Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Savoirs écologiques

Pierre Charbonnier et Yaël Kreplak
p. 7-23

Texte intégral

1Au-delà de l’impératif de protection et de conservation de la nature auquel le terme « écologie » renvoie de manière privilégiée, on parle aujourd’hui plus largement d’écologie pour qualifier des manières d’habiter, de se nourrir, de se déplacer, etc. La notion sert ainsi à labelliser un ensemble de pratiques, qui traduisent un rapport de respect et d’attention à l’environnement. Parallèlement à ces usages ordinaires, les démarches intellectuelles qui se réclament de l’écologie se développent et se diversifient : si l’écologie désigne initialement une branche de la science biologique étudiant les relations entre les organismes vivants et leur milieu, on parle aussi d’une écologie urbaine, industrielle, sociale ou humaine ; on peut faire de l’écologie de l’action, de la perception ou de la sensation ; voire on peut donner une nouvelle dimension à des disciplines existantes à travers l’adjonction du préfixe « éco », comme c’est le cas de l’écohistoire, de l’écolinguistique ou de l’écoanthropologie.

2La variété des usages de la notion d’écologie invite donc à s’interroger sur ce que signifie véritablement l’adoption d’une démarche écologique en sciences humaines aujourd’hui. Que partagent, au-delà de la seule terminologie écologique, des travaux portant sur les controverses environnementales, l’analyse des interactions urbaines ou des liens entre perception et action ? Comment est-on passé de l’écologie comme objet d’enquête pour les sciences humaines, à l’écologie comme modèle d’enquête possible ? À l’évidence, il n’existe pas de modèle écologique bien identifié dans le panorama des sciences humaines, et ce « label » recouvre ainsi des approches disciplinairement, thématiquement et méthodologiquement, très variées. Toutefois, il nous semble que ces différentes approches partagent, depuis leurs ancrages propres, le projet de retrouver une articulation entre l’action et ce qui l’environne, de renouer quelque chose comme une unité ou une solidarité entre le monde des pratiques et le milieu dans lequel elles se déploient. De ce point de vue, le référentiel écologique apparaît comme une manière de mobiliser le plus largement possible les éléments requis pour interroger des ordres de relations de natures et d’échelles multiples.

  • 1 Pour une tentative récente de mise en ordre, voir Lechevrel (2011, chap. 1). Nous tenon (...)

3C’est ainsi un domaine d’enquête trop rarement saisi dans son unité que l’on aimerait éprouver, même si, précisément, cette dernière est à interroger. Autrement dit, si l’enquête écologique se présente en ordre dispersé dans le panorama des sciences humaines 1, nous voudrions, dans le présent numéro, rassembler les pièces éparses de cette démarche, en tant qu’elle nous semble constituer un mode de connaissance singulier, une manière d’organiser des savoirs empiriques au sein d’une perspective dont les contours sont à dessiner.

L’émergence des concepts écologiques : des sciences naturelles aux sciences humaines

4Les différents travaux rassemblés dans ce numéro rendent compte de l’actualité et de la multiplicité des approches écologiques contemporaines, à la fois du point de vue des disciplines représentées (histoire, anthropologie, sociologie, géographie, philosophie…) et des objets traités (controverses environnementales, perception, biomimétisme, aménagements urbains, féminisme…). Pour comprendre comment ces différentes approches peuvent coexister et pour les situer les unes par rapport aux autres, il semble nécessaire de revenir sur l’arrière-plan historique et épistémologique de la pensée écologique, afin d’identifier certaines des connotations du terme auxquelles les études actuelles font écho.

  • 2 Aristote écrit ainsi que la maison est « une communauté constituée selon la nature pour (...)

5Comme de nombreux domaines des savoirs classiques, l’écologie entendue comme la réflexion sur le milieu a connu (au moins) deux naissances. La première, qui se confond avec l’origine étymologique de notre terminologie actuelle, renvoie à la Grèce ancienne : sous le terme oïkos, on désigne alors la maison, et avec elle la sphère des échanges domestiques et l’art de leur bonne gestion (Xénophon, 1971 ; Gherchanoc éd., 2006). L’écologie grecque, ou « économie », comme les traducteurs l’ont imposé, est donc une première étape dans l’élaboration des savoir-faire politiques, pensée à l’échelle du foyer 2.

  • 3 Lamarck (1994) a d’abord fait l’hypothèse d’une influence du milieu transmissible entre (...)

6La question est relancée sur une base scientifique tout à fait différente, avec le développement des sciences du vivant au tournant des xviiie et xixe siècles. Le terme « écologie » naît dans ce contexte, en 1866, sous la plume du biologiste allemand Ernst Haeckel : cette notion stabilise alors l’idée selon laquelle les facteurs environnementaux participent de la logique de l’évolution, et permet d’ériger le milieu en domaine empirique de référence pour les sciences du vivant. Si l’idée selon laquelle le milieu exerce sur les organismes vivants une action formatrice existe de longue date sous la forme d’hypothèses « transformistes » 3, c’est seulement au cours du xixe siècle qu’un lien solide est établi entre l’ordre taxinomique et l’enquête sur la structure interne des vivants. L’explication de la diversité des formes vivantes est alors à rechercher dans la divergence des trajectoires évolutives, qui répond elle-même à des causes externes aux vivants eux-mêmes (Guillo, 2000). Dans cette articulation entre taxinomie et généalogie, où l’œuvre de Darwin joue un rôle décisif, la notion de milieu acquiert une importance nouvelle. L’intériorité organique s’ouvre donc pour faire place aux conditions « extérieures ».

