Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Possibilités réelles

Laurent Jeanpierre, Florian Nicodème et Pierre Saint-Germier
p. 7-19

Texte intégral

1La montée en puissance des programmes constructionnistes en sciences humaines et sociales a eu pour conséquence – sans doute secondaire, mais généralement non interrogée – de rouvrir dans plusieurs disciplines le territoire du possible (Hacking, 2001). D’un côté, en insistant sur la dimension de contingence radicale, de possibilité, voire de réversibilité des phénomènes sociaux – qui va de pair avec l’idée de leur « constructibilité » – le constructionnisme social a ouvert une double opportunité. Il a d’une part mis en évidence, contre les modèles de la décision et du calcul rationnel qui dominent en sciences sociales, que le possible n’est pas seulement réductible à l’espace de la délibération et des options d’un choix, mais qu’il est quelque chose du réel lui-même. D’autre part, contre les explications mécanistes des comportements humains, il a montré qu’on ne pouvait pas non plus le définir de manière seulement négative, comme les zones d’indétermination que laisse ouvertes la description d’une structure ou d’un schème causal. Le constructionnisme envisage au contraire le possible comme une catégorie positive, ouverte en outre sur des perspectives de transformation sociale : ce qui est construit peut être déconstruit et reconstruit. D’un autre côté, cependant, le possible qu’intègrent les démarches constructionnistes tend à être abstrait ou sous-déterminé. Lorsqu’il ne s’agit pas simplement d’affirmer la contingence de la réalité, le fait qu’un autre monde aurait été possible, il est rare que soit affectée une qualification précise à ces possibilités alternatives permettant par exemple d’en concevoir les conditions effectives et différentielles d’accès pour les individus et les groupes, ainsi que les limites effectives.

2Cette sous-détermination du possible généralement mobilisé par le constructionnisme invite donc à réfléchir sur un plan épistémologique, empirique et critique au traitement du possible en sciences humaines et sociales, en nous intéressant en particulier aux théories ou aux pratiques de recherche en quête de ce que nous appelons provisoirement un possible « réaliste » : des possibilités dont le réel est évalué. L’enjeu d’un tel questionnement n’est pas de défendre nécessairement, contre le constructionnisme, une épistémologie réaliste pour les sciences sociales. S’interroger sur l’appréhension cognitive du possible met en partie en cause les partages épistémologiques en vigueur en sciences humaines et sociales à l’heure actuelle. Et nous avons aussi conçu ce numéro contre une idée positiviste étroite, défendue par une large majorité des praticiens de ces disciplines, suivant laquelle la description de possibilités non actualisées n’a pas sa place dans le compte rendu d’une enquête ou d’une expérience. Les contributions recueillies ici affirment au contraire qu’il est utile de rechercher les réalités du possible ou bien que les possibles doivent avoir une réalité en sciences humaines et sociales. Mais notre réalisme en matière de possibilités a aussi une deuxième dimension : ce que nous proposons d’appeler « possibilités réalistes », par opposition à ce que Marx appelait des « possibilités abstraites » ou générales (Vadée, 1998), ce sont des possibilités dont la description est suffisamment contrainte pour avoir un intérêt cognitif et éventuellement critique. Tous les mondes possibles ne sont pas également descriptibles ni pertinents. Obtenir, dans la recherche, une meilleure détermination des possibles passe par la possession d’un appareil conceptuel précis et par une articulation étroite entre la description de possibilités alternatives et l’observation empirique. C’est pourquoi nous reviendrons dans un premier temps sur quelques distinctions utiles pour aborder les différents aspects du concept de possible, avant d’évoquer, sans aucun souci d’exhaustivité, quelques outils d’objectivation du possible mobilisés dans les pages qui suivent. Mais l’exploration des possibles réalistes ne s’arrête pas à la mise au jour des théories et des opérations de connaissance de la possibilité. Si le possible doit être mieux connu, c’est aussi qu’il permet d’envisager le changement. Dans ce domaine, viser à plus de réalisme consiste à mieux saisir les liens existant entre les diverses manières dont le possible vient à être connu, et les ambitions pratiques qui peuvent en découler. En quoi une meilleure appréhension du possible constitue-t-elle un appui, une garantie plus réelle, pour des perspectives de transformation de la réalité ? Sans prétendre refermer cette question difficile, nous évoquerons dans un troisième temps les contributions qui s’en saisissent dans ce numéro, en dégageant quelques options transformatrices et critiques que l’on peut associer à la recherche réaliste du possible.

