Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les sciences humaines dans les politiques éducatives

Partage et transmissions ordinaires dans les institutions du savoir

Joëlle Le Marec
p. 107-121

Texte intégral

  • 1 Lors d’une journée de conférences et de débats consacrée aux relations entre scienc (...)
  • 2 Voir, par exemple, le courant de critique des sciences chez Philippe Roqueplo (1983 (...)
  • 3 Il s’agit d’enquêtes menées dans différents contextes : au sein du service études et recher (...)

1Je repartirai, dans ce texte, de la question qui a inspiré la dernière table ronde de la journée d’étude organisée par la revue Tracés : « À quelles conditions les sciences humaines et sociales sont-elles critiques ? Les (nouveaux) espaces d’enseignement et de recherche ». Je traiterai cette question en tant qu’enseignante-chercheuse préoccupée par la transmission, et plus largement par le partage, dans le quotidien de la recherche et de la vie académique, d’une manière de construire et de vivre des rapports entre sciences et société. La réflexion sur la transmission renvoie moins ici à l’enseignement en direction des étudiants qu’à ce que nous apprenons de collègues qui transmettent des capacités d’engagement et des formes d’attention et d’expression de la critique1. Je ne m’inscris pas dans la critique du conservatisme des institutions de production et de diffusion des savoirs ainsi que des rapports de pouvoir dont elles sont porteuses2, en vue de proposer des innovations. Il s’agit plutôt de porter un regard nouveau sur ce qui constitue déjà la trame la plus ordinaire de la vie institutionnelle, à partir de ce que peut nous apporter le contact avec des publics, témoins de ces institutions, parmi lesquels sont recrutés d’innombrables individus et groupes qui participent à un moment donné à la production des savoirs sur la société. C’est l’attention portée aux publics qui inspire le ton de ce texte. Il s’agit de partir des rapports de confiance qu’ils activent et de s’y rendre plus attentifs, d’en faire un moteur d’une réappropriation constante de l’institution. Je partirai de recherches que j’ai menées ou auxquelles j’ai participé sur les pratiques et les publics dans des lieux culturels, musées et bibliothèques et sur les formes de production et de transmission des savoirs3. Les résultats de ces recherches et surtout les situations d’enquête ont décidé de la plupart de mes engagements.

2Commençons par rappeler deux résultats de ces enquêtes. Premièrement, les publics ne critiquent pas les musées et bibliothèques dans lesquels ils se rendent ou dont ils connaissent l’existence sans forcément les fréquenter. Deuxièmement, ils considèrent ces institutions comme des lieux directement liés au monde scientifique, même si celui-ci recouvre des réalités organisationnelles floues : ce n’est pas le détail du fonctionnement d’établissements professionnellement gérés qui les préoccupe, mais l’ensemble institutionnel à la fois pluriel dans ses formes matérielles et homogène dans son programme.

3L’absence de critique n’est pas liée à une indifférence mais à quelque chose qui est assumé : il s’agit de contribuer à faire fonctionner, en dépit de tous ses défauts, une institution qu’il vaut mieux préserver plutôt que mettre en danger. L’aptitude des publics à la critique n’est pourtant pas en cause. Ils ne se privent pas d’exprimer des préoccupations, des déceptions et des colères, ni de formuler des analyses. La culture critique à l’égard des médias et du monde de la communication professionnelle des agences est aiguë chez les visiteurs. L’institution n’est cependant pratiquement jamais visée.

  • 4 Voir la note synthétique de Daniel Boy, « Enquêtes d’opinion : la science en crise ? » [en (...)

4Ce résultat suscite une certaine incrédulité chez les professionnels, particulièrement les tutelles politiques et les directeurs d’établissements, sensibles au thème du rejet des institutions. Cette sensibilité n’est pas sans lien avec la crainte d’une progression des mouvements antisciences et d’un divorce entre les citoyens et la recherche, qui a été à la base d’une politique volontariste en matière de culture scientifique et technique dans la décennie 1980 (Benarroche, 2000). Pourtant, les analyses tirées des enquêtes de l’eurobaromètre sur les attitudes des populations européennes à l’égard des sciences confirment régulièrement la confiance dans celles-ci4.

5Il me semble qu’il y a une portée critique réelle dans les approches qui consistent non pas à dévoiler des rapports sociaux et rendre discutables des implicites, mais à comprendre la portée de phénomènes tels que l’adhésion et la confiance. Patrick Watier propose de réintégrer les travaux de Georg Simmel dans une étude de la vie sociale qui donne sa place aux sentiments psychosociaux (Simmel, 1999 ; Watier, 2008). La portée critique de cette approche réside non dans la mise à disposition par les chercheurs d’un savoir sur la société qui accroîtrait les capacités d’émancipation des plus dominés, mais dans l’intensification d’une capacité autocritique et d’un souci éthique chez les bénéficiaires de la confiance. Il se trouve que ceux qui travaillent au sein des institutions culturelles et académiques, et notamment les chercheurs, bénéficient de la confiance des publics. C’est la condition même des publics que de s’en remettre à l’action institutionnelle dont ils sont destinataires, à la bonne foi de ceux qui mettent en œuvre cette action. Il y a donc matière à réfléchir sur les usages sociaux des sciences humaines à partir de travaux sur les publics, dans une perspective un peu différente de celle qui consiste à exploiter une connaissance d’attentes ou de pratiques sociales de ces publics. Il s’agira plutôt ici des usages des sciences humaines qui peuvent témoigner d’un fonctionnement social toujours fragile, lequel implique directement et de manière réflexive et politique les enseignants-chercheurs dans la mesure où ceux-ci assument des missions de service public.

