Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

Un géographe au service des conflits : plaidoyer pour une géographie hors les murs

Paul-David Régnier
p. 173-186

Résumés

À partir d’une expérience dans les armées, impliquant le recours généralisé aux systèmes d’information géographique, l’auteur fait le plaidoyer d’un investissement des géographes dans le secteur privé, dans les institutions politiques et plus généralement dans le champ social.

Haut de page

Texte intégral

–Quel est ce gros livre ? dit le petit prince. Que faites-vous ici ?
–Je suis géographe, dit le vieux monsieur.
–Qu’est-ce qu’un géographe ?
–C’est un savant qui connaît où se trouvent les mers, les fleuves, les villes, les montagnes et les déserts.
–Ça, c’est bien intéressant, dit le petit prince. Ça, c’est enfin un véritable métier !
Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince

1Si la géographie sert d’abord à faire la guerre, il faut bien quelques géographes pour la servir. Je fus l’un d’eux, et pour ma génération d’officiers, presque le seul. Un agrégé sous l’uniforme, s’engageant pour des décennies et grimpant les grades comme les échelons, la chose n’avait pas été vue depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale lorsque quelques agrégés, après les longues années de guerre, avaient estimé qu’au fond, entre l’enseignement et le métier des armes, ils devaient bien avouer un petit faible pour le second, auquel, pour certains d’entre eux, la clandestinité avait ajouté un charme et des peurs dont il était difficile de se passer une fois qu’on les avait goûtés. À l’état-major, lorsque je fus recruté, tout le monde avait oublié ces histoires et c’était la première fois que l’on envisageait qu’un agrégé puisse trouver une place dans l’Institution – comme les militaires nomment entre eux le monde des armées – en dehors de ses écoles de formation. Je serais injuste si je taisais le passage d’une de mes grandes aînées, géographe et spécialiste de télédétection des milieux désertiques, à qui l’on doit, dans les années 1980, le renouveau de l’imagerie militaire et du renseignement spatial. Comme elle fut discrète toute sa vie et que son décès m’empêche de lui demander l’autorisation de la citer, je préfère taire son nom. Mais pour m’être entretenu avec elle avant de faire le grand saut, je dois admettre que le fait d’avoir eu un prédécesseur dans ces fonctions bien curieuses – un géographe au service des conflits et sous l’uniforme de surcroît – m’a un peu rassuré. Au moins une personne avant moi avait fait le chemin, et si j’étais chanceux, je trouverais dans cette pérégrination solitaire les traces d’un passage promptes à me rassurer les jours où le doute ou la lassitude me gagneraient. Le paysage militaire était cependant, à l’extrême fin des années 1990, totalement bouleversé par rapport à celui qu’elle avait connu au début des années 1980, l’Institution avait fait sa mue technologique bientôt suivie par la mue administrative, budgétaire et humaine : les outils de la guerre étaient différents, mais, même si elles étaient en partie effacées et d’ailleurs inutilisables, il y avait des traces que je pouvais essayer de suivre. Ce que je fis, bien mal d’ailleurs.

2Les raisons qui poussent un jeune agrégé à tout quitter, femme, collègues, sans parler des perspectives de carrière, des chroniques dans Historiens & géographes, d’un projet de thèse et d’un manuel à achever, pour se retrouver par un petit matin de septembre, en treillis bariolé, devant l’un des bâtiments sans charme de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, au milieu de jeunes garçons et quelques jeunes filles pour qui l’armée est un destin et le choix des armes une vocation, ces raisons-là ne peuvent être qu’intimes. La part des motifs personnels est infiniment plus grande que celles des motifs rationnels. Je me souviens d’un colonel qui commandait un détachement de la Légion étrangère de plusieurs milliers d’hommes, quelque part dans les montagnes macédoniennes. Me recevant entouré de ses grands subordonnés comme un satrape sous sa tente, il m’interrogea sur mon parcours. Après le lui avoir expliqué, il se redressa en me disant : « Je ne comprends pas, mon capitaine, vous pourriez tranquillement faire quinze heures de cours par semaine dans un petit lycée de province et vous vous retrouvez ici dans la boue, sous l’uniforme, à travailler soixante-dix heures par semaine, vous êtes complètement dingue, jeune homme ! » Cependant, la ruse de la raison œuvre toujours derrière les motifs personnels d’agir.

