Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Médias et sciences humaines

Introduction. Médias et sciences humaines et sociales : collaborations, diffusions, nouveaux formats

Samuel Hayat et Anton Perdoncin
p. 141-149

Texte intégral

  • 1 Les textes rassemblés ici proviennent de communications délivrées lors de la journé (...)
  • 2 Dont témoigne, par exemple, la série « Enquêtes de terrain » dans la collection « Textes à (...)

1Le constat, paradoxal en apparence, peut être fait d’une proximité et d’une étanchéité conjointes des médias et des sciences humaines et sociales1. D’un côté, le journalisme est à certains égards la pratique professionnelle la plus proche des sciences humaines et sociales : journalistes et chercheurs partagent une commune pratique du « terrain »2, des canaux de formation peu différenciés, du moins dans les premières années universitaires, ainsi qu’un objectif similaire, décrire le monde social d’une façon indépendante des pouvoirs. Ce dernier trait est d’autant plus important qu’il rapproche la visée critique partagée par beaucoup des praticiens de ces métiers, pouvant aller jusqu’à l’idée d’incarner un contre-pouvoir.

2Mais d’un autre côté, ce constat de proximité semble être battu en brèche par des formes d’étanchéité entre les deux mondes, qui se nourrissent principalement de deux facteurs. D’une part, la méfiance d’une partie du monde académique à l’égard du journalisme (Bourdieu, 1996 ; Benson et Neveu éd., 2005), à laquelle répond une forme d’anti-intellectualisme parmi les élites journalistiques, qui peuvent voir chez les chercheurs en sciences humaines des concurrents dans la grande entreprise d’énonciation d’un discours autorisé sur le monde social (Neveu, 2009, p. 5). D’autre part, les processus disjoints de consolidation des deux univers, via la spécialisation croissante des recherches et des logiques professionnelles en sciences humaines, et la rationalisation de l’organisation du travail journalistique, qui prive de plus en plus les journalistes de la possibilité de mener des enquêtes longues et approfondies.

  • 3 C’est ce qu’a défendu Hugues Jallon, directeur éditorial des sciences humaines aux (...)

3Ce double constat de proximité et d’étanchéité n’est contradictoire qu’en apparence : médias et sciences humaines et sociales sont bien des mondes distincts, mais ils ne peuvent toutefois pas s’ignorer3. Les contraintes de la production, tant dans le champ des médias que dans celui de la recherche en sciences humaines et sociales, créent un terrain de rencontre. D’une part, les journalistes sont de plus en plus en demande de savoirs « experts » sur les phénomènes sociaux (Charrier-Vozel et Damian-Gaillard, 2005), et d’autre part, les universitaires sont soumis aux injonctions croisées de valorisation des résultats et d’utilité sociale et politique de leurs recherches. Les textes rassemblés dans ce dossier s’attachent ainsi à décrire des formes de rencontre entre ces deux mondes, sous la contrainte des modes de production et de diffusion des discours sur le monde social.

Collaborations et hybridations sous tension

4Diverses tensions sont à l’œuvre dans les manières de faire hybrides qui naissent de la rencontre entre mondes des médias et mondes de la recherche en sciences humaines (en sociologie notamment), qu’il s’agisse de l’écriture et de la réalisation d’un documentaire (Marwan Mohammed), de l’intervention d’un sociologue comme analyste de phénomènes sociaux dans l’arène médiatique (Cyril Lemieux), ou de la mobilisation par des journalistes de méthodes et de problématiques des sciences humaines (Erik Neveu).

