Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Passeron : entre Weber et Wittgenstein

Julien Souloumiac et Arnaud Fossier
p. 83-102

Résumé

L’objectif de cet article est de redéfinir l’épistémologie des sciences sociales que le sociologue J.-C. Passeron a proposée dans son ouvrage paru en 1991, Le Raisonnement sociologique, à partir du substrat épistémologique et philosophique qui la sous-tend. J.-C. Passeron cherche à définir un processus d’enquête sociologique comme « la transformation réglée de l’information » Cette transformation s’apparente à des procédés interprétatifs, que J.-C. Passeron désigne également sous le terme de « codage » L’interprétation s’ancre donc pleinement dans l’enquête sociologique et se situe au cœur des réflexions de J.-C. Passeron, dans la mesure où elle permet de fonder un régime de scientificité qui soit propre aux sciences sociales. Celles-ci sont en effet fondamentalement interprétatives, sans pour autant relever de l’herméneutique, puisqu’elles s’opposent aux sciences nomologiques. Ne produisant aucune loi, elles ne peuvent en fin de compte être évaluées qu’à l’aune de degrés de véridicité et non de vérité ; ce qui confirme, rétroactivement, leur statut de sciences interprétatives.

Haut de page

Texte intégral

1« Est interprétation, dans une science empirique, toute reformulation du sens d’une relation entre des concepts descriptifs qui, pour transformer ce sens (l’enrichir, le déplacer ou le simplifier), doit faire intervenir la comparaison de cette relation avec des descriptions empiriques qui ne supposent pas exactement le même ‘univers du discours’que la relation ainsi interprétée. »

  • 1  J.-C. Passeron est actuellement directeur d’études à l’EHESS (Marseille). Il est l’auteur notammen (...)
  • 2  J.-C. Passeron, « Anthropologie, histoire, sociologie » Interpréter et surinterpréter, Enquête, n° (...)
  • 3  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, p. 87.

2Dense. Cette définition est dense. Il faudrait presque la paraphraser. J.-C. Passeron1 lui-même nous en dispense en écrivant ceci dans un numéro d’Enquête : « (…) je n’ai pu faire avancer la synthèse grâce à l’enquête qu’en recodant ma description, par des concepts descriptifs indexés sur de nouvelles observations. »2 Dans ces deux définitions somme toute, il revient sur les rapports entre théorie (« concepts descriptifs ») et empirie (« observations »), au fondement selon lui du régime spécifique de scientificité des sciences sociales. L’indexation des concepts sur des descriptions empiriques exprime en effet l’un des présupposés fondamentaux de l’épistémologie passeronienne, selon laquelle « l’historicité de l’objet est le principe de réalité de la sociologie »3. Autrement dit, l’inscription déictique (« ici et maintenant ») de l’énoncé garantit sa validité.

3C’est là que la définition s’épaissit, c’est là aussi que se nouent les problèmes cruciaux sur lesquels nous reviendrons tout au long de cet article. La production discursive (conceptuelle en sciences sociales) d’un sens est qualifiée par J.-C. Passeron de « formulation » ou de « codage » Quant à l’interprétation, elle est « reformulation » et même « transformation » du sens. J.-C. Passeron ne parle en revanche jamais de traduction. Pourquoi ? Parce que les descriptions empiriques « ne supposent pas exactement le même ‘univers de discours’» selon les objets sur lesquels elles assertent, et ne sont pas, à proprement parler, régies par les mêmes lois que l’espace conceptuel. L’interprétation n’est donc pas de l’ordre de la  traductibilité. L’analogie entre descriptions et concepts étant imparfaite, le rapport entre théorie et empirie se complexifie et demande à être interrogé. Le passage d’un espace à l’autre, désigné comme codage et non comme traduction, également. C’est ici en effet que se joue la prétention à la scientificité de la sociologie. L’interprétation fait figure de pierre de touche : elle fonde la spécificité du raisonnement sociologique, mais définit également sa valeur scientifique. D’où notre volonté de procéder à un éclaircissement des termes de « codage » de « transformation » et de « reformulation » bref du statut de l’interprétation en sciences sociales.

  • 4  J.-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête I » « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, 19 (...)
  • 5  Ibid, p. 16.

4Pour comprendre sa position épistémologique, il faut tenir compte des objectifs que poursuit J.-C. Passeron dans l’ouvrage. Il vise en effet à décrire, ou à définir (c’est un point problématique sur lequel nous aurons l’occasion de revenir), les conditions de vérité du discours sociologique. Il cherche donc à préciser le statut et les modalités de l’inférence logique en sociologie. Pour se faire, il accorde une grande importance aux opérations cognitives mises en place par le chercheur lors de tout acte d’énonciation. Il cherche, par l’examen des opérations concrètes de la recherche, à établir sa scientificité et ses possibles écueils. Ce qui tend à rendre plus complexe encore le statut de l’interprétation. J.-C. Passeron remarque en effet que la méthode sociologique suppose des va-et-vient incessants, et que l’énonciation ne peut être assimilée à la genèse progressive et implacable d’un résultat. Le processus d’enquête se compose d’« actes » sa chronologie est par définition rétroactive : « L’enquête ne se compose pas de ‘phases’ou de ‘moments’successifs mais d’actes dont […] le sens référentiel renvoie nécessairement à tous ceux qui précédent comme à tous ceux qui suivent. »4 J.-C. Passeron parle donc plutôt d’« espace mental » parcouru par l’enquêteur (collecter les informations, constituer un corpus, ainsi qu’un questionnaire, coder, interpréter). Il parle de « l’enquête sociologique comme transformation réglée de l’information historique »5. Ce sont ces règles de la construction du sens (au sens de traitement des données et de formulation des énoncés) sur lesquelles nous devrons nous attarder afin de faire émerger les  différentes figures de l’interprétation, processus immanent à chacun des « actes » de l’énonciation sociologique.

  • 6  L’espace assertorique, ou « espace logique d’une assertion » est défini par J.-C. Passeron comme « (...)

5Nous nous efforcerons donc d’expliciter les références sociologiques, épistémologiques, et philosophiques, qui sont celles de J.-C. Passeron. Nous pensons qu’elles nous éclaireront sur tous ces problèmes. Nous tâcherons également de réinscrire l’interprétation dans la dynamique complexe de construction d’un sens sociologique. Sans entrer davantage dans le détail pour l’instant, nous pouvons dire que quatre pôles, les uns attractifs, les autres répulsifs, se dessinent et déterminent sa description épistémologique des rapports entre théorie et empirie. C’est également par rapport à eux que se structure sa définition de l’interprétation en sciences sociales. Ces quatre pôles jouent un rôle central dans sa tentative de façonner l’« espace assertorique »6 propre aux sciences sociales, et de fonder leur « régime de scientificité » et de « véridicité » Nous tenterons, pour définir ce « régime » de décrire le continuum que nous avons cru pouvoir tracer de Weber à Wittgenstein, au fondement de l’espace véridique et interprétatif du raisonnement sociologique.

