Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Possibilité objective et causation adéquate dans l’approche causale en histoire

Max Weber
Traduction de Claire Delnatte, Guillaume Fondu, Christophe Frey et Florian Nicodème
p. 143-178

Texte intégral

Ce texte constitue la seconde partie d’un triptyque inachevé, dont les deux premières parties paraissent en 1906 dans la revue dirigée par Weber, l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik (1906a et 1906b qui seront désormais cités dans Weber 1988, respectivement p. 215-265 et p. 266-290). Dans ces deux textes, Weber entend proposer une clarification des soubassements logiques qui sous-tendent la pratique effective des historiens et préciser les conditions d’une histoire scientifique, en suivant pour fil conducteur les pratiques de l’historien de l’Antiquité Eduard Meyer, ainsi que les théorisations que ce dernier a proposées de ces pratiques dans ses propres textes méthodologiques. Là où la première partie de l’article passait en revue sans les articuler nettement une série de thèses méthodologiques proposées par Meyer, la seconde se signale au contraire par sa remarquable unité. En partant d’une réflexion apparemment incidente de Meyer concernant le peu d’intérêt des questions contrefactuelles en histoire, Weber va être conduit à justifier l’intérêt de cette démarche en proposant une élucidation complète de leur rôle dans la logique de l’imputation causale. Pour étayer une imputation causale singulière, qui pose que X est une condition prépondérante dans la survenue de Y, il est d’après lui nécessaire de déterminer ce qui se serait passé si X n’avait pas eu lieu. Si Y se produit même lorsqu’on supprime X en pensée, c’est que ce dernier n’est pas une condition prépondérante ; dans le cas contraire, le rôle prépondérant de X dans la production de Y semble établi.

C’est pour exhiber les conditions de validité d’énoncés de ce type qu’il lui faut mobiliser les deux concepts centraux qui donnent son titre à cette étude. Il emprunte tout d’abord à von Kries le concept de possibilité objective, à travers lequel il s’efforce de déterminer les conditions d’une connaissance « objective », justifiable sur la base de certaines conditions de validité bien précises, de ce qui aurait pu se passer – alors même que ces possibilités alternatives ne peuvent être l’objet d’aucun constat strictement empirique. Cette connaissance consiste, dit Weber, en un « tableau librement imaginé », celui du développement des conséquences qu’auraient pu avoir certaines des conditions effectives, dont nous savons pourtant qu’elles ont contribué à la production d’un effet historique donné, dans l’hypothèse où certaines autres conditions effectives ayant contribué à la production de ce même effet seraient neutralisées, c’est-à-dire supprimées ou modifiées en pensée. Weber emprunte alors à la criminalistique du temps le concept de causation adéquate, afin de mesurer, entre toutes les conséquences alternatives que l’on peut rattacher à un groupe de facteurs donné, quelles sont celles qui ont la plus grande vraisemblance. L’établissement de telles consécutions, qui permettent de construire la « possibilité objective », suppose de recourir à un concept de cause assoupli : alors qu’à proprement parler seule la totalité des conditions qui ont contribué à faire advenir un effet peut être considérée comme sa « cause », la poursuite de ces consécutions contrefactuelles doit pouvoir opérer à partir d’un nombre limité de conditions, abstraction faite de la totalité des autres conditions, afin de déterminer, sur cette base, quels effets seraient, non pas nécessairement causés par ce groupe de conditions, mais seraient les plus adéquats à lui, à savoir ceux qui se produiraient le plus souvent, quelles que soient les autres conditions dont on fait par ailleurs abstraction.

  • 1 Fantasie, qui désigne bien toujours l’imagination dans ce qu’elle peut avoir de fantasque et de déb (...)

Sans entrer dans l’interprétation du texte, il faut encore soulever un point crucial pour la notion de possibilité objective, à savoir son régime de validité pour le moins singulier et composite. La possibilité objective est tout d’abord à comprendre comme une construction intellectuelle, que Weber n’hésite pas à rapprocher de la « libre imagination »1 mais dont la validité s’appuie néanmoins in fine sur celle de deux types de savoirs qui la composent. Un savoir que Weber qualifie, assez curieusement, de savoir « ontologique », tout d’abord, qui nous donne accès, au sein de l’effectivité historique telle qu’elle nous est donnée empiriquement ou par l’intermédiaire de documents, à des éléments – eux aussi empiriquement constatables – sur la base desquels il devient possible de construire des possibilités alternatives. Il est ainsi possible, pour reprendre l’exemple de Meyer, de discerner empiriquement dans la civilisation grecque du début du ve siècle des éléments théocratiques permettant d’envisager ce que serait devenue une Grèce passée sous protectorat perse. Mais l’opération spécifique de la possibilité objective consiste en l’application à ce savoir « ontologique » d’un savoir que Weber qualifie de « nomologique » et qui consiste à prolonger ces éléments en déterminant quelles conséquences alternatives ils auraient pu avoir suivant un certain nombre de règles, « règles de l’expérience » ou « règles d’expérience » (dans l’exemple précédemment cité, il s’agira alors d’une généralisation concernant le traitement imposé par les Perses aux spécificités culturelles des peuples qu’ils ont vaincus, obtenue sur la base de plusieurs cas historiques).

  • 2 D’autant plus d’ailleurs que Weber emploie – indifféremment, semble-t-il – tantôt l’expression kant (...)

La question de savoir ce qu’il faut comprendre sous ces « règles » paraît difficile à trancher à la lecture du texte de Weber2 alors même que la manière dont on la définit engagerait la connaissance historique sur des voies très divergentes. Les questions que l’on peut poser sur la nature de ce « savoir nomologique » sont alors de plusieurs ordres. On peut tout d’abord se demander de quelle nature sont ces règles : s’agit-il de lois universelles et nécessaires au même titre que les lois de la nature, d’un savoir nomologique au sens fort du terme ou bien s’agit-il de simples régularités ? Dans le même temps, on pourra également demander de quelle source elles proviennent : sont-elles constitutives de notre expérience, comme peut le laisser penser l’expression kantienne de « règle de l’expérience » ? issues de disciplines nomologiques devenues pour un temps savoirs auxiliaires de l’histoire ? ou bien sont-elles tirées de notre « pratique de la vie » comme le suggère Weber ? Le dernier ordre de questions que l’on pourra poser tient à une apparente restriction de la part de Weber, dont les exemples et certaines définitions de ce savoir (comme « connaissance du comportement d’autres personnes », par exemple) peuvent laisser penser que ces règles se limitent au seul champ des comportements individuels : ces règles sont-elles alors solidaires d’une option théorique nette concernant le type de forces agissantes en histoire ou bien toute régularité pourrait-elle être invoquée au même titre, pourvu qu’elle s’insère dans le dispositif présenté par Weber ?

Pris dans toute la complexité de sa construction, le concept wébérien de « possibilité objective » nous semble se signaler de deux manières parmi les exemples d’élaboration de cette notion : d’abord en ce qu’elle paraît déjouer les grandes oppositions à travers lesquelles on a l’habitude de la penser ; ensuite et plus spécifiquement, en ce qu’elle permet de problématiser autrement un usage du possible qui a déjà fait couler beaucoup d’encre en histoire, à savoir la question du recours au raisonnement contrefactuel.

Commençons par l’intérêt intrinsèque que revêt la définition wébérienne de la notion de possible et par la contribution qu’elle apporte à son élaboration épistémologique et méthodologique. Ce texte donne en effet des arguments permettant de la distinguer d’autres concepts approchants et de désolidariser ainsi son usage de l’affirmation de thèses subsidiaires concernant la connaissance historique et son objet, thèses qui paraissent bien souvent adhérentes au seul mot de possible.

La possibilité objective demeure avant tout une modalité de notre connaissance : à ce titre, elle n’engage pour Weber aucune assertion concernant un éventuel ancrage ontologique de ce possible. Weber ne se préoccupe ni de l’existence de virtualités au sein de la réalité historique, ni de celle de mondes possibles, ni même de poser par là la question d’un fondement quelconque de la possibilité dans la liberté humaine.

Pourtant, malgré cet ancrage du possible dans notre connaissance, Weber prend soin de la distinguer explicitement de toute conception épistémique du possible : il n’est au contraire possible de parler de possibilité « objective » au sens strict que là où l’on peut considérer qu’est atteint un optimum dans la connaissance de certains faits et des règles qui les relient. Cette « objectivité » du possible n’est alors réductible ni à une propriété de l’objet historique, même si elle s’appuie sur la connaissance empirique de certains de ses éléments, ni à une simple propriété de notre connaissance, même si sa consistance tient avant tout à des régularités dont nous reconnaissons la validité. Refusant de surcroît d’assimiler usage de la possibilité et affirmation d’un indéterminisme épistémologique, Weber fait au contraire de ce concept le cœur d’une épistémologie qui demeure intégralement déterministe.

En outre, si un tel processus de pensée et le souci d’instruire la question de la possibilité se situent bien toujours sous la condition de ce que Weber appelle, à la suite de Kant, un intérêt, c’est-à-dire d’un attachement d’ordre axiologique qui conditionne le fait même que nous posions telle ou telle question causale, il ne s’agit en aucun cas exclusivement, ni même prioritairement d’ailleurs, d’un intérêt pour le possible comme tel. Le concept de possibilité objective ne semble laisser aucune place à des « intérêts » qui motivent traditionnellement un recours au possible, qu’il s’agisse d’intérêts « pratiques » (c’est-à-dire rattachés à des options axiologiques concernant les fins de nos actions, par exemple dans le cadre d’une réflexion sur la faisabilité de l’histoire ou l’évitabilité de certains événements) ou « esthétiques » (c’est-à-dire liés à un plaisir intrinsèque à éveiller des possibilités fictionnelles pour elles-mêmes, indépendamment de l’enquête causale à laquelle elles sont strictement cantonnées pour Weber). Il ne s’agit pas pour autant d’une épistémologie en elle-même désintéressée : si le recours au possible, une fois la question causale posée, doit être parfaitement circonscrit dans les limites très strictes d’un objectif épistémologique, celui d’isoler rétrospectivement une ou plusieurs conditions prépondérantes dans la production d’un effet, la raison pour laquelle nous nous attachons à tel ou tel effet peut parfaitement être intéressée dans les sens mentionnés plus haut – et elle l’est même la plupart du temps.

Outre la densité de la conception du possible qu’il mobilise, le texte de Weber mérite d’être considéré au titre de son appartenance à la « préhistoire » de la réflexion sur ce que l’on n’appellera que bien plus tard et dans un autre contexte les pratiques « contrefactuelles » en histoire (Drouet et al., 2013). À ce titre, il offre un éclairage différent sur les débats qui entourent ces dernières, parfois surdéterminés par leurs contextes d’apparition. Il n’est alors pas inintéressant de constater à sa lecture que ces questionnements sur les pratiques contrefactuelles, qui nous apparaissent aujourd’hui endémiques à certaines disciplines (logique philosophique, histoire économique) ou à certains contextes (en particulier anglo-saxons), trouvent à travers ce texte une autre généalogie, impliquant d’autres contextes (le Methodenstreit en histoire, autour des figures de Hampe et Lamprecht et, plus généralement, les questionnements méthodologiques et épistémologiques du xixe siècle germanophone), mais aussi d’autres disciplines, en particulier la criminalistique ou la théorie du droit pénal. Une telle généalogie, qui impliquerait de remonter encore au-delà de Weber, vers les figures de Radbruch et surtout de von Kries – par où elle trouverait sans nul doute à se connecter à une autre histoire cruciale pour la notion de possible, celle du calcul des probabilités – n’a encore, à notre connaissance, jamais été explorée.

Sur la traduction

Cette traduction est le fruit d’un travail collectif amorcé en marge d’un séminaire de traduction qui s’est tenu en 2011 à l’École normale supérieure (Paris).

En l’absence d’une édition critique des textes méthodologiques de Weber, le texte ici traduit est celui de la septième édition des textes méthodologiques par Johann Winckelmann (Weber, 1988, p. 266-290), à laquelle renvoie la pagination entre crochets. À l’exception d’une longue note concernant un ajout de l’éditeur, nous avons tâché de limiter nos notes, placées en bas de page et distinguées des notes de Weber lui-même par la mention « N.d.t. », à la restitution des références bibliographiques et des citations parfois incomplètes ou implicites proposées par Weber ainsi qu’à des rappels concernant les contextes historiques parfois très précis qu’il évoque. Le grand nombre d’auteurs cités et évoqués par Weber, parfois tombés dans l’oubli, nous a également poussés à proposer pour quelques-uns d’entre eux de courtes notices biographiques. Ces notices sont rassemblées en un index à la fin du texte ; ceux des auteurs qui y figurent sont marqués d’un astérisque dans le texte à la première occurrence de leur nom.

Nous nous sommes efforcés de faire en sorte qu’un même terme français corresponde toujours à un même terme allemand (ainsi « effectivité » et « effectif » pour Wirklichkeit et wirklich, « hasard » pour Zufall mais « incident » pour zufällig). Dans les cas où il n’a pas été possible de maintenir cette règle ( en l’occurrence de maintenir « importance » pour Bedeutung, « résultat » pour Ergebnis, « fait » pour Tatsache, « interprétation » pour Deutung), nous avons fait figurer le terme allemand entre crochets. Sauf mention contraire, les passages entre crochets droits signalent des ajouts de la part des traducteurs.

Le lecteur de Tracés soucieux de toutes les questions épineuses posées par la traduction de ce texte pourra se reporter à la notice plus détaillée que les traducteurs ont consacrée à ces questions, disponible sur le site de la revue.

Florian Nicodème

  • 3 N.d.t. Dans la première partie de l’essai Max Weber exposait et critiquait en effet la conception q (...)
  • 4 Ce point demeure vrai malgré la critique qu’en a faite Kistiakovski* à la page 393 de l’ouvrage men (...)
  • 5 N.d.t. Nous faisons ici le choix de traduire le texte sans l’addition de son éditeur. Ce choix tien (...)
  • 6 N.d.t. Après la révolution française de février 1848, des soulèvements naissent dans de nombreux Ét (...)

