Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

Faiblesse de volonté et consentement. À partir de Agir contre soi de Jon Elster

Éric Monnet

Texte intégral

Je vois le bien, je l’approuve, et je fais le mal.
Ovide, Métamorphoses, VII, 20

  • 1  Pour une analyse récente de ces problèmes, que nous ne pouvons discuter ici, et un refus d’assimil (...)

1Cet aveu célèbre de Médée introduit le petit livre de Jon Elster, Agir contre soi, qui reproduit le texte des trois conférences prononcées au Collège de France en juin 2006. L’auteur y est en effet depuis peu titulaire de la chaire « rationalité et sciences sociales » tout en continuant à enseigner au département de sciences politiques de l’Université Columbia à New York. Ces trois conférences ont un thème commun, la faiblesse de la volonté, qui s’exprime selon Elster dans cette phrase de Médée et que les Grecs nommaient akrasia1.D’une manière générale, on considère qu’un individu fait preuve de faiblesse de volonté lorsqu’il agit contre son propre jugement sur ce qu’il doit faire. Plus exactement, Elster précise d’emblée qu’il choisira la terminologie de « faiblesse de volonté » et non « faiblesse de la volonté », afin d’éviter que ce dernier terme laisse croire à l’existence d’une faculté spéciale et substantielle, telle que la force physique, que l’on nommerait « la volonté ».

2La première conférence s’attaque à la question théorique de la définition de la faiblesse de volonté : peut-on déterminer une définition unique de ce phénomène ? Quelles différences existe-t-il si le jugement et l’action contradictoire ont lieu simultanément ou au contraire de façon séquentielle ? Peut-on établir une typologie des actes relevant de l’akrasia ?

3Elster délimite son sujet à la faiblesse de volonté diachronique (l’action contradictoire avec le jugement de l’individu suit temporellement ce jugement), et définit alors celle-ci par un renversement temporaire des préférences qui peut s’expliquer soit par l’escompte hyperbolique du futur, soit par des déclencheurs perceptifs ou cognitifs externes, soit encore par des motivations viscérales (appétits ou émotions). Il conclut sur le fait que la faiblesse de volonté s’explique généralement par l’interaction entre la situation à laquelle fait face l’individu et la personnalité de l’individu, et non par l’une ou l’autre agissant isolément. Dans les deux conférences suivantes, le problème central n’est plus la nature de la faiblesse de volonté mais les réponses possibles à cette faiblesse. Elster distingue ici les réponses individuelles et les réponses collectives. Les premières sont elles-mêmes divisées entre les mécanismes intrapsychiques (contrôle de soi) et ceux extra-psychiques (Ulysse qui se fait attacher au mât à l’approche de l’île des Sirènes afin de se rendre incapable de répondre à leur chant). Les secondes, réponses institutionnelles ou collectives à la faiblesse de la volonté, recouvrent principalement les mesures légales destinées à éviter les conséquences les plus néfastes de l’akrasia. Elster met en lumière les enjeux politiques de telles réponses relevant d’un « paternalisme d’État où l’individu n’est plus sujet mais l’objet d’une protection bienveillante » (Elster, 2007, p. 103). Les derniers paragraphes sont consacrés à une analyse et une critique de la thèse selon laquelle les constitutions politiques seraient une manière de pallier la faiblesse de volonté potentielle des gouvernements futurs.

4Du fait de ce parcours au fil de disciplines et d’applications très diverses, Agir contre soi présente un intérêt supplémentaire à l’analyse stricto sensu du problème de l’akrasia dans ses dimensions analytiques et politiques. Cet ouvrage délivre en effet un condensé de thèmes importants traités par Jon Elster dans de nombreux livres et articles depuis le début des années quatre-vingt. On y retrouve ainsi son analyse célèbre d’Ulysse sur les paradoxes de l’irrationalité (Elster, 1984, 2002), sa réflexion sur le soi multiple (Elster, 1986), la rationalité et les émotions (Elster, 1999b) ou les choix intertemporels (Elster, 1992), les conclusions de ses travaux sur l’addiction (Elster, 1999a, 1999c) ou sur les constitutions politiques (Elster, 1988, 1998a, 1998b). Surtout, on retrouve la méthode typique d’Elster, qui a fait l’objet d’ouvrages théoriques (Elster, 1989, 2006) et que lui-même résume de manière très générale dans la préface à ces trois conférences : « un programme de recherche, qui est de se servir de la philosophie analytique, de la microéconomie et de la psychologie pour éclairer des comportements tant individuels que collectifs » (Elster, 2007). Comme souvent chez cet auteur, le lecteur spécialiste d’un de ces domaines particuliers peut être parfois frustré de la manière inévitablement rapide avec laquelle l’auteur aborde certains points, mais gageons qu’il apercevra vite l’intérêt de cette méthode radicalement interdisciplinaire. Non seulement l’interaction des disciplines permet ici une approche complète et multidimensionnelle du sujet, mais elle force chaque discipline à se positionner par rapport aux autres et ainsi à questionner sa spécificité et sa méthode. Agir contre soi est donc également une petite introduction idéale aux écrits de Jon Elster dont l’œuvre vaste demeure relativement peu traduite en français.

