Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Avant-propos

Avant-propos. Les sciences humaines au miroir de leurs publics

Arnaud Fossier et Édouard Gardella
p. 5-18

Texte intégral

Des sciences invisibles ?

  • 1 Notons la réactivation récente, en septembre 2009, par le ministère de l’Enseignement supérieur et (...)

1Le cycle « À quoi servent les sciences humaines » part d’un paradoxe concernant la place des sciences humaines dans l’espace public. D’une part, elles sont rendues invisibles non seulement par la croyance encore tenace que ce sont des sciences « molles » et « inutiles », souvent réduites à une simple « culture générale », mais également par l’étanchéité entre le monde de la recherche et la sphère médiatique, et par la difficulté qu’elles ont à se vulgariser aussi facilement que les sciences expérimentales. D’autre part, la demande sociale de production de ces savoirs n’a jamais été aussi forte, que ce soit de la part des décideurs politiques et économiques, des associations, des entrepreneurs, des militants, des artistes. Ainsi, la réussite des cabinets de conseil, la multiplication des divers observatoires publics (nationaux, régionaux ou municipaux) ou associatifs (l’Observatoire international des prisons), la floraison des directions d’études économiques internes aux entreprises, le développement des « recherches-actions » (où la recherche menée a une visée d’amélioration locale d’une pratique, éducative par exemple) et même la diffusion du storytelling dans nombre de pratiques de management, entre autres exemples, tendent à prouver « l’utilité » des sciences humaines. Autrement dit, d’un strict point de vue social et économique, il existe bel et bien une « demande »1 !

  • 2 Cette tendance semble analogue à ce qui s’est produit en Amérique du Nord, à la fin des années 1970 (...)

2Comment se positionner face à ce paradoxe ? Et, surtout, pourquoi prendre position ? Parce que nous percevons, parmi les doctorants et jeunes docteurs en sciences humaines dont nous faisons partie, une certaine préoccupation quant à l’avenir de l’enseignement et de la recherche dans nos disciplines. Ce sentiment d’inquiétude est partiellement dû à l’illisibilité de notre avenir institutionnel, sur lequel pèse une incertitude : baisse du nombre de postes, difficultés à convertir nos diplômes sur le marché du travail, mais aussi méconnaissance des diverses façons dont peuvent être utilisés nos travaux2.

3Face à ces mutations, le cycle, que nous ouvrons avec la publication, dans ce volume, de ses deux premières journées, trouve son origine dans la volonté de dynamiser la recherche en sciences humaines et sociales et d’en montrer toutes les potentialités. Nous partons de la conviction qu’il y a une grandeur intrinsèque à étudier, enseigner et pratiquer les sciences humaines. Parmi les diverses façons de l’affirmer, nous en avons choisi une particulière : explorer les nombreux univers sociaux qui s’emparent des productions de sciences humaines, qui s’enthousiasment à leur lecture, qui les critiquent, qui les instrumentalisent, qui les bricolent. Nous mettons donc de côté momentanément les enjeux épistémologiques ainsi que la réflexion sur les valeurs que doivent défendre les sciences humaines, pour les retrouver au bout du périple, avec, nous l’espérons, un regard rafraîchi. Pour cela, nous prenons le pari de faire un détour, réflexif et militant : recueillir une masse conséquente de témoignages sur les usages des sciences humaines et sociales afin, nous l’espérons, de les valoriser dans l’espace public, c’est-à-dire de créer les conditions de possibilité de leur plus grande visibilité et de leur partage. Nous ne nous reposons pas uniquement sur la réflexivité des chercheurs discourant sur les potentialités, civiques et/ou émancipatrices, de leurs sciences, mais décidons de partir de cas où les sciences humaines sont mobilisées par des personnes, associations ou institutions se situant en dehors du monde académique.

