Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

L’écologie prospective de la robotique

Joffrey Becker
p. 125-137

Texte intégral

Les jeux vidéo sont la première phase du plan d’assistance des machines à l’espèce humaine, le seul plan qui offre un avenir à l’intelligence. Pour le moment, l’indépassable philosophie de notre temps est contenue dans le Pac-Man. Je ne savais pas, en lui sacrifiant toutes mes pièces de cent yens qu’il allait conquérir le monde. Peut-être parce qu’il est la plus parfaite métaphore graphique de la condition humaine. Il représente à leur juste dose les rapports de force entre l’individu et l’environnement.
Chris Marker, Sans soleil

  • 1 Ce terme regroupe une assez grande variété de disciplines allant de l’ingénierie mécani (...)
  • 2 À titre d’exemple, cette inscription repose sur la conception de véhicules de mesure té (...)

1La récente traduction en français de l’ouvrage que Janine Benyus (2011) consacre au biomimétisme montre un souci grandissant de redéfinir le rapport des humains envers la nature, notamment en matière d’innovation industrielle. Ainsi, avec le biomimétisme, une conciliation s’annoncerait entre les processus naturels déployés à travers le vivant et les processus artificiels conçus par les humains. Cette convergence permettrait également d’amorcer un décentrement de la référence à l’expérience humaine dans sa relation à l’environnement (ibid.). La robotique 1 s’inscrit de diverses manières dans les questions écologiques 2. Outre la manière dont elle tente de répondre aux questions liées au développement durable, notamment à travers l’automatisation de la collecte et du traitement des déchets (Reggente et al., 2010), la robotique intègre des programmes de recherche scientifique directement liés à l’étude de l’environnement. En ce dernier domaine, la biomimétique forme une méthode permettant de résoudre des problèmes spécifiques, tout en plaçant la discipline au point de rencontre des sciences de la nature, de l’industrie, et de la prospective. En effet, s’il est encore difficile d’imaginer quels seront les effets des technologies issues de l’imitation de la nature, la robotique biomimétique compte déjà tirer parti de la colossale base de données offerte par la nature, à la fois pour inventer des applications d’un nouveau genre, mais également pour comprendre les relations des organismes à leur milieu.

2En suivant ainsi les processus d’évolution des espèces, les roboticiens conçoivent un ensemble de dispositifs techniques s’inscrivant dans une dynamique où l’imitation est perçue comme un moyen de résoudre certains aspects du vaste ensemble de problèmes qui touchent à l’autonomie des machines. Ils comptent par exemple sur la digestion artificielle pour permettre à une machine de chercher elle-même sa nourriture et fonctionner sans risquer l’arrêt (Ieropoulos et al., 2010). Ils développent également des réseaux de neurones artificiels et tentent de reproduire des comportements sociaux pour permettre à leurs machines d’optimiser l’exécution d’une tâche donnée, ou d’anticiper sur les comportements d’autres robots dans le cas où l’exécution de la tâche serait collective (Butz et al., 2007). Certains essaient de comprendre et de reproduire les principes naturels de la locomotion chez les mammifères (Raibert, 1990), les poissons (Colgate et Lynch, 2004) ou encore les insectes (Beer et al., 1992), ainsi que leurs capacités à agir sur leur environnement (Deneubourg et al., 1991). D’autres envisagent de reproduire artificiellement les émotions humaines (Breazeal et Brooks, 2005), la culture (Winfield et Griffiths, 2010), et dans certains cas, d’imiter l’organisation même de la matière organique (Kernbach et al., 2010). La bionique forme ainsi un important domaine d’étude qui allie l’imitation de la nature et l’hybridation entre la biologie et l’électronique. Elle consiste également en une forme d’emprunt, par les humains, des « équipements » développés par les organismes naturels (Guillot et Meyer, 2008, p. 11).

  • 3 La robotique, considérant le rôle du système sensoriel dans les relations des êtres viv (...)

3Un rapide examen des machines conçues en ce domaine laisse néanmoins supposer que la robotique investit les questions écologiques en opérant un glissement vers le domaine de la sensibilité 3 ; en posant notamment que la relation du corps à l’environnement fait de la machine un lieu d’où peut émerger l’intelligence. L’écologie prospective de la robotique s’inscrirait ainsi dans la continuité d’un projet bousculant les frontières distinguant les humains des animaux, et des machines.

