Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Contingence, déterminisme et « just-so stories »

Clint Ballinger
Traduction de Marc Lenormand et Pierre Saint-Germier
p. 47-69

Résumés

Sont évoqués ici un certain nombre d’usages distincts du concept de contingence. L’accent est mis sur les liens entre la contingence et l’indéterminisme et le déterminisme. Associer la contingence à l’indéterminisme nous semble problématique. Un autre usage fréquent du concept de contingence est ce que nous appelons la contingence épistémique. Celle-ci, associée aux conjonctions spatio-temporelles, est indissociable de concepts comme les conditions aux limites (la façon dont les humains perçoivent le monde) et les conditions initiales. Ces dernières, souvent ignorées, constituent pourtant un pan entier de la causalité (à côté des lois de la nature), et expliquent les phénomènes spatio-temporels de l’univers. Nous avançons l’hypothèse que ce que les humains perçoivent comme contingent provient du caractère irrégulier des conditions initiales dans l’univers. Cette question des conditions est centrale dans toute entreprise de compréhension du monde et, contrairement à ce que l’on pense souvent, il est de plus en plus aisé de la poser, et elle peut être présentée adéquatement sous la forme d’une « just-so story ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 N.d.t. Le titre anglais « Contingency is just so », mêle une double référence aux Just so stories d (...)
  • 2 Comme Rosenberg (2005), nous utilisons le terme sciences humaines pour désigner l’ensemble des cham (...)

1Le concept de contingence1 est très largement convoqué par les chercheurs en sciences humaines2. Selon les dires de certains, il constituerait même un pan central de leur entreprise de compréhension du monde. Le sociologue Robin Wagner-Pacifici, par exemple, demande ainsi : « Ne peut-on pas dire que le projet de la sociologie est de rendre compte, théoriquement, des contours et des formes contingentes de cette vie sociale altérable et changeante ? » (2000, p. 1). Du côté de la géographie économique, Paul Plummer affirme que « si nous voulons améliorer la modélisation empirique […], nous devons formuler des théories dans lesquelles la nature de la contingence et celle de la complexité […] sont plus clairement précisées » (2001, p. 764). Concernant plus généralement les sciences historiques, Stephen J. Gould écrit que « la science de la contingence doit être, au final, intégrée à la science, plus conventionnelle, de la théorie générale » (2002, p. 46).

  • 3 Voir Blaser (1999). Il est souvent fait référence à l’accent mis par Gould sur la contingence dans (...)

2La contingence est un concept auquel des historiens comme John B. Bury et Walter B. Gallie avaient déjà accordé de l’importance, mais les réflexions sur la place de la contingence dans l’étude de la société semblent s’être diffusées au cours des dernières décennies. La contingence est peut-être demeurée plus importante en biologie, à travers notamment les travaux de Gould sur la contingence de l’évolution. Cette insistance des biologistes sur la contingence a, à son tour, eu un impact important sur l’ensemble des sciences historiques, y compris sur les sciences sociales3.

3Il semble cependant demeurer une grande confusion autour du sens et de l’importance des hypothèses associées à la contingence. Certaines hypothèses spécifiques qui sous-tendent le concept de contingence ont des implications majeures pour les sciences humaines, or les emplois de ce concept sont souvent incohérents et dépourvus de rigueur, quand ils ne sont pas contradictoires.

  • 4 Un historien affirme par exemple que « la contingence […] rend l’étude de l’histoire problématique (...)
  • 5 Par exemple : « Les récits modaux se préoccupent de contingence et de déterminisme, de possibilité (...)
  • 6 Nous avons exposé notre perspective dans Ballinger (2008d).

4La contingence est souvent invoquée lorsque se posent des questions concernant entre autres choses la causalité, l’explication ou les transformations majeures4. Elle semble souvent intimement liée à un positionnement implicite en faveur de l’indéterminisme, lequel influence potentiellement à son tour les perspectives par rapport à des questions comme la causalité, l’interprétation des statistiques, l’application de la logique modale aux sciences sociales5, l’éthique6, la psychologie, l’évolution, les théories de l’esprit, les débats nature/culture et structure/agentivité, l’influence de la géographie sur la société, et le Methodenstreit entre les approches idiographique et nomothétique. Il est important d’expliciter les hypothèses sous-jacentes concernant l’indéterminisme lorsqu’on parle de contingence, si l’on veut éviter que ce terme devienne un instrument de dissimulation plutôt que d’analyse.

5Prenons par exemple huit phrases, qui illustrent à quel point la contingence peut être source de confusion en raison des sens multiples qui lui sont attribués :

  1. « Les effets de la mondialisation sont donc indirects et contingents, puisqu’ils dépendent de la mise en œuvre de politiques de redistribution et de l’aspiration à celles-ci » (Rudra, 2005, p. 708).

  2. « Le terme de contingence fait référence à l’incapacité de la théorie à prédire ou à expliquer, de manière déterministe ou probabiliste, la survenue d’un résultat précis » (Mahoney, 2000, p. 513).

  3. La contingence en histoire est « l’hypothèse selon laquelle le hasard et l’imprévu jouent un rôle aussi important que les structures » (Brucker, 2001, p. 1).

  4. « Oakeshott affirme que les agents sont “libres” en raison de leur capacité à choisir de réagir d’une manière particulière et contingente dans une situation » (Mapel, 1990, p. 393).

  5. « Les individus ainsi que les autres phénomènes ont à la fois des qualités nécessaires, qui existent dans tous les mondes possibles, et des qualités contingentes, qui n’existent que dans certains mondes possibles » (Sylvan et Majeski, 1998, p. 82).

  6. « Dans notre analyse, nous envisagerons la “contingence” comme une conjonction d’événements dont le dessein n’est pas perceptible » (Shermer, 1995, p. 70).

  7. « Une dépendance au chemin emprunté (path-dependancy) caractérise une séquence historique dans laquelle des événements contingents mettent en marche des trajectoires institutionnelles dotées de propriétés déterministes » (Djelic et Quack, 2007, p. 161-162).

  8. « L’importance philosophique de la théorie du chaos réside dans la conciliation des notions de causalité et de contingence » (Ferguson, 1997, p. 79).

6C’est chaque fois le mot contingence qui est employé, mais ses sens sont distincts. L’exemple (1) emploie le mot dans son sens commun, où il veut dire que quelque chose « dépend de » quelque chose, cependant que la phrase (2) souligne l’association traditionnelle entre contingence et imprévisibilité. La citation (3) met en avant le rôle du hasard dans la contingence et l’exemple (4) associe contingence et libre arbitre. La phrase (5) inscrit la contingence dans le cadre des mondes possibles de la logique modale. La citation (6) recourt à l’idée d’une conjonction de facteurs multiples (conjucture) pour définir la contingence. La contingence est reliée au concept de dépendance au chemin emprunté dans la phrase (7), et à la théorie du chaos dans l’exemple (8).

  • 7 Dans un article maintenant daté (Ballinger, 2008c), nous prenions une série d’exemples dans lesquel (...)

7Ces exemples illustrent la façon dont le mot contingence peut être source de confusion. C’est d’autant plus le cas que des concepts comme ceux de monde possible, d’indéterminisme et de dépendance au chemin emprunté sont eux-mêmes compliqués et controversés. Pire encore, les différents usages du mot contingence peuvent se révéler tout simplement contradictoires7. Pour ces raisons, tout scientifique qui tient à la précision devrait se méfier du terme. Face à un aussi grand nombre d’interprétations différentes de la contingence, l’emploi de ce terme est plus susceptible d’ajouter de la confusion à une démonstration que de contribuer à la clarifier.

  • 8 Nous utilisons une définition commune du déterminisme, à savoir « la thèse selon laquelle, à partir (...)
  • 9 L’exemple (1) utilise « contingent » dans son sens commun en anglais, où il est l’équivalent de « d (...)

8Nous considérons la dissimulation du positionnement sur l’indéterminisme et le déterminisme8 comme étant peut-être le principal problème posé par l’emploi du terme contingence, c’est pourquoi nous nous concentrons sur cet antagonisme, mis en évidence par les phrases (3) et (6). La dépendance au chemin emprunté et la théorie du chaos sont évoquées dans une annexe, afin de rendre notre démonstration plus fluide. La phrase (1) n’est pas particulièrement problématique9 : nous l’avons incluse pour montrer les usages multiples du mot contingence. Après une évocation rapide de l’exemple (2), nous passons à l’antagonisme entre la contingence indéterministe et un emploi du concept de contingence compatible avec le déterminisme, à savoir la contingence épistémique. Nous concluons en expliquant dans les grandes lignes pourquoi nous estimons que la contingence est ad hoc, et l’importance centrale que cela revêt pour l’explication dans les sciences humaines.