5La première tension réside dans l’assignation des chercheurs et des journalistes à des rôles spécifiques : le sociologue-expert en position de surplomb, fournissant le cadre théorique de l’enquête et les clés d’interprétation des matériaux récoltés, le journaliste, soutier du terrain. La définition de cadres de la collaboration passe par la déconstruction, pas toujours aboutie, de ces rôles assignés. Hugues Jallon donne ainsi l’exemple, dans son intervention orale, de la collaboration entre le sociologue Stéphane Beaud et les journalistes Jade Lindgaard et Joseph Confavreux, pour l’ouvrage La France invisible (Beaud et al. éd., 2006), une enquête sur les catégories de personnes – pourtant majoritaires – mises en marge de la société : travailleurs pauvres, précaires, homosexuels, sans-papiers, etc. Face au terrain, les sociologues et les journalistes étaient sur un pied d’égalité, mais il s’est opéré peu à peu une distribution des rôles entre les journalistes qui allaient sur le terrain mener des entretiens et les sociologues qui en donnaient les interprétations (cadrage théorique, définition des outils). L’expérience racontée par Marwan Mohammed témoigne de ce même problème de division du travail entre sociologues et journalistes, illustrant les tensions entre l’approche ethnographique et le documentaire (Mariette, 2011) : l’acceptation par le sociologue de sa participation à la réalisation du documentaire a notamment reposé sur son refus de jouer le rôle d’expert. Sa participation comme coauteur s’est définie progressivement, dans le cours d’une collaboration facilitée par la connivence politique qui s’était établie avec le réalisateur Benoît Grimont, et dans le cadre d’un conflit / négociation avec la direction d’Arte, commanditaire du documentaire, portant sur la définition de l’objet même du travail. Alors que la chaîne voulait initialement un documentaire sur les émeutes comme « violences urbaines », avec leur cortège de clichés comme le lien avec le trafic de drogue, le sociologue a peu à peu imposé, au centre du film, l’analyse des motivations des émeutiers et du contexte social des émeutes, tout en intégrant progressivement les contraintes esthétiques et narratives propres au documentaire.

6Une deuxième tension qui s’exprime dans ces collaborations se déploie ainsi dans les modes de définition de l’objet de l’enquête. L’idée du livre La France invisible est née d’une discussion entre Hugues Jallon et Jade Lindgaard, au cours de laquelle cette dernière exprimait la volonté de s’intéresser aux conditions de vie de cette frange de la population, précarisée, dont les médias dominants ne parlent pour ainsi dire jamais. Le premier réflexe des sociologues contactés a toutefois été de déconstruire cette notion d’invisibilité, trop grossière à leurs yeux et ne permettant pas de mener l’analyse des raisons sociologiques du traitement sélectif des phénomènes sociaux par les médias. C’est finalement l’éditeur qui a tranché : l’enquête était coûteuse, il fallait que le livre « marche », d’où la nécessité de conserver un titre accrocheur, quitte à se passer d’une dose de constructivisme sociologique.

7Une troisième tension émerge de la confrontation entre des temporalités de travail et des habitudes de restitution des résultats de l’enquête différentes. On peut ainsi distinguer entre trois régimes de contraintes de la production des objets médiatiques : 1) des contraintes de volume – une chronique radio ne peut dépasser 4 minutes, un documentaire télévisé doit entrer dans le canon des 52 minutes – qui mettent l’argumentation sociologique à l’épreuve ; 2) des contraintes de temporalité – réactivité à l’actualité dans le cadre du blog de Cyril Lemieux consacré à la campagne présidentielle de 2007, temps court de l’enquête pour un documentaire par opposition au temps long d’une enquête sociologique ; 3) des contraintes de format – tenir compte de l’aspect visuel du documentaire qui impose la sélection ou le rejet de certaines séquences, au-delà de leur éventuel intérêt sociologique.

8Enfin, une quatrième tension, quant aux types de discours produits, se fait jour si l’on élargit le regard des collaborations directes aux influences indirectes et aux formes d’hybridation entre pratiques journalistiques et pratiques de recherche en sciences humaines. Comme les « journalistes ethnographes » (Riutort, 2010), les « new journalists » qu’Erik Neveu évoque dans sa contribution sont dans cet entre-deux : ils se rapprochent des sciences humaines en pratique par l’immersion prolongée sur les terrains d’enquête, la lecture d’ouvrages de sciences humaines et sociales connexes à leur objet d’investigation, le partage de certaines méthodes d’enquête (observation participante, entretiens, notamment). La plupart d’entre eux sont en outre diplômés de cursus universitaires en sciences humaines, parfois jusqu’au doctorat. Ils s’en distinguent néanmoins par les modes d’écriture subjectifs mis en œuvre, et la focalisation souvent exclusive sur un cas considéré a priori comme exemplaire ou « représentatif » (Johnson, 1971).