De l’imitation de la nature à l’écologie roboticienne

4En effet, et malgré toute la nouveauté qu’inspirent ces formes d’imitation, il faut noter que la robotique biomimétique s’inscrit dans une assez longue tradition, qui fait de l’objet construit un point de référence à partir duquel peut s’envisager la nature de ce qui, à travers lui, est représenté. Les automates conçus au cours des xviie et xviiie siècles forment, ainsi, de très ingénieuses manières d’illustrer les fonctions de ce qu’ils imitent. Comme le souligne Horst Bredekamp (1995), la conception d’automates, depuis la Renaissance, est un élément d’importance dans l’organisation de la mise en concurrence de la nature et de sa reproductibilité mécanique, mais également de la démarche scientifique elle-même. Les automates ont permis à René Descartes (1664, p. 12-13), à travers l’analogie qu’il formule entre la circulation des esprits animaux et celle de l’eau dans les mécanismes hydrauliques des jardins royaux, et un peu plus d’un siècle après lui, à Julien Offroy de La Mettrie (1981), à travers sa théorie de l’Homme-machine, de redéfinir non seulement le cadre des relations entre les sciences, les techniques et la nature, mais également les frontières séparant les corps vivants de leurs imitations mécaniques (Canguilhem, 1965, p. 111).

  • 4 Voir, par exemple, le livre II de la Physique d’Aristote.
  • 5 Au sens d’un ensemble de méthodes visant à l’efficacité pratique de l’action.
  • 6 Comme le note Simon Schaffer, les automates participent d’une vision où le corps, étant (...)

5Jessica Riskin (2003) a bien montré comment la dynamique paradoxale de l’imitation de la nature, déjà évoquée par les Anciens 4, accompagne tout autant une transformation générale de la pensée de la nature, et une montée en puissance de l’ingénierie, telle qu’elle participe de l’industrialisation progressive de l’Europe. Ce mouvement combine, souligne-t-elle, une mimétique et une pragmatique 5 (p. 625), permettant d’adosser à la simulation mécanique des fonctions naturelles, une capacité à remplacer la force de travail des animaux et des humains, par un ensemble de forces artificielles 6. Ce mouvement caractéristique de la transformation des machines (Lafitte, 1972, p. 30), qui passent progressivement du statut de transformateurs de mouvements à celui de transformateurs de forces, puis avec la thermodynamique à celui de transformateurs d’énergie, conservera au xxe siècle son intérêt pour l’étude des aspects fonctionnels de l’organisation naturelle (Neumann, 1961). Mais désormais, les automates informatiques déplacent l’analogie mécaniste vers les capacités de perception et de traitement de l’information dépendant de l’organisation de la matière vivante. À l’appui de la notion de rétroaction (Rosenblueth et al., 1943), ils forment des dispositifs continuellement informés par les événements perçus depuis l’environnement, transformant des inputs informationnels en outputs comportementaux. C’est dans ce contexte que peut se concevoir l’écologie prospective de la robotique. En effet, si la robotique bio-inspirée ambitionne de réconcilier la biologie et la technologie, les relations qu’elle nous invite à tisser avec les machines peuvent s’entrevoir à travers une forme d’écologie scientifique, qui fonde son intérêt sur la question, notamment soulevée par Jacob von Uexküll (1965) et James Gibson (1986), des relations à l’environnement à travers la perception.

  • 7 Le terme désigne, ici, le processus par lequel se conçoivent les modèles, soit une form (...)

6Deux objets nous permettront d’envisager comment la robotique biomimétique trouve un point d’insertion dans les questions écologiques à travers une redéfinition de la place du sujet dans l’environnement, et en s’appuyant sur la modélisation 7 comme forme privilégiée d’acquisition du savoir. Ils nous permettront d’aborder le problème du point de vue d’un agent situé dans un environnement réel et de celui de plusieurs agents contenus dans un environnement simulé. Dans un premier temps, nous nous intéresserons à la création et à la mise en place d’un prototype de senseur sur une machine prenant la forme d’un rat. Cette machine a été observée lors d’un séjour de recherche au Laboratoire de robotique de Bristol, portant sur le cadre expérimental des recherches sur les interactions humain-robot. On s’appuiera sur des entretiens informels menés auprès des membres des deux équipes travaillant sur cette machine. Dans un deuxième temps, nous évoquerons les usages possibles des technologies de l’imitation, à partir de l’étude de comportements sociaux chez les araignées. Nous avons pris connaissance de ce second exemple lors d’un séjour au sein d’une équipe de l’Institut national de la recherche en informatique et en automatique (INRIA), spécialisée dans la modélisation de phénomènes naturels et la conception de machines autonomes. Il sera illustré par des extraits d’entretiens enregistrés, portant sur les relations intra- et interdisciplinaires qu’implique la conception des modèles.

