Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

1827-1934 : de « journées » en « manifs », les Français protestent dans la rue

Cédric Quertier
p. 45-60

Résumé

La pratique contestataire des Français aux xixème et xxème siècles eut pour cadre la rue. La réutilisation de la barricade dans le combat pour la souveraineté populaire voit son efficacité limitée dès qu’on essaie d’en faire un instrument militaire. Puis, l’échec de la Commune et l’émergence de la République de l’ordre obligent à « inventer » la manifestation : si la répression policière est moins coûteuse en vies humaines et si les manifestants assurent leur propre service d’ordre, l’Etat peut la tolérer. La manifestation naît alors là où la révolte meurt : protestation collective et vote individuel deviennent deux alternatives.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 22 janvier 2009.

Barricades et manifestations dans la France contemporaine

« La question de la rue et de ses usages a constitué depuis 1789 une véritable métaphore de la question politique dans son ensemble. En elles se croisent les questions clefs de rapport de l’ordre et de la violence, du légal et de l’informel. La rue est au carrefour des peurs et des utopies, objet de conquête et source de défiance. Lieu de la fête, elle est liée aux plaisirs partagés et au bonheur social. Mais associée à la foule incontrôlée, elle incarne ce qui menace l’ordre institutionnel : elle est le double de l’émeute.»
Pierre Rosanvallon, in La Démocratie inachevée, p. 335.

1Descendre dans la rue pour protester en manifestant nous apparaît bien naturel de nos jours, mais c’est oublier que cette pratique politique « consensuelle » fut difficile à acquérir. Nous nous proposons d’étudier durant la période 1827-1934 la naissance de la pratique protestataire contemporaine, en examinant en particulier le passage de la barricade à la manifestation, cette dernière devenant une sorte de « mort de la révolte » selon l’expression de Danielle Tartakowsky. Mais si la manifestation naît là où la barricade meurt (et avec elle les révolutions), se pose également avec acuité pour chaque pouvoir en place la question du rapport à l’ordre et au désordre, car il leur faut au mieux contenir et réguler l’usage du désordre, ceci afin de prouver leur capacité à gouverner :

  • 1 Alain Faure, Maintien de l’ordre et police en France et en Europe au xixème siècle, Paris, éd. Créa (...)

L’ordre public […] n’est jamais que la marque du pouvoir, d’un pouvoir ; il n’est pas en soi la Justice ou le Droit, ni non plus leur contraire, il vaut simplement ce que vaut ce pouvoir.1

Vient alors le problème des formes adéquates de l’expression démocratique : c’est le conflit entre les politiques afin de savoir qui de l’urne ou de la rue est la plus légitime, dans un régime où le suffrage universel permet idéalement à chacun de s’exprimer librement. Trois problèmes pour lesquels nous pouvons présenter une esquisse de réponse.

La barricade, entre émeute populaire et guerre urbaine

  • 2 Les origines de la barricade et sa longue éclipse jusqu’en 1827 sont à rattacher aux rapports entre (...)

2Les barricades2 telles que nous les connaissons, celles des révolutions contre la monarchie et qui constituent autant d’étapes vers la conquête du suffrage universel, naissent lors des journées du 19 et 20 novembre 1827, au point de constituer l’image d’Epinal d’un siècle de révolutions. C’est dans une période de marasme économique et de tension politique autour de la loi sur la censure de la presse, qui déclenche par ailleurs une ferme opposition au sein de la Chambre des députés, que la barricade ressurgit dans le faubourg St Antoine. Le ministre Villèle décide de dissoudre la Chambre (rappelons que nous sommes depuis 1814 dans la cadre d’une monarchie censitaire, où le cens ne permet qu’à 100 000 Français environ de voter), pour que de nouvelles élections redistribuent les cartes en sa faveur, du moins l’espère-t-il. Des manifestations de liesse ont lieu le soir des élections, des bandes parcourent les rues du faubourg St Antoine aux cris de « fêtez les élections », des troubles s’ensuivent, un commerçant amène un chenapan au poste de police, alors qu’il le volait. La foule s’assemble alors, cinquante gendarmes arrivent pour disperser la population, mais quand la troupe repart, elle est confrontée à des barricades érigées par les habitants du quartier, qui atteignant la hauteur du premier étage, sont conçues pour clore la rue à la jonction des rues du Renard et de Grenetat, et faire obstacle à la troupe, qui a fait intrusion dans le quartier.

3Plusieurs caractéristiques peuvent être dégagées de cette matrice.

4De quoi est composée une barricade ? La construction de la barricade naît de la destruction de la rue et de l’utilisation des bâtiments alentours qui la délimitent. Cela se fait jusque dans les moindres détails puisqu’on dépave, qu’on renverse les charrettes et qu’on utilise les matelas et autres objets domestiques pour l’alimenter :

  • 3 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 211.

Il n’y a pas de barricade standard. On l’érige en choisissant ce que l’on a sous la main : voitures, planches, pavés. Une voiture renversée, omnibus, voiture bourgeoise, ou hacquet facilitent l’entreprise. On va parfois chercher des feuillettes et des barriques chez le marchand de vin ou dans les entrepôts ; des traverses de chemin de fer aux abords des débarcadères, des volets, des échelles, des planches de chantier, des établis sont également utilisés. Bien sûr, on trouve partout des pavés, symboles même de la barricade. On se procure des leviers pour les arracher, des « pinces » dans les chantiers ou chez les entrepreneurs les plus proches, auxquels on prend à l’occasion des moellons. Les ouvriers du bâtiments sont souvent mis à contribution, et les témoins impressionnés par la rapidité des travaux.3

Des tireurs en embuscade aux fenêtres protégées par des matelas appuient le dispositif, des trous pratiqués dans les toits permettent de tirer dans la rue en se plaçant à l’abri, le mobilier des maisons alentours sert à épaissir les barricades. Le but de ce démontage est alors d’empêcher le passage et la circulation dans la rue pour les forces de l’ordre. C’est à ce modèle qu’on se réfère en juin 1848 pour construire les barricades dites « de front », offensives car elles affrontent réellement l’armée et sont appuyées par les tirs provenant des maisons, alors que d’autres, davantage à l’écart des combats, moins abouties et moins défendues, laissent un passage possible dans la rue.