9Pour conclure sur cette question des collaborations et des hybridations entre mondes médiatiques et mondes universitaires des sciences humaines, deux enjeux supplémentaires sont à prendre en considération. Premièrement, ces collaborations sont rendues possibles par des médiations. L’éditeur peut ainsi être un facilitateur, voire un initiateur, de projets d’enquêtes conjointes. Sa médiation s’inscrit toutefois nécessairement dans des contraintes économiques : Erik Neveu explique par exemple que l’existence, aux États-Unis, d’une presse magazine accueillant des articles longs permet, bien plus qu’en France, à des journalistes de trouver des financements pour des enquêtes approfondies. Deuxièmement, l’enjeu est, dans le cadre de commandes émises par le monde médiatique, celui de l’autonomie dont souhaite / peut disposer le chercheur. Cette question de l’autonomie ne peut pas être abstraite des relations concrètes qui se nouent durant la collaboration. Elle est aussi intimement articulée à la question des formats de diffusion de ces collaborations : lors des trois expériences racontées par Cyril Lemieux, ce dernier a ainsi évalué le degré d’autonomie intellectuelle et technique dont il pouvait disposer et a ensuite tâché d’adapter le contenu de ses interventions au média qui le sollicitait.

Diffusions : les sciences humaines et leurs publics

10Les rapports entre médias et sciences humaines et sociales ne se limitent donc pas aux liens, aux transferts et aux hybridations entre deux groupes professionnels, les chercheurs et les journalistes. Pour comprendre de quelle façon les mondes de la recherche en sciences humaines et sociales et des médias s’entrecroisent, il est avant tout nécessaire de prendre en compte les dynamiques internes à chacun de ces mondes, les transformations des modes de production et de diffusion du savoir. Sous les effets croisés des modifications technologiques, de l’approfondissement des logiques capitalistes dans les entreprises de presse et de leur extension dans les univers de la recherche publique, de nouveaux impératifs pèsent désormais sur les producteurs et les diffuseurs de savoirs sur la société. Qu’il s’agisse de réduire les coûts de production, de s’adapter aux nouvelles formes de consommation ou de survivre dans des milieux recourant de plus en plus au travail précaire, répondre à ces impératifs exige souvent, de la part des différents acteurs, un abandon partiel des règles de leur métier. En effet, ces règles – par exemple la production autonome de connaissances nouvelles pour les universitaires, la valorisation de l’investigation pour les journalistes, le perfectionnement des textes pour les éditeurs, la transmission des savoirs au public pour les libraires et pour les bibliothécaires – supposaient un temps et une liberté d’action que l’intensification des pressions économiques, concurrentielles et techniques a raréfiés.

11En cela, l’étude des rapports entre médias et sciences humaines doit partir de ce simple fait : ces rapports sont aujourd’hui largement contraints, imposés par des transformations soumettant les uns et les autres à un impératif de rentabilité partiellement étranger aux normes professionnelles des acteurs en présence. Ce n’est que sur fond de ces contraintes que des rencontres, des expériences, des innovations désirables voient le jour. Ainsi, les transformations contemporaines du monde de la recherche donnent une place toujours plus grande à des acteurs extérieurs à l’université. En effet, l’augmentation du nombre de jeunes chercheurs, sans que le nombre de postes augmente dans la même proportion, a poussé le monde universitaire vers l’augmentation du volume de la production scientifique, et une spécialisation croissante des publications. Dans ces conditions, le rôle des passeurs entre les universitaires et le public a pris une place centrale. Éditeurs, bibliothécaires, libraires, qui ont toujours été des acteurs à part entière de la production et de la diffusion des sciences humaines et sociales, voient ainsi leur rôle devenir à la fois plus complexe et plus important.

