Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Note

Figures historiques de l’expertise

Frédéric Graber
p. 167-175

Texte intégral

  • 1  Cette note croisée porte sur les deux ouvrages suivants : Eric Ash, Power, Knowledge, and Expertis (...)

1La notion d’expertise a connu un grand succès dans les sciences sociales au cours des vingt dernières années, un mouvement qui suit largement les travaux sur les rapports entre technosciences et pouvoirs tels que les Science and Technology Studies les ont initiés, mais qui a aussi donné lieu à de nouvelles recherches sur les politiques publiques, les savoirs administratifs ou l’usage des instruments dans l’action publique1. Parmi ces nombreux travaux, on comptait assez peu d’études historiques. Les deux ouvrages que nous souhaitons présenter ici comptent parmi les quelques tentatives récentes de répondre à ce manque. Ils ne s’inscrivent pourtant pas du tout de la même manière dans le champ historique : l’ouvrage d’Eric Ash, même s’il présente une figure historique majeure de l’expertise, ne prétend pas se confronter à d’autres travaux sur l’expertise et se réfère beaucoup plus à une histoire (en particulier des sciences et des techniques) du xvie siècle anglais ; l’ouvrage de Christelle Rabier souhaite au contraire initier une large comparaison de situations d’expertise et se positionner par rapport à la littérature existante sur l’expertise. C’est cette différence d’approche entre les deux ouvrages qui nous a semblé intéressante, parce qu’elle permet par comparaison de souligner les forces et les faiblesses de chacun d’eux.

2L’ouvrage d’Eric Ash est consacré à l’émergence, dans l’Angleterre du xvie siècle, d’une nouvelle catégorie d’individu, l’expert-médiateur. Au cours du xvie siècle, expert vient à signifier non plus seulement une expérience acquise dans un certain domaine, mais aussi une compétence, une capacité d’action fondée sur une compréhension plus abstraite, un savoir plus théorique, qui permet d’envisager une action au-delà de la seule expérience. Cette évolution du sens correspond à une tendance des nouveaux experts à se démarquer par rapport aux praticiens : plutôt que prétendre à la maîtrise d’un savoir local, fruit d’une longue expérience et généralement protégé par le secret artisanal, l’expert promeut une forme de savoir applicable en tout lieu et dans des contextes d’action originaux. Si l’expert se distingue des simples praticiens de son art, s’il transforme cet art en quelque chose de savant, de livresque, c’est surtout pour trouver des patrons : il publie des manuels et des traités qui cherchent à rendre son art digne d’intérêt (voire d’étude) pour de futurs patrons, et à convaincre ceux-ci qu’il est effectivement le maître de son art. L’expert cherche à s’inscrire dans une certaine culture humaniste des élites du xvie siècle anglais, dans une culture littéraire mais pragmatique, valorisant l’application du savoir à des fins pratiques, la vita activa. De leur côté, ces élites ont justement un besoin pressant d’hommes d’action et de confiance pour mener à bien et contrôler des projets techniques complexes. En effet, ces nouveaux experts émergent dans un contexte d’extension de la centralisation étatique et de naissance de compagnies par actions : gouvernement et compagnies privées cherchent de plus en plus à contrôler l’action à distance et l’expert apparaît alors comme une figure médiatrice qui permet de créer un pont intellectuel, social, organisationnel et surtout spatial, entre les praticiens sur le terrain et les patrons (généralement à Londres), de gérer l’action de manière crédible et contrôlée. Mais à mesure que l’expert-médiateur s’impose dans ce rôle d’intermédiaire, il prend progressivement contrôle de son domaine : il s’impose comme un point de passage obligé, et ce d’autant plus que son savoir devient plus difficile à maîtriser.

