Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

Ce que la géographie fait au(x) monde(s)

Michel Lussault
p. 241-251

Résumés

Pour être pertinente, la question « À quoi sert la géographie ? » nécessite d’être reformulée. Plutôt que d’interroger son utilité, il convient en effet de demander ce que sert cette discipline et qui elle sert. Une telle approche permet d’étudier ce que fait la géographie en servant des opérateurs sociaux : comment cet ensemble de savoirs et de compétences qu’on nomme la géographie, mobilisé par des acteurs, construit-il des réalités sociales ? Cet article est donc une invitation à explorer la dimension spatiale des sociétés : l’espace ne doit plus être considéré comme le seul support de l’action, mais comme un acteur à part entière. Ce rôle de l’espace est envisagé à partir de situations très localisées (qui vont des manuels de savoir-vivre jusqu’à la gestion des épidémies, en passant par les règles d’usage des téléphones portables dans les TGV), qui mettent toutes en jeu cette dimension spatiale qui constitue le point aveugle de nos sociétés.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque l’on m’a demandé de prononcer la conférence de clôture de la journée d’étude intitulée « À quoi sert la géographie ? », j’ai d’abord trouvé la question  déconcertante et même, avouons-le, un peu triviale. Mais, après réflexion, il convient malgré tout de la prendre au sérieux, en la détournant quelque peu. Alors, ainsi travaillée, tordue, bien loin de se réduire à une entrée en matière utilitariste, elle permet de poser des problèmes de fond. Mais pour ce faire, il faut accepter de prendre le verbe « servir » comme un verbe transitif, ce qui impose de modifier l’adresse initiale : la géographie ne sert à rien, mais il importe de se demander qui et ce qu’elle sert. Partant de là, je propose de réfléchir non à ce à quoi sert la géographie, mais plutôt à ce qu’elle fait, provoque, fabrique, en servant des opérateurs sociaux. Par suite, l’interrogation centrale devient plutôt : comment cet ensemble de savoirs et de compétences qu’on nomme la géographie, mobilisé par des acteurs, construit-il des réalités sociales ?

L’espace et la spatialité : point aveugle des sociétés

  • 1  Obvie signifie : qui vient naturellement à l’esprit, qui va ou qui semble aller de soi (Barthes, 2 (...)

2Et que fait donc la géographie exactement ? Si on la considère comme science, on postulera qu’elle rend les mondes d’action intelligibles, d’une manière assez particulière. En effet, la géographie « réfléchit » le point aveugle des sociétés. Entendons ici réfléchir au double sens du terme : la géographie à la fois pense et renvoie une (des) image(s) – il n’est pas dit que le miroir géographique ne soit pas déformant, d’ailleurs. Ce point aveugle des sociétés, que la géographie pense et réfléchit, est leur dimension spatiale. Aveugle, non parce qu’il est volontairement escamoté, mais parce qu’il est trop évident : il n’y a pas de société possible, de vie humaine possible, sans espaces et sans spatialités (Lussault, 2007). Or il s’agit d’une évidence aveuglante ! Pour reprendre le terme utilisé en son temps par Roland Barthes, mais sans reprendre la perspective barthésienne, nous avons là une réalité « obvie »1, qui écrase l’intelligence – c’est-à-dire la volonté de rendre intelligible ; une réalité si flagrante qu’elle n’est plus questionnée. À rebours, le propos du géographe vise à montrer que l’espace est toujours-déjà-là dans les préoccupations des sociétés et des individus, mais que pour autant il n’est pas une chose simple à aborder. Beau projet de connaissance en vérité qui consiste à aborder cette impossibilité de la vie humaine sans espaces ni spatialités, à partir de son escamotage par les sciences sociales – et ainsi de fonder en raison la compréhension du processus d’habitation humaine de la planète.