3C’est cette ruse-là que je voudrais interroger ici, l’aventure individuelle n’ayant qu’une valeur anecdotique, sans autre portée que pour moi-même, inoubliable et infinie mais également parfaitement impartageable, hormis par le truchement du roman ou de l’art. Mais il ne saurait être question ici de faire œuvre romanesque. Une fois l’hypothèse romanesque exclue, au moins provisoirement, demeurent donc quelques interrogations épistémologiques et pratiques dont la résolution, provisoire et partielle, sera peut-être utile à l’élaboration du paysage d’une géographie hors les murs, au profit de laquelle, pour ma part, j’aspire et à l’élaboration de laquelle je milite de toutes mes forces. Quel sens y a-t-il pour un géographe de se mettre au service de la défense et de ses missions ? Quel apport la géographie peut-elle fournir à l’art de la guerre ? En retour, qu’est-ce que la géographie, à la fois sur le plan théorique comme du point de vue pratique, a pu retirer de sa proximité, disons mieux, de son adoption par l’ensemble des dispositifs à la fois conceptuels, institutionnels et techniques qui constituent les piliers de l’art de la guerre contemporain ? Partant de ces interrogations, il conviendra de proposer quelques pistes pour qu’une géographie hors les murs sorte de l’anecdotique des parcours individuels pour rentrer, enfin, dans la vaste économie des disciplines nécessaires à la structuration, à la compréhension et à la modification des conditions économiques, politiques et sociales des sociétés contemporaines.

« Un mythe s’effondre »

4Au sein d’un état-major travaillant au profit des autorités gouvernementales et chargé du suivi des opérations extérieures (OPEX) et plus globalement de la situation internationale, la dimension spatiale des problèmes, auxquels officiers et civils devaient quotidiennement faire face, aurait pu laisser croire que la géographie – ou à défaut une forme d’appétence pour la question de l’espace et des distances – aurait déjà eu une place pré-aménagée que je n’aurais eu qu’à combler. Il n’en fut rien et le géographe, même sous-lieutenant, cheveux ras et présentation conforme au règlement, dut faire face à beaucoup d’embarras et un peu d’incompréhension. C’était d’ailleurs à ne pas y croire mais la géographie, dans l’esprit des officiers supérieurs, s’était figée dans la forme, devenue un peu poussiéreuse, de l’enseignement qu’ils avaient reçu à l’école primaire et au collège. On s’attendait à ce que je récite des listes complètes de fleuves, de sous-préfectures et de capitales, ce dont j’étais tout à fait incapable. Un commandant à Saint-Cyr me demanda en plein repas – « popote » dans le jargon de l’École – si je connaissais toutes les républiques constitutives de la CEI de l’époque. Lui répondant que j’en étais tout à fait incapable, il se borna à affirmer : « Et vous êtes agrégé ? Un mythe s’effondre. » À quoi je lui répondis avec l’insolence d’un élève officier qu’à défaut de les connaître, je savais du moins où les trouver et – in petto, parce que l’insolence devait rester acceptable – quoi en faire. La géographie et avec elle le géographe n’avaient donc en 1999 au sein de l’Institution et en dehors de quelques unités spécialisées qu’une image étroitement limitée à la capacité d’établir des listes de noms de lieux (c’est-à-dire les vertus d’un gazzeter, ces gros ouvrages inventés au xviie siècle et généralisés au xixesiècle, qui répertoriaient par ordre alphabétique les toponymes d’un espace donné, leur attribuant un type, et des coordonnées géographiques) et à produire des cartes, pour l’essentiel topographiques. C’est à ces dernières que je dois la clé qui m’a permis d’ouvrir une partie de l’Institution à une approche différente de la géographie.

Du bon usage de la carte

5Il importe ici d’essayer de définir le statut de la carte pour les militaires et les usages qu’en 1999 ils en faisaient encore. Rappelons d’abord qu’à la différence de bien des professions, y compris de celles qui arpentent et se déplacent, qui mesurent et qui aménagent, les militaires font un usage régulier, presque quotidien, de l’objet cartographique. Ce recours à la carte s’explique d’abord par le fait que le concours d’entrée à Saint-Cyr comporte, comme à Normale sup ou à l’Agro, une épreuve de commentaire de carte. Ensuite, à Saint-Cyr comme dans les autres écoles d’officier (Navale ou l’École de l’air), le recours à la carte (topographique, aérienne, ou nautique) est systématique dans le cadre de la formation militaire. La carte est donc, à côté de l’armement et de l’uniforme, un des attributs du militaire dans l’exercice de ses fonctions, et constitue le viatique entre la vision immédiate du terrain par le militaire et sa reconstruction par l’intelligence. La carte sert à se représenter le mouvement – au sens militaire du terme – passé ou futur, ami ou ennemi, mais constitue également le support de la réflexion tactique. Ce double usage en fait donc un outil à part de la pensée militaire, par lequel il prédispose les militaires à un regard particulier sur l’espace. Ce double usage a également pour conséquence – et c’est là une vraie difficulté pour qui cherche à introduire de nouvelles façons de penser l’espace et de le comprendre – de limiter la perception de l’espace à celle d’un simple décor qui, s’il forme une contrainte, n’est pas constitutif de l’action militaire proprement dite : l’espace n’est pas considéré comme un acteur de la guerre à part entière. Cette représentation de la carte, et partant du terrain, comme décor à l’action a généré une vision très figée de la carte : topographique, au format papier plutôt que sur un écran, disponible quelle que soit la zone du monde concernée, si possible toujours identique dans ses figurés et symboles même si les réalités qu’elle traduit sont sensiblement différentes (est-ce que la haie qui sépare deux parcelles dans la campagne rwandaise mérite bien le même symbole sur une carte au 1/50 000 que celle du bocage normand, à laquelle nos soldats sont habitués et qui constitue pour eux une sorte d’impensé cartographique ?).

