Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Médias et sciences humaines

« Nouveaux » journalismes d’enquête et sciences sociales. Penser emprunts, écarts et hybridations

Erik Neveu
p. 225-243

Texte intégral

  • 1 Ce texte synthétise la conférence donnée à l’ENS de Lyon le 16 décembre 2011 à l’occasion d (...)
  • 2 Auxquels le livre d’entretiens de Robert Boynton (2005) fournit une remarquable introductio (...)

1Cet article est né d’une fascination ancienne pour des récits – ceux de Tom Wolfe (1970, 1976), de Michael Herr (1977), de Hunter Thompson (1967) – dont, tel Monsieur Jourdain en matière de prose, j’ignorai, en y plongeant dans la seconde partie des années 1970, qu’ils exprimaient un courant labellisé « new journalism » (Wolfe et Johnson, 1976)1. Ces récits parlaient de la guerre du Vietnam, des Hell’s Angels, des Black Panthers, des nouveaux styles de vie émergents aux États-Unis. Ils savaient donner mieux qu’un écho : une saveur et une expressivité au bouillonnement des changements culturels, aux fruits défendus des contestations mais aussi à la violence de la guerre, aux affrontements des mobilisations sociales. Aux antipodes du nombrilisme et du psychologisme ordinaires du gros de la littérature française Galligrasseuil, ces récits me semblaient en quelque sorte parler d’un monde plus vrai, plus fascinant. Ils le faisaient avec une écriture inventive et déboutonnée, drôle et provocatrice qui n’était pas sans homologie avec les styles de vie qu’ils mettaient en récit ou la bande-son rock de ces sixties, « years of hope, days of rage » selon la formule de Todd Gitlin (1987). Cet intérêt ancien allait recevoir une nouvelle impulsion en 2008 à travers la rédaction d’un cours pour le master « Journalisme : reportage et enquête » à Sciences Po Rennes, travail qui me faisait découvrir la riche contribution d’une seconde génération de « new new » journalistes2.

  • 3 Pour une synthèse sur les États-Unis, voir Underwood (2008).
  • 4 Becker s’interroge ailleurs sur ce qu’un sociologue peut tirer des textes de Perec (...)

2Georges Perec exprimait en 1974, dans Espèces d’espaces, au nombre de ses desseins de pouvoir disposer par les moyens de la littérature du pouvoir attribué au Diable boiteux : soulever le toit des maisons pour y observer le secret des existences (ce qu’il fera en 1978 dans La vie mode d’emploi). Tel est aussi, élargi à tous les espaces sociaux, le parti pris de ces formes de journalisme. Elles concernent à au moins deux titres les chercheurs en sciences sociales : d’une part, dépassant un débat classique et récurrent sur le rapport entre écriture journalistique et littérature réaliste3, elles revendiquent aussi des emprunts aux sciences sociales ; d’autre part, parlant souvent de sujets qui sont ceux investis par les social scientists, elles le font avec des palettes expressives qui donnent une profondeur de champ aux descriptions, une empathie avec les acteurs que les chercheurs peinent à produire et dont il n’est pas impertinent de demander s’ils pourraient s’en inspirer. C’est dire que ces journalismes « nouveaux » permettent de poser, à partir de leurs terrains, une question au cœur de la pratique des sciences sociales, celle que Howard S. Becker (2009) formule en « comment parler de la société ? »4, que Jean-Claude Passeron (2006) associe à la question de l’écriture dans la dynamique du « raisonnement sociologique ».

Un espace spécifique de reportages

Made in USA

3Comment présenter ces pratiques du journalisme qui – si elles ne sont pas exclusivement états-uniennes – ont cependant trouvé là leurs expressions les plus abondantes, les plus institutionnalisées aussi ? Elles tentent de rendre compte du monde en contournant l’événement majuscule. Elles enquêtent davantage sur l’ordinaire de la vie sociale, se fixent sur des détails du social (comme les faits divers), des situations ordinaires (la vie des Afro-Américains les plus pauvres ou les routines d’une banque d’affaires) ou des styles de vie (la culture du fast-food, les Hell’s Angels) comme prismes de lecture de la société. Ces reportages ont souvent pour point de départ l’observation du monde depuis la position, parfois le point de vue, de personnages sans prestige social – des soldats du rang au Vietnam chez Michael Herr (1977) ou en Afghanistan chez Sebastian Junger (2010), des sans-papiers mexicains chez Ted Conover (1988), un entrepreneur non conformiste chez Richard Preston (1991). Même les financiers de Solomon Brothers sont restitués chez Michael Lewis (1989) dans leur banalité, voire leur vulgarité. Ce sont aussi des reportages qui se fixent sur des perdants sociaux – des familles noires du ghetto chez Leon Dash (1997) ou Adrian Nicole LeBlanc (2003), des policiers poursuivis pour des abus sexuels chez Lawrence Wright (1994). Ce journalisme vise à la fois à restituer l’objectivité, la factualité des microcosmes qu’il observe, et à faire sens des expériences subjectives de ceux qui y vivent. Il questionne aussi ce qu’implique sa propre position d’observateur.

4Ces « nouveaux journalismes » ont trouvé un espace d’élection aux États-Unis. Les raisons de cet ancrage demanderaient à elles seules une analyse. On y mettra au premier chef le développement précoce d’une offre de magazines (Harper’s, Atlantic Monthly, The New Yorker) permettant des formats d’écriture très longs et aboutissant à institutionnaliser des genres de reportage inédits. Joue aussi la possibilité pour des journalistes déjà consacrés de pouvoir investir des mois dans des enquêtes très longues en prenant appui à la fois sur des financements de fondations comparables aux postdocs, et sur une économie singulière du livre journalistique. Quand la consécration suprême pour un journaliste français est de produire un « essai », un livre aux prétentions intellectuelles, elle est pour leurs homologues états-uniens de donner à des reportages de terrain l’expansion d’un livre : il n’est pas sûr que les publics français y gagnent. S’il fallait esquisser une définition préalable, on pourrait fédérer ces new journalisms – dont la nouveauté a tout de même pour ancêtres les muckrackers, les écrivains reporters comme Hemingway ou Steinbeck, les patrons narratifs du New Yorker depuis 1925 – autour de quatre caractéristiques.

Reportages immersifs

  • 5 Qui l’expédieront tout de même à l’hôpital après la sortie de son livre.

