Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les économistes au pouvoir

La crise financière et la responsabilité des économistes

André Cartapanis
p. 149-161

Résumés

La crise financière a suscité la mise en cause des économistes, coupables de ne pas avoir su prévoir la crise. Cet article examine les sources de l’aveuglement au désastre de la profession des économistes, autant pour des raisons théoriques (contraintes imposées par la modélisation, oubli des enseignements de Keynes, mise à l’écart des hétérodoxies) qu’en réponse aux modes simplificateurs d’expression publique de l’expertise économique. D’où la nécessité à la fois d’un renouvellement de l’agenda de la recherche et de nouvelles exigences éthiques dans la prise de parole des économistes et la diffusion de leurs recherches.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 décembre 2013.

1La crise financière qui s’est déclenchée au cours de l’été 2007, avant de se transformer en crise systémique à l’automne 2008, présente de multiples facettes. C’est une crise de système qui résulte de tout un ensemble de décisions et de processus, mettant en cause la globalisation, impliquant les banques, les agences de notation, les hedge funds, les policy makers auxÉtats-Unis, en Chine ou en Europe, ayant débouché sur une dynamique insoutenable de l’endettement, aux États-Unis, mais également en Europe. La responsabilité d’une crise d’une telle ampleur ne saurait donc être imputée, de façon spécifique, à tel ou tel protagoniste. Pour autant, depuis la visite de la reine d’Angleterre à la London School of Economics, en novembre 2008, et sa question faussement naïve à propos de la crise, « why did nobody notice it ? », le débat sur la légitimité des économistes bat son plein, surtout dans le monde anglo-saxon. S’ils n’étaient pas au pouvoir, ni au sein des banques ni parmi les gouvernements ou les banques centrales, peut-on dire que leur rôle a été négligeable ? Par leurs travaux n’ont-ils pas contribué à légitimer nombre d’innovations à risque ? Pourquoi n’ont-ils pas alerté les gouvernements sur le risque de crise systémique ?

La mise en cause naïve des économistes

2Le débat sur la responsabilité des économistes et de la théorie économique dans la crise prend quelquefois des tournures discutables. Tel est le cas lorsqu’il s’agit, par exemple, de mettre en cause l’indépendance de la profession vis-à-vis des lobbys financiers ou de stigmatiser la responsabilité directe des économistes dans la récession (Fukuyama et Colby, 2009). Avant de détailler les connexions entre l’état de la science économique et ce qui s’est passé sur les marchés depuis l’été 2007, il est donc nécessaire d’écarter rapidement les critiques naïves ou dénuées de fondements.

3Les économistes seraient coupables de ne pas avoir prévu les premières difficultés sur les dérivés de crédits hypothécaires, à la fin d’août 2007, et moins encore le déclenchement de la crise de liquidité bancaire en septembre 2008. Mais une crise financière est due à de très nombreux facteurs, combinant des fondamentaux macroéconomiques dégradés ou fragiles, auxquels s’ajoutent nécessairement les « esprits animaux » des marchés. Même avec le meilleur modèle de crise dont on puisse disposer, il n’est pas possible de dater ex ante le basculement dans la défiance. La réalité économique n’est pas déterministe et il y a toujours une part d’aléa dans l’amorçage d’une crise. D’ailleurs, cette incapacité à prévoir un événement n’est jamais reprochée aux vulcanologues ou aux sismologues, face aux éruptions volcaniques ou aux tsunamis, et moins encore aux médecins en présence de l’irruption d’une pandémie. Par contre, il est pertinent de se demander si les économistes avaient perçu l’ampleur des fragilités financières, de nature à provoquer, ou non, un jour ou l’autre, un ajustement systémique.

4Autre reproche, souvent formulé, les économistes auraient été distraits de leurs responsabilités par leur attachement excessif à la modélisation, à l’abstraction théorique et au recours immodéré aux mathématiques, tout cela les ayant éloignés de la réalité des marchés et des dysfonctionnements de la finance. Le procès est recevable, mais pas en ces termes. Toute science, fût-elle une science molle comme l’économie, a besoin de restreindre la réalité, d’en donner un modèle réduit, nécessairement restrictif, et c’est ce que font tous les chercheurs, quels que soient les outils d’analyse utilisés, formalisés ou non. Plus pertinente est la question de savoir si les économistes, dans leur grande majorité, ont modélisé, ou pas, les bons problèmes, et donc s’ils se sont consacrés à l’analyse des situations ou des mécanismes qui ont débouché sur la crise, ou bien s’ils se sont détournés, dans leur grande majorité, des vraies questions sur les sources de l’instabilité financière.