  • 4 in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., pp. 77-78.
  • 5 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 212.
  • 6 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., pp. 213-214.

5Par ses matériaux, la barricade est donc liée à son voisinage, mais aussi par ses acteurs, ceux qui la construisent comme ceux qui la défendent. La barricade comporte toujours une dimension d’autodéfense : il s’agit de défendre ses biens, sa maison, sa boutique, menacés par l’intrusion des forces de l’ordre. Cette observation est confirmée par l’étude de Mark Traugott4, qui met en évidence que 52,9 % des participants aux barricades sont des « combattants de proximité » et que 36,1 % des participants habitent à moins de trois blocs de distance en février 1848. On peut donc imaginer qu’ils se connaissent de vue, qu’ils fréquentent les mêmes bistrots, qu’ils partagent une solidarité de quartier très forte et dont ils ont conscience. La barricade est en effet une manifestation de la forte identité du quartier, c’est un véritable espace vécu, qui, derrière une fortification éphémère faisant office de frontière, affirme sa cohésion face à l’étranger5. D’ailleurs, les témoignages concordent pour montrer que la vie de quartier continue lors des « journées » : on continue à boire, à se rendre chez le marchand de vin aux heures habituelles, à manger, parfois derrière les barricades6. C’est l’existence d’une telle solidarité qui explique la réaction spontanée du faubourg St Antoine en 1827, mais aussi d’autres quartiers dont la configuration est favorable, et appelle presque à la construction de barricades. C’est ce dont ont conscience les contemporains, et notamment le général St Arnaud, ministre de la guerre du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte en décembre 1851 et le préfet de police de Paris, P. de Maupas. Chargés de tirer les conséquences des insurrections précédentes afin de mieux pouvoir les contrer et préparer le coup d’Etat qui s’annonce, ils en viennent à élaborer un paradigme de l’insurrection et à désigner des quartiers prédestinés, comme les quartiers St Antoine, Belleville, Bastille, St Eustache-les-Halles, Temple-Rambuteau, St Martin, St Denis, Château d’eau sur la rive droite, et, sur la rive gauche, St Marceau, Mouffetard, Panthéon, qui ont une spécificité :

  • 7 O. Pelletier, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 254.

La configuration bouleversée d’un quartier, l’étroitesse de ses rues, la présence de pavés, y renforçaient le risque d’édification de barricades ; mieux, elles l’appelaient, le rendaient inévitable. La barricade semblait consubstantielle à la conformation de cet espace.7

La barricade, qu’on rencontre en 1830, 1832, 1834, 1848, et 1871… est vécue comme le prolongement des maisons et des boutiques, comme une excroissance du quartier, et requiert donc toute son adhésion, ce qui l’amène parfois à faire pression sur le voisinage. Mais cette solidarité va au-delà du quartier, elle semble un court instant le transcender. On demande de l’aide aux passants, même une aide symbolique de quelques pavés, acte qui symbolise l’adhésion à la révolte et le soutien aux insurgés : refuser d’apporter son obole lapidaire revient à se voir exposer à l’opprobre du quartier, à être qualifié d’ennemi du peuple. C’est pourquoi les barricades regroupent aussi des « insurgés aux horizons plus larges » qui sont 31 % en février 1848 (toujours selon l’étude de Mark Traugott), parce qu’ils viennent de plus loin, de toute la ville, parce qu’ils ont reçu une meilleure instruction, mais aussi parce qu’ils sont liés par leur histoire personnelle aux précédentes insurrections dont ils gardent un souvenir vif. Ce sont eux qui s’attaquent aux lieux du pouvoir, comme la Préfecture de Police, le ministère des Affaires Etrangères, ou investissent les hauts lieux de la révolte parisienne, tels le Château d’Eau, la place de la Bastille, la place de Grève, la place de la Concorde, etc. Autant de lieux stratégiques qui permettent de tenir ou de ne pas tenir militairement la ville, alors que les précédents s’occupent davantage de marquer leur territoire dans la ville.

6De la rencontre de ces deux types d’insurgés naît alors une autre forme de solidarité :

  • 8 Mark Traugott, in Corbin et Mayeur (dir.), op. cit., p. 79.

en s’appropriant l’espace physique, en organisant la construction de la barricade, en recrutant de nouveaux défenseurs, en se frottant aux forces de contrôle social préexistant au combat, les insurgés acquièrent un sens croissant de ce qui est en jeu et peuvent, si les conditions s’y prêtent, par l’engagement, passer des mots à la réalité des faits. Les barricades facilitent donc la mobilisation révolutionnaire, en exploitant à l’origine les liens de solidarité enracinés dans le voisinage à des fins insurrectionnelles.8

La solidarité préexistante au sein du quartier constitue un point d’appui et une préfiguration d’étendue limitée de la République en train de se constituer dans les esprits, avant de s’incarner dans une forme institutionnelle. S’effectue alors un glissement vers une affirmation positive, offensive de nouvelles valeurs : on construit des barricades pour défendre le bien du peuple, et finalement, chaque pavé installé sur la barricade se transfigure en une nouvelle pierre sise sur l’édifice de la République :

  • 9 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 219.

Ces barricades étaient destinées à défendre la République. Dans les faits, chacun, au pied du mur, dut construire la République, au coin de sa rue. « Quant la patrie est en danger, chacun doit descendre à la barricade », avait résumé un prévenu de la rue Popincourt.9

  • 10 Il conviendrait d’examiner les rapports (de concurrence, d’opposition, etc.) entre l’aspiration ins (...)