5Il s’agit d’abord de reportages de terrain, souvent liés à de très longs investissements qui peuvent durer des mois ou se prolonger sur des années avant de déboucher sur une production éditoriale. Eric Schlosser (2002) consacre une année à son enquête sur l’industrie du fast-food. Dash (1997) fréquente intensément Rosa Lee et sa famille pendant quatre ans ; Alex Kotlowitz (1998) revient pendant cinq ans enquêter sur les tensions raciales dans les cités jumelles de Benton Harbor et Saint Joseph ; LeBlanc (2003) suit pendant dix ans une famille du Bronx pour produire son livre, et détaille dans la postface de son ouvrage la manière dont elle a passé des jours et des nuits dans des services sociaux, prisons et postes de police, et dans les logements de la famille portoricaine qu’elle suivait. L’idée d’investissement peut aussi être prise dans un sens quasi freudien. Thompson va graduellement apprivoiser les Hell’s Angels5, s’intégrer à leurs bandes au point de rivaliser de témérité avec les leaders dans les chevauchées à moto. Conover offre une autre illustration de ces immersions. Il voyage illégalement dans les trains avec les derniers hoboes pour un de ses livres (Conover, 1984) ; il se fait embaucher comme gardien de prison à Sing Sing pour un reportage sur le système carcéral (Conover, 2000). La manière dont il rend compte de sa façon de travailler sur les immigrants illégaux venus du Mexique dans la préface de Coyotes est éclairante :

  • 6 Les traductions proposées dans cet article sont de son auteur.

Ce que la police des frontières ne connaît pas – ce que peut-être elle ne peut se permettre de connaître – c’est le côté plus humain des hommes et des femmes qu’elle arrête, le drame de leurs vies. C’est le sujet de ce livre. Ce n’est pas un livre sur une politique publique, mais un récit. Il n’a trait aux enjeux politiques que pour autant que j’espère donner corps à une perspective absente du débat sur l’immigration : la perspective de ceux qui en sont les acteurs directs. […] Les termes du débat ont contribué à déshumaniser les Mexicains, à les transformer d’humains en immigrants illégaux. Mais parce que nous, Américains, avons prise sur leurs destinées de tant de façons, il est urgent que nous en sachions plus sur ces gens qui ne demandent guère plus que de nettoyer notre vaisselle, de passer l’aspirateur dans nos voitures et de ramasser nos fruits. […] Comment les connaître ? Il paraissait important d’aller au-delà des coupures de journaux. Les choses vraiment significatives quant aux personnes on ne les apprend pas en menant un entretien, en rassemblant des statistiques, ou en les regardant à la télé, mais en sortant pour vivre avec eux. Pour connaître les Mexicains, vous devez apprendre leur langue, être disposé à vous accommoder de conditions de vie moins confortables que les nôtres et, spécialement si vous avez l’air si différent, et si vous avez été élevé de façon si différente d’eux que je le suis, vous devez croire dans l’idée subversive qu’un humain est un humain, et qu’avec un petit effort les humains, partout, peuvent se comprendre et même s’apprécier les uns les autres. (Conover, 1988, p. xviii-ix)6

6On le voit, ce double parti pris de compréhension et d’intégration au « terrain » fréquenté n’est pas sans liens avec les objectifs et les méthodes des sciences sociales. Rien de surprenant dès lors à ce que des notions comme « journalisme d’immersion » ou « journalisme d’empathie » soient devenues les plus revendiquées par ces journalistes. Pour citer Adrian Nicole LeBlanc :

Imagine le reportage comme d’être immergé dans les eaux. Une fois que tu es sous l’eau tu ne vois pas grand-chose si ce n’est des formes, des images floues. Mais quand tu refais surface tu vois plus clairement. Quand tu sors de l’eau tu es plus conscient de la température, de la qualité de l’air. Il y a certaines sensations que tu ne peux ressentir que quand tu es dans l’eau, et réciproquement quand tu refais surface, et quand tu sors, tu peux penser plus clairement à ce qui était visible quand tu étais dedans. (citée par Boynton, 2005, p. 231)

Un regard sociologisant ?

7Ces reportages sont en second lieu des entreprises d’exploration par le bas de la vie sociale. Ils visent à observer du point de vue d’agents sociaux ordinaires des faits constitués en problèmes publics, des changements dans les mœurs, ou le quotidien de microcosmes sociaux sans prestige ou opaques (adjectif qui peut caractériser une banque d’affaires, une aciérie, un réseau de l’économie souterraine). La lecture de quelques dizaines de volumes issus de ces reportages rend vite sensible à la place accordée à la déviance et aux styles de vie émergents, aux mouvements conservateurs radicaux de l’Amérique contemporaine, mais aussi à un ensemble de tensions qui superposent des clivages ethniques et sociaux avec les migrants latino-américains, les Afro-Américains les plus déshérités, sujets paradoxalement peu présents dans la production des années 1970. Un autre filon thématique concerne l’exploration d’univers professionnels. Il intègre souvent la question de l’impact sur ceux-ci des sciences et des techniques, celle d’une globalisation des marchés et de la force de travail. La quasi-totalité des thématiques mentionnées ici seraient éligibles au sommaire d’une revue de sociologie, de science politique ou d’économie. On peut ajouter au passage que, spécialement dans la génération la plus jeune de ces journalistes, les manières de travailler empruntent à des habitudes académiques (travail en bibliothèque, consultation d’archives, dépouillement de revues scientifiques). Schlosser évoque ainsi ses routines de recherche :

Je commence la plupart de mes projets dans la salle de lecture principale de la bibliothèque publique de New York. Mon processus de recherche consiste par lire d’abord des sources secondaires, puis je vais vers les articles des revues académiques et de là je vais vers les revues du secteur professionnel. Je ne contacte personne aussi longtemps que je n’ai pas réalisé un énorme travail de lecture sur le sujet. Et alors les premières personnes que j’appelle sont généralement celles dont j’ai lu les articles dans des revues académiques ou professionnelles. Je ne veux parler à personne aussi longtemps que je n’ai pas le sentiment d’en connaître un bon bout sur un sujet. Et je trouve que c’est ainsi que les conversations sont bien plus intéressantes. (Schlosser, 2002, p. 351-352)

8Il évoque encore l’usage de la banque de données en ligne Lexis-Nexis. Une minorité significative des journalistes de ce courant – un quart serait un ordre de grandeur, plus d’un tiers dans la « jeune » génération des quinquagénaires – détient des diplômes universitaires qui lui donnent bien plus qu’un badigeon de sciences sociales. Les qualifications vont jusqu’au doctorat, dans les domaines de l’histoire, de l’anthropologie, de la sociologie, de l’économie, ou encore de la civilisation américaine.