9L’imprévisibilité, évoquée dans la phrase (2), est plus un résultat général ou une caractéristique de la contingence qu’une définition du mot lui-même. Dire qu’un résultat est contingent et donc imprévisible sert à dissimuler la question centrale : l’indéterminisme auquel est liée l’imprévisibilité est-il ontologique, ou seulement épistémique ?

Indéterminisme (ontologique) et contingence

Le hasard ontologique et le libre arbitre

  • 10 N.d.t. Dans le débat philosophique sur le libre arbitre, les compatibilistes sont ceux qui estiment (...)

10Comme nous l’avons indiqué en introduction, les hypothèses indéterministes ont potentiellement un impact profond en termes d’interprétation de certains problèmes clés des sciences sociales. Lorsque l’emploi du mot contingence dissimule ces hypothèses, on comprend moins facilement ce qui est en jeu dans ces débats : pour les incompatibilistes10, par exemple, la question du libre arbitre est en jeu, ce qui peut dès lors affecter l’interprétation de l’éthique politique et des théories de l’esprit.

11On peut constater l’importance de la contingence et son association au hasard et au libre arbitre dans les exemples (3) et (4), où la contingence et l’indéterminisme qui y est associé jouent un rôle « aussi important que la structure » et rendent les agents « libres ». Nous reviendrons en conclusion aux liens entre contingence et indéterminisme, après avoir abordé dans la troisième partie de l’exposé une acception de la contingence compatible avec le déterminisme.

Les mondes possibles contrefactuels

12La phrase (5) est un exemple d’emploi, dans les sciences sociales, du mot contingent dans le cadre des réflexions sur les mondes possibles. Les chercheurs en sciences sociales utilisent parfois la définition de la contingence donnée par la logique modale – par exemple, « Contingent signifie “ni nécessaire ni impossible” » (Sayer, 2000, p. 123) – et/ou formulent leurs réflexions sur la causalité en termes de mondes possibles contrefactuels. Peut-être est-ce parce que ceux-ci sont « clairement en vogue en philosophie » (Rescher, 1999, p. 403), ou pour tester cette approche nouvelle dans les sciences sociales, ou pour la raison louable qu’ils vont chercher de nouvelles définitions du côté de la philosophie.

13Les chercheurs en sciences sociales s’intéressent à des histoires alternatives de notre monde réel dont les conditions initiales et les lois de la nature sont identiques – on peut les caractériser comme des embranchements du monde réel, ou comme différents mondes possibles dont l’histoire est la même jusqu’à un certain point. En métaphysique, on suppose aussi des mondes possibles alternatifs dont les conditions initiales et les lois physiques sont différentes, mais ce ne sont probablement pas ceux-là que les chercheurs en sciences sociales ont en tête. Si, comme nous le pensons, les chercheurs en sciences sociales s’intéressent à des mondes qui sont des univers semblables au nôtre, alors il n’est pas utile de réfléchir aux petites modifications qu’il serait possible d’apporter aux lois et aux conditions initiales. Tout univers caractérisé par des lois de la nature un tant soit peu différentes serait radicalement différent du nôtre (Rees, 1999 ; voir aussi Bird, 2002) ; tout univers caractérisé par des conditions initiales un tant soit peu différentes, même au niveau des quanta, serait radicalement différent du nôtre dans sa structure spatio-temporelle. On peut même douter qu’ils pourraient être considérés comme suffisamment semblables au nôtre, si l’on veut dire par suffisamment semblables qu’ils seraient susceptibles de fournir le type d’explication causale du monde réel à laquelle nous imaginons que la plupart des chercheurs en sciences sociales aspirent. Il est donc extrêmement probable que ces derniers imaginent des mondes possibles caractérisés par les mêmes lois de la nature et conditions initiales que notre monde réel.

  • 11 Dès lors, par définition, même des changements singuliers comme les « miracles » lewisiens ne sont (...)
  • 12 Au lieu de voir le monde réel comme légèrement différent en raison des miracles, on peut envisager (...)

14Dès lors, cela veut dire que les chercheurs en sciences sociales dissimulent, peut-être sans le savoir, une hypothèse indéterministe. Pourquoi ? Parce que par définition, comme nous l’avons expliqué plus haut en note de bas de page, si nous nous intéressons à des mondes possibles caractérisés par les mêmes lois de la nature et les mêmes conditions initiales que le nôtre, alors on ne peut supposer de différence que dans un cadre indéterministe. En effet, dans un cadre déterministe, tout monde qui a les mêmes lois de la nature que w et qui est exactement comme w à t0 est exactement comme w à tout moment futur relatif à t011. Soyons clair : nous n’affirmons pas que, de manière générale, parler de mondes possibles suppose un cadre indéterministe. Nous soulignons en revanche qu’on doit, par définition, faire l’hypothèse d’un indéterminisme si l’on veut qu’il y ait des différences entre des mondes lorsqu’on imagine spécifiquement un monde possible qui a les mêmes lois et conditions initiales que le nôtre – celui que la plupart des chercheurs en sciences sociales imaginent probablement12.

15Par-delà ce qui nous semble être la dissimulation problématique d’une hypothèse indéterministe, il nous apparaît, de manière plus décisive, que le cadre des mondes contrefactuels est beaucoup moins utile que certains chercheurs en sciences sociales ne semblent le croire. Voici pourquoi.

  • 13 C’est le cas, par exemple, de Climo et Howells (1976), d’Elster (1978), de Hawthorn (1995), de plus (...)

16Ces chercheurs ont souvent eu recours aux mondes possibles contrefactuels dans l’espoir de clarifier le fonctionnement causal du monde dans lequel nous vivons13. Cependant, les mondes possibles contrefactuels ne peuvent illustrer que des représentations déjà existantes du fonctionnement causal du monde réel. Si nous imaginons un monde identique au nôtre, à l’exception du fait contrefactuel que Napoléon est mort jeune, ou que « la voiture de John n’est pas tombée en panne parce qu’il a pensé à mettre de l’essence dans le réservoir », nous faisons preuve d’une croyance dans l’effet causal de Napoléon sur l’histoire européenne ou de l’essence sur le moteur des voitures. Des contrefactuels de ce type sont aussi employés parce qu’ils semblent capables de rendre compte d’événements spécifiques (Napoléon et l’Europe, la voiture de John) et semblent donc particulièrement utiles pour penser des relations de causalité et des explications historiques singulières ou significatives concernant l’évolution, l’astronomie, la géologie ou l’histoire.

  • 14 Nous affirmons ici qu’au fond, aucune réponse n’a été apportée au problème de l’« isolation causale (...)

17Les mondes possibles sont effectivement utiles lorsqu’il s’agit d’illustrer des représentations causales tirées du monde réel : la face de l’Europe a été radicalement changée par Napoléon, l’essence permet aux moteurs de fonctionner, et ainsi de suite. Les propositions contingentes contrefactuelles (« ni nécessaire ni impossible ») concernant des mondes possibles expriment la représentation que nous avons du fonctionnement causal du monde réel, et peuvent parfois illustrer clairement cette représentation. Cependant, et c’est là un aspect crucial, les contrefactuels ne peuvent pas nous fournir de nouvelles informations sur le monde réel, à partir desquelles nous pourrions élaborer une nouvelle représentation de son fonctionnement causal14.

18En résumé :

191. Les mondes possibles contrefactuels ne fournissent pas de connaissances nouvelles concernant le fonctionnement causal du monde réel. Ils ne peuvent qu’illustrer des représentations déjà existantes de celui-ci.

202. La façon spécifique dont les chercheurs en sciences sociales utilisent le concept de contingence dans le cadre des mondes possibles contrefactuels repose sur l’indéterminisme, comme le montrent la phrase (3) – concernant le hasard ontologique – et la phrase (4) – à propos du libre arbitre (du moins pour les incompatibilistes) – et continue donc de présenter tous les problèmes que pose l’indéterminisme pour la causalité et l’explication.

21Les chercheurs en sciences sociales semblent donc avoir peu à gagner et beaucoup à perdre lorsqu’ils recourent aux mondes possibles contrefactuels pour produire des explications, notamment en raison des confusions facilitées par les formulations et termes obscurs, de l’investissement en temps, des contresens potentiels, et de la dissimulation des hypothèses indéterministes.

22Peut-être, cependant, la contingence fait-elle référence à tout autre chose qu’à l’indéterminisme ? Peut-être la contingence ne concerne-t-elle pas ce que nous ne pouvons pas savoir, mais ce que nous ne savons pas ?

