Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La rue : un objet géographique ?

Antoine Fleury
p. 33-44

Résumé

Par rapport aux autres sciences sociales, le géographe a quelque chose de plus à dire sur la rue, dans la mesure où il la considère dans sa dimension spatiale, à différentes échelles. Cette approche s’appuie sur la prise en compte des usagers et des acteurs. En effet, par leurs pratiques et leurs représentations, ils définissent l’espace-temps de la rue ; ils la placent au cœur d’un réseau de relations qui la dépassent, de l’échelon du quartier à celui de la ville tout entière.

Haut de page

Texte intégral

1La rue a longtemps occupé une fonction déterminante dans la fabrique de l’urbanité. Incarnant la césure entre la sphère publique et les multiples univers privés, elle assure traditionnellement la mise en relation des lieux, des fonctions, des groupes sociaux. Au xxème siècle, elle a cependant perdu sa prééminence dans l’organisation urbaine. La mixité des fonctions et des modes de circulation a été remise en cause par les préoccupations hygiénistes et fonctionnalistes : « la rue- corridor à deux trottoirs, étouffée entre de hautes maisons doit disparaître » (Le Corbusier, 1925). L’urbanisme « moderne » a construit des îlots centrés sur des dalles ou des espaces verts, créant par là même de nouveaux types d’espaces publics. Quant aux rues héritées, elles ont été « adaptées » à l’automobile, puisque la circulation devait être leur principale fonction. Dans les nouveaux quartiers périphériques, les « voies » de desserte locale ou de circulation ont remplacé les rues.

2Depuis les années 1970, cette approche fonctionnaliste a été remise en question, en même temps que l’on commençait à s’interroger sur la notion d’« espace public » dans les milieux urbanistiques comme en sciences sociales. Aujourd’hui, alors que l’on tente de réintroduire des rues dans les grands ensembles, on réaménage celles des centres-villes, pour un meilleur partage entre piétons, transports en commun et automobiles. Et force est de constater la forte fréquentation de certaines d’entre elles : équipements collectifs, commerces, et surtout, utilisation des espaces publics par les citadins font de ces rues des lieux très animés. Parallèlement, la rue n’a jamais fait autant l’objet de recherches en sciences sociales. Les approches sont diverses : par la forme (Gourdon, 2001), par l’esthétique (Coblence, 1998), par les interactions entre les individus (Joseph, 1984 ; Leménorel, 1994) ou encore par l’histoire (Nicaulaud, 1995).

3Les géographes sont globalement peu présents dans ce champ d’études. La géographie en tant qu’elle s’intéresse aussi bien à l’organisation de l’espace des sociétés qu’au sens des lieux n’a-elle pas quelque chose de plus, quelque chose d’autre à dire sur la question ? C’est en replaçant la rue dans l’espace urbain pour mieux comprendre les processus qui s’y jouent, c’est-à-dire en mettant en œuvre une démarche qui s’appuie sur ses propres concepts, que la géographie peut faire avancer la compréhension de la rue et de ses évolutions. En d’autres termes, il s’agit de construire la rue comme objet géographique.

Une approche de géographe

4Les géographes ne se sont pas toujours désintéressés de la rue. Ainsi la géographie de la première moitié du xxème siècle a-t-elle donné lieu à plusieurs monographies portant sur des rues. Celles-ci développent une vision à grande échelle de la ville, convaincues que « c’est par des analyses fines, portant sur des espaces restreints, que l’on peut parvenir à comprendre la manière dont les villes se forment et à quelles réalités sociales elles correspondent » (Montigny, 1992). Le changement de paradigme scientifique qui intervient dans le courant des années 1960 éloigne les géographes de la rue : les approches quantitatives et modélisatrices de la « nouvelle géographie » s’intéressent plutôt aux logiques d’organisation de l’espace à petite échelle. Les objets quotidiens des populations urbaines, qui nécessitent une démarche plus pragmatique, sont dans un premier temps délaissés. Les années 1970-80 réintroduisent l’« espace vécu » dans le champ de la géographie, et signent par là même, le retour de la rue. Cependant, celle-ci n’est pas abordée pour elle-même : c’est principalement à l’échelle du quar-tier et de l’espace de résidence que les analyses sont développées (Bertrand, 1978). Aujourd’hui, l’enjeu est donc de passer de l’échelle du quartier à celle de la rue, et de ne pas se limiter aux pratiques de proximité, en intégrant sa dimension multiscalaire.

