Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La culture pirate et les usages du P2P

Vincent Mabillot
p. 67-88

Résumés

Les usages des réseaux de partage entre pairs (peer-to-peer ou P2P) ont été rapidement associés au concept de piratage par divers acteurs des industries culturelles comme par des utilisateurs de ces dispositifs. Cet article propose de considérer les origines de ce rapprochement pour comprendre son utilité dans le discours des différents protagonistes. Nous verrons parallèlement en quoi les usages du P2P et les débats qu’ils suscitent peuvent contribuer à l’élaboration d’une culture pirate et de ses contours. Cette culture pirate, parfois considérée comme expression de résistances et contournements des règles politiques et économiques, est disséminée dans la société et elle est donc aussi intégrée dans les stratégies économiques et politiques. Pour autant, l’invention de pratiques relevant de cette culture pirate ne s’évanouit pas, même s’il faut composer avec des rapports de force.

Haut de page

Texte intégral

1En 2013, dans ses dossiers consacrés au droit d’auteur, le Syndicat national des éditeurs présente un volet de son action dédié à la lutte contre le piratage, dans lequel il rappelle que le dispositif de surveillance de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) cible le partage entre pairs (P2P)1. Affectée par le développement des tablettes et des liseuses, l’industrie du livre se soucie désormais de la contrefaçon et adopte un vocabulaire l’associant à la piraterie, comme l’avaient fait la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique en 2000 avec l’arrivée du peer-to-peer et la Société des auteurs et compositeurs dramatiques à partir de 2004, au moment de la démocratisation de l’offre de connexion haut débit qui facilite l’échange de fichiers audiovisuels. Au fil de l’évolution des usages de partage, les sociétés dominantes d’ayants droit, d’éditeurs et d’auteurs dénoncent tout d’abord des formes de piraterie associées aux échanges entre pairs, puis elles se rapprochent des autorités pour faire évoluer le contexte législatif en leur faveur.

2Le glissement vers l’utilisation de cette terminologie pirate dans l’univers culturel est héritier d’un glissement sémantique opéré deux décennies auparavant dans l’univers informaticien, où le développement d’une offre logicielle privative par des éditeurs propriétaires (réunis à partir de 1988 au sein de la Business Software Alliance, une association d’éditeurs de logiciels) les a conduits à connoter négativement l’image du hacker pour mieux lutter contre les pratiques qui lui étaient associées. Le terme hacker a été confondu avec celui de cracker, lui-même traduit par pirate. Cette association a détourné le sens originel du terme hacker, qui, associé à une forme positive de bricolage, a été disqualifié (Latrive, 2007). Ce tour de passe-passe rhétorique a ainsi permis aux industriels de l’informatique de justifier et de protéger la fermeture des codes sources des logiciels. Ce discours a ensuite été directement repris par les industries culturelles pour associer les utilisateurs de réseaux P2P à l’imagerie pirate.

  • 2 En octobre 2013, c’est le Département recherche, étude et veille (DREV) de la Hadopi qui dénonçait (...)
  • 3 Locution latine utilisée en droit pour signifier un droit « à l’égard de tous », donc s’affranchiss (...)

3Ces entreprises (informatiques puis culturelles) développent un point de vue qui leur est indispensable pour stigmatiser ces usages. Cette qualification permet d’obtenir les moyens juridiques, financiers et techniques pour tenter de les contrôler et de les réprimer. Elles construisent un argumentaire catastrophiste s’appuyant sur un lien présumé entre la crise des industries culturelles et les usages P2P2 : les échanges entre pairs confisqueraient les revenus des ayants droit. En qualifiant ces pratiques comme étant des formes de piraterie, les industriels cherchent à faire élaborer de nouvelles lois plutôt qu’à adapter des lois plus anciennes jugées trop permissives. C’est aussi une manière de s’autoriser à étendre sur l’Internet une sorte de juridiction universelle, un droit erga omnes3 qui permettrait à une logique propriétaire et privative de s’appliquer en dehors des juridictions territoriales connues, c’est-à-dire dans l’univers numérique.

4Cependant, cette logique propriétaire n’est pas hégémonique. Selon le point de vue inverse, défendu par différents auteurs comme notamment ceux du film Pir@tage (Bergère et Rouillon, 2011), ou encore Laurent Chemla dans Confession d’un voleur (Chemla, 2002), les « pirates » déploient et maintiennent une alternative, une résistance à la logique propriétaire et à la privatisation économique de l’Internet, qui sont déployées avec l’arrivée d’acteurs économiques s’appropriant le réseau des réseaux. Dans cette logique, celui-ci n’est pas destiné à devenir un support du marché ou à servir des intérêts du marché du numérique (des prestataires d’accès haut débit aux entreprises de terminaux mobiles de lecture des données, en passant par le commerce électronique), mais à rester un réseau de communication et d’échange de données.

  • 4 Tous les ans Google organise le Google Summer Of Code qui attribue des bourses à des projets open s (...)
  • 5 Facebook récompense généralement les white hats, les « hackers éthiques » qui signalent des failles (...)

5Mais si l’on regarde dans le détail, cette opposition entre deux logiques (l’une défendue par les entreprises, l’autre par des personnes identifiées comme pirates) n’est ni totale ni statique. Loin d’être seulement limitée au monde des usagers de l’Internet, la culture pirate et hacker fait l’objet d’une attention opportuniste de la part des acteurs de l’économie numérique en quête d’innovations. Chez Google4 comme chez Facebook5 et de nombreuses autres sociétés, il y a une fascination et un intérêt concret à identifier les tendances et les compétences qui se développent avec agilité et rapidité dans les communautés geeks.

  • 6 La situation est en évolution constante ; ainsi des accords de diffusion ont pu être signés entre l (...)
  • 7 Toutefois en 2013, le magazine en ligne Slate rapporte que quelques figures emblématiques d’irréduc (...)

6Le but de cet article est de resituer les pratiques P2P et les discussions autour de ces pratiques dans le cadre plus général des allers-retours entre entreprises et hackers autour de la culture pirate, définie comme un ensemble partagé de connaissances, de compétences, d’habiletés, de savoirs et savoir-faire qui sont mobilisés lors de l’usage de technologies informatiques et du partage de contenus numériques, sans reconnaissance ni allégeance à quelque forme d’autorité, en particulier institutionnelle, qui contraindraient ces pratiques. En effet, les réseaux P2P ont été des lieux d’expression et d’émergence de la créativité hacker et de sa diffusion autonome. Ils ont popularisé une techno-culture ascendante (bottom-up), défiant les conventions et les institutions au nom d’une innovation décrite comme une aventure numérique. Face à l’évolution des lois encadrant les usages numériques ou face à la récupération par les entreprises des signes extérieurs de la culture pirate, les internautes qui auraient pu voir leurs usages qualifiés de pirates transforment ou requalifient ces usages. Ces transformations peuvent être de plusieurs ordres : le renoncement, en se tournant vers les offres marchandes (plateformes ou forfaits associés aux dispositifs mobiles) ; la mutation de leurs pratiques, en se tournant vers des logiciels et œuvres libres (respectant le droit d’auteur et présentant le code ouvert mais surtout l’esprit du partage non commercial) ; le déplacement vers de nouvelles zones pirates où leurs pratiques ne sont pas encore (il)légalisées (par exemple le streaming)6. Enfin, d’autres défient la nouvelle législation et persistent avec des pratiques rendues illégales, considérant que l’application de la loi est impossible et que le législateur finira par ne pas condamner les pratiques de partage illégalisées7.

7Cet article s’inscrit dans une recherche de long terme sur les communautés d’utilisateurs des réseaux de P2P et sur les débats autour de la question des évolutions du droit d’auteur. Au cours de nos enquêtes, nous avons régulièrement croisé des questions liées à la légalité des échanges. Nous avons été confrontés aux mots utilisés pour décrire les pratiques et les usages. De fait, le terme de « pirate » et ses dérivés ont été des termes récurrents mais dont l’appréciation nous semble avoir évolué au fil du temps. Par exemple si le terme de pirate est très présent sur les sites des syndicats des industries culturelles (SACEM, SACD…) avant 2005, il semble moins visible ensuite. A contrario si au début des années 2000 les utilisateurs ne se considèrent pas pirates, l’apparition et le succès d’un site comme The Pirate Bay ou la naissance du Parti pirate sont des éléments visibles d’une appropriation et d’une revendication du terme par une partie des utilisateurs de réseau de P2P. Dans ce contexte, nous voulons interroger l’émergence et l’évolution d’une culture pirate autour des usages du peer-to-peer. Peut-on reconnaître une culture pirate dans les pratiques d’échange entre pairs ? Que peut-on alors retenir des relations qu’entretiennent P2P et culture pirate ?

