Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La culture pirate à l’épreuve de la forme partisane

Jonathan Bocquet
p. 89-110

Résumés

Cet article traite de l’émergence du Parti pirate en France et interroge l’influence des nouvelles pratiques et des nouveaux enjeux liés au numérique sur le renouvellement de la participation politique. Un retour généalogique sur la formation permet d’appréhender les héritages culturels (culture geek, culture du libre, culture d’Internet) dont découlent les attitudes politiques de ses membres. L’analyse du profil de ces derniers et de l’organisation interne met en lumière les caractéristiques particulières des pirates en termes d’âge, de genre et de profession. Enfin l’article aborde la question du militantisme en ligne et interroge les spécificités de l’engagement partisan au sein d’une nébuleuse pirate plus large et moins conventionnelle.

Haut de page

Texte intégral

Le Parti pirate, même son nom n’est pas sérieux.
Un député du Parti socialiste

  • 1 Le terme virtualité renverra pour nous à ce que constitue une réalité électronique. Il n’y a pas de (...)

1Aujourd’hui plus de soixante pays comptent un Parti pirate dont certains ont même des élus dans des instances électives locales, nationales voire supranationales avec les élections européennes (Allemagne, Islande, Suède, République tchèque, etc.). Nous étudierons ici spécifiquement le Parti pirate français : un proto-parti, un objet fragile dont rien ne nous permet de dire s’il aura le même succès que ses voisins européens et, le cas échéant, si ce succès sera durable. Mais dans tous les cas, il constitue une première entrée pour saisir un phénomène plus large : la transformation de la forme partisane à l’heure du numérique. L’essor du militantisme en ligne interroge la sociologie politique en tant qu’il transforme l’engagement partisan et le rapport aux partis politiques. L’objectif de cet article est de décrire et d’expliquer en quoi le Parti pirate résulte de l’apparition de nouvelles pratiques et de nouveaux enjeux liés au numérique. Dans ce processus de constitution d’une culture politique du militantisme pirate, il paraît intéressant de s’intéresser aux spécificités de l’engagement pirate. En particulier, nous essaierons de montrer que le Parti pirate incarne un nouveau rapport à la forme partisane par sa méfiance envers la forme partisane, sa propension à la virtualité1, sa remise en cause de la frontière militant/adhérent et les espoirs démocratiques qu’il place en Internet.

  • 2 En plus des entretiens informels et de l’observation participante, nous avons mené, sur la période  (...)
  • 3 En septembre 2013, le forum (http://forum.partipirate.org/) comptait environ 80 000 messages divisé (...)
  • 4 Le Parti pirate revendiquait 1 000 adhérents au premier trimestre 2013, son plus haut chiffre depui (...)

2Notre méthodologie d’enquête repose sur une observation participante au sein du Parti pirate entre 2010 et 2013. Elle a facilité l’ensemble du travail d’enquête en nous permettant d’accéder à des archives, des documents privés et de mieux appréhender les interactions. Sans nul doute, cela a aussi permis une relation de confiance particulièrement utile dans le cadre des entretiens semi-directifs menés avec les adhérents du Parti pirate2. Plus spécifiquement pour ce parti, du fait de sa propension à exister sur Internet davantage que dans le monde physique, l’observation systématique des échanges sur leurs forums3, dans leurs listes de discussions et l’observation des réunions virtuelles sur les chats a été nécessaire. Les données statistiques sur le Parti pirate dont nous ferons mention dans cet article ont été récoltées entre janvier et mars 2013 par un questionnaire électronique auto-administré, diffusé à tous les membres par la liste de diffusion électronique nationale du parti avec relances via certaines listes de diffusion des sections locales. Nous avons obtenu 173 réponses, soit environ 17 % du nombre d’adhérents4, ce qui nous permettra l’esquisse de quelques hypothèses.

3Après un retour historique sur la formation du Parti pirate, nous analyserons comment la volonté de dépassement de la forme partisane traditionnelle associée à un engouement pour les nouvelles technologies suscite des propositions audacieuses sur la démocratie ainsi que de nouvelles formes de participation et d’organisation du mouvement. Nous serons ensuite amenés à nous questionner sur le sens de l’appellation « pirate » en revenant sur les logiques sur lesquelles elle repose et ses effets en termes de propagande et d’organisation interne. Cela sera l’occasion d’analyser la réalité du militantisme en mettant en évidence la spécificité du profil des pirates et d’interroger le caractère sectoriel de leur mobilisation. Cela nous conduira à mesurer les effets de l’influence de la culture hacker dans l’organisation intra-partisane. Enfin, nous verrons ce que l’analyse du Parti pirate peut nous enseigner en matière de militantisme en ligne.

La genèse partisane, retour sur la formation du Parti pirate

4Tout d’abord, revenons brièvement sur l’histoire de ce mouvement. C’est en Suède qu’est créé en janvier 2006 le premier Parti pirate. La même année, une dizaine de partis pirates se créent à travers le monde sur le modèle suédois. La première rencontre internationale des différents partis pirates a lieu dès juin 2007, et en avril 2010 est créé le Parti pirate international. La France est l’un des premiers pays où des pirates répondent à l’initiative suédoise. Le contexte facilite la mobilisation puisque l’émergence du Parti pirate coïncide avec les débats parlementaires autour de la loi sur les droits d’auteur (Dadusi) entre décembre 2005 et mars 2006. La date du 21 juin 2006, fête de la Musique, est retenue symboliquement mais en réalité la constitution effective du Parti pirate français est lente et laborieuse. Des mouvements de flux et de reflux au niveau des adhésions font écho à une série de divisions et de fusions de mouvements qui prétendent incarner le Parti pirate en France. Entre 2006 et 2009, une dizaine de partis ou mouvements se revendiquant pirates sont créés (le Parti pirate canal historique, le Parti pirate France, le Parti des pirates, le Réseau des pirates, etc.). Ces différents mouvements résultent le plus souvent de divisions internes, de conflits sur des prises de position mais sont parfois le fait d’autres organisations refusant de s’inscrire dans la logique partisane et qui se montent en associations comme la Quadrature du Net fondée par Jérémie Zimmerman en 2008 ou en collectifs comme le Réseau des pirates.

  • 5 Le Parti pirate international n’a pas de rôle contraignant, les partis nationaux restant indépendan (...)

5En 2009, les pirates ayant fait le choix de l’organisation partisane obtiennent leur premier grand succès. Aux élections européennes, le Parti pirate suédois fait 7,9 % des voix et obtient deux sièges de députés au Parlement européen. S’ensuit en France une vague d’inscriptions sur le forum et – dans une moindre mesure – d’adhésions. On compte des milliers de visites hebdomadaires sur le site. Avec une représentation politique au Parlement européen, le mouvement pirate gagne en reconnaissance institutionnelle. Les pirates français, entendons par là ceux qui participent à la constitution et aux activités du Parti pirate, qu’ils soient ou non adhérents du parti, se prévalent de ce modèle, reposant sur une organisation qui participe aux élections et peut porter ses revendications sur la scène législative. Lentement, le mouvement pirate français s’unifie soit par la disparition de certains groupements, soit par leur fusion jusqu’au dépôt des statuts en 2009 du Parti pirate de France et sa reconnaissance exclusive par le Parti pirate international5. Aboutissement de ce processus d’institutionnalisation, en 2009, le Parti pirate français présente son premier candidat en France lors d’une législative partielle. Alors que le parti est à peine structuré et qu’il compte moins d’une centaine de membres, Maxime Rouquet se présente sous cette étiquette dans la circonscription des Yvelines, devenant le premier candidat du Parti pirate français.

  • 6 Pour une analyse de la confusion progressive en France des termes hackers et pirates, voir Dagiral (...)