5Il y a plusieurs approches possibles à l’intérieur même du champ géographique actuel. Dans tous les cas, les effets de contexte et la démarche multiscalaire seront au cœur du propos. Le parti pris ici est de construire un objet géographique à partir des concepts d’organisation spatiale, de système, de centralité, de diffusion ou encore de discontinuité : la rue apparaît alors comme un micro-espace s’inscrivant dans des logiques spatiales à plusieurs échelles. C’est la valeur ajoutée de la géographie pour la compréhension de la rue en général, même si, comme on le verra, certaines rues se prêtent mieux que d’autres à cette démarche. L’utilisation assez inhabituelle de tels concepts pour ce type d’espace permet de leur donner un nouveau sens : réintroduire la rue dans le champ de la géographie, c’est aussi, en quelque sorte, renouveler la discipline.

Définir l’objet « rue »

6La rue est avant tout un ensemble de lieux distincts, définis par leur position. Ces lieux ont des fonctions et des statuts divers : logements, lieux de travail ou encore fonds de commerce, ils sont de statut privé, public ou semi-public. Bien que de statut privé, ces derniers sont en relation directe avec la rue, et ouverts au public : boutiques, cafés et restaurants. Les espaces privés – en particulier les façades, les enseignes et les vitrines – constituent une bonne part du paysage de la rue. Cependant, ces lieux existent dans la mesure où ils sont mis en relation par la voie publique, qui permet aux usagers – tous modes de déplacement confondus la plupart du temps – de circuler librement d’un point à un autre. La rue constitue donc un système de lieux proches les uns des autres, mis en relation par des pratiques. Celles-ci renvoient « à une autre spatialité (une expérience « anthropologique », poétique et mythique de l’espace) […]. Une ville transhumante, ou métaphorique, s’insinue ainsi dans le texte clair de la ville planifiée et lisible. » (de Certeau, 1980). Les pratiques citadines font de la rue un micro-espace complexe, avec des trajectoires, des vitesses, des temporalités multiples. La nature même de la rue est de mélanger les gens et les activités, de changer avec le temps, dans la journée, dans la semaine ou encore dans la longue durée.

7Chacun peut faire l’expérience de la diversité des rues, à l’intérieur d’une même ville. Comme l’écrit Balzac il existe ainsi dans Paris

  • 1 Balzac, Histoire des Treize. Premier épisode : Ferragus, chef des dévorants, Paris, Garnier-Flammar (...)

des rues nobles, puis des rues simplement honnêtes (…) ; puis des rues assassines, des rues plus vieilles que de vieilles douairières ne sont vieilles, des rues estimables, des rues toujours propres, des rues toujours sales, des rues ouvrières, travailleuses, mercantiles…1

8Les rues (et l’idée que l’on s’en fait) se différencient selon l’espace et le réseau de relations dans lesquels elles s’inscrivent, à différentes échelles. A l’échelle du quartier, une rue ne peut se comprendre sans les autres rues ou places qui l’entourent – avec lesquelles peuvent jouer des complémentarités, par exemple entre une rue passagère et un square, ou encore entre une rue commerçante et des rues plus résidentielles – et les caractéristiques du quartier lui-même, comme sa morphologie ou sa composition sociale. De même, à l’échelle de la ville tout entière : toute rue s’inscrit dans un ensemble de logiques spatiales distinctes qui la dépassent, flux et circulation, stratégies résidentielles, distribution des commerces ou des loisirs, choix d’aménagement, pratiques et représentations de la ville. Autant de logiques qui se rencontrent, se donnent à voir les unes aux autres, se mettent en relation, se concurrencent. La rue ne se contente pas de juxtaposer ces logiques, elle en fait une totalité que le citadin peut s’approprier, au moins par le regard : la rue manifeste la ville.