3L’ouvrage s’appuie sur une série d’études de cas. Il commence par un exemple d’échec de cette médiation experte, avec le cas de l’exploitation des mines de cuivre en Cumbrie, un domaine dans lequel les Anglais n’ont aucune compétence et pour lequel ils doivent faire appel à des experts allemands avec lesquels ils ne parviennent pas à établir des relations de confiance, essentiellement parce qu’ils ne trouvent pas de médiateur capable. Il montre ensuite comment, dans le cas de la reconstruction du port de Douvres, les conseillers royaux hésitent à faire confiance à la commission créée pour gérer le projet sur place : s’ils finissent par s’en remettre aux décisions de celle-ci, c’est grâce à l’émergence d’un médiateur (Thomas Digges) qui parvient à s’imposer à Douvres et à Londres comme l’homme de la situation. Ash revient ensuite sur le processus de redéfinition de l’art. Il considère d’abord l’émergence d’un nouvel art de la navigation, instrumental et mathématique, qui permet de dépasser le savoir local des navigateurs et de se lancer dans des voyages d’exploration qui intéressent au plus haut point les grands marchands londoniens. Ce premier moment de la navigation mathématique est le fait de praticiens (Sebastian Cabot et Stephen Borough), dont les succès fondent la crédibilité pour les navigateurs, mais dont les compétences mathématiques (reprises en partie aux Espagnols) assurent à leurs détenteurs une autorité administrative grandissante. Dans un deuxième temps, l’art de la navigation va être repris en main par des mathématiciens non navigants, qui vont le développer bien au-delà des besoins pratiques (et des capacités) des marins. Il s’agit pour eux à la fois de se démarquer des praticiens, de séduire des patrons et de valoriser les mathématiques comme un savoir utile : en s’établissant experts-médiateurs, ils contribuent à séparer encore davantage les patrons des praticiens, à reléguer ceux-ci dans un rôle d’utilisateur et d’exécutant et à se positionner eux-mêmes comme des acteurs incontournables. Enfin, Ash revient sur la figure de Francis Bacon et montre à quel point son projet de réforme de la philosophie naturelle est inscrit dans les valeurs de la période élisabéthaine, en particulier dans cette culture de l’expertise : d’une certaine manière, il n’y a plus d’experts chez Bacon parce que la division du travail savant est poussée à l’extrême, il n’y a que des inférieurs qui suivent des directives (définies par Bacon) pour produire des éléments de savoir que seul le philosophe (Bacon) sera capable d’agencer pour générer du savoir ; mais il s’agit toujours bien de proposer à des patrons un savoir orienté vers l’action et qui permettra à ceux-ci d’étendre leur contrôle, même si dans cette vision ultra-élitiste, le philosophe est de fait seul à contrôler le savoir, dont il garde d’ailleurs en partie le secret.

4Le lecteur français peut regretter l’absence d’une confrontation avec les problématiques abordées par Hélène Vérin et Pascal Dubourg-Glatigny autour de la réduction en art (2008), qui ont une certaine proximité (mais aussi des différences) avec celles abordées ici – échapper à la contingence des situations, régulariser, formaliser, diffuser l’art dans des traités, etc. On peut aussi se demander si l’opposition assez radicale qu’Ash fait entre patrons et praticiens ne devrait pas être nuancée. C’est là la critique que Rob Iliffe lui adresse (plus ou moins implicitement) dans son article de Fields of Expertise, en insistant sur la diversité des identités d’experts, correspondant à des déplacements entre des espaces sociaux et matériels qui peuvent être divers et qui changent avec l’apparition de nouvelles pratiques, audiences et institutions : les experts de Rob Iliffe sont bien des médiateurs, mais ils sont aussi divers que les « interstices sociaux et intellectuels » dans lesquels ils se glissent et qui leur permettent de se construire un nouveau statut.

