Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Consentir: domination, consentement et déni

Florent Coste, Paul Costey et Lucie Tangy
p. 5-27

Notes de la rédaction

Les notes d’Éric Monnet, Anton Perdoncin et Lucie Tangy, auxquelles nous faisons références dans cet éditorial n’ont pu être publiées dans l’édition imprimée de ce numéro faute de place.Elles sont disponibles sur le site de la revue (www.traces.revues.org).

Texte intégral

1Si la revue a choisi de consacrer un numéro à la question du consentement, c’est que cette notion ouvre un lieu de débat et d’interrogation sur les contours mouvants du sujet contemporain et sur la redéfinition de son autonomie. Deux approches nous semblent d’ores et déjà possibles : appréhender le consentement dans son sens juridique (formaliste et contractualiste) ou par les voies de l’empirie, dans sa dimension procédurale et inter-actionniste. La tension entre ces deux points de vue se manifeste dans des mutations aussi diverses que récentes, symptomatiques d’une subjectivité en train de se redessiner.

2Selon certains auteurs, la place accordée au choix individuel dans le domaine de la sexualité est la condition d’une véritable libération sexuelle. C’est notamment ce que décrit Marcela Iacub lorsqu’elle explique le passage d’une morale substantielle – fondée sur des critères de ce qui est bien ou mal en matière de sexualité et de mœurs – à une morale plus formelle et consensuelle selon laquelle ce qui rend légitime un acte n’est pas tant son contenu que le cadre contractuel dans lequel l’énoncé du consentement s’inscrit (Iacub, 2003). Lors de procès récents portant sur des cas extrêmes de sadomasochisme, la Cour européenne de justice a ainsi pris le parti des accusés contre la victime, même lorsque celle-ci a subi des traitements dégradants ou de terribles actes de violence. Contre la dignité de la personne, les juges se sont prononcés en faveur du respect du consentement donné (Marzano, 2006).

3En médecine, de nouvelles relations semblent se dessiner entre le patient et le médecin, dont les enjeux sont à la fois juridiques et déontologiques. Du modèle paternaliste, qui repose sur le principe de bienfaisance et soumet le patient à la compétence experte du médecin, la médecine semble glisser vers un modèle « autonomiste », plus respectueux du droit des individus à déterminer ce qui est bon pour eux et où le médecin s’engage à procurer des soins adaptés et à informer, et le patient à donner son consentement libre et éclairé. La loi française du 4 mars 2002 relative aux droits des malades ainsi que la loi n° 2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique (Journal officiel du 7 août 2004) se sont attachées à réaffirmer la nécessaire obtention du consentement du malade.

4La valorisation du consentement intervient également dans le monde du travail. Les entreprises deviendraient un lieu d’épanouissement à la faveur d’une plus grande autonomie, rompant de la sorte avec un taylorisme rigide qui avait d’abord concerné les seuls ouvriers et s’était étendu par la suite à l’ensemble de l’entreprise. À en croire la littérature de management étudiée par Ève Chiapello et Luc Boltanski (1999), les années 1980-1990 marqueraient la fin d’un travail aliénant et l’accentuation de l’autonomie des salariés, favorisées par l’effacement des hiérarchies et la multiplication de « projets » autour desquels se construisent de nouveaux collectifs. Selon cette nouvelle vulgate, l’ère du travail contraint serait révolue et laisserait la place à l’implication volontaire, à la responsabilisation et à la mobilisation.

5L’émergence de ces problématiques fait fond sur un ensemble de transformations plus anciennes et, elles, moins contestables, la première de toutes étant certainement l’affirmation de la démocratie. D’après les réflexions de Geneviève Fraisse dans Du consentement (2007), dont Anton Perdoncin propose une recension, les sociétés occidentales sont passées en l’espace de deux siècles d’une forme – dominante à l’époque moderne – de consentement fondée sur le rapport mutuel et réciproque de deux volontés inégales à un consentement « démocratique » fondé sur un principe abstrait de liberté et l’avènement d’un individu autonome. Dans son article « Le consentement négocié. L’administration et les plaintes des contribuables en Seine-et-Oise (1860-1914) », Nicolas Delalande s’inscrit pleinement dans cette problématique en soulignant comment, depuis la Révolution et sur fond de contrat social, l’État et ses représentants renoncent, dans leurs interactions ordinaires avec les contribuables, au recours à la force, ou uniquement à elle. Ils doivent s’efforcer d’asseoir la légitimité des prélèvements pour obtenir le consentement éclairé des citoyens à la nécessaire contribution aux dépenses d’intérêt général.

Quelques jalons pour penser le consentement

Exprimer, dire, négocier, refuser le consentement

  • 1  Le sociologue américain Laud Humphreys (2007) décrit, par exemple, l’expression du consentement lo (...)

6Acte ponctuel, le consentement engage souvent l’individu dans la durée : par-delà le sens juridique du terme qui en fait un contrat fixe, il faut y voir un processus soumis à des variations et des aléas, susceptible d’être ou non renouvelé, et dans lequel l’individu dans sa totalité est engagé. Loin de ne concerner que le psychisme du sujet, il s’ancre aussi dans un corps et s’expose à être équivoque. Le consentement n’est pas toujours aussi explicite que lorsqu’il est écrit, consigné ou exprimé clairement par la parole : il peut prendre la forme d’un geste (un acquiescement) ou d’un comportement1 – comme parfois dans le fait de ne rien faire au lieu de s’opposer, de rester au lieu de fuir. Tacite et ambigu, le consentement court cependant le risque de ne pas être reconnu, comme d’ailleurs le non-consentement quand il n’est pas manifeste : « Qui ne dit mot consent. »

7Il impose aussi d’être compris dans sa diachronie. Quand une personne est sommée (et qu’elle refuse) de consentir à une chose qu’elle a déjà acceptée dans le passé, la rupture prend alors, selon les cas, le nom de démission, de divorce ou de désengagement. Lucie Goussard, dans l’article qu’elle consacre aux formes de consentement au travail chez des cadres et des techniciens de l’industrie automobile, étudie quelques cas d’ingénieurs dans le centre d’étude d’une grande entreprise du secteur, qui ont choisi de démissionner en raison de la pression quotidienne qu’ils subissaient dans leur activité, et ce, dans un contexte durable de sous-emploi. Cette défection au sens d’Hirschman survient « lorsque l’échec de la prise de parole est devenu certain » (1995, p. 64), c’est-à-dire lorsque la discussion avec la direction n’aboutit pas. Reste toutefois qu’on ne peut décemment pas placer sur le même plan le refus d’emblée du consentement et le non-renouvellement d’un engagement.

8Même si, loin d’être définitif, le consentement se renégocie, l’acte a parfois des conséquences durables, comme lorsqu’un patient donne son consentement à un médecin pour effectuer une opération délicate, au risque de séquelles irréversibles. Les plus grandes précautions s’imposent pour s’assurer de l’authenticité du choix et de la lucidité du contractant. Cette lucidité peut être entamée : il existe alors des dispositions légales pour pallier les défaillances des individus. C’est le cas notamment des majeurs sous tutelle, sur lesquels Benoît Eyraud et Pierre A. Vidal-Naquet attirent notre attention dans ce numéro.

9Nicolas Delalande aborde également le consentement de façon dyna-mique comme le résultat d’une négociation mutuelle, et non comme un acte individuel et ponctuel de volonté. Loin de négliger les rapports de pouvoir ou la légitimité de l’État, il envisage la relation entre les contribuables et les percepteurs comme un consentement négocié, fruit de relations régulières. Ce dernier est ainsi obtenu grâce à une certaine tolérance des fonctionnaires et à de petits « arrangements avec la norme » : l’administration, en renonçant à l’application rigide des versements mensuels pourtant inscrits dans la loi, tente de se faire apprécier, de rester à l’écoute et de manier avec habileté le sens de l’adaptation et les ressources de la pédagogie. Cette prudence participe de la sorte à l’enracinement d’un consentement à l’impôt qui se construit bilatéralement dans la résolution d’épreuves, à la manière d’une renégociation pratique du contrat social.