9Parler de reportages longs, c’est en troisième lieu expliciter un critère qui tient au format des articles issus de ces enquêtes. Les magazines et suppléments dominicaux permettent des formats pratiquement inconnus en France jusqu’à l’arrivée récente de XXI, Muse ou Feuilleton. Il n’est pas exceptionnel qu’un reportage corresponde au format d’une « nouvelle » en littérature ou d’un article de revue de sciences sociales, occupe de 15 à 50 pages quand il est transcrit dans un livre, se transforme même en un ouvrage de 250 à 500 pages une fois les reportages initiaux combinés et enrichis de matériaux amputés dans la version presse.

  • 7 Qui consiste à condenser dans l’attaque du texte l’essentiel de l’information (qui, où, (...)
  • 8 Voir spécialement le chapitre 2 « Like a novel » et les points 3, 4 et 5 de (...)

10Un quatrième critère découle des précédents. Tant par leur volume, par leurs sujets que par les problèmes de restitution des observations, ces reportages donnent lieu à une intense réflexion sur les formes adéquates d’écriture. De façon assez convergente, celles-ci questionnent et transgressent les limites, les censures, les impuissances expressives que peut engendrer l’écriture de presse codifiée par les principes d’objectivité, de neutralité, la rhétorique de la pyramide inversée7. Les réponses à ces défis varient. La plupart des auteurs revendiquent des emprunts explicites aux techniques romanesques, posture dont Wolfe s’est fait le théoricien dans son manifeste-anthologie (Wolfe et Johnson, 1973)8. D’autres valorisent une mise en scène de leur propre présence comme enquêteurs. D’autres encore questionnent les possibilités d’emprunts à des traditions d’écriture plus ethnographiques.

Raconter des histoires de « vrais gens »

11Comment saisir les singularités de ces reportages, les penser en relation avec le travail des chercheurs en sciences sociales ? Pour emprunter ironiquement à une catégorie chère aux services de promotion de TF1, l’une des grandes forces de ces récits est de produire l’impression de parler avec justesse et précision de « vrais gens » – qu’il s’agisse de groupes populaires ou des interactions les plus ordinaires qui marquent l’existence de métiers ou groupes plus favorisés – et de le faire souvent dans un grand confort de lecture, par des narrations attentives à une profondeur des décors, à une restitution des affects et sensibilités.

Quelques techniques d’écriture

12Une première ressource de ces narrations tient dans le parti pris de restituer le détail des existences des personnes et des groupes objets du reportage. Coyotes (Conover, 1988) décrit ainsi la dureté et la monotonie des journées de cueillette des agrumes, que l’on passe perché au sommet d’échelles, sur des arbres parfois dotés de piquants acérés, avec de pesants sacs de fruits qui écrasent les muscles, la pellicule de produits phytosanitaires qui bleuit les mains et engendre à la fois des maladies et des vergers sans le moindre insecte. Mais le récit de Conover n’est pas une froide approche behavioriste. Il veut aussi restituer le rapport vécu à ce labeur qu’il suggère sans jouer au porte-parole, ni produire un discours surplombant, en restituant des bribes de conversations au petit-déjeuner, lors d’un voyage vers une autre exploitation, éventuellement des expressions plus intimes qui ne viennent qu’au terme de longs processus d’apprivoisement. Plus précisément, c’est la palette des émotions que ces reportages valorisent souvent. Objet largement refoulé jusqu’à une date récente (Goodwin et al., 2001 ; Traïni éd., 2009) par une sociologie qui ne savait qu’en faire et redoutait de glisser par là sur une pente psychologisante, les émotions sont mises en valeur par les reportages. Les chroniques de Herr (1977) sur le Vietnam contiennent toute une déclinaison des manifestations de la peur et des manières de la gérer ou de s’y noyer. L’ultime partie du livre de Junger (2010) sur la guerre en Afghanistan, sobrement intitulée « Love », pourrait alimenter un travail de gender studies sur les régimes émotionnels masculins. Le récit de Lewis (1989) sur les traders de Solomon Brothers est un des textes les plus éclairants qui soient sur la composante autiste, la bulle sociale construite par des équipes de traders et de financiers, dont l’auteur montre qu’elle tient à la fois à des journées de travail interminables dans le confinement des bureaux et à la capture des opérateurs dans une illusio du profit comme jeu sérieux.

13Cette valorisation des subjectivités passe par des techniques. L’une d’elles est le portrait. Là où il est rare que celui-ci excède un encadré dans les textes de sciences sociales, il peut être très long, naître de notations ou de focalisations répétées. Schlosser utilise ainsi le cas de Kenny, ouvrier d’origine mexicaine, victime à répétition d’atroces accidents du travail, pour illustrer à la fois la dévotion d’une partie des salariés aux exigences de l’entreprise et la férocité d’une quasi-inexistence de protection sociale (2002, p. 186-190). Lewis rend intelligibles les dispositions et l’humeur des spéculateurs en focalisant une part de sa narration autour du personnage de Ranieri, chef du juteux service des hypothèques. Empruntée à James Joyce et William Faulkner, la technique du stream of consciousness permet aussi d’attribuer à un protagoniste, sous forme de monologue intérieur, des expressions, des affects, une réflexivité sur une situation. Souligner les combinatoires entre peinture des cadres spatio-temporels de l’action, des personnages d’un côté et des émotions et subjectivités de l’autre, c’est aussi mettre l’accent sur la capacité de ces reportages à reconstituer des ambiances, comme mixtes de faire, d’être et de sentir. L’exercice est illustré chez Preston (1991), quand il rend compte de la montée de la tension – liée aux enjeux économiques et à la dangerosité physique du travail sur le métal en fusion – qui accompagne les échecs répétés dans la mise en marche d’une aciérie reposant sur le recyclage de carcasses de voitures. Il l’est aussi dans la capacité de John Harr (1995) à restituer la fantastique pression que font peser sur le défenseur des victimes d’une intoxication chimique l’hyper-formalisme d’un procès civil, la technicité des dossiers et la disproportion des ressources face aux lawyers des entreprises qu’ils poursuivent.