La contingence épistémique

23La section précédente a examiné des conceptions dans lesquelles la contingence est pensée comme indéterminisme. Qu’en est-il de la contingence dans un cadre déterministe ? La contingence peut sembler n’avoir alors aucun sens, puisqu’il n’y a pas d’autres issues possibles. Il y a cependant au moins deux manières d’appliquer le concept de contingence en relation avec notre connaissance du monde. La première implique l’existence de facteurs cachés.

Les facteurs cachés

24Il est possible que ce qui est décrit comme un résultat contingent possible ne soit pas dû à un indéterminisme provenant d’un hasard ontologique ou du libre arbitre, mais plutôt à des facteurs cachés. Ceux-ci peuvent être trop complexes pour être compris, ou trop petits pour être observés, ou même les deux à la fois. Cela pourrait être le cas de tout événement attribué à un indéterminisme ayant trait au hasard ou au libre arbitre.

25Une illustration classique du débat sur les facteurs cachés est la roulette. Celle-ci est généralement vue comme un bon exemple de jeu fondé purement sur le hasard. Les facteurs qui déterminent où la bille s’arrêtera sont à la fois trop petits et trop nombreux : à quel moment précis la bille est lancée, la vitesse de la roulette, les plus petites irrégularités de la roulette et de la bille. Cependant, il s’agit ici d’un problème purement épistémique : nous pourrions, théoriquement, connaître ces éléments de manière plus précise et détaillée, si bien que la position finale de la bille de la roulette ne serait pas conçue comme ontologiquement indéterministe.

  • 15 Voir Silberstein et McGeever (1999), Millstein (2000, 2003) et Weber (2005). Contrairement à ce qui (...)

26Le même argument concernant les facteurs cachés est au cœur des débats sur le déterminisme biologique, qui présentent seulement une complexité bien plus grande – et de ceux concernant la mécanique quantique, à une échelle beaucoup plus petite. Peut-être l’immense complexité et la petite taille des interactions de la biologie et du cerveau rendent-elles la compréhension du cerveau impossible épistémologiquement, sans qu’il faille en conclure à un indéterminisme ontologique15. Comme pour l’usage modal du mot contingence lorsqu’on fait référence au monde réel, nous sommes renvoyés ici au débat entre déterminisme et indéterminisme.

27À côté de la connaissance et de l’ignorance des facteurs cachés, une autre forme d’ignorance est fréquemment décrite en termes de contingence. C’est elle que nous abordons maintenant.

Les conditions aux limites, les systèmes et le point de vue

  • 16 Ainsi, ce type de contingence pourrait se produire dans le cadre d’un « déterminisme causal », aujo (...)

28Comme le montre l’exemple (6), le mot contingence peut décrire le résultat d’une conjonction de facteurs multiples, ce qui est fréquemment formulé comme la convergence de « séries causales séparées ». Ces séries causales pourraient, du moins en théorie – comme le plateau et la bille de la roulette –, être retracées sans interruption. C’est-à-dire que dans la conjonction de facteurs multiples, aucune rupture de la chaîne causale historique n’est pensée, comme c’est le cas lorsque le hasard, le libre arbitre ou l’intervention divine sont convoqués pour rendre compte d’un résultat contingent16. Une telle perspective sur la contingence et les chaînes causales déterministes est bien exprimée dans les écrits récents d’un biologiste :

La contingence peut-être définie comme le résultat d’une série particulière d’effets concomitants qui s’appliquent dans une situation spatio-temporelle spécifique et qui déterminent donc le résultat d’un événement donné. En épistémologie, ce mot en est souvent venu à prendre, de manière pertinente, la place des termes « hasard » et « événement aléatoire ». Il a effectivement une texture différente. On peut, par exemple, considérer un accident de voiture comme le produit du hasard, mais il est en fait lié à la concomitance de nombreux facteurs indépendants, comme la vitesse de la voiture, les conditions de route, l’état des pneus, la consommation d’alcool du conducteur, etc. C’est tous ensemble que ces facteurs produisent le résultat final, perçu comme le produit du hasard. On peut dire la même chose d’un krach boursier, ou d’une tempête survenue un jour d’été. Il est intéressant de noter que chacun de ces facteurs indépendants peut en fait être conçu comme étant en soi un événement déterministe, c’est-à-dire que le mauvais état des pneus de la voiture détermine en soi le dérapage de la voiture dans un virage. Cependant, le fait qu’il y ait un si grand nombre de tels facteurs, chacun possédant un poids statistique inconnu, rend l’accident dans sa totalité imprévisible : un produit du hasard [non ontologique]. (Luisi, 2003, p. 1142)

  • 17 La ressemblance entre une telle affirmation et l’idée laplacienne du démon est immédiatement appare (...)

29Ce qui fait qu’une simple conjonction de facteurs multiples est souvent appelée contingence, c’est le point de vue de l’acteur. Ainsi, l’un des exemples de contingence donné par Sterling Lamprecht dans « Contingency in nature » (1971) est celui d’un chasseur, très bon tireur, qui tire sur un chevreuil. Le chasseur voit, à sa grande surprise, le chevreuil s’enfuir indemne. Décontenancé, il suit la trace de la balle en direction de sa proie, et trouve sur le chemin de la balle une branche cassée récemment tombée. Il apparaît que le vent a emporté la branche au moment précis où le chasseur a tiré, faisant ainsi dévier la balle de son chemin. C’est à cause de cet événement contingent que le chasseur a manqué le chevreuil. Dans cet exemple, on pourrait, en théorie sinon en pratique, retracer la chaîne causale du vent et de la croissance de la branche – à la différence de la contingence indéterministe, dans laquelle le libre arbitre ou le hasard ontologique sont a-causaux et représentent une rupture fondamentale par rapport à tout enchaînement causal. Mais aux yeux du chasseur, qui au moment de cet événement n’avait connaissance ni de la survenue imminente d’une rafale de vent ni de l’existence d’une branche d’arbre sensible au vent, le résultat semble contingent. Cela n’aurait pas été le cas si le chasseur avait eu la pleine connaissance de l’existence et de la conjonction imminente de ces facteurs. En biologie, la disparition des dinosaures est souvent considérée comme un exemple majeur d’événement contingent dû à l’extinction crétacé-tertiaire qui s’est produite il y a 65 millions d’années. De nouveau, celle-ci n’implique pas nécessairement un hasard ontologique. D’un point de vue terrien, cet événement est contingent ; du point de vue d’un extraterrestre qui observerait le développement de la Terre et bénéficierait d’une pleine connaissance de la trajectoire des astéroïdes, il ne serait pas perçu comme contingent17.

30Cette conception de la contingence comme ignorance d’autres séries ou systèmes causaux dans l’univers, et donc comme ignorance de la façon dont ils finiront par avoir un impact les uns sur les autres, est commune dans les sciences sociales. C’est, par exemple, la perspective développée dans l’une des analyses de la contingence les plus connues en sciences sociales, « Cleopatra’s nose » de John B. Bury (1930). L’idée que la contingence fait référence au degré de connaissance qu’a un individu des différents systèmes causaux ou séries causales apparaît clairement dans son analyse des contingences « pures » et « mélangées ». La contingence pure est le résultat de l’interférence de systèmes causaux sans aucun lien apparent. À mesure que les liens entre les systèmes nous apparaissent, nous envisageons l’événement comme de moins en moins contingent :

Si Napoléon avait été tué par une météorite au début de sa vie, cela aurait été la plus pure des contingences pures. […] La météorite n’avait aucun intérêt à le voir mort. […] Mais supposons que Napoléon ait été tué par un assassin protestant contre sa politique. Cela ne serait plus une contingence pure. Car l’assassin avait intérêt à voir Napoléon mort, et la séquence causale qui l’a amené à commettre son acte aurait été connectée à la séquence causale qui faisait de la mort du grand homme un événement historique important. (Bury, 1930, p. 67-68)

31Dans l’exemple pris par Bury, plus les séquences causales qui convergent sont séparées, plus le résultat sera considéré comme contingent par les acteurs. Comme Pier Luigi Luisi, Bury souligne que le caractère « hasardeux » de la contingence résulte de la collision « d’au moins deux séquences causales indépendantes » (ibid., p. 61). On trouve, dans les sciences sociales, de nombreuses allusions à la contingence résultant de la conjonction de facteurs ou de systèmes multiples. David R. Mandel, par exemple, caractérise « les accidents historiques […] contingents » comme « des occurrences qui correspondent à une convergence imprévisible ou fortuite de facteurs » (2003, p. 178). George Steinmetz écrit qu’« on veut dire ici par contingence que des événements complexes sont co-déterminés par des constellations de mécanismes causaux » (1998, p. 177) et Michael Mann que « de nombreuses séquences causales se rencontrent, et les combinaisons de facteurs rendent chaque lieu spatio-temporel unique – la contingence n’est autre alors que le “contexte” » (1994, p. 47).