10Ce renouvellement est d’autant plus important qu’il passe pour la fortification d’un consentement toujours précaire. Car ce dernier peut être aussi symptôme d’une fragilité de la volonté. Dans son dernier opus, Agir contre soi (2007), dont Éric Monnet fait une recension dans ce numéro, Jon Elster analyse les mécanismes de la « faiblesse de volonté », menant au renversement temporaire des préférences ou à des contradictions dans l’ordre des croyances. Bien que faisant la distinction entre la « faiblesse de volonté » et le consentement comme acte de raison issu d’une libre volonté, l’auteur fait l’hypothèse que, dans certains cas, ce dernier peut être conçu comme une forme provisoire de faiblesse de volonté, un mécanisme déclenché par des « émotions et appétits excessifs » susceptibles de produire des « croyances biaisées ».

  • 2  Nous remercions Paul Lichterman de nous avoir signalé cette référence.

11Le consentement ne cesse donc de se reformuler. Il peut aussi s’incarner dans des silences pourtant équivoques. Les travaux du politiste anglais John Gaventa, notamment Power and Powerlessness2 (1982), fournissent des pistes très stimulantes pour penser ces questions de l’abstention ou de l’indifférence. À partir d’une longue enquête sociohistorique sur des mineurs américains des Appalaches, il propose une approche tridimensionnelle du pouvoir où la supériorité d’un individu ou d’un groupe se nourrit de l’inégalité des ressources, d’obstacles empêchant la participation des subordonnés et de jeux d’influence modelant les consciences des acteurs à partir d’une manipulation des mythes. Ces trois dimensions interdépendantes, véritables leviers des élites, contribuent à forger un consensus autour du système d’inégalités qui règne à Middlesboro et, dans le même temps, produisent l’apathie (quiescence) des dominés.

Une notion entre contrat et contrainte

  • 3  Voir Locke (1992), Mill (2005). Même si Paul Munier rappelle fort à propos qu’il existe de notable (...)
  • 4  Pour une critique argumentée de ces approches, voir Bourdieu (1980).

12Dans toutes ces analyses, le terme de contrat n’apparaît pas par hasard : dans sa forme idéale, le consentement est étroitement associé à la pensée philosophique libérale et contractualiste3. Chez Locke par exemple, le consentement est l’acte individuel, libre, volontaire et artificiel par lequel un nombre quelconque d’hommes renoncent au pouvoir qu’ils tiennent du droit naturel et le confient au public s’assemblant ainsi en une communauté de citoyens. Le consentement s’accompagne d’un acte de confiance envers l’autorité législatrice établie par le pacte (Locke, 1992). Dans cette tradition, le contrat symbolise et garantit l’accord entre deux parties. Il est le fait d’un individu conscient et responsable qui renonce en connaissance de cause à une partie de sa liberté pour la placer entre les mains du souverain, afin que ce dernier assure la sécurité de tous. Ces réflexions qui prennent forme à l’époque moderne sont empreintes d’un certain juridisme, analysant des cas en référence à des textes de loi plutôt qu’en reconstituant les motifs des acteurs4. Il n’y a alors pas lieu de s’étonner que quelques siècles plus tard, ce soient essentiellement des juristes et des philosophes, s’appuyant sur des exemples tirés du droit, qui contribuent à réhabiliter le terme même de « consentement » (Iacub, 2003 ; Marzano, 2006 ; Ogien, 2007).

  • 5  La surprise est définie juridiquement, aux côtés de la violence et de la menace, comme « vices du (...)

13Cette notion traduit la volonté de conclure un accord et de légitimer des actes par cet accord, son absence pouvant même constituer un crime (le viol par exemple est défini principalement par le non-consentement de la victime). Cette première définition traduit l’ambiguïté d’un terme se situant sur un axe structuré par l’opposition entre autonomie et contrainte. D’autres notions pourraient y trouver leur place : adhésion, acceptation, accommodation, adaptation, assentiment, accord, etc., termes si voisins du consentement qu’il semble parfois difficile de les distinguer clairement et qu’on peut choisir de situer sur ce « large éventail d’affects pour exprimer un “oui” », ce « spectre du consentement », comme l’appelle Geneviève Fraisse. Le consentement est « [l’]acte par lequel quelqu’un donne à une décision dont un autre a eu l’initiative l’adhésion personnelle nécessaire pour passer à l’exécution » (Foulquié, 1962, cité par Fraisse, 2007, p. 22). Il décrit une adhésion à une proposition extérieure et un accord de soi à soi résultant d’une délibération. Ancré dans un sujet conçu comme une personne autonome et informée, il doit être « libre et éclairé », expression qui fleurit dans les discours sur l’éthique, les chartes et les codes déontologiques. Par « libre », il faut entendre, dans la tradition de la liberté négative (Taylor, 1999), un accord souscrit en l’absence de contrainte physique (violence, coercition…) ou psychologique (manipulation, séduction, supercherie…5). « Éclairé » renvoie ici à un acte réfléchi et intentionnel : le consentement éclairé est un acte de la raison distinct d’une passion ou d’un désir éphémère et contingent.

14Cependant, cet « engagement délibératif » (Mariot, 2003, p. 158) n’est pas toujours totalement transparent, contrairement à ce que suggère cette pensée inspirée du droit qui fonde le consentement « libre et éclairé ». Lorsque l’on renonce à l’un de ces deux qualificatifs, sinon aux deux, d’une part, on s’éloigne sensiblement de la sphère juridique, et d’autre part, on se rapproche des pratiques ordinaires et des descriptions empiriques : on ouvre ainsi un espace où la contrainte et la méconnaissance occupent une place de facto, qu’on ne saurait négliger. Si le consentement moderne, comme nous l’avons dit, s’est construit contre la contrainte, la critique de cette notion n’aura de cesse de souligner les écarts qui peuvent exister entre cette définition idéale et prescriptive du consentement et ses déclinaisons concrètes. Le consentement, lorsqu’il est le produit d’un rapport de force explicite ou implicite, devient un « consentement vicié » qui s’écarte significativement de ce que l’on entend communément par ce terme. Il est en outre possible de considérer qu’il est parfois moins le fruit d’une délibération rationnelle que le résultat du jeu des émotions et des passions. Le consentement politique même, comme le montre Paul Munier dans sa contribution, n’est pas nécessairement imperméable aux passions : pour Hobbes, la crainte prend le pas sur la raison pour garantir l’autorité du souverain.

15L’acte de consentir oscille donc perpétuellement entre un consentement « vicié » et un consentement « libre et éclairé ». S’opposent alors la démarche qui consiste à défendre le consentement au nom d’une nécessité juridique et d’un principe de liberté abstrait et celle qui insiste sur la prise en compte de l’asymétrie des contractants et des rapports de force dans lesquels ils sont engagés, ainsi que des facteurs contextuels, qu’ils soient externes (économiques, sociaux, culturels, politiques…) ou internes (affectifs, psychiques), quitte à fragiliser les notions d’autonomie et de liberté. Le consentement se caractérise en effet par l’ambiguïté de ses usages : le consentement, certes parfois donné, peut être aussi obtenu, arraché, feint, simulé ou stratégique.