1[266] « Le déclenchement de la seconde guerre punique, dit Eduard Meyer* (1902, p. 16), est la conséquence d’une décision arbitraire d’Hannibal, celui de la guerre de Sept Ans la conséquence d’une décision arbitraire de Frédéric le Grand, celui de la guerre de 1866 d’une décision arbitraire de Bismarck. Tous [trois] auraient pu prendre une autre décision et d’autres personnalités […] auraient pris d’autres décisions ; la conséquence en aurait été un autre cours de l’histoire. » « Par là, ajoute-t-il dans la note 2, il n’est nullement question ni d’affirmer ni de contester que, dans ce cas-là, on n’en serait pas arrivé aux guerres en question ; il s’agit là d’une question à laquelle il est totalement impossible de répondre et qui est, pour cette raison, totalement oiseuse. » Si l’on veut bien faire abstraction du rapport ambigu que la seconde de ces phrases entretient avec les formulations qu’a employées Eduard Meyer à propos des relations entre « liberté » et « nécessité » et que nous évoquions un peu plus haut3, on trouvera surtout à redire à cette idée selon laquelle des questions auxquelles on ne sait répondre, ou auxquelles on ne sait pas répondre avec certitude, devraient pour cette raison être considérées comme oiseuses. Il serait fâcheux, y compris pour la science empirique, que ces problèmes les plus élevés, auxquels elle ne fournit aucune réponse, n’aient jamais été soulevés. Il est vrai que ce dont il s’agit ici, ce n’est pas de ce genre de problèmes « ultimes », mais bien d’une question qui, d’un côté, est « dépassée » par les événements et à laquelle, d’un autre côté, il est dans les faits positivement impossible de répondre de manière univoque d’après la situation qui est celle de notre savoir – de notre savoir effectif comme de notre savoir possible ; il s’agit de surcroît d’une question qui, si on la considère d’un point de vue strictement « déterministe », invite à débattre des conséquences de quelque chose qui, d’après la situation des « déterminants », était « impossible ». Et malgré tout cela, le fait de poser la question de ce qui aurait pu arriver si, par exemple, Bismarck n’avait pas pris la décision conduisant à la guerre n’a rien d’oiseux. Car c’est là justement une question qui touche le point décisif pour toute mise en forme de l’effectivité par l’histoire : savoir quelle importance causale il convient d’attribuer à cette décision individuelle au sein de la totalité des « facteurs » dont le dénombrement serait infini et qui devaient tous précisément être configurés de cette manière – et pas autrement – pour que ce soit précisément ce résultat [Resultat] qui en émerge et savoir quelle place lui revient en conséquence dans l’exposition historique. Si l’histoire entend s’élever au-dessus du statut de simple chronique de faits et de personnalités remarquables, il ne lui reste alors d’autre [267] choix que de poser des questions qui sont précisément de ce type. Et c’est également ainsi qu’elle a procédé, pour autant qu’elle est une science. Ce qu’il y a alors de correct dans la formulation d’Eduard Meyer que nous citions plus haut – celle qui affirme que l’histoire considère les événements du point de vue du « devenir » et que, pour cette raison, son objet n’est pas soumis à la « nécessité » qui convient à « ce qui est devenu » – c’est que l’historien, lorsqu’il évalue l’importance causale d’un événement concret, se comporte à la manière de l’homme historique qui prend position : ce dernier n’« agirait » jamais si son propre agir lui apparaissait comme « nécessaire » et pas uniquement comme « possible »4. La seule différence entre les deux est la suivante. L’homme qui agit, pour autant qu’il agit d’une manière strictement « rationnelle » – ce dont nous faisons ici l’hypothèse –, examine les « conditions » qui sont celles d’un développement à venir auquel il porte un intérêt, conditions qui résident « en dehors » de lui et sont données dans l’effectivité en fonction de la connaissance qu’il en a ; il intercale ensuite en pensée dans le nexus causal les différentes « manières possibles » dont il pourrait lui-même se comporter ainsi que les effets auxquels il faudrait s’attendre en lien avec ces conditions « extérieures », avant de se décider – en fonction des différents résultats « possibles » qui ont ainsi été établis (en pensée) – en faveur de telle ou telle façon de se comporter, en tant qu’elle est celle qui correspond à son « but ». L’historien, quant à lui, est supérieur à son héros, au premier chef en ce qu’il sait dans tous les cas a posteriori si l’appréciation des conditions données et disponibles « en dehors » de ce dernier correspondait ou non également aux connaissances et aux attentes que l’agent nourrissait en son for intérieur5 : c’est en effet ce que nous apprend « l’effet » factuel qu’a eu son agir. Et du fait de ce maximum idéal qu’il atteint dans la connaissance de ces conditions-là – maximum que nous entendons prendre et sommes autorisé à prendre pour base théorique dans cette étude, où il ne s’agit de rien d’autre que d’éclaircir des questions logiques, alors même qu’il n’est que si rarement possible, voire impossible, d’atteindre effectivement un tel maximum – l’historien est de son côté capable de mener rétrospectivement à son terme le même examen intellectuel que celui qu’a conduit ou « qu’aurait pu conduire » son héros ; il a ainsi, par exemple, de meilleures chances de succès que Bismarck lui-même lorsqu’il soulève la question de savoir à quelles conséquences il aurait fallu « s’attendre » au cas où une autre décision aurait été prise. Voilà qui met en lumière que cette approche est très loin [268] d’être oiseuse. C’est précisément ce procédé qu’Eduard Meyer lui-même applique (1902, p. 43) aux deux coups de feu qui, au cours des journées de Mars à Berlin6, ont constitué l’élément déclencheur immédiat de la bataille de rue. La question de savoir d’où ils provenaient serait, à l’en croire, « sans pertinence historique ». Pourquoi serait-elle moins pertinente que le débat autour des décisions d’Hannibal, de Frédéric le Grand ou de Bismarck ? « L’état des choses était tel que n’importe quel incident devait nécessairement (!) entraîner le déclenchement du conflit. » On voit qu’ici la question prétendument « oiseuse » consistant à se demander ce qui « se serait » passé en l’absence de ces deux coups de feu trouve une réponse, fournie par Eduard Meyer lui-même ; et il est statué par là sur leur « importance » historique (en l’occurrence sur leur absence de pertinence). Dans le cas des décisions d’Hannibal, de Frédéric II ou de Bismarck, par contre, « l’état des choses », du moins si l’on en croit Eduard Meyer, était visiblement tout autre ; en tout cas, il n’était pas tel que le conflit se serait déclenché – soit dans l’absolu, soit étant donné les constellations politiques concrètes de l’époque, qui déterminaient le cours de ce conflit ainsi que son dénouement – si la décision prise avait été autre. Sinon, cette décision aurait en effet été tout aussi dépourvue d’importance historique que ces coups de feu. Le jugement qui affirme que, si un fait historique singulier est pensé comme absent ou comme ayant été modifié à l’intérieur d’un complexe de conditions historiques, cela aurait conditionné une modification du cours des événements pour ce qui regarde des relations déterminées et qui ont un poids historique significatif – un tel jugement semble donc bien avoir une valeur considérable si l’on veut établir quelle « importance historique » a ce fait, et ce, même si, dans la pratique, l’historien peut n’être poussé qu’exceptionnellement à développer et à justifier ce jugement de manière consciente et explicite : en l’occurrence dans le cas où c’est justement la question de « l’importance historique » qui fait l’objet d’une controverse. Voilà à l’évidence qui doit nous pousser à considérer l’essence logique de tels jugements, qui énoncent l’effet auquel il « aurait » fallu s’attendre dans le cas où l’on aurait laissé de côté ou modifié un composant causal singulier tiré d’un complexe de conditions. Nous voudrions essayer de clarifier un peu tout cela.

  • 7 Il convient de signaler ici explicitement que les catégories que nous allons discuter dans la suite (...)

2[269] Que ceux qui ont entrepris les recherches qui font autorité sur ces questions centrales ne soient ni des historiens ni des spécialistes de la méthodologie de l’histoire, mais des représentants de disciplines très lointaines, voilà qui démontre, entre autres choses, à quel point la logique de l’histoire7 demeure encore une matière en friche.

  • 8 Des jalons cruciaux pour ce débat avaient d’abord été posés par von Kries (1886). Remarquons d’embl (...)
  • 9 Jusqu’à présent, la critique la plus pénétrante qui a été faite de l’élargissement de la théorie de (...)
  • 10 Parmi les théoriciens de la statistique, citons les travaux de L. von Bortkievicz* (1899a ; voir ég (...)
  • 11 Le droit moderne est dirigé contre celui qui a perpétré un fait, et non contre son fait (cf. Radbru (...)

3La théorie de ce que l’on appelle la « possibilité objective », qui va être notre objet, s’appuie sur les travaux de l’éminent physiologiste von Kries* (1888)8 et les emplois courants de ce concept s’appuient sur des auteurs qui, ou bien se réclament de von Kries, ou bien le critiquent – au premier chef des criminalistes, puis des juristes : en particulier Merkel*, Rümelin*, Liepmann* et, tout récemment, Radbruch*9. Pour le moment, parmi ceux qui s’occupent de méthodologie des sciences sociales, le train de pensées de von Kries n’a été repris pour l’instant [sic] que dans la statistique10. Que [270] ce problème ait justement été traité par les juristes – et au premier chef par les criminalistes – a quelque chose de naturel, puisque la question de la culpabilité pénale est une pure question de causalité, dans la mesure où elle enveloppe le problème de savoir dans quelles circonstances on peut affirmer que quelqu’un a « causé » un résultat extérieur en agissant – il est même manifeste que cette question a la même structure logique que la question causale en histoire. Les problèmes posés par les relations sociales pratiques que les êtres humains entretiennent les uns avec les autres – et en particulier les problèmes posés par l’administration de la justice – sont en effet, exactement comme en histoire, orientés de manière « anthropocentrique », c’est-à-dire qu’ils posent la question de l’importance causale d’« actions » humaines. Et de la même manière que lorsqu’il s’agit de se demander ce qui a conditionné causalement un effet concret ayant entraîné préjudice – qu’il convient éventuellement de racheter au pénal ou de compenser au civil –, le problème de la causalité tel qu’il se pose pour l’historien se focalise constamment sur l’imputation d’effets concrets à des causes concrètes, et non sur l’étude approfondie de « légalités » abstraites. La jurisprudence – et tout spécialement la criminalistique – quitte néanmoins à nouveau le chemin qu’elle a parcouru en commun avec l’histoire pour s’engager dans une manière de poser les questions qui lui est spécifique. S’y ajoute en effet la question suivante : [271] l’imputation objective, purement causale, d’un effet à l’action d’un individu suffit-elle également à qualifier cette dernière comme une « faute » dont il serait subjectivement coupable ? Et si oui, quand y suffit-elle ? Cette question n’est plus en effet un problème purement causal, que l’on pourrait résoudre simplement en faisant état de faits qu’il s’agirait de déterminer « objectivement », au moyen de la perception ou d’une interprétation causale ; il s’agit d’un problème de politique criminelle, domaine qui tient son orientation de valeurs issues de l’éthique et d’autres domaines. Il est en effet possible a priori – dans les faits, un tel cas se présente fréquemment et constitue aujourd’hui la règle – que le sens des normes juridiques, qu’il soit explicite ou bien qu’on doive le déterminer au moyen d’une interprétation [Interpretation], vise à faire dépendre au premier chef la présence ou non d’une « faute », au sens que la règle juridique concernée donne à ce terme, de certains états de faits subjectifs du côté de l’agent (d’une intention, d’une « capacité à anticiper » l’issue de son action qui est subjectivement conditionnée, et d’autres choses semblables). La signification [Bedeutung] que revêtent alors les distinctions catégoriales à l’œuvre dans la manière de combiner causalement les faits peut, de ce fait, s’en trouver considérablement altérée11. Pour ce qui concerne les premiers stades de notre discussion, cette distinction dans les buts de la recherche n’a néanmoins encore aucune importance. Pour le moment, entièrement de conserve avec la théorie juridique, nous poserons la question suivante : comment une imputation d’un « effet » concret à une « cause » concrète est-elle tout bonnement possible en ce qui regarde ses principes ? et comment peut-on l’accomplir, étant donné qu’en vérité, c’est toujours un nombre infini de facteurs causaux qui a conditionné la réalisation d’un « processus » singulier et que, pour que l’effet survienne dans la forme concrète qu’il a prise, tous ces moments causaux singuliers étaient bel et bien indispensables ?