Concevoir le possible

3Il faut commencer par rappeler que le langage commun de la possibilité se caractérise par une forte ambiguïté. Le verbe « pouvoir », par exemple, peut exprimer, suivant les contextes, un état d’ignorance (« Il pourrait y avoir de la vie sur Mars, qui sait ? »), un état possible du monde (« Je sais que tu es coincé dans un embouteillage, mais tu pourrais être déjà là, si tu étais parti plus tôt ») ou la conformité d’un acte ou d’un état de choses à une norme (« Je voudrais bien, mais je ne peux pas. Ma religion me l’interdit »). Cette ambiguïté dans les usages ordinaires des mots qui expriment la possibilité se retrouve également dans les usages plus savants de la notion de possibilité.

Possibilités ontiques ou possibilités épistémiques

4D’un côté, il arrive que, compte tenu de notre ignorance à propos du monde réel, nous ne puissions départager un ensemble d’hypothèses également cohérentes à propos d’un même phénomène. Pour prendre un exemple fictif, volontairement simplifié à l’extrême, un historien qui fait face à des sources lacunaires peut construire un ensemble d’histoires possibles qui, même si elles divergent sur certains points, n’en sont pas moins toutes compatibles avec les sources dont il dispose. S’il découvre de nouvelles sources, il pourra éliminer les hypothèses qui sont incompatibles avec celles-ci. Dans le cas limite où ces nouvelles sources lui permettraient de répondre à toutes les questions qu’il se pose, il peut alors réduire cet ensemble à un seul récit qui prétendra rendre intelligible ce qui s’est effectivement passé. Les possibilités que représentent ces différentes hypothèses sont le produit dérivé d’un état de connaissance lacunaire. Nous parlerons alors de possibilités épistémiques.

5Mais la notion de possibilité peut également servir, d’un autre côté, à décrire différents états possibles du monde. De nombreux concepts font implicitement référence à des possibilités non actualisées qu’aucune information nouvelle ne pourrait éliminer. Lorsqu’une discussion célèbre en histoire économique porte spécifiquement sur l’indispensabilité du réseau de chemins de fer pour le développement économique des États-Unis au xixe siècle, il est nécessaire de comparer plusieurs états alternatifs de l’économie américaine, où l’on suppose que, pour une raison ou une autre, la mise en place d’un système de transport ferroviaire a été négligée (Fogel, 1964). Nous parlerons dans ce cas de possibilité ontique, désignant ainsi un cours que le monde réel peut prendre, cette possibilité étant rapportée au monde lui-même, indépendamment de la connaissance que nous en avons. Nous parlerons plus précisément de possibilité contrefactuelle pour un cours alternatif que le monde n’a pas pris.

6Cette distinction entre possibilités épistémiques et possibilités ontiques est au centre de la plupart des textes publiés dans ce numéro. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Michel Armatte rappelle ainsi qu’elle a traversé les débats autour de l’usage des statistiques et des probabilités, et de la modélisation en sciences économiques, en opposant, dès le xixe siècle, deux conceptions du hasard, celle de Cournot et celle de Laplace, puis en tentant de différencier le risque probabilisable de l’incertitude radicale ou de l’aléa. La détermination de la contingence, comme le soulignent aussi, chacun à sa manière, Ivan Ermakoff et Clint Ballinger, dans deux articles consacrés à cette notion, suppose moins un choix entre les deux concepts de possibilités que leur articulation. Nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détail. La notion de « possibilité objective », développée par Max Weber dans sa réflexion sur la causalité en histoire, peut également être considérée comme une tentative de conciliation, voire de dépassement, de cette opposition entre possibilité épistémique et possibilité ontique. C’est ce que montre la nouvelle traduction de « Possibilité objective et causation adéquate dans l’approche causale en histoire », proposée dans ce numéro et introduite par Florian Nicodème.