5Quelles que soient les réserves, l’ouvrage reste très stimulant pour qui s’intéresse aux problématiques des technosciences en société. Au lieu d’attendre le xviie siècle pour voir le programme baconien trouver sa réalisation (son institutionnalisation avec la création de la Royal Society), Ash nous invite à déplacer notre regard vers le xvie siècle comme moment d’émergence d’une nouvelle forme de savoir. S’il ne prétend pas se positionner dans les débats autour de la naissance de la « science moderne », on est pourtant saisi par la généralité de son objet d’étude : le développement de savoirs opératoires, qui lient une plus grande abstraction, une compréhension plus générale, à une capacité d’action au-delà de ce qui est connu et pratiqué. Pour l’historien des sciences, qui est habitué à voir dans l’articulation cognitif-instrumental une caractéristique des technosciences modernes, vient ici s’ajouter une insistance sur l’action. Si l’on considère que la science moderne, telle qu’elle apparaît au xviie siècle au moins dans son expression expérimentale, produit du savoir en transformant le monde, en intervenant de manière instrumentale et artificielle sur celui-ci, on voit alors que cette transformation peut être une simple conséquence de ce geste cognitif aussi bien qu’un but explicite. L’expertise que nous décrit Ash s’inscrit ainsi dans le geste technoscientifique moderne avec une orientation explicite vers l’action : ses experts sont des hommes qui sont capables de faire, ou plutôt de faire faire, car il s’agit d’actions collectives et le nouveau savoir s’impose précisément parce qu’il permet de gérer et d’organiser le contrôle et la confiance entre des acteurs divers. C’est le besoin, de la part du pouvoir politique ou marchand, d’un contrôle à distance (que cette distance soit sociale, spatiale, intellectuelle) qui, dans cet ouvrage, permet à une nouvelle catégorie d’acteurs et à une nouvelle forme de savoir d’émerger et de s’imposer comme un intermédiaire indispensable. L’insistance sur l’action, qui se décline ici comme un faire faire, montre à quel point la recomposition des savoirs en vue d’un contrôle est aussi une réorganisation des relations sociales, en particulier des relations de travail : en se constituant comme intermédiaire, l’expert-médiateur divise l’action entre ceux qui conçoivent et organisent (au nom d’une autorité) et ceux qui exécutent des instructions.

6Ce déplacement vers le xvie siècle comme un moment fondateur d’une nouvelle logique technoscientifique est familier à ceux qui travaillent sur les ingénieurs. L’expert-médiateur est très voisin de l’ingénieur de la Renaissance, avec lequel il partage les mêmes questions de patronage, de médiation, d’action au-delà de l’expérience, de recours à des formes de savoir plus abstraites et transposables. Mais l’expert-médiateur apparaît plutôt comme une généralisation de la figure de l’ingénieur : en effet, ce que montre Ash, c’est que ce nouveau type d’acteur, spécialisé dans l’action, dans la gestion des situations nouvelles ou problématiques, se retrouve dans la plupart des domaines d’action dans lesquels s’impliquent l’État, mais aussi les marchands et les nouvelles compagnies par actions. Ainsi conçu, l’expert-médiateur est celui qui parvient à réunir (en sa personne) une diversité de compétences à la fois techniques, sociales et organisationnelles qui lui permettent de résoudre les tensions classiques entre savoir technique et légitimité d’action. Il y a d’ailleurs deux déclinaisons un peu différentes de cette réunion des compétences qui apparaissent dans l’ouvrage d’Eric Ash : l’expert-médiateur peut être une solution ponctuelle dans un agencement singulier (c’est l’image qui se dessine dans les deux premiers exemples) ; il peut au contraire être une solution stabilisée, professionna-lisée, auquel cas il s’agit moins de réunir des compétences que de faire coïncider dans la personne de l’expert des légitimités diverses. L’expert est alors celui qui prétend pouvoir parler au nom de tout et de tous, ce que l’on peut considérer comme une caractéristique majeure des ingénieurs modernes.

7Autant l’ouvrage d’Eric Ash prétend n’étudier que l’émergence d’une figure particulière au xvie siècle, sans historiciser son évolution à long terme ou confronter cette figure à d’autres, autant Fields of Expertise a clairement l’ambition de reprendre la question de l’expertise sur la longue durée et dans sa diversité historique. Cet ouvrage collectif reprend un ensemble de communications présentées lors d’un colloque à la Maison française d’Oxford en octobre 2005, intitulé « Science, Capitals and Expertise ». La dimension « Villes capitales » (trace de l’inscription de cette entreprise dans un programme plus général « Science and European Capitals ») reste très présente dans l’ouvrage, puisque Paris et Londres définissent le cadre géographique de la plupart des articles et que plusieurs d’entre eux proposent des comparaisons entre ces deux villes. La comparaison est d’ailleurs au cœur de la démarche : l’ouvrage entend présenter une diversité d’experts, de situations et de pratiques d’expertise dans des domaines d’activité très variés et sur une longue période (1600 à 2000).