Retour sur la promotion de l’usager ordinaire et ses ambiguïtés

6L’attention à ce qui relève de fonctionnements sociaux discrets, logés dans les zones invisibles de ce qui va de soi, de l’ordinaire voire de l’infra-ordinaire, n’est pas nouvelle. À la suite de Michel de Certeau et de Richard Hoggart, quantité de travaux ont mis l’accent sur les modes d’être et de faire de ceux qui ne disposent d’aucun moyen pour développer des stratégies et exercer un pouvoir, et doivent faire avec un état des choses qu’ils ne peuvent transformer (Certeau, 1980a, 1980b ; Hoggart, 1970). La célébration de la créativité des individus ordinaires, l’observation passionnée des ruses et détours auxquels donne prise n’importe quel dispositif a priori suspect de contraindre les individus ont cependant eu des suites inattendues. Elle a été appropriée au bénéfice d’une justification de l’usager-consommateur comme figure positive, centrale de la vie sociale.

  • 5 Ainsi les travaux de Jean-Claude Kaufmann, sociologue de l’ordinaire, portent préférentie (...)

7On peut éprouver un certain agacement face aux ambiguïtés des approches compréhensives centrées sur l’individu créateur et enchanté, tant ces études servent une vision de la société qui peut éluder la violence des rapports de domination. Le problème tient peut-être à une sorte d’effet d’optique : ces travaux font la part belle à tout ce qui relève de l’univers domestique et des sociabilités privées, et établissent rarement des liens avec l’étude du fonctionnement des institutions. Il y a une association implicite entre le monde de l’individu ordinaire, la sphère privée et les sentiments5. Cela ouvre la voie à la construction d’une opposition avec une sphère institutionnelle à propos de laquelle les sentiments et la vie ordinaire sont rarement mobilisés, ou bien d’une manière qui promeut un regard délibérément alternatif, une vue sur les coulisses en quelque sorte. Luc Boltanski (2008) a évoqué le parallèle, dans la sociologie française des trente dernières années, entre le rejet des institutions assimilées à des instruments de domination et le développement d’une sociologie pragmatique occupée à une valorisation de la créativité de l’individu. Il propose de prendre au sérieux les institutions sans rejeter les apports de la sociologie pragmatique, ni abandonner la question de la domination. Nous tentons ici de contribuer à cette reprise de la réflexion sur les institutions à partir des publics.

Les institutions et leur public : transmission du sacré et décence ordinaire

  • 6 Cette confiance et cet attachement à la valeur institutionnelle ont été repérés dès les p (...)
  • 7 Citons trois exemples, parmi des centaines d’autres, issus de trois enquêtes menées à plu (...)

8Depuis vingt ans, des collègues en études muséales et moi-même sommes frappés par la constance de l’expression discrète et pourtant robuste d’une déclaration de confiance dans les institutions de la culture et du savoir. Pourtant, durant toute la décennie 1990, la communication publique des musées s’est fondée sur la conviction que les publics changeaient, qu’ils étaient désormais non plus les timides et respectueux visiteurs d’antan, mais des consommateurs exigeants, soucieux avant tout d’une rentabilité de leur investissement dans la fréquentation de l’espace institutionnel, de la qualité d’une expérience sociale et de la satisfaction d’attentes – de compréhension, de plaisir, de rencontre. Les visiteurs enquêtés dans une diversité d’établissements – des muséums et musées de sciences, des musées d’art, des musées de société – ont pourtant peu varié dans leur attitude à l’égard de l’institution, approuvant au contraire de plus en plus explicitement l’existence de ces lieux s’inscrivant dans des temporalités longues, et mobilisant des logiques et des rapports à la valeur distincts de ceux qui déterminent les espaces quotidiens de la politique, du travail ou du marché6. Cette conception de l’institution considérée comme un espace résistant aux fluctuations des modes, à l’emprise du marché et aux changements politiques, se manifeste même chez des visiteurs jeunes ou des personnes ayant visité très peu de musées7.

9L’institution culturelle est apparue dans ces enquêtes comme un espace d’apprentissage ou de mise en public de témoins matériels et de savoirs collectifs valides éventuellement hérités, vivants et destinés à être transmis. Cet espace est incarné matériellement dans des bâtiments, des sites et des objets, mais ses frontières ne coïncident jamais totalement avec ces lieux physiques de mise en œuvre des missions institutionnelles par des professionnels salariés. Les frontières de l’institution traversent ces lieux physiques sans les recouvrir. Elles englobent des fragments de lieux distincts où fonctionne la logique institutionnelle, à la maison, dans la rue ou au travail. Certains visiteurs se sentent être hors de l’institution, alors même qu’ils visitent une exposition conçue par un partenaire industriel dans ses murs. D’autres se sentent à l’intérieur de l’espace institutionnel lorsqu’à l’extérieur ils consultent un guide réalisé par le musée.