6Les contextes nationaux ont évidemment une influence sur le succès des partis autant que sur les profils des acteurs mobilisés et la manière dont ils s’organisent. En France, il apparaît que l’avènement du Parti pirate s’est fait principalement sur des considérations sur le devenir de l’Internet. Ses premiers membres sont des scientifiques, des techniciens, des bidouilleurs (traduction française du mot hacker6). La neutralité du réseau, la protection de l’anonymat, la remise en cause du droit d’auteur pour favoriser le partage de fichiers et l’échange d’informations sont les éléments clés de leurs revendications. Mais, à travers ces revendications sur des problématiques du numérique, se constitue petit à petit toute une conception de l’Internet, et le Parti pirate développe la justification de ses positions par l’édification d’une argumentation en faveur de plus d’exigences démocratiques. Cette conception de l’Internet repose sur une tradition idéologique préexistante appliquée à Internet. Les positions initiales d’une organisation centrée sur des questions techniques sont rapidement la source de prolongations dans de multiples domaines. La question de la transparence, la défense de l’accès à la culture et à l’éducation, la promotion des sciences et de la recherche sont autant de lignes politiques qui découlent logiquement des positions originelles des pirates.

  • 7 Depuis la déclaration de politique générale en 2009, la démarche collaborative scandée par les succ (...)

7Au fur et à mesure que se constituent une doctrine et un programme7, se pose la question du nom de l’organisation. En effet, alors qu’il avait émergé dans le contexte de débats sur les lois sur la contrefaçon et le piratage de la propriété intellectuelle, le parti ne traite plus seulement des problématiques de droits d’auteur. Pourtant, s’il est parfois sujet à débat, le nom du parti n’a jamais été sérieusement remis en cause. Dès lors, il faut s’interroger sur les enjeux et les motivations d’une telle appellation. D’autant plus que si certains membres du parti sont effectivement des pirates au sens où ils s’adonnent à la contrefaçon d’œuvres numériques, peu mènent effectivement des actions de contournement de sécurités voire des attaques informatiques. Ils sont davantage des bidouilleurs (hackers) passionnés par les technologies que des pirates informatiques (crackers) aux pratiques cybercriminelles. Cela mérite que l’on s’attarde sur la revendication du terme « pirate ».

« Pirate » : identité, propagande et performativité

  • 8 Hacktivisme est une contraction des termes hacker et activisme. L’auteur du néologisme fait débat e (...)

8La piraterie renvoie à un patrimoine romantique qui flatte l’engagement des adhérents mais qui reste une figure négative, antisociale, dans l’imaginaire collectif. « Le pirate rançonne et prend tout ce qu’il veut sans se soucier des conséquences. Cela me pose problème, ce n’est pas ça le message du parti. Mais la figure du pirate est très appréciée des adhérents », témoigne un ancien président du Parti pirate. Le pirate est aussi un marginal, quelqu’un qui est en dehors de la société, et ce autant par choix que parce qu’il en est exclu. Cela fait écho à une communauté geek dont la culture a longtemps été marginalisée dans la société. S’il a déjà été question de le modifier, et que ce fût même un sujet récurrent jusqu’en 2010 sur le forum, cela n’a jamais été envisagé sérieusement. « C’est un intitulé qui nous sert énormément, ça aurait été une erreur d’y renoncer », déclare un responsable administratif du parti. Il nous faut comprendre ce à quoi renvoie la figure du pirate dans l’imaginaire politique. Comment analyser la distance entre l’imagerie violente et la réalité du répertoire d’action hacktiviste8, centré sur les espaces numériques ?

9Les pirates jouent avec le terme pirate autant de leur propre image et de leur propre rapport au politique que de la manière dont ils appréhendent et jugent le système partisan. C’est une manière de dire, revendiquée par certains pirates : « Nous pouvons prendre un nom qui ne vous paraît pas sérieux, car votre monde, vos pratiques ne nous paraissent pas sérieuses non plus. » En réponse, les acteurs dominants du champ politique sont prompts à utiliser le côté fantasque de l’étiquette « pirate » pour délégitimer le parti. Ainsi, en février 2013, lors d’une réunion publique, un député socialiste lance, alors qu’il est interpellé au sujet d’un rapport présenté par le Parti pirate sur la vidéosurveillance : « Le Parti pirate ? Même son nom n’est pas sérieux. » Dans le cadre d’entretiens menés avec des dirigeants d’autres partis politiques, il nous arrive d’aborder le sujet du Parti pirate. À de rares exceptions près, la réaction est toujours la même : entre amusement et mépris, le Parti pirate n’est pas pris au sérieux par les autres acteurs du système partisan.

10La signification d’une telle appellation est double. D’une part, il s’agit pour le parti de tourner en dérision le processus de délégitimation et de condamnation du Parti pirate par ses adversaires et plus largement de l’ensemble des personnes ayant un usage illégal d’Internet. En se revendiquant pirate et en montrant aux internautes que leurs usages même les plus banals sont considérés comme criminels, les pirates tendent à démontrer le caractère absurde, voire inique des réglementations autour du droit d’auteur et de partage de fichiers sur Internet. En effet, les pirates rappellent qu’aujourd’hui nul (ou presque) ne peut prétendre ne jamais avoir acquis un texte, une photo, de la musique ou une vidéo sur Internet sans l’autorisation légale. Pour beaucoup, c’est devenu un geste quotidien. Dès lors, s’appeler pirate permet de faire prendre conscience à chacun que, sans le savoir, il fait partie de la communauté pirate ; comme le scandent les membres : « Nous sommes tous des pirates. »

  • 9 Entretien par Skype avec R., ancien membre du conseil national du Parti pirate, 2 février 2013.

11D’autre part, la revendication du piratage se fait directement à l’encontre du système politique. Paul Da Silva, président du Parti pirate en 2011, a publié Piratons la démocratie (Da Silva, 2011), dans lequel il promeut l’idée d’un nécessaire piratage du système politique actuel, jugé obsolète. Il s’agirait pour lui de bidouiller (hack) la démocratie pour en proposer une alternative mieux à même de répondre aux défis d’aujourd’hui, notamment numériques. Le vocable pirate affiche l’ambition d’une opposition à un système qu’il s’agit de transformer. Les pirates s’en prennent aux partis institutionnalisés. Ils sont donc tout à fait conscients de ce retournement de stigmate, tout à fait volontaire et assumé : « “Pirate” c’est un terme de propagande qu’on retourne », affirme un responsable du parti9. Il est intéressant de souligner que la confusion initiale entre hacker et pirate persiste dans l’ambivalence qu’ils entretiennent dans leur rapport à la démocratie. Ils sont des hackers au sens où ils veulent bricoler la démocratie, et ils sont des pirates (ou crackers) au sens où ils veulent saborder le système partisan classique et partir à l’assaut des institutions. L’appellation leur sert à construire une identité commune et la métaphore est filée aussi souvent que possible.

  • 10 À propos du lexique et des métaphores liés à Internet et à ses usages, voir Juanals (2004).

12Le drapeau noir, la tête de mort, toute cette imagerie est reprise dans les supports de communication du Parti pirate. On voit souvent une voile en forme de P, ou un navire naviguant sur les flots, ceux-ci pouvant renvoyer aux vagues de l’Internet (sur lesquelles d’autres surfent). En effet, le vocabulaire de l’Internet qui s’est largement construit par catachrèse a été marqué par la lexicalisation de la métaphore de l’exploration, et notamment de l’exploration maritime10. Dans les professions de foi en interne et en externe, les candidats reprennent la métaphore pirate et maritime. Ils comparent le mouvement pirate à une flotte ou à un bateau. La métaphore de la tempête, utilisée régulièrement dans la classe politique, notamment en période de crise, est ici abondement utilisée pour renvoyer aux difficultés que peut rencontrer le mouvement ou aux dissensions internes. Ils font aussi référence à la barre, au gouvernail, ou au cap (qui est aussi l’acronyme de la structure centrale, à savoir le Conseil administratif et politique).

