Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Avant-propos

Présent et futurs de la critique

Florent Coste et Arnaud Fossier

Texte intégral

1Il y a un an, en novembre 2007, paraissait le numéro 13 de la revue Tracés intitulé Où en est la critique ? Ce numéro articulait deux projets éditoriaux : faire, d’une part, un état des lieux de l’activité critique sous ses différentes formes et signifier, d’autre part, une inquiétude. Nous cherchions en effet à savoir ce qu’il en était devenu de cette confiance en notre capacité à savoir pour mieux s’émanciper, à connaître pour mieux contester, et tentions de repérer les manières dont s’opère le passage d’une théorie critique à des pratiques critiques.

2Le numéro hors-série que nous proposons s’inscrit dans la continuité de ce double projet. Après avoir soulevé un ensemble de problèmes ayant trait à la notion de « critique » (comment faire la généalogie de la critique ? La critique est-elle uniquement théorique ou trouve-t-elle des débouchés pratiques ? etc.), et après avoir emprunté différentes pistes permettant de les éclairer (en théorie littéraire, en histoire des idées ou encore en sociologie pragmatiste), nous souhaitions enrichir les approches du numéro 13. Nous avons donc réuni quatre textes signés par quatre intellectuels majeurs – Luc Boltanski, Vincent Descombes, Jean Bessière et Antonio Negri. Ce hors-série fait figure, par rapport au numéro 13 de la revue Tracés, de supplément à valeur de complément.

  • 1  Sans l’aide précieuse de Judith Revel, Marc Breviglieri et Philippe Roussin, nous n’aurions pu men (...)

3La publication de ces conférences assure à la revue et à ses lecteurs non seulement une diversité de points de vue, mais aussi l’originalité de textes émanant de personnalités scientifiques que nous remercions de s’être prêtées au jeu du cycle « Présent et futurs de la critique », qui s’est déroulé à l’ENS LSH de Lyon entre mai 2007 et avril 2008. Nous saluons également notre éditeur, sensible à l’idée de faire un hors-série qui soit issu d’un cycle de conférences, notre directeur de publication Olivier Faron, ouvert d’emblée à cette initiative, Yves Winkin, directeur de la recherche à l’ENS LSH, ainsi que son chargé de mission Alessandro da Francesco pour son aide logistique1.

4Les conférences de deux historiens, Roger Chartier (professeur au Collège de France) et Gérard Noiriel (directeur d’études à l’EHESS), auraient dû figurer dans ce numéro. Pour des raisons indépendantes de leur volonté et de la nôtre, ils n’ont pu venir à Lyon. Leur parole manquera cruellement à ce hors-série. Qu’ils soient ici cependant remerciés pour leur aimable disponibilité.

5À l’origine de cette série de conférences, il y a la volonté de Tracés de réunir des penseurs ayant développé une conception originale de la critique et l’ayant, d’une manière ou d’une autre, mise en pratique. En d’autres termes, il ne s’agissait pas de multiplier à l’infini et de manière artificielle les définitions de la notion de « critique », spécifiques aux différentes disciplines universitaires. Au contraire, nous voulions rendre compte de la façon dont des intellectuels ayant mené une réflexion importante à propos de cette notion la prolongeaient à travers une « activité critique ». Car la critique n’a d’efficacité que lorsqu’elle est irréductible à des principes théoriques, et qu’elle fonctionne comme une activité adaptable, réajustable selon un contexte d’action. Les quatre conférences présentent toutes au moins une facette pratique de la critique : dans le cours ordinaire de la vie (L. Boltanski), dans le domaine éthico-politique (A. Negri), dans les œuvres littéraires (J. Bessière) ou dans l’activité philosophique (V. Descombes). Toutes interrogent finalement la manière dont la critique, bien loin de s’apparenter à une tentative solitaire de s’émanciper par la pensée, circule, s’étend, se partage.

6Le parcours des auteurs ayant participé à ce cycle de conférences légitimait très largement, au vu de notre problématique de départ, leur invitation par Tracés.

