Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Nietzsche et la radicalisation de l’interprétation

Anthony Manicki
p. 9-19

Résumé

L’apport de Nietzsche au concept d’« interprétation » tient avant tout à l’extension de son effectivité. Loin de n’être qu’une explication de texte, l’interprétation devient avec Nietzsche l’essence de la Volonté de Puissance qui, toujours hors d’elle même, évalue activement les objets sur lesquels elle s’applique. Cette  évaluation est une interprétation qui produit des effets dans le champ de la pratique humaine. Ainsi, Pour Nietzsche, mettre en question l’interprétation, c’est étendre son champ conceptuel afin de lui donner une dimension non plus textuelle et subjective, mais existentielle et objective.

Haut de page

Texte intégral

« Arrête, nain ! Dis-je, c’est moi ou c’est toi ! Mais moi je suis le plus fort de nous deux : tu ne connais pas cette pensée qui m’est venue, profonde comme l’abîme. Elle, tu ne pourrais la porter ! » (Ainsi parlait Zarathoustra III « De la vision et de l’énigme »)

  • 1  M. Foucault, « Nietzsche, Freud, Marx » in Nietzsche, Cahiers de Royaumont, Paris, Editions de Min (...)

[Nietzsche n’a] pas multiplié les signes dans le monde occidental. [Il n’a] pas donné un sens nouveau à des choses qui n’avaient pas de sens. [Il a] en réalité changé la nature du signe et modifié la façon dont le signe en général pouvait être interprété.1

1En écrivant ceci, M. Foucault met en évidence en quoi Nietzsche ne procède pas, dans sa ressaisie du concept d’interprétation, à en formuler une nouvelle version, mais à le refondre totalement ; il opère une « transvaluation » de ce concept pour rester dans le vocabulaire nietzschéen. En ce sens nous parlons de « radicalisation de l’interprétation »

2Ce concept, qui définit un processus par lequel du sens, inapparent jusqu’alors, est produit, se comprend tout d’abord dans une dimension littéraire ou tout du moins textuelle. En effet, il est longtemps rattaché au domaine théologique et l’interprétation est avant tout celle des Livres saints. Dans ce cas, un des problèmes fondamentaux est celui de la légitimité même d’une interprétation qui, dès lors qu’elle existe, pose la question de la nature du texte dont elle est l’interprétation. De telle sorte qu’interpréter un Livre saint, c’est en partie remettre en cause la portée et la validité de la lettre du texte, c’est le remettre « en question » D’où les controverses sur les modalités de l’interprétation des Ecritures chez Thomas d’Aquin et chez Luther notamment. D’où les débats entre partisans de l’interprétation (« ijtihad ») et partisans de la lettre dans le monde musulman. Toujours est-il – et cet exemple nous le montre bien – que l’interprétation pose problème dans la modalité-même du processus qu’elle implique. Elle participe nécessairement d’une technique qui la légitime et qui contrôle toute production délirante de sens ou, en l’occurrence, de non-sens. Prenant acte de cela, nous pouvons dégager un constat, et une difficulté qui apparaît comme son corollaire : l’interprétation porte d’abord sur un texte, de quelque nature qu’il soit (littéraire, musical…). Se pose alors le problème de l’extension de ce concept, et de cette pratique, à des domaines qui ne soient pas des « domaines du texte » En effet, si l’interprétation implique une technique qui en légitime l’usage, les tentatives de définition de cette technique s’appliquent au texte et, en cela, semblent réduire le champ d’effectivité de ce concept. C’est notamment le projet de Schleiermacher (1768-1834). Dans son ouvrage inachevé, intitulé Herméneutique, il tente de déterminer des règles d’interprétation. Celles-ci ont pour but de limiter la pratique herméneutique en systématisant l’interprétation de façon à ce que ce soit le texte sur lequel elle s’exerce qui la guide absolument. Ainsi Schleiermacher peut-il écrire :

L’une des choses essentielles lorsqu’on interprète est d’être capable de faire abstraction de sa propre conviction pour épouser celle de l’écrivain.

