Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

Raconte-moi une histoire. Enjeux et perspectives (critiques) du narrativisme

Johann Petitjean
p. 185-200

Résumé

Le narrativisme professe le recentrement des sciences sociales autour de la littérarité de disciplines qui, à l’instar de l’histoire, ne peuvent que reconnaître l’importance de la mise en récit dans leur écriture. Néanmoins, raconter une histoire ne suffit pas ; et le travail des auteurs sur les sources, l’utilisation de règles et d’outils propres à la discipline, la reconnaissance de la « réalité fonctionnelle » des objets étudiés, la volonté d’expliquer et le souci de comprendre, sont autant de raisons de croire à la possibilité et même à la nécessité d’un savoir fondé sur la critique. L’histoire est un métarécit dont la singularité tient justement à la nature scientifique et créative, narrative et critique, de sa démarche.

Haut de page

Texte intégral

Si l’on accepte, par convention, de s’en tenir au domaine de l’expression littéraire, on définira sans difficulté le récit comme la représentation d’un événement ou d’une suite d’événements, réels ou fictifs, par le moyen du langage, et plus particulièrement du langage écrit. Cette définition positive (et courante) a le mérite de l’évidence et de la simplicité, son principal inconvénient est peut-être, justement, de s’enfermer et de nous enfermer dans l’évidence, de masquer à nos yeux ce qui précisément, dans l’être même du récit, fait problème et difficulté, en effaçant en quelque sorte les frontières de son exercice, les conditions de son existence.
Gérard Genette, « Frontières du récit », Figures II

1Les enfants adorent qu’on leur raconte des histoires. Comme le Petit Prince de Saint-Exupéry, ils veulent qu’on leur dessine un mouton. Et il semble que les élèves et les étudiants, quel que soit leur niveau de formation ou la matière choisie, fonctionnent un peu de la même manière. N’enseigne-t-on pas dans les centres de formation pédagogique français à ménager du temps pour le récit, « support de leçon » (Jean et Jourdan, 2000) pour les petits, comme pour les grands ? Mais revenons à notre mouton. L’aviateur décontenancé répond à la requête du Petit Prince qu’il a surtout étudié la géographie, l’histoire, le calcul et la grammaire : il ne sait pas dessiner ; mais qu’importe, insiste alors l’enfant, tout ce qu’il veut, c’est qu’on lui dessine un mouton, pas un boa, non, encore moins un éléphant, mais un mouton. Et l’aviateur de s’exécuter… Le récit de Gérard Genette et le mouton de Saint-Exupéry produisent, l’un par le dessin et l’autre par le biais du langage, des représentations possibles de choses réelles ou fictives.

2Il est certains historiens et certains philosophes de l’histoire pour soutenir que la mise en récit peut suffire à l’histoire comme le mouton de l’aviateur suffit au Petit Prince, car, selon eux, lorsque l’on entreprend d’écrire l’histoire de quelque chose, on ne fait jamais que raconter des histoires à propos de ce quelque chose. Ce parti pris qui confère à la mise en récit la primauté dans l’ordre des discours définit la position générale des narrativistes à l’égard du statut de l’écriture dans les sciences sociales.

3Comment peut-on être « narrativiste » ? La question peut sembler provocatrice, mais elle n’en est pas moins légitime. Pour dire les choses autrement, comment peut-on raisonnablement ne mettre l’accent que sur la « mise en récit » sans pour autant renoncer aux acquis de la critique historique (depuis la critique positiviste jusqu’au « tournant critique » des Annales) ? La question n’est pas tant de rendre compte ici de l’histoire de la critique depuis Fustel de Coulanges jusqu’à aujourd’hui, mais plutôt d’en réexaminer les enjeux épistémologiques à l’aune de la place relative accordée à la narration. Il s’agira de partir des présupposés et des outils narrativistes au sens large afin de voir dans quelle mesure le retour d’une réflexion sur l’usage de la raison critique (comprise comme faculté, relative mais validante, de juger) permet paradoxalement de donner au narrativisme toute sa légitimité intellectuelle, scientifique et sociétale.

4Le narrativisme est-il simplement a-critique ? Tout l’enjeu de la question consistera effectivement à réévaluer la dimension critique du narrativisme tout en en examinant les champs d’applications possibles. Réside-t-elle, cette dimension critique, au niveau de l’étude des sources, de la construction de la réflexion, au niveau des discours produits, dans le jugement personnel que l’on se fait de ces derniers, ou dans la possibilité de les vérifier ? La mise en récit agit-elle seulement dans la transmission des connaissances, ou est-elle déjà présente comme une modalité de leur constitution ? Et à quelles fins est-elle alors employée : pour décrire la société ? Pour la comprendre ? La transformer ? Poser le problème de la dimension (a)critique du narrativisme invite donc à interroger la mise en récit à la lumière des finalités et des destinataires de cette mise en récit.

5Pourquoi revenir aujourd’hui sur un chantier épistémologique qui ne devrait pas être loin de fêter ses 30 ans s’il était possible d’en dater l’ouverture avec exactitude ? Il nous a semblé que l’accueil sans réserve fait cette année en France au dernier ouvrage de Natalie Z. Davies – historienne américaine de la culture dont la démarche, mêlant d’une certaine manière histoire et fiction, était pourtant loin d’aller de soi –, légitimait le fait de rouvrir certains dossiers. Et puisque, bien souvent, les débats les plus intéressants sont justement ceux qui ne font plus débat et que l’épistémologie est fille de son temps, il nous a semblé intéressant de questionner certaines des apories narrativistes à la lumière d’une discipline récemment consacrée, à défaut d’être réellement récente : le storytelling.

Du narrativisme au storytelling : histoire(s), narration, récits

  • 1 L’expression est de Simona Cerutti (1995, p. 230). Elle est, nous semble-t-il, symptomatique de la (...)