3Le caractère obvie de l’espace et des spatialités éclate, est rompu, à l’occasion de grandes crises et de grandes catastrophes, ce que j’appelle des « faits spatiaux totaux » (le 11 septembre 2001, le tsunami de 2004, le cyclone Katrina, les grands épisodes de guerres urbaines et d’« urbicides », etc. – hélas la liste en serait longue à dresser). Pour la plupart, ces crises sont d’abord sensibles, visibles, et traitables par l’espace, ce sont des événements qui adviennent par l’espace et « affolent » les spatialités. Sans pensée spatiale, nous ne pouvons pas comprendre ce qui s’est passé, rendre intelligible ce type d’événement. Prenons également les épidémies (H1N1, grippe aviaire, autres pathologies virales d’échelle mondiale) : on constate aisément que les virus, aujourd’hui, deviennent des « opérateurs spatiaux » fondamentaux des sociétés contemporaines.

4La dimension spatiale de ces épidémies (de leur déploiement, bien sûr, mais aussi des politiques censées les endiguer, les contenir, et protéger les populations) est encore apparue récemment dans toute sa complexité, à l’occasion de l’échec de la politique préventive de vaccination du gouvernement français contre la grippe A. On a constaté l’impasse d’une politique préventive fortement médiatisée (en raison inverse de l’indigence de sa conception) mais qui n’a jamais appréhendé l’épaisseur de la problématique spatiale. On a vu notamment que l’on ne parvenait à rien simplement en croyant couvrir rationnellement le territoire de points de vaccination, que l’organisation de l’espace d’une société ne se réduit en aucun cas à une « ingénierie de la position optimale ». Car l’espace n’est pas une simple étendue matérielle sur laquelle il suffirait d’optimiser des points, mais une ressource sociale complexe et protéiforme avec laquelle les acteurs opèrent.

5À l’occasion de ces grandes crises, la dimension spatiale des sociétés humaines apparaît donc, au mieux, réfléchie – il s’agit d’une proposition heuristique. Pourtant, malgré l’évidence, bien des individus, notamment parmi les intervenants sociaux, considèrent que l’espace au quotidien, en régime ordinaire de fonctionnement, ne pose finalement guère de problème, parce qu’ils sont les artisans d’une double réduction. Premièrement, ils réduisent l’espace à une étendue, c’est-à-dire à une surface de projection des phénomènes économiques et sociaux. Toutes les pensées rationnelles de la position considèrent l’espace comme une étendue de type cartésien et estiment que la géographie doit se contenter de répondre à la simple question : « Où ? » Mais il me semble qu’élaborer des cartes et des discours de localisation, c’est s’en tenir à de la proto-géographie. La seconde réduction est complémentaire de la première : elle consiste à réduire l’espace à la matière, une matière déployée dans l’étendue. Beaucoup de pensées élémentaires de l’espace humain sont marquées par ce matérialisme.

6Si vous entrez dans le problème de l’espace muni de ces deux réductions, il faut renoncer à toute espérance. La géographie se mue en un savoir faible, par avance épuisé, « auxiliaire », qui ne sert qu’à présenter et à cartographier le déploiement des formes matérielles dans l’étendue cartésienne, « physique ». On concédera alors aux géographes quelques compétences dans le domaine de la description des paysages, sans trop savoir, d’ailleurs, ce que l’on met sous le mot « paysage », puisque la plupart des sciences sociales confondent souvent « paysage » et « organisation de l’espace ». On leur assignera au mieux, avec condescendance, l’analyse du fondement matériel des sociétés humaines. Rappelons-nous les pages des historiens Lucien Febvre ou Fernand Braudel sur le rôle de la géographie, cantonnée à la description du socle stable des sociétés (celui de la géographie physique et de son temps long).

