectuel et social qui développe les utopies sociales et techniques qui donneront naissance à Internet (Flichy, 2001). Alors qu’en France on voit apparaître quelques nouvelles enseignes et de nouvelles ressources – dont le magazine 100 idées, s’adressant selon Martine aux « babas cool » –, aux États-Unis, la figure emblématique du développement d’une nouvelle conception de la pratique du tricot est Elizabeth Zimmermann. Plaidant pour la diffusion de techniques plus simples, Zimmermann (1971) s’oppose également au modèle éditeur-fournisseur, et entend proposer des modèles adaptables à des laines variées. Le choix du matériau est alors confié aux tricoteurs. Ces adaptations supposent que soient affichées et standardisées un certain nombre d’informations relatives aux caractéristiques des fils, et notamment leur métrage.

15L’établissement de nouveaux standards de mesure des qualités de laine est par ailleurs articulé à un ensemble d’éléments et à l’évolution d’une chaîne d’activité de la pratique : nouveaux marchés de matériaux, nouveaux objets et types de modèles, nouvelles techniques et nouveaux outils. Par exemple le Fingering, ou sock weight yarn, qui désigne un type de fil plutôt fin à long métrage, préconisé initialement pour réaliser des chaussettes, est aujourd’hui très populaire et principalement utilisé en fait pour réaliser des châles. Le succès de cette qualité de fil tient au fait que celui-ci permet, pour un coût moindre (entre 15 et 30 euros), d’avoir accès à de petites quantités de matériaux valorisés (les « belles matières » selon Martine) tels que des mélanges de mérinos, alpaga, soie, cachemire pour réaliser des projets relativement courts, avec une variabilité de techniques et de niveaux de difficulté assez large. Martine me montre son écharpe :

Ça, c’est un modèle Internet, en fait c’est un mélange de deux fils, un fil Noro, un fil à chaussette et un Rowan, mohair et soie. […] grâce à Internet, on se décomplexe complètement parce que vous avez tout plein de modèles assortis, qui n’existaient pas chez Phildar, Pingouin, tout ça, parce que leur but c’était pas de vendre deux pelotes chères, c’était d’en vendre au moins une quinzaine, donc il s’agissait pas de sortir des modèles qui utilisaient trois pelotes à quelques francs. […] pour se tricoter un truc comme ça faut 25 euros, c’est disons abordable, mais vous imaginez la quantité qu’il faudrait pour un pull ? C’est impensable. […] Je pense que c’est pour ça qu’il y a aujourd’hui beaucoup de jeunes créatrices comme Veera qui font des modèles avec des fils très fins, des fils Lace ou Fingering, parce que pour un prix abordable, vous avez un très long métrage.

16Si l’on regarde de près les données disponibles par l’interface de recherche du site, il y a en effet une offre importante pour ce type de fil : 30 % des laines recensées sur Ravelry sont de ce type de qualité (Lace, Light Fingering et Fingering) et 18 % des projets de réalisation utilisent effectivement ce type de laine, alors que les laines plus épaisses et plus couramment utilisées pour tricoter des pulls (DK, Worsted, Aran) représentent 30 % environ également des laines recensées – même si elles sont plus employées par les utilisatrices de Ravelry (étant présentes dans 40 % de l’ensemble des projets de réalisation).

 

  • 3 Les premières études réalisées sur site portent sur son système de micro-transaction, relativement (...)

17Les patterns, modèles ou patrons, sont un autre point de la chaîne : l’une des spécificités du tricot comme du crochet en tant que travaux d’aiguilles est le format par lequel peuvent circuler leurs instructions. En effet, contrairement à un patron de couture qui doit le plus souvent être réalisé à l’échelle, un modèle de tricot peut être transmis sur un format papier standard, en l’occurrence circuler en PDF et être échangé comme bien marchand sur une plateforme telle que Ravelry3. Il y a néanmoins ici aussi des variations importantes dans les modes d’écriture des instructions, qui tendent encore une fois à se standardiser sur Internet, et sur Ravelry en particulier. De fait, chaque éditeur a son style d’écriture de modèle, et il semble que sur Internet se développe un style relativement standardisé également, fondé sur un modèle anglophone. Nos interviewées parlent ainsi assez spontanément de leur apprentissage du « tricot en anglais », telle Leslie :