Consentir à la domination

16De ce fait, rapidement, des liens étroits apparaissent, qui unissent consentement et contrainte. Mais la contrainte reste souvent décrite sous les traits de la domination qui consiste à exercer une autorité durable et univoque sur un individu ou un groupe d’individus. Dès lors qu’agit cette domination, l’acteur est soumis à des pressions régulières, au point qu’elles menacent la part de liberté qui lui reste, à la différence de « rapports de pouvoir » plus labiles (Foucault, 1994). Au lieu de présupposer un sujet nécessairement libre, la théorie de la domination, dans sa formulation bourdieusienne (1997), considère un agent en grande partie déterminé, ayant intériorisé la domination par l’entremise de la socialisation, et qui méconnaît le plus souvent cette domination. Assez curieusement, les défenseurs de cette théorie ont adopté le lexique du consentement, alors qu’ils négligent largement la part active du sujet. Cette association (domination-consentement) se vérifie dans bien des domaines de recherche où s’expriment des formes de pouvoir : les rapports de sexe, les relations de travail, la place des citoyens dans les régimes autoritaires…

  • 6  On peut rapprocher ces expressions de formules paradoxales utilisées dans d’autres domaines, telle (...)

17Prenons l’exemple de la domination au travail dans les régimes de production post-fordiens (Durand, 2004). Dans son article « Le consentement limité au travail. Résistances et consentement des salariés dans l’ingénierie automobile », Lucie Goussard cite une série de concepts puisés dans la littérature sociologique et censés traduire l’engagement des salariés dans les entreprises : « implication forcée », « coopération forcée », « coercition coopération », « autonomie contrôlée ». À chaque fois, ces expressions se composent d’un terme relatif au consentement (du moins, à la dimension volontaire de l’accord), nuancé par un second terme exprimant la contrainte6. Cette alliance systématique de termes antagonistes reconduit la topique de la « servitude volontaire » et entretient le trouble quant à la nature réelle de l’activité laborieuse. À lire ces expressions, on est embarrassé ou perplexe : soit on conclut à la nature contradictoire (ou dialectique) du procès de travail, soit l’usage de ces expressions contribue à vider de sa substance le concept de consentement. Domination et consentement seraient-ils inconciliables ?

18L’intelligence de ces relations réclame un troisième terme qui préciserait le rapport d’adhésion idéologique qui lie un sujet et les principes qui fondent la domination. En bref, et en reprenant une question wébérienne (Weber, 1995), les acteurs croient-ils en la légitimité des principes qui fondent la domination ? Consentent-ils à la domination qu’ils subissent ?

Domination et aliénation : la fin du consentement ?

19Avant de suggérer des pistes de réponse, demandons-nous si toutes les théories de la domination s’accompagnent d’une forme d’aliénation. Cette première question impose une réponse nuancée : parce que toutes ces théories ne proposent pas la version d’un sujet aveugle qui méconnaît les fondements de la domination, et parce qu’empiriquement, il est inconcevable de croire qu’en toutes circonstances, les individus soumis à une domination soient dotés d’une fausse conscience. Plus concrètement, on imagine que, selon les lieux et les moments, les personnes ne possèdent pas le même degré de lucidité et qu’elles sont en mesure de formuler certains des principes qui les font agir. Le consentement s’accommode donc mal des théories de l’aliénation qui réduisent au strict minimum l’autonomie des individus. Par conséquent, il est indispensable de distinguer fermement la domination de l’aliénation et, plus généralement, la domination de tout un réseau notionnel (discrimination, hégémonie, oppression, soumission, aliénation, assujettissement, asservissement, etc.) qui renvoie, du reste, très souvent aux travaux d’auteurs bien identifiés sur lesquels, faute de place, nous ne nous étendrons pas : Mill (subjection : asservissement, assujettissement), Marx (aliénation / idéologie / domination), Gramsci (hégémonie / domination), etc.

20Revenons un instant sur la question de la « servitude volontaire ». Étienne de La Boétie a inauguré cette figure du sujet, contraint ou abusé, qui se soumet à l’autorité du tyran :

Celui qui vous maîtrise tant n’a que deux yeux, n’a que deux mains, n’a qu’un corps, et n’a autre chose que ce qu’a le moindre homme du grand et infini nombre de nos villes, sinon que l’avantage que vous lui faites pour vous détruire. (La Boétie, 1993, p. 138)

  • 7  « […] à l’homme toutes choses lui sont comme naturelles, à quoi il se nourrit et accoutume. […] ai (...)

21Si l’autorité du tyran tient à sa capacité par quelques charmes et enchantements à endormir la vigilance, il convient de ne pas s’en contenter et d’en examiner les procédés concrets. « Nourris et élevés dans le servage », les hommes, selon La Boétie, s’inclinent devant le tyran, précisément du fait de l’éducation. Car c’est la coutume qui participe à la naturalisation de la servitude et de la croyance en sa légitimité 7. Claude Lefort (2002) voit dans les écrits de La Boétie une analyse matricielle de la « servitude désirante » qui se prolonge sous une autre forme chez Hegel, puis chez Marx, autour de la dialectique entre maître et serviteur. Ces deux derniers auteurs prennent soin d’introduire un mouvement, une dynamique, et inaugurent une véritable pensée de l’aliénation où le sujet dominé acquiesce à la domination, sans toutefois négliger la perspective émancipatrice et révolutionnaire qui s’y adjoint dans la pensée marxienne.

  • 8  Dans cette optique, les dominés méconnaissent la domination qu’ils subissent ; leur subjectivité s (...)

22Ces théories ont eu une riche postérité lorsque l’on pense notamment aux travaux de Pierre Bourdieu, mais de vives critiques ont relancé le débat sur les rapports entre consentement et domination. Plutôt que l’aliénation ou la méconnaissance (Bourdieu, 1997)8, qui supposent un consentement, même biaisé, des dominés, l’obéissance s’obtiendrait par le jeu de la contrainte pure, de la force, faisant l’économie de toute forme d’adhésion volontaire. Dans sa version radicale, c’est la thèse que défend Nicole-Claude Mathieu dans un article au titre évocateur : « Quand céder n’est pas consentir » (1991) dans lequel elle dessine les contours d’une sociologie du rapport de domination. Mathieu rappelle à juste titre que l’expérience varie en fonction du positionnement du côté des dominants ou du côté des dominés : un discours n’a pas le même poids, accompagné de la menace de la violence ou produit « hors de tout horizon de contrainte ». La croyance ou la reconnaissance (partielle) de la légitimité de son oppression est, pour la victime d’une domination, très ponctuelle, « une goutte d’eau (fade) dans l’océan de sa fatigue » (Mathieu, 1991, p. 216). Le consentement n’est pas premier ; à l’origine, on trouve de multiples impératifs, intimations, commandements adressés aux femmes. Dans le cas de la domination masculine, la violence idéelle n’est pas présente en permanence dans la conscience des femmes ; en revanche, la domination factuelle ou matérielle, elle, est permanente. Nicole-Claude Mathieu en fait le fondement de la distinction entre domination et oppression. Par conséquent, seuls les dominants ont le loisir de consentir à la domination, alors que les dominées subissent l’oppression et cèdent, auquel cas le terme de consentement est inapproprié puisque le consentement ne va pas pour elle sans adhésion idéologique.