C’est pourquoi la barricade sert aussi de « tribune du dernier espoir » pour tenter de réconcilier des fractions de la population antagonistes, avant de basculer dans la guerre civile urbaine. Nombre d’orateurs, dont les plus célèbres sont certainement pour 1848 Arago sur la barricade du Panthéon, Hugo sur celle de la rue St Louis, le général Bréa sur celle de la barrière d’Italie, montent alors sur la barricade et haranguent la foule. Dans ces courts instants, la barricade sert de catalyseur au débat politique : il quitte la Chambre des députés où le débat est dans l’impasse afin d’investir la rue10. C’est aussi le moyen de diffuser les nouvelles et, si possible, d’étendre l’insurrection, comme espèrent le faire les orateurs investissant les boulevards, espaces a priori défavorables à l’érection de barricades, en 1851.

  • 11 Ceci afin d’obtenir par la force un renouvellement de son mandat de président de la République que (...)
  • 12 O. Pelletier, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 261.

7Or, c’est précisément dans ces années 1848-1851 que se révèle un paradoxe fondamental de la barricade, qui oscillait entre « lieu de mémoire » de la lutte populaire et instrument militaire de la guerre des rues : au moment où l’on cherche à la rationaliser en véritable objet militaire (dont l’opposition ami / ennemi suppose une identification claire des deux camps et ne peut s’accommoder de la confusion), la barricade perd de son efficacité insurrectionnelle, devenant ainsi, par sa mort, un élément de la mise en ordre des rues. En effet, la stratégie de « Napoléon le Petit » lors du déroulement du coup d’Etat des 2 et 3 décembre 185111 est de rendre lisible l’affrontement militaire : il s’agit de dégager la rue de tous les indésirables et de la réserver seulement au combat, en dispersant les indécis, attirés par le spectacle au moyen de salves de coups de feu12 :

  • 13 L. Girard, in Maintien de l’ordre en France et en Europe au xixème siècle, éd. Créaphis, 1987, p. 5 (...)

Les badauds se sont toujours pressés non pas exactement aux endroits où l’on se bat, mais à ceux ou une insurrection à ses débuts offre un spectacle sensationnel  et gratuit. La rue change d’aspect, on voit des uniformes, on participe à des émotions violentes. Un attroupement est plus que doublé en volume par ceux qui le regardent. […] La ville prenait son aspect de révolution, boutiques closes, ateliers vides, affaires cessantes, donc gens oisifs dans la rue.13

  • 14 E. Bonhomme, dans A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 301. Nous soulignons.

8Le paradoxe se perpétue lors de l’épisode de la Commune, et notamment le 4 septembre 1870, journée révolutionnaire, mais sans barricades, qui proclame le passage d’un Second Empire, mort dans la boue de Sedan le 1er septembre, à la République et à un parlementarisme plus efficace : c’est désormais du Palais Bourbon qu’on attend la solution aux problèmes politiques. L’haussmanisation de Paris y est également pour beaucoup, car les grandes percées dans la ville rendent beaucoup plus difficile l’érection de barricades, alors qu’elles permettent à la cavalerie et à la troupe de manœuvrer beaucoup plus facilement. Mais, fait beaucoup plus significatif, « face à la colère de Paris, la barricade, au sens figuré, passe du côté du pouvoir »14. En effet, face au danger d’invasion, personne ne peut se payer le luxe d’une guerre civile au sein de la capitale, assiégée par les Prussiens du 20 septembre 1870 au 28 janvier 1871. C’est pourquoi dès le 17 septembre 1870, le Gouvernement de Défense Nationale ordonne la destruction des barricades érigées sans autorisation préalable.

  • 15 Après l’élection à Bordeaux d’une assemblée largement monarchiste et qui doit négocier les conditio (...)

9Ce n’est d’ailleurs pas le contrôle de Paris par la Commune qui va changer les choses, puisqu’elle va également s’attacher à conserver la maîtrise de ce qui devient de plus en plus un ouvrage d’art militaire. Si, le 18 mars 1871, le peuple de Paris érige des barricades spontanées15, celles-ci sont vites détruites par la suite devant la menace de la reprise de Paris par les Versaillais, et la Commune crée, elle aussi, une Commission des barricades le 8 avril 1871, puis d’un éphémère bataillon de barricadiers le 25 avril. Le Génie militaire prend vite le dessus en désavouant les initiatives d’un Gaillard père, qui s’était vu confié la charge de barricader les ier et xxe arrondissement de Paris (malgré son manque de compétence), donnant lieu à quelques ouvrages de fière allure, comme le « Château Gaillard », composé de deux étages, avec bastion, redan, courtine, un fossé large et profond devant le talus, etc. La barricade devient alors davantage un ouvrage d’ingénierie militaire, et cristallise les tensions entre les militaires ralliés à la Révolution et les politiques confrontés à des problèmes militaires. Neuf cent points de Paris sont barricadés, mais avec une répartition des tâches toute militaire, entre d’une part les grandes barricades aux allures de fortin qui occupent les points stratégiques, barrent les carrefours, et peuvent se renforcer entre elles par des tirs croisés, et les autres qui occupent les interstices et servent davantage à ralentir l’ennemi : ainsi dans le XXème arrondissement, 17 barricades dessinent un périmètre défensif, alors que les barricades de fortune occupent les intervalles. Si la barricade a été réutilisée, c’est parce qu’elle :

  • 16 R. Tombs, dans A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 357.

possède aussi une puissance symbolique. Grâce à elle, la ville devient forteresse, et chaque rue une redoute. Elle est l’arme des désarmés, le « haillon du peuple », faite d’objets usuels […]. La barricade rassure et protège, elle immobilise aussi : on n’y manœuvre pas, on y attend, on y reste, on y meurt. Elle ne symbolise donc pas seulement la force du peuple, mais aussi sa passivité, sa vulnérabilité, et sa défaite. […] En 1871, apparaissent très clairement ces deux sens de la barricade : le militaire et le populaire ; l’utilitaire et le symbolique ; l’organisé et le spontané.16

10Mais le symbole n’est pas suffisant : la barricade de la Commune est inefficace ; car les contestataires, certes empêchés par le contexte militaire, n’ont pas su renouveler leurs formes de protestation si ce n’est inactuelles, du moins révolues. D’autant plus que, depuis le coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte de 1851, l’armée sait parfaitement reprendre les barricades, en perçant les murs mitoyens pour contourner ces ouvrages militaires et les attaquer des deux côtés à la fois, mais aussi en tirant sans scrupule au canon.