La rue : espace-temps

  • 2 Le document, qu’il soit écrit ou iconographique, et les données statistiques concernant la structur (...)

9Au-delà des questions de définition, comment mettre en œuvre concrètement une approche géographique de la rue ? J’ai tenté de le faire pour la rue Oberkampf, dans le 11ème arrondissement de Paris (Fleury, 2003). L’histoire d’une rue « commence au ras du sol, avec des pas » dont les jeux sont « façonnages d’espaces » (de Certeau, 1980). Dans une première analyse de type exploratoire, il convient donc de mettre en évidence les différents modes de déplacement, les trajets et les flux, ainsi que leurs variations respectives en fonction des lieux, des moments et des trajectoires. Bien entendu, l’espace des pratiques se construit dans une interaction complexe avec les lieux. La rue est une forme urbaine qui a une configuration, une architecture, une histoire. Les pratiques actuelles ne peuvent se comprendre sans celles qui les ont précédées et qui ont laissé des traces dans l’organisation des lieux, une dimension historique d’autant plus incontournable dans la ville-centre européenne. Les fonctions (commerces, artisanat, bureau) font partie de cet héritage, même si elles évoluent avec le temps. L’analyse de leur répartition s’impose, car elles façonnent en grande partie les usages contemporains de la rue, ses temporalités et son paysage. En définitive, le géographe pourra s’appuyer à la fois sur des méthodes importées des autres sciences sociales, comme « l’observation directe » (Chapoulie, 2000), les questionnaires, ainsi que sur des sources plus classiques2.

  • 3 Le terme « loisirs » englobe toutes les activités ludiques et de divertissement. C’est une partie d (...)

10Mais cette analyse de la rue ne constitue qu’un premier jalon : tout l’enjeu est de mettre en exergue une géographie de la centralité, à plusieurs échelles. Prenons l’exemple de la rue Oberkampf. Ancienne voie d’accès à la ville, escaladant la colline de Ménilmontant, cette « rue-faubourg » s’est urbanisée progressivement à partir du xviiie siècle. Sur le chemin du centre, elle constitue aujourd’hui un axe privilégié pour les automobilistes. Mais elle est elle-même aussi centre. Ou plutôt centres, à deux niveaux. Alors que sa partie inférieure, entre les boulevards du Temple et Richard Lenoir, est peu commerçante et plus fréquentée par les automobilistes que par les piétons, ses deux autres portions, respectivement entre le boulevard Richard Lenoir et l’avenue Parmentier, puis entre l’avenue Parmentier et le boulevard de Ménilmontant, sont des centralités de quartier. Les commerces de proximité, notamment alimentaires, y sont nombreux ; ils rythment la vie de la rue, lui donnent ses couleurs, ses odeurs. La rue est aussi un lieu de sociabilités pour les habitants des environs : marchés à l’intersection des boulevards, square de l’Avenue Jean-Aicart et son boulodrome, barrières du boulevard de Ménilmontant sur lesquelles on s’appuie pour bavarder, etc. Mais ce qui fait l’intérêt géographique de la rue Oberkampf – du moins à l’intérieur de notre approche – c’est sa partie supérieure. Depuis une décennie, elle s’est progressivement affirmée comme une nouvelle centralité parisienne : les cafés et les restaurants y attirent de nombreux jeunes Parisiens et Franciliens chaque soir. Désormais très fréquentée, la rue est devenue un espace de concurrence entre piétons et automobilistes – les trottoirs sont étroits et la rue passagère – ou entre usagers des cafés et habitants, notamment à propos du bruit. Deux logiques spatiales distinctes s’entremêlent donc dans une même rue : une centralité de quartier, ancienne, avec ses multiples pratiques de proximité ; et un processus qui tend à faire de la rue Oberkampf une rue spécialisée dans les loisirs3. La construction de cette nouvelle centralité ne se comprend qu’à l’échelle de la ville, en relation avec d’autres pôles comme Bastille ou le Marais, de plus en plus saturés et qui essaiment dans l’Est parisien.