5À propos de la complaisance des économistes vis-à-vis des milieux financiers et de la légitimation académique de tout un ensemble d’innovations financières à risque, on ne saurait balayer d’un revers de manche une telle critique. Simon Johnson, qui a été conseiller économique et directeur du Département des études du Fonds monétaire international de mars 2007 à août 2008, a dressé un véritable réquisitoire, dans le magazine américain The Atlantic (2009), en mettant en avant les connexions entre les milieux financiers américains et la classe politique, parlant même d’un corridorWall Street - Washington ayant délibérément organisé la déréglementation bancaire et financière du début des années 2000 sur la base d’une croyance collective selon laquelle ce qui était bon pour Wall Street était bon pour les États-Unis, et donc pour l’économie mondiale. Mais la capture des superviseurs américains s’est-elle accompagnée d’une sorte de capture de l’analyse économique par les lobbys financiers, expliquant la sous-estimation des risques de crise afin de ne pas alarmer les investisseurs ou les clients ? Aux États-Unis, compte tenu de la mobilité professionnelle des économistes entre les départements de recherche des banques, des banques centrales, des organismes internationaux, et les départements d’économie ou de finance des grandes universités, la question se pose. La réponse est probablement oui, s’agissant des économistes de banques. Mais à quelques exceptions près, c’est douteux s’agissant de la production scientifique des économistes, tout particulièrement pour la macroéconomie. Les universitaires répondent en premier lieu à des incitations académiques, celles des publications dans les revues jugées les plus prestigieuses, auxquelles correspondent d’ailleurs, aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, des retombées directes en termes de salaires de la part des universités qui les emploient. En France, cette thèse n’a guère de sens compte tenu de la très faible porosité entre le monde académique et le monde de la finance, et plus encore à cause de l’étroitesse des départements de recherche des institutions bancaires ou financières.

6Enfin, peut-on parler d’une responsabilité collective des économistes dans la crise ? Tous les spécialistes de finance ou de macroéconomie financière partageaient-ils les mêmes analyses, ou disaient-ils la même chose, dans les années 2000, à propos de la situation de l’économie américaine, des fragilités financières ou macroéconomiques, et surtout des risques de crise financière ? On cite souvent Nouriel Roubini ou Raghuram Rajan pour leurs mises en garde publiques, en 2005 ou en 2006. Mais l’on devrait ajouter toute une liste d’économistes, relevant du monde académique ou du milieu des banques centrales et des organismes internationaux, dont les contributions, dans les années 2000, avaient très largement alerté la profession, mais également les banquiers centraux, sur le risque d’un accident systémique, sans nécessairement avoir anticipé l’ampleur et les formes précises du choc : Barry Eichengreen (2002), Robert Shiller (2003), Charles Goodhart (2004), Claudio Borio (2007), Michel Aglietta (2008). Mais ils n’ont pas été entendus.

L’aveuglement face au désastre du mainstream

7Jusqu’en 2007 et les premiers signes de fragilité systémique, une pensée économique dominante s’est maintenue, communément qualifiée de mainstream, recouvrant tout un ensemble de postulats : l’efficience des marchés financiers ; l’autorégulation de la prise de risque parmi les banques ; les vertus stabilisantes des dérivés, notamment des dérivés de crédit ; la soutenabilité sans effets déstabilisants de l’expansion débridée de la liquidité internationale adossée aux déséquilibres globaux de balances des paiements ; l’absence de risque d’éclatement de la bulle immobilière aux États-Unis, etc. Le risque de crise systémique a donc été dramatiquement négligé par le mainstream, simplement parce qu’il s’agissait là, non pas d’un phénomène improbable, mais d’une conjecture impossible dans le cadre des modèles communément utilisés par une large part de la profession. En ce sens, les économistes du mainstream ont joué un rôle dans la légitimation idéologique de la nouvelle architecture financière qui s’est progressivement installée aux États-Unis, puis parmi un grand nombre de pays développés, dans les années 1990, et qui s’est approfondie dans la première moitié des années 2000.

  • 1  Voir par exemple l’ouvrage de Charles Kindleberger (1978).

