Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Transgressions pirates

Samuel Hayat et Camille Paloque-Berges
p. 7-19

Texte intégral

  • 1 Hostis humani generis, selon l’expression juridique reprise de la caractérisation que Cicéron fait (...)

1Le pirate est un personnage protéiforme, tant du fait de la pluralité des phénomènes auxquels il renvoie (les pirates historiques, les figures littéraires qui s’en inspirent, les pirates des mers ou des routes contemporains, les pirates informatiques) que par la diversité des champs dans lesquels il apparaît (savant, juridique, littéraire, technique…). Il est aussi un personnage étrange, par les connotations extrêmes et contradictoires que le terme pirate charrie. Parfois incarnation de la liberté la plus absolue et objet de fascination, le pirate est parallèlement l’« ennemi du genre humain »1 quand il est saisi par le droit. Ce numéro a pour but de prendre au sérieux cette ambiguïté, non pas en essayant de l’enfermer dans une typologie rassurante ou une définition unique, ni en prouvant au contraire l’irréductibilité des différents phénomènes pirates, mais en s’intéressant plutôt à la façon dont cette ambivalence et cette pluralité sont produites et à leurs effets sur les êtres qualifiés de pirates. Si la figure du pirate est sujette à des interprétations si contradictoires, c’est qu’il se joue quelque chose dans les luttes pour sa définition, dans les stratégies d’appropriation, de récupération et d’invalidation de ses usages, quelque chose qui peut et doit faire l’objet d’une investigation.

2Les textes rassemblés dans ce numéro ont en commun d’essayer d’aller au-delà des définitions a priori des termes pirate, pirater, piraterie, piratage pour qualifier des situations, des activités et des êtres donnés. Ils s’interrogent sur ce que l’usage de ces termes fait voir et sur ce qu’il dissimule, sur ce qui est mis en œuvre dans les processus de qualification et de disqualification des phénomènes dits pirates et sur ce que ces processus révèlent des situations étudiées et des logiques des acteurs en présence. Juristes, historiens, littéraires, sociologues, philosophes, politistes se sont penchés à leur manière et avec leurs outils sur cet objet commun.

3La voie d’entrée privilégiée – sans être exclusive – a été celle du pirate informatique et de ses activités. En effet, c’est là que la qualification d’un phénomène comme pirate est la plus discutée, la plus actuelle et aussi la plus inattendue : qu’y a-t-il de commun entre l’image familière – elle aussi construite et sujette à interprétation – du flibustier des Caraïbes du xviie siècle et les activités des hackers, ces personnes qui bidouillent, transforment et détournent les outils électroniques et numériques de leur fonction initiale ? Loin d’être une simple métaphore, ces dernières années le terme pirate est devenu omniprésent dans le débat autour des pratiques des hackers, que ce soit dans les projets de lois visant à faire respecter les droits exclusifs de propriété intellectuelle dans l’espace numérique (Johns, 2010) ou chez les activistes luttant contre ces projets. Ainsi, les pratiques et discours du piratage sont au cœur des conflits qui se jouent autour de la définition des usages de l’espace numérique et de leur régulation, et qui mettent aux prises des acteurs divers – États, entreprises, hackers, usagers…

4À la lumière des articles réunis dans ce numéro, on peut se risquer à une hypothèse préliminaire pour expliquer à la fois l’utilisation du terme pirate pour qualifier le hacking et l’intensité des discussions autour de ces pratiques. Ce qui est en jeu ici, c’est la question de la norme, et celle, conjointe, de sa transgression (Perseil et Pesqueux éd., 2014). Si l’espace numérique n’est pas cet océan infini et sans règle que l’on peut parfois imaginer, il est néanmoins un espace qui n’est pas organisé de la même manière que les territoires physiques dans lesquels s’appliquent les lois des États. Depuis son apparition, il a été le théâtre d’un double mouvement, largement contradictoire : d’un côté, une prolifération d’acteurs et de phénomènes promouvant d’autres normes, s’appuyant sur des infrastructures techniques et des formes d’organisation décentralisées (Rheingold, 1995) ; d’un autre côté, une volonté de normaliser cet espace, notamment de la part d’acteurs – en premier lieu les États – qui entendent réguler les activités qui y ont lieu ou de ceux qui veulent y réaliser un profit – par exemple les entreprises de la nouvelle économie du numérique. Dès lors, les espaces numériques (Internet en particulier) ne sont pas entièrement à part mais sont imbriqués avec les structures sociales et politiques existantes (Wellman, 2011). Toute la question est alors de savoir de quelle manière se réalise cette imbrication, quels en sont les différents acteurs et de quels pouvoirs ils disposent.