5Notre commentaire de ce livre consistera notamment à nous demander si l’étude que fait Jon Elster de la faiblesse de volonté peut améliorer l’analyse du consentement, et si oui, de quelle manière. La manière dont Elster définit la faiblesse de volonté ne permet pas dans un premier temps de relier directement cette notion au consentement. Pour l’auteur, la faiblesse de volonté se définit en effet tout d’abord par un renversement des préférences, par le fait qu’elle « constitue toujours un échec ou une défaillance ». L’individu renonce à faire ce qui est le mieux pour lui. Alors, si l’on pense que consentir est un acte guidé par la raison et qui manifeste la volonté libre de l’individu, il semble impossible qu’un renversement des préférences produisant une défaillance puisse être assimilé au consentement. Il nous semble que c’est pour cette raison qu’Elster ne pose jamais la question du consentement en essayant de l’éclairer par son analyse de la faiblesse de volonté. Dans les termes employés par Elster, nous dirions que le consentement est de l’ordre soit des raisons ou des croyances, soit de la raison (nous reviendrons sur ces distinctions) et ne peut se définir au niveau des préférences.

6Pourtant, nous montrerons que dans certains cas, il n’est pas impossible de concevoir le consentement comme un renversement temporaire des préférences et donc comme un type de faiblesse de volonté. Ce type bien particulier de consentement pourrait être qualifié d’akratique puisqu’il ne serait pas la marque de la volonté mais au contraire de l’akrasia. Ce serait le cas lorsque l’accord donné par un individu – son consentement – résulte non pas d’une croyance ou d’une décision rationnelle mais est seulement le produit d’un renversement momentané des préférences qui sera ensuite considéré comme un échec par l’individu lui-même. Une telle situation nous paraît possible, mais nous nous devons de souligner qu’elle n’est ni documentée par des travaux psychologiques, ni évoquée par Elster. La valeur réelle de ce type akratique de consentement reste également à questionner : quelle valeur aurait en effet le consentement dans un sens juridique s’il pouvait possiblement résulter d’une faiblesse de volonté ?

  • 2  Dans ce dernier cas, on peut se demander si ne rien faire est synonyme de consentement : une résig (...)

7Mais dans Agir contre soi, la problématique du consentement apparaît bien dans un deuxième temps, lorsque l’individu constate sa faiblesse de volonté et décide d’agir. L’individu a alors trois solutions : mettre en place des réponses individuelles à cette faiblesse, consentir à ce que quelqu’un ou la société réponde pour lui à cette faiblesse, ou alors l’accepter2. Si l’on suit la pensée d’Elster, le lien entre faiblesse de volonté et consentement apparaît donc finalement dans la question suivante : peut-on mettre en place des réponses institutionnelles à la faiblesse de volonté d’un individu sans son consentement, au motif que celui-ci agit contre son bien ? Elster présente des exemples de telles mesures sans prendre parti sur le fait qu’on puisse connaître ou pas le bien de l’individu. Toutefois, il montre que la plupart de ces mesures sont en réalité une manière de pousser l’individu à réfléchir par lui-même sur la nature de ses actions et sur ce qui est le meilleur pour lui. Par exemple, les délais légaux de divorce sont présentés comme une manière d’éviter les décisions précipitées allant à l’encontre des intérêts des individus.

8La question du consentement de l’individu vis-à-vis des lois soulève un vaste et ancien débat de philosophie politique qu’Elster ne fait malheureusement qu’effleurer.

Qu’est ce que la faiblesse de volonté ?

9Elster commence par décrire son approche en s’opposant aux conceptions qui voient dans la faiblesse de volonté un phénomène uniquement paradoxal (Socrate) ou « foncièrement irrationnel » (Davidson 1993). Sa stratégie sera différente :

Essayer de montrer qu’un grand nombre de comportements qui, de manière intuitive, semblent relever de la faiblesse de volonté sont susceptibles d’analyses qui ne comportent ni de paradoxe ni d’irrationalité synchronique. Dans un sens précis, il peut y avoir une irrationalité diachronique mais sans qu’il y ait paradoxe. (Elster, 2007, p. 14)