8Pour aborder cette problématique, nous allons dans un premier temps cerner les contours des figures du pirate et leurs appropriations dans le champ des usages numériques. Dans une seconde partie, nous confronterons deux analyses (sur le peer-to-peer et sur le débat autour du droit d’auteur) aux caractéristiques d’une culture pirate dont nous aurons dressé les contours au fil de la première partie. Au sein de cette seconde partie, nous confronterons nos travaux à l’évolution des stratégies de partage au cours des dernières années. Cela nous amènera dans une troisième partie à nous interroger sur la façon dont batailles et débats ont fait évoluer les postures et la place de la culture pirate dans les échanges entre pairs. Mythe détourné, mythe dépassé ou mythe entretenu : nous montrerons que les figures pirates sont invoquées de manière ambivalente et ambiguë par l’ensemble des protagonistes qui se reconnaissent concernés par les échanges entre pairs.

Figures de peerates

  • 8 Le terme retailler fait ici référence à une traduction littérale du terme anglais de hacker : le bû (...)

9À partir d’une lecture historique de la piraterie maritime, nous ferons le lien avec l’univers de l’informatique et de la culture numérique comme l’avait fait Hakim Bey (1997) lorsqu’il avait mis en perspective certaines pratiques numériques de codage et de partage avec les utopies pirates. L’évolution de l’informatique a notamment donné naissance à un univers de bricolage matériel et logiciel. Le codeur, qui est le premier utilisateur d’un programme, s’inscrit souvent entre deux grandes traditions : l’ingénierie méthodique et ordonnée, et celle des bricolages par essais et erreurs tels qu’ils sont décrits dans Lacathédrale et le bazar (Raymond, 1997). Dans les années 1960-1970, les informaticiens échangent les programmes qu’ils créent avec la possibilité pour les codeurs d’« aller voir dans la source » et de retailler8 cette dernière pour l’adapter, l’améliorer comme le rappelle la biographie de Richard Stallman, hacker revendiqué avant de devenir porte-parole du mouvement du logiciel libre (Williams et al., 2010). Le terme hacker a ensuite été traduit par ou associé à celui de pirate dès les années 1980 tant par les représentants des industries informatiques et culturelles que par les utilisateurs. Le glissement provient de l’amalgame de différentes pratiques de détournement informatique, qui vont de l’amélioration du logiciel au contournement de sécurités numériques en passant par l’accès à des données théoriquement protégées en vue de les exploiter à des fins personnelles ou collectives, opportunistes ou éthiques (Wieckmann et Chaos Computer Club, 1989). L’adoption ambivalente de ce terme trouve ses racines dans l’imaginaire collectif et l’histoire juridique de la piraterie.

Utopies et légendes pirates des mers et océans

10Le pirate est généralement associé à la mer et la navigation. Le terme sert aussi à qualifier un individu entreprenant et aventurier, qui tente de forcer sa chance, sa bonne fortune. Mais, dès l’Antiquité, le pirate devient un ennemi de tous qui échappe aux lois. C’est surtout à la fin du xviie siècle que la piraterie maritime entre dans son âge d’or et que se construisent les imaginaires les plus tenaces encore aujourd’hui.

11Les pirates des mers du Sud sont généralement d’anciens marins dont le navire a été abordé et qui ont rejoint le « pavillon noir ». Les auteurs ayant rassemblé des éléments pour constituer une histoire de la piraterie rappellent généralement que la vie de pirate n’était pas luxueuse et opulente mais qu’elle relevait néanmoins d’une forme d’émancipation (Rediker et Alpi, 2010). Les conditions de vie à bord semblaient bien moins contraignantes que dans les marines de guerre ou commerciales. Le partage des butins était équitable et les capitaines pirates n’avaient que rarement le double de la part d’un marin. Il y avait des assemblées à bord pouvant destituer le capitaine, d’un genre qu’on ne connaissait pas sur les bateaux classiques. Du roman L’île au trésor de Robert Stevenson aux films Pirates des Caraïbes produits par Walt Disney Pictures, le pirate est un personnage romanesque qui s’affranchit de l’autorité, sans patrie ni famille autre que son équipage. Il constitue des trésors (enterrés, cachés) dont il ne peut jouir en étant hors des zones pirates. Le pirate est ainsi un insoumis, apatride, égalitariste, marginal, hors normes, prenant des risques.

Les pirates mal aimés des terres pacifiées

  • 9 L’ancêtre du capitaine Haddock dans l’album d’Hergé Le secret de la Licorne.

12Le pirate est aussi une figure négative. Nous relevons quelques pirates maudits comme Rackham le Rouge, dans la bande dessinée Tintin, l’ennemi juré du capitaine Haddock, qui présente une ambiguïté. En effet, le capitaine Haddock est un personnage ambivalent qui est à la fois porteur d’une autorité paternelle (Tisseron, 1985) et qui défie presque systématiquement l’autorité. Il n’est pas loin d’être lui-même un pirate chaque fois qu’il est hors de ses terres, à l’opposé de sa figure chevaleresque et aristocratique lorsqu’il retrouve son château. Le château de Moulinsart est un cadeau du Roi à l’ancêtre lieutenant de marine du capitaine. Ce qui se joue dans la rencontre entre Rackham et le chevalier De Haddoque9, c’est la séparation entre pirates et corsaires au service d’une autorité. Cette séparation est celle que l’on retrouve dans la culture hacker lorsque se différencient les « chapeaux blancs » et les « chapeaux noirs ». Les premiers hackent au service de la sécurité des systèmes, opposés aux seconds qui essaient de les casser ou d’en prendre le contrôle pour leur propre compte (Bergère et Rouillon, 2011).

  • 10 Mad Max est un film d’anticipation post-apocalyptique de George Miller sorti en 1979. L’autorité a (...)

13Dans l’histoire de la flibuste, l’âge d’or de la piraterie prend fin dans les années 1720 lorsque les États produisent des lois d’exception avec la naissance d’une « juridiction universelle » par laquelle les États s’autorisent à poursuivre et juger les pirates en dehors de leur territoire (Do or die, 2005). La mer, avec ce qu’elle a de force de la nature, semble constituer un espace sans frontière, sans loi des hommes, et reste encore aujourd’hui un défi pour ceux qui s’y aventurent. Le pirate maritime semble gagner des galons de noblesse parce qu’il évolue dans un milieu hostile et inconnu. En revanche, le terme de pirate de la route est globalement associé à des faits divers cruels et violents. Il incarne, dans un imaginaire à la Mad Max10, un univers régressif où des espaces que l’on croyait pacifiés semblent redevenir des zones de non-droit. Descendants des bandits de grand chemin, ils sont terrifiants parce qu’ils apparaissent sur un territoire sous contrôle d’une autorité (et du commerce qu’elle protège).

Du pirate des mers au pirate numérique

14On peut relever des convergences entre l’histoire de la piraterie maritime et l’histoire des hackers, notamment en nous appuyant sur trois époques de piraterie que nous dégageons : l’aventure, la scission et la soumission.

15La piraterie maritime aux xviie et xviiie siècles connaît un âge d’or correspondant au développement de la marine dans un contexte de forte concurrence, voire de guerre entre les nations européennes et sur l’existence de nombreuses terra incognita pouvant servir de refuge pour établir des caches et des colonies (Do or die, 2005). Dans l’univers du numérique, cet âge d’or est celui des pionniers de la micro-informatique des années 1970 et des premiers pionniers des réseaux télématiques, notamment d’Internet dans la première moitié des années 1990. Le cyberespace est alors présenté par ses promoteurs comme une nouvelle frontière (Rheingold, 1995).