6Dire que les sciences sociales en général, et l’histoire en particulier, connaissent aujourd’hui quelques réticences à se tourner vers le littéraire relève de l’euphémisme. Subjectivisme, linguistic turn et narrativisme sont, au sein de la communauté scientifique française, des mots honnis que l’on ne prononce que du bout des lèvres, en off des séminaires, des tables rondes et des articles dits « de référence », et de manière hostile le plus souvent. Le refus de ces approches nouvelles est une conséquence directe du rejet du « postmodernisme », toujours convoqué par certains comme repoussoir, mais trop rarement défini. Le tournant linguistique par exemple a été compris comme un improbable « reflux de l’épistémologie sur le langage » (Certeau, 1972), et appréhendé de ce fait moins comme une révolution scientifique que comme un coup éditorial réalisé par des historiens en quête de visibilité et de reconnaissance, voire comme un « renoncement »1 pur et simple.

Scientificité du récit

7La possibilité de voir les sciences sociales prendre le tournant du narrativisme repose sur une question essentielle : raconter quelque chose suffit-il à expliquer cette chose (Kreiswirth, 1995) ? En effet, est-il certain que l’on crée réellement les conditions de la compréhension par autrui d’un événement, d’un phénomène et/ou d’une situation par le simple fait de les mettre en récit ?

  • 2 « Nor is it to say that literary theorists have never studied the structure of historical narrative (...)

8Tout type de narration se repère, selon Hayden White, par l’usage de ces quatre « tropes » que sont la métonymie, la métaphore, la synecdoque et l’ironie (White, 1975 ; 1978, p. 81), ce qui invite par conséquent à ramener l’histoire sur le plan du narratif en la reconnaissant pleinement comme un récit, voire comme un simple « artefact littéraire » (White, 1978)2. Le mérite d’une telle réduction, qui n’est pas sans lien avec la révolution épistémologique amorcée outre-atlantique par le linguistic turn, contribue donc à considérer l’histoire comme un processus d’écriture.

9Il est dès lors légitime de suivre Paul Veyne dans sa définition de l’histoire comme « récit d’événements » (Veyne, 1971, p. 14). Et l’auteur de préciser sa pensée en affirmant que l’écriture de l’histoire n’est pas mimétique, qu’elle ne relève nullement de l’imitation du passé : elle est un « roman vrai ». Selon Ricœur, qui se ressaisit des apports conceptuels de Veyne, l’histoire est une écriture qui n’est pas déliée du réel. Il ne saurait s’agir seulement d’une pure combinaison de signes puisque ce que l’on vise, c’est justement le réel et la connaissance possible d’un réel, passé dans le cas de l’histoire, que l’on peut décrire, expliquer et comprendre. Raconter, c’est déjà expliquer, nous enseigne Ricœur : « Expliquer pourquoi quelque chose est arrivé et décrire ce qui est arrivé coïncident. Un récit qui échoue à expliquer est moins qu’un récit ; un récit qui explique est un récit pur et simple »(Ricœur, 1983, p. 264).La possibilité d’expliquer ce qu’on raconte par le simple fait de le raconter se présente ainsi comme le premier étage de la critique historique. On peut également inférer de ce qui précède qu’« expliquer plus, c’est raconter mieux » (Veyne, 1971, p. 132), et conclure sur ce point en montrant que le récit et l’explication sont loin d’être antinomiques, car ils sont deux des éléments essentiels de la définition de l’« intrigue » chez Ricœur. Cette mise en intrigue de la description historique a en outre ceci de précieux qu’elle facilite la transmission et la compréhension des discours, et rendrait ainsi possible l’enseignement de la discipline, tout en préparant de la sorte son éventuelle implication dans le champ de la critique et de la transformation de la société.

Raconter et transmettre : de la pédagogie à l’action

10Nous ne retenons que bien peu de choses ; nous ne mémorisons qu’une partie infime de tout ce que nous pouvons voir, lire, sentir ou entendre. La mémoire des choses ne tend pas vers l’infini, mais plutôt vers zéro ; et c’est justement pour inverser cette tendance que l’on peut se permettre de raconter des histoires. La narration serait alors le moyen le plus simple, le plus efficace et le plus pertinent de décrire et de faire comprendre les éléments à enseigner. Le récit serait ainsi au cœur même de la pédagogie, au cœur d’une pédagogie qui reposerait avant toute chose sur la qualité et le statut des exemples choisis.

  • 3 Les auteurs considèrent que « le narratif » permet d’unifier la connaissance et de contribuer à déf (...)

11Néanmoins, aucun récit historique n’invente à proprement parler les faits passés qu’il énonce, même s’il est vrai qu’en les énonçant, il contribue à les reconstruire à partir des traces qu’ils ont laissées et à leur donner ainsi une logique, généralement causale, qui permet à la fois de les énoncer, de les comprendre et enfin de les rendre comparables. Une telle démarche est à la fois scientifique et créative, narrative et critique. Cette redescription du passé à partir des traces qui ont été laissées peut être considérée comme un act of meaning, comme un acte de signification provisoire, dont l’élaboration constante est réalisée autant de manière individuelle que collective. Il ne s’agit donc ni de revivre le passé, ni d’en tirer une quelconque leçon, mais plutôt de le comprendre en en écrivant l’histoire, et cela passe nécessairement par l’enseignement des résultats obtenus. Nous nous trouvons là face au second niveau de la critique, niveau que le récit certes prépare, mais de manière plus ou moins périphérique cette fois. La compréhension critique du passé se déploie en conséquence comme une réponse possible des historiens aux attentes de la communauté (Rancière, 1994) en matière de mémoire et d’identité collectives dont ils contribuent à apprivoiser les significations (Hinchman, 1994)3, et ce quel que soit le type d’identité auquel on se réfère : l’enfance, l’université, la nation, le genre, la confession ou la race. Les histoires que l’on raconte ont donc une certaine opérativité, et leur compréhension peut alors devenir un utile instrument de critique sociale.