4La possibilité d’une sélection parmi le nombre infini des déterminants est en premier lieu conditionnée par la nature de notre [272] intérêt historique. Quand on dit que l’histoire a pour fonction de comprendre causalement l’effectivité concrète d’un « événement » considéré dans son individualité, on ne veut naturellement pas dire, comme nous l’avons déjà vu, qu’elle doit « reproduire » ce même événement, sans l’abréger, dans la totalité de ses qualités individuelles et l’expliquer causalement : pareille tâche serait non seulement factuellement impossible, mais encore absurde dans son principe. À la vérité, l’histoire s’intéresse exclusivement à l’explication causale de ceux des « éléments » et de ceux des « aspects » de l’événement considéré qui, selon certains points de vue déterminés, possèdent une « importance générale » et par conséquent un intérêt historique – exactement de la même manière que, pour ce qui concerne les délibérations du juge, ce n’est pas l’ensemble du déroulement individuel de l’affaire qui entre en considération, mais uniquement les éléments essentiels à sa subsomption sous les normes. Ce qui l’intéresse – dès lors que l’on fait complètement abstraction du nombre infini des singularités « absolument » triviales – ce n’est même pas tout ce qui peut présenter un intérêt pour d’autres approches, comme celles des sciences de la nature, de l’histoire ou de l’art : peu lui importe de savoir si le coup mortel a entraîné, en plus de la mort, des symptômes secondaires qui peuvent être assez intéressants pour le physiologiste, si la position du mort ou du meurtrier aurait pu constituer un sujet approprié pour une représentation artistique, si la mort a pu aider un « subordonné » non impliqué à obtenir une « promotion » au sein de la hiérarchie administrative – et que donc elle ait, de son point de vue, eu une « grande valeur » causale – ou encore si elle a pu donner lieu à l’établissement de certaines dispositions policières bien précises de la part de la Sûreté, ou peut-être même provoquer un conflit international et se révéler ainsi « historiquement » importante. La seule question pertinente à ses yeux est celle-ci : la chaîne causale qui relie le coup de couteau et la mort était-elle configurée de telle sorte – et l’habitus subjectif de celui qui a donné le coup et sa relation à son fait étaient-ils tels – qu’une certaine norme pénale soit applicable ? L’historien, de son côté, ne s’intéresse, pour ce qui est par exemple de la mort de César, ni aux problèmes criminalistiques ni aux problèmes médicaux que le « cas » pourrait avoir présentés, ni aux singularités de son déroulement, pour autant qu’elles n’entrent en considération ni pour la « caractérisation » de César, ni pour celle du rapport des forces politiques à Rome – c’est-à-dire en tant qu’on la prend comme « moyen de connaissance » –, ni, pour finir, pour « l’effet politique » qu’a eu sa mort – c’est-à-dire en tant qu’on la prend comme « cause réelle ». Mais il se préoccupe dans un premier temps seulement [273] du fait que la mort est intervenue à tel instant précis, dans le cadre d’une configuration politique concrète, et il discute la question qui en découle : celle qui consiste à se demander si cette circonstance a eu certaines « conséquences » déterminées, qui ont eu un impact considérable sur le déroulement de l’« histoire mondiale ».

5Pour ce qui concerne la question de l’imputation en histoire, il en résulte également – tout comme c’était le cas pour ce qui concerne son équivalent juridique – l’exclusion d’un nombre infini d’éléments du processus effectif, pour la raison qu’ils n’ont pas de « pertinence causale ». Une circonstance singulière est insignifiante dans le cas où elle n’entretient absolument aucune relation avec l’événement qui fait l’objet de la discussion, de telle sorte que nous pouvons l’éliminer par la pensée : aucune modification du cours des faits n’« aurait été » introduite pour autant ; toutefois, comme nous l’avons vu, elle ne l’est pas seulement dans ce dernier cas, mais déjà lorsque, parmi les éléments qui composent ce cours des faits, ceux qui sont in concreto essentiels et qui sont les seuls à nous intéresser n’apparaissent pas comme ayant été causés en partie par elle.

6Mais désormais, notre véritable question est bien la suivante : par quelles opérations logiques en venons-nous à comprendre le fait qu’il y a une relation causale de ce type entre ces éléments « essentiels » de l’effet et certains éléments tirés du nombre infini des facteurs déterminants ? et par quelles opérations logiques sommes-nous à même de le justifier sur le mode démonstratif ? De toute évidence, ce n’est pas par simple « observation » du processus – du moins si l’on comprend l’observation comme un acte de l’esprit « sans présupposé », qui « photographierait » tous les processus physiques et psychiques qui se produisent dans l’espace et la période en question, même en admettant qu’un tel acte soit possible. Au contraire, l’imputation causale s’accomplit sous la forme d’un procès de pensée qui contient une série d’abstractions. La première, qui est décisive, consiste alors précisément en ce que, parmi les composants causaux du cours des événements, nous en pensons un, ou un certain nombre, comme ayant été modifié dans une direction déterminée, et que nous nous demandons si, étant donné les conditions du processus telles qu’elles ont ainsi été modifiées, c’est au même effet (pour ce qui concerne les points « essentiels ») qu’il aurait fallu « s’attendre », ou, dans le cas contraire, à quel autre effet il aurait fallu s’attendre. Prenons un exemple tiré de la pratique d’Eduard Meyer lui-même. Personne n’a mis en évidence de manière aussi vive et aussi claire que lui la « portée » des guerres médiques dans l’histoire universelle, pour le développement culturel de l’Occident. Mais comment cela s’effectue-t-il sur le plan logique ? Pour l’essentiel, il s’agit de développer l’idée selon laquelle, entre les deux « possibilités » suivantes : d’un côté l’épanouissement, sous l’égide du protectorat perse, d’une culture religieuse de type théocratique dont les racines [274] se trouvaient dans les mystères et les oracles et qui, partout où c’était possible, comme chez les Juifs, utilisait la religion nationale comme moyen de domination et, de l’autre côté, la victoire du monde spirituel libre des Grecs, tourné vers le monde de l’ici-bas et qui nous a offert les valeurs culturelles dont nous vivons encore – l’idée qu’entre ces deux possibilités, donc, la « décision » s’est faite par un combat aux dimensions aussi minimes que celles de la « bataille » de Marathon. Cette dernière a bel et bien représenté la « condition préalable », indispensable, à la formation de la flotte athénienne – et donc celle du cours ultérieur qu’a pris la guerre de libération –, au sauvetage de l’indépendance de la culture hellénique, à l’impulsion positive qui fut alors donnée à l’historiographie spécifiquement occidentale, au plein développement du drame et de toute cette vie de l’esprit, unique en son genre, qui se sont joués sur cette minuscule scène – d’un point de vue purement quantitatif – de l’histoire mondiale.

  • 12 Il va sans dire que ce jugement ne vaut pas pour les articles individuels contenus dans cet ouvrage (...)
  • 13 N.d.t. (Hampe, 1894). Cette bataille opposa en 1268 les troupes de Charles d’Anjou et celles de Con (...)
  • 14 N.d.t. On ne retrouve pas littéralement cette formule sous la plume de Hampe. Weber fait probableme (...)

7Et le fait que cette bataille ait « décidé » entre ces « possibilités », ou du moins qu’elle ait eu une influence tout à fait essentielle sur cette décision, est de toute évidence – puisque nous ne sommes pas athéniens – la seule et unique raison pour laquelle notre intérêt historique s’y attache tant que ce soit. Sans une appréciation de ces « possibilités » et des valeurs culturelles irremplaçables qui, selon notre considération rétrospective, « dépendaient » de cette décision, toute détermination de son « importance » serait impossible, et dans les faits, il serait alors impossible de déterminer la raison pour laquelle nous ne devrions pas lui accorder une valeur égale à celle d’une échauffourée entre deux tribus cafres ou indiennes, ou pour laquelle nous ne devrions pas prendre effectivement et plus profondément au sérieux les stupides « pensées directrices » de « l’histoire universelle » de Helmolt*, comme ce fut le cas dans cet ouvrage collectif « moderne »12. Dès lors, si les historiens modernes ont bien coutume, dès qu’un de leurs objets les oblige à définir l’« importance » d’un événement concret au moyen d’une réflexion explicite sur les « possibilités » de son développement et au moyen d’une exposition explicite de ces dernières, de s’excuser d’avoir appliqué cette catégorie en apparence antidéterministe [275], leur attitude n’a donc aucune justification logique. Quand, par exemple, K. Hampe*, dans son « Conradin », après avoir montré de manière très instructive l’« importance » historique qu’a eue la bataille de Tagliacozzo13 en se servant pour ce faire de l’évaluation des différentes possibilités entre lesquelles son issue purement « incidente », c’est-à-dire déterminée par des processus tactiques parfaitement individuels, a décidé, se montre soudainement plus timoré et ajoute : « Mais l’histoire ne connaît aucune possibilité »14 – il faut alors répondre : « Mais le “devenir historique”, si on le pense comme objectivé par des axiomes déterministes, ne “connaît” justement aucune possibilité parce qu’il ne “connaît” tout simplement aucun concept. » L’« histoire », quant à elle, les connaît toujours, à supposer qu’elle veuille être une science. À chaque ligne de chaque exposé historique et même dans chaque choix d’archives ou de sources documentaires en vue d’une publication, se trouvent des « jugements de possibilité », ou, pour le dire d’une manière plus exacte : il est nécessaire que s’y trouvent de tels jugements, si la publication prétend à une « valeur de connaissance ».

  • 15 N.d.t. Goethe, à notre connaissance, ne s’exprime jamais dans les termes précis que Weber met entre (...)

8Mais que veut-on alors dire, alors, quand on parle de plusieurs « possibilités » entre lesquelles ces affrontements sont censés avoir « décidé » ? Tout d’abord, cela signifie dans tous les cas que nous créons des « tableaux librement imaginés » – n’ayons pas peur des mots – en laissant de côté un ou plusieurs éléments de l’« effectivité » qui étaient factuellement présents dans la réalité, et en construisant par la pensée un processus qui a été modifié pour ce qui concerne l’une ou plusieurs de ses conditions. Le premier pas qui conduit au jugement historique – insistons sur ce point – est donc en lui-même déjà un procès d’abstraction. Un tel procès d’abstraction procède par l’analyse et l’isolement en pensée des éléments qui composent ce qui est immédiatement donné – donné qui est justement envisagé comme un complexe de relations causales possibles – et il est censé aboutir à une synthèse de l’ensemble causal « effectif ». En lui-même, ce premier pas transforme donc déjà l’« effectivité » donnée en un édifice de pensée, en cherchant à en faire un « fait » historique : dans le « fait » se trouve justement, pour parler comme Goethe, de la « théorie »15.

9Mais si l’on considère maintenant un peu plus précisément ces « jugements de possibilité » – c’est-à-dire les déclarations au sujet de ce qui « serait » advenu si l’on avait écarté ou modifié certaines conditions – et que l’on commence par se demander comment, au juste, nous parvenons à de tels jugements, il n’y a pas le moindre doute : il s’agit d’un bout à l’autre d’isolations et de généralisations. [276] Autrement dit, nous poursuivons la dissociation du « donné » en « éléments », jusqu’à ce que l’on puisse insérer chacun d’entre eux dans une « règle de l’expérience » et déterminer ainsi à quel effet il « aurait fallu s’attendre », suivant une règle d’expérience, de la part de chaque élément singulier, étant donné que les autres éléments sont présents comme « conditions ». Un jugement « de possibilité », dans le sens où l’expression est utilisée ici, implique donc toujours la référence à des règles d’expérience. La catégorie de la « possibilité » ne s’applique donc pas sous sa forme négative, c’est-à-dire dans le sens où elle serait, par opposition au jugement assertorique ou apodictique, l’expression d’une absence de savoir de notre part ou bien de son incomplétude mais, tout à l’inverse, elle implique ici la référence à un savoir positif de « règles du devenir » ou à notre savoir « nomologique », comme on le dit habituellement.

10Quand, à la question de savoir si un train déterminé est déjà passé par une gare, on répond : « C’est possible », cet énoncé a valeur de constat que la personne qui le prononce ne connaît subjectivement aucun fait qui exclue cette hypothèse, mais n’est pas non plus en mesure d’affirmer son exactitude – il s’agit donc d’une « absence de savoir ». Mais lorsque Eduard Meyer juge qu’un développement religieux de type théocratique était « possible » en Grèce à l’époque de la bataille de Marathon, ou bien, étant donné certaines éventualités, qu’il était « probable », cela traduit au contraire l’affirmation que certains éléments de ce qui est historiquement donné se sont objectivement présentés – ce qui veut dire qu’ils pouvaient faire l’objet d’un constat objectivement valide –, éléments qui, si nous éliminons par la pensée la bataille de Marathon (ainsi que, cela va de soi, un nombre considérable d’autres éléments du cours des faits) ou si nous modifions son déroulement par la pensée, étaient, d’après des règles générales d’expérience, positivement « propres à » entraîner un tel développement religieux de type théocratique, comme nous le dirons pour le moment en nous appuyant sur un tour employé en criminalistique. Le « savoir » sur lequel se fonde un tel jugement pour justifier l’« importance » de la bataille de Marathon est, d’après tout ce qui a été dit jusqu’ici, d’une part le savoir de « faits » déterminés appartenant à la « situation historique » et pouvant être prouvés à partir de sources (savoir « ontologique »), et d’autre part – comme nous l’avons déjà vu – le savoir de règles d’expérience déterminées et bien connues, notamment au sujet de la manière dont les gens [277] réagissent habituellement dans des situations données (savoir « nomologique »). Nous considérerons plus tard la manière dont « valent » ces « règles d’expérience ». Il est en tout cas manifeste que, pour prouver sa thèse décisive concernant l’« importance » de la bataille de Marathon, Eduard Meyer serait obligé, en cas de contestation, de pousser suffisamment loin la décomposition de cette « situation » en « éléments » pour que notre « libre imagination » puisse appliquer à ce savoir « ontologique » notre savoir « nomologique » d’expérience, puisé dans notre propre pratique de la vie et dans la connaissance du comportement d’autres personnes ; et de la pousser suffisamment loin pour que nous puissions ensuite juger positivement que l’action conjuguée de ces faits – en tenant compte des conditions qu’on a pensées comme ayant été modifiées d’une manière déterminée – « pouvait » entraîner l’effet dont on affirme qu’il est « objectivement possible ». Mais cela ne signifie qu’une chose : que, si nous « pensons » à cet effet comme étant survenu factuellement, nous devons reconnaître les faits que nous avons ainsi pensés comme ayant été modifiés de cette manière comme des « causes suffisantes ».

11La formulation quelque peu sinueuse que nous donnons de ce simple état de choses, à laquelle nous contraint le désir d’éviter toute ambiguïté, montre que, pour donner une formulation de l’ensemble causal historique, on ne se sert pas seulement de l’abstraction, sous ses deux formes que sont l’isolation et la généralisation. Elle montre bien plutôt que le jugement historique le plus simple au sujet de l’« importance » historique d’un « fait concret », bien loin d’être un simple enregistrement de « ce qu’on trouve là », non seulement expose un édifice de pensée qui a été mis en forme au moyen de catégories, mais, plus encore, qu’il ne reçoit concrètement de validité que du fait que nous ajoutons à l’effectivité « donnée » tout le trésor de notre savoir « nomologique » d’expérience.