8L’introduction de Christelle Rabier, « Expertise in Historical Perspective », propose un ambitieux tour d’horizon des différentes approches de l’expertise. Elle distingue tout d’abord trois cadres de l’expertise – l’État, les tribunaux, les professions – et cherche dans chaque cas à identifier les travaux historiques (ou sociologiques) qui ont déjà abordé ces questions, ce qui lui permet de proposer une première présentation synoptique du champ. Cette présentation est très utile en particulier pour de nombreux travaux d’histoire des sciences et des techniques, d’histoire sociale, politique ou culturelle, qui ne se présentent pas explicitement comme histoire de l’expertise, mais qu’on peut replacer avec profit dans un tel cadre. On réalise alors qu’en généralisant, en ouvrant la question de l’expertise, celle-ci se trouve avoir déjà une historiographie conséquente. Rabier cherche ensuite à situer l’expertise dans le cadre de différents modèles épistémologiques, par référence à Popper (la nature dialectique des expertises contradictoires), à l’histoire sociale des sciences (les articulations entre sciences et pouvoirs), à l’ethnométhodologie (l’expertise comme action), à la sociologie (que ce soit à la « domination rationnelle » wébérienne ou aux « forums hybrides »). Enfin, Rabier insiste sur l’importance de l’expertise dans les processus de standardisation, normalisation et régulation dans le cadre d’un « normative turn » (p. 20). L’ensemble propose une remarquable introduction aux problématiques et aux travaux existant sur l’expertise qui, plutôt que d’adopter une vision restrictive, entendent au contraire ouvrir le champ à de multiples comparaisons. La bibliographie de cet essai est remarquable, d’autant plus utile que la plupart des ouvrages évoqués ont été acquis par (et sont donc disponibles à) la médiathèque de la Cité des sciences à Paris.

9La principale qualité de cet ouvrage est la diversité foisonnante des cas proposés. Pour en donner une idée au lecteur, on peut essayer de présenter brièvement ces études, même si l’exercice revient inévitablement à réduire des cas complexes et subtils à quelques formules.