Les moustaches de Scratch

  • 8 Ce terme désigne généralement un processus visant à comprendre et à reproduire le fonct (...)
  • 9 D’abord intégré entre 2006 et 2009 au sein du projet ICEA (Integrating Cognition, Emoti (...)

7Né d’une collaboration entre le Laboratoire de robotique de Bristol et le Groupe de recherche sur les comportements adaptatifs de Sheffield en 2006, le robot Scratch est une plateforme de recherche conçue à partir de l’observation des rats. Le projet s’est formé dès 2003 autour de l’idée de reproduire artificiellement leurs capacités sensorimotrices afin de concevoir un nouveau genre de détecteur. Les moustaches jouent un rôle clé dans la relation qu’entretiennent les rats avec leur environnement et, par conséquent, l’imitation de cette capacité peut permettre à un robot de s’orienter plus aisément dans des environnements généralement trop difficiles d’accès pour des robots simplement dotés de senseurs visuels. Pour le moment, les détecteurs de proximité, ou le traitement d’images vidéo, n’offrent que des possibilités limitées en matière d’autonomie des machines. Ainsi, lorsque l’environnement à explorer est difficilement accessible, ces détecteurs sont tout simplement inopérants. Si, par exemple, un robot autonome est sollicité pour intervenir dans l’obscurité des ruines d’un bâtiment, il lui sera difficile de s’orienter dans les décombres en utilisant les outils disponibles (la vidéo, les détecteurs à ultrason, etc.). L’intérêt de cette recherche ne repose pas seulement sur le développement de nouveaux senseurs. Le développement d’une telle technologie consiste également en une forme de rétro-ingénierie 8 des fonctions neuronales du rat qui sont mobilisées à travers les sensations que lui procure son environnement (Mitchinson et al., 2007). Adossé à deux programmes de recherches européens 9, le projet s’articule ainsi autour de plusieurs disciplines comme la psychologie, les neurosciences et l’ingénierie. Et il permet d’aborder des questions fondamentales, touchant au rôle des mécanismes émotionnels autonomes dans la structuration des processus de pensée au sein des systèmes cognitifs vivants (Sanz et al., 2006). Décrivons rapidement cette machine.

  • 10 Le terme désigne, ici, la capacité de la machine à s’orienter d’elle-même, à partir de (...)

8Le robot (figure 1) comporte plusieurs parties. Il est d’abord doté d’un corps qui transporte l’ensemble du matériel informatique, l’alimentation électrique et les moteurs permettant à l’ensemble de se déplacer. Il est également doté d’un cou permettant d’orienter une tête triangulaire, elle-même parsemée de moustaches. Ces appendices consistent en des tiges remuant d’avant en arrière, qui sont regroupées trois par trois, de chaque côté de la tête. Leur mouvement reprend un comportement d’exploration caractéristique du rat (Mitchinson et al., 2007). À l’extrémité de la tête, le museau est formé par un senseur tactile comprenant un groupe de neuf vibrisses plus petites qui, elles, ne sont pas articulées. Ainsi, lorsque les moustaches rencontrent un obstacle, elles informent le système informatique. Ce système reprend l’hypothèse selon laquelle le colliculus supérieur est l’organe déterminant la relation entre le stimulus et le comportement du rat (Prescott et al., 2010). Ce modèle intègre les sensations recueillies par les moustaches et les réactions qu’elles provoquent. Le comportement de la machine prend en réalité la forme d’une séquence d’actions, où chaque perception déclenche une réaction particulière. Cette séquence permet de faire la démonstration de l’autonomie 10 que le senseur offre à la machine. D’abord le robot avance. Le roboticien place alors sa main sur sa trajectoire. Sitôt que ses moustaches la détectent, le robot oriente sa tête en sa direction. Il parcourt ensuite l’obstacle de bas en haut avec son museau, avant d’orienter l’ensemble de son corps vers le roboticien, et poursuit son exploration jusqu’à ce qu’un nouvel obstacle vienne interrompre le mouvement des détecteurs.

Figure 1 – ScratchBot – Capture d’images vidéo – Bristol Robotics Laboratory – 2010 (Photo : J. Becker).