I. Explication, compréhension, présomption

  • 7  « Si j’osais livrer ici ma conviction épistémologique […], je dirais volontiers, qu’aujourd’hui la (...)

6Il nous semble nécessaire de revenir sur l’héritage wébérien dont J.-C. Passeron se fait le chantre7, et de resituer l’interprétation dans le cadre de la distinction wébérienne de l’explication et de la compréhension. Ce faisant, nous sommes déjà en prise avec la question de la signification. Mais le sens dont il est question ici n’est pas celui des énoncés. Nous sommes en quelque sorte en-deçà d’une réflexion logique sur les assertions sociologiques, et nous nous intéressons plus spécifiquement à ses objets. Ce qui n’évacue pas la question de l’interprétation. S’arrêter ainsi sur les rapports entre explication, interprétation et compréhension en cherchant à expliciter les objets des énoncés sociologiques n’est pas une vaine démarche, et renseigne quant à la nature de l’inférence sociologique.

  • 8  W. Dilthey, Critique de la raison historique : introduction aux sciences de l’esprit et autres tex (...)
  • 9  M. Weber, Essais sur la théorie de la science, traduit et introduit par J. Freund, Paris, Plon, 19 (...)
  • 10  Ibid, p. 308.

7Signalons d’emblée que la distinction wébérienne n’est pas le rejeton de l’opposition opérée par Dilthey un demi-siècle plus tôt entre sciences de la nature (auxquelles conviendrait le raisonnement explicatif) et sciences de l’esprit (compréhensives et interprétatives)8. J.-C. Passeron ne conçoit pas la spécificité du raisonnement sociologique en dehors d’une méthode à la fois explicative (« adéquation quant aux causes ») et compréhensive (« adéquation quant au sens »). Weber dit en effet que l’objet spécifique de la sociologie – ce en quoi elle se distingue de la psychologie – est une activité « significativement compréhensible »9 et que la tâche à laquelle doit s’atteler le sociologue est d’« expliquer par interprétation »10. Qu’entend-t-il par « adéquation quant aux causes » ? Propose-t-il une méthode explicative ?

  • 11  «… la sociologie ne pouvait être pour Pareto qu’une science expérimentale comme les autres ; et c’ (...)
  • 12  Max Weber, Essais sur la théorie de la science, op. cit. p. 305. Rappelons d’ailleurs que la ratio (...)
  • 13  « Ce qui nous donne la fermeté extraordinaire à la causalité n’est pas la grande habitude de la co (...)

8L’explication repose sur des règles inspirées à la fois par Pareto et Weber. Le premier se propose de construire une connaissance logico-expérimentale des actions non logico-expérimentales, autrement dit d’établir la rationalité des comportements non-rationnels. De Pareto, J.-C. Passeron conserve l’idée d’un glissement interprétatif d’une « rationalité pratique » (celle des acteurs) à une « rationalité épistémique » (celle conférée par le sociologue). Il s’en démarque néanmoins11, pour mieux se rapprocher de la manière dont Weber fait de l’action, non pas le résultat d’une cause efficiente, mais la résultante de motifs (d’un « sens visé subjectivement »12). Les actions, du fait qu’elles ne sont pas transparentes aux acteurs eux-mêmes, ne peuvent relever stricto sensu de l’intentionnalité13. Pourtant, chez Weber comme chez Pareto, le filtre interprétatif de la « rationalité épistémique » objective le motif en raison. Cette transformation est sans aucun doute une condition nécessaire à l’exercice de la sociologie, sans quoi les actions resteraient aussi obscures au sociologue qu’aux acteurs.

9Ce faisant, J.-C. Passeron procède déjà à une première rupture avec une conception herméneutique de la signification. G. Lenclud donne une explication éclairante de sa position. J.-C. Passeron ne peut en effet se résoudre à faire de la sociologie une psychologie améliorée. Par conséquent, ce n’est pas le sens des actions humaines qui est à interpréter, surtout pas à partir des discours auto- interprétatifs des acteurs, mais bien les actions elles-mêmes.

  • 14  G. Lenclud, « La mesure de l’excès » « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, p. 20.

Ce n’est pas tant le sens de l’action humaine (les motifs de son auteur) qui est à interpréter que l’action elle-même en tant qu’elle est ‘co-conditionnée’(sic) par un sens. Les sciences de la culture ne sont pas une variété du genre herméneutique.14

10On voit là tout ce qui sépare J.-C. Passeron des herméneutes, pour lesquels l’intentio agendi est analogue à l’intentio operis, définie par P. Ricœur (et U. Eco avant lui). Sur un modèle éxégétique de compréhension, les herméneutes interprètent les actions. Le monde est conçu comme un texte, avec son intention propre, dont il s’agit de rendre compte. P. Ricœur écrit :

  • 15  P. Ricœur, Le conflit des interprétations, Essais d’herméneutique, Paris, Seuil, 1969, p. 156.

Interpréter, c’est prendre le chemin de pensée ouvert par le texte, se mettre en route vers l’orient du texte.15

11Il n’y a donc qu’un sens : celui recelé par le texte ou par l’action (P. Ricœur propose dangereusement l’analogie).

12La position de J.-C. Passeron est tout autre, et revient à déplacer la question du sens, si bien que l’interprétation change de nature. Elle ne renvoie plus à la seule intentionnalité, mais cherche à comprendre l’action et le sens subjectif qu’elle véhicule. Il n’y a plus un sens, mais une pluralité de sens visés par les acteurs qu’il s’agit d’expliquer dans la contingence de leur situation. L’interprétation consiste alors à expliquer l’intériorisation de l’extériorité. Et c’est en restituant le contexte (l’extériorité) que le sociologue parvient à faire du motif (l’intériorité) une raison d’agir.

  • 16  Schématiquement, la « querelle des méthodes » fait se confronter, à la fin du xixe et au début du (...)
  • 17  F.-A. Isambert, « L’interprétation, source de la compréhension chez Max Weber » in « Interpréter, (...)

13Reste la compréhension. Weber est maintenant reconnu comme le fondateur d’une « sociologie compréhensive » Et si le lien, novateur au moment du Methodenstreit16, qu’il établit entre compréhension et explication, est clair, celui entre compréhension, explication et interprétation a été quelque peu occulté, considéré comme allant de soi17. Weber en donne pourtant une définition :

  • 18  M. Weber, Essais sur la théorie de la science, op. cit., p. 303.

La ‘compréhension’d’une relation demande toujours à être contrôlée, autant que possible, par les autres méthodes ordinaires de l’imputation causale avant qu’une interprétation, aussi évidente soit-elle, ne devienne une ‘explication compréhensible’(verständliche Erklärung) valable.18

14Nous pouvons lire l’interprétation comme hypothèse explicative « valable » Valable à la fois parce qu’elle est « compréhensible » (adéquate quant à la cause, en somme) mais aussi compréhensive (adéquate quant au sens). Mais, même explicative et compréhensive, l’interprétation n’a jamais que le statut sociologique de l’hypothèse et le statut logique – et J.-C. Passeron ne se prive pas de le réaffirmer – de la présomption (nous reviendrons sur ce point en fin d’article).