16La seconde période marque un temps où les États et les entreprises tentent de profiter et de maîtriser le phénomène. Les années 1990 sont ainsi une période où l’on recrute des hackers qui deviennent des « corsaires » (Bergère et Rouillon, 2011), induisant une scission parmi les hackers.

17Cette période est suivie de la mise en place d’un arsenal juridique et répressif visant à éliminer les poches pirates qui ne rentrent pas dans le système. Cela se traduit par les lois d’exception (sous couvert d’antiterrorisme) qui voient le jour après 2001. Ce sont les technologies de re-territorialisation d’Internet qui font entrer le réseau dans les normes juridiques. On peut ainsi penser aux poursuites contre le site The Pirate Bay, à l’arrestation de Kim Dot Com de Megaupload, ou aux poursuites contre le porte-parole de WikiLeaks, Julian Assange.

18Les figures contemporaines du pirate informatique, créées à partir d’une analogie entre les pirates des mers reconstruits par la littérature et les hackers, sont donc profondément ambivalentes. Quels rapprochements et confrontations peut-on établir entre ces figures de pirates et nos études d’usages des réseaux P2P et de débats autour du droit d’auteur ?

La dissémination de la culture pirate : usages du peer-to-peer et débats sur le droit d’auteur

19L’apparition de lois qui règlementent les usages P2P, en forçant les utilisateurs à mettre en question leurs pratiques, a contribué à l’apparition de comportements, de techniques et de prises de position pluriels.

L’émergence d’une mouvance floue : le peer-to-peer avant les lois

  • 11 Questionnaire diffusé durant deux mois (octobre-novembre 2002), et lancement d’un appel à contribut (...)
  • 12 Napster est le premier logiciel populaire de peer-to-peer lancé en juin 1999 et dont les serveurs o (...)

20À partir de 2002, nous avons étudié les usages de réseaux de partage entre pairs. À l’issue d’une enquête par questionnaire11, nous avons proposé plusieurs conclusions qui retrouvent une certaine résonance aujourd’hui lorsque nous explorons la question de la culture pirate. L’un des résultats-clés de notre étude porte sur l’organisation des utilisateurs en réseaux multi-canaux, ou multi-dispositifs de communication, exerçant ainsi des présences ubiquitaires variées pour contourner les défaillances du système ou pour optimiser leurs usages (Mabillot et Vidal, 2004b, 2008). Au départ, un outil comme Napster12 était une sorte de tout-en-un, et sa découverte par les utilisateurs se faisait de proche en proche par l’intermédiaire de différentes sources internet (courriel, newsletters, forums, etc.). Les premières crises (Mabillot et Vidal, 2004a), qui ont conduit à des fermetures d’abord épisodiques puis définitives, ont amené les utilisateurs à développer des réseaux secondaires et une agilité pour faire circuler les informations et déplacer les communautés. Ce maillage d’outils, qui devait permettre de ne pas être dépendant d’une seule technologie et de ses failles techniques, s’appuyait sur des interprétations des cadres réglementaires afin d’échapper à un contrôle répressif. Les messageries (instantanée ou courriel) ont commencé à être utilisées pour les échanges interpersonnels afin de faire circuler l’information concernant les nouveaux outils ou réseaux de partage collectif. Les sites web ont capitalisé l’information didactique, et les forums sont devenus des lieux d’élaboration d’un argumentaire de résistance collective.

  • 13 Chaque réseau peut avoir une architecture client-serveur variable faisant qu’en changeant de techno (...)
  • 14 Le logiciel eMule permet de se connecter sur un réseau de peer-to-peer intégrant deux protocoles (e (...)
  • 15 Nous appelons experts, ou sentinelles, une catégorie d’utilisateurs ayant des compétences technique (...)

21Cette capacité de mouvance, de déplacement physique13 des ancrages des communautés, participe à l’inscription de ces pratiques dans une culture pirate, et l’on peut la rapprocher de la « territorialité temporaire », celle des fameuses TAZ ou zones autonomes temporaires (Bey, 1997), et de ses formes d’insoumission. Si on ne peut parler de clandestinité, les utilisateurs des réseaux de partage utilisent largement les pseudonymes pour s’offrir une identité protectrice. Au fur et à mesure de la perception d’une montée de la surveillance, le pseudonyme devient lui-même un élément secondaire. Déjà en 2002, sur des réseaux comme celui d’eMule14 qui était l’un des plus importants, le pseudonyme n’est plus obligatoire pour se connecter au réseau. Cette tendance s’intensifie avec la mise en place de technologies rendant l’anonymisation de plus en plus protégée. Toutefois, cette anonymisation n’empêche pas le maintien d’éléments d’identité culturelle, ne serait-ce que parce que le succès d’un réseau est lié à la disponibilité de contenus et d’outils dans la langue maternelle des utilisateurs (sauf dans le cas des experts15).

22Jusqu’à la promulgation de lois, cette culture pirate est plus folklorique que vraiment nécessaire. Mais l’arsenal juridique se précisant, l’adoption ou non des pratiques liées à la culture pirate (notamment l’anonymisation) a une influence directe sur le rapport aux communautés P2P. On peut alors repérer des divergences d’attitudes au sein des communautés, qui évoluent vers différents pôles de pratiques :

23Les repentis ou les consommateurs : les utilisateurs qui considèrent que l’offre aussi bien technique qu’économique, ou encore de contenus mis à disposition par les plateformes de diffusion légales et légitimées par les industries culturelles, répondent à leur besoin.

  • 16 Paul Miller, « I’m still here : back online after a year without the Internet » [en ligne], The Ver (...)

24Les déconsommateurs, les déconnectants : à l’inverse, ils n’ont plus envie de se compliquer la vie pour récupérer des contenus. Ils préfèrent renoncer à la consommation de produits culturels. Ce phénomène est notamment marqué par la publication de livres dans lesquelles sont racontées des expériences de déconnexion, de renonciation (Biagini, 2012 ; Crouzet, 2012), même si ces déconnexions ne sont que temporaires16.

  • 17 C’est notamment le cas pour la majorité des distributions Linux, des albums et films de musique lib (...)

25Les libristes, c’est-à-dire les personnes qui produisent ou utilisent des logiciels ou des contenus sous licence libre : pour leurs pratiques informatiques et culturelles, ils ont adopté une attitude consistant à aller vers une autre légalité. Ils changent de cadre, de contenus. Pour dépasser la problématique du droit d’auteur, ils privilégient le droit de l’utilisateur. Ils utilisent les réseaux de peer-to-peer pour partager la diffusion de contenus pouvant être diffusés légalement mais dont les volumes représenteraient des coûts de bande passante peu gérables par des communautés sans infrastructures industrielles17.

26Les pirates : ils persistent dans l’utilisation de techniques et de tactiques de contournement et de détournement pour s’approprier des contenus, à travers de nouvelles approches que nous décrirons plus bas comme des mutations des pratiques de partage.

27Les opportunistes et les ambivalents : sans que nous puissions évaluer leur nombre, ils représentent vraisemblablement le gros des bataillons d’usagers du peer-to-peer. Ils peuvent appartenir à une des catégories précédentes, mais cèdent occasionnellement ou fréquemment aux usages pirates.

28Ainsi, l’apparition d’une législation règlementant les pratiques P2P met à l’épreuve ces pratiques, conduisant à leur différentiation.

Mutations des pratiques de partage

29En valeur relative du trafic de données, la place du peer-to-peer semble avoir diminué, mais contrairement aux apparences, le volume absolu a continué de croître. De plus les techniques et technologies de partage entre pairs ont évolué avec la nature des contenus et il conviendrait de corriger les chiffres en tenant compte de technologies détournées ou alternatives que nous allons présenter et qui entretiennent autrement la pratique des échanges.

30La pression et la menace des autorités de régulation, comme la Hadopi en France, expliquent le déplacement des usages vers des technologies non ciblées par la loi ou difficilement contrôlables.

  • 18 Technologie permettant de diffuser en flux un contenu audio-vidéo par l’intermédiaire d’un lecteur (...)
  • 19 Guillaume Champeau, « Le streaming, star du nouveau baromètre Hadopi » [en ligne], Numerama, 26 jui (...)

