Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et monde de l'entreprise

L’intervention des sciences sociales dans le champ de la responsabilité sociale des entreprises

Rodolphe Vidal
p. 65-76

Résumés

Les stratégies et les pratiques de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) intéressent les sciences humaines et sociales, qui peuvent y contribuer en apportant connaissances et cadres de réflexion. Parce qu’elle touche aux enjeux du développement durable et intègre les récentes théories de la « soutenabilité », la RSE convoque bel et bien les sciences sociales, au-delà d’une approche purement instrumentale. La RSE invite en effet les sciences sociales à prendre en compte les problèmes « pernicieux » auxquels sont confrontées les entreprises. Dès lors, plusieurs pistes peuvent être proposées pour que se développent les apports des sciences sociales à la RSE, en lien avec d’autres disciplines.

Haut de page

Texte intégral

La responsabilité sociale des entreprises, terrain d’intervention « naturel » des sciences sociales dans la gestion des entreprises

  • 1  L’International Organization for Standardization (ISO) et l’Association française de normalisation (...)

1Comme d’autres problèmes de stratégie, de gestion et de management des entreprises, la responsabilité sociale des entreprises (RSE)1 propose des objets de recherche et des phénomènes qui relèvent des sciences de l’homme et de la société (SHS), et leur donnent des occasions supplémentaires de se confronter aux entreprises.

2La Commission européenne définit la RSE de la façon suivante :

L’intégration volontaire, par les entreprises, de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes. Les entreprises ont un comportement socialement responsable lorsqu’elles vont au-delà des exigences légales minimales et des obligations imposées par les conventions collectives pour répondre à des besoins sociétaux. La RSE permet aux entreprises, quelle que soit leur taille, de contribuer à concilier les ambitions économiques, sociales et environnementales en coopération avec leurs partenaires. (Commission européenne, 2006)

  • 2  Structurante dans le domaine de la RSE, la notion de soft law, ou « droit mou » en français, corre (...)

3Les relations entre la RSE et les exigences légales ne sont cependant pas si simples, car la RSE se construit à travers des jeux d’acteurs, des actes et des discours, dans les sphères aussi bien marchande que politique, et prend en compte un continuum de normes allant de la soft law2 aux textes réglementaires. Elle est ensuite analysée et théorisée par les chercheurs, dont les travaux nourrissent, en retour, les praticiens, dans un mouvement qu’Anthony Giddens a appelé la « double herméneutique » (1987).

  • 3  Ce sont les pratiques des entreprises qui cherchent de façon explicite à répondre à des besoins et (...)
  • 4  On peut parler d’un « mouvement » général de la RSE correspondant au développement conjoint consta (...)
  • 5  Voir, par exemple, les travaux en (nouvelle) sociologie économique d’Harrison White (Grossetti et (...)

4On perçoit, à travers cette définition, que la RSE implique pour les entreprises la prise en compte d’un nombre important d’enjeux, d’impacts ou de leviers potentiels de leurs activités, portant sur des questions sociales, sociétales, économiques et écologiques. La RSE, les stratégies, les actions, les pratiques « pro-sociales » des entreprises3, et, au-delà, le « mouvement de la RSE » (Capron et Quairel-Lanoizelée, 2007)4, constituent pour les SHS un champ d’étude et d’accompagnement des entreprises privilégié, du fait des questions, des phénomènes et des objets qu’ils concernent. Au fond, la RSE correspond à une tradition fondatrice ancienne et permanente des SHS, lesquelles pensent l’organisation et les logiques économiques dans leurs relations à la société, aux systèmes sociaux5, ce dont témoignent des travaux classiques antérieurs à la notion de RSE (Weber, 1998).

  • 6  Voir l’Initiative pour la responsabilité des cadres (IRESCA), lancée par la Fondation pour le prog (...)
  • 7  Complémentaire de la « soutenabilité écologique » (environmental sustainability), la « soutenabili (...)