II. La « transformation réglée de l’information »

  • 19  L. Wittgenstein, Tractatus Logico-Philosophicus, Paris, Tel, 1993 pour la traduction française, pr (...)

15Attardons nous un moment sur cette question de la validité de l’interprétation. Pour comprendre la position de J.-C. Passeron à ce sujet, il faut nous intéresser à présent à la question de la signification des énoncés et revenir à une certaine conception du langage et de l’énonciation, telle que Wittgenstein a pu la formuler dans le Tractatus Logico-Philosophicus. Selon lui, le sens d’une proposition est indépendant de sa vérité. Une proposition peut avoir un sens, elle peut établir des relations entre différents objets qui soient compréhensibles, sans pour autant être vraie. « Comprendre une proposition, c’est savoir ce qui a lieu quand elle est vraie (on peut donc la comprendre sans savoir si elle est vraie). On la comprend quand on comprend ses constituants. »19 On ne peut juger de la « vérité » d’une proposition qu’en la rapportant à la réalité : sa « vérité » se définit par sa correspondance à un certain état de choses. Une proposition est vraie lorsque les relations qu’elle établit correspondent aux relations existantes entre différents objets. J.-C. Passeron se situe dans le prolongement de cette pensée lorsqu’il écrit que « toutes les conceptualisations opérées à partir de l’observation historique possèdent, en tant qu’abstraction scientifique, une pertinence empirique commune. Elles n’ont qu’une indexation de vérité, l’observation historique, par quelque méthode que ce soit. » Il assujettit la validité de tout énoncé sociologique à son degré de correspondance à l’empirie.

  • 20  Il nous faut rappeler ici la distinction qu’opère J.-C. Passeron, à la suite de Popper, entre deux (...)

16Cela le conduit à dénoncer deux illusions. En premier lieu, il réaffirme sa rupture avec l’herméneutique, dont il dénonce la prétention à l’autosuffisance théorique en insistant sur la nécessaire inscription déictique de toute énonciation. Ce n’est que référé à un contexte, réinscrit dans sa singularité spatiale et temporelle, qu’un constat est susceptible de prendre sens et de déboucher sur des assertions véridiques (nous reviendrons sur l’idée si problématique de degré de véridicité). Par ailleurs, cette conception du langage le conduit à rompre avec l’illusion nomologique, nouvel épouvantail de l’épistémologie passeronienne. Nous l’avons dit, compte tenu de la nature de ses objets, la sociologie ne peut jamais asserter que de façon tendancielle ou présomptive. En aucun cas, les relations qu’elle met à jour ne peuvent être des relations de causalité « universelle au sens strict20 » Sa position est renforcée encore par ce que nous avons dit des conditions de validité d’un énoncé sociologique. En effet, dès lors que l’inscription déictique définit la pertinence d’un énoncé, le raisonnement nomologique, à trop vouloir abstraire ses observations du contexte dans lequel elles s’effectuent, ne peut plus prétendre à quelque validité que ce soit. Une telle rupture conduit à repenser la question de la scientificité. Il ne s’agit plus de savoir quels biais corriger pour prétendre accéder à une universalité des énoncés, mais bien de réélaborer la notion même de scientificité. C’est dans cette perspective qu’il faut chercher à saisir l’interprétation, et les règles qui la régissent.

  • 21  « On entendra que je ne fais que proposer un scolie particularisé de la proposition déflationniste (...)

17Ce sont précisément ces règles que J.-C. Passeron s’emploie à décrire dans le Raisonnement Sociologique, dans une perspective déflationniste qui vise à circonscrire les potentialités de l’interprétation pour n’en retenir que les formes scientifiquement pertinentes. Il cherche à réguler les prétentions du discours sociologique, à limiter les phénomènes d’induction incontrôlés, pour mieux fonder sa scientificité. Sa position est ici analogue à celle de Wittgenstein, ce qu’il reconnaît d’ailleurs21. Mais elle vise également à fonder la scientificité des énoncés socio- logiques. Cette double exigence le conduit à formuler les conditions de scientificité de tout énoncé interprétatif. Elle fait de l’interprétation le passage effectué par le sociologue du raisonnement naturel commun au raisonnement proprement sociologique.

  • 22  J.-C. Passeron, ibid., scolie de la proposition 2.2.3, p. 269.

On saisit ici la seule différence capable de séparer le raisonnement naturel commun, […] d’avec le raisonnement naturel qui supporte la démarche spécifique des sciences sociales […] Les sciences sociales ont dû développer, afin de ruser avec l’inépuisabilité déictique des contextes, une stratégie comparative qui règle et amplifie les potentialités du raisonnement naturel mais qui reste du même ordre logique que tout raisonnement naturel.22

18En ce sens, l’interprétation apparaît comme un outil d’objectivation. Mais sa conception sceptique du langage ne peut se satisfaire d’une telle position. Il lui faut donc préciser la nature de l’interprétation, en contrepoint de la position herméneutique.

  • 23  G. Lenclud, « La mesure de l’excès » « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, 1996.
  • 24  « Nous ne chercherions pas le sens, si nous n’avions pas déjà trouvé un sens. » in J. Bouveresse, (...)

19Les herméneutes font de la compréhension un mode d’être au monde, dans une perspective post-heidegerienne, voire un art (Gadamer). J.-C. Passeron, lui, considère la compréhension au sens wébérien du terme. Dans ce cadre-ci, l’interprétation est « l’outil de la compréhension »23. La compréhension est régulée, l’interprétation n’est pas « sauvage » mais domestiquée. Si l’interprétation suppose, certes, une compréhension préalable24, elle doit néanmoins faire figure de filtre entre cette compréhension première d’ordre ontologique et une compréhension d’ordre scientifique.

  • 25  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 114
  • 26  Ibidem.

20Le processus interprétatif est donc lui aussi contraint par l’empirie. En ce sens, il ne sera scientifique que s’il s’emploie à conserver le marquage déictique des relations sur lesquelles il asserte. Pour prétendre à quelque validité, l’interprétation doit se tenir « sous la contrainte d’énoncer ses généralités en prenant appui sur des constats de base qui ne sont jamais comparables sous tous les rapports. »25 Ce qui implique que le chercheur fasse preuve de réflexivité. Dès lors en effet que les contextes sont irréductibles les uns aux autres, dès lors qu’ils sont susceptibles de se modifier et d’évoluer, le raisonnement sociologique « doit incorporer à l’interprétation des constats qu’il énonce un discours sur la variation de leurs contextes et sur la production des informations qu’il utilise. »26

  • 27  Op. cit, « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, p. 37.
  • 28  « L’enquête c’est tout ce qui sépare la manipulation d’informations discontinues du traitement mét (...)

