Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Temporalités distribuées et partagées. Une approche écologique des activités familiales dans le foyer

Natalia La Valle
p. 43-64

Résumés

La temporalité est une préoccupation constante et un constituant premier de la vie sociale. À travers des analyses multimodales d’interactions entre adultes et enfants, l’article aborde la temporalité du quotidien de quelques familles au sein de leur espace domestique. En se focalisant sur les phases de transition entre activités, l’analyse documente des pratiques d’organisation temporelle qui s’appuient sur des éléments langagiers mais aussi matériels et incorporés, que les acteurs perçoivent et interprètent comme des donneurs de temps. Si toute temporalité s’appuie sur des repères, des mesures et des calculs pratiques, une perspective écologique de l’action et de la cognition met en lumière une temporalité distribuée dans l’habitat et entre les habitants. Or, puisque toute temporalité, tout ordonnancement, s’appuie aussi sur des raisonnements moraux, l’ancrage spatial doit être étudié en articulation avec la dimension normative de la vie familiale et avec ses temporalités partagées. Des recherches empiriques sur les temporalités distribuées et partagées pourraient susciter la réflexion sur les écologies émergentes, les pratiques sociales et les compétences indigènes des acteurs.

Haut de page

Texte intégral

Les phénomènes d’insertion spatio-temporels […] correspondent à une véritable prise de possession du temps et de l’espace par l’intermédiaire des symboles, [à] une domestication […] puisqu’[ils] aboutissent à la création, dans la maison et en partant de la maison, d’un espace et d’un temps maîtrisables. L’organisation de l’espace habité […] c’est, au même titre que le langage, l’expression symbolique d’un comportement globalement humain.

André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole

  • 1 Je tiens à remercier mes anciens collègues Moustafa Zouinar, Marc Relieu et Laurence Pa (...)
  • 2 Crabtree et Rodden (2004), Relieu et Olszewska (2004), Nomura et al. (2005), Taylor et (...)

1Si, du point de vue étymologique, l’écologie est le discours ou la science de la demeure, aujourd’hui elle est surtout comprise comme la science des relations entre les organismes et leur milieu de vie 1. Je tenterai de revenir ici au sens originel du terme, qui semble être une piste pertinente lorsque l’on s’intéresse aux familles contemporaines et à leur habitat. La famille peut en effet se laisser décrire comme une unité écologique fondamentale (Ribeyre, 2003), dans la mesure où elle constitue une organisation sociale complexe et changeante, un lieu d’apprentissage et d’éducation caractérisé par le partage de liens génétiques et/ou affectifs, ainsi que par une culture et un milieu de vie communs. Ce milieu de vie, le foyer, est un espace organisé dans le temps (Douglas, 1991). Mais comment peut-on traiter, en sciences sociales, la temporalité des familles et de leur habitat d’un point de vue écologique ? Cet article se veut une contribution à l’étude de la relation entre les activités familiales et leur écologie, objet qui reste à ce jour relativement peu étudié 2.

  • 3 Ces analyses font partie d’un travail de recherche doctorale basé sur une démarche vidé (...)

2Je commencerai par établir le cadre théorique dans lequel s’inscrit l’article, ce qui me permettra d’expliciter l’approche écologique adoptée ici. L’écologie domestique sera traitée en tant qu’agencement indissociable des raisonnements pratiques et normatifs qui soutiennent l’organisation des activités dans le temps et dans l’espace. En effet, dans cette analyse, la prise en compte de la matérialité, des artefacts et de la corporéité (en tant que dimension particulière de la matérialité), est au service de l’étude du temps comme processus émergeant des interactions entre acteurs, ainsi que de leurs transactions avec le monde. Des analyses multimodales d’interactions familiales 3 me permettront d’illustrer précisément des procédés d’ordonnancement de la vie quotidienne, en particulier les procédés qui s’appuient sur des éléments perçus et interprétés de l’environnement. Je discuterai enfin les résultats des analyses à la lumière des questions posées par l’écologie de l’action et de l’interaction aux activités spécifiques des familles contemporaines.

Approches écologiques de la cognition et temps de l’action

  • 4 Les activités ordinaires de mesure sont un champ d’intérêt historique pour l’ethnométho (...)

3Pour les approches praxéologiques, le temps n’est ni immanent, ni transcendant, ni livré au hasard. Le temps, ou plutôt les temps, sont des accomplissements sociaux dont le sens est donné par l’interaction de l’homme avec le monde 4.

Monde matériel, monde signifiant

4L’approche de la cognition distribuée développée par Edwin Hutchins (1995, 2010) dans les années 1980 aborde la cognition humaine comme un phénomène avant tout socio-culturo-technique. Il s’agit d’une écologie cognitive fondée sur les sciences cognitives, l’anthropologie et les sciences sociales, qui dépasse les modèles mentalistes et représentationnels et qui, en mettant à jour des interdépendances complexes entre individus et entre individus et artefacts, permet de repenser largement les phénomènes cognitifs. Une telle approche doit être capable de prendre en compte les dynamiques et les environnements, tel qu’on le fait dans l’étude du vivant. La vision de la cognition en termes de processus logico-mentaux laisse ainsi place à une sociologie cognitive (Conein, 2005), voire à une sociologie cognitive intégrative (Clément et Kaufmann, 2011). À l’instar de l’écologie cognitive de Hutchins, les différentes théories précitées s’inspirent – à des degrés divers – de l’écologie de l’esprit de Gregory Bateson (1977) et de l’écologie de la perception de James J. Gibson (1979). Ces auteurs s’attachent aussi bien à la prise en compte des dynamiques et des environnements dans lesquels les processus cognitifs se développent, qu’à montrer comment le sens de l’environnement est produit par des acteurs constamment engagés dans un monde matériel : la matérialité s’ajuste à l’activité tout en la contraignant et en la planifiant (Conein et Jacopin, 1993), générant alors des problèmes et des règles pratiques. Dès que l’on aborde l’environnement matériel en tant que support de l’action, se pose légitimement la question de la place de l’environnement dans les raisonnements qui ordonnent l’action et l’interaction dans le temps.