12C’est d’abord l’éditeur d’ouvrages et de revues de sciences humaines et sociales qui est concerné par ces transformations. Or ce métier est confronté à de grandes difficultés, comme l’a révélé le rapport commandé à Sophie Barluet par le Centre national du livre (Barluet, 2004). Ce n’est pas tant que les livres se vendent moins : avec 128 millions d’euros de chiffre d’affaires, le secteur des sciences humaines et sociales est restreint – 5,4 % de l’ensemble du chiffre d’affaires de l’édition – mais pas inexistant, et les ventes restent stables sur un siècle, connaissant même une légère progression depuis les années 1970 – sauf les livres d’histoire, qui ont connu alors leur âge d’or. Cependant, cette stabilité masque de grandes difficultés : d’une part, elle signifie que la vente de livres de sciences humaines et sociales a totalement décroché par rapport à l’évolution de la démographie étudiante, qui a explosé au cours du siècle dernier ; d’autre part, elle gomme les fortes disparités entre types de livres, et empêche en particulier de voir l’effondrement du type d’ouvrage qui devrait être au centre de l’édition des sciences humaines et sociales : les livres qui présentent à un public élargi les résultats d’une recherche approfondie et nouvelle, en premier lieu les adaptations de thèses. La question reste ouverte de savoir quel est l’avenir de ces livres, mais en tout état de cause, le maintien d’un travail éditorial ample – et donc coûteux – apparaît plus que jamais nécessaire, face à la spécialisation des chercheurs, tout en étant directement menacé par les évolutions du marché du livre.

  • 4 Nous regrettons de n’avoir pu, malgré de nombreuses tentatives, convaincre un libraire de (...)

13Une fois le livre édité et publié, la question du passage aux lecteurs se fait jour, et avec elle le rôle des libraires4 et des bibliothécaires. Ces derniers sont en particulier des acteurs cruciaux, dès lors que les bibliothèques sont à la fois des lieux de conservation, de recherche, d’étude et de loisir (Couch et Allen éd., 1993 ; Caraco, 2012). La contribution de Marianne Pernoo, directrice adjointe de la bibliothèque interuniversitaire de lettres et sciences humaines Denis Diderot, à Lyon, permet de saisir les transformations profondes que connaît actuellement ce métier, et la part qu’essaient d’y jouer les conservateurs de bibliothèques. Marianne Pernoo décrit en effet un métier qui, loin de se renfermer sur la seule mission de conservation des ouvrages, participe à l’invention de nouveaux usages pour les bibliothèques et de nouveaux rapports entre les lecteurs et les travaux de recherche.

Inventer de nouveaux formats

14S’interroger sur les liens entre médias et sciences humaines et sociales suppose donc d’intégrer la pluralité des acteurs de la production et de la diffusion de savoirs. Ce faisant, on peut rendre compte de ce que produit la rencontre entre ces différents mondes, au-delà des échanges de savoir-faire. En particulier, à l’intersection de logiques professionnelles hétérogènes – rigueur scientifique et large diffusion, rentabilité économique et gratuité du savoir, etc. –, de nouveaux formats de recherche, d’écriture et de diffusion se font jour. Ces formats naissent souvent des hybridations de pratiques, mais ils ne s’y réduisent pas, en ce qu’ils inaugurent de nouvelles manières de produire et de diffuser du savoir.

15Ces formats nouveaux peuvent tout simplement naître de la volonté de produire un savoir scientifique inédit dans des dispositifs médiatiques de diffusion de masse. Avec l’exemple de l’émission de radio La Fabrique de l’histoire, Séverine Liatard nous présente les différentes manières dont les réalisateurs de l’émission – qui ne sont pas des journalistes, mais ont le statut de producteurs-auteurs – inventent des séquences à la fois attractives pour les auditeurs et utilisant au mieux les ressources de l’histoire. Au-delà des entretiens dans lesquels des historiens sont directement mobilisés, La Fabrique de l’histoire présente ainsi un rapport spécifique aux objets de l’histoire comme discipline – les témoignages, les discours, les archives – en produisant à partir d’eux des récits historiques inédits. Pour cette raison, l’émission n’est pas seulement un espace qui permettrait aux historiens de se faire entendre du grand public ; c’est aussi un lieu d’expérimentation d’autres manières de faire de l’histoire, hors de la sphère académique stricto sensu et de ses critères établis de contrôle et de validation du discours.