3L’interprétation se trouve alors bornée par le texte lui-même. Elle n’est nullement libre et, loin de viser la création, elle doit permettre l’explicitation. Subordonnée au texte, elle l’est donc tout aussi bien au langage :

  • 2  Schleiermacher, Herméneutique, Paris, Cerf, 1987, trad. Christian Berner, aphorismes de 1805

Le langage est la seule chose qu’il faille présupposer dans l’herméneutique et tout ce qu’il y a à trouver, ce dont font aussi partie les autres présuppositions objectives et subjectives, doit être prouvé à partir de la langue.2

4Dans cette optique, tenter de définir l’interprétation, c’est se situer dans une perspective normative en tentant de lui apposer des bornes qui ont à déterminer ce qu’est la « bonne interprétation » Aussi, si cela semble possible relativement à un texte, nous voyons que la tentation d’étendre le champ d’effectivité du concept d’interprétation pose le problème de la légitimité même de l’acte d’interpréter, dans la mesure où cette extension à des domaines qui ne soient ni littéraires, ni musicaux… implique la remise en cause de la technique qui la légitime.

5La question est alors de savoir d’une part, en quoi l’extension de ce concept à diverses sphères de la pratique humaine peut permettre de définir non plus des règles, mais des moyens d’interprétation qui soient à eux-mêmes leurs propres règles. D’autre part, il s’agit de mettre en évidence en quoi cette extension peut permettre de redéfinir le concept même d’interprétation, de le réévaluer.

6Cette question est dûment traitée dans la philosophie de Nietzsche, laquelle procède à une réévaluation radicale de ce concept, puisqu’elle en efface les limites et restrictions. Loin de systématiser l’interprétation comme voulut le faire Schleiermacher dans un traité à perspective normative, dans une sorte de « poétique » Nietzsche l’introduit dans sa philosophie de façon beaucoup plus subtile. C’est en effet de manière quasi implicite qu’elle y trouve place dans la mesure où elle sous-tend, tel un véritable fondement, l’activité de la Volonté de puissance ou plutôt, car cette expression est pléonastique, la Volonté de puissance elle-même. Ce concept fondamental du nietzschéisme doit ici être explicité afin d’empêcher les mésinterprétations.

7La Volonté de puissance n’est nullement une volonté de « prendre le pouvoir » voire de créer un nouveau pouvoir en détruisant les valeurs traditionnelles dans ce qui ne serait que « furie du disparaître » pour reprendre une expression hégélienne. Il ne s’agit pas pour Nietzsche d’en finir avec les valeurs, mais il s’agit d’aller « par-delà » les valeurs. Ainsi la Volonté de puissance n’est pas une volonté d’asseoir une puissance, mais elle est « Volonté vers la puissance » « Wille zur Macht » où le « zur » dit cette participation active à la puissance c’est-à-dire, chez Nietzsche, à l’instinct de liberté, à l’instinct de vie.

8Osons l’interpréter de manière ontologique : la Volonté de puissance sous-tend toute vie, toute action. Elle est elle-même vie :

  • 3  Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, Paris, Gallimard, 1982, § 36.

(…) nous devons supposer que partout où nous reconnaissons des effets nous avons affaire à une volonté agissant sur une volonté, que tout processus mécanique, dans la mesure où il manifeste une énergie, constitue précisément une énergie volontaire, un effet de la volonté. A supposer que cette hypothèse suffise à expliquer notre vie instinctive toute entière en tant qu’élaboration et ramification d’une seule forme fondamentale de la volonté – à savoir la Volonté de puissance, comme c’est ma thèse – à supposer que nous puissions ramener toutes les fonctions organiques à cette Volonté de puissance […] nous aurions alors le droit de qualifier toute énergie agissante de Volonté de puissance.3

9De la sorte, nous voyons que cette Volonté de puissance ne peut être comprise comme une volonté au sens traditionnel, c’est-à-dire dans lequel elle peut être ou non active, selon qu’elle se porte ou non sur un objet. La Volonté de puissance est quant à elle toujours active, puisqu’elle est cette activité. L’alternative que Nietzsche met en évidence est alors celle-ci : soit assimiler la Volonté de puissance, la canaliser, ou tout du moins l’assumer et alors être créateur, « force active » ; soit renoncer face à cette puissance, parce qu’elle représente un trop plein d’énergie, en somme être incapable de l’assumer et alors être esclave, « force réactive »

10Ce sont ces deux concepts qui permettent à Nietzsche de radicaliser l’interprétation. La force réactive est celle qui crée des valeurs en s’opposant à un donné préexistant, de telle sorte qu’elle détermine une interprétation à partir de ce donné, c’est-à-dire une interprétation seconde. Au contraire, la force active est créatrice par elle-même de valeurs : c’est en elle qu’elle puise ce qui a à devenir norme. Ainsi l’interprétation devient première, évaluation active d’un fond donné qui, par là, se trouve orienté. Force active et force réactive sont donc deux manières de se rapporter à la Volonté de puissance. Ce choix, l’assumer ou y renoncer, voilà ce que Nietzsche appelle le « destin de l’homme »

  • 4  Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, Paris, Gallimard, 1982, § 259.