13Le choix du nom du parti n’a pas que des effets sur sa communication, mais aussi sur l’organisation elle-même. Dans les premiers mois du Parti pirate, le mouvement était d’ailleurs organisé en flotte. Chaque équipe avait le nom d’un navire. Nous avons nous même eu l’occasion de croiser lors des réunions ou des campagnes des membres grimés en pirate, tricorne à la tête. Le retournement de stigmate opéré par une appellation sarcastique a travaillé leur identité tant en des termes esthétiques qu’en des termes organisationnels. Cela tend aussi à justifier assez fréquemment le manque de discipline interne. Ainsi, face au chaos ambiant de l’assemblée générale de 2012, un membre de l’équipe d’organisation explique : « On n’est pas des pirates pour rien », et un autre membre justifie une fronde contre le bureau sortant en disant : « On est là parce qu’on se rebelle, on va pas commencer à donner des consignes, c’est ça être un pirate. » Les membres intériorisent des codes comportementaux considérés comme pirates et tendent à essentialiser la culture rebelle de l’organisation.

14Derrière cette imagerie romantique, la réalité du militantisme pirate est plus prosaïque. À l’inverse des personnages de la flibuste dont ils se réclament, les pirates sont des « militants de salon », pour reprendre la formule autocritique de l’un d’entre eux. Nous allons revenir ici sur le profil des adhérents et mettre en évidence l’influence que cela peut avoir en termes de culture politique, d’organisation interne et de conduite des débats.

Profil des militants : une mobilisation sectorielle ?

15En s’intéressant au profil des militants, on se rend compte qu’il y a des écarts assez importants avec le profil des militants des partis politiques institutionnels. Les retraités constituent une part infime des effectifs. Il y a aussi peu d’adhérents issus du secteur public dans les rangs pirates (20 %) en comparaison de leur part dans les autres partis politiques (37 % à l’UMP en 2004, et 59 % au PS en 1997 ; Haegel, 2009, p. 16).

Parti pirate UMP PS
Adhérents issus du secteur public (en %) 20 37 59

16La pyramide des âges, elle aussi est très spécifique, comme nous pouvions nous y attendre. Ainsi seulement 10 % des pirates ont plus de 45 ans. Un tiers des pirates se trouvent dans la tranche 24-35 ans. Par comparaison, Florence Haegel attribue 58 % de plus de 50 ans à l’UMP en 2004 et 67 % de plus de 50 ans au PS en 1997 (ibid., p. 15, tableau 3).

Parti pirate UMP PS
Adhérents de plus de 50 ans (en %) < 10 58 67

17Il y a une forte proportion de salariés du privé (70 %) et d’indépendants. Cependant, leur spécificité réside surtout dans leur domaine d’activité largement lié aux problématiques des droits d’auteur et du numérique et tout particulièrement de l’informatique.

  • 11 Chiffres issus des résultats du questionnaire auto-administré par voie électronique cité en introdu (...)
Votre activité professionnelle est-elle liée à l’un de ces domaines11 ?
Informatique (programmation) 31,5 %
Musique 3,5 %
Image / Cinéma / Photographie 8 % 
Littérature / Éditions littéraires / Théâtre 2 %
Arts plastiques / Spectacle vivant 2 % 
  • 12 La DARES, Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (M2Z - Ingénieur (...)

18Ainsi, 47% des membres du Parti pirate français sont concernés par les questions des licences et des droits d’auteur, et parmi eux la majorité est composée d’informaticiens12. Pour ces derniers, Internet offrirait la possibilité de s’engager et de participer à moindre coût, ce qui facilite l’action collective (Olson, 1978). La cause pirate correspond bien à leurs intérêts individuels, et l’engagement en ligne leur est facilité par leur activité quotidienne. Ils en maîtrisent les outils et les codes. L’hacktivisme à l’œuvre en marge du parti peut même contribuer à les intégrer dans de nouveaux réseaux sociaux et professionnels, tout en perfectionnant leurs compétences techniques. D’ailleurs, certains mettent en avant le fait que leurs prouesses clandestines peuvent parfois faire l’objet d’une mention sur un CV ou du moins lors d’un entretien d’embauche. Mais c’est aussi parce qu’ils sont directement confrontés dans leur activité professionnelle aux problématiques du numérique qu’ils sont sensibles à l’engagement pirate. Pour cette raison, nous pouvons nous demander dans quelle mesure le Parti pirate peut être considéré comme un parti de stakeholders, c’est-à-dire de parties prenantes, voire comme un lobby consumériste. La question des licences éclaire les liens et les références communes puisqu’elles représentent l’élément de convergence de leurs problématiques dans la diversité de leurs domaines d’activités.

19Des professionnels de l’image, des professionnels dans le domaine de la musique et plus largement toutes les personnes qui travaillent dans une activité liée au domaine de l’édition ont été touchées par les questions de droit d’auteur. En cela, nous pouvons dire que le profil de ces membres correspond effectivement à la représentation d’une catégorie d’intérêt partie prenante. Leurs revendications portent sur des sujets propres à leur domaine d’activité, dans lequel ils mobilisent leur propre expertise. D’ailleurs, c’est le cas de l’ensemble des mouvements qui se mobilisent entre les années 2005 et 2011 lors des débats autour des lois Dadusi, Hadopi, Loppsi et Lopssi 2.

  • 13 Entretien avec P., un membre du conseil national du Parti pirate en novembre 2011.

20Le Réseau des pirates, que l’on a évoqué précédemment, a une composition assez exemplaire de ce type de mobilisation. Il s’agit en effet d’un réseau où se retrouvent essentiellement des entrepreneurs, créateurs de start-up et spécialistes des médias sociaux. On y trouve les fondateurs des sites Rue89, Numérama, AgoraVox, Owni, etc. Le Parti pirate a un rapport ambivalent avec ces mouvements dont les objectifs sont sensiblement proches des siens, mais que beaucoup au sein du Parti pirate accusent en même temps d’être des « mecs qui voulaient avant tout faire du buzz »13. Les membres du Parti pirate ne sont pas dans la même démarche. Ils n’entendent pas fonctionner sur la base d’un collectif restreint d’acteurs identifiés mais bien par l’élargissement de leurs effectifs et par la conquête électorale. Néanmoins, l’analyse du profil des membres montre qu’ils sont peu diversifiés et que leur mobilisation reste liée à des préoccupations sectorielles.

21À l’instar de la surreprésentation des formations scientifiques et des métiers liés à l’environnement (Sainteny, 1997) au sein du parti des Verts dans les premières années de son existence, les informaticiens et dans une moindre mesure les professions liées au domaine des arts sont surreprésentés au Parti pirate. Nous avons vu que cela s’explique par la proximité particulière qu’ils entretiennent avec les enjeux du numérique et de la propriété intellectuelle autour desquels s’est constitué le parti. Leur compétence, leur sensibilité mais aussi l’impact que la législation d’Internet et des licences pouvait avoir sur leurs activités les ont conduits plus spontanément que d’autres à se mobiliser sur les débats parlementaires de la fin des années 2000. Dès lors, il paraît opportun de mettre en évidence le poids de la culture professionnelle des informaticiens dans l’organisation interne.

  • 14 Furent dénoncés notamment les « accords Olivennes » à l’origine de la loi Hadopi, résultant d’une m (...)

22Les partis classiques ont pu paraître impuissants face à des problématiques techniques dont la profusion nourrissait l’actualité politique (piratage et sécurité internet, droits d’auteur, outils de surveillance, vote électronique, etc.). Ne disposant pas de l’expertise suffisante en interne, les partis et les parlementaires se sont tournés vers les experts fournis par les lobbys des industries concernées14. Les pirates, dont la culture professionnelle leur permettait d’appréhender ces problématiques, ont tenté de prendre place dans le débat. Les initiatives du Parti pirate mais aussi de la Quadrature du Net ou du Réseau des pirates vont clairement dans ce sens-là, multipliant les demandes d’audience auprès des parlementaires et sollicitant les commissions correspondantes. Cependant, jugés illégitimes, rares sont ceux qui ont effectivement eu voix au chapitre. Le discrédit dont ils ont été victimes a renforcé un sentiment de rejet à l’égard du système partisan, jugé incompétent et soumis aux lobbys.