9Une telle machine est constituée d’un ensemble restreint d’éléments. Loin de formuler une imitation fidèle du rat, elle forme une architecture permettant néanmoins de détecter automatiquement des obstacles. Ce faisant, elle constitue une base certaine pour l’innovation. Ainsi, sous l’aspect rudimentaire d’un rat, se détache une volonté de répondre à des problèmes existants en matière de perception artificielle. Il est en effet attendu des moustaches de ce robot qu’elles offrent de nouveaux moyens de résoudre les problèmes liés à l’orientation, la localisation et la cartographie, ou la représentation et la classification des formes et des textures des objets rencontrés. On voit bien comment un tel projet, en mécanisant certaines fonctions cognitives du rat, s’adosse à une écologie. Par le mouvement entre l’observation neurobiologique et les problèmes classiques que pose l’autonomie des machines, ce projet aborde les relations entre un organisme biologique et son environnement. Il affirme ainsi une certaine unité de l’environnement naturel perceptible, par opposition aux environnements généralement ajustés aux conditions de perception des machines, tels qu’ils forment le fond des études sur la perception en robotique (Prescott et al., 2010). Ce projet, pour utiliser d’autres termes, s’inscrit dans la perspective que les robots soient un jour capables de s’adapter aux contraintes du monde sauvage. Il implique que les robots doivent pouvoir s’y adapter, et non que l’environnement lui-même doive être équipé pour garantir leur bonne performance.

La passion des araignées pour le traitement des images

  • 11 Bien que la recherche n’ait pas encore donné lieu à des applications, notamment dans le (...)
  • 12 Élaborée par Pierre-Paul Grassé (1959), la notion désigne l’ensemble des processus émer (...)

10Si pour l’heure, le robot Scratch ne s’inscrit pas directement dans le domaine des applications industrielles 11, il reste que la relation à l’environnement y tient un rôle clé. Il est donc nécessaire de s’intéresser à sa modélisation même. En effet, loin de ressembler au monde naturel, l’environnement de Scratch est un espace d’expérimentation du Laboratoire de robotique de Bristol, et les seuls stimuli qui s’offrent à lui consistent en autant de mains ou de stylos qui viennent interrompre sa trajectoire. Dans cet environnement, la durée d’activité de la machine n’excède pas quelques dizaines de secondes. D’autres équipes de recherche prennent directement en considération la relation que peuvent entretenir certains organismes avec leur milieu de vie. C’est le cas pour une étude, conduite au sein d’une équipe de robotique et d’intelligence artificielle de l’INRIA, à la fin des années 1990, portant sur la relation des araignées à la soie, et les comportements collectifs complexes qui s’imposent à elles à travers la prédation (Dury et al., 2001). Ce genre de recherche, portant sur la stigmergie 12, l’auto-organisation ou les phénomènes d’amplification que l’on peut déduire de l’observation des interactions entre des agents et leur environnement, a pris une importance considérable en robotique et en intelligence artificielle (Bersini, 2007).

  • 13 Le modèle a d’abord été conçu sur la base d’une vérification des éléments connus par la (...)
  • 14 On peut trouver une représentation de ce biotope artificiel en ligne : http://interstic (...)

11L’étude dont nous parlons part de l’observation, faite par le biologiste Bertrand Krafft, qu’une araignée peut continuer de tisser la toile d’une de ses congénères, et que la soie elle-même peut permettre à un groupe d’araignées d’agir collectivement dans la construction du piège. Ce travail avait guidé la conception d’une simulation informatique, au sein de laquelle des araignées virtuelles tissaient des réseaux complexes de fils. Les biologistes s’intéressaient de près à l’intégration d’un tel outil dans leurs recherches, tandis que les modélisateurs cherchaient des phénomènes à modéliser. Le modèle d’environnement était ainsi né d’une recherche conjointe sur l’apport de la modélisation informatique dans la recherche en biologie 13. Cette dernière aidait l’équipe de modélisateurs à choisir les éléments à retenir dans la conception du modèle. Et les informaticiens offraient aux biologistes un moyen de tester de nouvelles hypothèses, à partir de l’intégration du modèle dans un ordinateur. Comme le souligne un des chercheurs qui ont encadré l’élaboration de cet écosystème artificiel 14 :

  • 15 L’hypothèse selon laquelle la différence entre les espèces d’araignées sociales et les (...)

Ce qu’on a pu montrer avec ce petit modèle d’araignée sociale, c’est que tout ce qui était nécessaire pour construire une toile collective, c’était des comportements qui existaient déjà dans des espèces solitaires. La seule hypothèse supplémentaire qu’on ait ajoutée, c’est que, dans les espèces sociales, les individus s’ignorent 15. Et le simple fait d’ajouter cette hypothèse d’ignorance mutuelle, faisait que les individus arrivaient à coopérer, à faire ces choses que l’on prévoyait. On a pu montrer aussi des choses un peu plus poussées. Par exemple, que la taille de la toile dépendait de l’attraction pour la soie. Plus les araignées étaient attirées par la soie, plus elles faisaient des petites toiles. Et cette hypothèse, que la taille de la toile dépendait de la satiété, a permis de proposer une nouvelle hypothèse en biologie qui est de dire qu’en fait, l’attraction pour la soie dépendait inversement du niveau de satiété. (Entretien avec Vincent Chevrier, enseignant-chercheur au LORIA-INRIA (Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications), Nancy, réalisé le 16 février 2010)

