Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Avant-propos. L'esprit d'enquête

Arnaud Fossier et Édouard Gardella
p. 7-25

Texte intégral

1Le cycle de journées d’étude « À quoi servent les sciences humaines » s’achève, et le moment du bilan, du moins des conclusions provisoires, est venu. Il y a quatre ans maintenant, nous avons eu le projet de compiler, dans toute leur diversité, les multiples usages contemporains des sciences humaines et sociales, sous la forme de témoignages écrits émanant de ceux qui les font comme de ceux qui les utilisent. Au total, nous aurons invité près de quatre-vingt d’entre eux à réfléchir à cette question qui, vieille d’un siècle au moins, prit un tour polémique lors de la réforme des universités françaises de 2009.

2Nous voulions d’abord nous situer dans le sillage des conférences publiées dans le hors-série de l’année 2008 (Coste et Fossier éd., 2008), qui interrogeaient la vocation critique des sciences humaines et sociales, ou, pour le dire autrement, le rôle de mouche du coche qu’elles jouent dans la cité. Mais de nouvelles questions émergèrent de cette série de conférences, auxquelles le cycle « À quoi servent les sciences humaines » se devait de répondre : quelles sont les limites de la « sphère publique » dans laquelle les sciences humaines et sociales sont enserrées ? Celles-ci peuvent-elles se contenter de n’y être que des pourvoyeuses d’expertises ? Leur enseignement doit-il se greffer sur les exigences du marché du travail ? Dans quelle mesure peuvent-elles constituer un « bien commun », accessible à toutes et tous et adossé à un service public ?

3En soumettant de manière systématique producteurs et utilisateurs des sciences humaines à un même questionnaire, en passant leurs expériences au crible des mêmes axes problématiques – lieux et formats d’utilisation des sciences humaines, relations de pouvoir et de collaboration en jeu, compétences mises en œuvre (Fossier et Gardella, 2009) –, nous espérions construire une typologie rapprochant les publics et les usages de ces sciences. Cette tentative, qui pouvait apparaître inappropriée, au regard de notre démarche (libre de contraintes méthodologiques) et de notre ambition politique, est rendue d’autant plus difficile qu’une grande diversité d’usages s’est dégagée, et que de larges aspects de la question, notamment l’influence diffuse de ces sciences par la lecture, nous sont encore mal connus. Plus qu’une typologie, cet avant-propos tente donc de faire ressortir quelques « figures » au croisement de savoir-faire différents, de capacités hétérogènes, de rencontres et d’initiatives locales.

Utilités des usages

4Nous insistons beaucoup sur les « usages » des sciences humaines et sociales, pour sortir « l’utilité » du carcan étroit et normatif que lui impose son symétrique, « l’inutilité ». De telles ornières confinent la réflexion sur l’utilité des sciences humaines à des formules qui se veulent profondes et détachées (« elles ne servent à rien, là est leur beauté… »), ou pis, à d’appauvrissantes formes d’utilité.

5L’utilité économique renverrait ainsi aux instruments participant de la croissance ; or, les sciences humaines, si elles peuvent contribuer à la fabrication de tels instruments, débordent largement ce seul objectif. L’utilité politique rabattrait les usages citoyens des sciences humaines et sociales à la seule expertise technique, cantonnant ainsi la chose publique à une question de spécialistes. L’utilité civique confondrait les sciences humaines avec le vernis de culture générale dont tout citoyen honnête et docile devrait être doté. L’utilité morale enfin, sous couvert d’humanisme bon teint, postulerait « par principe » que les sciences humaines sont nécessaires à toute cité vertueuse. Si tel était le cas, les organismes universitaires et de recherche devraient être des modèles de communautés régies par l’empathie, l’émulation intellectuelle et la curiosité. Il n’aura cependant échappé à personne que, cette conséquence n’étant pas vérifiée, le postulat de départ peut à son tour être sévèrement ébranlé.

6Parce que la problématique utilitaire impose un cadre d’analyse dont les critères d’évaluation sont soit posés en amont de la pratique des sciences humaines et sociales, soit extérieurs à leurs logiques propres, et relèvent donc de justifications idéologiques qui en diminuent la portée, nous avons eu pour objectif de détacher l’idée d’utilité de son ombre, l’inutilité. Si nous reprenions tel quel le lexique dominant (utilité contre inutilité, productivité contre improductivité), nous nous ferions tôt ou tard absorber par l’idéologie « modernisatrice » et les ministères qui, aujourd’hui, l’incarnent. Continuer à ne jurer que par l’utilité, c’est finalement donner du grain à moudre à ceux qui disposent des moyens médiatiques et financiers de faire mourir ces sciences de leur isolement. À ce jeu, nous sommes condamnés à perdre.

7A contrario, notre répertoire d’arguments s’extrait d’un double jeu de langage : le premier, humaniste et progressiste, les confine à une culture générale acritique, sous prétexte de défense des sciences humaines et sociales ; le second, utilitariste et néolibéral, souhaite que ces sciences débouchent à court terme sur des applications productives et rentables (parce qu’elles ne produiraient elles-mêmes aucune richesse). Déplacer l’interrogation classique de l’utilité vers celle des usages, et rendre visibles les multiples utilisations possibles, contribue à fourbir des armes pour répliquer sans hésitation à la question lancinante : « À quoi les chercheurs servent-ils ? »

8Quels qu’ils soient, les savoirs catégorisés comme « sciences humaines et sociales » – histoire, économie, philosophie, sociologie, science politique, sciences de la gestion, linguistique, études littéraires et esthétiques, ou géographie – ont été appréhendés à partir de leurs usages. Cartographie militaire, analyse des dysfonctionnements en entreprise, lutte contre le mal-logement, expertise judiciaire, reportage documentaire, formation d’intervenants sociaux, accompagnement de la prostitution, critique des actions humanitaires ou de l’institution pénale, évaluation des politiques publiques, expositions artistiques, etc. : la liste est longue, et nous ne saurions revenir sur toutes les activités qui empruntent aux sciences humaines, et qu’il nous a été donné de découvrir au fil de notre cycle de journées d’étude. Au moins montre-t-elle combien les travaux de sciences humaines et sociales revêtent une pluralité d’utilités dans des domaines très différents les uns des autres. Elle manifeste aussi qu’il est vain de vouloir mesurer l’utilité des sciences humaines à l’aune de critères bibliométriques. Celle-ci ne se décrit et ne s’évalue ni à partir du langage de la productivité, ni depuis de supposées fonctions sociales ; elle s’appréhende comme la diversité indéfinie des usages qui peuvent en être faits.