6C’est donc par la carte que je suis entré par la petite porte dans l’institution militaire. Et c’est par elle, par l’usage un brin différent que j’en avais depuis mes années de formation académique, que la pensée militaire, la réflexion tactique et stratégique ont peu à peu distillé leurs sortilèges dans ma façon de penser, l’espace bien sûr, mais également ma façon de penser tout court. Cette modification de mon cogito géographique n’a, là encore, pas grand sens à titre individuel. Il faut l’envisager à l’échelle collective et désormais historique en se rappelant qu’en 1999 les systèmes d’information géographique (SIG) ne sont encore (en France et singulièrement dans les armées françaises) qu’à leur balbutiement. Très complexes et très lourds d’utilisation, ils nécessitaient, avant toute prise en main, une bonne dose d’informatique assez rebutante pour un littéraire. Google Earth n’existait pas et les GPS étaient encore de gros appareils à usage des unités chargées de désigner les coordonnées des cibles pour des frappes aériennes ultérieures. En me confrontant à ces systèmes nouveaux qu’étaient les SIG j’ai peu à peu pensé que l’on pouvait se servir de ces systèmes pour essayer d’acclimater chez les militaires une autre façon d’envisager la géographie et surtout l’espace. Utilisant indistinctement les mêmes types de données informatiques (les fameux jeux de couches vectorielles des SIG) pour faire figurer sur une carte les unités militaires et pour cartographier les routes, le bâti, les courbes de niveau, j’en suis petit à petit venu à l’idée qu’au fond, l’espace était comme les forces armées, comme les populations civiles, un acteur à part entière du conflit, puisque nous utilisions les mêmes outils et les mêmes types de données pour les représenter. Une fois l’espace envisagé dans toutes ses composantes et dans toutes ses interactions comme dans toutes ses représentations, comme un acteur à part entière des conflits, il me restait à faire partager cette idée.

7Si je suis honnête, cette idée-là n’a pas tout à fait germé de l’usage des SIG. Les SIG l’ont rendue possible, évidente, cohérente avec le reste d’une expérience à la fois académique et militaire. En fait c’est à la logistique militaire que je la dois. C’est par elle également que je suis rentré, là aussi par la petite porte, dans la façon dont les militaires pensent, construisent et établissent les plans d’une opération militaire. La première fois que l’on me confiait l’étude d’un espace en vue d’une opération, il s’agissait d’aider l’état-major à envisager un déploiement majeur dans les Balkans (peu importe ici le pays) pour s’opposer militairement à une armée hostile. Me contentant dans mon étude de décrire sommairement les grands axes routiers du pays considéré et les grands éléments du relief, j’arrivai assez naïvement à la conclusion que les voies de pénétration étant limitées, les mouvements militaires possibles devenaient assez prévisibles. Chargé de présenter les conclusions de cette étude que j’avais réalisée en une semaine à peine, je dus faire face à un véritable interrogatoire de la part des logisticiens qui me bombardèrent de questions sur la capacité des ouvrages d’art, l’épaisseur du bitume, les rocades de contournement possibles, les sites prévisibles à partir desquels il était possible d’interdire les mouvements adverses. Restant muet et comprenant un peu tard que j’avais fait fausse route, si je puis me permettre ce jeu de mots assez facile, je repartis avec plus d’interrogations que je n’avais fourni de réponses. Je repartis également avec la conviction que l’attention que les militaires portaient à l’espace était d’une tout autre précision que celle avec laquelle j’avais commenté les cartes au 1/50 000 durant mes années de prépa, et que l’espace était bel et bien un acteur de la guerre, puisqu’il fallait l’envisager avec autant d’attention que celle que les militaires accordaient aux armements, à la discipline, à l’expérience et à la chaîne de commandement des armées étrangères. L’étude me prit environ trois mois, durant lesquels je passais presque dix heures par jour à scruter des cartes au 1/50 000 accrochées sur un grand mur, à regarder des clichés pris par des avions et à chercher à interpréter des images satellites, à calculer des coordonnées et essayer de me mettre à la place des responsables des opérations adverses comme françaises. C’est également durant ces trois mois que le recours aux SIG m’apparut nécessaire pour m’aider dans cette tâche et pour coupler les informations de l’imagerie militaire avec des cartes qui avaient entre cinq et dix ans d’ancienneté dans un pays où tout changeait très vite. J’accompagnais cette patiente lecture de cartes d’une longue mission sur le terrain où mon œil de géographe s’unit pendant trois semaines à celui, tout neuf, que la lecture des cartes, dans une perspective militaire, venait de me donner. Le résultat final rencontra heureusement les attentes de l’état-major, conforta la direction à laquelle j’appartenais sur le choix qu’il avait fait d’un géographe pour compléter la palette des compétences dont elle avait besoin et me rassura sur  mon propre choix de prendre l’uniforme. L’étude finale n’était au fond pas beaucoup plus longue que la première mais les conclusions étaient fort différentes. Je garde pour moi – parce qu’elles sont encore protégées par le secret de la défense nationale et surtout parce qu’elles n’intéressent plus personne – les conclusions tactiques et stratégiques de cette étude. Elles sont d’ailleurs aujourd’hui sans importance, la situation dans les Balkans s’étant heureusement pacifiée.