Publics et usages

4Au-delà d’une interrogation abstraite sur l’utilité des sciences humaines en général et sur leur prétendue potentielle performativité, nous avons l’intention d’aller voir de plus près. L’enjeu premier de ce cycle est de décrire la manière dont les pratiques des sciences humaines se trouvent concrètement injectées dans divers domaines sociaux, culturels, économiques et politiques. Nous refusons de réduire le débat sur l’utilité des sciences humaines à la seule question de leur « fonction », politique, critique, économique, managériale, ou gestionnaire. Raisonner en termes de « fonctions » restreindrait en effet les usages de ces sciences à une stricte réponse à des « besoins » préexistants. D’un côté, nous ne voulons pas réduire le champ d’exploration de ces usages à la « science pour la science », autrement dit à la définition par les chercheurs eux-mêmes de leurs questions de recherche et de leurs fonctions (ce qui est proche de ce qu’on appelle, dans le milieu académique, « l’autonomie »). De l’autre, nous ne voulons pas tordre le bâton dans le sens inverse d’une « hétéronomie » qui ferait des sciences humaines uniquement des techniques d’information, des moyens neutres qui ne serviraient qu’à répondre à des besoins définis en dehors du monde de la recherche (comme dans les situations de consulting). Au lieu de se crisper sur l’autonomie du champ, ou de vendre de façon démagogique des sciences humaines auxiliaires du management, il nous semble nécessaire de décrire les diverses expériences se situant entre ces deux pôles extrêmes, sans pour autant d’emblée disqualifier l’un ou l’autre. Les sciences humaines peuvent être leur propre fin, elles peuvent aussi servir uniquement de moyens. Mais entre les deux, il existe de nombreuses situations où fins et moyens sont flous, mouvants, dynamiques.

  • 3 En montant ce cycle, à la fin de l’année 2007, nous nous sommes inspirés de l’initiative d’Olivier (...)

5Pour explorer et préciser les contours de ces zones intermédiaires, hybrides, nous préférons raisonner en termes de « publics ». Les « publics » désignent l’ensemble des personnes, collectifs ou institutions (associations, État, citoyens, entrepreneurs, partis politiques…), qui se sentent concernés par les sciences humaines, et qui mobilisent leurs travaux pour mener des actions qui ne relèvent pas de la seule recherche et dont la finalité n’est pas nécessairement clairement arrêtée. Nous avons donc décidé d’aller à la rencontre de ces publics, sans frontières tracées a priori. L’ambition et l’originalité de notre projet consistent à donner la parole aussi bien aux chercheurs qu’aux non-chercheurs utilisant les sciences humaines3. En réunissant ces divers publics, nous souhaitons rapporter le plus grand nombre d’articulations existant entre monde académique et activités extérieures à la recherche, via des descriptions de cas situés, des explicitations d’expériences de coopération et de concurrence, de tensions entre différents rôles et différents statuts, de problèmes ou de réussites, totales, locales, partielles, voire insatisfaisantes. Nous avons pensé, entre autres, aux figures de chercheurs ayant eux-mêmes débordé leur propre champ d’activité. Certains, par exemple, occupent un poste, parfois à plein temps, en dehors des instituts de recherche publics, mais ce, dans le prolongement de leurs recherches. D’autres s’engagent dans une association afin d’y tenir un discours critique informé par leurs travaux. D’autres encore ne sont pas des chercheurs académiques, mais mobilisent tout de même les sciences humaines pour théoriser leur pratique de professionnel. Ces expériences peuvent déjà faire l’objet d’entretiens ou de récits, mais leur publication est éparse. L’enjeu de notre cycle est de commencer à rassembler ces récits singuliers dans une série continue, afin de contribuer à une tâche que nous estimons encore trop peu développée : rendre visibles nos publics, en clarifiant avec eux les circonstances dans lesquelles ils font usage des sciences humaines et sociales et en explicitant les conséquences de ces usages.

6On l’aura compris : plutôt que de voir les sciences humaines comme un domaine homogène et unifié de savoirs qui s’articuleraient avec harmonie, plutôt que de fournir une grille de critères caractérisant épistémologiquement ces sciences, nous allons présenter des lieux et des moments où les frontières entre le monde académique et le monde non académique ne sont pas toujours clairement établies. Sans présager d’autres enjeux qui émergeront au fil des journées à venir, il nous semble que, à l’aune des deux premières journées que nous publions dans ce hors-série, quatre axes d’observation se dégagent : la question des compétences pour lesquelles les sciences humaines sont sollicitées ; la question des lieux, plus ou moins institutionnalisés, où s’épanouissent ces usages ; la question des formats d’expression dans lesquels se coulent les sciences humaines lorsqu’elles sont utilisées hors du champ académique ; et la question des relations de pouvoir qui se jouent entre les acteurs impliqués dans ces usages. Ces questions sont ici simplement posées, elles trouveront des illustrations précises dans les introductions et les interventions de chaque journée thématique.

Compétences et publics

7Qu’attend-on au juste des sciences humaines ? Attend-on des techniques de prélèvement et d’organisation de l’information ? Fait-on appel à des « ouvreurs de questions » ? Des « modificateurs de regard » ? Ce n’est pas en se cachant derrière l’argument de la défense de la « culture générale », terme bien vague à nos yeux, dont la puissance d’évocation et de conviction publiques s’est sans doute émoussée, que nous parviendrons à expliciter la valeur (économique, politique, morale) effective du savoir produit par ces sciences, ni même à réfléchir à la crise qui touche depuis plusieurs années l’Université et la recherche dans ce domaine. Sollicite-t-on la personne diplômée, que l’on présume polyvalente et que l’on formera ensuite « sur le tas », ou bien des capacités très particulières ? Autrement dit, fait-on appel à des diplômes, à une formation généraliste (comme c’est le cas pour le philosophe travaillant dans une banque), ou bien à des compétences techniques précises, mais remobilisables en contexte (conseiller historique sur un film, audit dans une entreprise) ?