10Dans cet espace sociosymbolique se déploie le « programme institutionnel » tel que François Dubet (2002) l’a décrit à partir de son enquête auprès de professionnels, formateurs d’adultes, infirmières, travailleurs sociaux, instituteurs, professeurs, médiateurs de collèges, fonctionnaires ou salariés. Ce programme institutionnel consiste à transformer autrui. Il réalise une opération « magique » qui réside dans l’incorporation par l’individu de principes de socialisation et sa constitution simultanée en sujet libre et autonome. Ce programme fonde la vocation des professionnels de la mise en œuvre des missions institutionnelles. Il en appelle à des valeurs sacrées car « il s’agit toujours d’un principe central qui prétend entrer dans le monde par un travail de socialisation de l’institution, tout en restant fondamentalement extra-social, au-dessus des particularismes des mœurs » (Dubet, 2002, p. 27). Dubet montre la force des croyances et de l’engagement qui animent les agents interrogés dans son enquête, et leur désarroi face au constat que le programme ne semble plus opérer. Les acteurs sont écartelés entre le service d’un programme auquel ils se sont voués, et la mise en cause dans le cadre institutionnel lui-même de ce programme dénoncé comme une fiction.

11Ce que Dubet analyse du point de vue des instituteurs, infirmières et enseignants, nous le retrouvons chez les publics des institutions culturelles et patrimoniales. La critique des institutions qui a accompagné les mouvements antiautoritaires des années 1970 ne semble pas avoir inspiré chez les publics interrogés la dénonciation d’un pouvoir abusif de l’institution culturelle. Bien au contraire, l’institution semble aujourd’hui défendue par ceux-là mêmes qui sont supposés avoir le plus réclamé sa transformation, sans cesse présentée comme étant rendue nécessaire par l’adaptation à de nouveaux publics et de nouvelles pratiques.

12Cette confiance repose sur deux éléments clés de la condition du public. D’abord, le public n’est pas seulement la cible d’un programme ou l’usager de services. Il est l’élément d’un dispositif institutionnel qui fait plus que travailler sur autrui et socialiser les sujets : ce dispositif assure un processus de patrimonialisation. Il construit un lien avec des hommes du passé en conservant des choses qu’ils nous ont transmises, pour les soustraire aux échanges et les transmettre à d’autres à venir, selon un principe de filiation inversée, bien décrit par Jean Davallon dans sa réinterprétation des travaux de Maurice Godelier sur le don (Godelier, 1996 ; Davallon, 2006). Les publics se sentent à la fois contraints et bénéficiaires d’un dispositif dont ils sont partie prenante dès lors qu’ils s’en constituent les témoins. Ce processus de transmission institutionnelle peut sembler contribuer à une mécanique de la reproduction aussi discutable, pour les rapports à la culture, que celle qui a justifié une critique du rôle des institutions dans la reproduction des rapports sociaux. Elle est pourtant vécue par les publics comme une alternative fragile, vitale, qui fait exister d’autres rapports à la valeur, d’autres temporalités de l’action, d’autres rapports sociaux que ceux de l’échange marchand et de la négociation des intérêts et des positions sociales, qui semblent largement dominants.

13Cette attitude confiante des publics est parfois dénoncée comme la marque d’une aliénation ou un effet de croyance dans l’existence de collectifs illusoires qui freinerait l’émancipation personnelle, alors que la figure de l’usager-citoyen actif, maître de ses propres affiliations, capable d’initiative, producteur de savoirs et impliqué dans le débat public est fortement promue par les sciences sociales.

14Peu de travaux permettent de penser, dans leur portée anthropologique et politique, des attitudes de délégation de parole et des sentiments psychosociaux comme la confiance. Il me semble que ce qu’expriment les publics est proche de la décence ordinaire (« common decency ») conceptualisée à partir de 1935 par George Orwell (1995). Bruce Bégout, dans l’essai qu’il lui consacre, développe les caractéristiques de cette décence ordinaire, certes qualité morale, mais surtout ensemble de conduites sociales chez les individus préoccupés d’une justesse morale qu’Orwell situe dans la vie ordinaire, « dernier refuge de l’universel » (2008, p. 24). Orwell attribue cette décence à de larges fractions de la population anglaise. Certaines classes en sont cependant privées : les possédants et les dominants, y compris les intellectuels, car ils vivent dans un environnement social qui exclut la nécessité pratique d’une telle décence. En outre, ils refoulent le reste de décence qui est en eux, par hantise du sentimentalisme. La décence ordinaire ne se traduit pas en force politique car elle est chevillée à des situations qui excluent l’engagement politique tout comme elle exclut la transformation totale des modes de vie puisque ceux-ci sont la condition de ce mode d’être ensemble incarné par la décence ordinaire. Orwell déplore la passivité des hommes ordinaires et leur acceptation de la déception mais il ne la voit pas comme un effet de la domination ou de la lâcheté. Au contraire, il place en elle sa confiance politique même si la traduction politique de la décence n’est pas simple.