« La mort de la révolte » : le nécessaire compromis autour de l’ordre public

11La fin de la Commune signe la fin de l’ère des révolutions qui ont scandé l’histoire politique française depuis 1789. Schématiquement, c’est pour clore le cycle des révolutions que le bourgeois, qui obtient la mainmise sur la vie politique, se résigne au suffrage universel et abandonne le suffrage censitaire (qui fait du vote, non pas un droit accordé à tous, mais une fonction, où le cens permet de trier le bon grain de l’ivraie, d’extraire la meilleure partie de la société, qui aura le privilège de voter et d’être éligible). A une époque où le darwinisme social imprègne les esprits bien-pensants, l’ordre pour lui est un tout, que ce soit dans la rue, à l’atelier ou à l’intérieur même de la famille : son absence sert de révélateur d’une nature viciée. La « Loi » doit alors permettre de contenir un tel désordre issu de la rue. Celle du 10 avril 1831 déclare que tout rassemblement sur la voie publique est qualifié d’attroupement et est interdit une fois qu’un officier public a ordonné la dispersion, les armes (la « force publique ») pouvant être utilisées après trois sommations pour disperser la foule. Quant à la loi du 7 juin 1848 – qui demeure en vigueur avec ses imprécisions jusqu’en 1935 –, elle proscrit les attroupements armés et autorise les autres (par exemple les processions cultuelles, les célébrations officielles, les cortèges funèbres), à la seule condition qu’ils ne troublent pas la « tranquillité publique ». La notion d’ordre public est donc capitale pour la République de ces années, qui n’envisage pas d’accorder un droit de réunion sur la voie publique, comme le précise l’article 86 de la loi sur les libertés publiques du 30 juin 1881.

  • 17 Jules Guesde revendique l’instauration d’un « droit à la rue », en tant que complément naturel du d (...)

12Le « droit à la rue », pour reprendre une expression de Jules Guesde17, n’est pas facile à acquérir, du fait de la crainte qu’elle suscite encore dans les mémoires, mais aussi du fait des désordres réels que de tels épisodes ne manquent pas de provoquer. Avant que la manifestation puisse être tolérée, plusieurs évolutions doivent avoir lieu, notamment au niveau de l’efficacité policière. Le préfet de police de Paris, Louis Lépine, qui va marquer un bouleversement profond dans le maintien de l’ordre parisien, ne mâche pas ses mots quant aux objectifs de sa mission :

  • 18 in Mes souvenirs, pp. 128-129.

La Loi est la loi. […] Elle exige que l’ordre règne dans la cité. Et quand c’est le siège du gouvernement, la prescription est encore plus rigoureuse. Est-il admissible qu’une foule tumultueuse vienne protester contre les décisions du gouvernement ou prétend troubler par des rassemblements et des clameurs les délibérations des chambres ? Les cérémonies officielles doivent se dérouler dans le calme, être protégées contre des manifestations hostiles, et le bon bourgeois qui va à ses affaires doit trouver la voie libre et ne pas être exposé au hasard des bagarres. C’est ce qui lui arrivait pourtant aux alentours de 1893. Le boulangisme avait donné à la population parisienne de bien mauvaises habitudes.18

  • 19 Rappelons qu’à la différence des autres villes, où le pouvoir de police est progressivement confié (...)

Avec la préfecture de police de Paris19, Lépine reçoit un héritage du Second Empire. Pourtant il parvient à changer les méthodes de la police parisienne, tout d’abord en évitant à tout prix d’avoir recours à l’armée, responsable de la violence des répressions précédentes, puisqu’elle utilise en premier la force, alors que la police ne doit l’utiliser qu’en dernière extrémité. La violence d’Etat peut donc s’exercer d’une manière un peu plus légitime : le maintien de l’ordre public dans la rue est plus facile à obtenir, quand la répression policière ne se solde plus par des morts, capables de déclencher à eux seuls la fureur de la foule. Cette « méthode Lépine » conduit à des résultats probants, puisqu’il n’y a pas de mort dans la capitale pendant vingt ans, à la différence de la province, où les morts sont encore nombreux : trois ouvriers à Chalon-sur-Saône le 3 juin 1900, deux morts à cause des inventaires en février-mars 1906 (suite à la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905), un docker à Nantes en 1907, etc.

13La police se doit tout d’abord d’être très bien renseignée sur la nature de la manifestation qui va avoir lieu, grâce à des infiltrations dans les réunions préparatoires des manifestants, afin d’avoir des effectifs adéquats. Mais il s’agit aussi d’appliquer strictement les termes de la loi de 1831 sur les attroupements, et de procéder par sommations. Ensuite, le but est d’occuper le premier l’espace afin de pouvoir contenir et orienter les flux, et si possible, de contenir les manifestants dans un seul endroit. Il s’agit souvent de la place de la République, lieu prévisible de rassemblement proche de la Bourse du travail, et lieu qui plus est stratégique, assurant la confluence de sept boulevards importants. Pour être le maître des lieux, on a recours à une innovation importante, le « manège Mouquin », qui consiste à faire tourner sur place des cavaliers, sachant que personne n’ose s’attaquer aux chevaux, et permet de marquer la frontière du territoire concédée temporairement par le pouvoir en place à la foule. Pour repousser les manifestants dans l’endroit voulu, on dispose les troupes d’une manière particulière : la police municipale est en première ligne, alors que les cavaliers restent derrière, prêts à la reconstituer et à leur prêter main forte, au cas où la première ligne cèderait. Enfin, les cortèges sont limités dans leur déploiement, car on les divise en petits groupes de mille à mille cinq cent personnes, avec des cuirassiers, des cavaliers et des agents municipaux intercalés entre chaque groupe.