31Les sites de streaming18 extraterritoriaux : le plus emblématique a été Megaupload dont la mise hors service a favorisé l’émergence de nombreux sites équivalents. Ces sites web se trouvent physiquement dans des zones où la réglementation sur le droit d’auteur et la copie est plus permissive. Ils permettent le dépôt de fichiers et ensuite l’échange de liens vers ces fichiers pour les visualiser ou les écouter directement en ligne. C’est actuellement la technologie privilégiée par les internautes, car elle ne nécessite pas de paramétrage ni d’installation de logiciel. Les services se financent officiellement avec la publicité ou les abonnements (permettant d’éviter la publicité et certaines limites de débits ou d’usages). Dans un pays comme la France, où la majorité des internautes ont un accès haut débit à Internet, il est beaucoup plus simple de visualiser des films ou des séries en streaming depuis son navigateur web via des sites hiérarchisés que d’installer un logiciel dédié à l’échange, pour ensuite visualiser le contenu après quelques opérations de gestion de fichiers. Les sites de streaming font désormais l’objet d’une grande attention de la part des autorités (Imbert-Quaretta, 2013)19.

32Les réseaux cryptés et en particulier les réseaux F2F (friend-to-friend, « entre amis ») reposant sur des technologies de cryptage qui anonymisent les échanges. Des réseaux comme Tor, I2P (Internet-to-privacy) peuvent rendre invisibles les échanges grâce à un proxy collaboratif à partir duquel chacun prend en charge une partie du masquage et la circulation des données. Les réseaux F2F fonctionnent sur la base d’un pair de confiance qui parraine l’entrée dans le réseau où chacun est ainsi invisible.

33Les proxys permissifs et les VPN (Virtual Private Network) : ce sont des serveurs intermédiaires pour la connexion vers des serveurs tiers. Ils vont ainsi masquer l’IP de l’utilisateur qui circule sur Internet, puisque ce sera l’IP du serveur proxy (en zone territoriale légalement protégée) qui sera utilisée, la connexion entre le proxy et l’utilisateur étant totalement cryptée. Cette technologie permet de passer par le web ou les réseaux de P2P classiques (comme eMule ou Torrent). Les VPN sont des services assez similaires qui créent un tunnel crypté entre l’utilisateur et l’Internet. Cette technologie est aussi utilisée par les travailleurs nomades pour sécuriser les accès à distance à leur intranet d’entreprise. Les fournisseurs de proxys financent généralement leurs activités par la vente d’abonnement au service.

34Les copyparties sont des soirées où chacun vient avec sa clé USB, son disque dur et autres dispositifs de stockage mobiles pour copier de disque à disque des fichiers. Cette méthode permet d’échapper actuellement au contrôle via l’Internet.

35Les seedboxes sont des machines louées sur les réseaux qui font office de serveur P2P hors de chez soi, sous la forme d’un serveur externe privé.

36La consommation de contenus libres ou du domaine public (logiciels, musiques, films, livres électroniques, etc.). Le « scandale Prism », dévoilant les liens entre les services de renseignements et les gros fournisseurs américains de services, a popularisé plusieurs de ces parades20.

  • 21 Un « cloud personnel » avec des données accessibles depuis son ordinateur local, nomade ou son télé (...)
  • 22 On retrouve, en France, des associations comme la Quadrature du net, l’Association pour la promotio (...)

37Si initialement le peer-to-peer a été un accélérateur de la démocratisation de la connexion internet à haut débit, aujourd’hui cet accès rapide et permanent au réseau facilite le déploiement de nouvelles stratégies et tactiques de déplacement hors des zones surveillées. Des technologies d’auto-hébergement partagé permettent à des utilisateurs (de moins en moins experts) d’installer et de paramétrer leurs serveurs de données distribuées21. Aussi bien les communautés du logiciel libre que les défenseurs des libertés numériques ou de la neutralité du réseau22 se retrouvent pour développer et promouvoir ces pratiques. Cette culture du mouvement, du contournement et du détournement rejoint une culture pirate.

38Ainsi, on peut constater que les transformations du cadre législatif du P2P ont abouti à de multiples formes d’adaptation, de résistance et de transfert de compétences.

Débats autour du droit d’auteur et du « copyleft » : la légitimité ou la piraterie ?

39Ces différentes transformations, à la fois dans les pratiques des usagers et dans les moyens techniques de partage de fichiers, sont allées de pair avec des débats internes aux communautés d’usagers, portant sur les questions du droit d’auteur, du rapport à la loi, à la propriété, à la liberté, aux pratiques légitimes, à l’accès à la culture et à l’insoumission.

40Dans le cadre de ces débats s’inventent des discours nouveaux sur la culture numérique, laissant apparaître des tensions autour des manières de considérer les créations numériques (logicielles ou culturelles), mettant en question la culture du droit d’auteur entendu comme une « propriété » (Lessig, 2005). Selon ces discours critiques, lorsque droit d’auteur et propriété intellectuelle sont associés, le droit d’usage est limité à un droit de consommation qui ne prend pas en compte les pratiques concrètes et interactions des utilisateurs et des technologies. Or, les pratiques numériques conduisent à repenser le droit d’auteur et la place de l’auteur et de l’œuvre qui devient une co-création (lorsqu’il y a interaction entre auteurs et usagers durant le processus de production) et parce que la technologie numérique est fondée sur le recodage-décodage (la numérisation) et la copie. Contre la culture du droit d’auteur se constituent peu à peu des discours ancrés dans la culture pirate portés par des acteurs comme Laurent Chemla, qui revendiquent la liberté d’usage et d’appropriation comme supérieure à la propriété intellectuelle (Chemla, 2002). Cette liberté fondamentale fonderait la revendication d’un usage sans entrave et la légitimation de ce droit, justifiant l’adoption du terme pirate pour qualifier des pratiques décrites comme relevant de l’insoumission ou de la résistance.

41Cependant, l’opposition entre culture du droit d’auteur et culture pirate fait apparaître un continuum de prises de position plutôt qu’une division claire entre deux catégories d’acteurs. On peut ainsi repérer, au sein même des personnes tenant un discours critique sur la culture du droit d’auteur, deux courants de discours et de positionnements vis-à-vis des pratiques pirates : nous les décrivons comme courant insoumis, persistant et courant décadrant, décalant, ce dernier prônant la culture libre, les licences Creative Commons, Art Libre, Globale. Au-delà de ces prises de position et de ces intellectualisations des pratiques d’échanges, il convient de ne pas perdre de vue l’existence d’une pratique pirate opportuniste qui ne produit pas de discours sur sa pratique. Cette ambivalence est riche d’enseignements sur la culture pirate et nous proposons maintenant d’en rendre compte par la présentation des résultats d’une étude sur les débats dans une liste de discussion.

  • 23 La liste copyleft_attitude@april.org a été fondée en 2000 par l’April, la principale association fr (...)
  • 24 Le corpus d’étude a été composé à partir du mot-clé « Dadvsi », de façon à ne conserver que les mes (...)

42La liste de discussion « Copyleft_Attitude »23 de l’association April (Vidal, 2008) est créée au moment des débats sur le projet de loi relatif au droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information (Dadusi), transposition de la directive European Copyright Directive (EUCD), qui vise à constituer un arsenal juridique pour lutter contre la copie non autorisée d’œuvres relevant du droit d’auteur, et en particulier contre les usages des réseaux P2P et le téléchargement illégal. L’étude qualitative des discours de cette liste, à partir d’un corpus de 323 messages24, montre des changements de thématiques en fonction de l’urgence et la mise en place de débats sur le droit d’auteur, sur la diffusion de la culture et sur les libertés individuelles. Les échanges au sein de la liste n’ont pas donné lieu à un consensus. Certes, officiellement, l’April, dans la continuité de la Free Software Foundation animée par Richard Matthew Stallman, a opté pour un positionnement légaliste qui fait le choix d’opposer radicalement les contenus sous licences libres et les contenus sous licences privatives. Il en ressort que l’association valide essentiellement un discours où le P2P est une technologie de communication neutralisée vis-à-vis des contenus échangés. Par rapport à la culture pirate, les prises de position repartent généralement d’un rappel des errances étymologiques pour valoriser le hacker en signifiant qu’il n’est pas synonyme de cracker. Cependant, on observe dans les débats de multiples propositions de stratégies pour protéger la liberté de créer en dehors des modèles de production et de diffusion des industries culturelles, dont certaines diffèrent de la position officielle :

  • des stratégies de négociation notamment avec la licence globale ou l’idée de démocratiser les procédures et instances de régulation ;
  • des stratégies militantes pour promouvoir les auteurs et acteurs de contenus libres, en s’appuyant sur le mouvement du logiciel libre ou des alternatives juridiques telles que le copyleft, ou les Creative Commons25 ;
  • des stratégies de résistance, de contournement voire de clandestinisation des pratiques, incitant à utiliser les non-dits dans la loi, comme le streaming ou des réseaux décentralisés cryptés ; mais aussi de disqualification de la suprématie du droit d’auteur et droits voisins, considérés comme anachroniques et voués à disparaître par certains membres de la liste.