  • 4 Cela rend nécessaire le recours au document (littérature, presse, guides d’une part ; gravures, pho (...)

11La centralité a ses espaces, elle a aussi ses rythmes et ses temporalités. Les usagers ne sont pas les mêmes tout au long de la journée et ne viennent pas dans la rue pour les mêmes raisons. Ainsi la rue Oberkampf évolue-t-elle d’une part à l’échelle de la journée (les commerces alimentaires ouvrent le matin, les cafés plutôt en fin d’après midi, voire le soir), d’autre part à l’échelle de la semaine (les vendredi et samedi les rues commerçantes voient une fréquentation accrue, qui baisse le dimanche au profit des boulevards et des espaces verts). Enfin, les transformations rapides d’Oberkampf – nouveaux cafés, nouvelles enseignes – rappellent que la rue se recompose dans ses paysages, ses fonctions et sa fréquentation au fil des années4. A des rythmes différents : la géographie des rues « branchées » change plus vite que celle des rues commerçantes.

Des pratiques et des représentations différenciées

  • 5 Les questionnaires présentés aux passants apportent beaucoup d’informations, mais la représentativi (...)

12Bien qu’ouverte au plus grand nombre, la rue n’est en général pas pratiquée de la même manière par tous. Il convient donc à présent de s’intéresser aux usagers eux-mêmes : leur âge, leur situation familiale, leur appartenance sociale, leur lieu de résidence. Et de leur poser un certain nombre de questions : Que viennent-ils faire dans cette rue ? Pourquoi celle-ci et pas une autre ? Avec quelle régularité la fréquentent-ils ? Que représente-t-elle pour eux ? A partir de là, il sera possible de définir des pratiques et des représentations différenciées, correspondant à diverses manières de vivre la ville et la centralité, en fonction des groupes qui fréquentent la rue, de leur âge ou de leur appartenance sociale. Et de s’interroger sur les relations éventuelles entre les différents groupes5.

13En ce qui concerne la rue Oberkampf, la partie supérieure s’inscrit dans un quartier plutôt populaire, avec une forte proportion d’habitants issus de l’immigration. On y trouve de nombreux « commerces ethniques » (Raulin, 1987) : bouchers Halal, pâtisseries orientales, spécialités des Balkans. Et toute la journée, la rue est un lieu de vie : « des passants qui passent, et aussi qui s’arrêtent et discutent, se saluent, s’apostrophent, parfois s’insultent… » (Simon, 1997). Ces sociabilités s’exercent sur l’espace public (squares, bancs, seuils des boutiques) ou dans des lieux fermés (bistrots, locaux associatifs, etc.). Ce qui n’est pas le cas dans le reste de la rue, où la fréquentation est plus clairsemée, ramassée au moment des repas. Les commerces, typiques d’une rue-marché parisienne (boulangerie, boucherie, fromagerie) insistent sur le choix et la qualité de leurs produits qui sont plus coûteux. Entre les deux portions de la rue existe donc une réelle discontinuité, liée à la composition sociale des quartiers.