Coopérer : de la séparation à la fusion

9Parmi les multiples usages possibles (dont font évidemment partie les utilisations au sein du domaine académique), nous avons privilégié ceux établissant des liens entre « recherche confinée » (académique) et « recherche de plein air » (Callon et al., 2001). Le protocole était simple : nous souhaitions inviter à rendre compte de leurs expériences de coopération, des « binômes » composés d’un « chercheur » (statutaire) et d’un « professionnel ». Nous avons opté pour la mise en scène de récits croisés permettant de faire apparaître les relations concrètes entre producteurs et utilisateurs de sciences humaines. Rôle du professionnel, marge de manœuvre du chercheur, modalités d’usage des sciences humaines, effet réel sur la pratique professionnelle : en prenant en compte ces quatre éléments, nous pouvons proposer quelques « figures » de collaborations, directes ou indirectes, dont les témoignages ont été publiés dans les hors-séries Tracés.

10L’expertise « mandatée » (Castel, 1985) est sans doute l’usage actuel le plus connu des sciences humaines : une question pratique est définie par un commanditaire, qui délègue la réponse à des « experts », réputés plus compétents en termes de savoirs et de techniques. Nous avons rencontré plusieurs cas de ce type, en nous efforçant, par souci de symétrie, de recueillir le discours des deux protagonistes : le commanditaire et l’expert. Éric Cédiey, travaillant à l’ISM Corum – un organisme associatif lyonnais chargé d’études sur les politiques urbaines et les questions de discrimination –, a mené une « recherche-action » pour la société d’intérim Adecco, en œuvrant à l’écriture d’un accord social d’entreprise pour la prévention et la lutte contre les discriminations. Comme le souligne le commanditaire Emmanuel Maillet :

Nous disposions certes, depuis six ou sept ans, des moyens humains de notre pôle de lutte contre les discriminations, mais pas forcément des moyens intellectuels, que l’expertise d’Éric Cédiey et de ses collègues nous a apportés. […] Nous nous sommes entourés d’experts, parce que nous voulions un accord « utile ». À la lecture des différents accords ou des chartes existants en France, et même un peu plus largement en Europe, on s’aperçoit rapidement que les termes de « lutte contre les discriminations », « diversité », « intégration » sont employés à tort et à travers. Nous, nous voulions absolument que les salariés de l’entreprise, qui allaient prendre connaissance de cet accord, sachent au contraire exactement de quoi nous parlions. (Cédiey et Maillet, 2010, p. 80-81)

11Adecco a voulu et a obtenu un cadre juridique clair concernant les discriminations. Entre la commande et le résultat, l’usage des sciences humaines ne semble ni avoir introduit d’incertitudes ni avoir soulevé de problèmes. Tout a été sous contrôle, tant et si bien que certaines questions sont restées sans réponse… Comment expliquer les discriminations effectives au sein d’une entreprise condamnée en justice en 2006 ? Quelle ampleur ces pratiques illégales ont-elles eue, et ont-elles encore, en son sein ? Quels rapports les salariés d’Adecco ont-ils avec les discriminations qu’ils mettent en œuvre ? D’une certaine manière, l’expert d’ISM Corum donne la raison pour laquelle ces questions ne pouvaient que rester sans réponse, lorsqu’il explicite ses critères d’une « recherche-action réussie » :

Il faut […] veiller à ce que chacune des parties continue à bien tenir son rôle, respecte certaines contraintes et certaines normes, sans prétendre empiéter sur le rôle des autres parties et leur imposer sa logique. (Ibid., p. 79)

12Pour le dire autrement, l’expert mandaté n’enquête pas sur ou avec, mais pour son commanditaire. Il doit simplement satisfaire une attente délimitée en amont. La distribution des rôles proposée par l’expert d’ISM Corum suggère donc une alternative claire : respect distancié ou empiétement sur le domaine de l’autre.

13Une deuxième figure relève de la coopération indirecte et, sans doute pour cette raison, favorise une plus grande autonomie du chercheur sollicité comme expert. Nous pouvons l’appeler « recherche-expertise » : écrit par l’expert, le rapport instruit, informe, peut servir, mais ne répond pas forcément aux attentes des praticiens auxquels il est destiné. Le travail de recherche peut ne jamais rencontrer son public, tout comme il peut être compris et saisi avec enthousiasme. Grâce à l’enquête ethnographique et statistique menée, entre autres, par Alexis Spire et Katia Weidenfeld (2009), avec le soutien du Groupement d’intérêt public « Droit et justice », l’analyse du recours des justiciables aux tribunaux administratifs a comblé un véritable déficit de connaissance en la matière. Les usages de ces connaissances ne sont pas uniformes, comme en témoigne l’interprétation tout à fait personnelle qu’en livre le juge administratif Johann Morri (2009) : la sociologie pourrait « prévenir » le contentieux en réformant le rapport, parfois conflictuel, de l’administration à la loi. Cette enquête remettrait par ailleurs en cause un certain nombre de clichés tenaces parmi certains professionnels du droit sur les « requérants », dont très peu, au terme de l’enquête, apparaissent comme d’oisifs procéduriers. Enfin, elle conduirait les juges à s’ouvrir aux attentes et aux capacités juridiques des usagers.