  • 4 Voir notamment Worster (1977), Acot (1988) et Deléage (1991).

7À partir de ces premiers éléments se développe alors comme discipline spécifique l’écologie scientifique, qui consiste en l’étude des relations entre les organismes et leur milieu. Alors que la théorie de l’évolution oriente massivement la biologie vers l’observation des transformations historiques du vivant, l’écologie se présente comme un complément orienté vers la synchronie. L’analyse des formations végétales et des interdépendances qui s’y nouent, les recherches sur les chaînes alimentaires et plus largement les échanges matériels et énergétiques qui structurent les relations entre vivants, tous ces savoirs contribuent à la formation d’une image holiste de l’économie naturelle et de sa dynamique interne. Les histoires de l’écologie 4 ont mis en relief les nombreux concepts et problèmes qui animent ce corpus scientifique, au sein desquels on pourra retenir deux aspects centraux. La question des échelles d’abord, puisque de la totalité biosphérique aux organismes individuels en passant par les écosystèmes, la réalité écologique se présente comme une série d’enchâssements hiérarchisés. Celle de l’équilibre, ensuite : l’écologie classique (par exemple Odum, 1953) a imposé le modèle d’une stabilité des échanges au sein d’un écosystème donné, mais cette tendance à l’équilibre soulève le problème du rôle joué par l’homme dans ces processus (Blandin, 2009). Les milieux sont ainsi pris dans un jeu de vulnérabilité et de résilience qui interroge le sens de l’action humaine.

  • 5 Voir Spencer (1878-1883) et Tort (1996), pour sa discussion.
  • 6 On rappellera que l’idée de stabilité ou d’équilibre du milieu, telle qu’on la trouve f (...)

8Ces différentes propriétés sont au cœur du transfert conceptuel des sciences naturelles vers les sciences sociales, qui a commencé au xixe siècle et qui se poursuit aujourd’hui. L’histoire des sciences a tenté de clarifier le sens et la structure de ces médiations conceptuelles (Guillo, 2000 ; Blanckaert, 2004), que l’on pourra ranger en trois orientations distinctes. D’abord, le modèle naturaliste en sciences sociales a pris la forme de ce que l’on appelle darwinisme social, dont Herbert Spencer est le représentant principal 5 : les sociétés évolueraient selon les règles de la sélection du plus apte dans un cadre fonctionnel et compétitif. Construit en partie comme une critique du premier, le deuxième modèle peut être dit organiciste : de la référence biologique, il conserve l’idée d’une spécialisation différentielle des parties dans le tout, et se conçoit d’abord comme un parti pris holiste dans l’étude des faits sociaux. La métaphore organique se retrouve ainsi chez certains des fondateurs de la sociologie classique, comme Émile Durkheim (2007), pour garantir l’ancrage scientifique et expérimental de cette nouvelle discipline 6. Enfin, à côté de ces deux trajectoires principales, il est possible d’identifier un modèle écologique. Plus ouvert, et moins directement dépendant d’une qualification du social comme réalité naturelle, il repose simplement sur l’idée que connaître le monde, c’est connaître les relations dont il est fait, qu’elles soient organiques ou non. Cette première formulation permet ainsi de prendre la mesure du contexte dans lequel émerge le projet écologique en sciences humaines, qui consiste à réinvestir la notion de milieu, à réarticuler cette double genèse – le domestique et le naturel –, et à respécifier les concepts centraux – échelle, équilibre, interaction, interdépendance – à l’aune de ses objets distinctifs.

Décrire les milieux humains

9À partir de ces repères historiques, il est possible de dégager les éléments principaux du questionnement écologique que ce numéro veut circonscrire. À cet égard, la notion de milieu revêt une importance toute particulière, dans la mesure où elle permet de distribuer un ensemble de démarches à partir de principes théoriques communs. Cette notion s’est en effet progressivement imposée comme une arme contre la tendance à réifier les phénomènes étudiés et à cloisonner leur explication, en apparaissant comme un outil capable de ramener l’étude des processus humains, ou plus largement vivants, à l’ensemble des conditions qui participent de leur genèse, perpétuation et transformation continue. Prise dans sa signification générale, la notion de milieu invite à articuler les phénomènes observés à ce qui non seulement les entoure, mais plus profondément prend une part active dans leur déploiement. De manière plus spécifique, elle permet de structurer les objets historiquement privilégiés par les enquêtes écologiques, en tant qu’elles investissent ses différentes acceptions.

Au-delà du naturel et du social : penser l’inscription de l’homme dans la nature

10Un premier objet proprement écologique concerne l’inscription de l’homme dans la nature, dont la conséquence principale est la remise en question de la fermeté du partage entre naturel et social (Descola, 2005). Parce que ce grand partage a été l’une des frontières intellectuelles et culturelles les plus prégnantes de la modernité, son dépassement apparaît comme l’un des horizons majeurs de la pensée écologique actuelle (Latour, 1991 ; Afeissa, 2007), dont prennent acte les différentes contributions de ce numéro.