Le « substrat matériel » de la cognition temporelle dans l’environnement du foyer

5Lors de mon enquête, j’ai observé que l’organisation et la coordination de la vie dans les foyers s’appuient à la fois sur des interactions langagières et sur le « substrat matériel » de la cognition (Hutchins, 1995, 2010), dans un couplage entre les acteurs et leur environnement. En effet, les procédés par lesquels les membres des familles organisent leurs activités dans le temps révèlent des rapports actifs et récurrents entre les acteurs et leur environnement, entre habitants et habitat. Dans l’interaction, des qualités temporelles sont attribuées aux corps et aux artefacts, que l’on mobilise dans l’interprétation et dans l’organisation d’activités quotidiennes. Divers horizons, échelles et unités de mesure sont donc constamment produits et stabilisés au cours de l’expérience dans le monde (Rawls, 2005), tel que le pointaient déjà les travaux de George H. Mead ou de John Dewey.

Une temporalité « énactée »

  • 5 Les structures cognitives émergent de l’action de couplage corps-environnement et des s (...)

6On peut aussi s’intéresser à la temporalité comme elle advient, c’est-à-dire en tant qu’« énaction » (Varela et al., 1993). Selon la théorie neurophénoménologique de l’énaction, la cognition est incarnée, c’est-à-dire qu’elle dépend des expériences perceptuelles que permettent les différentes capacités corporelles (capacités s’inscrivant dans un contexte biologique, psychologique et, plus largement, culturel). C’est à partir des expériences de notre couplage à l’environnement et aux autres que nous connaissons et changeons, que nous façonnons le monde dans lequel nous évoluons. Ce couplage fait émerger (« énacte ») un monde, et, ajouterais-je à cela, une temporalité. À l’instar de la cognition 5, l’ordonnancement temporel de l’action et de l’expérience ne s’appuie donc pas sur la représentation d’un temps objectif, donné a priori, mais résulte des interactions entre les acteurs, et des interactions entre ceux-ci et leur environnement. Comme on le verra, cet aspect gagne à être traité par une approche interactionnelle et écologique de l’action collective.

La temporalité des actions collectives : linguistique interactionnelle et ethnométhodologie

7Distribués à travers les membres des groupes sociaux et dans l’environnement dans lequel ceux-ci évoluent, les processus cognitifs sont également distribués à travers le temps, comme le montrent la linguistique interactionnelle (Mondada, 2001) et l’ethnométhodologie dont elle s’inspire (Garfinkel, 1967, 2002). Ces approches soulignent la double orientation, rétrospective et projective, des interactions : un tour de parole, par exemple, est orienté vers les tours qui le précèdent, projetant des attentes sur la suite. Outre cette double orientation, les interactions sont également de nature incrémentale : une question, par exemple, n’a pas la même valeur pour les participants et n’est pas interprétable de la même manière, selon qu’elle est produite comme une occurrence unique ou qu’elle fasse partie d’une série de questions restées sans réponse.

8Pour le courant ethnométhodologique, l’organisation endogène des actions constitue une préoccupation majeure, dans la mesure où durée, segmentation ou rythme, participent de l’ordre et du sens des événements, tels que les acteurs en font l’expérience. Les acteurs sociaux établissent des relations mutuelles entre différents segments, ou phases, de l’activité, dans une orientation commune vers le (un) temps. Cette orientation doit être nécessairement mobilisée afin de structurer et d’organiser les activités : il ne s’agit évidemment pas du temps de l’horloge mais d’un temps des membres (Button, 1990, p. 179). En plus des structures internes, la plupart des événements sociaux présentent une certaine périodicité ou un degré de répétition, un cadre rythmique, des intensités et des ralentissements plus ou moins partagés par les co-participants.

Agir ensemble en créant un tissu perceptuel de repères temporels

9Mon enquête sur le quotidien de quelques foyers avec enfants (La Valle, 2011) pointe que les parents et les aînés des fratries, notamment, s’engagent régulièrement dans des interactions avec les autres membres du foyer et avec l’environnement, afin de (se) coordonner et de mener à bien les routines familiales. Dans cette optique, on observe une préoccupation permanente, exprimée de manière explicite, voire exhibée, vers la dimension temporelle des activités, vers l’utilisation compétente des mesures et vers l’expression des durées. À la fois sous la contrainte de, et grâce à, la mobilisation des corps et des objets qui fonctionnent comme des indices ou des repères temporels, les habitants coordonnent leurs actions en établissant une temporalité intelligible et partagée. Les pratiques qu’ils mettent en œuvre pour se coordonner exploitent en effet des ressources communicationnelles mais aussi des éléments physiques, pour projeter ou suspendre un cours d’action, ou donner la priorité à l’un par rapport à un autre. Pour aborder ces questions de manière empirique, j’analyserai deux séquences d’interactions entre parents et enfants, dans deux foyers différents, illustrant des phases de transition entre activités.

  • 6 Afin de préparer graduellement les enfants à des changements de cadre et de contexte, c (...)
  • 7 Un account est un « document » de toute activité productrice de sens. Des énoncés (...)

10Les transitions entre activités, phases ou moments de l’action, en particulier lorsqu’elles ne sont pas totalement fluides et posent problème aux participants, éclairent la manière dont on gère le déroulement de l’action. Loin d’être des moments ponctuels ou de simples seuils, les transitions sont dotées d’une projectabilité, d’une trajectoire, d’une temporalité propres, et peuvent se déployer sur plusieurs minutes, voire sur plusieurs heures 6. Dans mes données, malgré l’aisance dont font généralement preuve les adultes et les enfants aînés dans la gestion des activités familiales, certaines transitions sont délicates. Ces moments nécessitent en effet une régulation de l’attention, de la disponibilité, et des temporalités particulières. Des accounts 7 sont ainsi produits, qui contribuent à résoudre publiquement les difficultés et qui, réflexivement, stabilisent des normativités et des normalités spécifiques.