8En France, il semblerait que le savoir-faire propre aux sciences humaines, les techniques de production d’informations qui sont utiles aux prises de décision stratégiques, ou bien les connaissances scientifiques utiles au scénario d’un film par exemple, soient privilégiés. Dans le monde anglo-américain, en revanche, une moindre importance serait accordée à la spécialisation, lorsqu’il s’agit d’embaucher quelqu’un en entreprise. Le diplôme serait davantage valorisé comme « signal » de compétences telles que la capacité d’adaptation ou d’apprentissage rapide, les qualités de rédaction et de synthèse de l’information. Une liste des compétences acquises dans les cursus et la pratique des sciences humaines, mobilisées par des acteurs extra-académiques, semble difficile à établir, notamment dans un milieu qui, selon nous, rechigne trop souvent à valoriser la dimension technique du métier de chercheur, pour en faire un homologue de l’artiste qui exprime sa « vision du monde ». Il nous paraît cependant nécessaire de s’essayer à cet inventaire : la capacité rhétorique d’organisation des connaissances, d’argumentation et de mise en récit ; les techniques d’enquête, autant qualitatives (études d’archives, entretiens, observations, etc.) que quantitatives (montage et analyse d’un questionnaire, analyse de réseaux, etc.) ; la capacité à modéliser la réalité, en la simplifiant et en recherchant des explications ; la capacité à poser des problèmes encore inaperçus ou mal articulés, grâce aux connaissances de terrain, aux mobilisations de théories et à la maîtrise des techniques d’enquête ; la capacité à répondre simplement à une question complexe – ce qui définit le rapport d’expertise (Wolton, 2002).

9Cette simple liste, évidemment non exhaustive et dressée uniquement à titre d’hypothèse(s), permet de poser la question de la « professionnalisation » des sciences humaines, non plus au sein du champ académique (nous l’estimons acquise : la recherche en sciences humaines est, et doit rester, un statut reconnu, avec un contrat de travail à durée indéterminée, des évaluations pour le recrutement, des canons méthodologiques partagés), mais hors du champ académique ou à l’interface entre recherche académique et un univers social. Cette question concerne les chercheurs titulaires, qui, temporairement, peuvent répondre à un appel d’offres (passé par le service d’études d’un ministère, par une collectivité locale, ou par une entreprise), entrant ainsi dans une relation d’expertise avec un commanditaire, lequel a délimité un ensemble de questions et attend, en principe, une réponse argumentée, empiriquement fondée et aussi claire que possible. Mais elle se pose aussi et surtout pour les jeunes chercheurs qui ne trouvent pas de poste dans le monde universitaire, et se dirigent souvent, par défaut pour certains, vers les métiers du conseil. Dans quel « format » s’effectue le passage d’un travail de sciences humaines à l’action ? Et où s’effectuent ces transitions entre recherche et « monde professionnel » ?

Les formats d’expression

10Quelles formes prennent les sciences humaines lorsqu’elles sont mobilisées en dehors du champ académique et universitaire ? Un livre de synthèse de plusieurs travaux ? Un article scientifique ? Un essai de vulgarisation ? Un essai prospectif ? Un rapport contenant des recommandations ? Un simple PowerPoint résumant des problèmes en quelques slides bien aérés ? Nous parlerons de « formats d’expression » pour désigner les types de discours attendus des chercheurs, hors des murs de l’Université, et de « rôles », parfois joués par les chercheurs, hors des mêmes murs : conseil, témoignage, expertise, etc. Qu’il s’agisse d’une utilité pratique immédiate (dans le cadre, par exemple, d’un réaménagement urbain voulu par les pouvoirs publics) ou d’un rôle critique et civique (dans le cadre de tribunes médiatiques ou de textes d’intervention dans la presse), le problème pour les professionnels des sciences humaines est toujours d’être intelligibles. Aussi la notion de traduction nous semble-t-elle fondamentale, parce qu’elle permet d’étudier le passage d’une scène à l’autre, le glissement du langage scientifique à d’autres modes de discours et d’action. Par quels langages les sciences humaines coopèrent-elles avec les militants d’une association, avec les chargés de communication d’un gouvernement, avec des syndicalistes, ou avec un cinéaste ?