[…] j’ai pris le catalogue Phildar et j’ai rien compris. J’ai appelé ma mère, je lui ai dit « c’est une langue étrangère », elle m’a dit « oui, oui ». Et c’est vrai que du coup, c’est agréable sur le Net de voir des modèles où les gens expliquent en toutes lettres, parce que dans les catalogues, y’a beaucoup de sous-entendus, du genre « vous savez bien que dans les modèles Phildar, ça, on le fait comme ça ». […] L’écriture en anglais, c’est joli, on se croirait dans un programme informatique, et en même temps, c’est très clair.

18Anne trouve aussi que « le tricot est mieux encodé dans l’anglais ». À l’inverse, Célia, qui dessine ses propres modèles et revendique un talent pour « se représenter en trois dimensions les vêtements », préfère pour sa part le modèle français d’écriture, qui est systémique, au modèle anglophone auquel elle reproche d’être trop directif.

19L’apprentissage du vocabulaire anglophone du tricot est de fait également utile à la consultation d’autres ressources très importantes dans l’écologie informationnelle du tricot en ligne, que sont les vidéos. Là encore, Internet n’a pas totalement inventé ce type de médiation pour cette pratique. L’un des apports de Zimmermann est par exemple l’utilisation de ce nouveau support de diffusion des savoirs. Néanmoins, l’image, par la photographie, essentielle dans le processus de dématérialisation/rematérialisation, et par la vidéo, essentielle dans les processus d’apprentissage, tient elle aussi un rôle majeur dans la forme que prend aujourd’hui l’activité.

L’expression créative comme participation sociale

Non, il faut pas faire ça pour la rentabilité aujourd’hui.
Entretien avec Cécile, 43 ans

20Toutes pratiques qu’elles soient, et malgré leur façon d’« occuper » les mains des femmes, ces activités ne sont pas perçues par nos enquêtées comme des occupations « utiles » pour le foyer au sens économique du terme. Or, elles ont pu l’être pour des générations précédentes, ce qui crée parfois des conflits de perception. Ainsi, Martine, qui partage cette activité avec sa mère, souligne : « Moi, ma mère, quand je lui montre les nouveaux fils, les nouveaux modèles, elle trouve ça beau, mais elle comprend pas, elle me dit : “Mais ça te sert à quoi tous ces châles ?” » Toutes les personnes interrogées s’accordent en effet pour reconnaître qu’il n’y a pas d’économie à tricoter un vêtement plutôt qu’à en acheter un aujourd’hui :

[…] ben un pull en mérinos, si je le tricote, il va me coûter entre 40 et 80 euros. Juste la laine. C’est moins cher que si je voulais acheter un de cette qualité dans le commerce, c’est sûr, mais bon, j’aurais jamais acheté un pull comme ça. Donc c’est pas vraiment économique, sauf à tricoter de l’acrylique, et encore parce qu’il faut aussi acheter le matériel. Et puis bon, je vois pas l’intérêt à passer des heures à tricoter un pull en acrylique alors que je peux en acheter un à 30 euros en magasin. (Tina)

  • 4 Exception faite des tricots donnés aux enfants jusqu’à leur adolescence – ses enfants, les nièces (...)

