Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Avant-propos

Avant-propos. Démocratiser les sciences humaines

Arnaud Fossier et Édouard Gardella
p. 5-18

Texte intégral

Printemps 2009

  • 1  Si le débat sur les conséquences et du mouvement et de la réforme, dont la Revue du MAUSS, entre a (...)

1À quoi servent les sciences humaines ? Cette question a déjà reçu un nombre important de réponses, souvent théoriques ou épistémologiques. Nous voudrions, quant à nous, la resituer à partir d’expériences singulières et partagées, éphémères, disséminées, mais récurrentes, d’incompréhension, voire de scepticisme quant au statut de la recherche en sciences humaines, que tout étudiant, doctorant ou chercheur aguerri ne manque pas de rencontrer lorsqu’il se présente auprès de personnes étrangères à la recherche. Nous voudrions aussi la reposer à partir de la réception, par les médias et le grand public, de la mobilisation des chercheurs et enseignants du supérieur au printemps 2009. La recherche et l’enseignement supérieur ont connu un changement majeur, en raison d’une réforme impulsée par le gouvernement, dont les conséquences ne sont sans doute pas encore toutes visibles1. Nous, jeunes doctorants – parmi tant d’autres bien entendu, dont nous ne saurions prétendre être représentatifs – avons alors constaté que l’incompréhension que nous rencontrions de temps à autre en privé avait incontestablement une dimension collective de grande ampleur. La mobilisation des personnels des universités, en effet, ne passionnait pas les médias, et, par répercussion, ou en raison de cette indifférence médiatique, ne semblait pas concerner le reste de la société. Tout se passait comme si les chercheurs menaient une action purement corporatiste, sans que l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche, notamment en sciences humaines et sociales, préoccupe les citoyens, du moins sans que le mouvement donne lieu à une réflexion, étendue au-delà des frontières de l’académie, sur la place de ces sciences humaines en régime démocratique. Sans doute ce genre de frustration, née du sentiment d’isolement, est-il le lot commun des manifestants, quel que soit le domaine de la lutte. Nous serions d’ailleurs bien naïfs de croire avoir défendu une cause générale, pour finalement découvrir avec amertume que la logique des intérêts particuliers gouverne souvent – pour ne pas dire toujours – l’espace public. Qui plus est, le décalage fut frappant, et l’est toujours autant, entre, d’une part, les velléités réformatrices du gouvernement, visant à investir dans la recherche, en termes financiers et d’infrastructures (voir le plan Campus), et, d’autre part, la volonté, de la part des universitaires, d’encourager le débat sur la place des sciences humaines et sociales dans nos sociétés. D’un côté, on nous parlait gestion et mode d’organisation des universités, productivité et rentabilité économique de la recherche – il s’agit là d’un registre discursif que l’on retrouve dans certains rapports rendus au ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur (Aghion, 2010). De l’autre, nous voulions un peu de reconnaissance symbolique, voire une revalorisation politique des sciences humaines et sociales. En somme, ce mouvement donnait lieu à un véritable dialogue de sourds prenant parfois les oripeaux d’un jeu de dupes.

2Nous avons donc considéré qu’il était urgent de prolonger l’enquête que nous avions entamée en janvier 2009, au seuil de ce mouvement. Nous avons pensé – et pensons toujours – que cette situation d’incompréhension et ce hiatus croissant entre sciences humaines et société civile est pour partie le résultat d’une progressive autonomisation de la recherche, comprise comme une coupure. C’est cette césure que nous avons voulu explorer, en prenant appui sur une hypothèse évidente et pourtant trop peu présente, à nos yeux, dans le monde académique : dans une société démocratique, l’autonomie du champ scientifique ne saurait générer le surplomb de ceux qui prétendent détenir le monopole du savoir légitime, ou pis le mépris vis-à-vis de ceux qui, n’étant pas chercheurs, seraient incapables de réfléchir à leurs actions et ignoreraient ainsi tout d’elles.

3Le savoir n’est pas une marchandise et ne se monnaye pas. Les chercheurs doivent avoir la possibilité de formuler leurs projets de recherche en toute liberté ; les sciences humaines et sociales ne sauraient être réduites à des commandes de court terme, à visée purement utilitaire, dans lesquelles les enjeux et les objets de la recherche seraient surdéterminés par des relations de pouvoir à sens unique. Mais nous soulignons avec force que l’autonomie du champ scientifique, laborieusement établie depuis le dernier tiers du xixe siècle, ne doit pas rimer avec l’indifférence totale des chercheurs aux attentes politiques et sociales. Au croisement de deux dichotomies, désormais classiques, qui ne se recoupent que partiellement – académie / hors académie, connaissance scientifique / connaissance ordinaire – se trouve sans doute un entre-deux, qui n’a été exploré, jusqu’à maintenant, que de manière parcellaire.