5Aujourd’hui, l’intérêt des chercheurs est aussi l’effet d’une conscience citoyenne. On en vient à la « responsabilité sociale des chercheurs », pour l’heure essentiellement reconnue en sciences de la nature et en sciences de l’ingénieur, mais qui prolonge celle des cadres6. On peut toutefois établir un lien entre cette nouvelle responsabilité sociale des chercheurs et les rôles de critique et de « révélation » (des inégalités, des logiques d’acteurs, des conflits, etc.) assignés à la recherche en sciences sociales par certains travaux de sociologie ou par les générations successives de penseurs rattachés à l’École de Francfort. Les réflexions d’Axel Honneth sur la « théorie de la reconnaissance » s’inscrivent, par exemple, dans la problématique de la soutenabilité sociale (2007)7.

6Dans le prolongement de la logique technicienne de maîtrise, d’efficacité et de recherche de rationalisation, caractéristique des entreprises, les SHS semblent avoir pour vocation de contribuer à maîtriser une complexité nouvelle, en apportant des connaissances portant sur les objets, les acteurs et les phénomènes nouveaux qui s’invitent dans la gestion des entreprises ou qui « entrent en entreprise », pour reprendre l’expression de Bruno Latour (1999). Dans la perspective des entreprises, il est donc question d’utiliser les SHS de façon instrumentale, pour être mieux à même de réussir dans un environnement global caractérisé par la concurrence, la régulation, la contestation sociale et les questions de justification et de légitimation. Sous l’effet de la RSE, cet environnement est devenu plus riche, plus complexe, plus exigeant, et implique de ne plus se contenter de veiller à la conformité réglementaire et de suivre le processus politico-technique de production des normes officielles. Les SHS peuvent donc aider les entreprises à progresser sur la voie d’une plus grande réflexivité, tout en leur permettant d’innover pour être compétitives et mieux répondre aux enjeux de la société portés par les parties prenantes (International Organization for Standardization, 2009), et ce « beyond greening » (Hart, 1997), c’est-à-dire en leur permettant d’aller plus loin que la simple caution écologique.

7Ce texte vise donc à poser quelques questions quant à l’apport concret des SHS aux entreprises, dans le champ de la RSE. Il est nécessaire pour notre réflexion de présenter, dans un premier temps, le cadre des pratiques et des analyses de la RSE, avant d’envisager trois contextes d’usage des SHS pour la RSE, et d’en tirer quelques conclusions.

Définition et analyses de la RSE

Historique et définitions de la RSE

8La RSE a une histoire : comme le rappelle Corinne Gendron, « la responsabilité sociale telle qu’elle s’institutionnalise aujourd’hui est le fruit de débats et de questionnements s’étalant sur pas moins d’un siècle » (2009). La plupart des auteurs considèrent que la RSE apparaît en Amérique du Nord, sous le terme corporate social responsability (CSR), à la fin du xixe siècle, à partir de questionnements moraux, religieux et sociaux interrogeant les pratiques d’entreprises (Gond et Igalens, 2008 ; Bry et Ballet, 2001). Elle se développe ensuite en phases successives, contingentes aux équilibres socio-économiques et politiques, marquées par une évolution des enjeux, des pratiques et des approches, jusqu’à atteindre la période actuelle caractérisée par une forte relation entre RSE et développement durable (International Organization for Standardization, 2009), dans un nouveau contexte de légitimation des entreprises (Gendron, 2009). Les composantes de l’acronyme CSR méritent qu’on s’y attarde, car ils permettent de saisir ce qui distingue la RSE de ce qui peut être compris communément par l’expression « responsabilité sociale ».

9Corporate : à l’origine, il s’agit exclusivement des grandes entreprises, celles qui ont un pouvoir d’influence, qui produisent des effets structurant la société, les marchés, les structures de consommation et de production, les modes de vie, celles qui participent réellement de la création de conventions et de normes sociales, à la fois en amont du côté de la production, du marché du travail, et des conditions de travail, et en aval, du côté de la consommation ou d’autres activités (loisirs, tourisme, etc.). La RSE d’aujourd’hui a largement dépassé cette frontière des grandes entreprises, puisqu’elle concerne toutes les entreprises et même d’autres organisations.

  • 8  La théorie des parties prenantes ou stakeholder theory (SHT) « propose une analyse des relations n (...)