14Mais c’est la partie supérieure de la rue qui illustre le mieux la différenciation des pratiques. Les usagers des cafés et restaurants « branchés » ne résident pas, pour la plupart, dans le quartier. Ils habitent dans d’autres arrondissements parisiens ou en proche banlieue. Ce sont des individus jeunes, souvent célibataires, issus de milieux sociaux assez divers, mais qui sont le plus souvent bien dotés en capital culturel. Ces « nouveaux citadins » apparaissent en quelque sorte aujourd’hui comme « les meneurs de l’animation des espaces publics urbains » (Bassand, 2001) où ils suscitent une ambiance particulière, comme c’est le cas à Oberkampf : cafés aux enseignes colorées et changeantes, désignations plongeant dans l’histoire ou dans les légendes, restaurants aux décorations kitsch et aux plats exotiques, musique et lumières tamisées. Ces jeunes citadins pratiquent le plus souvent la ville « à contre-temps », et aussi « à contre-lieu » (Bourdieu, 1979) : le soir, très souvent dans des quartiers populaires. Façons d’affirmer leur différence par rapport aux autres citadins de niveau socio-culturel identique ou plus élevé, et fréquentant des centralités plus anciennes. Mais ils se différencient aussi des autres usagers de la rue, en l’occurrence les habitants. Pour eux, Oberkampf est un espace de loisirs, un pôle parmi les lieux où l’on sort, un point sur leur itinéraire nocturne. Ils pratiquent moins la rue que les intérieurs, si ce n’est en été. Leurs pratiques de l’espace urbain sont très sélectives, sensibles aux phénomènes de mode : on n’hésite pas à changer de lieu quand celui-ci ne répond plus à certaines exigences de consommation ou à l’image que l’on s’en fait. Ainsi le lieu « branché » ne le reste-t-il pas longtemps – ce qui ne l’empêche pas, le plus souvent, de rester un lieu fréquenté, mais par de nouveaux usagers : Bastille et Oberkampf naguère, la rue Sainte-Marthe et le canal Saint-Martin (10e arrondissement) aujourd’hui.

15Ces jeunes citadins ont en général une vision idéalisée et quasi nostalgique de la ville. Les cafés de la rue Oberkampf en témoignent : devantures de bois à l’air désuet, enseignes et dénominations rappelant le passé industrieux de la rue (Café Charbon, Mécano Bar, La Forge, etc.). Les nouveaux usagers sont en effet sensibles aux mythes urbains, comme ceux que l’on associe aux faubourgs (Sansot, 1988) : la révolte, la convivialité, la simplicité… Et ils côtoient finalement peu les habitants. Chaque groupe est relativement indifférent l’un à l’autre, dans la mesure où les activités des uns ne nuisent pas à celles des autres : ils ne fréquentent pas la rue aux mêmes heures, ils ont chacun leurs propres lieux de rencontres et de sociabilités. Les nouvelles pratiques de la rue ont cependant des effets importants sur la vie des habitants. Par le changement d’image du quartier et de la rue qu’elles engendrent, elles favorisent certaines transformations de l’espace social : la « gentrification de consommation ou de fréquentation » est intimement liée à une « gentrification résidentielle » (Bidou-Zachariasen, 2003) qui concerne d’ailleurs une grande partie de l’Est parisien.

Les autres acteurs de la rue

16D’autres acteurs jouent un rôle important : leur discours, leurs décisions sont à prendre en compte pour comprendre les dynamiques de la rue en général. C’est le cas des acteurs économiques : par leur choix de localisation, par leurs investissements, par leur travail, ils façonnent la rue, conditionnent en partie ses paysages et ses pratiques. Ainsi, en ouvrant des établissements pionniers comme le Café Charbon, certains exploitants ont joué un rôle dans l’émergence d’Oberkampf. Aujourd’hui, la rue est au cœur d’intérêts économiques considérables. Les investissements sont toujours plus importants : dans les cafés, le mobilier et la décoration sont plus travaillés qu’aux origines, on fait de la publicité, et il faut sans cesse s’adapter aux modes, reconstruire. Il s’agit de renforcer la centralité, en attirant une clientèle toujours plus nombreuse. En quelques années, de nombreux cafés et restaurants ont ouvert dans les rues adjacentes, pour profiter de la renommée d’Oberkampf (rue Saint-Maur, J.-P. Timbaud). A l’inverse, d’autres activités partent ou sont parties : désindustrialisation du quartier, déclin relatif du petit commerce (accentué aujourd’hui par la hausse des loyers due aux transformations de la rue).

  • 6 Le nombre maximum d’établissements étant atteint dans Paris, la Préfecture autorise en fait l’ouver (...)