4Nous avons choisi, pour décrire cet espace, une forme particulière d’enquête, qui ne se veut pas scientifique mais militante, parce qu’elle cherche à donner la parole autant aux chercheurs qu’aux « utilisateurs » des méthodes et des connaissances des sciences humaines (Callon, 1999). Nos hors-séries « À quoi servent les sciences humaines » constituent une réponse très claire faite aux personnes et aux institutions qui considèrent que les sciences humaines ne servent à rien, ou qui peinent à comprendre pourquoi dépenser l’argent du contribuable pour payer des chercheurs en philosophie du langage, en histoire ancienne, ou en anthropologie sociale. Au regard de la diversité et de la quantité des témoignages que nous recueillons progressivement, en sus de la vaste littérature qui existe sur le sujet et des innombrables rapports qui nourrissent les administrations, les sciences humaines sont – c’est un fait – très sollicitées.

5Se demander si les sciences humaines sont utiles est donc finalement une fausse question : tout le monde est d’accord pour dire qu’elles le sont, et il ne nous semble guère constructif de ressasser encore et toujours la même litanie sur l’« ouverture d’esprit » qu’elles procurent ou la « culture générale » que les étudiants pourraient en tirer. Comme le dit malicieusement le géographe Martin Vanier dans ce hors-série, la question n’est pas « à quoi ça sert », mais bien « comment on s’en sert ». Il s’agit donc désormais d’interroger les usages qui sont faits des sciences humaines et sociales. De la critique à l’expertise, de la vocation, dessinée par les Lumières, d’éclairer le grand public et les décideurs politiques, à la possibilité de sciences aidant directement des objectifs de croissance, d’efficacité ou d’efficience, les formes et les usages sont multiples. L’ambition de ce cycle est d’abord de donner à voir cette diversité (enquête), pour ensuite en montrer la portée (évaluation), mais aussi les limites (critique).

Une question récurrente

6L’enjeu spécifique de ce deuxième volume est de tirer les conséquences d’une évidence rarement évoquée : la réflexion sur l’utilité et les usages des sciences humaines est abondante mais reste éparpillée. Quoique récurrente, cette question de l’utilité et des usages des sciences humaines ne semble pas lasser, et garde de sa vitalité. Car l’éclatement de la réflexion fait qu’elle est comme « redécouverte » chaque fois, rapportée soit à des principes très généraux (souvent d’ordre épistémologique), soit à des expériences singulières (on peut penser aux essais d’ego-histoire, dans lesquels des historiens reviennent sur leur trajectoire personnelle). Mais il n’existe pas en France de lieu portant cette question avec une certaine continuité, un lieu institutionnel où les récits d’expérience, les problèmes rencontrés lors d’usages non académiques de la recherche, et les solutions trouvées face à ces difficultés, seraient accumulés de façon continue, et où se façonnerait un espace organisé de questionnement. L’ambition qui émerge petit à petit de ce cycle est d’abord de compiler, dans toute leur diversité, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité, les multiples usages des sciences humaines et sociales (logique de la cumulativité ), puis de lister un certain nombre d’axes de réflexion communs aux différentes disciplines et aux différents types d’usages qui en sont faits (logique du questionnaire), pour, in fine, proposer la création d’un lieu où les initiatives éparses pourraient enfin se confronter (logique de l’échange).

7Nous nous en tenons, pour le moment, à un inventaire sans ambition théorique ou épistémologique, qui a pour but premier de faire partager les interrogations que nous rencontrons au fil des journées d’étude que nous organisons, au cours desquelles se problématise le dialogue entre chercheurs et non-chercheurs. L’avant-propos de notre premier hors-série avait fixé quatre thèmes directeurs : les compétences des chercheurs, autour de la possible professionnalisation de nos disciplines en dehors des institutions académiques ; les formats que les chercheurs adoptent pour « traduire » leur savoir à destination de publics non spécialistes ; les lieux où s’opère la rencontre entre producteurs et utilisateurs de sciences humaines ; les relations de pouvoir qui se nouent entre eux, en particulier autour de la question de l’autonomie de la recherche (Fossier et Gardella, 2009). Moins que les usages eux-mêmes, ces axes concernaient plutôt les conditions de production de connaissances en sciences humaines quand elles s’effectuent en dehors ou à la frontière des institutions académiques.

8Cette interrogation se prolonge ici par un focus sur les figures de chercheurs ou de praticiens plus ou moins sortis des institutions académiques (Piriou, 2006), et que les contributions de ce hors-série mettent particulièrement en lumière, tant en relation avec des entreprises que dans la galaxie des géographes consultants. Elles mettent en évidence que la césure académie/hors académie est problématique : depuis l’Université, cette frontière semble très poreuse ; vue de l’extérieur, elle est perçue comme rigide. La question des possibles passages d’un statut à l’autre se pose donc avec acuité.