11Les deux extraits que je vais commenter permettent d’observer des processus spécifiques, mais routiniers, employés par les membres du foyer familial pour coordonner leurs actions et s’orienter vers une activité commune. Le premier extrait analysé montre les efforts réalisés par une mère pour gérer les cours d’action dans lesquels s’engagent simultanément ses enfants. On verra notamment que, pour cela, la mère mobilise des ressources sonores, en faisant d’un morceau de musique une unité de mesure durative. Le second extrait concerne, quant à lui, une interaction père-fille, où l’on verra le père jauger, sanctionner et réorienter l’activité de l’enfant en mobilisant des ressources visuelles. Dans les deux cas, des repères temporels écologiques sont créés et stabilisés, qui contribuent à ordonner l’action dans le temps. Ces repères sont fondés notamment sur la perception sonore et visuelle.

Environnement et perception sonore. Le morceau musical comme unité durative et comme repère dans la gestion d’activités concurrentes

  • 8 Au moment des enregistrements, en 2005, la famille PR était composée de la manière suiv (...)

12Le premier extrait consiste en une transition entre activités matinales dans la famille PR 8. On observera notamment les efforts nécessaires à la gestion d’activités simultanées, impliquant deux artefacts technologiques : la chaîne hi-fi et la télévision, qui entrent ici en concurrence.

  • 9 Les conventions de transcription figurent en annexe à la fin du texte.

13PR – mercredi, 23/03/05, 8 h 18. Dans le salon, Chloé lit. Arthur se réveille, va dans le salon, où Justine, la mère, l’accueille 9 :

  • 10 Ceci consiste à réveiller les enfants (debout mais encore ensommeillés) avec de la musi (...)

14Chez les PR, le matin, l’usage de la chaîne musicale constitue une pratique récurrente que l’on pourrait qualifier de « réveil musical » 10. Ce jour-là, Chloé lit en pyjama sur le canapé lorsqu’Arthur, son frère cadet, se réveille et se dirige vers le salon. Alors que Justine accueille l’enfant (ligne 1), le jeune garçon, s’approchant depuis sa chambre, appelle par deux fois Justine (lignes 2 et 4). Une fois l’interaction établie (ligne 3), Arthur réclame de regarder la télévision. Dans un même tour de parole (lignes 7-9), Justine effectue plusieurs mouvements organisationnels : elle commence par répondre négativement mais tronque son refus à propos de la télévision et reporte le démarrage de l’activité en question (regarder la télévision). Justine demande à Arthur d’attendre, en donnant la priorité temporelle à l’écoute de la musique. Dans la suite de son tour (lignes 8-9), Justine projette l’écoute musicale en parlant à Arthur mais en (ré)impliquant aussi Chloé dans une activité dont il avait déjà été question avant (entre mère et fille). La dernière partie du tour, après une brève pause, articule l’invitation adressée à Arthur (« regarde ») et le début du changement de disque dans la chaîne. Justine oriente l’action tout en l’accomplissant physiquement : pour elle, il s’agit non seulement de faire accepter la primauté de l’activité d’écoute musicale sur l’activité télévisuelle, mais aussi de lancer la musique tout en réintégrant Chloé, engagée dans la lecture d’une bande dessinée, dans la routine matinale.

  • 11 Notons aussi que Justine justifie sa volonté de faire écouter de la musique aux enfants (...)

15Malgré ces efforts, et malgré le fait que l’activité autour de la télévision n’est pas pleinement refusée mais simplement décalée dans le temps (lignes 7-8 et 17-18), les plaintes d’Arthur se poursuivent : une suite de paires « réclamation plaintive / refus parental » a lieu aux lignes 11-13, 14-15, 17-20, qui peuvent expliquer la proposition de nourriture (ligne 15) et l’évaluation négative générale de l’attitude de l’enfant de la part de la mère (lignes 21-22) 11. Du fait des plaintes répétées du jeune enfant, Justine, qui a par ailleurs récupéré le biberon de celui-ci en cuisine, revient dans le salon en changeant de stratégie :

  • 12 Si l’ethnométhodologie s’est historiquement intéressée à la perception visuelle, la per (...)

16Dans le « contrat d’activité » proposé par la mère (Aronsson et Cekaité, 2011), l’horizon de l’activité à laquelle s’antépose d’abord l’écoute musicale, cet après, se fabrique grâce à une unité de mesure qui présente des garanties formelles duratives : la chanson, ou plutôt « juste .UNEchanson » 12. Justine cherche à créer des conditions acceptables de transition entre l’activité en cours et l’activité à venir, l’écoute de la musique devant être comprise comme signifiante, prioritaire mais aussi comme limitée dans le temps. Or, Arthur continue de se plaindre, en pleurant :

17À la ligne 33, Justine demande à Arthur de garder le silence et s’adresse désormais directement à Chloé (lignes 34-35), tout en cherchant le bon morceau de musique. Arthur pleure de plus en plus vivement et la mère finit par céder ; mais elle pose comme condition une modalité technique particulière : le son de la télévision doit être modéré pour permettre une co-émission musique / télévision (ligne 38). Justine active alors la lecture de la musique, après quoi elle donne le biberon à Arthur et de suite allume la télévision. Le jeune garçon s’installe promptement devant l’écran :

18Entre les lignes 47 et 48, l’écran allumé de la télévision attire l’attention de Chloé. Ce nouveau focus d’attention semble exiger une redéfinition de la situation de la part de Justine qui annonce à Chloé la fin imminente de la musique. Pour cela, la mère utilise à nouveau l’énoncé « juste cette chanson ». Alors que la musique continue, la mère s’installe pour se chausser :

19Au moment où le morceau arrive à sa fin, Justine est installée, en pantoufles, sur le canapé. Elle commence à enfiler une première chaussure et, laissant un assez long silence suite à la fin du morceau de musique, elle produit l’énoncé « etvoilà:::/ » (lignes 53-54). Ce tour, qui scande verbalement la fin de la chanson, est coordonné avec le mouvement corporel de Justine : elle se lève avec la deuxième chaussure à la main, encore chaussée d’une pantoufle, pour aller enlever le disque et éteindre la chaîne. Entre les lignes 55 et 58, on voit que Justine suspend son action en cours de route (une seule chaussure est enfilée) afin d’atteindre la chaîne hi-fi pour arrêter le disque au moment où le morceau prend fin (ni avant, ni après). Elle est déjà en mouvement vers la chaîne lorsqu’elle prononce le tour « tu vois/ j’avais dit juste une musique », soulignant la fin de l’activité dans le respect de l’accord préalable.