14La deuxième condition, pour que la manifestation, telle que nous la connaissons, prenne forme, et qu’elle soit acceptée par les autorités, est d’obtenir l’assurance qu’elles ne déborderont pas. Car, si des cortèges peuvent ressembler à des manifestations en 1830-1834 ou en 1848, ce ne sont pas des expressions politiques normales ou normées, elles sont plutôt l’indice d’une situation pré- ou post-révolutionnaire, un moyen de peser sur les décisions du pouvoir, de lui rappeler qu’il tient sa légitimité de la rue, mais aussi le symptôme d’un manque d’organisation de ses propres troupes. Un changement s’esquisse avec la crise boulangiste des années 1887-1889, ainsi qu’avec l’affaire Dreyfus, qui se cantonne longtemps au terrain judiciaire, mais finit par investir le domaine de la rue à partir du tournant que constitue J’accuse, la lettre ouverte au président de la République que Zola fit publier dans L’Aurore. Vincent Robert met en effet en évidence que dans la cas de la ville de Lyon, les nouvelles véhiculées par les journaux jouent un rôle considérable : on se rassemble devant les sièges des journaux, notamment nationalistes dans le cas des républicains, sinon devant des salles de réunion, pour conspuer une opinion politique concurrente, comme les 12-19 janvier 1898 ou les 5-7 juin 1899. Surtout, les épisodes manifestants de cette période ont pour but d’occuper la rue, de la disputer à l’adversaire, afin de se voir reconnaître comme lui le droit de manifester, comme le déclare Jean Jaurès :

  • 20 Déclaration dans La Dépêche de Toulouse reprise à Lyon par le Peuple le 27 octobre 1898.

Nulle part [les socialistes] ne veulent prendre l’initiative de manifestations agressives. Ils sont résolus à éviter tout ce qui peut provoquer des bagarres de rue. Si les nationalistes, si les assommeurs et hurleurs de bande césariennes reçoivent de leur maîtres l’ordre de rester chez eux, les socialistes ne paraîtrons pas dans la rue. Mais il est intolérable que sous la République, seuls les ennemis de la République aient le droit de manifester.20

  • 21 Les syndicats jouèrent également un grand rôle dans la construction de la conscience ouvrière, mais (...)
  • 22 Section Française de l’Internationale Ouvrière, ancêtre du Parti Socialiste.

15Ainsi la manifestation, avant d’être une manifestation dans la rue, est avant tout un manifeste de la rue. Or, l’émergence des partis21 au sens moderne, que ce soit l’Alliance Française Démocratique en 1901, la Fédération Républicaine en 1903, le parti radical en 1901, la S.F.I.O.22 en 1905, ou encore le P.C.F. en 1920, marque un changement ­majeur dans le rapport à la politique :

  • 23 D. Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue – crises politiques et manifestations en France, Paris, (...)

Que le temps de la politique cesse ainsi d’être perçu comme celui de l’immédiateté et de l’urgence pour devenir celui du détour nécessaire et possible exige des forces en présence qu’elles puissent tenir les foules à l’écart des mouvements de désespoir et de révolte (…) pour mieux les mobiliser dans ces formes nouvelles quand le contexte devient plus favorable. Cette transformation exige aussi des mouvements politiques qu’ils soient capables d’évaluer le rapport des forces, de capitaliser les acquis de chacune des luttes partielles, de les transmettre et de produire du sens à partir de ce qui, jusqu’alors n’était qu’action.23

16On se mobilise donc à l’appel d’un parti, on clame ses mots d’ordre. Mais surtout, on peut négocier avec les autorités, qui ne font que tolérer la tenue de ces manifestations, si elles ne débordent pas. L’innovation principale, qui rend possible le déroulement de manifestations à la Belle Epoque, est la constitution de services d’ordre par les manifestants eux-mêmes. C’est le cas lors de la deuxième manifestation d’octobre 1909 (contre l’exécution du pédagogue anarchiste Ferrer), qui est autorisée à la suite de la négociation entre la fédération de la Seine de la S.F.I.O., le président du Conseil Briand, et le préfet de police Lépine. Un système se met en place avec des « hommes de confiance » (des responsables du parti qui payent de leur personne et ont une certaine « visibilité »), puis avec des militants ordinaires, mais qu’on doit reconnaître grâce au brassard rouge ou à leur carte. Le rôle des élus est alors de se placer en tête du cortège et de se présenter en porte-parole du mouvement, notamment en arborant leur écharpe, ce qui est le cas dès 1910 pour le P.C.F.

  • 24 La circulaire du nouveau préfet de Paris, Jean Chiappe, proscrit les manifestations qui ne sont pas (...)
  • 25 J-P. Heurtin, « “ tenir les rangs ”. Les services d’encadrement des manifestations ouvrières (1909- (...)

17Après la Première Guerre Mondiale, l’articulation entre violences et manifestations se repose avec acuité, à cause de l’expérience vécue du front pour les anciens combattants, de la stratégie d’occupation de la rue et de contestation du parlementarisme par les communistes, mais aussi à cause du renouvellement de la classe ouvrière, du fait des pertes dues à la guerre : les nouveaux manifestants ouvriers sont des anciens ruraux, qui ont davantage recours à la violence, et s’inscrivent dans la continuité d’une certaine pratique manifestante. La création des Groupes de Défense Antifasciste (G.D.A.) au sein du Parti Communiste en 1926, composés principalement d’anciens combattants, permet d’apprendre à ces tous nouveaux membres de la classe prolétarienne ce qu’il convient de faire sur le théâtre urbain, de contenir leur violences, et de reconquérir l’espace commémoratif24. Si l’échec des GDA fut reconnu par le parti en 1928, avec le renversement de stratégie et la valorisation de l’action parlementaire par des cadres formés à l’école du parti, tel Maurice Thorez, l’idée d’un service d’encadrement fait long feu, et est conçu pour répondre à l’ordonnancement paramilitaire des ligues de droite. Pour la commémoration du 11 novembre 1935 par exemple, le service d’encadrement comporte plus de 6 000 personnes, avec une hiérarchisation des fonctions, entre les simples membres du service d’ordre, les commissaires et les commissaires-chefs; mais surtout ils se tiennent la main, le dos au public, pour favoriser sans heurt l’écoulement de la foule et imposer un espace propre, afin de redoubler spatialement le message de solidarité du parti25 : ce sont désormais les hommes qui constituent la barricade et  forment, en quelque sorte, la frontière de classe.

