Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Note

Description et interprétation chez Clifford Geertz. La thick description chez Clifford Geertz

Paul Costey
p. 103-108

Résumé

C. Geertz, anthropologue américain, aborde dans « thick description » la question délicate des rapports entre description et interprétation. Il emprunte pour cela une voie incertaine, celle de la réconciliation entre philosophie analytique et herméneutique (deux traditions souvent jugées inconciliables), afin d’établir les fondements d’une « anthropologie interprétative ». Cette note suit le fil de sa réflexion, décelant ses avancées et ses impasses.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette note s’inspire d’un numéro de la revue Enquête, (n° 6, 1998) consacré à la description, qui contient une présentation (A. Mary, « De l’épaisseur de la description à la profondeur de l’interprétation ») et la traduction du texte de Geertz, ainsi qu’un dossier sur le sujet : J. Bazin, « Question de sens » ; V. Descombes, « La confusion des langues »

Texte intégral

  • 1  C. Geertz, The Interpretation of Cultures, NY, Basic Books, 1973.
  • 2  Nous entendons par le terme d’anthropologie textualiste, une anthropologie qui fait du texte une m (...)
  • 3  Une partie de ce courant se réclame explicitement des travaux de Geertz, citons notamment J. Cliff (...)
  • 4  Les travaux de Geertz ne se réduisent en aucun cas à des réflexions épistémologiques, bien au cont (...)
  • 5  Il est d’ailleurs intéressant de noter que la plupart des penseurs sur lesquels Geertz s’appuie n’ (...)
  • 6  C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 80 (...)

1Longtemps réservés à un public anglo-saxon ou au cercle restreint des anthropologues, les travaux de Geertz sont aujourd’hui accessibles aux lecteurs français. Mais une de ses contributions majeures à l’influence indéniable (« La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture »), tout au moins aux Etats-Unis, restait jusqu’il y a encore peu de temps introuvable. Le travail d’André Mary vient combler cette lacune sans toutefois bénéficier de la diffusion qu’il aurait méritée. La « description dense » est l’introduction d’un recueil d’articles1 paru en 1973 dans laquelle il définit l’activité ethnographique en référence à la théorie de G. Ryle – qui distingue deux niveaux de description (la thindescription et la thick description). Il serait long et fastidieux de retracer les usages et les multiples références dont les principes épistémologiques énoncés dans ce texte ont fait l’objet, pourtant il faut mentionner la lecture la plus radicale et celle qui jouit de la plus grande visibilité, consistant à faire de Geertz le père fondateur d’une anthropologie textualiste et herméneutique2. Certes, l’auteur s’intéresse de près au statut de l’écriture ethnographique qu’il envisage comme une fiction, sans néanmoins exclure tout procédé d’évaluation – qu’il préfère à vérification – contrairement à ses épigones post-modernes3. Toutefois, jamais il ne suggère que le travail de l’anthropologue doive se cantonner à une analyse textuelle (la critique des stratégies rhétoriques que les anthropologues emploient afin de persuader les lecteurs de la véracité de leur propos), et rappelle que la recherche n’existe pas sans une enquête empirique4. C’est dans le travail de terrain que les principes herméneutiques prennent tout leur sens. Par conséquent, écartons d’emblée cette lecture de la « description dense » dont les vertus polémiques dépassent le cadre d’un débat intellectuel, et abordons une théorie dont les concepts ou les schèmes ne trompent pas quant à leurs influences et références5 : la culture comme assemblage de textes, l’écriture ethnographique comme fiction6

  • 7  G. Ryle, « The Thinking of Thoughts, What is Le penseur doing ? », in Collected Papers, Londres, H (...)
  • 8 C. Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, trad. D. Paulme, Paris, PUF, 1986, pp. (...)
  • 9  C. Geertz, « La description épaisse. Vers une théorie interprétative de la culture » trad. A. Mary (...)
  • 10  Geertz naturellement conteste, contrairement à Ryle, l’idée même que l’on puisse observer un « fai (...)
  • 11  André Mary justifie sa traduction du terme thick par « dense » en raison d’un déplacement de sens (...)
  • 12  P. Ricoeur, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique II, Paris, Seuil, 1986, p. 235.
  • 13  P. Ricoeur, op. cit., p. 203
  • 14  Voir la contribution de V. Descombes, « La confusion des langues » Enquête, op. cit. Il envisage a (...)
  • 15  Geertz écrit – et c’est cet argument que reprend Ricoeur : « La culture est publique parce que la (...)