21Par ailleurs, à la question « Que deviennent les productions ? », les réponses ne sont pas unanimes. Certes, comme le dit Marie, « ça reste », mais plutôt dans l’armoire. Souvent, les châles, pulls et autres articles créés sont stockés, parfois donnés et pas systématiquement portés : Anne nous dit avoir de nombreux châles qu’elle ne porte que rarement, et Leslie, pour sa part, supporte mal le contact avec la laine. Faire soi-même pour les autres, et notamment pour les proches, est certes un argument, mais n’est pas aussi systématique qu’on pourrait le penser : Anne, par exemple, nous dit qu’elle n’est elle-même pas très amatrice des cadeaux faits main et n’insiste pas pour en offrir aux autres ; Tina, quant à elle, précise en riant que son compagnon exprime parfois le souhait d’avoir « des écharpes fabriquées en Chine ». Souvent la réticence à offrir ses productions est aussi associée à un doute sur la capacité du destinataire à reconnaître la qualité de ce don4.

22L’utilité de la pratique est ainsi sans doute à chercher ailleurs. D’abord, dans l’engagement dans une expérience sensible, telle que nous l’avons décrite : dans le rapport à la technique, au geste et aux matières. Le terme d’addiction (ou de compulsion) est à ce propos souvent convoqué par ces femmes : « J’ai commencé à douze ans, et très vite c’est devenu complètement addictif », nous explique Anne, qui a d’ailleurs été contrainte de cesser cette activité pendant une période, car elle était source de troubles musculo-squelettiques. Les femmes que nous avons rencontrées tricotent ou crochètent en effet de manière très régulière, en général plusieurs heures tous les jours. L’engagement des utilisatrices de Ravelry dans leur pratique et les termes qu’elles emploient pour la décrire sont surprenants, tant ils relèvent dans leur expression d’un registre proche de celui que nous avons pu rencontrer concernant l’engagement dans le jeu, et notamment dans les jeux en ligne, avec la dimension exclusive et envahissante que cet investissement peut parfois représenter : « Le temps que j’y passe ? Physiquement, je sais pas, mais mentalement tout le temps » (Cécile). Dans les deux cas sont évoqués l’intérêt pour des apprentissages continus dont l’accès s’avère assez simple, le renouvellement constant de la pratique et des techniques, et enfin le caractère a priori inépuisable de la curiosité et des plaisirs qu’elle suscite.

23La valeur d’un ouvrage semble par ailleurs avoir à faire avec le temps – le temps contenu dans l’ouvrage : « Souvent la première chose que disent les gens c’est “ouah le temps que tu as dû passer à faire ça” » (Tina), et la façon dont, comme le dit joliment Cécile, le tricot est une manière pour elle de « retenir le temps qui passe ». Les interviewées reviennent souvent sur le fait que voir un ouvrage, c’est aussi pouvoir se rappeler des moments où il a été réalisé. Sur ce point, le fait de tenir une sorte de journal de bord contribue à augmenter par des traces le souvenir du processus, ou la mémoire de la réalisation. On pense bien sûr ici à la création de pages projets sur Ravelry, mais cette pratique se retrouve chez certaines sous forme de papier, de fiches accompagnées de fils de laine, et existait parfois, comme chez Anne, bien avant que soit découvert « le tricot sur Internet ». Elle dispose ainsi de quatre classeurs, remplis de photographies argentiques, d’échantillons et de notes, sur les pulls à motifs réalisés pour ses neveux dans les années 1980, et a été à la fois étonnée et rassurée en découvrant les pratiques en ligne de réaliser qu’elle n’était pas la seule à archiver de cette manière ses réalisations : « … quand j’ai vu sur Internet que les gens le faisaient, je me suis dit que j’étais pas si bizarre de prendre mes pulls en photo. »