15C’est cette décence et le paradoxe de sa traduction politique que nous retrouvons dans les attitudes des publics. Elle est absolument commune, excepté chez les usagers les plus experts et les plus familiers des services proposés par les établissements culturels. Ceux-ci sont plus proches de la figure du consommateur averti et acteur critique gestionnaire de ses propres intérêts. Les publics ne nient pas l’écart entre la réalité des propositions institutionnelles et le modèle qui les inspire. Ils ne nient pas leur incapacité à assurer l’égalité d’accès à la culture, leur indifférence aux besoins singuliers des individus que sont les élèves, les lecteurs, tous ceux qui sont confrontés à la rigueur des normes. Mais ces écarts, ces imperfections, sont rarement révoltants, même pour ceux qui sont les premiers à en pâtir car ils continuent de se sentir bénéficiaires – sinon eux-mêmes, au moins potentiellement leurs enfants. Plus encore, le rôle du don dans le mécanisme de transmission, que nous avons décrit plus haut, fonctionne, peut-être à d’autres niveaux que ceux évoqués par Davallon. En s’en remettant à la bonne volonté d’autrui, en faisant le sacrifice de leurs propres capacités d’inscription et de revendication, en acceptant l’effacement de leur propre parole pour laisser parler l’institution à leur place ou pour nourrir la production du chercheur, les publics activent la possibilité pour leur interlocuteur d’être à la hauteur de cette confiance décidée. Dans le cas de la condition de public des musées et des bibliothèques, ce sacrifice des possibilités d’intervention dans le dispositif est sans doute d’autant plus total qu’il est malgré tout peu traumatisant, car relativement éphémère. La portée du don excède bien sûr les limites de la relation interindividuelle. Elle est collective. Mais elle implique obligatoirement une sensibilité individualisée du sens de ce don, chez les publics ou chez les acteurs institutionnels.

  • 8 Un concepteur d’expositions au Muséum national d’histoire naturelle, inquiet de ne pouvoi (...)

16Je fais l’hypothèse que ce à quoi en appellent les publics si confiants dans des institutions dont ils sont rarement pleinement usagers, c’est un sens de la responsabilité personnelle directe des professionnels qui travaillent dans les établissements, au nom même de cette décence ordinaire orwellienne qui fonde la possibilité de se comprendre directement ici et maintenant en tant que parents, voisins, semblables, individus rendus proches par un quotidien possible8. Ce que les études de publics peuvent apporter, c’est la réintégration du rapport à l’institution dans le quotidien. La décence ordinaire comme la confiance ne sont pas limitées à un en deçà institutionnel et politique du quotidien domestique. En outre, l’institution peut ne pas être décrite uniquement sous l’angle de rapports sociaux, de conduites et d’usages qui lui sont liés, mais aussi dans l’articulation entre ces rapports sociaux, ces usages et des sentiments psychosociaux décrits dans leur force et leur expression quotidienne ordinaire.

Enquête, savoirs de contact, sociabilités

  • 9 Ces phénomènes sont peu commentés. Voir néanmoins la première partie de l’ouvra (...)
  • 10 Si les chercheurs peuvent analyser pour eux-mêmes les déplacements et transformations qu’ (...)

17C’est à cet appel à l’intérêt mutuel que je me suis rendue sensible à partir de ces études de publics, à travers l’élaboration d’une conception de la recherche qui rapatrie dans l’espace de la discussion scientifique, des dimensions de la pratique d’enquête souvent considérées comme des aspects annexes à la réflexion épistémologique. Cet effort a abouti, par exemple, à une redéfinition de ce que recouvrent le « terrain », les « objets » et les savoirs dans une perspective qui n’est pas celle de la production de commentaires supplémentaires au bénéfice du corpus académique, mais celle de la pleine reconnaissance des liens avec les enquêtés, informateurs et innombrables personnes impliquées dans des situations de communication destinées à faire avancer l’enquête et la production des textes qui en est issue (Le Marec, 2010). Il s’agit non pas de développer un type de réflexivité qui suppose des raffinements théoriques toujours plus subtils, mais au contraire d’élargir l’espace où s’éprouve l’intersubjectivité, en y intégrant ce qui est partagé dans les pratiques ordinaires de la recherche, en particulier dans les sociabilités construites pendant les phases de programmation, d’enquête et de discussion. Par exemple, un certain nombre d’enquêtes nourrissent l’étude des rapports entre sciences et société. Elles sont menées dans toutes les disciplines des sciences sociales concernées par les questions de production, diffusion et transformation de savoirs et de discours à propos des sciences. Or, une des pratiques sociales où ce rapport entre sciences et société est le plus fortement activé est l’enquête, qui met en présence un représentant du monde académique et des individus. Ceux-ci se laissent observer et interroger, fournissent des documents, proposent des objets et s’en remettent à l’enquêteur, ses compétences, ses motivations et son sens des responsabilités9. La possibilité même de mener des enquêtes dans pratiquement tous les milieux sociaux à propos de n’importe quelle pratique est en soi un phénomène qui mérite qu’on s’y intéresse car il n’a rien de naturel. Il y a quelque chose de malheureux et de paradoxal dans le fait que le modèle social du choix rationnel repose sur des enquêtes auxquelles des individus n’auraient eu en principe aucun intérêt à participer s’ils n’avaient vraiment été que des acteurs rationnels10.

18L’intégration des pratiques ordinaires de la recherche dans le questionnement sur le fonctionnement de la société nous rapproche d’Orwell par l’intermédiaire de la réflexion sur l’épistémologie de l’enquête, telle qu’elle a pu être développée par Olivier Schwartz (1993) à propos de l’empirisme irréductible : il faut au chercheur un modèle qui lui permette d’assumer une part de contingence et d’incertitude, mais aussi d’accepter en retour l’occasion et la chance. Il lui faut assumer, contre la tentation scientiste de l’effort de purification des données de l’enquête, l’exigence d’une scientificité qui intègre une condition partagée, jamais autonome, du savoir construit en situation. Cette conception d’une épistémologie nourrie directement de la confiance et d’un empirisme irréductible est à rapprocher de la conception du politique liée à la décence ordinaire chez Orwell. Non seulement elle rend acceptable l’imperfection, mais elle l’intègre à une conception de la vie sociale confiante dans la richesse des rapports ordinaires. De même que « la vie ordinaire, si aléatoire soit-elle, n’est pas le brouillon à jeter d’une vie authentique » (Bégout, 2008, p. 41), les pratiques de communication dans l’enquête ne sont pas les échafaudages à jeter d’un modèle authentique de la vie sociale. Il n’est donc pas besoin d’attendre de produire des résultats sur les savoirs des profanes tels qu’ils peuvent être élaborés hors des institutions académiques, ou bien sur les sciences citoyennes issues de la critique des sciences, pour développer une vision alternative des rapports aux savoirs au sein des institutions elles-mêmes. La portée critique des sciences sociales est déjà là dans les accords culturels et sociaux implicites qui les rendent possibles au quotidien, à condition qu’elles ne cherchent pas à s’autonomiser pour aboutir à des modèles qui ne tireraient leur pertinence que de la critique de la vie sociale ordinaire et non de ce qui, dans cette vie sociale ordinaire, rend possible l’enquête et la transmission.