10En s’appuyant sur une comparaison entre les modes de consultation à Paris au xviiie siècle et à Berlin au xxie siècle, Cécile Cuny met en regard la figure du notable et celle du profane. Elle montre que si l’insistance contemporaine sur la participation a contribué à démocratiser les pratiques de consultation, celles-ci se sont généralement faites au détriment des savoirs locaux : le notable est une figure à laquelle on reconnaît au xviiie siècle une expérience des affaires de la cité, acquise précisément au cours de ces consultations ; au xxie siècle, l’opposition expert/profane a rejeté la figure du notable du côté des profanes, si bien qu’elle ne subsiste que dans une forme amputée de sa dimension de savoirs locaux. Rob Iliffe, que nous avons évoqué plus haut, reprend la question de l’expert-médiateur en se penchant sur le commerce des instruments à Londres entre 1650 et 1750. Christelle Rabier analyse le rôle de l’expertise légale dans la définition de la chirurgie comme profession, comparativement à Londres et à Paris entre 1760 et 1790. Elle montre comment la « juridiction » de la chirurgie (au sens d’Andrew Abbott [1988], c’est-à-dire l’établissement d’une domination sur un domaine professionnel face à des professions rivales) se constitue largement dans le cadre de l’expertise légale : établi dans le cas français par institutionnalisation (officiers rattachés au Châtelet) et dans le cas anglais par l’obligation d’assistance aux pauvres et de gestion des urgences à un niveau local, le pouvoir des chirurgiens dans le cadre des tribunaux était aussi largement défini par la profession elle-même. Dans son étude sur le tribunal de commerce de Paris au xixe siècle, Claire Lemercier montre comment la référence à la compétence a permis de légitimer l’autorité d’une institution qui, sous l’Ancien Régime, reposait sur les privilèges et les corporations : les professionnels seraient les meilleurs juges (outre qu’ils sont gratuits et expéditifs). Pourtant, cette expertise des juges est moins évidente qu’il n’y paraît. D’une part, ils ont recours à des arbitres rapporteurs : l’expertise consiste ici à savoir trouver la bonne personne (impartiale, capable et disposée), la connaissance des parties et des réputations étant cruciale. D’autre part, ces arbitres deviennent de plus en plus, au xixe siècle, des collectifs sous la forme des chambres syndicales, contribuant ainsi à reconstruire (et à relégitimer) l’implication des organisations patronales. Sayaka Oki étudie l’émergence d’un nouveau rôle d’expertise pour l’Académie des Sciences, sur l’exemple de la reconstruction de l’Hôtel-Dieu à Paris à la fin du xviiie siècle : il prolonge le rôle traditionnel de l’Académie, à laquelle l’État demande d’évaluer des machines et inventions, en lui confiant un projet complexe, impliquant des considérations socio-économiques variées. Le savoir des académiciens n’est pas a priori adapté à ce genre de questionnement, mais ils vont en faire un outil, un nouveau « langage politique et administratif » (p. 168) pour gérer le projet de manière systématique. Charlotte Guichard étudie l’émergence, au cours de la période 1600-1800, de la figure du connaisseur. Ce nouvel expert du monde de l’art s’inscrit dans le développement d’un vaste marché dans lequel les procédures d’authentification et d’attribution des œuvres acquièrent une certaine importance. Il correspond à la formation d’un savoir bibliographique (typiquement des catalogues raisonnés) et de nouvelles compétences visuelles cherchant à saisir la singularité de l’œuvre et à identifier les gestes de la création (d’où une grande importance accordée au dessin). Il implique de se déplacer à travers toute l’Europe pour relever, identifier et étudier les œuvres et s’appuie donc sur de larges réseaux de sociabilité et d’information. Hélène Lemesle étudie les commissions d’admissibilité pour les Travaux publics à la fin du xixe siècle, c’est-à-dire les procédures par lesquelles les entreprises sont autorisées à participer aux adjudications après un examen de leur qualification, de leur moralité et de leur solvabilité. Pour limiter le coût en temps et en travail, cette commission s’appuie largement sur l’expertise des hommes de terrain, en l’occurrence les conducteurs des Ponts et Chaussées, qui ont une connaissance informelle d’un quartier, de ses habitants. La commission, à défaut de pouvoir contrôler les enquêtes des conducteurs, rend ceux-ci personnellement responsables de leur jugement et insiste plutôt sur la question des formes : la commission définit ainsi un certain nombre de standards administratifs que la procédure d’examen va contribuer à imposer aux entrepreneurs. Alain Chatriot propose une étude du Conseil national économique pendant l’entre-deux-guerres, comme lieu d’une expertise négociée entre une diversité d’acteurs. L’intégration de corps intermédiaires dans un univers étatique, la représentation d’intérêts divers parvenant à s’accorder et à produire un savoir économique à destination de l’État, renforcent progressivement la légitimité de cet organe. Raphaël Morera montre comment, dans le cas du canal de Briare au début du xviie siècle, deux formes d’expertise s’opposent, l’expérience des corporations (les maçons parisiens) et le talent des ingénieurs flamands ; le recours du pouvoir à l’une ou à l’autre correspond à des politiques différentes, des conceptions étendues ou restrictives du gouvernement du territoire. Se penchant sur la gestion administrative des inventions techniques à la fin de l’Ancien Régime, particulièrement le masque à gaz et le ballon, Marie Thébaud-Sorger montre comment l’intervention du public déplace le centre de gravité des procédures : des traditionnels examens d’efficacité, on en vient à des procédures d’autorisation de démonstration publiques (très populaires dans le cas des ballons, mais éventuellement dangereuses). Stephen Sawyer étudie les procédures de constat de décès à Paris au xixe siècle comme lieu de tension entre les maires et la préfecture. Il montre que les vérifications effectuées par les médecins au nom des maires d’arrondissement sont critiquées par la préfecture qui cherche à imposer un service d’inspection de la vérification. Ce deuxième contrôle apparaît comme une menace pour les médecins (il remet en cause la qualité de la première expertise) comme pour le pouvoir des maires qui cherchent à limiter autant que possible les interventions administratives dans les foyers. Enfin, Peter Atkins et Alessandro Stanziani proposent une comparaison de la gestion de la qualité des aliments à Paris et à Londres de 1870 à 1914. Ils relèvent la tension entre l’expertise des marchands (organoleptique) et celle des savants (chimique), celle entre État et municipalités induite par la diversité des résultats des laboratoires municipaux avant la standardisation de leurs méthodes, et l’importance des laboratoires privés dans la définition de ces nouveaux standards, surtout en Grande-Bretagne.