21L’interprétation ne peut donc être un principe d’objectivation que si elle incorpore une réflexivité à l’égard des constats, et des conditions de ces constats. Telle est la contrainte sous laquelle doit opérer tout geste interprétatif pour prétendre à la scientificité. Quelle peut être l’heuristicité d’une telle démarche ? J.-C. Passeron l’expose dans deux numéros d’Enquête, consacrés l’un au « terrain de l’enquête » l’autre à l’« interprétation » Elle permet une première opération de filtrage, qui caractérise chaque contexte selon ses traits pertinents, pour construire un corpus de descriptions. En somme, elle rend possible des choix de descriptions pertinents. Elle oriente également ces choix, par « anticipation et supputation critique de [s] usages descriptifs, analytiques et probatoires »27 du corpus. Du respect de ces règles d’enquête dépend le caractère réglé de l’interprétation, autrement dit de la transformation des données en faits28. Comment s’opère cette transformation ? Correspond-t-elle au passage de l’information à la connaissance, de l’empirie à la théorie ? Ce glissement est-il d’ordre traductif ?

  • 29  Op. cit, « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, p. 91.
  • 30  Op. cit, « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, p. 33.

22Selon les termes de J.-C. Passeron, jamais. Il s’agit davantage d’un « codage » Donnons-en la définition, certes oblique, avant d’entrer dans les détails : « Le codage, et plus généralement, n’importe quelle retranscription d’une description ne se réduisent à des opérations de traduction automatique que pour le chercheur qui les pratiquerait sans savoir ce qu’il en fera ensuite ni se soucier de ceux qui l’ont précédé. »29 Le « codage » n’équivaut donc pas à la traduction, mais il concerne le strict niveau énonciatif. Voilà qui renseigne à nouveaux frais sur la nature de l’interprétation. L’interprétation s’apparente à un acte d’énonciation, mais d’un genre particulier. Elle est ce mouvement par lequel « (…) l’enquête transforme, en s’étendant comparativement, les ‘données’ brutes en ‘faits’ sémantiquement ‘parents’ »30. Reste à savoir de quoi elle procède, et ce qui la fonde.

III. Coder, comparer et argumenter. Un style d’intelligibilité

23Il nous faut à présent interroger cette transformation que J.-C. Passeron désigne sous le nom de « codage » Comment comprendre ce procédé interprétatif singulier ? Et comment le situer dans son projet de fondation de la scientificité des sciences sociales ? Là encore, la question se noue autour du langage. J.-C. Passeron définit l’énonciation sociologique comme un va-et-vient entre modèle et récit, passage « de l’indicateur au concept qui l’interprète » Et ce régime énonciatif relève du langage naturel. Autrement dit, le pôle nomologique fait encore figure de repoussoir.

  • 31  J-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit, proposition 2.4.1.1, p. 374.

Il y a nécessairement plus de sens dans les énoncés interprétatifs formulés par la sociologie que dans les énoncés formulés dans une langue artificielle de traitement des données : les énoncés du premier type doivent interpréter les seconds pour asserter sur le monde historique.31

24Les règles précédemment énoncées impliquent le recours au langage naturel. La part de formalisation que contient une théorie sociologique n’est jamais autonome. Le recours aux langues artificielles n’est donc que momentané, et ne saurait constituer une forme définitive d’énonciation. Il permet certes un premier mouvement d’induction, en traduisant les traits reconnus pertinents d’un contexte en variables quantifiables et comparables, mais il ne suffit pas à énoncer le sens sociologique d’une description.

25Tout d’abord parce que ce travail de « codage » est nécessairement partiel. J.-C. Passeron spécifie ainsi la modélisation sociologique : les modèles sont toujours « à déictiques » c’est-à-dire indexés à des contextes, et construits à partir de coordonnées (notons que J.-C. Passeron ne parle pas de variables) spatio-temporelles. La singularité d’un cas ou d’un contexte ne peut être systématisée formellement.

  • 32  J-C. Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire » op. cit, p. 242.

(…) Croire pouvoir épuiser un jour intégralement le ‘contexte’pertinent (historique ou anthropologique) d’un modèle explicatif ou prévisionnel par l’ajout sans fin de paramètres ou de variables supplémentaires, tout en gardant les bénéfices de formalisation que permet l’autonomisation, est un leurre.32

  • 33  J-C. Passeron, ibid, p. 246.
  • 34  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit, proposition 2. 4, p. 373
  • 35  Rappelons rapidement les définitions qu’en donne Peirce : « Un index est un signe qui perdrait d’e (...)

26Les modèles ne sont donc que typologiques, et n’ont d’utilité que lorsque les résultats de la « mesure » peuvent être confrontés à l’observation des phénomènes localisés et temporalisés. Autrement dit, le calcul répond aux besoins théoriques des sciences sociales, car il porte sur des régularités observables, mais ne contient jamais de valeur absolue. « Dans une science sociale, le modèle est un instrument d’analyse, non de synthèse ; sa confrontation à l’observation ouvre une question que sa logique intrinsèque ne peut résoudre, obligeant ainsi le sociologue à continuer son raisonnement par d’autres enquêtes pour conceptualiser de nouvelles observations dont la signification contextualisée déborde nécessairement le langage hypothético-déductif du modèle. »33 Ils nécessitent en outre, pour être signifiants, un second mouvement, comparatif et analogique. Afin d’expliquer et de comprendre la singularité d’un phénomène et l’ériger en fait, « la sociologie […] ne peut parler, dans ses énoncés finaux, qu’en langue naturelle »34. Selon l’auteur en effet, seule la langue naturelle est à même de conserver le marquage historique des faits observés. L’espace logico-assertorique du raisonnement sociologique est donc composé de concepts descriptifs, au pouvoir d’abstraction limité et contenu par leur ancrage empirique. Les concepts sociologiques codent les données et acquièrent alors le statut mixte de « symboles » et d’« index »35, au sens de Peirce. Ils se réfèrent ainsi à des individualités historiques. La définition sociologique consiste à désigner l’une de ces séries d’individualités « afin d’y indexer un concept dont la description définie reste liée à son indexation mobile sur cette série d’individualités »

  • 36  L. Wittgenstein, Tractatus Logico-philosophique, 3. 261, p. 44.
  • 37  Ibidem, 3. 262, p. 44.
  • 38  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit, p. 60.
  • 39  J.-P. Olivier de Sardan, « L’espace weberien du Raisonnement. sociologique » in Genèses, n° 10, ja (...)