Bachelard et l’autonomisation de l’ingénierie sociale

19Nous avons vu que la confiance des publics, et plus largement l’attention à autrui qui rend possible la collaboration d’individus à l’enquête, ont une portée critique paradoxale : elles dépendent d’attachements et de cette décence orwellienne rendue possible par les conditions de la vie ordinaire elle-même. Elles n’ont pas de traduction politique directe. Au contraire, elles se traduisent par ce qu’Orwell dénonce comme une apathie : les hommes mettent peu de ferveur à défendre des libertés menacées, ne prétendent pas agir sur l’avenir, s’en remettent aux institutions. Les intellectuels ne sont donc guère sensibles à ce phénomène qui frôle la résignation. Bégout insiste sur le gouffre qui peut exister selon Orwell entre l’ordinaire et l’intellectuel – de gauche – impatient d’attaquer un ordre social injuste et de développer un nouveau modèle de société par ses compétences théoriques et les capacités qu’elles lui promettent de pouvoir influer sur le cours des choses. Ce pouvoir de l’intellectuel s’exerce par des conseils, des analyses, des prises de position. Bégout écrit : « La société industrielle s’avère une aubaine pour lui. Ne réclame-t-elle pas en effet une haute technicité des moyens et des gens aptes à la direction intellectuelle ? La complexité du monde travaille pour l’intellectuel ; elle crée les conditions sociales de son recours » (2008, p. 55).

  • 11 La mise en place des PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur) et les réponse (...)
  • 12 Nous avons, avec Igor Babou, décrit ce processus d’autonomisation sociodiscursi (...)

20Si l’on réfléchit à la position non pas de l’intellectuel, mais à celle du chercheur en sciences humaines et sociales aujourd’hui, le parallèle mais aussi l’écart sont frappants. La volonté d’agir sur le cours des choses est désormais non seulement revendiquée par l’intellectuel, mais elle est exigée du chercheur en sciences sociales. Celui-ci est sommé de produire une expertise qui puisse aider à la gestion et l’organisation sociale. Une partie des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche de ces dernières années a renforcé cette injonction, notamment l’accroissement continu de la part de financement par projets en réponse à des appels d’offres thématiques et la participation de nombreux acteurs économiques et politiques aux instances de pilotage et d’orientation des communautés de recherche. Le chercheur est moins désigné comme un intellectuel que comme un producteur professionnel de savoirs, et, si possible, d’innovations utiles au développement de modèles, dispositifs et procédures de gestion des activités humaines. L’ingénierie sociale est un marché florissant, d’ailleurs mis au service… de la réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche11 ! Les intellectuels se voient donc rattrapés par une attention qu’ils ont pu solliciter par le passé au nom d’une volonté critique de mettre leurs compétences au service d’une transformation du monde. Les chercheurs en sciences sociales sont débordés par ce dont ils n’auraient sans doute pas même osé rêver : l’injonction à participer à une mutation, voire une révolution de la vie sociale, en produisant des savoirs d’expertise, des modèles, des procédures. Ceux-ci finissent par favoriser l’autonomie d’une sphère de l’ingénierie sociale avec ses métiers, ses espaces, ses productions – médiations multiples qui la constituent peu à peu en une réalité indépendante des questions qui ont suscité les recherches et les savoirs qu’elle revendique12.

21Au sein de l’académie, l’ingénierie sociale bénéficie du masque que lui offre le fait de donner forme concrète à un progrès dans l’évolution des sciences sociales en direction du modèle de scientificité des sciences de la nature. Les sciences sociales sont encore tendues vers l’horizon obsédant de ce qui serait l’homologue de la rupture bachelardienne dans la formation de l’esprit scientifique, soit des savoirs scientifiques construits absolument contre le sens commun et la pensée ordinaire (Bachelard, 1934). Même si elles peuvent revendiquer une épistémologie propre qui n’implique pas l’abandon radical des formes de savoir de sens commun dans le processus normé de production du savoir, la conquête du savoir scientifique purifié du caractère toujours local et situé des savoirs de sens commun reste un moteur puissant des dynamiques de recherche, des publications et des procédures de légitimation académique. Cette rupture est moins souvent cognitive que sociale et organisationnelle. Elle se construit lentement, par l’élaboration des conditions d’une intersubjectivité large et par l’attention portée à une intertextualité créatrice d’un espace autonome de la connaissance sur l’homme et la société, dans les livres, les textes, les séminaires, les colloques.