12Le modèle informatique de la relation d’un groupe d’araignées à la soie dans un environnement virtuel permet donc de soutenir deux hypothèses. D’une part, il offre à Bertrand Krafft la possibilité de soutenir que les araignées font preuve d’une certaine indifférence concernant l’origine de la soie de la construction commune. D’autre part, il permet de défendre l’idée que le caractère social de ces araignées dépend de leur appétit. Un groupe d’araignées solitaires affamées, en étant peu attirées par la soie, construit des toiles de grande taille, déterminant une forme de chasse collective. Inversement, les araignées rassasiées retournent vers des constructions individuelles. Ce passage d’une auto-stigmergie à une stigmergie organisatrice des comportements cynégétiques collectifs allait trouver un champ d’application tout à fait différent pour l’équipe de modélisateurs.

On a proposé une transposition de ce mécanisme relativement simple a posteriori, qui permettait de détecter des régions dans les images. […] Il y a deux comportements qui sont : d’une part, se déplacer en fonction des fils qui existent déjà et puis des cases voisines. Donc l’araignée se déplace et puis elle pose un fil de soie. Et ce qu’on a fait, c’est que dans le modèle de construction, modèle assimilé à la biologie, il y avait une probabilité de pose qui était constante, alors que dans le modèle pour détecter les images, la probabilité de pose était dépendante du niveau de gris du pixel. Donc plus le niveau de gris était proche de la région qu’on cherchait, plus on posait. Après, on a rajouté un comportement supplémentaire, qui n’existait pas dans nos simulations, mais qui existait quand même, quelque part dans la réalité, pour que l’araignée reste sur sa toile. Et puis avec ça, on a réussi à détecter des petites choses. Alors, ce n’était pas forcément quelque chose de très performant. Mais ça nous a permis de voir comment on pouvait transposer des phénomènes pour essayer de résoudre des problèmes. (Entretien avec Vincent Chevrier, enseignant-chercheur au LORIA-INRIA, Nancy, réalisé le 16 février 2010)

13Ainsi utilisée à une tout autre fin que la prédation, la capacité des araignées à interagir avec leur environnement semble paradoxalement échapper à la nature. On peut comprendre cette contradiction comme une façon, pour les sciences robotiques, d’aller au-delà d’une seule manière de penser la biologie, et donc de donner corps à des visions de la nature et de la vie elles-mêmes (Helmreich, 1998, p. 11). Néanmoins, si comme le souligne Stefan Helmreich, ces visions trouvent une matérialité dans les choses en adoptant la forme d’une synthèse négociée, l’opposition qui s’établit, ici, entre l’imitation de la nature et le produit de son application ne semble pourtant pas si aisée à résoudre. Le modèle informatique, en mobilisant ainsi d’importantes ressources de calcul pour organiser, dans les images, le repérage de pixels gris, contraste en réalité avec la remarquable parcimonie dont font preuve les araignées dans leur milieu naturel, et dont les modélisateurs tentent d’illustrer le principe.

Si près de la nature

  • 16 Ces technologies permettent de réduire la complexité d’un problème. Elles consistent en (...)

14C’est là l’ambiguïté apparente de l’écologie roboticienne. En effet, ces objets, qu’ils représentent des rats ou des toiles d’araignées, touchent bien à ce qu’Andy Clark (2001) a appelé des « technologies cognitives » 16. Clark souligne que, dans le but de saisir ce qui fait l’originalité de l’expérience humaine, il est nécessaire d’inclure aux relations entre le corps, le cerveau et l’environnement, tous les accessoires non biologiques (crayons, ordinateurs, institutions, etc.) qui nous permettent d’échafauder et de transformer nos idées. Ces technologies nous invitent à élargir et à reformuler l’espace de la raison. Elles nous offrent, pour complément de nos capacités ordinaires, de nouveaux moyens pour résoudre des problèmes.

15Or, dans cette perspective, les machines s’inscrivent dans un projet visant moins à saisir ce qui fonde l’économie des ressources mobilisées par les organismes qu’elles imitent, qu’à renforcer l’unité du lien entre la perception et l’action, tel qu’il participe d’une définition de la cognition indépendante des représentations (Varela, 1989 ; Brooks, 1991). L’écologie roboticienne favoriserait ainsi une redistribution de l’intelligence en confondant les animaux, les machines, et les humains à travers une même capacité à être stimulés par les événements de l’environnement. Sa prospective tendrait dès lors à faire de l’imitation de la nature un moyen de construire l’unité du vivant à partir des interactions entre la cognition et l’environnement.

