Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretiens

Un stigmate épistémologique. Le relativisme dans le strong programme de David Bloor (note)

François Briatte
p. 207-213

Texte intégral

Knowledge – What
Archbishops do not doubt.
Bertrand Russell,
The Good Citizen’s Alphabet

  • 1 Bloor, 1976. Pour un bref historique de l’émergence du strong programme, voir notre entretien avec (...)

1Le strong programme désigne le courant d’étude développé à partir du milieu des années soixante par David Bloor et ses collègues de la Science Studies Unit de l’université d’Édimbourg1. Visant à contribuer à l’analyse sociologique de la connaissance scientifique, il s’insère dans la dynamique de recherche plus large portée par les science studies, c’est-à-dire l’extension du champ d’étude de l’histoire et de la philosophie des sciences à travers le prolongement de la notion même de « science » à ses extrémités sociale, politique et culturelle.

2Remise dans sa perspective historique, cette redéfinition du périmètre d’analyse des faits et des pratiques scientifiques s’est accompagnée presque immédiatement d’un débat aussi âpre que récurrent portant sur la pertinence théorique de ses programmes d’étude, parmi lesquels le strong programme fait figure de précurseur. Dans cette optique, l’objet premier de cette note est de fournir un aperçu succinct du cadre de référence proposé par le « programme fort » et des deux principales séries d’objections qui le flanquent depuis sa création. On terminera en présentant le tournant argumentatif en cours de réalisation dans les derniers textes de David Bloor : alors que son exposé initial du strong programme s’en tenait à une reconnaissance discrète de sa nature relativiste, l’opposition entre relativisme et absolutisme sert désormais de point d’ancrage à sa critique des modes d’appréhension de la connaissance scientifique.

  • 2 Bloor, 1976, p. 16. Le raisonnement de l’auteur est analogue à celui déployé par Kuhn, 1983, pour r (...)

3Synthétiquement, le strong programme consiste à reconnaître que, dans la mesure où toute entreprise de connaissance du monde est relative à ses conditions d’acquisition, la démarche scientifique initiée par l’être humain en société est un processus systématiquement borné par nos sens comme par nos croyances collectives, et qui n’est pas en mesure d’atteindre des certitudes absolues. Pour David Bloor, à l’échelle d’une société, un regard naturaliste sur l’établissement de la connaissance nous apprend que celle-ci n’a « pas grand-chose à voir avec l’expérience sensorielle de ses membres individuels, ou la somme de ce que l’on pourrait appeler leur connaissance animale. Elle désigne plutôt leur(s) vision(s) collective(s) de la Réalité »2. Le concept de vérité n’existe par conséquent qu’à l’état de connaissance conventionnelle particulière, historiquement contingente et relative aux facteurs sociaux et culturels interagissant avec notre expérience sensible.

4La mise en évidence d’une connaissance tacite instituée par accord collectif au sein d’une société et servant par la suite de soubassement à l’observation et au raisonnement scientifique ne constitue toutefois pas en soi un trait distinctif du strong programme, dans la mesure où l’explication sociologique jouait déjà un rôle dans les modes historiographiques classiques des sciences, et notamment celui élaboré par Imre Lakatos (1971, p. 91-182). Le point de rupture se situe plus en profondeur, dans la délimitation du champ d’intervention des facteurs sociaux. Refusant la césure internaliste/externaliste qui relègue ces derniers au domaine de l’erreur, David Bloor étend leur capacité explicative à touteproposition scientifique, sans considération pour son exactitude. L’hypothèse d’arrière-plan caractéristique de son approcheest ainsi que la trajectoire intellectuelle d’une connaissance exacte ne diffère pas essentiellementde celle d’une croyance fausse : le moindre fragment de connaissance scientifique est imprégné de la faillibilité naturelle de notre expérience sensible et de notre faculté de compréhension. Omniprésents sans être nécessairement prégnants, les facteurs sociaux innervent l’intégralité de la connaissance scientifique, qui se caractérise par son homogénéité constitutive. L’existence de connaissances scientifiques vraies et fausses ne possède plus d’explication naturelle et doit s’interpréter, à l’inverse, comme l’aboutissement de processus de différentiation socialement déterminés. En ce sens, le strong programme cherche à rendre compte du statut des connaissances en société, au lieu d’y prendre son appui initial.

5Les quatre principes axiomatiques décrits dans les premières pages de Knowledge and Social Imagery mettent en pratique cet objectif de recherche. La perspective première du strong programme est ainsi l’identification de l’ensemble des causes qui aboutissent à la formation des propositions scientifiques (principe de causalité). L’assemblage de ces causes vise à produire des théories explicatives susceptibles d’être généralisées à toute activité scientifique par la suite, y compris à l’analyse sociologique de la connaissance elle-même (critère de réflexivité).