23Autre point délicat dans cette analyse des rapports entre aliénation et consentement : on ne sait pas vraiment si on a à faire à une « conscience capable de décider de son degré d’adhésion ou de refus » ou à une « conscience empêchée par des obstacles matérialisés hors d’elle » (Fraisse, 2007, p. 78-80). Dans les débats sur la prostitution tels qu’en rend compte Lilian Mathieu (2007), certains chercheurs, en essentialisant cette activité comme relevant soit de la contrainte, soit de la pathologie mentale, refusent a priori qu’elle puisse être l’objet d’un choix libre et volontaire. Le consentement des personnes qui l’exercent est jugé illusoire, fruit d’une « fausse conscience ». Consentir implique-t-il une croyance en la domination et, en deçà même, une conscience, une reconnaissance de la domination ? Pour Nicole-Claude Mathieu, la réponse est sans appel :

Si les opprimés « consentaient » à leur domination, on se demande bien pourquoi les premières fractions conscientes de la classe passent la majeure partie de leur temps et de leur énergie 1) à faire entre soi l’analyse de l’oppression, 2) à tenter de la révéler à leurs co-opprimés, que ce soit par la voie du discours politique ou par le biais de l’action violente. Autrement dit, si la conscience claire de la domination était déjà donnée, on se demande pourquoi existerait, et elle existe, l’étape nécessaire de la prise de conscience. (Mathieu, 1991, p. 218)

24Les femmes, n’ayant pas identifié ce rapport, ne se sont pas révélées à elles-mêmes comme dominées. L’hypothèse inverse reviendrait à rejeter la responsabilité de la domination sur ceux qui la subissent, idée particulièrement dérangeante que Nicole-Claude Mathieu ne peut admettre. C’est pour cette raison qu’elle se montre très hostile à la théorie de Bourdieu et surtout à la notion de « violence symbolique ». Pour le sociologue, les contraintes produisent le consentement des acteurs (qui ne se reconnaissent pas comme contraints) en évitant le recours systématique à la coercition.

25Michael Burawoy ne défend pas une thèse très éloignée dans « Le procès de production comme jeu » – le chapitre de Manufacturing Consent (1979) traduit dans ce numéro –, puisque le gain d’autonomie des ouvriers dans l’atelier, qui permet le développement du « jeu de s’en sortir », sert en fait les besoins de l’entreprise : le jeu est un moyen habile d’arracher le consentement des travailleurs tout en occultant les rapports de production. Par conséquent, comme chez Bourdieu, les acteurs sont pris dans les rapports de force d’un système (capitaliste, pour Burawoy) qui les englobe et les dépasse ; ils ne font qu’acquiescer à un ordre sur lequel ils n’ont pas de prise, sans le remettre en cause. La place accordée à l’adhésion idéologique distingue ici ces conceptions différentes de l’aliénation : chez Nicole-Claude Mathieu, elle ne concerne que les seuls dominants ; chez Bourdieu, les dominés acquiescent eux aussi aux valeurs dominantes, comme dans les interprétations les plus répandues de Max Weber.

26Karim Hammou revient justement, dans ce numéro, sur la lecture aronienne traditionnelle des écrits du sociologue allemand en adoptant une posture plus ouverte, qui prend ses distances vis-à-vis des théories de l’aliénation à l’œuvre dans ces lectures et qui ne tranche pas a priori quelques-unes des questions fondamentales (conscience des rapports de domination, croyance en sa légitimité, soumission tactique…). Certes s’il ne conteste pas certains acquis, selon lesquels la domination s’appuie sur un minimum de volonté d’obéir, un intérêt extérieur ou intérieur, il en nuance toutefois la portée. L’obéissance n’est pas nécessairement le signe d’une soumission fondée sur une adhésion inconditionnelle (croyance en la légitimité de la domination), mais renvoie parfois à une docilité feinte ou à une domination acceptée comme inévitable sur le mode de l’impuissance ou de la faiblesse. À côté de cette croyance en la légitimité, il rétablit le rôle de la contrainte dans l’obéissance des dominés, pour achever de disqualifier l’idée de croyance. Ce mode d’adhésion si particulier qu’est la croyance serait en réalité l’apanage des membres de la direction bureaucratique (serviteurs de l’État, militants, disciples, fidèles, etc.), chargés d’exécuter les ordres émanant du chef, tandis que les seuls dominés qui adhéreraient à ces valeurs seraient appelés à rejoindre l’appareil administratif.

27En dépit de l’incompatibilité posée ici entre aliénation et consentement, il n’en demeure pas moins possible de penser ensemble la domination (et les multiples autres formes de relations de pouvoir) et le consentement, quand on prend la peine de décrire précisément les situations concrètes.

Déni, dénégation, occultation : des ressorts du consentement ?

  • 9  Nous remercions Guillaume Marguerie pour cette référence et ses conseils avisés en psychanalyse.

28Le « déni » nous a paru constituer le dernier versant, actif, du triptyque que forme le titre du numéro. Entendu comme le refus d’une perception et un catalyseur de l’action, il suppose en premier lieu, tout comme le consentement, une volonté. C’est dire s’il s’accommode mal de la passivité du sujet aliéné. Or, l’idée de déni ou plus précisément de dénégation est très souvent associée à un acteur soumis aux lois de l’inconscient. La dénégation (Verneinung) appartient en effet au lexique de la psychanalyse (Laplanche, Pontalis, 1998a, 1998b ; Farhat, Ogilvie, 2006). Freud désigne ainsi le refus chez l’enfant d’admettre l’absence du phallus maternel ; il conserve sa croyance au prix d’un clivage du moi, « stigma indelibile dont le fétichiste est marqué à jamais » (Mannoni, 2006, p. 169). On retrouve ici la trace d’une domination que Dany-Robert Dufour et Patrick Berthier (2003) qualifient d’« ontologique », par opposition à une domination « sociopolitique » qui serait par exemple celle décrite par Pierre Bourdieu9.

29Cette première domination, nécessaire, est inhérente à la constitution du « sujet de la psychanalyse », comme l’explique Sophie Genet dans son article (« L’aliénation dans l’enseignement de Jacques Lacan »). Disons-le d’emblée, ce texte se distingue de tous les autres rassemblés dans ce numéro, au vu de ses prémisses psychanalytiques, très éloignées de toutes les approches conventionnelles en sciences sociales et en philosophie. L’auteure y décrit l’opération logique lacanienne qui pose le sujet « devant le choix de se soumettre aux lois et aux effets du signifiant ». Ce choix forcé conduit irrémédiablement à opter pour le sens (l’Autre) contre l’être (le sujet), et initie par conséquent l’aliénation faute d’être capable de maintenir la présence conjointe de l’Autre et du sujet. La difficulté réside dans cet inévitable choix du sens qui appelle malgré tout le consentement du sujet : le sujet se fixe sur un signifiant qui renvoie au sens et occulte, dans le même mouvement, l’autre signifiant qui renvoie, lui, à l’être. En venant se fixer sur le premier signifiant, le sujet inaugure sa propre division.

  • 10  Voir les réflexions précieuses d’Alain Cottereau sur le déni de justice et le déni de réalité (199 (...)

30Pour poursuivre cette discussion, nous proposons de distinguer la « dénégation » qui renvoie à la psychanalyse et à la constitution du sujet de la psychose, et le « déni » que mobilisent certains chercheurs en sciences sociales10. Nous pouvons qualifier le déni de « plus contextuel », car il n’a pas la forme psychique du choix forcé chez Lacan dans sa dimension « ontologique ». Christian Ingrao s’empare de certains de ces outils (dénégation, forclusion…) pour comprendre « comment le psychisme humain intègre le réel ». L’historien fonde son enquête sur des témoignages que les juges ont recueillis auprès des membres de la brigade Dirlewanger, unité composée de braconniers, qui a commis des exactions sur le front de l’Est durant la deuxième guerre mondiale (Ingrao, 2006). En raison de la gravité des crimes, les accusés nient les faits qui leur sont reprochés et invoquent l’autorité des chefs pour se disculper. Cette attitude s’apparente à une stratégie rhétorique, que Christian Ingrao (dans l’entretien qu’il accorde à Juliette Denis dans ce numéro), invite également à lire comme une dénégation progressive : alors qu’il a pris part à une exécution massive de juifs en Transnistrie, l’accusé ne cesse de nier sa participation en introduisant progressivement dans le récit des éléments factuels qui confirment sa présence sur les lieux du crime, jusqu’à ce qu’il passe aux aveux.

  • 11  Le concept de « culture de guerre », hérité des travaux historiques de George L. Mosse, explique c (...)
  • 12  Dans la voie empruntée par Browning, Patrick Pharo poursuit l’analyse en identifiant quatre condit (...)