8Comment expliquer un tel aveuglement face au désastre ? Sans doute les économistes ont-ils été victimes d’une information très imparfaite quant aux changements qui se sont produits, très rapidement, sur les marchés financiers, aux États-Unis d’abord, et dans l’ensemble des pays développés ensuite. Ce n’est qu’avec la crise que beaucoup ont découvert ces produits financiers complexes que sont les ABS, les CDO, les CDS, les SIV, etc. Les données afférentes à la croissance explosive des positions, sur les marchés de CDS ou de CDO par exemple, ne commencent à apparaître dans les rapports annuels ou trimestriels de la Banque des règlements internationaux (BRI) ou dans les Global Financial Stability Reports du FMI que deux ou trois ans seulement avant la crise. Quant aux manuels de macroéconomie monétaire ou financière (Mishkin et al., 2004) ou portant sur l’économie de l’intermédiation financière (Greenbaum et Thakor, 2007), s’ils évoquent les caractéristiques de ces innovations, ils le font sans les relier à la question de l’instabilité financière. Michel Aglietta est l’un des rares à avoir consacré des développements importants aux rapports entre le nouveau modèle de banque, les dérivés de crédit et le risque d’instabilité financière dans les différentes éditions de son ouvrage Macroéconomie financière (2008). Quant à la littérature particulièrement abondante consacrée aux crises financières des pays émergents, après la crise asiatique, concernant aussi bien la thématique des indicateurs d’alerte sur le plan empirique que les reformulations théoriques (Cartapanis et al., 2002 ; Boyer et al., 2004 ; Cartapanis, 2004), elle a été purement et simplement oubliée par le mainstream, comme si cela ne pouvait concerner que les pays émergents. Les économistes se sont refusés à transposer à l’économie américaine les modèles de fragilité financière qui avaient été conçus pour les pays émergents. Pourtant, après bien d’autres économistes très attachés aux enseignements de l’histoire des crises1, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff (2010) ont démontré magistralement que les crises financières répondent toujours, depuis plusieurs siècles, à la combinaison des mêmes déterminants, surtout s’ils apparaissent au terme d’une période de dérèglementation financière : un déficit élevé de la balance des paiements courants ; une bulle sur les marchés d’actifs ; une très forte hausse de l’endettement des ménages ou des intermédiaires financiers. L’économie américaine répondait effectivement à tous ces critères entre 2000 et 2007. Mais la science économique s’était fortement éloignée de ce type de raisonnement, sans doute trop simple.

La reconfiguration de la science économique

9Depuis les années 1980, la science économique s’est considérablement reconfigurée sous plusieurs volets : internationalisation d’une profession adoptant les standards du monde académique anglo-saxon et retenant les thématiques ou les méthodologies qui s’y trouvent privilégiées ; en finance, forte dominance des approches microéconomiques au détriment de la macroéconomie ; technicité de plus en plus grande des méthodologies mobilisées, dont le corollaire fut souvent le rétrécissement des questionnements ; marginalisation des hétérodoxies, menant des approches critiques de nature à déboucher sur des recommandations politiques radicales, et s’interrogeant, par exemple, sur les bienfaits de la globalisation ou les vertus de la libéralisation financière ; recul des démarches comparatives faisant appel à l’histoire ou à la diversité des institutions qui structurent le jeu des marchés ou l’expression des rationalités individuelles ; croissance accélérée des effectifs et de la production intellectuelle, sous la forme de rapports, d’ouvrages grand public, voire d’articles académiques, parmi les économistes employés, ou intervenant au titre de consultants, dans les services d’études et de recherche des banques privées, des banques centrales, des organismes internationaux ou au sein d’innombrables think tanks avec, par conséquent, une circulation intense des meilleurs économistes parmi ces différentes institutions, académiques ou non. Le cas de Myron Scholes et de Robert Merton, l’un et l’autre lauréats du prix Nobel d’économie pour leurs travaux de finance théorique, mais aussi fortement impliqués dans les choix désastreux de LTCM (Long Term Capital Management), le fameux hedge fund dont ils contribuèrent à la création mais aussi à la faillite retentissante en 1998, en constitue sans doute la meilleure illustration.