  • 16 Pour un développement plus exhaustif de ce qui suit, voir les développements que j’ai consacrés à « (...)

12À l’encontre de ce qui vient d’être dit, l’historien fera alors valoir16 que le déroulement factuel du travail historique et le contenu factuel de l’exposition historique sont deux choses différentes. À l’en croire, ce serait le « tact » ou bien l’« intuition » de l’historien – et non pas des généralisations ou un travail de réflexion concernant des règles – qui permet de dégager les ensembles causaux : la différence avec le travail des sciences de la nature consisterait alors bien dans le fait que l’historien aurait affaire à l’explication de processus et de personnalités qui seraient immédiatement « interprétés » et « compris » par analogie avec notre propre être spirituel ; et dans l’exposition proposée par l’historien, il ne s’agirait là aussi que d’une chose [278] : du « tact », de la clarté suggestive de son récit, qui permet au lecteur de « revivre » ce qui est exposé, de la même manière que l’intuition de l’historien l’a elle-même vécu et saisi du regard – et non pas mis au jour au moyen de subtils raisonnements. Notre jugement de possibilité, qui évoque ce qui se « serait » passé d’après des règles générales de l’expérience si une composante causale singulière était pensée comme inopérante ou comme ayant été modifiée, serait de surcroît très souvent hautement incertain ; dans la plupart des cas, on ne pourrait tout simplement rien en tirer, tant et si bien que ce soubassement de l’« imputation » historique serait, de fait, sans cesse mis en échec ; autrement dit : il serait impossible qu’il puisse être constitutif de la valeur logique de la connaissance historique. – Dans de telles argumentations sont en réalité confondues d’entrée de jeu différentes sortes de choses : d’un côté la manière dont émerge, sur le plan psychologique, une connaissance scientifique ainsi que la forme « artificielle » permettant d’exposer ce qui est connu, forme qui a été choisie en vue de l’influence « psychologique » qu’elle a sur le lecteur ; de l’autre la structure logique de la connaissance.

13Ranke a « deviné » le passé, et il n’est pas jusqu’aux progrès qu’un historien de rang inférieur peut faire dans la connaissance qui ne soient compromis dès lors qu’il se révèle totalement dépourvu de ce don de l’« intuition » : dans ce cas, il demeure une sorte de fonctionnaire historique subalterne. – Mais il n’en va absolument pas autrement dans le cas de connaissances vraiment centrales, celles des mathématiques et des sciences de la nature : toutes surgissent en un éclair, de manière « intuitive », au sein de notre libre imagination, comme autant d’hypothèses et elles sont par la suite « vérifiées » au contact des faits – autrement dit : leur validité fait l’objet d’une enquête qui utilise le savoir déjà obtenu par expérience et elles sont « formulées » de façon correcte sur le plan logique. C’est tout à fait la même chose en histoire : quand on a affirmé plus haut que la connaissance de « l’essentiel » dépendait du recours au concept de possibilité objective, nous n’entendions rien dire par là au sujet de la question – certes intéressante au point de vue psychologique, mais qui ne nous occupe pas ici – consistant à se demander comment une hypothèse historique émerge dans l’esprit du chercheur. Au contraire, il s’agissait plutôt de dire quelque chose au sujet de la question consistant à se demander dans le cadre de quelle catégorie logique il faudrait, en cas de doute ou de controverse, faire la démonstration de la validité de cette hypothèse ; la réponse à cette question détermine en effet la « structure » logique de cette dernière. Et quand l’historien, à travers la forme qu’il donne à son exposé, partage avec son lecteur le résultat [Resultat] logique de ses jugements de causalité historiques sans pour autant exhiber les fondements de cette connaissance, quand il se contente de lui « suggérer » le déroulement des faits au lieu de « raisonner » de façon pédante [279], son exposé n’en demeurerait pourtant pas moins un roman historique, et non un constat scientifique si, derrière cette façade mise en forme de manière artificielle, le squelette solide de l’imputation historique venait à manquer. Après tout, il n’y a que ce squelette qui importe pour ce genre d’approche brute qui est celle de la logique, car l’exposition historique elle aussi, au titre de sa « vérité », prétend avoir une « validité ». Cette validité, l’exposition historique l’acquiert au moyen de cet aspect le plus central de son travail, dont nous avons fait jusqu’à présent le seul objet de nos considérations, à savoir la régression causale. Et elle ne l’acquiert justement que lorsque cette régression causale est parvenue, en cas de controverse, à réussir le test que constituent cette isolation et cette généralisation des composantes causales singulières que nous évoquions, en se servant à cet effet de la catégorie de possibilité objective et de la synthèse qu’elle rend ainsi possible, celle de l’imputation.

14Mais il est alors clair que l’analyse causale de l’agir personnel s’opère, sur le plan logique, exactement de la même manière que le développement causal de « l’importance historique » qu’a eue la bataille de Marathon : par isolation et généralisation ainsi que par la construction de jugements de possibilité. Prenons tout de suite un cas limite : celui de l’analyse par la pensée de notre propre agir. Notre ressenti, qui n’a pas été formé à la logique, est enclin à croire que cette analyse ne présente à coup sûr pas le moindre problème « logique » : après tout, en effet, elle serait donnée immédiatement dans le vécu et – sous réserve de « santé » mentale – elle serait « compréhensible » sans plus de difficultés ; en conséquence de quoi on pourrait naturellement aussi, peu de temps après, en « reproduire l’image » dans le souvenir. Un examen très superficiel montre pourtant qu’il n’en est justement rien, que la réponse « valide » à la question « pourquoi ai-je agi ainsi ? » consiste à exposer une figure qui a été mise en forme au moyen de catégories et qui ne peut être érigée que par l’application d’abstractions à la sphère du jugement passible d’une démonstration – même si, dans ce cas, c’est bien sur le for intérieur propre à l’« agent » que la « démonstration » est menée.

  • 17 N.d.t. Citation extraite du chapitre « Rektor Debisch » du premier volet de la trilogie Tobias Knop (...)
  • 18 N.d.t. Citation extraite de la traduction allemande par Friedrich Schlegel du monologue de Hamlet : (...)

15Prenons une jeune mère pleine de tempérament ; admettons qu’elle soit agacée par certaines désobéissances de son petit, et qu’en bonne Allemande qui ne sacrifie pas à la théorie exposée par ces belles paroles de Busch* : « Le coup est superficiel / il n’y a que la force de l’esprit / pour atteindre l’âme »17, elle lui administre une bonne torgnole. Admettons encore qu’elle se mette tout de même à « blêmir sous les pâles reflets de la pensée »18 au point qu’après coup, elle ait, pendant quelques secondes, des « pensées soucieuses » – que ce soit au sujet de l’« opportunité pédagogique » de la torgnole, au sujet de sa « légitimité » ou bien, à tout le moins, au sujet du considérable « déploiement de forces » ainsi développé. Ou bien – encore mieux – [280] admettons que les pleurnicheries de l’enfant suscitent chez le pater familias – qui, en bon Allemand qu’il est, est convaincu de sa compréhension supérieure de toutes choses, et donc aussi de l’éducation des enfants – le besoin de lui adresser « à elle » des remontrances étayées sur des points de vue « téléologiques ». « Elle » pourra alors, par exemple, amorcer un examen [de la situation] et faire valoir qu’à sa décharge, dans l’hypothèse où elle n’aurait pas été à ce moment-là, admettons : « énervée » par une dispute avec la cuisinière, cet instrument disciplinaire ou bien n’aurait pas du tout été employé, ou bien n’aurait sans doute pas été employé « de la sorte » – et elle pourra être encline à lui concéder qu’« il sait bien que, d’habitude, elle n’est pas comme ça ». Elle le renvoie par là au « savoir d’expérience » qu’il s’est constitué au sujet de ses « motifs constants », lesquels auraient entraîné – dans l’immense majorité des constellations possibles – un autre effet, moins irrationnel que celui-là. En d’autres termes, elle a donc recours, pour ce qui la concerne elle-même, à l’idée que cette torgnole serait, de sa part, une réaction « incidente » au comportement de son enfant et qu’elle n’aurait donc pas été causée de façon « adéquate » par lui – c’est ainsi que nous voudrions le formuler, en anticipant sur la terminologie que nous allons bientôt discuter.

  • 19 N.d.t. « Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, (...)
  • 20 N’examinons brièvement qu’un seul exemple supplémentaire : celui qu’analyse K. Voßler* afin d’illus (...)

16Ce dialogue conjugal a donc déjà suffi pour faire de cette « expérience vécue » un objet mis en forme au moyen de catégories, et ce, quand bien même la jeune femme – dans le cas où un logicien lui révélerait qu’elle aurait ainsi mené à bien une « imputation causale » à la façon de l’historien, qu’elle aurait rendu à cette fin des « jugements de possibilité objectifs » et même qu’elle aurait opéré avec la catégorie de la « causalité adéquate », qui va bientôt être discutée plus précisément – serait certainement tout aussi surprise que ce philistin qui, chez Molière, apprend, à sa joyeuse surprise, qu’il a dit de la prose toute sa vie19 ; après tout, sur le forum de la logique, il n’en va pas autrement. Une connaissance intellectuelle, même celle d’une expérience vécue en propre, ne consiste en elle-même jamais, au grand jamais dans le fait de « revivre » effectivement ce qui a été vécu, ni en une simple « photographie » de ce vécu ; l’« expérience vécue », dès lors qu’on en a fait un « objet », acquiert sans cesse de nouvelles perspectives et prend place dans des ensembles toujours nouveaux, qui ne sont justement pas « connus » au moment elle est « vécue ». À cet égard, lorsque l’on revient par la pensée sur sa propre action passée, on ne se comporte alors en rien différemment des moments où l’on se représente un « processus naturel » concret qui a eu lieu dans le passé, qu’on l’ait nous-mêmes « vécu » ou qu’il nous ait été rapporté par d’autres. Il ne sera probablement pas nécessaire d’expliciter20 plus avant la validité générale qu’a cette proposition en se servant d’exemples compliqués, [281] ni d’établir explicitement que, sur le plan logique, lorsque nous analysons une décision de Napoléon ou de Bismarck [282], nous procédons exactement comme notre mère allemande dans l’exemple. Quant à la différence qui tient au fait qu’à elle, c’est la « face interne » de l’action à analyser qui est donnée dans son propre souvenir, alors que nous, nous devons « interpréter » l’action d’un tiers de « l’extérieur », elle est uniquement – contrairement à ce que dit le préjugé naïf – une différence de degré dans la [plus ou moins grande] accessibilité du « matériau » et son caractère plus ou moins complet : c’est simplement que, quand nous trouvons la « personnalité » d’un homme « compliquée » et difficile à interpréter, nous sommes sans cesse enclins à croire que lui-même devrait bien pourtant, pour peu qu’il veuille seulement être sincère, être en mesure de nous donner des renseignements nets à ce sujet. Il n’y a pas lieu de s’étendre ici plus en détail sur le fait que ce n’est pas le cas et que c’est bien souvent le contraire exact qui est vrai, pas plus que sur les raisons qui font qu’il en va ainsi.

  • 21 La tentative visant à construire positivement ce qui « serait » advenu peut, lorsqu’elle est entrep (...)

17Tournons-nous plutôt vers ce qui n’a été jusque-là caractérisé dans sa fonction que de manière très générale, à savoir la catégorie de « possibilité objective », et plus spécialement vers la question de la modalité qui est celle de la « validité » du « jugement de possibilité » – et considérons ces questions de plus près. Une objection ne s’impose-t-elle pas alors ? L’objection selon laquelle le fait d’introduire des « possibilités » dans l’« approche causale » voudrait tout simplement dire que l’on renonce à la connaissance causale ; l’objection selon laquelle, de fait, et malgré tout ce qui a été dit plus haut à propos du soubassement « objectif » du jugement de possibilité, le fait de reconnaître l’importance de cette catégorie [de possibilité] impliquerait justement d’avouer qu’en « historiographie », puisque l’établissement du déroulement « possible » des faits doit toujours être laissé à « la libre imagination », la porte reste grande ouverte à l’arbitre subjectif et que, précisément pour cette raison, l’« historiographie » n’est alors pas une « science ». Et en effet, la question que l’on se pose lorsqu’un certain facteur, qui constitue une condition parmi d’autres, est pensé comme ayant été modifié d’une façon déterminée – la question de savoir ce qui se « serait » alors passé – ne trouve le plus souvent, lorsqu’on s’appuie sur des règles générales d’expérience, aucune réponse positive qui soit affectée d’une probabilité un tant soit peu significative21 – et ce, même dans le cas d’une complétude « idéale » des matériaux sources. En même temps, il n’est pas non plus besoin d’exiger inconditionnellement des réponses de ce genre – L’examen de l’importance causale que revêt un fait [Faktum] historique commencera tout d’abord [283] par le fait de poser la question suivante : si, au sein du complexe des facteurs que l’on prend en considération au titre de facteurs qui, pris ensemble, jouent le rôle de conditions, on rend ce fait [Faktum] historique inopérant ou bien si on le modifie dans un sens déterminé, le déroulement des événements aurait-il pu, d’après des règles générales d’expérience et en ce qui regarde des points décisifs pour ce qui nous intéresse – car seule nous importe vraiment la manière dont ces « aspects » qui nous intéressent dans un phénomène sont affectés par les facteurs singuliers qui, pris ensemble, jouent le rôle de condition –, suivre une autre direction, quelle qu’elle soit ? Si dans la réponse que l’on donne à cette question formulée d’une manière essentiellement négative, on ne parvient toutefois pas à un « jugement de possibilité objectif » qui soit approprié ; si donc – ce qui est une autre manière de le dire – il fallait s’attendre, étant donné l’état de notre savoir, à ce que le déroulement des choses soit, d’après des règles générales d’expérience et pour ce qui concerne des points qui ont « un poids historique significatif » – c’est-à-dire ceux qui nous intéressent – précisément le même que celui qui a eu lieu, et ce, quand bien même ce fait [Faktum] aurait été rendu inopérant ou modifié, alors c’est que ce fait est justement aussi dénué de toute importance causale dans la réalité et qu’il n’appartient absolument pas à la chaîne que la régression causale de l’histoire veut et doit façonner.