31Pourtant, le phénomène de déni ne se laisse pas approcher de manière univoque. Quelle que soit la manière dont on l’envisage (biais cognitif, dynamique interactionnelle…), il permet de mieux comprendre comment des « hommes ordinaires » ont perpétré des crimes odieux, et ce, non plus seulement à travers une parole médiatisée et a posteriori, comme dans le cas d’un témoignage. Le livre de Christopher Browning (2007) donne des exemples éloquents de ces formes de déréalisation dans l’action – proches du déni de réalité. En vient alors à se poser une question majeure de l’historiographie de la violence au xxe siècle : par quels mécanismes les hommes consentent-ils au crime ? Loin de faire d’une hypothétique « culture de guerre » le ressort principal de la cruauté11, Browning insiste au contraire sur l’importance du conformisme, des pressions exercées par les pairs et de la soumission à l’autorité. Il s’oppose à la lecture fortement teintée de culturalisme proposée par Daniel Goldhagen (1997), pour qui un antisémitisme germanique viscéral et multiséculaire expliquerait le déchaînement de la haine à l’égard des juifs12. Dans cette spirale contextuelle de la violence où des actes de plus en plus atroces et la circulation d’images dévalorisantes de l’ennemi (animalisation, déshumanisation…) amplifient et justifient la cruauté, le conformisme du groupe puise dans des techniques d’obéissance, aujourd’hui bien connues. Outre l’autorité charismatique de certains chefs d’unité (Ingrao, 2006), l’organisation de fêtes autour d’alcool et de femmes capturées façonne le collectif. À l’heure de la division scientifique du travail, les unités combattantes s’organisent dans une discipline taylorienne visant à l’exécution rationnelle de tâches dégradantes et à limiter l’implication psychologique de chaque participant (partage des tâches, tirs collectifs, automatisation des gestes, dissimulation des corps au moment de l’exécution, rotation à chaque poste…). Cette comparaison professionnelle relie, dans une perspective continuiste, l’expérience de la guerre aux expériences plus ordinaires en temps de paix, et introduit des routines de travail dans l’exécution du « sale boulot » (Mariot, 2003).

32L’ensemble de ces mécanismes brouille encore davantage la frontière entre consentement, contrainte, séduction et obéissance. Il est important de constater que le déni contextuel, tel que nous l’entendons ici, s’apparente à des formes d’aseptisation ou d’euphémisation de la réalité qui ne sont pas le seul fait de l’idéologie ou de la contrainte, mais embrasse l’ensemble des trajectoires individuelles et s’appuie sur la logique des situations. L’endoctrinement ne saurait à lui seul rendre compte des attitudes dans ces situations extrêmes.

Des enjeux méthodologiques à une éthique du consentement

33Le consentement des personnes impliquées peut-il suffire à justifier un acte, à départager actes légitimes et illégitimes, licites et illicites ? À quel point un individu, une institution ou l’État peuvent-ils définir à la place d’un individu ce qui est bien pour lui et le lui imposer, même sans son consentement, sous prétexte par exemple qu’il consent à des actions qui portent atteinte à sa dignité, qu’il agit « contre son bien » ?

Autonomie/dignité

  • 13  Le débat entre ces deux positions se rejoue par exemple autour de la question de la prostitution. (...)

34Dans leur article sur les « majeurs protégés », Benoît Eyraud et PierreA. Vidal-Naquet opposent, dans le domaine de la philosophie du droit, deux manières d’appréhender la personne humaine : les approches « subjectives », qui insistent sur l’autonomie et la capacité du sujet à consentir de manière transparente, et les approches « anthropologiques » qui jugent que l’autodétermination peut être disqualifiée si elle porte atteinte à la dignité de la personne. Dans la lignée du célèbre « impératif catégorique » de Kant, il existe des universaux moraux protégeant l’humain et les valeurs humaines des souillures et des dégradations. Le consentement à des actes qui remettent en cause la dignité humaine ne peut en aucun cas servir de principe justificateur. À l’inverse, des juristes comme Daniel Borillo ou Marcela Iacub, en accordant la priorité à la liberté individuelle, considèrent que le droit actuel doit se contenter de fixer des règles minimales pour le vivre ensemble et non prescrire ou condamner des comportements qui relèvent du seul choix individuel (Ogien, 2007). Le « relativisme éthique » et la défense d’un pluralisme des mœurs et des valeurs vont donc de pair avec l’idée que l’État doit se contenter de garantir une « éthique minimale » en s’abstenant d’ériger une conception commune ou universelle du bien, par exemple dans le domaine de la sexualité (Iacub, 2003 ; Borillo et Lochak, 2005)13.

35Les risques encourus par ces deux positions, l’universalisme et le relativisme, méritent toutefois d’être soulignés. La première peut s’abîmer dans un paternalisme excessif. En « victimisant » les individus, les tenants de cette position en viennent à refuser aux acteurs toute capacité d’action et d’autodétermination. En envisageant les plus démunis sous le seul angle de la domination, ce misérabilisme reproduit un discours de dominants et nie la liberté des dominés et leurs stratégies de résistance, ce qui est une manière de déposséder une seconde fois ceux qu’on prétend émanciper. La position inverse, assise sur la figure abstraite du sujet de droit, s’expose au risque du populisme : en voulant réhabiliter les dominés et leurs capacités de choix et de résistance, elle peut occulter la réalité des rapports de force dans lesquels ils sont pris. Mais dans ce cas, l’autonomie qu’on entend protéger n’est-elle pas elle-même menacée ? Que faire des situations où l’autonomie de la personne est radicalement remise en cause, alors même qu’elle y a consenti (esclavage, violence exercée contre soi…) ?

36Ce débat interroge le rôle et la légitimité que l’on entend donner à l’État et à ses institutions dans la gestion des choix individuels.

Consentement, identité, résistance

37Le consentement peut parfois s’insérer dans des pratiques d’affirmation de soi. Cependant, les personnes développent souvent, si elles sont l’objet d’une stigmatisation, des discours ambivalents où se mêle, à la revendication de la respectabilité de leur statut, une résignation qui porte la marque de l’intériorisation d’une indignité consentie.

38En outre, alors même que la notion de consentement semble exiger un sujet premier et autonome, il existe des perspectives dans lesquelles on tente de penser le consentement alors que le sujet est problématique ou absent. Laetitia Monteils-Lang montre que, chez les stoïciens, le consentement est une modalité de l’âme qui nous fait accepter l’ordre cosmique, dont on reconnaît la bonté et la rationalité. Cette acceptation n’est ni un abandon ni une résignation passive, elle est simplement constitutive de notre autonomie car elle permet de nous réapproprier et de désirer ce qui ne dépend pas de nous. Il n’y a pas à proprement parler de sujet au sens moderne dans la pensée stoïcienne : l’agent expérimente sa liberté uniquement dans la reconnaissance de son « inconsistance ». De cette façon, le consentement initie la liberté et non l’inverse. Dans cette conception, comme dans celle qu’expose Lucie Tangy dans la note qu’elle consacre au travail de Judith Butler, le consentement prend moins l’allure d’un libre choix que d’une dépendance fondamentale et nécessaire à l’égard d’un ordre antérieur ou d’une injonction première, qui n’en reste pas moins la condition paradoxale de l’exercice de notre liberté. Mais s’il ne s’agit plus du choix d’un sujet préexistant et libre, est-il alors encore possible de parler de consentement ? Ces versions radicales de l’assujettissement rendent problématiques, en même temps que la possibilité du consentement, toute forme de dissidence, tandis que l’observation des pratiques ordinaires suggère un avis plus mesuré.

  • 14  Sur ces questions, voir Deporter, Farcy, Rothé, 2007.