11Au terme de « traduction », certains préféreront peut-être celui de « transposition ». Gérard Noiriel, dans sa contribution, essaie ainsi de « transposer » son savoir d’historien de l’immigration en un langage artistique, celui de la mise en scène théâtrale. Certains chercheurs américains sont appelés facilitators, parce qu’ils aident les gens, par exemple dans leur effort de construction d’une mémoire collective. Ils se font donc « médiateurs » entre savoir universitaire et identité citoyenne. Traduction, transposition, médiation : le rôle du chercheur peut consister à mettre au service de questions extra-académiques ses compétences spécifiques. Mais, et ce rôle est parfois lié au précédent, il peut aussi consister à éclairer l’espace public et amener certains problèmes encore peu discutés sur le devant de la scène publique, qu’elle soit professionnelle, associative, ou politique. Comme l’explique Noiriel, tous les nouveaux chantiers de recherche historique du xxe siècle (immigration, ouvriers, femmes, Shoah, etc.) ont été ressaisis sous forme de « problèmes publics » et ont même, parfois, donné lieu à des actions politiques et des réactions conflictuelles, comme à l’occasion de la création de la Cité nationale de l’immigration. Éclairer et traduire, c’est donc rendre publics des problèmes qui avaient été trop longtemps réservés au cercle restreint des professionnels de la recherche. Ces éclairages sont rarement neutres ; aussi faut-il s’attacher aux nuances et aux demi-teintes pour en saisir toute la portée. Comme le rappelle Gilles Chantraine dans ce numéro, produire un savoir consiste aussi à adopter un point de vue qui ne soit pas celui du pouvoir, et par là même critiquer ce dernier dans ce qu’il a d’aveugle, en critiquer les impensés. S’il est une fonction « critique » des sciences sociales, elle se situe donc dans la capacité qu’ont celles-ci à « dénaturaliser » leurs objets d’étude, à en restituer la complexité, peut-être même à en montrer l’arbitraire. Les chercheurs sont invités à « ouvrir des questions » que le pouvoir politique ne peut se poser.

12À ce format d’expression critique, que certains auteurs appellent « expertise instituante » (Delmas, 2001), ou « auto-instituée » (Damamme et Lavabre, 2000) parce qu’elle se déroule hors de toute commande explicite et rémunérée, faudrait-il opposer l’expertise mandatée, qui serait vue comme simple complice du pouvoir mandataire ? La réponse est non, comme l’ont montré les deux premières journées de ce cycle. Le spectre de l’expertise est suffisamment large pour que nous ne raisonnions pas comme si d’un côté, des chercheurs « de gauche » électrons libres traçaient une voie critique, et de l’autre, des chercheurs « de droite » se conformaient étroitement aux commandes d’État ou du marché. L’expertise se veut réponse à une demande sociale, produite à partir d’un savoir construit scientifiquement. On ne saurait donc la réduire à une démarche utilitariste ou à une conception instrumentalisatrice du savoir, même si nous ne dénions pas qu’elle puisse jouer ce rôle dans certains cas. Combien d’articles scientifiques ou même d’ouvrages critiques tirent leurs matériaux bruts de réponses à des appels d’offres ou à des commandes institutionnelles ? Nombre de chercheurs en sciences humaines ont besoin d’accéder à des données ou à un terrain. Or, il est courant que l’institution ouvre l’accès à ses matériaux en échange d’un rapport de commande. Les traductions du monde de l’expertise, extra-académique, et du monde académique se font en même temps que les allers-retours entre les deux mondes. La question de la traduction est donc solidaire de celle des passerelles existant entre les lieux institutionnels.

Des lieux plus ou moins institutionnalisés

  • 4 Il s’agit d’un indicateur statistique élaboré en 2005, destiné à mesurer la valeur académique d’un (...)

13Où peuvent se rencontrer les sciences humaines et leurs publics, au-delà de la seule vente de livres et des seules conférences ? À l’Université ? Au sein de laboratoires de recherche du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ? Rappelons, d’une part, la méfiance traditionnelle des chercheurs en sciences humaines vis-à-vis de l’intrusion des acteurs privés dans l’organisation et le financement de leurs recherches (d’où la radicalité de la contestation contre la loi de réforme des universités, dite « d’autonomie »), lesquels acteurs privés peuvent aussi manifester une faible compréhension des exigences propres à la recherche en sciences humaines ; d’autre part, la faible reconnaissance, dans les carrières académiques, des activités de valorisation pratique et de vulgarisation des recherches. L’activité de valoriser ses travaux en dehors de la sphère académique n’est pas à notre sens assez reconnue dans les critères d’évaluation. Et la tendance actuelle, qui consiste à individualiser la recherche et à réduire la qualité des chercheurs à leur seul h-index4, risque de renforcer cette logique séparant la recherche et les enjeux pratiques non académiques. Ce qui constitue une menace puissante pour les sciences dont la légitimité scientifique tend à être remise en cause. Il est donc compréhensible que les lieux de transition entre la recherche et l’action, les « passerelles », pour reprendre la formule proposée par Christophe Robert dans ce hors-série, existent en dehors du monde académique et connaissent un processus d’institutionnalisation.