  • 4 Ce paragraphe doit beaucoup au détail et à la précision des analyses d’épistémologie des sciences j (...)
  • 5 Nous pensons que cette proximité, pour ne pas dire cette porosité, des champs de l’analyse littérai (...)

12C’est le cas par exemple de l’usage du narrativisme dans le domaine juridique par les tenants de la Critical Race Theory (CRT), ces juristes identitaristes américains dont les présupposés perspectivistes et subjectivistes ne sont pas sans enseignements pour ce qui nous intéresse ici4. La CRT marque une rupture radicale, pour ne pas dire un tournant, au sein des techniques juridiques, car elle consiste à substituer des approches textuelles littéraires, voire purement fictionnelles5, aux habituelles démarches descriptives et argumentatives. En effet, les Race-Crits scénarisent énormément leurs propos et ont pour objectif didactique avoué de construire une nouvelle narrative jurisprudence afin de mobiliser les minorités raciales concernées. Il s’agit de raconter des expériences, de présenter des témoignages saisissants et d’offrir des récits de vie plus édifiants les uns que les autres en ayant recours à des formes et des genres littéraires comme l’autobiographie, le conte ou la parabole. Ces techniques sont utilisées dans le but de rendre le droit accessible au plus grand nombre, afin qu’il ne soit plus seulement l’arme des dominants, mais aussi un outil de transformation sociale par et pour les minorités.

13La perspective critique de la CRT est indiscutable, mais encore faut-il comprendre à quel niveau elle se situe vraiment. Les Race-Crits mettent en effet l’oppression en récit afin de susciter chez leurs destinataires des sentiments tels que l’empathie, la conscience de soi et des injustices, la colère, et non la compréhension des phénomènes qui ont provoqué ces émotions. Cette théorie pratique du discours juridique est donc une stratégie relevant essentiellement d’un « émotionnalisme subjectiviste qui n’ajoute rien à la réflexion (externe) sur le droit ni à la réflexion (interne) dans le droit » (Gaudreault-Desbiens, 2001, p. 610). Du point de vue scientifique, elle peut paradoxalement mais légitimement être considérée comme a-critique. Et nous touchons-là aux limites mêmes du subjectivisme, car l’anecdote, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit ici, demeure par définition individuelle et incomparable. Avec elle, nous sortons du champ de la science pour entrer de plain-pied dans le domaine des opinions, du dogme et de la croyance ; cette jurisprudence narrative affaiblissant in fine la portée réelle de la mise en récit comme technique de mobilisation. Il est dès lors nécessaire de revenir sur la dimension critique du récit afin de sauver la narration en lui évitant de n’être plus qu’un instrument, un prétexte, voire un exercice de style.

Le storytelling est-il a-critique ?

14Pourquoi donc raconter des histoires ? Pourquoi privilégier, en histoire comme ailleurs, ce « format discursif » plutôt qu’un autre ? On est en droit de déduire de ce qui précède que les enjeux posés par un possible tournant narrativiste touchent moins à la constitution du savoir en tant que tel qu’à la transmission et à la manipulation de ce savoir. Mais alors, dans quelle mesure des procédures narratives peuvent-elles ne pas influer sur le contenu même des savoirs à transmettre ?

15Une pratique de management, le storytelling, a vu le jour lors de la campagne électorale de Ronald Reagan en 1981, lorsque l’acteur qui va devenir le quarantième président des états-Unis décide d’innover en matière de communication et de substituer les stories – les histoires, mieux : les anecdotes – au fastidieux détail statistique des bilans et aux rigidités formelles des argumentations. Mieux vaut, en politique comme ailleurs, avoir toujours une bonne histoire à raconter ! Les spin doctors des présidents successifs, démocrates comme républicains, ont ensuite pris le relai, contribuant à scénariser à l’extrême les discours politiques de leurs leaders en adoptant une vision littéraire, pour ne pas dire romanesque de la politique, de l’Amérique et de son histoire. La fréquence de l’emploi du mot « story » dans les discours du président George W. Bush qui – doit-on le rappeler – a été formé dans une business school, est alors révélatrice, selon Christian Salomon, d’une véritable « révolution culturelle » substituant la success story au bilan économique et le récit de vie à l’analyse critique des situations, accordant ainsi à l’empathie une valeur et un statut tout à fait inédits (Salomon, 2006, p. 19).

  • 6 Sur ce sujet aussi passionnant que complexe, nous renvoyons à l’article de Wiktor Stoczowski, dont (...)

16Et la « fièvre » narrativiste de monter (Polletta, 2006)… Le storytelling est devenu aujourd’hui une pratique courante qu’emploient aussi bien des managers, des journalistes, des thérapeutes… Il s’agit à proprement parler d’une discipline, avec ses centres d’études, sa presse spécialisée et son festival, et la manne éditoriale partagée par l’International Storytelling de Jonesborough, Tennessee et le National Storytelling Network est tout à fait considérable. Aussi sophistiquée soit-elle, cette discipline part d’une idée simple : une bonne histoire bien racontée est plus efficace que des colonnes de chiffres. Il n’est pas de notre ressort de discuter ici de la valeur cognitive réelle de la narration dans la construction-transmission des savoirs6, mais plutôt de s’interroger sur la place accordée ou non à la critique au sein de la narration :

Dans un contexte de surinformation, de « harcèlement textuel », la capacité de sélection des individus est constamment sollicitée. Selon Nahum Gershon, chercheur chez Mitre, « le cerveau humain a une capacité prodigieuse de synthèse multisensorielle de l’information quand celle-ci lui est présentée sous une forme narrative ». Selon M. Bran Ferren, président d’Applied Minds Inc. : « Chaque fois que l’on a introduit une nouvelle technologie dans le storytelling, cela a changé le monde. Il suffit de penser à l’imprimerie, au télégraphe et au téléphone, à la presse, à la radio, à la télévision, et tout récemment à Internet. » (Salomon, 2006, p. 19)

  • 7 Il s’agit notamment du collecticiel Sum’itUp, élaboré comme « support à l’interprétation coopérativ (...)
  • 8 Une place à part doit être réservée ici au logiciel HyperStoria (Soulier, 2006, p. 198-200), qui «  (...)