2Les deux termes de la distinction de Ryle7 fondent cette première esquisse d’une épistémologie anthropologique qui n’est qu’un moment dans la réflexion de Geertz, car très vite il renoncera à ces notions pour privilégier d’autres oppositions : concepts proches de l’expérience et concepts éloignés de l’expérience, par exemple8. L’oubli de ces concepts dans ses textes ultérieurs contraste avec le retentissement et les échos qu’a connus ce texte, quasi-manifeste d’une anthropologie interprétative. La première forme de description chez Ryle relève de ce qui est observable en dehors de toute information contextuelle et la seconde, à un niveau logique supérieur, renvoie à une information enrichie d’éléments contextuels ; entre ces deux pôles vient se loger l’activité de l’anthropologue qui exhume une « hiérarchie stratifiée de structures signifiantes »9. Précisons un instant ce que Ryle désigne par ces deux termes (thick et thin), en rappelant l’exemple qu’il prend : la différence se fait entre une contraction de paupière (« fait brut »10) et un clin d’œil qui implique l’existence d’un code ou d’une convention pour que la contraction soit identifiée comme un signe. Ensuite, Ryle décline toutes les variantes signifiantes du même geste : le simulacre, la parodie, etc. Mais pour Geertz, la thick description n’est plus ce point limite de l’observation, mais ce vers quoi doit tendre l’analyse culturelle, c’est-à-dire la mise au jour d’une pluralité de « couches de signification » sans passer par l’observable béhavioriste (le « fait brut »), alors que c’est un préalable chez Ryle11. Et dans ce sens, elle se rapproche de « l’interprétation profonde »12 de Ricoeur où se joue la « plurivocité spécifique »13 des actions humaines, dont le principe réside dans le conflit des interprétations. Un glissement se produit dans l’usage de la distinction ryléenne, puisque l’on passe d’une approche descriptive à une procédure contradictoire où se mêlent les schèmes d’interprétation ; Ryle souhaite ordonner ce qu’il observe avec des niveaux de signification tandis que Geertz tire cette pratique vers le modèle de la confusion des langues14, sans toutefois renoncer à une hiérarchie des significations. Pour autant, il ne faut surtout pas imaginer que la description dense s’enfonce dans les méandres de la subjectivité ou de l’intime, la profondeur n’est pas de cet ordre-là15. A ce propos, Paul Ricoeur écrit :

  • 16  P. Ricoeur, op. cit., p. 244.

3On peut parler avec Clifford Geertz de médiation symbolique pour souligner le caractère d’emblée public, non seulement de l’expression des désirs individuels, mais de la codification de l’action sociale dans laquelle l’action individuelle prend place. Ces symboles sont des entités culturelles et non plus seulement psychologiques. En outre, ces symboles entrent dans des systèmes articulés et structurés en vertu desquels les symboles pris isolément s’intersignifient – qu’ils s’agissent de signaux de circulation, de règles de politesse, ou de systèmes institutionnels plus complexes et plus stables. Geertz parle en ce sens de « systèmes de symboles en interaction » de « modèles de signification synergiques »16

  • 17  C. Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, op. cit., pp. 88-89 : « Sautillant en (...)

4L’interprétation et la description sont confondues dans ce que Ricoeur appelle l’inscription (contraction d’interprétation et de description), habile moyen pour Geertz de dépasser les oppositions canoniques des sciences sociales, en enfermant la description dense dans un cercle herméneutique17. Le paradigme textualiste substitue au travail d’explication celui d’une lecture de la culture comme assemblage de textes ; les actions possèdent un sens qui nous est accessible parce qu’elles se combinent comme un discours et qu’elles sont symboliques. Le défi de la description dense est donc celui de la narration qui doit intégrer la diversité des niveaux de signification.

  • 18  L’approche sténographique se contente d’étudier des cas singuliers, sans chercher par la comparais (...)
  • 19  C. Geertz, « La description dense. Pour une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 98
  • 20  P. Shankman, « The Thick and the Thin : On the Interpretative Theoretical Program of Clifford Geer (...)
  • 21  « L’espace logique assertorique » renvoie au travail de Passeron (J.-C. Passeron, Le raisonnement (...)
  • 22  C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 10 (...)
  • 23  C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 98 (...)