7Luc Boltanski a débuté sa carrière dans les années soixante/soixante-dix en collaborant avec Pierre Bourdieu au courant dit de la « sociologie critique ». Il effectue, au cours des années quatre-vingt, un tournant méthodologique et conceptuel très important, qu’il baptise « sociologie de la critique » (Boltanski, 1990). Celle-ci consiste, pour le dire rapidement, à prendre au sérieux le sens moral et le sens critique des acteurs, au lieu de postuler une irréductible coupure épistémologique entre l’action sociale des agents et le regard scientifique qui l’objective. À partir de cette refonte théorique, Luc Boltanski et Laurent Thévenot ont développé un nouveau programme de recherche dans le cadre du Groupe de sociologie politique et morale (EHESS), que l’on retrouve au fil des différents ouvrages de Boltanski, alors même que les objets varient considérablement d’une enquête à l’autre (Boltanski, 1993, 2004 ; Boltanski et Chiapello, 1999 ; Boltanski et al., 2007). Dans le texte qu’il nous livre, il mène, à partir des outils qu’il a forgés depuis une vingtaine d’années, une réflexion sur l’articulation classique entre institutions et individus, et interroge les possibilités critiques de ces derniers vis-à-vis des premières. Ce texte peut surprendre, puisqu’il revisite un concept issu de la pensée marxiste et retravaillé par Bourdieu dans le cadre de sa « sociologie critique » (celui de domination), pour mieux promouvoir une « sociologie pragmatique ». Luc Boltanski propose ici le passage inédit d’un livre à venir.

  • 2  Voir à cet égard Descombes, 2000.

8L’œuvre philosophique de Vincent Descombes s’étend, elle, dans des domaines aussi divers que la philosophie morale et politique (1989), la philosophie de l’esprit et du langage (1995, 1996), et la philosophie de l’action (2004). Ayant pris acte de la mort de l’intellectuel total, Vincent Descombes n’est pas de ceux qui affublent le philosophe d’un monopole interprétatif, encore moins critique. Bien au contraire, il invite à se défaire des « crampes mentales » (Wittgenstein) et à s’affranchir des barrières disciplinaires. Dans plusieurs de ses articles, il retravaille la notion de « critique », centrale chez les penseurs des Lumières, et la raccroche historiquement à la figure de l’intellectuel2. Mais loin d’assimiler la fonction critique au seul philosophe, il en élargit les usages et les vecteurs. Dans la conférence qu’il a prononcée, il retisse ainsi le lien entre critique et modernité que Kant et ses commentateurs (parmi lesquels Michel Foucault) avaient établi.

9Spécialiste de littérature comparée, Jean Bessière est l’auteur d’un ensembled’ouvrages où s’entrecroisent deux problématiques fondamentales, à savoir, d’une part, la mise en évidence du statut de la critique littéraire et, d’autre part, la description de la capacité critique de la littérature elle-même (1999, 2001, 2005, 2007). Extrêmement sensible aux problématiques issues de la philosophie esthétique, comme l’atteste sa conférence, il articule les évolutions les plus récentes de la critique littéraire aux « propriétés critiques » de la littérature elle-même. Bien loin d’être un objet d’exception, dont la valeur serait intrinsèque, le texte littéraire peut être redéfini dans les rapports qu’il entretient avec le réel.

10Philosophe et activiste politique italien, Antonio Negri a clôturé ce cycle de conférences. Après s’être intéressé aux œuvres de Marx et de Spinoza (Negri, 1978, 1982), il a développé une réflexion sur les nouvelles possibilités d’action politique à l’ère de la mondialisation(Hardt et Negri, 2000, 2004) et proposé une clarification conceptuelle des catégories politiques nées ces vingt dernières années afin de penser le nouvel ordre politique mondial (Negri, 2006). Dans sa conférence, il fait l’état des lieux des modifications des formes de la souveraineté étatique et réinscrit les possibilités de la critique dans les cadres de la « gouvernance » actuelle. Prenant acte de la désuétude des anciennes catégories permettant de penser le politique et des formes d’organisation sociale héritées du passé, il développe ici une conception radicale de l’activité critique adaptée à ces diverses modifications.