17à vrai dire, rien de neuf ici puisque les sermons du Moyen âge, les vies de saints, les exempla et les procédés mnémotechniques partaient déjà de la volonté empirique de mémoriser et de réutiliser les choses en contexte afin d’endiguer le trop plein d’informations. La spécificité du storytelling tient plutôt à l’artificialisation et à l’automatisation de ces activités narratives, au moyen notamment du concept de « narrative intelligence »,qui ouvre la voie à l’élaboration de bases de données regroupant histoires et storylines au sein de divers collecticiels7. Grâce à l’outil informatique, ceux-ci contribuent à élaborer les règles d’une interprétation collective des récits. Reposant principalement sur la croyance en une communauté de sens et de pratique, l’« intercompréhension du récit » (Soulier, 2006, p. 299) se présente comme l’enjeu principal du storytelling et, pourrait-on dire, du narrativisme en général8.

18La notion de récit gagne finalement à être reconsidérée comme une technique de communication. L’enjeu, dès lors, ne porte plus sur la validité critique du propos, mais plutôt sur sa capacité intrinsèque, et pour tout dire pragmatique, à susciter de l’adhésion. Mais ce narrativisme radical ne sous-estime-t-il pas en revanche notre capacité à comprendre les phénomènesde manière diachronique et, partant, à les déconstruire et à les comparer, c’est-à-dire à fonder un savoir en raison (Stawson, 2004) ?

Réalité, critiques et vérité

Le « tournant critique » des Annales et le principe de réalité

  • 9 Pour une vision d’ensemble sur le « tournant critique » et, plus spécifiquement, pour la distinctio (...)
  • 10 Les positions adoptées sur ce point par Marcel Gauchet ne sont pas sans lien avec le travail fondat (...)

19André Burguière, lors du premier « tournant critique » des Annales, a rejeté la narrativité aux marges de l’histoire afin de sauver, semblait-il, la discipline de la crise qui couvait à mesure que les auteurs remettaient en cause la capacité des historiens à produire une compréhension objective du passé (Burguière, 1990)9. Il s’agissait alors pour ceux-là de réaffirmer le rôle de la démonstration et de l’interprétation dans la compréhension des phénomènes et des événements passés dans le but avoué de sortir l’histoire, et la conscience historienne, de la « crise » (Noiriel, 1996). Le danger en effet était double et prenait la discipline en tenaille. D’une part, on jugea inacceptables les propositions de Lawrence Stone, qui considérait comme salutaire le retour de la description afin d’en finir une fois pour toutes avec les vieux rêves de l’histoire scientifique qui auraient été pérennisés malgré les Annales et le rejet du positivisme, en raison de l’étonnante survie des déterminismes économiques et démographiques dans l’historiographie postmarxiste (Stone, 1979). D’autre part, la méfiance était également de mise, quoique pour des raisons différentes, à l’égard d’un Marcel Gauchet professant le retour de l’individuel et du politique au sein d’une histoire qui serait descriptive et symbolique (Gauchet, 1988)10. La particularité de premier « tournant critique » des Annales tient en réalité au fait qu’il s’est de facto opposé à tous les autres, car là où le « tournant linguistique », par exemple, appelait de tous ses vœux l’ouverture du champ historique à d’autres méthodes, celui-là partait au contraire de la volonté de réassurer en interne l’identité de la discipline et les repères de ses auteurs.

  • 11 C’est en substance ce pour quoi plaide Pierre Vidal-Nacquet dans ses études sur le révisionnisme, l (...)

20Le rejet de la narrativité est la conséquence de cette peur, consciente ou non selon les cas, de voir la scientificité du discours historien se dissoudre dans la fiction et la matière ne devenir alors qu’un sous-genre littéraire (Robin, 1995). Afin de combattre le « radicalisme autoréférentiel et antiréaliste » des narrativistes (Delacroix, 2000, p. 7), les zélateurs du « tournant critique » rappellent, contre la toute-puissance présumée du récit, l’importance du « principe de réalité » comme condition de possibilité de la critique scientifique et comme instance de validation des discours tenus (Fabiani, 1992). Sans ce « réalisme fonctionnel », point de critique possible ; et sans la critique, nulle validation par les scientifiques. On le voit, la notion de « validité » a su avantageusement remplacer celle de « vérité » chère aux positivistes en consistant à faire se rejoindre, par l’exercice de la critique, d’une part, la réalité empirique de l’expérience, et d’autre part la rationalité méthodologique de celui qui, justement, fait l’expérience, afin notamment de ne pas revenir à la vision « naïve » de la vérité comme simple correspondance de ce qui est dit avec ce qui est, indépendamment de la rationalité qui rend le fait « acceptable » (Putnam, 1984 [1981], p. 7-8). Cette pratique rationnelle de la critique peut être définie comme un usage de la faculté de juger ensemble la réalité des phénomènes et la cohérence des énoncés élaborés sur ces phénomènes. Elle serait ainsi à la racine de la possibilité de contrôler professionnellement les discours, c’est-à-dire de juger en raison et de manière non dogmatique les erreurs commises, et ainsi d’empêcher les « assassins de la mémoire » de sévir11. Reposant selon Roger Chartier sur la dépendance de l’historien vis-à-vis de l’archive, ainsi que sur son contrôle par ses pairs et, dans une certaine mesure, par le public, et enfin sur l’usage de règles et de techniques scientifiques propres à l’exercice professionnel du « métier d’historien », la critique est bien la condition sine qua non accomplissant l’histoire comme « récit véridique » (Chartier, 1987 ; 1994). Son exercice est fils du réalisme et de la rationalité ; mieux : il est déontologique.