5C’est là que la figure du pirate prend tout son sens, et que l’utilisation de ce terme trouve à la fois sa logique et les raisons de son ambivalence. Le pirate est avant tout celui qui transgresse la norme, qui résiste à son expansion, et qui met en scène cette transgression, au nom d’autres normes dont il faut préciser la nature, mais qui sont en tout cas en rupture avec les pratiques et les valeurs (y compris morales) du monde normal. Dans l’espace numérique, le pirate a donc irréductiblement un double visage. Il est celui qui a des usages jugés (par des États, par des entreprises, par des organisations internationales…) non conformes aux règles qui devraient normer cet espace, conçu alors comme le prolongement de l’espace physique et territorialisé et donc soumis aux mêmes règles. Mais le pirate est aussi un acteur qui revendique d’autres règles, en se fondant sur la défense de la spécificité de l’espace numérique (Auray, 2009). Et tout comme la répression de la piraterie historique a pu être motrice de la mise en place d’un ordre juridique international à partir du xviie siècle (Garibian, 2008), l’affrontement contemporain entre les pirates informatiques et leurs adversaires prend place dans un processus conflictuel de construction des règles de l’espace numérique. C’est dans ce jeu entre la norme – non comme fait établi, mais comme pouvoir de normation – et sa transgression – non comme acte de pur refus, mais comme rupture guidée par d’autres normes – que les stratégies de (dis)qualification et de mise en scène de certaines activités et de certains acteurs comme pirates trouvent leur intelligibilité.

6Si les processus de qualification, de normation et de transgression constituent le cadre général dans lequel se pose aujourd’hui la question pirate, les textes réunis ici travaillent et mettent en lumière ces processus de différentes manières. Trois grands ensembles de problèmes s’en dégagent. Tout d’abord, certains textes accordent une attention particulière à la façon dont les États, mais aussi certaines entreprises, manient la qualification de pirate pour construire et appliquer des normes et pour punir leurs transgressions. Une deuxième direction empruntée par des textes du numéro est l’étude des moyens par lesquels les pirates mettent en scène leur identité transgressive, pour organiser la lutte contre les processus étatiques ou capitalistes de normation ou pour faire valoir leurs propres normes. Enfin, il ressort de certains des textes une dernière thématique : l’exploration des normes pirates elles-mêmes et des enjeux de leur mise en œuvre, certes toujours transgressive, mais qui produit aussi des effets, notamment du fait de l’importance de la question technique dans les cultures pirates.

L’État face aux pirates

7Si les pirates informatiques sont aujourd’hui l’objet d’une attention publique soutenue, c’est en grande partie dû au fait que les États, parfois sous la pression d’entreprises ou d’associations représentant les ayants droit (Siwek, 2006), sont désormais en lutte contre les pratiques dites pirates, au point que l’on a pu parler de « paradigme pirate » pour qualifier les politiques des pays industrialisés en matière de protection de la propriété privée des biens culturels (Dames, 2011). En effet, cette qualification de pirate trouve des débouchés juridiques bien réels (Rubin, 1997 ; Heller-Roazen, 2010). La piraterie maritime est dominée par l’image du vol et de la truanderie, parfois même assimilée au terrorisme dans le cas des pirates d’Afrique de l’Est (Halberstam, 1988), voire à propos de certains activistes des mers, comme en témoigne l’arsenal juridique déployé par les autorités russes en septembre 2013 contre des membres de Greenpeace à la suite de l’abordage d’une plateforme pétrolière. Les actions du Sea Shepherd de l’éco-activiste Paul Watson, dont rend compte Pierre-Marie Terral dans ce numéro, ont aussi fait l’objet d’une telle qualification. Dès lors, l’assimilation du piratage informatique à la piraterie maritime permet de justifier un traitement d’exception, avec la mise en place d’outils nouveaux de lutte.