17Les acteurs publics jouent eux aussi un rôle majeur. L’évolution de la rue Oberkampf met ainsi en jeu des réglementations de la Préfecture de Police puisque c’est elle qui attribue les licences aux débits de boisson6. Elle attribue également les autorisations nécessaires à l’ouverture de boîtes de nuit. C’est donc bien l’administration qui, dans le cadre de la loi et de la réglementation, a permis le départ de certains commerçants de détail et artisans au profit des cafés et restaurants. Enfin, la Mairie de Paris a joué un rôle non négligeable, en attribuant les permis de construire, en favorisant de nouvelles activités (comme les cabinets d’architectes ou les galeries d’art, présents dans certains passages et cours) ou même en assurant la promotion du quartier (bulletins, plaquettes publicitaires, visites d’élus, etc.). C’est elle qui doit aujourd’hui en assumer les conséquences : lutte contre les nuisances (bruit, saleté), réaménagement nécessaire de l’espace public devenu inadapté, etc. En définitive, les acteurs publics s’apparentent bien, comme les acteurs économiques, à des logiques spatiales qui dépassent le cadre strict de la rue.

Le devenir de la rue dans l’espace urbain contemporain

18Si l’on poursuit la démarche multiscalaire mise en œuvre jusqu’à présent, il convient maintenant de s’interroger sur le contexte général dans lequel s’inscrit la rue. La forte fréquentation de certaines d’entre elles, le dynamisme des acteurs ne doivent cependant pas faire oublier que la rue demeure une forme urbaine de la ville dense : il n’y a pas de rues dans l’« espace e-s-p-a-c-é » (Gourdon, 2001) des couronnes périurbaines, qui pourtant ne cessent de s’étendre depuis les années 1970. Dans ces périphéries et de plus en plus, dans la banlieue, les fonctions commerciales et de sociabilité sont d’ailleurs assurées par les centres commerciaux, qui deviennent des « centres de vie » (Lestrade, 2001). Les rues s’inscrivent désormais dans un système d’espaces publics aux formes très diverses, très sensible à la forte concurrence entre les centres. Et puis dans l’ensemble de l’espace urbain, les modes de vie changent, avec la dispersion des lieux de résidence, des lieux de travail, et l’accroissement de la mobilité. Les pratiques de la ville se lisent désormais plutôt à l’échelle de l’agglomération qu’à celle des quartiers. Et les centralités se recomposent rapidement : certaines émergent, d’autres déclinent. Car la mobilité accentue la sélectivité des pratiques citadines.

  • 7 Voir les comptages Sirène INSEE / CCIP. Il faut noter que ce déclin est moins avancé à Paris qu’ail (...)
  • 8 Respectivement à Paris dans les 9e, 2e et 12e arrondissements.

19Qu’en est-il alors des rues de la ville dense ? D’un côté, on ne fréquente plus forcément les rues qui entourent le logement, et la vie de quartier a tendance à s’amenuiser – à l’exception peut-être des quartiers cosmopolites (Simon, 1997) – de même que le commerce de proximité7. Il y a de plus en plus de rues résidentielles, quasi désertes : la rue est alors réduite à un paysage, elle devient cadre de vie, ce que les politiques municipales tendent à renforcer par les aménagements de l’espace public (végétalisation, mobilier urbain, obstacles à la circulation, etc.). D’un autre côté, on se rend plus facilement – mais moins souvent – dans d’autres rues plus éloignées. Cela pour des raisons précises : pour la consommation, pour les loisirs. Le public a donc tendance à se concentrer dans certaines portions de la ville, dans certaines rues très centrales où il trouve une « compensation intermittente de la dispersion quotidienne » (Barbichon, 1993). Ces rues sont profondément modifiées : processus de spécialisation autour du commerce et / ou des loisirs, changement d’échelle dans la fréquentation, nouvelles temporalités, conflits d’usages entre des logiques spatiales différentes. En concurrence avec des centralités périphériques, le centre-ville s’adapte dans ses structures commerciales comme dans ses espaces publics, allant jusqu’à (re)fabriquer de nouveaux types de rues, proches du modèle des centres commerciaux : galeries commerciales, comme le Passage du Havre, ou rues piétonnes, comme la rue Montorgueil ou la Cour Saint-Emilion8. Ces nouveaux espaces correspondent à un modèle idéalisé de la rue, une sorte d’âge d’or où les différents usagers vivraient en harmonie. Ces images finissent par prendre corps dans le paysage, en grande partie sous l’impulsion des stratégies commerciales qui les mobilisent. Et la rue se fait décor, comme c’est d’ailleurs en partie le cas à Oberkampf.