18Si l’on en croit E. M.[eyer], les deux coups de feu qui ont éclaté dans la nuit de mars berlinoise relèvent approximativement de cette catégorie – peut-être pas totalement puisqu’en s’appuyant sur la conception qu’il s’en fait, on peut également penser qu’une chose au moins a été pour partie conditionnée par eux, à savoir le moment auquel [les soulèvements] se sont déclenchés et que, s’ils avaient éclaté plus tard, cela aurait pu impliquer un autre cours des choses.

  • 22 N.d.t. Il s’agit de la « guerre d’unification » ou « guerre germano-allemande », qui opposa durant (...)
  • 23 N.d.t. La neutralité française dans la guerre de 1866 avait été en grande partie obtenue par l’inte (...)

19S’il faut cependant admettre, d’après notre savoir d’expérience, qu’un facteur donné est, sur le plan causal, pertinent pour les points qu’une approche concrète considère comme centraux, alors le jugement de possibilité objectif qui énonce cette pertinence est susceptible de parcourir toute une échelle de degrés de déterminité. L’opinion d’ E. M. selon laquelle la « décision » de Bismarck aurait « entraîné » la guerre de 186622 – en un autre sens de ce terme que dans le cas des deux coups de feu évoqués plus haut – implique l’affirmation suivante : si l’on élimine cette décision, les autres déterminants qui étaient présents à l’époque doivent alors nécessairement nous pousser à admettre, avec un « haut degré » de possibilité objective, qu’un autre développement (quant aux points « essentiels » !) aurait eu lieu – par exemple : la fin du traité italo-prussien, la cession pacifique de la Vénétie, une coalition de l’Autriche et de la France, ou un changement complet de la situation politique et militaire, qui aurait rendu de fait Napoléon [III] « maître de la situation »23. [284] Le jugement de « possibilité » objectif tolère donc par essence des gradations et l’on peut, en s’appuyant sur les principes mis en œuvre dans l’analyse logique du « calcul des probabilités », se représenter cette relation logique de la façon suivante : on pense ces composantes causales dont l’effet « possible » constitue l’objet du jugement en les isolant par rapport à la totalité des autres conditions dont il est pensable dans l’absolu qu’elles interagissent avec elles, puis l’on se demande comment se rapportent l’un à l’autre le cercle des conditions par l’intervention desquelles ces composantes pensées isolément étaient « propres » à entraîner l’effet « possible » et le cercle des conditions par l’intervention desquelles elles ne l’auraient, « selon toutes prévisions », pas entraîné. Il n’y a absolument aucun moyen d’obtenir, entre les deux « possibilités », un rapport que l’on puisse « chiffrer » – quel que soit le sens que l’on donne à ce terme. Ce genre de rapport chiffrable ne peut être obtenu que dans le domaine du « hasard absolu » (au sens logique du terme), c’est-à-dire dans les cas – comme par exemple aux dés, ou lorsqu’on tire des boules de différentes couleurs d’une urne qui contient toujours le même mélange de boules – où, dans un très grand nombre de cas, certaines conditions déterminées, simples et univoques, demeurent absolument les mêmes tandis que toutes les autres varient d’une manière qui est absolument soustraite à notre connaissance, et où l’« aspect » qui importe dans l’effet – aux dés : le nombre de points ; au tirage : la couleur des boules – est déterminé quant à sa possibilité par les conditions constantes et univoques que nous avons mentionnées (caractéristiques du dé, distribution des boules), de telle sorte que toutes les autres circonstances pensables ne présentent avec ces possibilités absolument aucune relation causale que l’on pourrait ranger sous un principe général d’expérience. La façon dont je saisis et secoue le cornet à dés avant de le lancer est une composante absolument déterminante pour le nombre de points qui résulte in concreto de mon lancer – mais malgré toutes les superstitions des « tâteurs de godet », il n’y a absolument aucune possibilité, ne serait-ce que de penser un principe d’expérience qui exprimerait que telle manière déterminée d’accomplir ces gestes « serait propre » à favoriser que l’on fasse tel ou tel nombre de points : cette causalité est donc une causalité absolument « incidente », c’est-à-dire que nous sommes justifiés à affirmer que la manière dont, physiquement, nous lançons les dés [285] n’influe « généralement » pas sur les chances que nous avons de faire un nombre de points déterminés : pour chacune des manières de lancer, les chances qu’a chacune des six faces du dé de se retrouver en haut passent à nos yeux pour « les mêmes ». Inversement, il existe un principe général d’expérience qui énonce que le fait d’avoir un centre de gravité excentré « favorise » une face déterminée de ce dé « pipé », par l’intervention d’autres déterminants concrets – peu importe lesquels. Si nous répétons ce lancer de dés avec une fréquence suffisante, nous pouvons exprimer dans quelle mesure cette « possibilité objective » s’en trouve « favorisée », voire en donner une estimation chiffrée. Malgré la mise en garde qu’il est coutumier d’adresser à celui qui transpose le principe du calcul des probabilités à un autre domaine, il est clair que ce dernier cas a ses analogues dans le domaine de toute causalité concrète et donc également dans celui de la causalité historique – à ceci près que c’est alors justement la possibilité de déterminer une valeur chiffrée qui fait absolument défaut. Une telle détermination présuppose en effet, premièrement, une situation de « hasard absolu » et, deuxièmement, elle présuppose que nous ayons pour unique objet de notre intérêt des « aspects » ou des résultats qui soient quantifiables et déterminés. Malgré cette impossibilité, nous pouvons toutefois rendre des jugements qui ont une validité tout à fait générale et énoncent que, chez des gens qui sont confrontés à des certaines situations déterminées, c’est une même manière de réagir à ces situations – pour ce qui concerne certains traits précis – qui, à un degré plus ou moins haut, se trouve favorisée chez eux tous ; plus encore, nous sommes également en mesure, lorsque nous formulons un tel principe, d’indiquer un très grand nombre de circonstances qui, en tant que telles, auraient pu intervenir sans venir altérer le fait que c’est cette réaction qui est généralement « favorisée ». Et si, en fin de compte, nous ne sommes certes pas capables d’apprécier de manière univoque – ou même à peu près, à la manière d’un calcul de probabilités – le degré auquel certaines conditions déterminées favorisent un effet déterminé, nous sommes néanmoins capables, par comparaison avec la manière dont d’autres conditions – que l’on pense comme ayant été modifiées – l’« auraient favorisé », juger du « degré » auquel elles le favorisent en général. De plus, lorsque nous menons à bien cette comparaison dans notre « libre imagination », en modifiant un nombre suffisamment grand de constellations [de faits], c’est alors un degré de détermination tout de même assez considérable qui devient envisageable ; il nous permet, au moins en principe – et c’est cette seule question de principe qui va nous occuper ici dans un premier temps –, d’énoncer un jugement concernant le « degré » de possibilité objective. Il n’y a pas que dans [286] notre vie quotidienne que nous employons constamment de tels jugements au sujet du « degré » auquel telle circonstance est favorisée : c’est aussi le cas en histoire, justement ; sans eux, il est tout simplement impossible de distinguer entre ce qui, sur le plan causal, est significatif et ce qui ne l’est pas – même E. M. en a fait usage, sans se poser de questions, dans le texte que nous discutons ici. Si ces deux coups de feu que nous avons mentionnés à plusieurs reprises étaient causalement « inessentiels » pour la raison que n’importe quel incident, quel qu’il soit, « devait nécessairement déclencher le conflit » – selon le point de vue d’E. M. qu’il n’y a pas lieu de critiquer ici pour le fond –, alors cela veut dire que, dans la constellation historique qui nous est donnée, certaines « conditions » déterminées peuvent être isolées en pensée qui – aussi grand que soit le nombre des autres conditions dont il est pensable qu’elles sont possiblement intervenues en plus de ces dernières, et quand bien même ce nombre serait écrasant – auraient justement entraîné cet effet, tandis que le cercle des facteurs causaux dont on peut penser que leur intervention aurait rendu un autre effet (pour ce qui concerne les points « décisifs ») vraisemblable à nos yeux nous apparaît, relativement à cela, très limité. Que la probabilité de cet autre effet ait tout simplement été, comme le croit E. M., égale à zéro, voilà ce que, malgré l’expression « devait nécessairement », nous ne voulons pas admettre, étant donné la manière dont Eduard Meyer insiste par ailleurs fortement sur l’irrationalité du domaine historique.

20Ce genre de cas particuliers de la relation qu’il peut y avoir entre, d’une part, certains complexes déterminés de « conditions », qui ont été rassemblées par l’approche historique pour former une unité et que l’on considère isolément et, d’autre part, un effet donné, correspondent au type logique nommé plus haut. Nous voudrions – suivant en cela l’usage langagier des juristes et des théoriciens de la causalité qui s’est imposé depuis les travaux de von Kries – les nommer des cas de « causation adéquate » (de causation de tels ou tels éléments de l’effet par telles ou telles conditions) et, exactement comme le fait Ed. Meyer – qui n’en forme cependant pas clairement le concept –, nous parlerons de « causation incidente » là où, pour que surviennent ceux des éléments de l’effet qui entrent en considération pour l’histoire, il fallut l’efficace de faits ayant entraîné un effet qui n’était pas « adéquat » – au sens que nous venons de donner à ce terme – à un complexe de conditions rassemblées par la pensée en une unité.

  • 24 N.d.t. Il s’agit ici d’une allusion à la critique adressée par von Below à Meyer dans un article de (...)
  • 25 Nous envisagerons plus tard la question de savoir si nous avons les moyens – et lesquels – d’évalue (...)

21Revenons-en donc aux exemples que nous avons utilisés plus haut. Pour déterminer sur le plan logique quelle « importance » a eue la bataille de Marathon dans l’opinion que s’en est faite Ed. Meyer, il ne faudrait pas, en réalité, dire qu’une victoire des Perses [287] aurait nécessairement dû avoir pour conséquence un tout autre développement de la civilisation hellénique, et donc mondiale – un tel jugement serait tout bonnement impossible. Il faudrait au contraire dire que cet autre développement « aurait » été la conséquence « adéquate » d’un tel événement. Et de même saisirons-nous d’une manière logiquement correcte l’expression employée par E. Meyer à propos de l’unification de l’Allemagne – celle que critiquait von Below*24 –, en disant qu’il est possible, à partir de règles générales d’expérience, de rendre cette unification compréhensible en tant que conséquence « adéquate » de certains événements passés d’après des règles générales d’expérience, tout comme la révolution de Mars à Berlin peut être rendue compréhensible en tant que conséquence adéquate de certaines « situations » générales, tant sociales que politiques. Si l’on pouvait à l’inverse rendre convaincante, par exemple, l’idée que sans ces deux coups de feu devant le château de Berlin, une révolution eût pu – d’après des règles générales d’expérience et avec une probabilité prédominante, et ce, sans la moindre contestation possible – être évitée, parce que, d’après des règles générales d’expérience, il est avéré que, sans l’intervention de ces deux coups de feu, la combinaison des autres « conditions » n’aurait pas « favorisé » une révolution ou qu’elle ne l’aurait pas « favorisée » d’une manière assez significative – en prenant le terme « favoriser » dans le sens que nous avons développé plus haut ; dans une telle situation, nous parlerions alors de causation « incidente » et nous devrions, dans ce cas difficile à se représenter par la pensée, « imputer » causalement la révolution de Mars uniquement à ces deux coups de feu. Dans l’exemple de l’unification de l’Allemagne, pour dire le contraire d’« incident », il ne faut donc pas recourir – comme le supposait von Below – au terme de « nécessaire », mais à celui d’« adéquat », pris dans le sens que nous avons développé plus haut en suivant von Kries25. Et il faut rester ferme sur un point : dans cette opposition [entre « adéquat » et « incident »], il ne s’agit jamais d’une différence entre, d’un côté, la causalité « objective » à l’œuvre dans le déroulement des processus historiques et, de l’autre, les relations causales que ces derniers entretiennent les uns avec les autres, mais toujours de cela seul que nous isolons par abstraction une partie des « conditions » que l’on trouve au sein du matériau qu’est le devenir historique et de ce que nous en faisons l’objet d’un jugement de possibilité, afin de parvenir – à l’aide de règles d’expérience – à discerner l’« importance » causale des éléments singuliers du devenir historique. Afin de percer à jour, parmi les ensembles de relations causales, ceux qui sont effectifs, nous construisons des ensembles qui ne le sont pas.

  • 26 L’ampleur du « pillage » des pensées de von Kries auquel je me suis encore livré ici, tout comme da (...)
  • 27 H. Gomperz* (1904) en a fait le fondement d’une théorie phénoménologique de la « décision ». Je ne (...)
  • 28 Dans cette mesure, Kistiakovski (1902) a tout à fait raison.
  • 29 N.d.t. Ajout de l’éditeur allemand.
  • 30 La laideur du terme ne change rien à l’existence de cet état de choses logique.