10La conséquence de cette reconfiguration au sein de la profession des économistes ne relève pas tellement d’une capture idéologique initiée par les lobbys financiers mais plutôt de l’émergence d’un mainstream académique accordant peu de place à la mémoire des crises financières, à la prise en compte des interdépendances et des externalités qui composent un système financier, à la cyclicité de la dynamique macroéconomique qu’induisent les interférences entre la finance et l’économie réelle. La finance de marché et la microéconomie financière, devenues dominantes, ont ainsi légitimé tout un ensemble d’hypothèses quant au bien-fondé des innovations financières et l’innocuité de nombreux déséquilibres macroéconomiques. Tout cela a fait l’objet de milliers d’articles, soit purement théoriques, soit appliqués à des données spécifiques, qui ont donné l’illusion que des démonstrations formelles, de facture assez largement normative, d’une rigueur avérée mais sous des hypothèses nécessairement simplificatrices, pouvaient rendre compte du fonctionnement des marchés financiers et des relations qu’ils entretiennent avec la dynamique macroéconomique. Oubliant le caractère local et spécifique des résultats obtenus, que soulignaient pourtant les académiques, y compris au sein du mainstream, beaucoup, à l’interface de la réflexion théorique et de l’action, autant parmi les intermédiaires financiers qu’au sein des décideurs, en ont tiré un message politique justifiant la déréglementation financière, le passage aux normes comptables de type fair value, l’imbrication au sein des banques des activités d’intermédiation et de marchés, le développement des innovations et la confiance placée dans l’autorégulation des marchés. Ainsi, Alan Greenspan, l’ancien président de la Fed, la banque centrale américaine, a systématiquement encouragé ces innovations et il s’était même félicité que le Congrès américain ait refusé, en 1998, la proposition de Brooksley Born, alors à la tête de la Commodity Futures Trading Commission, de réglementer les marchés de dérivés de crédits et d’exiger des échanges de CDS qu’ils s’opèrent sur des marchés organisés, chapeautés par une chambre de compensation contrôlant les positions et déclenchant les appels de marge, plutôt que de les laisser se développer sur des marchés de gré à gré. Ne déclarait-il pas au début de la décennie que ces produits dérivés complexes avaient contribué – aux États-Unis comme sur le plan international – à un système financier plus flexible et plus efficient que vingt ou trente ans auparavant (Greenspan, 2002) ?

La méconnaissance des enseignements de Keynes et des keynésiens

11Ainsi, les enseignements de la macroéconomie financière, celle de John Maynard Keynes, que tout le monde aujourd’hui redécouvre, ont été très largement négligés depuis une vingtaine d’années : les sources systémiques, et non pas microéconomiques, d’instabilité financière ; la succession inexorable de phases de confiance excessive et de panique si la régulation macroéconomique est défaillante ; la prise en compte du fait que les marchés d’actifs sont, avant toute chose, des marchés d’opinions et de vues sur l’avenir. Il est vrai que cette lecture keynésienne de la réalité macroéconomique et financière relève d’un ensemble éclectique de théories des cycles ou de modèles de crises qui ne répond guère aux standards académiques (Cartapanis et Herland, 2002). Selon l’expression de Willem Buiter (2009), c’est là un pot-pourri de théories partielles, d’inférences issues de tel ou tel contexte historique, de travaux économétriques souvent dénués de fondements théoriques explicites, qui combine toute une série de séquences, dans la montée des fragilités systémiques et dans l’ajustement sur les marchés d’actifs. La crise a confirmé la pertinence de ce pot-pourri. Mais comme celui-ci n’avait pas fait l’objet d’une modélisation totalement bouclée, le consensus d’avant-crise a privilégié d’autres modèles, malheureusement incapables, par construction, d’envisager l’hypothèse d’une crise systémique.

12Sur le plan du pilotage macroéconomique, aussi, ce même mainstream a légitimé, quoique de façon moins unanime, tout un ensemble de postulats expliquant l’absence de politiques de régulation des sources d’instabilité financière qui, pourtant, s’accumulaient depuis le début des années 2000. Par exemple, il a justifié le fait que les banques centrales ne s’intéressent pas aux bulles apparaissant sur les marchés d’actifs, puisque telle n’est pas leur mission, limitée pour l’essentiel à la maîtrise de l’inflation. Il en est résulté des niveaux de taux d’intérêt réels historiquement bas qui ont alimenté le surendettement et les bulles sur les marchés d’actifs, notamment dans l’immobilier. De même, ce mainstream a invoqué la soutenabilité à long terme des déséquilibres du compte courant américain, supposé ne pas alimenter la liquidité globale de l’économie mondiale, alors que l’évidence démontrait le contraire. Plus encore, il a multiplié les analyses théoriques et les recommandations politiques très restrictives s’agissant des limites à imposer à la dette publique, sans nullement se préoccuper des risques adossés à la dynamique explosive de l’endettement privé, celui des ménages, tout particulièrement aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, mais aussi celui des intermédiaires financiers utilisant des niveaux de levier déraisonnables.