10Il distingue donc faiblesse de volonté synchronique et faiblesse de volonté diachronique dans l’intention de s’intéresser exclusivement à la seconde. La première peut se définir ainsi : au moment même de l’action, l’agent juge que les raisons en faveur de X sont plus fortes que les raisons en faveur de Y, mais il fait Y. Cette définition est celle utilisée par Davidson (1993) et conduit directement à une impossibilité : il y a une incohérence synchronique puisque l’agent pense et agit simultanément de manière contradictoire. Si Elster reconnaît la validité de cette analyse, il n’accepte pas de s’arrêter à cette définition étroite car l’existence même de cette faiblesse de volonté synchronique n’est pas observée empiriquement :

Si le phénomène existe, il faut bien que les raisons en faveur de Y exercent une influence causale qui est différente de celle qu’elles peuvent exercer en tant que raisons ; mais tant que la nature de cette causalité non rationnelle n’est pas élucidée, elle demeure de l’ordre du postulat. (2007, p. 21)

11Elster maintient donc un jugement sceptique sur la nature et l’existence de ce phénomène et préfère donner une définition plus large qui lui permettra de caractériser des comportements observés réellement. Ce qui importe dans cette définition large, c’est le fait que les préférences sont déterminées à un moment précis (« calme et tranquille »), et que l’action contradictoire avec cette préférence est effectuée ensuite : dans un moment « calme et tranquille », l’agent juge que les raisons en faveur de X sont plus fortes que les raisons en faveur de Y, mais l’agent fait ensuite Y. Puis il préfère à nouveau X à Y. Ainsi, la faiblesse de volonté n’est plus définie comme une incohérence synchronique, mais comme un renversement temporaire des préférences ; elle est de nature diachronique. Les raisons de faire X et Y restent donc identiques mais les préférences s’inversent momentanément. Elster prend l’exemple suivant pour illustrer ce mécanisme :

Je suis invité à un dîner, d’où je dois rentrer en voiture. Je prends la résolution de boire deux verres de vin seulement, afin de pouvoir conduire légalement et sans risque d’accident. Après les deux verres, j’en bois un troisième. Dans le cas akratique, il s’est produit un changement des préférences dû à une pondération différente des raisons : je perçois les risques de manière inchangée mais je suis d’avantage disposé à les prendre. (2007, p. 23)

12L’individu conserve donc les mêmes croyances ou raisons sur les actions possibles, mais ses préférences connaissent un renversement temporaire.

13La méthode mise en œuvre ici pour définir la faiblesse de volonté est typique des travaux de Jon Elster. On retrouve en effet le parti pris de l’individualisme méthodologique et l’objectif d’isoler des mécanismes précis permettant de comprendre l’action (Elster, 1989, 2006). Le renversement temporaire des préférences est ainsi constamment décrit comme un mécanisme, et les causes de ce mécanisme seront également considérées comme des mécanismes. Une autre caractéristique habituelle du travail de Jon Elster concerne les distinctions entre les raisons et les préférences et entre la raison et les raisons. La première distinction est ici importante pour définir l’akrasia diachronique, comme nous l’avons vu. La seconde – qui fut l’objet de la conférence inaugurale au Collège de France – sera surtout importante pour la suite de l’analyse. Mais l’on peut d’ores et déjà insister sur le fait qu’elle détermine en partie la manière dont Elster aborde le problème de la faiblesse de volonté. Il ne s’agit pas en effet pour lui d’expliquer les mécanismes par rapport à la raison (idée normative censée guider les agents dans l’espace public), mais par rapport à la rationalité ou aux raisons (la rationalité étant une idée explicative censée pouvoir rendre compte de l’action en la ramenant aux raisons de l’agent, c’est-à-dire à ses motivations et à ses croyances, supposées bien fondées).

14Elster va donc ensuite s’attacher à mettre en évidence les mécanismes pouvant expliquer le renversement temporaire des préférences. Ils sont au nombre de trois : l’escompte hyperbolique du futur, les déclencheurs perceptuels ou cognitifs et les motivations viscérales (émotions et appétits).

  • 3  Pour une synthèse sur ce sujet, voir Shane et al., 2002.

15Premièrement, l’escompte hyperbolique du futur, phénomène bien connu des économistes et des psychologues3, s’oppose à un taux d’escompte exponentiel du futur. Dans le cas exponentiel, on suppose que les préférences de l’individu entre X et Y sont constantes au cours du temps ; peu importe le moment où la décision est prise. Le cas hyperbolique prend quant à lui en compte des phénomènes où l’individu donne par exemple plus de poids au présent. O’Donoghue et Rabin (1999) prennent l’exemple simple suivant : si on demande le 1er février à un individu s’il préfère sept heures de travail pénible le 1er avril ou huit heures le 15 avril, il est très probable qu’il préfère les sept heures ; mais si on lui donne le même choix le 1er avril, il est probable qu’il préfère repousser son travail de quinze jours même s’il aura une heure de travail en plus. Ce genre de raisonnement est très commun dans la réalité : les individus ne comparent pas des options possibles indépendamment de la situation temporelle de ces options.