39Pour preuve, l’apparition de nouvelles formes d’organisation du travail (évolution des politiques managériales de mise au travail qui insistent sur l’implication des salariés par l’intermédiaire du « management participatif », du « flux tendu » ou de « l’organisation par projet »…) aurait ainsi placé le consentement au cœur de la soumission des travailleurs. Mais, pour beaucoup, cette évolution n’implique en rien la disparition de la domination. Ainsi est-on passé, avec la remise en cause du modèle taylorien comme modèle dominant d’organisation du travail, « d’une suprématie de classe fondée sur la coercition à une hégémonie qui est produite et consentie par les dominés eux-mêmes à l’intérieur du procès de production », comme le rappelle José Calderón dans la postface qui suit sa traduction d’un des chapitres de Manufacturing Consent – sous le titre : « Le procès de production comme jeu » – de Michael Burawoy. Le consentement serait ainsi produit par plusieurs phénomènes, tels que l’« internalisation » de la concurrence externe sous la forme d’un individualisme concurrentiel ou l’institutionnalisation des conflits (qui aboutit à l’absence de conflit collectif ouvert). Malgré le déclin des formes traditionnelles de résistance collective, la contestation a-t-elle pour autant disparu ? N’existe-t-il pas de nouvelles formes de contestation14 en rapport avec les mutations historiques qui touchent le monde du travail ? Si le consentement peut être simulé et recouvrir une adhésion tactique, il est fort possible que la question de la dissidence voie ses contours redessinés. Comme le montre Lucie Goussard dans son article, l’engagement paradoxal du salarié au travail s’accompagne de comportements critiques ou réfractaires. Mais, selon elle, ces résistances cachées « dans les interstices des contraintes managériales », loin d’indiquer une fragilité ou un déclin du consentement, participent à sa consolidation. Elle opère ainsi une distinction entre consentement subjectif (degré d’acceptation des objectifs et des valeurs défendues par l’entreprise) et consentement comportemental (posture du salarié au travail au regard de son degré de productivité). Ces actions de résistance, faiblement contre-productives et ne constituant pas des formes structurées et (immédiatement) politiques de contestation, renforcent le consentement subjectif en permettant au salarié de s’accommoder plus aisément de sa tâche. Lucie Goussard parle alors d’un « consentement limité », marqué par une implication dans le jeu productif qui se distingue cependant d’une adhésion totale et sans failles (bien utopique).

40Que l’on parte de témoignages, d’archives ou d’un matériau ethnographique, on se heurte toujours au lancinant problème de l’observabilité des formes actuelles de résistance – individuelles, spontanées, locales, opérant le plus souvent « en coulisse » : les sciences sociales, quand elles ne les jugent pas insignifiantes, sont-elles outillées pour identifier et décrire ces résistances ? Inversement, la reconnaissance, l’observation et l’interprétation des formes que prend le consentement ne posent-elles pas le même type de difficultés ?

Identifier le consentement

  • 15  En sociologie des pratiques culturelles, Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (1989) invitent à (...)

41La raison suggère de ne pas statuer a priori quant aux marges de manœuvre des plus faibles socialement15. La difficulté réside en premier lieu dans l’identification du consentement, rendue complexe par le distinguo qu’il est nécessaire de faire entre consentement explicite et consentement tacite ; ce dernier peut facilement échapper au regard de l’observateur, notamment dans des sphères intimes. Mais il est également difficile d’interpréter les raisons ou les motifs d’un consentement apparent ou de ce que l’on appelle, parfois trop vite, « consentement » : lorsque les gens cèdent, cela ne signifie pas qu’ils consentent.

42Les contributeurs de ce numéro se sont pour une grande part confrontés à un problème d’ordre méthodologique qui, parce qu’il met au jour l’ambiguïté du consentement, mérite d’être souligné : comment l’observer dans les situations ordinaires contemporaines ou même dans le passé, alors qu’il se manifeste parfois dans des stratégies rhétoriques sinueuses, des contournements discursifs, sinon dans des silences ? Les sources historiques et les entretiens donnent rarement à lire tels quels les signes de l’acquiescement. Induire d’une attitude de soumission un consentement ne se fait jamais de manière évidente. Les dominés se soumettent-ils parce qu’ils accordent une légitimité à la domination, parce qu’ils savent que leur intérêt réside dans une soumission prudente ou parce qu’ils sont soumis par la force ? Au regard des risques qu’entraîne toute manifestation de contestation, les signes apparents de soumission, s’ils peuvent être interprétés comme une adhésion ou une croyance dans la légitimité de la domination, peuvent être lus en des termes stratégiques comme des simulacres. La gamme de ses modes d’expression est en effet large et requiert un effort d’analyse et de distance de la part des enquêteurs. C’est cette prudence qu’ont voulu manifester Eyraud et Vidal-Naquet dans leur enquête, notamment à travers la distinction opérée entre « consentement personnel » et « consentement formel » :

Cette difficulté méthodologique dissimule en fait un problème théorique. Il apparaît en effet impossible de saisir et de rendre compte de toutes les facettes du consentement, surtout lorsque celui-ci concerne la « matière personnelle ». Il peut être approché lorsqu’il est formel. Il peut l’être aussi quand la volonté propre devient explicite. Mais une part du consentement, la part restante, demeure toujours inaccessible à l’observateur. [...] Elle fait que le consentement est fragile, instable et finalement incertain dans un contexte où une institution comme la tutelle poursuit aujourd’hui un objectif de protection de la personne en s’appuyant sur le consentement de celle-ci. Or, un tel objectif est doublement compromis puisque le consentement – toujours incertain – n’est jamais acquis et qu’il ne peut non plus être représenté.

43Statuer sur ce consentement « intime » demeure délicat car il est fuyant et insaisissable. Mais cette part d’ombre sur laquelle butent d’un point de vue méthodologique tous ceux qui s’attachent à déceler empiriquement le consentement, peut aussi recouvrir une exigence éthique. Il faudrait alors toujours supposer une marge de liberté, même chez ceux qui sont en apparence les plus aliénés. Cette marge de liberté incompressible est moins une réalité perceptible ou démontrable qu’une hypothèse, une forme de fiction éthique. Elle doit être préservée pour garder intacts, outre la capacité des sujets à négocier et à résister, leur intégrité et le respect qu’on doit à tout être humain – par-delà l’expression souvent problématique ou impossible du consentement.

44Géraldine Bois analyse, dans une contribution inscrite dans la droite ligne de Jean-Claude Passeron et Bernard Lahire, les attitudes des écrivains les moins reconnus du champ éditorial français. Elle s’intéresse ainsi aux discours des écrivains en manque de reconnaissance, en tenant compte de leurs postures énonciatives : l’autodérision et l’ironie sont symptomatiques à la fois d’un sursaut de conscience et d’une reconnaissance des valeurs du monde éditorial hexagonal, et il n’est pas toujours simple de distinguer l’humilité affectée de l’humiliation consentie. Comme on le voit, les pratiques des acteurs demeurent parfois ambiguës : le fait de s’extraire d’une lutte pour la reconnaissance littéraire (par exemple en ne proposant pas ses manuscrits aux éditeurs nationaux) indique-t-il une résignation ou un refus des hiérarchies ? S’agit-il ici d’une croyance dans les valeurs des dominants, donc d’un consentement, ou au contraire d’une distance vis-à-vis de ces valeurs ?

  • 16  Notons que cet ouvrage vient de faire l’objet d’une traduction aux Éditions Amsterdam, sous le tit (...)