14Les sciences humaines apparaissent ainsi comme les auxiliaires d’un certain nombre de pratiques professionnelles, entrepreneuriales comme judiciaires. Encore faut-il préciser la manière dont elles endossent ce rôle, et jusqu’où leur influence se fait sentir. Peuvent-elles aller jusqu’à orienter, voire transformer, d’autres domaines que celui de l’enseignement et de la recherche ? La réponse, variable selon les disciplines et les milieux professionnels envisagés, est frappante quand on s’attache à la figure du « savoir lobbyiste », qui se déploie de manière privilégiée dans des organismes mixtes de recherche et de conseil ayant un effet direct sur la pratique des professionnels. Le cas du droit de la concurrence et des litiges entre entreprises vient illustrer à merveille cette troisième forme de coopération que nous dégageons. L’économiste David Spector (2011) donne au phénomène d’invasion de la justice par la science économique une perspective historique – le mouvement ayant démarré aux États-Unis dans les années 1970, pour se prolonger en Europe dans les années 2000. Et quoique prudent, voire sceptique, sur les possibilités de communication entre le juge et l’économiste, dans la mesure où ils ne partagent ni les mêmes valeurs, ni les mêmes méthodes, ni la même notion de vérité, le juge à la Chambre « régulation économique » de la cour d’appel de Paris, Thierry Fossier (2011), abonde en ce sens lorsqu’il explique que les concepts de l’économiste sont directement réutilisés au moment de la qualification juridique des faits. On mesure, dans ce cas précis, la puissance spécifique du savoir économique, qui semble avoir pénétré jusqu’au bastion de la langue du droit.

15Une quatrième figure de coopération pourrait être qualifiée d’« improvisation sur commande ». La collaboration directe, même institutionnellement encadrée, d’un chercheur statutaire et d’un autre professionnel n’est en effet pas exempte de surprises et d’imprévus. Les usages a priori planifiés des sciences humaines et sociales laissent alors place aux résultats inattendus d’une action menée conjointement, voire au processus de création. En 2008, le sociologue Éric Villagordo et le photographe-plasticien Philippe Domergue répondent à un appel d’offres émanant de la Maison Salvan – un lieu d’art financé par la municipalité de Labège en Haute-Garonne – pour une résidence d’artistes consacrée à la rencontre entre l’art et la science (Villagordo et Domergue, 2011). Villagordo pense d’abord produire des sciences humaines de façon académique, en réservant une pièce de l’exposition au rendu scientifique du travail de l’artiste. Ce dernier, quant à lui, attend du questionnement théorique du sociologue qu’il légitime son statut et l’aide à stabiliser le sens de son œuvre.

16Au fil des semaines, Villagordo s’immerge dans le processus créatif, pour s’abandonner à la participation observante. Il filme et aide aux différentes manipulations de l’artiste, tout en remplissant chaque soir son carnet de terrain ethnographique. Parallèlement, Domergue s’imprègne du « programme de mémorisation propre aux sciences humaines » qui consiste à décrire, classer, analyser, et comprendre. La lecture d’ouvrages de sociologie de l’art tels que Le travail créateur de Pierre-Michel Menger l’ouvre à une réflexion renouvelée sur son statut d’artiste et sur sa propre pratique. Mais plus largement :

La collaboration permet ce que j’appellerais des apports méthodologiques : une gestion du temps plus facile à deux que seul dans un projet de création ; une gestion du sens, des choix, de l’analyse en situation créative. La pratique questionnante s’avère fructueuse ; la confrontation permanente permet un retour sur soi, sur telle ou telle action. Cela a permis une objectivation de mes postures, une gestion de l’incertitude par l’alternance de moments de « rationalisation » (découpe, analyse, réflexion, comparaison…) avec des moments de « lâcher prise ». (Villagordo et Domergue, 2011, p. 43)

17Finalement, l’exposition se tient en 2009 ; elle est cosignée Domergue et Villagordo. Les textes et les vidéos ethnographiques du premier ne sont pas isolés dans une pièce (comme il en était question à l’origine), mais bel et bien intégrés au matériau de l’œuvre artistique.

18De la séparation à l’hybridation ou à la fusion, les figures de la coopération sont innombrables. Dans sa contribution à ce volume, le sociologue Marwan Mohammed explique comment il a pris appui sur ses compétences et ses connaissances scientifiques pour participer à l’élaboration, la réalisation et la fabrication du documentaire La tentation de l’émeute, diffusé sur Arte. La sociologie a bien entendu informé ce documentaire, mais des compromis avec les techniciens et le réalisateur ont été nécessaires. Il évoque les abandons réciproques des parties en présence : « Chacun de nous a accepté d’être partiellement dépossédé de son savoir-faire et de sa manière d’organiser les savoirs. »

19Toutes caractérisées par un processus de décentrement plus ou moins radical, ces expériences de coopération viennent se placer entre deux pôles : « chacun chez soi », « Je est un Autre ». De la séparation, où l’expert adopte le point de vue du commanditaire, à la fusion, où les rôles de producteur et d’utilisateur sont fluctuants, le partage des perspectives et des capacités est plus ou moins prégnant. Dans tous les cas, ce qui nous a intéressés est de voir comment, dans chaque situation particulière, les intérêts, les savoirs, les savoir-faire et les expériences s’échangent, dans quelle mesure chacune des parties est amenée à adopter le point de vue de l’autre, jusqu’à quel point chacun des membres est conduit à entrer en empathie avec l’autre, comment recherche en sciences humaines et activités professionnelles sont liées par des emprunts, conscients et décisifs, ou par des influences diffuses dont les effets ne se font pas clairement et immédiatement sentir.

Figures isolées, profils hybrides

20La majorité des usages des sciences humaines et sociales dont les hors-séries rendent compte ne découlent pourtant pas de coopérations ponctuelles entre deux ou plusieurs individus appartenant à des mondes délimités en amont. Le cas de figure le plus fréquent fut celui d’une seule et même personne croisant ses compétences académiques avec des enjeux non académiques (militaires, marchands, ou administratifs, par exemple).

21Plusieurs des intervenants ont incarné ce profil hybride. Une fois son doctorat de géographie et de sciences environnementales sur les enjeux de la végétalisation des pistes de ski dans les stations alpines achevé, Marc-Jérôme Hassid (2010) crée sa propre entreprise, Alternimpact. Vouée à infléchir la politique environnementale de lutte contre l’érosion sur les pistes, elle se situe entre conseil et recherche appliquée. Paul-David Régnier (2010), après son agrégation de géographie, décidera de mettre ses compétences de géographe et de cartographe au service de la stratégie militaire. De la même manière, Patrick Poncet (2010) retrace l’histoire de sa propre reconversion et explique qu’il a pu quitter le monde universitaire pour « se lancer » comme entrepreneur en formalisant un nouveau savoir, « l’intelligence spatiale », destiné à articuler la recherche en géographie fondamentale et toute action utilisant des informations « spatiales » (en premier lieu, des cartes). Christian Morel (2010), réputé pour ses travaux de sociologie des organisations, travaille en entreprise depuis plus de trente ans. Ses méthodes d’analyse des dysfonctionnements, directement inspirées des sociologies de Michel Crozier et de Raymond Boudon, servent à l’anticipation d’un certain nombre d’erreurs ou de problèmes courants dans le monde des grandes entreprises. Christophe Robert (2009), après une thèse de sociologie, s’engage comme directeur des études à la Fondation Abbé Pierre, jouant autant un rôle de coordination des divers chercheurs qui produisent le rapport annuel sur le « mal-logement », qu’un rôle d’intervention et d’interpellation des pouvoirs publics dans les médias.