16Avec un taux d’escompte hyperbolique, les préférences peuvent donc subir un renversement sans intervention d’un élément déclencheur extérieur, mais uniquement du fait de la structure même du raisonnement de l’individu. C’est donc une forme d’irrationalité diachronique puisque, du fait même de ses préférences, l’individu n’exécute pas la décision qu’il avait prise antérieurement. Malgré cette irrationalité, cette situation n’en est pas impossible ou paradoxale pour autant, et elle est tout à fait explicable.

17Deuxièmement, les mécanismes déclencheurs impliquent un renversement des préférences d’une toute autre nature. Elster éclaire cette distinction par l’exemple suivant :

Imaginons un dîneur qui a pris la décision de ne pas commander un dessert. Suite au phénomène d’escompte hyperbolique, il se trouve avoir changé d’avis quand, après le fromage, on lui demande s’il souhaite commander un dessert. Mais il peut aussi succomber à la tentation quand il voit le chariot de desserts qu’on promène devant lui. Dans ce cas, c’est la proximité spatiale ou visuelle plutôt que la proximité temporelle qui est en cause. (2007, p. 34)

18Ce genre de déclencheur est particulièrement observé dans les rechutes. Le commencement d’une addiction ne relève pas généralement de la faiblesse de volonté, mais cette dernière est cruciale pour comprendre la rechute d’un individu.

19Enfin, et troisièmement, les émotions et « appétits excessifs » sont également des déclencheurs violents de la faiblesse de volonté. Ceux-ci peuvent avoir un impact sur les préférences de trois façons différentes : par un renforcement du désir pour le bien moindre, par un raccourcissement de l’horizon temporel ou par la production de croyances biaisées. Ce dernier cas est particulier car les émotions agissent ici directement sur les croyances. Parmi les cas possibles où l’influence des émotions se fait sentir, citons par exemple la désertion face au danger. Ce qui importe ici, selon l’auteur, c’est bien que les émotions naissent subitement et ont une brève demi-vie : « La première est cause du renversement, la seconde de son caractère temporaire. » (2007, p. 41)

  • 4  Elster mentionne un autre facteur de non-observance : « Il s’agit de ce que les psychologues appel (...)

20Après avoir isolé ces mécanismes, Elster va les utiliser pour comprendre la nature de sept comportements humains qu’il avait identifiés dans un premier temps comme relevant de la faiblesse de volonté. Ces sept variétés sont la passion, la tentation, la procrastination (remettre continuellement à plus tard ce qu’on sait devoir faire maintenant), la non-observance (le fait de ne pas prendre ses médicaments ou de ne pas attacher sa ceinture de sécurité, par exemple), l’impatience, l’addiction, ou les comportements excessivement rigides (maintenir une habitude alors même qu’elle est contradictoire avec le jugement).Aucune de ces sept variétés n’est exclusivement causée par un des trois mécanismes définis précédemment, mais ces derniers permettent une analyse complète et pluridimensionnelle de la faiblesse de volonté. Ainsi, si la procrastination s’explique principalement par l’escompte hyperbolique du futur, les émotions peuvent jouer également un rôle important dans ce phénomène. Dans le cas de l’addiction, la faiblesse de volonté peut apparaître soit comme un effet de l’appétit, soit comme un effet de l’état d’intoxication, ou alors comme un effet de l’état chronique de dépendance lui-même renforcé par l’addiction. La non-observance d’un traitement peut quant à elle également s’expliquer tant par la procrastination causée par l’escompte hyperbolique que par l’émotion (s’il s’agit de se faire une piqûre alors qu’il y a du monde autour de soi, on peut être retenu par la honte)4.

21Enfin, Elster conclut cette première conférence en se demandant si la faiblesse de volonté s’explique principalement par la personne ou par la situation dans laquelle se trouve l’individu ; autrement dit : « Existe-t-il des caractères faibles ou y a-t-il seulement des situations difficiles ? » (2007, p. 47) Laissant de côté l’aspect juridique et moral de cette question pour se limiter à l’aspect causal, l’auteur fait référence aussi bien à des travaux récents en psychologie qu’à des pages de Proust ou de Montaigne pour conclure que ce ne sont ni la personnalité ni la situation qui déterminent le choix, mais leur interaction. Selon Elster, le fait que les mêmes individus peuvent avoir des réactions pourvues d’une cohérence différente selon les situations est particulièrement manifeste dans l’étude des réponses individuelles à la faiblesse de volonté qui fera l’objet du chapitre suivant intitulé : « Les réponses individuelles à la faiblesse de volonté ».