Possibilités et probabilités

7Il faut aussi noter que le concept de possibilité n’implique a priori aucune quantification, contrairement à celui de probabilité : un espace de possibilités est un espace où tous les possibles sont également possibles même s’ils ne sont pas également probables. Cette limite n’est pas forcément un désavantage. Noël Bonneuil, dans une contribution où il présente les différences entre une approche probabiliste de l’induction et la théorie de la viabilité, qu’il a contribué à développer, soutient que le fait de pouvoir situer l’évolution d’un système seulement au sein d’un ensemble de chemins possibles satisfaisant certaines contraintes de viabilité données, sans affecter de probabilité à chacun de ses chemins, permet d’éviter certaines difficultés posées par la notion quantitative de probabilité lorsque l’on étudie des systèmes où les fréquences des événements passés ne permettent pas d’inférer grand-chose au sujet de l’avenir. Plus généralement, le réalisme en matière de possibilités n’est pas réductible au calcul des probabilités, une des techniques intellectuelles pourtant les plus répandues des sciences humaines et sociales.

8Il est cependant parfois utile d’introduire des relations de proximité et d’éloignement entre différentes possibilités. Même s’il n’est pas facile d’en donner une analyse précise, ce genre de relation s’avère cruciale selon certains auteurs tels que David Lewis (1973) et Robert Stalnaker (1968), pour comprendre la logique du raisonnement contrefactuel, comme le souligne la traduction inédite par Pierre Saint-Germier du chapitre que Stalnaker, dans son ouvrage d’Inquiry (1984), consacre aux contrefactuels.

Capturer le possible

9S’efforcer de distinguer entre les types de possibles en jeu dans la recherche, et tenter d’ordonner les mondes possibles sur lesquels porte l’enquête ne sont que des étapes initiales vers une meilleure détermination des possibilités dont traitent les sciences humaines et sociales. La fabrique concrète du possible dans ces disciplines est affaire plus complexe, qui mobilise aussi un vaste arsenal de concepts, de méthodes d’objectivation et de styles de raisonnement dont l’inventaire reste à faire, et dont certains, seulement, sont évoqués dans ce numéro. La présence de ces contributions montre à elle seule que poser la question du traitement du possible en sciences humaines et sociales devra certainement passer par la cartographie de ces techniques intellectuelles, qui ressortissent à un ensemble très varié de traditions de recherche.

Mondes possibles et raisonnement contrefactuel

  • 1 Nous pouvons citer Jaakko Hintikka, Stig Kanger, Saul Kripke et Richard Montague parmi les pionnier (...)
  • 2 Nous renvoyons à Elster (1978, p. 28-30) pour le premier et à l’ensemble du chapitre 3 du même ouvr (...)

10Une des sources de réflexion, représentée ici en particulier par la traduction de Robert Stalnaker, vient en effet de la logique philosophique. Cette branche de la philosophie étudie les propriétés logiques des notions de possibilité et de nécessité, et a connu un progrès important à la fin des années 19501. Les logiciens de cette période ont tiré profit d’une analogie entre les quantificateurs (tous, au moins un) et les notions modales (possible, nécessaire, contingent). Il est ainsi envisageable de voir la nécessité comme la vérité dans tous les mondes possibles, la possibilité comme la vérité dans au moins un monde possible, et la contingence comme la vérité dans certains mondes possibles mais pas tous. On s’est également aperçu que certains systèmes de logique modale pouvaient être éclairés d’un jour nouveau si l’on ajoutait une relation d’accessibilité sur l’ensemble des mondes possibles. « Le monde w1 est accessible depuis le monde w2 » signifie intuitivement que w1 est possible relativement à w2, étant entendu que tous les mondes ne sont pas forcément accessibles à partir de tous les mondes. Jon Elster (1978) a montré que ce genre de raisonnement permet de clarifier un certain nombre de concepts mobilisés dans les sciences sociales, comme ceux de mobilité sociale ou de transition politique2.