13Cette attitude correspondait pleinement au consensus d’avant crise, sur la base de ce que l’on croyait savoir en matière de politique macroéconomique, selon l’expression d’Olivier Blanchard et de ses collègues du FMI (2010). On considérait alors que la politique monétaire devait avoir pour principal objectif, sinon pour seule cible, la maîtrise de l’inflation, en mobilisant un seul instrument, le taux d’intérêt. En référence au modèle canonique des nouveaux keynésiens, dès lors que l’inflation était à la fois stable et faible, et que l’output gap, c’est-à-dire l’écart entre le niveau de production actuel et celui de la production potentielle, restait limité, la politique monétaire remplissait effectivement la tâche dévolue aux banques centrales, sans avoir à réagir aux tensions financières latentes, alors même que l’expansion très rapide du crédit alimentait la hausse des prix d’actifs et les risques associés à un renversement futur, inéluctable mais imprévisible. Toutefois, il serait excessif d’affirmer que les banquiers centraux n’accordaient aucune attention à la stabilité financière et aux prix d’actifs, au-delà des effets éventuels sur l’inflation. La création de plusieurs revues ou la diffusion de rapports exclusivement dédiés à la stabilité financière en témoignent aisément, au FMI, à la Banque centrale européenne (BCE), à la Banque d’Angleterre ou à la Banque de France. Mais sur le plan de l’action monétaire, les banquiers centraux ont continué à se focaliser sur les prix des biens et services, et à adresser des signaux aux marchés, par les taux ou par leurs déclarations, dans le seul but de canaliser les anticipations inflationnistes. Mais cela, sans qu’il y ait un objectif officiel en matière d’agrégat monétaire ou de crédit, à l’exception de la BCE avec sa politique à deux piliers incluant le volume du crédit. Dans ce cadre, ce qui se passait parmi les intermédiaires bancaires ou en matière de surendettement n’avait pas à être pris en compte dans les orientations de la politique monétaire. C’était l’affaire exclusive de la politique prudentielle, c’est-à-dire des réglementations qui encadrent le comportement des banques en les obligeant à respecter certains ratios dans leurs bilans.

Une illusion d’optique qui s’apparente ex post à une idéologie

14Il y avait là une illusion d’optique, à plusieurs égards. D’abord la stabilité des prix semblait s’expliquer principalement, si ce n’est exclusivement, par le succès du ciblage monétaire. Or, la faible inflation était sans doute autant liée, si ce n’est plus, aux conséquences de la globalisation et de la concurrence croissante des pays émergents, et aux effets d’une offre durablement excédentaire de travail à l’échelle mondiale, venant peser sur la dynamique des salaires dans les pays les plus développés (Artus, 2007 ; Aglietta et al., 2009 ; Aglietta, 2010). De plus, une inflation faible et un output gap stable ne sont pas les garants de la stabilité macroéconomique si s’accumulent des tensions financières qui exigeront des ajustements de vaste ampleur, plus tard. L’intermédiation financière compte, non seulement en matière d’efficience allocative des financements à l’économie, mais aussi sur le plan de la dynamique macroéconomique. Enfin, il était erroné de croire que la stabilité de l’inflation à un faible niveau, tout comme la baisse de sa volatilité, préservait les économies développées de l’instabilité financière. Il suffisait pourtant d’observer la corrélation, depuis la seconde moitié des années 1990, entre la « grande modération » (Bean, 2009), cette période de croissance soutenue et d’inflation maîtrisée, et la recrudescence des crises financières ou des crises bancaires exerçant des effets systémiques, dans les économies émergentes, mais aussi parmi les pays les plus développés : le directeur-général de la Banque des règlements internationaux (BRI), Jaime Caruana (2010), dénombrait récemment en moyenne près de six crises bancaires à effets systémiques par an dans les pays industriels, depuis vingt-cinq ans.