22Or, l’autonomisation des productions issues de la recherche en sciences sociales recyclées en produits et services d’expertise, a toutes les apparences de ce qui pourrait résulter de cette fameuse rupture bachelardienne. Elle crée en effet un espace dense et vaste par les multiples médiations qui relient entre eux des acteurs, des objets, des signes et des discours sur la société et ses transformations.

  • 13 C’est Igor Babou qui a attiré mon attention sur le fait que les Idex opéraient cette sort (...)

23L’appel à sortir des cadres institutionnels, maintes fois réitéré lors de chaque mouvement de contestation des décisions autoritaires du gouvernement à propos des universités, ne s’est que trop réalisé, quoique de manière inattendue. Cet appel à sortir des cadres institutionnels, pour renouveler aux marges des institutions les pratiques et la réflexion sur les pratiques, renvoie toujours dans nos imaginaires politiques à des expérimentations alternatives risquées. Mais cette sortie du cadre est menée sans le moindre risque et avec des moyens considérables par des « collectifs », comme les Initiatives d’excellence, poussés par les instances politiques à sortir du giron académique, s’affranchir des pesanteurs des dynamiques institutionnelles (notamment les règles de collégialité) et se développer en marge des institutions avec les moyens issus de celles-ci (locaux, postes, financements)13. L’idéal de la rupture bachelardienne est donc court-circuité par un principe d’autonomisation de secteurs d’activités nourris par le recyclage de savoirs en sciences sociales. Cette autonomisation aboutit, au moins partiellement, à une sortie des cadres institutionnels classiques avec maintien des personnes, des moyens et des objets dans les lieux traditionnellement dédiés aux missions institutionnelles. Les lieux concrets où se sont déployées les institutions sont progressivement colonisés par un marché de l’expertise. L’institution existe cependant, mais dans d’autres espaces que les lieux empiriques des établissements supposés les incarner.

Réflexivité contre rupture : la critique hétérogène

24Il n’existe pas de continuum de postures, des plus critiques aux moins critiques, qui se succéderaient le long d’un même axe de questionnement sur le fonctionnement social. Les différents rapports à la critique sont relatifs à des intérêts de connaissance hétérogènes. Notre imaginaire de la dimension critique des sciences sociales est encore hanté par une période où la critique s’exprimait contre les pouvoirs et les institutions. Ainsi, Geoffroy de Lagasnerie (2010) peut considérer que Michel Foucault, Roland Barthes et Pierre Bourdieu sont créatifs, dans la mesure où ils sont hérétiques par rapport à l’université. Or, le contexte a changé, et on assiste plutôt à une désinstitutionnalisation forte de l’université investie par quantité d’acteurs qui y ont importé des intérêts de connaissance divergents.

25Nous sommes en situation de profiter malgré tout d’une forte hétéronomie universitaire pour assumer la référence à d’autres formes de critiques que le dévoilement et la mise en débat des rapports de domination. La position défendue ici, celle d’un détour de la recherche – et de l’enseignement – par les moments où s’éprouve au quotidien la magie du lien ordinaire à l’institution, n’a cependant de sens que si elle coexiste avec d’autres formes critiques classiques. Elle ne peut pas prétendre s’y substituer car elle ne permet pas de résoudre des problèmes. Elle permet de mettre l’accent sur une « magie » des rapports sociaux, c’est-à-dire sur ce qui en eux fonctionne sans que cela nous intrigue outre mesure. Dans son essai sur la croyance chez les modernes, Bruno Latour (1996) s’attaque à la toute-puissance de la pensée critique « gigantesque pompe aspirante et refoulante » vidant le monde réel de tous ses « objets-fées » pour les transformer en idées et images surchargeant peu à peu l’intériorité des sujets et, à l’inverse, alignant dans le monde des « faits » autonomes dont on peut disposer. La proposition de Latour, toute théorique certes, consiste à renoncer à la tentation d’arracher l’action au monde de la pratique qui crée et fait croire dans le même mouvement. De même, l’approfondissement du rapport à l’institution vécu dans l’enquête et ressenti à travers la médiation opérée par les publics implique le renoncement à la tentation d’arracher la situation de recherche à l’ensemble des sentiments psychosociaux, des conditions matérielles de la rencontre entre individus et de l’environnement institutionnel. L’expérience vécue est plus que celle de l’enquête, elle est celle du décalage entre la nature des questions appelées par l’exigence d’explicitation et la nature des questions souvent informulées soulevées par la dynamique de la confiance. Ces ensembles complexes par lesquels s’éprouve une magie de la confiance, de la décence ordinaire et de la vie institutionnelle sont pratiquement impossibles à constituer en objet que l’on pourrait objectiver. Ils peuvent cependant être partagés, et surtout reconnus, dans une littérature qui opère alors moins comme support de diffusion de connaissances que comme lieu de la redécouverte chez l’autre de ce dont on fait soi-même l’épreuve, et qui dès lors est transmis avec l’expérience même de la transmission.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Babou Igor et LeMarec Joëlle, 2008, « Les pratiques de communication professionnelle dans les institutions scientifiques : processus d’autonomisation », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 2, no 1, p. 115-142.
DOI : 10.3917/rac.003.0115

Bachelard Gaston, 1934, Le nouvel esprit scientifique, Paris, Alcan.

Bégout Bruce, 2008, De la décence ordinaire : court essai sur une idée fondamentale de la pensée politique de George Orwell, Paris, Allia.