10Social : ce terme ne se limite pas au « secteur social » ni à la « question sociale », mais recouvre des enjeux sociétaux et écologiques. On constate d’ailleurs que les composantes de la « question sociale » font certes partie des enjeux de RSE, mais qu’elles se trouvent mises à plat avec d’autres enjeux. Cette tension s’exprime bien dans la « théorie des parties prenantes »8, et dans les pratiques de « cartographie » et de « gestion » des parties prenantes par les entreprises (Bonnafous-Boucher et Pesqueux, 2005).

11Responsability : il ne s’agit pas de la responsabilité juridique (même s’il y a co-évolution de la RSE et du droit), mais plutôt de la redevabilité (accountability, consistant à rendre des comptes aux parties prenantes), de la reconnaissance des effets sociétaux des actions de l’entreprise, et de la recherche de leviers pour améliorer ces enjeux sociétaux et répondre aux demandes des parties prenantes (responsiveness).

Analyses et modélisations de la RSE

12L’analyse et la rationalisation académique de la RSE sont, pour une grande part, le fait de deux conceptions principales, dominantes dans la littérature en gestion : les approches « Entreprises et société » (Business and Society) et « Éthique des affaires » (Business Ethics).

13Le courant « Entreprises et société » insiste sur les réponses de l’entreprise aux demandes sociales et sur les relations aux parties prenantes (stakeholders). Il envisage la prise en compte des impacts sociétaux de l’activité de l’entreprise (sociaux, économiques, environnementaux et culturels), dans une logique où l’entreprise est certes « en société », mais relève néanmoins d’un ordre supérieur, en grande partie autonome, où tout se joue au final à un niveau d’intégration économique. La « théorie des parties prenantes » s’inscrit dans cette conception.

14L’« Éthique des affaires », pour sa part, accorde un rôle prépondérant au respect des normes de comportement individuelles (produites, indépendamment du monde des affaires, par la religion ou par la tradition par exemple). Dans cette approche, l’éthique des managers, les règles et les organisations de gouvernance d’entreprise, les codes de conduite, la déontologie et les mécanismes de transparence, connexes au fonctionnement idéal des marchés, suffisent à assurer l’effectivité de la RSE. Le levier de RSE à privilégier est donc la formation et l’éducation – morale – des responsables économiques, plutôt que la régulation.

15En économie, dans une perspective néoclassique, Jean Tirole explique pourquoi les entreprises développent des pratiques de RSE, à partir de quatre logiques pouvant se combiner (2008) : la réponse à des demandes de parties prenantes qui font pression pour que certains enjeux et certains intérêts soient pris en compte (théorie des parties prenantes) ; la possibilité de gains mutuels qui pousse les entreprises à s’engager dans des comportements pro-sociaux pour en tirer des gains (« doing good for doing well ») ; la mise en adéquation des actions de l’entreprise avec l’éthique de ses dirigeants et/ou propriétaires, dans une approche pro-sociale volontaire ; la recherche de distinction sociale, la volonté d’envoyer un signal positif quant à la qualité éthique de la firme et de ses dirigeants et managers.

16La RSE se développe à la faveur d’une mutation des équilibres de régulation du capitalisme (Lebarbier, 2009), dans un contexte caractérisé par l’augmentation des attentes de la société vis-à-vis des entreprises, par la globalisation et le caractère planétaire de certains enjeux de développement, par l’augmentation de l’impact des activités économiques sur les communautés et les territoires, et par le développement du rôle de la société civile (International Organization for Standardization, 2009). Elle peut donc s’analyser d’une part comme une tentative de réponse des entreprises aux demandes – nouvelles pour certaines – de la société, et d’autre part comme le symptôme d’une contestation globale de la légitimité des entreprises (Gendron, 2009). Au-delà, il s’agit pour les entreprises de contribuer au développement durable (International Organization for Standardization, 2009 ; Commission européenne, 2001, 2006), donc de participer à la transition de l’économie et de la société vers une trajectoire « soutenable », c’est-à-dire durable.