14Certains lieux n’institutionnalisent pas l’intervention des chercheurs en dehors du monde académique ; ils n’en constituent qu’un moment ponctuel. Le tribunal, à l’occasion par exemple du procès d’une personne jugée pour des crimes « historiques », ou les médias en général (outre les quelques magazines de vulgarisation) sont des lieux de transition entre recherche académique et usages non académiques qui sont peu institutionnalisés. Existe-t-il des chercheurs, reconnus comme tels par leurs pairs, rémunérés uniquement par le ministère de la Justice, ou uniquement membres actifs du comité de rédaction d’un média ?

15Il reste que le monde médiatique occupe une place particulière dans cette cartographie des lieux institutionnels de transition. Quand bien même la figure de l’intellectuel total semble révolue, le terrain d’expression par excellence, pour les chercheurs qui changent de registre et s’engagent de manière citoyenne sur un problème de société contemporain, reste médiatique. D’autres lieux, en revanche, se sont institutionnalisés durablement pour organiser cette rencontre : certaines associations financent en leur sein des services d’études (la Fondation Abbé Pierre) ou de « recherches-actions » (l’association de santé communautaire Cabiria), pour ne parler que des associations qui ont participé à ces journées de conférences ; les ministères ont développé leur « fonction recherche » depuis les débuts de la Cinquième République (Bézès et al., 2005), organisant des espaces interstitiels entre administration et monde académique, et construisant la figure du « chercheur officiel » ; les cabinets de conseil se sont amplement développés, notamment dans le secteur de l’évaluation des politiques publiques, rendue obligatoire par la Lolf (loi organique relative aux lois de finance, août 2001), créant ainsi un vaste marché florissant.

  • 5 Nous avons néanmoins l’ambition, au terme de ce cycle, de proposer une typologie des lieux, compéte (...)
  • 6 Même si les termes diffèrent, cette distinction établie, comme dans les sciences dites « dures », e (...)

16Le moment n’est pas venu de modéliser les relations existant entre ces lieux de transition, les diverses compétences qui y sont mobilisées, les formats d’expression utilisés et les relations de pouvoir qui s’y dessinent5. Mais il nous paraît important de suggérer dès à présent, pour mieux l’interroger à l’avenir, une articulation possible entre « recherche fondamentale » et « recherche appliquée » au sein des sciences humaines6. Ne pourrait-on pas imaginer des carrières qui alterneraient explicitement entre moment « instrumental » (quand le chercheur répond à une commande externe au monde académique) et moment « fondamental » (quand le chercheur théorise son matériau et en tire de nouveaux problèmes) ? Voire généraliser les organismes, solidement institutionnalisés et financés par plusieurs partenaires publics et privés, articulant les deux types de recherche en leur sein ? Il nous semble que certaines institutions pratiquent déjà ce genre de mélange, que « l’alternance » est déjà courante dans la carrière d’un chercheur, mais il nous semble aussi que le moment instrumental est soigneusement laissé dans l’ombre au sein du monde académique, lors de la publication académique et surtout de l’enseignement, alors qu’il s’agit d’un moment de clarification des enjeux théoriques. Ce n’est pas en séparant le monde de la recherche académique et le monde de la « science humaine appliquée » qu’on rendra service à l’une et à l’autre. Ce serait au contraire en imaginant de nouveaux lieux où les deux seraient possibles et reconnus à égales valeurs (économique, morale, politique).

17Il s’agit de mettre fin au débat caricatural opposant des « ingénieurs sociaux » (Pierre Bourdieu) sans recul sur leur pratique et avides de rentabilité financière à court terme, à des chercheurs enfermés dans leur tour d’ivoire et méprisant le sens commun. La recherche fondamentale, tant en sciences expérimentales, mathématiques qu’humaines, nécessite du temps, parce que, précisément, son caractère « fondamental » est conditionné par le fait que ses finalités sont indéterminées, qu’elle n’est donc pas orientée vers une efficacité prédéterminée. En sciences humaines, c’est en particulier le temps de la lecture qui est important. Mais cette recherche n’a pas intérêt à se couper des personnes qui appliquent ses résultats dans des visées plus ou moins directement instrumentales et pratiques. Il n’est pas de notre ressort de répondre à ce problème, mais nous espérons que les divers récits accumulés dans ces numéros hors-série livreront un matériau mobilisable pour réfléchir aux temporalités diverses des activités instrumentales et fondamentales, et montrer qu’aucune recherche, instrumentale ou fondamentale, digne de ce nom, ne peut s’accommoder d’un statut précaire, où l’avenir est frappé du sceau de l’incertitude.