27La deuxième raison pour laquelle J.-C. Passeron défend le langage naturel de l’espace assertorique des sciences sociales est que ce langage permet d’introduire un surplus sémantique. J.-C. Passeron se réclame implicitement de la conception wittgensteinienne du signe : « chaque signe dénote par-delà les signes qui servent à le définir ; et les définitions montrent la direction »36 ou encore « ce que les signes escamotent, leur emploi l’énoncent. »37 Le recodage interprétatif de l’indicateur en concept lui confère une mobilité, source d’un surplus sémantique. Elle permet son inscription déictique et laisse aux concepts sociologiques un pouvoir de dénotation, désignant les contextes parents. Les mots de la langue naturelle, lorsqu’ils sont mobilisés par une interprétation réglée, possèdent une « force créatrice » d’évocation, qui rend possible le travail de comparaison. Selon J.-C. Passeron, seule la langue naturelle peut prétendre à cette élasticité, nécessaire à toute démarche analogique. C’est en ce sens que les concepts sociologiques, tant polymorphes que sténographiques, ont le statut logique de « semi-noms propres » ou « désignateurs semi-rigides »38, à la fois référentiels et abstraits. « Ils incorporent de la description individualisante (à l’image du nom propre) et de la classification généralisante (à l’image du nom commun) »39. Ce statut hybride est gage de leur heuristicité.

  • 40  G. Gaston-Granger, « A quoi servent les noms propres ? », in Langages, juin 1982, cité par J.-C. P (...)
  • 41  J-C. Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire » op. cit., p. 247.
  • 42  J-C. Passeron, « Le modèle, l’enquête et le récit » in Les modèles explicatifs du vote, dir. N. Ma (...)

28Or, la cohérence interprétative du raisonnement sociologique dépend de ce que G. Gaston-Granger appelle « l’ancrage pragmatique » des déictiques et des semi-noms propres dans la situation d’énonciation40. « (…) Les déictiques signalent […] l’entrée des pistes par lesquelles l’enquête est invitée à se faufiler pour trouver les comparaisons signifiantes capables d’expliquer les singularités du cours du monde. »41 La perpétuelle indexation des concepts donne à l’espace assertorique et énonciatif des sciences sociales sa spécificité. Les relations entre énoncés et concepts que définit J.-C. Passeron comme intrinsèques à l’inter- prétation sociologique dessinent en effet un « style d’argumentation » propre. Dans nombre d’articles récemment parus, J.-C. Passeron se réfère aux travaux de A. Crombie puis de I. Hacking sur les « styles de pensée scientifique » et « styles de raisonnement » Le style d’argumentation hybride que J.-C. Passeron caractérise par un ensemble de méthodes aux vertus démonstratives et heuristiques naît sur les terrains de la narration et de la comparaison historiques. Les argumentations des sciences sociales font intervenir « des enchaînements syntaxiquement composites d’énoncés qu’elles associent à des implications tirées de concepts sémantiquement non équivalents. »42

29C’est cette argumentation spécifique qui définit à son tour un régime de scientificité propre, dans la mesure où elle combine différents modes d’administration de la preuve. Si les règles méthodologiques modèlent un espace énonciatif interprétatif, cet espace doit à son tour pouvoir être évalué. Il faut des procédures pour vérifier l’interprétation, des règles probatoires autrement dit. S’agit-il d’évaluer, de falsifier ou de vérifier ? Toutes les interprétations se valent-elles ? Nous venons de voir que non en vertu des règles déontologiques et des règles énonciatives. Voyons maintenant si des procédures de vérification sont susceptibles de fonder le régime de scientificité-véridicité propre aux sciences sociales. Quelles sont les formes de vérification que J.-C. Passeron suggère ? Nous aimerions revenir dans un dernier temps sur ces procédures de validation, et d’évaluation d’une théorie interprétative, corrélées au problème passeronien par excellence des rapports entre théorie et empirie.

IV. Scientificité et véridicité

30Nous avons dit que l’interprétation était régulée par le processus d’enquête (règles déontologiques), par le style d’intelligibilité, ou d’argumentation, qui est le sien (règles énonciatives). Elle l’est aussi par des règles probatoires. Nous voudrions montrer que les deux procédures de vérification, force de l’empirie et de l’exemple, et évaluation par un « tribunal des pairs » ne sont pas sans cohabiter contradictoirement. Ces deux modes régulateurs, en plus de la vigilance énonciative du sociologue, protègent, en principe, les théories sociologiques des risques de la surinterprétation.

31Les sciences sociales sont définies par J.-C. Passeron comme indexées à des contextes. De telle sorte que les descriptions empiriques contiennent des coordonnées spatio-temporelles et des déictiques. Seule la mise en relation comparatiste de ces descriptions confère aux sciences sociales un pouvoir d’abstraction. Ce mode d’explication repose sur la compréhension d’une action en situation et s’oppose au mode explicatif des sciences nomologiques. Ces dernières ont en effet pour but de produire des lois. Les procédures de vérification de ces lois ont été définies par K. Popper. Une loi, pour être vraie, doit être falsifiable. J.-C. Passeron tente précisément d’attribuer un autre « régime de scientificité » aux sciences sociales en faisant de la falsifiabilité une procédure de vérification inadéquate, dans la mesure où les événements du cours historique du monde, ne sont pas réitérables. Les sciences sociales reposent sur un va-et-vient entre empirie et théorie (les faits construits ont force d’exemples ou de contre-exemples de la théorie), tandis que les sciences nomologiques se fondent sur un rapport des faits aux lois établies (les faits ne font que confirmer ou infirmer une loi).

  • 43  J-.C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., Scolie de la Proposition 2.2.3, p. 369.

La comparaison historique, distincte de l’expérimentation en ce qu’elle doit composer en une chaîne argumentative des constats empiriques qui ne sont pas comparables sous tous les rapports, ne peut donner à ces conclusions que le statut logique de la présomption.43

  • 44  Ibidem, Scolie de la proposition 2.2.3, p. 369.

32L’interprétation sociologique ne peut prétendre à une abstraction de l’ordre de la nécessité. Il faut donc qu’elle s’attribue un langage propre, et celui-ci ne peut être que naturel, dans la mesure où les contextes mis en relation par la méthode comparative, sont parents et non pas équivalents. « La parenté entre des contextes n’est pas une propriété qui les décrirait une fois pour toutes : sa valeur opératoire est fonction des méthodes descriptives ou explicatives qui sont particularisées par une question. »44

  • 45  Ibid, Proposition 3. 3, p. 386.

33Une fois de plus, les sciences nomologiques servent de pôle répulsif, dans la mesure où la falsifiabilité est exclue comme mise à l’épreuve empirique. L’exemplification serait le pendant de la falsification, en sciences sociales : une nouvelle information empirique vient corroborer ou infirmer le travail comparatif et idéal-typique à l’œuvre dans toute théorie interprétative. Elle représente un véritable test (que J.-C. Passeron nomme « véridiction ») pour l’argumentation sociologique d’ensemble. J.-C. Passeron donne une autre acception et une autre valeur probatoire à l’exemplification que celle qu’avait pu lui attribuer Popper. Elle n’est plus à concevoir comme la catégorie négative et complémentaire de la falsification. Elle ne se réduit plus « à l’univers amorphe des constats empiriques de valeur probatoire nulle »45 mais constitue tout au contraire l’ensemble des opérations de mise à l’épreuve spécifique des énoncés sociologiques. Or ces énoncés ont – nous l’avons dit – un ancrage empirique et déictique, en tant que semi-noms propres. C’est dire que seule une information empirique peut avoir valeur et force probatoire par rapport à de tels énoncés.