La recherche appliquée, est-ce mal ?

9Une vision caricaturale des choses pourrait conduire au constat suivant : les travaux académiques, éloignés des préoccupations des citoyens ordinaires, ne serviraient à rien mais seraient méthodologiquement et théoriquement irréprochables ; les travaux des chercheurs praticiens  souffriraient, eux, de défauts majeurs (lacunes bibliographiques, ambition théorique faible, approximations méthodologiques), mais répondraient aux questions que se posent les acteurs. Le dilemme des sciences humaines serait ainsi de concilier rigueur dans l’approche choisie, construction scientifique d’outils, et aide à la résolution de problèmes, comme le préconise Éric Godelier dans ce hors-série, lorsqu’il accorde à la gestion la légitimité qui lui est souvent déniée par les sciences traditionnelles. Sans doute est-il difficile de répondre à ces trois exigences simultanément. Mais il serait illusoire de considérer que cette difficulté à les concilier ne concerne que les « praticiens » menant leurs recherches dans des institutions non académiques, et non les chercheurs rattachés à des institutions académiques.

10La question peut se poser de façon plus large, à la suite d’Henry Rousso qui, dans un article déjà ancien sur l’applied history, l’« histoire appliquée », cite puis commente Marc Bloch :

« Il n’est point niable, pourtant, qu’une science nous paraîtra toujours avoir quelque chose d’incomplet si elle ne doit pas, tôt ou tard, nous aider à mieux vivre. » « Tôt ou tard »… c’est tout le problème. Soit, en amont, l’historien se préoccupe des applications éventuelles de sa recherche et oriente celle-ci en fonction de celles-là, soit il s’en désintéresse et laisse, en aval, les « hommes d’action » utiliser son savoir. (Rousso, 1984, p. 107)

11Rousso explique que si la priorité de l’historien est de maîtriser les usages qui peuvent être faits de sa recherche, il a tout intérêt à anticiper la demande, et même à la construire, quitte, sans doute, à sacrifier un peu de sa méthode et de sa rigueur. À l’inverse, l’historien « insouciant », dont la vérité scientifique constitue le seul horizon, s’expose au risque de la manipulation incontrôlée du savoir qu’il aura produit. Faut-il choisir entre ces deux postures ? Faut-il trancher ? Certainement pas. Il nous semble plus juste de reconnaître que les recherches répondant à des commanditaires (l’anthropologie appliquée par exemple, ou la commissioned history) ont une visée d’utilité de court terme, tandis que les recherches académiques dont l’actualité (donc l’utilité) ne serait pas visible au premier coup d’œil peuvent, par l’élaboration de problèmes nouveaux ou la proposition d’hypothèses neuves, finir par trouver leurs publics. La recherche tantôt se tourne vers la résolution de problèmes situés, tantôt se donne comme horizons l’innovation théorique ou l’explicitation de problèmes qui, jusqu’alors, n’avaient attiré l’attention de personne.

12Il est donc impératif de ne pas préjuger des faiblesses de la recherche mandatée ou appliquée, mais aussi de laisser sa chance à toutes les recherches dont l’intérêt politique, économique ou social n’est pas immédiat. Ces dernières peuvent en effet placer sur le devant de la scène publique de nouveaux problèmes jusque-là ignorés ou mal formulés.

L’intellectuel « spécifique » : devenir du chercheur

13Le régime de scientificité auquel se soumettent les chercheurs académiques n’exclut pas que ces derniers envisagent explicitement leur utilité, en particulier au moment du choix de leur objet d’étude ou des questions qu’ils décident de poser une fois confrontés à leur terrain, leurs archives, ou aux modèles théoriques dont ils disposent. Rien n’empêche le chercheur académique, au terme d’un parcours réalisé en dehors de toute commande, lequel parcours passe généralement par des séminaires, des colloques, des publications dans des revues spécialisées, voire l’écriture d’un ouvrage scientifique, de proposer son analyse dans les médias (émissions télévisées, forum Internet, interviews à la radio, tribunes dans la presse écrite) et de contribuer ainsi au débat public (Castel, 2000).