Contre cette dissolution de statut de connaissance de l’histoire, souvent tenue aux États-Unis pour une figure du postmodernisme, il faut soutenir avec force que l’histoire est commandée par une intention et un principe de vérité, que le passé qu’elle se donne comme objet est une réalité extérieure au discours, et que sa connaissance peut être contrôlée… Le rappel est plus qu’utile en un temps où les fortes tentations de l’histoire identitaire risquent de brouiller toute distinction entre un savoir contrôlé, universellement acceptable, et les reconstructions mythiques qui viennent conforter mémoires et aspirations particulières. (Chartier, 2006, p. 956)

Léon l’Africain, un objet de connaissance singulier

21Le « principe de réalité » n’empêche pourtant pas d’écrire des récits historiques avec des points d’interrogation, et le travail de Natalie Z. Davies sur Léon l’Africain est là pour le prouver (Davies, 2007). L’honnêteté, et le talent bien sûr de l’historienne, contribuent à reconfigurer en contexte la figure principale de ce (beau) livre interrogatif, mais qui reste définitivement un livre d’histoire. La méthode utilisée par Nathalie Davies la distingue notamment du romancier Amin Maalouf car l’histoire est un « roman vrai », et non un roman. La réalité de Hassan al-Wazzân/Léon l’Africain ne change pourtant pas sous l’une ou l’autre plume, mais, dans le roman, c’est son individualité qui prime tandis que de l’autre côté, c’est la question de sa singularité qui intéresse l’auteur, une singularité interrogée face aux possibilités interprétatives conférées par l’analyse critique des différentes configurations historiques qui rendent intelligibles ensemble le contexte et le personnage. On pourrait gloser à souhait sur cette quasi-transparence du sujet au contexte historique et ne voir ici qu’un retour pur et simple à la biographie historique, mais ce serait se méprendre sur le travail de l’auteur. Premièrement, là où l’individuel servait auparavant à la compréhension d’un comportement ou d’un état collectif qu’il représentait, le singulier, ainsi que ses manques, sont en revanche définis à partir de ce que l’on sait d’un contexte qui sert de support critique pour la description et la compréhension de l’objet. Secondement, ce qui fait la différence entre les deux livres, c’est la dimension de connaissance de l’objet « Léon l’Africain » qui existe dans celui de Natalie Davies. Léon l’Africain pourrait-être le « roman vrai » tel que Paul Veyne l’a décrit, c’est-à-dire une œuvre documentée, avec un appareil critique, avec des règles et des outils propres à la discipline, et, même si les questions posées restent souvent sans réponse, il s’agit bien là d’une histoire incompressible.

  • 12 White reconnaît à l’écriture historienne une part d’« artistis component » (White, 1978, p. 107) qu (...)

22On retrouve chez Natalie Davies un des enseignements majeurs des narrativistes, à savoir que si l’histoire n’est ni purement poétique ni simplement fictive, elle l’est toutefois en partie, en vertu des ressources rhétoriques de la discipline, d’une part, et de la faculté de séduire et de l’« imagination figurative » (White, 1978, p. 101-120)12 de l’historien(ne), d’autre part. Séduire le public est une envie légitime, certes, mais à une condition toutefois : que l’histoire s’écrive là aussi « au bord de la falaise », pour reprendre une image consacrée (Chartier, 1998), c’est-à-dire que nul ne transige sur le principe critique de réalité, afin que soit encore maintenu ce qui fait la différence entre le récit historique et la fable.

L’histoire est un métarécit

  • 13 On entend généralement par ce terme de « rétrodiction » la part du travail de l’historien « fondée (...)

23La narration fait donc définitivement partie de l’histoire, et la mise en récit s’utilise comme un mode de restitution qui ne doit pas prendre le pas sur les autres aspects du travail de l’historien que sont la lecture, l’analyse et le recoupement des sources, l’élaboration de concepts et d’un métadiscours permettant de vérifier le propos, la rétrodiction des modèles quantitatifs13, etc. « L’histoire, concluait Veyne, n’est donc pas une science ; elle n’en a point la rigueur, mais cette rigueur se place à l’étage de la critique. » La critique historique, dans la multiplicité de ses formes et de ses postulats méthodologiques, fait la différence : elle est le principe heuristique qui permet de recourir de manière pédagogique, et séductrice, à la narration.

  • 14 Suscitée par l’histoire, cette attente est « à la fois liée à l’individu et interindividuelle ». El (...)
  • 15 « Les événements historiques n’existent pas sans les actes de langage, et les expériences que l’on (...)

