Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Une étude en noir

Luc Boltanski
p. 49-73

Résumés

Pourquoi le récit policier qui, comme son nom l’indique, relate ce dont s’occupe la police, s’est-il mis en place, au moins à l’origine, sur la base de la distinction, voire de l’opposition, entre d’un côté le personnage du détective et de l’autre celui du policier ? Dans cet article, qui prend surtout appui sur les histoires de Sherlock Holmes, publiées par Arthur Conan Doyle entre 1887 et 1927, on partira de cette question pour analyser la relation entre l’émergence du roman policier et la montée en puissance de l’État-nation. Ce dernier, dans son projet biopolitique, se veut le garant d’une réalité ordonnée et prévisible. C’est sur ce fond de réalité, en principe calculable, que se détache l’énigme. Mais la réalité sociale est habitée par une tension entre légalité et société de classes. Le policier incarne l’ordre légal auquel sont astreints les subordonnés. Le détective, en utilisant des moyens qui excèdent la légalité, résout les énigmes auxquelles sont confrontés les membres de la haute société. Le détective, c’est l’État en état d’exception ordinaire.

Haut de page

Dédicace

Pour Julien Coupat et « Les neuf de Tarnac »

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

L’émergence du roman policier et la question de la réalité
Le policier et le détective
Maîtres et serviteurs
Énigme et crime
Le détective comme homme d’action
Scandales et affaires
Comment éviter un scandale ?
Société de classes et État de droit
Récit policier conservateur et polar critique

Aperçu du texte

All life is a great chain, the nature of which is known whenever we are shown a single link of it.

Arthur Conan Doyle, A Study in Scarlet

L’émergence du roman policier et la question de la réalité

L’émergence du roman policier puis du roman d’espionnage dans la littérature occidentale a constitué un événement de première importance qui a de longue date fasciné les sciences sociales. En quelques dizaines d’années, ce genre nouveau a pris une place considérable, non seulement si l’on tient compte du volume très important d’ouvrages publiés, mais aussi de l’influence que ces romans dits « populaires » et orientés vers le divertissement ont exercée sur les œuvres fictionnelles visant une reconnaissance dans le champ proprement littéraire. On peut situer de façon assez précise le moment et les lieux de cette émergence. Si l’on met à part le cas d’Edgar Allan Poe, qui est le précurseur du genre, cette invention littéraire est née à Londres et à Paris entre les dernières décennies du xixe siè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Boltanski, « Une étude en noir », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 20 | 2011, mis en ligne le 16 mai 2013, consulté le 22 août 2014. URL : http://traces.revues.org/5049 ; DOI : 10.4000/traces.5049

Haut de page

Auteur

Luc Boltanski

directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, membre du GSPM (Groupe de sociologie politique et morale, CNRS, EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page