5Mais ce bref exposé ne révèle qu’une part infime des subtilités et des obscurités d’un style qui use consciemment de l’ellipse, de la digression et des métaphores. Geertz qui n’est pas à une audace près, revendique pour l’anthropologie tout à la fois le statut des sciences et celui de discours aux accents poétiques enfermé dans un cercle auto-référentiel. Il prétend maintenir une exigence de contrôle, d’évaluation des interprétations, en s’affranchissant des contraintes de la référence ou du « mythe positiviste » des faits observés. Cette approche se veut sténographique (elle traite d’objets isolés)18 et non-comparatiste, dans la mesure où les formulations théoriques « énoncées hors de leur contexte, […] semblent banales ou vides »19. Geertz imagine pourtant atteindre un niveau de généralité conséquent, sans confronter ses résultats à d’autres terrains20. Plus fondamentalement encore, il veut faire accéder l’anthropologie interprétative au rang de science en omettant de préciser clairement toutes les procédures d’évaluation que cela impose. Si elle n’est pas une science cumulative, elle peut malgré tout s’inscrire dans un espace logique assertorique21 dans lequel l’administration de la preuve conserve un rôle, en admettant la valeur du raisonnement comparatif. Une nouvelle fois, Geertz se montre allusif. Puisqu’il n’accorde plus de crédit aux faits ni à la cohérence formelle des interprétations – simples stratégies rhétoriques –, il n’explicite pas le rapport entre les constructions conceptuelles et leur référent. Et pourtant, il se défend de céder à la facilité et de verser dans l’esthétisme sociologique22. Rien cependant ne rattache l’analyse culturelle à une science sociale qui s’assumerait comme telle, c’est-à-dire à une science qui érigerait l’exigence typique webérienne en méthode commune de recherche. Les sciences humaines empruntent, si l’on suit Geertz, les voies du raffinement conceptuel plutôt que celles du consensus23. Ce diagnostic n’a rien de neuf, mais l’accord ou l’évaluation semblent bien difficiles à envisager dès lors que l’on fait de la procédure contradictoire le modèle des débats scientifiques en anthropologie. La confrontation de fictions concurrentes traitant d’un même phénomène culturel enrichit notre regard, mais aucune d’entre elles ne peut prétendre avoir le dernier mot.

  • 24  V. Descombes, « La confusion des langues » Enquête, n° 6, 1998, pp. 35-54.
  • 25  Ibid., p. 38
  • 26  Ibid., p. 50.

6Comme l’explique Vincent Descombes24, l’anthropologie interprétative ne peut se soumettre à une quelconque vérité empirique, puisqu’elle se veut herméneutique et appartient par conséquent à un autre régime de vérité. Geertz est sur la corde raide, quand il cherche à réconcilier la tradition analytique et béhavioriste et le courant herméneutique, parce qu’en réalité l’activité du chercheur n’a rien de descriptive, elle s’apparente au « travail d’un critique qui décide de lire son texte dans tel ou tel contexte »25. Lorsqu’il s’écarte de Ryle et de sa « petite histoire de philosophe oxfordien » c’est pour mieux affirmer que l’ethnographie « n’a pas affaire à des données nettement identifiables, mais à des récits et des interprétations » Dans un même élan, le glissement s’opère de la description à l’interprétation, d’un « ordre logique » (« un ordre de descriptions liées les unes aux autres par des relations internes »26) à une « complexité historique » (coexistence d’une pluralité d’interprétation). Cette vaine tentative de conciliation débouche sur une impasse, car, et c’est de cette manière que Vincent Descombes conclut son commentaire :

  • 27  Ibid., p. 54.

pour que la description épaisse soit une activité herméneutique, il faut que son épaisseur n’ait pas de valeur à proprement parler descriptive.27

7Que reste-t-il à sauver de cette exercice théorique ? C’est peut-être chez Ricoeur, dont Geertz s’est largement inspiré, que nous trouverons la solution. Lorsqu’il écrit :

  • 28  P. Ricoeur, op. cit., p. 247

(…) la première manière dont l’homme tente de comprendre et de maîtriser le « divers » du champ pratique, est de s’en donner une représentation fictive. […] [L] a structure narrative fournit à la fiction des techniques d’abréviation, d’articulation et de condensation par lesquelles est obtenu l’effet d’augmentation iconique que l’on décrit par ailleurs en peinture et dans les autres arts plastiques28,

  • 29  J. C. Passeron, « Acteur, agent, actant. Personnages en quête d’un scénario introuvable » in Revue (...)