24L’écriture de l’histoire peut par ailleurs être comprise comme une médiation entre le passé, l’histoire des historiens et les « horizons d’attente » de leurs différents interlocuteurs (Koselleck, 1990)14. Et cette médiation repose en effet sur un acte de langage qui permet de communiquer à autrui la réalité des événements passés sans que celle-ci y soit pour autant réductible en totalité, car elle préexiste il est vrai à l’expérience que l’on peut en tirer au moyen du langage15. La narration, en ce sens, est à comprendre comme un acte de langage (parmi d’autres) qui contribue à faire de l’histoire une expérience des événements passés. La mise en récit permet donc de bâtir une surface de rencontre et d’échange, pour tout dire une situation de communication, entre l’historien et ses interlocuteurs directs (lectorat, étudiants) ou indirects (institutions, société). Néanmoins, l’écriture et l’enseignement de l’histoire ne se situent pas uniquement au niveau du simple récit car celui-ci, à lui seul, ne saurait rendre compte de l’ensemble de l’expérience réalisée et de toutes les significations qui lui sont attachées (Hartog, 2003). Il est donc du ressort de l’historien d’accompagner la mise en récit des événements historiques d’un métadiscours par lequel la narration prend sens afin de donner avec elle les conditions de possibilité d’une expérience libre, individuelle et collective de l’histoire.

25Pour revenir à notre image initiale, disons que l’historien peut être un aviateur, dans la mesure où 1) le mouton est effectivement dessiné, 2) ce mouton dessiné est bien un mouton, c’est-à-dire qu’il renvoie à une réalité mouton possible, même imparfaite ou incomplète, même avec des erreurs, 3) le dessin est accompagné d’un discours sur l’acte permettant d’en comprendre les intentions et la méthode, 4) ce paratexte critique (notes de bas de page, bibliographie, index…) est une invitation à la vérification, que celle-ci soit menée par le Petit Prince lui-même, par le lecteur ou par un autre aviateur possible. C’est à ce prix, et à ce prix seulement, que le produit final pourra avoir une quelconque valeur scientifique et esthétique sans que l’un des deux aspects ne prenne finalement le pas sur l’autre.

26Le narrativisme est donc parfaitement légitime, à condition toutefois de ne pas exclure la critique, à condition de pouvoir à tout moment valider ou invalider l’histoire qui a été racontée. Arrivés à ce point, nous pouvons conclure en affirmant que si l’historien ne saurait être complètement l’aviateur de Saint-Exupéry – mais en a-t-il seulement les moyens ? –, il lui arrivera parfois de lui emprunter son blouson et ses histoires. Que les enfants soient rassurés : nous continuerons à leur dessiner des moutons ! Mais avec discernement, et en relation avec notre faculté de connaître et de juger.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bouchindhomme Christian, 1994, « De Porphyre à Putnam. Le réalisme en questions », Critique, n° 569, octobre, p. 739-770.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Burguiere André, 1990, « De la compréhension en histoire », Annales ESC, n° 1, janvier-février.
DOI : 10.3406/ahess.1990.278826

Carrard Philippe, 1998, Poétique de la Nouvelle Histoire. Le discours historique français de Braudel à Chartier, Lausanne, Payot.

Certeau Michel de, 1972, « Une épistémologie de transition : Paul Veyne », Annales ESC, n° 6, novembre-décembre, p. 1317-1327.

— 1975, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard.

Cerutti Simona, 1995, « Le linguistic turn : un renoncement », J. Boutier, D. Julia éd., Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Autrement, p. 230-231.

Chartier Roger, 1987, « L’histoire ou le récit véridique », Philosophie et histoire, Paris, Centre Georges Pompidou, p. 115-135.

— 1994, « Faire de l’histoire vingt ans après », Le Monde, 24 février.

— 1998, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel.

— 2006, « Récit et histoire », Dictionnaire des sciences humaines, S. Mesure, P. Savidan éd., Paris, PUF, p. 954-958.

Davies Natalie Z., 2007, Léon l’Africain, un voyageur entre deux mondes, Paris, Payot.

Delacroix Christian, 1995, « La falaise et le rivage. Du “tournant critique” à la conversion pragmatique des Annales (1995) », EspaceTemps, n° 59-61, p. 86-111, http://www.ihtp.cnrs.fr, février 2000

Dilthey Wilhelm, 1947, Le monde de l’esprit, trad. Rémy, vol. 1, Paris, Aubier.

Fabiani Jean-Louis, 1992, « La sociologie et le principe de réalité », Critique, n° 545, octobre, p. 790-801.

Gaudreault-Desbiens Jean-François, 2000, « Identitarisation du droit et perspectivisme épistémologique. Quelques jalons pour une saisie complexe de l’identitaire », Canadian Journal of Law and Jurisprudence, vol. XIII-1, http://www.reds.msh-paris.fr

— 2001, « La Critical Race Theory ou le droit étatique comme outil utile, mais imparfait, de changement social », Droit & Société, n° 48, p. 581-612.

Gauchet Marcel, 1988, « Changement de paradigme en sciences sociales ? », Le Débat, n° 50, p. 168-169.

Genette Gérard, 1969, Figures II, Paris, Le Seuil.

Ginzburg Carlo, 2003, « Aristote et l’histoire, encore une fois », Rapports de force, Paris, Le Seuil.

Hartog François, 1995, « L’art du récit historique », Autrement, n° 150-151, p. 184-193.

— 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil.

Hinchman Lewis P., Hinchman Sandra K. éd., 1994, Memory, Identity, Community : The Idea of Narrative in Human Sciences, Albany, State University of New York Press.

Jean Christian, Jourdan Marie-Laure, 2000, « Comment enseigner l’histoire par le récit », Montpellier, IUFM.

Koselleck Reinhart, 1990 [1979], Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS.

Kreiswirth Martin, 1995, Tell me a Story : the Narrativist Turn in the Human Sciences, Toronto, University of Toronto Press.

Kuhn Thomas S., 1983 [1962], La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lagueux Maurice, 1998, « Narrativisme et philosophie spéculative de l’histoire », Revue de Synthèse, n° 119, p. 63-88.
DOI : 10.1007/BF03181370

Lepetit Bernard éd., 1995, Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Le Trocquer Olivier, Wahnich Sophie, 1995, « La trame du discours et le fil du temps », EspaceTemps, n° 59-61, p. 27-40.
DOI : 10.3406/espat.1995.3956

Mandelbaum Maurice, 1977, The Anatomy of Historical Knowledge, Londres, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Mink Louis O., 1969, Mind, History and Dialectic. The Philosophy of R. G. Collingwood, Bloomington, Indiana University Press.