14Une autre technique destinée à restituer ambiances et subjectivités peut tenir à la présence du narrateur dans son récit. Certains journalistes s’y refusent, limitant l’expression de leurs réactions aux préfaces et postfaces. D’autres le font, tantôt sur un mode exhibitionniste – revendiqué par Thompson qui définissait son Gonzo Journalism non comme celui de la mouche sur le mur cher à Wolfe, mais de la mouche qui se jette dans le verre de lait pour créer l’action –, tantôt, chez Conover, parce que leur présence permanente dans les interactions dépeintes rend ce choix malaisément réfutable (Boynton, 2005, p. 23-24). Cette présence du narrateur rend ambiances et émotions intelligibles – quand Herr rend compte de sa première audition de rafales en accompagnant une patrouille et de la conscience qu’elles veulent aussi dire danger de mort pour lui – ou permet de faire sens des actions des protagonistes – quand Krakauer (1997) ouvre une digression sur un épisode de sa jeunesse où il prend un risque mortel, pour rendre intelligible la conduite du personnage central du récit, le jeune McCandless.

  • 9 Voir la polémique suscitée en 1984 par la publication, dans la Revue française de socio (...)

15Le potentiel des reportages est indissociable d’une observation faussement banale : ils racontent des histoires. Ils énoncent qu’« il était une fois… », enchaînent des épisodes, organisent rebonds ou flash-back, peuvent capturer le lecteur dans la dynamique de péripéties, d’une intrigue. La présence de dialogues, procédé qui apparaîtrait en sciences sociales comme un flirt avec le pittoresque, cherche à restituer les intonations, le style, le lexique – précieux, technique ou ordurier – d’un personnage ou d’un groupe. C’est aussi la licence d’utiliser toute une palette de formes qu’offrent les narrations. On a mentionné les monologues intérieurs. Il s’agit aussi des alternances de niveaux de langage, des irruptions de l’auteur comme équivalent d’un chœur antique, des tentatives pour inventer des langages qui restituent des sonorités, cherchent des échos ou des homologies avec les univers sociaux visités. Wolfe l’illustre au paroxysme, avec ses inventions typographiques, les répétitions, les onomatopées et le festival de métaphores, propres à son style « pyrotechnique », dont un des possibles effets, pour le lecteur universitaire, est aussi de réaliser l’étroitesse du basic french de la plupart des articles de sciences sociales. Des titulaires de bac + 8 semblent mettre un étrange point d’honneur à ne pas ajouter au jargon de leur discipline l’usage d’un français (ou d’un anglais) trop riche, et regardent même d’un œil suspicieux tout usage créatif du langage9.

  • 10 La traduction française de A Civil Action, déclenchée par son adaptation en (...)

16Raconter des histoires, a fortiori les étirer au format d’un livre, c’est aussi disposer d’une place tout autre que les journalistes ordinaires. Proust n’aurait pu éclairer ni le temps qui passe, ni les trajectoires sociales du côté des Guermantes ou du salon Verdurin (Bidou-Zachariasen, 1997) s’il avait écrit dans les formats d’un Modiano, et a fortiori d’un article de la Revue française de sociologie. Le rapprochement fait directement sens pour Random Family (LeBlanc, 2003) dont les 400 pages ne sont pas inadéquates au projet journalistique de suivre une famille du Bronx sur dix ans, de décrire des processus de vieillissement social, de quête de la maturité par des adolescents devenant adultes. Les 500 pages de A Civil Action (Harr, 1995) sont fonctionnelles eu égard à la complexité et à la durée du contentieux marathon dont le reportage rend compte. Un parti narratif permet, par l’accumulation des scènes, des notations travaillées, de construire graduellement des cadres de perception de personnages, d’institutions, de procéder par accumulation indicielle pour produire une lisibilité de leurs évolutions, toutes choses peu accessibles dans les formats courts du journalisme classique ou des revues scientifiques. Une part des new journalisms se confronte ici à des défis qui sont aussi ceux pris en charge par des sciences sociales ouvertes aux apports de l’ethnographie, attentives aux effets de récit. Faut-il ajouter qu’un des rendements du parti pris narratif est un confort de lecture. Parce qu’il mobilise des codes, des horizons d’attente familiers dans des cultures où romans, histoires illustrées, séries télévisées sont des formes narratives omniprésentes, ces récits ont une machinerie silencieuse, une syntaxe si familière qu’elle ne sollicite pas l’effort conscient. La présence d’une forme d’énigme dans une bonne part des récits contribue aussi à une agréable tension de la lecture : l’aciérie d’une technologie nouvelle sera-t-elle rentable dans le livre de Preston (1991), les victimes de la pollution de l’eau gagneront-elles le procès (Harr, 1995)10, le Caravage disparu sera-t-il retrouvé dans un autre reportage de Harr (2005) ? Ces récits s’opposent en cela structurellement à la littérature de sciences sociales dont un collaborateur de Libération relevait jadis – dans une remarque d’une sottise stimulante – qu’avec ses considérations de méthodes et ses notes de bas de page, elle faisait penser à un restaurant gastronomique où le serveur lirait à voix haute la recette et les instruments utilisés pour l’exécuter pendant que les convives tenteraient de savourer leur commande.

Pas une sociologie populaire, mais des questions aux social scientists…

17Insister sur la dimension des expériences, l’insertion des protagonistes dans des intrigues, drames et suspens, ne doit pas suggérer que ces reportages fonctionnent au human interest, à la sollicitation d’un pathos ou d’une curiosité un peu voyeuriste. Ils sont d’une grande richesse pour apporter, de façon souvent pédagogique, une foule de connaissances sur le fonctionnement d’univers professionnels. Le lecteur peut y trouver, sous une forme assimilable, des connaissances techniques : Schlosser explique comment les chimistes créent des arômes flatteurs dans les mets du fast-food, Harr fait pénétrer dans le monde des restaurateurs de tableaux. Comme le permettent beaucoup des récits policiers, ces reportages offrent des supports d’« évasion dans la réalité » (Collovald et Neveu, 2004). Ils peuvent répondre aux attentes de lecteurs qui cherchent à la fois une détente, la capture dans un récit prenant et les déclinaisons d’un réalisme qui concerne à la fois la peinture de microcosmes, des rapports qui s’y nouent, des outils et techniques qui y fonctionnent, de ce réalisme que Brecht définissait comme « ce qui dévoile la causalité complexe des rapports sociaux, qui est concret tout en facilitant le travail d’abstraction… » (Brecht, 1970, p. 117). La conclusion de cette évocation ne sera pas – on dira pourquoi bientôt – d’annoncer la découverte merveilleuse de quelque chose comme une sociologie populaire, enfin débarrassée de sa gangue de jargon, sachant dire en brèves de comptoir les chaînes causales les plus complexes. Mais, la force narrative et pédagogique de ces textes doit alimenter une réflexion critique sur l’écriture en sciences sociales.