8Ricoeur veut témoigner du pouvoir métaphorique du langage et de la « force référentielle » qui jaillit de l’acte narratif. Et si le paradigme textualiste de Geertz ne répond pas aux critères d’une science sociale pleinement assumée, il jouit comme le dit Passeron d’un réel « pouvoir métaphorique de suggestion »29.

Haut de page

Notes

1  C. Geertz, The Interpretation of Cultures, NY, Basic Books, 1973.

2  Nous entendons par le terme d’anthropologie textualiste, une anthropologie qui fait du texte une métaphore pour l’analyse des phénomènes sociaux. La culture est conçue comme un vieux manuscrit défraîchi et lacunaire dont il faut organiser la lecture.

3  Une partie de ce courant se réclame explicitement des travaux de Geertz, citons notamment J. Clifford, « De l’autorité en ethnographie » trad. D. Cefaï, in L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003 et en anglais, J. Clifford, G. Marcus (eds.), Writing Culture : The poetics and politics of Ethnography, Berkeley, Cal., 1986). Pour ces derniers, Geertz a posé les jalons d’une discipline ultra-relativiste dans laquelle l’écriture (et les stratégies rhétoriques) est un vecteur d’oppression, déplaçant l’objet de l’anthropologie des modes de vie indigènes aux textes classiques de la discipline. L’autorité à laquelle prétend l’ethnographe n’est pas très différente de la domination colonialiste qui est à l’origine de la discipline. Et cette forme de domination impérialiste ne trouve d’issue à leurs yeux que dans « la réflexivité, le dialogique, l’hétéroglossie, la conscience rhétorique de soi, [etc.] » (Cf. C. Geertz, Ici et là-bas. L’anthropologue comme auteur, trad. D. Lemoine, Paris, A.-M. Métailié, 1996 ; particulièrement « Ici » le chapitre conclusif).

4  Les travaux de Geertz ne se réduisent en aucun cas à des réflexions épistémologiques, bien au contraire, il a exploré plusieurs « terrains » à Bali, à Java et au Maroc. Nous renvoyons le lecteur à un des textes les plus connus de Geertz dans lequel il met en application la description dense : C. Geertz, « Jeu d’enfer. Notes sur le combat de coqs balinais » trad. L. Evrard, Le Débat, n° 7, 1980 ; repris dans C. Geertz, Bali. Interprétation d’une culture, Paris, Gallimard, 1986.

5  Il est d’ailleurs intéressant de noter que la plupart des penseurs sur lesquels Geertz s’appuie n’apparaissent pas explicitement dans ses textes. Les figures de Ricoeur, Gadamer ou Foucault sont éludées, au nom d’un principe qui « conduit les sciences dites humaines à renouer avec les Humanités et à leur « voler » leurs ressources langagières autant que leur style d’intelligibilité » comme le dit André Mary.

6  C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 80 : « Pratiquer l’ethnographie c’est comme essayer de lire (au sens de « construire une lecture de ») un manuscrit étranger, défraîchi, plein d’ellipses, d’incohérences, de corrections suspectes et de commentaires tendancieux, et écrit non à partir de conventions graphiques normalisées, mais plutôt de modèles éphémères de formes de comportement. »

7  G. Ryle, « The Thinking of Thoughts, What is Le penseur doing ? », in Collected Papers, Londres, Hutchinson, t. II, 1971.

8 C. Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, trad. D. Paulme, Paris, PUF, 1986, pp. 71-90.

9  C. Geertz, « La description épaisse. Vers une théorie interprétative de la culture » trad. A. Mary, Enquête, n° 6, 1998, p. 78.

10  Geertz naturellement conteste, contrairement à Ryle, l’idée même que l’on puisse observer un « fait brut » sans qu’intervienne une part d’interprétation.