22Ces quelques exemples de trajectoires mettent à mal le schéma initialement envisagé. Les sciences humaines et leurs usages non académiques ne présupposent pas deux entités distinctes (un producteur et un utilisateur) mais peuvent coexister au sein d’un même individu. Les sciences humaines connaissent alors une importante transformation, tant dans leurs objectifs que dans leurs méthodes ou dans leurs environnements de travail. Les personnes ayant suivi un tel parcours de professionnalisation hybride finissent souvent par considérer comme exotique le monde académique dont elles sont issues – même si pour certaines disciplines comme l’économie, les allers-retours entre mondes hétérogènes sont monnaie courante (Bourguignon, 2011).

23D’autres trajectoires conduisent les individus à se situer à la frontière des milieux académique et professionnel, un pied dans chaque monde. Hélène-Yvonne Meynaud (2010) est chercheuse en sociologie et salariée de l’un des groupes de recherche d’EDF Recherche & Développement comprenant vingt-cinq personnes. Tandis que son statut de sociologue en entreprise la conduit à établir un certain nombre d’expertises, nous n’avons pu, en l’absence de cadres dirigeants d’EDF ou d’autres commanditaires, entendre l’écho des usages qui sont faits de son travail. Mais elle-même souligne les enjeux qu’elle rencontre quand elle doit faire comprendre son exigence scientifique dans un tel environnement :

Avec le commanditaire, tout le travail d’explication est à refaire, infiniment, indéfiniment : pourquoi ces méthodes ? Qu’est-ce qu’un échantillon ? Combien de temps la recherche nécessite-t-elle ? Quelle forme et quelle publicité donner aux résultats ? Quelle déontologie mettre en place pour préserver l’anonymat des sources ? La sociologie en entreprise doit être perçue comme une « industrie de main-d’œuvre », fondée sur la nécessaire présentation des résultats et non sur la démonstration d’une vérité a priori. (Meynaud, 2010, p. 38-39)

24Ce dialogue entre décisionnaires et chercheurs peut, dans certains cas, devenir isolement. Vincent Viet (2009), titulaire d’un doctorat d’histoire, animateur de la recherche au sein de la MiRe-DREES (Mission de la Recherche, Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques), raconte comment cette institution, créée dans les années 1980 afin de donner aux sciences historiques et sociales le rôle d’éclaireuses de la décision publique, s’est finalement muée en un organe d’études chiffrées de court terme visant à répondre plus adéquatement aux demandes des cabinets ministériels. Les recherches sont aujourd’hui marginalisées et fort éloignées des instances administratives de décision, cette coupure se retrouvant dans d’autres politiques publiques. Dans l’analyse qu’il livre des multiples évaluations de la politique de la ville depuis les années 1980, Renaud Epstein (2009) confirme le divorce entre recherches sociologiques et décision politique, au profit de l’expertise économétrique.

25Dans ces situations de « poste frontière », malgré leur diversité, nous observons une scission entre recherches et décisions, avec la désagréable impression de retrouver la fameuse figure du « rapport dans le tiroir », « intéressant » certes, mais à peine parcouru, parce que trop « compliqué », trop « long », pas assez « tranchant », ou bien « en retard ». Même si les chercheurs, engagés dans de telles institutions, peuvent influer sur la décision par d’autres canaux (des réunions, des comités de pilotage, des discussions informelles), le moment et le résultat de la recherche semblent bel et bien ne pas rencontrer de véritable réception. Doit-on en conclure que seules les figures de l’« expertise » et du « conseil » occupent le terrain qui existe entre la décision institutionnelle d’une part et l’enquête en sciences humaines et sociales de l’autre ? Sans doute pas. Il doit exister des traductions efficaces, opérées par des médiateurs chargés de relier les recherches aux décisions, et, plus globalement, les recherches à leurs possibles usages.

L’écrit réflexif : un format inadapté ?

26Dans tous les cas susmentionnés, qu’il s’agisse de coopérations, d’emprunts ponctuels, d’influences diffuses ou d’hybridations, nous avons systématiquement exigé de nos invités de la « réflexivité », autrement dit une capacité à raconter, donc à « objectiver » un tant soit peu, leur propre expérience. Au terme du cycle « À quoi servent les sciences humaines », il apparaît que cette réflexivité n’a pas toujours été facile, pour eux, à exprimer, pour nous, à mettre en évidence. Il arrive que les récits soient trop généraux ou au contraire trop particularistes.

27Dans le premier cas, ils relèvent de l’essai théorique sur les sciences humaines, ou d’une étude comparatiste qui occulte, sans doute par excès de modestie, leur propre expérience de chercheur ou de praticien. Ils vont parfois jusqu’à conclure à une nécessité de principe des sciences humaines dans nos sociétés contemporaines – une idée que nous ne souhaitions pas, pour notre part, défendre. Dans le second cas, les récits se perdent au contraire dans les détails de situations irréductiblement singulières. Ils en viennent, sinon, à vanter les mérites de projets d’expertises idiosyncrasiques ou de collaborations situées, sans que soient toujours décrits les usages effectifs des sciences humaines intéressant un public plus large que celui des spécialistes ou des parties prenantes. Enfin, certains des intervenants n’ont pas produit de textes, sans doute parce que nos demandes n’étaient pas évidentes à satisfaire (faute de temps), à comprendre, ou que l’exercice leur était vraiment étranger.