11Dans l’article dont nous proposons la traduction, « Culture, nature et environnement. Vers une écologie de la vie », l’anthropologue britannique Tim Ingold privilégie le terme d’« environnement » sur celui de « nature » : en effet, parler de nature implique une extériorité, un point de vue surplombant, qui ne peut être celui de l’homme, qui « vit dans » la nature. Le terme d’« environnement », à l’inverse, rend compte de l’unité et de la solidarité qui caractérisent les relations entre un sujet et ce qui l’environne. La mise à l’écart de l’idée de nature, sous sa forme typiquement moderne, permet ainsi de problématiser d’emblée l’inscription de l’homme dans son milieu et les manières de concevoir ce dernier comme un espace réflexivement défini par les comportements, représentations et activités. Cela permet aussi de faire l’économie du postulat d’une extériorité réciproque de l’un à l’autre, ce qui ouvre ainsi la voie à des déplacements terminologiques et conceptuels. Ce sont ces éléments qui forment l’arrière-plan théorique de l’enquête anthropologique menée par Baptiste Gille chez les Salish, une communauté de la côte pacifique canadienne : la construction d’une revendication territoriale et environnementale indigène passe en effet par une profonde redéfinition des relations collectives au milieu naturel, à travers laquelle s’exprime la solidarité du social et du monde dans lequel il se déploie. La notion de « territoire », également, est le terme clé de la note que consacrent Lucile Garçon et Aurore Navarro à un courant géographique italien, la Société des territorialistes, dont elles éclairent les implications conceptuelles et pratiques. Cette notion capte les manières d’occuper, d’habiter l’environnement « naturel » et justifie de ne pas dissocier l’analyse de l’espace de celle des effets de la présence et de l’action humaines sur la nature. Le partage du naturel et du social est mis à distance de manière plus radicale encore dans l’approche métabolique de l’histoire du capitalisme, telle qu’elle est analysée dans la note de Pierre Charbonnier, qui discute l’ouvrage de John Bellamy Foster, Marx écologiste (2011). Dans la pensée écosocialiste en effet, l’économie est conçue comme un sous-ensemble des écosystèmes naturels, qui entre dans une relation problématique avec leurs équilibres propres.

Aborder la ville comme un milieu : l’écologie urbaine héritière de l’écologie scientifique

12Un deuxième grand massif théorique et thématique, auquel renvoient plusieurs des textes de ce numéro, fait résonner une acception différente de l’enquête écologique. Celle-ci plonge ses racines dans la sociologie de l’école de Chicago (Grafmeyer et Joseph éd., 2004), et dans la focalisation qu’elle propose sur les phénomènes urbains. Cette tradition intellectuelle a en effet investi de manière explicite l’héritage de l’écologie scientifique pour dégager certaines caractéristiques propres à ce milieu singulier qu’est la ville. En s’appuyant sur une lecture critique des textes de l’écologie scientifique naissante, la sociologie américaine classique a pu se défaire de l’acception compétitive et adaptative alors dominante dans ces approches, pour « prêter attention aux aspects distributifs et spatiaux de ces processus » (McKenzie, 2004, p. 150). Le réseau de relations, de flux et de connexions, mais aussi les expériences subjectives partagées dans un espace commun où se joue la construction de la figure moderne de l’individu, tous ces phénomènes qui tissent la trame de la ville moderne sont réinvestis dans ce numéro. Anthony Pecqueux, dans un texte d’inspiration psychosociologique sur le partage du sensible dans l’expérience de la ville, prend pour objet les interactions entre les citadins, ou entre les citadins et la ville, et propose de les analyser comme de pleines expériences, au sens dégagé par John Dewey, de rencontre entre un organisme et un environnement. La définition de la notion d’expérience urbaine permet ainsi de mettre au jour non seulement « les effets croisés, réciproques, entre acteurs et environnements urbains », mais aussi « les différenciations entre acteurs dans les rapports à l’espace public urbain comme entre les territoires occupés et traversés ». La ville comme espace de construction des problèmes publics, voire comme espace de conflit, est abordée par Martín Tironi, dans son analyse de l’infrastructure urbaine que constitue le Vélib’ à Paris. Il y explique comment s’est constitué le débat entre partisans et opposants du Vélib’, la mise au jour des différents arguments permettant de dégager différentes conceptions de l’écologie, de la ville, et des rapports différenciés des citadins à ces dernières. Enfin, Nicolas Michelin, architecte et urbaniste, apporte, dans l’entretien qu’il nous a accordé, l’éclairage d’un praticien sur les manières de concevoir et de faire la ville, qui invite notamment à réarticuler problématiques environnementales – au sens du strict rapport à l’environnement naturel – et écologiques – au sens de mise en relation des différentes composantes urbaines –, pour penser la ville dans sa globalité et sa richesse. Ces regards, par-delà la différence de leurs méthodologies spécifiques, discutent l’héritage de l’écologie urbaine de l’école de Chicago et expriment le souci commun de concevoir la ville comme un espace complexe où sont associés des acteurs et des objets divers, qui trouvent dans leur participation à ce milieu commun le point de vue à partir duquel ils peuvent être éclairés.

L’organisme dans son environnement : écologies de la perception et de l’action

13Plus largement, dès lors que l’on admet qu’un environnement est à la fois naturel et culturel, tous les « milieux » peuvent faire l’objet d’une enquête écologique, qui porte alors sur les modalités de perception, de connaissance et d’action au sein de cet environnement. L’inscription sensible, cognitive et pratique de l’homme dans son milieu fait l’objet d’une attention particulière dans le champ écologique. Les sciences du comportement animal et humain, d’abord, se sont reposées sur la notion de milieu (Umwelt, en allemand) pour mener la critique du modèle stimulus-réponse : le biologiste et philosophe Jakob von Uexküll (2010) a exercé une influence déterminante en montrant comment les divers éléments du milieu prennent sens à partir de schèmes sensori-moteurs inscrits dans la constitution organique des différentes espèces. L’écologie de la perception de James Gibson peut être resituée dans le prolongement de cette tradition. La notion d’affordance (Gibson, 1979) permet ainsi d’intégrer à l’étude de la vision animale et humaine les saillances perceptives qui orientent l’attention, et qui décloisonnent la conception philosophique et psychologique classique de la perception, dominée par l’idée de passivité. Plus récemment, les modèles dits de « cognition distribuée » (Hutchins, 1995) permettent de développer l’étude des ancrages contextuels de la perception en mettant en avant le rôle des artefacts matériels dans la prise d’information et de décision.