22À partir de l’analyse proposée par Jon Elster dans cette première conférence, on peut se demander à quelles conditions, et par quels mécanismes, le consentement pourrait relever de la faiblesse de volonté. Autrement dit, peut-on envisager l’existence d’un consentement akratique ? En premier lieu, il faudrait pour cela que le consentement soit un renversement temporaire des préférences, ce qui impliquerait qu’il ne soit pas définitif. Cette nécessité écarte toute définition où le consentement est considéré comme un accord définitif qui modifie radicalement les croyances de l’agent, mais une telle conception restreinte du consentement semble toutefois correspondre à des cas réels. Par exemple, je peux considérer que la présomption d’innocence ne doit pas permettre d’incarcérer un individu avant le jugement, mais sous l’émotion d’un fait divers particulièrement horrible, mon avis change temporairement et je consens à soutenir et à obéir à une loi remettant en cause ma conception initiale de la présomption d’innocence. Dans cet exemple, l’émotion a provoqué une faiblesse de volonté empêchant de défendre mes idéaux (préférences), ce que je peux regretter par la suite. On peut également penser qu’un scénario semblable puisse expliquer les aveux soudains d’un accusé innocent, ou l’acceptation par un travailleur d’une tâche dégradante ou illégale. Dans ces deux cas, l’individu peut en effet subir un renversement de préférences (sans que ses croyances soient modifiées) dû à une forte émotion ou un déclencheur perceptif externe, qu’il peut regretter, condamner ou même nier par la suite. Il nous semble ainsi, même si Elster n’y fait pas référence, que la faiblesse de volonté peut expliquer des formes momentanées de consentement, d’aveu ou d’accord. Soulignons toutefois qu’Elster fait référence à plusieurs reprises (2007, p. 39, 116) au fait que les décisions sécuritaires prises par les « gouvernements occidentaux » après les attentats du 11 septembre 2001 sont dues à de fortes émotions qui ont fait préférer une action rapide de court terme à une action plus raisonnable de long terme. Il y voit la marque de la faiblesse de volonté des gouvernements. Dans ce cas, on peut alors penser que le consentement d’une partie des citoyens à ces lois fortement coercitives relève bien quant à lui d’un consentement akratique faisant suite à une forte émotion. Dans une période d’« état d’urgence » suivant une intense émotion collective, un individu pourra ainsi consentir à des contrôles d’identité à répétition, voire à des actes plus graves, alors même que cela va à l’encontre de sa volonté. Il serait intéressant de poursuivre cette réflexion en étudiant les stratégies mises en place par les gouvernements pour susciter ou utiliser des émotions collectives afin de profiter du consentement akratique des citoyens.

23Cette analyse d’un consentement akratique, que nous esquissons à partir de ce premier chapitre, est fortement descriptive et explicative, et s’oppose aux analyses les plus courantes du consentement qui se situent à un niveau normatif. La plupart du temps en effet, le consentement est considéré comme l’acte d’une personne impliquant une expression libre et intentionnelle de ses croyances au nom de bonnes raisons. C’est en particulier son sens dans le domaine politique et juridique depuis le Second Traité de John Locke (1994). Voilà pourquoi le consentement peut difficilement être considéré comme un phénomène temporaire relevant de la faiblesse de volonté. Elster lui-même ne mentionne pas cette possibilité alors même qu’il introduira la notion de consentement plus tard dans son argumentation, à un niveau normatif, pour discuter des réactions institutionnelles à la faiblesse de volonté individuelle.

Les réponses individuelles à la faiblesse de volonté

  • 5  Cependant,  Elster conçoit que les émotions et appétits peuvent « subvertir la rationalité de l’ac (...)

24Le raisonnement qui ouvre cette seconde conférence peut être compris comme une explicitation de la distinction chère à Elster entre raison et raisons (ou raison et rationalité), dans le cadre de la problématique de la faiblesse de volonté. Elster a en effet montré dans son premier chapitre, au contraire de beaucoup d’autres études sur le sujet, que les actions akratiques ne sont pas forcément irrationnelles car on peut montrer que l’individu a de bonnes raisons de les faire. Même lorsque la faiblesse de volonté est due à une irrationalité diachronique, elle n’en reste pas moins explicable et l’on peut, pour ainsi dire, rationaliser les causes de cette inconsistance temporelle5. L’auteur caractérise sa méthode ainsi :

C’est un axiome fondamental de la tradition humienne où je me situe que la rationalité sert à réaliser les désirs, quels qu’ils soient, plutôt qu’à les juger. La seule limite évidente tient à ce que la rationalité ne saurait se mettre au service d’un désir incohérent (2007, p. 58).

25Mais si la faiblesse de volonté possède des raisons, elle n’en reste pas moins opposée à la raison et constitue un échec sur le plan normatif. Cette caractéristique normative constitue le deuxième versant de la définition de la faiblesse de volonté selon Elster : que la faiblesse de la volonté soit ou non un comportement irrationnel, elle constitue toujours un échec ou une défaillance. Celui qui ne sait pas contrôler son impatience, sa procrastination, ses appétits et ses émotions, risque d’avoir, selon la phrase de Hobbes, « une vie solitaire, pauvre, détestable, bestiale et brève » (2007, p. 60).