18Hormis le fait de pouvoir écouler plus de textes dans la logique du publish or perish, que gagne – plus exactement que perd ? – la communauté des sciences sociales à la contraction croissante vers 30 000 signes des formats d’articles ? On sollicitera aussi les réflexions de Clifford Geertz sur les bienfaits de la thick description, la pertinence d’une attention au « microscopique » dans les terrains, qu’il justifie non par des considérations esthétiques mais comme l’outil par lequel :

… il est possible de donner aux méga-concepts qui affligent les sciences sociales contemporaines – légitimité, modernisation, intégration, conflit, charisme, structure – cette sorte de réalité sensible qui permet de penser non seulement de façon réaliste et concrète à leur propos, mais, ce qui importe bien davantage, de façon créatrice et imaginative avec eux. (Geertz, 1993, p. 23)

  • 11 Tableaux de famille (Lahire, 1995) suggère l’inverse.

19Ces remarques ont-elles conjuré chez les chercheurs la peur intériorisée que toute description appuyée, tout travail sur les mots ne soient que chute dans le péché de littérature ? Si Une saison à la Mecque (Hammoudi, 2005) peut éclairer l’expérience du Hadj pour un lecteur non musulman, est-ce malgré ses longues descriptions factuelles ou grâce à elles ? Si on peut questionner la minceur de leurs conclusions théoriques, Lisus et Ericson (1995) avaient-ils un autre choix que de raconter les étapes et l’expérience d’une visite pour rendre compte du dispositif du musée Wiesenthal de Los Angeles, qui s’emploie à faire comprendre la tolérance et le génocide des juifs d’Europe en empruntant aux formats et ressorts des émissions de télévision ? S’essayer à des fins analytiques à des portraits appuyés est-il sociologiquement stérile11 ? Et pourquoi le fait de réfléchir à des métaphores qui puissent mettre en branle la pensée, ou de peser un adjectif, devrait-il faire suspecter le goût des afféteries ou une poétique dissimulation de carences scientifiques ? Si onze centièmes peuvent faire une différence digne de commentaire sur un coefficient de corrélation, les usages de cet autre moyen de restituer le monde qui se nomme langage demandent la même attention aux détails, que ce langage soit celui enregistré sur le terrain ou celui choisi par l’analyste. Geertz évoque le couple twitch wink : il faut à la fois bien regarder et bien choisir ses mots pour dire si, dans une proximité physique, un battement de paupière était un mouvement réflexe ou un clin d’œil.

L’asymétrie du comprendre et de l’expliquer

20Le meilleur du journalisme littéraire peut parfois rejoindre le meilleur des sciences sociales dans le souci réfléchi de ne pas penser comme alternatives ou incompatibles les deux démarches fondamentales d’intelligence du social : expliquer et comprendre, dégager des mécanismes objectifs de causalité et saisir comment les agents sociaux font sens de leurs expériences et y naviguent. Un sociologue qui lit ces reportages ne peut cependant manquer de considérer que ce qui distingue ces textes des siens, les rend souvent plus accessibles ou plus séduisants, a aussi pour coût une asymétrie presque systématique entre l’expliquer et le comprendre.

Des techniques… et des artifices

  • 12 Qui, donnant crédit aux dénonciations de ses filles, s’accuse d’abus sexuels à leur enc (...)

21Une première question concerne des enjeux prosaïques de représentativité. La logique du contrôle par les pairs contraint les chercheurs à justifier le choix d’un terrain : est-il représentatif et de quoi ? Que permet-il de voir et qu’interdit-il de saisir ? Les journalistes sont largement émancipés de ces contraintes, et il suffit plus d’une fois que l’actualité place un événement sous ses feux, qu’un terrain ou un personnage leur semble pittoresque ou fascinant pour devenir objet de leur attention, sans que cela s’accompagne de garanties de représentativité ou d’importance. Au-delà du fait de rappeler le legs de Henry David Thoreau à la culture états-unienne, l’histoire de Christopher McCandless, dont Into the Wild (Krakauer, 1997) suit la trace jusqu’à sa mort en Alaska, comporte-t-elle une signification qui dépasse son cas, permette de comprendre des sensibilités chez une partie des jeunes états-uniens ? En soulignant qu’il a choisi ce cas à partir d’une interrogation de Lexis-Nexis où, usant des mots-clés « syndrome de fausse mémoire » / « satanisme » / « abus sexuels », l’unique réponse obtenue fut l’étrange histoire du shérif Ingram12, Lawrence Wright montre-t-il qu’il a déniché de façon scientifique un cas représentatif, ou laisse-t-il suspecter qu’il a sélectionné une combinaison rarissime de comportements, fait mousser un hapax événementiel ? Le stock-car que découvre Wolfe (1965) lui fait-il écrire 50 pages emballées… pour sa signification sociale ou pour le pittoresque que sa posture aristocratique y décèle ? Il y a là un premier décalage avec une recherche raisonnée qui ne pose rien moins que la question de ce qui peut être inféré ou généralisé même d’admirables reportages. Pose aussi problème la revendication de certains journalistes – Wolfe étant ici le plus ambitieux – d’accéder à une forme d’ubiquité sociale, à pouvoir, par imprégnation, en étant the fly on the wall, pénétrer les êtres et les milieux sociaux les plus divers au point de pouvoir entrer dans leurs têtes. La posture revient à revendiquer une disposition de « receveur universel » des subjectivités et des expériences, une capacité à faire sens à une vitesse remarquable des trames de contraintes objectives et de significations dans lesquelles sont prises toutes sortes d’agents sociaux. Cela revient à s’attribuer une capacité d’empathie et de pénétration que les plus grands sociologues de terrain hésiteraient à s’attribuer. Avec son sens de la formule en forme de coup de revolver, Thompson recadrait ainsi la prétention de Wolfe : « Les gens avec qui il est bien sont ternes comme des crottes de chien et il n’est pas à l’aise avec ceux qui le fascinent ». On retrouve par ricochet la question du monologue intérieur. Il peut constituer un artifice littéraire encadré et sécurisé quand l’auteur – c’est la position de LeBlanc – le remplit de fragments réellement produits par ses contacts dans des lettres, entretiens, conversations téléphoniques, ou via d’ingénieux procédés comme le prêt d’un dictaphone devant lequel ses interlocutrices peuvent se livrer. Lorsque le procédé est utilisé à l’issue de contacts moins approfondis, sans le garde-fou d’emprunts à des énoncés explicites des personnes mises en scène, le risque est grand d’entrer dans l’univers de la pure fiction, de produire des pensées qui parlent autant de celui qui tient la plume que du for intérieur de ceux ainsi ventriloquisés.