11On le voit, la force de cet ouvrage est dans son approche pluridisci-plinaire qui permet de réunir une grande diversité de situations d’expertise. On ressort de cette lecture enrichi d’une ouverture à tout ce que l’expertise peut être, entre contrôle et confiance, entre savoirs et pouvoirs, entre témoignage et jugement, entre décision et gestion, entre impartialité et défense des intérêts. On finit par considérer que toutes les situations des sciences (et plus généralement des savoirs) en société sont d’une manière ou d’une autre des situations d’expertise. C’est un peu la limite de cette entreprise d’ouverture : le concept d’expertise est à la mode et avec raison, parce qu’il est au cœur de nombreuses interrogations contemporaines (et anciennes) sur les technosciences en sociétés, mais pour qu’il conserve une utilité opératoire, il nous semble qu’il faut à présent le reprendre d’une manière plus générale ou synthétique. La confrontation avec le travail d’Eric Ash nous semble ici donner une piste de ce qu’on pourrait envisager comme travail de réorganisation de cette diversité d’expertises. Ash propose une figure, l’expert-médiateur, qui est à la fois personnage, situation et procédure. On pourrait définir un certain nombre de telles figures (par exemple l’expert-administrateur, l’expert-témoin, l’expert-connaisseur, l’expert-notable…) qui permettrait d’organiser la comparaison entre la multiplicité des situations d’expertise. La difficulté est bien évidemment d’arriver à donner à ces figures une certaine précision, qui permette de les saisir comme des réalités historiques bien définies et d’en suivre les évolutions, comme c’est le cas avec l’expert-médiateur de Ash, et de ne pas tomber dans une typologie trop générale où ces figures seraient anachroniques ou inopérantes. La difficulté, en un mot, est de généraliser pour pouvoir plus facilement comparer, tout en restant fidèle au souci de précision empirique de l’historien.

Haut de page

Bibliographie

Abbott Andrew, 1988, The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, The University of Chicago Press.

Ash Eric, 2004, Power, Knowledge, and Expertise in Elizabethan England, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Dubourg-Glatigny Pascal et Vérin Hélène éd., 2008, Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, MSH.

Rabier Christelle éd., 2007, Fields of Expertise. A Comparative History of Expert Procedures in Paris and London, 1600 to Present, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing.

Haut de page

Notes

1  Cette note croisée porte sur les deux ouvrages suivants : Eric Ash, Power, Knowledge, and Expertise in Elizabethan England, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004 et Christelle Rabier éd., Fields of Expertise : A Comparative History of Expert Procedures in Paris and London, 1600 to Present, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Graber, « Figures historiques de l’expertise », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/2633 ; DOI : 10.4000/traces.2633

Haut de page

Auteur

Frédéric Graber

Chargé de recherche au CRH (Centre de recherches historiques, CNRS, EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page