8Le texte de Filippo Ruschi consacré aux combattants « irréguliers » chez Carl Schmitt, traduit et présenté par Guillaume Calafat, permet de saisir une partie des raisons de ce traitement d’exception de la piraterie informatique. Le pirate, contrairement au corsaire et au partisan, est pour Schmitt une figure d’exception radicale, car il est hors du politique, sans justification légale, et par essence illégitime. Il appartient à la violence élémentaire maritime : au contraire du partisan, dont l’action est liée aux affrontements territorialisés entre États, on ne lui fait pas la guerre, on le pourchasse.

9Cette affinité entre le pirate et la violence radicale se retrouve dans le traitement contemporain du piratage. L’intrusion dans les systèmes informatiques est définie comme une violence informatique, parfois considérée comme du cyber-terrorisme (Arquilla et Ronfeldt, 2001), combattue par les experts en cyber-sécurité. Ces dernières années, des affaires emblématiques ont donné à cette lutte entre États et pirates une grande publicité, dans des domaines divers : poursuites internationales contre Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, condamnation à trente-cinq ans de prison de son informateur, Chelsea Manning, arrestation de Kim Dotcom, fondateur du site de streaming Megaupload, inculpation et fuite d’Edward Snowden, ancien employé de la National Security Agency ayant révélé l’existence d’un programme de surveillance massive des données électroniques par le gouvernement des États-Unis, suicide d’Aaron Swartz, poursuivi par les autorités juridiques américaines à la suite de son téléchargement massif d’articles de la base scientifique JSTOR au Massachussetts Institute of Technology (MIT)… Chacun de ces cas a eu des conséquences très concrètes sur la vie des individus incriminés et a donné lieu à une médiatisation et une mobilisation internationales.

10Cependant, comme le montre l’article de Mélanie Dulong de Rosnay et Primavera Di Filippi, l’affrontement entre l’État et les pirates ne se résume pas à ces conflits médiatiques. Ils servent de toile de fond à un travail plus large de criminalisation de l’ensemble des pratiques informatiques des hackers, assimilées, parfois sous la pression des ayants droit, à de la cybercriminalité. La simple utilisation des techniques des hackers vaut qualification comme pirate, indépendamment du but poursuivi ; et par contagion, tout ce qui relève d’un usage hors normes des outils informatiques ou de la consommation de produits numériques obtenus par ces techniques est potentiellement pirate. On peut ajouter à cette analyse que l’extension du domaine du piratage ne fonctionne pas qu’en aval, dans la (dis)qualification des pratiques informatiques hors normes. Elle a aussi un rôle, en amont, dans l’extension et l’internationalisation de la lutte contre ces pratiques, notamment par la mise en place d’agences supranationales d’harmonisation des législations anti-pirates, comme l’Observatoire mondial de lutte contre la piraterie de l’Unesco2.

11Les premiers affrontements entre les pratiques pirates informatiques et les États sont illustrés par l’article de l’économiste Peter Leeson et du juriste Christopher Coyne, traduit par Marc Lenormand et introduit par Jean-Philippe Vergne et Rodolphe Durand, qui rappelle les origines du phénomène dans la culture hacker née il y a un demi-siècle dans les milieux scientifiques et techniques universitaires et retrace l’histoire de l’affrontement des acteurs pirates individuels et collectifs avec la loi américaine jusqu’au début des années 2000. Les origines communautaires du piratage informatique sont importantes, ne serait-ce que pour comprendre les logiques sous-jacentes de profit symbolique ou financier qui motivent les pratiques d’intrusion informatique. Celui qui comprend ces logiques, disent les auteurs, peut aider les décideurs à passer des lois plus efficaces – et c’est le rôle que Leeson et Coyne endossent à travers une analyse économique du phénomène qui propose non seulement de criminaliser le pirate et de punir ses pratiques (une vision du droit qui peut poser des problèmes éthiques, notamment en termes de liberté de l’information), mais d’amener les communautés pirates à trouver davantage de profit et moins de coût dans le rôle de corsaire (experts en cyber-sécurité au service des États ou des entreprises). Ces stratégies légales et économiques doivent permettre de capturer les pirates dans une série de définitions et de typologies censées justifier la chasse elle-même pour se rendre légitimes auprès des publics, et/ou pour prouver leur efficacité auprès des décideurs politiques et économiques. Cependant, la criminalisation du pirate a des effets rétroactifs. Que se passe-t-il quand les techniques et pratiques criminalisées sont pointées du doigt comme celles des décideurs eux-mêmes ? C’est l’un des arguments de Lawrence Lessig qui dans Remix (2008) accuse les grandes firmes à leur tour de pirater la culture à travers des méthodes de capture et de verrouillage juridique de produits culturels appartenant jusque-là à l’espace public et aux biens communs.