  • 26 V. Robert, Les Chemins de la manifestation (1848-1914), Lyon, PUL, coll. du centre Pierre Léon, 199 (...)

18Finalement, la manifestation permet de montrer ses capacités d’organisation et sa force précisément pour ne pas avoir à s’en servir. Elle est une expression sans médiation de l’opinion populaire, explicitée par la « mise en scène pacifique du nombre »26, qui constitue la base d’appui de l’action parlementaire du parti. La violence a alors lieu quand l’un des deux protagonistes (l’Etat et les manifestants) a décidé de sortir de la règle du jeu tacite pour assumer un choc frontal.

Quelle efficacité politique pour la manifestation ?

19Poser la question de l’efficacité politique de la manifestation de rue revient à la placer en concurrence, plutôt qu’en complément, du suffrage universel. Lui accorder du crédit, c’est s’inscrire dans la tradition révolutionnaire et en faire une héritière du droit d’insurrection, légitimé par les attaques contre les « droits naturels » du peuple aux temps de la monarchie censitaire, ou encore en faire une héritière du droit de pétition : la manifestation serait alors la forme apaisée de ces deux anciens usages révolutionnaires. Ce type de question fut central en janvier 1907, où un débat entre Edouard Vaillant et Georges Clemenceau anima la Chambre des Députés, et qui permet de mettre en évidence deux conceptions politiques concurrentes de la rue.

  • 27 P. Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, éd. Galli (...)
  • 28 Cl. Nicolet, L’Idée républicaine en France (1789-1924), Paris, Tel Gallimard n° 251, 2001, 528 p., (...)

20Pour Clemenceau, la rue n’appartient pas au seul peuple, mais à tout le monde.27 La rue est une « voie publique », qui assure la circulation, le mouvement, que nul ne peut accaparer pour que tous en jouissent. C’est pourquoi on ne doit tolérer aucun attroupement : le leitmotiv des agents de police, « circulez, il n’y a rien à voir », aurait pu être repris par Clemenceau pour signifier à quel point la rue n’a aucune consistance politique dans sa conception. Car tout est dit dans les Chambres. Le système de Clemenceau repose en réalité dans la confiance envers le principe de la représentation nationale. L’opinion peut avoir confiance en ses députés : si elle ne peut sanctionner le gouvernement (qui est élu par les députés), elle doit se satisfaire de l’abondance et de la liberté des débats, de la large publicité qui leur est faite par voie de presse, aucun acte du gouvernement n’échappant alors au contrôle des élus de la Nation. Le droit d’interpellation (d’où est issue l’actuelle séance des questions  du gouvernement) que peut utiliser chaque député à l’adresse des membres du gouvernement devient ainsi la clé de voûte du régime.28 C’est aussi pourquoi les pétitions des particuliers ne sont plus reçues et enregistrées par les Chambres dès 1873, n’obtiennent pas de statut constitutionnel après la révision de 1875, et apparaissent seulement dans le règlement des assemblées. En résumé, pour Clemenceau le moment du vote cristallise et sature le champ du politique, qui se trouve réduit à l’expression de l’urne.

21Au contraire, pour Vaillant, chef de file de la gauche radicale, il faut que la classe ouvrière puisse avoir la possibilité d’utiliser un canal séparé, qui lui permettrait de montrer directement sa volonté, constituant ainsi une représentation nationale élargie, par rapport à la conception des plus modérés :

  • 29 Annales de la Chambre des députés, séance du 21 janvier 1907, session de 1907, t. I, p. 140, repris (...)

Il n’y aura pas de République vraie tant que la classe ouvrière ne pourra pas, par ses manifestations, montrer directement sa volonté. Tant qu’elle sera obligée de se fier uniquement aux démonstrations de ses délégués ou de ses représentants, on n’en aura pas une expression complète et parfaite. C’est pourquoi nous considérons qu’avec la liberté de réunion et d’association, il y a une liberté complémentaire nécessaire, la liberté de manifestation, la liberté de démonstration directe et publique, ouvrière et socialiste.29

Il s’agit d’obliger le gouvernement à reconnaître de fait ce droit de manifestation à tous ces militants qui battent le pavé depuis déjà quelques années, non pas de défiler contre l’interdiction et de provoquer des violences inutiles quand la voie parlementaire permet d’avoir une tribune. Simplement, il est nécessaire que les ouvriers aient eux-mêmes voix au chapitre, afin qu’ils puissent porter à la connaissance du gouvernement les problèmes auxquels il doit s’atteler. Finalement le droit de manifestation ne sera pas autorisé, inscrit dans la Constitution ou sanctionné par une loi, mais seulement  toléré, à la condition qu’il ne trouble pas l’ordre public, à partir de la manifestation Ferrer d’octobre 1909, comme nous l’avons déjà exposé.

  • 30 Stravisky a détourné plusieurs millions de francs dans des opérations financières douteuses grâce à (...)
  • 31 L’expression est de Patrick CHAMPAGNE, cf. « La manifestation, la production de l’événement politiq (...)
  • 32 D. Tartakowsky, op. cit., p. 106.
  • 33 D. Tartakowsky, op. cit., p. 113.