  • 18 De manière semblable, certains remarquent, en ce qui concerne « les phénomènes contingents et les c (...)

32De manière cruciale, lorsque la contingence est envisagée comme conjonction de facteurs multiples, par exemple chez Bury et Lamprecht, l’« externalité » et la séparation des systèmes sont soulignées, ainsi que leur ignorance les uns des autres, et donc leur risque d’interférence. Ainsi, Marie-Laure Djelic et Sigrid Quack écrivent que « ces évolutions ou ces incitations contingentes au changement tendent à être perçues comme externes au système » (2007, p. 166). Bob Jessop comprend la contingence comme signifiant que quelque chose « est indéterminable dans le cadre d’un seul système théorique » (1990, p. 12). C. J. Arthur remarque que « Gallie semble employer le terme “contingent” comme à peu près équivalent à “imprévisible du point de vue du processus principal” » (1968, p. 208). Enfin, il a pu être affirmé qu’un événement contingent « peut être vu comme le résultat d’une coïncidence entre deux phases de processus indépendants l’un par rapport à l’autre » (Hypergéo, 2005)18. Les humains attribuent des conditions aux limites (boundary conditions) aux irrégularités de l’univers : c’est ce que l’on appelle des systèmes, qui incluent des « choses » et des « objets » – les systèmes solaires, les galaxies, les océans, les volcans, les villes, les moteurs. Les interactions entre ce qui est perçu comme des systèmes sont au cœur du concept de contingence.

33Ces sortes d’interactions, qui semblent contingentes et produisent des transformations radicales et inattendues, impliquent la collision du très grand et du très petit, du très long terme et du très court terme, du rapide et du lent, du simple et du complexe. On peut prendre pour exemples le fonctionnement microscopique de la biochimie au sein d’un environnement social et terrestre bien plus grand, les interactions entre les facteurs géographiques à grande échelle sur le long terme et les organisations humaines plus récentes et aux transformations plus rapides, les immenses systèmes climatiques, les événements humains plus réduits – une bataille, un chasseur tirant sur un chevreuil – et les épidémies de maladies. Ainsi envisagée, la contingence concerne les interactions, dans le temps et dans l’espace, souvent entre des choses et des humains soucieux de leurs intérêts : la météo, les facteurs géographiques, une rafale de vent qui déstabilise un chasseur, des météorites imaginaires qui tombent sur Napoléon, ou encore de vraies météorites qui font disparaître les dinosaures.

34Dans un cadre déterministe, la contingence épistémique a trait à ce que nous savons : nous ne savons pas pourquoi le résultat est ainsi et non pas autrement, soit à cause de la complexité d’un système, soit en raison de l’échelle des facteurs, soit parce que quelque chose d’extérieur au système que nous avons imaginé a soudain un effet sur lui, le transformant d’une façon que l’observateur ne pouvait pas anticiper.

Pourquoi l’explication de la contingence a besoin de « just-so stories »

35La contingence est souvent associée à l’imprévisibilité. Cela peut provenir d’un indéterminisme ontologique – le hasard ontologique, ou, pour les incompatibilistes, le libre arbitre. Si quelque chose est conçu comme imprévisible en raison d’un indéterminisme ontologique, il semble qu’il serait plus simple d’expliciter cette croyance plutôt que de décrire l’événement comme contingent. En effet, on estime qu’il aurait pu se produire autre chose que ce qui s’est produit. Il n’est pas possible d’aller plus loin dans l’explication : la réponse ultime réside dans l’indéterminisme ontologique. Nous partageons les réserves du physicien Jean Bricmont à l’égard de l’impasse explicative de l’indéterminisme :

Comment montrer qu’un système imprévisible est vraiment non déterministe, et que son caractère imprévisible [et inexplicable] n’est pas simplement attribuable aux limites de nos connaissances et de nos capacités ? Notre seule ignorance ne doit pas nous amener à conclure à un indéterminisme. (Bricmont, 2000, p. 2)

36Mais la contingence peut aussi être le résultat de connaissances et de perspectives limitées. Lorsque des choses interagissent, dans des « conjonctions » spatio-temporelles, de manière inattendue en raison de nos connaissances insuffisantes, le résultat est décrit comme contingent. Il n’est pas besoin de faire appel à l’indéterminisme : notre méconnaissance du monde suffit. Cependant, à la différence de l’indéterminisme ontologique, la contingence épistémique ne nous mène pas dans une impasse explicative, mais plutôt au seuil d’une explication.

L’explication, les conditions initiales, les conditions aux limites, et les « just-so stories »

  • 19 Frisch en fournit un bref exposé (2004, p. 696).

37L’essentiel des débats sur l’explication s’est concentré (pour le meilleur et pour le pire) sur les lois de la nature. Cependant, il y a un accord sur le fait que les lois de la nature et les conditions initiales ont contribué de manière différente mais égale à définir les contours de l’univers19. Or les conditions initiales et les conditions aux limites ont été relativement peu étudiées par la philosophie des sciences (Ballinger, 2008b). En quoi sont-elles liées à la contingence, et pourquoi rendent-elles la contingence utile, et même centrale, à toute entreprise visant une meilleure compréhension de notre monde ?

38Les choses – les « objets », les « systèmes » et leurs « facteurs exogènes » – peuvent être envisagées comme des conditions aux limites construites par les humains pour rendre compte des irrégularités spatiales de notre monde. Parfois les limites nous semblent naturelles. C’est notamment le cas des objets familiers, à échelle humaine : la frontière entre le bois et l’air constitue ainsi plus ou moins la limite du concept de table. Mais à plus grande échelle, lorsque la complexité est plus grande et les limites matérielles moins évidentes – « forêt », « ville », « système solaire », « galaxie » –, il semble plus clair que ce que nous appelons chose ou objet ou système est en fait une condition aux limites, construite par l’homme et rendant compte de quelque irrégularité spatiale de l’univers. Il s’agit, en fait, de systèmes ouverts qu’il est pratique de concevoir comme fermés. La seule chose ou le seul système qui ne soit pas construit par l’homme est l’univers lui-même.

39Si les « choses » rendent compte d’irrégularités de l’univers, et si la contingence est attribuée, comme c’est souvent le cas, à la conjonction de choses, alors se pose une question assez fondamentale : pourquoi y a-t-il des irrégularités spatiales ? D’où viennent-elles ?

  • 20 Voir Agullo et al. (2012). Nous avons aussi examiné cette question de manière détaillée (Ballinger, (...)

40Il se trouve que cette question a une réponse : elles proviennent des irrégularités initiales de l’univers. Toute irrégularité présente, à laquelle les humains attribuent des conditions aux limites et qu’ils appellent choses, objets ou systèmes, est le résultat de quelque irrégularité antérieure. Comme les phénomènes quantiques, ou comme l’immense échelle temporelle et spatiale de l’univers, il est difficile d’appréhender le fait que toutes les irrégularités spatiales que nous rencontrons aujourd’hui peuvent être reliées aux conditions initiales irrégulières de l’univers. C’est pourtant ce que démontrent les éléments dont nous disposons20. Même les phénomènes quantiques qui nous apparaissent indéterministes subissent une décohérence sous l’effet d’interactions spatiales qui leur sont externes et sont liées aux conditions initiales irrégulières de l’univers. En tant que système clos, l’univers dans son ensemble se déploie de manière déterministe si l’on suit l’équation de Schrödinger (Weinberg 2001, p. 118-119 ; Schlosshauer, 2004).

  • 21 Dans le contexte des mondes possibles tel qu’il a été évoqué dans la partie sur l’indéterminisme on (...)
  • 22 On assiste à l’émergence d’un récit unifié qui va de la physique quantique à la spéciation biologiq (...)
  • 23 Une objection évidente à cette thèse est qu’au moins dans les sciences humaines, il y a une médiati (...)