43Ainsi, les transformations du cadre légal des pratiques P2P a induit des modifications dans les pratiques des usagers et dans l’offre technique pour le partage des fichiers. Les débats qui ont accompagné ses évolutions font apparaître des prises de position différenciées, indiquant des interprétations différentes des valeurs communes de partage, de transfert de compétences et de connaissances – valeurs que l’on peut relier à la culture pirate, notamment par le lien qu’elles entretiennent avec la culture des utopies pirates du xviiie siècle telles qu’elles sont présentées par Hakim Bey (1997).

Transversalités : bord à bord

44On peut ainsi dire que la culture pirate, mise à l’épreuve des usages du peer-to-peer et des débats sur le droit d’auteur, se différencie en plusieurs formes, dont les acteurs et les valeurs divergent. On peut caractériser trois formes de culture pirate : une culture anti-pirate, fondée sur la récupération de pratiques et de symboles pirates contre le piratage ; une culture libre, qui adapte la culture pirate aux nouvelles conditions juridiques ; et enfin une culture pirate assumée, défendant le piratage au nom de l’accès à la culture.

La culture anti-pirate : corsaires, brouillage et victimisation

45Avec les poursuites engagées contre Napster en 1999, le peer-to-peer est devenu un emblème d’une conception de l’informatique et du partage à disqualifier pour les industries culturelles. Cependant la lutte juridique n’est qu’une des formes de délégitimation du peer-to-peer. Il est possible de montrer la mise en œuvre en parallèle par ces industries d’autres techniques de remise en cause, dont les objectifs sont de freiner les pratiques d’échanges, de récupérer les usages de partage (ou leurs signes extérieurs) et de déplacer les éléments de discours pour se poser en victimes tout en diabolisant les pratiques P2P.

  • 26 Guillaume Champeau, « Macrovision lance une nouvelle version d’hawkeye » [en ligne], Numerama, 3 se (...)
  • 27 Sophian Fanen, « Faire de Napster un service payant » [en ligne], Libération, 7 août 2013, [URL : h (...)
  • 28 Alexandre Laurent, « Jaimelesartistes : le site qui vous explique Hadopi » [en ligne], Clubic, 31 o (...)

46On constate l’émergence de pratiques que l’on peut qualifier de corsaires, consistant à agir sur les réseaux d’échange pour les déprécier, notamment en diffusant des fichiers dégradés. Ces techniques se fondent sur celles des « pirates », notamment lorsque ces « corsaires » créent de faux sites ou de faux fichiers qui s’inspirent des modes de nommage très « geek »26. Cette même logique vaut aussi pour le rachat du logo et du nom de Napster avec sa notoriété sulfureuse qui a transité de Bertelsmann (major allemande de l’industrie musicale) à Best Buy (chaîne de magasins d’électronique et de produits numériques) en passant par Roxio (fabricant de supports numériques et de technologies de reproduction et gravage) jusqu’à Rhapsody aujourd’hui (magasin de vente et d’écoute de musique en ligne)27. Les industries culturelles mettent aussi en place des sites de défense du droit d’auteur tentant de déployer une imagerie et un ton qui se veulent jeunes et impertinents28.

47Cependant, l’une des clés du succès des réseaux peer-to-peer souvent évoquée dans nos enquêtes et nos observations est la simplicité d’utilisation et d’accès des outils de partage ainsi que le nombre de références en téléchargement. Pour ne pas laisser le champ libre aux réseaux d’échange, les industries ont alors développé des ripostes visant à simplifier et à raccourcir les procédures entre la consultation du catalogue et l’achat du titre via la dématérialisation et la virtualisation du « poste d’écoute ». À l’aide des plateformes de téléchargement comme iTunes ou des sites d’écoute en ligne comme Spotify ou Deezer, l’utilisateur achète des forfaits ou des crédits lui permettant d’accéder à une forme de consommation continue ou compulsive où la musique est directement transférée vers l’outil d’écoute – en contrepartie d’une perte de maîtrise du support ou de la gestion des droits des titres, notamment sur la possibilité de transfert de l’achat vers un autre de ses supports. Nous assistons dès lors à une nouvelle déterritorialisation, symétrique de celle mise en œuvre par les pratiques P2P, mais cette fois en sens inverse : les acteurs économiques investissent dans les technologies pervasives, qui permettent aux usagers d’avoir accès à des contenus depuis n’importe où, mais aussi de signaler sur les réseaux sociaux l’usage qu’on en fait. Ces technologies engagent les utilisateurs à livrer en permanence leurs données et traces pour bénéficier de l’accès aux réseaux, et ce faisant, ils sont placés en situation de propager leur pratique et de faire auprès de leur entourage la promotion des technologies développées par les industries. La frivolité et le « cool » de ces formes de consommation participent au sentiment que celle-ci est libre et repose sur le consentement – ce qui encourage paradoxalement la fidélisation des consommateurs (Boullier, 2009).

La culture libre

48Nous avons observé au cours du temps le développement d’une approche complémentaire devenant concurrente de la culture pirate : la montée d’une culture libre. Initialement existe une forte proximité entre les hackers et le logiciel libre, la copie faisant partie de la culture informatique comme le rappelle Adam Burns dans Steal This Film (The League of the Noble Peers, 2006). Si le premier logiciel Napster est un logiciel gratuit mais propriétaire, ses successeurs seront généralement des logiciels libres, en particulier Gnutella qui sera une des premières alternatives à la fermeture de Napster.

  • 29 Nous faisons ici référence au Bitcoin, la monnaie décentralisée créée par Satoshi Nakamoto dont le (...)
  • 30 The Pirate Bay est le plus important site mondial d’échanges entre pairs fondé sur la technologie T (...)

49Si les logiciels libres sont plus anciens que la démocratisation du réseau internet et les échanges entre pairs (Williams et al., 2010), ils fournissent toutefois un modèle qui nourrit les discussions sur le droit d’auteur. L’alternative au copyright, proposée aussi bien par des juristes comme Eben Moglen (The League of Noble Peers, 2006) que des informaticiens (Aigrain, 2008), est de redonner des droits à l’usager à la fois pour la liberté d’expression et la dynamique créative. Ainsi les licences libres se trouvent exportées et adaptées à d’autres créations que le logiciel, et notamment aux arts. Les licences Art Libre, Creative Commons et bien d’autres variantes ouvrent la voie à un partage de contenu culturel gratuitement et sans entrave. D’un point de vue stratégique, les libristes se détournent de l’affrontement contre les ayants droit et l’industrie en créant leurs propres objets culturels affranchis d’un droit de propriété coercitif. Ils choisissent le renoncement à une forme de consommation pour ne pas avoir à en adopter ni à en transgresser les contraintes. Si l’on se reportait à l’histoire de la piraterie au xviiie siècle, ils seraient plutôt du côté des boucaniers qui étaient souvent d’anciens pirates, esclaves en fuite, marins déserteurs ayant créé des mini-communautés à Saint-Domingue et dont les ports fournissaient aux pirates de passage des moyens de dépenser le fruit de leur chasse (Ramseier, 2006). Même s’il leur arrive d’être tentés par le défi technique et le hacking (Raymond, 2001), les libristes se positionnent du côté d’un modèle « anti-propriétaire », « non privateur » pour reprendre l’expression de Stallman, là où les pirates sont anti-propriété. En ce sens, ils cherchent à fonder de nouveaux paradigmes économiques autour de leurs créations, qui passent par le développement de systèmes d’échange qui s’inspirent des technologies du peer-to-peer29 ou qui sont proposés par des anciens pirates, comme le système de micro-paiement Flattr co-inventé par Peter Sunde, l’un des fondateurs de The Pirate Bay30.