11S’il est un domaine où ce genre de recherches a eu le plus de retombées, c’est sans doute celui du raisonnement contrefactuel. À partir de la fin des années 1960, un groupe de logiciens et de philosophes a commencé à développer une sémantique des contrefactuels reposant sur cette idée d’une pluralité de mondes possibles : la vérité d’un contrefactuel « s’il était le cas que A, alors il serait le cas que C » (où A est faux) se ramène à la vérité de C dans un monde possible, ou un ensemble de mondes possibles distincts du monde réel, dans lesquels l’antécédent A est vrai et qui diffèrent aussi peu que possible du monde réel. Le texte de Stalnaker fournit un exemple de ce genre d’approche, associée à un parti pris réaliste : les contrefactuels nous aident, selon lui, à caractériser le monde réel même si pour ce faire il est nécessaire de le comparer à d’autres mondes, simplement possibles.

12Une fois clarifiées les règles du jeu contrefactuel, il faut encore développer des méthodes permettant d’acquérir de nouvelles connaissances par le biais de ce type de raisonnement. Dans l’espace épistémologique comme dans ce numéro, deux positions s’affrontent sur ce point précis. Certains considèrent que le raisonnement contrefactuel est cognitivement inerte : les contrefactuels ne font qu’exprimer de façon imagée les connaissances causales que nous avons, mais ce n’est pas en raisonnant contrefactuellement que nous acquérons de nouvelles connaissances causales. Clint Ballinger s’appuie sur ce genre d’arguments pour relativiser la portée explicative de la référence à d’autres mondes possibles. Plus généralement, il est permis de douter que les logiques modales et la sémantique des mondes possibles, même lorsqu’elles sont mobilisées dans des travaux de sciences sociales, puissent aller au-delà d’une clarification de la structure de connaissances préexistantes. Un autre camp, représenté dans ce numéro par Max Weber, soutient au contraire que, dans le cas de l’imputation causale, du moins en histoire, le raisonnement contrefactuel joue un rôle décisif. Même s’il n’autorise pas, là non plus, l’acquisition de nouvelles connaissances, il permet néanmoins de vérifier des hypothèses causales dont la source est indifférente. Le raisonnement contrefactuel est en réalité, pour Weber, le seul moyen de mesurer la validité d’une imputation causale singulière : dire que X est, parmi toutes les conditions d’un effet Y, une condition prépondérante dans la survenue de Y, c’est s’engager à pouvoir montrer, en cas de contestation ou à des fins de démonstration, que « si X n’avait pas eu lieu, il est objectivement possible que Y n’aurait pas non plus eu lieu ». Le raisonnement contrefactuel apparaît donc à Weber comme le soubassement logique de l’histoire pour autant qu’elle est une science.

Des lois aux scénarios ?

  • 3 Carl Hempel a été le principal défenseur de cette conception, qu’il a appliquée notamment à l’expli (...)

13Plusieurs contributions de ce numéro insistent ensuite sur le fait que prendre au sérieux la description de possibilités non actualisées suppose toutefois de prendre une distance par rapport à une épistémologie des sciences humaines et sociales qui se donnerait pour but la subsomption des phénomènes sous des lois et leur prédiction. Du point de vue d’une conception nomologico-déductive de l’explication scientifique3, l’explication s’accompagne en effet d’une fermeture des possibles : un phénomène est expliqué lorsque l’on a montré, par une déduction, qu’il ne pouvait pas ne pas arriver, compte tenu des lois et des conditions initiales connues. Or, au niveau le plus général, l’association étroite que cette conception tisse entre explication, déduction et prédiction a pour conséquence de masquer la capacité qu’ont les explications à ouvrir des espaces de possibilités. Comme le fait remarquer Geoffrey Hawthorn (1991), l’explication d’un événement historique le situe implicitement par rapport à des histoires alternatives. Une fois que l’on a mis le doigt sur un facteur explicatif, il est possible de comparer l’histoire effective avec d’autres histoires possibles et de dire pourquoi l’histoire a pris tel chemin plutôt que tel autre. Plus l’explication est riche, plus les histoires alternatives sont nombreuses et complexes (Hawthorn, 1991, p. 13-15). Ce mouvement à double sens de fermeture et d’ouverture des possibles constitue une caractéristique aussi importante que fascinante de l’explication dans les sciences humaines et sociales, caractéristique masquée trop rapidement si l’on rabat l’explication sur la prédiction. Une deuxième difficulté tient au fait que dans certains systèmes, dont les systèmes sociaux sont des exemples paradigmatiques, la prédiction est tout simplement inaccessible. Mais cette imprédictibilité n’implique pas que toute forme d’explication soit hors de portée. Noël Bonneuil montre comment, en étudiant des conditions de viabilité posées sur des ensembles d’évolutions possibles d’un système, on peut éclairer d’un jour nouveau la diversité génétique au sein des populations humaines ou encore le cycle de vie en économie.