28Soyons justes à ce propos : nous sommes responsables d’exigences formelles partiellement inadaptées à notre projet d’origine. Nous n’avons en aucun cas cherché à conduire une sociologie et une histoire des diverses réceptions, localisées, des sciences humaines, un projet qu’appelait d’ailleurs de ses vœux Bernard Lahire concernant la sociologie (Lahire éd., 2002). Sans doute aurions-nous pu, ou dû, pour éviter l’écart parfois important entre le témoignage individualisé et sa formalisation écrite, privilégier le podcast vidéo accompagné d’une simple transcription des interventions. Nous aurions ainsi rendu justice au caractère vivant de celles-ci, qui, une fois enserrées dans le format écrit d’une revue académique, perdent de leur force de séduction, et sans doute de leur sens (étant donné le projet d’origine). Notre partenariat avec le site de La Vie des idées empruntait d’ailleurs cette voie de la diffusion par l’image, mais il n’a fait que contribuer au surcroît de légitimation du monde universitaire, puisque nous avons réservé la vidéo… aux intervenants issus de ce monde (à une exception près, celle de Christian Morel). Au final, nous ne nous sommes pas donné les moyens de diffuser aussi largement que nous le souhaitions l’esprit qui anime, sous-tend et traverse, à différents degrés, les diverses contributions du cycle « À quoi servent les sciences humaines » : l’esprit d’enquête.

Développer l’esprit d’enquête : pour une émancipation pragmatiste

29Levons dès à présent les ambiguïtés de compréhension que cette expression, « l’esprit d’enquête », pourrait susciter. Ni inquisition, ni paranoïa, ni suspicion : diffuser l’esprit d’enquête ne revient pas à favoriser l’émergence d’une société de la méfiance dans laquelle tout un chacun espionnerait, voire dénoncerait, collègues, voisins et étrangers. L’esprit d’enquête est lié à la curiosité, comprise comme la capacité à se décentrer, c’est-à-dire à appréhender la dimension collective de toute existence individuelle. L’esprit d’enquête consiste à se poser les questions suivantes et à pouvoir y répondre sans tordre la réalité : comment d’autres ont-ils vécu et vivent-ils ? Quels sont les intérêts qui les animent, les contraintes auxquelles ils sont confrontés, les subtilités de leurs croyances et de leurs sentiments ? Quelles sont leurs trajectoires, géographiques et sociales ? Quels sont leurs projets ? En un mot, comment se mettre à leur place ? Cette empathie n’empêche en rien la critique des injustices ; au contraire, elle est la condition première d’une critique efficace, en rendant celle-ci juste et pertinente à ceux qu’elle vise (Fassin, 2009 ; Lemieux, 2009).

30Comment diffuser les capacités et les techniques constitutives de cet « esprit d’enquête » ? Les politiques éducatives sont assurément un lieu stratégique à investir. Dans le passage de son ouvrage Les émotions démocratiques (2011), consacré plus spécifiquement à l’enseignement des sciences sociales (chapitre 5, « Citoyens du monde »), Martha Nussbaum montre que la compréhension de la diversité humaine passe non seulement par l’apprentissage de connaissances factuelles précises, mais aussi et surtout par l’appropriation des techniques de production de ces résultats :

L’histoire ne peut pas être enseignée correctement si on la présente comme une suite de faits, ce qui est une approche trop commune. Un enseignement adéquat doit apprendre aux enfants que l’histoire s’écrit à partir de sources et de preuves de toutes sortes, il doit apprendre à évaluer les preuves et à comparer deux récits historiques. (Nussbaum, 2011, p. 113)

31Enseigner l’histoire dans une perspective d’émancipation, c’est ouvrir la capacité à critiquer une affirmation historique, notamment en sensibilisant les élèves aux usages politiques de cette science ; c’est aussi indiquer où et comment vérifier de telles déclarations, en instillant le goût pour les archives, comme le fait quotidiennement l’émission radiophonique La Fabrique de l’histoire, expérience dont Séverine Liatard rend compte dans ce numéro.

32Promouvoir des usages des sciences humaines adéquats à cet esprit d’enquête consiste à valoriser l’enseignement de ces sciences non seulement dans le secondaire et dans le supérieur, mais aussi dès l’école primaire et le collège. Pourquoi seules l’histoire et la géographie sont-elles enseignées aux élèves les plus jeunes ? Pourquoi ne pas imaginer des enseignements de sociologie, d’anthropologie, d’économie, de philosophie, adaptés aux plus petits, comme c’est le cas pour la physique, la chimie ou la biologie ? Nussbaum rappelle souvent dans son ouvrage la ficelle par laquelle le philosophe John Dewey préconisait d’intéresser les plus jeunes à l’économie : partir des objets les plus quotidiens (un crayon, un t-shirt, une gomme, etc.), et s’interroger sur la façon dont ils ont été produits, par qui, dans quel pays, dans quelles conditions, en suivant quels circuits de la production à la consommation. Imaginons à notre tour d’autres façons d’entrer pleinement dans cette démarche d’enquête. Pourquoi ne pas réaliser au collège des petits travaux « sociologiques », au cours desquels les élèves pourraient effectuer un entretien enregistré, et lire des ouvrages de vulgarisation qui leur soient adressés (et qui restent à inventer !) ? Pourquoi ne pas leur transmettre « le goût de l’observation » (Peneff, 2009), en demandant régulièrement de décrire ce qu’ils voient dans certaines situations de la vie sociale, qu’elles leur soient familières ou éloignées ? Pourquoi ne pas systématiser les discussions collectives effectuées dans certaines classes, afin d’apprendre dès le plus jeune âge les exigences de la conversation rationnelle, de l’écoute de l’autre et de la vie publique ? S’habituer à prendre le temps d’écouter, de regarder, d’écrire, pour voir autrement l’environnement social dans lequel nous sommes immergés, à la façon dont les sciences naturelles sont enseignées. Tout comme les élèves apprennent comment plantes et animaux grandissent et vivent en interrelation au sein d’écosystèmes, ils auraient la possibilité de comprendre comment d’autres humains sont à la fois semblables et différents, comment leur interdépendance influence leurs vies respectives, en somme pourquoi ils sont indissociables du milieu sociohistorique dans lequel ils baignent. Ce serait un bon moyen de prolonger la vocation première des sciences sociales, que Cyril Lemieux rappelle dans ce numéro à partir de ses interventions dans divers médias nationaux : lutter contre l’individualisme, qui fait de l’individu isolé la seule cause de tout ce qui lui arrive, et qui favorise simultanément l’humiliation des « loosers » et la vanité des « winners ».