8Les conclusions qui importent concernent l’appréhension de l’espace par les militaires et l’usage qu’il est possible de faire de la géographie lorsqu’elle se dédie à l’art de la guerre. Au terme de l’étude, j’ai découvert pêle-mêle que les métriques spatiales sont différentes en fonction des systèmes d’armes envisagés et qu’il importe de les prendre en compte pour elles-mêmes et pour chaque système d’armes (un fantassin n’envisage pas – sur une carte ou sur le terrain – une ligne de crête, un cours d’eau, ou un village serbe de la même manière que le pilote d’un blindé ou le chef de section d’une unité du génie, pour ne pas parler d’une pilote d’un hélicoptère de combat), que ces métriques doivent être combinées pour appréhender de manière cohérente et complète le champ de bataille (et cette combinaison aboutit à une équation très complexe où la part du non-calculable est importante si ce n’est décisive, et c’est dans cette part que se loge l’intelligence tactique du chef d’unité militaire dans sa prise de décision), qu’enfin et surtout, s’il est nécessaire de rentrer dans le luxe de détails qu’offrent les cartes à grande échelle, il est tout aussi nécessaire d’y faire rentrer tout ce que la carte ne dit pas mais que l’approche géographique au sens large peut apporter comme information, comme connaissance. À titre d’exemple, une route prise pour elle-même n’a de sens que par l’usage que l’on en fait, et partant les pratiques économiques, politiques, sociales et culturelles dont elle fait l’objet et qui en font ce qu’elle est, non pas matériellement mais tactiquement et parfois stratégiquement, doivent singulièrement être prises en compte pour en évaluer le potentiel militaire. J’ajoute que le jeu des échelles, cher aux géographes universitaires, prend un relief tout particulier, car il faut sans cesse passer du micro au macro pour penser l’action militaire. Tirant de ces conclusions que l’usage des SIG pouvait permettre de représenter de manière dynamique, multiscalaire et adaptée aux différents interlocuteurs avec lequel le géographe militaire entre en contact dans la phase de planification comme de conduite, du politique au responsable d’ONG, du pilote de chasse au chef de section fantassin, du caporal au général, j’ai consacré les neuf années suivantes à développer ces outils, à produire, avec le petit service dont j’avais la charge, des dizaines de milliers de cartes, à acclimater des représentations différentes de l’espace, à introduire des problématiques sociales, culturelles et économiques dans la compréhension du champ de bataille et, peu à peu, à introduire dans l’institution militaire, ou du moins une petite partie d’entre elle, une nouvelle façon de recourir à la géographie dans le travail quotidien.

9Cela ne s’est évidemment pas fait en un jour, sans à-coups, sans conflits avec quelques vieux briscards, colonels brevetés qui s’étaient perdus, après avoir usé leurs fonds d’uniformes sur les bancs de l’ENSG, dans les métiers réputés techniques et donc peu valorisés de la géographie, faute peut-être d’avoir eu une carrière opérationnelle, et qui encombraient de leur vision souvent passéiste de la géographie les quelques organismes (Bureau géographique interarmées, CF3I, ou 28e groupe géographique) qui auraient pu faire bouger les représentations de la géographie et son usage dans les armées. Toutes les institutions offrent les mêmes difficultés à quelqu’un qui cherche à faire bouger les lignes, et l’armée n’était ni plus ni moins ouverte qu’une autre administration, traditionnellement dévouée au temps exagérément long des carrières et à la lenteur des décisions qui confine parfois à de l’immobilisme. Cependant, les entreprises offrent parfois le même type de contraintes, même si souvent le temps de la décision est plus court, impératif financier oblige. Je ne me plaindrai donc pas trop de cette opposition au sein de l’Institution, même si elle a parfois mis mes nerfs à rude épreuve et m’a fait douter de la capacité des armées à recruter et surtout à promouvoir des cadres atypiques ; elle a eu comme mérite de m’aiguiser les dents et d’affûter mon regard. En cela, elle m’a été très utile.