7Contre cette attitude, les géographes, depuis longtemps, mettent en place des corpus théoriques et conceptuels, s’appuient sur des épistémologies solides, pour montrer que l’espace ne peut jamais être réduit à cette portion congrue. Il est toujours « beaucoup plus » que cela, mais ce « beaucoup plus » incongru inquiète, car s’y niche, à quelque échelle, la complexité, décourageante parfois, même pour les spécialistes des réalités spatiales. Voilà ce dont nous devons rendre compte.

Géographies de l’espace versus géographies de la spatialité

8Aujourd’hui, il me semble que la géographie s’exprime, schématiquement, selon deux registres complémentaires : celui qui pousse à se préoccuper essentiellement d’espace, et celui qui se concentre sur les spatialités. Les deux approches se croisent, mais n’expriment pas exactement le même type d’analyses, de méthodes, de projets intellectuels. Les géographies de l’espace abordent la manière dont les sociétés s’(auto-)organisent spatialement, c’est-à-dire comment s’agencent les réalités sociales dans un assemblage dynamique de positions relatives et de distances (et non pas dans une disposition cartésienne de formes localisées dans l’étendue). L’espace est alors défini comme un agencement – ou un « arrangement », pour reprendre le beau mot de Claude Raffestin (1981) – de réalités sociales qui entretiennent des relations de coexistence distante. Dès qu’un être humain, un acteur spatial, organise spatialement des réalités, il pense, il rationalise cette organisation, il lui donne du sens, il tente de la maîtriser cognitivement, il produit des idéologies, il la met en scène, en images, il en fait un instrument de ses stratégies.

9Ainsi, l’espace est bien plus grand que la matière, puisqu’il englobe toutes les idées, toutes les pensées, tous les savoirs concernant cet arrangement des réalités. Donnons un exemple : le ministère français de la Santé, à l’automne 2009, a conçu, afin de prévenir la diffusion de la grippe A dont on craignait alors la virulence, une circulaire adressée à tous les directeurs d’établissement public pour qu’ils veillent, en cas d’alerte maximale, à ce que la bonne « distance sociale » entre les individus accueillis soit respectée (c’est-à-dire deux mètres), car elle permettrait de minimiser les risques de transmission du pathogène. Il s’agit bien d’une production idéelle qui vise à organiser l’espace de crise (et à réguler les spatialités, voir infra) conformément à un but. Le but est aussi louable que la préconisation est inapplicable, mais une telle circulaire révèle des idéologies spatiales en cours, indépendamment de leur application. Le rôle du géographe est donc bien de comprendre l’assemblage qui fait coexister les matières et les idées dans l’espace.

10Mais, après avoir refusé la réduction matérialiste – l’espace n’est pas que de l’étendue physique mise en forme et du social projeté sur la surface terrestre –, il convient d’aller encore plus avant, pour enrichir notre conception. L’espace est aussi composé d’artefacts, des objets qui peuplent aujourd’hui nos sociétés – et notamment des objets techniques et communicationnels qui prolifèrent, et dont le rôle est croissant dans l’organisation de l’espace et des spatialités ; il est aussi composé d’une multitude d’organismes vivants, de toute taille, certains dotés de corps, comme les humains et les animaux, d’autres pas, comme les virus, les micro-organismes, les bactéries ou les végétaux. En vérité, tout ce qui rentre dans l’agencement des réalités au sein d’une situation spatiale quelconque, tout ce qui est susceptible de constituer un « opérateur spatial » (c’est-à-dire une entité qui opère des actes constructifs de l’espace social) constitue un sujet d’étude pour le géographe.

11Ainsi, celui-ci n’exclut rien de ce qui entre dans l’arrangement d’un espace qu’il observe et dont il tente de comprendre l’organisation – mot qui désigne à la fois ce qui est organisé (matières, artefacts, vivant, inerte, idées, affects…) et les principes organisateurs. La géographie devient alors la science de l’arrangement spatial circonstanciel de réalités, à différentes échelles, et mis en place par une multitude d’opérateurs en situation.