45Une des références les plus pertinentes sur le sujet, James Scott (199016, 2007-2008), reprend justement ce constat de la délicate observation d’un consentement à la domination. Il critique l’idée selon laquelle les dominés consentiraient à leur domination, puisqu’une chose sur laquelle on n’a pas de prise n’empêche pas d’en discuter, d’imaginer sa disparition ou d’inverser les rapports de pouvoir. Pour cela, il faut préalablement distinguer les scènes : celles qui mettent en présence dominés et dominants, où les risques liés à la contestation imposent de donner le change, les plus faibles offrant un « texte public » ; au contraire, celles où, lorsqu’ils sont entre eux, à l’écart des dominants, ils proposent un autre registre de pratiques et de discours, le « texte caché ». Seule la correspondance entre le « texte public » et le « texte caché » permet de trancher la question du consentement.

46Au regard de cette ambivalence méthodologique du consentement et d’une exigence éthique incompressible, la question prend également en dernière instance une couleur politique et nous invite à rediscuter les fondements de nos sociétés libérales. Que devient en effet leur fondement contractualiste, si on ne peut identifier correctement les actes de consentement (Simmons, 1979) ? Nos consentements tacites ou supposés, bien plus fréquents que les consentements explicites, peuvent-ils suffire à fonder l’obligation de chacun à obéir à la loi ?

En finir avec le consentement ?

47À la lecture de ce numéro, le lecteur sera probablement frappé par la complexité terminologique et sémantique qui entoure le consentement. Sans doute cultivera-t-il comme nous une certaine méfiance à l’égard de cette notion et de son incommodité. La même critique pourrait d’ailleurs s’appliquer à la domination et au déni, les deux autres termes que nous avons souhaité lui associer. Il appartient à d’autres de radicaliser cette critique et de remettre en cause les usages mécaniques de la domination, de la soumission ou de l’assujettissement qui décrivent des modes d’action toujours circonstanciés, au même titre que l’amitié, la philia ou l’amour. Le lecteur ne saurait imaginer, au terme de cet éditorial, que le pouvoir intervient dans toutes les relations sociales, même si cet aspect de la réalité nous a occupés dans ce numéro. Si beaucoup de moments de la vie sociale font intervenir des relations de domination, il serait dommageable, sinon grave, d’en faire l’unique mode d’engagement des acteurs sociaux.

48Nous avons donc essayé de démêler la trame des moments où s’expriment les contraintes, de penser l’autonomie du sujet dans des situations particulièrement variées, de détacher la domination de l’aliénation, l’obéissance de l’adhésion idéologique en demeurant fidèles aux expériences des acteurs à travers le temps et l’histoire. Une fois encore, nous débouchons sur l’indispensable détour par le terrain de l’enquête (historique, sociologique…) pour témoigner des multiples manières de manifester son accord. Si le consentement est l’arbre qui cache les forêts de la domination et de l’autonomie, il importe encore de se donner la peine d’en explorer l’étendue et le foisonnement, de réarticuler et de réévaluer les points de vue normatifs (le consentement comme fiction éthique et juridique) à l’aune de perspectives empiriques en faisant varier les échelles de description des modalités d’action et de décision, ainsi que Daniel Dennett nous y invite :

Êtes-vous sûr que vous n’êtes pas dans une certaine espèce de prison ? Ici on est invité à considérer une chaîne de transformations qui nous mènent de prisons évidentes à des prisons non évidentes (mais néanmoins affreuses), à des prisons complètement invisibles et indécelables (mais néanmoins affreuses). Considérez un cerf dans le parc de Magdalen College. Est-il emprisonné ? Oui, mais pas beaucoup. L’enclos est très vaste. Supposons que nous le transportions dans un enclos plus vaste. La New Forest avec une clôture autour d’elle. Serait-il encore emprisonné ? Dans l’État du Maine, me dit-on, les cerfs ne se déplacent pas durant leur vie de plus de cinq milles par rapport à leur lieu de naissance. Si une clôture était placée en dehors des limites normales, franchissables, sans aucune entrave, des pérégrinations qu’un cerf effectue dans sa vie, le cerf à l’intérieur de cet enclos serait-il emprisonné ? Peut-être. Mais notez que cela fait une différence quant à nos institutions que la clôture soit ou non installée par quelqu’un. Vous sentez-vous emprisonnés sur la planète Terre – de la façon dont Napoléon a été immobilisé sur l’île d’Elbe ? C’est une chose d’être né et de vivre sur l’île d’Elbe, c’en est une autre d’être mis et maintenu sur l’île d’Elbe par quelqu’un d’autre. Une prison sans un geôlier n’est pas une prison. Que ce soit ou non une demeure désirable, cela dépend d’autres caractéristiques ; cela dépend de la façon (s’il y en a tout simplement une) dont cela impose des contraintes paralysantes au style de ses habitants. (Dennett, 1984, p. 8, cité par Bouveresse, 1995, p. 577)

Haut de page

Bibliographie

Boltanski Luc, Chiapello Ève, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard (NRF essais).

Borillo Daniel, Lochak Danièle, 2005, La liberté sexuelle, Paris, PUF.

Bourdieu Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Minuit (Le sens commun).

— 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil.

— 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil (Points essais).

Bouveresse Jacques, 1995, « Règles, dispositions et habitus », Critique, n° 579-580, août-septembre, p. 573-594.

Browning Christopher, 2007 [1994], Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, trad. É. Barnavi, Paris, Tallandier.

Burawoy Michael, 1979, Manufacturing consent, Chicago, The University of Chicago Press.

Cottereau Alain, 1999, « Dénis de justice, dénis de réalité : remarques sur la réalité sociale et sa dénégation », L’expérience du déni, Paris, P. Gruson et R. Dulong éd., MSH, p. 159-189.

Deporter Pascal, Farcy Isabelle, Rothé Thomas éd., 2007, « Le travail en quête de conflit », Les mondes du travail, n° 3-4.

Dennett Daniel C., 1984, Elbow Room. The Varieties of Free Will Worth Wanting, Oxford, Clarendon Press.

Dufour Dany-Robert, Berthier Patrick, 2003, « Vers un nouveau nihilisme ? », Le Débat, janvier-février, p. 162-174.

Durand Jean-Pierre, 2004, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil (Économie humaine).

Elster Jon, 2007, Agir contre soi. La faiblesse de volonté, Paris, Odile Jacob.

Foucault Michel, 1994, « Le sujet et le pouvoir », Dits et écrits,t. 4 : 1980-1988, Paris, Gallimard, p. 222-243.

Farhat John, Ogilvie Bertrand éd., 2006, « Le déni de réalité », Incidence, n° 2.

Foulquié Paul, 1962, Dictionnaire de la langue philosophique, Paris, PUF.

Fraisse Geneviève, 2007, Du consentement, Paris, Le Seuil (Non conforme).

Gaventa John, 1982, Power and Powerlessness. Quiescence and Rebellion in an Appalachian Valley, Chicago, University of Illinois Press.

Goldhagen Daniel J., 1997, Les bourreaux volontaires d’Hitler. Les Allemands ordinaires et l’Holocauste, Paris, Le Seuil.

Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard/Le Seuil (Hautes études).

Hirschman Albert O., 1995, Défection et prise de parole, Paris, Fayard.

Humphreys Laud, 2007 [1970], Le commerce des pissotières. Pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960, trad. H. Peretz, Paris, La Découverte.

Iacub Marcela, 2003 [2002], Le crime était presque sexuel et autres essais de casuistique juridique, Paris, Flammarion (Champs).

Ingrao Christian, 2006, Les chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Paris, Perrin.

Jounin Nicolas, 2006, « La sécurité au travail accaparée par les directions. Quand les ouvriers du bâtiment affrontent clandestinement le danger », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 165, p. 72-91.

La Boétie Étienne (de), 1993, Discours de la servitude volontaire, Paris, Garnier-Flammarion.

Laplanche Jean, Pontalis Jean-Bertrand, 1998 [1967], « Dénégation », Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF (Quadrige), p. 112-114.

— 1998 [1967], « Déni », Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF (Quadrige), p. 115-117.