De la nécessité du travail collectif

10Si j’évoque ici la mise en place de cette nouvelle approche de l’espace comme acteur des conflits, ce n’est pas tant pour m’en attribuer le mérite – ce dernier est partagé à part égale entre ceux qui la mirent en œuvre (une petite équipe d’une vingtaine de géographes à qui je dois tout et au sujet de laquelle je reviendrai) et ceux qui l’acceptèrent, au moins implicitement en recourant de plus en plus à nos cartes et à nos analyses. Dans le succès d’une nouvelle approche, le succès appartient autant à ceux qui la promeuvent qu’à ceux qui la recçoivent et lui ménagent l’accueil nécessaire à son épanouissement. Durant ces neuf années, j’ai fait deux découvertes que – je crois – je n’aurais pas pu faire à l’Université, quel que soit le parcours que j’aurais fait en son sein.

11La première découverte est celle du travail en équipe. Je ne parle pas ici de ce qui en tient lieu dans les laboratoires de recherche des universités ou du CNRS, je parle ici de la véritable mise en commun du travail, des idées, des innovations, des compétences acquises antérieurement, et cela sans aucun souci de propriété et de carrière. Nous avons travaillé dans le service que je commandais comme dans un studio de dessins animés ou de jeux vidéo, le sérieux des enjeux autres que financiers en plus, mais dans la même atmosphère un peu potache et très soudée qui peut y régner. Lorsque je quittais le service actif, nous étions vingt géographes ou assimilés à avoir ainsi tout mis en commun pour promouvoir notre conception de l’espace et pour rendre utile la géographie en temps de guerre comme en temps de paix. Près de trente personnes étaient passées dans le service pour des périodes allant de quelques mois à presque une décennie. De tous, nous avons appris quelque chose, et chacun avait enrichi l’œuvre commune. Si j’insiste sur le « tous », c’est qu’une équipe se doit de renouveler son approche régulièrement et elle ne le peut qu’en intégrant de nouveaux membres, qui apportent avec eux quelque chose qui n’appartient qu’à eux et qui ne prend son sens que mis au service de la communauté, digéré par elle, transformé par elle et par les usages qui en sont faits. Je me souviens de sous-officiers pour qui la géographie était un continent académique totalement vierge et qui, trois mois après leur arrivée dans le service, venaient remettre en cause – avec raison – la façon dont nous abordions tel ou tel aspect de l’espace des conflits ou de tel stagiaire d’été, étudiant en master, qui nous demandait naïvement « mais pourquoi faites-vous comme cela ? », et devant lequel le peu de solidité de notre réponse nous invitait à repenser, avec lui, un pan entier de nos méthodes ou de nos convictions. Cette leçon, qui est aussi une leçon d’humilité pour le géographe diplômé et patenté, doit bénéficier à la géographie, hors les murs : le salut, la capacité à innover, l’énergie pour bousculer les idées reçues ne peuvent résulter que d’un travail vraiment collectif et si possible pluridisciplinaire et sans frontière ou barrière liées aux diplômes ou à leur absence. C’est à ce prix que la géographie hors les murs pourra bousculer l’Université et les laboratoires existants et, peut-être, renouveler la pensée géographique. Que les géographes sortent de l’Université pour mettre leurs approches, leurs concepts, leurs savoirs au service d’autre chose que la recherche et l’enseignement, cela me semble parfaitement souhaitable, mais qu’ils le fassent de manière collective et non individuelle !