41Les conditions initiales irrégulières de l’univers sont ainsi (i) responsables de l’existence des irrégularités dont les humains rendent compte par le biais de conditions aux limites et qu’ils appellent choses ou systèmes et (ii) responsables du déploiement spatio-temporel de l’univers et des interactions entre les choses (objets, systèmes) que, lorsqu’elles sont inattendues, nous appelons contingentes21. Les événements spatio-temporels actuels, même à ces petites échelles si importantes pour la vie sociale22, sont expliqués par des conditions irrégulières antérieures, donc au final initiales23. Dès lors, si la contingence est une façon de désigner notre ignorance des événements spatio-temporels, les conditions initiales sont centrales pour notre compréhension de la contingence.

42Notre psychologie issue de l’évolution ne nous rend pas aptes à comprendre ce qui est radicalement plus petit, plus grand, à plus long terme ou à plus court terme. Elle est encore moins équipée pour comprendre l’intersection de ces éléments. Le concept de contingence permet de saisir cette limite.

43Intégrer la contingence à une théorie générale de la science, pour reprendre le terme de Gould, nécessite tout d’abord de disposer d’une théorie générale expliquant pourquoi les choses varient dans l’espace et pourquoi elles ont les trajectoires spatio-temporelles qu’elles ont. Nous avons esquissé une telle théorie, dont nous avons étendu le champ d’application aux sciences sociales (Ballinger 2008b, 2011b). On comprend maintenant que l’univers avait des conditions initiales irrégulières, et que celles-ci ont entraîné toutes les irrégularités – variations – ultérieures de l’univers. On peut comprendre les interactions entre ces irrégularités – entre ces systèmes – en suivant les trajectoires spatio-temporelles réelles des états antérieurs. Au niveau macro, il n’y a pas de causalité au sens traditionnel du terme, seulement un contexte.

44En utilisant correctement des statistiques descriptives – c’est-à-dire non inférentielles –, il est possible, comme nous l’avons affirmé ailleurs (Ballinger 2011a), de parvenir à des explications satisfaisantes des événements conçus comme contingents, même dans les sciences humaines. Cela était auparavant difficile, en partie parce qu’une quantité considérable de données empiriques est nécessaire, et que celles-ci n’étaient tout simplement pas disponibles par le passé. Cependant, comme on l’entend souvent affirmer aujourd’hui, nous sommes entrés dans l’ère des données massives (Big Data), et des « humanités numériques », où le traitement massif des données s’applique largement au monde social, et notamment aux interrelations spatiales.

45Nous pouvons, enfin, véritablement commencer d’étudier l’autre terme de l’équation causale – les conditions initiales et non plus les lois de la nature – comme il n’était tout simplement pas possible de le faire auparavant. Les séquences complexes d’événements passés sont désormais utilisables. L’étude des conditions irrégulières, qu’elles soient initiales, antérieures ou limites, est devenue non seulement possible, mais nécessaire pour produire des explications complètes et satisfaisantes concernant le monde. Il est temps que nos théories de l’explication s’adaptent à cet état de fait.

46Cela peut sembler une tâche herculéenne – ou peut-être laplacienne. Mais ce serait là se tromper sur la nature de ce que nous proposons. La critique traditionnellement adressée aux explications idiographiques est qu’elles demandent de décrire chaque événement singulier, et ne s’appliquent donc qu’à ceux-ci. Une critique afférente est que ces explications ne sont que des « just-so stories », et ne sont donc en rien explicatives ou scientifiques.

47Mais cette critique des « just-so stories » se fourvoie. Dans les sciences historiques, toute explication correcte sera nécessairement une « just-so story ». On oublie trop souvent cette dimension cruciale, et de bonnes explications sont par conséquent injustement critiquées. Avertir qu’il s’agit d’une « just-so story » vise à expliciter que de nombreuses mauvaises réponses sont possibles dès lors qu’il est question d’explication historique. Celle-ci a besoin d’énormément de données, précisément pour ramener les explications des événements historiques – parmi lesquels la formation de la Terre et la totalité de l’évolution – à un nombre suffisamment réduit pour être satisfaisant. D’ailleurs, peut-être saurons-nous un jour véritablement, n’en déplaise à M. Kipling, « Comment le léopard acquit ses taches » (Allen et al., 2010).

48Comme Sven Steinmo l’a montré de manière si convaincante dans ses réflexions sur les sciences humaines :

Si la politique et l’histoire sont en fait le produit de phénomènes émergents et d’événements contingents, alors il nous faut enseigner (et connaître) les populations, les lieux et les événements eux-mêmes – non seulement parce que cela peut nous aider à comprendre les processus en cours, mais aussi parce que dans un monde émergent et contingent, ces faits sont en eux-mêmes importants. (Steinmo, 2010, p. 2)

  • 24 Comme Jonathan Gottschall le souligne : « L’histoire de l’esprit humain est celle d’un organe qui a (...)

49Les lois de la nature rendent compte, au mieux, de la moitié de la causalité : pour produire une étiologie convaincante de notre monde et de la vie sociale, il faut complètement intégrer les conditions initiales à nos explications. Nous vivons dans un monde ad hoc, dont beaucoup d’événements sont perçus comme contingents. Pour les comprendre, ce sont des explications ad hoc qu’il nous faut, des « just-so stories »24.

Annexe. La dépendance au chemin emprunté et le chaos

50Quel est le rapport entre d’un côté le chaos et la dépendance au chemin emprunté, et de l’autre la contingence et l’indéterminisme ?

  • 25 La confusion est souvent faite : « La dépendance au chemin emprunté est l’application aux systèmes (...)

51Les phrases (3) et (4) de la partie I associent intimement ou plus indirectement la théorie du chaos et la dépendance au chemin emprunté à la contingence, mais elles ne définissent pas véritablement la contingence comme leur étant équivalente. Le fait qu’elles rapprochent si souvent la contingence de ces autres termes est potentiellement problématique25. Remarquons que le résultat final d’un processus chaotique ou d’un chemin de dépendance, aussi complexe ou surprenant soit-il, peut être adéquatement expliqué par une « just-so story ».

La dépendance au chemin emprunté

52La dépendance au chemin emprunté est principalement liée à la contingence par le biais du concept d’équilibres multiples, qui revient à dire que les résultats possibles sont multiples et contingents. Cette dépendance est souvent décrite à partir de l’expérience de l’urne de Polya. On imagine une grande urne contenant une boule rouge, une bleue et une jaune. Une boule est sortie de l’urne, puis remise dans celle-ci ainsi qu’une boule additionnelle de la même couleur. Au premier tour, la probabilité qu’une boule de n’importe quelle couleur soit tirée est égale. Cependant, si une boule rouge est sortie puis remise avec une boule rouge additionnelle, au tour suivant la chance de sortir une boule rouge est plus grande. Si, comme cela devient de plus en plus probable, on tire une boule rouge au tour suivant, il n’y a bientôt plus aucune chance de tirer une boule bleue ou jaune. Les premiers tours ont pour effet de « bloquer » le tirage en faveur du rouge, du bleu ou du jaune. La règle de la boule additionnelle organise l’augmentation numérique des boules de la même couleur, laquelle mène à un « blocage », les événements initiaux créant des orientations durables. Cependant, comme pour le chaos, il est important de ne pas confondre la dépendance au chemin emprunté avec la contingence. Pour revenir à l’exemple de l’urne de Polya, ce qui est intéressant est l’effet de blocage, créé par la règle de la boule additionnelle. La question est, dès lors, pourquoi avoir mis en place une telle règle ? Pourquoi remettre deux (ou trois ou cent) boules pour chaque boule tirée ? Tout comme dans les systèmes économiques, nous voulons savoir pourquoi nous remettons plus de boules. Mélanger la dépendance au chemin emprunté et la contingence dissimule ce qui est unique dans le premier cas, à savoir que quelque chose est à l’origine de cette augmentation numérique et de cet effet de blocage. Par ailleurs, dire comme James Mahoney, ou d’autres, que la dépendance au chemin emprunté est « caractérisée par la contingence » (2000, p. 513) sert à dissimuler des hypothèses concernant le déterminisme et l’indéterminisme. Pour revenir de nouveau à l’urne de Polya, le fait qu’une boule d’une couleur ou d’une autre est tirée à chaque tour peut être dû soit à un hasard ontologique, soit à des facteurs cachés.

Le chaos

53Le chaos – des résultats imprévisibles dans des systèmes déterministes qui résultent de petites transformations des conditions initiales du système – est confondu avec à la contingence ou lié à celle-ci principalement par l’intermédiaire du concept d’imprévisibilité, comme l’exemple (3) le montre. Le chaos n’a rien à voir avec la logique modale ou avec les mondes possibles contrefactuels. Les systèmes chaotiques sont, par définition, déterministes et donc contraires aux emplois indéterministes de la contingence et compatibles avec la contingence épistémique. Dans le concept de chaos, ce qui est central est la sensibilité des systèmes chaotiques aux conditions initiales (ce qui, pour des raisons épistémiques, produit de l’imprévisibilité). Ici, de nouveau, les conditions initiales sont au cœur d’une conception de la contingence.