Les relations de pouvoir et l’autonomie du champ

18Si tous les chercheurs que nous avons invités sont d’accord pour dire que la « tour d’ivoire » est une fiction, du moins une illusion, beaucoup tiennent à préserver les conditions d’épanouissement institutionnel et intellectuel de la recherche, en France ou à un niveau européen. Ce problème se pose selon nous au moins à deux niveaux : les conditions du travail intellectuel et le possible contrôle des usages de ce travail. On ne saurait aliéner le travail intellectuel en le réduisant à des commandes qui orienteraient propos, problématiques, démonstrations, recueil des données, administration de la preuve, etc. L’autonomie dont les chercheurs doivent disposer est avant tout la liberté de définir leurs questions de recherche. La possibilité de poser des problèmes qui ne sont pas nécessairement perçus ou même voulus par les acteurs sociaux (notamment les élites économiques, sociales, politiques) constitue une condition sine qua non de la recherche en sciences humaines. Elle garantit la bonne santé d’une société démocratique, non pas en tant que défense de « la culture » en général, mais en tant que manifestation du droit à enquêter librement, rigoureusement et éthiquement. Nous ne pouvons donc que nous inquiéter de la dépendance croissante des structures de recherche vis-à-vis des commandes – au fonctionnement encore opaque – qui leur sont passées. En valorisant la part instrumentale de nos sciences, nous ne sommes donc pas pour autant naïfs sur les relations de pouvoir qui peuvent se déployer. L’instrumentalisation des sciences humaines se fait parfois flagrante, quand un commanditaire ne donne pas accès à toutes les données au chercheur, quand son rapport de conseil ne sert qu’à attribuer une « caution scientifique » à des choix qui n’auraient de toute façon pas été remis en cause.

  • 7 Nous pouvons à ce propos mentionner linitiative du laboratoire junior MOSAP (Mobilisation de savoi (...)

19Cette question des conditions de la recherche est selon nous trop rarement reliée à celle du rapport qu’entretient le chercheur aux usages qui sont faits de ses travaux. Le degré d’implication et de participation des chercheurs aux prises avec des décisions politiques est ainsi rarement interrogé en tant que tel7. Le cycle que nous organisons a donc clairement pour objectif d’interroger les conséquences et les implications que les expertises des chercheurs peuvent avoir. Lors des procès de l’histoire dans les années 1980-1990, comme ceux de Barbie, Touvier ou Papon, les historiens convoqués en tant que « témoins » sont davantage intervenus comme « experts » et ont, qu’ils l’aient voulu ou non, fortement infléchi le cours et le sens même de ces procès. Cette ambiguïté en a gêné plus d’un, alors qu’aux États-Unis, il semble acquis et logique que les anthropologues ou les historiens mettent leurs compétences et leur savoir au service d’une cause, voire des parties d’un procès (Dumoulin, 2003 ; Rosner et Markowitz, 2009). La ligne de démarcation entre le champ universitaire et les usages publics des sciences sociales apparaît moins étanche.

20Malheureusement, lorsqu’une réflexion se dessine autour des expertises produites par les sciences humaines et sociales, on observe régulièrement un retour de la vieille dichotomie entre « champ scientifique » d’une part, et « sphère publique » d’autre part, comme si la séparation de ces deux domaines allait de soi. Sans faire une sociologie des sciences sociales, ce qui n’est ni le lieu ni le moment, on peut simplement espérer que le cycle rende artificielle cette coupure. Il n’y a pas d’un côté l’adresse aux pairs, et de l’autre la recherche qui manquerait de sérieux, mais permettrait d’arrondir les fins de mois. Pourtant, pour beaucoup d’universitaires, tout ce qui n’est pas pré-formaté selon les critères de scientificité habituels souffre encore d’un énorme déficit de crédibilité. On continue de considérer les activités extra-académiques comme des activités « parallèles », pour ne pas dire « clandestines », du chercheur, comme si la seule voie véritablement légitime était celle de l’Université, comme si le reste de la production scientifique, faite dans d’autres cadres, devait rester caché, dissimulé, ou non dit. Certains réflexes corporatistes et académiques continuent d’alimenter un repli des structures de recherche sur elles-mêmes, alors que celles-ci gagneraient à éclairer d’autres professionnels, des associations, ou les pouvoirs publics. Nous parions donc qu’il est possible de voir converger les intérêts de nos divers publics dans ceux de la recherche fondamentale et appliquée en sciences humaines, et réciproquement. Mais nous savons bien que cette convergence des intérêts ne se fera pas « naturellement », et qu’elle engage des relations de pouvoir. Il est simplement temps de cesser d’être frileux, et d’oser affirmer notre capacité à tenir à la fois la dimension appliquée et la dimension fondamentale de nos sciences.