12Ces opérateurs, justement, nous permettent de passer du terrain de l’analyse de l’espace à celui de l’étude de la spatialité, c’est-à-dire à celui du « faire avec l’espace » des opérateurs spatiaux. Les géographes qui abordent préférentiellement les spatialités braquent et focalisent leur objectif, quant à eux, sur l’opérateur spatial et travaillent donc de manière différente – avec des méthodes spécifiques. Je préfère parler d’« opérateur », ou d’« actant », plutôt que d’acteur, parce que le terme d’opérateur permet de désigner n’importe quelle entité réalisant des actes spatiaux. Il peut bien sûr s’agir d’un individu, mais aussi d’un animal (Mounet, 2007), d’un virus, d’un objet, d’un artefact, d’un collectif (par exemple une entreprise décidant de fermer un site de production). Il importe de saisir en action ces entités qui opèrent, en « inter-opération » avec d’autres, des actes spatiaux, c’est-à-dire des actes qui engagent des jeux de distance, de placement, ou de franchissement. La géographie des spatialités s’intéresse donc au premier chef à la manière dont les opérateurs sociaux utilisent la ressource spatiale, font avec l’espace qui leur est fourni par le contexte d’expérience dans lequel ils sont insérés, au gré des circonstances qui sont les leurs.

Situations spatiales

13Je privilégie la géographie des spatialités – sans rejeter pour autant la géographie de l’espace. Car le plus intéressant est de penser le lien entre spatialités des opérateurs et organisation de l’espace. C’est ce que montre l’exemple, ci-dessus, de la circulaire du ministère français de la Santé, tant il est vrai que poser la nécessité de respecter une distance sociale dans un centre d’accueil de publics que l’on veut soustraire à la contamination est un acte tout à la fois d’organisation de l’espace spécifique de la contention épidémique et de prescription d’une bonne pratique.

14Afin d’examiner les spatialités, j’ai pour habitude de me documenter sur des situations tantôt très ordinaires (des petites situations du quotidien), tantôt plus extraordinaires (des « événements spatiaux », tels ceux que j’ai mentionnés plus haut). Quelle que soit la chose observable, il y a toujours des opérateurs humains et non humains « à l’épreuve de l’espace », c’est-à-dire obligés de se confronter à des problèmes essentiels : quel(s) jeu(x) de distances relatives vais-je établir entre moi et les autres réalités ? Quelle(s) place(s) vais-je pouvoir, devoir, vouloir occuper ? Quelles procédures de franchissement d’une situation spatiale à une autre vais-je avoir à assurer ? Les opérateurs spatiaux (humains, bien sûr, mais aussi non humains) sont ainsi dotés de ce que je nomme des « compétences élémentaires de la spatialité » : compétences de distance (savoir distinguer le proche et le lointain), d’échelle (qui consistent à savoir délimiter l’ordre de grandeur des réalités auxquelles nous sommes confrontés), de limite (consistant à savoir découper les réalités), d’emplacement (savoir prendre place), de franchissement (ces dernières étant trop peu étudiées par les géographes) (Lussault, 2009).

15Pendant un temps, j’ai porté attention aux manuels de savoir-vivre du xixesiècle, parce que j’y trouvais de fascinantes géographies prescriptives, articulées à une échelle très particulière, celle de la sphère domestique. Ces manuels, on le sait, exposaient minutieusement, par le texte et le dessin, des « codes de procédures spatiales », destinées aux maîtresses de maison afin de maîtriser des situations : comment organiser son logis, dresser une table, à quel endroit poser son verre et ses couverts, comment placer son corps, dans quelle circonstance, comment gérer une conversation, introduire des invités, etc. S’ils imposaient des contraintes spatiales sur l’espace précis du logement, s’ils ciblaient des opérateurs spatiaux bien particuliers (les femmes), ils exprimaient aussi des normes sociales très globales et cruciales pour la reproduction de la société bourgeoise. Ils ont constitué à la fois des viatiques de la preuve, par l’espace, de la force bourgeoise à organiser une police des places et des pratiques et des instruments normatifs pour le maintien par l’espace et les spatialités d’un ordre social. Il s’agit d’un exemple fascinant de la relation entre des cultures spatiales normées et bornées, limitées à la sphère familiale (conçues et diffusées afin de garantir la bonne tenue de l’épreuve spatiale domestique bourgeoise, convenable, bien pensée et pensante, bienséante, c’est-à-dire, au sens strict, qui distribue correctement les places), et des idéologies politiques et sociales plus globales – les deux se nourrissant mutuellement.