50Au-delà des proximités historiques visibles entre libristes et pirates, nos observations au sein des communautés de libristes montrent, malgré leur positionnement officiel, des pratiques ambivalentes (qui existent aussi dans les communautés des défenseurs d’un droit d’auteur classique).

La culture piratée au nom de l’accessibilité

  • 31 Communiqué du ministère de la Culture et de la Communication, 10 mai 2013 [URL : http://www.culture (...)
  • 32 Olivier Chicheportiche, « Le P2P ne fait plus recette, le streaming explose » [en ligne], ZDNet, 13 (...)
  • 33 Guillaume Champeau, « Le P2P explose après la fermeture de MegaUpload » [en ligne], Numerama, 25 ja (...)

51En matière de trafic du peer-to-peer, il semble que celui-ci reste massif malgré la traque des téléchargements par les fournisseurs d’accès internet et la Hadopi, qui risque peu de s’interrompre même avec la mise en débat de l’autorité par le rapport Lescure (2013)31. Ce dernier préconise de conserver la teneur pédagogique de la loi envers les internautes pour les dissuader de poursuivre leurs usages P2P, et d’agir sur les acteurs économiques par le biais des taxes. Jusque vers 2009, la part du trafic peer-to-peer ralentissait en pourcentage des données échangées par un déplacement vers les sites de streaming32. Mais les fermetures de sites comme Megaupload ont eu pour effet de relancer l’utilisation des logiciels de P2P avec un glissement vers des logiciels plus puissants du point de vue de l’anonymisation et de la sécurisation des échanges33.

  • 34 Netflix propose pour un abonnement d’environ 6 euros par mois de visionner de manière illimitée les (...)

52Comme nous l’avions noté dans notre enquête et rappelé déjà dans cet article, si des internautes choisissent les réseaux de peer-to-peer par opportunisme, afin de récupérer gratuitement des contenus théoriquement payants, la raison en est leur simplicité d’utilisation. La remontée notable des échanges entre pairs après la chute de Megaupload est un indicateur de cette motivation d’usage du P2P, tout comme l’utilisation massive d’une solution légale mais très simple déployée aux États-Unis et dans quelques autres pays, Netflix34 : ce qui compte avant tout dans le choix de ces utilisateurs opportunistes entre P2P, streaming, et solution payante, c’est la simplicité d’utilisation et d’acquisition de contenus. Les sites de streaming sont bien plus simples d’utilisation que les logiciels de peer-to-peer, en outre la fermeture de ces derniers et la traque des internautes ont relancé des technologies plus anonymes, et qui restent plus accessibles que les offres légales dont les conditions et les contrats d’utilisation nécessitent beaucoup plus d’opérations techniques (et commerciales).

  • 35 « The Pirate cinema – A cinematic collage generated by P2P users » [en ligne], conçu par Nicolas Ma (...)
  • 36 Piratbyrån, qui se traduit par « Le bureau du piratage », est une association défendant et promouva (...)
  • 37 Un tracker est un outil permettant de savoir où sont les « graines » (seeds) pour effectuer la mise (...)

53Conçu pour être un moteur de recherche et un hébergeur de mise en relation pour le protocole BitTorrent, The Pirate Bay est devenu emblématique des sites P2P à la suite de la saga des poursuites, fermetures, réouvertures, procès qui a émaillé l’actualité du partage au cours des dernières années. Mais au-delà, ce site est surtout un lieu massif d’échanges, car ce sont en moyenne 10 millions de connectés qui y sont en ligne simultanément. Ce trafic donne même lieu à la création d’un dispositif artistique, The Pirate Cinema, permettant de visualiser en temps réel une partie des morceaux de fichiers échangés35. Le site est né dans le plus pur folklore pirate du Piratbyrån36, dont l’une des particularités était d’avoir son bureau à bord d’un bus, tradition pirate de l’absence d’attache oblige. The Pirate Bay, qui offre des torrenttrackers37, devient l’un des sites les plus visités au monde. À plusieurs reprises, les autorités suédoises (le site est localisé initialement en Suède) poursuivent et condamnent les fondateurs du site. Mais ce dernier renaît en trouvant de nouveaux biais pour être protégé. Les protestations de militants suédois pour la libéralisation du partage et la défense de The Pirate Bay participent à la naissance du Parti pirate, qui offre ensuite aux serveurs de The Pirate Bay la protection juridique de ses locaux. La personnalité de chacun des trois membres fondateurs du site est peut-être une des raisons du succès de celui-ci. Les trois incarnent probablement les différents courants que nous avons présentés et croisés à différents moments de cet article. C’est du moins l’analyse que nous ferions de leur portrait dans les documentaires les concernant, TPB-AFK (Klose, 2013) et Steal This Film (The League of Noble Peers, 2006). Gottfrid Svartholm est présenté comme le hacker le plus « intégriste » du groupe, il a l’attitude la plus clandestine. Il est généralement en fuite au moment des procès. Fredrik Neij ferait partie des opportunistes notoires : il pense que la copie est dans la nature de l’informatique et que faire autrement, c’est se compliquer la vie. Peter Sunde est celui qui a intellectualisé le plus les conséquences et les réflexions sur les formes d’échange. C’est lui qui a développé Flattr, un système de micro-paiement permettant en un simple clic de faire un don sur Internet. Il postule que le micro-don est une des pistes de soutien à la production culturelle.

54Cette diversité et les ambivalences qu’elle entretient permettent à nombre d’usagers des réseaux de peer-to-peer de trouver leur raison de les utiliser, pour tirer des bords entre différentes figures du pirate et du non-pirate, pour y retrouver tantôt un frisson folklorique, un plaisir de l’interdit, tantôt des formes de résistances au système.

55Dès l’apparition des usages peer-to-peer, le terme pirate est mobilisé pour les qualifier. La Hadopi, en autorisant la surveillance des utilisateurs de réseaux P2P considérés comme des contrefacteurs, a associé les réseaux d’échanges entre pairs à une technique de détournement et d’appropriation illégale. Cependant les échanges entre pairs ne sont pas dédiés par essence à l’échange de contenus protégés par un droit d’usage restrictif. Par ailleurs, d’autres technologies sur le réseau internet permettent d’effectuer des échanges ou de la diffusion de contenus sans plus de respect des droits d’auteur. Pourtant la mission de la Hadopi vise en particulier les réseaux d’échanges entre pairs, et les premières opérations de répression ont ciblé des sites de partage de liens peer-to-peer, en France, en Suède, comme les opérations de police à l’encontre du site Pirate Bay (Klose, 2013).

56Cette focalisation de l’accusation des réseaux de peer-to-peer nous a incité à confronter les usages des réseaux de partage et les débats autour du droit d’auteur aux figures pirates. Les usages des réseaux P2P, fondés, comme nous l’avons analysé, sur des valeurs de partage, de transfert de compétences et de connaissances, sur des postures d’opposition aux valeurs propriétaires et à la monopolisation des ressources culturelles, tendent à forger une culture pirate qui se diffuse au cœur des pratiques de l’Internet. Des négociations s’expriment dans la mise en débat, par l’usage ou par l’argumentation dans les forums électroniques, des cadres réglementaires favorables au maintien des industries de la culture et de la communication. Mais ces dernières, après les balbutiements des débuts des années 2000, exploitent désormais cette culture pirate pour s’emparer des valeurs de liberté et du non-conventionnel correspondant à la quête d’alternatives communicationnelles et culturelles par les internautes. La surveillance et le traitement des données nécessaires à cette exploitation sont rejetés par d’autres acteurs qui mettent en avant l’idée d’Internet comme « bien commun informationnel ». Internet ne peut être, selon eux, la propriété ni d’industries ni d’États, attitude justifiant leur adoption d’une culture pirate qui connaît elle-même différentes interprétations.