12L’idée d’un paradigme pirate évoquée plus haut vient ainsi rencontrer le grand bouleversement constitué par l’apparition des « lanceurs d’alerte ». Jean-Marc Manach, avec qui Francesca Musiani s’est entretenue pour Tracés, voit dans ce bouleversement un changement de regard des gouvernements sur les droits de l’homme. Le modèle américain, ici, est ambivalent : il rend possible la déclassification des documents et rompt avec la pratique étatique du secret en vertu d’une culture politique de la méfiance envers les institutions ; mais en même temps, la surveillance généralisée (du système Echelon dévoilé au tournant des années 2000 au programme Prism une décennie plus tard) radicalise cette méfiance jusqu’à mettre en doute le fonctionnement des États : respectent-ils encore les principes de l’État de droit ?

13Le pirate, ici, devient un révélateur de ces contradictions. Il est condamné pour ses intrusions a-légales, puis illégales, dans les systèmes informatiques, pour y récupérer des informations secrètes et/ou protégées. Mais la désignation par les États de toute activité d’intrusion informatique comme du piratage met en lumière les formes d’intrusion des pouvoirs politiques et économiques dans les données sensibles des citoyens.

14L’enjeu majeur de la lutte contre l’intrusion pirate des États dans la vie des citoyens est alors la reconnaissance d’un droit à la sécurisation, non pas un droit punitif mais un droit protecteur des citoyens. Comme le montrent Leeson et Coyne, le droit punitif se heurte à la barrière des libertés fondamentales, alors qu’il serait plus efficace, dans l’optique néo-libérale des auteurs, d’adopter une stratégie économique incitative. Cependant, Manach éclaire le fait qu’un droit protecteur ne pourra exister tant que les solutions techniques ne seront pas reconnues légalement d’une part, économiquement d’autre part. Cependant, si l’Hadopi enjoint les utilisateurs d’Internet à sécuriser leur connexion par le recours à des objets ou des services de protection, ce marché n’existe pas, notamment parce qu’il n’est pas reconnu par le droit. En l’état, les pratiques pirates de résistance idéologique et politique passent nécessairement par le recours aux techniques pirates criminelles et informelles, et se confondent souvent avec elles. Si certains tentent de faire pression sur la loi, adoptant des formes d’action plus institutionnelles, comme le montre Jonathan Bocquet dans son article sur le Parti pirate, d’autres se concentrent sur les solutions techniques, en particulier celle du « privacy by design » défendue par Manach, où le respect et la protection des libertés électroniques sont encodés dans l’objet technique dès sa conception. C’est aussi une limite imposée aux attaques du droit punitif : comme le dit Leeson, la punition dans ce domaine finit par rencontrer la barrière des libertés fondamentales.

La mise en scène pirate : retournement de stigmate et symbolique de la transgression

15La qualification comme pirate n’est pas seulement un moyen pour les États ou les entreprises de délégitimer ou de rendre illégal le hacking. Bien au contraire, les hackers ont souvent été les premiers à utiliser l’imagerie pirate, largement reconstruite par des fictions (Defoe, 1990 ; Stevenson, 2007), par des ouvrages historiques (Linebaugh et Rediker, 2008) ou par des manifestes politiques (Wilson, 1998), s’emparant de la symbolique de transgression associée à la flibuste. C’est le cas des radios pirates, dans les années 1960, mais aussi d’une entreprise comme Apple, qui hisse dans les années 1970 le pavillon noir, le Jolly Roger, au-dessus de ses locaux. Tout au long du développement de l’informatique puis d’Internet, l’image du pirate et les symboles qui y sont associés sont sans cesse convoqués, travaillés, transformés par les acteurs. Dans un ouvrage consacré à l’économie de la flibuste, Leeson a montré que l’utilisation de symboles morbides censés inspirer la terreur, comme le drapeau noir, était justifiée par des considérations rationnelles comme la volonté de limiter la résistance des bateaux abordés (Leeson, 2009). Cependant, l’explication économique peine à rendre compte de la prégnance de la figure du pirate chez les hackers, et plus généralement dans la « culture geek » (Peyron, 2013), notamment par le biais des jeux vidéo dont plusieurs œuvres fondatrices mettent en scène des pirates (Pirates, Monkey Island...).