  • 3 La formule est empruntée à Gaston Bachelard, 1938. L’auteur réserve toutefois ce travail à l’épisté (...)

6La recherche des facteurs à l’origine des propositions scientifiques est toutefois confrontée à un « obstacle épistémologique » de taille : l’esprit humain produit naturellement des énoncés évaluatifs sur les connaissances qu’il acquiert à partir de celles qu’il possède déjà. Par conséquent, lorsqu’il choisit de se tourner vers des propositions scientifiques appartenant au passé, son appréciation immédiate est inévitablement anachronique et asymétrique, dans la mesure où l’issue future des propositions est connue et anticipée. S’il manque de s’affranchir du biais induit par la connaissance des verdicts scientifiques contemporains, le chercheur court le risque de projeter sa propre expérience dans son objet d’étude et d’aboutir, au mieux, à une explication incomplète des phénomènes qu’il examine. Son conditionnement intellectuel doit lui permettre, au contraire, de connaître contre une connaissance antérieure3. Il lui appartient donc, dans un premier temps, de rectifier la pente naturelle de son état d’esprit et de construire ses théories explicatives en s’interdisant d’émettre un jugement quelconque sur les propositions étudiées (principe d’impartialité). Parallèlement, il est requis de ces théories explicatives qu’elles mobilisent des grilles d’analyse composées des « mêmes types de causes » (Bloor, 1976, p. 7) pour toutes les propositions auxquelles elles s’appliquent (principe de symétrie).

7Couplés dans la pratique, ces principes déterminent le contexte dans lequel le relativisme intervient dans le strong programme. Résultant de la mise en condition du chercheur confronté à son objet d’étude, le relativisme de David Bloor est un dispositif méthodologique destiné à préserver l’homogénéité causale inhérente à la connaissance scientifique dans les raisonnements que nous lui appliquons. L’existence d’une distinction ontologique entre propositions scientifiques vraies et fausses n’est à aucun moment remise en cause en vertu de cette exigence méthodologique. Au contraire, elle y est inscrite en filigrane : en l’absence de cette distinction, la connaissance ne nécessiterait pas de mise en symétrie et les précautions dont s’entoure le strong programme n’auraient alors pas lieu d’être.

  • 4 Les épisodes les plus marquants de ces discussions ont été publiés dans les revues Social Studies o (...)

8Pris isolément, on peut estimer que c’est l’identité explicative voulue par le principe de symétrie qui confère au programme d’étude de David Bloorune forme de tension constitutive, semblant devoir l’exposer en permanence à deux grands ordres de critiques rythmant les discussions passées et présentes4.

  • 5 Voir notamment Collins, 1985. Pour une cartographie fine des écoles de pensée composant la sociolog (...)
  • 6 Bloor, 1996, p. 839-856. Barry Barnes (1974, p. vii) manifeste la même prudence méthodologique en m (...)
  • 7 Latour, 1989. Dans l’ouvrage, l’extension du principe de symétrie au couple nature/société est prés (...)

9Un premier débat contradictoire s’est engagé avec le programme de recherche proposé par Harry Collins et les auteurs de l’école de Bath5, qui constitue moins une critique qu’une tentative de dépassement du strong programme. Parce qu’il semble considérer que la position de David Bloor pèche non pas par excès mais par défaut de relativisme, Collins propose de se séparer temporairement du présupposé matérialiste au profit d’une lecture idéaliste de l’activité scientifique. L’auteur estime devoir (et pouvoir) faire abstraction des données liées à l’expérience sensible pour mieux entrevoir la part qui revient aux interactions sociales dans la construction de la connaissance scientifique. Chez Collins, la neutralisation des « effets de réel » vise ainsi à rendre plus saillants les « effets de société », dont le cadre d’observation microsociologique revendiqué par l’auteur doit fournir les meilleures conditions d’examen. Cette convergence d’objectifs entre Harry Collins et le strong programme masque un net désaccord méthodologique sur le bien-fondé de la démarche idéaliste. Pour David Bloor, le réalisme « instinctif » consubstantiel à l’activité humaine (et scientifique par extension) réfute la possibilité d’étudier le prisme interprétatif attribuable aux connaissances et aux schémas culturels préexistants sans faire référence à l’expérience spontanée des sens6. Une tension analogue entre idéalisme et matérialisme semble se situer également au cœur de la filiation contrariée entre le strong programme et le cadre d’analyse proposé par Bruno Latour7.