26Du point de vue de la raison, on doit donc faire une différence entre des « agents naïfs » qui n’ont pas conscience de leur faiblesse de volonté et des « agents sophistiqués » qui prennent conscience de cette faiblesse et peuvent ensuite mettre leur rationalité au service de la raison et non du désir. Il faut évidemment noter ici que cette distinction ne signifie pas qu’il existe deux types de personnalités. On retiendra également qu’une analyse fine du problème montre que la prise de conscience de sa propre faiblesse n’est pas nécessairement bénéfique pour un individu et peut avoir des effets pervers (O’Donoghue et Rabin, 1999).

27Cette seconde conférence est alors consacrée à montrer comment des « agents sophistiqués » peuvent contrer leur faiblesse de volonté, qu’ils considèrent comme une défaillance ou un échec. Elster distingue deux types de réponses possibles de la part des agents : des mécanismes intrapsychiques et des mécanismes extra-psychiques.

28Les premiers, mécanismes intrapsychiques, désignent toute action mise en œuvre par l’agent et fonctionnant sans avoir recours à un quelconque élément extérieur. Elster distingue ici deux types de mécanisme. Il s’agit dans les deux cas de réactions stratégiques à l’escompte hyperbolique. D’une part, le « moi présent » peut concevoir les « moi futurs » comme des adversaires dont il faut réduire la capacité de nuire. D’autre part, il peut les concevoir comme des alliés dont il s’agit d’assurer la coopération pour le bénéfice de tous. Ce second type est particulièrement étudié en référence à l’analyse de George Ainslie (1992) selon laquelle les individus ont une loi privée qui transforme une succession de choix en un choix de successions. L’idée sous-jacente à cette loi privée, destinée à contrer les conséquences de l’escompte hyperbolique,est que l’agent prend conscience que le choix entre une petite récompense immédiate et une récompense plus importante mais différée se présente un nombre plus ou moins indéfini de fois. Alors l’agent « met dans un panier toutes les récompenses moins importantes et dans un autre panier les récompenses les plus grandes, et choisit ensuite entre deux paniers en fonction de leur valeur présente » (2007, p. 68). Imaginons par exemple qu’un individu ait deux préférences : travailler plutôt que ne pas travailler et ne pas passer son temps à discuter avec des amis sur Internet. Le matin, il est tenté par la discussion mais ne cède pas à sa faiblesse de volonté car il sait que cela peut l’empêcher de travailler, mais le soir, il se dit qu’il a bien travaillé et qu’il peut donc céder à la tentation de converser sur Internet.

29Les seconds, mécanismes extra-psychiques, plus nombreux, supposent un recours au monde extérieur. Ce genre de mécanisme est extrêmement courant : ainsi quelqu’un qui veut arrêter de fumer l’annonce à ses proches afin que la rechute soit plus difficile et coûteuse, quelqu’un qui ne peut s’empêcher d’acheter des disques même s’il n’a plus d’argent va éviter de passer près du disquaire, Ulysse se fit attacher au mât de son bateau afin d’éviter de succomber au chant des Sirènes, etc.

30Afin de classifier les nombreuses situations où s’exerce ce mécanisme, Elster distingue les stratégies suivantes :
– éliminer certaines actions de l’ensemble des actions faisables ;
– se dérober à la connaissance de certains faits ;
– se dérober à certaines situations ;
– rendre certaines actions plus coûteuses ;
– récompenser davantage certaines actions ;
– différer la récompense de certaines actions ;
– changer l’évaluation des biens futurs.

31Nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage pour une discussion précise de ces stratégies, et pour voir la manière dont cette typologie éclaire des phénomènes économiques (en particulier liés à l’épargne) et psychologiques (notamment les comportements de prévention contre les addictions).

Les réponses institutionnelles à la faiblesse de volonté

32Un individu qui adopte les stratégies extra-psychiques décrites dans la seconde conférence peut se faire assister par une institution. Ainsi, en réponse aux problèmes liés à l’insuffisance d’épargne, certaines caisses d’épargne américaines (« Christmas Club ») facilitent l’épargne des individus pour la fête de Noël en leur proposant la possibilité de déposer leurs économies sur un compte qui reste bloqué jusqu’à cette date. Il existe également des clubs de fitness qui prennent une caution importante qui ne sera rendue que si les individus ont réellement respecté le programme qu’ils se sont fixé. Dans ces exemples, les institutions se présentent au service de l’individu et ne lui imposent aucune contrainte sans son consentement préalable.