16Une première réponse est apportée par Matthieu Freyheit, dont l’article propose une réflexion sur les « stigmates » des pirates. La construction littéraire de l’image du pirate est celle d’un individu marqué, stigmatisé, exclu de la société et lui-même stigmate de la société qui l’exclut. Cependant, en le marquant comme extérieur à la société, le stigmate signale le pirate comme un être intrinsèquement libre, non soumis aux lois des hommes et par là supérieurement puissant. Dès lors, se revendiquer comme pirate, accepter la marque de l’exclu, c’est se marquer comme libre et puissant, c’est signaler une rupture avec la société. On comprend alors le rôle qu’a pu jouer l’imaginaire pirate dans la contre-culture de ces groupes à la marge qu’étaient les hackers dans les années 1970 et 1980, la marque pirate venant magnifier une exclusion de fait par rapport aux normes culturelles dominantes.

17Le raisonnement peut être étendu à certains groupes politiques, comme l’organisation éco-activiste Sea Shepherd, présentée par Pierre-Marie Terral dans ce numéro. Les actions de cette organisation passent principalement par l’abordage, l’éperonnement et le sabotage de baleiniers et des bateaux pratiquant la pêche illégale ou abusive. Ces actions jouent sur le registre spectaculaire de la piraterie pour attirer l’attention des médias. Paul Watson, le « capitaine » de Sea Shepherd, se met d’ailleurs lui-même en scène comme pirate. Parmi les groupes qui mettent l’imagerie pirate au service d’une cause politique, ce sont certainement les partis pirates, dont le premier, le Piratpartiet suédois (Miegel et Olsson, 2008 ; Burkart, 2014), a été fondé en 2006, qui poussent le plus loin la récupération de son imaginaire. Dans son article sur le Parti pirate français, Jonathan Bocquet analyse la manière dont ce parti détourne les formes institutionnelles de la participation partisane, notamment par l’adjonction de pratiques militantes et de préoccupations liées aux technologies numériques. Les membres de ces partis ont un profil sociologique particulier (ils sont jeunes, beaucoup travaillent dans l’informatique) et leurs activités les rendent sensibles à la question des usages numériques. Cependant, c’est de façon largement déconnectée du piratage informatique que le Parti pirate pense et met en œuvre son action : l’imagerie pirate est avant tout une marque – ce qui ne veut pas dire qu’elle n’a pas d’influence sur les pratiques – plutôt que la simple description de techniques militantes hacktivistes.

18Ainsi, la mise en scène de l’identité pirate n’est pas seulement le fait des promoteurs d’une « culture anti-pirate », pour reprendre le terme utilisé par Vincent Mabillot dans son article sur le peer-to-peer. C’est aussi le fait de personnes et de groupes qui, pour des raisons diverses, entendent utiliser l’image du pirate comme homme libre par excellence, ayant choisi son destin, refusant toute autorité, et pouvant jouer un rôle de libérateur (Keucheyan, 2008). Mais, comme le fait remarquer Freyheit, la marque pirate, comme stigmate, peut aussi devenir une marque au sens commercial : désormais monétisée, la marque pirate se répand par les canaux mêmes de la société marchande avec laquelle les pirates entendaient rompre. Images pirates et ersatz de pratiques hacker servent alors d’arguments de vente, proposant aux consommateurs d’afficher par leurs choix de consommation une rupture individuelle fantasmée avec la société et ses normes.