17Les enjeux de la RSE – qu’il s’agisse de son impact sur la société ou d’un levier potentiel pour des enjeux collectifs – sont très divers. Aussi assiste-t-on à un véritable foisonnement des pratiques et des initiatives de RSE : codes de conduites, chartes, labels, notation sociétale, stratégie de RSE, etc. Le nombre d’objets et de phénomènes impliqués par la RSE et pouvant relever des SHS est donc très important. Par exemple, la question de la « diversité », qui dépasse de loin la non-discrimination définie par la loi, fait appel à la connaissance de faits et de processus sociaux complexes : histoire des (im)migrations, des communautés immigrées, sociopsychologie des personnes issues de parents immigrés, processus d’intégration dans une communauté nationale, etc. C’est à ce type de problèmes sociétaux complexes que se confrontent les entreprises à travers les politiques de RSE.

Complexité axiologique et épistémique

18Dans une perspective systémique typique des théories de la soutenabilité (Norgaard, 1994), on peut décrire le contexte de la RSE par la connexion et l’interdépendance du ou des systèmes « entreprise » et de plusieurs systèmes de la société et de la nature, au sein d’un système global co-évolutif. La soutenabilité correspond alors à la volonté de conserver, tout au long de la trajectoire de développement, chacun des sous-systèmes, dans des limites qui permettent leur reproduction et leur fonctionnement.

  • 9  Complexité que l’on ne peut pas réduire par un surcroît de connaissance, mais qui découle des amb (...)
  • 10  Un contexte qu’il est possible de résumer avec la notion de wicked problem,« problème pernicieux » (...)

19Dans cette perspective, plusieurs propriétés néfastes caractérisent la RSE, en particulier dans les situations de complexité systémique, d’incertitude, d’ambiguïté et d’urgence. De plus, aux éléments objectifs se mêlent, de façon intriquée, des valeurs. Il est dès lors question de complexité intrinsèque, de complexité épistémique et de complexité axiologique9. C’est dans ce contexte10 qu’il faut penser l’intervention et la contribution des SHS à la gestion des entreprises, et aux stratégies et pratiques de RSE. Confrontées à l’impératif de développer des actions de RSE, les entreprises ne peuvent plus se contenter de considérer comme acquises les conventions et les normes sociales standards des marchés, les « codes sociaux » des produits, les services, les organisations et les techniques (Feenberg, 2004), sans les interroger et sans participer à leur construction de façon proactive, stratégique, réflexive, et en intégrant des points de vue extérieurs à l’entreprise. La RSE apparaît au fond comme une question touchant à l’identité de ce que nous appelons « entreprise ». Dans cette perspective, les apports des SHS sont donc nécessaires, mais ils peuvent aussi générer des difficultés qui appellent quelques aménagements pratiques, sur lesquels nous reviendrons en conclusion.

Trois exemples d’apport des sciences sociales à la RSE

  • 11  Voir les sociétés savantes comme le Réseau international de recherche sur les organisations et le (...)

20On pourrait lister de nombreuses questions de RSE mobilisant les SHS11. Nous ne présenterons, ici, que trois exemples : les marchés dits Base of the Pyramid, la gestion des risques, et l’innovation orientée par le développement durable dans le secteur des services financiers.

Les marchés Base of the Pyramid

  • 12  Terminologie propre au groupe Grameen dirigé par Mohamed Yunus (voir le site à cette adresse : [UR (...)

21La microfinance, la microassurance et plus généralement les marchés dits Base of the Pyramid (BOP) (Hart et Prahalad, 2002), ou Social Business12, utilisent les apports des SHS pour fournir aux entreprises une connaissance de personnes ou de groupes de personnes pauvres, de leurs besoins et de leurs modes de vie. Les apports des SHS aux démarches BOP passent par des méthodes et des pratiques empiriques, ainsi que des concepts, des cadres d’interprétation, de compréhension. Il peut s’agir de méthodes d’enquêtes socio-économiques portant sur les représentations ou la vie quotidienne. Mais sont également utilisées des méthodes d’évaluation participative, mises en œuvre avec des anthropologues et des sociologues. Ces enquêtes et ces processus d’évaluation sont intégrés par l’entreprise dans un management de projet d’innovation. Ces projets d’innovation sont de nature proche de ce qui est décrit comme Open Innovation, l’innovation ouverte (Chesbrough, 2006), ou User Centered Innovation, l’innovation orientée vers les usagers.

  • 13  Voir le site web de la Human Development and Capability Association : [URL : http://www.capability (...)