22[288] Qu’il s’agisse là d’abstractions, cela est très fréquemment méconnu, et ce, d’une manière tout à fait spécifique que von Kries a également critiquée d’une façon déjà convaincante dans ses travaux que nous avons cités plus haut26. Cette manière de méconnaître ce point trouve son analogue dans certaines théories déterminées, formulées par quelques juristes et théoriciens de la causalité isolés sur la base des idées de J. St. Mill. À la suite de celui-ci, qui croyait que le quotient mathématique par lequel on exprime une probabilité se référait au rapport entre des causes qui existent (« objectivement ») à un instant donné – rapport entre les causes qui « entraînent » un résultat et celles qui l’« entravent » –, Binding* admet lui aussi qu’entre les conditions « qui tendent à un résultat » et celles qui « tendent à le contrarier » il y a objectivement un rapport qu’il est possible de déterminer de manière chiffrée (dans certains cas singuliers), ou au moins de déterminer approximativement, un rapport qui, en fonction des circonstances, se trouverait « à l’équilibre ». À l’en croire, le déclenchement de la causation se situerait au moment où le premier type de conditions finirait par être prépondérant (Binding, 1872, p. 41 et suivantes ; von Kries, 1888, p. 107). Il est tout à fait clair que ce que l’on prend ici pour base de la théorie de la causalité, c’est le phénomène du « conflit des motifs », qui se manifeste lors de la délibération dans les actions humaines sous la forme d’un « vécu » immédiat. Quelle que soit l’importance générale que l’on accorde à ce phénomène27, il est néanmoins certain qu’aucune approche causale rigoureuse – et pas plus en histoire qu’ailleurs – ne peut accepter cet anthropomorphisme28. Ce n’est pas seulement que la représentation de deux « forces » exerçant des effets « opposés » est une image corporelle et spatiale et qu’elle n’est donc [289] exploitable sans auto-mystification que dans le cas de processus – tout spécialement des processus de type mécanique et physique (von Kries, 1888, p. 108) – tels qu’en leur sein, de deux effets « opposés », au sens physique du terme, l’un serait entraîné par l’une des forces et l’autre par l’autre. Bien plus, il faut surtout, une bonne fois pour toutes, tenir ferme sur un point : un effet concret ne peut pas être considéré comme la résultante d’un conflit entre des causes qui y tendent et d’autres qui s’y opposent ; au contraire, c’est l’ensemble de toutes les conditions auxquelles conduit la régression causale, lorsqu’elle part de tel ou tel « effet », qui devait « interagir » de cette manière, et pas autrement, pour faire advenir cet effet concret de cette manière, et pas autrement ; dans toute science empirique qui travaille avec des causes, l’irruption de l’effet n’est pas fixée uniquement à partir d’un certain moment déterminé, mais elle l’est « de toute éternité ». Par conséquent, lorsqu’on parle de conditions qui sont « favorables » ou « inhibantes » pour un effet donné, impossible d’entendre par là que, dans tel cas concret, certaines conditions déterminées ont essayé en vain d’entraver l’effet qui a finalement été entraîné et que d’autres sont finalement parvenues à atteindre ce but en dépit des premières. Cette tournure ne peut, sans la moindre exception, signifier qu’une chose : certains éléments de l’effectivité qui précède l’effet dans le temps, lorsqu’on les pense comme isolés, ont généralement coutume de « favoriser », selon des règles générales d’expérience, un effet du type de celui qui est en question ; cela veut toutefois dire, nous le savons, qu’ils ont coutume d’entraîner – combinés à d’autres conditions – cet effet dans la majorité des combinaisons que l’on pense être possibles, [tandis que]29 dans certaines autres combinaisons, ils ont coutume d’entraîner de manière générale non pas cet effet-là, mais un autre. C’est d’une abstraction qui isole et généralise qu’il est question, et non de la restitution du déroulement d’un processus qui aurait eu lieu dans les faits, lorsque nous entendons par exemple Eduard Meyer (1902, p. 27) parler de cas où tout « conspire » à un résultat déterminé : il veut simplement dire par là, si on le formule d’une manière logiquement correcte, que nous pouvons établir et isoler en pensée des « facteurs » causaux par rapport auxquels l’effet attendu ne peut être pensé que dans un rapport d’adéquation, dans la mesure où il n’est possible de se représenter qu’un nombre relativement restreint de combinaisons de ces « facteurs » causaux que l’on a extraits, avec d’autres, par le moyen de l’isolation et dont nous « attendrions » d’après des règles générales d’expérience un autre résultat. Dans les cas où nous nous faisons des choses [290] une « conception » qui correspond à celle que décrit Ed. Meyer par ces mots, nous avons coutume de dire qu’il y a là une « tendance évolutive » dirigée vers l’effet en question30.

  • 31 Ce n’est que lorsqu’on oublie tout cela – comme cela arrive certes suffisamment fréquemment – que l (...)
  • 32 Sur ce point encore, les points de vue décisifs sont, aussi bien chez von Kries (1888) que chez Rad (...)
  • 33 Une étude supplémentaire était censée suivre.

23Cette manière de dire les choses, tout comme le fait d’employer des images telles que les « forces qui entraînent » ou, inversement, « entravent » un développement – par exemple celui du capitalisme –, n’a rien de problématique ; elle n’est pas moins inoffensive, d’un autre côté, que cette tournure qui dit qu’une certaine « règle » déterminée de tel ou tel ensemble causal aurait, dans tel cas concret, été « abolie » par certains enchaînements causaux déterminés, ou (ce qui est encore plus inexact), qu’une « loi » l’aurait été par une autre « loi ». De telles caractérisations n’ont donc rien de problématique pourvu que l’on garde à l’esprit leur caractère intellectuel, pourvu que l’on ne perde pas de vue qu’elles reposent sur une opération d’abstraction, celle de certains éléments bien précis de l’enchaînement causal réel, sur la généralisation en pensée des autres éléments sous la forme de jugements de possibilité objectifs ainsi que sur l’emploi de ces derniers afin de mettre en forme le devenir historique et d’en faire un ensemble causal ayant une certaine articulation déterminée31. Et en même temps, il ne suffit pas à nos yeux que, dans ce cas, l’on nous accorde et que l’on garde à l’esprit que toute notre « connaissance » se rapporte à une effectivité qui a été mise en forme au moyen de catégories et que la catégorie de « causalité », par exemple, est par conséquent une catégorie de « notre » penser. Car de ce point de vue, l’« adéquation » de la causation ne cesse pas d’être un cas particulier d’une telle idée32. Bien que l’on ne cherche pas à faire ici une analyse exhaustive de cette catégorie, il est cependant nécessaire, si l’on veut, dans un premier temps, tirer au clair et rendre plus intelligible la nature toute relative de l’opposition entre causation « adéquate » et causation « incidente », d’établir au moins rapidement comment le contenu de l’énoncé qui est compris dans un « jugement de possibilité », alors que, dans de très nombreux cas, il est au plus haut degré indéterminé – comment un tel contenu s’accorde avec la prétention à avoir une « validité » que cet énoncé maintient malgré cela, ainsi qu’avec la possibilité d’utiliser cet énoncé – possibilité qui reste malgré cela d’actualité – pour mettre en forme des séries causales historiques33.

von BELOW, Georg
(1858-1927)

Historien allemand de l’économie. Il enseigne l’histoire médiévale et moderne dans les universités de Königsberg, Münster, Marbourg, Tübingen et Fribourg. Très conservateur sur le plan politique comme sur le plan de la méthode, il est intervenu à de nombreuses reprises dans les débats méthodologiques de son temps, notamment pour décrier le travail de Karl Lamprecht – participant ainsi au Methodenstreit qui a sévi en histoire à partir des années 1890 – ou pour contester la validité méthodologique de la sociologie comme discipline.

BINDING, Karl
(1841-1920)

Juriste allemand, spécialiste du droit pénal et professeur successivement à Bâle, Fribourg, Strasbourg et Leipzig. Même s’il est surtout connu pour ses travaux sur l’euthanasie légale, qui seront repris par le Troisième Reich, il est également l’auteur de nombreux travaux sur le droit pénal, dans lesquels il défend notamment, contre Franz von Liszt, l’idée d’une justice purement rétributive, où la peine n’a pas d’autre but (par exemple préventif ou social) que celui de soumettre les criminels aux normes qui constituent les fondements des lois pénales et que ces lois auraient pour charge de défendre.

von BORTKIEVICZ, Ladislaus
(1868-1931)

Statisticien polonais, disciple de Wilhelm Lexis et professeur de statistiques dans les universités de Strasbourg et de Berlin. Son travail porte essentiellement sur l’usage de statistiques en démographie et sur les tables de mortalité.

BUSCH, Wilhelm
(1832-1908)

Poète, dessinateur et auteur de bande dessinée allemand. Au sein d’une œuvre prolifique, on peut notamment citer Max und Moritz (1865), œuvre qui le rend très populaire en Allemagne et dans le reste de l’Europe.

CHUPROV, Alexander Ivanovitch
(1841-1908)

Professeur d’économie politique et de statistique russe, il est très tôt influencé par l’école historique allemande (notamment par Roscher). Dans le sillage de celle-ci et de l’importance qu’elle accorde aux matériaux empiriques, il va organiser une collecte de statistiques d’une ampleur inégalée sur la Russie de son époque, en particulier sur le monde paysan.

GOMPERZ, Heinrich
(1873-1942)

Philosophe autrichien et professeur à l’université de Vienne jusqu’en 1934. Ses travaux portent essentiellement sur la question de la liberté et il y défend une théorie stochastique de la volonté, qui ne serait ni déterminée fatalement par les motifs ni absolument libre de choisir entre eux : chaque motif aurait des chances d’emporter la décision qui sont proportionnelles à sa force. Notons qu’il est le fils de Theodor Gomperz, philosophe et historien de la philosophie autrichien, directeur de l’édition des œuvres de John Stuart Mill à laquelle Weber fait référence.

HAMPE, Karl
(1869-1936)

Historien et médiéviste allemand, professeur à l’université de Heidelberg, connu pour le tour « artistique » qu’il donne à ses exposés historiques.

HELMOLT, Hans Ferdinand
(1865-1929)

Historien et journaliste allemand, élève de Lamprecht et tenant d’une conception de l’histoire inspirée par la géographie et l’anthropologie, Hans Ferdinand Helmolt publie entre 1899 et 1907 les neuf volumes d’une « histoire universelle » dont les principes et la méthode, précisés dans le premier volume, sont de refuser a priori toute prééminence d’une ou plusieurs civilisations dans la considération de l’histoire et de consacrer par conséquent une part égale à toutes les cultures.

KAREEV, Nikolaï Ivanovitch
(1850-1931)

Historien et homme politique russe, il publie au tournant des années 1880 des textes importants sur le monde paysan français et son rôle dans la Révolution française. Il hésite dans ses travaux entre un subjectivisme idéaliste auquel le portent ses sentiments libéraux et une méthodologie historique qui accorde une grande place aux processus économiques et sociaux.

KISTIAKOVSKI, Theodor
(1868-1920)

Professeur de droit constitutionnel russe. Il est, d’après Marianne Weber, l’un des meneurs intellectuels du parti des « Cadets », réfugié à Heidelberg après la révolution de 1905. C’est là que Weber l’a rencontré et qu’il aurait eu avec lui des discussions animées au sujet de la politique russe. Ses travaux de méthodologie des sciences sociales opèrent notamment la critique d’approches anthropomorphiques ou métaphysiques de la causalité.

von KRIES, Johannes
(1853-1928)

Physiologiste et psychologue allemand. Après des études de médecine, il devient professeur de physiologie à l’université de Fribourg en 1880 où il enseignera jusqu’en 1924. S’il est surtout demeuré célèbre pour ses travaux sur la perception des couleurs et sa monumentale Psychologie générale des sens de 1923, inspirée de Helmholtz, il faut également le compter parmi les plus importants théoriciens des fondements du calcul des probabilités (il développe notamment, dans ses Principes du calcul des probabilités de 1886, une méthode analogue à la « méthode des fonctions arbitraires » de Poincaré). Une partie de son œuvre est également consacrée à des questions d’épistémologie générale, inspirée de ses travaux en psychologie et en mathématiques.

LIEPMANN, Moritz
(1869-1928)

Juriste et théoricien du droit pénal allemand. D’abord influencé par Merkel, il devient en 1919 le tout premier professeur de criminologie en Allemagne à l’université de Hambourg, où il eut notamment pour élève le jeune Gustav Radbruch (voir infra). Connu pour son combat contre la peine de mort, il soutient que le droit pénal doit tenir compte de la situation psychique de l’accusé.

MERKEL, Adolf
(1836-1896)

Juriste allemand, théoricien du droit pénal et professeur successivement dans les universités de Prague, Vienne et Strasbourg. Il est le premier à formuler le programme d’une théorie générale du droit et il est considéré comme le fondateur de la « troisième école » en droit pénal, en raison de son souci d’élaborer une théorie du droit pénal qui concilie justice et efficacité et qui ne se réduise ni au jusnaturalisme ni au positivisme.

MEYER, Eduard
(1855-1930)

Historien allemand de l’Antiquité, professeur aux universités de Breslau, Halle et Berlin, surtout connu pour sa monumentale Geschichte des Altertums [Histoire de l’Antiquité], parue entre 1884 et 1902. Il publie en 1902 un recueil d’essais concernant l’historiographie, Zur Theorie und Methodik der Geschichte : geschichtsphilosophische Untersuchungen, ouvrage que Weber discute tout au long de l’article dont le texte ici présenté constitue la seconde partie.

MIKHAÏLOVSKI, Nikolaï Konstantinovitch
(1842-1904)

Chef de file des populistes russes, il s’intéresse notamment dans ses travaux à la question des conditions qui rendent un individu quelconque capable d’influer sur l’histoire en prenant la tête de mouvements de masse.