Les logiques causales : ennuyeuses ou cachées ?

22Mais l’opposition la plus essentielle entre reportages et travaux de sciences sociales réside dans le fait que la richesse des analyses sur le « comment ? » ne s’accompagne pas d’une investigation équivalente des « pourquoi ? ». Il arrive que la formule interactionniste « How is why » ait quelque consistance, et que les reportages soient l’équivalent sans appareil théorique d’une mise en évidence d’engrenages, de logiques de « carrières » : comment s’intégrer aux Hell’s Angels, survivre au Vietnam ou dans l’économie souterraine où vivent Rosa Lee et les « enfants du Bronx » ? Mais il est exceptionnel que les déterminants profonds des phénomènes sociaux décrits soient explicités, tout simplement accessibles. Si l’intelligibilité que produisent les sciences sociales consiste à apporter sur des faits sociaux, dont on a su éclairer les dimensions vécues et subjectives, un éclairage objectivant et froid qui réarticule des microcosmes dans le macrocosme, qui mette en lumière des chaînes d’interdépendance produisant des effets locaux, et qui construise des systèmes hiérarchisés d’explications causales, les reportages sollicités ici n’ont pas cet appareil explicatif. Ils rendent des expériences intelligibles, font entrer dans des mondes sociaux ignorés ou peu accessibles, vulgarisent des savoirs ou des activités, mais ils ne proposent pas une « explication » dans l’acception des sciences sociales. Répétons-le, formuler ce reproche n’est en rien assigner ce journalisme au seul « vécu ». Par le choix d’une méthode, simple et subversive, qui est de prendre pour objet non pas la campagne de Richard Nixon, mais les interactions entre Nixon et le « pack » de journalistes politiques trimballés d’avions en bus sur les sites de campagne, Timothy Crouse (1974) produit un livre dont s’inspirent encore, trente ans après, les sociologues du journalisme. Les livres de Lewis apporteront plus d’éléments de compréhension des mécanismes des crises boursières que les soporifiques explications des économistes libéraux invités par les médias lors de chaque effondrement financier. La vie de Rosa Lee, racontée par Dash, permet selon les termes mêmes de l’auteur de comprendre comment une personne peut à la fois être perdue dans le monde ordinaire où l’on doit payer ses factures et prodigieusement efficace dans le monde chaotique de l’extrême pauvreté et de l’économie souterraine. Le point problématique n’est donc pas la vacuité explicative de ces reportages, mais leur moindre force sur ce terrain que sur celui de la posture compréhensive. Comment en rendre compte ?

23Une première réponse tient au fait que tel n’est pas le dessein des journalistes. Leur pacte de lecture est autre. Reprenons la formule de Conover en ouverture de son livre sur les migrants mexicains : « Ce n’est pas un livre sur une politique publique, mais un récit. » Il s’agit, pour reprendre une formule usée, de « donner à voir », mais pas d’imposer ni même de proposer au lecteur une grille interprétative ou le démontage d’un système. Joue aussi sur ce terrain une idéologie de l’objectivité qui associe interprétation et prise de position. Il est symptomatique que les prises de position plus normatives, mais aussi les esquisses de mise en perspective globale ou les suggestions d’action soient presque toujours renvoyées à des espaces de paratexte (postface, annexes) où des auteurs (Dash, Kotlowitz, LeBlanc) suggèrent explicitement l’existence d’injustices sociales.

24Une seconde raison tient au fait que l’ajout d’explications, de mises en perspective globales, vient interférer sur le fil narratif, fait sortir du raconter. Déplacer le curseur dans le sens d’une place plus grande donnée à l’explicitation de mécanismes de causalité, c’est prendre le risque d’affecter le confort de lecture, la vitesse narrative, en dernière analyse le succès du texte. En se gardant de donner à cette distinction le sens d’une distribution des prix, on peut relever que les reportages qui offrent le plus dans le cumul du comprendre et de l’expliquer relèvent dans l’échantillon de deux types d’auteurs. Crouse et Lewis sont dans la situation singulière de produire une forme d’auto-ethnographie (un journaliste suit des journalistes, un trader explore la banque d’affaires) de leur propre milieu, avec les ressources d’un insider. Mais si là, l’objectivation de mécanismes sociaux est forte, elle reste aussi comme en kit : série d’observations, de pistes et de principes explicatifs qu’il appartient largement au lecteur de théoriser si telle est son attente. Sur un autre registre, les livres issus de reportages les plus denses en appareil critique de notes et de bibliographie, en visée de démontage d’une économie – dans la polysémie du terme – du fast-food ou des prisons privées, qui supposent des mouvements de zooms du micro au macro, sont le fait de journalistes – Schlosser (2002) ou Hallinan (2001) sur les prisons – qui revendiquent un engagement lié à la tradition des muckrackers. Ils donnent aussi des textes et des volumes plus longs, moins fluides à lire.

25Une troisième donnée, essentielle, tient au fait que, le plus souvent, les journalistes ne peuvent pas procéder à cet approfondissement des mécanismes de causalité car les rapports de force, influences et chaînes d’interdépendance qui affectent ce qui advient dans les microcosmes étudiés, ne sont intelligibles qu’en prenant en considération le macrocosme social. Expliciter ces causalités supposerait donc des changements de focale, des investigations autres. Elles demanderaient de s’éloigner du lieu et des interactions où s’expriment avec le plus de force l’art et la compétence du journaliste, où s’alimentent en couleurs, en personnages et en arrière-plans institutionnels la machine narrative, la séduction d’une histoire. Un exemple des limites sociales d’un métier de reporter est offert par Thompson. Hell’s Angels peut à la fois être décrit comme un exercice extraordinaire de pénétration dans un monde social hostile, une ethnographie splendide… et comme un texte qui n’a rien à dire sur des questions aussi élémentaires que « Qui s’investit dans les Hell’s Angels ? ». Thompson risque bien une hypothèse : celle d’une prédisposition de jeunes issus de familles ayant accumulé les mobilités spatiales. Il s’agit au mieux d’un morceau du puzzle, mais si la cause efficiente était là, une proportion notable de la jeunesse états-unienne appartiendrait à ces groupes. Un des points les plus difficiles du métier de sociologue est bien de penser relationnellement, de comprendre que la clé des rapports dans l’atelier peut être à chercher dans l’école (Beaud et Pialoux, 2012). L’observation vise aussi à souligner que, sauf à nier l’existence d’un « métier » de sociologue, il y aurait quelque abus à blâmer les journalistes pour ne pas rendre à la fois un reportage et une thèse.