20La mère, qui se chausse, interrompt ses mouvements pour montrer la façon dont elle interprète la scène, en s’orientant vers les enjeux de l’action collective. Publiquement disponible car perceptuellement identifiable par les enfants, l’unité de mesure pratique « chanson » advient grâce au travail discursif et corporel de l’adulte qui transforme les sons et les silences en un flux structuré d’unités discrètes. Le caractère intelligible du quotidien résulte de l’effort de mise en correspondance fine des événements, par la parole, par la corporéité et par la manipulation d’objets technologiques. Il s’agit alors de faire coïncider le monde et les mots, et de dessiner des contours d’activité reconnaissables (contours formels, duratifs, sensoriels et sémantiques). La mère répond à des préoccupations pratiques, face à des événements qui durent plus ou moins longtemps, qui s’entrecroisent, se chevauchent et peuvent créer des conflits. Par ailleurs, et c’est un point important, puisqu’il s’agit d’assurer une intégration ordonnée de ces événements au cours des routines du matin, le comportement de Justine touche aux dimensions cognitives et morales de l’organisation de l’action collective.

Environnement et perception visuelle. Les corps comme indices du tempo de l’activité et de l’engagement dans l’activité

  • 13 En 2005, la famille RAF se composait du couple parental Christine (44 ans) et Albert (4 (...)

21Les enfants des familles PR et RAF regardent souvent des émissions à la télévision une fois rentrés de l’école. Ces émissions, en particulier les dessins animés, constituent des repères temporels standardisés (voir Lull, 1990 ; Silverstone, 2005, entre autres). Plus largement, les pratiques télévisuelles des enfants font l’objet, comme chez les PR, d’un contrôle parental systématique. L’extrait présenté ici, enregistré dans la famille RAF 13, est précédé d’une séquence de recherche d’accord (non transcrite) entre Albert et sa fille Maguelone, au cours de laquelle le père exige que, dès que Thomas, le frère ainé, reviendra de la douche, la fillette y aille à son tour :

22RAF – jeudi, 12/05/05, 19 h 38. Dans la cuisine, Albert prépare le dîner. Maguelone regarde la télévision dans le salon. Thomas apparaît dans le salon, suivi par son père :

23Thomas revient dans le salon (en ayant traversé pour cela le couloir face à la cuisine) : il annonce qu’il a fini de se doucher tout en s’approchant de la télévision (dont il s’apprête à prendre le contrôle). Maguelone s’aligne sur la nouvelle dynamique, quittant rapidement le canapé (lignes 1-2). Juste après l’entrée de Thomas dans le salon, le père quitte la cuisine en rappelant à sa fille que le moment de son tour de douche est arrivé (lignes 4-5). Voyant que Maguelone se tourne un instant vers l’écran de télévision, Albert change de ton et souligne qu’il s’agit d’y aller « maintenant » (lignes 7-8) : les injonctions paternelles s’intensifient d’un tour sur l’autre. Mais, alors que la fillette continue à avancer vers la porte, l’orientation d’Albert vers la télévision change la donne :

24Précisément au moment de l’interjection plaintive (« ahpff », ligne 12), puis de la refocalisation de l’attention d’Albert vers la télévision (dont la consommation par ses enfants lui semble problématique), Maguelone suspend sa démarche vers la salle de bains (lignes 12-13) :

25Maguelone, en moins de deux secondes, se réinstalle devant la télévision, en adoptant une position de spectatrice (lignes 17-18) – c’est du moins l’interprétation que fait son père des repositionnements de la fillette. Pour Albert, la transition se révèle désormais ouvertement problématique : le faisceau d’agissements corporels de Maguelone (accoudement et glissade des pieds vers l’avant), qui vient s’ajouter au regard toujours tourné vers l’écran, constitue un prolongement indu de l’activité « télé » (et une énième postposition de la douche). Albert gronde sa fille en l’enjoignant d’aller faire ce sur quoi ils se sont accordés, sans plus tarder (lignes 20 à 26). Avant même l’admonestation verbale, on observe une intervention corporelle du père (regard fixe, appel d’attention par contact puis rapide pointage vers le couloir / salle de bains), ce qui fait immédiatement réagir Maguelone, laquelle quitte le salon.

  • 14 Plusieurs phénomènes soulignés dans l’analyse du premier extrait se retrouvent dans le (...)

26Il apparaît dans cet exemple 14 que, au cours des activités collectives, des repères visuels sont saisis dans l’environnement pour organiser l’action ou – au contraire – contourner les contraintes organisationnelles. Tant la fillette que l’adulte s’appuient ici sur l’« intelligibilité scénique » de la situation (Jayyusi, 1988), en exploitant notamment des ressources corporelles perceptibles par la vision. Cet extrait, de même que le premier, montrent qu’au-delà des aspects de la communication corporelle « classiquement » étudiés (systèmes de pointage, échanges des regards, etc.), d’autres comportements corporels peuvent être mobilisés et interprétés comme autant d’indices du déroulement temporel de l’action. Un certain positionnement, une certaine tension ou relâchement du corps, une orientation vers un artefact, constituent des éléments qui participent de l’interprétabilité du contexte. Ainsi, le degré d’urgence et d’immédiateté de l’action à venir ne dépend ni du temps standard (un horaire fixe), ni du simple bon vouloir des participants, mais résulte dynamiquement de la manière dont ceux-ci ordonnent et rendent publics localement leurs propres cours d’action et interprètent ceux d’autrui.

La temporalité distribuée et les « donneurs de temps » écologiques

  • 15 Selon Dewey, les quantifications de sens commun (grand, petit, un brin, etc.) constitue (...)