RADBRUCH, Gustav
(1878-1949)

Juriste de formation, spécialiste de droit pénal, Gustav Radbruch est une figure centrale de la pensée juridique allemande du xxe siècle, surtout connu pour ses travaux d’histoire et de philosophie du droit. Outre ses fonctions d’enseignement dans les universités de Heidelberg Königsberg et Kiel, il fut également par trois fois ministre de la Justice durant la république de Weimar. Premier professeur allemand à se voir déchargé de ses fonctions par le régime nazi, fonctions qu’il reprendra, tout comme son activité politique, après 1945. Notons qu’il fit partie, à partir de 1910, du cercle de réflexion néo-kantien qui se réunit autour de Max Weber.

von RÜMELIN, Max
(1861-1931, anobli en 1905)

Juriste allemand, professeur de droit romain et de droit des procédures civiles aux universités de Halle et de Tübingen, université dont il sera chancelier de 1908 à 1931. Il est connu pour ses réflexions sur la jurisprudence, le droit coutumier, la culpabilité, l’incarcération, et plus particulièrement sur la causalité et l’imputation.

SCHMOLLER, Gustav
(1838-1917)

Chef de file de la jeune école historique, il défend une conception fortement institutionnalisée de l’économie, que ce soit sur le plan politique (ce qui fait de lui le principal « socialiste de la chaire ») ou scientifique (il sera ainsi l’adversaire principal de Menger dans le « Methodenstreit »).

SCHMOLLERS JAHRBUCH

Il s’agit du Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reiche, dirigé par Schmoller entre 1877 et 1913 et qui sera rebaptisé Schmollers Jahrbuch à partir de 1913.

VOßLER, Karl
(1872-1949)

Philologue allemand spécialiste des langues romanes et professeur de romanistique aux universités de Heidelberg, Würzburg et Munich. Contre l’idée de lois linguistiques trop rigides, il défend dans ses travaux une approche fondée sur la pratique linguistique du sujet parlant.

Haut de page

Bibliographie

von Below Georg, 1898, « Die neue historische Methode », Historische Zeitschrift, LXXXI, p. 193-273.

Binding Karl, 1872, Die Normen und ihre Übertretung, vol. 1, Leipzig, W. Englemann.
 — 1877, Die Normen und ihre Übertretung, vol. 2, Leipzig, W. Englemann.

von Bortkievicz Ladislaus, 1899a, « Die erkenntnistheoretischen Grundlagen der Wahrscheinlichkeitsrechnung », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, 3e série, t. 17, Iéna, Johannes Conrad, p. 230-245.
 — 1899b, « Eine Entgegnung », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, 3e série, t. 18, Iéna, Johannes Conrad, p. 239-243.
 — 1904, « Die Theorie der Bevölkerungs- und Moralstatistik nach Lexis », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, 3e série, t. 27, p. 230-255.

Chuprov Alexander Ivanovitch, 1905, « Die Aufgaben der Theorie der Statistik », Schmollers Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft, vol. 29, Berlin, Duncker & Humblot, p. 421-480.

Drouet Isabelle, Dupouy Stéphanie, Jeanpierre Laurent et Nicodème Florian, 2013, « Contrefactuels en histoire : du mot au mode d’emploi. Le moment de la new economic history », Labyrinthe, no 39, p. 81-102.

Goethe Johann Wolfgang, 1993, Sämtliche Werke, Briefe, Tagebücher und Gespräche in vierzig Bänden, 13. Band, 1. Abteilung, Sprüche in Prosa I, Francfort, Deutscher Klassiker Verlag.

Gomperz Heinrich, 1904, Über die Wahrscheinlichkeit der Willensentscheidungen, édition séparée d’un texte prononcé lors de la session du 20 janvier 1904 à l’Académie des sciences de Vienne, à partir du compte rendu de séance, 149, 3, Vienne, Carl Gerolds Sohn.

Hampe Karl, 1894, Geschichte Konradins von Hohenstaufen, Innsbruck, Wagner.

Helmolt Hans Ferdinand et Tille Armin éd., 1899-1920, Weltgeschichte, 11 volumes, Leipzig-Vienne, Bibliographisches Institut.

Kistiakovski Theodor, 1902, « Die russische Soziologenschule und die Kategorie der Möglichkeit in der sozialwissenschaftlichen Problematik », Problemen des Idealismus, Moscou, Novgorodzev.

von Kries Johannes, 1886, Prinzipien der Wahrscheinlichkeitsrechnung, Fribourg, J. C. B.  Mohr (Paul Siebeck).
 — 1888, « Über den Begriff der objektiven Möglichkeit und einige Anwendungen desselben », Vierteljahrsschrift für wissenschaftliche Philosophie, Leipzig, vol. 12, p. 179-240.

Meyer Eduard, 1884-1902, Geschichte des Altertums, Stuttgart-Berlin, J. G. Cotta.
 — 1902, Zur Theorie und Methodik der Geschichte : geschichtsphilosophische Untersuchungen, Halle, Niemeyer.

Mill John S., 1872 [1843], John Stuart Mill’s gesammelte Werke, vol. 3, trad. T. Comperz, Leipzig, Fues.

Radbruch Gustav, 1902, Die Lehre von der adäquaten Verursachung, Abhandlungen des Lisztschen Seminars, nouvelle série, t. 1, 3e cahier.

Voßler Kurt, 1905, Die Sprache als Schöpfung und Entwicklung : eine theoretische Untersuchung mit praktischen Beispielen, Heidelberg, C. Winter.

Weber Max, 1906a, « Kritische Studien auf dem Gebiet der kulturwissenschaftlichen Logik, I. Zur Auseinandersetzung mit Eduard Meyer », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, t. 22, Fribourg, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), p. 143-186.
 — 1906b, « Kritische Studien auf dem Gebiet der kulturwissenschaftlichen Logik, II. Objektive Möglichkeit und adäquate Verursachung in der historischen Kausalbetrachtung », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, t. 22, Fribourg, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), p. 187-207.
 — 1988 [1922], Gesammelte Aufsätze zur Wissenchaftslehre, Tübingen, Mohr Siebeck

Haut de page

Notes

1 Fantasie, qui désigne bien toujours l’imagination dans ce qu’elle peut avoir de fantasque et de débridé, et non l’imagination philosophique bien réglée.

2 D’autant plus d’ailleurs que Weber emploie – indifféremment, semble-t-il – tantôt l’expression kantienne de « règles de l’expérience » (Regeln der Erfahrung), évoquant ainsi le spectre de principes constitutifs de toute expérience (à l’image du principe de raison suffisante), tantôt l’expression « règles d’expérience » (Erfahrungsregeln), expression qui semble les rabattre sur des régularités empiriques simplement constatées.

3 N.d.t. Dans la première partie de l’essai Max Weber exposait et critiquait en effet la conception que Meyer se fait des relations entre « liberté » et « nécessité » (Weber, 1988, p. 221-224 et 299 et suivantes).

4 Ce point demeure vrai malgré la critique qu’en a faite Kistiakovski* à la page 393 de l’ouvrage mentionné, critique qui ne touche pas du tout ce concept- de possibilité (voir plus haut, [Weber, 1988], p. 230, note 2). N.d.t. Dans cette note de la première partie de l’essai sur Meyer, Weber évoquait les travaux de l’école russe de sociologie (Mikhaïlovski*, Kareev*) ainsi que l’article que Kistiakovski leur a consacré (1902).

5 N.d.t. Nous faisons ici le choix de traduire le texte sans l’addition de son éditeur. Ce choix tient d’une part au fait que la phrase de Weber, une fois dépouillée de ces ajouts, paraît grammaticalement correcte, quoique complexe et inélégante, et ne semble donc nécessiter aucune correction. Il tient d’autre part à ce qu’un tel ajout n’est pas strictement cosmétique mais modifie en profondeur le sens de la phrase. La phrase « nue » voit en effet la supériorité de l’historien sur son héros dans sa capacité à mesurer l’adéquation ou la distance entre deux évaluations subjectives : d’une part l’évaluation effective qui a donné lieu à telle décision historique de la part d’un acteur et, d’autre part, l’évaluation idéale qu’il aurait pu faire de la situation, étant donné ses connaissances et ses attentes – évaluation que l’historien, du fait de sa position rétrospective et de la connaissance qu’il a des effets qu’a eus la première évaluation, a à sa disposition. Avec les ajouts, cette supériorité semble tenir à ce que l’historien est capable de comparer l’évaluation subjective de l’acteur à des données objectives, et non plus à une évaluation idéale. Cette idée d’après laquelle l’historien aurait accès à des données objectives de ce type nous semble très problématique dans le cadre de l’épistémologie wébérienne. Pour plus de clarté, voici néanmoins la traduction de la phrase avec ses ajouts, traduits ici entre crochets droits : « L’historien, quant à lui, est supérieur à son héros, au premier chef en ce qu’il sait dans tous les cas a posteriori si l’évaluation des conditions données et disponibles « en dehors » de ce dernier [était ou non conforme] aux connaissances et aux attentes nourries par l’agent et si elle correspondait également [à la situation passée, telle qu’elle était effectivement]. »

6 N.d.t. Après la révolution française de février 1848, des soulèvements naissent dans de nombreux États d’Allemagne, comme dans toute l’Europe. Le 18 mars, à Berlin, Frédéric-Guillaume IV, roi de Prusse, annonce des mesures de libéralisation devant un rassemblement de plusieurs milliers de personnes. Alors que des propos révolutionnaires se répandent, mais que l’atmosphère est, semble-t-il, pacifique, deux coups de feu éclatent, sans raison identifiable, provoquant des affrontements entre la troupe et la population, au cours desquels plusieurs centaines de personnes meurent.

7 Il convient de signaler ici explicitement que les catégories que nous allons discuter dans la suite ne trouvent pas, contrairement à ce que l’on croit, leur seule et unique application dans le domaine formé par cette discipline spécialisée que l’on a coutume d’appeler histoire, mais à l’occasion de l’imputation « historique » de tout événement individuel – y compris celle d’un événement individuel relevant de la « nature inerte ». La catégorie de « ce qui est historique » est ici un concept logique et non un concept technique relevant d’une discipline particulière.

8 Des jalons cruciaux pour ce débat avaient d’abord été posés par von Kries (1886). Remarquons d’emblée qu’en raison de la nature de l’« objet » historique, seules les parties les plus élémentaires de la théorie de von Kries peuvent revêtir une importance pour la méthodologie de l’histoire. Ce n’est pas seulement que l’adoption des principes de ce que l’on appelle, au sens strict, « calcul des probabilités » n’entre pas – pour des raisons évidentes – en ligne de compte dans le travail causal qui est celui de l’histoire : toute tentative visant ne serait-ce qu’à essayer d’utiliser ces principes demande de surcroît une grande prudence.

9 Jusqu’à présent, la critique la plus pénétrante qui a été faite de l’élargissement de la théorie de von Kries aux problèmes juridiques a été faite par Radbruch (1902) – c’est chez lui que l’on trouvera en outre la bibliographie des ouvrages les plus significatifs). Nous ne pourrons prendre en compte que plus loin la division de principe qu’il fait du concept de « causation adéquate », une fois que la théorie qu’il en propose aura été présentée sous une forme aussi simple que possible (et, pour cette raison même, comme nous le verrons, sous une forme uniquement provisoire et non pas définitive).

10 Parmi les théoriciens de la statistique, citons les travaux de L. von Bortkievicz* (1899a ; voir également le tome XVIII, [1899b] ; ainsi que 1904), qui rejoignent très étroitement les théories statistiques de von Kries. Parmi ceux qui s’appuient sur le socle que forme la théorie de von Kries, citons en outre A. Chuprov*, dont je n’ai malheureusement pu consulter l’article qu’il a consacré à la statistique morale dans le dictionnaire encyclopédique Brockhaus-Efron. Voir son article consacré aux tâches d’une théorie de la statistique dans le Jahrbuch de Schmoller* de 1905 (Chuprov, 1905, p. 421 et suivantes). Je ne puis souscrire à la critique qu’en fait Th. Kistiakovski – dans (1902), que j’ai cité plus haut –, même s’il est vrai qu’il s’y contente pour le moment de l’esquisser, sous réserves d’un développement à venir, plus approfondi. Ce qu’il reproche au premier chef à cette théorie (ibid., p. 379), c’est l’utilisation d’un faux concept de cause, qui s’appuie sur la Logique de Mill [1872], et plus spécifiquement l’emploi des catégories de « cause composée » et de « cause partielle » qui, à l’en croire, s’appuieraient à leur tour sur une interprétation anthropomorphique de la causalité (au sens de « l’efficace ») – ce dernier point étant également pointé du doigt par Radbruch (1902, p. 22). La seule pensée de l’« efficace », ou encore, pour le dire d’une manière moins colorée mais, quant au sens, totalement identique : du « lien causal », est totalement inséparable de l’approche causale, qui réfléchit des séries de changements qualitatifs individuels. Nous reviendrons plus tard sur le fait qu’il ne faut pas charger une telle pensée de présuppositions métaphysiques inutiles et douteuses – et qu’il faut même nécessairement l’éviter. Sur la pluralité des causes et les causes élémentaires, cf. les exposés qu’en fait Chuprov (1905, p. 436). Remarquons simplement ceci : la « possibilité » est une catégorie « qui opère la mise en forme », c’est-à-dire qu’elle entre en fonction en déterminant la sélection des éléments ayant une valeur causale qu’il s’agit d’intégrer à l’exposition historique, comme autant de membres la composant. La matière historique ainsi mise en forme, par contre, ne contient aucune « possibilité », du moins dans l’idéal : l’exposition historique ne parvient certes que très rarement, sur le plan subjectif, à des jugements de nécessité, mais, sur le plan objectif, il n’y a pas le moindre doute qu’elle a constamment pour présupposition que les « causes » auxquelles on « impute » l’effet doivent être regardées comme de pures et simples « raisons suffisantes » de ce dernier – pour autant, bien entendu que l’on ajoute que c’est en lien avec cette infinité de « conditions » que l’on se contente de résumer sommairement dans l’exposition, du fait qu’elles sont « dépourvues d’intérêt » sur le plan scientifique. C’est pourquoi l’usage de cette catégorie n’implique pas le moins du monde la représentation – réfutée depuis longtemps par les théoriciens de la causalité – selon laquelle les membres qui composent des ensemble causaux réels, quels qu’ils soient, tant qu’ils ne se trouvent pas insérés dans l’enchaînement causal, seraient restés « en suspens ». Von Kries lui-même a proposé (1888, p. 107) un exposé à mon sens parfaitement convaincant de l’opposition entre sa théorie et celle de J. S. Mill (à ce propos, voir plus loin). Une chose est sûre : Mill a lui aussi discuté la catégorie de possibilité objective et il a parfois (1872, p. 262) formé le concept de « causation adéquate ».