14Cette posture d’« intellectuel spécifique », pour reprendre l’expression de Michel Foucault, conditionne en partie les choix de recherche. Le premier matériau du chercheur, quelle que soit sa discipline ou l’objet qu’il a choisi de construire, ce sont les valeurs dont il dépend et les institutions auxquelles il se conforme et/ou qu’il critique. En somme, « son époque »… Aussi la « demande sociale » ne passe-t-elle pas forcément par la commande. Elle est souvent inscrite dans le statut même du chercheur, comme le soulignait Gérard Noiriel dans notre premier hors-série : fonctionnaire de l’État, le chercheur doit rendre des comptes aux citoyens qui contribuent à le payer par l’impôt. Quant à ses choix de sujets d’étude, ils éclairent, explicitement ou non, les problèmes politiques et sociaux qu’une société rencontre à un moment donné, et respectent ainsi comme un principe d’actualité. Mais qu’on ne se méprenne pas : être philosophe ou historien « de l’actualité » ne consiste pas à réagir à chaud aux informations relayées par les médias, mais à dé-naturaliser les faits sociaux qui nous semblent les plus évidents. La prison, questionnée de manière univoque, accaparée par les « entrepreneurs de morale » jusque dans les années 1960, est ainsi devenue le paradigme de ces problèmes que les chercheurs en sciences humaines font émerger dans et par leurs recherches.

Recherche et mises en pratique : des allers-retours souhaitables

15Cependant, assumer une telle perspective sur la recherche académique, c’est-à-dire lui réserver la production des vérités scientifiques, peut conduire, du point de vue de ceux qui font de la recherche dans d’autres institutions ou organisations, à déclencher des conflits de légitimité. Sans prétendre à dépasser ou à faire cesser ces conflits très complexes, une façon de mettre un terme à la dichotomie entre instrumentalisme ( principe d’utilité ) et académisme ( principe de neutralité ) est de décrire les figures « hybrides » de chercheurs qui quittent, plus ou moins régulièrement, plus ou moins longtemps, les lieux, les rythmes, et les formats de la recherche académique, pour changer de rôle et proposer leurs services en vue d’actions (que celles-ci soient associatives, judiciaires, entrepreneuriales ou encore étatiques). Les contributions de ce numéro fournissent nombre d’exemples instructifs à cet égard, et offrent une large palette de cas d’expertise. Elles résonnent donc, pour nous, comme un appel à une meilleure articulation entre la recherche et ses usages (enseignement, expertise, commande, recherche-action, etc.).

16Notre conviction est que les allers-retours entre différents rôles pourraient être bénéfiques, d’une part aux chercheurs, confrontant leurs enquêtes, leurs hypothèses, leurs interprétations, à des situations singulières, et pouvant ensuite intégrer ces situations à leurs recherches, d’autre part aux étudiants, qui seraient formés par des chercheurs susceptibles de raconter leurs expériences d’expertise, d’intervention, ou de conseil, d’en montrer les avantages mais aussi les limites, et de valoriser ainsi les diverses facettes de leur métier. En cela, nous ne pouvons que souhaiter la généralisation à l’ensemble des sciences humaines (histoire, philosophie, anthropologie, économie, sciences politiques, etc.) des propositions formulées par Claude Dubar pour la sociologie (2002). Au terme d’un parcours retraçant l’institutionnalisation progressive de l’enseignement et de la recherche dans cette discipline depuis la fin du xixe siècle, et montrant la récurrence de la question de la « professionnalisation » des études de sociologie depuis leur « refondation » en 1946, l’auteur conclut :

Il semble donc possible de défendre la thèse, de plus en plus souvent admise, de la triple fonction des sociologues : enseignant, chercheur et praticien. Pourquoi alors ne pas imaginer des passerelles multiples entre les trois types d’emploi : recrutement de « praticiens » ayant fait leurs preuves à l’université (ou au CNRS) et détachements réguliers de chercheurs et d’enseignants-chercheurs (souvent écrasés par les tâches de l’université de masse) non seulement au CNRS mais dans les entreprises, administrations, syndicats, municipalités etc., pour contribuer à la résolution de problèmes. Chacun de ces « métiers » y gagnerait quelque chose. Chaque sociologue pourrait remplir les trois fonctions à un moment ou un autre de sa carrière, quitte à garder un ancrage principal dans l’une ou l’autre de ces fonctions. (Dubar, 2002, p. 115)

17Si nous sommes séduits par le principe ainsi énoncé, nous continuons de nous demander quelles sont les passerelles qui permettent au chercheur affilié à une institution académique de devenir, au cours de sa carrière, pour un temps seulement peut-être, un chercheur praticien, officiant dans une institution non académique. Il n’est pas non plus certain qu’un chercheur praticien soit reconnu par les institutions académiques pour ses travaux. Dans sa contribution à ce hors-série, Hélène-Yvonne Meynaud pose avec acuité cette question de la légitimité, donc des rapports de pouvoir qui se tissent de part et d’autre de la frontière académique. Dans quelle mesure l’alternance entre les recherches à visée utilitaire (souvent accompagnées d’engagements partisans), et les recherches de plus long terme, nécessitant le temps de la lecture, de la digestion et de la conceptualisation, est-elle possible ? Ces questions non seulement concernent chaque individu faisant de la recherche en sciences humaines, mais touchent aussi à la configuration d’espaces collectifs où se rencontreraient chercheurs praticiens et académiques pour discuter de leurs pratiques respectives.