Haut de page

Bibliographie

Aigrain Philippe, 2008, Internet & création. Comment reconnaître les échanges hors-marché sur Internet en finançant et rémunérant la création ? Cergy-Pontoise, In libro veritas.

Bey Hakim, 1997, TAZ : zone autonome temporaire, Paris, Éditions de l’Éclat.

Bergère Sylvain et Rouillon Étienne, 2011, Pirat@ge.

Biagini Cédric, 2012, L’emprise numérique : comment Internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Paris, L’échappée.

Boullier Dominique, 2009, « Les industries de l’attention : fidélisation, alerte ou immersion », Réseaux, vol. 2, no 154, p. 231-246.

Chemla Laurent, 2002, Confessions d’un voleur : Internet, la liberté confisquée, Paris, Denoël.

Crouzet Thierry, 2012, J’ai débranché : comment survivre sans Internet après une overdose, Paris, Fayard.

Do or die, 2005, Bastions pirates : une histoire libertaire de la piraterie, Bruxelles, Aden.

Imbert-Quaretta Mireille, 2013, Rapport sur les moyens de lutte contre le streaming et le téléchargement direct illicites, Paris, Rapport pour la Hadopi.

Klose Simon, 2013, TPB -AFK, The Pirate Bay - Away From Keyboard.

Latrive Florent, 2007, Du bon usage de la piraterie. Culture libre, sciences ouvertes, Paris, La Découverte.

Lessig Lawrence, 2005, Free Culture. The Nature and Future of Creativity, New York, Penguin Books.

Mabillot Vincent et Vidal Geneviève, 2004a, « Transmissions par la bande : modes de transmission de savoir, savoir-faire et de connaissances entre les utilisateurs des réseaux d’échange de fichiers », Le partage des savoirs : logiques, contraintes et crises, J.-P. Metzger éd., Paris, L’Harmattan, p. 201-217.
— 2004b, « Peer-to-peer ubiquities », AOIR 5.0, Brighton, 22 septembre 2004.
— 2008, « Compétences sur l’Internet : adaptation, résistance des utilisateurs de P2P et mobilisation des internautes pour intervenir dans le débat public », Enjeux et usages des technologies de l’information et de la communication (EUTIC). Médias et diffusion de l’information : vers une société ouverte, M. Meimaris et D. Gouscos éd., Athènes, Gutenberg, p. 446-476.

Ramseier Mikhaïl Wadimovitch, 2006, La voile noire : l’incroyable aventure des pirates et des flibustiers, Lausanne, Favre.

Raymond Éric, 1997, La cathédrale et le bazar [en ligne], [URL : http://www.linux-france.org/article/these/cathedrale-bazar/cathedrale-bazar.html], consulté le 4 février 2014.
— 2001, Comment devenir un hacker [en ligne], [URL : http://files.jkbockstael.be/hacker-howto-fr.html], consulté le 4 février 2014.

Rediker Marcus et Alpi Fred, 2010, Les forçats de la mer : marins, marchands et pirates dans le monde anglo-américain (1700-1750), Paris, Libertalia.

Rheingold Howard, 1995, Les communautés virtuelles, Paris, Addison-Wesley France.

The League of Noble Peers, 2006, Steal This Film.

Tisseron Serge, 1985, Tintin chez le psychanalyste : essai sur la création graphique et la mise en scène de ses enjeux dans l’œuvre d’Hergé, Paris, Aubier-Archimbaud.

Vidal Geneviève, 2008, « Online debate and transposition of the European Copyright Directive into French law », International Journal of Electronic Governance, vol. 1, no 2, p. 231-239.

Wieckmann Jürgen et Chaos Computer Club, 1989, Danger pirates informatiques, Paris, Plon.

Williams Sam, Stallman Richard et Masutti Christophe, 2010, Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée, Paris, Eyrolles.

Haut de page

Notes

1 « Lutte contre le piratage » [en ligne], site du SNE, [URL : http://www.sne.fr/dossiers-et-enjeux/droit-d-auteur/evolutions-du-droit-d-auteur/lutte-contre-le-piratage.html], consulté le 27 janvier 2014.

2 En octobre 2013, c’est le Département recherche, étude et veille (DREV) de la Hadopi qui dénonçait cette vision partiale des représentants des ayants droit. Voir Guillaume Champeau, « Pour Hadopi, rien ne prouve une remontée du piratage » [en ligne], Numérama, 24 octobre 2013, [URL : http://www.numerama.com/magazine/27319-pour-hadopi-rien-ne-prouve-une-remontee-du-piratage.html], consulté le 27 janvier 2014.

3 Locution latine utilisée en droit pour signifier un droit « à l’égard de tous », donc s’affranchissant des traités et contrats n’impliquant que les parties prenantes.

4 Tous les ans Google organise le Google Summer Of Code qui attribue des bourses à des projets open source pour parrainer un codeur qui développera de nouvelles fonctionnalités pour un logiciel innovant : [URL : https://developers.google.com/open-source/soc/?hl=fr], consulté le 27 janvier 2014.

5 Facebook récompense généralement les white hats, les « hackers éthiques » qui signalent des failles de sécurité comme le rappelle un article de Wired consacré au détournement (non récompensé) de la page Facebook de son fondateur, Mark Zuckerberg : Alice Su, « Path to success for one Palestinian hacker : publicly wwning Mark Zuckerberg » [en ligne], Wired, 31 octobre 2013, [URL : http://www.wired.com/threatlevel/2013/10/facebook_hacker/], consulté le 22 décembre 2013.

6 La situation est en évolution constante ; ainsi des accords de diffusion ont pu être signés entre la Sacem et Creative Commons ou Daily Motion. Voir les communiqués de la Sacem : [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/derniers-communiques-2011/sacem-creative-commons-signent-accord-diffusion-oeuvres], [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/derniers-communiques-2011/sacem-dailymotion-renouvellent-accord-favorisant-diffusion-oeuvres-internet], [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/derniers-communiques-2013/sacem-youtube-nouvel-accord-avril2013], [URL : http://www.sacem.fr/cms/home/createurs-editeurs/info_acces_securise_societaire/repartition-des-droits-provenance-de-youtube-avril-2013], consultés le 27 janvier 2014. Voir aussi le communiqué de la ministre de la Culture, Aurore Filippetti, prenant acte du jugement et de la condamnation de sites de streaming, [URL : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Espace-Presse/Communiques-de-presse/La-ministre-de-la-Culture-et-de-la-Communication-Aurelie-Filippetti-prend-acte-de-la-decision-judiciaire-du-28-novembre-2013-qui-montre-que-des-solutions-existent-face-aux-sites-illicites-proposant-des-contenus-pirates], consulté le 27 janvier 2014.

7 Toutefois en 2013, le magazine en ligne Slate rapporte que quelques figures emblématiques d’irréductibles étaient condamnés par la loi en dernier recours, comme James Climent ou encore les fondateurs de The Pirate Bay. Alexandre Hervaud, « Et à la fin, c’est le pirate qui perd : l’histoire du combat de James Climent pour le téléchargement » [en ligne], Slate, 28 octobre 2013, [URL : http://www.slate.fr/story/79298/droits-auteur-pirate-copyright-james-climent-godard-europe], consulté le 24 décembre 2013.

8 Le terme retailler fait ici référence à une traduction littérale du terme anglais de hacker : le bûcheron, celui qui coupe, qui taille. Le hacker en informatique est celui qui découpe, hache le code (source) du logiciel.

9 L’ancêtre du capitaine Haddock dans l’album d’Hergé Le secret de la Licorne.

10 Mad Max est un film d’anticipation post-apocalyptique de George Miller sorti en 1979. L’autorité a disparu et l’énergie, en particulier le pétrole, est devenue source de convoitise entre bandes rivales qui s’affrontent sur la route.