Haut de page

Bibliographie

Agullo Ivan, Ashtekar Abhay et Nelson William, 2012, « Quantum gravity extension of the inflationary scenario », Physical Review Letters, vol. 109, no 25.

Allen William L., Cuthill Innes, Scott-Samuel Nicholas et Baddeley Roland, 2010, « Why the leopard got its spots : relating pattern development to ecology in felids », Proceedings of the Royal Society B, vol. 278, no 1710, p. 1373-1380.

Arthur C. J., 1968, « On the historical understanding », History and Theory, vol. 7, p. 203-216.

Astor Aaron, 2010, « Contingency, counterfactuals and the study of history » [en ligne], The Moderate Voice, [URL : http://themoderatevoice.com/94300/contingency-counterfactuals-and-the-study-of-history/#rdkM7gXb3tvEwKy3.99], consulté le 20 janvier 2013.

Ballinger Clint, 2008a, « Initial conditions and the “open systems” argument against laws of nature », Metaphysica, vol. 9, no 1, p. 17-31.
 — 2008b, « Initial conditions as exogenous actors in spatial explanation » [en ligne], thèse de doctorat de géographie, Université de Cambridge, [URL : http://philpapers.org/rec/BALICA-2], consulté le 20 janvier 2013.
 — 2008c, « Classifying contingency in the social sciences : diachronic, synchronic, and deterministic contingency » [en ligne], [URL : http://philpapers.org/rec/BALCCI], consulté le 20 janvier 2013.
 — 2008d, « Determinism and the antiquated deontology of the social sciences » [en ligne], [URL : http://philpapers.org/rec/BALDAT#], consulté le 20 janvier 2013.
 — 2011a, « Why inferential statistics are inappropriate for development studies and how the same data can be better used » [en ligne], [URL : http://mpra.ub.uni-muenchen.de/29780/], consulté le 20 janvier 2013.
 — 2011b, « Why geographic factors are necessary in development studies » [en ligne], [URL : http://ssrn.com/abstract=1791127], consulté le 20 janvier 2013.

Barker Stephen, 2011, « Can counterfactuals really be about possible worlds ? », Noûs, vol. 45, no 3, p. 557-576.

Bathelt Harald et Glückler Johannes, 2003, « Towards a relational economic geography », Journal of Economic Geography, vol. 3, p. 117-144.

Benacerraff Paul, 1973, « Mathematical Truth », Journal of Philosophy, vol. 70, p. 661-679.

Bird Alexander, 2002, « On whether some laws are necessary », Analysis, vol. 62, no 3, p. 257-270.

Blaser Kent, 1999, « The history of nature and the nature of history : Stephen Jay Gould on science, philosophy, and history », The History Teacher, vol. 32, no 3, p. 411-430.

Booth Charles, Rowlinson Michael, Clark Peter, Delahaye Agnes et Procter Stephen, 2009, « Scenarios and counterfactuals as modal narratives », Futures, vol. 41, no 2, p. 87-95.

Bricmont Jean, 2000, « Determinism, chaos theory and quantum mechanics » [en ligne], [URL : http://fs1.bib.tiera.ru/content/dvd68/Bricmont%20J.%20Determinism,%20Chaos%20and%20Quantum%20Mechanics.%28en%29%2830s%29.pdf], consulté le 20 janvier 2013.

Brown Cynthia Stokes, 2007, Big History : From the Big Bang to the Present, New York, New Press.

Brucker Gene, 2001, « The horseshoe nail : structure and contingency in medieval and renaissance Italy », Renaissance Quarterly, vol. 54, p. 1-19.

Bryant Joseph M., 1992, « Towards a respectable, reflexive, scientific sociology : a note on the reformation required », Canadian Journal of Sociology, vol. 17, no 3, p. 322-331.

Bury John B., 1930, [1916], « Cleopatra’s nose », Selected essays of J. B. Bury, H. Temperley éd., Cambridge, Cambridge University Press.

Chaisson Éric, 2001, Cosmic Evolution. The Rise of Complexity in Nature, Cambridge, Harvard University Press.

Christian David, 2004, Maps of Time. An Introduction to Big History, Berkeley, University of California Press.

Climo T. A. et Howells P. G. A., 1976, « Possible worlds in historical explanation », History and Theory, vol. 15, p. 1-20.

Djelic Marie-Laure et Quack Sigrid, 2007, « Overcoming path dependency : path generation in open systems », Theory and Society, vol. 36, p. 161-186.

Earman John, 2004, « Determinism : what we have learned and what we still don’t know », Freedom and Determinism, J. K. Campbell, M. O’Rourke et D. Shier éd., Cambridge, The MIT press, p. 21-46.

Elster Jon, 1978, Logic and Society : Contradictions and Possible Worlds, Chichester, Wiley.

Ferguson Niall, 1997, « Virtual history : towards a “chaotic” theory of the past », Virtual history : Alternatives and counterfactuals, N. Ferguson éd., Londres, Picador.

Frisch Mathias, 2004, « Laws and initial conditions », Philosophy of Science, vol. 71, p. 696-706.

Garud Raghu, Kumaraswamy Arun et Karnøe Peter, 2010, « Path dependence or path creation ? », Journal of Management Studies, vol. 47, no 4, p. 760-774.

Gottschall Jonathan, 2012, « Defending just-so stories : why science needs stories » [en ligne], [URL : http://www.psychologytoday.com/blog/the-storytelling-animal/201209/defending-just-so-stories], consulté le 20 janvier 2013.

Gould Stephen J., 2002, The Structure of Evolutionary Theory, Cambridge, Harvard University Press.

Griffin Larry, 1993, « Narrative, event-structure analysis, and causal interpretation in historical sociology », The American Journal of Sociology, vol. 98, p. 1094-1133.

Hawthorn Geoffrey, 1995 [1991], Plausible Worlds. Possibility and Understanding in History and the Social Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

Hoefer Carl, « Causal determinism » [en ligne], The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Summer 2005 Edition), E. N. Zalta éd., [URL : http://plato.stanford.edu/archives/sum2005/entries/determinism-causal/], consulté le 20 janvier 2013.

Hypergéo, 2005, « Contingency » [en ligne], [URL : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article325], consulté le 20 janvier 2013.

Jessop Bob, 1990, State Theory : Putting the Capitalist State in its Place, University Park, Pennsylvania State University Press.

Lamprecht Sterling, 1971, « Contingency in nature », Philosophy and Phenomenological Research, vol. 32, p. 1-14Lewis David, 1973, Counterfactuals, Oxford, Blackwell.

Liebowitz Stan et Margolis Stephen E., 1995, « Policy and path dependence. From QWERTY to Windows 95 », Regulation : The Cato Review of Business and Government, vol. 18, no 3, p. 33-41.

Luisi Pier Luigi, 2003, « Contingency and determinism », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series A : Mathematical, Physical and Engineering Sciences, vol. 361, p. 1141-1147.

Mahoney James, 2000, « Path dependence in historical sociology », Theory and Society, vol. 29, p. 507-548.

Mandel David R., 2003, « Simulating history. The problem of contingency », Analyses of Social Issues and Public Policy, vol. 3, p. 177-180.

Mann Michael, 1994, « In praise of macro-sociology. A reply to goldthorpe », The British Journal of Sociology, vol. 45, no 1, p. 37-54.

Mapel David, 1990, « Civil association and the idea of contingency », Political Theory, vol. 18, p. 392-410.

McNeill John R., 2005, « Global history : research and teaching in the 21st Century » [en ligne], Occasional Paper, Center for Global Studies, University of Illinois at Urbana-Champaign, [URL : https://www.ideals.illinois.edu/handle/2142/1053], consulté le 20 janvier 2013.

Millstein Roberta, 2000, « Is the evolutionary process deterministic or indeterministic ? An argument for agnosticism » [en ligne], [URL : http://philsci-archive.pitt.edu/4544/], consulté le 20 janvier 2013.
 — 2003, « How not to argue for the indeterminism of evolution. A look at two recent attempts to settle the issue », Determinism in Physics and Biology, A. Hüttemann éd., Paderborn, Mentis, p. 91-107.

Mithen Steven, 2004, After the Ice. A Global Human History, 20,000-5000 BC, Cambridge, Harvard University Press.

Morowitz Harold, 2002, The Emergence of Everything : How the World Became Complex, Oxford, Oxford University Press.