14Lorsque l’on cherche à envisager, dans une démarche prospective, l’évolution future d’un système, ce n’est pas nécessairement la recherche de la meilleure prédiction qui est la plus utile. Michel Armatte insiste au contraire sur l’irréductibilité de l’aléa dans la modélisation et la prévision économiques et sur l’essor, depuis plusieurs décennies, de méthodes de scénarios pour concevoir l’avenir. On pourrait être tenté de voir cette mise à distance du modèle nomologico-déductif comme une résistance face aux tendances « naturalistes » de certaines épistémologies des sciences humaines et sociales, où la scientificité de ces dernières dépend de leur ressemblance avec les sciences physiques. On opposerait alors, d’un côté, la modélisation, orientée vers la prédiction fiable de l’avenir, et, de l’autre, le récit, plus propice à la construction de scénarios alternatifs (Grenier et al. éd., 2001). Plusieurs contributions de ce numéro donnent des raisons de résister à cette opposition. Armatte souligne plutôt l’hybridation historique constante des modèles et des récits dans les sciences économiques et sociales : un modèle sans récit est muet et un récit sans modèle reste aveugle.

Redéfinir et activer les concepts du possible : contingence

15Parmi les notions permettant de reconnaître la présence du possible dans le discours des sciences humaines et sociales, celle de « contingence » occupe certainement une place centrale, en particulier au sein du constructionnisme. Ses définitions et ses modes d’objectivation ont retenu ici spécifiquement l’attention d’Ivan Ermakoff et de Clint Ballinger. Tous deux partent du constat que l’usage de ce terme a connu ces dernières années un emploi massif dans les écrits des historiens, des sociologues et des politistes soucieux de pallier les limites éventuelles des modèles mécanistes ou structuraux. Mais tous deux déplorent aussi que la signification du mot soit insuffisamment explicitée. Ballinger se propose d’abord de tirer au clair les différentes significations possibles qu’a pu recevoir ce concept afin d’en évaluer la pertinence. Selon lui, le terme de contingence sert souvent à masquer des positions implicites sur la question du déterminisme. Chez de nombreux auteurs, l’emploi de la notion ne fait qu’exprimer indirectement l’adhésion à une forme souvent indéterminée d’indéterminisme. Ballinger propose au contraire de penser la contingence dans le cadre d’une hypothèse déterministe qui concerne aussi les phénomènes historiques et sociaux. La contingence est alors essentiellement un phénomène épistémique, moins lié à l’absence de principes causaux qu’à l’incapacité pour nous d’en saisir la multiplicité et la complexité. La notion de contingence est alors rapprochée de celle d’une conjonction de facteurs multiples et indépendants les uns des autres. Ermakoff part lui aussi d’un diagnostic critique sur les usages récents de la notion de contingence, et propose de l’étayer en s’appuyant, dans un premier temps, sur l’idée d’une rencontre de séries causales disjointes, empruntée à Cournot. À la lumière de plusieurs exemples d’incertitude politique radicale (Versailles 1789, Berlin 1933, Vichy 1940), il propose, dans un second temps, une définition réaliste et surtout empiriquement opératoire de la contingence comme « contiguïté des possibles ». L’indétermination associée communément à la notion de contingence s’explique alors par l’interdépendance, au sein d’un collectif d’acteurs, de décisions perçues comme risquées et irréversibles.