  • 8 Voir notamment Hollis, 1982, p. 67-86 ; Laudan, 1981, p. 173-198 ; Dawkins, 1995.
  • 9 Cette indication figure notamment dans les premières lignes de Barnes, Bloor et Henry, 1996, p. vii (...)
  • 10 Une explication partielle à ce stigmate consiste à remarquer que la plasticité offerte à la connais (...)

10À un niveau de généralité plus élevé, un second ordre de critique issu pour l’essentiel des rangs de la philosophie des sciences anglo-américaines porte sur l’axiome emblématique du strong programme, le principe de symétrie8. La majeure partie des contradicteurs de David Bloor s’accorde pour y reconnaître la pierre d’achoppement inhérente aux approches relativistes. Bien que le principe de symétrie ne recommande que de faire preuve d’« une curiosité de même degré et de même nature » (Barnes, Bloor, 1982, p. 22) envers les connaissances vraies et fausses, ses détracteurs l’ont suspecté de vouloir abolir cette distinction et d’interdire toute possibilité à la science d’atteindre une forme d’objectivité. De même, alors que le strong programme se conçoit expressément comme une dimension d’analyse complémentaire des entreprises scientifiques existantes9, ses adversaires l’accusent de s’acheminer presque mécaniquement vers une explication réductionniste et monocausale de la science, où seule l’intervention de la société influe sur la composition de la connaissance. Les traits prêtés au strong programme par ses contradicteurs le présentent comme une théorie subjectiviste à portée anti-scientifique, caractéristiques qui lui sont généralement attribuées au même titre qu’à toute démarche relativiste, conférant au terme une fonction de « stigmate épistémologique »10.

  • 11  Peut-être est-ce pour cette raison que, confronté à des critiques similaires à celles mentionnées (...)

11Face à cette masse d’attaques en règle, la défense du strong programme passe essentiellement par la reconnaissance de l’existence de plusieurs variétés de relativismes. Il est significatif que la tension cruciale décrite précédemment entre relativismes idéaliste et matérialiste soit absente des textes anti-relativistes, ce faible degré de distinction leur permettant en outre de confondre relativisme et anti-réalisme et de reconfigurer le débat en ces termes. En définitive, la puissance du stigmate épistémologique associé au relativisme est susceptible d’avoir limité de manière drastique la portée du dialogue engagé entre le strong programme et la branche philosophique de l’étude des sciences11. Conjointement irréconciliable avec les programmes d’études idéalistes qu’il côtoie au sein des science studies et incompatible avec les courants d’analyse qui voient en la science un moyen d’accès privilégié à une forme de vérité non contingente, le strong programme semble condamné à une double équivoque permanente exigeant une justification constante de son hypothèse de travail.

12Dans une tentative récente de rééquilibrage du débat (à paraître), David Bloor a suggéré que l’opposition entre le relativisme et ses critiques ne subsiste que grâce au flou définitionnel dans lequel les tenants des positions anti-relativistes (ou absolutistes) maintiennent la notion de « science ». Si la charge de la preuve venait à s’inverser, les tenants d’une lecture absolutiste du développement de la connaissance seraient amenés à fournir les preuves de l’indépendance des propositions scientifiques exactes vis-à-vis de la société, exercice de justification auquel le programme suggère que leur position ne survivrait pas car nécessitant un recours à l’existence d’une vérité dogmatique, de nature immanente et incontestable. Le postulat implicite qui sous-tend cette conception de l’opposition entre relativistes et anti-relativistes présente par conséquent la foi comme « le moyen de défense traditionnel et le plus efficace contre le relativisme » (Barnes, Bloor, 1982, p. 46-47), position quelque peu provocatrice qui devrait relancer le débat sur la relativité de la connaissance scientifique aux limites naturelles de l’intellect, au cadre historique dans lequel il s’exerce et aux ressources culturelles qui lui sont disponibles.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard Gaston, 1938, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin.

Barnes Barry, 1974, Scientific Knowledge and Social Theory, Londres, Routledge.

Barnes Barry et Bloor David, 1982, « Relativism, rationalism and the sociology of knowledge », Rationality and Relativism, M. Hollis et S. Lukes éd., Oxford, Black-well.

Barnes Barry, Bloor David, Henry John, 1996, Scientific Knowledge : A Sociological Analysis, Londres, Athlone.

Bloor David, 1976, Knowledge and Social Imagery, Chicago, University of Chicago Press.

— 1996, « Idealism and the sociology of knowledge », Social Studies of Science, vol. 26, nº 4.

— 1999, « Anti-Latour » et « Reply to Bruno Latour », Studies in the History and Philosophy of Science, vol. 30, nº 1.