11Si les textes de Luc Boltanski, de Vincent Descombes, de Jean Bessière et d’Antonio Negri traitent d’objets différents, on comprend que ces auteurs ont une préoccupation commune. De plain-pied dans une nouvelle ère qui marque la fin d’un ensemble d’habitudes théoriques et pratiques – qu’on l’appelle « après-modernité », « postmodernité » ou « contemporanéité » –, ils procèdent à la création de nouvelles catégories et de nouvelles pratiques adaptées au monde contemporain.

La critique : fait de la modernité ?

12Depuis les Lumières au moins, la modernité n’a cessé de s’autoproclamer, de faire valoir sa spécificité d’événement fondateur, notamment par la voix des philosophes. Le texte de Kant paru en 1784, Qu’est-ce que les Lumières ?, s’est ainsi trouvé canonisé comme manifeste de la modernité, manifestant une exigence d’émancipation vis-à-vis d’autorités religieuses ou politiques. La modernité semble se caractériser par le récit légitimant qu’elle fait d’elle-même. Aussi nous étonnons-nous aujourd’hui de l’absence de critères exogènes de définition de la modernité. Nous sommes même parfois déçus par cette tautologie, caractéristique des mythologies : la modernité n’est que ce qu’elle dit d’elle-même.

13La « postmodernité » ressemble fort au dernier produit théorique de la modernité. Elle aussi automythifiée, elle manifeste une lassitude vis-à-vis des grands récits de la modernité, et conteste à la fois les prétentions rationalistes des modernes et notre capacité, voire notre droit, à être critiques, à user librement de notre entendement. Pourtant, elle s’inscrit dans le prolongement chronologique et thématique de la conscience moderne, comme l’indique après tout son préfixe. Mais est-il bien nécessaire de se prononcer contre la modernité pour en connaître l’identité ? À cette question qui se pose aujourd’hui avec acuité au vu des doutes émis à l’endroit du concept même de « postmodernité », Vincent Descombes tente de répondre en réhabilitant la possible « fonction critique » du philosophe, tandis qu’Antonio Negri, en introduisant la notion de « contemporanéité », tente de saisir les spécificités de l’« après-modernité » sans les réduire à des symptômes de décadence d’une modernité toute puissante.

14Dans ce projet de redéfinition de la modernité, Vincent Descombes se prête dans un premier temps à une relecture du Qu’est-ce que les Lumières ? de Kant. Il décèle dans la lecture qu’en avait faite Michel Foucault (2001) un anachronisme confinant au contresens : Kant n’a pas eu l’intention d’historiciser le sujet pensant, mais il a bien plutôt voulu fonder un sujet anhistorique et universel capable, de tout temps, de se servir librement de son entendement. Par conséquent, son texte n’est pas le point de départ le mieux choisi pour penser notre modernité présente, notre « actualité ». Vincent Descombes estime au contraire que c’est parce qu’il est immergé au cœur d’un « nous », d’un collectif, que le philosophe peut aujourd’hui réinterroger la modernité. Proche en cela de Michael Walzer, il suggère que le culturalisme et les condamnations de l’ethnocentrisme ne vont pas jusqu’à redéfinir les contours d’une modernité occidentale, parce qu’ils n’assument jamais leur ancrage contextuel et local dans une communauté donnée. Et dans la filiation de l’anthropologue Louis Dumont, Descombes vante les mérites du comparatisme (dans le temps et dans l’espace) qui, seul, permet de dégager les critères de notre modernité sans la mythifier ni non plus la nier totalement. Critiquer, c’est alors trouver les points de différenciation de la modernité, déceler sa fragilité en constatant à quel point elle s’avère hasardeuse, relative et contingente. Comme le rappelle Vincent Descombes :

Découvrir quelque chose dans sa contingence n’est pas forcément démystifier ce quelque chose et donc préparer son élimination. On peut être amené à conclure dans le sens opposé : c’est contingent, donc cela ne nous est pas promis pour toujours ; c’est une chose fragile et précaire et par conséquent c’est quelque chose dont il dépend de nous que cela soit maintenu.