  • 2  L’Association française de sociologie (AFS), par exemple, abrite en son sein des sociologues « pra (...)

18Ces lieux existent pour certaines disciplines, en sociologie et sciences politiques notamment, sans doute parce que leurs possibles applications sont rendues visibles par l’intérêt qu’elles manifestent pour les sociétés dans lesquelles nous vivons2. Mais les différences de statut et de légitimité semblent y occuper encore une large place. Sans les nier, et sans en négliger l’importance, il nous paraît tout aussi fondamental de souligner l’existence de questions qui leur sont communes : quel effet recherchons-nous en produisant des sciences humaines ? Comment nous y prenons-nous pour obtenir ces effets ?

19La posture modeste est de mise, notamment depuis la remise en cause des paradigmes du dévoilement ou de l’engagement de l’intellectuel. Les prises de position politiques des chercheurs restent certes, à nos yeux, essentielles ; et ce que nous disions plus haut de la dé-naturalisation de certains objets comme la prison relève bel et bien d’une forme vivace de critique. Mais il ne s’agit plus de croire que l’intellectuel change le monde parce qu’il le comprend mieux que quiconque. Il est au contraire devenu crucial d’interroger à nouveaux frais l’articulation entre les savoirs scientifiques et les savoirs dits « ordinaires » pour repenser la figure de l’intellectuel engagé.

Savoir scientifique / connaissance ordinaire : quelle complémentarité ?

20C’est dans un ouvrage ancien mais roboratif que le politiste Charles Lindblom et l’historien David Cohen (1979) répondent à cette question, et donnent quelques pistes pour calmer le mécontentement récurrent des commanditaires qui ne savent pas comment intégrer les connaissances scientifiques à leur action, et celui des chercheurs qui se plaignent de la faible place accordée à leurs travaux dans les prises de décision. En s’inspirant de ce que relève Hélène-Yvonne Meynaud de sa position de sociologue en entreprise, on pourrait dire que les savoirs en sciences humaines sont surtout sollicités lorsque les acteurs font face à des problèmes concrets et quotidiens. Mais l’erreur serait de considérer que les sciences humaines sont la seule source de savoir légitime et/ou utile pour résoudre ces problèmes. Les savoirs produits par les sciences humaines doivent absolument se penser comme complémentaires des autres sources de savoir (en particulier la connaissance ordinaire, issue de l’apprentissage collectif, de la routine, ou de la coopération entre acteurs sociaux).

21Pour délimiter les sphères de pertinence des savoirs en sciences humaines, et s’épargner ainsi les déconvenues propres aux ambitions mal placées, Lindblom et Cohen recommandent de renoncer à deux illusions : celle d’un monopole du savoir et de la vérité, mais aussi celle du « rapport » pouvant modifier les idées communes des décideurs. L’influence des sciences humaines doit se comprendre dans une perspective plus large : parce qu’elles aident surtout à douter, à questionner nos idées, nos évidences et nos catégories, elles doivent composer avec celles des acteurs, issues du sens commun, des habitudes, routines et des négociations quotidiennes de l’action. Plus encore, elles doivent prendre appui dessus, sans quoi leurs enquêtes ou leurs théories resteront déconnectées des questions que se posent les acteurs, et seront ainsi sans effets.

22Par ailleurs, les chercheurs vivent parfois dans l’illusion du rapport. Les plaintes récurrentes sur les « rapports dans le placard » nourrissent une forme de réalisme désabusé sur l’impact que peuvent avoir (ou pas) les travaux de chercheurs sur la décision politique. Cette déception provient au fond d’une croyance simple selon laquelle un seul et unique rapport, fondé sur des méthodes scientifiques, pourrait modifier les perspectives courantes des acteurs et des décideurs. Elle procède, autrement dit, d’une mécompréhension de la façon dont les idées changent. Ce n’est pas un rapport, contre-intuitif et reposant sur la seule autorité scientifique, qui pourra modifier les opinions, mais bien l’accumulation de résultats convergents qui, au bout d’un moment, infléchira les idées les plus ancrées dans la routine. Lindblom et Cohen montrent ainsi que les sciences sociales ne peuvent jouir d’une « autorité indépendante », qui proviendrait uniquement de la scientificité de leur démarche. Si les questionnements, les hypothèses, voire les « résultats », des sciences humaines n’entrent pas dans une logique cumulative et ne font pas écho aux connaissances ordinaires, ils resteront sans influence.