22Les démarches BOP se réfèrent souvent à l’approche dite des capabilités (capabilities approach)13. Ce cadre théorique a été proposé et développé par des économistes, au premier rang desquels Amartya Sen, mais aussi des philosophes comme Martha Nussbaum, des sociologues, ou encore des anthropologues (Deneulin et Shahani, 2009). Les références faites aux capabilités apportent deux bénéfices aux entreprises : tout d’abord, une matrice épistémique pour penser ensemble des questions économiques, sociales, sociétales, environnementales et éthiques (axiologiques) dans le cadre de l’élaboration de stratégies et de pratiques, dans la perspective du développement durable et dans un équilibre entre détermination sociale, structures collectives et stratégie individuelle ; ensuite, un cadre de légitimation des pratiques au regard des autres acteurs du développement.

Gestion des risques

23En juillet 2009, dans le cadre du colloque « Gouverner l’incertitude » organisé par l’AFSSET, l’École des mines et le réseau « Risques et société », la question : « Quels rôles pour les sciences sociales ? » a été posée avec force. L’impression générale laissée par les débats fut que l’apport des SHS, en dépit de nombreux travaux (on peut penser au Centre de sociologie de l’innovation de l’École des mines de Paris, aux travaux de Francis Chateauraynaud, Bruno Latour, Michel Callon, ou à ceux d’Ulrich Beck, Sheila Jasanoff, Arie Rip, Brian Wynne, Rob Hoppe, etc.), n’était pas clair. Les SHS ne semblaient pas répondre aux questions et aux besoins des acteurs, mais généraient au contraire une certaine ambiguïté.

24Cet exemple montre que dans un domaine qui présente pourtant des années d’expérience, l’apport des SHS à la gestion des entreprises en relation à des enjeux de société soulève des problèmes qui dépassent le simple rôle instrumental auquel pourraient être confinées les SHS. Cette situation se rencontre fréquemment dans d’autres contextes d’usage des SHS pour la RSE.

Innovation orientée par le développement durable dans les services financiers

25Les risques liés à la technologie, mais aussi les risques socio-économiques, constituent un domaine où des innovations associant gestion des entreprises et prise en compte de besoins sociétaux peuvent être envisagées, dans une perspective de développement durable. Des offres nouvelles sont développées qui tentent de combiner prise de position sur des marchés, bénéfices commerciaux et avantages pour la société. À titre d’exemples, mentionnons la proposition faite par certaines banques de services dans le domaine énergétique (gestion des certificats d’économie d’énergie ou des certificats carbone), les systèmes de couverture de risques « sociaux » (services visant à aider les emprunteurs confrontés à un licenciement à retrouver un emploi), ou bien encore les systèmes de financement répondant aux enjeux de la précarité énergétique (pour les copropriétés privées « pauvres ») ou de l’« écomobilité ».

26On le voit, ces innovations reposent sur des services repoussant les frontières traditionnelles des métiers, et prennent appui sur les nouvelles demandes sociales liées au contexte actuel de « nouveaux risques sociaux » (Taylor-Gooby, 2004). Elles utilisent des ressources traditionnelles des métiers de la banque et de l’assurance, notamment la maîtrise des techniques d’intermédiation financière et l’expertise en évaluation des risques. Elles sont souvent développées de façon dialogique en associant les acteurs et les communautés auxquels elles sont destinées. Ces offres, innovantes et expérimentales, impliquent une compréhension fine des contextes et des comportements sociaux. Leur conception exige donc l’appel aux connaissances issues des SHS, et ce bien au-delà des typologies standards de recherches qui établissent le comportement type supposé des consommateurs.

27Un apport instrumental et purement mécanique des SHS à la gestion des entreprises – sur le mode de la fourniture de connaissances aux processus entrepreneuriaux – n’est pas suffisant. D’une part, les SHS proposent des cadres théoriques qui permettent aux entreprises de développer des pratiques réflexives et des discours de légitimation. D’autre part, dans bien des cas, les SHS révèlent des niveaux de complexité et d’incertitude qui ne confortent pas les entreprises dans les modèles d’actions auxquels elles sont habituées. Enfin, l’apport des SHS doit être pensé en étroite relation avec les processus d’innovation des entreprises, et pas simplement « à côté » ou « en complément » sous forme d’études. Il convient d’organiser des contributions des SHS qui puissent produire des informations pertinentes et des changements cognitifs tout au long des processus d’innovation, des contributions qui soient reconnues par les entreprises, adaptées aux temporalités et aux logiques des entreprises, mais suffisamment originales pour produire une responsabilité sociétale effective des entreprises.