  • 15 Le code source est le fichier texte écrit dans un langage de programmation qui représente les instr (...)

23De leur culture professionnelle, les pirates ont peu à peu fait une force. Leur rejet de la forme partisane, et leur appétence pour les débats techniques ont concouru à la constitution d’une véritable communauté, et peu à peu d’une culture partisane propre au Parti pirate. La valorisation de l’argumentation techniciste favorise les profils techniciens dans le parti. Nous avons vu que les membres du Parti pirate français sont en grande partie des informaticiens. Ils sont développeurs, administrateurs de réseaux, programmeurs, et par conséquent largement sensibilisés aux problématiques de sécurité informatique. Par exemple, le débat sur le vote électronique fait émerger entre les pirates des éléments de vocabulaire qu’un profane ne pourrait pas comprendre. On y parle de « code source », de « backdoor », de « hash », de « salt », de « clé GPG »15. À l’instar d’Internet, conçu par des techniciens et des scientifiques d’abord pour leurs propres usages, le Parti pirate semble s’adresser avant tout à des techniciens. Ainsi, la culture technique se traduit dans le vocabulaire et freine l’ouverture du parti à d’autres profils.

24Il faut néanmoins prendre les plus grandes précautions pour affirmer l’existence d’une culture pirate univoque et la résumer à une culture professionnelle. Ce qui les rassemble avant tout en tant que parti, c’est le rejet du système partisan dont les acteurs se sont révélés, selon les pirates, incapables de comprendre les enjeux des débats autour du numérique. On peut donc ici avancer l’hypothèse que l’engagement pirate est presque un accident provoqué par le constat fait par des spécialistes de l’incompétence et de la partialité des élus sur des sujets dont eux maîtrisaient les tenants et aboutissants. Ils ont alors investi le champ politique avec leurs méthodes et leurs modèles de fonctionnement inspirés de la culture d’Internet, de son esprit scientifique, de ses codes geeks et de sa culture libertaire.

Le poids de la culture d’Internet dans l’organisation interne

  • 16 De nombreux enquêtés témoignent de leur sympathies pour les mouvements DIY et parfois de leur affil (...)

25La culture d’Internet et plus spécifiquement la culture hacker serait le fruit de la rencontre de la culture scientifique et de la culture de la liberté (Flichy, 1999 ; Castells, 2001) introduites par les pionniers de l’Internet. La tradition hacker repose sur le principe d’autonomie de l’individu, ce qui passe par sa maîtrise des outils techniques. En cela le mouvement en faveur des logiciels libres rejoint l’éthique d’émancipation de la société de consommation portée par la contre-culture américaine des années 1960. L’opposition aux logiques consuméristes, l’indépendance des usagers par rapport aux industries et aux groupes commerciaux, la réappropriation de savoir-faire abandonnés démontrent leur proximité avec le mouvement Do It Yourself dont de nombreux pirates n’hésitent pas à se revendiquer16. Leur discours s’inscrit dans une double ambivalence. D’abord, une ambivalence dans leur rapport au progrès : ils sont à la fois les tenants d’une vigilance et d’une utopie technicienne. Ensuite une ambivalence entre la promotion d’un modèle d’autonomie individualiste et celui d’autogestion collective qui rejoint la tradition du socialisme utopique. Les pirates s’inscrivent dans cet « imaginaire social dont les principes fondateurs sont réglés sur le mythe de l’auto-organisation et de la participation active » (Granjon, 2001).

26Leur rejet de la culture partisane et du système politique traditionnel tend à engendrer une culture politique très particulière. Le sociologue du politique peut parfois s’étonner du sentiment paradoxal que suscite l’observation des pirates. D’un côté, ils font parfois preuve d’une grande inculture politique (confusion entre le nom des partis, incapacité à positionner sur l’échiquier politique un élu, ignorance de certaines règles électorales) sans doute expliquée par leur grande défiance à l’égard de ce qu’ils nomment le « système politico-médiatique ». Mais d’un autre côté, ils sont en parallèle capables de raisonnements théoriques poussés qu’ils alimentent en ressources philosophiques et sociologiques. Nous pouvons évoquer de multiples exemples où des candidats pirates ne comprennent pas le mode de scrutin de l’élection à laquelle ils se présentent, ou confondent le parti dont est membre leur député avec un autre. Mais lors d’un entretien ou d’une discussion informelle, le même pirate pourra développer avec pertinence des références à Goffman ou Bourdieu. Sur certaines thématiques, les pirates développent de larges connaissances qui excèdent leurs compétences professionnelles. Ainsi, sur les problématiques du droit d’auteur, il n’est pas rare de constater une profusion de références philosophiques pourtant loin de leurs formations originelles.

  • 17 L’objet de cette enquête n’est pas de traiter de la notion de compétence politique mais notre terra (...)
  • 18 Sur la culture geek, voir la thèse de David Peyron (2013).

27On peut ici relever les effets d’une culture de l’autodidactie sur un engagement en faveur d’une cause, ce qui met en question la notion même de compétence politique17. Cette spécificité marque profondément leur rapport au politique et renvoie aux spécificités de la culture geek18. Nous trouvons beaucoup de références aux œuvres de science-fiction assez typiques de la culture geek dans leurs discours, dans leurs échanges sur le forum et dans les entretiens. Rien d’étonnant à ce que le roman de George Orwell 1984 prenne une place particulière dans l’argumentaire pirate contre « Big Brother ». La consommation répandue de littérature d’anticipation et les codes partagés de l’univers informatique témoignent d’une certaine convergence culturelle. Les pirates ont aussi leurs héros. On pense évidemment aux hackers les plus célèbres et dernièrement à Julian Assange, Edward Snowden ou encore Bradley Manning. Mais une place particulière est aussi réservée à des militants plus conventionnels tels que Richard Stallman, programmeur et éminent militant des logiciels libres, ou encore à Benjamin Bayart et Jérémie Zimmerman, les fers de lance de la neutralité du net et de la culture du libre en France.

  • 19 Les programmeurs du Parti pirate allemand ont développé en 2009 un logiciel intitulé « liquidfeedba (...)

28La large part d’emplois « techniques » a pour incidence de marquer le parti de l’empreinte de la « culture techno-méritocratique » d’Internet (Castells, 2001). Internet s’est construit sur des réseaux de coopération d’intérêt technologique. La culture hacker du Parti pirate repose sur cette recherche de la performance technologique et d’ouverture à l’examen des pairs. Il s’agit donc d’une communauté des égaux jugés au mérite de leur contribution au collectif. L’un des points de leur programme qui illustre l’aspect techno-méritocratique est la promotion qu’ils font de la « démocratie liquide »19. Le système de la démocratie liquide repose sur la logique de la délégation pyramidale et éphémère des voix en fonction des enjeux du vote et de la compétence des votants. Chaque personne disposant d’une voix peut déléguer cette voix à un autre votant. Celui-ci peut cumuler autant de voix que de votants lui en délèguent. Il peut lui-même déléguer les voix qu’il a cumulées à un autre votant. C’est la logique pyramidale. Cette délégation se fait théoriquement sur la base de l’appréciation de la compétence supérieure du délégué. C’est la logique d’expertise. La délégation du vote n’a lieu que pour un scrutin spécifique, et de plus, à tout moment avant le vote effectif, n’importe qui peut reprendre sa voix s’il n’estime plus sa délégation pertinente. C’est cette fluidité dans le système des voix qui donne son nom au système : démocratie liquide. Il est évident que ce système ne peut pas se réaliser sans l’aide des outils numériques.

29L’organisation interne du parti Pirate n’est pas la concrétisation d’un modèle de démocratie directe, mais bien plutôt celui des communautés en ligne qui se rassemblent autour de valeurs et d’intérêts communs (Rheingold, 1995). Nous le voyons par exemple dans le modèle de démocratie liquide mais nous pouvons aussi mettre en avant la logique de conduite du parti par des dirigeants dont la légitimité repose sur leurs compétences techniques autant que sur leur ancienneté. L’organisation du Parti pirate se fonde sur ce modèle mêlant liberté et coopération et dont la place comme la réputation dépendent de la contribution individuelle au collectif. Il s’agit finalement de cette « république des informaticiens […] valorisant une culture de l’échange et de la coopération entre égaux » (Cardon, 2010, p. 16), propre aux hackers.