16Mais d’un autre côté, ces machines s’inscrivent dans une perspective plus ordinaire concernant la nature. En cherchant ainsi à comprendre comment émergent des comportements complexes à partir de structures simples, les chercheurs s’inscriraient dans un projet visant à maîtriser les effets des échanges d’informations dans les systèmes naturels. De ce point de vue, la robotique biomimétique renoue avec un souci d’exploiter et de domestiquer les phénomènes naturels pour le seul bénéfice des humains. La prospective dans laquelle elle s’inscrit alors fait de l’imitation un moyen d’écarter les applications industrielles de la nature qui en a permis la réalisation.

17Pour l’heure, la volonté de déplacer les fonctions d’une intelligence de l’environnement du vivant vers les machines, si elle pose bien la question de la place accordée à l’humain dans la modernité, s’inscrit encore mal dans la perspective croisée d’une économie de la nature et de l’exploitation de ses ressources. On peut se demander si, en définitive, la robotique a les moyens de s’intégrer pleinement à une prospective écologique agrégeant les sciences, l’économie et la politique, ou si les roboticiens souhaitent réellement investir l’espace séparant la nature de la société, les faits scientifiques des valeurs, le monde commun du bien commun (Latour, 1999). Nos exemples suggèrent que les machines bio-inspirées, à travers les questions qu’elles soulèvent et le type de problèmes qu’elles cherchent à résoudre, s’inscrivent conjointement dans des dynamiques divergentes. C’est peut-être dans cet écart que la robotique peut finalement rejoindre l’écologie politique. Au moment où encore peu de roboticiens voient l’intérêt de répondre directement aux questions liées au développement durable (Guillot et Meyer, 2008, p. 202-203 ; Ieropoulos et al., 2010), il semble ainsi intéressant de réfléchir à la façon dont la robotique bio-inspirée pourrait intégrer ce vaste ensemble de problèmes, et notamment aux méthodes qu’elle peut employer pour faire converger les différentes trajectoires dans lesquelles l’imitation de la nature l’a désormais engagée.

Haut de page

Bibliographie

Akers Eric L., Harmon Hans P., Stansbury Richard S. et Agah Arvin, 2004, « Design, fabrication, and evaluation of a mobile robot for polar environments », International Geoscience and Remote Sensing Symposium, IGARSS ‘04, Anchorage, 20-24 septembre.

Aristote, 2000, Physique, Paris, Flammarion.

Beer Randall D., Chiel Hillel J., Quinn Roger D. et Larsson Patrick, 1992, « A distributed neural network architecture for hexapod robot locomotion », Neural Computation, vol. 4, no 3, p. 356-365.

Benyus Janine, 2011 [1997], Biomimétisme. Quand la nature inspire des innovations durables, Paris, Rue de l’échiquier.

Bersini Hughes, 2007, Qu’est-ce que l’émergence ?, Paris, Ellipses.

Breazeal Cynthia et Brooks Rodney, 2005, « Robot emotion : a functional perspective », Who Needs Emotions. The Brain Meets the Robot, J.-M. Fellous et M. A. Arbib éd., New York, Oxford University Press, p. 271-310.

Bredekamp Horst, 1995, The Lure of Antiquity and the Cult of the Machine, Princeton, Markus Wiener Publishers.

Brooks Rodney, 1991, « Intelligence without representation », Artificial Intelligence, vol. 47, no 1-3, p. 139-159.

Butz Martin, Sigaud Olivier, Pezzulo Giovanni et Baldassarre Gianluca éd., 2007, Anticipatory Behavior in Adaptive Learning Systems. From Brains to Individual and Social Behavior, Berlin-Heidelberg, Springer-Verlag.

Canguilhem Georges, 1965 [1952], « Machine et organisme », La connaissance de la vie, Paris, Vrin, p. 101-127.

Clark Andy, 2001, « Reasons, robots and the extended mind : rationality for the new millennium », Mind and Language, vol. 16, no 2, p. 121-145.

Colgate J. Edward et Lynch Kevin M., 2004, « Mechanics and control of swimming : a review », IEEE Journal of Oceanic Engineering, vol. 29, no 3, p. 660-673.

Descartes René, 1664, L’Homme et un traité de la formation du fœtus, Paris, Charles Angot.

Deneubourg Jean-Louis et al., 1991, « The dynamics of collective sorting robot-like ants and ant-like robots », Proceedings of the First International Conference on Simulation of Adaptive Behavior : From Animals to Animats, J.-A. Meyer et S. W. Wislon éd., Cambridge, The MIT Press, p. 356-363.