15Le philosophe, entre autres, a donc la possibilité de réexercer une critique de la modernité, sans pour autant user du concept fragile et contesté de « postmodernité ».

16Antonio Negri, qu’il faut certes inscrire dans une tout autre tradition de pensée que Descombes – à la fois spinoziste et marxiste –, s’y emploie avec verve. Il n’hésite pas à proclamer, dans ce volume, la naissance d’un nouvel âge critique qu’il appelle « contemporanéité » :

Une fois assumé le fait que le saut qualitatif de la modernité à la contemporanéité a eu lieu, on doit se demander si un nouveau grand récit n’est pas devenu à nouveau possible. En ce qui me concerne, je dirais que nous avons besoin, aujourd’hui, d’une « disutopie » constructrice d’un nouveau récit dans lequel nous vivrons dans le futur. Chaque tentative d’élaboration par des éléments partiels d’un ordre nouveau, exige, pose comme nécessaire, la narration d’un projet. Si, dans la seconde moitié du xxe siècle, la critique du grand récit a vaincu, ce fut le cas parce que ses paramètres narratifs appartenaient au passé : vous ne pouvez raconter quelque chose qui a déjà été connu de tous et qui est épuisé. Mais aujourd’hui, dans la crise que nous vivons, le moment d’une nouvelle Aufklärung est venu, il est aujourd’hui possible d’« oser savoir » !

17Au récit de la modernité, Negri propose de substituer une critique nouvelle, adossée à des catégories qui soient davantage en adéquation avec notre monde social et politique. Par exemple, commencer par prendre acte du fait que le vieux vocabulaire des classes, des strates, des catégories sociales n’a plus guère de pertinence ; ou encore que les formes de l’État souverain ont tellement évolué depuis le xixe siècle que l’usage du terme de « gouvernement » relève désormais de l’anachronisme. L’inventivité conceptuelle de Negri lui fait préférer la « gouvernance », la « fragmentation », l’« excédence » du pouvoir, ou encore, après Foucault, les formes multiples de la « biopolitique » (que l’on distinguera soigneusement du « biopouvoir »).

18N’allons pas croire que les philosophes, Vincent Descombes ou Antonio Negri, s’arrogent ici une sorte de monopole critique, que l’on pourrait imputer trop facilement à une avant-garde intellectuelle. Il n’en est rien ! Comme le souligne à nouveau Negri :

La critique, c’est cette activité intellectuelle (sociale et politique) qui, traversant la crise de la modernité et évitant d’être réassimilée par elle, génère un ensemble de forces qui permet de transformer réellement le monde dans lequel nous vivons, son savoir et son éthique. La critique qui devient masse critique (sociale et politique) dépasse ainsi le seuil historique que le pouvoir impose aux mouvements critiques. La critique qui ne parvient pas à produire une masse critique telle qu’elle puisse surmonter la crise finit par être au contraire toujours réassimilée par le pouvoir et ne mérite pas d’être reconnue comme « le processus qui nous libère d’une condition de minorité ».

19Autrement dit, l’activité critique qui ne déboucherait pas sur un processus de démocratisation des capacités critiques resterait totalement vaine. La critique n’est plus cet usage solitaire et émancipateur de la raison comme le supposaient les Lumières et la mythologie de la modernité. Elle n’a de sens que dans des contextes collectifs, c’est-à-dire lorsqu’elle s’enracine dans un partage de convictions et qu’elle génère une action collective.

20À la question de savoir comment s’opère le passage de l’activité critique, isolée, intellectuelle, à la « masse critique » ou plus globalement à des « pratiques critiques » dont le spectre irait de la rébellion singulière face à une institution considérée comme arbitraire, à la grève ou à la révolution, en passant par la pétition, le regroupement associatif, mais aussi par le cinéma, la littérature et autres formes d’expression artistiques, nos deux autres conférenciers offrent des éléments de réponse.