De l’information, de l’espace et de leurs relations

12La seconde découverte, que je fis durant ces années au service de la guerre et de la paix, est intervenue en deux temps : un premier long, assez ingrat, chronophage et patient, un second bref, évident et que je veux croire durable. Parmi les enjeux qui furent ceux de mon service en même temps que celui de la direction à laquelle j’appartenais, il y avait le traitement de l’information. Cette information était à la fois protéiforme (le brut se mélangeait au très élaboré), multitemporelle (certaines informations n’avait qu’une durée de vie de quelques minutes, d’autres devaient être utilisables et conservables pendant  trente ans), hétéroclite en diable (des informations sur des individus côtoyaient des images, des signatures électromagnétiques, des enregistrements audio, des rumeurs et des dépêches d’agence sur des événements qu’une seconde dépêche rectifiait), diverse dans ses formats (du papier à l’image numérique en passant par des bases de données, des textes au format Word, des croquis, des enregistrements sonores, des fichiers vectoriels, des télégrammes diplomatiques, et j’en oublie), multiscalaire enfin, où le micro (disons la photographie d’une munition découverte sur un champ de bataille) côtoyait le macro (disons l’ordre de bataille d’une force étrangère), ou le méta-macro (disons les déclarations sibyllines de je ne sais quel chef d’État sur la stratégie à long terme qu’il entendait poursuivre). De cette masse, chacun, par le biais de ses fonctions, des orientations qu’il avait reçues, de sa culture, de sa capacité à être plus familier d’un type d’information plutôt que d’un autre, essayait de tirer du sens, de mettre en relation des morceaux épars pour essayer de distinguer le motif dans le tapis, et de construire une représentation cohérente de la réalité à un instant donné. Mon service avait envisagé de toutes les traiter, en leur associant des coordonnées géographiques, et de les projeter sur tout type de carte ou d’image satellite. Pour cela, il a fallu construire un modèle conceptuel de données forcément biaisé parce qu’il devait permettre de ranger des faits et des informations par principe uniques dans des catégories plus grandes, à partir desquelles on pouvait mener des interrogations. Il fallut quelques années pour concevoir, implémenter et commencer à se servir de cette information ainsi spatialisée. Mais le résultat dépassa presque toutes nos espérances. Non seulement ce traitement permettait de mettre en relation des phénomènes apparemment sans lien, mais de surcroît l’interrogation de cette masse d’information avec ses spatialités nous offrait la possibilité d’éclairer de manière complètement différente un certain nombre de phénomènes pourtant connus. Le renforcement des talibans en Afghanistan à partir de 2006 se dégageait ainsi sans peine d’une analyse de la géographie du pavot et de la structure foncière ; la ligne de front en Côte d’Ivoire s’éclairait bien mieux des informations économiques accumulées que de la carte « ethnique » du pays ; le théâtre conflictuel et le statut de la propriété en Somalie rendaient plus facilement compte du confinement du conflit somalien à la seule ville de Mogadiscio que toute autre approche. La piraterie maritime redevenait aisément ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : une question terrestre et littorale et non maritime. La leçon tirée de cette expérience est que, quelle que soit la nature de l’information, il importe de la spatialiser. Non seulement cela permet de fournir un référent unique à un nombre incalculable de données hétéroclites, mais de surcroît, le fait de les envisager sous l’angle de leur spatialité modifie complètement la hiérarchie des informations, leur pondération les unes par rapport aux autres, et permet de redonner à leur croisement une valeur heuristique puissante.

13Lorsque cette conviction s’affirma, que je pris conscience qu’une grande partie de l’économie de nos sociétés faisait intervenir de manière centrale la question de l’information, qu’il était possible de transposer l’expérience faite à travers l’étude des conflits à d’autres domaines, tout un champ de possibles s’ouvrit, une aventure plus vaste sembla possible : je décidai de quitter rapidement l’uniforme, de remettre en jeu ce que ces dix années m’avaient appris, de renoncer à deux ou trois faux privilèges, et de suivre mon idée. La roue tournait à nouveau, il était temps pour moi sans doute de refaire confiance au hasard, en renonçant à un univers connu et prévisible pour aller me risquer ailleurs. Je me rendais compte que je refaisais, dix ans après, le même pari que lorsque j’avais quitté l’Éducation nationale. Pendant mes premiers mois passés loin des drapeaux, j’ai essayé de bâtir toute une série de business cases sur des sujets aussi hétéroclites que le traitement des informations de marché relatives aux matières premières (les commodities de la langue anglaise), la gestion des ressources humaines dans le secteur de la restauration, l’optimisation du jeu des mutations à l’échelle d’un rectorat, l’optimisation des flux maritimes internationaux et la meilleure gestion temporelle des approvisionnements depuis l’Asie, la réorganisation de l’offre hospitalière à l’échelle d’une métropole, la gestion des forces de police à l’échelle d’une commune, le recours à l’imagerie satellite tant optique que radar ou infrarouge pour contourner l’absence de statistiques fiables dans un grand nombre de pays émergents, y compris en Chine, l’optimisation par la géolocalisation de la recherche d’emploi et de la prise en charge des chômeurs par le Pôle emploi, ou l’évaluation des politiques publiques à travers leurs effets spatialisés et mesurés à l’aune de leurs différentes métriques. Ce sont ces réflexions qui m’ont rapproché de Patrick Poncet que j’avais rencontré à Sciences Po, où nous enseignons tous deux, et qui nous ont fait envisager de créer une agence dédiée à la stratégie spatiale : Qualcity. Mais c’est là une autre aventure. Je l’évoque ici parce qu’il me semble important de souligner l’extrême diversité des champs d’application d’une géographie devenue pratique, une fois accepté le lien entre espace et information, et une fois levé le tabou d’un usage mercantile ou simplement utilitaire d’une discipline académique. Après tout, les sciences économiques n’ont pas été dénaturées ou dévoyées du fait de leur usage par les entreprises et les financiers. Pourquoi en serait-il autrement pour la géographie ? Il y a tout un champ de problèmes que les géographes ne veulent pas investir et pour lesquels pourtant leur approche serait salutaire. Que l’on me comprenne bien, je ne dis pas que les géographes universitaires n’abordent pas ces problèmes (l’extrême diversité des sujets de thèse me contredirait immédiatement) : je me contente de constater qu’ils n’investissent pas les institutions, les entreprises, les organisations au sein desquelles leur approche pourrait renouveler grandement celle – je cite pêle-mêle – de l’audit, de l’économie, de l’action sociale, de la finance, du commerce international ou encore de la logistique. Cet investissement implique qu’ils rentrent dans ces institutions, dans ces entreprises, qu’ils s’approprient à la fois ces disciplines et ces savoirs et les confrontent avec la discipline géographique qui est la leur et qui n’appartient qu’à eux, qu’ils fassent leurs les systèmes d’information géographique qui ont vocation à servir de plate-forme commune à un grand nombre de savoirs. C’est là un vaste programme qui prendra des années à se mettre en place, qui nécessitera sans doute une réforme de l’enseignement de la discipline avec l’introduction massive des SIG dans le corps de l’enseignement supérieur, où ils demeurent encore trop souvent optionnels, faute de moyens et peut-être d’ambition, afin qu’aucun étudiant ne sorte du deuxième et du troisième cycle universitaire sans en maîtriser l’usage, comme c’est le cas outre-Atlantique. Il faudra aussi que des institutions à mi-chemin entre l’Université et la société, comme la Société de géographie, certains think tanks ou des associations, aident à établir cette passerelle entre la géographie universitaire et son usage économique, social et politique. Cela passera peut-être aussi par la création de formations professionnalisantes comme les IUT ou les BTS dédiées à ces usages professionnels ou pratiques de la géographie.