28Dès lors, plusieurs pistes nous semblent pertinentes. Il convient d’organiser la production de connaissances contextuelles en étroite relation avec le processus d’utilisation de cette connaissance, le processus de décision et d’expérimentation pratique de l’entreprise, mais aussi en relation avec les parties prenantes impliquées. Il faut aussi gérer la complexité épistémique et axiologique que les SHS contribuent à révéler par des méthodes adaptées, en acceptant d’être dans le domaine des solutions provisoires, qui s’élaborent alors même que le « problème » n’est pas complètement posé (Rittel et Webber, 1973). Les démarches de recherche-action, la transdisciplinarité (Max-Neef, 2005), les processus dialogiques et délibératifs (Faucheux, Hue et O’Connor, 2003), les méthodes de médiation des connaissances et des outils de représentation des processus de décision nous paraissent être des voies efficaces pour la réussite de telles expériences.

Haut de page

Bibliographie

Ballet Jérôme, 2007, « La gestion en commun des ressources naturelles : une perspective critique » [en ligne], Développement durable et territoires, [URL : http://developpementdurable.revues.org/index3961.html], consulté le 2 avril 2010.

Beck Ulrich, 2001 [1986],La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

Bonnafous-Boucher Mariaet Pesqueux Yvon, 2005, Décider avec les parties prenantes. Approches d’une nouvelle théorie de la société civile,Paris, La Découverte.

Bry Françoise (de) et Ballet Jérôme, 2001, L’entreprise et l’éthique, Paris, Le Seuil.

Capron Michel et Quairel-Lanoizelée Françoise, 2007, La responsabilité sociale d’entreprise, Paris, La Découverte.

Chesbrough Henry, 2006, Open Innovation, the New Imperative for Creating and Profiting from Technology, Boston, Harvard Business School Press.

Chiapello Ève, 2009, « Le capitalisme et ses critiques », communication au congrès du RIODD, CLERSÉ, Lille.

Commission européenne, 2001, Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises. Livre vert, Bruxelles, Commission européenne.

2006, Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil et au Comité économique et social européens. Mise en œuvre du partenariat pour la croissance et l’emploi : faire de l’Europe un pôle d’excellence en matière de responsabilité sociale des entreprises, Bruxelles, Commission européenne.

Cragg Wesley, 2005, Ethics Codes, Corporations and the Challenge Of Globalization, Cheltenham, Edward Elgar.

Deneulin Séverine et Shahani Lila, 2009, An Introduction to the Human Development and Capability Approach. Freedom and Agency,Londres, Earthscan.

Dercon Stefan, 2005, « Poverty under the microscope » [en ligne], Oxford Today, vol. 18, no 1, [URL : http://www.oxfordtoday.ox.ac.uk/2005-06/v18n1/01.shtml], consulté le 3 avril 2010.

Duflo Esther et Banerjee Abhijit, 2007, « The economic lives of the poor », Journal of Economic Perspectives, vol. 21, no 1, p. 141-167.

Dupuy Jean-Pierre, 2004 [2002], Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Paris, Le Seuil.

Faucheux Sylvie, Hue Christelle et O’Connor Martin, 2005, « A bottom-up / top-down methodology for indicators of corporate social performance in the European aluminium industry », Cahiers du C3ED, no 30.

Feenberg Andrew, 2004 [1999], (Re)penser la technique. Vers une technologie démocratique, Paris, La Découverte.

Fitoussi Jean-Paul et Laurent Éloi, 2008, La nouvelle écologie politique. Économie et développement humain, Paris, Le Seuil.

Funtowicz Silvio et Ravetz Jerry, 1997, « Environmental problems, post-normal science and extended peer communities », Études et recherches sur les systèmes agraires et le développement, n° 30, p. 169-175.