  • 20 Dans leur article, les auteurs soulignent « le caractère incertain et erratique de la genèse partis (...)

30Il est ici impératif de rappeler que l’une des inspirations directes de la culture pirate est la communauté du logiciel libre qui rassemble les programmeurs et repose sur des logiques d’organisation tout à fait spécifiques. Les projets sont construits dans une organisation centrée autour de leur créateur. « On a voulu baptiser ça méritocratie mais c’est pour se donner bonne conscience », commente C., pirate et programmeur informatique pour Linux. C’est ce qu’on appelle « benevolant dictator », c’est une dictature, où le fondateur du projet, celui qui a une légitimité historique, a tous les droits. Il prend toutes les décisions sur l’orientation du projet et l’organisation des équipes sur sa seule légitimité de fondateur. Si des personnes sont en désaccord, elles ont la possibilité de quitter le projet et de créer leur propre alternative. En effet, dans la communauté des programmeurs et notamment des programmeurs de logiciels libres, existe la tradition du fork (bifurcation). Dès qu’un choix de programmation (qu’il soit fonctionnel ou esthétique) est contesté, n’importe quel programmeur peut décider de créer un nouveau groupe de développement. C’est sur ce modèle-là que les partis pirates s’étaient multipliés entre 2006 et 2009. Ces divisions ne sont pas sans rappeler la difficile unification du courant écologiste dans un parti politique (Lévêque, 1997 ; Villalba, 2005). On pourrait s’interroger sur le caractère mécanique de ces dissolutions en groupuscules dans une phase de genèse partisane, « processus complexe et incertain » (Aït-Aoudia et Dézé, 2011, p. 641)20. Il y a donc concordance entre deux facteurs de divisions : un mécanisme typique des dissolutions en groupuscules dans une phase de genèse partisane et une culture hacker. C’est en effet le syndrome de n’importe quel courant politique naissant d’être confronté à une multitude de divisions qui sont aussi bien le fruit de querelles idéologiques que de conflits de personnes dans un contexte où la fragilité d’un corpus idéologique et la recherche de légitimité des acteurs tendent à favoriser les égarements et les ruptures d’organisations en balbutiements.

31Au sujet de l’importance de l’ancienneté, la spécification du rang des utilisateurs sur le forum en fonction de leur date d’inscription et de leur activité sur le forum (nombre de messages en ligne) remet en cause le mythe égalitaire des espaces de discussions virtuels que véhiculent les membres. En fonction du nombre de messages, les utilisateurs se voient en effet attribuer un rang : « moussaillon », « matelot », « vieux loup de mer », etc., qui donne nécessairement plus ou moins de poids à leurs messages. Sans les surestimer, nous pouvons évoquer l’effet produit par ces rangs : leur attribution d’après le nombre de messages de l’utilisateur et son ancienneté incite à participer selon une logique quantitative plutôt que qualitative.

  • 21 Notes de terrain. Propos d’un adhérent, recueillis lors d’un « apéro pirate » le 26 octobre 2012 à (...)

32Nous avons vu que le profil des pirates est tout à fait particulier. La méfiance qu’éprouvent les pirates à l’égard du système partisan n’est pas sans effet sur l’accueil et donc indirectement sur la sélection des nouveaux adhérents. Ainsi, il ne fait pas bon d’avoir été étudiant en science économique, en droit ou, « pire, en science politique », comme le formule K., responsable local, lors d’un entretien. Ce type de formation représente pour les pirates les vices du système partisan et la production de professionnels de la politique. Sur le forum, on fustige le parcours formaté des anciens élèves de l’ENA et des IEP. L’observation menée dans les réunions a permis de relever le rejet à l’égard de formations assimilées à des apprentissages de techniques de gouvernement. Lorsque des membres en font mention lors d’une réunion ou sur le forum, les réactions qui discréditent ces références ne tardent jamais. Surtout, celui qui s’en prévaut est rapidement stigmatisé : « Oh non pas encore un bébésarko. » Lorsque nous demandons à l’adhérent d’expliquer sa formule, il ne renvoie pas spécifiquement à la politique sarkozyste mais à « ces gens qui rêvent de faire de la politique, pour qui c’est un métier »21. Face à la stigmatisation, certains tentent de se défendre : « Enfin c’est pas l’IEP, rassurez-vous, je suis à la fac », corrige spontanément un nouvel adhérent alors qu’il se présente aux autres lors de sa première réunion. À l’inverse, les autodidactes, les techniciens, les scientifiques sont largement valorisés. Les parcours scolaires et les parcours politiques ont une grande incidence sur la réception qui est faite des discours de chacun. Une relation de confiance ou de méfiance peut vite s’installer sur un a priori lié à un élément biographique. Cela se voit aussi dans les interactions avec les membres d’autres partis politiques qui, curieux ou désireux d’établir des contacts, viennent se présenter sur le forum et qui sont tout de suite suspectés et accusés de récupération politique.

  • 22 Une autre preuve de la labilité de l’engagement est la date d’adhésion (pour 60 % des adhérents 201 (...)

33Cependant, au fur et à mesure que le parti attire des adhérents qui ne viennent pas du monde de la programmation, la culture hacker et la méfiance envers une forme partisane traditionnelle tendent à s’estomper. Le Parti pirate tend à être reconnu par tous comme la seule organisation légitime, les dissensions sont réglées en interne dans le respect des statuts et des règlements intérieurs. Ceux qui sont mis en minorité ne créent plus leur propre organisation. Le forum est de moins en moins utilisé au profit des réunions dans la vie réelle et des mailing-lists, exception faite des adhérents les plus engagés dans la vie interne du parti. La participation à une mailing-list peut être considérée comme moins contraignante qu’à un forum. Parallèlement, dans les règles d’organisation interne, les formes classiques d’organisation du parti politique sont finalement tout de même reprises par des militants, tout en étant officiellement toujours remises en cause. Pour compenser une organisation qu’ils jugent régulièrement trop amatrice voire « artisanale », ils cherchent dans des organisations partisanes concurrentes des recettes, sans être davantage satisfaits comme le prouve la rotation particulièrement importante des effectifs22. En effet, le parti a du mal à se défaire des vicissitudes classiques des organisations partisanes. Loi d’airain de l’oligarchie et cumul interne semblent se répéter. Faute de volontaires, les postes à responsabilités sont détenus par les mêmes personnes (cumul dans le temps et cumul de fonctions) à l’instar du parti écologiste qui a « adapté ces priorités idéologiques (vision démocratique des rapports internes) aux conditions d’une meilleure intégration dans le système politique » (Villalba, 2005, p. 158). On note aussi le classicisme d’une organisation spatiale pour un mouvement se réclamant de la culture numérique (sections locales, fédérations régionales).