Tout corps au sein duquel les individus se traitent en égaux […] est ainsi obligé, s’il est vivant et non pas moribond, de faire contre les autres corps tout ce que les individus qui le composent s’abstiennent dans leurs relations réciproques : il devra être une Volonté de puissance incarnée : il voudra croître, s’étendre, accaparer, dominer, non pas par moralité ou immoralité mais parce qu’il vit et que la vie est Volonté de puissance.4

11La vie est donc en son essence même Volonté de puissance. Mais il s’agit de l’incarner, de la canaliser, de se faire fort d’elle, afin de créer de nouvelles valeurs, non pas en supprimant, mais en surmontant les anciennes. Et le moyen d’assumer ou de renoncer à la Volonté de puissance est l’interprétation. Celle-ci peut dès lors être radicale, dans la mesure même où rien dans la philosophie de Nietzsche n’est figé. En digne successeur d’Héraclite, il conçoit le monde comme en un éternel mouvement.

  • 5  Nietzsche, 1 [115], Fragments posthumes (automne 1885-automne 1887), Paris, Gallimard, 1976.

Le caractère interprétatif de tout ce qui arrive.
Il n’y a pas d’événement en soi. Ce qui arrive est un ensemble de phénomènes choisis et rassemblés par un être interprétant.5

  • 6  Aristote, Ethique à Nicomaque, III, 5, 1113a 3-5, Paris, Vrin, 1990 : « L’objet de délibération et (...)

12De ce fait, s’il n’y a pas de chose en soi, c’est-à-dire de chose fixe et immuable, c’est dans l’exacte mesure où une Volonté de puissance incarnée s’en empare et lui donne sens. Ou, autrement dit, dans le vocabulaire de Nietzsche, l’évalue et l’interprète. Evaluation et interprétation : deux concepts qui sous-tendent toute la pensée nietzschéenne. Mais à l’« évaluation » classique qui entre dans le cadre de la délibération, comme chez Aristote par exemple6, Nietzsche oppose une évaluation en acte, un processus d’évaluation qui prend forme au moment même où il s’effectue, c’est-à-dire, fondamentalement, une interprétation. En effet, évaluation et interprétation deviennent quasi synonymes, en ce qu’ils disent l’acte d’appropriation d’une chose par une Volonté de puissance qui donne à cette chose un sens. Non pas seulement une signification, mais aussi ce que nous pouvons appeler une « orientation d’existence » L’interprète devenant alors force active, « aristocrate » qui détermine spontanément des valeurs.

(…) une chose qui existe ou qui a pris forme d’une manière ou d’une autre est toujours interprétation d’une façon nouvelle par une puissance supérieure qui s’en empare, la réélabore et la transforme en l’adaptant à un nouvel usage. […] Tout événement du monde organique est une manière de subjuguer, de dominer, et toute subjugation, toute domination à leur tour équivalent à une nouvelle interprétation […] où le « sens » et le « but » antérieurs s’obscurciront nécessairement et même disparaîtront tout à fait.

13Et plus loin :

  • 7  Nietzsche, La Généalogie de la Morale, Paris, Gallimard, 1989, « La faute » « La mauvaise conscien (...)

Tout but, toute utilité […] ne sont que des symptômes indiquant qu’une Volonté de puissance s’est emparée de quelque chose de moins puissant qu’elle et lui a de son propre chef imprimé le sens d’une fonction ; et toute l’histoire d’une chose, d’un organe, d’un usage peut être ainsi une chaîne continue d’interprétations d’adaptations toujours nouvelles (…).7

14Celui qui assume la Volonté de puissance, c’est-à-dire qui assume l’instinct de liberté, l’instinct de vie, est donc cette force active qui s’empare d’une chose et lui donne sens. L’interprétation est donc évaluation active, processus corrélatif de la Volonté de puissance qui oriente ce sur quoi elle s’exerce. Aussi ne se contente-elle pas de lui donner une signification, ainsi que l’entend la conception traditionnelle de l’interprétation. Elle s’empare de la chose et la ré-élabore, l’oriente dans le champ de la pratique. C’est en ce sens que l’on peut parler avec Nietzsche d’une radicalisation de l’interprétation. Cette radicalisation est double.