27Ces analyses confortent (s’il en était besoin) les travaux de Mead ou Dewey et leur conceptualisation de la temporalité, de la durée et des flux. Pour Mead (1980), la temporalité est inhérente à l’action et à l’acteur, même si le temps n’est pas, à proprement parler, l’objet de la coordination de l’action. De ce point de vue, la temporalité implicite devient un élément identitaire : les êtres font plus qu’exister dans le temps, ils font et sont le/du temps. En joignant temporalité et socialité, Mead fait une proposition qu’on peut qualifier d’écologique : la source du temps doit être placée dans l’interaction des organismes avec leur environnement. Dans une optique proche, Dewey (1967) souligne que les techniques de mesure et leur adéquation sont inséparables des formes de vie organisées dans lesquelles elles jouent un rôle. Ainsi que le montrent les analyses qui précèdent, les pratiques de mesure sont des éléments constitutifs des activités sociales et du processus d’enquête ; au cours de ces activités, le jugement ordinaire et les propositions quantitatives jouent un rôle important 15. Bien que dans les foyers observés, des repères temporels standard, ou conventionnels, existent (tels que l’heure de l’horloge), je me suis intéressée ici aux mesures « profanes » et aux repères écologiques supportés par des éléments matériels : la corporéité, la matérialité et les usages technologiques étant omniprésents à la maison, la temporalité enactée dans le foyer peut être abordée comme une temporalité distribuée.

28À l’instar des théories de l’action située (Suchman, 1987) et de la cognition distribuée déjà évoquée, les approches praxéologiques montrent que le sens (en tant que perception, direction, signification) de l’action est réparti entre objet, acteur et environnement. De même, l’organisation temporelle de l’action, et, plus largement, la temporalité, peuvent être étudiées depuis des perspectives intégratrices et écologiques dans les termes de ce que j’appelle une « temporalité distribuée ». Cette notion rend compte du fait que, sous la contrainte de/grâce à l’usage de nombreux objets et artefacts susceptibles de fonctionner comme des indicateurs temporels, les habitants des foyers observés organisent leur vie à travers un négoce dynamique avec autrui et avec l’environnement. Les parents, en particulier, ont une responsabilité organisationnelle, en ce sens qu’ils distribuent les tâches, mais qu’ils pointent aussi les indices temporels disponibles dans l’environnement : les « donneurs de temps ».

  • 16 Voir par exemple La Valle (2012) sur l’utilisation en situation de la particule discurs (...)

29Les patterns de la vie domestique apparaissent sous la forme de configurations récurrentes composées d’éléments hétérogènes : objets, programmes télévisuels, habitudes d’usage, arrangements spatiaux, relations familiales, formes conversationnelles, orientations normatives. Malgré cette variabilité, chacun, chaque jour, est capable (ou éduqué pour l’être) de reconnaître le temps des activités quotidiennes et de s’y ajuster. Ceci est rendu possible par la manière dont des éléments matériels et corporels constituent des « donneurs de temps » (Amphoux, 1988 ; Norman, 1993 ; Sansot, Pillet et Amphoux, 1981). Cette notion associe des éléments de nature différente qui, différenciés en tant que repères temporels, permettent de structurer et d’évaluer l’action passée, présente et à venir. Certains donneurs de temps exhibent une durée prévisible, partagée et empiriquement reconnaissable, et marquent des frontières temporelles endogènes, c’est-à-dire propres aux activités dans lesquelles sont engagés les acteurs. Dans cette optique, certains objets, comme la musique ou les émissions de télévision, sont des objets temporels en ce sens que, en tant que flux, ils impliquent des durées. D’autres objets impliquent moins des durées que des marquages, ponctuant la fin ou le début d’une durée d’action, comme c’est le cas de certains marqueurs langagiers 16. Partant de l’idée que la temporalité n’est pas ce que nous mesurons mais le résultat des mesures et des objectivations réalisées de manière située, j’ai cherché à identifier durées et marquages sur la base de patterns dynamiques de corrélation.

  • 17 La télévision, par exemple, vers laquelle on se tourne (en termes d’attention et d’orie (...)
  • 18 Je m’appuie sur la définition de Dewey (2005) selon laquelle l’expérience est l’ensembl (...)

30Cette manière d’étudier la temporalité en tenant compte de ce qui, dans l’environnement, est exploité en tant qu’unité durative et repère temporel, invite à réfléchir à l’extraordinaire plasticité des fonctions et des rôles des artefacts dans le foyer 17 et permet de requalifier les donneurs de temps en « donneurs de temps écologiques », constitutifs du substrat matériel de l’expérience 18 temporelle des familles dans leur habitat. Comme toute activité cognitive, le raisonnement temporel est une affaire d’ordonnancement et de causalité soutenue par un travail de conceptualisation (catégorisations, classifications, généralisations) et de normalisation (dimension morale et normative). De ce point de vue, lorsque les participants s’orientent vers une action avec des objets comme devant être délimitée dans le temps, ils constituent en retour l’environnement domestique en un monde ordonné, peuplé d’éléments discrets mais interreliés. D’après mes observations, les donneurs de temps écologiques contribuent – à travers le travail incessant des acteurs – à faire de l’environnement domestique une écologie, c’est-à-dire un espace de vie ordonné, socialement signifiant, habitable.

La temporalité partagée, ou l’écologie temporelle comme bien commun

31Les pratiques organisationnelles rendent intelligible l’action en la mesurant et en la segmentant. Or, lorsque l’on marque le flux de l’action, pour passer d’une activité à une autre, typiquement, on crée à la fois des frontières et une continuité de l’expérience partagée. Ce phénomène apparemment paradoxal gagne à être abordé en prêtant attention à la prégnance du collectif, à l’interdépendance des membres au sein d’un espace de vie partagé et aux attentes morales qui pèsent sur l’agir. Pour les acteurs, reconnaître les activités domestiques et s’y ajuster implique en effet le respect des attentes qu’elles projettent sur la suite. Ce que j’ai appelé ailleurs la « normalité temporelle » (La Valle, 2010) n’est donc pas un ensemble de normes abstraites ou un temps physique auquel il s’agirait de se plier aveuglément, mais le résultat d’un travail éducatif, tendu vers le passé (évaluation) et vers l’avenir (projection).

  • 19 Notons que les contextes éducatifs, où l’on transmet et montre ce qu’il convient de fai (...)