34Nous observons dans notre travail d’enquête qu’en se constituant de manière plus « efficace » ou plus « professionnelle », le Parti pirate évolue de manière assez systématique vers une forme plus traditionnelle d’organisation partisane, à l’instar du processus qu’ont connu Les Verts au cours des dernières décennies. Ainsi Florence Faucher-King rapporte que « l’indispensable adaptation aux règles de la compétition électorale et politique, ainsi qu’au fonctionnement des conseils où ils sont élus, risque de se traduire concrètement par une normalisation des structures et des tactiques. […] Les Verts favorables à une telle stratégie (conquête du pouvoir) plaident pour l’adoption de structures adaptées aux contraintes de la compétition électorale et aux médias » (Faucher-King, 1999, p. 203-204). Face à l’hypothèse d’une maturation des partis politiques, qui sous-tendrait le caractère éphémère de ce rapport différent à la démocratie, nous reviendrons sur l’impact d’Internet dans l’émergence d’un néo-militantisme, en reprenant à notre compte cette interrogation : « Internet induit-il une transformation des règles du jeu sociopolitique qui finit par modifier le jeu lui-même, c’est-à-dire les méthodes et les objectifs des mouvements et des acteurs politiques ? » (Castells, 2001, p. 171)

Le militantisme en ligne

35L’émergence du Parti pirate fournit l’occasion d’interroger les usages militants d’Internet et les nouvelles formes d’engagement. De nombreux travaux se sont intéressés à l’action collective en ligne (Granjon, 2001, 2010 ; Bimber, Flanagin et Stohl, 2012). Selon Granjon « les technologies télématiques sont particulièrement porteuses d’une idéologie de l’activité, de l’autonomie et de la responsabilité individuelle, de la même façon que la nouvelle critique sociale érige en impératif catégorique la participation librement motivée dans l’action auto-organisée » (Granjon, 2001, p. 11). Ces mutations des pratiques politiques de plus en plus distanciées et éphémères renvoient à un nouveau rapport à l’engagement politique. Il ne s’agit pas nécessairement d’un désinvestissement mais force est de constater que l’engagement est plus fluide, l’expression de son soutien plus labile. En même temps, à l’instar des cyber-activistes étudiés par Granjon, les pirates les plus actifs en ligne sont aussi les militants de terrain les plus actifs.

36En effet, l’étude de l’activité militante traditionnelle des pirates nous permet de démontrer une certaine assiduité de la part des adhérents et une propension à concrétiser dans la vie réelle l’engagement virtuel. Ainsi près de la moitié (50 %) participe à des réunions virtuelles du parti au moins une fois par mois (23 % plusieurs fois par mois et 10 % le font plusieurs fois par semaine). Un tiers a déjà participé (présence sur place) à une assemblée générale du parti. Il convient de s’attarder aussi sur l’activité quasi centrale des partis politiques traditionnels, à savoir les campagnes électorales. Celles-ci ont pris en 2012 une place prépondérante dans la vie du Parti pirate. Lors des législatives 2012, les pirates ont effectivement présenté 101 candidats. Lorsque l’on prend en compte le fait que chacun d’eux devait être accompagné d’un trésorier et d’un suppléant, cela monte à environ 300 (certains ont pu compter sur des suppléants ou des trésoriers non encartés) le nombre de pirates directement concernés par l’élection sur le millier d’adhérents que comptait le parti à cette époque. Si les moyens mis en œuvre étaient généralement limités au strict minimum (peu de pirates ont débloqué un budget de campagne, et le parti n’a pas contribué financièrement), cela a permis à ses membres de découvrir ce que représentait une campagne électorale. Compte tenu des effectifs, l’ensemble des pirates ont été mis à contribution. Du côté des résultats, le score moyen obtenu par les pirates est aux alentours des 0,80 %, loin des scores de ses voisins. Mais cela a en tout cas témoigné de l’effectivité de l’engagement au sein du Parti pirate puisque les membres sont prêts à assumer leur adhésion jusqu’à porter les couleurs de leur parti lors des échéances électorales.

37Si nous nous intéressons aux pratiques militantes avec les catégories classiques de la sociologie, nous observons que si une part des pirates ne s’inscrit que dans la sphère virtuelle, une large partie traduit son engagement en ligne par des actions sur le terrain. Seuls 17 % des pirates n’ont jamais participé à une action ou à un événement pirate dans la vie réelle. Parmi les actions, 50 % ont déjà participé à une manifestation en tant que pirates ou avec d’autres membres du Parti pirate.

38Cependant, ce qui fait la spécificité de l’engagement pirate, comme nous l’avons vu, c’est sa propension à être essentiellement numérique. Le militantisme en ligne revêt deux niveaux. Le premier relève de l’activisme politique modéré et reste intégralement légal ; il consiste à faire circuler des informations et à promouvoir des idées ou soutenir des candidats : signer une pétition en ligne, participer aux réseaux sociaux, faire passer un article, aimer une affiche, être ami avec un candidat, tenir un blog. L’autre niveau renvoie aux pratiques dites hacktivistes et ne sont bien sûr pas à l’initiative du Parti pirate mais bien à la marge du processus d’institutionnalisation souhaité par le parti. Celles-ci appartiennent à un répertoire d’action s’inscrivant dans un registre illégal ou dans une zone grise. Ce sont l’ensemble des activités d’intrusions, d’attaques informatiques, de contournement de censure par la procuration de serveurs proxys ou l’hébergement (légal) de sites internet qui procurent des données illégales. Ces modes d’action caractéristiques soulignent le caractère intrinsèquement international de l’engagement pirate.

39Le répertoire d’action pirate témoigne de ressources techniques accumulées dans le champ professionnel et résulte de revendications politiques au cœur du programme politique des partis pirates : le contournement de la censure fait écho à la promotion d’une nouvelle conception du réseau. Ainsi l’hébergement d’un site de partage de fichiers comme The Pirate Bay ne doit pas être interprété comme un système de trafic des œuvres culturelles mais comme la consécration du principe de neutralité du réseau. La neutralité du net est un principe qui garantit l’égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet. Elle exclut dans la transmission sur le réseau internet toute discrimination à l’égard de la source, de la destination du contenu de l’information ou du protocole de communication et garantit le même trafic à tous les utilisateurs, quelle que soit l’utilisation qu’ils en font. Dans la tradition des mouvements Do It Yourself, le militantisme pirate s’inscrit aussi dans des activités pédagogiques et didactiques pour faire son propre réseau ou assurer son anonymat sur Internet. En somme, il y a plusieurs niveaux d’engagement pirate, au degré de légalité et de reconnaissance institutionnelle divers. Il faut faire attention de ne pas surestimer l’importance des pratiques illégales chez ses membres ni d’exagérer une frontière entre les membres du parti qui affichent un militantisme traditionnel et les hacktivistes anonymes.

40On ne peut pas parler de l’activité militante des pirates sans dépasser le cadre strictement partisan. En effet, il faut prendre en compte dans les activités militantes numériques des pirates celles qui ne peuvent pas être menées au nom du parti. Il est évidemment impossible de mener une étude quantitative et une évaluation systématique de la participation des membres du Parti pirate à des actions considérées comme illégales, mais les entretiens informels au cours de notre enquête nous ont permis d’identifier des liens entre certains membres du Parti pirate et les réseaux informels de WikiLeaks, d’Anonymous et d’autres groupes d’action sur Internet, par exemple ceux qui ont permis de contourner la censure de l’État chinois sur Internet. En Tunisie, la participation du Parti pirate a été plus visible puisqu’un blogueur influent, Slim Amamou, membre du Parti pirate, a été arrêté par le régime pendant la révolution avant d’être nommé ministre dans le gouvernement de transition.

  • 23 Voir la thèse de Nicolas Auray (2000) ou plus récemment l’article de Maxime Pinard (2012).

41Une de ces formes d’engagement pirate nécessite une attention particulière : la participation aux actions d’Anonymous. Il convient d’abord de rappeler qu’il s’agit avant tout d’une étiquette. Il y a bien sûr un réseau informel et des personnes formellement identifiées comme appartenant à ce réseau, mais il n’y a pas de membres à proprement parler et n’importe qui peut se prévaloir de l’appartenance à Anonymous (Coleman, 2013). Cela pose d’ailleurs des problèmes lorsque certaines actions sont menées au nom d’Anonymous, sans être approuvées par la majorité ou par des « historiques ». Notons qu’Anonymous correspond à l’origine au pseudo donné automatiquement aux utilisateurs de canaux IRC (salon de discussion virtuel) qui ne souhaitaient pas s’identifier sous un pseudonyme personnel. C’est sous l’étiquette d’Anonymous que des pirates ont assuré des réseaux alternatifs, des accès à des vidéos et à des informations sensibles pendant les révolutions arabes. La pluralité et le caractère clandestin des milieux hacktivistes rendent la tâche du sociologue d’autant plus délicate. Certains s’emploient pourtant à saisir de manière fine les pratiques de ces groupes de hackers et ces travaux23 pourraient amener à reconsidérer les notions d’engagement en ligne.