21Notre avant-propos, essentiellement programmatique, ne vise pas à dégager des catégories générales de l’expertise ni à offrir un cadre de réflexion global, ou encore une typologie des usages et des publics des sciences humaines et sociales. Notre ambition n’était pas de mener une réflexion abstraite à ce sujet, mais simplement d’affirmer que « oui, ces usages existent, oui, ces publics existent ». Nous partons donc d’une double confiance : dans la nécessité de sciences humaines fondamentales, et dans leur capacité à être alimentées par, et à se traduire dans, leurs usages techniques et/ou démocratiques. À partir de là, il nous semble vain de se crisper sur les catégories traditionnelles d’« autonomie » ou d’« hétéronomie » du champ académique. Il nous paraît bien plus important d’observer comment le monde académique et le monde extra-académique échangent, s’alimentent, entrent dans des relations de constitution réciproque. Reconnaître cette interaction ne revient pas à vouloir dissoudre la science pour la science, dimension qui semble la plus menacée par les réformes actuelles. Mais assumer la possibilité « instrumentale » des sciences humaines pourrait contribuer à mieux faire comprendre la nécessité de recherches fondamentales dans nos disciplines. Il paraît alors souhaitable de mener directement l’enquête auprès de nos publics, pour éviter que le pouvoir politique et les exigences marchandes ne délimitent les enjeux des sciences humaines à notre place, voire les démantèlent à mesure de leur incompréhension ou de leur crainte de nos disciplines. Il s’agit donc d’expliciter les publics qui font usage des sciences humaines, les compétences multiples (techniques, critiques, politiques, gestionnaires) qu’ils en retirent, les formats que ces compétences utilisent, les lieux plus ou moins institutionnalisés où ces usages se font, et les relations de pouvoir qui s’y organisent.

22Pour commencer à donner chair à ces interrogations, nous publions dans ce hors-série les contributions des deux premières journées, qui ont eu lieu le 7 janvier 2009 autour du thème « Mémoires, justices et sciences sociales », et le 19 mai 2009 autour de la question « Sciences sociales et action publique », à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines (ENS LSH) de Lyon. Ce cycle résulte d’un partenariat avec l’ENS LSH, qui le finance entièrement, et avec deux « passerelles » qui, à nos yeux, symbolisent la possibilité de diffuser et de vulgariser les sciences humaines : le site La vie des idées (www.laviedesidees.fr) et le magazine Sciences humaines. Qu’ils soient ici sincèrement remerciés.

23Ce volume inaugure donc une série de quatre publications annuelles qui, nous l’espérons, constitueront un matériau contribuant à revigorer et renforcer les sciences humaines8.

Haut de page

Bibliographie

Bézès Philippe, Chauvière Michel, Chevallier Jacques, Montricher Nicole (de), Ocqueteau Frédéric éd., 2005, L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Paris, La Découverte.

Damamme Dominique et Lavabre Marie-Claire, 2000, « Les historiens dans l’espace public », Sociétés contemporaines, no 39, p. 5-21.

Delmas Corinne, 2001, « Pour une définition non positiviste de l’expertise (note de travail) », Cahiers politiques, p. 11-44.

Dumoulin Olivier, 2003, Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel.

Lahire Bernard, 2005, L’esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Novick Peter, 1988, That Noble Dream : the « Objectivity Question » and the American Historical Profession, Cambridge, Cambridge University Press.

Rosner David et Markowitz Gerald, 2009, « L’histoire au prétoire. Deux historiens dans les procès des maladies professionnelles et environnementales », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 56, no 1, p. 227-253.

Wolton Dominique, 2002, « L’administrateur et l’expert. Conclusions », Revue française d’administration publique, no 103, p. 483-486.