Gendron Corinne, 2009, « L’entreprise comme vecteur du progrès social : la fin ou le début d’une époque ? », Cahier de recherche de la CRSDD, no 1, 22 p.

Giddens Anthony, 1987 [1984], La constitution de la société, Paris, PUF.

Gond Jean-Pascal et Igalens Jacques, 2008, La responsabilité sociale de l’entreprise, Paris, PUF.

Gond Jean-Pascal et Mercier Samuel, 2005 « Les théories des parties prenantes : une synthèse critique de la littérature » [en ligne], Notes du LIRHE, no 411, [URL : http://lirhe.univ-tlse1.fr/publications/notes/411-05.pdf], consulté le 3 avril 2010.

Grossetti Michel et Godart Frédéric, 2007, « Harrison White : des réseaux sociaux à une théorie structurale de l’action » [en ligne], Sociologies, [URL : http://sociologies.revues.org/index233.html], consulté le 2 avril 2010.

Hatchuel Armand, 2009, « Innovation responsable » [en ligne], colloque Vivagora, Collège de France (Paris), 29 avril, [URL : http://www.vivagora.org/spip.php?article434], consulté le 14 avril 2010.

Hart Stuart, 1997, « Beyond greening : strategies for a sustainable world », Harvard Business Review, vol. 75, no 1, p. 66-76.

Hart Stuart et London Ted, 2005, « Developing native capability : what multinational corporations can learn from the base of the pyramid », Stanford Social Innovation Review, no 3, p. 28-33.

Hart Stuartet Prahalad Coimbatore K., 2002, « The fortune at the bottom of the pyramid », Strategy + Business, no 26, p. 54-67.

Honneth Axel, 2007 [2005], La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard.

Ims – Entreprendre pour la Cité, 2007, La société : une affaire d’entreprise ? L’engagement sociétal des entreprises : enjeux, pratiques, perspectives, Paris, Éditions d’Organisation.

International Organization for Standardization, 2009, Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale, Genève, ISO.

Latour Bruno, 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

Lebarbier Christophe, 2009, Le développement durable comme mutation inéluctable vers un capitalisme responsable ? Une analyse de l’interaction entreprise-société dans la détermination d’une responsabilité sociétale des entreprises contributive d’un développement durable, thèse de doctorat de sciences économiques, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Max-Neef Manfred A., 2005, « Foundations of transdisciplinarity », Ecological Economics, vol. 53, p. 5-16.

Norgaard Richard, 1994, Development Betrayed. The End of Progress and a Coevolutionary Revisioning of the Future, Londres, Routledge.

Prahald Coimbatore K., 2004, The Fortune at the Bottom of the Pyramid. Eradicating Poverty through Profits, Upper Saddle River, Wharton School.

Rittel Willhelm et Webber Melvin, 1973, « Dilemmas in a general theory of planning », Policy Sciences, vol. 4, p. 155-169.

Sen Amartya, 2000 [1992], Repenser l’inégalité, Paris, Le Seuil.

Senden Lynda, 2004, Soft Law in European Community Law, Portland, Hart Publishing.

Taylor-Gooby Peter, 2004, « Les nouveaux risques sociaux dans la société postindustrielle : les réactions d’Eurobaromètre aux politiques actives du marché du travail », Revue internationale de sécurité sociale, vol. 57, no 3, p. 53-82.

Tirole Jean, 2008, « Leçon inaugurale du troisième anniversaire de la chaire “Finance durable et investissement responsable” », Paris, 30 janvier.

Weber Max, 1998 [1896], Économie et société dans l’Antiquité, trad. C. Colliot-Thélène et F. Laroche, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  L’International Organization for Standardization (ISO) et l’Association française de normalisation (Afnor) préfèrent le terme « Responsabilité sociétale des entreprises ». Voir la version française des « Lignes directrices relatives à la responsabilité sociétale » (« Guidance on social responsibilty » ISO/DIS 26000), International Organization for Standardization, 2009.

2  Structurante dans le domaine de la RSE, la notion de soft law, ou « droit mou » en français, correspond aux « règles de conduite énoncées dans des instruments auxquels n’a pas été conférée une force obligatoire en tant que telle, et qui peuvent néanmoins produire certains effets juridiques – indirects – et dont l’objet est potentiellement de produire des effets pratiques » (Senden, 2004, p. 3).