23Puisque l’utilité des sciences humaines dépend avant tout de leur articulation avec d’autres sources de savoir, Lindblom et Cohen promeuvent ce qu’on pourrait appeler, dans une perspective pragmatiste, des enquêtes coopératives. Notre cycle de journées d’étude sur les publics qui font usage des sciences humaines s’inspire de ce principe pragmatiste, qui questionne, sans les niveler pour autant, les relations entre savoirs scientifiques et savoirs ordinaires. « La production de connaissance est un travail collectif, et qui ne se réduit pas aux seuls chercheurs » (Callon, 1999, p. 71). Elle s’appuie aussi sur les « utilisateurs et les intermédiaires, dont les idées, les techniques de mesure et les réactions contribuent constamment à la dynamique des connaissances » (ibid.). Le chercheur, telle une « abeille butineuse », se fait porteur de projets, diffuseur d’expériences qu’il estime moralement ou politiquement souhaitable de dupliquer, entrepreneur de nouveaux dispositifs moraux et politiques.

  • 3  Il faut bien avouer que le terme pour désigner les individus, organisations ou institutions qui fo (...)

24Dans cette perspective d’inspiration pragmatiste, le travail du chercheur consiste à coproduire l’action, coopérer à la mise en forme du social, toujours en étroite articulation avec les enjeux portés par les acteurs. Mais comment justifier, d’un point de vue éthique, le choix de tel ou tel projet ? Nous réservons cette question à l’avant-propos du troisième hors-série, et nous contentons, ici, de souligner l’importance d’une réflexion sur les relations que tissent les chercheurs en sciences humaines avec la connaissance ordinaire qu’ont les acteurs, puisque le fruit de cette réflexion influe sur la posture à adopter vis-à-vis des « utilisateurs » de leurs productions3.

Il faut institutionnaliser la question des usages

25S’interroger sur la place des sciences humaines dans une société démocratique, c’est au fond se demander comment faire pour que l’ensemble de la société puisse partager et s’approprier les connaissances produites par les chercheurs. Les réponses, toujours locales, nécessitent sans doute d’en passer par certaines dichotomies héritées des années 1960-1970, mais depuis largement floutées. Il serait temps de clarifier la réflexion, non pas en assénant des réponses définitives, mais en institutionnalisant la question elle-même.

26Cette institutionnalisation peut passer par la constitution de modules d’enseignement. Le récent rapport d’étape du Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (2010, p. 24-26) préconise une initiation à l’« utilité » et au « sens » des sciences humaines le plus tôt possible dans la formation des étudiants. Et les auteurs de lister les enjeux sociaux, économiques, environnementaux, dans lesquels les sciences humaines sont amenées à apporter leur pierre à l’édifice : mondialisation, crise économique, enjeux environnementaux, etc. Cette proposition nous paraît intéressante, mais encore trop large. Que peut bien vouloir dire le « sens » des sciences humaines, et quelle signification attribuer ici à la notion d’« utilité » ? Sans prendre appui sur des récits d’expérience et des axes problématiques (formats d’expression des chercheurs, typologie de leurs publics, définition de leurs compétences et de leurs savoirs, etc.), ne risque-t-on pas de n’offrir que bons sentiments et pétitions de principe aux étudiants ?

27Si nous abondons dans le sens d’une sensibilisation précoce de ces derniers à la question de l’utilité, nous serions tentés de proposer un enseignement qui commencerait par prendre appui sur les nombreuses réflexions qui ont pu être publiées par des chercheurs sur l’utilité de leur discipline, puis sur les usages multiples qui sont faits des travaux des sciences humaines, et enfin sur la portée et les limites de ces usages. Institutionnaliser la question par l’enseignement, ce ne serait pas uniquement valoriser les sciences humaines en montrant la diversité de leurs usages, mais introduire à un espace problématique, où les réponses ne sont jamais données une fois pour toutes.

28Cette question de l’utilité est déjà plus ou moins problématisée et systématisée selon les disciplines, en fonction de leur degré de formalisation et leur légitimité dans le champ de l’expertise. L’économie fait, à ce titre, figure de dominante parmi les sciences humaines. L’importance de la question varie aussi en fonction de l’histoire propre à chaque discipline. L’anthropologie apparaît, de ce point de vue là, comme une discipline exemplaire, celle-ci s’étant largement structurée autour du pouvoir colonial et de ses séquelles. Un enjeu central depuis les années 1980 est donc le rapport que les anthropologues entretiennent avec les politiques dites du « développement » et de l’« humanitaire » (Atlani-Duault et Vidal, 2009, p. 17-40). La development anthropology est née au cours des années 1980, grâce à l’intérêt croissant que les ONG et les agences de développement, confrontées à l’échec de leurs actions, lui ont porté, et en lien avec la montée en force de l’idée de participation. Mais ce nouveau type d’engagement de certains anthropologues fait l’objet de virulentes critiques. Il ne nous appartient pas de trancher, mais simplement d’encourager la thématisation et l’institutionnalisation de ces controverses qui manifestent parfaitement quels peuvent être les usages politiques et civils des sciences humaines et les limites de ces usages.