24Cette découverte, cette exploration (Auray et Vétel, 2013) au sens d’une attention aux pratiques des autres et à la contingence des interprétations de la pratique n’est pas anodine. Car si l’expérience sensible de l’activité participe très certainement de l’utilité de la pratique, il semble aussi que cette utilité a une forte dimension sociale. Pour Martine et Anne, qui ont connu longuement auparavant l’époque « Phildar », Internet est « une bouffée d’air », « une ouverture incroyable » sur ce domaine, qui ne fait pas que multiplier les ressources, mais lui confère également un cadre plus social et plus légitime publiquement : « C’était un peu un truc que je faisais dans mon coin avant. Là c’est plus trop ça, et puis c’est pas seulement en ligne, on se rencontre parfois en vrai » (Anne). Les espaces en ligne et la façon dont ces derniers rendent visible une sophistication des techniques et des matières sont également perçus comme un moyen de moderniser l’image de la pratique, qui souffre par ailleurs d’une forte étiquette négative, voire « carrément ringarde ». Les nouvelles technologies, comme dans d’autres domaines de loisir, offrent par ailleurs une extension de l’espace technique et social de la pratique. Au travail, le tricot est peu pratiqué par nos enquêtées, mais il y est pensé, et fait l’objet de documentation – le site Ravelry notamment est extrêmement consulté, fréquenté et parfois alimenté pendant les temps « creux » de l’activité professionnelle. Joséphine constate d’ailleurs que paradoxalement, elle fréquente moins le site depuis qu’elle est en congé maternité. Si ce loisir est emporté dans l’espace professionnel, c’est essentiellement par le développement et l’accessibilité en ligne des activités préparatoires, d’information, d’échange et de socialisation, qui constituent, comme on a pu le constater dans le jeu en ligne (Boutet, 2008 ; Zabban, 2009), une part importante de la pratique, hors de l’activité centrale. Ce temps de préparation et parfois de coordination, que l’on peut observer dans presque tous les loisirs, met en relief la manière dont ceux-ci s’appuient sur des ressources à la fois matérielles et sociales qu’il faut apprendre à mobiliser de manière ajustée. Comme le soulignait Gary Alan Fine : « Un simple seau suffit à la cueillette de champignons ; cependant, il ne suffit pas à la pratique de la mycologie » (2015).

  • 5 C’est aussi le cadre conceptuel choisi par Vincent Berry (2012) dans son travail portant sur les c (...)

25Avoir des aiguilles et du fil ne suffit pas non plus à être une tricoteuse. La socialisation de la pratique passe par un partage de l’expérience, du faire, mais aussi par un partage des savoir-faire. Ainsi que le soulignait une des très rares études francophones dédiées à ce type de loisir et au numérique, menée par Olivier Le Deuff (2011), les théories de l’apprentissage situé, et notamment de l’apprentissage compris comme une forme de participation sociale (Lave, 1991), fournissent l’un des cadres théoriques les plus pertinents pour observer les formes collectives qui se construisent avec le numérique autour de ces pratiques5. Apprendre en faisant, et échanger autour de ces apprentissages est une dimension absolument essentielle de la pratique, car c’est une manière indirecte de faire ensemble. Cette expression et cette lecture du travail des autres en viennent à faire pleinement partie de l’activité, au point que, comme l’exprime Joséphine, la « mise en scène » numérique du projet est une sorte d’aboutissement de l’objet, en même temps qu’elle est une médiation pour l’expression d’une individualité au sein de collectifs (Hellstrom, 2013). Le revers étant que les formats préconçus pour cette expression limitent potentiellement son extension, et que parfois, les interviewées expriment un sentiment de temps perdu, ou du moins de temps pris sur la pratique.

26Cet apprentissage est par ailleurs couplé à la capacité d’expression créative dans le faire, qui consiste, bien plus souvent qu’à inventer, à être astucieux, à modifier de manière plus ou moins radicale des éléments : choisir une qualité, une couleur de laine différente, adapter un modèle à une morphologie, changer légèrement un motif, trouver une astuce pour faciliter un point technique, etc. Ici, comme on l’a vu, le découplage du modèle éditeur-fournisseur, comme le partage en ligne de ces réalisations, change bien des choses. Explorer la diversité des expressions, voir ce qu’ont réalisé les autres a un véritable effet : c’est notamment ce qui ouvre à Martine la perspective de pouvoir elle-même modifier des modèles. Ces expressions nous semblent particulièrement intéressantes dans ce qu’elles ont d’ordinaire, selon une analyse qui suit celle de Michel de Certeau (1990) et considère qu’une réception active est a priori créative. La mise en visibilité de ces expressions créatives est également, d’un autre point de vue, ce qui permet un équilibre entre standardisation et gestion de l’hétérogénéité des publics, à une échelle internationale.