33Mais il en va tout autrement des mesures prises par la collectivité pour protéger les individus contre la faiblesse de volonté. Ces mesures collectives se divisent elles aussi en deux catégories : le paternalisme d’État et l’auto-paternalisme collectif. La première catégorie écarte le consentement puisque l’État suppose mieux connaître ce qui est bien pour l’individu que l’individu lui-même, alors que la seconde repose sur le consentement. Comme dans la philosophie de Locke ou de Stuart Mill, c’est en effet le consentement des individus qui institue la loi ou la constitution politique qui va ensuite régir la cité.

  • 6  Dans le cas de la cigarette ou de l’alcool, on peut citer par exemple la minimisation du coût de t (...)

34Le paternalisme d’État tout d’abord, décrit les mesures où « l’individu n’est plus sujet mais l’objet d’une protection bienveillante ou, comme le dit Tocqueville, d’un despotisme doux et tutélaire » (2007, p. 103). La loi civile est évidemment le moyen privilégié pour contrecarrer les effets néfastes des renversements de préférences (la loi pénale s’attaquant quant à elle principalement aux préférences permanentes des individus). Elster développe ainsi longuement des exemples où la loi impose un délai de réflexion pour éviter que l’individu soumis à une émotion soudaine agisse d’une façon qu’il sera amené à regretter. Ainsi, des délais sont imposés avant l’achat d’armes meurtrières, le mariage, le divorce ou l’interruption volontaire de grossesse. D’autres exemples de paternalisme d’État concernent également les interdictions de consommation de produits provoquant une forte addiction. On notera cependant avec Elster que ce genre de politique est loin d’être uniquement guidé par le paternalisme et répond souvent à la défense de multiples intérêts6.

35Deuxièmement, Elster envisage des situations d’auto-paternalisme collectif, où la société décide elle-même de se fixer des institutions pour se protéger de sa propre faiblesse de volonté. Ce genre de phénomènes peut sans doute s’observer dans de nombreuses organisations qui édictent des lois personnelles afin d’éviter de céder à des tentations de laxisme budgétaire ou de dérive autoritaire. L’indépendance des banques centrales, afin d’éviter que le gouvernement ne se serve excessivement de « la planche à billets », est un autre exemple possible. Elster s’attarde principalement sur le cas des constitutions politiques, souvent considérées comme les dispositifs par lesquels la société se lie les mains d’avance afin de ne pas succomber aux passions passagères : selon Hayek, une constitution est ainsi « une législation faite par Pierre sobre pour le bénéfice de Pierre ivre ». Mais Elster montre que cette conception est inadéquate et que l’extension du paradigme individuel aux situations collectives pose des problèmes : une société peut difficilement se lier elle-même et elle ne peut compter sur d’autres institutions pour lui venir en aide.

36Cette conception est inadéquate pour deux raisons : « Le Pierre qui légifère n’est pas forcément ou même typiquement sobre, et le Pierre pour qui il légifère n’est pas forcément ou même typiquement ivre » (2007, p. 133). La première raison tient au fait que les constitutions ont souvent été rédigées sous l’emprise d’une passion forte, après une guerre civile, une guerre d’indépendance ou une révolution, avec la volonté de marquer une victoire plutôt que de prévoir les dérives à venir. La seconde raison tient, quant à elle, au fait que les constitutions visent plutôt à se prémunir contre l’intérêt que contre la passion.

  • 7  Pour une présentation des enjeux éthiques et la défense d’une « éthique minimale », on pourra se r (...)

37Les réponses institutionnelles à la faiblesse de volonté posent directement le problème du consentement des individus. Pour Elster, le paternalisme d’État fonctionne comme une institution qui limite la liberté d’action de l’individu sans son consentement, bien qu’elle le fasse dans son intérêt tel que celui-ci est perçu par l’institution. Dans de nombreux domaines émergent donc des questions éthiques importantes puisqu’il s’agit de passer outre le consentement de l’individu pour contrer les conséquences néfastes de sa faiblesse de volonté, au nom de la raison. Jon Elster n’aborde malheureusement pas directement cette question dans ses conférences7.

38Sans traiter directement du consentement, l’analyse de la faiblesse de volonté proposée dans ces trois conférences nous a semblé soulever trois questions majeures et donner quelques éléments importants pour y répondre : le consentement peut-il quelquefois résulter d’un renversement temporaire des préférences et être ainsi assimilé à une faiblesse de volonté (consentement akratique) ? Le consentement est-il de l’ordre des croyances et de la rationalité ou de l’ordre de la raison ? Comment les réponses institutionnelles à la faiblesse de volonté doivent-elles tenir compte du consentement des individus ?

Haut de page

Bibliographie

Ainslie George, 1992, Picoeconomics: The Strategic Interaction of Successive Motivational States Within the Person, Cambridge, Cambridge University Press.