16Nous n’en sommes plus là ? Voire. Quand, dans les wagons de la SNCF, aujourd’hui, il vous est demandé, en tant que voyageur, de mettre votre téléphone mobile en mode vibreur et de téléphoner depuis les plates-formes, j’entends comme une musique de code normatif et de police des places, des distances, des pratiques. Utiliser cet outil, devenu omniprésent, paraît incongru dans certaines situations et exige une prise de distance. Sans jamais juger, je me pose des questions : quelle géographie sonore normative se manifeste ? Qu’est-ce qui gêne ou perturbe ? Pourquoi à ce moment-là et en ce lieu ? Ce sont les questions de fond d’une analyse des spatialités. L’étude des codes normatifs qui pullulent aujourd’hui, notamment dans les sociétés d’hyper-réglementation, pour cadrer des actes élémentaires et qui définissent ce qui est licite ou illicite dans les relations de distance et de placement entre les individus, nous amène rapidement au problème de la régulation politique des sociétés. En la matière je me dois d’insister sur l’importance de la pensée d’Hanna Arendt, et ce tout simplement parce qu’elle a rendu visible la question la plus importante qui soit : que faire de « l’espace qui est entre les hommes » ?

  • 2  C’est-à-dire réfutant le zoon politikon d’Aristote qui incite à croire qu’il existe dans la nature (...)

17Arendt, tentant d’appréhender la politique et souhaitant en donner une définition non métaphysique et non naturaliste2,écrivait :

L’homme est a-politique. La politique prend naissance dans l’espace-qui-est-entre les hommes […]. Il n’existe donc pas une substance véritablement politique. La politique prend naissance dans l’espace intermédiaire et elle se constitue comme relation. (1995, p. 33)

18Arendt souhaitait s’écarter d’une vision essentialiste et refaire, du même coup, du politique un véritable objet de pensée. D’où l’affirmation du caractère a-politique de l’individu qui ne contiendrait pas par nature un quelconque fluide magique de la politique. Celle-ci naît de l’organisation même de tout groupe humain en réunion d’entités distantes (les hommes), lesquelles mettent en œuvre des procédures relationnelles – le mot n’étant pas à entendre dans sa seule acception vertueuse –, visant à traiter ce problème de l’espace-qui-est-entre eux. Arendt désigne là tout ce qui sépare les hommes et qui impose des jeux et des scènes relationnelles. Lorsque cette distance entre les individus n’existe plus, s’ouvre, selon Arendt, la terreur totalitaire – dont la singularité et la radicalité résultent, justement, de cette abolition :

En écrasant les hommes les uns contre les autres, la terreur totale détruit l’espace entre eux. Elle substitue un lien de fer qui les maintient si étroitement ensemble que leur pluralité s’est comme évanouie en un Homme unique aux dimensions gigantesques. (Ibid., p. 216)

19La terreur totalitaire fond tous les individus en un même alliage, veut résorber toute distance sociale et culturelle et tend même, notamment lors des multiples grandes cérémonies qui l’exaltent – qu’on pense aux messes et parades du fascisme, du nazisme et du stalinisme –, à réduire l’espacement autant qu’il est possible, à amalgamer les personnes en foule compacte, sans hiatus entre ceux qui la composent.