L’amertume des occasions manquées

14Dans un autre ordre d’idée mais qui, je pense, traduit ce désinvestissement des géographes pour les enjeux contemporains, je ne crois pas être sévère avec eux – et je m’inclus dans cet ensemble – en disant qu’ils ont été bien silencieux ces deux dernières années quand l’exécutif français s’est lancé dans un vaste projet de réforme des territoires : réforme de la carte judiciaire, de la carte militaire, de la carte administrative, de la carte hospitalière, de la carte électorale. Ces réformes allaient au-delà de celle de la problématique des territoires ; ce dernier terme étant celui par lequel en France on évoque les dimensions géographiques de la vie en société et qui les diminue en leur conférant un petit côté suranné, étroit, régressif au sens où la psychanalyse l’entend, et presque toujours rural. En fait, derrière ces réformes des territoires, derrière ces modifications de cartes, c’était ni plus ni moins que la prise en compte des nouveaux usages que les Français font de leur espace et de ses distances afférentes qui se jouait. Si derrière certaines de ces réformes se cachaient quelques objectifs politiques, au sens politicien du terme, inavouables, si les levées de boucliers des élus locaux n’étaient pas toujours dépourvues de bon sens derrière la défense de prés carrés locaux (quel maire souhaite voir disparaître la maternité que sa ville abrite même si on pratique moins d’une naissance par jour ? mais, a contrario, quel responsable politique peut accepter de voir des maternités de banlieue débordées recevant des mères sur le point d’accoucher et pratiquant des accouchements à la chaîne à grand renfort de césarienne pour éviter de mobiliser trop longtemps des salles d’accouchement en nombre limité et des équipes médicales trop sollicitées ?), il n’en reste pas moins que cette grande réflexion méritait que la communauté des géographes participe activement aux débats qu’elle suscitait, contribue à l’évaluation de ces nouveaux rapports à l’espace, et éventuellement s’invite dans les commissions qui avaient la charge de formuler des recommandations à l’exécutif. Si certains ont été auditionnés, aucun n’a siégé dans ces commissions. Dans la presse, bien peu de tribunes de géographes ont rappelé que la géographie universitaire avait quelque chose à dire sur ces thèmes. La géographie a perdu là une occasion de sortir au grand jour, de prendre part activement à ces débats et de s’installer hors les murs derrière lesquels elle a fini par s’installer, croyant être protégée – mais de quoi ? – et laissant à l’opinion civique et personnelle de chacun de ses membres formuler les objections, les critiques ou les accords que ces projets de réformes pouvaient susciter. Sans doute les engagements de certains géographes, au cours des années 1950 et 1960, dans des grands programmes d’aménagement du territoire qui n’ont pas toujours rencontré les succès escomptés, ont-ils constitué un motif pour ne pas s’engager collectivement dans ces débats tout récents ; sans doute aussi le souvenir des engagements politiques d’une partie de la communauté géographique dans les années 1970 a-t-il refroidi les velléités d’engagement dans des débats qui demeurent, quoi que l’on dise, hautement politiques et au sein desquels les parures de l’expert ne constituent pas des armures suffisantes pour éviter de prendre parti. Il n’en reste pas moins que de ces silences assourdissants, je ressens comme l’amertume des occasions manquées. Elle s’évanouira sans doute, car la France produit des réformes de ce type à intervalles réguliers, et une nouvelle génération de géographes, faisant fi des trompeuses leçons de l’histoire passée de la discipline et de la lecture que la communauté des géographes a bien voulu jusqu’à présent en faire, investiront alors le champ public.