Benarroche Marcel, 2000, « Développer la culture scientifique… Pourquoi ? Et comment ? », Alliage, no 44, p. 3-6.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boltanski Luc, 2008, « Institutions et critique sociale. Une approche pragmatique de la domination », Tracés, hors-série « Présent et futurs de la critique », p. 17-43.
DOI : 10.4000/traces.2333

Certeau Michel (de), 1980a, L’invention du quotidien, vol. 1, Arts de faire, Paris, Union générale d’éditions.

— 1980b, L’invention du quotidien, vol. 2, Habiter, cuisiner, Paris, Union générale d’éditions.

Davallon Jean, 2006, Le don du patrimoine : une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Lavoisier.

Dubet François, 2002, Le déclin de l’institution, Paris, Le Seuil.

Godelier Maurice, 1996, L’énigme du don, Paris, Fayard.

Hoggart Richard, 1970 [1957], La culture du pauvre, Paris, Minuit.

Jaubert Alain et Lévy-Leblond Jean-Marc dir., 1973, (Auto)critique de la science, Paris, Le Seuil.

Jurdant Baudouin, 2009, Les problèmes techniques de la vulgarisation scientifique, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Kaufmann Jean-Claude, 1993, Sociologie du couple, Paris, PUF.

Lagasnerie Geoffroy (de), 2010, Logique de la création : sur l’université, la vie intellectuelle et les conditions de l’innovation, Paris, Fayard.

Latour Bruno, 1996, Petite réflexion sur le culte moderne des dieux faitiches, Le Plessis-Robinson, Synthélabo.

Le Marec Joëlle, 2007, Publics et musées : la confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan.

— 2010, « Enquête et savoirs du contact dans les études de sciences », Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, J. Le Marec éd., Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 95-119.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Levy-Leblond Jean-Marc, 2000, Impasciences, Paris, Bayard.
DOI : 10.3917/jfp.018.0003

Orwell George, 1995, Essais, articles, lettres, vol. 1, 1920-1940, Paris, Ivrea - Encyclopédie des nuisances.

Ozouf Jacques et Ozouf Mona, 1992, La République des instituteurs, Paris, Gallimard - Le Seuil.

Roqueplo Philippe, 1983, Penser la technique : pour une démocratie concrète, Paris, Le Seuil.

Schwartz Olivier, 1993, « L’empirisme irréductible », postface à Nels Anderson, Le Hobo : sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, p. 265-308.

Simmel Georg, 1999 [1908], Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Watier Patrick, 2008, « De la société aux formes de socialisation », Sociétés, no 101, p. 49-61.
DOI : 10.3917/soc.101.0049

Haut de page

Notes

1 Lors d’une journée de conférences et de débats consacrée aux relations entre sciences et société, organisée le 27 mai 2011 à l’occasion des 40 ans de l’université Lyon 1, Jean-Marc Lévy-Leblond s’interrogeait sur ce qui pouvait rester pertinent dans (Auto)critique de la science, publié en 1973 sous sa direction et celle d’Alain Jaubert. Signalant la permanence de la critique des sciences et notamment des questions traitées dans l’ouvrage (interrogation sur les rapports de domination, la précarité, la vassalisation de la recherche, les rapports à la valeur), il situait le changement survenu dans les sciences elles-mêmes et notamment dans une crise épistémologique des sciences physiques et biologiques. Nous reprenons sa remarque et suggérons de l’étendre aux sciences de l’homme qui, en tant que communautés scientifiques, sont également engagées dans une autocritique.

2 Voir, par exemple, le courant de critique des sciences chez Philippe Roqueplo (1983), Jean-Marc Lévy-Leblond (2000) et Baudouin Jurdant (2009).

3 Il s’agit d’enquêtes menées dans différents contextes : au sein du service études et recherches de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, de l’équipe d’études muséologiques des expositions à la Cité des sciences et de l’industrie de 1988 à 1998, puis, à partir de 2000, dans le cadre de plusieurs programmes de recherche académiques sur les pratiques de lecture et d’écriture en bibliothèque, sur la médiation muséale dans les musées de sciences et les musées de société, ainsi que sur les publics des manifestations littéraires. Ces enquêtes, qui ont pratiquement toujours comporté de nombreux entretiens, se sont fondées sur une approche souvent mixte, sociographique et sémiotique (Le Marec, 2007).

4 Voir la note synthétique de Daniel Boy, « Enquêtes d’opinion : la science en crise ? » [en ligne], Le Journal du CNRS, no 177, octobre 2004, [URL : http://www2.cnrs.fr/journal/1715.htm], consultée le 11 mars 2012.

5 Ainsi les travaux de Jean-Claude Kaufmann, sociologue de l’ordinaire, portent préférentiellement sur le foyer, les rapports conjugaux, les relations familiales à table ou dans la chambre à coucher, et mettent l’accent sur des phénomènes où les catégories affectives sont centrales (voir Kaufmann, 1993).

6 Cette confiance et cet attachement à la valeur institutionnelle ont été repérés dès les premières enquêtes menées à la Cité des sciences et de l’industrie à partir de 1988 et ont été ensuite sans cesse retrouvés dans différents contextes (Le Marec, 2007).