Lieux et acteurs de la critique

21Dans le numéro de la revue Tracés consacré à la notion de « critique », l’une des intuitions que nous avions eue à la lecture des textes concernant les domaines littéraires ou musicaux était que la notion de « critique » reconduisait sans cesse la dissymétrie puissante et en apparence inébranlable entre critiquant et critiqué. La conférence de Jean Bessière vient à point nommé enrichir et considérablement étoffer l’idée que la critique littéraire ne détient absolument pas le « pouvoir » (secret) d’être critique. Un écrit littéraire fonctionne lui-même comme une sorte d’« opérateur critique », puisqu’il offre l’occasion d’un décalage par rapport au réel. Jean Bessière reconnaît qu’un « pouvoir » critique de la littérature, souvent présupposé, reste magique tant qu’il n’est pas interrogé dans ses modalités précises. C’est pourquoi il préfère évoquer une « capacité » ou une « propriété » critique. Selon lui, une œuvre littéraire est critique en vertu de sa capacité à présenter de manière décontextualisée la réalité sociale. Si une œuvre opère par exemple une critique des institutions, c’est précisément en détournant les forces instituantes de la réalité et en se les accaparant : la littérature reconstruit la réalité sociale sous un angle qui nous permet de nous en déconditionner. Il importe alors de mener un travail théorique préliminaire sur ce que Jean Bessière appelle la « transitivité sociale » de la littérature : quel rapport noue-t-elle à la réalité et quels effets a-t-elle sur elle ?

22La littérature, tout comme d’autres formats d’expression artistique, peut se révéler contestataire. La lire, c’est l’utiliser, c’est adhérer à l’expérience de décontextualisation qu’elle permet, pour mieux la recontextualiser dans notre activité quotidienne. Ainsi, une œuvre littéraire permet de nous réinscrire dans nos propres contextes sociaux, car nous en saisissons désormais les enjeux.

23Luc Boltanski étudie les manières dont les acteurs se trouvent confrontés à la réalité sociale, collective, institutionnelle. Quels recours ont-ils ? Quelles justifications peuvent-ils mobiliser ? Si la littérature participe indéniablement de cette masse critique, les autres vecteurs sont nombreux et les acteurs, face aux multiples « mises à l’épreuve » auxquelles ils sont soumis, ne cessent d’exercer leur sens critique afin de défendre leurs droits, leurs identités, leurs capacités. Dans plusieurs ouvrages connus du public, Boltanski s’est déjà livré à l’examen de ces compétences. Mais dans ce texte, il propose une théorie à la fois pragmatique et critique, qui prenne en compte le point de vue des acteurs tout en décrivant les inégalités institutionnalisées. Il définit les institutions comme des « êtres sans corps » qui, seules, peuvent dire ce qui doit être pour tous. La possibilité de la critique vient se loger dans la brèche ouverte par l’existence d’institutions. Chacun peut en effet douter de la légitimité des institutions à normer le réel. Et plus encore, comme Boltanski l’affirme :

Sans elle [la critique], les personnes seraient en effet continuellement sous l’empire des formes de confirmation dépendant des institutions et, par conséquent, entièrement plongées dans un monde traité comme allant de soi, sans être en mesure de prendre à l’égard de ces formes une position d’extériorité relative de façon à les mettre en question.

24Parce qu’il existe différentes épreuves auxquelles les individus sont confrontés, Boltanski dégage deux types, au moins, de critiques. La critique réformiste prend pour cible l’injustice générée par la non-conformité des « épreuvesde réalité » à leurs formats (par exemple, lorsqu’un concours ne se déroule pas selon les règles préétablies) ; la critique radicale va plus loin en cherchant à modifier les épreuves de réalité elles-mêmes. Mais dans les deux cas, la critique n’a plus rien à voir avec la définition idéaliste qu’en donnaient les Lumières et ses épigones, ni même avec un usage solitaire et prophétique. Elle se déroule dans le cours ordinaire de la vie et génère de nouveaux collectifs aptes à se mobiliser face aux institutions fixatrices de normes :

Le travail de libération se met en branle lorsque des acteurs, quittant l’optique de la règle, en viennent à comparer leurs situations respectives [...]. Et c’est dans le cours de ce travail de rapprochement [...] que se constituent des collectifs d’individus à partir desquels la critique peut se redéployer…

25Néanmoins, Boltanski, loin d’esquisser une sociologie de dupes, met l’accent sur la capacité croissante des institutions et de la classe dominante (c’est-à-dire celle qui gouverne le reste de la société, la « manage » même) à réincorporer la plupart des critiques qui leur sont adressées et à maintenir par là même leur droit à établir et confirmer les règles et les normes de vie sociale.