3  Ce sont les pratiques des entreprises qui cherchent de façon explicite à répondre à des besoins et des enjeux de la société (le terme est utilisé par les économistes orthodoxes).

4  On peut parler d’un « mouvement » général de la RSE correspondant au développement conjoint constaté des enjeux, des pratiques, des cadres de références, des discours et des connaissances, en matière de RSE.

5  Voir, par exemple, les travaux en (nouvelle) sociologie économique d’Harrison White (Grossetti et Godart, 2007).

6  Voir l’Initiative pour la responsabilité des cadres (IRESCA), lancée par la Fondation pour le progrès de l’homme, avec des syndicats de salariés et des ONG ([URL : http://www.responsabilitesocialedescadres.net/], consulté le 2 avril 2010).

7  Complémentaire de la « soutenabilité écologique » (environmental sustainability), la « soutenabilité sociale » peut être définie comme regroupant les enjeux d’équité intra et intergénérationnels, le développement des « capabilités » au sens que leur donne Amartya Sen (2000) – une combinaison des capacités des personnes, des possibilités que leur permettent leurs ressources, et des opportunités que leur offre la société –, l’autonomie ou agencéité (agency en anglais, la capacité à décider de façon indépendante ses choix de vie) des personnes, et la reconnaissance des personnes et des groupes sociaux.

8  La théorie des parties prenantes ou stakeholder theory (SHT) « propose une analyse des relations nouées entre l’entreprise et son environnement entendu au sens large. La SHT est devenue l’une des références théoriques dominantes dans l’abondante littérature portant sur l’éthique organisationnelle et la responsabilité sociale de l’entreprise. » (Gond et Mercier, 2005, p. 1) Si cette théorie est discutable (Bonnafous-Boucher et Pesqueux, 2005), elle présente l’intérêt de reconnaître la richesse et la diversité des relations sociales nouées par et autour des entreprises, au-delà du modèle traditionnel propriétaire/manager/employé/client.

9  Complexité que l’on ne peut pas réduire par un surcroît de connaissance, mais qui découle des ambiguïtés et des incertitudes caractérisant certaines situations associant enjeux de valeurs et enjeux de connaissance.

10  Un contexte qu’il est possible de résumer avec la notion de wicked problem,« problème pernicieux » (Rittel et Webber, 1973).

11  Voir les sociétés savantes comme le Réseau international de recherche sur les organisations et le développement durable (RIODD) et son site : [URL : http://www.riodd.net], consulté le 2 avril 2010, ou l’Association pour le développement de l’enseignement et de la recherche sur la responsabilité sociale de l’entreprise (ADERSE : [URL : http://www.aderse.org/indexfr.htm], consulté le 2 avril 2010). Voir également l’ouvrage collectif dirigé par Wesley Cragg (2005) et le Compendium of Ethics Codes and Instruments of Corporate Responsibility qui l’accompagne, compilé par Kevin McKague et disponible sur le site de York University : [URL : http://www.yorku.ca/csr/Home], consulté le 14 avril 2010.

12  Terminologie propre au groupe Grameen dirigé par Mohamed Yunus (voir le site à cette adresse : [URL : http://muhammadyunus.org/], consulté le 3 avril 2010). Le Social Business correspond à un marché Base of the Pyramid dans lequel les entreprises partenaires s’interdisent de dégager des dividendes, mais recherchent à maximiser les impacts sociaux et sociétaux sur les populations pauvres en limitant l’exploitation à l’équilibre économique coûts/bénéfices.

13  Voir le site web de la Human Development and Capability Association : [URL : http://www.capabilityapproach.com/index.php], consulté le 3 avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolphe Vidal, « L’intervention des sciences sociales dans le champ de la responsabilité sociale des entreprises », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/4693 ; DOI : 10.4000/traces.4693

Haut de page

Auteur

Rodolphe Vidal

Doctorant au laboratoire REEDS (Recherche en économie-écologie, éco-innovation et ingénierie du développement soutenable, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et ingénieur de recherche à l’IIES (Institut de l’innovation et de l’entrepreneuriat social, ESSEC).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page