  • 46  Ibid, Proposition 3. 1, p. 377.

Aucune des propriétés logiques qui rendent possible la réfutabilité (« falsifiability ») d’une proposition théorique n’appartient stricto sensu à celles qui composent une théorie sociologique, du seul fait que le sens de l’information sur laquelle elles assertent reste toujours solidaire d’une série de configurations historiques singulières.46

  • 47  Les sciences sociales sont « dans la méthode, des sciences de l’enquête, et non de l’expérimentati (...)

34Le statut logique de désignateur semi-rigide attribué au concept sociologique rend impossible leur falsification, dans la mesure où celle-ci ne s’applique qu’à des propositions universellement valables. Les propositions sociologiques, elles, sont de l’ordre de la présomption, au mieux d’une universalité numérique et non logique, au sens popperien des termes47. D’un point de vue logique, la falsifiabilité s’avère vide de sens, de telle sorte que seule l’exemplification convient comme procédure de validation des énoncés sociologiques, ainsi rendus pertinents et mobilisables.

35Le fait, par exemple, que les coordonnées, dans la terminologie passeronienne, se substituent aux variables, dans le discours sociologique, détermine les procédures de vérification que propose J.-C. Passeron. Aussi l’usage d’une donnée empirique n’est-il jamais univoque. Elle illustre mais surtout exemplifie, dans la mesure où elle a force d’exemple ou de contre-exemple. Le régime de scientificité des sciences sociales équivaut à un régime de véridicité et non de vérité.

  • 48  J-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête I » in « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, (...)

C’est pourquoi, pour caractériser la forme spécifique que prend dans l’espace logique des sciences sociales la ‘vérité’d’une assertion empirique, je préfère parler de ‘véridicité’ ; et de ‘véridiction’pour nommer le contrôle des concepts, du raisonnement et des rapports aux ‘référents’qui y est mis en œuvre.48

36L’interprétation gagnera en véridicité – J.-C. Passeron dit qu’elle verra sa véridicité « améliorée » – si l’empirie joue le rôle de pouvoir exemplificateur. Comment ne pas faire le lien avec ce que disait Weber dès 1913 :

  • 49  M. Weber, Essais sur la théorie de la science, op. cit., p. 315-316.

Pour la sociologie, les interprétations ‘significatives’d’un comportement concret ne sont jamais comme telles, même dans le cas de la plus grande ‘évidence’, que de simples hypothèses de l’imputation causale. Il est donc indispensable de les soumettre à toutes les vérifications possibles, en ayant recours en principe, aux mêmes moyens que ceux qu’on utilise à propos de n’importe quelle autre hypothèse.49

  • 50  J.-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête II » Enquête, n ° 3, 1996, p. 100.
  • 51  Ibidem, p. 100.
  • 52  J.-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête I » Enquête, n° 1, 1995, p. 34.

37Toutes les connaissances nouvelles impliquent donc un déplacement du sens des assertions. Et la véridicité du discours se trouve améliorée par l’intégration de nouvelles descriptions assertives. Il n’y a pas de codage fondamental qui définirait une fois pour toutes la langue des raisonnements sur l’empirie. J.-C. Passeron peut dès lors reformuler une définition de l’interprétation à partir de ces développements sur les sciences nomologiques et les procédures de vérification : elle est l’attribution d’« un sens aux actes et à leurs relations » un sens « que n’exclut aucun des constats empiriques de l’enquête » « à charge pour l’interprète de multiplier les constats non redondants de relations, en recherchant dans le plus de contextes possibles le plus d’exemples possibles de variations de ces relations, au risque du contre-exemple. »50 J.-C. Passeron insiste sur la valeur de l’exemple, il en fait la source par excellence d’opérations de « recodage » voire de « transcodage » Bref, il est le socle-même de l’interprétation, puisque celle-ci se nourrit de nouvelles observations afin de reformuler la relation entre concepts descriptifs jusqu’alors élaborés (« recoder du langage descriptif »51), afin de modifier la situation d’énonciation, l’univers du discours. Interpréter n’est jamais que recoder, reformuler, autrement dit réinterpréter. Nous retrouvons là notre définition initiale, celle des Propositions du Raisonnement sociologique. «… Que nul n’entre dans l’enquête s’il n’a accepté d’avance d’être prêt à reprendre à nouveaux frais son parcours argumentatif en tout point où un raisonnement comparatif intégrant de nouvelles informations est capable de transformer ses assertions en les améliorant. »52

  • 53  « L’exemplification contrôlée par une méthode de recherche travaille à améliorer ses assertions pr (...)
  • 54  Ibidem, Scolie de la proposition 2.4, p. 370.

38Cette idée de l’amélioration (que J.-C. Passeron préfère de loin au terme de cumulativité) possible d’une théorie par l’exemplification n’est pas sans lien avec les degrés de véridicité que J.-C. Passeron attribue aux interprétations sociologiques. En effet, si une proposition de type sociologique n’est logiquement ni vraie ni fausse mais véridique, elle possède une force probatoire variable selon la situation énonciative dans laquelle elle s’inscrit, selon également les données empiriques qu’elle mobilise. Deux types de procédures déterminent le degré de véridicité d’une assertion ou d’une théorie sociologique. J.-C. Passeron propose des procédures objectivantes (« multiplication et coordination » réglées des constats empiriques53) pour évaluer une interprétation, et lui attribuer son degré de véridicité. Mais ne serait-ce à la « prudence » et à la « lucidité » du chercheur que J.-C. Passeron fait référence lorsqu’il invoque des pratiques « réglées » et « raisonnées » ? Cette distorsion met à mal la véridiction à laquelle J.-C. Passeron souhaiterait conférer un caractère objectivant. Tout compte fait, « dans les sciences sociales, la ‘ valeur ’ d’un résultat ou d’une œuvre scientifique n’est finalement mesurable que par la trace paradigmatique qu’ils laissent dans la mémoire vive des communautés savantes capables de les réutiliser. Aucune docimologie comptable, aucune méthodologie fermée ne saurait évaluer la valeur scientifique en lieu et place de la postérité savante. »54