15En bref, tout ce qui s’est passé dans la genèse et le déclenchement de la crise financière internationale de 2007 à 2010 n’avait pas sa place dans le mainstream de la finance académique des années 1990 à 2000. Au cours de la décennie 2000, les milieux académiques, mais également le monde des banques centrales, ont été contaminés par ce que Tommaso Padoa-Schioppa (2010), l’ancien ministre des Finances italien, récemment disparu, qualifiait de « radicalisme pro-marché », et que Barry Eichengreen (2009) dénomme un Zeitgeist, c’est-à-dire une atmosphère intellectuelle, qui a banalisé de façon aveugle tout un ensemble de dysfonctionnements ou de déséquilibres sur les marchés financiers : le surendettement des ménages aux États-Unis ou en Grande-Bretagne ; la bulle immobilière ; le dérapage de la liquidité globale, alimenté par la procyclicité du crédit ; l’imbrication des positions à risque au sein même des systèmes financiers. Parce que les modèles du mainstream ne pouvaient pas les intégrer, mais aussi parce que leur mémoire des crises et de l’histoire financière était défaillante, beaucoup ont considéré que ces risques n’existaient pas ! Mais ce Zeitgeist était une idéologie, au sens épistémologique d’antithèse de la science, et c’est ce que la crise a démontré. D’où le durcissement en cours des régulations financières et la mise en place avec Bâle III de dispositifs macroprudentiels de nature à mieux encadrer les comportements à risque des banques (Cartapanis, 2011).

La mise en cause de l’expertise des économistes et la nécessité d’un nouvel agenda de la recherche

16On ne saurait donc nier que la crise a suscité des interrogations quant à la légitimité des économistes dans leur fonction d’expertise. S’il est excessif, on l’a vu, de leur imputer une responsabilité collective pour ne pas avoir prévu la crise financière, il n’en demeure pas moins que cette crise conforte les doutes sur la scientificité de l’économie, à cause de la diversité d’appréciation des économistes sur un même objet, de leurs recommandations contradictoires, ou en présence de leurs erreurs de prévision. Il est vrai qu’il est difficile de laisser apparaître sur la scène publique ce type de controverses, pourtant tout à fait légitimes dans le domaine scientifique, sous peine de s’exposer à une mise en cause de la professionnalité de l’expertise économique. Mais il faut bien voir qu’au-delà des limites purement scientifiques du mainstream, depuis une vingtaine d’années, des options politiques, en matière de dérèglementation ou de libéralisation financière par exemple, et plus généralement dans le domaine des politiques publiques ou des politiques macroéconomiques, ont trop souvent été justifiées par une lecture partielle, quelquefois partiale, de la littérature économique, sans référence aux hypothèses qui conditionnent la validité des résultats, aux intervalles de confiance des estimations, à la spécificité des échantillons, ou à la dépendance d’une simulation vis-à-vis du paramétrage exogène des coefficients. Les économistes académiques sont quasiment toujours conscients de ces limites. Mais tel n’est pas le cas des commentateurs ou des utilisateurs de la recherche économique dans la sphère politique. Mieux communiquer sur la fragilité d’un résultat ou d’une recommandation est non seulement une exigence éthique mais également le moyen de conforter la crédibilité d’une profession face aux mises en cause dont elle est l’objet. Il y a cependant des lieux propices à ce type de débat contradictoire : les commissions d’experts ou les groupes de conseillers économiques, à l’image du Conseil d’analyse économiqueen France.

17En même temps, il est urgent de renouveler l’agenda de recherche. D’abord, il importe de mieux comprendre les dynamiques instables qui se nouent au sein même des systèmes financiers en tenant explicitement compte du rôle des dérivés de crédit, de la taille des expositions ou des leviers, des structures de bilans bancaires, des stratégies menées par les institutions financières à haut risque systémique, des interconnexions de réseaux qui alimentent le risque de crise systémique, etc. Cela suppose également un surcroît de réalisme et implique, donc, que les hypothèses de comportement retenues gagnent en pertinence empirique. Contrairement à une lecture simpliste du positivisme friedmanien justifiant le choix d’hypothèses très éloignées du sens commun, des prémisses absurdes ont toutes les chances de conduire à des conclusions fausses (Frydman et Goldberg, 2009 ; De Grauwe, 2009). Considérer, comme le fait encore Eugene Fama, que les prix d’actifs ne diffèrent jamais, aux bruits stochastiques près, de leurs fondamentaux, et que les bulles n’existent pas, est un déni de la réalité. Sur ce plan, la voie est tracée, par exemple, avec les travaux de George Akerlof et de Robert Shiller (2009) qui ont popularisé le recours aux « esprits animaux » et aux comportements mimétiques dans la spécification des comportements sur les marchés financiers ou sur le marché de l’immobilier. On a également besoin d’insérer la dynamique des systèmes financiers dans les modèles macroéconomiques eux-mêmes, afin de pouvoir créer de façon endogène des situations de stress ou de crise financière (Cecchetti et al., 2009), et donc de mieux comprendre les scénarios de crise. Cela nécessitera évidemment des renouvellements méthodologiques profonds, notamment en généralisant la confrontation décentralisée d’agents hétérogènes, et en faisant appel, sans doute, à la dynamique des systèmes complexes (Colander et al., 2009).