29Des enseignements devraient donc être dédiés à la question de ces usages, a fortiori dans les disciplines qui ne mènent pas, pour l’heure, cette réflexion, et ignorent (ou feignent d’ignorer) leurs possibles effets. Institutionnaliser la question des usages et de l’utilité signifie aussi assurer les conditions de sa continuité et de sa cumulativité. La bibliographie sur cette question est extrêmement abondante ; pourtant, aucun manuel n’existe sur ces questions, aucune rubrique stable n’existe dans des revues. Des tentatives, anciennes ou récentes, ont déjà eu lieu, sous forme de colloques ou de séminaires. Des revues ont tenté de proposer une réflexion suivie, comme Sociologie du travail (Comité de rédaction éd., 1999 et 2000). Chaque discipline a produit ses ouvrages sur la question, proposant de multiples réponses. Mais nous aimerions contribuer à fédérer ces questionnements épars, qui méritent, selon nous, une sorte de lieu-ressources organisant, de façon régulière, la réflexivité collective, créant ainsi un espace commun de questionnement, au-delà, bien entendu, des clivages disciplinaires.

30Il manque bel et bien un lieu pérenne, réunissant chercheurs et utilisateurs, afin de confronter le rapport des premiers à l’action et le rapport des seconds aux savoirs disciplinaires. Il pourrait s’agir d’un observatoire des usages des sciences humaines, qui publierait régulièrement un rapport compilant diverses expériences d’utilisations des sciences humaines, tout en servant aussi d’indicateur ou de veille sur les formes d’autonomie/hétéronomie de la recherche par rapport aux commandes de court terme. Il conviendrait parallèlement de constituer un fonds documentaire consistant, qui centralise la littérature sur l’utilité, l’engagement, les usages et la critique produite par les sciences humaines.

31Quelle qu’en soit la forme, ce lieu n’aurait pas pour fonction de produire des spécialistes des usages des sciences humaines ni de chercher à imposer des usages dominants ou à produire des normes déontologiques. Il serait un réservoir commun d’expériences, dans lequel chacun pourrait puiser quand il s’interroge sur les effets de ces sciences. Il constituerait une sorte de patrimoine des usages, toujours en formation et le plus pluridisciplinaire possible. Cette perspective est sans doute encore floue et seulement programmatique, mais nous tenons à partager cette hypothèse et à soumettre publiquement ce projet.

32Ce cycle est donc pour nous l’occasion de réfléchir à d’éventuelles formes d’organisation continue de cette question. Il se poursuit ainsi par un deuxième volume, où sont publiées les journées consacrées d’une part aux « sciences sociales dans le monde de l’entreprise » (15 octobre 2009) et d’autre part à l’utilité et aux usages de la géographie dans diverses sphères de l’espace public (4 février 2010). Ces journées et la publication de ce numéro sont entièrement financées par l’ENS de Lyon, partenaire privilégié qui nous soutient depuis le départ, et que nous remercions chaleureusement. Nous remercions également La vie des idées (www.laviedesidees.fr) et le magazine Sciences Humaines, qui diffusent le plus largement possible nos initiatives. En attendant la publication du troisième volume l’année prochaine, qui portera sur les relations entre art contemporain et sciences humaines, et sur la place de l’économie dans l’action publique, nous espérons que ce deuxième hors-série répondra aux questions et aux attentes de nos lecteurs, et, pourquoi pas, déplacera leurs perspectives et engendrera chez eux de nouvelles interrogations sur la place des sciences humaines en régime démocratique.

Haut de page

Bibliographie

Aghion Philippe, 2010, L’excellence universitaire : leçons des expériences internationales [en ligne], rapport d’étape de la mission Aghion à Mme Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, [URL : http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2010/61/5/Mission_Aghion_Rapport-etape_135615.pdf], consulté le 18 avril 2010.

Atlani-Duault Laurence et Vidal Laurent éd., 2009, Anthropologie de l’aide humanitaire et du développement. Des pratiques aux savoirs, des savoirs aux pratiques, Paris, Armand Colin.

Caillé Alain et Chanial Philippe éd.,2009, numéro thématique « L’Université en crise. Mort ou résurrection ? », Revue du MAUSS, no 33.

Callon Michel, 1999, « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, vol. 41, no 1, p. 65-78.

Castel Robert, 2000, « La sociologie et la réponse à la “demande sociale” », Sociologie du travail, vol. 42, no 2, p. 281-287.