  • 13 On peut penser à l’accueil fait au livre de Florence Aubenas, Le quai de Ouistreham (20 (...)

26Ce coup de projecteur sur un journalisme dont divers signes suggèrent qu’il est en passe de trouver relais et équivalents en France13 invite à une série de réflexions qu’on se contentera ici de ramener à quatre poteaux indicateurs.

27Le premier concerne précisément les manières d’institutionnaliser et de valoriser un tel journalisme en France. Il est de ceux vers lesquels devraient aller les aides à une presse qui soit un aliment de la vie démocratique, parce que ces reportages produisent une intelligence du social. On trouvera aussi dans un rapport éclairant produit par Leonard Downie et Michael Schudson (2009) des exemples états-uniens de coopération entre presses universitaires et écoles de journalisme d’un côté, journalisme de reportage de l’autre, qui suggèrent des dispositifs très pratiques d’appui mutuel.

28Le deuxième serait de questionner pourquoi les deux modalités du journalisme les plus inspirées des sciences sociales, celui – ethnographisant – évoqué ici et celui, plus objectivant, dit « precision journalism » (Meyer, 2002), qui s’emploie à exploiter de grandes masses de données statistiques, vivent des existences parallèles et, par là, sans rencontres. Leur combinaison ne permettrait-elle pas les nécessaires zooms micro-macro, l’articulation des analyses causales et de la chaleur des vécus et expériences ? Quelles formations professionnelles des journalistes les rendraient alors opérationnels de concert ?

  • 14 Voir les pages qu’il consacre à cette question des écritures en sciences sociales dans (...)

29Prendre la peine de lire quelques-uns de ces reportages peut aussi constituer pour les chercheurs la gâchette d’utiles interrogations critiques, une invite à désinhiber leurs manières d’écrire vers plus de thick description. Le risque est bien sûr – comme le font les mauvais historiens ou ethnologues – de séduire en racontant un terrain exotique ou exotisé. Rien n’interdit à l’inverse de montrer avec plus de finesse comment fonctionnent des causalités, se vivent des insertions sociales, se développent des stratégies en prenant appui sur un surcroît de précision des descriptions, d’empathie qui aide à pénétrer les subjectivités des agents sociaux. Les petits détails des récits de La misère du monde (Bourdieu éd., 1993) ne sont-ils pas souvent ce qui permet de questionner, d’esquisser des explications ? Désinhiber l’écriture peut aussi vouloir dire expérimenter des modalités résolument « narratives » de restitution des terrains qui ne conduiront pas qu’à raconter des histoires comme le montre la polyphonie théorisée des trois textes de Loïc Wacquant dans son Corps et âme (2000)14.

30Penser coopération et hybridation, c’est encore considérer que des extraits de tels reportages injectés dans des travaux universitaires leur donneraient une chair qui leur fait parfois défaut, qu’une intervention synthétique d’un chercheur en annexe de beaucoup de ces livres de journalistes leur donnerait une capacité explicative accrue. Beaucoup de ces journalistes familiers du terrain feraient aussi de meilleurs chroniqueurs de livres de sciences sociales proches de leurs objets que bien des journalistes des pages Livres. Peu familiers des terrains analysés, ceux-ci appliquent souvent aux sciences sociales des critères (la modernité, la nouveauté) plus propres à chroniquer la mode, évaluent l’excellence à l’aune de la proximité d’une recherche aux engouements et catégories de pensée propres aux élites médiatiques. Au-delà de convergences de méthodes et d’échanges mutuellement profitables sur les manières productives d’écrire le monde social, l’essor de « nouveaux » journalismes, la construction d’un dialogue critique entre leurs pratiquants et les chercheurs est riche d’autres enjeux. Il ne s’agit de rien de moins que de donner dans l’espace public une visibilité élargie à des façons plus éclairantes de faire sens de la complexité du monde social, de combiner les approches trop souvent tenues pour incompatibles d’une analyse à partir de « vies minuscules » et de causalités systémiques afin d’intellectualiser le débat public sans jamais s’éloigner de la matérialité des expériences.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aubenas Florence, 2010, Le quai de Ouistreham, Paris, Éditions de l’Olivier.

Beaud Stéphane et Pialoux Michel, 2012 [1999], Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot et Sochaux-Montbéliard, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Becker Howard S., 2001, « Georges Perec’s experiments in social description », Ethnography, vol. 2, no 1, p. 63-76.
DOI : 10.1177/146613801002001003

— 2009, Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, La Découverte.

Bidou-Zachariasen Catherine, 1997, Proust sociologue . De la maison aristocratique au salon bourgeois, Paris, Descartes et Cie.

Bourdieu Pierre éd., 1993, La misère du monde, Paris, Le Seuil.

Boynton Robert, 2005, The New New Journalism, New York, Vintage Books.

Brecht Bertold, 1970, Écrits sur la littérature et l’art, t. 2, Sur le réalisme, Paris, L’Arche.

Collovald Annie et Neveu Erik, 2004, Lire le noir. Enquête sur les lecteurs de récits policiers, Paris, Éditions de la BPI.

Conover Ted, 1984, Rolling Nowhere. Riding the Rails with America’s Hoboes, New York, Viking Press.

— 1988, Coyotes. A Journey Through the Secret World of America’s Illegal Aliens, New York, Random House.

— 2000, Newjack. Guarding Sing Sing, New York, Vintage Books.

Crouse Timothy, 1974, The Boys on the Bus, New York, Random House.

Dash Leon, 1997, Rosa Lee, New York, Plume.

Downie Leonard et Schudson Michael, 2009, « The reconstruction of American journalism » [en ligne], Columbia Journalism Review, 19 octobre, [URL : http://www.cjr.org/reconstruction/the_reconstruction_of_american.php?page=all], consulté le 18 avril 2012.

Geertz Clifford, 1993 [1973], The Interpretation of Cultures, Londres, Fontana Press.

Gitlin Todd, 1987, The Sixties. Years of Hope. Days of Rage, New York, Bantam.

Goodwin Jeff, Jasper James M. et Polletta Francesca, 2001, Passionate Politics. Emotions and Social Movements, Chicago, The University of Chicago Press.

Hallinan Joseph T., 2001, Going up the River. Travels in a Prison Nation, New York, Random House.

Hammoudi Abdellah, 2005, Une saison à la Mecque. Récits de pèlerinage, Paris, Le Seuil.

Harr John, 1995, A Civil Action, New York, Vintage Books (Préjudice, Paris, Robert Laffont, 1999).