11 Questionnaire diffusé durant deux mois (octobre-novembre 2002), et lancement d’un appel à contributions (pour répondre au questionnaire) à partir de sites d’informations en ligne consacrées au P2P (Ratiatum.com et P2Pfr.com) [URL : http://commutations.free.fr/labo/migrationp2p/formulaire.html], consulté le 27 janvier 2014. Nous avions pris soin de vérifier, via les adresses IP des formulaires de réponses, les réponses uniques, de façon à ne pas traiter les envois multiples de la part de la même machine émettrice. Les questions portaient sur les profils d’usagers, leurs choix de logiciels, la fréquence d’utilisation, le type de connexion, leurs pratiques de l’Internet (information et communication), d’échanges de fichiers (partage et consommation), les pratiques relationnelles entre les utilisateurs, les façons dont les usagers s’approprient ces outils, les modalités d’apprentissage, leurs compétences techniques et communicationnelles, leurs prises de décision en cas de fermeture de services en ligne. Nous avons traité 359 réponses (avec le logiciel ModaLisa v 4.1 Education) pour analyser ces pratiques.

12 Napster est le premier logiciel populaire de peer-to-peer lancé en juin 1999 et dont les serveurs ont fermé en 2001.

13 Chaque réseau peut avoir une architecture client-serveur variable faisant qu’en changeant de technologie, les communautés vont aussi parfois changer de zone territoriale où sont hébergées les technologies d’interconnexion.

14 Le logiciel eMule permet de se connecter sur un réseau de peer-to-peer intégrant deux protocoles (edonkey et kademlia). L’interaction entre les réseaux et les utilisateurs ne nécessite pas de centralisation de l’information sur les fichiers à partager, mais différents serveurs permettent la mise en relation des utilisateurs sans nécessiter leur authentification.

15 Nous appelons experts, ou sentinelles, une catégorie d’utilisateurs ayant des compétences techniques avancées et qui vont anticiper, rechercher ou créer les innovations nécessaires à la mutation des réseaux (Mabillot et Vidal, 2008).

16 Paul Miller, « I’m still here : back online after a year without the Internet » [en ligne], The Verge, 1er mai 2013 [URL : http://www.theverge.com/2013/5/1/4279674/im-still-here-back-online-after-a-year-without-the-internet], consulté le 6 novembre 2013.

17 C’est notamment le cas pour la majorité des distributions Linux, des albums et films de musique libres qui sont diffusés via les réseaux de type Torrent.

18 Technologie permettant de diffuser en flux un contenu audio-vidéo par l’intermédiaire d’un lecteur chargé avec une page web.

19 Guillaume Champeau, « Le streaming, star du nouveau baromètre Hadopi » [en ligne], Numerama, 26 juin 2013 [URL : http://www.numerama.com/magazine/26366-le-streaming-star-du-nouveau-barometre-hadopi.html], consulté le 27 janvier 2014.

20 Le site Prism Break, [URL : http://prism-break.org], consulté le 27 janvier 2014, présente un tableau des solutions numériques et en réseaux suspectes du fait de leur opacité ou de leur appropriation des données personnelles en proposant des alternatives respectueuses.

21 Un « cloud personnel » avec des données accessibles depuis son ordinateur local, nomade ou son téléphone ; des solutions comme ownCloud par exemple [URL : http://owncloud.org/], consulté le 27 janvier 2014.

22 On retrouve, en France, des associations comme la Quadrature du net, l’Association pour la promotion et la recherche en informatique libre (April) ou encore French Data Network (FDN).

23 La liste copyleft_attitude@april.org a été fondée en 2000 par l’April, la principale association française de promotion du logiciel libre et des libertés électroniques individuelles. Nous nous sommes intéressés à cette liste de discussion parce que son objet était supposé faire le lien entre bien public, informatique libre et culture entre des membres partageant un savoir-faire affirmé en matière de communication réticulaire.

24 Le corpus d’étude a été composé à partir du mot-clé « Dadvsi », de façon à ne conserver que les messages prenant part au débat sur le projet de loi, entre fin novembre 2005 et septembre 2006.

25 [URL : http://artlibre.org/copyleft], consulté le 27 janvier 2014 ; [URL : http://creativecommons.fr/], consulté le 27 janvier 2014.

26 Guillaume Champeau, « Macrovision lance une nouvelle version d’hawkeye » [en ligne], Numerama, 3 septembre 2005, [URL : http://www.numerama.com/magazine/2047-macrovision-lance-une-nouvelle-version-d-hawkeye.html], consulté le 11 novembre 2013 ; Guillaume Champeau, « BitTorrent : quel fake allez-vous télécharger ce soir ? » [en ligne], Numerama, 30 janvier 2007, [URL : http://www.numerama.com/magazine/3915-bittorrent-quel-fake-allez-vous-telecharger-ce-soir.html], consulté le 11 novembre 2013.

27 Sophian Fanen, « Faire de Napster un service payant » [en ligne], Libération, 7 août 2013, [URL : http://www.liberation.fr/culture/2013/08/07/faire-de-napster-un-service-payant_923452], consulté le 11 novembre 2013.

28 Alexandre Laurent, « Jaimelesartistes : le site qui vous explique Hadopi » [en ligne], Clubic, 31 octobre 2008, [URL : http://www.clubic.com/actualite-175036-jaimelesartistes-site-expliquer-hadopi.html], consulté le 11 novembre 2013.

29 Nous faisons ici référence au Bitcoin, la monnaie décentralisée créée par Satoshi Nakamoto dont le cours a atteint 290 euros le 9 novembre 2013. Voir la présentation par la P2P Foundation [en ligne], [URL : http://p2pfoundation.net/Bitcoin?title=Bitcoin&oldid=78475], consulté le 4 février 2014.

30 The Pirate Bay est le plus important site mondial d’échanges entre pairs fondé sur la technologie Torrent. Il compte environ 10 millions de connexions en permanence (Klose, 2013).

31 Communiqué du ministère de la Culture et de la Communication, 10 mai 2013 [URL : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/A-la-une/Culture-acte-2-80-propositions-sur-les-contenus-culturels-numeriques], consulté le 27 janvier 2014.

32 Olivier Chicheportiche, « Le P2P ne fait plus recette, le streaming explose » [en ligne], ZDNet, 13 octobre 2009, [URL : http://www.zdnet.fr/actualites/le-p2p-ne-fait-plus-recette-le-streaming-explose-39709235.htm], consulté le 13 novembre 2013.

33 Guillaume Champeau, « Le P2P explose après la fermeture de MegaUpload » [en ligne], Numerama, 25 janvier 2012, [URL : http://www.numerama.com/magazine/21393-le-p2p-explose-apres-la-fermeture-de-megaupload.html], consulté le 13 novembre 2013 ; Fabien Soyez, « Le retour du peer-to-peer » [en ligne], Owni, 21 février 2012, [URL : http://owni.fr/2012/02/21/le-retour-du-peer-to-peer/], consulté le 13 novembre 2013 ; Mathieu Chartier, « P2P : le trafic européen reste très élevé » [en ligne], PC World, 30 mai 2012, [URL : http://www.pcworld.fr/internet/actualites,p2p-trafic-europeen-reste-eleve,528377,1.htm], consulté le 13 novembre 2013.

34 Netflix propose pour un abonnement d’environ 6 euros par mois de visionner de manière illimitée les contenus d’un catalogue de plus de 100 000 références. Cette offre n’est pas ou peu déployée en Europe pour différentes raisons administratives notamment. Voir Mathieu Chartier, « Trafic Internet : le P2P ralentit en Europe, Netflix cartonne aux USA » [en ligne], Pc World, 9 novembre 2012, [URL : http://www.pcworld.fr/internet/actualites,trafic-internet-analyse-sandvine-bittorrent-edonkey-p2p,533121,1.htm], consulté le 13 novembre 2013.

35 « The Pirate cinema – A cinematic collage generated by P2P users » [en ligne], conçu par Nicolas Maigret [URL : http://thepiratecinema.com/], consulté le 11 novembre 2013.

36 Piratbyrån, qui se traduit par « Le bureau du piratage », est une association défendant et promouvant la liberté de partage.

37 Un tracker est un outil permettant de savoir où sont les « graines » (seeds) pour effectuer la mise en relation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Mabillot, « La culture pirate et les usages du P2P », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/5923 ; DOI : 10.4000/traces.5923

Haut de page

Auteur

Vincent Mabillot

maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page