Le possible dans la perception : affordance

16Si Ermakoff insiste dans son article sur la perception subjective de la contingence par des protagonistes historiques, la contribution de Gunnar Declerck aborde également la perception du possible, mais sous l’angle de la psychologie. Declerck inscrit en effet sa réflexion dans la tradition de la théorie écologique de la perception, initiée par James Gibson (1979), pour laquelle le concept d’affordance jouit d’une importance centrale. Les affordances d’un objet sont les possibilités d’usage auquel il peut se prêter. L’anse d’une tasse, par exemple, nous offre la possibilité de la saisir. De nombreux auteurs dans cette tradition affirment en outre que la perception est une perception directe des affordances offertes par les objets. Comme le souligne Declerck, cette hypothèse implique non seulement de situer le possible au cœur de la perception, mais encore d’en faire l’objet même de la perception. Declerck montre cependant que l’incompatibilité de cette hypothèse avec la théorie causale de la perception constitue une difficulté de premier ordre. Il soutient néanmoins que le possible, même s’il n’est pas l’objet perçu, joue un rôle structurant dans l’organisation sémantique du monde perçu : le sens que prennent les objets dépend des possibilités d’usages que nous pouvons anticiper.

  • 4 Parmi les concepts qui n’ont pu être représentés dans ce numéro mais qui y auraient eu toute leur p (...)

17S’interroger sur le possible de la psychologie, comme sur certains concepts, ou sur l’épistémologie et les raisonnements du possible en sciences humaines et sociales, n’épuise évidemment pas l’enquête. La liste des notions du possible en sciences humaines est longue4, tout comme celle des instruments ou des modèles qui permettent de l’appréhender. Mais l’articulation au réel, dans une description ou une explication, du possible qui est reconstruit par le chercheur, reste en définitive l’opération cognitive la plus délicate : de sa qualité et de sa rigueur dépend le degré de « réalisme » épistémique, au sens où nous l’entendons, que l’on peut attribuer à l’approche du possible.

Rendre possible

18Une troisième dimension permettant de circonscrire le possible de manière plus réaliste que ce n’est généralement le cas dans les démarches constructionnistes pourrait cependant tenir, non plus aux seules opérations de la connaissance, mais à l’étroitesse de leur liaison avec les intérêts qui les soutiennent et les traversent, en particulier avec la critique et le projet émancipateur. La voie du possible « réaliste » s’oppose à la fois aux fantasmes de maîtrise scientifique du futur auxquels contribuent les techniques de rationalisation de la prédiction, et aux appels idéalistes au possible, sous ses versions sous-déterminées – convoquant un possible de droit – ou surdéterminées, comme dans certaines utopies sociales. Sans nier l’intérêt éventuel de la prévision rationnelle, ni la puissance imaginaire d’une figuration du possible, il est donc intéressant de viser une articulation plus serrée entre le possible de la théorie et le possible de la pratique. Une telle démarche présuppose bien entendu d’accorder aux sciences humaines et sociales un rôle émancipateur potentiel, et de concevoir leurs recherches sur le possible comme une arme stratégique (Boltanski, 2009) – à côté d’autres de leurs ressorts critiques, comme la déconstruction d’idées reçues ou le dévoilement de réalités méconnues. Mais pour contribuer à une telle visée, il faut commencer par aller au-delà de l’idée selon laquelle toute recherche prenant en compte et décrivant des mondes ou des devenirs alternatifs serait d’elle-même susceptible d’exercer un effet critique.

Limites pratiques du constructionnisme ?

19Il ne va par exemple pas de soi que la valeur critique qu’ont pu avoir les travaux constructionnistes dépende en réalité de leur conception ne serait-ce que tacite du possible. De la connaissance de l’évitabilité d’une réalité sociale, à sa critique, puis à sa transformation dans une visée émancipatrice, les liens paraissent en effet tout sauf nécessaires pour au moins deux raisons. D’abord, l’idée d’évitabilité, qui, selon Ian Hacking (2001, p. 38), fait le pont entre la dimension théorique du possible des constructionnistes et une pratique critique, ne dit rien concernant ce qui doit être (aurait dû être) évité ou, au contraire, soutenu et renforcé. Le critère d’évaluation de toute pratique de transformation issue d’un savoir apparaît relativement indépendant de l’affirmation de contingence elle-même. Ensuite, dans la mesure où cette idée est le corrélat d’une connaissance des opérations qui ont construit une réalité sociale, elle n’implique rien de précis concernant les axes de la transformation pratique de cette réalité. En l’absence d’une prise en compte des conditions épistémologiques d’une meilleure détermination des possibles, la valeur critique accordée à la seule évocation de possibles alternatifs reste donc mystérieuse.

