Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les économistes au pouvoir

La crise financière et la responsabilité des économistes

André Cartapanis
p. 149-161

Résumés

La crise financière a suscité la mise en cause des économistes, coupables de ne pas avoir su prévoir la crise. Cet article examine les sources de l’aveuglement au désastre de la profession des économistes, autant pour des raisons théoriques (contraintes imposées par la modélisation, oubli des enseignements de Keynes, mise à l’écart des hétérodoxies) qu’en réponse aux modes simplificateurs d’expression publique de l’expertise économique. D’où la nécessité à la fois d’un renouvellement de l’agenda de la recherche et de nouvelles exigences éthiques dans la prise de parole des économistes et la diffusion de leurs recherches.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

La mise en cause naïve des économistes
L’aveuglement face au désastre du mainstream
La reconfiguration de la science économique
La méconnaissance des enseignements de Keynes et des keynésiens
Une illusion d’optique qui s’apparente ex post à une idéologie
La mise en cause de l’expertise des économistes et la nécessité d’un nouvel agenda de la recherche

Aperçu du texte

La crise financière qui s’est déclenchée au cours de l’été 2007, avant de se transformer en crise systémique à l’automne 2008, présente de multiples facettes. C’est une crise de système qui résulte de tout un ensemble de décisions et de processus, mettant en cause la globalisation, impliquant les banques, les agences de notation, les hedge funds, les policy makers auxÉtats-Unis, en Chine ou en Europe, ayant débouché sur une dynamique insoutenable de l’endettement, aux États-Unis, mais également en Europe. La responsabilité d’une crise d’une telle ampleur ne saurait donc être imputée, de façon spécifique, à tel ou tel protagoniste. Pour autant, depuis la visite de la reine d’Angleterre à la London School of Economics, en novembre 2008, et sa question faussement naïve à propos de la crise, « why did nobody notice it ? », le débat sur la légitimité des économistes bat son plein, surtout dans le monde anglo-saxon. S’ils n’étaient pas au pouvoir, ni au sein des banques ni parmi les gouve...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Cartapanis, « La crise financière et la responsabilité des économistes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #11 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 24 septembre 2014. URL : http://traces.revues.org/5305 ; DOI : 10.4000/traces.5305

Haut de page

Auteur

André Cartapanis

professeur à Sciences-Po Aix-en-Provence, chercheur au GREDEG (Groupe de recherche en droit, économie et gestion, CNRS, Université de Nice) et au CHERPA (Croyance, histoire, espace, régulation politique et administrative, Sciences-Po Aix-en-Provence), ancien président de l’Association française de sciences économiques et membre du Cercle des économistes

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page