  • 5 La prise en compte de l’historicité des savoirs produits et conservés sur Inter (...)

16Cette question se prolonge plus largement dans des lieux où les formes de production de savoir sont inventées par des acteurs qui ne sont ni seulement des journalistes ni seulement des chercheurs : les espaces numériques partagés, et en premier lieu Internet. À ce titre, l’expérience de Wikipédia est éclairante : il ne s’agit pas seulement de la récupération d’une forme déjà existante, l’encyclopédie, avec un simple élargissement de la base des producteurs de contenu. En effet, le passage à un modèle de libre participation à la création et à la modification de pages a nécessité l’invention d’un ensemble de règles de fonctionnement inédites : construction de différentes catégories de rédacteurs élus par la communauté (administrateurs, bureaucrates, arbitres…), normes formelles permettant d’uniformiser le contenu, modes de règlement des litiges, dispositifs techniques permettant de conserver les versions successives des articles5, etc. Ainsi, la récupération publique des processus de production du savoir passe, dans le cas de Wikipédia, par la construction de modes collectifs d’évaluation qui ne se ramènent ni à ceux des chercheurs, ni à ceux des journalistes, sans s’interdire pour autant les emprunts à ces mondes.

  • 6 Disponible à l’adresse suivante : http://openaccess.inist.fr/spip.php?article38, consulté (...)

17Le texte de Marin Dacos, ingénieur de recherche CNRS et directeur du Cléo, insiste sur l’importance, pour les sciences humaines et sociales, de ces nouveaux modes de production, de diffusion et de consommation du savoir, ouverts par la révolution numérique. Alors que certains médias continuent à adopter des comportements de prédation caractéristiques de la concurrence entre titres, par exemple en limitant les renvois à d’autres pages pourtant si typiques du fonctionnement d’Internet, des sites comme Wikipédia montrent qu’une autre voie est possible. Selon Marin Dacos, c’est cette voie qui s’avère en adéquation avec une partie des normes du monde universitaire, notamment celles rappelées par la Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance en sciences6. Il existe en cela une affinité entre la recherche et l’open access permis par Internet, mais cette affinité doit s’incarner dans l’invention de formats nouveaux plutôt que dans le seul usage d’Internet comme simple outil transparent de mise à disposition des résultats de la recherche. En effet, Internet ouvre la possibilité de modifier les relations entre producteurs et usagers des savoirs en sciences humaines et sociales, qu’il s’agisse de faire participer ces derniers au recueil des données de recherche ou de leur permettre de porter un jugement direct sur les résultats publiés.

18Réfléchir aux rapports entre médias et sciences sociales, c’est ainsi réfléchir aux rapports qu’entretiennent deux pôles de production de discours sur le monde social. Les médias ne sont pas seulement le porte-voix ou la caisse de résonance plus ou moins fidèle de ce que les sciences humaines et sociales ont à dire sur le monde. Non seulement il s’y produit des discours, parfois élaborés conjointement par des universitaires et des journalistes, d’autres fois empruntant aux sciences humaines leur vocabulaire, leurs méthodes et leurs outils, mais ces récupérations et ces hybridations produisent aussi des manières de faire, des points de vue et des formats de diffusion originaux, irréductibles à la fois aux discours journalistiques et aux productions universitaires. Reste à savoir quels outils pourront être inventés pour construire, à partir de ces arrangements toujours précaires, des formes stables et amples de collaboration, faisant intervenir à égalité tous les acteurs de la production et de la diffusion du savoir sur la société.

Haut de page

Bibliographie

Barluet Sophie, 2004, Édition de sciences humaines et sociales. Le cœur en danger, Rapport de mission pour le Centre national du livre sur l’édition de sciences humaines et sociales en France, Paris, PUF.