27En cela, c’est aussi un espace pour l’expression d’une individualité, ce que n’ont pas manqué de souligner les premiers travaux portant sur la plateforme (Hellstrom, 2013). C’est enfin ici ce qui peut questionner la solidité des frontières entre loisir et travail, passe-temps et occupation professionnelle (Humphreys, 2008) : pour plusieurs de nos enquêtées, et notamment pour Cécile et Célia qui sont en reconversion professionnelle, la perspective de faire de ce passe-temps un métier est présente, de manière plus ou moins solide. Mais plus généralement, il nous semble, comme le notent Alexandra Bidet et Manuel Boutet (2013) sur l’amusement au travail et l’engagement bénévole, qu’il faille considérer que les individus composent de fait avec une « pluralité des engagements » et de multiples cercles sociaux qui, « avec l’essor des techniques numériques, […] revêtent une nouvelle matérialité » (p. 147). Nous souhaitions ainsi insister ici sur la manière dont les conditions sociales et techniques contemporaines de la pratique du tricot font apparaître ce loisir comme une forme d’engagement particulière.

 

28Nous avons examiné ici sous trois angles le rapport à la matière : celui de l’expérience sensible qui est relatée par les discours des tricoteuses, celui de l’évolution d’un cadre et d’une infrastructure de la pratique, et celui de ses ressorts, traduits par une expression créative que nous qualifions d’ordinaire, aussi ordinaire que celle qui est à l’œuvre dans le jeu, et qui nous paraît prendre sens avant tout comme une forme de participation sociale. L’importance de cette dernière dimension nous apparaît sinon être nouvelle, du moins prendre des formes singulières par l’évolution récente des médiations et de l’infrastructure matérielle et informationnelle de la pratique. Il peut être pertinent de noter que ces transformations sont pour partie les mêmes qui affectent, à partir des années 1990, la pratique du jeu vidéo, lorsque apparaissent les jeux en ligne : massification, mémoire, partage, plasticité accrue des espaces et des temps de la pratique. Au travers de certains processus de dématérialisation, du découplage et de l’extension des espaces d’exercice, cette évolution invite à réinterroger les modalités sociales et matérielles de ces formes particulières d’activité.

29Parmi les changements induits par le passage en ligne de cette activité, la mise en visibilité de l’hétérogénéité des pratiques est un élément qui nous paraît particulièrement intéressant et qui mériterait un approfondissement. L’observation en ligne permet de constater cette hétérogénéité, sans pour autant toujours être à même de la qualifier. Les entretiens apportent ici des éléments pertinents : on y voit comment l’expérience sensible des matières, des techniques et des rapports à la matière et aux techniques, exprimée dans les entretiens, est l’objet d’un apprentissage qui n’est pas que technique, et n’est pas neutre d’un point de vue sociologique. La verbalisation de cette expérience par les enquêtées et la manière dont elles l’expriment alimentent le questionnement sur la manière dont la sociologie, et particulièrement la sociologie de la culture et des loisirs, est capable de tenir compte de manière satisfaisante de la dimension matérielle de l’activité à l’échelle de l’expérience sensible. Le discours sur le faire qui est recueilli permet précisément de relever des articulations entre caractéristiques ou milieux sociaux d’une part, et pratiques du tricot d’autre part, qui sont exprimées par nos enquêtées et qui échappent à l’observation ou deviennent plus incertaines – car elles doivent faire l’objet d’interprétations importantes dans l’observation du faire et des activités elles-mêmes, où ces caractéristiques sont parfois plus difficiles à identifier. On peut pourtant difficilement supposer que les tricoteuses, comme il a été dit des amateurs de musique (Hennion, 2005), reprennent à leur compte un discours savant sur leur pratique et ses objets. Très souvent dans les travaux récents sur les pratiques de loisir en ligne, nous constatons un glissement qui consiste, en l’absence d’information sur les caractéristiques sociales des individus observés, à mobiliser comme données des catégories telles qu’amateur, profane, expert, sans questionner la façon dont ces catégories opèrent des classements de valeur qui peuvent être aussi des classements sociaux. Au contraire, à travers le cas de loisirs tels que le jeu ou les travaux d’aiguilles, qui présentent l’intérêt de rassembler dans des espaces en ligne des populations relativement hétérogènes en profil et en pratique, la réflexion à laquelle nous invitons sur l’expression créative comme forme ordinaire de participation sociale consiste à considérer ces activités d’abord à partir du caractère ordinaire du faire, puis selon les conditions structurelles et matérielles et les dynamiques sociales de qualification de ce qui y est fait.