Cultures pirates et importance de la technique

19Cependant, la transformation de l’imagerie pirate en marque n’est pas son seul devenir possible. Prise initialement dans des stratégies de qualification et de disqualification, la figure du pirate n’en influence pas moins réellement les conduites des personnes et des collectifs qui s’en réclament. Il existe, au moins dans certains cas, une productivité de la transgression pirate et de la symbolique de liberté qui l’accompagne. Au-delà de la figure du flibustier – même si le lien peut être fait avec la supposée démocratie qui aurait caractérisé les bateaux pirates (Graeber, 2005 ; Leeson, 2009) – la mise en œuvre de la liberté pirate peut déboucher sur la construction de communautés censées fonctionner selon des normes de liberté et d’autonomie (Durand et Vergne, 2010). À ce titre, il est loin d’être anodin que la notion de zone d’autonomie temporaire ait été développée, sous le pseudonyme de Hakim Bey (1997), par un spécialiste des utopies pirates historiques, Peter Wilson (1998), ou que plusieurs ouvrages de l’historien Marcus Redeker sur les pirates des mers aient été publiés en français par les éditions anarchistes Libertalia. Ici, le modèle libertaire du pirate, souvent déconnecté de l’expérience historique réelle mais profondément incarné dans l’imaginaire, soutient des expérimentations politiques, par exemple dans des collectifs d’hacktivistes tels que le Electronic Disturbance Theater ou le Critical Art Ensemble. L’expérience pirate passe alors par la création de communautés spécifiques, souvent dans les interstices ou les marges des sociétés, dans un aller-retour permanent entre les espaces normaux dont on transgresse les frontières et les lois et les espaces pirates où se déploient d’autres logiques.

20Un autre but de la transgression pirate des normes est la possibilité ou l’espoir de « hacker l’espace public », comme le propose Félix Tréguer dans son analyse de la citoyenneté insurrectionnelle sur Internet. Nourries d’une culture politique libertaire et des méthodes de la contre-démocratie (Rosanvallon, 2006) repensées à l’aune d’une société dite de l’information et des réseaux, ces nouvelles formes de l’activisme citoyen avancent un argument informationnel (l’information doit circuler) pour tenter de redéfinir l’espace public, dont Internet aurait fait éclater les limites légales et politiques. Le problème de la gouvernance de cet espace public se pose alors, poussant les États à essayer de limiter la diffusion libre d’information. Face à cette répression, différentes stratégies émergent. D’une part, une désobéissance civile systématique, efficace mais qui fait courir le risque d’une aggravation de la répression ; et d’autre part, des pratiques d’orientation constitutionnaliste qui se placent dans des logiques réformistes et empruntent des formes traditionnelles de participation : associations, groupes de pression, voire partis.

21Toute la question est alors de savoir comment caractériser ces logiques pirates, au-delà de la seule célébration ou déploration du geste libertaire et transgressif initial. Vincent Mabillot propose la notion de « culture pirate » pour rendre compte de leur formation et de leurs dynamiques. Selon lui, les cultures pirates contemporaines, ancrées dans l’imaginaire pirate, se sont formées à partir de réponses divergentes à l’épreuve qu’ont constituée les transformations techniques et juridiques du droit d’auteur. Ces transformations ont forcé un milieu jusque-là homogène, celui des hackers, à se définir, aboutissant à l’émergence de plusieurs milieux, des défenseurs des logiciels et licences libres aux pirates informatiques en passant par les consommateurs opportunistes, et au développement de différentes techniques d’accès aux biens culturels. Ainsi, la liberté pirate n’est pas seulement une transgression des normes de la société : elle peut ouvrir la perspective de contre-sociétés, fonctionnant selon d’autres normes.

22On peut alors se demander s’il est possible de dégager des points communs aux différentes normes pirates. Une hypothèse qui ressort des textes du numéro est qu’il s’agit avant tout de normes techniques. La culture pirate, libre et/ou criminelle, trouve sa mise en œuvre concrète dans l’élaboration de stratégies d’apprentissage et de développement ayant trait à la technique, qui fournissent la base de ce que l’on pourrait appeler une éthique de la technique. Tout comme on apprend sur les navires pirates à s’approprier des techniques de navigation, on apprend sur Internet à manipuler des techniques logicielles spécifiques comme le déverrouillage des systèmes fermés et l’intrusion, techniques aussi appelées « crack ». Comme le remarquent Dulong de Rosnay et Di Filippi, c’est d’autant plus le cas lorsque les transformations juridiques obligent les usagers informatiques à se doter de compétences techniques nouvelles pour échapper à la surveillance et à la criminalisation de leurs pratiques. Cette valorisation de la technique n’est pas qu’une forme de libération individuelle : elle sert aussi à reconnaître les individus et à distribuer le pouvoir au sein des foules pirates, contribuant par là à créer des hiérarchies et des formes d’organisation nouvelles. C’est le cas du modèle dit « adhocratique » revendiqué par les communautés hackers, où le pouvoir dérive de la capacité à résoudre des problèmes précis. Les rapports complexes entre dire et faire structurent les luttes de pouvoir dans les mouvements pirates : au sein des organisations hackers, et par extension dans l’ensemble de la culture numérique, ce sont les réalisations concrètes qui importent. Comme l’écrit Lawrence Lessig (1999), dans l’espace numérique, « le code est la loi », et c’est la plus grande maîtrise du langage informatique qui confère prestige, reconnaissance et pouvoir.