20Le projet d’Emmanuel Didier et Cyprien Tasset, derrière le mot d’ordre de « statactivisme » qu’ils ont inventé avec d’autres, montre qu’il est parfaitement possible de souscrire à une approche constructionniste du monde social en l’articulant à une exigence de réalisme quant à ses effets pratiques. Ils soutiennent que les catégories statistiques contribuent à reconstruire des réalités, par exemple lorsque des indicateurs de mesure de la performance se substituent aux critères de l’action ou deviennent des éléments de description de la réalité. Et ils affirment que le statactivisme vise à construire d’autres indicateurs ou d’autres pratiques statistiques pour transformer la réalité. Mais ce qui rend alors « réaliste » leur démarche quant au possible, c’est que l’efficacité, la valeur critique et les possibilités d’action « réelles » que ces nouvelles catégories pourraient autoriser dépendent d’abord et avant tout d’une connaissance « de l’intérieur » de la fabrique des statistiques et des marges de manœuvre effectives qu’elle laisse à ses agents pour réinterpréter des règles. Le statactivisme montre ainsi que la constructibilité des réalités sociales peut aussi être arrimée à des pratiques réelles de dévoilement mais aussi de mesure.

Limites théoriques du marxisme ?

21Les questions de la détermination épistémique et de la valeur pratique des possibilités sont au cœur du marxisme et des philosophies ou des programmes de recherche qui, au xxe siècle, se sont inspirés de cette tradition. Plusieurs contributions de ce numéro reviennent sur les apports et les limites de certains de ces efforts issus du marxisme pour décrire le possible de l’économie, du social, de la politique ou de l’histoire, d’une manière assez précise pour augmenter les chances de l’émancipation collective.

22Katia Genel évoque, dans cette perspective, la contribution de Max Horkheimer et la première génération de l’École de Francfort. La difficulté pour la « théorie critique » défendue par Horkheimer (1996), par laquelle il la distingue de la « théorie traditionnelle », est de savoir comment repérer dans la réalité sociale une praxis sociale « libre », c’est-à-dire comment garantir la possibilité d’une émancipation réelle. Genel montre ainsi que deux principales voies ont pu être explorées, celle d’un ancrage dans la conscience théorique du prolétariat et celle d’une rationalité des formes de vie culturelles. La première, qui était en partie la voie ouverte par la redéfinition lukacsienne du prolétariat, a été battue en brèche par les enquêtes empiriques sur les ouvriers qui, dans les années 1930, enregistrent chez ces derniers une dépendance à l’autorité et la contradiction la plus nette entre leur intérêt à l’émancipation et leur structuration psychique qui les pousse au contraire à l’adaptation. La seconde voie se heurte elle aussi au démenti des faits puisque les enquêtes révèlent de plus en plus les sources culturelles objectives de ces phénomènes psychiques. Horkheimer a cherché sans succès, quoique à toute force, conclut Genel, à échapper à la fois au déterminisme évolutionniste et à une forme de philosophie idéaliste de l’histoire, qui sont deux héritages bien embarrassants du marxisme lorsqu’il s’agit de penser le possible tout comme les vertus critiques de sa connaissance.

23C’est d’un embarras semblable qu’est parti Erik Olin Wright pour concevoir son projet de « science sociale émancipatrice » capable de dessiner des possibilités réalistes d’action historique à de futurs socialistes désireux de dépasser le capitalisme et de contribuer à un plus grand épanouissement de tous. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il revient sur son concept d’« utopies réelles » (Wright, 2010) et sur l’articulation entre pratiques scientifiques et pratiques politiques qui le sous-tend. Il y affirme que nous devons mettre les sciences sociales au service de l’analyse empirique la plus rigoureuse qui soit des préfigurations déjà existantes d’institutions sociales alternatives au capitalisme, comme les coopératives autogérées de travailleurs, les budgets participatifs, la finance solidaire ou les AMAP, entre autres exemples. Il s’agit alors de mieux connaître les conditions de leur émergence, de leur succès, de leur impact ou de leur survie. Wright, en prolongeant de manière critique l’héritage marxien, propose une boussole à la fois théorique et pratique afin d’articuler la connaissance et l’actualisation des possibles d’un socialisme à venir.