— à paraître, « Relativism or absolutism. The unavoidable choice », Common Knowledge.

Collins Harry M., 1985, Changing Order : Replication and Induction in Scientific Practice, Chicago, Chicago of University Press.

Dawkins Richard, 1995, River Out of Eden, Londres, Weidenfeld and Nicolson.

Hollis Martin, « The social destruction of reality », Rationality and Relativism, op. cit.

Kuhn Thomas, 1983, La structure des révolutions scientifiques, chap. 9, Paris, Flammarion (Champs).

Kusch Martin, 1998, « Sociology of Scientific Knowledge », sur le site suivant : http://www.hps.cam.ac.uk/research/ssk.html

Lakatos Imre, 1971, « History of science and its rational reconstructions », Boston Studies in the Philosophy of Science, n° 8, R. C. Buck et R. S. Cohen éd., Dordrecht, Reidel.

Latour Bruno, 1989, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte.

— 1999, « For David Bloor… and beyond : a reply to David Bloor’s Anti-Latour », Studies in the History and Philosophy of Science, vol. 30, nº 1.

Laudan Larry, 1981, « The pseudo-science of science ? », Philosophy of the Social Sciences, vol. 11, nº 2.

Russell Bertrand, 1953, The Good Citizen’s Alphabet, Londres, Gabberbochus.

Seguin Eve, « Bloor, Latour and the field », Studies in the History and Philosophy of Science, vol. 31, nº 3, 2000.

Haut de page

Notes

1 Bloor, 1976. Pour un bref historique de l’émergence du strong programme, voir notre entretien avec l’auteur dans ce même numéro.

2 Bloor, 1976, p. 16. Le raisonnement de l’auteur est analogue à celui déployé par Kuhn, 1983, pour rendre compte de la liaison nécessaire entre observation et conceptualisation.

3 La formule est empruntée à Gaston Bachelard, 1938. L’auteur réserve toutefois ce travail à l’épistémologue et défend une « histoire jugée » des sciences.

4 Les épisodes les plus marquants de ces discussions ont été publiés dans les revues Social Studies of Science, Studies in the History and Philosophy of Science ou encore Philosophy of the Social Sciences.

5 Voir notamment Collins, 1985. Pour une cartographie fine des écoles de pensée composant la sociologie de la connaissance scientifique, voir Kusch, 1998.

6 Bloor, 1996, p. 839-856. Barry Barnes (1974, p. vii) manifeste la même prudence méthodologique en mettant en garde contre « l’excès d’enthousiasme » que peut susciter la démarche idéaliste de Harry Collins, qui court perpétuellement le risque de faire reposer ses explications sur des facteurs exclusivementsociaux, ou tout au moins d’en laisser l’impression.

7 Latour, 1989. Dans l’ouvrage, l’extension du principe de symétrie au couple nature/société est présentée comme une montée en radicalité et en réflexivité (p. 532). Plusieurs ambiguïtés subsistent cependant sur la nature du différend qui oppose les schémas interprétatifs de Bloor et Latour, sans que leur célèbre contentieux permette d’en décider avec certitude ; voir Bloor, puis Latour, puis Bloor, 1999, p. 81-136. Pour une proposition d’explication, voir Seguin, 2000, p. 503-508.

8 Voir notamment Hollis, 1982, p. 67-86 ; Laudan, 1981, p. 173-198 ; Dawkins, 1995.

9 Cette indication figure notamment dans les premières lignes de Barnes, Bloor et Henry, 1996, p. viii : « La sociologie [de la connaissance] apporte une contribution nécessaire au projet plus large de compréhension de la science ».

10 Une explication partielle à ce stigmate consiste à remarquer que la plasticité offerte à la connaissance scientifique dans la définition qu’en donne le strong programme s’accompagne spontanément d’une menace diffuse concernant notre capacité à distinguer le vrai du faux. David Bloor prend lui-même acte de ce « sentiment latent » (1996, p. 159), qui s’explique selon lui par la confusion que nous entretenons naturellement entre les notions de vérité et de monde matériel.

11  Peut-être est-ce pour cette raison que, confronté à des critiques similaires à celles mentionnées ici, Thomas Kuhn s’est toujours refusé à entériner explicitement le caractère relativiste de sa position, jugeant qu’« elle ne peut pas l’être, et en tout cas, elle est loin du simple relativisme » (1983, p. 278).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Briatte, « Un stigmate épistémologique. Le relativisme dans le strong programme de David Bloor (note) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 12 | 2007, mis en ligne le 18 avril 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/225 ; DOI : 10.4000/traces.225

Haut de page

Auteur

François Briatte

Doctorant en science politique à l’université d’Edimbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page