23Cependant, il serait erroné de croire que la productivité du piratage réside seulement dans la constitution de cultures ou de communautés spécifiques, laissant la société normale à ses normes. Comme l’explique Finn Brunton dans son entretien avec Jean-Christophe Plantin et Camille Paloque-Berges (en ligne sur le blog de Tracés), les pirates et les spammers (Brunton, 2013), en essayant d’exploiter par des moyens techniques les failles des espaces numériques, contribuent à transformer les technologies elles-mêmes et leurs usages depuis les marges de ces espaces. De la même manière, Lawrence Liang, dans un article traduit par Samuel Hayat et Camille Paloque-Berges et introduit par Tristan Mattelart, montre que les activités des pirates ne laissent intacts ni les produits culturels usuels ni les rapports communs que les gens entretiennent avec eux. C’est en particulier le cas si l’on considère le piratage à partir des pays du Sud : loin de constituer des contre-sociétés ou des contre-cultures, le piratage y prend la forme de la mise à la disposition du plus grand nombre des produits culturels standardisés autrement inaccessibles pour la majorité de la population. Dans cette perspective, ce qui compte n’est pas le développement d’une sous-culture pirate, focalisée sur la technique et sur la créativité, mais bien les modifications dans le « partage du sensible » (Rancière, 2000) engendrées par les activités des pirates.

24En définitive, ce numéro de Tracés ne résout pas l’ambiguïté fondamentale de la figure du pirate. Il essaie, plus modestement, de mettre en lumière les effets souvent contradictoires des activités de piratage et des controverses autour de la qualification de ces activités. Par les transgressions que les pirates opèrent vis-à-vis des normes d’usage des espaces numériques et des frontières mêmes qui balisent ces espaces, ils contribuent indubitablement à leur transformation. D’abord, ils mettent en lumière les normes qui orientent les usages des technologies numériques, rendant possible pour chacun de prendre position sur leur devenir. Ensuite, ils participent à la constitution de formes d’organisation discordantes, fondées sur d’autres règles, même si elles peuvent être temporaires, partielles et/ou porteuses de nouvelles formes de hiérarchie et de domination. Enfin, les pratiques pirates amènent en retour les États et les entreprises à modifier leurs stratégies, souvent dans le sens d’un renforcement et d’une technicité accrue du contrôle qu’ils entendent exercer sur l’espace numérique, parfois en reprenant à leur compte les techniques pirates. Certes, en défiant les règles de la propriété intellectuelle, fer de lance de ces stratégies, les pirates n’œuvrent pas unilatéralement dans le sens d’une extension de la logique des communs ; cependant, ils participent à la nécessaire contestation des projets de privatisation complète des biens culturels. Au-delà, ils s’opposent par leurs actes mêmes à la volonté des États et des entreprises de prescrire, voire de prédéterminer, l’ensemble des usages des technologies numériques.

Haut de page

Bibliographie

Arquilla John et Ronfeldt David, 2001, Networks and Netwars. The Future of Terror, Crime, and Militancy, Santa Monica, Rand Corporation.

Auray Nicolas, 2009, « Pirates en réseau : détournement, prédation et exigence de justice », Esprit, no 7, p. 168-179.

Bey Hakim, 1997, TAZ : Zone autonome temporaire, Paris, Éditions de l’Éclat.

Burkart Patrick, 2014, Pirate Politics. The New Information Policy Contests, Cambridge, MIT Press.

Dames Matthew K., 2011, « Distinguishing “piracy” from the “piracy paradigm” », Information Today, vol. 28, no 2, p. 20-21.