32À l’occasion de problèmes ordinaires, liés à la gestion de l’action collective, les parents normalisent des situations qu’ils constituent comme déviantes, pointent des indices susceptibles de rendre interprétable la situation, explicitent des normes sociales. La coordination entre acteurs repose ainsi sur une interprétation semblable de la situation et la capacité à partager certains principes de coopération. Comme le proposent Jordan et Henderson (1995), les caractéristiques différentielles que revêtent les phases d’interaction se fondent sur le fait que la plupart des événements – sociaux et naturels – présentent une certaine périodicité ou degré de répétition, un cadre rythmique ou des intensités et des ralentissements partagés. Les analyses présentées, qui permettent de saisir les détails et la dynamique des actions, ont montré que ces caractéristiques différentielles sont le fruit d’un travail pratique, communicationnel et interprétatif, déployé dans un monde où surfaces, trames, flux, et acteurs, interagissent 19.

  • 20 Une idée qui fait écho à ce que Wittgenstein (2004) appelle « voir-comme » (sehen als(...)
  • 21 Rappelons à ce propos que pour le célèbre psychologue russe Lev Vygotski, c’est l’enche (...)

33Ce travail permet non seulement d’éduquer les enfants à la vie familiale et sociale mais produit aussi, de manière articulée, l’expérience d’habitation partagée, le vivre ensemble domestique. Dans cette perspective, il n’existe pas un sens et un bien commun qui préexisteraient et des paroles qui viendraient les dire, ni un environnement figé qu’il s’agirait d’occuper au mieux, mais une interaction de préconceptions plus ou moins partagées et de problèmes pratiques à régler, qui donnent à voir et à comprendre la culture et l’habitat du groupe à un moment donné 20. L’éducation à la vie sociale, familiale et domestique est expérientielle. On ne saurait donc considérer le foyer comme un espace qu’il s’agit simplement d’occuper, ni le bien commun comme « déjà-là » : c’est davantage un va-et-vient constant entre modalités d’action individuelles et collectives, entre dimensions morales et éducatives, entre langage et écologie, que l’on observe 21.

34J’ai proposé ici une analyse praxéologique, langagière et socioculturelle, des relations entre temps, espace, matérialité et corporéité, en les abordant d’un point de vue empirique. À travers des analyses multimodales d’interactions, j’ai pointé que le temps est à la fois un accomplissement et un aspect émergent de l’écologie du foyer. Ce qui différencie les phases d’activité et d’interaction, ce qui les ordonne et en imprime le rythme, résulte d’un travail communicationnel et interprétatif soutenu. De ce point de vue, ces analyses ont montré que la temporalité est une préoccupation majeure du quotidien des foyers, visible dans l’orientation vers l’ordre, la durée, le rythme et la fréquence des activités ainsi que vers la mesure du « temps qui passe », et dans la capacité à faire des calculs ordinaires, en mobilisant toute sorte de repères. Ce travail accompli par les familles est le fait d’êtres-en-relation avec un environnement physique, social et culturel, et constitue donc un maillage entre humains et surfaces, flux, informations et objets, grâce auquel les habitants coordonnent leurs actions en établissant une temporalité intelligible et partagée.

  • 22 La notion d’« écologie domestique » souligne à la fois l’instabilité et le fait que ce (...)

35Au regard de ce qui précède, et en s’inscrivant dans la continuité d’un important héritage théorique et analytique, on peut considérer la temporalité, et la cognition temporelle, comme partagées et distribuées. Ce faisant, on peut alimenter la réflexion sur des écologies émergentes, telle que celles du foyer et de la famille (Ribeyre, 2003) 22. Des auteurs comme Jordan et Henderson (1995) suggèrent d’ailleurs de faire de l’« écologie temporelle partagée » un axe analytique majeur de l’analyse interactionnelle du monde social et des raisonnements de sens commun.

36En allant plus loin, cette perspective de l’écologie temporelle a vocation à nourrir les engagements pragmatistes soucieux d’un ennoblissement des compétences ordinaires (Laugier et Gautier éd., 2006). La notion d’écologie temporelle semble en effet permettre de repenser la relation au temps et de promouvoir une réappropriation de notre quotidienneté (Paquot, 2008). La notion d’écologie temporelle partagée devrait mettre en lumière à la fois les relations entre perception et action, et entre dimensions pratique et morale de l’action sociale.

Conventions de transcription

37Conventions utilisées en analyse conversationnelle (AC) et en AC multimodale, inspirées de Jefferson (2004) et de Mondada (2000)

Haut de page

Bibliographie

Amphoux Pascal, 1988, « Les donneurs de temps », Temporalistes, no 8, p. 25-26.

Aronsson Karin et Cekaité Asta, 2011, « Activity contracts and directives in everyday family politics », Discourse & Society, vol. 22, no 2, p. 137-154.

Bateson Gregory, 1977 [1972], Vers une écologie de l’esprit, t. 1, Paris, Le Seuil.

Button Graham, 1990, « On member’s time », Les formes de la conversation, vol. 1, B. Conein, M. de Fornel et L. Quéré éd., Issy-les-Moulineaux, CNET, p. 161-182.

— 1991, Ethnomethodology and the Human Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

Cekaité Asta, 2010, « Shepherding the child : embodied directive sequences in parent-child interactions », Text & Talk, vol. 30, no 1, p. 1-25.

Clément Fabrice et Kaufmann Laurence éd., 2011, La sociologie cognitive, Paris, Orphys - Maison des sciences de l’homme.

Conein Bernard, 2005, Les sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris, Economica.

Conein Bernard et Jacopin Éric, 1993, « Les objets dans l’espace : la planification dans l’action », Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, B. Conein, N. Dodier et L. Thévenot éd., Paris, EHESS, p. 59-84.

Crabtree Andy et Rodden Tom, 2004, « Domestic routines and design for the home », CSCW. The Journal of Collaborative Computing, vol. 13, no 2, p. 191-220.

Dewey John, 1967 [1938], Logique. La théorie de l’enquête, Paris, PUF.

— 2005 [1934], L’art comme expérience, Pau, Farrago.

Douglas Mary, 1991, « The idea of a home : a kind of space », Social Research, vol. 58, no 1, p. 288-307.