20Enfin, il semble qu’à la spécialisation fonctionnelle des rues corresponde une différenciation sociale de plus en plus poussée : les rues seraient de plus en plus le signe d’un groupe, d’une classe sociale, d’un style de vie. La transformation subie par la rue Oberkampf tend à le montrer, avec des usagers très caractérisés : ces « nouveaux citadins » évoqués plus haut pour qui la rue est devenue comme un point de ralliement, un symbole. D’autres rues témoignent de cette tendance, comme les rues qui se spécialisent dans le commerce du luxe, dans le Faubourg Saint-Germain, ou les rues gay, dans le Marais. Les animations de l’espace public, organisées par les acteurs publics (opérations Nuits Blanches, Paris-Plage et autres festivals de rue) sont parmi les derniers moyens d’y rassembler des populations éparses, mais c’est de façon éphémère. La rue deviendrait-elle un lieu de l’entre-soi, y compris en position centrale, en contradiction avec l’idéal de mixité et de brassage qu’elle représente ? De plus amples investigations devront le démontrer.

Le défi de la comparaison

21Les pratiques et les représentations de la rue dépendent de l’espace urbain dans lequel celle-ci s’inscrit, à plusieurs échelles. Elles dépendent donc aussi de la région ou du pays dans lesquels la ville se situe : si la forme « rue » se retrouve dans de nombreux contextes culturels, son sens peut varier considérablement. Ainsi certaines rues de Séoul sont-elles occupées par des marchés qui « modifient la nature même de la rue » (Gelezeau, 1992) : l’utilisation de bâches et l’installation des étalages en font un « espace au moins couvert, sinon fermé », dont la fonction de circulation se trouve remise en cause. Quant aux ruelles, elles « s’offrent aux pas du promeneur entre deux murs aveugles, obéissant par ce trait à la logique de la dissimulation ». Pratiques et représentations de la rue dépendent également de facteurs politiques et socio-économiques, pour lesquels on pourrait multiplier les exemples : contrôle étroit de l’espace public par les régimes autoritaires, travail dans la rue pour vivre (ou survivre) lié à un faible niveau de développement ou à la crise économique.

22Il faut donc prendre ses distances par rapport aux modèles occidentaux, et aborder la rue sous l’angle d’un certain relativisme. La comparaison s’impose alors d’elle-même, pour mettre en évidence non seulement les régularités et les variations qui interviennent dans les pratiques de la rue et dans leurs évolutions, mais aussi les

enchaînements découlant d’un choix initial, un choix que nous avons la liberté de mettre en regard d’autres choix, des choix exercés par des sociétés qui, le plus souvent, ne se connaissent pas entre elles. (Detienne, 2000)

23Et puis derrière ce choix, qui implique des pratiques et un sens particulier de la rue, il y a les mêmes questions : comment vivre ensemble dans la grande ville ? comment côtoyer la différence, l’autre ? Quelle place donner aux lieux de rassemblement, de rencontre ? Le géographe de la rue devra se demander comment des sociétés urbaines différentes répondent à ces questions, en fonction du contexte qui est le leur. Si la comparaison pose des problèmes méthodo­logiques considérables, ce qui explique en grande partie sa rareté, elle permettrait sans ­doute de mieux comprendre la rue et ses évolutions contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barbichon G., « Espaces partagés : variation et variété des cultures », Espaces et sociétés, n° 62-63, pp.107-134.

Bassand M., compagnon A., joye D., Vivre et créer l’espace public, Lausanne, Presses Polytechniques Romandes, 2001.

Bertrand M.-J., Pratique de la ville, Paris, Masson, 1978.