Defoe Daniel, 1990, Histoire générale des plus fameux pyrates, Paris, Phébus.

Durand Rodolphe et Vergne Jean-Philippe, 2010, L’organisation pirate : essai sur l’évolution du capitalisme, Lormont, Le Bord de l’eau.

Garibian Sévane, 2008, « Hostes humani generis, les pirates vus par le droit », Critique, no 733-734, p. 470-479.

Graeber David, 2005, « La démocratie des interstices », Revue du MAUSS, vol. 26, no 2, p. 41-89.

Halberstam Malvina, 1988, « Terrorism on the high seas: The Achille Lauro, piracy and the IMO convention on maritime safety », The American Journal of International Law, vol. 82, no 2, p. 269-310.

Heller-Roazen Daniel, 2010, L’ennemi de tous : le pirate contre les nations, Paris, Le Seuil.

Johns Adrian, 2010, Piracy: The Intellectual Property Wars from Gutenberg to Gates, Chicago, University of Chicago Press.

Keucheyan Razmig, 2008, « Philosophie politique du pirate », Critique, no 733-734, p. 458-469.

Leeson Peter T., 2009, The Invisible Hook: the Hidden Economics of Pirates, Princeton, Princeton University Press.

Lessig Lawrence, 1999, Code and Other Laws of Cyberspace, New York, Basic Books.
— 2008, Remix: Making Art and Commerce Thrive in the Hybrid Economy, New York, Penguin Press.

Linebaugh Peter et Rediker Marcus, 2008, L’hydre aux mille têtes : l’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, Paris, Éditions Amsterdam.

Miegel Frederik et Olsson Tobias, 2008, « From pirates to politicians: the story of the Swedish file sharers who became a political party » [en ligne], Democracy, Journalism and Technology: New Developments in an Enlarged Europe, [URL: http://www2.lse.ac.uk/newsAndMedia/publications/books/2008/DemocracyJournalismandTechnology.aspx], p. 203-215, consulté le 8 mars 2014.

Peyron David, 2013, Culture geek, Limoges, Fyp.

Perseil Sonny et Pesqueux Yvon éd., 2014, L’organisation de la transgression. Formaliser l’informel ? Paris, L’Harmattan.

Rancière Jacques, 2000, Le partage du sensible : esthétique et politique, Paris, La Fabrique.

Rheingold Howard, 1995, Les communautés virtuelles, Paris, Addison-Wesley France.

Rosanvallon Pierre, 2006, La contre-démocratie : la politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil.

Rubin Alfred, 1997, The Law of Piracy, New York, Transnational pub.

Siwek Stephen E., 2006, « The true cost of motion picture piracy to the U.S. economy » [en ligne], Institute for Policy Innovation Policy report, no 186 [URL: http://www.ipi.org/ipi_issues/detail/the-true-cost-of-copyright-industry-piracy-to-the-us-economy], consulté le 10 février 2013.

Stevenson Robert Louis, 2007, L’île au trésor, Paris, Flammarion.

Wellman Barry, 2011, « Studying Internet studies through the ages », The Blackwell Handbook of Internet Studies, M. Consalvo et C. Ess éd., West Sussex, Wiley-Blackwell, p. 17-23.

Wilson Peter Lamborn, 1998, Utopies pirates : corsaires, maures et renegados, Paris, Éditions Dagorno.

Haut de page

Notes

1 Hostis humani generis, selon l’expression juridique reprise de la caractérisation que Cicéron fait du pirate comme communis hostis omnium (l’ennemi commun de tous). Voir à ce propos le texte de Filippo Ruschi sur Carl Schmitt.

2 [URL : http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/creativity/creative-industries/world-anti-piracy-observatory/], consulté le 29 janvier 2014. On peut noter que cette organisation utilise indifféremment « piratage » et « piraterie » pour qualifier la reproduction non autorisée de matériel sous copyright.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Hayat et Camille Paloque-Berges, « Transgressions pirates », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/5894

Haut de page

Auteurs

Samuel Hayat

Post-doctorant au laboratoire Histoire des technosciences en société (HT2S, Conservatoire national des arts et métiers)

Articles du même auteur

Camille Paloque-Berges

Post-doctorante au laboratoire Histoire des technosciences en société (HT2S, Conservatoire national des arts et métiers)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page