  • 7 Les contributions de Natalia La Valle et Anthony Pecqueux mobilisent d’ailleurs les con (...)

14La note de Joffrey Becker s’inscrit dans ces problématiques de manière tout à fait originale, en interrogeant la portée théorique des recherches expérimentales menées en biomimétique. En effet, la mise au point de systèmes automatisés capables d’imiter les phénomènes d’ajustement du comportement au milieu tels qu’ils ont été sélectionnés par l’évolution naturelle joue le rôle d’instrument heuristique pour questionner ces comportements eux-mêmes. La simulation robotique de l’articulation entre un système perceptif et un système moteur fonctionne donc comme une démarche d’enquête incarnée, dont les succès et les limites témoignent de l’état de certains savoirs écologiques. Dans une inspiration très différente, les contributions de Natalia La Valle ou d’Anthony Pecqueux éclairent également ces enjeux. Dans son article sur l’écologie des activités familiales, Natalia La Valle montre, d’après les résultats de son enquête vidéo-ethnographique, que la relation d’éducation ne peut se décrire et se comprendre qu’en référence à l’environnement matériel sur lequel elle prend appui. Par exemple, dans l’une des deux familles observées par l’auteure, la mère coordonne et régule les activités de ses deux enfants en s’appuyant sur l’écoute d’un morceau de musique, et en particulier sur sa durée, afin de structurer l’organisation des activités routinières (prendre le petit-déjeuner, regarder la télévision avant de partir à l’école, etc.). Ces analyses, qui s’inscrivent dans le cadre de l’analyse conversationnelle d’inspiration ethnométhodologique et de l’action située, permettent de montrer les procédés ordinaires employés par les membres du foyer pour établir, partager et percevoir une temporalité, constitutive de l’intelligibilité de leurs activités. Anthony Pecqueux, en tirant profit de l’affinité intellectuelle souvent négligée entre la phénoménologie et les approches écologiques en psychologie – que Tim Ingold exploite d’ailleurs lui aussi, en analysant le projet de Gregory Bateson de fonder une « écologie de l’esprit » (Bateson, 1977) –, propose une description des processus par lesquels les différents acteurs des interactions urbaines prennent place dans une scénographie commune. Ancré dans l’expérience sensible et corporelle, et prolongé par des formes d’action singulières, l’engagement pratique dans la ville représente lui aussi un terrain d’enquête privilégié pour une écologie de la perception – et plus spécifiquement de la perception sonore. En explicitant ainsi les liens entre perception, connaissance et action 7, les enquêtes écologiques rejoignent donc une fois encore, et par une autre voie, l’étude des phénomènes sociaux.

Le questionnaire de l’enquête écologique

15L’enjeu transversal à ces thèmes et à ces problèmes est exprimé de manière synthétique par les diverses connotations de la notion de milieu. Prendre appui sur cette notion a ainsi pour première conséquence majeure de contourner l’une des difficultés principales qui apparaît lorsque l’on parle d’écologie. En effet, entre l’usage dominant du terme, qui renvoie aux relations entre le naturel et le social, et ses usages en apparence dérivés, comme c’est le cas avec l’écologie urbaine, on pourrait se demander si le passage est légitime, voire s’il n’y a pas là une simple métaphore. Autrement dit, une ville est-elle un milieu au même titre qu’un écosystème naturel ? Ce genre d’interrogations n’a pourtant plus lieu d’être, dès lors que l’on admet que la portée analytique de la notion de milieu est indépendante des réalités qu’elle qualifie. Une interaction sociale, les déplacements urbains, la consommation énergétique d’un quartier résidentiel, ou l’évolution du climat mondial sont des réalités écologiques au même titre : parce qu’elles se déploient dans des conditions données, parce que ces conditions leur imposent des contraintes, parce que leur équilibre dans le temps est en question, et parce qu’une analyse fondée sur l’observation peut rendre compte de tous ces paramètres dans un langage commun. En somme, cette conception de la notion de milieu légitime pleinement le fait de ne pas restreindre la perspective écologique à la question environnementale.

16Plus qu’un arrière-plan, ou même qu’un contexte, un milieu rassemble une gamme d’êtres associés qui, à travers les relations qu’ils entretiennent, co-définissent à la fois un domaine d’existence et les modalités singulières de cette existence. En partant du milieu, les démarches écologiques cherchent à ne jamais présumer de la gamme d’êtres qui doivent être mobilisés pour rendre compte d’un processus donné, et c’est pour cette raison qu’elles sont si étroitement liées à un ancrage empirique. L’enquête et l’observation sont les préalables nécessaires à la composition d’un ordre de relations pertinent : ce sont elles qui permettent de prendre la mesure des liens à analyser, et de les suivre. Les concepts écologiques interviennent ainsi comme des outils de sélection ontologique (en indiquant quels types d’objets il faut mobiliser), méthodologique (en orientant l’approche de ces objets) et problématique (en faisant apparaître leur dynamique propre).