Haut de page

Bibliographie

Auray Nicolas et Vétel Bruno, 2013, « L’exploration comme modalité d’ouverture attentionnelle. Design et régulation d’un jeu freemium », Réseaux, no 182, p. 153-186.

Berry Vincent, 2012, L’expérience virtuelle. Jouer, vivre, apprendre dans un jeu vidéo, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bidet Alexandra et Boutet Manuel, 2013, « Pluralité des engagements et travail sur soi. Le cas de salariés ayant une pratique ludique ou bénévole », Réseaux, no 182, p. 119-152.

Boutet Manuel, 2008, « S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d’un jeu », Sociologie du travail, vol. 50, no 4, p. 447-470.

Bowker Geoffrey C., Baker Karen, Millerand Florence et Ribes David, 2009, « Toward information infrastructure studies : ways of knowing in a networked environment », International Handbook of Internet Research, J. Hunsinger, L. Klastrup et M. Allen éd., Dordrecht, Springer Netherlands, p. 97-117.

Certeau Michel (de), 1990, L’invention du quotidien, t. 1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

Coffin Judith G., 1996, The Politics of Women’s Work. The Paris Garment Trades, 1750-1915, Princeton, Princeton University Press (Princeton Legacy Library).

Csikszentmihalyi Mihaly, 2006, La créativité. Psychologie de la découverte et de l’invention, Paris, Laffont.

Dagiral Éric et Peerbaye Ashveen, 2013, « Voir pour savoir. Concevoir et partager des “vues” à travers une base de données biomédicales », Réseaux, no 178-179, p. 163-196.

Dewey John, 2011 [1916-1938], Démocratie et éducation. Suivi de Expérience et éducation, Paris, Armand Colin.

Fine Gary Alan, 2015, « Organiser les mondes de loisir : la mobilisation des ressources », trad. S. Coavoux, Tracés, no 28.

Flichy Patrice, 2001, L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte.

Goffman Erving, 1961, « Fun in games », Encounters. Two Studies in the Sociology of Interaction, Indianapolis, Bobbs-Merrill, p. 15-81.

Heaton Lorna et Millerand Florence, 2013, « La mise en base de données de matériaux de recherche en botanique et en écologie. Spécimens, données, et métadonnées », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 7, no 4, p. 885-913.

Hellstrom Maria, 2013, Knitting Ourselves Into Being. The Case of Labour and Hip Domesticity on the Social Network Ravelry.com [en ligne], Master of Arts in Media Studies, University of Wellington, [URL : http://researcharchive.vuw.ac.nz/handle/10063/2780], consulté le 29 juin 2014.

Hennion Antoine, 2005, « Pragmatics of taste », The Blackwell Companion to the Sociology of Culture, M. D. Jacobs et N. W. Hanrahan éd., Malden, Blackwell Pub, p. 131-144.

— 2009, « Réflexivités. L’activité de l’amateur », Réseaux, vol. 1, no 153, p. 55-78.

Huizinga Johan, 1988 [1938], Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard.