33Dans les établissements du supérieur, l’enseignement professionnalisant peut coïncider avec cet esprit d’enquête. L’expérience d’ANACIS, formation universitaire à l’intervention sociale dont Bertrand Ravon retrace la généalogie intellectuelle dans sa contribution au numéro, correspond à l’ambition d’émancipation démocratique. Les intervenants sociaux ne sont pas voués à être les soldats de politiques sociales décidées depuis les ministères et les conseils généraux. Leur position en fait des observateurs privilégiés des conséquences de nombreuses politiques publiques, conduits qu’ils sont à agir auprès d’individus et de ménages subissant les effets des marchés du travail et du logement, des évolutions des minima sociaux, des changements de la rénovation urbaine et de l’action culturelle. Ils sont amenés à trouver des solutions aux problèmes qui leur sont exposés. Ces solutions peuvent s’extraire du cadre individualisant des politiques sociales, à condition de prendre conscience de la richesse des savoirs professionnels quotidiens. Ce sont ces ressources, ancrées dans la pratique, qui peuvent améliorer l’intervention sociale et que les sciences humaines peuvent aider à mieux voir et mieux utiliser.

34L’esprit d’enquête rassemble donc l’esprit critique, le raisonnement logique, la capacité d’empathie, l’imagination, mais aussi les techniques pour mettre en œuvre ces dispositions. Les sciences humaines ne peuvent donc pas se réduire à un stock de connaissances :

La partie factuelle seule pourrait être transmise sans les capacités et les techniques que nous avons appris à associer aux humanités. Mais disposer d’un catalogue de faits sans la capacité de les évaluer ou de comprendre comment un récit est constitué à partir de preuves est presque aussi mauvais que d’être ignorant, puisque l’élève ne sera pas capable de distinguer de la vérité les stéréotypes grossiers transmis par les dirigeants politiques ou culturels, ni de discerner entre revendications fallacieuses et revendications solides. (Nussbaum, 2011, p. 119)

35La diffusion de l’esprit d’enquête ne doit cependant pas se restreindre au domaine de la formation scolaire initiale (primaire, secondaire, supérieur). Elle doit impliquer la formation continue, dont les universités populaires constituent l’une des formes les plus démocratiques. Elle doit englober les moments de coopération entre chercheurs et non-chercheurs que nous avons publicisés via ce cycle. Elle doit se comprendre comme participant du mouvement global et permanent d’éducation, « méthode fondamentale du progrès social et de réforme de la société » (Dewey, 1995, p. 123), auquel nous croyons que les sciences humaines peuvent contribuer. L’institution scolaire ne peut donc suffire ; elle doit être ressaisie comme un élément, parmi d’autres, du processus de « démocratisation des sciences humaines » (Fossier et Gardella, 2010), qui désigne leur appropriation par l’ensemble de la société, et correspond à la compréhension et la maîtrise par le plus grand nombre des techniques nécessaires à la production de connaissances.

36Nous portons la croyance que démocratiser les sciences humaines contribue au renforcement de nos démocraties. En donnant à toutes et tous les moyens de rendre toujours plus intelligible l’environnement social dans lequel ils sont plongés, les sciences humaines aident les individus à avoir une prise sur leur vie. En développant des capacités toujours plus puissantes et plus fines d’étude des phénomènes sociaux, les individus, affectés par des problèmes, peuvent mieux en identifier les causes et en clarifier les effets, formant ainsi ce que le philosophe John Dewey a appelé des « publics » (2003). En un mot, les sciences humaines doivent aider les « publics » à s’explorer par eux-mêmes. Le chercheur en sciences humaines peut être celui qui, par l’enquête, permet au professionnel de comprendre différemment ou à nouveaux frais sa propre pratique professionnelle, voire de l’enrichir en l’équipant de techniques d’enquête favorisant ainsi son émancipation.

37Un exemple issu de l’un des hors-séries Tracés : la création, puis l’évolution, de l’association de santé communautaire Cabiria, qui voit le jour en 1992 suite à une recherche-action menée, entre autres, par le sociologue Lilian Mathieu (2009). À l’origine, il s’agit de créer un accueil mobile de nuit pour les prostituées de Lyon, qui soit à la fois un lieu de pause et de prévention contre le VIH. Très vite cependant, l’association développe en son sein un département recherche censé, par ses enquêtes, aider les équipes de terrain. Les conclusions de l’une de ses recherches-actions, « Femmes migrantes, stratégies et empowerment », réalisée entre 2002 et 2004, sur les réseaux migratoires, les parcours singuliers de ces femmes, et les conditions d’exercice de leur travail, se révèlent ensuite déterminantes dans le travail quotidien de Cabiria. Comme en témoigne Florence Garcia, au nom de l’association :

En se saisissant de nos questionnements, en se donnant le temps de réfléchir et d’analyser les éléments perçus et expérimentés par l’équipe, les actions de recherche proposent un point d’ancrage auquel nous rattachons souvent nos réflexions sur nos pratiques quotidiennes. Ces recherches constituent un outil pour conceptualiser ce que nous ressentons, de manière empirique et sensible, au contact quotidien des femmes migrantes. Car il ne s’agit pas, dans notre travail d’accompagnement, de simplement clamer l’autonomie de ces femmes, mais bien de l’identifier, de comprendre leurs stratégies afin de les soutenir. L’axe principal de nos interventions est de favoriser l’empowerment des femmes, de leur proposer les conseils et les outils qui leur seront utiles pour renforcer leur autonomie, et de valoriser toutes les étapes par lesquelles elles passent dans ce parcours. (Garcia, 2009, p. 162)