20Voilà qui nous place dans une conception très sociétale de la politique conçue comme une relation, utilisant une approche qui donne, selon moi, à l’espace une fonction éminente. C’est cela qui explique que la moindre intervention sur l’espace qui sépare les hommes des autres humains et, ajouterais-je par rapport à Arendt, de toutes les autres réalités sociales non humaines, est fondamentalement politique. Les luttes politiques sont d’ailleurs toujours, peu ou prou, des luttes d’espaces, de distances, de limites, de places.

21Il s’ensuit que la géographie est une science politique, qui s’occupe, à travers son analyse des spatialités mais aussi de l’espace, des règles, des normes, des régulations définissant le licite et l’illicite en matière de relation distante à autrui, mais aussi en matière de placement de soi au sein des arrangements de réalités, en matière de stratégies de délimitation et qui contribuent grandement à l’organisation de l’espace des sociétés. Le débat politique en France autour de la (mal nommée) burqa est un débat qui est d’abord spatial, et devrait engager une réflexion de fond sur ce qu’est un droit d’apparence et même d’apparaître dans l’espace social et sur sa régulation collective. C’est parce que la femme à la burqa surgit dans un arrangement spatial normé de réalités bien particulier, cet « espace public » dont on naturalise par ailleurs l’existence et qu’on tend à essentialiser, que la question se pose. Notons d’ailleurs que tant que ces femmes restaient chez elles, le débat ne s’affirmait point. Devant un tel phénomène, devant un tel événement spatial, la question du géographe est donc : quels sont les effets d’une pratique spatiale qui « advient » ? Qu’est-ce que cela « donne » (au sens du es gibt de la philosophie allemande) ? En quoi l’épreuve spatiale qu’elle constitue pour la société est-elle marquante ? Quelles sont les diverses manières d’aborder sa régulation, les différentes façons d’appréhender le recours à la normativité ?

22Toute cette analyse ardue, subtile, compliquée, nécessite des outils d’intelligence variés, des méthodes empruntées à toutes les sciences. Que l’on travaille sur des gros événements ou de petites situations géographiques, aucun observable ne « flotte en l’air ». Il existe des conditions de possibilité à toute situation et à toute action spatiale. Un opérateur n’opère jamais indépendamment de ces conditions de possibilité. C’est vrai pour les virus comme pour les humains. Il y a des conditions de possibilité pour que le virus H1N1 ait été aussi puissant qu’il l’a été et qu’il ait provoqué, par crainte de sa diffusion par exemple, la réaction qui fut celle, notamment, de l’État français. Parmi ces conditions, on peut citer en vrac, sans vouloir ni pouvoir être exhaustif, la volonté de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de s’imposer, les relations compliquées entre l’OMS et les États, le rôle des laboratoires pharmaceutiques, la montée en puissance d’une certaine conception du principe de précaution, l’effet-mémoire de l’épisode caniculaire de 2003 en France, le souci du gouvernement de ne pas être exposé aux critiques de n’avoir rien fait, etc.

  • 3  Car l’espace n’est pas un contenant de la relation sociale mais un contenu de l’interaction, renve (...)

23Parmi les conditions de possibilité, il faut insister sur le rôle de l’organisation (matérielle et idéelle) de l’espace préexistant à l’action, car cette organisation constitue une ressource fondamentale pour l’opérateur – un déjà-là de l’expérience phénoménale de l’acte spatial. Toute pratique nouvelle s’appuie sur ce déjà-là et contribue à le modifier, l’enrichir. Chaque spatialité ajoute au monde spatial de l’information supplémentaire, donc contribue au processus global d’organisation de l’espace. De ce point de vue, il n’y a pas de spatialité inopérante, sans impact ; la moindre spatialité accroît la complexité de la dimension spatiale des sociétés et accroît même la quantité d’espace en circulation dans l’interaction entre les opérateurs3. L’espace des sociétés humaines augmente donc et se complexifie en permanence, postulat fort, contre-intuitif par rapport à l’idée commune d’un espace clos, fini car réduit à l’étendue.