17Le texte de Tim Ingold que nous traduisons ici incarne ainsi très bien l’extension que l’on peut donner à l’enquête écologique. Il cherche en effet à fonder l’approche écologique des sociétés humaines sur une conception décentrée de la perception et de la cognition humaines inspirée des travaux de Gregory Bateson. L’ancrage de l’homme dans le milieu se joue à ses yeux d’abord au niveau du système sensori-moteur, ce qui interdit de penser une extériorité radicale de l’individu, pour se déployer ensuite sous la forme de représentations et de pratiques collectives objectivées, qui assurent la solidarité de la communauté humaine avec le monde. Cette référence à « l’écologie de l’esprit » (Bateson, 1977) est ici une précieuse indication, puisqu’elle nous invite à voir dans l’œuvre du philosophe et anthropologue britannique la tentative la plus synthétique de construction d’une pensée écologique. De la vie à l’esprit, et de l’interaction à la vie sociale, la pensée de Bateson représente peut-être la traversée la plus complète qui soit des réalités susceptibles d’être mises en relation dans un référentiel écologique.

18Au projet d’Ingold – élaborer, en prolongeant la pensée de Bateson, une « écologie de la vie », qui opérerait une forme de synthèse entre les diverses traditions écologiques –, nous substituerons une ambition plus modeste : celle de rendre compte de la façon dont l’enquête écologique, dont on a pu mesurer le rayonnement possible, se distribue aujourd’hui dans les sciences humaines. Nous souhaiterions donc identifier ce que produit la mobilisation du référentiel écologique dans l’ordre des savoirs, c’est-à-dire le rôle constitutif pour la production de nouvelles connaissances des propriétés de l’enquête écologique que l’on a déclinées ici. Prenant acte du pluralisme intrinsèque à ce type de démarche, ce sont donc ces savoirs écologiques que nous aimerions identifier : comment ils sont élaborés, comment ils circulent, et quelle en est la portée.

Représenter des écologies : échelles et perspectives

19De la centralité de la notion de milieu découlent un certain nombre de conséquences, tant théoriques que méthodologiques. Tout d’abord, les enquêtes réunies ici mettent en évidence, de différentes manières, cette idée selon laquelle on ne peut, dans le cadre d’une démarche écologique, aborder un objet d’étude d’un point de vue « extérieur » : puisque nous sommes toujours immergés dans un milieu (au sens de l’espace ou de la communauté), c’est en tant que tel que l’on peut en rendre compte.

  • 8 Bien différente de celle proposée par William Grossin, Pour une science des temps. (...)

20La circonscription des milieux étudiés et l’élaboration d’une échelle d’observation adéquate se posent en priorité. Les différentes contributions du numéro mettent en œuvre des échelles d’observation très diverses, adaptées à leur objet et à leurs outils : on passe ainsi de l’échelle de la communauté, dans le cadre de l’analyse anthropologique proposée par Baptiste Gille, par exemple, à l’échelle géographique du territoire, telle que l’élaborent Lucile Garçon et Aurore Navarro. Mais d’autres types d’échelles sont également travaillés par les contributions du numéro. Natalia La Valle offre, avec son approche écologique des activités familiales, un exemple d’échelle extrêmement micro (le foyer), ressaisissant, par là même, l’acception première de la notion d’écologie. Son article s’attache à décrire les procédures par lesquelles les membres du foyer familial élaborent conjointement le sens de leurs activités collectives et établissent un ensemble de repères pour l’accomplissement de leurs actions, notamment des repères temporels. L’analyse de transcriptions des quelques minutes au cours desquelles les membres du foyer passent d’une activité à une autre permet ainsi de montrer les méthodes employées pour élaborer une temporalité endogène, partagée – ce que Natalia La Valle propose de qualifier comme étant une « écologie temporelle » 8. À l’inverse, l’approche écologique des dynamiques sociales peut porter l’analyse à un niveau de globalité maximum, comme c’est le cas par exemple avec l’histoire environnementale globale (Crumley et Hornborg éd., 2006), ou mieux encore, avec les travaux placés sous l’éclairage de l’hypothèse Gaïa (Lovelock, 1993), selon laquelle la Terre est une totalité organique unifiée par des échanges et des équilibres auxquels doivent être rapportées les activités humaines.

21Précisons également que ce jeu d’échelles n’est pas uniquement spatial, mais aussi temporel : si les enquêtes écologiques opèrent comme une forme de coupe transversale, elles ne figent toutefois pas pour autant leur objet comme une capture d’un état des choses à un moment donné. À ce titre, la démarche de l’écologie historique, que présente Diana K. Davis dans ce numéro et qu’illustre la traduction de son article sur l’éco-gouvernementalité en Algérie française, montre bien la pertinence qu’il peut y avoir à analyser des environnements, en tant qu’ils rendent visibles l’ensemble des pratiques qui les ont constitués dans leurs discontinuités historiques. L’article de Catherine Larrère sur les mouvements écoféministes participe d’une logique similaire. La façon dont se sont constitués les rapports de genre dans les nations périphériques du capitalisme mondialisé, c’est-à-dire en contexte colonial, peut être éclairée par l’étude des formes de prise en charge de la nature. En dégageant un parallèle entre la dévalorisation du travail direct et non marchand de la terre par les femmes, et l’émergence de mouvements environnementalistes portés par ces femmes, l’analyse peut montrer que l’histoire coloniale ne se joue pas qu’entre acteurs humains, ou institutionnels, mais au-delà des cadres traditionnels de la pensée sociale.