24Définir, observer et prolonger le possible : telles sont donc, en définitive, les trois exigences auxquelles convient les contributions de ce numéro en visant à préciser les usages féconds et rigoureux – que nous avons appelé réalistes –, pour le savoir comme pour la transformation sociale, du possible en sciences humaines et sociales. La science réaliste du possible n’en est toutefois qu’à ses débuts. Trois de ses traits sont déjà apparus ici. Le traitement du possible n’est sans doute solidaire d’aucune théorie de la connaissance, d’aucune méthodologie ou de type de compte rendu. Il s’effectue plutôt sur des zones-frontières entre naturalisme et constructivisme, déterminisme et indéterminisme, modélisation et narration. C’est aussi la raison pour laquelle le défi principal que pose le possible semble rester celui d’une mise en relation, dans l’enquête, entre possibilités objectives et subjectives ou entre approches objectivistes et subjectivistes de la possibilité. Enfin, le problème du possible permet de reposer à ces disciplines la question de leur vocation extrascientifique : il interroge en particulier la robustesse du lien qu’elles projettent avec la praxis transformatrice et émancipatrice. Mieux connaître les possibilités réelles ne restera en effet jamais qu’un pas vers la réalisation du possible.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski Luc, 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Copeland Jack B., 2002, « The genesis of possible worlds semantics », Journal of Philosophical Logic, vol. 31, no 2, p. 99-137.

Elster Jon, 1978, Logic and Society, Chichester - New York, John Wiley and Sons.

Fogel Robert William, 1964, Railroads and American Economic Groath, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Gibson James J., 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Grenier Jean-Yves, Grignon Claude et Menger Pierre-Michel éd., 2001, Le modèle et le récit, Paris, Éditions de la MSH.

Hacking Ian, 2001, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ? trad. B. Jurdant, Paris, La Découverte.

Hawthorn Geoffrey, 1991, Plausible Worlds. Possibility and Understanding in History and the Social Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

Hempel Carl G., 1942, « The function of general laws in history », The Journal of Philosophy, vol. 39, no 2, p. 35-48.

Horkheimer Max, 1996 [1937], « Théorie traditionnelle et théorie critique », Théorie traditionnelle et théorie critique, trad. C. Maillard et S. Muller, Paris, Gallimard, p. 15-81.

Lewis David, 1973, Counterfactuals, Oxford, Blackwell.

Stalnaker Robert, 1968, « A theory of conditionals », Studies in Logical Theory, N. Rescher éd., Oxford, Blackwell, p. 98-112.
  — 1984, Inquiry, Cambridge, The MIT Press.

Vadée Michel, 1998, Marx, penseur du possible, Paris, L’Harmattan.

Wright Erik Olin, 2010, Envisioning Real Utopias, Brooklyn-Londres, Verso.

Haut de page

Notes

1 Nous pouvons citer Jaakko Hintikka, Stig Kanger, Saul Kripke et Richard Montague parmi les pionniers de cette approche. Pour une histoire de l’introduction des mondes possibles en logique modale, voir Copeland (2002).

2 Nous renvoyons à Elster (1978, p. 28-30) pour le premier et à l’ensemble du chapitre 3 du même ouvrage pour le second, où Elster exploite les différentes propriétés formelles (symétrie, réflexivité, transitivité, etc.) de la relation d’accessibilité pour analyser et comparer différents systèmes de possibilités politiques.

3 Carl Hempel a été le principal défenseur de cette conception, qu’il a appliquée notamment à l’explication historique (1942).

4 Parmi les concepts qui n’ont pu être représentés dans ce numéro mais qui y auraient eu toute leur place, nous pouvons citer les notions d’espace des possibles, de marge de manœuvre, d’habitus, de répertoire d’action, ainsi que les bottlenecks et les turning points, pour nous limiter à quelques-unes seulement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Jeanpierre, Florian Nicodème et Pierre Saint-Germier, « Possibilités réelles », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/5614

Haut de page

Auteurs

Laurent Jeanpierre

Articles du même auteur

Florian Nicodème

Pierre Saint-Germier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page