Momigliano Arnaldo, 1981, « The Rhetorics of History Rhetoric : on Hayden White’s Tropes », Comparative criticism, n° 3, p. 259-268.

Noiriel Gérard, 1996, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Payen Pascal, 1990, « Discours historique et structures narratives chez Hérodote », Annales ESC, n° 3, mai-juin, p. 527-550.
DOI : 10.3406/ahess.1990.278856

Polletta Francesca, 2006, It Was Like a Fever. Storytelling in Protest and Politics, Chicago, The University Press of Chicago.

Putnam Hilary, 1984 [1981], Raison, vérité, histoire, Paris, Minuit.

Rancière Jacques, 1992, Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil.

— 1994, « Histoire et récit », L’histoire entre épistémologie et demande sociale. Actes de l’Université d’été de Blois, septembre 1993, Créteil, IUFM.

Ricœur Paul, 1983, « L’intrigue et le récit historique », Temps et récit I, Paris, Le Seuil.

— 1994, « Histoire et rhétorique », Diogène, n° 168, octobre-décembre, p. 9-26.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Robin Régine, 1995, « L’histoire saisie, dessaisie par la littérature ? », EspaceTemps, n° 59-61, p. 56-65.
DOI : 10.3406/espat.1995.3959

Salomon Christian, 2006, « Désarroi et désenchantement de l’Amérique. Une machine à fabriquer des histoires », Le Monde diplomatique, novembre, p. 18-19.

Soulier Eddie, 2004, Techniques de storytelling pour le partage des connaissances dans les communautés de pratique, thèse de doctorat informatique, Paris, Université Paris 6.

— éd., 2006, Le storytelling. Concepts, outils et applications, Paris, Hermès-Lavoisier.

Stawson Galen, 2004, « Against narrativity », Ratio, n° XVII-4, p. 428-452.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Stoczowski Wiktor, 2001, « Raison narrative : des vertus cognitives du récit comparées à celles du modèle », Information sur les sciences sociales, n° 3, p. 347-371.
DOI : 10.1177/053901801040003001

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Stone Lawrence, 1979, « The revival of narrative. Reflections on a new old history », Past and Present, n° 85, p. 3-24.
DOI : 10.1093/past/85.1.3

— 1980, « Retour au récit, ou réflexions sur une nouvelle vieille histoire », Le Débat, n° 4, p. 116-142.

Veyne Paul, 1971, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil.

Vidal-Nacquet Pierre, 1987, Les Assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres études sur le révisionnisme, Paris, La Découverte.

White Hayden, 1975, Metahistory. The Historical Imagination in XIXth Century Europe, Londres, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

— 1978, Tropics of Discourse. Essays in Cultural Criticism, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

— 1984, « The question of narrative in contemporary historical theory », History and Theory, n° 22, p. 1-33.

Haut de page

Notes

1 L’expression est de Simona Cerutti (1995, p. 230). Elle est, nous semble-t-il, symptomatique de la réception française, voire européenne, de ce moment épistémologique singulier. Nous nous permettons de signaler ici notre modeste synthèse des débats : Johann Petitjean, « Le tournant linguistique en histoire : panorama d’une controverse », http://eco.ens-lsh.fr/sociales/histoire_linguistique.pdf, 2003.

2 « Nor is it to say that literary theorists have never studied the structure of historical narratives. But in general there has been a reluctance to consider historical narratives as what they most manifestly are: verbal fictions, the contents of which are as much invented as found and the forms of which have more in common with their counterparts in literature than they have with those in the sciences » (White, 1978, p. 82).

3 Les auteurs considèrent que « le narratif » permet d’unifier la connaissance et de contribuer à définir la communauté sans pour autant y subsumer l’identité singulière des individus qui la composent. Les histoires racontées contruisent à la fois du sens et du capital social, elles fournissent à la communauté les moyens de sa cohésion, et rendent ainsi possible toute forme d’action commune : « In the section on community, the authors included try to display both the power of narrative to generate a sense of common identity and its potential as a critical, emancipatory instrument » (Hinchman, 1994, p. xxiii).

4 Ce paragraphe doit beaucoup au détail et à la précision des analyses d’épistémologie des sciences juridiques de Jean-François Gaudreault-Desbiens (2000, 2001).

5 Nous pensons que cette proximité, pour ne pas dire cette porosité, des champs de l’analyse littéraire et de la fiction n’est pas sans lien avec les méthodes d’enseignement ayant cours aux États-Unis et au Canada ; nous pensons notamment ici à l’influence que peuvent avoir à terme les ateliers de création littéraire sur les anciens étudiants, et ce quelles qu’aient été leur orientation et leur fortune professionnelle.

6 Sur ce sujet aussi passionnant que complexe, nous renvoyons à l’article de Wiktor Stoczowski, dont le concept de « raison narrative » a notamment le mérite de nous faire comprendre comment et pourquoi les sciences sociales et les sciences cognitives ont tout à gagner à croiser leurs problèmes épistémologiques respectifs (Stoczowski, 2001).