Géographie et pouvoir

15Pour ma part, je l’appelle de tous mes vœux, et ce pour des raisons qui tiennent justement à mon service au sein du ministère de la Défense. Celui-ci m’a permis d’observer par quels truchements s’opèrent en France les prises de décision, au sein d’un état-major comme au niveau politique. Je ne surprendrai personne en affirmant que la clé du processus décisionnel tient infiniment plus à la nature, à la pertinence et au volume de l’information disponible et mise à disposition du décideur qu’à la personnalité du décideur. Hormis quelques rares exceptions qui tiennent à l’erreur statistique, tous ceux qu’il m’a été offert d’observer ont fait preuve d’intelligence très subtile, souvent de clairvoyance, de sens du bien commun, et très souvent d’une forme de courage qui consiste à s’oublier pour écouter en soi la voix de la raison, de la justice et de l’intérêt commun. Toutes ces qualités n’empêchaient pas les erreurs, les mauvaises décisions, les blocages. Mais c’est du côté de l’information, et singulièrement de son environnement, qu’il faut trouver les raisons de ces ratés. Si j’insiste sur l’environnement des informations, c’est qu’avec l’expérience et le recul, il m’apparaît comme pesant autant si ce n’est plus que l’information elle-même : la personne qui vous apporte l’information, la forme même qu’elle prend (note, coup de téléphone, entretien informel ou exposé formel), l’institution qui la produit et son crédit supposé, les autres décisions prises avant elle et celles que l’on sait devoir prendre après, tout cela constitue une gangue qui fait corps avec l’information nécessaire aux décideurs.

16Quel rapport avec la géographie ? Parce que ma mission consistait précisément à présenter des informations parfois difficiles, dont l’impact pouvait être grand, sous une forme qui n’était pas habituelle – la carte – qui offrait l’avantage d’être un support permettant une importante capacité de synthèse et qui permettait de surcroît de la contextualiser fortement pour lui permettre d’être immédiatement mise en perspective et parfois à distance, je me suis aperçu que la contribution de la géographie à la prise de décision était loin d’être négligeable. Il fallait raison garder, ne pas oublier que l’on n’était qu’un maillon dans une prise de décision souvent protéiforme, que la dimension spatiale de l’information pouvait tronquer la réalité si elle n’était précisément et fidèlement traduite, mais, ces garde-fous solidement arrimés à l’esprit du géographe qui est invité à y contribuer, ce dernier pouvait jouer un rôle salutaire et parfois décisif. Rien de tel que de répondre à une demande formulée par une autorité que de montrer les conséquences spatialement mesurées d’une décision envisagée. Je me souviens d’un projet de sécurisation d’une frontière, séduisant sur le papier mais qui, une fois projeté sur des cartes et sur les plusieurs centaines de points de passage possibles, perdait toute pertinence et aurait nécessité le déploiement d’un corps expéditionnaire dont le format n’était pas celui auquel nous nous étions déjà engagés auprès de nos alliés.

17Si la géographie sert donc d’abord à faire la guerre, c’est parce qu’elle a pieds et poings liés avec la représentation du réel et avec sa mesure d’une part, avec l’information d’autre part. À ce titre, associée à la cartographie, la géographie est assez semblable à la statistique et aux sciences économiques. Science au service des pouvoirs, peut-être, mais il existe bien des formes de pouvoirs et toutes ne sont pas tyranniques. Les espaces sociaux, économiques ou politiques qu’une forme de géographie appliquée peut contribuer à éclairer et à rendre intelligibles sont légion. Raison de plus pour qu’elle s’installe hors les murs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-David Régnier, « Un géographe au service des conflits : plaidoyer pour une géographie hors les murs », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/4789 ; DOI : 10.4000/traces.4789

Haut de page

Auteur

Paul-David Régnier

Agrégé de géographie, maître de conférences à Sciences-Po, ancien lieutenant-colonel, chef du service d’analyse géospatiale au ministère de la Défense et aujourd’hui chargé de mission au Secrétariat général du groupe Total.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page