22La question de l’échelle d’observation est directement corrélée à celle de la perspective avec laquelle sont appréhendés les milieux. Cette articulation est particulièrement visible dans le film Alpi (2011), réalisé par Armin Linke et auquel est consacré l’entretien qu’ont réalisé avec lui Émilie Hache et Valérie Pihet. Ce film propose en effet une autre manière de représenter les Alpes, en abandonnant une vision du massif montagneux comme un paysage global, au profit d’une approche plus fragmentaire, construite par une succession de plans montrant divers lieux, activités et acteurs (un berger, le démontage des barrières après le sommet de Davos, un tailleur de pierre…) qui composent les Alpes. Les choix de perspective – le plan resserré plutôt que le plan large – et le montage – qui passe par l’agencement successif des différentes séquences, sans explicitation des liens – jouent alors un rôle crucial. En effet, ces techniques permettent de poser à nouveaux frais la question de l’objectivité de la représentation, en jouant explicitement des formes d’extériorité du point de vue.

23L’une des pistes proposées par les enquêtes présentées dans ce numéro consiste à élaborer des perspectives d’observation singulières, adaptées aux milieux et aux objets observés. Les enquêtes écologiques peuvent ainsi adopter le point de vue des « membres », pour reprendre la terminologie de l’ethnométhodologie, ou le point de vue « émique » d’une communauté particulière, appréhendée par ses relations à un environnement spécifique, comme le définit Tim Ingold. Joffrey Becker, dans sa note sur l’écologie roboticienne, montre en quoi cette question est également au cœur de la réflexion robotique : les machines sont des dispositifs destinés à mettre en relief la constitution d’un point de vue sur le milieu. En essayant de simuler des schèmes sensorimoteurs intégrés à leur environnement, la biomimétique nous parle, elle aussi, du point de vue des vivants (et des machines) dans leur milieu.

24Enfin, une autre option possible est de rendre compte de l’articulation, sinon de la concurrence, entre différentes perspectives. C’est précisément l’objet de l’article de Martín Tironi, qui revient sur la mise en place du dispositif du Vélib’ à Paris et analyse les controverses suscitées par le système entre les tenants du Vélib’ (la mairie de Paris, les porte-parole de l’entreprise JCDecaux) et ses opposants (les Verts et leurs sympathisants), en tant qu’elles sont révélatrices de différentes conceptions de l’écologie. La méthodologie de la sociologie des controverses adoptée dans cet article est alors tout à fait adéquate pour rendre compte de la façon dont se construisent et se stabilisent des représentations : comme le souligne l’auteur, l’écologie – au sens d’un ensemble de prescriptions morales, politiques, économiques – n’est pas un donné a priori, mais une construction collective, émergente et contingente. La question de la représentation des points de vue se pose ainsi de deux manières : d’une part, l’analyse des représentations produites par les acteurs (récits ou discours politiques, mythes, cartes, argumentaires scientifiques), et d’autre part, la mise au point de techniques qui visent à rendre compte de ces points de vue (transcriptions détaillées, terrain ethnographique, dispositifs techniques ou esthétiques). Comme le soulignent plusieurs de nos auteurs, ces différentes représentations sont conçues pour être partagées, pour circuler et être investies dans la sphère publique.

Vers le politique : circulation et usages des savoirs écologiques

25L’écologie, telle qu’elle s’élabore au sein des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, n’est jamais dissociée d’une réflexion politique, puisqu’elle interroge la place des pratiques dans un espace qu’elles redéfinissent, et dont elles déplacent les frontières. Sans se cantonner à l’« écologie politique » et à ce qui se fait traditionnellement sous ce nom (Bourg et Whiteside, 2010), il y a donc une politique de l’écologie, qui prend directement appui sur les connaissances produites par ces enquêtes, et dont on peut, à l’aune des contributions réunies ici, dessiner les contours.

26En premier lieu, et de manière très concrète, le geste constitutif de l’écologie – son ancrage empirique et l’adoption d’une perspective située – est conçu, par plusieurs des contributions du numéro, comme devant être prolongé dans le champ politique. Cette dimension est particulièrement nette dans les travaux des territorialistes italiens, dont le propos, comme l’expliquent Lucile Garçon et Aurore Navarro, vise à réarticuler recherche scientifique et action politique, en fondant cette dernière sur les connaissances situées des acteurs. La critique de la dissociation entre production de connaissances et prise de décision est aussi au cœur de l’entretien que nous a accordé Nicolas Michelin, architecte et urbaniste, dans lequel il explicite les différents problèmes posés par la multiplication des normes écologiques pour la planification et construction. Le risque qui se profile alors est que s’impose une vision technocratique, ou strictement économique, de l’écologie, définie comme un ensemble de contraintes parfois contradictoires (créer des espaces lumineux mais concevoir des fenêtres de petite taille pour éviter la déperdition de la chaleur), dissociée de la réalité des pratiques architecturales et urbanistiques, tout autant que des manières de vivre. Dans ces deux réflexions sur les modes d’aménagement urbain, se retrouve le même appel à partir des pratiques, des connaissances des acteurs, pour élaborer des politiques adéquates.

  • 9 Pour un autre cas d’étude, qui porte sur les politiques environnementales des colonies (...)