Pearl Judea, 2003, « Statistics and causal inference. A review », Test, vol. 12, no 2, p. 281-345.

Plummer Paul, 2001, « Vague theories, sophisticated techniques, and poor data », Environment and Planning A, vol. 33, p. 761-764.

Rees Martin, 1999, Just Six Numbers : The Deep Forces That Shape the Universe, New York, Basic.

Rescher Nicholas, 1999, « How many possible worlds are there ? », Philosophy and Phenomenological Research, vol. 59, no 2, p. 403-420.

Rosenberg Alex, 2005, « Lessons from biology for philosophy of the human sciences », Philosophy of the Social Sciences, vol. 35, no 1, p. 3-19.

Rudra Nita, 2005, « Globalization and the strengthening of democracy in the developing world », American Journal of Political Science, vol. 49, no 4, p. 704-730.

Sayer Andrew, 2000, Realism & Social Science, Londres, Sage.

Schäfer Wolf, 2006, « Big history, the whole story, and nothing less ? », Canadian Journal of History, vol. 41, no 2, p. 317-328.

Schlesinger George, 1987, « Nomic necessity and contingency », The Philosophical Quarterly, vol. 37, no 149, p. 379-391.

Schlosshauer Maximilian, 2004, « Decoherence, the measurement problem, and interpretations of quantum mechanics », Review of Modern Physics, vol. 76, no 4, p. 1267-1305.

Shalin Dmitri, 1992, « Critical theory and the pragmatist challenge », American Journal of Sociology, vol. 98, no 2, p. 237-79.

Shermer Michael, 1995, « Exorcising Laplace’s demon. Chaos and antichaos, history and metahistory », History and Theory, vol. 34, no 1, p. 59-83.
 — 1999, How we believe : The Search for God in an Age of Science, New York, W. H. Freeman and Co.

Silberstein Michael et McGeever John, 1999, « The search for ontological emergence », The Philosophical Quarterly, vol. 49, p. 182-200.

Sklar Lawrence, 1990, « How free are initial conditions ? », Proceedings of the Biennal Meeting of the Philosophy of Science Association, vol. 2, East Lansing, Philosophy of Science Association, p. 551-564.

Steinmetz George, 1998, « Critical realism and historical sociology. A review article », Comparative Studies in Society and History, vol. 40, p. 170-186.

Steinmo Sven, 2010, « History and contingency in political science » [en ligne], [URL : http://spot.colorado.edu/~steinmo/History%20and%20Contingency.pdf], consulté le 20 janvier 2013.

Sylvan David et Majeski Stephen, 1998, « A methodology for the study of historical counterfactuals », International Studies Quarterly, vol. 42, p. 79-108.

Tetlock Philip et Belkin Aaron éd., 1996, Counterfactual Thought Experiments in World Politics : Logical, Methodological, and Psychological Perspectives, Princeton, Princeton University Press.

Tucker Aviezer, 1999, « Historiographical counterfactuals and historical contingency », History and Theory, vol. 38, p. 264-276.

Vaidya Anand, 2011, « The epistemology of modality » [en ligne], The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Winter 2011 Edition), Edward N. Zalta éd., [URL : http://plato.stanford.edu/archives/win2011/entries/modality-epistemology/], consulté le 20 janvier 2013.

Vihvelin Kadri, 2003, « Arguments for incompatibilism » [en ligne], The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Winter 2003 Edition), E. N. Zalta éd., [URL : http://plato.stanford.edu/archives/win2003/entries/incompatibilism-arguments/], consulté le 20 janvier 2013.

Wagner-Pacifici Robin, 2000, Theorizing the Standoff : Contingency in Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Weber Marcel, 2005, « Indeterminism in neurobiology », Philosophy of Science, vol. 72, no 5, p. 663-674.

Weinberg Steven, 2001, Facing Up : Science and Its Cultural Adversaries, Cambridge, Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Le titre anglais « Contingency is just so », mêle une double référence aux Just so stories de Rudyard Kipling et à l’emploi polémique de l’expression « just-so story » popularisée en biologie évolutionniste par Stephen Jay Gould et Richard Lewontin, par laquelle ils désignent (et critiquent) le genre de reconstruction hautement conjecturale et ad hoc qu’ont pu proposer certains auteurs adaptationnistes pour expliquer l’évolution d’un trait biologique particulier. Nous laissons l’expression « just-so story » non traduite lorsqu’elle a ce sens technique. Nous avons choisi de rendre « just so », lorsque cette expression est combinée à d’autres termes (« world », « explanation », etc. ) par la locution latine « ad hoc ».

2 Comme Rosenberg (2005), nous utilisons le terme sciences humaines pour désigner l’ensemble des champs disciplinaires liés à la société, y compris la biologie. Pour les mêmes raisons, nous parlons de sciences historiques pour désigner les parties de la biologie, de la géologie et de l’astronomie, où la catégorisation et la description sont au centre de l’élaboration des connaissances et où, de manière plus décisive encore, il est question de séquences d’événements. Le débat sur le scientisme et les sciences sociales semble souvent passer à côté de cet argument : les sciences humaines sont scientifiques non pas parce qu’elles ressemblent à la physique ou à la chimie, mais parce qu’elles ressemblent à la géologie et à l’astronomie, bien qu’à un niveau de complexité infiniment plus grand.

3 Voir Blaser (1999). Il est souvent fait référence à l’accent mis par Gould sur la contingence dans les sciences sociales, comme dans cet article de The Canadian Journal of Sociology : « Turner semble ignorer que la contingence – et donc l’explication historique – sont au cœur de la biologie de l’évolution ! Voir les travaux de référence de Stephen Jay Gould [1986 et 1989] » (Bryant, 1992, p. 329).

4 Un historien affirme par exemple que « la contingence […] rend l’étude de l’histoire problématique sur le plan moral. Si l’histoire réside dans la coïncidence accidentelle de forces, quelles leçons pouvons-nous en tirer ? La contingence fait-elle à l’histoire ce que la sélection naturelle a fait, il y a 140 ans, à l’organisation du monde naturelle pensée jusqu’alors comme morale ? » (Astor, 2010).

5 Par exemple : « Les récits modaux se préoccupent de contingence et de déterminisme, de possibilité et de nécessité » (Booth et al., 2009, p. 87).

6 Nous avons exposé notre perspective dans Ballinger (2008d).

7 Dans un article maintenant daté (Ballinger, 2008c), nous prenions une série d’exemples dans lesquels le « contexte » était associé à la contingence. Bathelt et Glückler soulignent cependant que « le contexte est lié à la structure et la contingence à l’agentivité » (2003, p. 128). La contingence est parfois comprise comme faisant référence à des transformations profondes issues de phénomènes de taille réduite (voir par exemple Lindenfeld et Gould dans Ballinger, 2008c), mais Sayer prévient de son côté que « la contingence ne doit pas être confondue avec l’importance ! » (2000, p. 124). On trouve de multiples exemples dans lesquels la contingence est associée au hasard, cependant Shermer souligne que « la contingence […] n’est pas l’arbitraire, le hasard ou l’accident » (1999, p. 218). Sayer fournit une définition de la contingence issue de la logique modale, mais affirme qu’elle est « pratiquement opposée » à l’emploi commun de ce mot en anglais, souvent repris dans les textes universitaires, à savoir « x dépend d’y (x is contingent upon y) » (2000, p. 28). Le terme sert donc plus souvent à éviter de clarifier son propos qu’à s’engager véritablement.

8 Nous utilisons une définition commune du déterminisme, à savoir « la thèse selon laquelle, à partir d’une description complète de l’état du monde à un instant t et de la totalité des lois de la nature, on peut déduire tout ce qui est a lieu à tout instant postérieur à t. Ou encore, pour employer le langage des mondes possibles : le déterminisme est vrai dans un monde possible w si et seulement s’il vérifie la condition suivante : tout monde qui a les mêmes lois de la nature que w et qui est exactement comme w à un temps t sera exactement comme w à tout instant postérieur à t » (Vihvelin, 2003, § 5).