Humphreys Sal, 2008, « The challenges of intellectual property for users of Social Networking Sites : a case study of Ravelry » [en ligne], Entertainment and Media in the Ubiquitous Era, Actes du colloque MindTrek, Tampere, Finlande, A. Lugmayr, F. Mäyrä, H. Franssila et K. Lietsala éd., p. 125-130, [URL : http://mindtrek.org/2008/pdf/ACM_MindTrek_2008_Proceedings.pdf], consulté le 20 décembre 2014.

2009, « The economies within an online social network market : a case study of Ravelry » [en ligne], Communication, Creativity and Global Citizenship, ANZCA Annual Conference, Brisbane, [URL : http://eprints.qut.edu.au/26455/], consulté le 29 juin 2014.

Lave Jean, 1991, Situated Learning. Legitimate Peripheral Participation, Cambridge - New York, Cambridge University Press.

Le Deuff Olivier, 2011, « Réseaux de loisirs créatifs et nouveaux modes d’apprentissage », Distances et savoirs, vol. 4, no 8, p. 601-621.

Macdonald Anne L., 1988, No Idle Hands. The Social History of American Knitting, New York, Ballantine Books.

Malaby Thomas M., 2007, « Beyond play : a new approach to games », Games and Culture, vol. 2, no 2, p. 95-113.

Rodriguez Hector, 2006, « The playful and the serious : an approximation to Huizinga’s Homo Ludens » [en ligne], Game Studies, vol. 6, no 1, [URL : http://gamestudies.org/0601/articles/rodriges], consulté le 20 décembre 2014.

Sennett Richard, 2010, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel.

Simmel Georg, 1999 [1908], Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France.

White Rose, 2007, « The history of guerilla knitting » [en ligne], [URL : https://www.youtube.com/watch?v=owb1-E70R2s], consulté le 20 décembre 2014.

Zabban Vinciane, 2009, « Hors jeu ? Itinéraires et espaces de la pratique des jeux vidéo en ligne », Terrains & Travaux, vol. 15, no 143, p. 81-104.

— 2011a, « Ceci est un monde. » Le partage des jeux en ligne : conception, techniques et pratiques, thèse de doctorat de sociologie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

— 2011b, « Un monde en partage. La socialisation des espaces médiatiques du jeu en ligne, ou les reconfigurations sociotechniques du monde ludique », Socialisation et communication dans les jeux vidéo, C. Perraton, M. Fusaro et M. Bonenfant éd., Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 145-164.

Zimmermann Elizabeth, 1971, Knitting Without Tears. Basic Techniques and Easy-to-follow Directions for Garments to Fit All Sizes, New York, Scribner.

Haut de page

Notes

1 Le Whole Earth Catalog de Steve Brand, paru entre 1968 et 1972, présente par exemple des modèles de métiers à tisser à réaliser soi-même. En France, le magazine 100 idées s’inscrit dans un courant proche.

2 La dimension genrée de la pratique est bien entendu très importante. Les travaux d’aiguilles sont, en France et dans la plupart des pays occidentaux, une activité féminine et les sites en ligne s’adressent de manière évidente et directe à une audience présumée féminine. Ce point est rarement discuté, ce qui fait dire à Maria Hellstrom que la question du genre « is the elephant in Ravelrys living-room » (2013, p. 61).

3 Les premières études réalisées sur site portent sur son système de micro-transaction, relativement développé et innovant ; les modèles s’échangent en effet généralement pour une poignée de dollars (4 à 6 $ pour un modèle de châle, 5 à 7 $ pour un modèle de pull). Voir Humphreys (2009).

4 Exception faite des tricots donnés aux enfants jusqu’à leur adolescence – ses enfants, les nièces ou neveux qui sont des récipiendaires utiles –, et des ouvrages réalisés pour des associations.

5 C’est aussi le cadre conceptuel choisi par Vincent Berry (2012) dans son travail portant sur les communautés de joueurs en ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vinciane Zabban, « Tricoter sur Internet : le recadrage social et technique d’un loisir ordinaire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/6156 ; DOI : 10.4000/traces.6156

Haut de page

Auteur

Vinciane Zabban

Maîtresse de conférences à l’université Paris 13, laboratoire EXPERICE

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page