27L’analyse des controverses environnementales permet de saisir sous un autre angle la dimension politique des enquêtes écologiques, plus intrinsèquement liée aux principes théoriques mobilisés. Baptiste Gille montre notamment, à partir de l’étude de la communauté des Salish côtiers, comment les discours écologiques s’appuient sur des ontologies spécifiques (dans le sens que donne à ce terme l’anthropologie de la nature de Philippe Descola), et mesure les changements induits par le passage d’une ontologie naturaliste – reposant sur la distinction entre humains et non-humains – à une ontologie autochtone, qui redéfinit les modes de relations collectives à l’environnement naturel. Ce changement permet ainsi de reconsidérer les arguments élaborés par ces communautés pour faire valoir leurs revendications territoriales. La littérature anthropologique a en effet développé la notion de Traditional Ecological Knowledge (TEK) pour faire l’inventaire des savoirs et représentations indigènes de la nature, et pour garantir leur protection (Berkes, 1999). Mais dès lors que ces savoirs interviennent aussi comme des outils destinés à redéfinir les conditions de l’expression sociale de ces communautés, ils ne peuvent plus simplement être conçus comme des savoirs sur quelque chose d’extérieur. Ce sont alors des pratiques politiques adossées à la nature, qui témoignent du rôle de catalyseur que les relations écologiques peuvent jouer dans les conflits sociaux, et qui échappent par ailleurs largement à l’enfermement dans une « tradition ». Complémentaire de cette approche, le texte de Diana K. Davis se place, en un sens, de l’autre côté du miroir : l’analyse que l’auteure propose de l’éco-gouvernance en Algérie française déconstruit en effet les arguments scientifiques invoqués par le discours colonial dominant pour légitimer la gestion française des ressources naturelles algériennes 9. De manière significative, elle rappelle également, dans l’introduction inédite à son texte rédigée à l’occasion de sa traduction dans ce numéro, que les « récits environnementaux » contemporains des institutions internationales s’appuient encore sur des connaissances problématiques, sinon erronées, pour élaborer les politiques de préservation de l’environnement dans certaines régions du monde. À cet égard, l’article de Catherine Larrère sur l’écoféminisme, qui démêle les enjeux de la domination croisée exercée par les hommes sur la nature et sur les femmes, apporte également une contribution majeure à l’élaboration de cette écologie politique, fondée sur la déconstruction des présupposés inhérents aux arguments environnementalistes dominants. Ces différentes contributions montrent bien en quoi les questions écologiques sont intrinsèquement politiques, et invitent à réfléchir à l’articulation entre connaissance écologique et action politique, entre ces savoirs et la lutte pour un usage juste et légitime des milieux où se déploie l’action collective.

Pour un mode de connaissance écologique

28Que fait l’écologie à l’ordre des savoirs ? Si nous avons jusque-là décrit comment ces savoirs s’élaborent et circulent, on peut désormais revenir sur la place qu’ils occupent au sein des sciences humaines.

29En premier lieu, l’adoption d’une approche écologique enrichit les pratiques d’une discipline donnée, voire offre l’occasion d’un bilan critique. Diana K. Davis par exemple, dans sa présentation du courant de l’écologie historique, explique les repositionnements induits par la prise en compte de l’environnement comme objet d’enquête historique. Comme elle le souligne, dès lors que l’on admet que l’environnement est le résultat d’un ensemble de pratiques historicisées, institutionnalisées, qu’il est l’objet de récits et de représentations conçus à des fins argumentatives spécifiques, il convient de se doter d’outils d’analyse capables de tenir ensemble ces différentes dimensions. De ce point de vue, la perspective écologique s’accompagne d’une dimension critique, qui tend à déplacer les frontières disciplinaires – entre sciences du vivant et sciences de l’homme, mais également au sein des sciences humaines –, au profit d’une approche plus complexe, à même de rendre compte de la nature composite des objets étudiés. Ce paysage tend également à se diversifier, par l’« écologisation » de certains objets : l’écosocialisme, dont Pierre Charbonnier expose, dans sa note sur l’ouvrage de John Bellamy Foster, Marx écologiste, la complexité, ou l’écoféminisme, dont Catherine Larrère propose dans son article une généalogie critique. L’adjonction du préfixe éco- fonctionne alors comme un opérateur de relecture : c’est l’exercice auquel se livrent ces auteurs, qui questionnent tous deux l’efficacité de ce recadrage, ses enjeux et ses points d’ancrage. Enfin, les dynamiques contemporaines de recherche tendent à enrichir les objets « traditionnels » des enquêtes écologiques, en les passant au prisme de leurs épistémologies propres. C’est par exemple le cas des « nouvelles » écologies de la perception, proposées ici par Anthony Pecqueux, Natalia La Valle et Joffrey Becker, qui entrent largement en résonance avec l’appel de Tim Ingold à concevoir une « écologie de la sensibilité » – qui reste à développer.

30Nous proposons donc, dans ce numéro de Tracés, un panorama de ces « écologiques », susceptible de faire apparaître les parentés épistémologiques qui se dégagent entre les différentes démarches, sans pour autant en conclure l’existence d’un modèle écologique unique. La plupart des contributions de ce numéro soulignent en effet la dimension programmatique, la part d’expérimentation inhérente à leurs enquêtes, et ouvrent des champs qu’il n’est pas souhaitable de figer sous une forme systématique. Parce que l’écologie enrichit les perspectives traditionnelles des sciences humaines, parce qu’elle articule des sphères de connaissances généralement dissociées, et met ainsi en relation des mondes qui l’étaient eux aussi, c’est sa dimension accueillante que nous souhaitons avant tout rendre sensible ici.

31Pour le comité de rédaction de Tracés, Pierre Charbonnier et Yaël Kreplak

Haut de page

Bibliographie

Acot Pascal, 1988, Histoire de l’écologie, Paris, PUF.

Afeissa Hicham-Stéphane éd., 2007, Éthique de l’environnement. Nature, valeur, respect, Paris, Vrin.

Bateson Gregory, 1977 [1972], Vers une écologie de l’esprit, t. 1, Paris, Le Seuil.

Berkes Fikret, 1999, Sacred Ecology. Traditional Ecological Knowledge and Resource Management, Philadelphie, Taylor and Francis.

Blanckaert Claude, 2004, La nature de la société. Organicisme et sciences sociales au xixe siècle, Paris, L’Harmattan.