7 Il s’agit notamment du collecticiel Sum’itUp, élaboré comme « support à l’interprétation coopérative dans le champ du TCAO (travail coopératif assisté par ordinateur, ou CSCW) » (Soulier, 2006, p. 294). Néanmoins, il est nécessaire d’indexer en amont de l’interprétation assistée les différents types de textes narratifs afin de les identifier. Ce travail de modélisation de la narration a pour outil le logiciel OntoStoria où sont définies quatre classes d’analyse : le genre, le thème, l’intrigue et le personnage. L’identification de la narrativité des textes peut également passer par le prisme des « attracteurs de la notion de récit » qui, au nombre de trois – si l’on suit les modèles de Thierry Boudès –, consistent à distinguer le récit témoignage du récit de fiction et du récit d’influence, c’est-à-dire de la propagande (Soulier, 2006, p. 67-73). On le voit, les ressources informatiques mobilisées par le storytelling n’affranchissent pas complètement les chercheurs d’un travail d’interprétation des textes.

8 Une place à part doit être réservée ici au logiciel HyperStoria (Soulier, 2006, p. 198-200), qui « permet de modéliser différents aspects de l’histoire racontée de l’activité d’un expert confronté à une situation équivoque et/ou problématique, telle que celui-ci la perçoit. Cela se traduit par un compte-rendu d’événements qui prend la forme d’un récit individuel. Nous appelons intercompréhension le dialogue mené autour de ce récit afin de l’interpréter ». Cet outil, ainsi que ceux évoqués dans la note précédente, sont pour l’essentiel le fruit du travail de thèse réalisé par Eddie Soulier lors de son doctorat d’informatique (Soulier, 2004).

9 Pour une vision d’ensemble sur le « tournant critique » et, plus spécifiquement, pour la distinction opératoire entre un premier et un second moment épistémologiques au sein de ce tournant, voir Delacroix, 1995, 2000.

10 Les positions adoptées sur ce point par Marcel Gauchet ne sont pas sans lien avec le travail fondateur de Pierre Nora sur les « lieux de mémoire ».

11 C’est en substance ce pour quoi plaide Pierre Vidal-Nacquet dans ses études sur le révisionnisme, la réalité des phénomènes passés et la validité des énoncés étant ce qui fait la différence entre les textes de Robert Faurisson et le métier d’historien ; ce qui, in fine, empêche de dire « n’importe quoi » (Vidal-Nacquet, 1987).

12 White reconnaît à l’écriture historienne une part d’« artistis component » (White, 1978, p. 107) qui relève de l’imagination de son auteur (le terme prenant ici tout son sens), ainsi qu’une autre, rhétorique cette fois, et qui est quant à elle déterminée par le « niveau figuratif » (ibid., p. 116) du discours, autrement dit par sa narrativité. Cette part d’artistique est une forme de liberté qui, d’après l’auteur, expliquerait qu’il existe, en histoire comme en littérature, des œuvres « classiques » (ibid., p. 118). Une telle thèse, malgré la volonté évidente de la part de l’auteur de souligner la compétence littéraire des historiens, nous semble toutefois achopper sur la question de la valeur de la vérité en histoire. La vérité, d’une certaine manière, comporte également une part de séduction. On pourrait même ajouter qu’en réalité, l’écriture de l’histoire n’a pas forcément besoin de séduire pour être séduisante puisque son potentiel de séduction peut se trouver ailleurs que dans « l’imagination figurative » de l’auteur. Reconnaître cela permet en dernier ressort de relativiser la notion de « classique » ou de « grande œuvre » en histoire. Pour reprendre l’exemple de Natalie Z. Davies, si l’historienne nous séduit par l’agilité de sa plume, n’est-ce pas parce qu’au préalable, nous avons été saisis par la justesse de son propos, l’honnêteté de son discours ? Nous ne nions pas la réalité de l’« artistic component » de White, nous considérons seulement que ses attributs, comme l’imagination, sont pour ainsi dire des suppléments d’âmes conférés au texte de l’historien.

13 On entend généralement par ce terme de « rétrodiction » la part du travail de l’historien « fondée sur une “mise en série” des cas semblables et sur la probabilité des différentes causes » (Veyne, 1971, p. 24, note 1) qui est considérée, notamment par les tenants de l’histoire sérielle, comme ce qui permet d’ériger la trace du passé en fait historique.

14 Suscitée par l’histoire, cette attente est « à la fois liée à l’individu et interindividuelle ». Elle n’est pas déterminée mais « s’accomplit dans le présent et est un futur actualisé, elle tend à ce-qui-n’est-pas-encore, à ce-qui-n’est-pas-du-champ-de-l’expérience, à ce-qui-n’est-encore-qu’aménageable. L’espoir et la crainte, le souhait et la volonté, le souci mais aussi l’analyse rationnelle, la contemplation réceptive ou la curiosité – tout cela entre dans sa composition et constitue l’attente » (Koselleck, 1990, p. 311).

15 « Les événements historiques n’existent pas sans les actes de langage, et les expériences que l’on en tire ne peuvent se transmettre sans l’aide du langage. Mais ni les événements ni les expériences acquises ne se réduisent à leur articulation au moyen du langage. Car tout événement comporte aussi de nombreux éléments qui n’ont rien à voir avec le langage, et il est des couches d’expériences qui se dérobent à toute attestation par le langage. Certes, pour être efficaces, la plupart des éléments constitutifs des événements qui échappent au langage, les choses naturelles et matérielles, les institutions et les comportements, n’échappent pas au recours, à l’intermédiaire du langage. Mais ils ne s’y confondent pas entièrement. La structure de l’action antérieure au langage et la communication par le langage, grâce à laquelle les événements existent, sont imbriquées l’une dans l’autre sans jamais se recouvrir totalement » (Koselleck, 1990, p. 263).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johann Petitjean, « Raconte-moi une histoire. Enjeux et perspectives (critiques) du narrativisme », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 13 | 2007, mis en ligne le 22 janvier 2009, consulté le 26 août 2016. URL : http://traces.revues.org/321 ; DOI : 10.4000/traces.321

Haut de page

Auteur

Johann Petitjean

Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
Allocataire de recherche en histoire moderne

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page