Comité de rédaction éd., 1999, dossier « L’engagement du sociologue », Sociologie du travail,vol. 41, no 1, p. 63-103.

Comité de rédaction éd., 2000, dossier « L’engagement du sociologue », Sociologie du travail,vol. 42, no 2, p. 281-311.

Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales, 2010, Pour des sciences humaines et sociales au cœur des universités [en ligne], rapport d’étape à Mme Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, [URL : http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Rapport_CDHSS/33/8/CDHSS-version14janvier2010remiserapport_133338.pdf], consulté le 18 avril 2010.

Dubar Claude, 2002, « Les tentatives de professionnalisation des études de sociologie : un bilan prospectif », À quoi sert la sociologie ?, B. Lahire éd., Paris, La Découverte, p. 95-115.

Fossier Arnaud et Gardella Édouard, 2009, « Les sciences humaines au miroir de leurs publics », Tracés, hors-série, p. 5-18.

Lindblom Charles E. et Cohen David K., 1979, Usable Knowledge, Social Science and Social Problem Solving, New Haven - Londres, Yale University Press.

Piriou Odile, 2006, La face cachée de la sociologie. À la découverte des sociologues praticiens, Paris, Belin.

Rousso Henry, 1984, « L’histoire appliquée ou les historiens thaumaturges », Vingtième siècle, no 1, p. 105-122.

Sainsaulieu Renaud, 1985, « Exercice professionnel de la sociologie. Conséquences pratiques et théoriques », Du discours à l’action. Les sciences sociales s’interrogent sur elles-mêmes, J.-P. Boutinet éd., Paris, L’Harmattan, p. 122-136.

Haut de page

Notes

1  Si le débat sur les conséquences et du mouvement et de la réforme, dont la Revue du MAUSS, entre autres, s’est faite le relais (Caillé et Chanial éd., 2009), fut d’une très grande richesse, la réflexion collective semble s’être malheureusement tarie depuis, si l’on excepte, bien entendu, les initiatives locales (le séminaire alternatif « Politiques des sciences », tenu à l’EHESS entre novembre 2009 et mai 2010 en est un bon exemple, voir [URL : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2009/ue/977/]), ou le manifeste d’une dizaine de présidents d’université appelant, en décembre 2009, à revaloriser et refonder l’enseignement des sciences humaines et sociales à l’Université [en ligne] [URL : http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/071209/pour-un-manifeste-des-sciences-humaines-et-soci], consulté le 15 avril 2010. Il est par ailleurs révélateur de voir comment l’actuelle « littérature grise » des rapports ne mentionne que du bout des lèvres le mouvement de protestation de 2009, qui s’était pourtant rapidement métamorphosé en force de propositions.

2  L’Association française de sociologie (AFS), par exemple, abrite en son sein des sociologues « praticiens », réunis dans le Comité d’action de sociologie professionnelle (CASP). On peut également songer aux tentatives plus anciennes, autour du Centre d’études sociologiques entre 1978 et 1983, où chercheurs et non-chercheurs venaient discuter au cours de séminaires, ou au Centre de sociologie urbaine autour de Denis Duclos (Sainsaulieu, 1985). Plus récemment, dans la filiation de Renaud Sainsaulieu, s’organisent de tels échanges au sein de l’Association professionnelle des sociologues en entreprise (fondée en 1998), articulée à une revue de professionnels et de praticiens autour de l’entreprise, Sociologies pratiques.

3  Il faut bien avouer que le terme pour désigner les individus, organisations ou institutions qui font usage des sciences humaines est difficile à stabiliser, chacune des possibilités renvoyant à des univers différents. Le mot d’« utilisateur », repris à Michel Callon (1999), renvoie à l’univers des techniques. Nous avions utilisé celui de « public » dans le premier avant-propos (Fossier et Gardella, 2009), en référence au pragmatisme deweyen. D’autres termes sont envisageables mais contestables : « client » renvoie à la métaphore marchande ; « usager » fait de la recherche un service public homogène. Nous ne privilégions pas ces deux derniers termes, parce qu’ils sont trop restrictifs. Les deux premiers nous semblent au contraire capables d’embrasser la diversité des usages possibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Fossier et Édouard Gardella, « Avant-propos. Démocratiser les sciences humaines », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/4658

Haut de page

Auteurs

Arnaud Fossier

Doctorant en histoire médiévale au CIHAM (Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, CNRS, EHESS, ENS de Lyon, Université Lyon 2) et ATER à l’Université Paul Verlaine de Metz.

Articles du même auteur

Édouard Gardella

Doctorant en sociologie à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS, Paris Ouest, ENS Cachan) et AMN à l’ENS Cachan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page