26Le lecteur l’aura compris : ce premier numéro hors-série de la revue Tracés complète avantageusement le numéro 13 paru il y a un an et inaugure une série de cycles au cours desquels nous continuerons à faire appel à des chercheurs expérimentés, issus des sciences sociales et humaines. Il nous semble nécessaire – aujourd’hui plus que jamais – de leur ouvrir des espaces d’expression qui montrent toute la diversité mais aussi l’utilité politique et sociale de ces sciences. Aussi la revue Tracés organisera-t-elle, entre janvier 2009 et mai 2010, son deuxième cycle de conférences, autour cette fois de la question : « A quoi servent les sciences humaines ? ». Nous prolongeons ainsi les perspectives critiques et pragmatiques ouvertes par le premier cycle. Il s’agira, tout en prenant acte de la mort de l’intellectuel total, figure historique surannée, de présenter la multiplicité des usages qui peuvent être faits de l’histoire, de la sociologie, de la géographie, de l’anthropologie, ou encore de la philosophie, à l’appui des récits faits par les chercheurs eux-mêmes mais aussi par les non-chercheurs (membres d’associations, syndicalistes, magistrats, cinéastes, entrepreneurs, etc.).

Haut de page

Bibliographie

Bessière Jean, 1999, La littérature et sa rhétorique, Paris, PUF.

— 2001, Quel statut pour la littérature ?, Paris, PUF.

— 2005, Principes de la théorie littéraire, Paris, PUF.

— 2007, Qu’est-il arrivé aux écrivains français ? D’Alain Robbe-Grillet à Jonathan Littell, Paris, Labor.

Boltanski Luc, 1990, L’Amour et la Justice comme compétences, Paris, Métailié.

— 1993, La Souffrance à distance, Paris, Métailié.

— 2004, La condition fœtale, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc, Claverie Élisabeth, Offenstadt Nicolas et Van Damme Stéphane éd., 2007, Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock.

Descombes Vincent, 1989, Philosophie par gros temps, Paris, Minuit.

— 1995, La denrée mentale, Paris, Minuit.

— 1996, Les institutions du sens, Paris, Minuit.

— 2000, « De l’intellectuel critique à la critique intellectuel », Esprit, n° 262, mars-avril, p. 136-172.

— 2004, Le complément de sujet, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 2001 [1984], « Qu’est-ce que les Lumières ? », Dits et Écrits, 1954-1988, vol. II, 1976-1988, Paris, Gallimard (Quarto), p. 1381-1397.

Negri Antonio, 1978, Marx au-delà de Marx, Paris, L’Harmattan.

— 1982, L’anomalie sauvage, Paris, PUF.

— 2006, Fabrique de porcelaine. Pour une nouvelle grammaire du politique, Paris, Stock.

Hardt Michael et Negri Antonio, 2000, Empire, Paris, Exils.

— 2004, Multitude. Guerre et démocratie à l’âge de l’Empire, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Sans l’aide précieuse de Judith Revel, Marc Breviglieri et Philippe Roussin, nous n’aurions pu mener à bien ce cycle. Ils nous ont aidé à prendre contact avec, respectivement, Antonio Negri, Luc Boltanski, Jean Bessière. Nous remercions Anthony Manicki pour sa relecture attentive de l’éditorial et les améliorations qu’il a pu y apporter.

2  Voir à cet égard Descombes, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Coste et Arnaud Fossier, « Présent et futurs de la critique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #08 | 2008, mis en ligne le 18 juillet 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/2313

Haut de page

Auteurs

Florent Coste

Articles du même auteur

Arnaud Fossier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page