  • 24 La science politique s’est abondamment penchée sur les questions de l’appropriation d’Internet par (...)

42La politisation de l’espace Internet n’a pas qu’un effet unilatéral. En retour de cette politisation, les pratiques numériques tendent à transformer les conceptions du politique. Les pirates incarnent des individus qui ont un autre rapport à l’engagement politique et notamment à l’engagement partisan. Les partis politiques traditionnels continuent d’appréhender Internet comme un média classique en continuant de fonctionner sur des logiques descendantes dans la diffusion de l’information et des consignes de communication alors que leurs militants, notamment les plus jeunes, sont déjà dans des pratiques plus autonomes. Les partis ne parviennent pas à saisir ces initiatives individuelles, comme le prouvent les échecs successifs des plateformes internet créées par les partis politiques. Sur les réseaux sociaux aussi, rares sont les partis et les hommes politiques qui ont compris les logiques d’interactivité propres au web24. À l’inverse, le Parti pirate profite des possibilités du web pour envisager de nouvelles formes de participation (vote en ligne, constitution collaborative des programmes par des outils de collaboration en ligne, discussions transparentes et continues avec la tenue des réunions de bureau national sur des canaux de discussions publics, etc.).

43Au terme de cette étude, nous avons vu que l’inscription de l’engagement des membres du Parti pirate dans la sphère numérique correspond à la fois à l’inscription de leur quotidien dans cette sphère et répond à des enjeux liés à leur domaine d’activité. Mais le projet pirate est plus global et s’inscrit dans une culture de l’Internet qui entend refonder par le numérique les pratiques démocratiques. Pour le Parti pirate, les nouvelles technologies apportent les capacités d’une participation plus large et d’une plus grande transparence par la dématérialisation de la démocratie.

44« Nouveaux objectifs, nouvelles méthodes, nouveaux militants », tel est le credo du Parti pirate repris par plusieurs de mes interlocuteurs au cours d’entretiens, et cela correspond à une réalité. Le numérique et Internet en particulier suscitent des interrogations particulières tout autant que des réponses politiques particulières. Celles-ci contribuent à modifier les frontières mêmes du politique et à politiser une population habituellement peu mobilisée mais dont les contours politiques semblent restrictifs. À cet égard, l’effort fait par les partis pirates allemands et suédois pour élargir le spectre de leur programme politique semble avoir porté ses fruits au niveau électoral mais tarde à leur accorder plus de crédit de la part des autres partis politiques.

  • 25 Le collectif Anonymous et plus largement les hacktivistes avaient fait du masque du personnage embl (...)

45Si la stratégie partisane montre ses limites, les pratiques militantes nées de la culture pirate tendent à s’institutionnaliser. En effet, les documents dévoilés par WikiLeaks sont diffusés par les réseaux médiatiques traditionnels et les collectifs de cyber-résistance sont de plus en plus reconnus comme des mouvements politiques à part entière. Nous pouvons évoquer le partenariat entre WikiLeaks et des médias nationaux The Guardian, El Pais, The New York Times et Der Spiegel. Récemment, les activistes Edward Snowden et Bradley Manning ont reçu un large soutien bien au-delà des seuls effectifs hacktivistes jusqu’à la participation de célébrités américaines dans un clip de soutien. Le répertoire d’action pirate s’étend à d’autres partis, tout comme se diffuse le symbolique masque de V25 que l’on trouve maintenant dans les rangs de nombreuses manifestations et d’événements politiques, à l’image des députés du mouvement Palikot qui l’ont arboré au Parlement polonais le 26 janvier 2012 lors d’un débat sur un accord anti-contrefaçon.

Haut de page

Bibliographie

Ait-Aoudia Myriam et Dézé Alexandre, 2011, « Contribution à une approche sociologique de l’approche partisane : une analyse du Front national, du Movimento sociale italiano et du Front islamique de salut », Revue française de science politique, vol. 61, no 4, p. 631-658.

Auray Nicolas, 2000, Politique de l’informatique et de l’information. Les pionniers de la nouvelle frontière électronique, thèse de doctorat de sociologie, EHESS (Paris).

Bimber Bruce, Flanagin Andrew J. et Stohl Cynthia, 2012, Collective Action in Organizations : Interaction and Engagement in an Era of Technological Change, Cambridge, Cambridge University Press.

Cardon Dominique, 2010, La démocratie internet : promesses et limites, Paris, Le Seuil.

Castells Manuel, 2001, La galaxie Internet, trad. P. Chemla, Paris, Fayard.

Coleman Gabriella, 2013, Anonymous in Context : The Politics and Power Behind the Mask, Waterloo, Rapport pour le Center for International Governance Innovation.

Dagiral Éric, 2008, « Pirates, hackers, hacktivistes : déplacements et dilution de la frontière électronique », Critique, no 733-734, p. 480-495.

Da Silva Paul, 2011, Piratons la démocratie, Cergy-Pontoise, In Libro Veritas.

Faucher-King Florence, 1999, Les habits verts de la politique, Paris, Presses de Science Po.

Flichy Patrick, 1999, « Internet ou la communauté scientifique idéale », Réseaux, no 97, p. 77-120.

Gaxie Daniel éd., 2007, dossier « La compétence politique », Revue française de science politique, vol. 57.

Granjon Fabien, 2001, L’Internet militant. Mouvement social et usages des réseaux télématiques, Rennes, Apogée.
— 2010, Médiactivistes, Paris, Presses de Science Po.

Greffet Fabienne éd., 2011, Continuerlalutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Presses de la FNSP.

Haegel Florence, 2009, « La mobilisation partisane de droite : les logiques organisationnelles et sociales d’adhésion à l’UMP », Revue française de science politique, vol. 59, no 1, p. 7-27.

Juanals Brigitte, 2004, « L’arbre, le labyrinthe et l’océan. Les métaphores du savoir, des Lumières au numérique », Communication et langages, no 139, p. 101-110.

Lévy Pierre, 1995, Qu’est-ce que le virtuel ? Paris, La Découverte.

Lévêque Pierre, 1997, Histoire des forces politiques en France, t. 3, De 1940 à nos jours, Paris, Armand Colin.

Olson Mancur, 1978, Les logiques de l’action collective, Paris, Presses universitaires de France.

Peyron David, 2013, Culture geek, Limoges, FYP Editions.

Pinard Maxime, 2012, « L’hacktivisme dans le cyberespace : quelles réalités ? », Revue internationale et stratégique, no 87, p. 93-101.

Proulx Serge et Latzko-Toth Guillaume, 2000, « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l’usage de la notion de communauté virtuelle », Sociologie et sociétés, vol. 32, no 2, p. 99-122.

Rheingold Howard, 1995, Les communautés virtuelles, Paris, Addison-Wesley France.

Sainteny Guillaume, 1997, Les Verts, Paris, Presses universitaires de France.

Villalba Bruno, 2005, « Les écologistes à l’heure du pragmatisme », Les partis politiques français, Pierre Brechon éd., Paris, La Documentation française, p. 153-178.

Haut de page

Notes

1 Le terme virtualité renverra pour nous à ce que constitue une réalité électronique. Il n’y a pas de dichotomie entre réel et virtuel, puisque au contraire la sphère numérique est l’espace de simulation fonctionnelle de relations réelles. Le caractère artificiel du réseau ne signifie nullement le caractère illusoire des activités et des relations qui s’y déploient. Au contraire la virtualité est constitutive du réel. Nous nous inscrivons en ce sens dans la lignée des analyses de Serge Proulx et Guillaume Latzko-Toth qui concluent à l’« hybridation » du virtuel et du réel. Voir Proulx et Latzko-Toth (2000) ou encore Lévy (1995).

2 En plus des entretiens informels et de l’observation participante, nous avons mené, sur la période 2011-2013, une série d’un ou plusieurs entretiens avec 23 enquêtés membres du Parti pirate, fondateurs, dirigeants ou simples adhérents.