Dupuy Jean-Pierre, 1999, Aux origines des sciences cognitives, Paris, La Découverte.

Dury Arnaud et al., 2001, « Multi-agent simulation to test a coordination model of the prey capture in social spiders », 13th European Simulation Symposium, ESS’01, Marseille, 18-20 octobre, p. 831-833.

Gibson James J., 1986 [1979], The Ecological Approach to Visual Perception, Londres, Erlbaum.

Grassé Pierre-Paul, 1959, « La reconstruction du nid et les coordinations inter-individuelles chez Bellicositermes natalensis et Cubitermes sp. La théorie de la stigmergie : essai d’interprétation du comportement des termites constructeurs », Insectes sociaux, vol. 6, no 1, p. 41-80.

Guillot Agnès et Meyer Jean-Arcady, 2008, La bionique. Quand la science imite la nature, Paris, Dunod.

Helmreich Stefan, 1998, Silicon Second Nature. Culturing Artificial Life in a Digital World, Berkeley, University of California Press.

Ieropoulos Ioannis, Greeman John, Melhuish Chris et Horsfield Ian, 2010, « EcoBot-III : a robot with guts », Proceedings of the Twelfth International Conference on the Synthesis and Simulation of Living Systems (Artificial Life XII), H. Fellermann et al. éd., Cambridge, The MIT Press, p. 733-740.

Kernbach Serge et al., 2010, « Multi-robot organisms : state of the art », 2010 IEEE International Conference on Robotics and Automation, Workshop on Modular Robots : State of the Art, Anchorage, 3 mai, p. 1-10.

Lafitte Jacques, 1972 [1932], Réflexions sur la science des machines, Paris, Vrin.

La Mettrie Julien Offroy (de), 1981 [1747], L’Homme-machine, Paris, Denoël.

Latour Bruno, 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

Marker Chris, 1983, Sans soleil.

Mitchinson Ben, Martin Chris J., Grant Robyn A. et Prescott Tony J., 2007, « Feedback control in active sensing : rat exploratory whisking is modulated by environmental contact », Proceedings of the Royal Society, B, vol. 274, Londres, Royal Society Publishing, p. 1035-1041.

Neumann John (von), 1961 [1948], « The general and logical theory of automata », John von Neumann. Collected Works, vol. 5, Design of Computers. Theory of Automata and Numerical Analysis, A. H. Taub éd., Oxford, Pergamon Press, p. 288-326.

Prescott Tony et al., 2010, « Towards biomimetic vibrissal tactile sensing for robot exploration, navigation, and object recognition in hazardous environments », RISE’10, Fourth International Workshop on Robotics for Risky Interventions and Environmental Surveillance-Maintenance, Sheffield, 19-21 janvier.

Raibert Marc, 1990, « Trotting, pacing and bounding by a quadruped robot », Journal of Biomechanics, vol. 23, Sup. 1, p. 79-81.

Reggente Matteo et al., 2010, « The DustBot system : using mobile robots to monitor pollution in pedestrian area », Chemical Engineering Transactions, vol. 23, p. 273-278.

Riskin Jessica, 2003, « The defecating duck, or, the ambiguous origins of artificial life », Critical Inquiry, vol. 29, no 4, p. 599-633.

Rosenblueth Arturo, Wiener Norbert et Bigelow Julian, 1943, « Behavior, purpose and teleology », Philosophy of Science, vol. 10, no 1, p. 18-24.

Saffre Fabrice, Krafft Bertrand et Deneubourg Jean-Louis, 1997, « What are the mechanisms involved in the emergence of cooperativity ? The spider model », Auto-organisation et comportement, G. Theraulaz et F. Spitz éd., Paris, Hermès, p. 85-90.

Sanz Ricardo, López Ignacio, Bermejo Julia et Hernando Adolfo, 2006, « Reverse-engineering rat brains », 2nd European Symposium on Nature-Inspired Smart Information Systems, NiSIS, Puerto de la Cruz, 29 novembre-1er décembre.

Schaffer Simon, 1999, « Enlightened automata », The sciences in enlightened Europe, W. Clark, J. Golinski et S. Schaffer éd., Chicago, Chicago University Press, p. 126-165.

Uexküll Jacob (von), 1965 [1956], Mondes animaux et monde humain, Paris, Denoël.

Varela Francisco, 1989 [1988], Invitation aux sciences cognitives, Paris, Le Seuil.

Winfield Alan et Griffiths Frances, 2010, « Towards the emergence of artificial culture in collective robot systems », Symbiotic Multi-robot Organisms, Reliability, Adaptability, Evolution, P. Levi et S. Kernbach éd., Berlin - Heidelberg, Springer-Verlag, p. 431-439.