Blandin Patrick, 2009, De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles, Quae.

Bourg Dominique et Whiteside Kerry, 2010, Pour une démocratie écologique. Le citoyen, le savant et le politique, Paris, Le Seuil.

Crumley Carol et Hornborg Alf éd., 2006, The World System and the Earth System. Global Socioenvironmental Change and Sustainability since the Neolithic, Walnut Creek, Left Coast Press.

Deléage Jean-Paul, 1991, Une histoire de l’écologie, Paris, Le Seuil.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Dewey John, 1993 [1938], Logique. La théorie de l’enquête, Paris, PUF.

— 2005 [1934], L’art comme expérience, Pau, Farrago.

Durkheim Émile, 2007 [1893], De la division du travail social, Paris, PUF.

Fairhead James et Leach Melissa, 1996, Misreading African Landscape. Society and Ecology in a Forest Savanna Mosaic, Cambridge, Cambridge University Press.

Foster John Bellamy, 2011 [2000], Marx écologiste, Paris, Éditions Amsterdam.

Gibson James, 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Gherchanoc Florence éd., 2006, La maison, lieu de sociabilité, dans des communautés urbaines européennes, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Le Manuscrit.

Grafmeyer Yves et Joseph Isaac éd., 2004 [1984], L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion.

Guillo Dominique, 2000, Sciences sociales et sciences de la vie, Paris, PUF.

Hutchins Edwin, 1995, Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press.

Lamarck Jean-Baptiste, 1994, Philosophie zoologique, Paris, Flammarion.

Latour Bruno, 1991, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte.

Lechevrel Nadège, 2011, Les approches écologiques en linguistique. Approches critiques, Paris, Academia Bruylant.

Lovelock James, 1993, La terre est un être vivant. L’hypothèse Gaïa, Paris, Flammarion.

McKenzie Roderick, 2004 [1925], « L’approche écologique dans l’étude de la communauté humaine », L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Y. Grafmeyer et I. Joseph éd., Paris, Flammarion, p. 149-168.

Mead George Herbert, 2006 [1963], L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF.

Odum Eugene, 1953, Fundamentals of Ecology, Philadelphie, Saunders.

Spencer Herbert, 1878-1883, Principes de sociologie, t. 1-3, Paris, Germer-Baillière.

Tort Patrick, 1996, Spencer et l’évolutionnisme philosophique, Paris, PUF.

Uexküll Jakob (Von), 2010, Milieu animal et milieu humain, Paris, Payot et Rivages.

Worster Donald, 1977, Nature’s Economy. A History of Ecological Ideas, Cambridge, Cambridge University Press.

Xénophon, 1971, Économique, Paris, Les Belles Lettres.

Haut de page

Notes

1 Pour une tentative récente de mise en ordre, voir Lechevrel (2011, chap. 1). Nous tenons d’ailleurs à remercier Nadège Lechevrel et Dominique Guillo pour les échanges que nous avons eus avec eux sur ces questions.

2 Aristote écrit ainsi que la maison est « une communauté constituée selon la nature pour la vie de chaque jour », Politique, 1252a.

3 Lamarck (1994) a d’abord fait l’hypothèse d’une influence du milieu transmissible entre les vivants, avant que Darwin ne propose sa théorie, où la sélection intervient sur des transformations morphologiques survenues au hasard.

4 Voir notamment Worster (1977), Acot (1988) et Deléage (1991).

5 Voir Spencer (1878-1883) et Tort (1996), pour sa discussion.

6 On rappellera que l’idée de stabilité ou d’équilibre du milieu, telle qu’on la trouve formulée dans le champ de l’écologie scientifique et telle qu’elle a pu être transposée dans le champ des sciences sociales ensuite, a été férocement dénoncée dans l’historiographie de l’exode rural, par exemple, parce qu’elle faisait des campagnes ou des unités domestiques des systèmes clos. Sur ce point, voir Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999. Ceci n’est qu’un exemple des problèmes analytiques liés à l’importation de modes d’analyse dans les sciences sociales : voir, plus largement, Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel, 2006.

7 Les contributions de Natalia La Valle et Anthony Pecqueux mobilisent d’ailleurs les concepts d’enquête et d’expérience, tels qu’ils sont élaborés par John Dewey (1993, 2005). Le pragmatisme de ce dernier peut être, dans cette perspective, qualifié d’écologique, de même qu’un certain nombre de propositions de Mead (2006). De fait, il aurait été intéressant d’établir une généalogie croisée du pragmatisme et de l’approche écologique, tant les références au pragmatisme – sous ses diverses formes et acceptions – traversent les contributions du numéro.

8 Bien différente de celle proposée par William Grossin, Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, Octarès Éditions, 1996.

9 Pour un autre cas d’étude, qui porte sur les politiques environnementales des colonies africaines anglaises, voir Fairhead et Leach (1996).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Charbonnier et Yaël Kreplak, « Savoirs écologiques », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/5415

Haut de page

Auteurs

Pierre Charbonnier

docteur en philosophie, laboratoire Sophiapol (Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques, Université Paris Ouest) et ATER à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défensedoctorante en sciences du langage au laboratoire ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations, CNRS, Université Lyon 2, ENS de Lyon) et au CEMS-IMM (Centre d’études des mouvements sociaux - Institut Marcel Mauss, CNRS, EHESS)

Articles du même auteur

Yaël Kreplak

doctorante en sciences du langage au laboratoire ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations, CNRS, Université Lyon 2, ENS de Lyon) et au CEMS-IMM (Centre d’études des mouvements sociaux - Institut Marcel Mauss, CNRS, EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page