Beaud Stéphane, Confavreux Joseph et Lindgaard Jade éd., 2006, La France invisible, Paris, La Découverte.

Benson Rodney et Neveu Erik éd., 2005, Bourdieu and the Journalistic Field, Cambridge (UK), Polity Press.

Bourdieu Pierre, 1996, Sur la télévision suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Liber.

Caraco Benjamin, 2012, Bibliothèque de sciences humaines et sociales. Quelles particularités dans le contexte du xxıe siècle ?, Mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, Enssib.

Charrier-Vozel Marianne et Damian-Gaillard Béatrice, 2005, « Des voix de l’intime au regard de l’expertise dans la presse féminine », Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, R. Ringoot et J.-M. Utard éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 125-159.

Couch Nena et Allen Nancy éd., 1993, The Humanities and the Library, Chicago, American Library Association.

Johnson Michael L., 1971, The New Journalism. The Underground Press, the Artists of Non-Fiction, and Changes in the Established Media, Lawrence, University Press of Kansas.

Mariette Audrey, 2011, « Documentaire et ethnographie : proximité du regard et différence de méthode », Revue de synthèse, vol. 132, no 3, p. 443-448.

Neveu Erik, 2009 [2001], Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

Riutort Philippe, 2010, « Comment peut-on être journaliste ethnographe ? À propos de Michel Samson, correspondant du Monde à Marseille », La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, C. Lemieux éd., Paris, EHESS, p. 105-120.

Haut de page

Notes

1 Les textes rassemblés ici proviennent de communications délivrées lors de la journée d’étude organisée par la revue Tracés à l’ENS de Lyon, le 16 décembre 2011, sur le thème des rapports entre médias et sciences humaines et sociales. Nous remercions à cette occasion celles et ceux qui ont participé à la réalisation de cette journée : Alice Béja ; Julie Debaveye et Mélodie Faury qui ont animé deux des trois tables rondes ; Marc Lenormand et Pierre Saint-Germier qui ont assuré toute la logistique de la journée.

2 Dont témoigne, par exemple, la série « Enquêtes de terrain » dans la collection « Textes à l’appui », créée par Hugues Jallon et Stéphane Beaud aux éditions La Découverte.

3 C’est ce qu’a défendu Hugues Jallon, directeur éditorial des sciences humaines aux éditions du Seuil, dans sa communication lors de la journée, dont nous ne publions malheureusement pas le texte dans ce dossier. Une autre communication, celle de Jean-François Dortier, directeur du magazine Sciences humaines n’est pas reproduite.

4 Nous regrettons de n’avoir pu, malgré de nombreuses tentatives, convaincre un libraire de participer à la journée d’étude.

5 La prise en compte de l’historicité des savoirs produits et conservés sur Internet va ainsi à l’encontre du stéréotype d’un Web de l’instantané et de l’immédiateté. Les formats numériques posent néanmoins des problèmes spécifiques en termes de conservation et d’éthique : comment garantir que les différents états de Wikipédia soient conservés si l’encyclopédie disparaît ? Comment garder trace de différents états du Web, alors que supprimer une page ou un article est techniquement un jeu d’enfant – ce qui pose d’ailleurs des questions en termes d’éthique de la recherche pour les revues numériques ? Depuis le 1er août 2006, la Bibliothèque nationale de France prend en considération ce problème et, dans le cadre de sa mission de « dépôt légal », collecte régulièrement des échantillons représentatifs du Web.

6 Disponible à l’adresse suivante : http://openaccess.inist.fr/spip.php?article38, consulté le 28 avril 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Hayat et Anton Perdoncin, « Introduction. Médias et sciences humaines et sociales : collaborations, diffusions, nouveaux formats », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 25 août 2016. URL : http://traces.revues.org/5526

Haut de page

Auteurs

Samuel Hayat

postdoctorant en sciences politiques au CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris, Université Paris 8)

Articles du même auteur

Anton Perdoncin

AMN à l’ENS de Cachan et doctorant en sociologie à l’IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie, ENS de Cachan)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page