Haut de page

Notes

1 Ce terme regroupe une assez grande variété de disciplines allant de l’ingénierie mécanique et électrique à l’intelligence artificielle et les sciences cognitives.

2 À titre d’exemple, cette inscription repose sur la conception de véhicules de mesure téléopérés ou semi-autonomes (Akers et al., 2004). On la retrouve également dans certains projets d’architecture, comme ceux de Vincent Callebaut ou de Meejin Yoon et Eric Höweler.

3 La robotique, considérant le rôle du système sensoriel dans les relations des êtres vivants à leur environnement, se rattache en cela au projet d’une écologie scientifique, tel que l’a notamment amorcé Ernst Haeckel.

4 Voir, par exemple, le livre II de la Physique d’Aristote.

5 Au sens d’un ensemble de méthodes visant à l’efficacité pratique de l’action.

6 Comme le note Simon Schaffer, les automates participent d’une vision où le corps, étant conçu et géré à la manière d’une machine, ne peut être dissocié des formes d’organisation politique, économique et sociale liées à l’activité de travail et à sa mécanisation (Schaffer, 1999). Ainsi, comme le souligne Riskin, on aurait tort de distinguer le célèbre canard automate, conçu par Jacques de Vaucanson afin de simuler les principes de la digestion par dissolution, et le métier à tisser automatique qu’il destine à remplacer l’activité des ouvriers dans les manufactures de soie (Riskin, 2003, p. 625-627).

7 Le terme désigne, ici, le processus par lequel se conçoivent les modèles, soit une forme abstraite, imitée d’après nature, et synthétisant un système de relations fonctionnelles (Dupuy, 1999, p. 18-19).

8 Ce terme désigne généralement un processus visant à comprendre et à reproduire le fonctionnement d’un objet technique en le désassemblant.

9 D’abord intégré entre 2006 et 2009 au sein du projet ICEA (Integrating Cognition, Emotion, Autonomy) portant sur le développement et l’intégration des fonctions cognitives à partir de l’architecture et de la physiologie du cerveau mammalien, cette collaboration a ensuite intégré, entre 2009 et 2011, le programme Biotact, qui vise à comprendre et à développer un système vibrissal artificiel.

10 Le terme désigne, ici, la capacité de la machine à s’orienter d’elle-même, à partir de la manière dont elle traite les informations disponibles dans l’environnement.

11 Bien que la recherche n’ait pas encore donné lieu à des applications, notamment dans le cadre d’une robotique d’exploration et de secours, quelques usages s’imaginent, qui touchent à l’évaluation de la qualité de la surface d’un produit, sur une chaîne de production.

12 Élaborée par Pierre-Paul Grassé (1959), la notion désigne l’ensemble des processus émergeant de la coordination des comportements individuels. Les exemples les plus courants de stigmergie sont la construction des termitières et des alvéoles, ou encore la façon dont les fourmis, par le dépôt de phéromones, déterminent le chemin le plus court vers une ressource à collecter.

13 Le modèle a d’abord été conçu sur la base d’une vérification des éléments connus par la biologie concernant le comportement des araignées sociales. Une fois vérifiée sa capacité à produire des résultats corroborant les observations, il s’est ensuite plus ou moins complexifié afin de produire de nouvelles questions concernant la nature du phénomène observable.

14 On peut trouver une représentation de ce biotope artificiel en ligne : http://interstices.info/araignee, consulté le 5 janvier 2011.

15 L’hypothèse selon laquelle la différence entre les espèces d’araignées sociales et les espèces d’araignées solitaires réside dans l’incapacité des espèces solitaires à tolérer leurs congénères (Saffre et al., 1997, p. 89) est déduite de l’observation de l’attirance de l’araignée pour la soie d’une autre araignée, telle qu’elle rend possible la poursuite d’une construction abandonnée.

16 Ces technologies permettent de réduire la complexité d’un problème. Elles consistent en des étapes intermédiaires et complémentaires qui assurent une certaine continuité des processus cognitifs. Les robots bio-inspirés apparaissent, au même titre que les crayons, les feuilles de brouillon, les esquisses ou les ordinateurs, comme des compléments à l’activité intellectuelle. Ils constituent ainsi les étapes d’un projet visant la compréhension des phénomènes complexes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://traces.revues.org/docannexe/image/5463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joffrey Becker, « L’écologie prospective de la robotique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 22 | 2012, document 22, mis en ligne le 21 mai 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/5463 ; DOI : 10.4000/traces.5463

Haut de page

Auteur

Joffrey Becker

doctorant au LAS (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS, EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page