Garfinkel Harold, 1967, Studies in Ethnomethodology, New Jersey, Prentice Hall.

— 2002, Ethnomethodology’s Program. Working Out Durkheim’s Aphorism, Lanham, Rowman & Littlefield.

Gibson James J., 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Hutchins Edwin, 1995, Cognition in the Wild, Cambridge (MA), The MIT Press.

— 2010, « Cognitive ecology », Topics in Cognitive Science, vol. 2, no 4, p. 705-715.

Jayyusi Lena, 1988, « Toward a socio-logic of the film text », Semiotica, no 68, p. 271-296.

Jefferson Gail, 2004, « Glossary of transcript symbols with an introduction », Conversation Analysis. Studies from the First Generation, G. Lerner éd., Amsterdam - Philadelphie, John Benjamins, p. 13-23.

Jordan Brigitte et Henderson Austin, 1995, « Interaction analysis : foundations and practice », The Journal of the Learning Sciences, vol. 4, no 1, p. 39-103.

La Valle Natalia, 2010, « Normalité temporelle, normalité familiale : le temps, préoccupation et matière premières du care parental », Actes éducatifs et de soins. Entre éthique et gouvernance [en ligne], C. Félix et J. Tardif éd., [URL : http://revel.unice.fr/symposia/actedusoin/index.html?id=485], consulté le 31 octobre 2011.

— 2011, L’organisation temporelle des activités dans l’espace domestique. Interactions, matérialité, technologies, thèse de doctorat de sciences du langage, Université Lyon 2.

— à paraître 2012, « L’organisation parlée et incarnée des activités : le cas de la particule discursive bon et des “trajectoires parlées” à la maison », Corps en interaction. Participation, spatialité, mobilité, L. Mondada éd., Lyon, ENS Éditions.

Laugier Sandra et Gautier Claude éd., 2006, L’ordinaire et le politique, Paris, PUF.

Leroi-Gourhan André, 1965, Le geste et la parole, t. 2, La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel.

Lull James, 1990, Inside Family Viewing. Ethnographic Research on Television’s Audience, Londres, Routledge.

Lynch Michael, 1991, « Laboratory space and the technological complex : an investigation of topical contextures », Sciences in Context, vol. 4, no 1, p. 51-78.

Mead George H., 1980 [1932], Philosophy of the Present, Chicago, University of Chicago Press.

Mondada Lorenza, 2000, « Les effets théoriques des pratiques de transcription », Linx, no 42, p. 131-150.

— 2001, « Pour une linguistique interactionnelle » [en ligne], Marges linguistiques, no 1, [URL : http://www.ispla.su.se/iis/Dokument/ml052001_mondada_l.pdf], consulté le 6 décembre 2011.

Nomura Saeko, Tamura Hiroshi et Hollan Jim, 2005, « Information management centers in everyday home life » [en ligne], 11th International Conference on Human-Computer Interaction, Las Vegas, 22-27 juillet, [URL : http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/summary?doi=10.1.1.102.5979], consulté le 27 février 2012.

Norman Donald, 1993, Things that Make Us Smart, Cambridge, Perseus Books.

Paquot Thierry, 2008, « Pour une écologie temporelle », Passerellesud.org, [en ligne] [URL : http://passerellesud.org/Thierry-Paquot-pour-une-ecologie.html], consulté le 6 décembre 2011.

Rawls Anne W., 2005, « Garfinkel’s conception of time », Time & Society, vol. 14, no 2-3, p. 163-190.

Relieu Marc et Olszewska Barbara, 2004, « La matérialisation d’Internet dans l’espace domestique : une approche située de la vie domestique », Réseaux, no 123, p. 119-148.

Relieu Marc, Zouinar Moustafa et La Valle Natalia, 2007, « At home with video cameras », Home Cultures, vol. 1, no 4, p. 45-68.

Ribeyre Francis, 2003, « Pour une écologie familiale ? Fondements et finalités », Natures, Sciences, Sociétés, vol. 11, no 2, p. 169-173.

Sansot Pierre, Pillet Gonzague et Amphoux Pascal, 1981, Les donneurs de temps, Albeuve, Castella.

Silverstone Roger, 2005, Media, Technology and Everyday Life in Europe. From Information to Communication, Aldershot, Ashgate.

Stewart John, Gapenne Olivier et Di Paolo Ezequiel éd., 2010, Enaction. Towards a New Paradigm for Cognitive Science, Cambridge, The MIT Press.

Suchman Lucy, 1987, Plans and Situated Actions, Cambridge, Cambridge University Press.

Taylor Alex et Swan Laurel, 2005, « Artful systems in the home », Proceedings of the CHI ‘05, Portland, ACM, p. 641-650.

Varela Francisco J., Thompson Evan et Rosch Eleanor, 1993, L’inscription corporelle de l’esprit, Paris, Le Seuil.

Vygotski Lev, 1978, Mind in Society. The Development of Higher Psychological Processes, Cambridge, Harvard University Press.

Wittgenstein Ludwig, 2004 [1953], Recherches philosophiques, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier mes anciens collègues Moustafa Zouinar, Marc Relieu et Laurence Pasqualetti du projet vidéo-ethnographique mené chez Orange Labs, ainsi que les familles ayant participé à l’étude. Un grand merci également à Yaël Kreplak et aux relecteurs de Tracés qui ont beaucoup fait pour améliorer ce texte.

2 Crabtree et Rodden (2004), Relieu et Olszewska (2004), Nomura et al. (2005), Taylor et Swan (2005), Cekaité (2010), ou les travaux du CELF (Center on the Everyday Lives of Families) dirigé par Elinor Ochs, font, entre autres, figure d’exception.

3 Ces analyses font partie d’un travail de recherche doctorale basé sur une démarche vidéo-ethnographique. Cette thèse (La Valle, 2011), réalisée sous la direction de Lorenza Mondada (ICAR-Lyon 2), a bénéficié d’un financement de trois ans chez Orange Labs. Un travail de terrain en équipe a été mené et a permis de produire un corpus vidéo de 400 heures d’enregistrement (le dispositif technique utilisé a été mis au point par Moustafa Zouinar et Marc Relieu ; pour plus de détails sur le terrain d’enquête et le dispositif, voir Relieu et al. (2007)).