9 L’exemple (1) utilise « contingent » dans son sens commun en anglais, où il est l’équivalent de « dépendant de ». C’est aussi un sens largement employé dans la littérature scientifique et non scientifique. Cet usage n’est pas problématique sur le plan des concepts. On peut cependant remarquer qu’employer « dépendre de » (contingent upon) est une façon plutôt détournée d’affirmer un lien de causalité. Peut-être parce que certains scientifiques préfèrent éviter d’affirmer brutalement des relations de causalité – Judea Pearl fait cette remarque de manière extrêmement pertinente en ce qui concerne les hypothèses dans les statistiques bayésiennes (Pearl, 2003, p. 288) – « dépendant de » est une façon utile de faire passer ce qui, formulé plus clairement en termes de causalité, serait soit plus contestable soit plus banal. Par exemple, si nous transformons la phrase (1) en « Différents sortes de politiques redistributives transforment les effets de la mondialisation », celle-ci est certes plus claire mais cependant moins percutante : le terme « dépendant de » sert juste à donner de l’importance à une remarque triviale.

10 N.d.t. Dans le débat philosophique sur le libre arbitre, les compatibilistes sont ceux qui estiment que le libre arbitre est compatible avec le déterminisme. Les incompatibilistes pensent au contraire que l’existence du libre arbitre est incompatible avec le déterminisme.

11 Dès lors, par définition, même des changements singuliers comme les « miracles » lewisiens ne sont pas possibles. Même si nous les envisageons comme une expérience de pensée, se servir de petits changements singuliers pour en quelque sorte mieux comprendre le monde est hautement problématique. Faire bouger une seule fois un petit disque de plastique d’un millimètre peut sembler être une différence minuscule, mais si ce petit disque de plastique est le bouton qui déclenche un arsenal nucléaire, alors le monde s’en trouve radicalement changé. Comment savons-nous qu’un changement sera vraiment « minuscule » ou pas ? Barker évoque des problèmes semblables concernant les mondes possibles dans un cadre déterministe (2011).

12 Au lieu de voir le monde réel comme légèrement différent en raison des miracles, on peut envisager que des mondes possibles contrefactuels varient très légèrement par rapport au monde réel en raison de changements minuscules en termes de mondes possibles et/ou de lois de la nature. Nous avons affirmé plus haut que les chercheurs intéressés par le monde réel ne réfléchissaient probablement pas à partir de mondes dont les lois et les conditions initiales seraient différentes. Peut-être serait-il impossible d’imaginer le changement au sein de ceux-ci (Bird, 2002) ? Même si cela était possible, de tels changements conduiraient à des mondes tellement différents qu’ils n’auraient aucun rôle intéressant à jouer dans nos raisonnements contrefactuels. Sur les lois de la nature, voir les réflexions de Rees (1999), et sur les conditions initiales celles de Ballinger (2008b). Voir aussi Agullo et al. (2012), et Sklar (1990), pour une approche philosophique.

13 C’est le cas, par exemple, de Climo et Howells (1976), d’Elster (1978), de Hawthorn (1995), de plusieurs chapitres dans l’ouvrage de Tetlock et Belkin (1996), et de Ferguson (1997). Les références à la logique modale et au vocabulaire des mondes possibles sont parfois explicites, parfois suggérées par des références à Saul Kripke, David Lewis et d’autres, notamment Lewis (1973).

14 Nous affirmons ici qu’au fond, aucune réponse n’a été apportée au problème de l’« isolation causale » posé par Paul Benacerraf en 1973, que Anand Vaidya a décrit ainsi : « Concernant la modalité métaphysique, le réalisme affirme (i) que les faits concernant les mondes possibles sont les vérifacteurs des affirmations modales et (ii) que les mondes possibles ne sont pas connectés au monde réel sur le plan spatio-temporel. [N.d.t le vérifacteur d’un énoncé vrai est l’élément du monde en vertu duquel cet énoncé est vrai, ou autrement dit, ce qui rend cet énoncé vrai.] La condition causale [sur la connaissance] dit ceci : X sait que P seulement si X entretient une relation causale avec le vérifacteur de P. Si l’on accepte le réalisme et la condition causale, alors une question se pose immédiatement : comment pourrons-nous jamais savoir quoi que ce soit de la modalité métaphysique si nous n’avons pas de connexion causale aux vérifacteurs de nos affirmations modales ? » (Vaidya, 2011, § 4.2).

15 Voir Silberstein et McGeever (1999), Millstein (2000, 2003) et Weber (2005). Contrairement à ce qui est communément admis, il en va de même des phénomènes quantiques (Earman 2004).

16 Ainsi, ce type de contingence pourrait se produire dans le cadre d’un « déterminisme causal », aujourd’hui souvent considéré comme équivalent, correctement selon nous, à la conception laplacienne traditionnelle du déterminisme. Voir par exemple Hoefer (2005, § 2).

17 La ressemblance entre une telle affirmation et l’idée laplacienne du démon est immédiatement apparente, ce en quoi nous retrouvons l’idée, déjà affirmée, que la contingence d’un côté et les facteurs cachés et le déterminisme de l’autre constituent un seul et même problème.

18 De manière semblable, certains remarquent, en ce qui concerne « les phénomènes contingents et les chocs exogènes » qui affectent un « système », que « la démarcation entre ce qui est endogène et exogène ne va pas de soi. Cela dépend plutôt de la façon dont les acteurs définissent leurs limites à différents moments. Ainsi, ce qu’un regard extérieur ou un chercheur considère comme un choc exogène peut avoir été recherché activement par les acteurs » (Garud et al., 2010, p. 766).

19 Frisch en fournit un bref exposé (2004, p. 696).

20 Voir Agullo et al. (2012). Nous avons aussi examiné cette question de manière détaillée (Ballinger, 2008a, 2008b).

21 Dans le contexte des mondes possibles tel qu’il a été évoqué dans la partie sur l’indéterminisme ontologique et la contingence, Schlesinger souligne une telle connexion et déclare que « la valeur de vérité des déclarations entièrement contingentes est […] déterminée à la fois par les lois de la nature et par les conditions initiales qui prévalent dans l’univers » (1987, p. 391).

22 On assiste à l’émergence d’un récit unifié qui va de la physique quantique à la spéciation biologique et au développement social en passant par la formation des galaxies, des étoiles et des planètes dont la Terre. On peut prendre comme exemples de cette « grande histoire » (Big History) les travaux de Morowitz (2002), Chaisson (2001), Christian (2004), Mithen (2004), et Brown (2007). Pour des aperçus, voir McNeill (2005) et Schäfer (2006).

23 Une objection évidente à cette thèse est qu’au moins dans les sciences humaines, il y a une médiation de l’esprit. On pourrait cependant affirmer que les processus mentaux, bien qu’hypercomplexes, sont néanmoins des événements spatio-temporels. On peut trouver un bref exposé de cette idée chez Ballinger (2008c) et dans nos réflexions, plus haut, sur l’indéterminisme ontologique et la contingence.

24 Comme Jonathan Gottschall le souligne : « L’histoire de l’esprit humain est celle d’un organe qui a évolué au point de devenir pour lui-même un objet de fascination. Il a décidé qu’il était le phénomène le plus complexe et le plus remarquable de l’univers connu, s’est tourné vers lui-même et a déclaré que le plus grand défi auquel il faisait face était d’explorer les mystères de sa propre nature. Ces mystères ne peuvent pas être résolus scientifiquement sans la psychologie évolutionniste et les récits qu’elle produit. Sans elle, nous pouvons peut-être décrire de manière convaincante ce que sont les humains. Mais nous n’avons pas accès au “pourquoi ?” Arrêter d’élaborer et de tester des « just-so stories » signifierait abandonner tout espoir de répondre aux questions les plus anciennes, les plus profondes et les plus passionnantes concernant notre espèce : Qui sommes-nous et comment en sommes-nous arrivés-là ? » (Gottschall, 2012).

25 La confusion est souvent faite : « La dépendance au chemin emprunté est l’application aux systèmes économiques d’un mouvement intellectuel désormais à la mode dans diverses disciplines. En physique et en mathématiques, il se manifeste à travers les théories du chaos – à savoir d’une dépendance forte aux conditions initiales […]. En biologie, c’est l’idée voisine de contingence qui est à l’honneur » (Liebowitz et Margolis, 1995, p. 33). Même lorsqu’ils ne sont pas amalgamés de manière aussi explicite, les concepts de chaos, de dépendance au chemin emprunté, de hasard, de libre arbitre et autres, si souvent liés à celui de contingence, sont associés de manière tellement mal définie que la confusion ne peut que survenir. Par exemple : « la sensibilité pragmatiste à l’indétermination, à la contingence et au chaos » (Shalin, 1992, p. 238) ou encore « la structure des événements révèle le rôle crucial joué par l’agentivité humaine, la contingence et la dépendance au chemin emprunté » (Griffin, 1993, p. 1117).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clint Ballinger, « Contingence, déterminisme et « just-so stories » », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://traces.revues.org/5627 ; DOI : 10.4000/traces.5627

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page