38La dynamique de l’association s’ancre dans une première étude, qui ouvre sur de nouvelles façons de concevoir et de maîtriser le problème collectif (la prostitution) et qui se prolonge par l’appropriation de techniques de recherches. L’enquête en sciences sociales entre dans un mouvement continu d’enquêtes qui font émerger des problèmes nouveaux, participant d’une forme d’expertise « instituante » que Castel (1985) distingue de l’expertise « mandatée ». Celle-ci semble moins propice à l’esprit d’enquête. Mais il n’y a là aucune fatalité. Hélène-Yvonne Meynaud (2010) rapporte nombre de « bonnes » expériences de coopération entre dirigeants et chercheurs chez EDF. Éric Godelier souligne que les sciences de la gestion, parfois (trop) rapidement rabattues sur leur seule dimension de rentabilité organisationnelle ou économique, peuvent se pratiquer autrement qu’en répondant servilement à la question du commanditaire, notamment en lui faisant adopter le point de vue d’une recherche :

Quand j’envoie des élèves de Polytechnique et de HEC faire du terrain en Inde et au Japon pendant quatre mois, l’ambiguïté est permanente, parce que les commanditaires attendent des solutions. Mais nous leur répondons que nous souhaitons simplement montrer comment certains mécanismes politiques, culturels, sociaux se mettent en œuvre, pour les aider à avancer sur les problèmes et les questions qu’ils rencontrent dans leur activité quotidienne […] Notre objectif est d’amener les entreprises à bien poser les questions ou, pour le dire autrement, à poser les bonnes questions. (Godelier, 2010, p. 59)

39La formation à la recherche des futurs dirigeants managériaux et entrepreneuriaux pourrait aussi être une bonne manière de modifier durablement la relation entre commanditaires et chercheurs et de prédisposer les premiers à l’esprit d’enquête…

40C’est finalement l’éclipse de cet esprit dans l’espace public, notamment médiatique, que nous cherchons à combattre. Dans cette lutte, la critique de son usurpation par des représentants de l’opinion publique autoproclamés est nécessaire, mais elle n’est pas la seule stratégie possible. Erik Neveu suggère dans ce volume d’encourager le développement du journalisme d’investigation tel qu’il a pu émerger aux États-Unis dans les années 1970, autour du new journalism, où l’enquête journalistique ressemble à s’y méprendre à l’enquête ethnographique. Il serait aussi efficace de favoriser la disposition à l’enquête chez le plus grand nombre, en donnant de solides assises organisationnelles à la coopération entre journalistes et chercheurs en sciences sociales, comme Cyril Lemieux le propose dans sa contribution à ce numéro. Sans revenir à une utilité morale de principe des sciences humaines, il faut envisager et nommer la portée civique et politique des capacités et des techniques que « nous », jeunes enseignants et doctorants, apprenons.

Réceptions des sciences humaines et boucles de réflexivité

41Enfin, la diffusion de l’esprit d’enquête comprend la réception, silencieuse et disséminée, des lecteurs et/ou auditeurs qui s’attachent et se frottent à des savoirs et des modes de raisonnement qui les amènent à un retour réflexif sur leurs opinions, voire à un changement dans leurs propres comportements. Cet aspect des usages des sciences humaines a été, et reste pour nous, encore énigmatique. Nous pensions, sans doute naïvement, qu’en proposant à des « utilisateurs » de témoigner de leur pratique, nous aurions accès dans le même mouvement à leurs expériences de lecture. Ce ne fut que rarement le cas. Nous sortons de ces huit journées de cycle, emplis de nouvelles interrogations. Qui sont les lecteurs de blogs, de sites de revues ? Qui sont les auditeurs d’émissions spécialisées ? Quelles sont leurs réactions ? Que font-ils de leurs expériences de réception (lectures comme écoutes) ? Les aident-elles à prendre la parole dans des assemblées politiques ? En font-ils des sources d’expertise ou des arguments d’autorité pour emporter l’adhésion dans les arènes qui leur sont familières (amicale, familiale et professionnelle) ? S’appuient-ils dessus pour prolonger l’enquête, s’intéresser plus avant à un problème ? Ou, au contraire, les délaissent-ils, découragés et ennuyés, préférant des discours plus « simples » ?

42Certains des intervenants du cycle mentionnent, souvent rapidement, les effets d’une expérience de lecture, comme le photographe Marc Pataut (Pataut et Roussin, 2011) qui, dans sa communication orale, a revendiqué l’influence du philosophe Jean-Luc Nancy. C’est également le cas des new journalists qu’analyse Erik Neveu dans sa contribution : ceux-ci pratiquent un journalisme subjectif et compréhensif, largement inspiré pour certains par les travaux ethnographiques de la sociologie et de l’anthropologie. Il y a là un immense continent, encore largement inexploré par notre cycle de journées d’étude, mais familier de ceux qui se penchent depuis longtemps sur les rapports entre littérature, documentaire et sciences sociales (voir, entre autres, Lassave, 2002).

43Continent dont on peut même élargir les frontières virtuelles, en suivant des « boucles de réflexivité », c’est-à-dire les effets que les usages des sciences humaines ont en retour sur la production de ces sciences. Est-ce que les usages braconniers des sciences humaines ont des effets en retour sur la pratique académique ? Où sont-ils, ces passeurs, médiateurs, traducteurs, échangeurs d’usages, au croisement de plusieurs mondes, à l’instar de Robert Park par qui, à Chicago, « le journalisme inspira le renouvellement des méthodes en sociologie » (Lemieux, dans ce volume) au tournant du xxe siècle ? Modifient-ils les méthodes et les problématiques des sciences humaines et sociales ? Erik Neveu s’interroge sur les apports possibles de la littérature produite par les courants du new journalism à l’écriture en sciences sociales, tant en termes de précision dans la description (nécessaire à toute compréhension), qu’en termes d’attention à l’écriture et plus globalement à la poétique des sciences sociales. Marwan Mohammed ressort de son expérience documentaire avec la conviction que l’image doit gagner une place croissante dans la façon de faire de la sociologie.

44Il y a encore beaucoup à explorer dans les échanges qui relient les sciences humaines et leurs publics : l’enquête, infinie, doit se prolonger… C’est en rendant intelligibles les chaînes reliant productions, réceptions et circulations des sciences humaines, que des dynamiques de réflexivité pourront se déployer et qu’une plus grande diffusion de l’esprit d’enquête sera possible ; vaste tâche à laquelle espère participer ce quatrième hors-série, dans la lignée des trois précédents.