15D’une part, l’interprétation s’étend à tous les domaines de la pratique humaine, dans la mesure même où elle est manifestation active de la Volonté de puissance.

16D’autre part, elle devient première, en ce sens où elle ne détermine plus seulement une signification, mais aussi une détermination proprement existentielle.

17De telle sorte que l’interprétation, telle que la conçoit Nietzsche, prend une nouvelle dimension conceptuelle. De re-création à partir d’une base donnée, elle devient appropriation et création autonomes. En dépassant le stade de la production de sens, de laquelle cependant elle prend acte, la conception nietzschéenne de l’interprétation nous oblige à redéfinir ce concept en terme de création. En effet, la conception traditionnelle de l’interprétation fait de celle-ci un processus second par rapport à l’acte créateur original. Elle est seconde en cela même qu’elle est « l’interprétation de… » Elle suppose alors un fond à partir duquel elle puisse s’exercer, produire du sens, expliciter. Elle est donc subordonnée, en son processus même, à un support quelconque dont elle est précisément l’interprétation. A parler métaphoriquement, et nous voyons en quoi cela a trait à la pensée nietzschéenne, l’interprétation est alors fondamentalement réaction. De telle sorte que pour Nietzsche, cette conception de l’interprétation est ontologiquement du domaine des « forces réactives » Elle est le type d’évaluation de celui qui n’assume pas la Volonté de puissance.

  • 8  Nietzsche, La Généalogie de la morale, Paris, Gallimard, 1989, « ‘Bon et méchant’, ‘Bon et mauvais (...)

(…) la morale des esclaves dit non à un dehors, à un autre, à un « différent-de-soi-même » et ce non est son acte créateur. Cette inversion du regard posant les valeurs – la nécessité qui pousse à se tourner vers le dehors plutôt que vers soi-même – cela relève justement du ressentiment : la morale des esclaves a toujours et avant tout besoin pour prendre naissance d’un monde hostile et extérieur, elle a, physiologiquement parlant, besoin d’excitations extérieures pour agir – son action est foncièrement une réaction.8

18Nous ne mélangeons nullement les plans en citant un passage où il est question de morale. Si l’interprétation devient synonyme d’évaluation chez Nietzsche, c’est dans la mesure même où le processus qu’elle implique est créateur de valeurs et, au premier plan, de valeurs morales. Interpréter, évaluer, c’est donc déterminer des valeurs qui ne préexistent pas. Que celles-ci assument l’instinct de liberté et nous entrons dans la dimension de la force active. Celle de l’interprétation première. Qu’elles y renoncent et c’est alors celle de la force réactive. Celle de l’interprétation seconde. C’est à ce niveau que se joue précisément la radicalisation du concept d’interprétation à laquelle procède Nietzsche. Elle n’est plus « interprétation à partir de… » mais « interprétation vers… » correspondant par là à la « Wille zur macht » Si la conception classique de l’interprétation en fait un processus second à partir d’un fond premier, la conception nietzschéenne en fait un acte premier, en cela même qu’il détermine le fond sur lequel il ne s’applique plus, mais qu’au contraire il oriente. De telle sorte qu’en morale par exemple, à l’interprétation réactive qui caractérise la morale d’esclave, s’oppose une interprétation-évaluation active qui caractérise quant à elle la morale aristocratique.

  • 9  Ibid.

L’évaluation de type aristocratique procède tout à l’inverse [de l’évaluation de l’esclave] : elle agit et croît spontanément, elle ne cherche son antithèse que pour se dire oui à elle-même avec plus de joie et de reconnaissance encore.9

19L’interprétation devient donc avec Nietzsche activité, création et non plus réactivité, re-création. En procédant à une refonte de ce concept, il est peut-être le premier à appliquer (en la subvertissant) l’exigence « philosophique » qu’exprime Marx :

  • 10  Marx, Thèses sur Feuerbach, thèse XI, Paris, PUF, 1987.

Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières ; ce qui importe, c’est de le transformer.10

20En ayant bien à l’esprit que Marx circonscrit cette exigence à une pratique socio-politique, au sein d’une dimension purement conceptuelle, nous pouvons cependant affirmer que Nietzsche fait passer le concept d’interprétation d’un champ d’effectivité exclusivement théorique à un champ d’effectivité que l’on peut dire « théorico-pratique » Dès lors, l’interprétation n’est plus une « réaction » mais une « action » productrice non seulement de signification mais aussi et surtout de valeurs. Interprétation et évaluation tendent ainsi à se confondre et désignent tous deux un acte d’appropriation et de réélaboration constantes. De telle sorte que les tentatives pour définir et circonscrire l’interprétation, c’est notamment le projet de Schleiermacher, volent en éclat au contact de la philosophie de Nietzsche. Et il semble dès lors qu’elle n’ait plus besoin de bornes. Ou plutôt, il semble alors que son essence-même interdise de lui apposer des bornes. Ou bien l’interpré- tation est définie, bornée par une technique et elle reste en cela subordonnée au texte. En ce sens, ne faisant qu’expliciter, nous devons l’appeler plus proprement « explication » Ou bien, prenant acte de la radicalisation nietzschéenne, elle oriente littéralement son support, réélabore un sens, devient première, et nous devons l’appeler création.

  • 11  Nietzsche, Fragments Posthumes (automne 1885-automne 1887), Paris, Gallimard, 1976, 2 [82].

Interprétation, non explication. Il n’y a aucun état de fait, tout est fluctuant, insaisissable, évanescent : ce qu’il y a de plus durable ce sont encore nos opinions. Projeter un sens – dans la plupart des cas une nouvelle interprétation superposée à une vieille interprétation devenue incompréhensible et qui maintenant n’est plus elle-même que signe.11

21Nous voilà donc revenus, mais après avoir épousé la « fatigue du concept » pour paraphraser Hegel, à l’assertion de Foucault qui entamait notre texte. Ainsi, la critique nietzschéenne, ou plutôt la redétermination radicale, du concept d’interprétation passe véritablement par la modification de la nature du signe. Tout devient signe, non en ce sens où tout a une signification prédéterminée (ce qui est la conception de la force réactive), mais en ce sens où tout se meut sous l’effet d’une Volonté de puissance qui s’empare de tout, l’évalue et l’interprète, c’est-à-dire l’oriente selon ses propres exigences ontologiques. L’interprétation est une « interprétation vers… » et non plus une « interprétation de… à partir de… »

22Nous pouvons voir un modèle significatif de ce processus dans le domaine musical où l’on parle justement d’interprétation. Nietzsche lui-même nous y invite, si l’on prend acte de sa définition de l’art comme « affirmation de l’existence » dans Humain, trop humain. Dans ce cas, à l’interprétation – réactive qui s’avère inexpressive s’oppose l’interprétation – active, créatrice qui rend la phrase sur laquelle elle s’exerce chaque fois nouvelle. En ce sens, Paul Myers, ingénieur du son lors de l’enregistrement du « Clavier bien tempéré » de Bach par Glenn Gould, confie à propos des interprétations du pianiste :

  • 12  Cité par Michel Schneider, Glenn Gould, piano solo, Paris, Poche, 1994. C’est nous qui soulignons.

Au studio, il aimait à aborder une œuvre avec aussi peu d’idées préconçues que possible et chaque nouvelle prise devenait une expérience d’interprétation. Quand il enregistra le premier livre du « Clavier bien tempéré » il nous est arrivé de faire dix ou quinze prises de certains préludes ou fugues ; chacun d’elle, ou presque, était parfaite à la note près, mais chacune était entièrement différente non seulement dans le tempo ou la dynamique mais aussi dans sa registration, la sonorité des lignes musicales, et dans son contenu émotionnel. Il était extraordinaire d’entendre chaque version jaillir sous ses doigts comme quelque chose de totalement nouveau.12

23Si nous laissons de côté l’emphase maladroite de Paul Myers, l’expression « expérience d’interprétation » nous intéresse au plus haut point dans la mesure même où elle rend compte du fait que l’appropriation qu’implique l’interprétation ne prend sa force que lorsqu’elle est véritablement création. De telle sorte que, pour étayer la thèse nietzschéenne qui associe interprétation, évaluation et création, il semble qu’il faille prendre en compte ce concept d’« expérience » Celui-ci ne dit nullement la fixité de l’expérience scientifique, subordonnée aux conditions irréductibles de ce dont elle est l’expérience, mais plutôt l’activité créatrice qui rend compte d’une liberté, d’une autonomie de la création. Interpréter, c’est donc expérimenter le sens. Passer outre l’interprétation subjective, le lyrisme, qui est l’« interprétation à partir de… » afin d’aboutir à une véritable « interprétation vers… » active en ce sens où, bien plus qu’une signification, c’est une valeur qu’elle produit, une nouvelle norme, dès lors même qu’elle se déploie.