18Dans cet agenda, les économistes ne partent pas de zéro, à condition de mobiliser les théoriciens des crises et de l’instabilité financière, et de réhabiliter l’héritage de Keynes. Mais il faut rappeler que les tenants de ce type d’approche n’ont guère été écoutés depuis une vingtaine d’années, faute d’un pluralisme méthodologique suffisant dans le monde académique et compte tenu des difficultés d’accès aux revues scientifiques les plus prestigieuses pour les économistes refusant les standards du mainstream. Il importe donc, au-delà d’un renouvellement de l’agenda de recherche, de réhabiliter la prise de risque scientifique et le pluralisme des démarches, notamment en favorisant les approches inductives (Eichengreen, 2009). C’est d’ailleurs ce qui a conduit tout récemment David Colander (2009) ou Charles Bean (2009) à plaider en faveur du développement d’une nouvelle catégorie d’économistes, à côté des théoriciens, dont le rôle reste indispensable : des économistes mieux formés à l’analyse et l’interprétation inductive de la réalité économique, à l’examen rigoureux des données et des institutions, avec des compétences beaucoup plus larges dans le domaine de l’histoire économique, de la psychologie sociale ou des sciences politiques.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aglietta Michel, 2008, Macroéconomie financière, Paris, La Découverte.

— 2010, La crise. Les voies de sortie, Paris, Michalon.

Aglietta Michel, Berrebi Laurent et Cohen Audrey, 2009, Banques centrales et globalisation, Paris, Groupama - Textuel.

Akerlof Georges et Shiller Robert, 2009, Les esprits animaux. Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie, Paris, Pearson.

Artus Patrick, 2007, Les incendiaires. Les banques centrales dépassées par la globalisation, Paris, Perrin.

Bean Charles, 2009, « The great moderation, the great panic and the great contraction » [en ligne], Schumpeter Lecture, Barcelone, 25 août, [URL : http://www.bis.org/review/r090902d.pdf], consulté le 11 avril 2011.

Blanchard Olivier, Dell’ariccia Giovanni et Mauro Paolo, 2010, Rethinking Macroeconomic Policy, Staff Position Notes [en ligne], no 2010/3, Washington, Fonds monétaire international, [URL : http://www.imf.org/external/pubs/ft/spn/2010/spn1003.pdf], consulté le 11 avril 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Borio Claudio, 2007, « Change and constancy in the financial system. Implications for financial distress and policy » [en ligne], BIS Working Papers, n237, Bâle, Banque des règlements internationaux, [URL : http://www.bis.org/publ/work237.pdf], consulté le 11 avril 2011.
DOI : 10.2139/ssrn.1022874

Boyer Robert, Dehove Mario et Plihon Dominique, 2004, Les crises financières, Rapport du Conseil d’analyse économique, Paris, La Documentation française.

Buiter Willem, 2009, « The unfortunate uselessness of most “state of the art” academic monetary economics » [en ligne], [URL : http://blogs.ft.com/maverecon/2009/03/the-unfortunate-uselessness-of-most-state-of-the-art-academic-monetary-economics/], consulté le 24 mars 2011.

Cartapanis André, 2004, « Les crises de change : qu’avons-nous appris depuis dix ans ? », Économie internationale, no 97, p. 5-48.

—2011 (à paraître), « La crise financière et les politiques macroprudentielles : inflexion réglementaire ou nouveau paradigme ? », Revue économique, vol. 62, no 3.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cartapanis André, Dropsy Vincent et Mametz Sophie, 2002, « The Asian currency crises : vulnerability, contagion or unsustainability », Review of International Economics, vol. 10, no 1, p. 79-91.
DOI : 10.1111/1467-9396.00319

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cartapanis André et Herland Michel, 2002, « The reconstruction of the international financial architecture : Keynes’ revenge ? », Review of International Political Economy, vol. 9, no 2, p. 257‑283.
DOI : 10.1080/09692290110126119

Caruana Jaime, 2010, « Macroprudential policy : what we have learned and where we are going » [en ligne], Second Financial Stability Conference of the International Journal of Central Banking, Madrid, 17 juin, [URL : http://www.bis.org/speeches/sp100618a.pdf], consulté le 11 avril 2011.