Haut de page

Notes

1 Notons la réactivation récente, en septembre 2009, par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, du Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales, présidé par Marie-Claude Maurel, directrice d’étude à l’EHESS et directrice du Cefres (Centre français de recherche en sciences sociales), censé œuvrer à la revalorisation de la recherche et de la formation en sciences humaines et sociales [en ligne] [URL : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid23414/conseil-pour-le-developpement-des-humanites-et-des-sciences-sociales-cdhss.html], page consultée le 16 septembre 2009.

2 Cette tendance semble analogue à ce qui s’est produit en Amérique du Nord, à la fin des années 1970. L’historien Peter Novick explique l’émergence de l’applied history (histoire appliquée) et de la public history (histoire publique) par la crise aiguë de l’emploi que les jeunes titulaires d’un doctorat d’histoire (ou d’anthropologie) ont alors rencontrée sur un marché universitaire en pleine récession (Novick, 1988). La comparaison est ici simplement suggestive, il ne s’agit pas de promouvoir un impossible décalque du système universitaire anglo-américain sur le système français. Il convient au contraire de rappeler les nombreuses différences qui séparent le système universitaire américain du système universitaire français. Ce dernier se caractérise notamment par une distinction entre « universités » et « grandes écoles », ainsi que par une spécialisation du diplôme du doctorat vers la recherche, tandis que dans le monde anglo-américain, le doctorat reste le plus haut diplôme possible, quel que soit le domaine d’activité, même en dehors de la recherche.

3 En montant ce cycle, à la fin de l’année 2007, nous nous sommes inspirés de l’initiative d’Olivier Martin, professeur de sociologie à l’Université Paris 5, qui anime un séminaire depuis 2006 intitulé « Les sciences sociales en société ». L’enjeu du séminaire est présenté ainsi : « Ce séminaire souhaite constituer un espace de discussion de travaux consacrés à l’analyse sociologique des “sciences sociales en société”, c’est-à-dire à la sociologie de la place, du statut, du rôle, des usages et des effets des sciences humaines et sociales dans les sociétés contemporaines. Se saisissant de questions et suggérant des grilles de compréhension dont l’intérêt dépasse de fait le cadre institutionnel au sein duquel elles sont produites, les SHS [sciences humaines et sociales] sont mobilisées par les divers acteurs publics ou privés, individuels ou collectifs. Leurs démarches résultent parfois de sollicitations ou de questionnements formulés par ces acteurs. L’enjeu est donc de contribuer à une sociologie des sciences sociales. » Notre projet s’inscrit dans le même ensemble de questions que ce séminaire, même si les méthodes diffèrent.

4 Il s’agit d’un indicateur statistique élaboré en 2005, destiné à mesurer la valeur académique d’un chercheur. Il se calcule à partir de données bibliométriques et combine deux types de variables : le nombre d’articles publiés par un chercheur (plus exactement, le nombre d’articles recensés par les bases de données électroniques disponibles) et le nombre de citations de ces articles.

5 Nous avons néanmoins l’ambition, au terme de ce cycle, de proposer une typologie des lieux, compétences, formats d’expression et relations de pouvoir qui sous-tendent les divers usages des sciences humaines et sociales.

6 Même si les termes diffèrent, cette distinction établie, comme dans les sciences dites « dures », entre « science fondamentale » et « science appliquée » s’inspire de celle que propose Bernard Lahire (2005) entre « sociologie expérimentale » et « sociologie sociale ».

7 Nous pouvons à ce propos mentionner linitiative du laboratoire junior MOSAP (Mobilisation de savoirs dans laction publique, en partenariat avec lIEP de Lyon et le laboratoire Triangle – UMR 5206) qui depuis novembre 2007, organise une réflexion sur la circulation des savoirs au sein de laction publique [en ligne] [http://triangle.ens-lsh.fr/spip.php?rubrique241], page consultée le 16 septembre 2009). Ce laboratoire junior se conclut par un colloque qui se déroulera à Lyon les 27 et 28 janvier 2010.

8 Le lecteur pourra se reporter au site de la revue (http://www.traces.revues.org), en particulier à la rubrique « Actualités » (http://traces.revues.org/index543.html), pour découvrir l’argumentaire initial du cycle et l’annonce des diverses journées à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Fossier et Édouard Gardella, « Avant-propos. Les sciences humaines au miroir de leurs publics », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2009, consulté le 31 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/4303 ; DOI : 10.4000/traces.4303

Haut de page

Auteurs

Arnaud Fossier

Doctorant en histoire médiévale au CIHAM (Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, CNRS, EHESS, ENS LSH, Université Lyon 2), et ATER à l’Université Paul Verlaine de Metz

Articles du même auteur

Édouard Gardella

Doctorant en sociologie à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS, Paris 10-Nanterre, ENS Cachan) et AMN à l’ENS Cachan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page