Bidou-zachariasen C., (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes et Cie, 2003.

Bourdieu P., La Distinction, Paris, Editions de Minuit, 1979.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chapoulie J.-M., « Les travail de terrain, l’observation des actions et des interactions, et la sociologie », Sociétés contemporaines, 2000, n° 40, pp. 5-27.
DOI : 10.3406/socco.2000.1811

Coblence F., Couderc S. (dir.), L’Esthétique de la rue, Paris, L’Harmattan, 1998.

De Certeau M., L’Invention du quotidien, Tome 1, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980.

Detienne M., Comparer l’incomparable, Paris, Editions du Seuil, 2000.

Fleury A., « Oberkampf ou l’émergence d’une centralité des loisirs », L’Espace géographique, 2003, n° 3, pp. 239-252.

Gelezeau V., « La rue à Séoul, à la recherche de l’identité du milieu », Géographie et Cultures, 1992, nº 4, pp. 75-90.

Gourdon J.-L., La Rue – Essai sur l’économie de la forme urbaine, Paris, L’Aube, 2002.

Le Corbusier, Urbanisme, Paris, G. Grès et Cie, 1925.

Lemenorel A. (dir.), La Rue, lieu de sociabilité ?, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1997.

Lestrade S., « Les centres commerciaux : centres d’achat et centres de vie en région parisienne », Bulletin de l’Association des Géographes Français, 2001, n° 4, pp. 339-349.

Montigny G., De la Ville à l’urbanisation. Essai sur la genèse des études urbaines françaises en géographie, sociologie et statistique sociale, Paris, L’Harmattan, 1992.

Nicaulaud O., landau B., banat F., (dir.), L’Histoire de la rue, Journée organisée par la Direction de la Voirie, le 24 mars 1995, Paris : Ville de Paris, A.P.U.R., Archives de Paris, 1995.

Raulin A., « Où s’approvisionne la culture ? » in Gutwirth J., Petonnet C. (dir.), Les Chemins de la ville, enquêtes ethnologiques, Paris, Editions du C.T.H.S, 1987.

Sansot P., Poétique de la ville, Paris, Klincksieck, 1988.

Simon P., « Les usages sociaux de la rue dans un quartier cosmopolite », Espaces et sociétés, 1997, n° 90-91, pp. 43-68.

Haut de page

Notes

1 Balzac, Histoire des Treize. Premier épisode : Ferragus, chef des dévorants, Paris, Garnier-Flammarion, 1988, p. 77.

2 Le document, qu’il soit écrit ou iconographique, et les données statistiques concernant la structure de la population, les déplacements, ou encore les commerces.

3 Le terme « loisirs » englobe toutes les activités ludiques et de divertissement. C’est une partie des activités hors-travail, à côté des fonctions de reproduction vitales et des fonctions sociales au sens large.

4 Cela rend nécessaire le recours au document (littérature, presse, guides d’une part ; gravures, photographies d’autre part), de même qu’à des entretiens avec des acteurs et des habitants.

5 Les questionnaires présentés aux passants apportent beaucoup d’informations, mais la représentativité de l’échantillon pose souvent problème. Ils peuvent être complétés par des entretiens, notamment avec certains usagers, mais aussi avec des informateurs privilégiés : commerçants, acteurs associatifs, élus, habitants, etc.

6 Le nombre maximum d’établissements étant atteint dans Paris, la Préfecture autorise en fait l’ouverture de nouveaux établissements par « translation de licences existantes ».

7 Voir les comptages Sirène INSEE / CCIP. Il faut noter que ce déclin est moins avancé à Paris qu’ailleurs du fait de la densité qui demeure importante.

8 Respectivement à Paris dans les 9e, 2e et 12e arrondissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « La rue : un objet géographique ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 avril 2006, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://traces.revues.org/3133 ; DOI : 10.4000/traces.3133

Haut de page

Auteur

Antoine Fleury

U.M.R. Géographie-cités, 13, rue du Four 75006 PARIS, afleury@parisgeo.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page