11  André Mary justifie sa traduction du terme thick par « dense » en raison d’un déplacement de sens au fil du texte où l’on passe d’une multiplicité de strates de signification (Ryle) à une pluralité d’interprétations (Ricoeur). Ce glissement thématique légitime pour A. Mary le passage de « épais » à « dense »

12  P. Ricoeur, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique II, Paris, Seuil, 1986, p. 235.

13  P. Ricoeur, op. cit., p. 203

14  Voir la contribution de V. Descombes, « La confusion des langues » Enquête, op. cit. Il envisage avec Geertz la situation d’une « confusion des langues » où les acteurs croient parler la même langue alors que plusieurs idiomes coexistent. Geertz prend l’exemple d’un conflit juridique (entre coutume et droit colonial) dans le Maroc colonial qui débouche sur une incompréhension ; il parle alors de « crise babélienne »

15  Geertz écrit – et c’est cet argument que reprend Ricoeur : « La culture est publique parce que la signification l’est aussi » (C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 83). Contre l’anthropologie cognitive et le mentalisme, il reprend la critique de l’intériorité du sens développée par Wittgenstein et nie l’existence des « structures psychologiques » qui constituent la culture selon les membres de ce courant. Pour une réponse aux critiques de Geertz, voir par exemple, D. Sperber, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann, 1982.

16  P. Ricoeur, op. cit., p. 244.

17  C. Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, op. cit., pp. 88-89 : « Sautillant entre le tout conçu à travers les parties qui l’actualisent et les parties conçues à travers le tout qui les motive, nous cherchons à les tourner, par une sorte de mouvement perpétuel intellectuel en explication l’un de l’autre. Tout ceci n’est, naturellement, que la trajectoire familière de ce que Dilthey appelait le cercle herméneutique, et ma thèse ici est simplement qu’il est aussi central pour l’interprétation ethnographique, et donc pour pénétrer des modes de pensée des autres, qu’il l’est pour l’interprétation littéraire, historique, philologique, psychanalytique ou biblique, et pour tout dire pour la critique informelle de l’expérience quotidienne que nous appelons le sens commun »

18  L’approche sténographique se contente d’étudier des cas singuliers, sans chercher par la comparaison à s’abstraire des conditions spatio-temporelles dans lesquelles ils s’inscrivent. Voir sur ce point A. Fossier, E. Gardella, « Insularités théoriques. De la circulation conceptuelle à la communication langagière entre chercheurs » Tracés, n° 3, 2003, pp. 105-113.

19  C. Geertz, « La description dense. Pour une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 98.

20  P. Shankman, « The Thick and the Thin : On the Interpretative Theoretical Program of Clifford Geertz » in Current Anthropology, Vol. 25, No. 3, 1984, pp. 261-280.

21  « L’espace logique assertorique » renvoie au travail de Passeron (J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991), puisqu’il définit le lieu épistémologique où s’énoncent des jugements portant sur les faits.

22  C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 105 : « Le seul moyen que nous avons de lutter […] contre la réduction de l’analyse culturelle à une sorte d’esthétisme sociologique, est de placer l’analyse [des réalités politiques et économiques, des nécessités biologiques et physiques] au premier plan »

23  C. Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » op. cit., p. 98 : « Comme la théorie de la culture est inséparable des réalités immédiates que présente la description « dense » sa liberté à se construire elle-même dans les termes de sa logique interne est plutôt limitée. La généralité qu’elle cherche à atteindre se nourrit de la subtilité de ses distinctions, sans éliminer ses abstractions »

24  V. Descombes, « La confusion des langues » Enquête, n° 6, 1998, pp. 35-54.

25  Ibid., p. 38

26  Ibid., p. 50.

27  Ibid., p. 54.

28  P. Ricoeur, op. cit., p. 247

29  J. C. Passeron, « Acteur, agent, actant. Personnages en quête d’un scénario introuvable » in Revue européenne de sciences sociales, n° 121, 2001, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Costey, « Description et interprétation chez Clifford Geertz. La thick description chez Clifford Geertz », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/3903 ; DOI : 10.4000/traces.3903

Haut de page

Auteur

Paul Costey

élève à l’ENS LSH, 3e année de sciences sociales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page