Cecchetti Stephen, Disyatat Piti et Kohler Marion, 2009, Integrating Financial Stability. New Models for a New Challenge [en ligne], Bâle, Banque des règlements internationaux, [URL : http://www.bis.org/publ/othp06.pdf], consulté le 11 avril 2011.

Colander David, 2009, « Hearing Charter. The risks of financial modeling : VaR and the economic meltdown » [en ligne], Committee on Science and Technology, Subcomittee on Investigations and Oversight, Washington, United States House of Representatives, 10 septembre, [URL : http://democrats.science.house.gov/Media/File/Commdocs/hearings/2009/Oversight/10sep/Hearing_Charter.pdf], consulté le 21 mars 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Colander David et al., 2009, « The financial crisis and the systemic failure of the economics profession », Critical Review, vol. 21, no 2, p. 249-267.
DOI : 10.1080/08913810902934109

De Grauwe Paul, 2009, « Economics is in crisis : it is time for a profound revamp », Financial Times, 21 juin.

Eichengreen Barry, 2002, Financial Crises and What to Do About Them, Oxford, Oxford University Press.

— 2009, « The last temptation of risk » [en ligne], The National Interest, mai-juin, [URL : http://nationalinterest.org/article/the-last-temptation-of-risk-3091], consulté le 11 avril 2011.

Frydman Roman et Goldberg Michael, 2009, « An economics of magical thinking » [en ligne], [URL : http://blogs.ft.com/economistsforum/2009/09/an-economics-of-magical-thinking/], consulté le 11 avril 2011.

Fukuyama Francis et Colby Seth, 2009, « What were they thinking ? The role of economists in the financial Debacle », The American Interest, vol. 5, no 1.

Goodhart Charles, 2004, « Some new directions for financial stability » [en ligne], The Per Jacobson Lecture,Zurich, Banque des règlements internationaux - Per Jacobson Foundation, [URL : http://www.bis.org/events/agm2004/sp040627.pdf], consulté le 11 avril 2011.

Greenbaum Stuart et Thakor Anjan, 2007, Contemporary Financial Intermediation, Londres, Academic Press.

Greenspan Alan, 2002, « Testimony of Chairman Alan Greenspan » [en ligne], Federal Reserve Board’s semi-annual monetary policy report to the Congress, Washington, United States House of Representatives, [URL : http://www.federalreserve.gov/boarddocs/hh/2002/february/testimony.htm], consulté le 21 mars 2011.

Johnson Simon, 2009, « The quiet coup : how bankers took power, and how they’re impeding recovery » [en ligne], The Atlantic, mai, [URL : http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2009/05/the-quiet-coup/7364/] , consulté le 11 avril 2011.

Kindleberger Charles, 1978, Manias, Panics and Crashes. A History of Financial Crises, Hoboken, John Wiley.

Mishkin Frederick et al., 2004, Monnaie, banque et marchés financiers, Paris, Pearson.

Padoa-Schioppa Tommaso, 2010, Markets and Government Before, During and After the 2007-20XX Crisis, The Per Jacobson Lecture [en ligne],Zurich, Banque des règlements internationaux - Per Jacobson Foundation, [URL : http://www.bis.org/events/agm2010/sp100627.htm], consulté le 11 avril 2011.

Reinhart Carmen et Rogoff Kenneth, 2010, Cette fois, c’est différent. Huit siècles de folie financière, Paris, Pearson.

Shiller Robert, 2003, The New Financial Order. Risk in the 21st Century, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple l’ouvrage de Charles Kindleberger (1978).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Cartapanis, « La crise financière et la responsabilité des économistes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #11 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 27 février 2015. URL : http://traces.revues.org/5305 ; DOI : 10.4000/traces.5305

Haut de page

Auteur

André Cartapanis

professeur à Sciences-Po Aix-en-Provence, chercheur au GREDEG (Groupe de recherche en droit, économie et gestion, CNRS, Université de Nice) et au CHERPA (Croyance, histoire, espace, régulation politique et administrative, Sciences-Po Aix-en-Provence), ancien président de l’Association française de sciences économiques et membre du Cercle des économistes

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page