22Au delà de cette construction du rapport de chaque camp à la manifestation, quelle peut-être son efficacité politique ? Prenons un exemple extrême : les manifestations de février 1934. La situation politique est tendue en France, à cause de la crise économique mondiale qui commence à atteindre la France en 1931-1932, de l’angoisse que suscite l’accession au pouvoir de Hitler en Allemagne, mais aussi de la pression des ligues de droite, qui remettent en cause le parlementarisme, ce que la découverte de l’affaire Stravisky30 en décembre 1933 aggrave… Une grande manifestation se prépare pour le 6 février, dont le but explicite est de peser sur les décisions de la Chambre. Les lieux de départs des cortèges forment donc un arc de cercle jusqu’au Palais Bourbon, qui est la « cible » des manifestants. Mais la situation devient confuse, la manifestation, qui met en présence des anciens combattants, des ligues de droite, telles Solidarité Française, Jeunesse Patriote, Action Française, les Croix de Feu, ainsi qu’une foule de gens peu habitués à manifester, tourne à l’émeute : il n’y a pas de choc frontal entre forces de gauche et forces de droite, mais plutôt une sorte de « folie collective » ou de « peur panique » qui s’empare des manifestants contre les forces de l’ordre, se soldant par 15 morts et 669 blessés du côté des manifestants et des curieux et 781 blessés du côté des forces de l’ordre (au total, on aura 37 morts et 2000 blessés en cinq semaines de manifestation), insuffisantes et inorganisées suite au déplacement du préfet Jean Chiappe, suspecté de sympathie pour les ligues de droite. Le gouvernement Daladier démissionne aussitôt : la tactique des ligues a réussi (mais à quel prix !), même s’il convient plus de parler d’une addition de mouvements disparates que d’une démonstration de force entièrement orchestrée par les ligues. La suite est connue… La C.G.T. et les socialistes organisent une contre-manifestation pour la défense de la République le 12 février 1934. Le cortège rassemble 30 000 personnes selon les autorités et 200 000 personnes selon les organisateurs à Paris (le nombre des manifestants est déjà un enjeu pour la construction de la « manifestation de papier »31 qui érigera la journée en événement politique). La manifestation s’étend aussi à toute la France, dans 262 villes, qui rassemblent 246 480 personnes32. Le gouvernement de Camille Chautemps démissionne à son tour… Par conséquent, pour la première fois, la majorité de l’Assemblée cède devant la pression de la rue le 6 février 1934, mais celle-ci se mobilise pour défendre la légalité républicaine le 12 : la manifestation est ainsi devenue « un des instruments de régulation d’un système en crise »33.

23L’exemple est extrême et ne saurait être généralisable à tous les cas, car il répond à un contexte précis et à une accumulation de circonstances qui le rendent unique. Néanmoins, cet épisode met en évidence que, tout au long de notre période, la manifestation s’est érigée en élément régulateur des crises, comme correcteur d’une démocratie toujours à reconstruire, et acquiert le statut d’expression politique hors des cadres institutionnels, comme le résume Pierre Rosanvallon :

  • 34 P. Rosanvallon, op. cit., p. 344.

Il faut ainsi la comprendre dans son rapport avec les transformations de la démocratie. La manifestation est une forme politique à part entière. Elle constitue le support d’un type original d’action et de représentation. Elle sert d’abord à compenser et à corriger les dysfonctionnements de l’expression politique institutionnelle, en permettant à ceux dont la voix est oubliée ou minorée de se faire néanmoins entendre. C’est la dimension la plus évidente. Mais elle souligne aussi que l’institution ne peut jamais embrasser toute la politique et que la démocratie excède continuellement, à cet égard, sa définition immédiate. La manifestation relève donc de quelque chose de profond quant à la nature toujours inaccomplie et jamais complètement institutionnalisable de la démocratie. Considérée du point de vue de l’acteur, elle est bien une « mise en scène pacifiée du nombre ». Appréhendée dans le cadre d’une économie générale des formes politiques, elle est plus profondément le signe que la démocratie comporte toujours une inéliminable part de débordement de ses cadres évidents. Elle témoigne ainsi du fait que les institutions de la démocratie n’en épuisent jamais complètement le sens.34

Haut de page

Bibliographie

Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du xixème siècle, Maintien de l’ordre et police en France et en Europe au xixème siècle, éd. Créaphis, 1987, 415 p.

Berliere Jean-Marc, Le préfet Lépine, vers la naissance de la police moderne, Paris, éd. Denoël, 1993, 279 p.

Corbin Alain et Mayeur Jean-Marie (dir.), La Barricade, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, 522 p.

Favre Pierre (dir.), La Manifestation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1990, 391 p.

Nicolet Claude, L’Idée républicaine en France (1789-1924), Paris, Gallimard, Tel n° 251, 2001, 528 p.

Robert Vincent, Les chemins de la manifestation (1848-1914), Lyon, PUL, coll. du centre Pierre Léon, 1996, 394 p.

Rosanvallon Pierre, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, éd. Gallimard, Coll. Folio histoire, 591 p.

Tartakowsky Danielle, Le Pouvoir est dans la rue – crises politiques et manifestations en France, éd. Aubier, 1998, 296 p.

Tartakowsky Danielle, Les Manifestations de rue en France 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, 869 p.

Tartakowsky Danielle, « la manifestation comme mort de la révolte », in Révoltes et société, histoire au présent, Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, T. II, pp. 239-247.

Tartakowsky Danielle, « la politique et la rue », Ethnologie française, 1991, n° 3, pp. 317-322.