Lefort Claude, 2002, « Le nom d’Un », É. La Boétie, Discours de la servitude volontaire, Paris, Payot (Petite bibliothèque), p. 269-335.

Locke John, 1992 [1660], Traité du gouvernement civil, Paris, Flammarion.

Mannoni Octave, 2006 [1964], « Je sais bien, mais quand même… », Incidence, n° 2, octobre, p. 167-190.

Mariot Nicolas, 2003, « Faut-il être motivé pour tuer ? », Genèses, n° 53, décembre, p. 154-177.

Marzano Michela, 2006, Je consens donc je suis… Éthique de l’autonomie, Paris, PUF.

Mathieu Nicole-Claude, 1991, « Quand céder n’est pas consentir », L’arraisonnement des femmes : essais en anthropologie des sexes, N.C. Mathieu éd., Paris, EHESS, p. 169-243.

Mathieu Lilian, 2007, La condition prostituée, Paris, Textuel (La discorde).

Mill John Stuart, 2005 [1869], L’asservissement des femmes, trad. M.F. Cuchin, Paris, Payot (Petite bibliothèque).

Ogien Ruwen, 2007, L’éthique aujourd’hui : maximalistes et minimalistes, Paris, Gallimard (Folio essais).

Pharo Patrick, 1997, « La cruauté et l’éclipse des convictions morales », Cognition et sciences sociales, R. Boudon, A. Bouvier, F. Chazel éd., Paris, PUF (Sociologies), p. 175-190.

Simmons John A., 1979, Moral Principles and Political Obligations, Princeton, Princeton University Press.

Scott James C., 1992, Domination and the Arts of Resistance. Hidden Transcripts, New Haven, Yale University Press.

— 2007-2008, « Dans le dos du pouvoir. Entretien avec Gilles Chantraine et Olivier Ruchet », Vacarme, n° 42, hiver, p. 4-12.

Taylor Charles, 1999, « Qu’est-ce qui ne tourne pas rond avec la liberté négative ? », La liberté des modernes, trad. Ph. de Lara, Paris, PUF (Philosophie Morale), p. 255-283.

Thompson Edward P., 1971, « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », Past and Present, n° 50, février, p. 76-136.

Weber Max, 1995 [1922], Économie et société, t. 1, Paris, Plon (Pocket).

Haut de page

Notes

1  Le sociologue américain Laud Humphreys (2007) décrit, par exemple, l’expression du consentement lors de rencontres homosexuelles dans des toilettes publiques, dans l’Amérique des années soixante. D’après ses observations, dans la plupart des cas, aucun mot n’est échangé ; les personnes intéressées se contentent de montrer leur sexe en érection, signe d’un accord pour des relations sexuelles à venir.

2  Nous remercions Paul Lichterman de nous avoir signalé cette référence.

3  Voir Locke (1992), Mill (2005). Même si Paul Munier rappelle fort à propos qu’il existe de notables différences entre les auteurs issus de cette tradition

4  Pour une critique argumentée de ces approches, voir Bourdieu (1980).

5  La surprise est définie juridiquement, aux côtés de la violence et de la menace, comme « vices du consentement » (Iacub, 2003).

6  On peut rapprocher ces expressions de formules paradoxales utilisées dans d’autres domaines, telles que «victime consentante » ou « désir de la domination ».

7  « […] à l’homme toutes choses lui sont comme naturelles, à quoi il se nourrit et accoutume. […] ainsi la première raison de la servitude volontaire, c’est la coutume » (La Boétie, 1993, p. 150).

8  Dans cette optique, les dominés méconnaissent la domination qu’ils subissent ; leur subjectivité s’accorde à leur condition objective et la domination apparaît comme légitime. Ils ne sont donc pas assez lucides pour mettre en place une véritable résistance, cet état de fait constituant un moteur essentiel de la reproduction de la domination.

9  Nous remercions Guillaume Marguerie pour cette référence et ses conseils avisés en psychanalyse.

10  Voir les réflexions précieuses d’Alain Cottereau sur le déni de justice et le déni de réalité (1999). Pour un exemple de recherche empirique, nous renvoyons le lecteur à l’article de Nicolas Jounin (2006) sur le déni du risque chez les travailleurs du bâtiment.

11  Le concept de « culture de guerre », hérité des travaux historiques de George L. Mosse, explique comment le phénomène de « brutalisation » (élévation progressif du seuil de tolérance à la violence) des sociétés européennes est né de la confrontation avec des expériences de guerre nouvelles et répétées. Ce concept très discuté en France a permis d’importantes avancées, même si son usage soulève certains problèmes. La mise au point de Nicolas Mariot (2003) est, sur cette question précise de la « culture de guerre », d’une grande utilité, particulièrement lorsqu’il décrit le glissement opéré entre endurer la violence / assumer la violence qui scellerait le rôle de la culture, même si nous ne partageons pas toutes ses conclusions sur la place de facteurs non « motivationnels » dans certains actes criminels.

12  Dans la voie empruntée par Browning, Patrick Pharo poursuit l’analyse en identifiant quatre conditionnements propices à « l’éclipse des convictions morales », qui expliquent d’ailleurs davantage la répétition des actes que leur déclenchement (plus aisément intelligible, selon l’auteur) : 1) « l’influence de l’idéologie  qui attribue aux victimes des propriétés qui […] facilitent leur exclusion de la communauté d’obligations », 2) « le rôle de l’autorité, de la conformité au modèle dominant et des récompenses et des sanctions du groupe », 3) le conditionnement par la « routine opératoire », comme lorsque l’on « fait à fond un travail » qui favorise « la déréalisation, l’insensibilisation ou le dédoublement du moi », 4) l’auto-alimentation des actes cruels par leurs propres effets (« la présomption de culpabilité vis-à-vis des personnes dont on suppose qu’elles n’auraient pas été soumises à de tels traitements sans cela », le « ressentiment de l’agent à l’encontre d’une victime qu’il juge coupable d’être sa victime », les cercles de confirmation…) (Pharo, 1997, p. 185-186).

13  Le débat entre ces deux positions se rejoue par exemple autour de la question de la prostitution. Tandis que les partisans de l’abolitionnisme y voient, en dehors même de ses conditions d’exercice, une atteinte à la dignité individuelle, à l’intégrité physique ou psychique de la personne et une entorse au principe d’inaliénabilité du corps humain, impossible à « racheter » par le consentement des prostituées, les partisans de sa réglementation mettent en valeur le consentement comme droit de la femme à disposer librement de son corps pour en faire une source de revenus au service d’un plan de vie maîtrisé et rationnel (Lilian Mathieu, 2007).

14  Sur ces questions, voir Deporter, Farcy, Rothé, 2007.

15  En sociologie des pratiques culturelles, Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (1989) invitent à se départir autant du misérabilisme que du populisme. Cette mise en garde vaut pour tous les travaux qui prétendent se confronter à une réalité empirique. Pour une critique de ce type de dérives, voir l’article classique d’Edward Thompson (1971).

16  Notons que cet ouvrage vient de faire l’objet d’une traduction aux Éditions Amsterdam, sous le titre La domination et les arts de la résistance. Fragments d’un discours subalterne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Coste, Paul Costey et Lucie Tangy, « Consentir: domination, consentement et déni », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 26 janvier 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/traces.365

Haut de page

Auteurs

Florent Coste

Doctorant en littérature médiévale et AMN à l’Université de Bourgogne/Sciences po

Articles du même auteur

Paul Costey

Doctorant en sociologie au CMH (Centre Maurice Halbwachs, CNRS, EHESS, ENS, Université de Caen) et AMN à l’EHESS/Université de Caen

Articles du même auteur

Lucie Tangy

Doctorante en lettres modernes au CRAIRAC (Centre de recherche aixois sur l’imagination à la Renaissance et à l’Âge Classique, Université de Provence Aix-Marseille 1) et AMN en Lettres modernes à l’Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page