39Il met donc en avant l’évaluation des théories interprétatives par le « tribunal des pairs » Cette instance-juge est sans conteste à double tranchant. De deux choses l’une en effet. Nous pouvons lire l’épistémologie de J.-C. Passeron comme autant de règles assurant un fonctionnement harmonieux au champ sociologique, par une critique perpétuelle des énoncés visant à un plus haut degré de véridicité. Mais il est également possible d’y lire, de façon plus polémique, une tentative de constituer un paradigme. Un tel tribunal fixe des critères de jugement, légitime certaines interprétations, d’autres pas. Mais ne contribue-t-il pas d’autre part, en érigeant une interprétation au rang de référence, voire d’autorité, à transmuer la véridicité en vérité ? Dans une perspective nietzschéenne, nous pourrions rappeler à quel point la vérité naît sur le terreau, plus encore que des valeurs, de l’évaluation. Faire d’un sens le sens, n’est-ce pas mettre en danger la force éventuellement contestataire de l’empirie ? Peut-être peut-on voir ici une aporie finale du Raisonnement Sociologique, qui n’est pas sans rappeler celle rencontrée par Wittgenstein dans son analyse de la signification comme usage ? Dès lors en effet que l’espace assertorique est défini selon des règles « arbitraires » qui ne peuvent recevoir d’autres fondements que les a priori psychologiques des individus qui l’investissent et le construisent, toute pro- cédure d’évaluation quant au sens et à la pertinence des énoncés semble devoir être renvoyer en dernière instance au jugement de la communauté.

Haut de page

Bibliographie

Bouveresse J., Herméneutique et linguistique, Combas, Editions de l’Eclat, 1991.

Bouveresse J., Essais III. Wittgenstein et les sortilèges du langage, Marseille, Agone, 2003.

Dilthey W., Critique de la raison historique : introduction aux sciences de l’esprit et autres textes, présentation, traduction, et notes par S. Mesure, Paris, Cerf, 1992.

Lenglud G., « La mesure de l’excès » in « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, 1996.

Passeron J.-C., Le Raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991.

Passeron J.-C., « L’espace mental de l’enquête I » « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, 1995, p. 20

Passeron J.-C., Introduction à Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996.

Passeron J.-C., « L’espace mental de l’enquête II » in « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, 1996.

Passeron J.-C., « Le modèle, l’enquête et le récit » in Les modèles explicatifs du vote, sous la dir. de N. Mayer, Paris, L’Harmattan, 1997.

Passeron J.-C., « Formalisation, rationalité et histoire » in Le modèle et le récit, Paris, 2001.

Popper K., La logique de la découverte scientifique, Paris, Fayot, 1976.

Ricoeur P., Le conflit des interprétations. Essais d’herméneutique, Paris, Seuil, 1969.

Tiercelin C., C. S. Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF, 1993.

Weber M., Essais sur la théorie de la science, trad. et introd. par J. Freund, Paris, Plon, 1992, p. 305.

Wittgenstein L., Tractatus Logico-Philosophicus, Paris, Tel, 1993 pour la traduction française.

Haut de page

Notes

1  J.-C. Passeron est actuellement directeur d’études à l’EHESS (Marseille). Il est l’auteur notamment des Héritiers (co-écrit avec P. Bourdieu en 1964), de La reproduction (des mêmes, 1970), du Métier de sociologue (avec P. Bourdieu, J-.C. Chamboredon, 1973), du Savant et le populaire (co-écrit avec C. Grignon, 1989), du Raisonnement sociologique (1991), dont une réédition est attendue avant la fin de l’année 2003.

2  J.-C. Passeron, « Anthropologie, histoire, sociologie » Interpréter et surinterpréter, Enquête, n° 3, 1997, p. 102.

3  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, p. 87.

4  J.-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête I » « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, 1995, p. 20

5  Ibid, p. 16.

6  L’espace assertorique, ou « espace logique d’une assertion » est défini par J.-C. Passeron comme « l’ensemble des contraintes qui définissent pour une assertion le sens de ce qui signifie pour elle le fait d’être vraie ou fausse » (J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 399)

7  « Si j’osais livrer ici ma conviction épistémologique […], je dirais volontiers, qu’aujourd’hui la sociologie me semble devenue toute entière wébérienne, pour autant, du moins, qu’elle produit une intelligibilité qui lui appartient en propre. La sociologie vivante est wébérienne […] parce qu’une sociologie qui n’abdique ni l’explication’ni la ‘compréhension’repose inévitablement sur une épistémologie wébérienne. » in J.-C. Passeron, Introduction à Sociologie des religions, Paris, Gallimard, 1996, p. 12.

8  W. Dilthey, Critique de la raison historique : introduction aux sciences de l’esprit et autres textes, Paris, Cerf, 1992, présentation, traduction, et notes par S. Mesure.

9  M. Weber, Essais sur la théorie de la science, traduit et introduit par J. Freund, Paris, Plon, 1992, p. 305.

10  Ibid, p. 308.

11  «… la sociologie ne pouvait être pour Pareto qu’une science expérimentale comme les autres ; et c’est le raisonnement ‘logico-expérimental’qui lui a servi de modèle exclusif pour définir la forme pure de l’action rationnelle. Son anthropologie interprétative est restée du même coup, mécanique et combinatoire. Elle dépendait de sa définition simple et brutale (aristotélicienne) du ‘lien logique’entre moyens et fins » in J.-C. Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire » in Le modèle et le récit, p. 234. Or il n’y a pour J.-C. Passeron – rappelons-le – de lien logique qu’entre des énoncés.

12  Max Weber, Essais sur la théorie de la science, op. cit. p. 305. Rappelons d’ailleurs que la rationalité chez Weber n’équivaut pas à l’acception qu’en donne Pareto. Pour Weber, elle n’est jamais exclusivement instrumentale, si bien que les motifs de l’individu ne nécessitent pas une validation extérieure (une issue certaine) pour être pensés et pensables. Tandis que Pareto établit un lien logique entre la cause et son effet, et même une équivalence entre action logique et action rationnelle. Un exemple plus éclairant peut-être : le sorcier qui danse pour faire tomber la pluie n’est pas un individu rationnel, car son action n’est pas logique (l’issue n’en est pas certaine).

13  « Ce qui nous donne la fermeté extraordinaire à la causalité n’est pas la grande habitude de la consécution de processus mais notre incapacité d’interpréter un événement autrement que comme événement provenant d’intentions. C’est la croyance au vivant et au pensant comme constituants la seule chose agissante – à la volonté, l’intention – c’est la croyance que tout ce qui arrive est un faire, que tout ce qui est fait présuppose un acteur, c’est la croyance au sujet. » in F. Nietzche, Aus dem Nachlass der Achtzigerjahre, Francfort, 1979, p. 501, cité par J. Bouveresse, in Essais III. Wittgenstein et les sortilèges du langage, Marseille, Agone, 2003.

14  G. Lenclud, « La mesure de l’excès » « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, p. 20.

15  P. Ricœur, Le conflit des interprétations, Essais d’herméneutique, Paris, Seuil, 1969, p. 156.

16  Schématiquement, la « querelle des méthodes » fait se confronter, à la fin du xixe et au début du xxe, un point de vue nomologique (sur le modèle de la physique) et un point de vue interprétatif et idiographique (niant la possibilité de la production de lois en sciences sociales) portés sur les sciences dites « humaines » (économique, historique et sociologique).