Haut de page

Notes

1 Alain Faure, Maintien de l’ordre et police en France et en Europe au xixème siècle, Paris, éd. Créaphis, 1987, p. 15.

2 Les origines de la barricade et sa longue éclipse jusqu’en 1827 sont à rattacher aux rapports entre les villes françaises et le pouvoir royal. « La journée des barricades » du 12 mai 1588, constitue l’acte de naissance politique de cette dernière. Ce jour-là, pour résister aux 4000 hommes d’armes rassemblés dans Paris sur ordre du roi Henri III, la Ligue catholique et le duc de Guise organisent une riposte politique et militaire : des chaînes sont tendues et des obstacles sont construits grâce à des tonneaux remplis de terre (des « barriques », d’où est issu l’origine étymologique de ce barrage) afin d’empêcher les troupes de bouger et d’effectuer une jonction ; bientôt le roi est confiné dans le Louvre et doit se résigner à quitter la capitale. Les barricades réapparaissent le 26 août 1648 : à la suite de l’annonce de l’arrestation des principaux chef de la Fronde parlementaire, les bourgeois de l’île de la Cité tendent des chaînes dans la partie occidentale de la Cité, et le lendemain, les premières barricades se dressent dans la cité. Mais la mise au pas des villes par la monarchie absolue rend impossible l’utilisation de tels ouvrages, d’autant plus qu’elle est assez forte pour contenir les guerres sur ses frontières et rendre un siège de Paris improbable : dans le même temps que Paris perd l’utilité de ses fortifications, elle perd l’usage des barricades, car il n’est plus besoin de défendre la ville contre les étrangers. Elle fait une timide réapparition en prairial an III (mai 1795), dans une période de misère intense et à un moment où l’opposition royaliste s’affirmant progressivement, la ville est de nouveau au cœur d’un puissant antagonisme politique. Le réapprentissage de la barricade doit aussi beaucoup aux grognards des armées napoléoniennes, habitués aux guerres de rue, qui vont importer leur culture militaire aux révolutionnaires, après avoir permis à la capitale de se doter un temps de structures d’autodéfense dans la déroute de 1814.Notons pour finir avec Anne-Marie Cocula que : « l’histoire des barricades du 12 mai 1588 [et donc de ses origines en général] s’inscrit bien dans une réflexion stratégique qui fait de ce dispositif le contraire d’une invention spontanée, populaire et défensive » (dans A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), La Barricade, Publication de la Sorbonne, 1997, p. 37), pour constater tout le travail de transfiguration effectué depuis cette époque. La barricade conserve et renforce cette ambivalence tout au long du xixème siècle, sans cesse tendue entre deux pôles antithétiques, que ce soit le militaire et le populaire, l’utilitaire et le symbolique, l’organisé et le spontané.

3 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 211.

4 in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., pp. 77-78.

5 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 212.

6 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., pp. 213-214.

7 O. Pelletier, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 254.

8 Mark Traugott, in Corbin et Mayeur (dir.), op. cit., p. 79.

9 L. Clavier et L. Hincker, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 219.

10 Il conviendrait d’examiner les rapports (de concurrence, d’opposition, etc.) entre l’aspiration institutionnelle au suffrage universel et la pratique des journées révolutionnaires, ce que nous n’avons pas vraiment pu faire ici, faute de temps et devant l’étendue de la bibliographie concernant la question.

11 Ceci afin d’obtenir par la force un renouvellement de son mandat de président de la République que la constitution de 1848 ne permet pas.

12 O. Pelletier, in A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 261.

13 L. Girard, in Maintien de l’ordre en France et en Europe au xixème siècle, éd. Créaphis, 1987, p. 59. Nous ­soulignons.

14 E. Bonhomme, dans A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 301. Nous soulignons.

15 Après l’élection à Bordeaux d’une assemblée largement monarchiste et qui doit négocier les conditions de la paix avec les Prussiens, Thiers, qui est à la tête du gouvernement provisoire, veut désarmer la Garde Nationale et récupérer les canons des Buttes Chaumont et de Montmartre, provoquant le soulèvement de la ville.

16 R. Tombs, dans A. Corbin et J-M. Mayeur (dir.), op. cit., p. 357.

17 Jules Guesde revendique l’instauration d’un « droit à la rue », en tant que complément naturel du droit de suffrage, cf. « le droit à la rue », dans le Cri du peuple, 15 février 1885 (repris dans Etat, politique et morale de classe, Paris, 1901, pp. 140-143).

18 in Mes souvenirs, pp. 128-129.

19 Rappelons qu’à la différence des autres villes, où le pouvoir de police est progressivement confié à la discrétion du maire de la ville, Paris n’aura pas de maire avant 1977, et par conséquent, les forces de police, même municipales sont du ressort du préfet, sous la dépendance directe du ministre de l’Intérieur.

20 Déclaration dans La Dépêche de Toulouse reprise à Lyon par le Peuple le 27 octobre 1898.

21 Les syndicats jouèrent également un grand rôle dans la construction de la conscience ouvrière, mais leur finalité est davantage catégorielle qu’immédiatement politique. C’est pourquoi nous les omettons ici volontairement. D’ailleurs, ce n’est qu’après la Seconde Guerre Mondiale que les organisations syndicales prendront le relais des partis politiques dans la fréquence de l’appel à manifester.

22 Section Française de l’Internationale Ouvrière, ancêtre du Parti Socialiste.

23 D. Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue – crises politiques et manifestations en France, Paris, éd. Aubier, 1998, p. 39.

24 La circulaire du nouveau préfet de Paris, Jean Chiappe, proscrit les manifestations qui ne sont pas de l’ordre de la célébration nationale, ce qui réduit les possibilités pour les organisations ouvrières, qui ne partagent pas le même système de références symboliques.

25 J-P. Heurtin, « “ tenir les rangs ”. Les services d’encadrement des manifestations ouvrières (1909-1936) », dans P. Favre (dir.), La Manifestation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1990.

26 V. Robert, Les Chemins de la manifestation (1848-1914), Lyon, PUL, coll. du centre Pierre Léon, 1996, p. 14.

27 P. Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, éd. Gallimard, Coll. Folio histoire, p. 338.

28 Cl. Nicolet, L’Idée républicaine en France (1789-1924), Paris, Tel Gallimard n° 251, 2001, 528 p., chap. 10 : « Les fondements du lien politique. Etat et République ».

29 Annales de la Chambre des députés, séance du 21 janvier 1907, session de 1907, t. I, p. 140, repris dans P. Rosanvallon, op. cit., p. 338.

30 Stravisky a détourné plusieurs millions de francs dans des opérations financières douteuses grâce à la complicité des élus politiques qui le soutiennent, au nombre desquels figurent des radicaux. Il est retrouvé mort, la presse de droite accuse les protecteurs de Stravisky d’avoir fomenté un assassinat pour se protéger, ce qui déclenche un scandale politique.

31 L’expression est de Patrick CHAMPAGNE, cf. « La manifestation, la production de l’événement politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, juin 1984, pp. 18-41.

32 D. Tartakowsky, op. cit., p. 106.

33 D. Tartakowsky, op. cit., p. 113.

34 P. Rosanvallon, op. cit., p. 344.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Quertier, « 1827-1934 : de « journées » en « manifs », les Français protestent dans la rue », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 22 janvier 2009, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://traces.revues.org/3153 ; DOI : 10.4000/traces.3153

Haut de page

Auteur

Cédric Quertier

cquertier@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page