3 En septembre 2013, le forum (http://forum.partipirate.org/) comptait environ 80 000 messages divisés en environ 9 000 sujets. Nous nous sommes concentrés sur les sujets les plus actifs ou ceux qui nous paraissaient les plus stratégiques (discussions sur l’organisation ou sur le programme). Nous avons aussi étudié 100 présentations de nouvel utilisateur.

4 Le Parti pirate revendiquait 1 000 adhérents au premier trimestre 2013, son plus haut chiffre depuis sa création.

5 Le Parti pirate international n’a pas de rôle contraignant, les partis nationaux restant indépendants, il s’agit essentiellement d’un label de reconnaissance et d’une instance de rencontres et d’échanges.

6 Pour une analyse de la confusion progressive en France des termes hackers et pirates, voir Dagiral (2008).

7 Depuis la déclaration de politique générale en 2009, la démarche collaborative scandée par les successives candidatures aux élections a permis de compléter les axes programmatiques initiaux. Voir [URL : http://wiki.partipirate.org/wiki/Programme], consulté le 14 janvier 2014.

8 Hacktivisme est une contraction des termes hacker et activisme. L’auteur du néologisme fait débat entre le journaliste Jason Sacks dans un article pour InfoNation et Omega, un Américain membre du groupe de hackers Cult of the Dead Cow qui revendique aussi sa paternité. En tout cas, le mot s’est diffusé jusqu’à prendre sa place dans les travaux de sciences sociales qui s’intéressent au phénomène du militantisme en ligne parfois appelé aussi militantisme sur Internet ou encore cyber-militantisme. Il s’agit pourtant initialement de manipulations techniques. Le terme de cyber-militantisme a pour attrait et pour défaut de renvoyer à l’imaginaire de la cyberculture, de la science-fiction et du fantastique, insistant sur un monde de systèmes automatisés. Cyber-activisme, cyber-militantisme et hacktivisme renvoient tous au répertoire d’action s’inscrivant sur le numérique mais le terme hacktivisme a pris une connotation malveillante parallèlement à l’évolution de l’usage du mot hacker, du bidouilleur passionné au pirate malveillant.

9 Entretien par Skype avec R., ancien membre du conseil national du Parti pirate, 2 février 2013.

10 À propos du lexique et des métaphores liés à Internet et à ses usages, voir Juanals (2004).

11 Chiffres issus des résultats du questionnaire auto-administré par voie électronique cité en introduction. N’apparaissent dans ce tableau que les réponses concernant les domaines touchant les licences.

12 La DARES, Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (M2Z - Ingénieurs de l’informatique, DARES - Les familles professionnelles – Portraits statistiques 1982-2009), estime à 128 000 le nombre d’emplois dans le secteur de l’informatique et environ 500 000 le nombre d’emplois dans l’informatique. Cela représenterait donc 1,7 % de la population active occupée. À noter que les enquêtés ont peut-être une conception plus large que la DARES de ce qu’est une activité professionnelle liée à l’informatique. Le fait de préciser entre parenthèses « programmation » semble néanmoins éviter ce biais et aurait plutôt eu tendance à faire correspondre une acception plus restrictive de l’activité informatique.

13 Entretien avec P., un membre du conseil national du Parti pirate en novembre 2011.

14 Furent dénoncés notamment les « accords Olivennes » à l’origine de la loi Hadopi, résultant d’une mission confiée par le ministère de la Culture à Denis Olivennes, dirigeant de la Fnac, et signés par 46 entreprises et organisations représentatives du monde de la culture et de l’Internet.

15 Le code source est le fichier texte écrit dans un langage de programmation qui représente les instructions données au processeur. Hash ou fonction de hachage est une fonction d’optimisation d’identification des données. Backdoor ou porte dérobée est une fonctionnalité inconnue de l’utilisateur qui permet d’accéder à un logiciel. Une clé GPG permet de transmettre des messages signés garantissant la confidentialité du message et l’authenticité de l’auteur. Salt ou salage est une technique cryptographie d’optimisation des mots de passe. L’emploi fréquent de ces termes sans qu’il soit besoin de les définir dans les débats entre pirates souligne le partage d’un jargon professionnel.

16 De nombreux enquêtés témoignent de leur sympathies pour les mouvements DIY et parfois de leur affiliation dans ces associations. Les sections locales du Parti pirate entretiennent des liens étroits avec des associations DIY et notamment les fablabs (de l’anglais fabrication laboratory : laboratoire de fabrication) ou laboratoires ouverts, des lieux ouverts où des outils et des machines sont mis à disposition pour la conception, réalisation ou réparation autonomes d’objets divers.

17 L’objet de cette enquête n’est pas de traiter de la notion de compétence politique mais notre terrain d’observation tend à confirmer la difficile objectivation des savoirs ordinaires et des propriétés cognitives potentiellement propices à la construction d’une opinion politique. Pour aller plus loin, voir le dossier que la Revue française de science politique a consacré à ces questions et qui souligne les apports et les limites de la notion de compétence politique (Gaxie éd., 2007).

18 Sur la culture geek, voir la thèse de David Peyron (2013).

19 Les programmeurs du Parti pirate allemand ont développé en 2009 un logiciel intitulé « liquidfeedback : interactive democracy » que le Parti pirate français expérimente pour des débats d’ordre programmatique ou de statuts et de règlements intérieurs. Plus d’informations sur [URL : https://www.partipirate.org/spip.php?article145 et sur URL : https://www.partipirate.org/spip.php?article146], consultés le 14 janvier 2014.

20 Dans leur article, les auteurs soulignent « le caractère incertain et erratique de la genèse partisane » (Aït-Aoudia et Dézé, 2011, p. 635) qui conduit des milieux « prépartisans » ou des « réseaux préconstitués » à la définition d’une organisation partisane.

21 Notes de terrain. Propos d’un adhérent, recueillis lors d’un « apéro pirate » le 26 octobre 2012 à Lyon.

22 Une autre preuve de la labilité de l’engagement est la date d’adhésion (pour 60 % des adhérents 2013, l’adhésion a eu lieu en 2012, et les différentes sections ont perdu en moyenne 50 % de leurs effectifs entre 2012 et 2013). Il faut nuancer cela en disant que les règles de l’assemblée générale en 2012 ont changé et ont rendu plus importante l’adhésion pour compter dans le parti ; l’apparition de quelques enjeux et les législatives ont sans doute favorisé la prise de carte d’un certain nombre de pirates qui gravitaient jusque-là autour du parti.

23 Voir la thèse de Nicolas Auray (2000) ou plus récemment l’article de Maxime Pinard (2012).

24 La science politique s’est abondamment penchée sur les questions de l’appropriation d’Internet par les acteurs politiques traditionnels ces dernières années. Retenons notamment l’ouvrage collectif continuerlalutte.com (Greffet éd., 2011).

25 Le collectif Anonymous et plus largement les hacktivistes avaient fait du masque du personnage emblématique du film V pour Vendetta leur emblème. Dans ce film, adaptation du comics du même nom, le personnage principal, V s’oppose à un régime totalitaire. On ne voit jamais son visage qui est caché derrière un masque blanc censé représenter Guy Fawkes, un catholique anglais qui avait tenté de faire exploser la Chambre des lords en Angleterre le 5 novembre 1605. Dans leurs vidéos, ou lorsqu’ils participent à une manifestation, les hacktivistes apparaissent toujours derrière ce masque. Cela leur permet de rester anonymes, mais cette clandestinité affichée participe de la communication et du message politique lui-même : cela promeut la défense de l’anonymat sur Internet et évoque en négatif l’existence du Big Brother.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Bocquet, « La culture pirate à l’épreuve de la forme partisane », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://traces.revues.org/5933 ; DOI : 10.4000/traces.5933

Haut de page

Auteur

Jonathan Bocquet

Doctorant en science politique au laboratoire Triangle (UMR 5206, université Lumière Lyon 2)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page