Davidson Donald, 1993, Actions et évènements, Paris, PUF.

Dworkin Gerald, 2005, « Moral paternalism », Law and Philosophy, vol. 24, n° 3, mai, p. 305-319.

Elster Jon, 1984, Ulysses and the Sirens. Studies in Rationality and Irrationality, Cambridge, Cambridge University Press,

Elster Jon éd., 1986, The Multiple Self, Cambridge, Cambridge University Press.

Elster Jon, Slagstad Rune éd., 1988, Constitutionalism and Democracy, Cambridge, Cambridge University Press.

Elster Jon, 1989, Nuts and Bolts for the Social Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

Elster Jon, Roemer John éd., 1991, Interpersonal Comparisons of Well-being, Cambridge, Cambridge University Press.

Elster Jon, Loewenstein George éd., 1992, Choice over Time, New York, Russell Sage Foundation.

Elster Jon éd., 1998a, Deliberative Democracy, Cambridge, Cambridge University Press,

Elster Jon, Offe Claus, Preuss Ulrich K., 1998b, Institutional Design in Post-Communist Societies: Rebuilding the Ship at Sea, Cambridge, Cambridge University Press.

Elster Jon éd., 1999a, Addiction : Entries and Exits, New York, Russell Sage Foundation.

Elster Jon, 1999b, Alchemies of the Mind: Rationality and the emotions, Cambridge, Cambridge University Press.

— 1999c, Strong Feelings: Emotion, Addiction, and Human Behavior, Cambridge, MIT Press.

— 2002, Ulysses Unbound: Studies in Rationality, Precommitment, and Constraints, Cambridge, Cambridge University Press.

— 2006, Explaining Social Behavior: More Nuts and Bolts for the Social Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

— 2007, Agir contre soi, Paris, Odile Jacob.

Gruber Jonathan et Mullainathan Sendhil, 2002, « Do cigarette taxes make smokers happier? », NBER Working Papers, n° 8872.

Holton Richard, 1999, « Intention and weakness of will », Journal of Philosophy, vol. 96, p. 241-62.

Locke John, 1994, Le second traité du gouvernement. Un essai sur l’origine véritable, l’étendue et la fin du gouvernement civil, trad. et introd. de J.-F. Spitz et C. Lazzeri, PUF.

O’Donoghue Ted, Rabin Matthew, 1999, « Doing it now or later ? », American Economic Review, vol. 89 (1), mars, p. 103-124.

Ogien Ruwen, 2007, L’éthique aujourd’hui : maximalistes et minimalistes,Paris, Gallimard (Folio essais), 253 p.

Shane Frederick, Loewenstein George, O’Donoghue Ted, 2002, « Time discounting and time preference: A critical review », Journal of Economic Literature, vol. 40 (2), juin, p. 351-401.

Vande Veer Donald, 1986, Paternalistic Intervention, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1  Pour une analyse récente de ces problèmes, que nous ne pouvons discuter ici, et un refus d’assimiler systématiquement akrasia et faiblesse de volonté, voir Holton 1999. Voir également l’article de Laetitia Monteils-Lang dans le présent numéro.

2  Dans ce dernier cas, on peut se demander si ne rien faire est synonyme de consentement : une résignation peut-elle être considérée comme une adhésion ?

3  Pour une synthèse sur ce sujet, voir Shane et al., 2002.

4  Elster mentionne un autre facteur de non-observance : « Il s’agit de ce que les psychologues appellent la réactance, dont un cas particulier est ce qu’on appelle parfois en psychanalyse la résistance de l’ego. […] Un tel individu sacrifie en quelque sorte son bien-être à sa volonté d’indépendance. Peut-être faudrait-il parler d’excès de volonté plutôt que de faiblesse. » (2007, p. 45)

5  Cependant,  Elster conçoit que les émotions et appétits peuvent « subvertir la rationalité de l’action par une influence négative sur la formation des croyances rationnelles » (2007, p. 58).

6  Dans le cas de la cigarette ou de l’alcool, on peut citer par exemple la minimisation du coût de traitement des maladies ou le revenu engendré par les taxes sur le tabac.

7  Pour une présentation des enjeux éthiques et la défense d’une « éthique minimale », on pourra se référer à Ogien (2007).  Sur la question du paternalisme, Van de Veer (1986) et Dworkin (2005) offrent de bonnes présentations. Enfin, pour l’application de la microéconomie aux questions d’addiction dans une optique paternaliste, Gruber et Mullainathan (2002) offrent une perspective actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Monnet, « Faiblesse de volonté et consentement. À partir de Agir contre soi de Jon Elster », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/399 ; DOI : 10.4000/traces.399

Haut de page

Auteur

Éric Monnet

Élève à l’ENS LSH et à PSE en économie, lecteur de français à l’Université de Columbia (New York)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page