7 Citons trois exemples, parmi des centaines d’autres, issus de trois enquêtes menées à plusieurs années de distance dans des musées différents. En 1990, face au didacticiel « le jeu des naturalistes » présenté à la Cité des sciences et de l’industrie, des visiteurs ont du mal à réaliser l’exercice d’assemblage des éléments de squelette de plusieurs animaux. La manipulation est un préalable à la présentation de la naissance de l’anatomie comparée au xviiie siècle. Ils réagissent en interprétant le sens de l’échec : « On a voulu nous montrer à quel point c’était difficile pour ces savants de l’époque ». L’activité pratiquée n’est pas évaluée selon les critères médiatiques (qualité du mode d’emploi) ou cognitifs (compétences du joueur). Le sens est avant tout institutionnel. Les visiteurs sont nombreux à interpréter quantité d’artefacts et de situations dans le musée à partir d’hypothèses relatives à des enjeux de transmission. Le deuxième exemple, toujours à la Cité des sciences et de l’industrie, est l’expérimentation en 1999 de la possibilité pour les visiteurs de récupérer chez eux tous les textes et leur parcours dans l’exposition, à partir d’un code-barres sur leur ticket d’entrée. Les visiteurs doivent « badger » dans différents endroits de l’exposition et laisser leurs coordonnées personnelles. Certains d’entre eux commentent : « Heureusement qu’on est dans un musée et qu’on peut faire confiance ». De fait, le concepteur du dispositif a résolu de ne garder aucune information personnelle concernant les visiteurs et d’empêcher la réutilisation de toutes les données. Le musée est un lieu supposé être à l’écart des pratiques de vente et d’échanges de fichiers, car le visiteur n’est jamais un client. De cela, il est pratiquement toujours convaincu. Le troisième exemple est un entretien avec des personnes qui ont vécu l’émigration d’un pays étranger vers Lyon, à l’occasion de l’instruction d’un projet de musée des cultures du monde. Une participante déclare : « Ce serait magnifique que nos belles assiettes berbères entrent au musée ici en France, moi je n’irai pas les voir mais mes fils sauraient qu’elles s’y trouvent » (pour une présentation plus générale de ces enquêtes, voir Le Marec, 2007).

8 Un concepteur d’expositions au Muséum national d’histoire naturelle, inquiet de ne pouvoir remplir les formulaires pour préciser quel était son public cible, demande mon avis et m’explique : « Quand je réalise une exposition, je pense aux proches qui pourraient la visiter, j’en parle à la boulangerie, aux parents de l’école de mes enfants. » Symétriquement, lors d’entretiens avec les visiteurs, une question revient constamment, qui les guide dans leur appropriation des expositions : « Qu’est-ce qu’ils veulent que je fasse ? », « Qu’est-ce qu’ils veulent que je comprenne ? » (propos recueillis par l’auteure).

9 Ces phénomènes sont peu commentés. Voir néanmoins la première partie de l’ouvrage consacré par Jacques Ozouf et Mona Ozouf (1992) aux instituteurs, où les auteurs rendent hommage à l’implication des interrogés dans l’enquête menée en 1960 auprès de 20 000 instituteurs ayant enseigné avant 1914.

10 Si les chercheurs peuvent analyser pour eux-mêmes les déplacements et transformations qu’ils vivent dans l’enquête, il n’est pas facile de rendre compte de ce que fait l’enquête aux enquêtés sans reprendre une position de surplomb. Paradoxalement, la proximité accrue facilite le renoncement à la tentation de constamment parler pour autrui dans des situations où le sens est impossible à fixer d’un seul point de vue. Les restitutions, encore rares, permettent de discuter collectivement du sens de l’enquête ou au moins d’une part de celui-ci.

11 La mise en place des PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur) et les réponses aux appels à projets ministériels des Laboratoires d’excellence (LabEx) et Initiatives d’excellence (Idex) ont mobilisé les services d’agences de communication ou de conseil qui ont vendu leurs services, fait des organigrammes, proposé des formulations, défini des axes, créé des images. Ces procédures sont en grande partie issues d’un recyclage de savoirs et modèles obsolètes issus des sciences sociales qui n’ont plus de valeur heuristique, mais continuent à vivre leur vie de modèles et contraignent les pratiques à défaut d’avoir aidé à les comprendre. La situation des sciences sociales est intenable, puisque les chercheurs se voient imposer des modes de faire issus de visions du fonctionnement social périmées depuis des décennies. C’est notamment le cas en sciences de la communication, sommées de supporter, pour leur fonctionnement quotidien comme celui de toutes les communautés académiques, l’application bureaucratique d’un modèle linéaire du fonctionnement médiatique pensé comme un système de production de messages destinés à avoir un impact sur une cible de récepteurs – modèle dépassé depuis longtemps.

12 Nous avons, avec Igor Babou, décrit ce processus d’autonomisation sociodiscursive de la communication professionnalisée dans les institutions scientifiques (Babou et Le Marec, 2008). Ce processus d’autonomisation d’une ingénierie sociale ressemble à ce qui a pu être dénoncé dans les années 1970 comme le développement de la technoscience, qui a suscité à l’époque une critique forte de la part des chercheurs eux-mêmes.

13 C’est Igor Babou qui a attiré mon attention sur le fait que les Idex opéraient cette sortie des cadres institutionnels à l’intérieur même des espaces physiques de l’université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Le Marec, « Partage et transmissions ordinaires dans les institutions du savoir », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 28 août 2016. URL : http://traces.revues.org/5523 ; DOI : 10.4000/traces.5523

Haut de page

Auteur

Joëlle Le Marec

professeur de sciences de l’information et de la communication, Université Paris 7 Diderot, CERILAC (Centre d’études et de recherches interdisciplinaires de l’UFR lettres, art et cinéma)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page