4 Les activités ordinaires de mesure sont un champ d’intérêt historique pour l’ethnométhodologie (Button, 1991 ; Lynch, 1991). Michael Lynch souligne aussi l’intérêt que portent les anthropologues et la psychologie cognitive aux folkmeasurements, c’est-à-dire aux calculs ordinaires mobilisant des outils autres que les méthodes d’écriture ou les mesures chronométriques. Toutefois, les travaux en linguistique et en sociologie sur ces questions restent peu nombreux.

5 Les structures cognitives émergent de l’action de couplage corps-environnement et des schèmes sensori-moteurs qui permettent cette action. Rappelons enfin que ce couplage est complexifié par la médiation technique (Stewart et al. éd., 2010), comme nous le verrons dans les analyses.

6 Afin de préparer graduellement les enfants à des changements de cadre et de contexte, comme lorsqu’il s’agit pour eux de quitter une activité préférentielle (ludique, affective, etc.) au bénéfice d’une activité non préférentielle (comme faire les devoirs), les parents anticipent les transitions, parfois très en amont du moment de la réalisation stricto sensu de l’action. Un certain nombre d’activités peuvent ainsi faire l’objet de longues phases d’interaction dans lesquelles des séquences d’annonces parentales sont suivies de séquences de négociation, de redéfinition des délais, de nouvelles séquences d’annonces (ou d’injonctions).

7 Un account est un « document » de toute activité productrice de sens. Des énoncés (comptes rendus, justifications, explications, etc.) ainsi que des actions peuvent être des accounts dans des situations particulières, qui deviennent donc descriptibles, interprétables, analysables, autrement dit « accountable » (Garfinkel, 1967).

8 Au moment des enregistrements, en 2005, la famille PR était composée de la manière suivante : Justine et Éric (tous deux 36 ans), et leurs trois enfants, Arthur, 2 ans, Chloé, 6 ans, et Simon, presque 13 ans. Tous les prénoms ont été modifiés.

9 Les conventions de transcription figurent en annexe à la fin du texte.

10 Ceci consiste à réveiller les enfants (debout mais encore ensommeillés) avec de la musique. Ce procédé permet une entrée graduelle et plutôt plaisante dans la journée. Une remarque préparatoire, faite par Justine à Chloé peu avant le début de l’extrait, rend ceci manifeste : « on s’est pas encore écouté la musique du matin ».

11 Notons aussi que Justine justifie sa volonté de faire écouter de la musique aux enfants à travers une explication pédagogique (lignes 17-18), qui va se répéter un peu plus tard.

12 Si l’ethnométhodologie s’est historiquement intéressée à la perception visuelle, la perception sonore reste moins étudiée. Elle se révèle toutefois cruciale pour l’étude des pratiques de temporalisation.

13 En 2005, la famille RAF se composait du couple parental Christine (44 ans) et Albert (47 ans), et de leurs deux enfants : Maguelone, 7 ans, et Thomas, 12 ans. Comme dans l’extrait précédent, tous les prénoms ont été modifiés.

14 Plusieurs phénomènes soulignés dans l’analyse du premier extrait se retrouvent dans le second (séquences de type « contrat d’activité », redéfinition de la scène en tant que situation sensible au temps et à l’organisation temporelle, usage d’artefacts). Par souci d’allègement du texte, nous ne les avons toutefois pas détaillés dans cette seconde analyse.

15 Selon Dewey, les quantifications de sens commun (grand, petit, un brin, etc.) constituent des quantifications rudimentaires qui donnent une forme qualitative à l’expérience, et impliquent des comparaisons. C’est la nature du problème à traiter qui définit le type de mesure requis : les indices et les signes, pour devenir mesure, doivent être dits ou écrits car ils n’ont pas d’efficacité per se. Compter est une opération intermédiaire, instrumentale et écologiquement ancrée, basée sur des raisonnements de type comparaison-mesure (Dewey, 1967).

16 Voir par exemple La Valle (2012) sur l’utilisation en situation de la particule discursive bon.

17 La télévision, par exemple, vers laquelle on se tourne (en termes d’attention et d’orientation du corps), est un focus plus ou moins légitime ou problématique selon le déploiement des activités, les orientations pratiques des uns et des autres et les ajustements et compromis sur lesquels les acteurs viennent à s’accorder.

18 Je m’appuie sur la définition de Dewey (2005) selon laquelle l’expérience est l’ensemble des interactions entre un organisme et l’environnement dans lequel il s’engage, et les résultats objectifs occasionnés. L’expérience comprise en termes d’interaction et de transaction souligne que l’humain est un être-en-relation avec et dans un environnement à la fois physique, social et culturel.

19 Notons que les contextes éducatifs, où l’on transmet et montre ce qu’il convient de faire pour comprendre et agir (dans) le monde, rendent ce travail pratique particulièrement observable.

20 Une idée qui fait écho à ce que Wittgenstein (2004) appelle « voir-comme » (sehen als) : lorsqu’un « problème » surgit, lorsqu’une chose est ambiguë, une relation privilégiée se noue, dans l’effort de résolution, entre interprétation et perception, entre dimension sémantique et capacité à conceptualiser et à voir.

21 Rappelons à ce propos que pour le célèbre psychologue russe Lev Vygotski, c’est l’enchevêtrement apprentissage-développement qui donne lieu à une psychologie des activités prises dans leur épaisseur historico-sociale. Combinant l’analyse de l’outil et celle du langage, Vygotski (1978) a fait de la médiation le « fait central » de toute psychologie, et a souligné le caractère social de la genèse des fonctions humaines supérieures.

22 La notion d’« écologie domestique » souligne à la fois l’instabilité et le fait que ce qui est stable résulte à la maison d’interactions récurrentes, de routinisations et de processus de socialisation (La Valle, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia La Valle, « Temporalités distribuées et partagées. Une approche écologique des activités familiales dans le foyer », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 21 mai 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/5428 ; DOI : 10.4000/traces.5428

Haut de page

Auteur

Natalia La Valle

postdoctorante à Télécom ParisTech - Département de Sciences économiques et sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page