Tous géographes ?

24On comprend mieux alors l’importance de reformuler la question initiale : non pas à quoi sert la géographie mais qui sert-elle ? Elle sert tous les opérateurs à la recherche de leur maîtrise spatiale, de leur maîtrise de l’épreuve de l’espace par la spatialité. Tout acteur a besoin de constituer un stock actualisable d’aptitudes spatiales et de géographies (qui forment ce que je nommerais son « capital spatial »), c’est-à-dire d’un ensemble de savoirs et de compétences qui lui permettent de construire, en situation d’action, l’arrangement optimal des réalités, de maîtriser, en particulier cognitivement, et de réguler cet arrangement. Bref, nous sommes tous géographes.

25Chaque opérateur construirait donc sa propre géographie, celle qui lui permet d’agir au mieux des contextes situationnels et de ce que lui autorise sa position sociale. Car s’il est vrai que chaque acte est une aventure (Mendel, 1998), ouverte au moins sur l’aléa sinon toujours sur l’inconnu, cette aventure, rappelons-le encore, doit être ramenée à ses conditions de possibilité : parmi celles-ci, ce que l’opérateur connaît de l’espace et de la spatialité en général, de l’espace particulier de la situation d’expérience qu’il a à vivre, et des registres de spatialités qu’elle impose ou suggère. Ce savoir, plus ou moins objectivable, cette compétence à penser, sentir, agir dans la configuration dynamique de la situation procède d’une capitalisation, d’une intégration mentale de schémas d’appréhension et de répertoires d’actions, fruit des expériences sociales. Il y entre une bonne part de normes et de valeurs collectives, incorporées et traduites dans le langage propre de l’acteur et une bonne part de singularités. Il ne faut pas voir dans ce capital spatial une férule, un déterminant de pratiques univoques, mais plutôt un potentiel actualisable. La spatialité, comme tout agir social, est plutôt caractérisée par la tension dynamique entre l’habitude, la routine, la reproduction et la créativité, l’innovation, le changement, la spontanéité adaptative. Ni immuable ni exclusivement changeante, elle apparie l’invariant et la variation, elle pousse à apprécier tout et son contraire et à le justifier par des jeux de langage.

26Il y aurait ainsi autant de géographies que d’opérateurs sociaux. Certes, les géographies savantes, dont le registre discursif est assez particulier, existent, même s’il me semble très difficile de trouver un critère qui distinguerait a priori facilement le discours scientifique d’autres registres discursifs et donc la géographie savante des géographies. La réflexivité par exemple ne paraît même plus un critère exclusif de scientificité, car cette réflexivité est devenue une caractéristique des « sociétés d’individus », dans la mesure où l’individualisation, dont on connaît l’importance, se fonde en partie sur la capacité réflexive de tout un chacun. L’individu contemporain est réflexif jusqu’à plus soif – et c’est une veine que les médias exploitent à l’envi. Je me demande in fine si ce qui spécifie le discours scientifique ne serait pas le relativisme, dans la mesure où le scientifique expose toujours les failles de son raisonnement, ouvre les possibilités pour montrer qu’il a tort, n’absolutise pas son point de vue, ne constitue pas ses théories en dogme, ne confond pas hypothèse et vérité, et ne propose que des systèmes d’intelligibilité relative aux situations. Il préfère le vraisemblable.