24C’est le sens de la parole de Nietzsche :

  • 13  Nietzsche, Fragments posthumes (automne 1885 – automne 1887), Paris, Gallimard, 1976, 2 [108].

(…) que toute élévation de l’homme entraîne avec soi le dépassement d’interprétations plus étroites, que tout renforcement atteint, toute extension de puissance ouvres de nouvelles perspectives et fait croire à de nouveaux horizons – cela imprègne mes écrits. Le monde qui nous concerne est faux c’est-à-dire qu’il n’est pas état de fait mais invention poétique […], il est fluctuant comme quelque chose en devenir, comme une erreur qui se décale constamment, qui ne s’approche jamais de la vérité : car il n’y a pas de vérité.13

25Ainsi l’interprétation n’est radicale et donc, n’est véritablement elle-même, que lorsqu’elle produit de nouvelles perspectives d’évaluations, que lorsque se faisant, elle devient à elle-même sa propre norme. Avec Nietzsche, elle ne peut donc plus se comprendre sur le mode de l’explicitation comme la « glose et entre glose » de Montaigne, mais elle doit être considérée sur le mode de la création comme détermination poétique de valeurs et de modes d’existence. Incipit tragedia.

Haut de page

Bibliographie

Heidegger Martin, Nietzsche, Paris, Gallimard, Bibliothèque de Philosophie, 1971, trad. P. Klossowski.

Marx Karl, Thèses sur Feuerbach, in Philosophie, Paris, Gallimard, Folio-Essais, 1982, trad. M. Rubel.

Nietzsche Friedrich, Ainsi parlait Zarathoustra, Paris, Livre de Poche, 1983, trad. G.-A. Goldschmidt.

Nietzsche Friedrich, Fragments Posthumes, Œuvres Philosophiques Complètes, Paris, Gallimard, 1971, Tome XII, Automne 1885-Automne 1887.

Nietzsche Friedrich, Le Gai Savoir, Paris, Garnier Flammarion, 1997, trad. P. Wolting.

Nietzsche Friedrich, La Généalogie de la Morale, Paris, Gallimard, Folio-Essais, 1971, trad. I. Hildenbrand et J. Gratien.

Nietzsche Friedrich, Par delà Bien et Mal, Paris, Gallimard, Folio-Essais, 1971.

Nietzsche, Cahiers de Royaumont, Paris, Editions de Minuit, 1967.

Haut de page

Notes

1  M. Foucault, « Nietzsche, Freud, Marx » in Nietzsche, Cahiers de Royaumont, Paris, Editions de Minuit, 1967. Voir aussi Dits et Ecrits, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, 1994.

2  Schleiermacher, Herméneutique, Paris, Cerf, 1987, trad. Christian Berner, aphorismes de 1805

3  Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, Paris, Gallimard, 1982, § 36.

4  Nietzsche, Par delà le Bien et le Mal, Paris, Gallimard, 1982, § 259.

5  Nietzsche, 1 [115], Fragments posthumes (automne 1885-automne 1887), Paris, Gallimard, 1976.

6  Aristote, Ethique à Nicomaque, III, 5, 1113a 3-5, Paris, Vrin, 1990 : « L’objet de délibération et l’objet du choix sont identiques, sous cette réserve que lorsqu’une chose est choisie, elle a déjà été déterminée, puisque c’est la chose jugée préférable à la suite de la délibération qui est choisie. »

7  Nietzsche, La Généalogie de la Morale, Paris, Gallimard, 1989, « La faute » « La mauvaise conscience », §12.

8  Nietzsche, La Généalogie de la morale, Paris, Gallimard, 1989, « ‘Bon et méchant’, ‘Bon et mauvais’ » §10

9  Ibid.

10  Marx, Thèses sur Feuerbach, thèse XI, Paris, PUF, 1987.

11  Nietzsche, Fragments Posthumes (automne 1885-automne 1887), Paris, Gallimard, 1976, 2 [82].

12  Cité par Michel Schneider, Glenn Gould, piano solo, Paris, Poche, 1994. C’est nous qui soulignons.

13  Nietzsche, Fragments posthumes (automne 1885 – automne 1887), Paris, Gallimard, 1976, 2 [108].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Manicki, « Nietzsche et la radicalisation de l’interprétation », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 27 janvier 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/3823 ; DOI : 10.4000/traces.3823

Haut de page

Auteur

Anthony Manicki

Élève de l’ENS LSH, 1e année de philosophie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page