11 Le droit moderne est dirigé contre celui qui a perpétré un fait, et non contre son fait (cf. Radbruch, 1902, p. 62) et il pose la question de la « faute » subjective, tandis que l’histoire, pour autant qu’elle entend rester une science empirique, s’interroge sur les raisons « objectives » de processus concrets et sur les conséquences de « faits » concrets mais ne cherche pas à siéger au tribunal pour juger le « coupable ». La critique menée par Radbruch à l’encontre de von Kries s’appuie à bon droit sur ce principe fondamental du droit moderne – mais qui ne vaut pas pour tout type de droit. C’est la raison pour laquelle il en vient pourtant lui-même à confesser que la doctrine de von Kries est valide dans certains cas : ceux qui concernent ce que l’on appelle « délit non intentionnel » (ibid., p. 65), la responsabilité à l’égard des « possibilités abstraites de nuisance », la responsabilité à l’égard de manques à gagner et la responsabilité de « ceux à qui l’on dénie toute imputabilité » – c’est-à-dire dans tous les cas où c’est uniquement la causalité « objective » qui est en question (ibid., p. 80). Or, c’est dans une situation logiquement semblable à celles de ces cas que se trouve justement l’histoire.

12 Il va sans dire que ce jugement ne vaut pas pour les articles individuels contenus dans cet ouvrage [Helmolt et Tille, 1899-1920], parmi lesquels on trouve des réalisations éminentes, mais aussi d’autres qui sont totalement « démodées » pour ce qui est de la « méthode ». Toutefois l’idée d’une sorte d’équité « sociopolitique », qui entendrait – enfin, enfin ! – donner aux tribus cafres et indiennes, qui ont été négligées d’une manière si méprisable, un poids au moins aussi grand dans l’histoire que celui, par exemple, des Athéniens, et qui, pour marquer bien clairement cette équité, se servirait d’une organisation géographique de la matière historique, une telle idée est tout simplement puérile.

13 N.d.t. (Hampe, 1894). Cette bataille opposa en 1268 les troupes de Charles d’Anjou et celles de Conrad (ou Conradin), fils de Conrad IV, petit-fils de l’empereur Frédéric II et dernier descendant masculin de la lignée des Hohenstaufen. L’enjeu en était la couronne de Sicile, appartenant légitimement à Conradin mais promise à Charles d’Anjou par le pape afin de punir la politique d’opposition à la papauté du dernier Hohenstaufen. Elle fut remportée par Charles d’Anjou et conduisit à l’exécution publique de Conradin, qui mit fin à la lignée des Hohenstaufen.

14 N.d.t. On ne retrouve pas littéralement cette formule sous la plume de Hampe. Weber fait probablement allusion à l’affirmation de ce dernier d’après laquelle, « à la vérité, l’histoire ne connaît aucun “si” » (« Freilich, die Geschichte kennt kein “wenn” » ; Hampe, 1894, p. 327).

15 N.d.t. Goethe, à notre connaissance, ne s’exprime jamais dans les termes précis que Weber met entre guillemets ici. Le fragment qui nous paraît le plus proche de la phrase de Weber est le suivant : « Ce qu’il y aurait de plus élevé, ce serait de comprendre que tout ce qui relève du fait est déjà de la théorie. La couleur bleue du ciel nous révèle la loi fondamentale de la chromatique. Seulement, qu’on ne cherche rien derrière les phénomènes ; ils sont en eux-mêmes la doctrine » (« Das Höchste wäre, zu begreifen, dass alles Faktische schon Theorie ist. Die Blaue des Himmels offenbart uns das Grundgesetz der Chromatik. Man suche nur nichts hinter den Phänomenen ; sie selbst sind die Lehre » ; Goethe, 1993, p. 49).

16 Pour un développement plus exhaustif de ce qui suit, voir les développements que j’ai consacrés à « Roscher et Knies », III. N.d.t. Il s’agit de la deuxième partie de l’article « Knies und das Irrationalitätsproblem », qui constitue le troisième moment de l’article « Roscher und Knies und die logischen Probleme der historischen Nationalökonomie », encore inédit en français (Weber, 1988, p. 105-145).

17 N.d.t. Citation extraite du chapitre « Rektor Debisch » du premier volet de la trilogie Tobias Knopp de Wilhelm Busch, Abenteuer eines Junggesellen (1875).

18 N.d.t. Citation extraite de la traduction allemande par Friedrich Schlegel du monologue de Hamlet : « Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches ; / Ainsi les couleurs natives de la résolution / blêmissent sous les pâles reflets de la pensée » (Shakespeare, Hamlet, acte III, scène 1, traduction François-Victor Hugo).

19 N.d.t. « Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela » (Molière, Le bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4).

20 N’examinons brièvement qu’un seul exemple supplémentaire : celui qu’analyse K. Voßler* afin d’illustrer l’impuissance de l’entreprise qui vise à la « formation de lois » (1905, p. 101 sq.). Il évoque certains idiomatismes qui avaient cours dans sa famille, « un îlot italianophone dans la mer de la langue allemande » ; ceux-ci avaient d’abord été formés par ses enfants, puis ils furent imités par les parents suite à des discussions avec leurs enfants et ils proviennent d’occasions tout à fait concrètes, qui ressurgissent d’une manière parfaitement claire dans son souvenir. Il demande alors « ce que la psychologie des peuples (et, pourrait-on ajouter pour aller dans son sens : ce que toute “science nomologique”) peut bien encore chercher à expliquer dans ces cas d’évolution linguistique » – ce processus, considéré pour lui seul, est en effet, prima facie, expliqué d’une manière parfaitement suffisante ; voilà qui n’implique pas pourtant qu’il ne puisse plus représenter l’objet d’une élaboration ou d’une exploitation ultérieure. En premier lieu, le rapport causal est constatable ici avec certitude ; une telle circonstance pourrait (c’est du moins envisageable, puisque c’est tout ce qui importe ici) être utilisée comme un moyen heuristique permettant par la suite de vérifier, pour le cas d’autres processus d’évolution de la langue, si la même relation causale peut être établie de façon vraisemblable en ce qui les concerne. Voilà qui requiert néanmoins, si on considère la chose du point de vue logique, d’insérer le cas concret dans une règle générale. C’est en effet dans ce sens que Voßler lui-même a formulé lui aussi cette règle : « Les formes les plus fréquemment employées exercent une attraction sur les plus rares » (ibid., p. 102). Mais cela ne suffit pas. L’explication causale du présent cas est suffisante, disions-nous, « prima facie ». Mais il ne faut pas oublier que chaque ensemble causal individuel, même celui qui est en apparence « le plus simple », peut être décomposé et divisé à l’infini et que la question de savoir en quel point s’arrêter n’est autre que celle des frontières de l’intérêt causal qui nous guide dans chacun des cas. Et dans le cas qui nous occupe, il n’est pas du tout dit en soi que notre besoin causal doive se satisfaire du cours qu’ont prétendument pris les choses « dans les faits ». Il est possible qu’une observation précise nous enseigne, par exemple, que cette « attraction », qui conditionnait le remaniement linguistique de la part des enfants et, de la même façon, l’imitation de ces créations linguistiques enfantines par les parents, a eu lieu à des intensités très diverses en fonction des différents mots concernés, et l’on pourrait soulever la question de savoir s’il ne serait pas alors possible de se prononcer sur la raison pour laquelle l’une ou l’autre est survenue plus souvent, plus rarement ou encore pas du tout. Nous ne serions par suite tranquillisés dans notre besoin causal que si les conditions qui les font survenir étaient formulées sous la forme de règles et si le cas concret était « expliqué » comme une constellation particulière qui résulte de l’« interaction » de telles règles au sein de « conditions » concrètes. Avec une telle démarche, Voßler retrouverait donc au plus intime de son foyer cette chasse aux lois, cette isolation et cette généralisation qu’il avait en horreur. Et ce serait bien sa faute, par-dessus le marché. En effet, sa propre conception d’ensemble, d’après laquelle « l’analogie est la question psychique cruciale », le contraint absolument et sans la moindre échappatoire à poser la question de savoir s’il est alors vraiment impossible de dire quoi que ce soit de général au sujet des conditions « psychiques » de tels « rapports de force psychiques » ; à première vue et quand elle est formulée de la sorte, une telle conception semble donc impliquer – et pour ainsi dire de force – la pire ennemie de Voßler dans cette affaire, j’ai nommé la « psychologie ». La raison qui nous conduira, dans ce cas concret, à nous satisfaire du simple exposé de la manière dont, concrètement, les choses se sont déroulées, est double : tout d’abord ces « règles », que l’on peut plus ou moins établir en poursuivant l’analyse, n’offrent, pour ce cas concret, probablement aucun aperçu qui serait scientifiquement nouveau – l’événement concret ne possède donc pas une importance considérable en tant que « moyen de connaissance » [282] ; de surcroît, l’événement concret lui-même, dans la mesure où il n’a eu d’efficace qu’à l’intérieur d’un cercle restreint, n’a pas acquis une portée universelle dans l’évolution de la langue et, même en tant que « cause réelle » historique, il est demeuré sans importance. Par conséquent, le fait que ce processus qui s’est déroulé au sein de la famille Voßler demeure probablement épargné par la « formation de concepts » a pour seules conditions les bornes de notre intérêt – et non son caractère logiquement dépourvu de sens.

21 La tentative visant à construire positivement ce qui « serait » advenu peut, lorsqu’elle est entreprise, mener à des résultats monstrueux.

22 N.d.t. Il s’agit de la « guerre d’unification » ou « guerre germano-allemande », qui opposa durant sept semaines la Prusse et l’Autriche. Cette dernière fut défaite le 3 septembre 1866 à la bataille de Sadowa, ce qui provoqua la dissolution de la Confédération germanique et consacra la mainmise prussienne sur l’unité allemande.

23 N.d.t. La neutralité française dans la guerre de 1866 avait été en grande partie obtenue par l’intermédiaire des manœuvres diplomatiques de Bismarck : ce dernier avait en effet, lors d’une entrevue à Biarritz en 1865, fait miroiter à Napoléon III des perspectives d’avantages territoriaux en Belgique et au Luxembourg et avait conclu avec la toute jeune Italie, alors alliée de la France, un traité secret d’attaque dirigé contre l’Autriche, en lui promettant la Vénétie qu’elle réclamait à l’Autriche. Un projet de cession pacifique de la Vénétie, extorqué à l’Autriche par la France – une fois que celle-ci se fut aperçue de l’ambiguïté des promesses de Bismarck – prélude à un nouvel axe franco-austro-italien dominé par la France de Napoléon III, arriva trop tard : Bismarck avait déjà pris la décision d’envahir le Holstein, provoquant ainsi la guerre.

24 N.d.t. Il s’agit ici d’une allusion à la critique adressée par von Below à Meyer dans un article de la Historische Zeitschrift (von Below, 1898, p. 238, note 1) où il reprochait à ce dernier d’avoir suggéré, dans l’introduction de son Histoire de l’Antiquité (1884), que l’évolution de l’Allemagne dans le sens d’un État unifié répondait à une véritable « nécessité historique ». Weber s’est déjà fait l’écho de cette polémique dans la première partie de l’article (1988, p. 229).

25 Nous envisagerons plus tard la question de savoir si nous avons les moyens – et lesquels – d’évaluer le « degré » d’adéquation ainsi que celle de savoir si, à cette occasion, ce qu’on appelle des « analogies » joue un rôle – et lequel –, en particulier dans l’opération qui vise à décomposer des « ensemble causaux » complexes en leurs « composantes », opération de division pour laquelle aucun « sésame » ne nous est objectivement donné.

26 L’ampleur du « pillage » des pensées de von Kries auquel je me suis encore livré ici, tout comme dans nombre de remarques antérieures, me gêne presque, d’autant plus que ma formulation ne peut que demeurer bien en deçà de la précision qui est celle de von Kries. Au vu du but de cette étude, cela est toutefois inévitable.

27 H. Gomperz* (1904) en a fait le fondement d’une théorie phénoménologique de la « décision ». Je ne me permettrais aucun jugement concernant la valeur de la présentation qu’il fait de son déroulement. Il me semble toutefois que, tout cela mis à part, l’identification conceptuelle, purement analytique, établie par Windelband entre le motif « le plus fort » et celui qui « emporte » finalement la faveur de la décision – identification qu’il accomplit intentionnellement et conformément à son objectif – n’est pas la seule façon possible de traiter le problème.

28 Dans cette mesure, Kistiakovski (1902) a tout à fait raison.

29 N.d.t. Ajout de l’éditeur allemand.

30 La laideur du terme ne change rien à l’existence de cet état de choses logique.

31 Ce n’est que lorsqu’on oublie tout cela – comme cela arrive certes suffisamment fréquemment – que les objections de Kistiakovski à l’encontre du caractère « métaphysique » de cette approche causale sont justifiées.

32 Sur ce point encore, les points de vue décisifs sont, aussi bien chez von Kries (1888) que chez Radbruch (1902), pour partie déjà explicitement exposés, pour partie effleurés.

33 Une étude supplémentaire était censée suivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Weber, « Possibilité objective et causation adéquate dans l’approche causale en histoire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://traces.revues.org/5663 ; DOI : 10.4000/traces.5663

Haut de page

Auteur

Max Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page