27Mais à côté des géographies scientifiques, il existe aussi une multitude de géographies expertes, plus ou moins vernaculaires. On songe bien sûr d’abord à celle des experts spatiaux professionnels de tout poil qui prolifèrent à mesure que le savoir d’expertise s’impose comme une des clefs des réflexions et des décisions politiques. Mais un(e) habitant(e) périurbain(e), issu(e) de la classe moyenne, père ou mère de deux enfants, multi-motorisé(e), dans un pays comme la France, est aussi un(e) expert(e)-géographe. Il ou elle déploie en effet, au jour le jour, afin d’assurer tout simplement son « habitation » (sa capacité à habiter un espace de vie au quotidien), ce que j’appelle sa « géologistique », et que je définis comme l’ensemble des modes d’organisation nécessaires à un opérateur pour réaliser une opération spatiale, de la plus élémentaire à la plus complexe (Lussault, 2009). Du corps au monde, la géologistique affirme désormais son empire, car, pour chaque opérateur, il est fondamental d’affirmer sa maîtrise de la ressource que constitue l’organisation spatiale.

  • 4  Il convient de préciser que mon « homme spatial » est souvent une femme et que l’enfant et le viei (...)

28Le nombre de compétences géologistiques mobilisées par n’importe quel acteur est vertigineux, parce que l’individu est fondamentalement spatial – ce qui d’ailleurs doit nous inciter à mieux prendre en considération les caractères de genre et d’âge dans notre examen de la culture géographique idiosyncrasique de chaque opérateur4. Au demeurant, nous sommes souvent géologisticiens et géographes comme Monsieur Jourdain fut prosateur. Les acteurs ne se pensent en général pas comme géographes (sauf ceux dont il s’agit du métier), les compétences spatiales s’avèrent implicites, pas mêmes objectivables. Dans le feu de l’action, nos agirs géographiques sont si bien intériorisés que nous n’avons nul besoin de les expliciter. Et revoilà le caractère obvie dont je parlais pour commencer. Et revoilà le projet du géographe professionnel : réfléchir, en termes de théorie spatiale, les organisations de l’espace et des spatialités qui, pour paraître évidentes, sont au cœur de la plupart des grandes questions que les sociétés et les individus se posent en permanence : comment, pourquoi, pour qui agir dans un monde d’action incertain et comment, par l’action, maintenir nos espaces habitables pour tous ?

Haut de page

Bibliographie

Arendt Hannah, 1995, Qu’est-ce que la politique ?, Paris, Le Seuil.

Barthes Roland, 2006 [1982], L’obvie et l’obtus. Essais critiques 3, Paris, Le Seuil.

Lussault Michel, 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Le Seuil.

— 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset.

Lussault Michel et Stock Mathis, 2010, « Doing with space : towards a pragmatics of space », Social Geography, no 5, p. 11-19.

Mendel Gérard, 1998, L’acte est une aventure. Du sujet métaphysique au sujet de l’acte-pouvoir, Paris, La Découverte.

Mounet Coralie, 2007, Les territoires de l’imprévisible. Conflits, controverses et vivre ensemble autour de la gestion de la faune sauvage. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises, thèse de doctorat de géographie, Université Grenoble 1 Joseph Fourier.

Raffestin Claude, 1981, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec.

Haut de page

Notes

1  Obvie signifie : qui vient naturellement à l’esprit, qui va ou qui semble aller de soi (Barthes, 2006).

2  C’est-à-dire réfutant le zoon politikon d’Aristote qui incite à croire qu’il existe dans la nature de l’homme quelque chose comme une essence de la politique.

3  Car l’espace n’est pas un contenant de la relation sociale mais un contenu de l’interaction, renversement fondamental que permet la géographie pragmatique des spatialités (Lussault et Stock, 2010).

4  Il convient de préciser que mon « homme spatial » est souvent une femme et que l’enfant et le vieillard n’expriment pas les mêmes géologistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Lussault, « Ce que la géographie fait au(x) monde(s) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/4854 ; DOI : 10.4000/traces.4854

Haut de page

Auteur

Michel Lussault

Professeur de géographie à l’École normale supérieure de Lyon, président du PRES Université de Lyon et chercheur au laboratoire « Environnement, ville, société » (CNRS, ENS de Lyon, ENTPE, Université Lyon 2, Université Lyon 3, Université de Saint-Étienne, INSA).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page