17  F.-A. Isambert, « L’interprétation, source de la compréhension chez Max Weber » in « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, revient sur les Essais sur la théorie de la science, afin d’éclaircir ce lien.

18  M. Weber, Essais sur la théorie de la science, op. cit., p. 303.

19  L. Wittgenstein, Tractatus Logico-Philosophicus, Paris, Tel, 1993 pour la traduction française, proposition 4.024, p. 53

20  Il nous faut rappeler ici la distinction qu’opère J.-C. Passeron, à la suite de Popper, entre deux régimes d’universalité, qui définissent eux-même le statut de la relation causale analysée. Il définit ainsi les relations « logiquement universelles au sens strict » exprimées par des « énoncés qui se présentent comme vrais à n’importe quel endroit et à n’importe quel moment » et les relations « numériquement universelles » dont « les énoncés ne se réfèrent qu’à une classe finie d’éléments spécifiés dans une région spatio-temporelle, particulière et limitée » qui sont précisément celles sur lesquelles la sociologie asserte. K. Popper, La logique de la découverte scientifique (1959-1968), Fayot, Paris, 1976, pp. 60-61, in J-.C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 378

21  « On entendra que je ne fais que proposer un scolie particularisé de la proposition déflationniste du Tractatus Logico-philosophicus de Wittgenstein : ce dont on ne peut parler, il faut s’en taire. » in J-.C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 359

22  J.-C. Passeron, ibid., scolie de la proposition 2.2.3, p. 269.

23  G. Lenclud, « La mesure de l’excès » « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, 1996.

24  « Nous ne chercherions pas le sens, si nous n’avions pas déjà trouvé un sens. » in J. Bouveresse, Herméneutique et linguistique, Combas, Editions de l’Eclat, 1991, p. 23.

25  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., p. 114

26  Ibidem.

27  Op. cit, « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, p. 37.

28  « L’enquête c’est tout ce qui sépare la manipulation d’informations discontinues du traitement méthodique d’un corpus d’informations contextualisées. » in « L’espace mental de l’enquête » « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, p. 35.

29  Op. cit, « Interpréter, surinterpréter » Enquête, n° 3, p. 91.

30  Op. cit, « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, p. 33.

31  J-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit, proposition 2.4.1.1, p. 374.

32  J-C. Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire » op. cit, p. 242.

33  J-C. Passeron, ibid, p. 246.

34  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit, proposition 2. 4, p. 373

35  Rappelons rapidement les définitions qu’en donne Peirce : « Un index est un signe qui perdrait d’emblée le caractère qui fait de lui un signe si son objet était enlevé, mais qui ne perdrait pas ce caractère s’il n’y avait aucun interprétant. Ainsi par exemple, un moule comportant un trou de balle comme signe d’un coup de fusil ; car sans le coup, il n’y aurait pas eu de trou ; mais il y a bien un trou, que quelqu’un ait ou non l’idée de l’attribuer à un coup de fusil. Un symbole est un signe qui perdrait le caractère qui fait de lui un signe, s’il n’y avait pas d’interprétant. Ainsi, n’importe quelle forme de discours ne signifie ce qu’elle signifie qu’en vertu de ce que l’on comprend qu’elle a cette signification. » Cité par Claudine Tiercelin, in C. S. Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF, 1993, p. 59.

36  L. Wittgenstein, Tractatus Logico-philosophique, 3. 261, p. 44.

37  Ibidem, 3. 262, p. 44.

38  J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit, p. 60.

39  J.-P. Olivier de Sardan, « L’espace weberien du Raisonnement. sociologique » in Genèses, n° 10, janvier 1993, p. 152. Pour une vue synthétique du distinguo, à caractère pédagogique (selon les termes de l’auteur lui-même, lors d’une conversation privée), entre concepts sténographiques et concepts polymorphes, on se reportera à l’article paru dans Tracés, L’île, n° 3, septembre 2003, édité par l’Association Tracés, co-écrit par A. Fossier et E. Gardella. Les concepts polymorphes sont génériques, c’est-à-dire trop vagues et trop peu univoques, tandis que les concepts sténographiques sont trop peu théoriques et ne réfèrent qu’à des évènements individuels.

40  G. Gaston-Granger, « A quoi servent les noms propres ? », in Langages, juin 1982, cité par J.-C. Passeron, in « Formalisation, rationalité et histoire, op. cit., p. 247.

41  J-C. Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire » op. cit., p. 247.

42  J-C. Passeron, « Le modèle, l’enquête et le récit » in Les modèles explicatifs du vote, dir. N. Mayer, Paris, L’Harmattan, 1997.

43  J-.C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., Scolie de la Proposition 2.2.3, p. 369.

44  Ibidem, Scolie de la proposition 2.2.3, p. 369.

45  Ibid, Proposition 3. 3, p. 386.

46  Ibid, Proposition 3. 1, p. 377.

47  Les sciences sociales sont « dans la méthode, des sciences de l’enquête, et non de l’expérimentation ; dans leurs assertions générales, des sciences de la présomption, toujours améliorable, et non de la nécessité ou de l’universalité ; et dans le pronostic, des sciences de l’expertise, et non de la prévision. » in « L’espace mental de l’enquête I » « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, 1995, p. 27.

48  J-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête I » in « Les terrains de l’enquête » Enquête, n° 1, 1995, p. 14.

49  M. Weber, Essais sur la théorie de la science, op. cit., p. 315-316.

50  J.-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête II » Enquête, n ° 3, 1996, p. 100.

51  Ibidem, p. 100.

52  J.-C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête I » Enquête, n° 1, 1995, p. 34.

53  « L’exemplification contrôlée par une méthode de recherche travaille à améliorer ses assertions présomptives par les contraintes empiriquement multipliées et sémantiquement conjointes auxquelles la soumet une grille conceptuelle protocolarisée de description du monde. Multiplication et coordination des constats empiriques dans une sémantique protocolarisée constituent les seuls ressorts de l’épreuve empirique accessibles aux sciences sociales » in J-.C. Passeron, Le Raisonnement sociologique, op. cit., scolie de la proposition 3.3.1.1., p. 389

54  Ibidem, Scolie de la proposition 2.4, p. 370.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Souloumiac et Arnaud Fossier, « Passeron : entre Weber et Wittgenstein », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 18 juillet 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/3883 ; DOI : 10.4000/traces.3883

Haut de page

Auteurs

Julien Souloumiac

J. Souloumiac, élève aux magistères de sociologie de Cachan et de philosophie à Ulm.

Articles du même auteur

Arnaud Fossier

A. Fossier, élève en 3e année d’histoire à l’ENS LSH.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page