45Comme dans les numéros antérieurs, les interventions de deux journées d’étude sont publiées dans ce quatrième volume : la première, « Les sciences humaines dans les politiques éducatives : évaluation des pratiques, professionnalisation et démocratisation de l’enseignement et de la recherche » (11 février 2011), la seconde « Médias et sciences humaines : médiatisations, collaborations, critiques » (16 décembre 2011). Toutes deux ont eu lieu à l’ENS de Lyon, que nous remercions encore pour son soutien indéfectible dans ce projet, tant en termes logistiques qu’en termes financiers. Nous en profitons également pour remercier nos deux autres partenaires, le magazine Sciences humaines et le site La Vie des idées (www.laviedesidees.fr). Ce numéro clôt la parution de quatre numéros hors-série, que le lecteur peut retrouver en librairie ou sur les portails de revues Cairn.info et Revues.org, mais l’enquête n’est pas terminée : elle se poursuit, pour le moment, sur notre carnet de recherche (http://traces.hypotheses.org/​), dans la rubrique « À quoi servent les sciences humaines ». En attendant d’éventuelles autres incursions dans ce vaste continent…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourguignon François, 2011, « Le pouvoir des organisations internationales sur le développement : illusion ou réalité ? », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (III) », p. 247-265.
DOI : 10.4000/traces.5355

Callon Michel, Lascoumes Pierre et Barthe Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain. Essais sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

Castel Robert, 1985, « L’expert mandaté et l’expert instituant », Situations d’expertise et socialisation des savoirs, CRESAL éd., Saint-Étienne, CRESAL, p. 81-92.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cédiey Éric et Maillet Emmanuel, 2010, « Sciences sociales et lutte contre la discrimination en entreprise : le cas d’Adecco », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 77-82.
DOI : 10.4000/traces.4701

Coste Florent et Fossier Arnaud éd., 2008, « Présents et futurs de la critique », Tracés, hors-série.

Dewey John, 1995 [1897], « Mon credo pédagogique », Pédagogues et pédagogies. John Dewey, G. Deledalle éd., Paris, PUF, p. 111-125.

2003 [1927], Le public et ses problèmes, trad. J. Zask, Pau, Farrago - Léo Scheer.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Epstein Renaud, 2009, « À quoi sert l’évaluation ? Les leçons de la politique de la ville », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 187-197.
DOI : 10.4000/traces.4453

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fassin Didier, 2009, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 199-211.
DOI : 10.4000/traces.4465

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fossier Arnaud et Gardella Édouard, 2009, « Avant-propos. Les sciences humaines au miroir de leurs publics », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 5-18.
DOI : 10.4000/traces.4303

2010, « Avant-propos. Démocratiser les sciences humaines », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 5-18.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fossier Thierry, 2011, « L’économiste au prétoire », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (III) », p. 227-236.
DOI : 10.4000/traces.5341

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Garcia Florence, 2009, « Complémentarité de la recherche et des actions de terrain. Le travail de prévention VIH et d’accès aux droits avec les personnes prostituées », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 157-164.
DOI : 10.4000/traces.4421

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Godelier Éric, 2010, « Entreprise et sciences sociales : production de savoir ou collusion ? », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 55-63.
DOI : 10.4000/traces.4684

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hassid Marc-Jérôme, 2010, « Du statut de chercheur au statut d’expert », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 151-160.
DOI : 10.4000/traces.4773

Lahire Bernard éd., 2002, À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte.

Lassave Pierre, 2002, Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences, Paris, PUF.

Lemieux Cyril, 2009, Le devoir et la grâce, Paris, Économica.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mathieu Lilian, 2009, « Étudier la prostitution au sein de l’association Cabiria. Retour réflexif sur une expérience de recherche », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 145-155.
DOI : 10.4000/traces.4409

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Meynaud Hélène-Yvonne, 2010, « Sciences sociales et entreprises : liaisons dangereuses ? », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 31-44.
DOI : 10.4000/traces.4664

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Morel Christian, 2010, « Une grille de lecture des erreurs en entreprise », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 109-118.
DOI : 10.4000/traces.4740

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Morri Johann, 2009, « Quand les sciences sociales se font expertes : le cas de la justice administrative », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 87-98.
DOI : 10.4000/traces.4371

Nussbaum Martha, 2011, Les émotions démocratiques. Comment former le citoyen du xxıe siècle ?, Paris, Climats.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pataut Marc et Roussin Philippe, 2011, « Photographie, art documentaire », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (III) », p. 47-66.
DOI : 10.4000/traces.5253

Peneff Jean, 2009, Le goût de l’observation. Comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Poncet Patrick, 2010, « La géographie en vente libre ! De la géographie à l’intelligence spatiale », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 139-150.
DOI : 10.4000/traces.4761

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Régnier Paul-David, 2010, « Un géographe au service des conflits : plaidoyer pour une géographie hors les murs », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (II) », p. 173-186.
DOI : 10.4000/traces.4789

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Robert Christophe, 2009, « Limites et effets de levier de la recherche en sciences humaines dans le combat contre le mal-logement », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 165-175.
DOI : 10.4000/traces.4431

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Spector David, 2011, « L’économiste appelé à la barre : la régulation économique et juridique de la concurrence », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (III) », p. 237-246.
DOI : 10.4000/traces.5350

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Spire Alexis et Weidenfeld Katia, 2009, « Les usages sociaux de la justice administrative », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 75-85.
DOI : 10.4000/traces.4358

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Viet Vincent, 2009, « Les vicissitudes de la fonction recherche dans une direction de synthèse », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (I) », p. 177-186.
DOI : 10.4000/traces.4443

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Villagordo Éric et Domergue Philippe, 2011, « Au croisement des postures sociologique et artistique : la résidence d’artiste Processus / Découpe », Tracés, hors-série « À quoi servent les sciences humaines (III) », p. 29-45.
DOI : 10.4000/traces.5240

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Fossier et Édouard Gardella, « Avant-propos. L'esprit d'enquête », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 29 août 2016. URL : http://traces.revues.org/5515

Haut de page

Auteurs

Arnaud Fossier

membre de l’École française de Rome, doctorant au CIHAM (Centre interuniversitaire d’histoire des chrétiens et musulmans médiévaux) à l’EHESS

Articles du même auteur

Édouard Gardella

ATER à l’Université de Poitiers, doctorant à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, Cachan)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page