— 2005, The Lost Painting, New York, Random House.

Hatzfeld Jean, 1994, L’air de la guerre. Sur les routes de Croatie et de Bosnie-Herzégovine, Paris, Le Seuil.

— 2001, Dans le nu de la vie. Récits des marais rwandais, Paris, Le Seuil.

— 2003, Une saison de machettes, Paris, Le Seuil.

— 2007, La stratégie des antilopes, Paris, Le Seuil.

Herr Michael, 1977, Dispatches, New York, Knopf (Putain de mort, Paris, Albin Michel, 2010).

Junger Sebastian, 2010, War, New York, Twelve.

Kotlowitz Alex, 1998, The Other Side of the River. A Story of Two Towns, New York, Anchor.

Krakauer Jon, 1997, Into the Wild, New York, Bantam Doubleday (Voyage au bout de la solitude, Paris, Presses de la Cité, 1997).

Lahire Bernard, 1995, Tableaux de famille, Paris, Le Seuil - Gallimard.

LeBlanc Adrian Nicole, 2003, Random Family. Love, Drugs, Trouble and Coming of Age in the Bronx, New York, Scribner (Les enfants du Bronx, Paris, Éditions de l’Olivier, 2006).

Le Guilledoux Dominique, 2003, Si je mourais là-bas en Tchétchénie, Paris, Fayard.

Lewis Michael, 1989, Liar’s Poker, New York, Norton.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lisus Nicola et Ericson Richard, 1995, « Misplacing memory : the effect of television format on the Holocaust remembrance », British Journal of Sociology, vol. 46, no 1, p. 1-19.
DOI : 10.2307/591620

Meyer Philip, 2002, Precision Journalism. A Reporter’s Introduction to Social Science Methods, Lanham, Rowman & Littlefield.

Nivat Anne, 2000, Chienne de guerre, Paris, Fayard.

— 2004, Lendemains de guerre en Afghanistan et en Irak, Paris, Fayard.

— 2008, Bagdad, zone rouge, Paris, Fayard.

Passeron Jean-Claude, 2006 [1991], Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel.

Perec Georges, 1974, Espèces d’espaces, Paris, Galilée.

— 1978, La vie mode d’emploi, Paris, Hachette.

Preston Richard, 1991, American Steel, New York, Prentice Hall.

Schlosser Eric, 2002, Fast-Food Nation. The Dark Side of the All-American Meal, Harmondsworth, Penguin (Fast-Food Nation, Paris, Autrement, 2006).

Thompson Hunter, 1967, Hell’s Angels, Londres, Penguin (Hell’s Angels, Paris, Robert Laffont, 2000).

Traïni Christophe éd., 2009, Émotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po.

Underwood Doug, 2008, Journalism and the Novel. Truth and Fiction, Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Wacquant Loïc, 2000, Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone.

— 2009, « The body, the ghetto and the penal state », Qualitative Sociology, vol. 32, no 1, p. 101-129.

Wolfe Tom, 1965, The Kandy-Kolored Tangerine-Flake Streamline Baby, New York, Farrar, Straus and Giroux.

— 1970, Radical Chic & Mau-Mauing the Flak Catchers, New York, Farrar, Straus and Giroux.

— 1976, Mauve Gloves & Madmen, Clutter and Wine, New York, Farrar, Straus and Giroux.

Wolfe Tom et Johnson Edward W., 1973, The New Journalism, New York, Harper and Row.

Wright Lawrence, 1994, Remembering Satan, New York, Vintage Books.

Haut de page

Notes

1 Ce texte synthétise la conférence donnée à l’ENS de Lyon le 16 décembre 2011 à l’occasion de la journée « Médias et sciences humaines » organisée par la revue Tracés. Cette intervention s’inspirait d’une communication plus étoffée présentée à la 6e General Conference du European Consortium for Political Research, Reykjavik, 25-27 août 2011, sous le titre « US new journalisms : inventing a sociological style of reporting ? ».

2 Auxquels le livre d’entretiens de Robert Boynton (2005) fournit une remarquable introduction, faisant une large part à leurs méthodes d’enquête et d’écriture.

3 Pour une synthèse sur les États-Unis, voir Underwood (2008).

4 Becker s’interroge ailleurs sur ce qu’un sociologue peut tirer des textes de Perec (Becker, 2001).

5 Qui l’expédieront tout de même à l’hôpital après la sortie de son livre.

6 Les traductions proposées dans cet article sont de son auteur.

7 Qui consiste à condenser dans l’attaque du texte l’essentiel de l’information (qui, où, quand, comment, pourquoi, quels effets) que l’on va développer ensuite.

8 Voir spécialement le chapitre 2 « Like a novel » et les points 3, 4 et 5 de l’« Appendix », à propos des écrivains qui pourraient être (ou non) des précurseurs.

9 Voir la polémique suscitée en 1984 par la publication, dans la Revue française de sociologie (vol. 25, no 4, p. 703-710), par Michel Verret, de comptes rendus de lecture dans un style débiteur de Francis Ponge.

10 La traduction française de A Civil Action, déclenchée par son adaptation en film, sous le titre Préjudice, a fait l’objet d’une republication, en 2003, dans une collection policière (Thriller chez Pocket).

11 Tableaux de famille (Lahire, 1995) suggère l’inverse.

12 Qui, donnant crédit aux dénonciations de ses filles, s’accuse d’abus sexuels à leur encontre et de participation à des messes noires avec sacrifices de fœtus, toutes choses dont la réalité semble douteuse, mais dont l’aveu aboutit à une condamnation irréversible à la prison…

13 On peut penser à l’accueil fait au livre de Florence Aubenas, Le quai de Ouistreham (2010), aux reportages de Jean Hatzfeld (1994, 2001, 2003, 2007), Anne Nivat (2000, 2004, 2008) ou Dominique Le Guilledoux (2003), au succès du magazine XXI, ainsi qu’à la floraison de magazines inspirés de sa formule.

14 Voir les pages qu’il consacre à cette question des écritures en sciences sociales dans un article récent (Wacquant, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erik Neveu, « « Nouveaux » journalismes d’enquête et sciences sociales. Penser emprunts, écarts et hybridations », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://traces.revues.org/5536 ; DOI : 10.4000/traces.5536

Haut de page

Auteur

Erik Neveu

professeur à l’Institut d’études politiques de Rennes, membre du laboratoire CRAPE (Centre de recherches sur l’action politique en Europe, CNRS, Sciences Po Rennes, Université Rennes 1)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page